Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47-48Géographie et guerre. Au-delà du ...Les régions anglophones du Camero...

Géographie et guerre. Au-delà du conflit en Ukraine, quels liens ? Quelles évolutions ?

Les régions anglophones du Cameroun, théâtre d’un conflit oublié

The English-speaking regions of Cameroon, scene of a forgotten conflict
Serge Loungou et Serges Meye Ndong

Résumés

Les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest du Cameroun, traditionnellement appelées le NOSO, sont le théâtre d’un conflit armé opposant les forces gouvernementales à des milices indépendantistes. Cette confrontation asymétrique, qui plonge ses racines dans les vicissitudes du double héritage colonial franco-britannique, s’est déclenchée en octobre 2017 lorsque des militants se réclamant du Southern Cameroons Ambazonia Consortium United Front (SCACUF) ont proclamé symboliquement l’indépendance de leurs régions sous la bannière de la « République d’Ambazonie » et créé des groupuscules armés pour combattre la présence de l’État camerounais en zone anglophone. Les violences liées à cette insurrection se sont rapidement transformées en conflit armé de basse intensité dont les conséquences humanitaires et socioéconomiques sont jugées désastreuses au terme de six années d’affrontements. Le NOSO est le cadre d’un conflit oublié, entendu que la communauté internationale s’y implique a minima en termes de prise en charge humanitaire, d’attention médiatique et d’initiatives politiques et diplomatiques. Le présent article examine les fondements et les conséquences de cette négligence. Ainsi, il apparaît que le déni et la chape de plomb entretenus par les acteurs camerounais contribuent à entraver l’action de la communauté internationale dans les deux régions en proie à la violence armée, et que la faible mobilisation internationale associée à l’intransigeance des principaux protagonistes locaux favorisent l’enlisement du conflit dont le spectre des violences tend à s’étendre au-delà du foyer originel du Cameroun anglophone.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Situé entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale, le Cameroun a une superficie de 475 440 km² et abrite 28 786 398 habitants (Countrymeters, 2023). Adossé sur son flanc sud-ouest au golfe de Guinée sur un linéaire de 400 km, il partage sa longue enveloppe frontalière terrestre avec le Congo au sud-est, la République Centrafricaine à l’est, le Tchad au nord, le Nigeria de l’extrême nord au sud-ouest, la partie continentale de la Guinée Équatoriale et le Gabon au sud. Le pays présente une géographie physique et humaine singulière qui lui vaut de la part de ses hagiographes l’appellation de « l’Afrique en miniature » (Tchawa, 2012). Sa population ne comporte pas moins de 200 ethnies parlant autant de langues et dialectes, réparties entre animistes, chrétiens et musulmans, dont plusieurs composantes trouvent un prolongement territorial dans les États frontaliers (Sawe, 2018). Son bilinguisme officiel, héritage de la double tutelle franco-britannique, accentue cette diversité sociologique extrême.

2À l’origine une possession allemande, le Cameroun passe sous domination française et britannique au lendemain de la première guerre mondiale (Owona, 1973). C’est précisément en 1922 que la Société des Nations (SDN) charge la France d’administrer les quatre cinquièmes du territoire (425 000 km²) et confie au Royaume Uni un mandat sur la portion restante (85 000 km²) (Cornevin, 1971). Celle-ci est une bande de terre longiligne coincée entre la zone française, à l’est, et la colonie britannique du Nigeria, à l’ouest, et subdivisée en deux parties : le Northern Cameroons (Cameroun septentrional) et le Southern Cameroons (Cameroun méridional) (cf. carte 1). À l’instigation des nationalistes de l’Union des populations du Cameroun (UPC) qui réclament la réunification et l’autodétermination de l’ancien Cameroun allemand (Torrent, 2013), la zone française est, à la fin des années 1950, le point de départ d’une insurrection armée contre l’occupation coloniale qui se poursuivra une décennie après l’indépendance (Deltombe et al., 2016). Le projet des insurgés reste cependant un vœu pieux : alors que le territoire sous tutelle française accède à la souveraineté le 1er janvier 1960 sous l’appellation de « Cameroun », la partie britannique est maintenue dans le giron colonial une année de plus. Le 11 février 1961, un plébiscite administré par l’Organisation des Nations Unies (ONU) conduit les populations du Northern Cameroons à rejoindre le Nigeria, devenu indépendant le 1er octobre 1960, et celles du Southern Cameroons à opter pour un rattachement au Cameroun (Issekin, 2019).

3Le Southern Cameroons et l’ancien Cameroun francophone forment un État fédéral pendant une décennie. Le 20 mai 1972, à l’issue d’un référendum initié par le pouvoir central dominé par les francophones, et à l’époque dirigé par Amadou Ahidjo, l’entité fédérative est remplacée par une structure étatique unitaire (Bouopda, 2016). À la faveur de la révision constitutionnelle adoptée en février 1984 sous la présidence de Paul Biya, la région Southern Cameroons est scindée en deux provinces connues aujourd’hui sous les noms de Nord-ouest et Sud-ouest, dont l’ensemble est traditionnellement appelé le NOSO (Pout, 2020). Cette ultime évolution institutionnelle accentue la centralisation, signifiant pour les deux régions à majorité anglophone la perte de l’autonomie politique et culturelle garantie dans le cadre de l’éphémère république fédérale (Keutcheu, 2021). Elle favorise au sein de la minorité anglophone (20 %) le développement d’un sentiment de marginalité (Frenay, 1987 ; Dicklitch, 2011 ; Chereji & Lohkoko, 2012) qui conduit, à la charnière des années 1970-1980, à l’émergence d’un mouvement social protestataire à travers le Cameroon Action Group, puis, au milieu de la décennie 1990, à l’essor d’un courant politique marqué avec le Southern Cameroons National Council (SCNC), ouvertement sécessionniste (Konings & Nyamnoh, 1997 ; Butty, 2010). L’avènement de ce mouvement séparatiste ouvre alors une période de troubles et de manifestations localisés dont le pouvoir central parvient, souvent au moyen de la répression (Champin, 2001 ; Endong Manasse, 2002), à endiguer les effets contagieux. La promulgation, en 1996, d’une loi instituant la décentralisation (Guimdo, 1998) n’y change pas grand-chose à la réalité puisque l’État central conserve l’essentiel des prérogatives théoriquement dévolues aux entités décentralisées (Banque mondiale, 2012 ; Chofor Che, 2020).

4La flambée de violence déclenchée en 2017 dans le NOSO a permis au camp séparatiste de s’endurcir et de gagner en popularité (International Crisis Group, 2017a). Cette fois-ci, en effet, la réaction jugée « disproportionnée » des forces de l’ordre contre les enseignants et les avocats, opposés à l’usage croissant du français dans les secteurs de l’éducation et de la justice dans les deux régions à majorité anglophone aurait provoqué la radicalisation des positions. Face à la vague de contestation, le gouvernement central souffle le chaud et le froid : d’une part, en procédant à des arrestations des manifestants et à la coupure d’Internet ; d’autre part, en faisant des concessions, notamment l’organisation de concours spéciaux pour le recrutement des élèves magistrats et greffiers anglophones, la réintroduction dans la formation des juristes de la Common Law, le recrutement spécial de plus 1 500 enseignants bilingues, la création d’une commission chargée du bilinguisme et du multiculturalisme, le rétablissement d’Internet et la libération des contestataires (Djounguep, 2021).

  • 1 Le SCNC a été interdit par les autorités camerounaises en 1995.

5C’est dans ce contexte que le 1er octobre 2017, date anniversaire de la réunification du pays, des militants du Southern Cameroons Ambazonia Consortium United Front (SCACUF, ex-SCNC1) proclament symboliquement l’indépendance de leurs régions sous la bannière de la « République fédérale d’Ambazonie » (Amba Land) – en référence à la baie d’Ambas située sur la côte atlantique camerounaise – et créent des groupes armés pour combattre la présence de l’État camerounais dans le NOSO (Fröhlich & Köpp, 2019). Depuis cette date, les deux régions anglophones sont le théâtre d’un affrontement asymétrique entre forces de défense et de sécurité (FDS) gouvernementales et milices locales, alternant les périodes d’accalmie et les moments de violence extrême, sans que l’on entrevoie une issue au conflit six ans après son déclenchement. En dépit de la gravité de la situation humanitaire (Jouve, 2019), marquée notamment par plus de 6 000 morts et plus d’un million de personnes en situation de détresse, parmi lesquelles 600 000 déplacées internes et réfugiées, cette confrontation est classée parmi les conflits dits oubliés ou négligés (Care, 2023), signifiant par-là que la communauté internationale s’y implique a minima. Ce constat général nous suggère deux questions : i) qu’est-ce qui explique la faible mobilisation internationale face au conflit du NOSO ? ii) l’occultation de ce conflit suffit-elle à justifier son enlisement ?

6Les réponses à ces interrogations constitueront le fil d’Ariane de la présente réflexion. Pour ce faire, nous nous appuyons à la fois sur des références scientifiques, des sources journalistiques – principalement Actu Cameroun, Investir au Cameroun, Cameroon Radio Television, Jeune Afrique, Le Monde, Radio France Internationale, Deutsch Welle, Voice of America –, ainsi que sur des rapports officiels émanant essentiellement d’organisations inter ou non-gouvernementales (ONU, Human Rights Watch, International Crisis Group, Amnesty International). Notre connaissance empirique du « terrain » camerounais complète modestement les informations issues de ces sources. Les références scientifiques nourrissent le corpus conceptuel et théorique de notre exposé, tandis que les sources médiatiques et celles produites par des acteurs institutionnels contribuent à l’enrichir en termes de données statistiques et autres faits d’actualité liés au conflit.

Carte 1. Les frontières du Cameroun

Carte 1. Les frontières du Cameroun

Source : Courrier International [En ligne], publié le 12 février 2018 https://www.courrierinternational.com/​article/​au-cameroun-les-separatistes-anglophones-poursuivent-la-lutte

Un cas typique de conflit oublié

7Depuis la fin de la guerre froide, le monde évolue dans un contexte géopolitique qualifié de « désordre » international (Mueller, 1995) eu égard à la multiplication des conflits intraétatiques, dont les principales caractéristiques sont d’être de basse intensité et sans fin (Goodhand & Hulme, 1999). Le conflit de basse intensité désigne un affrontement armé opposant, de manière multiforme et de façon localisée et discontinue, un État à des acteurs non-étatiques (Ware & al., 1988 ; Kitson, 2010). L’Afrique abrite la majorité de ces conflits internes « à bas bruit » (Adam, 2002 ; Fourreau, 2023), dont bon nombre « échappent » au radar de la communauté internationale, ce qui leur vaut la qualification de conflits « oubliés » ou « négligés » (Brenner & Han, 2022 ; Bhalla, 2018). La situation du NOSO est un cas typique de conflit oublié, d’autant qu’elle suscite peu d’écho médiatique et une faible mobilisation humanitaire et diplomatique (Atwood & al., 2021 ; Norwegian Refugee Council, 2022). Les développements qui suivent porteront sur les ressorts et les témoignages de cette occultation.

