Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47-48VariaLa production d’espaces rassurant...

Varia

La production d’espaces rassurants en territoire hétéronormé : les spatialités queer associatives dans les villes moyennes

The production of reassuring spaces in heteronormative territory: Queer associative spatialities in medium-sized cities
Théophile Plouvier

Résumés

Les associations queer locales participent en France, par leurs activités, à offrir aux individus issus de minorités sexuelles et de genres, des espaces plus ou moins à l’écart de l’hétéronormativité et qui favorisent l’affirmation de soi. Ces espaces que l’on peut considérer comme étant des espaces rassurants, sont néanmoins peu étudiés en dehors des grands centres urbains, notamment dans les villes moyennes, posant ainsi la question des possibilités queer dans ces territoires. A partir d’un recensement précis des associations à l’échelle régionale, et des activités associatives recueillies sur les réseaux sociaux de trois structures établies dans des villes moyennes du nord de la France, les résultats montrent les stratégies spatiales mises en place par les associations pour assoir leur présence dans des territoires où les milieux queer sont souvent peu développés et visibles. A travers divers partenariats locaux et en investissant des espaces parfois perçus comme hétérosexuels, ces associations, par leurs pratiques mouvantes, remettent en cause la binarité sexuelle supposée des lieux. De plus, les spatialités associatives, via les relations entretenues avec les populations locales et les pouvoirs publics, nous renseignent sur l’acceptation des minorités sexuelles et de genres, et participent à établir une géographie des possibilités queer.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les associations queer représentent des structures œuvrant dans les domaines de la lutte contre les discriminations et l’organisation de sociabilités communautaires à destination d’individus issus des minorités sexuelles et de genres. Le qualificatif queer, bien que la plupart du temps employé pour désigner des populations marginalisées vis-à-vis de la norme hétérosexuelle, peut également revêtir une dimension politique marquée par la remise en cause des catégorisations binaires du genre et des orientations sexuelles, et par une prise en compte transversale des différents systèmes oppressifs (notamment le racisme et les rapports de classes).

Contrairement aux commerces communautaires LGBT+ dont l’activité marchande induit, de fait, un suivi strict des activités, les associations queer sont des structures peu étudiées et mal connues.

Pourtant, via une présence importante sur la majeure partie du territoire national (Blidon, 2007), celles-ci révèlent, à travers leurs activités comme l’organisation des marches des fiertés, d’évènements de sociabilités, ou la sensibilisation à l’homophobie, différents modes d’occupation de l’espace.

2En géographie, ces structures ont été étudiées sommairement via des recensements (Blidon, 2007), mais également de manière plus fine afin d’en démontrer le potentiel de production d’espaces rassurants et de consolidation communautaire (Le Blanc, 2015, 2019 ; Ferez, Beukenkamp, 2009, Prieur, 2015). Néanmoins, ces travaux, que ce soit par un effet de taille, ou en se concentrant sur des types de structures qui n’existent que dans certains territoires, se focalisent majoritairement sur les grandes métropoles françaises.

3Cet article propose, par une approche géographique, de mettre en lumière les spatialités associatives dans plusieurs villes moyennes de la région des Hauts-de-France. Il repose sur un recensement des associations régionales, ainsi que, pour trois associations installées dans des villes moyennes, sur le suivi via le réseau social Facebook, des lieux mobilisés durant leurs activités. Pour chacune de ces structures, un entretien a également été effectué avec des responsables associatifs afin d’étayer et contextualiser le recensement des activités.

4Ce travail permet notamment de mieux décrire et comprendre les spatialités queer dans des territoires dépourvus d’un milieu queer visible, à l’image des quartiers gays des grandes villes, et souvent considérés en apparence comme des « déserts gay » (Giraud, 2016). Ces spatialités, qui offrent une vision bien plus mouvante et fluide des processus d’appropriations de l’espace, contrastent en effet avec les visions souvent binaires de la caractérisation des lieux, basées sur les notions de visibilité/invisibilité, hétérosexualité/homosexualité ou public/privé (Schweighofer, 2016).

5Il questionne aussi sur la diversité des pratiques abordées dans cet article et leurs aspects plus ou moins transgressifs et inclusifs, en suggérant, comme Phil Hubbard (2008, p. 654), que « plutôt que d’essayer de cartographier l’appartenance des différentes communautés et identités sexuelles, le défi à relever consiste à examiner comment la sexualité est pratiquée dans l’espace. ».

Dans la mesure où la plupart des associations étudiées dans cet article intègrent le terme queer dans leurs communications, nous utilisons ici ce terme en tant que synonyme de Lesbiennes Gays Transgenres et plus (LGBT+). Sans pouvoir entièrement statuer concernant l’adéquation de ces associations avec les politiques queer, les données présentées fournissent quelques pistes quant à celle-ci.

De l’expérience minoritaire queer à la recherche d’espaces communautaires

Safe spaces : une mise à distance de la stigmatisation

6Par leur statut minoritaire dans la société, les populations queer sont davantage soumises aux pressions hétéronormatives. Ces pressions qui peuvent survenir dans les domaines de la vie amoureuse (modèle de la famille nucléaire), des pratiques sexuelles (représentations déviantes de la sodomie) ou encore dans les expressions genrées sont susceptibles de générer ce qu’Ilan Meyer (1995) théorise comme un stress minoritaire, c’est-à-dire un niveau important de stress généré par le statut minoritaire des individus, et qui s’appuie notamment sur la persistance de discriminations et d’un faible support social pour ces populations.

7Pour pallier ces pressions, une des stratégies mise en place par ces populations a été de produire des espaces d’entre-soi au sein desquels la situation minoritaire pouvait être inversée. Proche des hétérotopies de Foucault (2004), ces « espaces autres » représentent souvent une rupture avec l’espace hétéronormé environnant, que ce soit au travers des pratiques qui y ont lieu (pratiques sexuelles homosexuelles), des identités sexuelles qui s’y expriment ou tout simplement via un contrôle d’accès depuis l’extérieur (présence d’un vigile, entrée tarifée).

8Provenant des cultures anglo-saxonnes, le terme de safe space reprend cette logique en faisant référence à des espaces sécurisants dans lesquels des individus marginalisés ou couramment victimes de harcèlement et de violences dans les espaces standards peuvent se regrouper. Initialement développés dans les domaines scolaires et universitaires, ces espaces ont été pensés comme des lieux où les personnes LGBT+ pouvaient se retrouver en sécurité vis-à-vis d’un environnement extérieur jugé particulièrement hostile. L’intérêt de ces espaces dépasse cependant largement la seule logique sécuritaire (au sens de « se protéger d’un agresseur ou d’une agression ») et permette également de s’affranchir du poids des normes, faciliter la formation identitaire et l’organisation communautaire mais également être le foyer du militantisme LGBT+ (Prieur, 2015 ; Valentine, Skelton, 2003).

En dressant le portrait des points primordiaux permettant la production de safe spaces, Gilly Hartal (2018) identifie cinq critères, dont la fortification de l’espace queer, la préservation de l’anonymat des participants, l’aspect inclusif du lieu, le fait de permettre la séparation des différents groupes identitaires, et le contrôle des influences imprévisibles sur les participants.

