Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47-48Géographie et guerre. Au-delà du ...Guerre en Ukraine : évolution et ...

Géographie et guerre. Au-delà du conflit en Ukraine, quels liens ? Quelles évolutions ?

Guerre en Ukraine : évolution et adaptation des discours médiatiques en Chine

War in Ukraine: Evolution and Adaptation of Media Discourse in China
Olga V. Alexeeva, Sijie Ren et Frédéric Lasserre

Résumés

Dès le début du conflit, les discours sur la guerre en Ukraine sont devenus une arène politique pour la diplomatie chinoise et pour le pouvoir discursif de Pékin dans le monde. En élaborant son discours officiel sur le conflit, Pékin a dû calibrer ses communications en fonction de différents facteurs externes et internes, et mobiliser les différentes stratégies pour les promouvoir. Certes lié à la Russie après de nombreuses années de rapprochement économique et politique avec Moscou, le gouvernement chinois se devait de définir une position. Comment le discours chinois a-t-il cherché à préserver son partenaire russe, sachant qu’il n’y a pas d’alliance formelle entre Moscou et Pékin et que les relations économiques entre la Chine et les Occidentaux sont plus fortes qu’avec la Russie ? Cet article analyse l’évolution de discours médiatique chinois en réalisant une étude qualitative des publications de deux journaux chinois, le Huanqiu Shibao et le Caixin Zhoukan, ainsi qu’en analysant les publications des internautes et des experts chinois sur le site de microblogage Weibo. L’analyse, basée sur une approche qualitative, permet de souligner l’évolution notable du discours officiel chinois sur la guerre en Ukraine depuis le début de l’invasion russe. Cette évolution reflète à la fois la détermination de Pékin de préserver sa neutralité afin de réduire l’impact de la crise sur ses propres ambitions géopolitiques et ses perspectives économiques, et le changement du contexte international entourant la guerre suite à son escalade dans l’espace et dans le temps.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les relations complexes de la Chine et de la Russie depuis la dégradation des relations entre Moscou et les Occidentaux, soit environ à partir de 2007, ont fait l’objet d’une littérature abondante. La recherche souligne l’ambivalence des deux partenaires, dans une relation qui semble de circonstance, destinée à faire face aux pressions occidentales et surtout américaines, et largement marquées par une profonde méfiance (Lukin, 2018 ; Alexeeva et Lasserre, 2018 ; Ciociulescu, 2022 ; Andgulazde, 2022) malgré l’antagonisme croissant entre Washington et Pékin sur fond de tensions commerciales, d’affirmation de la puissance chinoise et de son désir affiché de recouvrer Taiwan (Medeiros, 2019 ; Cabestan, 2021).

2Le maintien de la stabilité, considéré par la Chine comme un prérequis à l’accession de la Chine au rang de grande puissance par tous les dirigeants chinois depuis Deng Xiaoping, se trouve aujourd’hui ébranlé à la fois par les facteurs internes et par les changements majeurs du contexte extérieur : pandémie de covid-19 et frustration populaire, changements climatiques, croissance économique ralentie, tensions croissantes avec les États-Unis, et guerre en Ukraine (Alexeeva, 2022). De fait, le gouvernement chinois a dû composer avec l’éclatement d’un conflit directement provoqué par la Russie, son principal partenaire politique ; avec les pressions contradictoires de Moscou pour davantage de soutien et des Occidentaux pour qu’elle prenne ses distances de Moscou, au risque de sanctions économiques (Holeindre et al, 2023). La Chine a également été la cible de critiques formulées par les mêmes Occidentaux du fait de la comparaison entre ce conflit et la possible invasion de Taiwan par la Chine (Courmont, 2022 ; Girard, 2022).

3De fait, l’invasion russe de l’Ukraine pose un réel dilemme à la Chine. Si Pékin refuse officiellement de condamner Moscou, « derrière les certitudes et l’unanimité de façade, les interrogations se multiplient au fur et à mesure que le conflit se prolonge » (Niquet, 2022 : 32) et que le coût économique de la guerre se précise. Placée dans un certain embarras (Carlson, 2022 ; Julienne, 2022), la Chine s’efforce de maintenir l’apparence de neutralité, d’une neutralité bienveillante à l’endroit de la Russie. Elle a cependant pu récemment se montrer plus critique en appelant à respecter la souveraineté et en réaffirmant son opposition à l’usage d’armes nucléaires (Jie et Mingjiang, 2023), tout en s’efforçant de se montrer proactive sur le terrain diplomatique en proposant en mars 2023 une initiative de paix (Campbell, 2023) qui lui permet tout à la fois de réaffirmer son soutien à Vladimir Poutine à travers une visite à Moscou tout en jouant la carte de la stature internationale (Niquet, 2023). Si une abondante littérature aborde les enjeux de la guerre en Ukraine, on retrouve moins d’analyses des relations sino-russes à l’aune de la dynamique qu’imprime le conflit, et très peu sur les discours des médias chinois sur le conflit.

4Dès le début du conflit, les discours sur la guerre en Ukraine sont devenus une arène politique pour la diplomatie chinoise et pour le pouvoir discursif de Pékin dans le monde. Ce concept, traduit en chinois par le terme de huayuquan (话语权ou littéralement le « droit à la parole »), semble aujourd’hui dominer la stratégie chinoise des relations internationales. Bien qu’inspiré par les idées de Michel Foucault avancées dans L’ordre du discours, ce concept a été complètement transformé par les intellectuels chinois afin de mieux servir les objectifs concrets de sa politique d’émergence sur la scène internationale qui devrait lui permettre de reformater le monde – ses normes et ses institutions de gouvernance globale – en fonction des intérêts et besoins chinois (Dubois de Prisque et Heurtebise, 2019). Aux yeux de Pékin, l’Occident en général et les États-Unis en particulier, cherchent à imposer une hégémonie discursive, et pour y résister, la Chine doit développer son propre arsenal de pratiques et de stratégies discursives reflétant ses valeurs (Zhang, 2011). Après l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, le concept du huayuquan commence à effacer celui de soft power [软实力] dans le discours idéologique accompagnant la politique étrangère chinoise, car il offre à la Chine des instruments d’influence plus offensives, y compris dans l’espace médiatique. Ainsi, en 2022, la base chinoise d’articles scientifiques, le CNKI, a recensé 374 publications ayant le terme « pouvoir discursif » dans le titre et seulement 177 ayant le terme « soft power » (CNKI, 2023). « Renforcer le pouvoir discursif chinois dans le domaine international » (增强国际话语权) constitue l’une des orientations fondamentales et des directives d’action définies par Xi Jinping pour la diplomatie chinoise dans la nouvelle ère, lors du 20e congrès national du PCC en octobre 2022. Pour atteindre cet objectif, on envisage de créer des différentes plateformes de communication et soutenir des médias capables d’assurer les activités de propagande chinoise à l’étranger ainsi que générer des nouveaux concepts et expressions visant à promouvoir le récit chinois sur la scène internationale (Liao, 2022).

5La guerre en Ukraine a suscité des transformations géopolitiques majeures en forçant les principaux acteurs internationaux d’abord à prendre une position vis-à-vis de ce conflit, puis introduire des mesures concrètes, ou pas – des sanctions, des nouvelles pratiques commerciales, judiciaires et diplomatiques – pour faire valoir cette position. La Chine, qui aspire au statut de grande puissance responsable et qui maintient une coopération stratégique très étroite avec la Russie, s’est retrouvée dans une situation délicate. L’unité nouvelle du monde occidental face à la menace russe et la revitalisation des différentes alliances sous la supervision des États-Unis (le Quad et l’AUKUS) a ressuscité un climat de guerre froide en Europe et a significativement remonté le degré de tensions dans l’environnement immédiat de la Chine. En élaborant son discours officiel sur le conflit, Pékin a dû calibrer ses communications en fonction de différents facteurs externes et internes, et mobiliser les différentes stratégies pour les promouvoir. Certes lié à la Russie après de nombreuses années de rapprochement économique et politique avec Moscou, le gouvernement chinois se devait de définir une position face à ces questions : la Russie avait-elle initié une invasion ? la Russie avait-elle déclenché la guerre en réponse à une menace ? Ce conflit constituait-il une menace à la stabilité régionale ? La Chine se devait-elle de soutenir son partenaire russe, sachant qu’il n’y a pas d’alliance formelle entre Moscou et Pékin et que les relations économiques entre la Chine et les Occidentaux sont bien plus fortes qu’avec la Russie, malgré le développement récent de projets conjoints d’exploitation de ressources naturelles ?