Les méthodes d’occultation imputables aux acteurs locaux

  • 2 Outre le conflit du NOSO, le Cameroun est confronté, au nord, à la menace djihadiste incarnée par l (...)

8En 2019, de l’aveu du chargé de l’information publique au Bureau local de la coordination des affaires humanitaires pour les Nations Unies au Cameroun, la situation humanitaire liée aux crises que traverse ce pays2 est celle « qui a [eu] le moins de financements et de ressources [du fait qu’elle] n’est pas bien connue, autant en Afrique que dans le monde entier » (Actu Cameroun, 2019). Cette occultation trouve une partie de son explication dans le déni et la chape de plomb entretenus par les autorités camerounaises autour des violences nées de l’insurrection séparatiste dans les deux régions anglophones (Petrigh, 2019). La qualification de la nature juridique de ces violences illustre le déni : alors qu’il est de notoriété que les FDS camerounaises sont aux prises avec des groupes armés « ambazoniens » identifiés et bénéficiant, pour certains, de soutiens logistiques et opérationnels de la part de mouvements hétéroclites originaires du Nigeria voisin (Foute, 2021), les autorités camerounaises réfutent l’idée d’un conflit armé et, à plus forte raison, celle d’une guerre civile, considérant que l’ancien Southern Cameroons est en proie à des « troubles intérieurs » (Kolwe Wangso, 2019) entretenus par des « terroristes » (Zra, 2019). L’impact de ce narratif euphémique est double : d’une part, à l’échelle locale, il contribue à minimiser la représentation du contexte politico-sécuritaire du NOSO dans l’imaginaire de la frange francophone de la population (Heungoup, 2017) dont la majorité semble généralement être peu ou mal instruite du « problème anglophone » (Konings et al., 1996 ; Bendhaou, 2022) ; d’autre part, à l’échelle internationale, il vise à dénier aux violences qui ensanglantent les deux régions anglophones toute dimension politico-juridique susceptible d’en faire un objet de droit humanitaire international, et par conséquent de soumettre les parties prenantes – les FDS gouvernementales comme les milices séparatistes – au respect des règles des conflits armés (Vité, 2009 ; Firissou, 2021).

9La stratégie d’occultation du conflit imputable aux autorités camerounaises repose également sur la méthode de l’Internet Shutdown (Ryng & al., 2022). Largement éprouvée dans les pays africains (Giles et Mwai, 2020), celle-ci consiste à couper le signal Internet et les réseaux sociaux dans les régions anglophones (Olivier, 2017), tout en y restreignant l’accès des médias classiques et des organisations humanitaires (Kouagheu, 2021). Ces dernières sont régulièrement accusées par le pouvoir central de nourrir un parti pris en faveur des pro-indépendantistes, voire d’être en collusion avec eux (Bendhaou, 2021). Présentée officiellement comme un moyen de lutter contre les dérives ethno-tribales constatées sur les réseaux sociaux (Faivre, 2017), la coupure d’Internet vise assurément à priver les séparatistes « ambazoniens » et leurs relais dans la diaspora anglophone d’un important outil de communication et de propagande politiques (Dougueli, 2017).

10La censure numérique n’est cependant pas sans faille ni risque : non seulement les activistes parviennent souvent à contourner l’interdiction, en utilisant notamment le système Virtual Primate Network ou VPN (Bala, 2017), mais les préjudices économiques et sociaux (Jeune Afrique, 2017) causés par les perturbations d’Internet et des plateformes socionumériques s’avèrent importants et alimentent les frustrations en zone anglophone (Internet Sans Frontières, 2018), en plus des actions en justice intentées contre l’État camerounais à cet effet (Acces Now, 2018 ; Seibt, 2018). Les mesures de rétorsion judiciaires à l’endroit des médias coupables de traiter avec « légèreté » la question des droits humains dans la partie anglophone (Ebongue, 2022 ; Amnesty International, 2022) complètent la panoplie des méthodes dont usent le pouvoir central pour imposer le huis clos sur le conflit du NOSO.

11Les autorités camerounaises ne sont pas les seules à porter la responsabilité de l’occultation du conflit dans la partie anglophone. Les exactions commises régulièrement sur les populations civiles par les groupes séparatistes (Voice of America, 2019) alimentent un climat de terreur (Le Monde, 2019) dont l’effet est de dissuader observateurs indépendants et travailleurs humanitaires de se rendre dans la majeure partie du NOSO (Uljonen, 2020 ; Human Rights Watch, 2022a). En empêchant toute forme neutre d’investigation et d’assistance aux populations sur le territoire « ambazonien », les forces rebelles contribuent à entretenir l’omerta autour du conflit, le rendant, pour ainsi dire, encore plus « invisible » aux yeux de la communauté internationale.

L’implication a minima de la communauté internationale

12Depuis le déclenchement du conflit qui ensanglante le NOSO, les pays africains affichent une attitude de neutralité que d’aucuns assimilent à de l’indifférence (Kaze, 2019). Malgré l’urgence avérée de la situation humanitaire, ce conflit n’a jamais été inscrit à l’ordre du jour du Conseil de paix et de sécurité (CSP) de l’Union africaine (UA) (ISS Today, 2023) dont le rôle est pourtant de soutenir la prévention et la résolution des conflits. Le fait est que « la plupart des chefs d’État africains considèrent que cette crise relève des affaires internes au Cameroun et mettent en avant le sacro-saint respect de la souveraineté des États » (Boursin, 2022b). L’une des rares occasions où l’organisation panafricaine a rompu le silence sur la situation dans le NOSO remonte au 27 juillet 2019, lorsque son président avait salué dans un communiqué « l’engagement du President de la République du Cameroun (…) d’organiser un dialogue national pour une sortie de crise dans les deux regions anglophones du pays » (Union africaine, 2019). La « tiédeur » de l’UA contraste avec le parti pris assumé de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) dont la résolution 395 dénonce sans ambages

la détérioration continue de la situation des droits de l’homme (…) au Cameroun (…) suite aux répressions brutales des revendications (…) pacifiques des avocats, enseignants et membres de la société civile des régions anglophones (…), qui souhaitaient préserver l’application du système judiciaire et éducatif anglophone dans leurs régions, mettre fin à la marginalisation et obtenir une meilleure prise en charge de ces régions en terme de développement et d’infrastructures par le Gouvernement camerounais (CADHP, 2018).

  • 3 Communiqué de presse du 14 août 2020. Voir les références complètes en bibliographie.

13Hors d’Afrique, des instances internationales et des personnalités de premier plan expriment ponctuellement leurs préoccupations quant à la situation sécuritaire et humanitaire dans le NOSO. C’est ainsi qu’en juin 2018, le Secrétaire général des Nations Unies a rajouté le Cameroun sur la liste des situations préoccupantes pour le Mécanisme de surveillance et d’information sur les graves violations commises contre les enfants en temps de conflits armés (Human Rights Watch, 2021). En avril 2019, le Parlement européen a adopté une résolution mettant « les forces de sécurité et les séparatistes armés sur [un] pied d’égalité pour les exactions commises dans les régions anglophones » (Radio France Internationale, 2019). À l’initiative des États-Unis d’Amérique (USA), où la diaspora camerounaise anglophone bénéficie de quelques relais au Sénat (Olivier, 2018), le Conseil de sécurité des Nations Unies a organisé, le 13 mai 2019, une réunion informelle inédite sur le Cameroun qui a débouché sur une résolution mentionnant l’« urgence » de la situation du pays (Jeune Afrique, 2019). Cette résolution faisait écho à la décision du gouvernement étatsunien d’annuler des programmes d’aide militaire destinée au Cameroun en raison de « graves violations des droits humains » attribuées à ses forces de sécurité déployées dans le NOSO (Searcey & al., 2020). En août 2020, le même gouvernement, par la voix de son ambassadeur accrédité au Cameroun, Christopher J. Lamora, a condamné « les attaques horribles et insensées perpétrées contre des civils dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest par des combattants séparatistes armés »3. À la suite de quoi, en novembre 2022, des soutiens camerounais de la cause anglophone installés aux USA y ont été « inculpés pour leur soutien à un groupe séparatiste anglophone » (Thomson, 2022), ce après que des menaces de restriction de visas américains ont été adressées aux « personnes faisant obstacle au retour de la paix dans les régions anglophones et responsables des atteintes aux droits de l’homme » (Ougock, 2021).

14Si les pressions internationales ont contraint les autorités camerounaises à organiser un « Grand dialogue » national deux ans après le déclenchement du conflit (Wilwert-Bela, 2020), qui a abouti à l’adoption d’un « statut spécial » pour les régions anglophones (International Crisis Group, 2019b), et la survenue de la pandémie de la COVID-19 a poussé des groupes séparatistes à appeler au cessez-le-feu en 2020 (Human Rights Watch, 2021), aucune de ces initiatives endogènes n’a débouché sur une paix durable. Ce faisant, l’implication de la communauté internationale dans la tragédie camerounaise du NOSO demeure a minima et ses rares tentatives de médiation se sont soldées par un échec, ou à tout le moins « peinent à donner des résultats » (Babon Haraibe, 2022).

Intransigeance des protagonistes et enlisement du conflit

15Six ans après son déclenchement, le conflit armé opposant les FDS camerounaises et les milices séparatistes anglophones se trouve dans une phase d’enlisement, les protagonistes ne parvenant ni à aplanir leurs divergences politiques, ni à s’imposer militairement à l’adversaire. Tel une « guerre insoluble » (Holeindre, 2017 ; Kamau, 2023), le conflit du NOSO connaît des moments d’accalmie des armes, mais les affrontements ne cessent jamais, ce qui atteste du caractère irréductible des visées (géo)politiques nourries dans les deux camps. L’intransigeance des positions défendues par les protagonistes (autorités camerounaises, différents mouvements rebelles), dictée par leurs intérêts politiques et économiques respectifs, ainsi que la résilience des milices séparatistes sur le théâtre des opérations militaires constituent les principales causes de l’enlisement du conflit.