9La notion de safe space doit cependant être considérée avec précaution. Plutôt que de supposer l’existence d’espaces sécurisants pour toute une population, voire même plusieurs populations comme dans le cas des populations LGBT+ dont les divergences internes peuvent questionner leur regroupement au sein d’un même acronyme (Formby, 2017), il convient d’en attester la dimension subjective et contextuelle. En effet, certains lieux considérés comme des safe spaces au regard d’une population homosexuelle masculine et blanche, peuvent apparaitre peu sécurisants pour un public féminin, racisé, ou transgenre, du fait de la reproduction potentielle, en leur sein, d’oppressions liées à ces critères. En outre, comme le suggère le collectif Roestone, il est essentiel de se demander « pour qui l’espace est-il sécurisant et vis-à-vis de quelles menaces ? ».

Les espaces sécurisés sont donc liés aux craintes de dommages physiques ainsi qu’à l’imagination des préjudices. Afin de développer un espace sûr qui ne reproduise pas les préjudices et les exclusions qu’il est censé combattre, nous devons donc reconnaître que l’espace sûr est à la fois une sécurité contre et une sécurité pour. (p. 1361, The Roestone Collective, 2014)

En ce sens, le terme « sécurisé » peut sembler non adapté, c’est pourquoi on lui préfèrera des termes traduisant davantage la subjectivité des individus à qui ces espaces sont destinés, notamment la notion d’espaces « bienveillants » (Prieur, 2015), « rassurants » (Le Blanc, 2019), voire même « confortables » (Held, 2015) dans la mesure où le paramètre de la mise à distance des violences ne compose pas l’unique critère de fréquentation de ces espaces.

Le milieu LGBT+ : des safe spaces spécifiques aux grandes villes ?

10Malgré un affinement de la définition ces dernières décennies, l’étude des safe spaces a longtemps concerné des espaces de natures et de pratiques très diverses (Quinan, 2016), notamment les lieux commerciaux LGBT+ qui se sont développés tout au long du XXe siècle dans les sociétés occidentales. Les réseaux de bars, boites de nuits et saunas, qui ont participé à la mise en évidence des quartiers gays des grandes villes occidentales telles que New York, San Francisco, Paris ou Londres ont ainsi été élevés au rang de safe spaces en raison du potentiel émancipatoire vis-à-vis des normes hétérosexuelles qu’ils représentent, et de l’importance que leur fréquentation revêt dans l’organisation communautaire des populations LGBT+ (Valentine, Skelton, 2003).

11Une part importante de la littérature en sociologie et géographie des sexualités s’est ainsi portée sur la fréquentation de ces espaces (Wilkinson et al., 2012 ; Giraud, 2016), leur organisation dans l’espace urbain (Leroy, 2009), leur impact économique (Binnie, 1995) ou encore leur influence dans l’idéalisation des grandes métropoles en tant qu’espaces accueillants pour les minorités sexuelles et genrées (Halberstam, 2005).

Néanmoins, en se focalisant sur les lieux commerciaux comme principaux vecteurs de sociabilités communautaires LGBT+, ces analyses mettent de côté les espaces urbains de plus petites tailles, comme les moyennes et petites villes, où le développement de commerces orientés vers des populations minoritaires est moins susceptible d’avoir lieu pour des raisons évidentes de viabilité économique.

12Ainsi, le développement récent de la littérature concernant ces entités urbaines de moyennes et petites tailles tend à se détacher des composantes commerciales qui entourent les lieux de sociabilités LGBT+. Ces études mettent en lumière des pratiques communautaires moins visibles, comme l’engagement associatif, ou la publicité du foyer comme d’un lieu LGBT+ (c’est-à-dire le fait de mettre son propre domicile au service des communautés LGBT+, pour y accueillir, par exemple, des évènements festifs ou de soutien communautaire) (Waitt, Gorman-Murray, 2007 ; Scicluna, 2017). Dans d’autres cas, ces pratiques peuvent également prendre des formes moins exclusives en investissant des espaces supposés, par défaut, hétérosexuels, comme l’espace public ou des lieux de divertissements non communautaires (Jubany et al., 2021 ; Muller Myrdalh, 2016 ; Brown, 2012 ; Giraud, 2016). Les travaux de Tiffany Muller-Myrdalh (2016) et de Gavin Brown (2012) insistent notamment sur les problèmes que pose une comparaison indifférenciée entre les différentes entités urbaines. En calquant l’idéal de la sociabilité LGBT+ sur le modèle des quartiers gays des grandes métropoles, on en vient à négliger les spécificités propres aux petites et moyennes villes en matière d’organisations communautaires, en particulier car elles apparaissent moins visibles et transgressives.

  • 1 Voir notamment les travaux de Marianne Blidon concernant la place de la métropole parisienne dans l (...)

13Ce faisant, ces travaux tendent également à contester l’idée d’une diffusion des politiques queer des grandes métropoles vers les périphéries en montrant la pluridirectionnalité des forces en jeu. Ainsi, ces politiques qui se sont en grande partie développées à partir des années 1950 et qui ont participé à contester l’oppression homosexuelle, la confusion entre le sexe et le genre, ou encore la domination des schémas conjugaux hétéronormés (la famille nucléaire, le couple exclusif), n’émaneraient pas systématiquement d’une prétendue modernité métropolitaine dont le rayonnement alimenterait, en retard, les périphéries. À contrario, elles présenteraient des spatialités plus désorganisées en résultant avant tout des trajectoires migratoires individuelles (Knopp, Brown, 2003). C’est en effet en prenant en considération les multiples allers et retours des populations queer entre les grandes métropoles et les périphéries1 que l’on se rend compte que les politiques queer sont à la fois produites et diffusées depuis et vers chaque type de territoire.

14Pour autant, l’étude des spatialités queer dans les villes moyennes et petites demeure une entreprise complexe et repose la plupart du temps sur des observations approfondies et au cas par cas de l’organisation communautaire spécifique à chaque entité urbaine (Browne, McGlynn, 2012).

Comment étudier les spatialités queer dans les petites et moyennes villes ?

Les activités associatives queer productrices de lieux ?

15Les activités associatives apparaissent comme un moyen approprié d’aborder les questions de la visibilité des communautés queer dans les unités urbaines de plus petites tailles (Waitt, Gorman-Murray, 2007 ; Muller-Myrdalh, 2013, 2016 ; Knopp, Brown, 2003). En effet, en étant détachées de toutes logiques de rentabilité, les associations peuvent s’implanter et se développer dans la plupart des territoires, indépendamment des critères de densité de population. Gordon Waitt et Andrew Gorman-Murray (2007) relatent ainsi comment certains individus s’investissent dans l’établissement d’une communauté queer locale dans les petites villes où ils ont grandi au moyen de l’engagement associatif. Contrairement à l’organisation communautaire des grandes métropoles qui peut notamment reposer en partie sur les commerces, ici, c’est principalement le domicile qui s’établie comme principal lieu de la pratique associative.

