Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursPenser et faire l’Europe (l’Union...

Penser et faire l’Europe (l’Union européenne) à l’échelle locale : une approche par les territoires

Appel à contributions pour le numéro 50 de la revue L’Espace Politique

Appel à contributions pour le numéro 51 de la revue L’Espace Politique

Date limite d'envoi des articles : vendredi 31 mai 2024 (inclus)

Coordination du numéro

- Etienne Toureille (MCF Université Rouen-Normandie - UMR IDEES )

- Brice Lamenie (Chercheur associé - UMR Géographie cités)

Introduction

La guerre en Ukraine et ses conséquences s’ajoutent à un ensemble de sujets d’inquiétude en Europe plus anciens, allant du Brexit à la montée des nouvelles droites populistes, en passant jusqu’au dérèglement climatique. Les perturbations induites à tous les niveaux par ces événements et les transformations qui les accompagnent conduisent à réinterroger les définitions et contours à donner aux cadres politiques, économiques comme militaires de l’intégration régionale dans cette partie du monde.

Cette actualité est un moment de cristallisation de représentations macroscopiques de l’Europe. Saisie au prisme des enjeux géostratégiques, géopolitiques ou encore diplomatiques, elle se focalise sur les acteurs institutionnels de premier plan des relations internationales : organisations politiques d’envergure macro-régionale, comme l’Union Européenne mais aussi d’autres organisations intergouvernementales (OIG) dont les contours dépassent parfois celui de l’UE voire de l’Europe au sens large (OTAN, “occident”). La couverture médiatique de ces objets politiques au fonctionnement multiscalaire se fait donc plus prégnante à l’occasion de perturbations structurelles (crises de l’Eurozone, crise dite « migratoire » de 2015, etc.) ou à l’approche d’échéances électorales (élections européennes, nationales, référendums sur l’adoption du TUE en 2005 en France et aux Pays-Bas, sur le Brexit en 2017 au Royaume-Uni).

Cette focalisation sur les événements les plus spectaculaires et les acteurs situés à l’échelle nationale et supranationale met donc sur le devant de la scène les acteurs de haut niveau des relations internationales (high geopolitics – Kolosov, 2003). Pourtant, défini comme un discours politique convoquant l’espace (Ó Tuathail, 1996), ces constructions sociales qui animent des imaginaires parfois anciens se rencontrent à la convergence de discours et de pratiques d’acteurs multiples dont les décideurs ne sont qu’une composante. Selon Dalby et Ó Tuathail 1998, cette géopolitique des acteurs des relations internationales (practical geopolitic) est à mettre en relation avec la géopolitique formelle (formal geopolitics) des communautés d’intérêts stratégiques, des théoriciens et universitaires et la géopolitique vernaculaire (popular geopolitic), présente dans la culture populaire (magazines, littérature, cinéma, télévision, etc.). Les auteurs avancent ainsi l’idée selon laquelle les populations seraient soumises au quotidien à des discours géopolitiques s’immisçant dans la vie de tous les jours.

Partant de ce principe général depuis largement exploité par les tenant du courant de la géopolitique critique (Dalby & Ó Tuathail, 1998; Moisio et al., 2013; Ó Tuathail, 1996; Tuathail et al., 2010), chaque territoire serait susceptible d’être décrit à partir de la configuration particulière de ces trois types de discours géopolitiques, un ensemble qui se présente en quelque sorte comme un système localisé de représentations elles-mêmes incarnées à travers des pratiques qui peuvent revêtir des formes diverses (mobilités, etc.).

L’objectif de cet appel à articles est donc d’interroger les contours de l’Europe, saisie comme un objet géographique flou sans cesse incarné par des pratiques et des représentations d’acteurs aux quotidien, que ces acteurs soient directement impliqués dans de la vie politique locale (élus, décideurs politiques, agents de l’Etat ou de pouvoirs décentralisés, lobbyistes, citoyens) ou sous des formes plus générales en gardant à l’esprit cette dimension systémique des géopolitiques: des acteurs localisés à différentes échelles et des représentations elles-mêmes multiscalaires.