La divergence des intérêts politiques et économiques

16La persistance du conflit dans le NOSO résulte fondamentalement du bras de fer qui oppose le pouvoir central et les protagonistes anglophones autour d’un entrelacs d’enjeux politiques et économiques. Le principal enjeu politique concerne la définition de la forme de l’État, qui révèle trois positions divergentes : la minorité anglophone radicale, représentée notamment à travers le « gouvernement intérimaire d’Ambazonie » et le « conseil de gouvernement d’Ambazonie », prône la sécession (Craig, 2019) ; le gouvernement central camerounais défend la décentralisation dont il a rappelé le principe inaliénable lors du « Grand dialogue » national (Fotso, 2019) ; entre ces deux positions inconciliables, la majorité des anglophones semble favorable – à tout le moins l’était-elle au début du conflit – à une large autonomie dans un cadre fédéral camerounais (International Crisis Group, 2019a). Aux difficultés de ce jeu à trois s’ajoutent des querelles de leadership sur fond de divergences « tactiques » au sein du mouvement indépendantiste : d’un côté, les membres du SCACUF (ex-SCNC) prônent la lutte pacifique ; de l’autre côté, les groupes rassemblés dans l’Ambazonian Recognition Collaboration Council (ARCC) militent pour la lutte armée (International Crisis Group, 2017b ; Jeune Afrique, 2018). Les dissensions internes à la mouvance séparatiste ont des répercussions au sein de la diaspora et provoquent de fréquents affrontements armés entre milices locales (Bone, 2021 ; Kindzeka, 2022), révélant ainsi l’ambivalence des groupes sécessionnistes dont les activités semblent osciller entre revendications politiques et banditisme (Olivier, 2019).

17Si la « crise » anglophone est souvent présentée comme le résultat des frustrations politiques et de la défiance des anglophones à l’égard des institutions politiques (Razafindrako et Roubaud, 2022), la réalité est que le bras de fer entre unitaristes et séparatistes se joue sur fond d’un impensé économique. En effet, les régions du Sud-ouest et du Nord-ouest forment d’un seul tenant un territoire de 43 000 km² et rassemblaient moins de 4 000 000 d’habitants en 2015, soit respectivement 9 % de la superficie globale du Cameroun et environ 16 % de sa population totale (Pout, 2020). Pourtant elles disposent d’importants atouts qui « en font une zone stratégique de premier plan » (Mbadi, 2019), avec une contribution au PIB qui se situait encore à 16,3 % en 2015. L’essentiel de cette richesse est localisé dans le Sud-ouest où se concentrent les principales activités de la Cameroon Development Corporation (CDC), la plus grosse entreprise agro-industrielle du pays et second employeur après l’État (Olivier, 2019), ainsi que de nombreuses entreprises du secteur touristique. Le Sud-ouest détient dans « ses » eaux territoriales les principales réserves pétrolières et de gaz du Cameroun (Noah Edzimbi, 2021). Or en proposant au NOSO un « statut spécial » consacrant son autonomie dans les seuls domaines de l’éducation et de la justice (Andzongo, 2019b), le pouvoir central s’emploie à ignorer ce qui paraît être une évidence, à savoir que « les revendications de mieux-être [économique] constituent la toile de fond d’une partie de l’opinion anglophone » (Actu Cameroun, 2017). La prégnance de l’enjeu économique fait dire à certains analystes du conflit que les aspirations des séparatistes sont moins l’expression d’un « projet purement voué à défendre l’identité ambazonienne [que celle] d’un « nationalisme économico-identitaire » [porté par des] élites locales anglophones, frustrées par leur absence dans les affaires politiques et économiques de la région » (Pelatan, 2018).

La résilience des groupes armés sécessionnistes

  • 4 Selon International Crisis Group (2019), il s’agit de Manyu Tigers, Southern Cameroons Defense Forc (...)

18Il est difficile d’établir le nombre de milices armées disséminées dans le NOSO et leurs effectifs réels. Certaines sources font état de sept principaux groupes actifs, rassemblant entre 2 000 et 4 000 combattants (Bone, 2020)4. Face à ces milices hétéroclites et incontrôlables, le gouvernement avait dû déployer, à la fin de 2017 et tout au long de 2018, des renforts militaires et policiers appuyés par des forces spéciales, et disposant d’une puissance de feu supérieure qui a permis d’infliger des pertes importantes aux séparatistes (International Crisis Group, 2019a). Pourtant six ans après le début des hostilités, les milices anglophones « continuent de faire mentir ceux qui prédisaient leur éradication rapide [par les] forces de défense camerounaises » (Foute, 2021). Cette étonnante résilience est le résultat de la conjugaison de trois facteurs majeurs : la nature complexe de l’espace géographique « ambazonien », le changement de paradigme dans la conduite des opérations par les groupuscules séparatistes et l’évolution de leur armement.

19Le milieu naturel est un facteur décisif dans le cadre des opérations militaires (Boulanger, 2020), et le conflit du NOSO n’y échappe pas. La géographie physique de cette zone s’avère d’autant plus déterminante qu’elle est marquée par une topographie particulièrement accidentée où dominent des massifs montagneux recouverts de forêt, avec des sommets se situant entre 1 500 et 4 000 mètres d’altitude (Morin, 1994). La fonction stratégique de ce relief collinaire est établie de longue date : les monts Mandara, situés dans l’extrême nord du Cameroun, avaient servi de refuge aux populations animistes redoutant le joug des empires musulmans voisins (Hallaire, 1989), tandis que les hauts plateaux Bamiléké, qui font de l’ouest du pays « une véritable citadelle naturelle » (Guetat-Bernard, 2011), ont abrité les maquis de la rébellion de l’UPC (Tatuebu Tagne et Bopda, 2020). Depuis 2017, ce sont les milices séparatistes anglophones qui tirent avantage de « la forêt et [des] montagnes quasi impénétrables qui forment la frontière naturelle avec le Nigeria » (Voice of America, 2018). L’isolement géographique relatif de ces marges frontalières, lié à une accessibilité rendue difficile en raison d’un faible maillage du réseau routier (Yemmafouo et al., 2012), contribue à en faire un « terrain idéal pour la guérilla » (Freudenthal, 2018) des milices sécessionnistes, ce qui complique l’œuvre de pacification menée par les forces armées gouvernementales.

20Par ailleurs, la résilience des milices sécessionnistes est rendue possible du fait qu’elles ont « renoncé aux offensives frontales, qui tournaient rarement à leur avantage, pour multiplier les attaques éclair, les embuscades et les raids » (Foute, 2021), et qu’elles disposent désormais d’un armement « de pointe » (Njoya, 2020). En effet, des armes rudimentaires utilisées par elles dans les premiers temps du conflit, les unités combattantes indépendantistes sont passées à un arsenal plus sophistiqué et destructeur ; on recense pêle-mêle des engins explosifs improvisés (EEI), des lance-roquettes (RPG) et des fusils d’assaut de type AK-47 (Foute, 2021 ; Beseng & al., 2023). Ces équipements militaires proviennent des ateliers de fabrication d’armes disséminés dans le NOSO, mais également des prises issues des attaques perpétrées par les milices anglophones contre les forces camerounaises ainsi que du Nigeria voisin (Fossi, 2022 ; Mouko Boudombo, 2021 ; Ojewale, 2021). Leur financement provient de la diaspora, mais aussi des taxes et du racket imposés par les miliciens dans les territoires sous leur contrôle (Boursin, 2022a). Au Nigeria, pays en proie à des mouvements séparatistes et confronté au phénomène de grand banditisme dans sa partie frontalière au NOSO, les milices sécessionnistes camerounaises disposeraient de bases de repli et d’approvisionnement dans les États fédérés de Taraba, Benue, Cross Rivers (cf. carte 2). L’arraisonnement, en 2018, au large de Limbé, dans la région Sud-ouest limitrophe de l’État de Cross Rivers, de trois bateaux battant pavillon nigérian transportant une importante cargaison d’armes, de munitions ainsi qu’une cinquantaine de personnes de nationalités étrangères dont de nombreux Nigérians probablement voués à rejoindre le théâtre conflictuel camerounais (Radio France Internationale, 2018), est un des multiples témoignages des complicités transfrontalières dont bénéficient les groupes rebelles camerounais.

Carte 2. Le cadre géographique du conflit du NOSO

Carte 2. Le cadre géographique du conflit du NOSO

Source : Jeune Afrique [En ligne], publié le 28 janvier et mis à jour le 12 novembre 2019 https://www.jeuneafrique.com/​mag/​715489/​politique/​crise-anglophone-au-cameroun-qui-sont-l es-secessionnistes/

Conséquences et perspectives du conflit

21Le cycle de violence dans lequel les deux régions anglophones restent enfermées y a créé une situation humanitaire et économique désastreuse. Celle-ci est marquée par le déplacement forcé de populations locales – « prises en étau » entre les FDS camerounaises et les milices séparatistes (Amnesty International, 2023) – et la détérioration des activités dans les zones les plus exposées aux affres du conflit. Pendant ce temps, l’irruption de groupuscules armés originaires du Nigéria voisin, tantôt alliés, tantôt adversaires des milices séparatistes camerounaises, fait planer le spectre d’un conflit gigogne dont l’onde de choc tend à déborder les limites du NOSO.

L’impact humanitaire et les incidences socioéconomiques

  • 5 Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

22Le conflit en cours dans les régions anglophones du Cameroun est à l’origine d’une crise humanitaire majeure, avec, selon un bilan établi entre février et août 2022, environ 6 000 civils tués, près de 600 000 déplacés internes et réfugiés, dont plus de 70 000 qui ont gagné le Nigéria, et au moins 2 millions de personnes nécessitant une assistance humanitaire (UNHCR5, 2022 ; Human Rights Watch, 2023) – contre, l’année précédente, 4 000 civils tués, près de 800 000 déplacés et réfugiés, et 2,2 millions en attente d’aide humanitaire (Human Rights Watch, 2022a ; International Crisis Group, 2023). De telles statistiques attestent du niveau élevé de la violence exercée sur les populations civiles par les parties prenantes au conflit.