Méthodologie

6Cet article analyse l’évolution de discours médiatique chinois en réalisant une étude quantitative et qualitative des publications de deux journaux chinois, le Huanqiu Shibao (环球时报) et le Caixin Zhoukan (财新周刊), parues entre le 24 février et le 31 décembre 2022, ainsi qu’en analysant les publications des internautes et des experts chinois sur le site de microblogage Weibo. Le Huanqiu Shibao, lancé en 1993 par le Quotidien du peuple, organe du PCC, se distingue par les éditoriaux nationalistes et conservateurs traitant de différents sujets internationaux. Malgré son style de tabloïd, il s’agit de l’un des périodiques les plus populaires en Chine, qui reflète les points de vue les plus radicaux d’une partie des élites politiques chinoises. Sa version anglophone, lancée en 2009 sous le nom de Global Times, bien qu’elle comporte des contenus communs, n’est pas une traduction fidèle du périodique chinois – ses publications usent d’un langage plus modéré tout en restant très nationalistes. L’hebdomadaire pékinois, le Caixin Zhoukan, se trouve en quelque sorte à l’opposé du Huanqiu Shibao car il se distingue par la grande qualité de ses investigations journalistiques et par ses analyses très nuancées des événements menées par des experts reconnus. Le Caixin Zhoukan possède également une version anglophone qui publie des textes originaux avec un focus particulier sur les questions économiques, Caixin Global. Il s’agit de l’un des rares médias chinois qui publie des éditoriaux servant d’indicateur des tendances plus modérées dans les hautes sphères pékinoises. Malgré l’existence d’une version anglophone, le Caixin Zhoukan cible plutôt le public chinois et plus particulièrement les élites intellectuelles et professionnelles. Quant au Huanqiu Shibao, ce périodique a une double vocation : servir du relais de la propagande officielle au saveur nationaliste à l’intérieur du pays et promouvoir le point de vue chinois sur les événements et dossiers internationaux importants à l’étranger, plus particulièrement dans les pays en développement. Global Times s’est taillé une place importante sur les médias sociaux occidentaux auxquels les citoyens chinois n’ont pas d’accès (plus de 74 millions d’abonnés sur Facebook et 1,8 millions d’abonnés sur Twitter), ses articles anglophones sont souvent cités par les journaux occidentaux et accessibles à partir de leurs sites. Ainsi, ces deux médias ne sont pas seulement des outils de communication internes utilisés par le gouvernement chinois pour véhiculer le récit officiel et les interprétations « correctes » des événements et des sujets sensibles, ils sont tout autant des relais de propagande tournés vers le monde extérieur. Les différences entre les versions sinophone et anglophone en témoignent. Les périodiques choisis défendent des positions différentes et l’analyse de leur traitement de la guerre en Ukraine nous permettra de mieux saisir l’évolution du récit chinois officiel ainsi que d’identifier les principaux facteurs qui l’ont influencé.

7Le contrôle et la censure médiatique sont omniprésents en Chine : l’agenda médiatique et la politique éditoriale – quels sujets sont à traiter en priorité et sous quel angle – sont déterminés par le PCC. Le travail de journaliste et d’éditorialiste est régi par une panoplie de règles internes en constante évolution dont l’objectif principal est de s’assurer qu’ils présentent et diffusent les informations et les interprétations des évènements en adéquation avec l’idéologie d’État. Cette étude offre donc une réflexion globale sur la manière dont les médias chinois reflètent l’évolution de la position officielle de la Chine sur la guerre en Ukraine et utilisent le peu de marge de manœuvre qui leur soit autorisé pour nuancer ou, dans certains cas, élargir les paramètres du cadre officiel autorisé.

8Pourquoi analyser les discours des médias et des blogueurs chinois ? Van Dijk (1993, 1997) reconnaît la diversité potentielle des acteurs politiques et a proposé l’approche de l’analyse critique de discours (CDA) qui ancre dans une réflexion théorique en sciences politiques, des éléments de méthode d’analyse qualitative développés par ailleurs par Paillé et Mucchielli (2021) ou Miles et Huberman (2002) en analyse de contenu. Les idées de Van Dijk sur l’analyse des discours politiques ont connu de multiples champs d’application, notamment l’analyse d’articles de presse, des tweets, des blogs, des graffitis (Perrez et al, 2019 ; Wijaya et Santoso, 2019 ; Forcier, 2019), illustrant en cela leur manière de traduire les représentations des acteurs, y compris médiatiques. Il s’agit ici de retracer les éléments structurants dans les discours médiatiques et dans les blogs chinois.

  • 1 Le moteur de recherche sur le site du journal ne permet pas d’obtenir une vue d’ensemble.

9Le corpus de textes et de blogs retenus résulte d’une recherche dans les archives de ces médias sur la période du 24 février 2022 au 31 décembre 2022. Un premier tri a été effectué à l’aide du mot-clé « Ukraine », permettant d’identifier un corpus de plusieurs centaines d’articles1 pour Huanqiu Shibao, 1 963 pour Global Times, 3 161 pour Caixin Zhoukan et 516 pour Caixin Global. Le tri de ces articles par couples de mots-clés identifiés après lecture de plusieurs dizaines d’entre eux (méthode de l’identification de codes signifiants, Miles et Huberman 2002) a permis d’identifier les idées principales et récurrentes selon une périodisation pour cerner tant la chronologie de parution des textes que l’apparition des idées principales (Burger, 2006 ; Albarello, 2012 ; Angermuller et al, 2014, Braun et al, 2016). Pour l’analyse des microblogs chinois, nous avons utilisés des statistiques générées automatiquement par Weibo qui correspondent aux périodes concernées par la recherche.

Réaction initiale : une attitude prudente mise à mal par les pressions médiatiques

10Le début de l’invasion russe semble avoir surpris les autorités chinoises qui se sont réfugiés derrière les formules diplomatiques habituelles mettant en avant les principes de la non-ingérence et du respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des États. Cette attitude prudente a trouvé son reflet dans le comportement des médias chinois qui ont relégués les nouvelles sur le début de la guerre en Ukraine au second plan de leurs grilles médiatiques. Ainsi, les publications qui apparaissent dans le Huanqiu Shibao et le Caixin Zhoukan au cours des premiers jours du conflit n’offrent aucune analyse ou interprétation des événements. Les journaux ne publient que des courts extraits des déclarations officielles réitérées par les ministres des affaires étrangères russes et chinoises ou leurs porte-paroles et des reportages du Quotidien du peuple et de l’agence de presse Xinhua. Il s’agit donc d’informations générales et d’éclairages prudents et neutres, qui correspondent aux règles de la propagande du PCC. En parallèle, tous les médias chinois auraient reçu une directive du Département central de la propagande leur interdisant de diffuser des informations négatives sur la Russie et sur son « opération spéciale » en Ukraine (Qiao, 2022). On observe toutefois une relative autonomie de la part de Caixin Global, qui parle, non dans les titres mais dans le corps des articles, d’« invasion de l’Ukraine », de « guerre en Ukraine » dès le 26 février et le 27 février respectivement, puis dans le titre (« Ukraine War ») dès le 28, mais dans des sections économiques consacrées aux impacts du conflit sur les marchés.

11Plusieurs parmi les premiers éditoriaux originaux sur la guerre ont été en fait consacrés à la situation de Chinois se trouvant sur le territoire ukrainien au moment du conflit et aux démarches entreprises par les autorités chinoises pour assurer leur sécurité (13 articles dans le Global Times du 24 février au 3 mars, 4 articles dans le Caixin Global du 26 février au 3 mars et 3 articles dans le Huanqiu Shibao du 24 févier au 2 mars). Il s’agirait d’une réaction à une vague de critiques publiés sur Weibo s’interrogeant sur les raisons derrière l’inactivité de l’ambassade de la RPC à Kyiv qui tardait à organiser l’évacuation de citoyens chinois de l’Ukraine. Cette inactivité a donné naissance à une rumeur qui a enflammé les réseaux sociaux en Chine et en Occident selon laquelle l’ambassadeur Fan Xianrong et ses proches avaient déjà quitté l’Ukraine. Cette rumeur a été officiellement réfutée par l’ambassadeur dans une courte vidéo (ce fait a été mentionné par 4 articles du Global Times) et ses propos – « les ambassadeurs chinois ne laisseront jamais les Chinois derrière se débrouiller par eux-mêmes ; ce n’est pas comme ça que se comporte un ambassadeur chinois et un membre du Parti communiste chinois » – ont été largement diffusés par les médias (Global Times, 2022a ; Xinhuanet.com, 2022a).

12En effet, l’ambassade a d’abord diffusé une note très générale vantant l’esprit du peuple chinois capable à faire face à tous les défis sous la direction du PCC et appelant les Chinois en Ukraine à continuer de s’entre-aider sans donner aucun détail concret quant aux modalités et délais de rapatriement, puis a invité ses ressortissants à mettre un drapeau chinois sur leurs voitures et maisons par précaution sécuritaire (Koetse, 2022b), une mesure bientôt suivie d’un contrordre invitant les citoyens chinois à ne pas révéler leur identité (Jia et Tang, 2022). Ces instructions bien particulières et parfois contradictoires, et l’absence de tout préparatif pour l’évacuation des citoyens chinois, semblent indiquer que Pékin croyait que le scenario de la Crimée était en train de se répéter – soit que Kyiv serait rapidement prise par les forces russes et que la guerre ne durerait pas longtemps. Les quelques témoignages de Chinois résidant en Ukraine publiés par le Huanqiu Shibao en font l’écho, en affirmant qu’il n’y a pas de haine entre les peuples ukrainien et russe et que tous les problèmes viennent des élites politiques ukrainiennes, mais que, comme ces élites fuient le pays, la guerre se terminerait bientôt (Global Times, 2022b ; Bai et al., 2022).