16Néanmoins, peu de travaux abordent le tissu associatif queer du point de vue des pratiques spatiales, en particulier comment les activités associatives peuvent potentiellement être productrices de lieux queer dans la ville. En effet, l’implication associative des populations queer a souvent été suivi du point de vue de la politique et dans une perspective historique, afin d’observer les évolutions militantes des mouvements LGBT+. Ces travaux concernent principalement des entités d’envergures nationales qui ont émergé au cours du XXe siècle via tout d’abord les mouvements homophiles, notamment la Mattachine Society aux Etats-Unis (Chauncey, 1995) et Arcadie en France (Jackson, 2009), puis gays et lesbiens à partir des années 1970 avec l’arrivée du Front Révolutionnaire d’Action Homosexuel (FHAR), SOS Homophobie, ou encore la Lesbian & Gay Pride Ile-de-France (Sibalis, 2010 ; Prearo, 2015).

17Les rares travaux à s’être intéressés aux pratiques spatiales induites par les associations queer concernent le sport LGBT+ (Le Blanc, 2015, 2019 ; Ferez, Beukenkemp, 2009), les collectifs transpédégouines parisiens (Prieur, 2015), ou des approches cartographiques à l’échelle nationale des structures associatives (Blidon, 2007). Les recherches d’Antoine Le Blanc (2015, 2019) sur le sport LGBT+ en Ile-de-France apparaissent ainsi novatrices, tant sur le plan de la production de lieux queer par les associations sportives, que sur l’approche par les mobilités concernant les individus fréquentant ces lieux.

18On peut en revanche noter l’inadéquation de ces approches à propos des villes de plus petites tailles. En effet, pour la plupart des sports nécessitant des infrastructures, le développement d’associations queer sportives repose majoritairement sur un soutien institutionnel (le plus souvent via le prêt d’un gymnase ou d’une salle communale), celui-ci étant le plus souvent accordé aux associations attestant d’une fréquentation suffisante, ce qui, comme dans le cas des commerces communautaires, nécessite la présence dans la ville d’une population minoritaire suffisamment conséquente.

Débinariser la sexualité de l’espace

19Dans les petites et moyennes villes, les lieux queer apparaissent complexes à identifier, notamment car ils dénotent par rapport à la politique de la visibilité queer des milieux LGBT+ des grandes villes mais également vis-à-vis des définitions usuelles de ce qu’un safe space devrait être. Si l’on reconsidère les cinq critères énoncés par Gilly Hartal (2018), plusieurs semblent effectivement complexes à obtenir dans des environnements urbains de petites tailles, notamment l’anonymat, du fait des réseaux d’interconnaissances plus nombreux, mais aussi la séparation des individus aux identités différentes. Pour ce dernier cas, les communautés queer étant particulièrement réduites (en nombre brut d’individus) dans ces territoires, une segmentation en fonction des différentes identités gays, lesbiennes, transgenres, etc., apparait dans bien des cas impossible au risque de mettre en danger l’intégrité des communautés déjà restreintes en taille.

  • 2 La commensalité fait référence au fait pour des individus de partager un repas. Elle met notamment (...)

20Pour ces raisons, on peut se demander si le concept de safe space est réellement applicable dans ces territoires, mais également si se focaliser sur celui-ci ne limite pas l’étendue des spatialités queer que l’on peut prendre en compte. Dans un article de 2017, Andrew Gorman-Murray et Catherine Nash investiguent en particulier les lieux récréatifs fréquentés par les populations LGBT+ en dehors des commerces LGBT+ traditionnels dans les villes de Toronto et Sydney. Il apparait que de nombreux lieux, non spécifiquement identifiés comme des lieux communautaires sont investis par les populations queer. Pour expliquer cela, les auteurs se basent en partie sur la notion de commensalité2, qui permet à des individus issus de groupes sociaux différents de se rassembler dans un même lieu (le plus souvent des débits de boisson ou des restaurants) en l’absence de conflits, à la condition que les individus en présence soient tolérants envers les diversités sexuelles et genrées. L’existence de ce type de pratiques vient notamment remettre en cause l’approche binaire des lieux (soit hétérosexuels, soit homosexuels) en mettant l’accent sur la production d’espaces mixtes où peuvent cohabiter populations minoritaires et majoritaires.

21Cette approche fait écho à plusieurs critiques qui sont survenues concernant la géographie des sexualités et la considération binaire des espaces. Nathalie Oswin (2008) suggère en particulier de se focaliser davantage sur les normes hétérosexuelles ou homosexuelles qui imprègnent certains espaces que sur l’identité sexuelles des individus qui les fréquentent. Cela conduit notamment à désessentialiser certains espaces pour comprendre comment les pratiques individuelles et collectives concourent à la reproduction de normes localisées (Hubbard, 2008).

De ce point de vue-là, l’enjeu dans l’étude des spatialités queer en dehors des grandes métropoles semble avant tout de se défaire d’une approche catégorielle des lieux pour se concentrer sur les acteurs queer (individus ou regroupement d’individus) et leurs pratiques.

Enquêter sur le milieu associatif queer des Hauts-de-France

Méthodologie d’enquête

22Ce travail repose dans un premier temps sur un recensement associatif effectué par questionnaire entre 2021 et 2022 dans la région des Hauts-de-France. En raison de leur implication locale moindre et répondant à une organisation établie à l’échelon national, les antennes régionales d’associations nationales telles qu’AIDES ou SOS Homophobie n’ont pas été prises en compte. Le questionnaire permettait de renseigner une première « fiche d’identité » des associations en recueillant des informations telles que l’année de création, le nombre d’adhérents, le type de public visé, le type d’activités, le statut juridique (association de loi 1901 ou association de fait) ou encore le subventionnement.

23Dans un second temps, un recensement précis des lieux investis lors des activités de trois associations a été effectué : l’association Clin d’œil LGBT+ créée en 2019 à Compiègne, Flash Our True Colors créée à Amiens en 2011, et Fiertés Pas-de-Calais créée à Arras en 2013. Ce recensement s’est fait à partir du réseau social Facebook qui permet notamment d’annoncer la tenue d’évènements au public de chaque association. Chaque lieu a ainsi été relevé, de même que sa nature (commerciale, associative, publique, privée), sa localisation, et le nombre de fois où il a été mobilisé par l’association. Dans le cas de lieux privés, comme le domicile des individus, et pour des raisons évidentes de sensibilité des données, les cartographies produites intègrent volontairement des imprécisions concernant leur localisation précise. Selon l’ancienneté des structures sur le réseau social, la période prise en compte par les données s’étend de 2016 à 2023.

24Les associations concernées ont été sélectionnées selon plusieurs caractéristiques issues du questionnaire initiale et d’une première investigation sur le réseau social : un volume d’activité et une ancienneté suffisamment grande pour permettre l’exploitation d’une quantité de données suffisante ; une mobilisation importante des réseaux sociaux pour la communication d’évènements ; un fonctionnement en mixité ouvert à toutes les populations queer ; et une implantation géographique qui permet de présenter différents contextes locaux. Pour ce dernier critère, il était important que les associations soient suffisamment isolées les unes des autres pour ne pas entrer en concurrence et pouvoir étudier leurs spatialités dans des environnements institutionnels locaux variés. Ces spécificités locales seront notamment développées plus loin dans cet article.