23Les factions sécessionnistes sont régulièrement accusées de violations graves des droits humains (Le Monde, 2022). Leur mode opératoire englobe l’usage d’engins explosifs contre des cibles civiles (Topona, 2020), les incendies d’écoles, de villages et d’hôpitaux, ainsi que les kidnappings avec demande de rançons, les tortures et les meurtres de fonctionnaires coupables de « collaborer » avec le pouvoir central ou leurs représentants locaux. Les attaques contre les élèves, le personnel éducatif et les locaux ont ainsi conduit à la fermeture de 4 400 établissements scolaires au bout de deux années de conflit (Andzongo, 2019a), privant momentanément d’éducation plus de 700 000 élèves en zone anglophone (ONU Info, 2022). Aux atrocités attribuées aux groupes séparatistes font écho les exactions imputées aux FDS camerounaises, certaines ONG leur attribuant des enlèvements, des exécutions extrajudiciaires de civils, des destructions d’habitations et de villages (Amnesty International, 2021 ; Human Rights Watch, 2022b). Les autorités camerounaises réfutent généralement ces accusations.

  • 6 Groupement Inter-patronal du Cameroun.

24Sur le plan économique, le NOSO paie un prix fort au conflit. Cette situation est la conséquence de la conjugaison d’un ensemble d’actions menées délibérément par certains acteurs de la crise politico-sécuritaire dans le but de paralyser économiquement la zone anglophone, au nombre desquelles figurent les opérations « ville-morte » (Ghost town) ; les coupures d’Internet ; les attaques ciblées sur des structures économiques ; les intimidations, rackets, enlèvements et assassinats des employés et responsables d’entreprises ; les blocages répétés du trafic routier ; la mise sous scellés quasi systématique des structures bancaires ou de commerce par les autorités locales (GICAM6, 2018). Ces méthodes affectent particulièrement les secteurs agricole et agro-industriel sur lesquels repose l’économie des deux régions anglophones. La faillite de la CDC se traduit par une réduction de 50 % de ses activités et par plus de 16 000 pertes d’emplois entre 2018 et 2019 (Kouagheu, 2019). Au cours de la même période, les effets économiques de la crise politico-sécuritaire dans le NOSO se sont manifestés aussi bien en termes de baisse de chiffres d’affaires des entreprises, de préjudice financier lié à la destruction des équipements et de manque à gagner fiscal pour l’État, soit un déficit global estimé à 843,5 milliards de francs CFA (Ndoumbe, 2018 ; Bihina, 2019), environ 120 millions d’euros.

  • 7 Ministère de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire.
  • 8 Cameroon Radio Television.

25Afin de remédier à la situation socioéconomique déplorable dans le Sud-ouest et le Nord-ouest, l’État du Cameroun a initié, dans la foulée du « Grand dialogue » national, un plan de reconstruction et de développement des deux régions anglophones dont le coût total est estimé à 154 milliards de francs CFA, et qui porte sur trois axes principaux : la réhabilitation et l’aménagement des infrastructures de base ; la revitalisation économique ; la promotion de la cohésion sociale (MINEPAT7, 2022). Si cette politique volontariste a permis une reprise progressive de la vie sociale et économique dans le NOSO, comme en témoigne le retour dans leurs localités de certaines populations déplacées ou réfugiées, les objectifs gouvernementaux sont encore loin d’atteinte en raison du faible niveau de mobilisation des financements nécessaires (CRTV8, 2021b) et du climat d’insécurité qui perdure dans la zone anglophone (Zinga, 2023).

Vers une extension du conflit

26Le contexte politico-sécuritaire du NOSO est l’illustration d’un conflit gigogne qui tend à s’étendre au-delà de son foyer originel. Au départ circonscrit aux régions Sud-ouest et Nord-ouest, ce conflit armé implique désormais une multitude de protagonistes dont les agissements affectent non seulement les régions voisines du Cameroun francophone, mais aussi certaines zones du territoire nigérian adossées à la frontière. D’un côté, les FDS camerounaises s’appuient sur les « comités de vigilance » (Amnesty International, 2021) implantés dans le NOSO et certaines localités rurales des régions du Littoral et de l’Ouest exposées aux attaques des groupes séparatistes armés. Parmi ces supplétifs, les milices Mbororos, sous-groupe Peul semi-nomade, sont les plus actifs eu égard aux combats qu’ils mènent fréquemment contre les milices « ambazoniennes » et les « groupes d’autodéfense » formés par les populations autochtones du Sud-ouest et du Nord-ouest (Voice of America, 2017), sur fond de litiges fonciers ou agropastoraux (Bone, 2022 ; Dada Petel et Vircoulon, 2022). De l’autre côté, les milices séparatistes recrutent principalement dans la communauté anglophone, mais également parmi les FDS camerounaises retraitées ou démobilisées, et comptent dans leurs rangs des mercenaires nigérians déployés comme instructeurs ou combattants (International Crisis Group, 2019a). L’alliance conclue le 9 avril 2021 entre l’Ambazonia Defence Force (ADF), une des principales factions de la mouvance séparatiste camerounaise, et l’Indegeneous People of Biafra (IPOB), branche armée d’un des mouvements sécessionnistes basés au sud-est du Nigeria, lève définitivement le doute sur l’implication des protagonistes nigérians dans le conflit du NOSO (Topona, 2017 ; Koungou, 2022).

  • 9 La presqu’île de Bakassi (1 000 km²) est l’extension de la péninsule de Calabar dans le golfe de Gu (...)

27Cette implication entraine de facto une extension du théâtre des hostilités. Le premier niveau de cette extension est la presqu’île de Bakassi située entre le Cameroun et le Nigeria9, où les FDS camerounaises, en plus de combattre les groupes armés « ambazoniens », sont confrontées aux milices sécessionnistes nigérianes qui pullulent dans le sud et le sud-est du pays (Duerksen, 2021). Parmi celles-ci figure la Biafra Nations League ou BNL (Nwachukwu, 2021) qui revendique ouvertement la péninsule rétrocédée au Cameroun (CRTV, 2021a), la considérant comme partie intégrante de l’État fantasmé du Biafra (Parsi, 2017). Le deuxième niveau d’extension de la violence armée liée à l’insurrection séparatiste dans le NOSO se trouve en territoire nigérian (Africanews, 2022) ; il s’agit principalement des zones ou localités frontalières abritant les camps de réfugiés et les bases de repli des militants « ambazoniens » où l’armée camerounaise, avec l’accord manifeste des autorités fédérales nigérianes, mène fréquemment des incursions punitives visant les rebelles séparatistes (Carsten & Ross, 2017 ; Djoualeu, 2018). En effet, il semble que le Nigeria « ferme les yeux sur les incursions de l’armée camerounaise, car il n’a aucun intérêt à voir réussir une rébellion séparatiste chez son voisin alors qu’il fait aussi face à des troubles indépendantistes » (Voice of America, 2022). Les militaires camerounais ne sont pas les seuls à prolonger les hostilités sur le territoire nigérian, les groupes séparatistes « ambazoniens » font de même en exerçant des représailles contre les populations civiles installées dans les villages proches de la frontière, auxquelles les rebelles reprochent de collaborer avec l’administration et les militaires camerounais, ou de ne pas payer l’argent qui leur est exigé (Dönmez, 2023). Ces incursions parfois meurtrières (Dossou, 2021) alimentent les tensions avec les communautés autochtones nigérianes, y compris les groupes sécessionnistes « biafrais » (Mawel, 2022) dont certaines factions sont pourtant alliées aux séparatistes « ambazoniens ».

Conclusion

28Les régions sud-ouest et nord-ouest du Cameroun sont l’enjeu et le théâtre d’un conflit armé de basse intensité opposant les forces loyalistes et des milices séparatistes. En dépit de la gravité de la situation humanitaire, marquée notamment par 6 000 morts et 600 000 déplacés internes et réfugiés, le conflit du NOSO fait partie des crises les plus négligées au monde. En effet, le huis clos dans lequel se déroulent ces violences, du fait des méthodes d’occultation employées par les autorités camerounaises et du climat de terreur répandu dans les deux régions anglophones par les groupes armés sécessionnistes, se conjugue avec la faible implication de la communauté internationale dont les rares initiatives de médiation n’ont pas permis de déboucher sur une paix durable en raison de l’intransigeance et de la défiance des principaux protagonistes. L’enchevêtrement des enjeux politiques et économiques, l’extrême divergence des positions des acteurs – y compris au sein de la mouvance séparatiste – et la résilience des groupes armés « ambazoniens » concourent à l’enlisement du conflit. Celui-ci tend à déborder sur les régions francophones voisines du NOSO et dans les marges frontalières du Nigeria où les forces armées camerounaises et les rebelles séparatistes anglophones mènent fréquemment des incursions ; les unes ciblent les bases de repli et d’approvisionnement des militants sécessionnistes, les autres visent les populations civiles accusées de collaboration avec les autorités ou incapables de satisfaire les exigences financières des séparatistes.

29Au bout de six années d’affrontements entrecoupés de périodes d’accalmie, la situation politico-sécuritaire du NOSO demeure volatile et aucun indice ne permet à ce stade d’envisager avec certitude le terme et l’issue finale du conflit. Bon nombre d’observateurs considèrent cependant que la solution militaire est illusoire et que l’obstination des deux parties à poursuivre une stratégie guerrière « ne peut que mutuellement leur nuire » (Kouagheu, 2022). Cette perspective est d’autant plus probante que la « crise » anglophone se superpose à d’autres périls dont la combinaison menace la stabilité et l’unité du Cameroun : « guerre » de succession ouverte autour du pouvoir présidentiel (Loungou, 2022), rivalités intercommunautaires exacerbées (Mba et Ngueuta Nouffeussie, 2022) et nuisances sécuritaires transfrontalières en provenance notamment du Nigeria et de la République centrafricaine (Nana Ngassam, 2014). Or le Cameroun occupant une position stratégique en Afrique centrale en raison notamment de sa situation géographique et de son leadership économique, son éventuelle déstabilisation ne pourrait qu’élargir le spectre de la « dépression géopolitique » (Roubini, 2023) dans une région qui est depuis longtemps en proie au chaos sur ses marges.