La construction de l’UE au quotidien

L’Union européenne intervient dans le quotidien des habitants sous de multiples formes. Dans la relation entre les habitants-citoyens et leurs territoires. Le transfert de compétences issues des traités couvre un champ qui s’est progressivement élargi, jusqu’à toucher des domaines régaliens (contrôle des frontières, monnaie) transformant de fait la relation entre les Etats et leurs populations (Marti ; 2015). La création d’une citoyenneté européenne avec le Traité de Maastricht en 1992 inaugure de nouveaux droits pour les ressortissants des Etats membres (vote aux élections locales, droit de pétition devant le Parlement européen, par exemple) et leur garantit un traitement équitable. Cependant, l’intégration européenne ne contrevient pas aux principes de l’exercice d’une souveraineté territoriale : la citoyenneté européenne est d’ailleurs conditionnée à l’obtention d’une citoyenneté nationale - à comprendre d’un État membre.

En outre, il n’existe pas de souveraineté européenne au même titre que celle exercée par les Etats nations. Certains domaines de l’intégration européenne restent d’ailleurs des chantiers politiques ouverts depuis l’origine même du projet de CEE (cas de la diplomatie et de la défense par exemple). Il n’existe pas non plus de gouvernement communautaire en tant qu’expression des sociétés politiques européennes, ni de territoire politique européen.

Ce caractère intrinsèquement pluriel et multiscalaire de l’action politique de l’UE se lit également dans la pratique de l’aménagement du territoire par cette organisation. En dépit de l’absence de compétence formelle en matière d’aménagement du territoire, l’Union européenne porte un discours sur la cohésion des territoires, qui se traduit par une intervention dans les espaces nationaux, (en complément de celle des Etats membres), l’application de ces politiques pouvant être en pratique menée par des pouvoirs déconcentrés à des échelles infra-nationales (dans le cas français, les régions).

La notion d’Européanisation permet de saisir les effets des décisions communautaires et des règles émanant des institutions sur les espaces nationaux. Il ne s’agit pas d’un processus unilatéralement imposé d’en haut, mais résultant de dynamiques diverses, mêlant une pluralité de formes de transfert en provenance d’acteurs divers et faisant l’objet de réappropriation par les acteurs à différentes échelles, à l’intérieur comme à l’extérieur des pays membres (Ladrech, 1994; Risse, Green-Cowles, Caporaso; 2001; Radaelli; 2003 ; Jones, Clark, 2008).

Ainsi, l’intervention de l’Union européenne permet également d’interroger les transformations de l’action publique et le processus d’autonomisation du pouvoir local. Pour reprendre le titre de l'ouvrage de Christelle Alvergne et François Taulelle (2002), c’est désormais « du local à l’Europe » que se construisent les politiques d’aménagement et de développement territorial.

Au-delà de l’action publique, l’Europe comme espace vécu

A côté des mécanismes d’intervention territoriaux de l’Union européenne qui font intervenir les acteurs institutionnels, une autre territorialité s’incarne dans le vécu et les pratiques des populations.

Par exemple, le programme Erasmus s’affiche comme un projet humaniste participant à l’intégration de ce processus d’intégration économique via le marché du travail et la formation, susceptible de participer à l'édification d’une citoyenneté européenne. Néanmoins, ce programme, s’il a contribué à l’essor de la mobilité et des échanges entre jeunes des pays membres, a surtout bénéficié aux stratégies de parcours individuels d’une partie infime du classe d'âge (Anquetil, 2006; Ballatore, 2015).

Le sujet transfrontalier présenté comme facilitateur des mobilités et des échanges, depuis l’abaissement des frontières internes à l’Union européenne, mobilise également des ressorts contribuant à faire émerger un sentiment d’appartenance à l’Union européenne, en particulier chez les acteurs chargés de promouvoir ces échanges ou chez les populations directement confrontées à ces effets dans leur déplacement (Reitel et Moullé, 2015). 

La relation des citoyens européens à l’UE via le vote aux élections européennes peut également être envisagée comme un révélateur de la relation entre les citoyens, les institutions de l’UE et plus généralement l’idée d’UE. Une forte abstention, comme l’augmentation du vote pour des partis adoptant des postures relevant du soft (opposition à certaines dimensions de l’intégration européenne) voire du hard euroscepticism (opposition de principe – Taggart et Szczerbiak, 2002), soutient l’idée du passage d’un “consensus permissif”, manifestant l’acceptation tacite par les citoyens de l'engagement de leur pays dans de leurs élites politiques ou économiques dans le processus d’intégration européenne (Lindeberg et Scheingold, 1972) à celui d’un “dissensus contraint” marquant la structuration des opinions sur la question européenne depuis le Traité de Maastricht (Hooghe et Marks, 2009). 