13Ce quasi-silence des médias officiels sur la guerre en Ukraine contrastait fort avec l’avalanche de publications sur les réseaux sociaux chinois où un nouvel hashtag (wuxin gongzuo 乌心工作) est apparu dès le 24 février pour désigner l’inquiétude éprouvée par les internautes chinois au sujet de la situation en Ukraine. Il s’agit d’un jeu de mots (avec wuxin gongzuo 无心工作 ou « ne pas être d’humeur à travailler » : le caractère de négation wu 无 est remplacé par celui désignant l’Ukraine – wu 乌) signifiant que la personne est tellement préoccupée par ce qui se passe en Ukraine qu’elle ne parvient pas à se focaliser sur le travail en cours. Beaucoup d’internautes chinois expriment alors leur souhait que la guerre se termine vite et que la population civile soit épargnée, même si d’autres proclament leur appui en faveur des militaires russes, estimant que la guerre est le résultat de la politique pro-américaine de Kiev (Koetse, 2022a). La page sur Weibo, l’équivalent chinois de Twitter, dédiée à la guerre (关注俄乌局势最新进展 ou « suivez les derniers développements de la situation russo-ukrainienne »), a été vue le 24 février 2,7 milliards de fois par des internautes chinois, et bien que dans les jours suivants le nombre de visites ait baissé significativement, après 10 mois de conflit la page a enregistré presque 22 milliards de visites et 2,8 millions de publications (Weibo, 2022a). Un autre forum de discussion populaire, avec plus de 300 millions de vues, « Que signifie la situation en Ukraine pour la Chine ? » (俄乌局势对中国有何启示) a invité les Chinois à réfléchir et à s’exprimer sur les conséquences du conflit pour le statut de la Chine sur la scène internationale, mais aussi sur la politique des principaux acteurs internationaux vis-à-vis du conflit (Weibo, 2022b).

14Le mutisme initial des autorités chinoises et surtout l’abstention de la Chine lors du vote au Conseil de sécurité de l’ONU sur la résolution condamnant l’agression russe contre l’Ukraine, ont été largement interprétés en Occident comme un signe de la complicité tacite de Pékin vis-à-vis de Moscou. Les médias occidentaux ont publié un grand nombre d’articles s’interrogeant sur le support que la Chine pourrait accorder à la Russie dans le domaine économique en lui aidant à contourner les sanctions mais aussi sur le plan stratégique et militaire. Le New York Times a même affirmé que les dirigeants chinois connaissaient les intentions de Vladimir Poutine d’envahir l’Ukraine et lui auraient même demandé d’attendre la fin des Jeux olympiques à Pékin pour lancer son « opération militaire spéciale » (Wong et Barnes, 2022). Le fait que les médias chinois diffusent les arguments propagandistes fournis par le Kremlin, a alimenté aux yeux des Occidentaux cette idée de connivence entre Pékin et Moscou. En effet, le Huanqiu Shibao a notamment publié des articles sur la présence des bio laboratoires américains en Ukraine et l’inefficacité des sanctions occidentales qui seraient « un beau discours dénué de substance » (Huanqiu.com, 2022; Song, 2022). Rien de tel dans le Caixin Global où les articles se cantonnent dans la description du conflit et des impacts sur les marchés financiers et l’activité économique.

15Dans ce contexte tendu, le Caixin Zhoukan publie un long article présenté en couverture analysant les conséquences inattendues de cette guerre qui a en quelques jours seulement a fait bousculer le statu quo mondial existant en rapprochant encore plus l’Europe aux États-Unis et en marginalisant la Russie au point d’en faire un état-paria (Wang et al., 2022). Son de cloche similaire dans le Caixin Global, où trois articles des 25, 26 et 27 février mettent l’éclatement du conflit en perspective et annoncent la volonté russe de « réaffirmer le contrôle de l’Europe de l’Est » (Xu, 2022) et la fin de « l’ordre post-guerre froide » (« Post-Cold War World Order ») (Chen, Jia et Jia, 2022). Puis, Hu Shi, un expert bien connu dans les cercles politiques chinois qui occupe le poste du vice-président du Centre de recherche en politiques publiques du Bureau du conseil des affaires de l’État, rédige un texte qui appelle les dirigeants chinois à se détacher ouvertement de Vladimir Poutine en abandonnant sa neutralité de façade afin d’éviter d’être isolés avec lui derrière un nouveau rideau de fer opposant les démocraties occidentales aux régimes autoritaires (Hu, 2022). Bien que ce texte ait été rapidement censuré, il a causé une véritable tempête sur les réseaux sociaux chinois : certains internautes ont accusé Hu Shi d’être un laquais de Washington, mais d’autres en ont profité pour exprimer leurs propres critiques du choix stratégique de soutenir Vladimir Poutine dans son aventurisme (Buckley, 2022).

Élaboration du discours et mobilisation du pouvoir discursif

16La pression médiatique et diplomatique occidentale, ainsi que la floraison des débats et des controverses sur les réseaux sociaux chinois, ont poussé Pékin à élaborer un nouveau discours officiel sur la guerre en Ukraine, avec ses propres arguments et langage. De plus, à l’issue de deux premières semaines du conflit, Pékin est forcé de constater que la guerre éclair imaginée par Poutine a échoué et que les sanctions occidentales qui ont atteint un degré sans précédent, pourraient mettre la Russie, mais aussi la Chine, dans une situation stratégique et économique très délicate et potentiellement explosive. Les risques d’intensification et de prolongation du conflit sont donc devenus très réels, ce qui pourrait nuire aux intérêts stratégiques chinois à long terme. Il fallait donc procéder à des ajustements de la communication officielle afin de mobiliser de manière plus efficace le pouvoir discursif chinois.

17Le nouveau discours met moins l’accent sur les actions russes en Ukraine en plaçant au centre des communications chinoises les États-Unis et leur rôle dans l’émergence et la prolongation du conflit. Ainsi, si au début de la guerre, les actions de la Russie en Ukraine sont décrites comme « raisonnables et légitimes », elles sont maintenant présentées comme le résultat d’un grand jeu géopolitique lancé par les États-Unis contre la Russie dans le but de l’affaiblir et de réanimer l’OTAN (Gao, 2022). En accordant de l’aide militaire à Kyiv et en imposant des sanctions, Washington jette une ombre sur les perspectives des pourparlers de paix, que Pékin préconise dès le début de la crise comme la seule voie possible vers une solution durable de conflit (Wu et al., 2022 ; Zhang, 2022). Ainsi, les États-Unis apparaissent comme une puissance arrogante et égoïste, prête à sacrifier des milliers de vies ukrainiennes pour promouvoir ses intérêts économiques et géopolitiques, alors que la Chine s’impose, au contraire, comme une puissance responsable et pacifique, qui œuvre à la promotion du multilatéralisme dans les relations internationales. Cette vision fait l’écho à la manière dont la Chine conçoit son pouvoir discursif. En le comparant au pouvoir discursif de l’Occident, les chercheurs chinois font souvent appel à ces mêmes arguments idéologiques et moraux : « Les Chinois apprécient la retenue et l’examen de conscience ; ils cherchent à se transformer eux-mêmes pour persuader ou influencer les autres. […] Cela contraste fort avec la vision occidentale de puissance et du pouvoir discursif qui est presque toujours conflictuelle et antagoniste » (Bai, 2021, p. 1096). Ici encore le Caixin Global se démarque par la retenue de son propos : deux articles au tout début de la guerre rapportent l’interprétation de Moscou (« Putin blames NATO threat », 24 février) (Caixin Global, citant Bloomberg, 2022) ou se demandent jusqu’où les Occidentaux iront dans leur désir de « punir la Russie » (25 février) (Li, 2022b), mais par la suite aucun article n’établit de lien direct entre la poursuite du conflit et la posture américaine.

18Curieusement, bien qu’elle insiste sur l’organisation urgente des pourparlers de la paix, la Chine n’a pas souhaité assumer le rôle de médiateur, malgré des appels dans ce sens réitérés par certains dirigeants européens et ukrainiens. Cette contradiction entre le discours et les faits est expliquée, une fois de plus, au prisme de l’interventionnisme occidental dans les affaires chinoises. Ainsi, la Chine cherche à promouvoir la paix « de sa propre manière » alors que les demandes de médiation venant de l’Occident ne sont qu’un piège moral visant à faire pression sur la Chine afin qu’elle se joigne à son front antirusse (Li, 2022c ; Mu, 2022). Puisque la crise en Ukraine ait été créé par les Américains et les Européens, leur tentative d’associer la Chine aux pourparlers de paix ou à la négociation de certains aspects du conflit (sécurité des centrales nucléaires ou accord sur les céréales) serait un moyen d’esquiver leurs propres responsabilités dans l’escalade du conflit. En réalité, le raisonnement stratégique de Pékin est plus complexe que les médias officiels ne le laissent paraître. Au-delà de doutes que Pékin possède un pouvoir d’influence et de persuasion réel sur le Kremlin, devenir un médiateur dans un conflit qui oppose la Russie non pas seulement à l’Ukraine mais aussi aux États-Unis et à l’UE par procuration, n’est pas dans les intérêts stratégiques chinois. Dans la perception officielle et médiatique occidentale, il s’agit d’un conflit entre le monde démocratique et le camp autoritaire, dont la Chine fait partie. Vu la croissance des tensions entre la Chine et l’Occident, des tensions qui prennent de plus en plus une allure de tentatives d’endiguement de la montée en puissance de la Chine sur la scène internationale, Pékin n’a pas d’intérêt à antagoniser son grand voisin du nord qui le soutient dans la contestation du leadership américain. Finalement, participer aux pourparlers de paix qui avaient de fortes chances d’échouer n’apportait à l’époque aucun bonus politique à Xi Jinping, qui se préparait alors à la tenue du 20e Congrès national du PCC et veillait à ne pas compromettre son leadership au sein des élites dirigeantes (Zhu, 2022). La Chine a abandonné son mutisme en février 2023, en dévoilant son propre plan de paix, qui ne contient cependant aucune proposition concrète. Il s’agit d’une liste de principes familiers de la diplomatie chinoise, vagues et non-contraignants. Sa publication poursuit deux objectifs principaux – réfuter les allégations occidentales sur le soutien tacite de Pékin aux actions russes en Ukraine et redorer la réputation internationale de la Chine quelque peu ternie par ces allégations, surtout auprès des pays en développement. En présentant ce plan, la Chine confirme son statut de puissance responsable et s’identifie désormais comme l’unique grand acteur international œuvrant activement pour la paix et capable de persuader le président russe de s’asseoir à la table de négociations (Gabuev, 2023).