Haut de page

Bibliographie

Références en anglais

ACCESS NOW, 2018, “Access Now & ISF file legal intervention against Cameroon shutdown”, Published on January 24. URL : https://www.accessnow.org/access-now-isf-file-legal-intervention-cameroon-shutdown/

AFRICANEWS, 2022, “Cameroon’s separatist conflict spills into Nigeria”, Published on March 3. URL : https://www.africanews.com/2022/03/18/cameroon-s-separatist-conflict-spills-into-nigeria/

ATWOOD, R.; MODIRZADEH, N.; NTUI, A. E., 2021, “Cameroon’s Forgotten Anglophone Conflict”, International Crisis Group [Online], Published on October 14. https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/hyf-s2-e7

BESENG, M.; CRAWFORD, G.; ANNAN, N., 2023, “From ‘Anglophone Problem’ to ‘Anglophone Conflict’ in Cameroon: Assessing Prospects for Peace”, Africa Spectrum, Vol. 58 (1), p. 89-105.

BHALLA, A., 2018, “Six of the world’s most neglected crises are in Africa”, World Economic Forum [Online], Published on June 12. http://news.trust.org/item/20180607145907-ckyhg/

BONE, R. M., 2020, “Ahead of peace talks, a who’s who of Cameroon’s separatist movements”, The New Humanitarian [Online] Published on July 8. https://www.thenewhumanitarian.org/analysis/2020/07/08/Cameroon-Ambazonia-conflict-peace-whos-who

BONE, R. M., 2021, “Cameroon’s Forgotten War is getting worse”, Foreign Policy [Online], Published on December 2. https://foreignpolicy.com/2021/12/02/cameroon-civil-war-worse-nigeria-ambazonia-anglophone-crisis/

BONE, R. M., 2022, “Ethnic Clashes in Cameroon Aren’t About Religion”, Foreign Policy [Online], Published on May 6. https://foreignpolicy.com/2022/05/06/cameroon-anglophone-mbororo-ethnic-clashes-history-religion/

BRENNER, D. ; HAN, E., 2022, “Forgotten Conflicts: Producing Knowledge and Ignorance in Security Studies”, Journal of Global Security Studies, Vol. 7, Issue 1, March. https://doi.org/10.1093/jogs/ogab022

BUTTY, J., 2010, “Southern Political Leader Calls for Region’s Independence”, VOA [Online], Published on August 30. https://www.voanews.com/a/butty-cameroon-southern-independence-litumbe-31august10-101856818/155704.html

CARSTEN, P.; ROSS, A., 2017, “Exclusive: Cameroonian troops entered Nigeria without seeking authorization, sources in Nigeria say”, Reuters [Online], Published on December 20. URL : https://www.reuters.com/article/us-cameroon-separatists-nigeria-idUSKBN1EE2II

CHEREJI, C.-R. ; LOHKOKO, A. E., 2012, “Cameroon : the Anglophone Problem”, Conflict Studies Quarterly, Issue 1 October, p. 3-23.  

CHOFOR CHE, C. A., 2020, “Rethinking the façade of decentralisation under the 1996 Constitution of Cameroon”, Global Campus Human Rights Journal, 4, p. 135-175.

COUNTRYMETERS, 2023, “Cameroon Population”. https://countrymeters.info/en/Cameroon#population_2023

CRAIG, C., 2019, “Cameroon’s Anglophones Seek Self Determination”, Davis Political Review [Online], Published on April 1. URL : https://www.davispoliticalreview.com/article/cameroon-anglophones-independence

DICKLITCH, S., 2011, “The Southern Cameroons and minority rights in Cameroon”, Journal of Contemporary African Studies, 29 :1, p. 49-62.

EYOH, D., 1998, “Conflicting narratives of Anglophone protest and the politics of identity in Cameroon”, Journal of Contemporary African Studies, 16 :2, p. 249-276.

FRÖHLICH, S.; KÖPP, D., 2019, “Who are Cameroon’s self-named Ambazonia secessionists?”, Deutsch Welle, Published on December 30. URL : https://www.dw.com/en/who-are-cameroons-self-named-ambazonia-secessionists/a-50639426

GOOHAND, J.; HULME, D., 1999, “From war to complex political emergencies: understanding conflicts and peace building in the new world disorder”, Third World Quarterly, Vol. 20, No. 4, p. 13-26.

HUMAN RIGHTS WATCH, 2021, “Cameroon. Events of 2019”, World Report [Online], URL : https://www.hrw.org/fr/world-report/2021/country-chapters/377473

INTERNATIONAL CRISIS GROUP, 2017a, “Cameroon’s Anglophone Crisis at the Crossroads”, Report, N°250, Published on August 2. https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/250-cameroons-anglophone-crisis-crossroads

INTERNATIONAL CRISIS GROUP, 2017b, “Cameroon’s Anglophone Crisis: Dialogue remains the Only Viable Solution”, Published on December 21. https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/cameroons-anglophone-crisis-dialogue-remains-only-viable-solution

INTERNATIONAL CRISIS GROUP, 2019a, “Cameroon’s Anglophone Crisis: How to get to Talks?”, Report N°272, Published on May 2. https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/272-crise-anglophone-au-cameroun-comment-arriver-aux-pourparlers

INTERNATIONAL CRISIS GROUP, 2019b, “A Second Look at Cameroon’s Anglophone Special Status”, Briefing N°188, Published on 31 March. https://www.crisisgroup.org/africa/central-africa/cameroon/b188-second-look-cameroons-anglophone-special-status

INTERNET SANS FRONTIÈRES, 2018, “One Year of #BringOurInternet: Six Months of Internet Shutdowns for Citizens of English-Speaking Cameroon!”, Published on January 18. URL : https://internetwithoutborders.org/one-year-of-bringbackourinternet-six-months-of-internet-shutdowns-for-citizens-of-english-speaking-cameroon/

KAMAU, S., 2023, “Mediating The intractable: Cameroon’s crisis”, The Organization for World Peace, Published on May 6. https://theowp.org/mediating-the-intractable-cameroons-anglophone-crisis/

KINDZEKA, M. E., 2022, “Cameroon’s Rival Separatist Groups Clash, Kill Fighters”, Voice of America [Online], Published on February 16. https://www.voanews.com/a/cameroon-s-rival-separatist-groups-clash-kill-fighters-/6444121.html

KITSON, F., 2010, Low Intensity Operations: Subversion, Insurgency and Peacekeeping, Faber & Faber.

KONINGS, P.; NYAMNJOH, F.B., 1997, “The Anglophone Problem in Cameroon”, The Journal of Modern African Studies, 35 (2), p. 207-229.

NORWEGIAN REFUGEE COUNCIL, 2022, The world’s most neglected displacement crises in 2021, Published on June 1. https://www.nrc.no/shorthand/fr/the-worlds-most-neglected-displacement- crises-in-2021/index.htmll

NWACHUKWU, J. O., 2021, “Bakassi Peninsula belongs to Biafra, we’re battle ready for Nigerian, Cameroonian forces – BNL”, Daily Post [Online], Published on May 3. URL : https://dailypost.ng/2021/05/03/bakassi-peninsula-belongs-to-biafra-were-battle-ready-for-nigerian-cameroonian-forces-bnl//

OROCK, R., 2022, “Cameroon: how language plunged a country into deadly conflict with no end in sight”, The Conversation [Online], Published on March 17. URL : https://theconversation.com/cameroon-how-language-plunged-a-country-into-deadly-conflict-with-no-end-in-sight-179027

RYNG, J.; GUICHERD, G.; AL SAMAN, J. ; CHOUDHURY, P.; KELLETT, A., 2022, “Internet Shutdowns”, The RUSI Journal, 167:4-5, 50-63. DOI : https://doi.org/10.1080/03071847.2022.2156234

SAWE, E. B., 2010, “Ethnic Groups of Cameroon”, World Atlas, Published on June 7. https://www.worldatlas.com/articles/ethnic-groups- of-cameroon.htmll

SEARCEY, D.; SCHMITT, E. ; GIBBONS-NEFF, T., 2020, “U.S. Reduces Military Aid to Cameroon Over Human Rights Abuses”, New York Times [Online], Published on February 9. https://www.nytimes.com/2019/02/07/world/africa/cameroon-military-abuses-united-states-aid.html

ULJONEN, T., 2020, “Humanitarian needs are immense in this neglected crisis”, International Committee of Red Cross [Online], Published December 9. https://www.icrc.org/en/document/cameroon-humanitarian-needs-are-immense-neglected-crisis

VITÉ, S., 2009, “Typology of armed conflicts in international humanitarian law: legal concepts and actual situations”, International Review of the Red Cross, Vol. 91, N° 873, March, p. 69-94.

WARE, L. B. & al., 1988, Low Intensity Conflict in the Third World, Maxwell Air Force Base, AL: Air University Press, 1988.

Références en français

ACTU CAMEROUN, 2017, « Cameroun – Economie : Que valent les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ? », publié le 26 janvier. URL : https://actucameroun.com/2017/01/26/cameroun-economie-que-valent-les-regions-du-nord-ouest-et-du-sud-ouest/

ACTU CAMEROUN, 2019, « La crise au Cameroun est la moins financée en Afrique », publié le 22 octobre. URL : https://actucameroun.com/2019/10/22/la-crise-au-cameroun-est-la-moins- financee-en-afrique/

ADAM, M., 2002, « Guerres africaines », Études rurales, n° 163-164, p. 167-186.

AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS AU CAMEROUN, 2020, Les États-Unis condamnent les attaques séparatistes contre des civils, Communiqué de presse du 14 août. https://cm.usembassy.gov/fr/les-etats-unis-condamnent-les-attaques-separatistes-contre-des-civils/

AMNESTY INTERNATIONAL, 2021, Cameroun. Témoignages et images satellite révèlent l’ampleur des destructions dans les régions anglophones, Communiqué de presse du 28 juillet. URL : https://www.amnesty.org/fr/latest/press-release/2021/07/cameroon-satellite-images-reveal- devastation-in-anglophone-regions/

AMNESTY INTERNATIONAL, 2022, Cameroun. Des dizaines d’anglophones et une centaine des membres du parti d’opposition croupissent en prison pour s’être exprimés, publié en ligne le 24 janvier. URL : https://www.amnesty.org/fr/latest/news/2022/01/cameroon-more-than-a-hundred-detainees-from-anglophone/

AMNESTY INTERNATIONAL, 2023, Avec ou contre nous. La population prise en étau entre l’armée, les séparatistes armés et les milices dans la région du Nord-ouest du Cameroun. URL : https://www.amnesty.org/fr/latest/campaigns/2023/07/violations-des-droits-humains-dans-la-region-anglophone-du-nord-ouest-du-cameroun/

ANDZONGO, S., 2019a, « 4 400 écoles fermées dans le Nord-ouest et le Sud-ouest du Cameroun à cause de l’insécurité », Investir au Cameroun [En ligne], publié le 23 août. URL : https://www.investiraucameroun.com/education/2308-13108-4-400-ecoles-fermees-dans-le-nord-ouest-et-le-sud-ouest-du-cameroun-a-cause-de-l-insecurite

ANDZONGO, S., 2019 b, « Le contenu du statut spécial accordé aux régions anglophones du Cameroun soumis à la validation du Parlement », Investir au Cameroun [En ligne], publié le 13 décembre. URL : https://www.investiraucameroun.com/index.php/gestion-publique/1213-13756-le-contenu-du-statut-special-accorde-aux-regions-anglophones-du-cameroun-soumis-a-la-validation-du-parlement

BABON HARAIBE, H. S., 2022, Analyse du rôle de la médiation internationale dans le règlement pacifique des conflits armés intraétatiques : cas de la crise anglophone au Cameroun, Maîtrise en Science, Concentration politique internationale et Droit international, UQAM. URL : https://archipel.uqam.ca/16162/1/T1104.pdf

BALA, M., 2017, « Crise Anglophone. Le VPN est le mode de communication prisé par les sécessionnistes », Cameroun24.net [En ligne], publié le 12 décembre. URL : https://www.cameroun24.net/actualite-cameroun-LU_VPN_Usi_lU_modU_dU_iomminiiiiion_pris_C3_A9_pir_lUs-1-1-43148.html

BANQUE MONDIALE, 2012, Cameroun – La voie de la décentralisation budgétaire : opportunités et défis, Washington, DC, https://openknowledge.worldbank.org/handle/10986 /11 875

BENDHAOU, F., 2021, « Cameroun : MSF accusée de soutenir les groupes armés séparatistes », Anadolu Agency [En ligne], publié le 28.12. URL : https://www.aa.com.tr/fr/afrique/cameroun-msf-accus%C3%A9e-de-soutenir-les-groupes-armés-séparatistes/2458960

BENDHAOU, F., 2022, « Cameroun. L’éternel conflit entre francophones et anglophones… », Anadolu Agency [En ligne], publié le 10.05. URL : https://www.aa.com.tr/fr/afrique/cameroun-I%C3%A9ternel-conflit-entre-francophones-et-anglophones-/2584052

BIHINA, F., 2019, « Cameroun – Crise anglophone : selon le GICAM, la crise a déjà fait perdre au Cameroun de près 845 milliards de FCFA et plus de 16 000 emplois », Cameroon-Info.Net [En ligne], publié le 23 décembre. URL : http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-crise-anglophone-selon-le-gicam-la-crise-a-deja-fait-perdre-au-cameroun-357495.html

BOULANGER, P., 2020, « Milieu naturel et opérations militaires, La géographie, reine des batailles, Éditions Perrin/Ministère des Armées, p. 141-179.

BOUOPDA, P. K., 2016, Histoire politique du Cameroun au XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

BOURSIN, C., 2022 a, « Au Cameroun, une guerre qui ne dit pas son nom », Afrique XXI [En ligne], publié le 7 mars. https://afriquexxi.info/Au-Cameroun-une-guerre-qui-ne-dit-pas-son-nom

BOURSIN, C., 2022 b, « Cameroun anglophone. Une guerre passée sous silence », Afrique XXI [En ligne], publié le 19 juillet. https://afriquexxi.info/Cameroun-anglophone-Une-guerre-passee-sous-silence

CAMEROON RADIO TELEVISION, 2021a, « Cameroun-Nigeria : vers le tracé définitif de la frontière », publié le 3 février. URL : https://www.crtv.cm/2021/02/cameroun-nigeria-vers-le-trace-definitif-de- la-frontiere/

CAMEROON RADIO TELEVISION, 2021b, « La vie reprend progressivement dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest », publié le 17 septembre. URL : https://www.crtv.cm/2021/09/la-vie-reprend-progressivement-dans-le-nord- ouest-et-le-sud-ouest/

CARE, 2023, Rapport Breaking the Silence. Dix crises humanitaires qui n’ont pas fait la une des journaux en 2022, publié le 10 janvier. URL : https://www.care-international.org/resources/breaking-silence-report-ten-humanitarian-crises-didnt-make-headlines-2022

CHAMPIN, C., 2001, « Le réveil brutal de la question anglophone » Radio France Internationale, [En ligne] publié le 03 octobre. URL : http://www1.rfi.fr/actufr/articles/022/article_15341.asp

COMMISSION AFRICAINE DES DROITS DE L’HOMME ET DES PEUPLES, 2018, Résolution sur la situation des droits de l’homme en République du Cameroun – CADHP/Rés.395 (LXII) 2018. URL : https://achpr.org/fr_sessions/resolutions?id=404

CORNEVIN, R., 1971, « Du régime colonial à l’indépendance nationale », Le Monde diplomatique, septembre. URL : https://www.monde-diplomatique.fr/1971/09/CORNEVIN/30496

DADA PETEL, F. ; VIRCOULON, T., 2022, « Les Peuls Mbororo dans le conflit anglophone : des luttes foncières locales au conflit régional », Notes de l’IFRI, IFRI, juin.

DELTOMBE, T. ; DOMERGUE, M. ; TATSITSA, J., 2016, La guerre du Cameroun. L’invention de la Françafrique, éd. La Découverte, Paris.

DJOUALEU, A., 2018, « Cameroun : des soldats franchissent la frontière nigériane », Africa Times News [En ligne], publié le 1er février. URL : http://atn.francoropelato.com/2018/02/cameroun-des-soldats-franchissent-la-frontiere-nigeriane/

DJOUNGUEP, H. E., 2021, « L’autodestruction du Cameroun », Esprit [En ligne], septembre. URL : https://esprit.presse.fr/article/hippolyte-eric-djounguep/l-autodestrucion-du-cameroun-43517

DÖNMEZ, A. E., 2023, « Le Cameroun déploie des troupes à la frontière avec le Nigeria », Anadolu Agency [En ligne], publié le 19. 01. URL : https://www.aa.com.tr/fr/afrique/le-cameroun-d%C3%A9ploie-des-troupes-%C3%A0-la-fronti%C3%A8re-avec-le-nigeria/2791658#

DOSSOU, M., 2021, « Les séparatistes camerounais attaquent le Nigeria et massacrent plusieurs personnes », Bénin Web TV [En ligne], publié le 17 novembre. URL : https://beninwebtv.com/les-separatistes-camerounais-attaquent-le-nigeria-et-massacrent-plusieurs-personnes/

DOUGUELI, G., 2017, « Cameroun. Coupure d’Ét@t », Jeune Afrique, 9-22 avril, p. 42-44.

DUERKSEN, M., 2021, Les diverses menaces envers la sécurité du Nigeria, Centre d’études stratégique de l’Afrique, publié le 14 avril, Washington. URL : https://africacenter.org/fr/spotlight/les-diverses-menaces-envers-la-securite-du-nigeria/

EBONGUE, M., 2022, « NOSO : 66,1 % de journalistes interdits de parler de droits humains », Data Cameroon [En ligne], publié le 6 mai. URL : https://datacameroon.com/droits-humains-661-de-journalistes-museles-dans-le-noso/

ENDONG MANASSE, A., 2002, « Menaces sécessionnistes sur l’Etat camerounais », Le Monde Diplomatique, décembre, p. 12-13.

FAIVRE, A., 2017, « Cameroun : pourquoi le retour d’Internet ne règle pas tout », Le Point [En ligne], publié le 21 avril. URL : https://www.lepoint.fr/afrique/cameroun-pourquoi-le-retour-d-internet-ne-regle-pas-tout-21-04-2017-2121439_3826.php

FIRISSOU, C., 2021, La crise sécuritaire du nord-ouest et du sud-ouest Cameroun. La détermination de la nature juridique pour une protection efficace des femmes et des enfants, Etude Scientifique, GRIN. URL : https://www.grin.com/document/1150143

FOSSI, E., 2022, « Cameroun : l’armée démantèle un atelier de fabrication d’armes à Buea, plusieurs personnes arrêtées », Journal du Cameroun.com [En ligne], publié le 18 octobre. URL : https://www.journalducameroun.com/cameroun-larmee-demantele-un-atelier-de-fabrication-darmes-a-buea-plusieurs-personnes-arretees/

FOTSO, H., 2019, « Dialogue national au Cameroun : bilan contrasté un an après », Deutsch Welle [En ligne], publié le 30 septembre. URL : https://www.dw.com/fr/dialogue-national-au-cameroun-bilan-contrast%C3%A9-un-an-après/a-55110544

FOURREAU, V., 2023, « Conflits armés. Les pays les plus exposés aux violences politiques et armées », Statista, publié en ligne le 25 septembre. URL : https://fr.statista.com/infographie/25635/pays-affrontements-armes-guerres-en-cours/

FOUTE, F., 2021, « Cameroun : qui arme les combattants ambazoniens ? », Jeune Afrique [En ligne], publié le 1er octobre. URL : https://www.jeuneafrique.com/1242715/politique/cameroun-qui-arme-les-combattants-ambazoniens/

FRENAY, P., 1987, « Le Cameroun anglophone dans le processus d’intégration nationale. Les conséquences de la marginalisation d’une région sur le développement des villes », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 159, juillet-septembre, p. 217-236.

FREUDENTHAL, E., 2018, « Cameroun. Les ruses du président fantôme », World Politics Review/Le Courrier international, n° 1458, 11-17 octobre, p. 16-18.

GILES, C. ; MWAI, P., 2020, « Où et comment les gouvernements bloquent-ils internet ? », BBC News Afrique [En ligne], publié le 4 novembre. URL : https://www.bbc.com/afrique/region -54 793 807

GROUPEMENT INTER-PATRONAL DU CAMEROUN, 2018, Insécurité dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Conséquences économiques et impacts sur l’activité de l’entreprise, publié le 18 juillet. URL : https://reliefweb.int/report/cameroon/ins-curit-dans-les-r-gions-du-sud-ouest-et-du-nord-ouest-cons-quences-economiques-et

GUETAT-BERNARD, H., 2011, « À la rencontre des femmes bamilékées », Développement rural et rapports de genre. Mobilité et argent au Cameroun, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 47-58.