25Enfin, pour chacune des associations sélectionnées, un entretien a été mené avec des individus impliqués dans l’organisation de l’association, sur des thèmes permettant de retracer le développement des structures, les relations entretenues avec les politiques et populations locales, ou encore les actions menées. Cela a permis d’approfondir l’historique de chaque association et de recueillir les récits de certains évènements marquants.

Le paysage associatif queer régional

  • 3 En 2020, selon l’INSEE, le taux de pauvreté dans le département de l’Oise est de seulement 12,8 % t (...)

26Localisée au nord de la France, entre la région parisienne et la Belgique, la région des Hauts-de-France est marquée par de nombreuses difficultés économiques héritées de la désindustrialisation du territoire à partir des années 1980. La population locale présente ainsi le plus fort taux de chômage du pays et un des plus forts taux de pauvreté. Le paysage urbain est fortement polarisé par la métropole de Lille qui concentre 1/6ème de la population régionale et par la région parisienne dont l’influence s’étend à tout le sud de la région. Ces polarisations nuancent grandement l’homogénéité de la région sur une logique nord/sud, le sud de l’Oise étant notamment moins dégradé économiquement que les départements plus au nord3.

  • 4 La communauté bear (« ours » en français) désigne une sous-communauté homosexuelles masculine organ (...)

27Une première observation du paysage associatif régional permet de mettre en évidence toute la diversité des contextes d’implantation des différentes structures sur le territoire. De façon peu surprenante, les deux principales villes de la région, Lille, et dans une moindre mesure Amiens concentrent le plus grand nombre d’associations (Figure 1). À elle seule, la commune de Lille ne rassemble pas moins de 10 structures qui ont pu être contactées au cours de l’enquête. C’est également à Lille qu’on retrouve la plus grande diversité avec des associations s’adressant à différents publics mais proposant également divers types d’activités. C’est ainsi dans la capitale des Flandres que sont installées les deux seules associations sportives queer de la région mais aussi les seules associations basées sur des sous communautés homosexuelles, en l’occurrence ici la communauté bear4, ou sur des pratiques fétichistes. Egalement, 3 des 10 associations lilloises sont des associations étudiantes et ne touchent ainsi qu’un public très restreint. À l’inverse, les associations localisées dans les autres communes de la région s’affichent majoritairement comme étant ouvertes à l’ensemble des publics LGBT+, à l’exception de deux associations amiénoises orientées vers des publics exclusivement féminins ou transgenres.

Tableau 1 : Caractéristiques socio-économiques et culturelles des terrains d’étude

Indicateur

Amiens

Arras

Compiègne

Hauts-de-France

Population (INSEE 2020)

134 167

42 337

40 453

5 997 734

Statut départemental

Préfecture

Préfecture

Sous-préfecture

-

Affiliation politique

Centre-droite

Centre-droite

Droite

Droite

Revenu médian annuel (INSEE 2020)

19 270

19 680

20 430

20 820

Source : INSEE, Auteur : Théophile Plouvier

Figure 1 : Les associations queer des Hauts-de-France et leur fréquentation

Figure 1 : Les associations queer des Hauts-de-France et leur fréquentation

28En revanche, si l’on considère la fréquentation des associations, les structures lilloises se démarquent peu, avec en moyenne une trentaine d’adhérents par association. Ainsi, les associations les plus fréquentées sont localisées dans des communes de plus petites tailles, les deux seules associations de la région dépassant les 100 adhérents étant respectivement situées à Maubeuge (30 000 habitants) et Bonneuil-les-Eaux (800 habitants). Ces situations très spécifiques montrent l’étendue de la diversité des milieux associatifs queer. Tandis qu’à Lille, on peut expliquer dans une certaine mesure la fréquentation moyenne des associations par leur nombre et la variété des publics ciblés, le grand nombre d’adhérents de la structure de Maubeuge s’explique par un public très large, composé de manière significative par des individus hétérosexuels. La présence de ces « alliés » (comprendre, des individus soutenant les causes LGBT+ sans faire partie de ces populations) en nombre important dans certaines associations se justifie en grande partie par les orientations associatives. Cela se traduit à Maubeuge, aussi bien par la prise en charge des victimes de LGBT+phobies que par l’accompagnement de leurs proches, souvent démunis face aux thématiques LGBT+. À Bonneuil-les-Eaux, c’est un autre cas de figure qui se présente, puisque bien qu’ayant l’entièreté de son activité dans ce petit village de l’Oise, l’association est en réalité domiciliée à Paris où elle jouit d’un vivier d’adhérents potentiels bien plus important.

29On comprend ici l’importance du choix de l’échelle d’analyse. Alors que certaines associations semblent implantées dans des territoires relativement homogènes du point de vue de la situation économique de la population locale, comme Maubeuge, Saint-Quentin ou Compiègne, d’autres situations questionnent l’emprise territoriale qui doit être prise en compte pour chaque association. C’est notamment le cas à Arras dont la proximité avec le bassin minier interroge, mais également à Lille, au sein de la métropole, voire au niveau infracommunal, dans la mesure où les disparités entre différents quartiers de la ville-centre mais également avec les communes périphériques peuvent être très importantes.

Ces diversités, aussi bien concernant la typologie des associations que les caractéristiques des territoires où celles-ci sont implantées soutiennent notamment le besoin de mener des approches plus individuelles.

30Les trois villes sélectionnées pour y observer les spatialités associatives présentent des caractéristiques différentes (Tableau 1). Amiens (134 000 habitants) est l’ancienne capitale de la région Picardie dont la fusion avec la région Nord-Pas-de-Calais a eu lieu en 2016. Bien qu’elle ait aujourd’hui perdu son statut de capitale régionale, elle demeure la seconde ville la plus peuplée de la région et la seule commune de plus de 100 000 habitants après Lille. Arras (42 000 habitants), est la préfecture du département du Pas-de-Calais et la seconde ville la plus peuplée du département après Calais. Localisée sur l’axe ferroviaire Paris-Lille, la commune est sous forte influence de ces deux pôles. Compiègne (40 000 habitants), est la sous-préfecture de l’Oise et seconde ville la plus peuplée derrière la préfecture Beauvais. Située à moins de 100 kilomètres de Paris et à moins de 50 kilomètres de la zone d’activité Roissy-Charles-de-Gaulle, la commune est, comme une importante partie du sud de la région sous forte influence de l’Ile-de-France.

31La population des trois communes étudiées montre des caractéristiques similaires d’un point de vue économique avec des revenus médians légèrement inférieurs à la moyenne régionale, fait qui est davantage marqué pour la commune d’Amiens alors que la population compiégnoise apparait comme la plus aisée.