Alors qu’elle ne cesse d’exercer une attraction auprès des Etats qui n’en sont pas membres, l’Union européenne est jugée éloignée des préoccupations quotidiennes, peinant à s’ancrer en dehors de la sphère des élus et à susciter de l’intérêt auprès de ses ressortissants. L’Union européenne aurait-elle échoué à se construire par le bas ? Faute de s’incarner comme échelon de référence, subsiste un sentiment d’éloignement par rapport à cet échelon et ses institutions (Habermas, 2000 ; Raulet 2012).

  • 1 « Paroles de géographes, arrêtons de caricaturer la géograpie pour exclure la Turquie de l’Europe ! (...)

Plus généralement, les imaginaires politiques associés à l’UE dépassent le cadre politique de cette organisation. Les représentations des limites idéales de ce projet politique ont en effet tendance à reposer sur des définitions d’un objet plus large : l’Europe, objet flou et polymorphe dont les contours tant notionnels que sémantiques peuvent sensiblement varier selon les situations respectives des acteurs et des territoires (Brennetot et al, 2013; Didelon, 2010 ; Didelon et al, 2011, 2018, 2021). La mobilisation de géographies parfois anciennes dans les discours politiques et l’opinion publique (Cautrès et Monceau, 2011) rappellent ainsi l’importance de recontextualiser la construction de la politique de l’UE avec l’étude plus large des constructions culturelles et géohistoriques de ces objets pour comprendre les logiques de leur utilisation politique (cas des “géographies pré-texte”1, Grataloup, 2009).

L’ambition de cet appel à articles est de réunir des contributions destinées à enrichir la réflexion autour de la dimension spatiale de la construction européenne, du niveau global au niveau local, à la manière dont elle se manifeste dans les représentations et les pratiques, qu’elles soient celles d’acteurs de l’action publique (institutionnels, élus ou non-élus) ou d’habitants-citoyens. Cet appel sera l’occasion de faire dialoguer ces approches complémentaires (top-down institutionnalistes versus approches bottom-up) et d’interroger la consistance d’un champ portant sur la dimension géographique des études européennes. Tout en s’inscrivant dans une démarche de dialogue entre les disciplines, cet appel est ouvert aux travaux portant un intérêt à la dimension géographique de l’analyse des pratiques et représentations locales de l’Europe.

Organisation de l’appel

Axe 1 - L’Europe en ses territoires

La dimension spatiale de l’Europe est en prise avec sa territorialité. Le processus d’intégration européenne, en tant qu’objet politique parfois jugé éloigné des populations et des territoires, a néanmoins contribué à faire émerger une Europe des régions et plus largement, par le biais des programmes, une Europe des territoires. Ainsi, l’Union européenne a été mobilisée par une multitude d’acteurs allant des élus et praticiens de l’aménagement du territoire aux habitants en passant par des acteurs associatifs, comme les Maisons de l’Europe (Weisbein, 2011) qui agissent tant au niveau des institutions qu’en participant à concevoir des stratégies locales en faveur de l’UE. Depuis plusieurs années, différents travaux dans les champs de la sociologie de l’action publique, de la géographie urbaine et de l’aménagement du territoire, se sont penchés sur l’intervention de l’UE à travers les actions des acteurs décentralisés (Hall et Taylor, 1997 ; Pasquier et Weisbein ; 2004 et 2017 ; Santamaria, 2020). Ces travaux s’intéressent, par exemple, à la manière dont les responsables politiques locaux, élus et techniciens se saisissent des nouveaux outils offerts par l’UE et leur effet dans la conduite de l’action publique (Mboumoua, 2008 ; Montabone ; 2013; , Rivière 2011 ; Lebrou, 2015;  Laménie, 2019, Santamaria et Elissalde, 2020; 2019; Rivière, Laménie, 2020). Avec la décentralisation et l’adaptation des organisations publiques aux logiques du new public management, il devient nécessaire de pouvoir à maîtriser les conditions de recours à l’UE, comme par exemple celles du financement sur projet, afin d’en obtenir les subsides ou d’être intégré dans des réseaux d’acteurs territorialisés pour gagner en visibilité. Ces nouvelles opportunités et contraintes normatives peuvent modifier les systèmes d’acteurs locaux et leur dimension spatiale. Ce faisant, elles les conduisent à inscrire leurs discours et actions politiques en référence à un échelon supérieur, l’UE ou dans un espace d’envergure macro-régional (Escach, 2014, Gourdon, 2021, Briot, 2021). Les contributions attendues pourront porter sur les normes de l’action publique conçues par l’Union européenne et leur déclinaison territoriale ; les modalités d’appropriation par les acteurs locaux et leur croisement avec les enjeux nationaux et transnationaux (transition écologique, cohésion territoriale et justice spatiale, innovation, modèles urbains, etc.).