GUIMDO D., B.-R., 1998, « Les bases constitutionnelles de la décentralisation au Cameroun (Contribution à l’étude de l’émergence d’un droit constitutionnel des collectivités territoriales décentralisées) », Revue générale de droit, 29(1), p. 79-100.

HALLAIRE, A., 1989, « L’intérêt d’une frontière : l’exemple des Monts Mandara (Cameroun/Nigeria) », in Tropiques. Lieux et liens. Florilège offert à Pierre Pélissier et Gilles Sautter », GéoProdig, portail d’information géographique, consulté le 31 janvier 2023, http://geoprodig.cnrs.fr/items/show/107061

HEUNGOUP, H. M., 2017, « Cameroun : le risque d’embrasement de la crise anglophone inquiète les francophones », Jeune Afrique [En ligne], publié le 8 septembre. URL : https://www.jeuneafrique.com/mag/472801/societe/cameroun-le-risque-dembrasement-de-la-crise-anglophone-inquiete-les-francophones/

HUMAN RIGHTS WATCH, 2022a, « Cameroun. Évènements de 2021 », Rapport mondial 2022, publié en ligne. URL : https://www.hrw.org/fr/world-report/2022/country-chapters/cameroon

HUMAN RIGHTS WATCH, 2022b, « Cameroun : l’enquête sur des meurtres commis par des soldats est une étape positive », publié le 08 juillet. URL : https://www.hrw.org/fr/news/2022/07/08/cameroun-lenquete-sur-des-meurtres-commis-par-des-soldats-est-une-etape-positive

HUMAN RIGHTS WATCH, 2023, « Cameroun. Évènements de 2022 », Rapport mondial [En ligne], URL : https://www.hrw.org/fr/world-report/2023/country-chapters/cameroon

ISSEKIN, Y., 2019, « La géopolitique onusienne du découpage électoral du plébiscite des 11 et 12 février 1961 au Cameroun », BATIBONAK Paul (s. dir.), Indépendances inachevées en Afrique. Nous n’avons jamais été indépendants, L’Harmattan, Paris, p. 51-71.

ISS TODAY, 2023, L’UA en 2023 : traduire les intentions en action ? Rapport PSC, publié le 04 janvier. URL : https://issafrica.org/fr/iss-todayLlua-en-2023-traduire-les-intentions-en-action

JEUNE AFRIQUE, 2017, « Cameroun : 1,3 million de dollars perdus depuis la coupure d’Internet en zone anglophone », publié le 23 février. URL : https://www.jeuneafrique.com/406410/societe/cameroun-13-million-de-dollars-perdus-coupure-dinternet-zone-anglophone/

JEUNE AFRIQUE, 2018, « Cameroun : de nombreuses divisions fragmentent les séparatistes en zone anglophone », publié le 19 février. URL : https://www.jeuneafrique.com/533245/politique/cameroun-de-nombreuses-divisions-fragmentent-les-separatistes-en-zone-anglophone/

JEUNE AFRIQUE, 2019 « Cameroun : situation humanitaire « urgente », selon l’ONU », publié le 13 mai et mis à jour le 5 mai. URL : https://www.jeuneafrique.com/774225/politique/cameroun-situation-humanitaire-urgente-selon-lonu/

JOUVE, A., 2019, « Cameroun anglophone : un conflit oublié, une grave crise humanitaire », Radio France Internationale [En ligne], publié le 09 mai. URL : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20190509-cameroun-anglophone-conflit-arme-crise-humanitaire

HOLEINDRE, J.-V., 2017, « Guerres et conflits insolubles », Questions internationales, n° 85-86, mai-août.

KAZE, B., 2019, « Cameroun – Crise anglophone : le regard indifférent des pays africains », Cameroon-Info.Net [En ligne], publié le 24 mai. URL : http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-crise-anglophone-le-regard-indifferent-des-pays-africains-343356.html

KEUTCHEU, J., 2021, « La crise anglophone : entre lutte de reconnaissance, mouvements protestataires et renégociation du projet hégémonique de l’Etat au Cameroun », Politique et Sociétés, volume 40, n° 2, p. 3-36.

KOLWE WANGSO, W., 2019, « Violences au Cameroun : entre trouble intérieur et conflit armé non international », Village de la Justice [En ligne], publié le 30 septembre et mis à jour le 3 janvier 2020. URL : https://www.village-justice.com/article/les-violences-nord-ouest-sud-ouest-cameroun-entre-trouble-interieur-conflit,32537.html

KONINGS, P. ; WEISS, T. ; COURADE, G., 1996, « Le « problème anglophone » au Cameroun dans les années 1990, Politique Africaine, n° 62, p. 25-34.

KOUAGHEU, J., 2019, « Les régions anglophones du Cameroun sont au bord de la faillite », Le Monde [En ligne], publié le 07 et mis à jour le 19 août. URL : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/08/07/au-cameroun-les-regions-anglophones-au-bord-de-la-faillite_5497294_3212.html

KOUAGHEU, J., 2021, « Au Cameroun anglophone, la guerre civile prend les humanitaires en étau », Le Monde [En ligne], publié le 01 septembre

KOUAGHEU, J., 2022, « Au Cameroun anglophone, où la guerre civile fait rage, « cette guerre nous trouve en deuil », Le Monde [En ligne], publié le 12 janvier. URL : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/01/12/au-cameroun-anglophone-ou-la-guerre-civile-fait-rage-cette-can-nous-trouve-en-deuil_6109164_3212.html

KOUNGOU, L., 2022, « Golfe de Guinée : insurgés du delta du Niger et sécessionnistes camerounais », Revue Défense Nationale, vol. 846, n° 1, p. 105-110.

LE MONDE, 2019, « Au Cameroun, regain de ‘‘terreur’’ dans les zones anglophones », publié en ligne le 24 mai et mis à jour le 25 mai. URL : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/05/24/au-cameroun-regain-de-terreur-dans-les-zones-anglophones_ 5466721_3212.html

LE MONDE, 2022, « HRW accuse les séparatistes anglophones au Cameroun de « violations graves » des droits humains », publié le 27 juin. URL : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2022/06/27/hrw-accuse-les-separatistes-anglophones-au-cameroun-de-violations-graves-des-droits-humains_6132186_3212.html

LOUNGOU, S., 2022, « Des ‘‘guerres’’ de succession en Guinée Équatoriale, au Congo et au Cameroun. Vers un embrasement de l’Afrique centrale ? » Diploweb.com : la revue géopolitique [En ligne], publié le 23 avril. URL : https://www.diploweb.com/_Serge-LOUNGOU_.html

MAWEL, A. N., 2022, « Les séparatistes du Nigéria menacent de riposter contre ceux du Cameroun », Journal du Cameroun.com [En ligne], publié le 31 mai. URL : https://www.journalducameroun.com/les-separatistes-du-nigeria-menacent-de-riposter-contre-ceux-du-cameroun/

MBA, J. É. ; NGUEUTA NOUFFEUSSIE, L., 2022, « Conflits intercommunautaires au Cameroun : une rationalisation néo-causale au prisme des interférences intra et extraterritoriales », Afrique contemporaine, vol. 2, n° 274, p. 97-121.

MBADI, O., 2019, « Cameroun. Les entreprises dans la tourmente », Jeune Afrique, 10-16 février, p. 49-52.

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE, DE LA PLANIFICATION ET L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, 2022, Plan Présidentiel de Reconstruction et de Développement des régions en crise : Paul Tasong édifie les Députés, publié le 10 février. https://minepat.gov.cm/fr/2022/02/10/plan-presidentiel-de-reconstruction-et-de-developpement-des-regions-en-crise-paul-tasong-edifie-les-deputes/

MORIN, S., 1994, « Pays et milieux d’altitude sous l’Équateur : Les Hautes Terres de l’Ouest Cameroun », in MAIRE, R. ; POMEL, S. ; SALOMON, J.-N. (s. dir.), Enregistreurs et indicateurs de l’évolution de l’environnement en zone tropicale, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, p. 413-440. URL : http://books.openedition.org/pub/10613

MOUKO BOUDOMBO, A., 2021, « Crise Anglophone : comment les groupes armés étrangers changent la donne au Cameroun ? », BBC News Afrique [En ligne], publié le 23 septembre. URL : https://www.bbc.com/afrique/region-58672333

MUELLER, J., 1995, « Scénario catastrophe : désordre après la guerre froide. Partie 1 », Cultures & Conflits [En ligne], 19-20 | automne-hiver, mis en ligne le 28 février 2003, consulté le 05 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/conflits/878 ; DOI : https://doi.org/100.4000/conflits.878

NANA NGASSAM, R., 2014, « Insécurité aux frontières du Cameroun », Études, n° 3, p. 7-16.

NDOUMBE, N., 2018, « Cameroun : Internet de retour dans la région du Sud-Ouest », Actu Cameroun [En ligne], publié le 17 janvier. URL : https://actucameroun.com/2018/01/17/cameroun-internet- de-retour-region-sud-ouest/

NJOYA M., 2020, « Cameroun : qui arme les sécessionnistes anglophones ? », Actu Cameroun [En ligne], publié le 14 décembre. URL : https://actucameroun.com/2020/12/14/cameroun-qui-arme-les-secessionnistes-anglophones/

NOAH EDZIMBI, F. X., 2021, « Gouvernance des ressources naturelles et dynamique de reterritorialisation des régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun », Revue Espace Géographique et Société Marocaine, n° 43-44, janvier, p. 209-222.