D’un point de vue politique, la commune de Compiègne présente quelques singularités avec les deux autres. Son maire, Philippe Marini, en poste depuis 1987 est en effet connu pour ses prises de positions contre les droits des populations LGBT+. En 1999, il s’oppose ainsi à l’ouverture du PACS aux couples de mêmes sexes, position qu’il réitère en 2013 par son opposition à la loi sur le Mariage pour Tous. À Amiens et Arras, la situation politique est davantage nuancée : d’une part on y observe une plus grande diversité des maires et des partis politiques au pouvoir, d’autre part, les élus actuels se montrent, au moins en apparence, relativement neutres concernant les questions LGBT+.

Produire des espaces queer à l’écart des grandes villes

Une activité associative reposant en grande partie sur le tissu commercial urbain

32Les lieux mobilisés lors des évènements associatifs diffèrent significativement d’une association à l’autre (Tableau 2). Il est évident que l’ancienneté des associations impacte le volume d’activité, notamment concernant Clin d’œil LGBT+ qui n’existe que depuis 2019. En revanche, le nombre d’évènements mis à part, ce sont aussi les stratégies d’occupation de l’espace urbain qui diffèrent entre les trois structures. Alors que les structures amiénoises et arrageoises semblent avoir relativement stabilisées leurs activités dans des lieux récurrents (respectivement 4 et 3,6 évènements par lieu en moyenne), la structure située à Compiègne présente un plus grand éclatement de ses activités sur le territoire communal, mais également départemental (2,3 évènements par lieu en moyenne) (Figure 2).

Tableau 2 : Evènements et lieux mobilisés par les associations queer

  • 5 Dans la mesure où l’association dispose depuis septembre 2022 d’un local permanent, ce comptage ne (...)

Indicateur

Flash Our True Colors

Fiertés Pas-de-Calais

Clin d’œil LGBT+

Nombre d’évènements

124

149 5

44

Nombre de lieux distincts mobilisés

31

41

19

Nombre moyen d’évènements par lieu

4

3,6

2,3

Part des lieux commerciaux

35 %

50 %

40 %

Source : pages Facebook associatives, Auteur : Théophile Plouvier

Figure 2 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Clin d’œil LGBT+

Figure 2 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Clin d’œil LGBT+

33Comme à Compiègne, cette présence élargie à tout le département est également pratiquée par l’association d’Arras dont une part non négligeable des évènements (25 %) ont lieu en dehors des limites communales, en particulier dans le bassin minier, dans les communes de Lens et Béthune (Figure 3). Au moment de l’entretien, l’association avait également comme projet d’ouvrir, sur le littoral, une antenne dans la commune de Boulogne-sur-Mer afin d’y pallier l’absence de structure dans cette zone. Cette ambition départementale s’est particulièrement réaffirmée ces dernières années par le renommage de l’association en 2020 afin d’y intégrer le nom du département et se rendre ainsi davantage visible en tant que principal acteur queer associatif du département.

Figure 3 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Fiertés Pas-de-Calais

Figure 3 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Fiertés Pas-de-Calais

34De manière plus précise, et dans les trois villes, la majeure partie des évènements ont lieu dans le périmètre du centre-ville. Néanmoins, certaines zones semblent particulièrement plébiscitées. À Amiens, le quartier Saint-Leu, réputé, par sa forte concentration de débits de boissons et de commerces de restauration, comme le principal quartier festif de la ville, est régulièrement investi par l’association Flash Our True Colors, notamment dans le cadre des « apéros mensuels » (Figure 4). À Arras, plutôt que l’emblématique Place des Héros, face à l’hôtel de ville, c’est la Place du Théâtre, légèrement plus excentrée, qui regroupe l’essentiel des bars grands publics investis par l’association locale.

Figure 4 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Flash Our True Colors

Figure 4 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Flash Our True Colors

35Il est surprenant que malgré la présence dans les trois départements concernés d’au moins un lieu commercial spécifiquement queer (un bar à Amiens, un au sud de l’Oise à 30 km de Compiègne, et une boite de nuit en banlieue de Lens à 25 km d’Arras), les associations étudiées ne mobilisent, en définitive, que peu ces lieux, préférant des commerces et lieux associatifs plus locaux et non communautaires. La notion de commensalité utilisée par Gorman-Murray et Nash (2017) apparait ici également fort pertinente dans la mesure où une part significative des spatialités associatives présentées reposent sur des partenariats établis avec des commerces de restauration ou de débit de boissons locaux non marqués communautairement mais qui se montrent ouverts à l’idée d’accueillir des populations LGBT+ parmi leur clientèle habituelle lors d’évènements, comme le souligne un responsable de l’association Fiertés Pas-de-Calais à propos de nombreux commerces arrageois grands publics.

Il n’y a pas de commerces ouvertement LGBT, ou plutôt hétérofriendly sur Arras et même plus loin. Le plus proche c’est…il y a une boite de nuit du côté de Loos-en-Gohelles, c’est le seul établissement de vie nocturne LGBT qui existe. Par contre pour ce qui est bars, non. Mais il y a beaucoup de bars, de restaurants ou d’autres choses qui sont très ouverts d’esprit. Je veux dire, il n’y a pas besoin d’avoir le rainbow flag sur la façade pour dire que c’est un lieu friendly. Il y a beaucoup d’établissement sur Arras qui sont très ouverts.

L’importance des relations avec les collectivités locales et l’accès aux lieux institutionnels

36Hormis les lieux commerciaux, les trois associations présentent d’importantes disparités dans la nature des autres lieux mobilisés. À Amiens et Compiègne, une part importante des évènements a lieu soit dans des lieux associatifs, généralement grâce à des collaborations inter associatives leur permettant d’accéder aux locaux d’autres associations. À Amiens, la structure locale a longtemps compté sur sa proximité avec les associations AIDES et SOS Homophobie pour bénéficier de leurs locaux. Sur Compiègne, les collaborations s’effectuent davantage avec d’autres associations peu liées aux thématiques LGBT+ comme un bar associatif à Beauvais, ou des centres socioculturels.

37Grâce à ses relations particulièrement favorables avec la mairie locale, l’association arrageoise semble bénéficier plus aisément de l’accès à des salles et du matériel communal pour certains de ses évènements. Ce soutien institutionnel, qui a mis quelques années à se mettre en place comme le relate un responsable de l’association, se manifeste également par la possibilité récente pour la structure, via les subventions publiques, de pouvoir louer un local permanent en centre-ville.

Les deux premières années, et de manière crescendo, ça a été de plus en plus tendu avec ces collectifs [La Manif Pour Tous]. Et je me souviens même que la mairie ne prenait pas partie jusqu’au moment où, c’était la 2ème marche des fiertés d’Arras, et la veille de la marche on s’était fait vandaliser tout le village associatif par la Manif Pour pendant la nuit. On arrive le matin, jour de pride, le village était détruit, plus de barrières, plus d’affiches, les tables retournées, du matériel de la mairie en plus, qui n’était même pas le nôtre. Et là ça a été le coup de tonnerre, on a dit « Monsieur le maire il va falloir que vous tranchiez, c’est soit eux soit nous, il y a plus de demi-mesures ». Donc le maire a répondu par lettre ouverte qu’il soutenait l’association.