Axe 2 - L’Europe du point de vue des pratiques quotidiennes 

D’autres travaux étudient la dimension locale de la recomposition de l’action politique par l’intégration européenne au niveau des habitants. C’est le cas des travaux portant sur les espaces transfrontaliers qui analysent les pratiques des habitants situés à proximité de la frontière (mobilités quotidiennes, stratégies résidentielles) et la manière dont elles modèlent l’espace vécu et perçu de ces populations, faisant émerger de nouvelles formes de territorialités, et des formes spécifiques d’aménagement et de coopération institutionnelles (Hamez, 2013 ; Reitel, 2015 ; Moine et Reitel, 2020). En complément de l’étude de ces espaces particuliers et emblématiques de l’intégration régionale européenne, les articles pourront présenter d’autres terrains d’étude de la construction territoriale de l’Europe au quotidien sous l’angle de la relation entre habitants-citoyens, territoires en dehors ou en tenant compte des cadres institutionnels de la coopération (collectivités territoriales, groupements transfrontaliers, etc.).

Axe 3- L’Europe à travers les représentations 

Depuis une cinquantaine d’années, les politistes et sociologues se sont attachés à comprendre la façon dont est construit l’opinion publique de l’UE à partir d’enquête d’opinion tels que les Eurobaromètres, dont les limites, notamment méthodologiques, ont fait l’objet de nombreuses critiques (Reynié, 2005 ; Aldrin, 2010 ; Gaxie et al. 2011). La dimension géographique des représentations y est rarement analysée pour elle-même, conduisant des géographes à développer leurs propres enquêtes sur la dimension spécifiquement géographique des représentations de l’Europe (limites spatiale, sémantique, idéologique – Didelon et al., 2021 ; Toureille, 2017 ; Brennetot et al., 2013 ; Brennetot et Rosemberg, 2013 ; Beauguitte et al. 2012).  Cependant, l’analyse du contexte spatial de construction des opinions sur l’Europe et l’UE est rarement étudiée à l’échelle locale et passe le plus souvent par des comparaisons entre représentations agrégées au niveau national (même si des exceptions existent – Dabrowski et al., 2019). Les articles pourront présenter les avancées récentes en matière d’analyse des représentations « par le bas » de l’Europe et de l’UE depuis les grandes enquêtes pionnières des années 2000 (FP7 Eurobroadmap, projet Garnet de Lucarelli et Fioramonti), les enjeux et limites posés par une analyse des représentations sociales d’objets abstraits, situés à petite échelle, et les manières de les mettre en relation avec l’analyse de la  dimensions politique et territoriale de la construction européenne (comment « politiser » l’analyse de ces représentations, mettre en évidence d’idéologies et de positionnements vis-à-vis de l’UE, de politiques ciblées, de projets territoriaux alternatifs, par exemple).

Calendrier

- Date limite d’envoi des articles : vendredi 31 mai 2024

- Mise en ligne du numéro : courant novembre 2024

Recommandations, procédure de dépôt et contacts

Les articles ne doivent pas dépasser 60 000 signes (espaces non compris) et respecter les normes de publication de L’Espace Politique [En ligne http://espacepolitique.revues.org/1302].