OJEWALE, O., 2021, Le Cameroun ne peut à lui seul endiguer le flux d’armes illicites dans le pays, Institut d’études de sécurité, publié le 26 août. URL : https://issafrica.org/fr/iss-today/le-cameroun-ne-peut-a-lui-seul-endiguer-lafflux-darmes-illicites-dans-le-pays

OLIVIER, M., 2017, « #BringBackOurInternet : quand les Camerounais se rebiffent contre la coupure du web en zone anglophone », Jeune Afrique [En ligne], publié le 27 janvier. URL : https://www.jeuneafrique.com/397978/politique/bringbackourinternet-camerounais-se-rebiffent-contre-coupure-web-zone-anglophone/

OLIVIER, M., 2018, « Diplomatie : comment le Sénat américain met la pression sur le Cameroun dans la crise anglophone », Jeune Afrique [En ligne], publié le 21 décembre. URL : https://www.jeuneafrique.com/693772/politique/diplomatie-comment-le-senat-americain-met-la-pression-sur-le-cameroun-dans-la-crise-anglophone/

OLIVIER, M., 2019, « Crise anglophone au Cameroun : qui sont les sécessionnistes ? », Jeune Afrique [En ligne], publié le 28 janvier et mis à jour le 12 novembre 2019. URL : https://www.jeuneafrique.com/mag/715489/politique/crise-anglophone-au-cameroun-qui-sont- les-secessionnistes/

ONU INFO, 2022, « Cameroun : l’ONU condamne deux nouvelles attaques d’écoles dans la région du Sud-Ouest », Nations Unies, publié le 16 février. URL : https://news.un.org/fr/story/2022/02/1114432

OUGOCK A., 2021, « Des Camerounais inculpés aux États-Unis pour financement et armement des combattants séparatistes », Koaci [En ligne], publié le 14 juin. URL : https://www.koaci.com/article/2021/06/14/cameroun/politique/cameroun-des-camerounais-inculpes-aux-etats-unis-pour-financement-et-armement-des-combattants-separatistes_151713.html

OWONA, D., 1973, « La naissance du Cameroun (1884-1914) », Cahiers d’Études africaines, vol.13, n° 49, p. 16-36. DOI : https://doi.org/10.3406/cea.1973.2724

PELATAN, M., 2018, « La crise anglophone au Cameroun : raisons, enjeux et solutions », La Vigie [En ligne], publié le 23 novembre. URL : https://www.lettrevigie.com/blog/2018/11/23/la-crise-anglophone-au-cameroun-raisons-enjeux-et-solutions-m-pelatan/

PARSI, M., 2017, « Le Nigeria et le fantasme d’une impossible partition », Radio France Internationale [En ligne], publié le 22/09. URL : https://www.rfi.fr/fr/hebdo/20170922-chronique-nigeria-fantasme-impossible-partition-biafra-afrique

PETRIGH, C., 2019, « Le conflit anglophone au Cameroun. Un dialogue sans partenaires », Notes de l’IFRI, IFRI, octobre. URL : https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/petrigh_conflit_anglophone_ cameroun_2019.pdf

POUT, C., 2020, « Cameroun : aux origines de la crise séparatiste », Institut des Relations Internationales et Stratégiques [En ligne], interview accordée le 24 février. URL : https://www.iris-france.org/144623-cameroun-aux-origines-de-la-crise-separatiste/#_ftn3

RADIO FRANCE INTERNATIONALE, 2018, « Cameroun : trois navires nigérians arraisonnés avec des armes à bord », publié le 15/09. URL : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20180915-cameroun-trois-navires-nigerians-araisonnes-armes-bord

RADIO FRANCE INTERNATIONALE, 2019, « Le Cameroun rejette la résolution du Parlement européen à son encontre », publié en ligne le 24/04. URL : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20190424-cameroun-rejette-resolution-parlement-europeen-son-encontre

RAZAFINDRAKO, M. ; ROUBAUD, F., 2022, « Aux soubassements de la crise anglophone au Cameroun : frustrations politiques et défiance à l’égard des institutions politiques », Stratéco, n° 116, p. 121-137.

ROUBINI, N., 2023, « Les conséquences de la « dépression géopolitique », Les Echos [En ligne], publié le 11 janvier. URL : https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/les-consequences-de-la-depression-geopolitique-1896070

SEIBT, S., 2018, « Le Cameroun poursuivi en justice pour avoir coupé Internet aux régions anglophones », France 24 [En ligne], publié le 30/01 et modifié le 31/01. URL : https://www.france24.com/fr/20180130-cameroun-justice-coupure-internet-region-anglophone

TATUEBU TAGNE, C. ; BOPDA, A., 2020, « L’Ouest-Cameroun et l’héritage du maquis (1955-1971). Temps “longs”, “moyens” et “courts” de la géographie d’une population de territoire terrorisé », Population, temps, territoires, novembre, p. 231-236.

TCHAWA, P., 2012, « Le Cameroun : une Afrique en miniature ? », Les Cahiers d’Outre-mer, 65 (259), p. 319-338.

THOMSON, D., 2022, « États-Unis : trois hommes inculpés pour leur soutien à un groupe séparatiste anglophone camerounais », Radio France Internationale [En ligne], publié le 30/11. URL : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20221130-%C3%A9tats-unis-trois-hommes-inculp%C3%A9s-pour-leur-soutien-%C3%A0-un-groupe-s%C3%A9paratiste-anglophone-camerounais

TOPONA, E., 2017, « Les sécessionnistes anglophones du Cameroun sont-ils soutenus par le Nigéria ? » Deutsch Welle [En ligne], publié le 08 décembre. URL : https://www.dw.com/fr/les-s%C3%A9cessionnistes-anglophones-du-cameroun-sont-ils-soutenus-par-le-nigéria/a-41718858

TOPONA, E., 2020, « Cameroun : Yaoundé secoué par des explosions à la bombe », Deutsch Welle [En ligne], publié le 03/07. URL : https://www.dw.com/fr/cameroun-yaound%C3%A9-secou%C3%A9-par-des-explosions-%C3%A0-la-bombe/a-54043705

UNION AFRICAINE, 2019, Communiqué du Président de la Commission de l’Union africaine sur la situation au Cameroun, publié le 11 septembre, Addis Abeba. https://au.int/fr/pressreleases/20190911/communique-du-president-de-la-commission-de-lunion-africaine-sur-la-situation

TORRENT, M., 2013, « Des partages coloniaux aux frontières culturelles : (ré-)unifications et marginalisations au Cameroun méridional (1954-1961) », Mémoire(s), identité(s), marginalité(s) dans le monde occidental contemporain [En ligne], 10 | mis en ligne le 04 septembre. URL : http://journals.openedition.org/mimmoc/1360 

VOICE OF AMERICA, 2017, « Crise au Cameroun anglophone : la tentation de « l’auto-défense », publié le 20 octobre ? URL : https://www.voaafrique.com/a/crise-au-cameroun-anglophone-la-tension-de-l-auto-defense/4078986.html

VOICE OF AMERICA, 2018, « Les séparatistes anglophones armés dans une logique de guérilla au Cameroun », publié le 17 février. URL : https://www.voaafrique.com/a/les-separatistes-anglophones-armes-dans-une-logique-de-guerilla-au-cameroun/4259008.html

VOICE OF AMERICA, 2019, « Human Rights Watch accuse les séparatistes camerounais de torturer les civils », publié le 19 juin. URL : https://www.voaafrique.com/a/human-rights-watch-accuse-les-s%C3%A9paratistes-camerounais-de-torturer-des-civils-/4972768.html

VOICE OF AMERICA, 2022, « Le conflit séparatiste au Cameroun déborde sur son voisin nigérian », publié le 18 mars. URL : https://www.voaafrique.com/a/le-conflit-s%C3%A9paratiste-au-cameroun-d%C3%A9borde-sur-son-voisin-nig%C3%A9rian-/6490790.html

WILWERT-BELA, S. N., 2020, Le dialogue national au Cameroun : limites et perspectives pour une sortie de crise, Thinking Africa, Note de recherche, n° 56, décembre. https://www.thinkingafrica.org/V2/le-dialogue-national-au-cameroun/

YEMMAFOUO, A. ; ONEKE, A. Y. ; UWIZEYIMANA, L., 2012, « Infrastructures de transport et destin des territoires frontaliers du Sud-Ouest camerounais : cas de Mamfé et sa région », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 259 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/com/6663

ZINGA, V., 2023, « Au Cameroun anglophone, les groupes armés indépendantistes changent de stratégie », Radio France Internationale [En ligne], publié le 04 juin. URL : https://www.rfi.fr/fr/afrique/20230604-au-cameroun-anglophone-les-groupes-arm%C3%A9s-indépendantistes-changent-de-stratégie

ZRA, D., 2019, « Nord-ouest et Sud-ouest : bilan des exactions terroristes », Cameroon Radio Television [En ligne], publié le 27 août. URL : https://www.crtv.cm/2019/08/nord-ouest-et-sud-ouest-bilan-des-exactions-terroristes/

Haut de page

Notes

1 Le SCNC a été interdit par les autorités camerounaises en 1995.

2 Outre le conflit du NOSO, le Cameroun est confronté, au nord, à la menace djihadiste incarnée par le groupe nigérian Boko Haram et, à l’est, à l’insécurité entretenue par les factions centrafricaines.

3 Communiqué de presse du 14 août 2020. Voir les références complètes en bibliographie.

4 Selon International Crisis Group (2019), il s’agit de Manyu Tigers, Southern Cameroons Defense Forces, Ambazonia Defense Force, Red Dragons, Seven Kata, The Sword of Ambazonia, Ambaland Quifor.

5 Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

6 Groupement Inter-patronal du Cameroun.

7 Ministère de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire.

8 Cameroon Radio Television.

9 La presqu’île de Bakassi (1 000 km²) est l’extension de la péninsule de Calabar dans le golfe de Guinée. Elle avait fait l’objet d’un sérieux contentieux entre les deux pays, jusqu’à ce qu’un arbitrage international, rendu en 2002, autorise le Cameroun à y étendre sa souveraineté.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Les frontières du Cameroun
Crédits Source : Courrier International [En ligne], publié le 12 février 2018 https://www.courrierinternational.com/​article/​au-cameroun-les-separatistes-anglophones-poursuivent-la-lutte
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11591/img-1.png
Fichier image/png, 152k
Titre Carte 2. Le cadre géographique du conflit du NOSO
Crédits Source : Jeune Afrique [En ligne], publié le 28 janvier et mis à jour le 12 novembre 2019 https://www.jeuneafrique.com/​mag/​715489/​politique/​crise-anglophone-au-cameroun-qui-sont-l es-secessionnistes/
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11591/img-2.png
Fichier image/png, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Loungou et Serges Meye Ndong, « Les régions anglophones du Cameroun, théâtre d’un conflit oublié »L’Espace Politique [En ligne], 47-48 | 2022-2/3, mis en ligne le 16 décembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11591 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.11591

Haut de page

Auteurs

Serge Loungou

Maître de conférences en géographie politique, DSGEM/CERGEP, université Omar Bongo de Libreville
serloungou@gmail.com

Articles du même auteur

Serges Meye Ndong

Maître-assistant en géopolitique, département de Science politique, université Omar Bongo de Libreville
maydanone@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search