19Une fois la ligne directrice sur le conflit en Ukraine établie, elle devient une mantra officielle promue non seulement à l’intérieur du pays mais aussi à l’étranger, via les sites anglophones et les relais des médias chinois sur Facebook et Twitter. Ce faisant, les Chinois utilisent un langage bien spécifique qui cherche à mettre en valeur certains arguments et en occulter d’autres. Ainsi, qu’il s’agit de publications en chinois ou en anglais, le mot « invasion » n’est presque jamais utilisé pour décrire le conflit en Ukraine, les termes employés sont à la fois plus neutres et englobants afin de dédramatiser l’impact global de l’événement : « crise », « tensions », « situation », « issue » – le Caixin Global se démarquant à nouveau avec 75 utilisations de l’expression « Russian invasion » ou « invasion of Ukraine ». Le terme « victime » est surtout employé pour parler de la Chine qui serait une victime de la campagne de désinformation instiguée par les États-Unis. Quant à l’Ukraine, tout comme l’UE, elle serait surtout victime de l’impérialisme américain et des jeux géopolitiques de Washington. Ce terme est aussi fréquemment utilisé pour parler de la Russie, « victime de sanctions occidentales ». Les États-Unis sont présentés comme le principal instigateur et bénéficiaire de la guerre qui abuse de son statut de la superpuissance pour détruire l’ordre mondial. Les expressions utilisées sont pleines de vitriole, tant en chinois qu’en anglais « Shizuo Yongzhe 始作俑者 (l’homme qui a tout commencé) », « Muhou Heishou 幕后黑手 (L’homme derrière le rideau) », « Cold War schemer », « instability brewer », « poison disseminator », « Voldemort of global order » (Xinhuanet.com, 2022b ; Xing et Zhou, 2022). Rien de tel dans le Caixin Global qui s’en tient à un langage dépouillé, factuel et très orienté vers des analyses économiques. En parallèle, on intègre dans les éditoriaux des opinions des experts non-chinois et l’on cite des propos radicaux exprimés par certains politiciens et commentateurs de Fox News américains, comme Tucker Carlson ou Tulsi Gabbard (Li, 2022 d). Certains articles les plus controversés sont rédigés par des journalistes d’origine occidentale. Ainsi, selon un certain James Smith, les Européens qui font face à la hausse vertigineuse des prix de l’énergie sont de moins en moins enclins à appuyer les sanctions contre la Russie, alors que les Américains sont les grands gagnants de la crise énergétique qui frappe l’UE (Smith 2022). Ces stratégies permettent aux médias chinois de mettre en avant l’idée qu’il ne s’agit pas de l’interprétation purement chinoise des événements mais d’une vision largement partagée par d’autres pays, y compris en Occident (Li, 2022a).

20Toutefois, l’impact de ce discours sur l’opinion publique en Chine et à l’étranger reste difficile à évaluer. En Chine, selon l’étude réalisée en mars-avril 2022, le récit officiel semble être bien intériorisé de gré ou de force par une large partie de la population. Ainsi, 60 % de répondants considèrent que la meilleure manière d’agir pour la China serait d’offrir un soutien moral à la Russie, 16 % pensent que la Chine doit lui également fournir des armes, alors que l’idée de la condamnation de l’invasion russe a reçu l’approbation de seulement 13 % de répondants (US-China Perception Monitor, 2022). On observe une répartition assez semblable d’opinons sur les réseaux sociaux, même si les gens y expriment des points de vue divergents ou alternatifs, la censure ne permet pas à ses voix à se disséminer. À l’extérieur de la Chine, les principaux médias officiels chinois – l’agence Xinhua et le China Global Television Network (CGTN) – publient quotidiennement sur leurs pages Facebook et Twitter plusieurs vidéos et brefs commentaires présentant l’interprétation chinoise des événements passés et de l’actualité en lien avec la guerre en Ukraine à destination de publique étrangère. Ces publications sont souvent accompagnées de hashtags populaires, comme #Ukraine ou #UkraineConflict, en assurant ainsi la diffusion plus large de la vision chinoise sur les réseaux sociaux occidentaux (Jennings, 2022). Leur couverture médiatique semble cependant être assez limitée. Bien que Xinhua compte officiellement 94,5 millions d’abonnés sur Facebook et la version anglophone du Huanqiu Shibao, Global Times, 72 millions, une grande partie de ces abonnés sont en réalité des bots informatiques crées par les autorités chinoises pour gonfler artificiellement le nombre de vues, de likes et d’abonnements. Par comparaison, le CNN n’a, par exemple, que 39,3 millions d’abonnés sur Facebook, mais ses contenus médiatiques ont une diffusion beaucoup plus large que ceux produits par le Xinhua. Certes, l’influence médiatique de Pékin a commencé à gagner du terrain depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, en particulier en Afrique et en Asie, mais la Chine ne parvient pas encore à exercer un effet décisif sur les débats publics à l’extérieur de ses frontières (Cook, 2022).

Stratégie de neutralité pragmatique : pro-russe ou anti-américaine ?

21En voyant la débâcle de l’armée russe en Ukraine, la contraction de l’économie russe sur fond de multiplication des sanctions, et le risque que ces sanctions puissent affecter des entreprises chinoises, Pékin commence à se distancier de la Russie et à insister davantage sur sa position de neutralité, ou plutôt d’une troisième voie qui passe au milieu entre deux positions extrêmes, celle de la Russie et celle de l’Ukraine. Ainsi, à partir de mois d’avril, le Huanqiu Shibao et le Caixin Zhoukan consacrent de moins en moins d’articles à l’actualité de la guerre en Ukraine. Les figures 1 et 2 qui montrent la fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans les titres et dans les textes de leurs publications, en témoignent très clairement. Dans le cas de la version anglophone du Huanqiu Shibao, Global Times, il s’agit d’une chute drastique : si en février (du 24 au 27 février) et mars, les articles consacrés à la guerre représentaient 16,2 et 10,3 % du nombre total de publications, tous les sujets confondus, en avril et mai, leur part dans la couverture médiatique mensuelle du journal ne s’élevait qu’à 4,5 et 1,4 % respectivement, et dans les mois suivants elle s’est maintenue autour de 1 % (voir figure 3). Dans le cas de Caixin Global, le mot Ukraine apparaissait dans le titre de 37 articles en mars, puis 11 en avril, 7 en mai et 3 ou moins les mois suivants. Ainsi, la guerre en Ukraine se retrouve beaucoup moins documentée en Chine qu’elle ne l’est en Occident, ou elle continue d’être à la une de l’actualité. En Chine, les nouvelles sur l’Ukraine semblent être volontairement relégués au second plan de l’espace médiatique, et avec l’étirement du conflit, elles se voient de plus en plus enfouies sous une succession des sujets liés à la situation interne (la politique du zéro-Covid, le 20e congrès du PCC) ou aux événements survenus dans l’environnement immédiat de la Chine (la visite de Nancy Pelosi à Taiwan, les sommets du G20 et de l’Organisation de coopération de Shanghai). En réduisant la couverture médiatique de la guerre, on diminue son importance aux yeux de la publique chinoise qui se sent par conséquent moins préoccupée par l’impact que cette crise géopolitique pourrait avoir sur la Chine.