Les propositions d’articles sont à envoyer conjointement à Brice Lamenie (brice.lamenie@u-paris.fr) et Etienne Toureille (etienne.toureille@univ-rouen.fr)

Bibliographie

Aldrin, P. (2010). L’invention de l’opinion publique européenne Genèse intellectuelle et politique de l’Eurobaromètre (1950-1973). Politix, 89(2010-1), 79-101.

Alvergne  C. et Taulelle F. (2002). Du local à l’Europe. Les nouvelles politiques d’aménagement du territoire, Paris, PUF.

Anquetil M. (2006).  Mobilités Erasmus et communication interculturelle, Bern, Peter Lang.

Bachmann, V. (2018). European External Action : The Making of EU Diplomacy in Kenya. Routledge.

Ballatore, M. (2010). Erasmus et la mobilité des jeunes Européens : Mythes et réalités. PUF.

Beauguitte, L., Didelon, C., & Grasland, C. (2012). Le projet EuroBroadMap. Politique européenne, n° 37(2), 156-167.

Brennetot, A., Emsellem, K., Guérin-Pace, F., & Garnier, B. (2013). Dire l’Europe à travers le monde. Les mots des étudiants dans l’enquête EuroBroadMap. Cybergeo : European Journal of Geography. https://doi.org/10.4000/cybergeo.25684

Brennetot, A., & Rosemberg, M. (2013). Géographie de l’Europe et géographie de la construction européenne. Les images contradictoires de l’Europe et de l’Union européenne dans quelques manuels de géographie contemporains. L’Espace Politique. Revue en ligne de géographie politique et de géopolitique. 19. https://doi.org/10.4000/espacepolitique.2613

Briot, N. (2021). Villes en réseaux. Les coopérations internationales des villes françaises : Spatialisation, internationalisation, européanisation [These de doctorat, Lyon]. http://www.theses.fr/2021LYSEN076

Cautrès, B., & Monceau, N. (2011). La Turquie en Europe : L’opinion des Européens et des Turcs. Presses de Sciences Po.

Chaban, N., & Holland, M. (Eds.). (2008). The European Union and the Asia-Pacific: media, public and elite perceptions of the EU. Routledge.

Dąbrowski, M., Stead, D., & Mashhoodi, B. (2019). EU Cohesion Policy can’t buy me love? Exploring the regional determinants of EU image. Regional Science Policy & Practice, 11(4), 695-711. https://doi.org/10.1111/rsp3.12237

Dalby, S., & Ó Tuathail, G. (1998). Rethinking geopolitics. Routledge.

Didelon, C. (2010). Une vision de l’Europe, A Vision of Europe.The drawing of Europe by researchers implied in ESPON. Annales de géographie, 673, 211-228. https://doi.org/10.3917/ag.673.0211

Didelon, C., Grasland, C., & Pecout, H. (2021). L’Union européenne à la carte. In Un panel français. L’Étude longitudinale par internet pour les sciences sociales (Elipss). INED Editions.

Didelon, C., Ruffray, S. de, Boquet, M., & Lambert, N. (2011). A World of Interstices : A Fuzzy Logic Approach to the Analysis of Interpretative Maps. The Cartographic Journal, 48(2), 100-107. https://doi.org/10.1179/1743277411Y.0000000009

Didelon-Loiseau, C., Ruffray, S. de, & Lambert, N. (2018). Mental maps of global regions : Identifying and characterizing “hard” and “soft” regions. Journal of Cultural Geography, 35(2), 210-229. https://doi.org/10.1080/08873631.2018.1426950

Escach, N. (2014). Réseaux de villes et recompositions interterritoriales dans l’espace baltique [These de doctorat, Lyon, École normale supérieure]. http://www.theses.fr/2014ENSL0952

Elissalde, B., & Santamaria, F. (2020). L’Union européenne à l'épreuve de ses territoires. Géocarrefour, 94(94/3).DOI : https://doi.org/10.4000/geocarrefour.15962

Gaxie, D., Hubé, N., de Lassalle, M., & Rowell, J. (2011). L’Europe des Européens. Enquête comparative sur les perceptions de l’Europe. Economica.