38Pour l’association Clin d’œil LGBT+, la situation relationnelle avec la collectivité locale apparait aux antipodes du contexte arrageois. Au-delà du positionnement politique de la mairie de Compiègne, clairement hostile aux communautés queer, un des responsables de l’association relate comment la structure a initialement été entravée dans son installation sur le territoire, ce qui a notamment pu provoquer, dans un premier temps, un repli sur des lieux privés comme les domiciles de certains membres de l’association.

Nous, on est situé au niveau de Compiègne. On sait bien évidemment qu’on n’est pas les bienvenus. On n’est pas une cause à laquelle ils ont envie d’adhérer. On est quand même face à un maire qui défile en écharpe à la Manif Pour Tous. Donc ça vous plante un petit peu le décor. On est face à une collectivité qui a refusé de nous héberger, au niveau de notre adresse postale, qui…quand on a la ministre de l’égalité qui se déplace pour parler des LGBTphobies, la collectivité ne se présente même pas alors que ça se passe sur son territoire, et elle n’envoie même pas un représentant. Voilà ça vous donne un petit peu l’idée générale du truc. On n’est pas du tout sur une collectivité sensible à la cause, même si, je dois quand même avouer qu’ils nous ont financé, à hauteur d’une toute petite subvention, mais quand même ils nous ont donné une subvention.

39Au-delà d’un simple acte isolé, il semble que cette opposition politique aux populations LGBT+ ne soit pas circonscrite à la commune de Compiègne et motive au contraire l’association à étendre ses actions sur d’autres territoires aux problématiques semblables. Cela s’est notamment aperçu par les prises de positions et l’intensification de la présence de l’association sur la commune de Beauvais suite aux propos homophobes de l’ancienne maire Caroline Cayeux durant l’été 2022.

40À Amiens, l’entente entre la municipalité et Flash Our True Colors parait plus ambigüe. Alors que la structure est reconnue auprès de la mairie comme une interlocutrice majeure concernant les questions LGBT+, les responsables associatifs ont vu la situation se dégrader avec le renouvèlement de l’équipe municipale en 2014. Avant cela, le dispositif connu sous le nom de la « Maison de l’égalité » avait valu à la commune d’être classée en 2011 numéro 1 en France à égalité avec Paris en matière de lutte contre l’homophobie par l’association République et Diversité et le comité IDAHO. Le dispositif qui permettait aux associations de lutte contre les discriminations d’effectuer des permanences dans un lieu fixe a néanmoins été abandonné suite aux élections municipales de 2014, comme le souligne les responsables de l’association.

En 2010, Amiens a eu la Palme d’or décernée par Louis-Georges Tin [Président du comité IDAHO]. À l’époque, il existait d’autres associations LGBTQI+ et on travaillait beaucoup avec la Maison de l’Egalité. C’était un service de la mairie qui avait été créé pour lutter contre toutes les formes de discriminations. On avait une structure dans la mairie même, qui permettait à tout le monde de se coordonner, de travailler ensemble, etc. Malheureusement, on l’a perdu. C’est un peu triste parce que c’est vrai qu’à l’époque c’était notre plus gros soutien, c’était très important mais on a perdu ça avec le changement de mairie.

Se visibiliser en empruntant des outils issus des grandes métropoles

41Malgré des organisations propres à chaque contexte urbain dans lequel ces associations s’insèrent, elles empruntent, dans certaines circonstances, des outils de communication et de visibilisation habituellement mobilisées par les communautés queer dans les grandes métropoles.

C’est en particulier le cas des manifestations de grandes envergures dans l’espace public. Dans la lignée de la diffusion des marches des fiertés, dans de plus en plus de villes françaises, que soulignait Marianne Blidon (2009), on observe depuis plusieurs années dans la région une multiplication des communes où ont lieu chaque année des évènements similaires. Alors que la première marche régionale a lieu en 1994 à Lille, la pratique s’étend aujourd’hui à 7 villes de la région dont Arras depuis 2013, Amiens depuis 2019, Douai depuis 2021, Compiègne et Saint-Quentin depuis 2022. La marche de Lens, après un défilé organisé en 2018 et rassemblant environ 600 personnes n’a pas été reconduite depuis.

42Bien qu’évidemment, la fréquentation de ces évènements en nombre de participants ne soit pas comparable à celle des grandes villes, on observe tout de même une forte mobilisation compte tenu de la population locale dans des villes où les questions LGBT+ apparaissaient jusqu’alors invisibilisées (Tableau 3). Proportionnellement à la population des agglomérations, les marches des villes moyennes enregistrent des fréquentations inférieures à celle d’une grande ville comme Lille, cela pouvant aisément s’expliquer par le rayonnement national et international de la capitale des Flandres et le fait que de nombreux individus soient susceptibles de faire le déplacement depuis d’autres villes pour assister à l’évènement (Blidon, 2009). Cependant, la ville d’Arras semble tirer son épingle du jeu, possiblement en raison de sa proximité avec des foyers de populations importants, notamment les agglomérations du bassin minier comme Lens et Douai qui comptabilisent à elles deux près d’un million d’habitants. Dans certaines villes moyennes, ces initiatives peuvent d’autant plus apparaitre comme bienvenues dans la mesure où elles concourent, à travers des partenariats mis en place avec les commerces locaux, à redynamiser des centres-villes parfois en déprise.

Tableau 3 : Fréquentation des marches des fiertés des Hauts-de-France

Commune

Année de première édition

Fréquentation 2022

Fréquentation pour 1 000 habitants (agglomération)

Lille

1994

20 000

20

Amiens

2019

2 000

12

Arras

2013

1 500

17

Compiègne

2022

800

11

Saint-Quentin

2022

600

9

Douai

2021

Inconnue

-

Lens

2018

Non organisée

-

Source : presse régionale, Auteur : Théophile Plouvier

Discussions et conclusions

43Cette approche régionale des activités associatives queer vient supporter l’idée émise par Knopp et Brown (2003) d’une relation complexe et discontinue entre les milieux queer des grandes métropoles et de la périphérie. En effet, plutôt qu’un processus de diffusion issu systématiquement des grandes villes, les spatialités queer associatives des petites et moyennes villes sont aussi bien susceptibles d’emprunter des stratégies militantes mobilisées historiquement par les milieux queer des grandes villes que de manifester des formes d’organisations qui leur sont propres. Surtout, ces formes d’organisations semblent profondément liées aux contextes locaux, soutenant la nécessité d’aborder chaque cas urbain en fonction des ressources présentes sur son territoire et à proximité (Muller-Myrdahl, 2016 ; Stone, 2018).

44En l’occurrence, le développement associatif ne peut s’analyser sans s’intéresser aux politiques et aux cultures locales. Dans le cas des trois associations étudiées ici, on se rend compte que ce développement n’est pas conditionné exclusivement par des paramètres indépendants comme l’engagement des bénévoles ou l’octroi de subventions par les pouvoir publics, mais résulte surtout de jeux d’interactions entre l’association et son milieu d’implantation. Ainsi, dans le cas de Compiègne, et comme souligné par Blidon (2007), une hostilité locale aux communautés queer ne se traduit pas systématiquement par une visibilité queer d’autant plus faible, mais peut à l’inverse justifier une mobilisation associative particulièrement forte.