Figure 1. Fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans les titres des publications du Global Times, du Huanqiu Shibao, du Caixin Zhoukan et du Caixin Global, février-décembre 2022 (en nombre)

Figure 1. Fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans les titres des publications du Global Times, du Huanqiu Shibao, du Caixin Zhoukan et du Caixin Global, février-décembre 2022 (en nombre)

Source : Huanqiu Shibao; Global Times; Caixin Zhoukan ; Caixin Global, 2022, données compilées par les auteurs

Figure 2. Fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans le corps du texte des publications du Global Times, du Caixin Zhoukan et du Caixin Global, février-décembre 2022 (en nombre)

Figure 2. Fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans le corps du texte des publications du Global Times, du Caixin Zhoukan et du Caixin Global, février-décembre 2022 (en nombre)

Source : Global Times ; Caixin Zhoukan ; Caixin Global, 2022, données compilées par les auteurs

Figure 3. Le poids des articles ayant le terme « Ukraine » dans le titre et le corps du texte dans la couverture mensuelle du Global Times consacrés à la guerre en Ukraine, février-décembre 2022 (en %)

Figure 3. Le poids des articles ayant le terme « Ukraine » dans le titre et le corps du texte dans la couverture mensuelle du Global Times consacrés à la guerre en Ukraine, février-décembre 2022 (en %)

Source : Global Times, 2022, données compilées par les auteurs

22En parallèle, le discours élaboré au début du conflit devient plus nuancé bien qu’il conserve toujours son caractère anti-américain et globalement pro-russe. La figure 4 montre qu’à partir du mois d’avril, les États-Unis sont mentionnés dans presque tous les articles consacrés à l’Ukraine, parfois même plus souvent que la Russie l’est – toujours avec l’exception du Caixin Global, nettement plus modéré, puisqu’aucun titre ne contient les deux mots « Ukraine » et « États-Unis ». Le postulat que l’OTAN et les États-Unis soient des principaux responsables de l’escalade du conflit et de son prolongement, est devenu un mantra officiel à tel point que le rôle de la Russie s’y voit presque effacé. Comme l’a souligné un des experts chinois, « la prochaine clé pour résoudre le problème Russie-Ukraine est entre les mains des États-Unis et de l’Europe » (Zhou, 2022). Les agences de presses russes internationales, comme Sputnik News et Russia Today, continuent de dominer la couverture médiatique de la guerre en Chine. En les utilisant comme les principales sources d’information, les médias chinois participent indirectement aux campagnes de désinformation instiguées par Moscou. En effet, plusieurs médias russes sont officiellement bannis de l’espace médiatique occidental alors que les médias chinois n’ont pas ce problème – ils servent donc d’un relais pour amplifier la propagande de Moscou en Europe et aux États-Unis.

Figure 4. Fréquence de mention de termes « États-Unis » et « Russie » dans les articles du Global Times consacrés à la guerre en Ukraine, février-décembre 2022 (en %)

Figure 4. Fréquence de mention de termes « États-Unis » et « Russie » dans les articles du Global Times consacrés à la guerre en Ukraine, février-décembre 2022 (en %)

Source : Global Times, 2022, données compilées par les auteurs.

23Toutefois, l’analyse du discours et de son évolution à partir de mois de mai montre que les Chinois commencent à utiliser de manière plus sélective et prudente les arguments véhiculés par le Kremlin, censés à théoriser et justifier l’invasion russe. Ainsi, les déclarations de Moscou sur le « dénazification » de l’État ukrainien sont désormais pratiquement absentes de l’espace médiatique chinois. Au début du conflit, le développement du mouvement néo-nazi en Ukraine faisait bien partie du discours officiel chinois mais il s’agissait soit des tweets provocateurs des loups guerriers chinois (Standish, 2022), soit de citations directes tirées des discours de Vladimir Poutine et accompagnées d’explications précisant qu’il s’agissait de la perception russe des événements, qu’il fallait donc remettre dans le contexte de tensions actuelles entre Moscou et Washington (Fan et Huang, 2022).

24Les violences de la guerre et les détails sordides des crimes de guerre commis par l’armée russe restent rarement mentionnés. Par exemple, le massacre à Boutcha ne figure que dans 14 articles du Global Times ou il est décrit comme « incident invérifié » utilisé par les États-Unis pour justifier l’introduction des nouvelles sanctions contre la Russie (Xin, 2022), ou dans 4 articles du Caixin Global seulement où l’on rapporte tout de même que l’ambassadeur de Chine à l’ONU a demandé une enquête sur les incidents « très préoccupants » de Boutcha (Caixin Global, 2022). Un autre sujet passé sous silence par les médias chinois est les manifestations anti-guerre et les gestes de défi individuels contre le régime poutinien en Russie. Malgré les multiples déboires russes en Ukraine qui ont révélé au grand jour l’état de délabrement de l’armée russe et l’inefficacité de son armement, la question de l’impact que cette débâcle pourrait avoir sur la verticale du pouvoir de Poutine ne sont que très rarement abordée dans l’espace médiatique chinois. Et quand elles le sont, ces publications se voient très vite censurées, comme ce fut le cas de l’article de l’ancien ambassadeur de la RPC à Kyiv, Gao Yusheng. Dans sa courte analyse de la guerre en Ukraine et de ses implications pour l’ordre international, il a attribué le déclin de la puissance de la Russie aux erreurs politiques de ses élites dirigeantes que les sanctions occidentales ont exacerbées. Son affirmation que le prétendu renouveau de la Russie sous la direction de Poutine n’est qu’une coquille vide remettait en cause la sagesse de la décision de Pékin d’offrir à Moscou son support moral (Gao, 2022). Les interrogations sur les faiblesses du poutinisme et les risques que sa contestation, aussi minime soit-elle, représente pour le maintien du régime, suggèrent bien des parallèles avec la situation en Chine en menaçant ainsi la stabilité sociale à l’intérieur du pays (Repnikova, 2022).

25En même temps, à partir de mois d’avril, les journaux chinois commencent également à intégrer dans leurs interprétations des points de vue ukrainiens et à citer plus souvent les propos du président ukrainien, Volodymir Zelensky ou de son conseiller, Mykhailo Podolyak, tout en s’abstenant de les critiquer. Cette tactique permet à Pékin d’équilibrer son discours en le rendant plus neutre et crédible. Par exemple, la diffusion des discours du président ukrainien Zelensky sur l’état de guerre a été autorisée à l’occasion (Wu, 2022). Les paramètres de la discussion publique sur les retentissements internationaux de la guerre en Ukraine se voient alors élargis pour inclure finalement des opinions variées, même si certains postulats, comme l’intervention néfaste des États-Unis dans le conflit, restent incontestés. Ainsi, à côté d’opinions très nationalistes, comme celle de Zhang Weiwei, professeur à l’Université de Fudan et commentateur-télé populaire, estimant que la Russie serait en train de « renverser l’ordre internationale basé sur l’hégémonie unipolaire des États-Unis » (China Now, 2022), des voix plus critiques et modérées sont aussi autorisées à s’exprimer. Certains soulignent que derrière les déclarations grandiloquentes du Kremlin sur les objectifs de son « opération militaire spéciale », se cachent des motivations de nature impérialiste (Yang, 2022). D’autres s’interrogent sur les répercussions que la division du monde en deux camps – occidentalo-américain et sino-russe –, pourrait avoir sur le développement de la Chine ou sur la stabilité du monde (Wang et al., 2022). Ainsi, Hu Xijin, l’ancien éditeur en chef du Huanqiu shibao et de sa version anglophone Global Times, qui continue à publier des analyses provocateurs et anti-américaines sur son compte Weibo où il a plus de 24 millions d’abonnés, insiste désormais sur l’urgence de mettre un terme à ce conflit qui est devenu incontrôlable et qui pourrait s’étendre au-delà des frontières ukrainiennes (Hu, 2022a ; Hu, 2022b). Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes s’interrogent désormais ouvertement sur les compétences militaires de la Russie et soulignent les faiblesses des armements russes comparativement à ceux de l’OTAN (Koetse, 2022c). Ces publications ne sont plus censurées, comme ce fut le cas au début de la guerre. Ce large éventail d’analyses et de commentaires reflète un certain désaccord qui semble exister parmi les élites dirigeantes chinoises quant à la signification de cette crise pour l’avenir de la Chine sur la scène internationale.

26Si les médias chinois semblent accorder moins d’attention au déroulement de la guerre sur le terrain, ils continuent à décortiquer les conséquences géopolitiques et économiques du conflit déjà visibles et potentielles (voir figure 2). Dans le cas du Global Times, à partir de mois de mai, la fréquence de mention du conflit en Ukraine dans le corps de texte des différents articles, tous les sujets confondus, est restée assez stable, oscillant entre 10 et 12 % (voir figure 3). Ces éditoriaux visent à démontrer que la Chine demeure neutre tout en œuvrant pour la solution pacifique, mais surtout à réfuter les diverses accusations d’un supposé parti-pris pro-russe, accusations portées à plusieurs reprises par les médias occidentaux. Un autre grand sujet fréquemment abordé est la position de l’UE vis-à-vis du conflit et ses retentissements nationaux et internationaux. Le discours chinois semble encore une fois rejoindre celui de Moscou qui présente l’Europe comme un acteur dénué de toute volonté individuelle et agentivité indépendante, un pion dans le jeu géopolitique de Washington (Dong, 2022). Toutefois, le discours chinois est moins catégorique quant au rôle de l’UE sur la scène internationale : toutes les critiques chinoises de la réaction de l’UE à l’invasion de l’Ukraine sont toujours accompagnées des appels aux dirigeants européens à adopter une position plus pragmatique et de ne pas sacrifier leurs intérêts nationaux pour assurer l’hégémonie américaine. Le récent voyage du chancelier allemand en Chine et la possible visite d’Emmanuel Macron à Pékin en 2023 sont justement présentés comme des signes que l’UE est en train de réévaluer les priorités de sa politique étrangère sous l’influence de ses appels (Yang et Wang, 2022).