Gourdon, P. (2021). La coopération entre villes européennes : Convergences dans l’action publique urbaine par la circulation transnationale de modèles [Thèse de doctorat, Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne]. http://www.theses.fr/s160802

Risse T., Caporaso, J. A., & Cowles, M. G. (2001). Transforming Europe: Europeanization and domestic change. Cornell University Press.

Grataloup, C, (2009) L’Invention des continents : comment l’Europe a découpé le Monde, Paris, Larousse, 224 p.

Habermas, Jürgen, (2000). Après l’Etat-nation. Une nouvelle constellation politique, [compilation de textes], Paris, Fayard-Pluriel, 156 p.

Hooghe, L., and, Marks, L (2009). « A Postfunctionalist Theory of European Integration: From Permissive Consensus to Constraining », British Journal of Political Science, vol. 39, n°1-janv 2009.

Hall, P., & Taylor, R. (1997). La science politique et les trois néo-institutionnalismes. Revue française de science politique, 47(5), 469-496.

Hamez, G. (2013). Vers un modèle multiscalaire des territoires frontaliers intérieurs à l’Union européenne. Belgeo. Revue belge de géographie, 1, Article 1. https://doi.org/10.4000/belgeo.10558

Jones Alun and Clark Julian (2002). « Europeanisation and Discourse Building: The European Commission, European Narratives and European Neighbourhood Policy », Geopolitics, volume 13, 2008-Issue 3. https://doi.org/10.1080/14650040802203851

Kahn, S., & Richard, Y. P. G. (2018). L'impossible représentation du territoire de l'Union européenne. In CIST2018-Représenter les territoires/Representing territories, pp. 306-310.

Kohler-Koch, B. (1995). Intégration européenne: décomposition ou réémergence des États nationaux. Sciences de la Société, 34(1), 11-24.

Kolossov, V. (2003). « High » and « Low » Geopolitics : Images of Foreign Countries in the Eyes of Russian Citizens. Geopolitics, 8(1), 121-148. https://doi.org/10.1080/714001015

Lebrou, V. (2015). L'Europe loin de Bruxelles : acteurs, enjeux et controverses de la mise en œuvre de la politique régionale de l'Union européenne en France, Thèse de doctorat en sciences politiques, Université de Strasbourg. http://www.theses.fr/2015STRAG047

Ladrech, R. (1994). Europeanization of domestic politics and institutions: The case of France. J. Common Mkt. Stud., 32, 69.

Laménie, B. (2019). La dimension urbaine de la politique européenne de cohésion et la construction métropolitaine : Le cas de l’Ile-de-France [These de doctorat, Université Paris Cité]. http://www.theses.fr/2019UNIP7178

Lucarelli, Sonia, et Fioramonti, Lorenzo, (dir), (2009), The External Image of the European Union, Phase Two, rapport remis à la Commission Européenne dans le cadre du sixième programme cadre de l’UE, projet 5.2.1, disponible en ligne: www.garnet-eu.org

Lucarelli, Sonia, (2014), “The EU’s Leadership in Global Governance : Perception from the Others”, in, Chaban, Nathalia, and, Holland, Martin, Communicating Europe in times of crisis, Basingstoke-New York, Palgrave-Macmillan, pp. 45-64.

Lindberg L. et Scheingold, S. A. (1972) "Europe's Would-Be Polity: Patterns of Change in the European Community", Political Science Quarterly, vol. 87, issue 3 https://doi.org/10.2307/2149221

Mamadouh, V. (2009). Establishing a Constitution for Europe during European Union enlargement? Visions of ‘Europe’ in the referenda campaigns in France and the Netherlands. Journal of Cultural Geography, 26(3), 305-326. https://doi.org/10.1080/08873630903322213

Marti, G. (2015). Territoire (s) et Union européenne. Civitas Europa, (2), 25-39.