45De plus, dans les territoires étudiés ici, les formes organisationnelles associatives mises en évidence rompent avec la binarité spatiale, sur la base des identités sexuelles, observée dans le cadre des quartiers gays des grandes métropoles. En investissant majoritairement des lieux initialement rattachés à l’hétérosexualité, tels que les bars et les boites de nuit grands publics, les associations présentées questionnent, à travers leurs pratiques, la production de lieux hybrides, mais aussi attirent l’attention sur l’importance de la pratique des lieux par les individus dans la définition de ceux-ci (Hubbard, 2008). Bien que s’inspirant en partie du fonctionnement des safe spaces, ces logiques spatiales s’en éloignent considérablement. S’il semble évident que les lieux mobilisés ne sont pas choisis au hasard par les associations qui mettent un point d’honneur à s’assurer que ceux-ci soient accueillants envers les communautés queer, le caractère mixte des populations en présence et l’impossibilité de contrôler l’accès aux lieux contrastent avec l’idée que l’on peut se faire d’un lieu sécurisé (Hartal, 2017). Ici, plus que la recherche d’une sécurité absolue, les spatialités associatives font s’entremêler la recherche d’un entre-soi rassurant avec le maintien d’une présence visible dans l’espace urbain.

46De la même manière, ces spatialités challengent la confusion qui peut exister entre la publicité et la visibilité des pratiques. Dans le cas des activités associatives présentées ici, ce sont à la fois les caractéristiques publiques et privées, visibles et invisibles des espaces qui sont exploitées par les structures. En ouvrant un local associatif permanant au centre-ville d’Arras, l’association produit ainsi un lieu queer privé tout en exploitant l’espace public pour accroitre sa visibilité par le biais de marqueurs territoriaux comme le fait d’arborer le rainbow flag sur la façade. Dans une optique différente, l’organisation, à Compiègne ou à Amiens, de pique-niques estivaux dans les grands parcs de la ville joue sur le caractère public du lieu tout en conservant une certaine privacité du fait que ces évènements queer ne puissent pas toujours être identifiés comme tels par des personnes extérieures.

  • 6 Bien que l’adjectif « traditionnel » puisse paraitre antinomique à queer, il est à interpréter dans (...)

47Il convient ainsi de nuancer les différents degrés de transgressivité et d’inclusivité que peuvent revêtir ces pratiques associatives. Si dans le cas des marches des fiertés, la forte visibilité queer que représente le rassemblement de plusieurs centaines d’individus permet peu de mettre en doute ce caractère transgressif, il n’en est pas de même pour les différents évènements se tenant dans les espaces commerciaux. Dans certains cas, les références aux cultures queer traditionnelles6 sont pleinement assumées en prenant la forme, par exemple, de shows de drag-queens, ou de soirées musicales dédiées à des icones de la culture queer, changeant ainsi en grande partie la physionomie du lieu par rapport aux soirées habituelles. Dans d’autres cas, le caractère transgressif est restreint à la seule présence dans le lieu d’un groupe d’individus queer, limitant dans un même temps le degré d’appropriation de l’espace et surtout, l’aspect rassurant de la pratique, notamment pour les individus ayant des expressions sexuelles et genrées moins normées. Ces distinctions, au-delà d’une simple logique basée sur la présence/absence d’individus queer en un lieu, nous fait nous questionner sur les différentes formes de contestations de l’hétéronormativité qui peuvent résulter des spatialités associatives. En ce sens, une typologie plus fine des évènements associatifs pourra faire l’objet de travaux futurs.

48Enfin, la manière dont chaque association se positionne et affirme sa présence sur des portions plus ou moins large de territoires met en lumière un certain découpage régional basé sur les questions queer. Alors que les limites de la région administrative semblent faillir à fournir un cadre d’étude pertinent, les spatialités associatives queer nous renseignent sur un découpage régional qui fait sens pour les structures et leurs adhérents, à l’échelle de zones délimitées économiquement et culturellement comme l’ouest du bassin minier du Nord-Pas-de-Calais par exemple, ou encore politiquement, dans le cas du sud de l’Oise.

49De ce point de vue, les associations queer, par leurs expériences et leurs représentations du territoire, semblent avoir beaucoup à apporter afin de mieux renseigner et comprendre les phénomènes de régionalisation liés aux violences (symboliques, physiques, psychologiques) qui touchent les vies queer, et des recherches en ce sens mériteraient d’être menées pour, peut être, alimenter une cartographie des LGBT+phobies.

Haut de page

Bibliographie

Binnie, J., 1995, « Trading Places: Consumption, Sexuality and the Production of Queer Space », in Mapping Desire : Geographies of sexualities, London ; New York, Routledge, p. 182-199.

Blidon, M., 2007, « Ville et homosexualité, une relation à l’épreuve de la cartographie. », Données urbaines, vol. 5, p. 67-76.

Blidon, M., 2009, « La Gay Pride entre subversion et banalisation », Espace populations sociétés. Space populations societies, n° 2009/2, p. 305-318.

Blidon, M., 2016, « Moving to Paris! Gays and Lesbians : Paths, Experiences and Projects », in Brown, G., Browne, K., The Routledge Research Companion to Geographies of Sex and Sexualities, London ; New York, Routledge, p. 201-212.

Brown, G., 2012, « Homonormativity: A Metropolitan Concept that Denigrates “Ordinary” Gay Lives », Journal of Homosexuality, vol. 59, n° 7, p. 1065-1072.

Browne, K., McGlynn, N., 2012, « Rural Lesbian, Gay, Bisexual, and Trans Equalities », in Gorman-Murray, A., Pini, B., Bryant, L., Sexuality, Rurality, and Geography, Lanham, Lexington Books, p. 35-49.

Chauncey, G., 1995, Gay New York: Gender, Urban Culture, and the Making of the Gay Male World, 1890-1940, New York, Basic Books.

The roestone Collective, 2014, « Safe Space: Towards a Reconceptualization », Antipode, vol. 46, n° 5, p. 1346-1365.

Ferez, S., Beukenkamp, K., 2009, « Le “sport homosexuel” : une pratique communautaire ou contre-communautaire ? », Movement Sport Sciences, vol. 68, n° 3, p. 39-50.

Formby, E., 2017, Exploring LGBT Spaces and Communities: Contrasting Identities, Belongings and Wellbeing, London, Routledge.

Foucault, M., 2004, « Des espaces autres », Empan, vol. 54, n° 2, p. 12-19.

Giraud, C., 2014, Quartiers gays, Paris, Presses Universitaires de France.

Giraud, C., 2016, « La vie homosexuelle à l’écart de la visibilité urbaine. Ethnographie d’une minorité sexuelle masculine dans la Drôme », Tracés. Revue de Sciences humaines, vol. 30, p. 79-102.