Conclusion

27Le discours officiel chinois sur la guerre en Ukraine a bien évolué depuis le début de l’invasion russe. Cette évolution reflète à la fois la détermination de Pékin de préserver sa neutralité afin de réduire l’impact de la crise sur ses propres ambitions géopolitiques et ses perspectives économiques, et le changement du contexte international entourant la guerre suite à son escalade dans l’espace et dans le temps. Si au début du conflit, la couverture médiatique de l’invasion russe de l’Ukraine en Chine faisait l’écho à celle de la Russie, au point de répéter les affirmations diffusées par le Kremlin, au fur et à mesure que le conflit s’étendait et s’installait dans la durée, le discours chinois est devenu globalement plus anti-américain que pro-russe, même s’il faut nuancer ce propos du fait de la posture plus neutre du Caixin Global. Ce discours reflète les objectifs de la stratégie géopolitique initiale de Pékin qui consiste à se distancier au maximum du conflit et de ses retentissements internationaux immédiats. Bien que Pékin continue d’offrir un appui moral à la Russie lors des rencontres bilatérales et dans l’espace médiatique officiel, puis diplomatique à travers le plan de paix assorti d’un soutien politique clair en mars 2023, ce soutien demeure formulé en termes plus généraux. Ce discours se révèle d’être suffisamment flexible pour permettre à Pékin à la fois de rassurer Moscou sur son soutien, sans pour autant lui fournir de l’aide matérielle ou militaire ; et de réfuter les critiques les plus virulentes de sa position venant de l’Occident. Cette approche laissait à Pékin une marge de manœuvre plus importante pendant la première année de guerre en lui permettant de maintenir une neutralité ambiguë et de l’instrumentaliser le conflit pour discréditer le modèle occidentale et le système international de gouvernance.

28À l’intérieur du pays, l’insistance sur le rôle des États-Unis et de l’OTAN dans le déclenchement et l’enlisement du conflit permet de satisfaire les attentes nationalistes d’une partie de la population et de discréditer les critiques de la politique officielle en lien avec la crise ukrainienne dans les débats publics. Le focus sur les conséquences géopolitiques internationales de la guerre, plutôt que sur les actions russes en Ukraine, permet également de prendre du recul et de rationaliser cette crise aux yeux de la population chinoise, en réduisant ainsi son sentiment d’être directement concernée par ses répercussions, qu’elles soient de nature économique ou politique. Cette stratégie semble être assez efficace puisque non seulement des experts mais aussi des citoyens chinois ordinaires discutent des déclarations officielles russes, ukrainiennes et occidentales sans mettre en question le bien-fondé de la posture de la troisième voie assumée par le gouvernement chinois. En mobilisant son pouvoir discursif, la Chine a réussi non seulement à se distancier du piège d’être associée au conflit en Ukraine du fait de sa proximité avec Moscou, mais aussi à se créer un champ de manœuvre assez large pour faire valoir ses intérêts dans un contexte international de plus en plus polarisé et traversé de tensions géopolitiques.

Haut de page

Bibliographie

ALBARELLO, L., 2012, Apprendre à chercher, Bruxelles, De Boeck.

ALEXEEVA, O. V., 2022, « Chine : 2022, l’année de tous les périls ? », Diplomatie 116, p. 12-17.

ALEXEEVA, O. & LASSERRE, F., 2018, « L’évolution des relations sino-russes vue de Moscou. Les limites du rapprochement stratégique », Perspectives chinoises, 3, p. 75-84.

ANDGULADZE, D., 2022, « The Impact of the War in Ukraine on the Relations between Russia and China », Free University Journal of Asian Studies, (4), https://journals.org.ge/index.php/asianstudies/article/view/108, c. le 19 mars 2023.

ANGERMULLER, J., WODAK, R. & MAINGUENEAU, D., 2014, The Discourse Studies Reader, Amsterdam, John Benjamins.

BAI, T., 2021, « Assessing China’s Discursive Power: The Concept and Its Effect », Proceedings of the 2021 International Conference on Education, Language and Art (ICELA 2021), p. 1095-1098.

BAI, Y., FAN, L., ZHAO, J., FAN, A. & CHEN, Q., 2022, « Minzhong huo chutao huo qianggou, guatou que zaoyi pao lu……Wukelan huaren jiangshu kaizhan hou de qinshen jingli» [民众或出逃或抢购,寡头却早已跑路……乌克兰华人讲述开战后的亲身经历] (Le peuple peut fuir ou se précipiter pour acheter, mais les oligarques se sont enfuis depuis longtemps... Des Chinois ukrainiens racontent leurs expériences personnelles après le début de la guerre), Huanqiu.com, 24 fév., https://world.huanqiu.com/article/46wmj67d0uv, c. le 15 janv. 2023.

BRAUN, V., CLARKE, V. & WEATE, P., 2016, « Using thematic analysis in sport and exercise research », dans Smith, B. & Sparkes, A. C. (dir.), Routledge handbook of qualitative research in sport and exercise, Londres, Routledge, p. 191-205.

BUCKLEY, C., 2022, « Defying China’s Censors to Urge Beijing to Denounce Russia’s War », The New York Times, 21 mars, https://www.nytimes.com/2022/03/18/world/asia/china-ukraine-russia-dissent.html, c. le 25 déc. 2022.

BURGER, M., 2006, « L’analyse du discours appliquée à la communication médiatique: comment la presse romande parle-t-elle de l’Islam ? », Bulletin Vals-Asla83(2), p. 201-212.

CABESTAN, J.-P., 2021, Demain la Chine: guerre ou paix ?, Paris, Gallimard.

CAIXIN GLOBAL, 2022a, « Putin Orders Military Into Eastern Ukraine, Blames NATO Threat », Caixin Global, citant Bloomberg, 24 fév., https://www.caixinglobal.com/2022-02-24/putin-orders-military-into-eastern-ukraine-blames-nato-threat-101846146.html, c. le 5 janv. 2023.

CAIXIN GLOBAL, 2022b, « China U.N. Envoy Calls for Probe Into ‘Deeply Disturbing’ Incidents of Civilian Deaths in Bucha, Ukraine », Caixin Global, 6 août, https://www.caixinglobal.com/2022-04-06/china-un-envoy-calls-for-probe-into-deeply-disturbing-incidents-of-civilian-deaths-in-bucha-ukraine-101866307.html, c. le 12 janv. 2023.

CAMPBELL, C., 2023, « Why China, Russia’s Biggest Backer, Now Says It Wants to Broker Peace in Ukraine », Time, 22 février, https://time.com/6257398/china-russia-ukraine-war-peace-talks/, c. le 19 mars 2023.

CARLSON, B., 2022, « The China Factor in Russia’s War in Ukraine », Policy Perspectives10(13), https://css.ethz.ch/content/dam/ethz/special-interest/gess/cis/center-for-securities-studies/pdfs/PP10-13_2022-EN.pdf, c. le 19 mars 2023.

CHEN, L., JIA, Z. et JIA, D., 2022, « Cover Story: The Beginning of the End of the Post-Cold War World Order », Caixin Global, 28 fév., https://www.caixinglobal.com/2022-02-28/cover-story-the-beginning-of-the-end-of-the-post-cold-war-world-order-101847844.html, c. le 5 janv. 2023.

CHINA NOW [这就是中国], 2022, émission hebdomadaire de China Dragon TV [中国东方卫视], 21 mars, https://www.youtube.com/watch?v=KoEw_8LDf-Y, c. le 13 janv. 2023.

CIOCULESCU, Ș., 2022, « Rethinking the China-Russia Relations in the Context of the War in Ukraine », Monitor Strategic, (1-2), p. 24-33.

CNKI (China National Knowledge Infrastructure) [中国知网], 2023, https://chn.oversea.cnki.net/index/, c. le 13 janv. 2023.

COOK, S., 2022, « Beijing’s Global Media Influence 2022 », Freedom House, https://freedomhouse.org/report/beijing-global-media-influence/2022/authoritarian-expansion-power-democratic-resilience, c. le 27 déc. 2022.

COURMONT, B., 2022, « Chine-Taïwan: la ligne de front ? », Après-demain, (4), p. 7-9.

DONG, Y., 2022, « Dongyifan: Ouzhou, xiaoxin meishi xinao she xia de xianjing » [董一凡:欧洲,小心美式洗脑设下的陷阱] (Dong Yifan: Europe, attention aux pièges tendus par le lavage de cerveau américain), Huanqiu Shibao, 27 nov., https://opinion.huanqiu.com/article/4AeFVeBzgAZ, c. le 18 janv. 2023.

DUBOIS DE PRISQUE, E. & HEURTEBISE, J.-Y., 2019, « L’ordre néo-maoïste du discours (analyse d’un usage récent de Foucault en Chine) », Monde chinois, 60(4), p. 83-101.

FAN, L. & HUANG, L., 2022, « “Neo-Nazism” poisons Ukraine, Europe under US, West’s connivance », Global Times, 17 mai, https://www.globaltimes.cn/page/202205/1265888.shtml, c. le 31 déc. 2022.

FORCIER, M., 2019, « Patrouille des frontières nationales et représentations racialisées: Analyse de commentaires en ligne sur les réfugiés syriens au Québec », Refuge35(1), p. 43-60.

GABUEV, A., 2023, « Inside China’s Peace Plan for Ukraine », Carnegie Politika, 1er mars, https://carnegieendowment.org/politika/89172, c. le 20 mars 2023.

GAO, J., 2022, « NATO legitimacy further questioned as Ukraine crisis drags on », Global Times, 27 mai, https://www.globaltimes.cn/page/202203/1256880.shtml, c. le 26 déc. 2022.

GAO, Y., 2022, « Rethinking Ukraine in China », Asia Times, 13 mai, https://asiatimes.com/2022/05/rethinking-ukraine-in-china/, c. le 31 déc. 2022.

GIRARD, C., 2022, « Une analyse géopolitique de la guerre en Ukraine », Revue Défense Nationale, (6), p. 127-135.

GLOBAL TIMES, 2022a, « Chinese ambassador to Ukraine rejects rumors, says he will never leave Chinese people behind », 27 fév., https://www.globaltimes.cn/page/202202/1253294.shtml, c. le 13 janv. 2023.

GLOBAL TIMES, 2022b, « Update: Chinese Embassy in Kiev prepares to bring back Chinese nationals amid escalating Ukraine-Russia crisis », 25 fév., https://www.globaltimes.cn/page/202202/1253130.shtml, c. le 22 déc. 2022.

HOLEINDRE, J. V., NOCETTI, J., PALOMÉROS, J. P., BUJON, A. L. & LE GOFF, T., 2023, « Une bataille des interprétations: Leçons stratégiques de la guerre en Ukraine », Esprit, (3), p. 81-93.

HU, S., 2022, « Possible Outcomes of the Russo-Ukrainian War and China’s Choice », US-China Perception Monitor, 12 mars, https://uscnpm.org/2022/03/12/hu-wei-russia-ukraine-war-china-choice/, c. le 25 déc. 2022.

HU, X., 2022a, Weibo, 30 sept., https://weibo.com/1989660417/M8gcMg3Cz?type=comment, c. le 13 janv. 2023.

HU, X., 2022b, Weibo, 27 oct., https://weibo.com/1989660417/McgrJukG5?pagetype=profilefeed, c. le 18 janv. 2023.

HUANQIU.COM, 2022, « Sheping: Shengwu shiyan shi, meiguo qian shijie yige jiaodai » [社评:生物实验室,美国欠世界一个交代] (Éditorial : Laboratoires biologiques, les États-Unis doivent une explication au monde entier), 11 mars, https://opinion.huanqiu.com/article/479TdS0A4TY, c. le 16 janv. 2023.

HUBERMAN, M. & MILES, M., 2002, The qualitative researcher's companion, Los Angeles, Sage.

JIA, T. & TANG, Z., 2022, « Chinese Embassy in Ukraine Urges Its Citizens Not to Reveal Their Identity », Caixin Global, 26 fév., https://www.caixinglobal.com/2022-02-26/chinese-embassy-in-ukraine-urges-its-citizens-not-to-reveal-their-identity-101847594.html, c. le 5 janv. 2023.

JIE, T. & MINGJIANG, L., 2023, « China’s subtle change of stance on Russia’s invasion of Ukraine should not go unnoticed », South China Morning Post, 2 janvier, https://www.scmp.com/comment/opinion/article/3205096/chinas-subtle-change-stance-russias-invasion-ukraine-should-not-go-unnoticed, c. le 19 mars 2023.

JENNINGS, R., 2022, « China Uses Overseas Social Media to Spread Unique Views on War in Ukraine », VOA News, 22 mars, https://www.voanews.com/a/china-uses-overseas-social-media-to-spread-unique-views-on-war-in-ukraine-/6496632.html, c. le 27 déc. 2022.

JULIENNE, M., 2022, « Guerre d’Ukraine: un embarras pour Pékin », Politique étrangère, (3), p. 103-115.

KOETSE, M., 2022a, «  Chinese Term ‘Wuxin Gongzuo’: Can’t Focus on Work Due to Russia-Ukraine Crisis », What’s on Weibo, 24 fév., https://www.whatsonweibo.com/chinese-term-wuxin-gongzuo-cant-focus-on-work-due-to-russia-ukraine-crisis/, c. le 25 déc. 2022.

KOETSE, M., 2022b, « Chinese Students in Ukraine Say Anti-Chinese Sentiments on the Rise due to “Fake News” », What’s on Weibo, 26 fév., https://www.whatsonweibo.com/chinese-students-in-ukraine-say-anti-chinese-sentiments-on-the-rise-due-to-fake-news/, c. le 22 déc. 2022.

KOETSE, M., 2022c, « Why Russia Is Nicknamed the “Weak Goose” on Chinese Social Media », What’s on Weibo, 2 oct., https://www.whatsonweibo.com/why-russia-is-nicknamed-the-weak-goose-on-chinese-social-media/, c. le 1 janv. 2023.

LI, J., 2022a, « Ouzhou “dun qi” guodong, meiguo chenhuodajie » [欧洲“囤气”过冬,美国趁火打劫] (L’Europe “stocke” du gaz pour l’hiver tandis que les États-Unis en profitent), People’s Daily online, 3 nov., http://paper.people.com.cn/rmrbhwb/html/2022-11/03/content_25946801.htm, c. le 16 janv. 2023.

LI, Y., 2022b, « In Depth: How Far the U.S. and EU Plan to Go to Punish Russia », Caixin Global, 25 fév., https://www.caixinglobal.com/2022-02-25/in-depth-how-far-the-us-and-eu-plan-to-go-to-punish-russia-101847086.html, c. le 5 janv. 2023.

LI, Z., 2022c, « EWu chongtu: Zhongguo de juese yu zhanlüe xuanze» [俄乌冲突:中国的角色与战略选择], Diyi Caijing [第一财经] (Le conflit Russie-Ukraine : le rôle et les choix stratégiques de la Chine), 2 mars, https://www.yicai.com/news/101333131.html, c. le 16 janv. 2023.

LI, Z., 2022d, « Meiguo tiaosuo EWu chongtu yiweizhe yue lai yue da de weixian » [美国挑唆俄乌冲突意味着越来越大的危险] (L’instigation américaine du conflit Russie-Ukraine signifie un danger croissant), Renmin wang [人民网], 13 mai, http://world.people.com.cn/n1/2022/0513/c1002-32420605.html, c. le 16 janv. 2023.

LIAO, X., 2022, « Dahao guoji chuanbo de shidai zhiti » [答好国际传播的时代之题] (Répondre aux questions d’actualité en communication internationale), Zhongguo gongchang dang xinwen wang [中国共产党新闻网] (Les nouvelles du PCC), 28 nov., http://theory.people.com.cn/n1/2022/1128/c40531-32575583.html, c. le 21 déc. 2022.

LUKIN, A., 2018, China and Russia: The new rapprochement, New York, John Wiley.

MEDEIROS, E. S., 2019, « The changing fundamentals of US-China relations », The Washington Quarterly, 42(3), p. 93-119.

MU, L., 2022, « China to handle Ukraine crisis autonomously, despite presumptive mediation requests by West », Global Times, 6 mars, https://www.globaltimes.cn/page/202203/1254114.shtml, c. le 27 déc. 2022.

NIQUET, V., 2022, « Les ambiguïtés de la position chinoise face à la guerre en Ukraine », Alternatives Économiques423(5), p. 32-34.

NIQUET, V., 2023, « Derrière la façade du partenariat’ sans limites avec la Russie, la Chine reste prudente », Le Monde, 21 mars, https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/03/21/derriere-la-facade-du-partenariat-sans-limites-avec-la-russie-la-chine-reste-prudente_6166314_3232.html

PAILLÉ, P. & MUCCHIELLI, A., 2021, L’analyse qualitative en sciences humaines et sociales, 5e éd., Paris, Armand Colin.

PERREZ, J., RANDOUR, F. & REUCHAMPS, M., 2019, « De l’uniformité du discours politique: analyse bibliométrique et linguistique de la catégorisation des discours politiques », CogniTextes [en ligne], 19, https://doi.org/10.4000/cognitextes.1337.

REPNIKOVA, M., 2022, « China’s Propaganda on the War in Ukraine », China Leadership Monitor, 72, https://www.prcleader.org/repnikova, c. le 31 déc. 2022.

QIAO, L., 2022, « Ejun ruqin Wukelan zhongxuanbu jinzhi meiti fafang buli Efang xiaoxi » [俄军入侵乌克兰 中宣部禁止媒体发放不利俄方消息] (L’armée russe a envahi l’Ukraine, le Département central de la propagande interdit aux médias de diffuser des informations défavorables sur la Russie), Radio Free Asia (RFA), 24 fév., https://www.rfa.org/mandarin/yataibaodao/junshiwaijiao/ql2-02242022043334.html, c. le 22 déc. 2022.

SMITH, J., 2022, « Europe faces a 'winter of discontent' as the US profits from the energy crisis », Global Times, 5 sept., https://www.globaltimes.cn/page/202209/1274677.shtml, c. le 27 déc. 2022.