Gorman-Murray, A., Nash, C., 2017, « Transformations in LGBT consumer landscapes and leisure spaces in the neoliberal city », Urban Studies, vol. 54, n° 3, p. 786-805.

Halberstam, J., 2005, In A Queer Time And Place: Transgender Bodies, Subcultural Lives, New York, New York University Press.

Hartal, G., 2018, « Fragile subjectivities: constructing queer safe spaces », Social & Cultural Geography, vol. 19, n° 8, p. 1053-1072.

Held, N., 2015, « Comfortable and safe spaces? Gender, sexuality and ‘race’ in night-time leisure spaces », Emotion, Space and Society, vol. 14, p. 33-42.

Hubbard, P., 2008, « Here, There, Everywhere: The Ubiquitous Geographies of Heteronormativity », Geography Compass, vol. 2, n° 3, p. 640-658.

Jackson, J., 2009, « Qu’est-ce qu’un homosexuel libéré ? Le mouvement Arcadie dans les “années 68” », Clio. Femmes, Genre, Histoire, vol. 29, p. 17-35.

Jubany, O., Langarita Adiego, J. A., Mas Grau, J., 2021, « “There is LGBTQ Life beyond the Big City”: Discourses, Representations and Experiences in Two Medium-Sized Spanish Cities », Journal of Homosexuality, vol. 0, n° 0, p. 1-20.

Knopp, L., Brown, M., 2003, « Queer Diffusions », Environment and Planning D: Society and Space, vol. 21, n° 4, p. 409-424.

Le Blanc, A., 2015, « Gestion du risque et résilience des pratiques spatiales du sport LGBT », Géographie et cultures, n° 95, p. 99-116.

Le Blanc, A., 2019, « Construire des territoires rassurants : l’exemple du sport LGBT en région parisienne », L’Information géographique, vol. 83, n° 3, p. 39-61.

Leroy, S., 2005, « Le Paris gay. Éléments pour une géographie de l’homosexualité », Annales de geographie, vol. 646, n° 6, p. 579-601.

Mason, G., 2001, « Body Maps: Envisaging Homophobia, Violence and Safety », Social & Legal Studies, vol. 10, n° 1, p. 23-44.

Meyer, I., 1995, « Minority Stress and Mental Health in Gay Men », Journal of Health and Social Behavior, vol. 36, no 1, p. 38-56.

Muller Myrdahl, T., 2016, « Visibility on Their Own Terms? LGBTQ Lives in Small Canadian Cities », in Brown, G., Browne, K., The Routledge Research Companion to Geographies of Sex and Sexualities, London ; New York, Routledge, p. 37-44.

Muller-Myrdahl, T., 2013, « Ordinary (small) cities and LGBQ lives », ACME: An International Journal for Critical Geographies, vol. 12, n° 2, p. 279-304.

Oswin, N., 2008, « Critical geographies and the uses of sexuality: deconstructing queer space », Progress in Human Geography, vol. 32, n° 1, p. 89-103.

Peacock, B., Eyre, S. L., Quinn, S. C., Kegeles, S., 2001, « Delineating differences: Sub-communities in the San Francisco gay community », Culture, Health & Sexuality, vol. 3, n° 2, p. 183-201.

Prearo, M., 2015, « 

Prieur, C., 2015, Penser les lieux queers : entre domination, violence et bienveillance, Thèse de doctorat, Paris, Université Paris-Sorbonne.

Quinan, C., 2016, « Safe space », in Rodriguez, N., Martino, W., Ingrey, J., Brockenbrough, E., Critical Concepts in Queer Studies and Education: An International Guide for the Twenty-First Century, New York, Palgrave Macmillan, p. 361-368.

Schweighofer, K., 2016, « Rethinking the Closet: Queer Life in Rural Geographies », in Gray, M., Jonhson, C., Gilley, B., Queering the countryside: New frontiers in rural queer studies, New York, New York University Press, p. 223-243.

Scicluna, R., 2017, Home and Sexuality: The « Other » Side of the Kitchen, London, United Kingdom, Palgrave Macmillan.

Sibalis, M., 2010, « L’arrivée de la libération gay en France. Le Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire (FHAR) », Genre, sexualité & société, n° 3.

Stone, A. L., 2018, « The Geography of Research on LGBTQ Life: Why sociologists should study the South, rural queers, and ordinary cities », Sociology Compass, vol. 12, n° 11, e12638.

Valentine, G., Skelton, T., 2003, « Finding oneself, losing oneself: the lesbian and gay ‘scene’ as a paradoxical space », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 27, n° 4, p. 849-866.

Waitt, G., Gorman-Murray, A., 2007, « Homemaking and Mature Age Gay Men ‘Down-Under’: Paradox, intimacy, subjectivities, spatialities, and scale », Gender, Place & Culture, vol. 14, n° 5, p. 569-584.

Wilkinson, J., Bittman, M., Holt, M., Rawstorne, P., Kippax, S., Worth, H., 2012, « Solidarity beyond Sexuality: The Personal Communities of Gay Men », Sociology, vol. 46, n° 6, p. 1161-1177.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment les travaux de Marianne Blidon concernant la place de la métropole parisienne dans les parcours migratoires gay (Blidon, 2016)

2 La commensalité fait référence au fait pour des individus de partager un repas. Elle met notamment en évidence le caractère social qui entoure la consommation de nourriture et de boissons.

3 En 2020, selon l’INSEE, le taux de pauvreté dans le département de l’Oise est de seulement 12,8 % tandis qu’il est de 15,7 à 18,4 % dans les quatre autres départements de la région.

4 La communauté bear (« ours » en français) désigne une sous-communauté homosexuelles masculine organisée autour d’une affirmation positive des corps gros et de la pilosité. Elle s’est avant tout développée dans les années 1970 en réponse à l’idéalisation dans les milieux homosexuels des corps minces et musclés.

5 Dans la mesure où l’association dispose depuis septembre 2022 d’un local permanent, ce comptage ne prend pas en compte les évènements ayant lieu de façon hebdomadaire dans ce lieu.

6 Bien que l’adjectif « traditionnel » puisse paraitre antinomique à queer, il est à interpréter dans ce contexte comme relatif aux expressions culturelles queer qui ont été mises en évidence dès la fin du XIXe et durant toute la première moitié du XXe siècle, en particulier via la pratique du travestissement.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les associations queer des Hauts-de-France et leur fréquentation
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11704/img-1.png
Fichier image/png, 882k
Titre Figure 2 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Clin d’œil LGBT+
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11704/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 3 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Fiertés Pas-de-Calais
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11704/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 4 : Lieux mobilisés lors des activités de l’association Flash Our True Colors
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11704/img-4.png
Fichier image/png, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Théophile Plouvier, « La production d’espaces rassurants en territoire hétéronormé : les spatialités queer associatives dans les villes moyennes »L’Espace Politique [En ligne], 47-48 | 2022-2/3, mis en ligne le 15 décembre 2023, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11704 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.11704

Haut de page

Auteur

Théophile Plouvier

Doctorant en géographie, ED 586 SHS, Laboratoire TVES (ULR 4477)
theophile.plouvier@etu.univ-littoral.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search