STANDISH, R., 2022, « China's Messaging On The Ukraine War Is Evolving, But In Which Way? », Radio Free Europe, 3 mai, https://www.rferl.org/a/china-ukraine-war-messaging-standish/31832716.html, c. le 31 déc. 2022.

SONG, G., 2022, « Incertitude quant à l’effet des sanctions américaines extrêmes sur la Russie » [美国对俄的极限制裁 效果不确定], Xinhuanet.com, 28 fév., http://www.xinhuanet.com/mil/2022-02/28/c_1211590209.htm, c. le 16 janv. 2023.

US-China Perception Monitor, 2022, « Chinese Public Opinion on the War in Ukraine », 19 avril, https://uscnpm.org/2022/04/19/chinese-public-opinion-war-in-ukraine/, c. le 27 déc. 2022.

VAN DIJK, T. A., 1993, « Principles of critical discourse analysis », Discourse & Society4(2), 249-283.

VAN DIJK, T. A., 1997, « What is political discourse analysis? », Belgian Journal of Linguistics, (11), p. 11-52.

WANG, Z., LU, K., ZENG, J., LU, C.  et HAN, W., 2022, « Cover Story: The Reshaping of the World as Ukraine War Rages On », Caixin Global, 7 mars, https://www.caixinglobal.com/2022-03-07/cover-story-the-reshaping-of-the-world-as-ukraine-war-rages-on-101851563.html, c. le 12 janv. 2023.

WEIBO, 2022a, « Guanzhu EWu jushi zuixin jinzhan  » [关注俄乌局势最新进展] (Suivez les derniers développements de la situation russo-ukrainienne), 25 déc., https://m.s.weibo.com/vtopic/detail?click_from=searchpc&q=%23关注俄乌局势最新进展%23, c. le 25 déc. 2022.

WEIBO, 2022b, « EWu jushi dui Zhongguo youhe qishi » [俄乌局势对中国有何启示] (Que signifie la situation en Ukraine pour la Chine ?), 25 déc., https://s.weibo.com/weibo?q=%23俄乌局势对中国有何启示%23#_loginLayer_1671999811477, c. le 25 déc. 2022.

WIJAYA, A. R. & SANTOSO, B. W. (2019). « L’analyse du discours critique (ADC) du conflit rohingya sur le journal Le Monde », Lingua Litteria Journal6(1), p.  9-27.

WONG, E., BARNES, J.E., 2022, « China Asked Russia to Delay Ukraine War Until After Olympics, U.S. Officials Say », The New York Times, 2 mars https://www.nytimes.com/2022/03/02/us/politics/russia-ukraine-china.html, c. le 25 déc. 2022.

WU, Y., 2022, « Zeliansiji: Eluosi jundui zheng “huanman dan mingxian” cong wukelan beibu che chu » [泽连斯基俄罗斯军队正缓慢但明显从乌克兰北部撤出] (Zelensky : les troupes russes se retirent “lentement mais sûrement” du nord de l’Ukraine), Huanqiu.com, 2 avril, https://3w.huanqiu.com/a/c36dc8/47RRLnXs7gt, c. le 16 janv. 2023.

WU, D., YING, C. & LIU, Y., 2022, « Zhongfang Wukelan wenti lichang yin guanzhu, Wang Yi: Shijian jiang zhengming, zhongfang de zhuzhang shi zhan zai lishi zhengque de yibian » [中方乌克兰问题立场引关注王毅时间将证明中方的主张是站在历史正确的一边] (La position de la Chine sur l’Ukraine attire l’attention, Wang Yi : le temps prouvera que les revendications de la Chine sont du bon côté de l’histoire), Huanqiu.com, 20 mars, https://world.huanqiu.com/article/47H8BrK8qvk, c. le 16 janv. 2023.

XIN, P., 2022, « New US allegations over Bucha incident? There’s nothing new under the sun », Global Times, 27 avril, https://www.globaltimes.cn/page/202204/1260529.shtml, c. le 28 déc. 2022.

XINHUANET.COM, 2022a, « Zhongguo zhu Wukelan dashi fanxianrong zhi quanti zai wu Zhongguo tongbao de Xin » [中国驻乌克兰大使范先荣致全体在乌中国同胞的信] (Lettre de Fan Xianrong, ambassadeur de Chine en Ukraine, à tous les compatriotes chinois en Ukraine), 27 fév., http://www.news.cn/world/2022-02/27/c_1211589262.htm, c. le 15 janv. 2023.

XINHUANET.COM, 2022b, « Meiguo shi Wukelan weiji de “muhou heishou” » [美国是乌克兰危机的幕后黑手”] (Les États-Unis sont “derrière” la crise en Ukraine), 26 avril, http://www.xinhuanet.com/2022-04/26/c_1128597073.htm, c. le 16 janv. 2023.

XING, X., ZHOU, Z., 2022, « 'Voldemort' of global order: America is the 'Dark Lord' set on destroying international order », Global Times, 17 avril, https://www.globaltimes.cn/page/202204/1259520.shtml, c. le 26 déc. 2022.

XU, H., 2022, « Opinion: Ukraine Is Only the Start as Putin Reasserts Control of Eastern Europe », Caixin Global, 26 fév., https://www.caixinglobal.com/2022-02-26/opinion-ukraine-is-only-the-start-as-putin-reasserts-control-of-eastern-europe-101847294.html, c. le 5 janv. 2023.

YANG, H. (Engst, F.), 2022, « EWu zhanzheng, diguo zhuyi he shehui diguo zhuyi » [俄乌战争、帝国主义和社会帝国主义] (La guerre russo-ukrainienne, l’impérialisme et le social-impérialisme), Jiliu, 17 avril, https://jiliuwang.net/archives/97617, c. le 16 janv. 2023.

YANG, S. & WANG, Q., 2022, « EU needs to ‘cooperate with China’ as concerns of trade war with US rise », Global Times, 5 déc., https://www.globaltimes.cn/page/202212/1281181.shtml, c. le 28 déc. 2022.

ZHANG, G., 2011, Huayuquan : Meiguo weisheme zongshi yingde zhudong [话语权: 美国为什么总是赢得主动] (Comment expliquer le succès constant du huayuanquan des États-Unis ?), Nanjing, Jiangsu renmin chubanshi.

ZHANG, H., 2022, « Longing to weaken Russia, US 'NATO-izes' Ukraine with military aid », Global Times, 27 avril, https://www.globaltimes.cn/page/202204/1260500.shtml, c. le 26 déc. 2022.

ZHOU, L., 2022, « EWu chongtu dati chengxian ba fangmian tezheng, jingti EWu chongtu changqi hua, kuoda hua » [俄乌冲突大体呈现八方面特征,警惕俄乌冲突长期化、扩大化] (Le conflit russo-ukrainien se caractérise par huit aspects, et la prolongation et l’expansion du conflit russo-ukrainien nous inquiètent), Huanqiu Shibao, 17 déc., https://3w.huanqiu.com/a/5e93e2/4AuUEsMvHkG, c. le 16 jan. 2023.

ZHU, X., 2022, « Why is China reluctant to lead mediation between Russia and Ukraine? », The Hill, 3 déc., https://thehill.com/blogs/congress-blog/foreign-policy/597984-why-is-china-reluctant-to-lead-mediation-between-russia/, c. le 27 déc. 2022.

Haut de page

Notes

1 Le moteur de recherche sur le site du journal ne permet pas d’obtenir une vue d’ensemble.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans les titres des publications du Global Times, du Huanqiu Shibao, du Caixin Zhoukan et du Caixin Global, février-décembre 2022 (en nombre)
Crédits Source : Huanqiu Shibao; Global Times; Caixin Zhoukan ; Caixin Global, 2022, données compilées par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11546/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 2. Fréquence d’apparition du terme « Ukraine » dans le corps du texte des publications du Global Times, du Caixin Zhoukan et du Caixin Global, février-décembre 2022 (en nombre)
Crédits Source : Global Times ; Caixin Zhoukan ; Caixin Global, 2022, données compilées par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11546/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Titre Figure 3. Le poids des articles ayant le terme « Ukraine » dans le titre et le corps du texte dans la couverture mensuelle du Global Times consacrés à la guerre en Ukraine, février-décembre 2022 (en %)
Crédits Source : Global Times, 2022, données compilées par les auteurs
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11546/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 4. Fréquence de mention de termes « États-Unis » et « Russie » dans les articles du Global Times consacrés à la guerre en Ukraine, février-décembre 2022 (en %)
Crédits Source : Global Times, 2022, données compilées par les auteurs.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11546/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olga V. Alexeeva, Sijie Ren et Frédéric Lasserre, « Guerre en Ukraine : évolution et adaptation des discours médiatiques en Chine »L’Espace Politique [En ligne], 47-48 | 2022-2/3, mis en ligne le 21 décembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11546 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.11546

Haut de page

Auteurs

Olga V. Alexeeva

Professeure, Département d’Histoire, UQAM
Alexeeva.olga@uqam.ca

Sijie Ren

Candidate au doctorat en Sciences de l’administration – gestion internationale, Université Laval
Sijie.ren.1@ulaval.ca

Frédéric Lasserre

Professeur, Département de géographie, Titulaire de la Chaire de recherche en Études indo-pacifiques, Université Laval
Frederic.lasserre@ggr.ulaval.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search