Mboumoua I. (2007), L'Union européenne et les villes : du développement des instruments d'action publique Urban et Urbact à leur traduction localisée : Mantes la Jolie, Grigny, Birmingham et Lambeth  [These de doctorat, Université Paris 8]. https://www.theses.fr/2007PA082855

Moine, A., & Reitel, B. (2020). Entre Rhin et Jura, des espaces frontaliers où émergent des dissymétries spatiales. Mappemonde. Revue trimestrielle sur l’image géographique et les formes du territoire, 128, Article 128. https://journals.openedition.org/mappemonde/3966

Moisio, S., Bachmann, V., Bialasiewicz, L., dell’Agnese, E., Dittmer, J., & Mamadouh, V. (2013). Mapping the political geographies of Europeanization : National discourses, external perceptions and the question of popular culture. Progress in Human Geography, 37(6), 737-761. https://doi.org/10.1177/0309132512472093

Montabone, B. (2013). L’Union européenne et la Turquie : Les enjeux d’un développement régional. Presses universitaires de Rennes.

Moisio, S., Bachmann, V., Bialasiewicz, L., Dell'agnese, E., Dittmer, J., & Mamadouh, V.D. (2013). Mapping the political geographies of Europeanization. Progress in Human Geography, 37, 737 - 761.

Ó Tuathail, G. (1996). Critical geopolitics : The politics of writing global space. University of Minnesota Press.

Pasquier, R., & Weisbein, J. (2004). L'europe au microscope du local. Manifeste pour une sociologie politique de l'intégration communautaire. Politique européenne, 12(1), 5-21.

Radaelli, C. M. (2003). The Europeanization of public policy. The politics of Europeanization, 320.

Reitel, B., & Moullé, F. (2015). La resémantisation de la ligne frontière dans des régions métropolitaines transfrontalières : Le Jardin des 2 Rives à Strasbourg et la place Jacques Delors à Lille. Belgeo. Revue belge de géographie, 2, Article 2. https://doi.org/10.4000/belgeo.16527

Raulet, Gérard, (2012). « La crise de l’Union européenne : une crise de légitimité démocratique », in, Zarka, Refaire l’Europe avec Jürgen Habermas, Paris, PUF, pp. 89-102.

Reynié, D. (2005). L’idée d’une « opinion européenne ». Raisons politiques, 19(2005-3), 99-117.

Richard, Y. (2013). Integração regional, regionalização,regionalismo : As palavras e as coisas. Confins - Revue franco-brésilienne de géographie/Revista franco-brasileira de geografia, 20, 1-47. https://doi.org/10.4000/confins.8939

Rivière D. (2011), La requalification urbaine, du local à l’Europe, dans Rives nord-méditerranéennes n° 39, p 111-131

Rivière D, Lamenie B. (2020). Métropoles vs régions ? Une approche de la politique de cohésion à partir de deux régions métropolitaines, le Latium et l’Ile de France, dans Géocarrefour, [En ligne], 94/3 | 2020

Sabourin, P. B. (1994). L'Etat-nation face aux Europes, PUF.

Santamaria. D (2020). Les apports de l'Union européenne à l'aménagement du territoire en France : vers une européanisation ?. Martin Vanier; Xavier Desjardins; Stéphane Cordobes. Repenser l'aménagement du territoire, Berger-Levrault, 2020, Au fil du débat

Taggart Paul, Szczerbiak Aleks (2002). « The Party Politics of Euroscepticism in EU Member and Candidate States ». ‘Opposing Europe Research Network’ Working Paper n°6. URL : https://www.sussex.ac.uk/webteam/gateway/file.php?name=sei-working-paper-no-51.pdf&site=266

Robin Thillard (2023), "Territoire et gouvernance face au Brexit : la gestion multiscalaire du Brexit comme témoin du new public management", in Sylvia Brunet (dir.), Population, temps, territoires : Les évolutions territoriales entre résilience et innovation, Rouen, PURH, Les Dossiers des Annales de Droit, p. 161-174.

Tuathail, G. Ó., Hyndman, J., MacDonald, F., Gilbert, E., Mamadouh, V., Jones, L., & Sage, D. (2010). New directions in critical geopolitics : An introduction. GeoJournal, 75(4), 315-325.

Toureille, E. (2017). La Turquie en Europe, la Turquie dans le Monde : Analyse d’une catégorie macro-régionale au regard d’une géographie des représentations de l’Europe et du Monde turco-centrée [These de doctorat]. Sorbonne Paris Cité.

Weisbein, J. (2011). La Fédération française des maisons de l'Europe (1960-2000): La trajectoire d'un militantisme européen de terrain. Politique européenne, 34, 37-62.

Haut de page

Notes

1 « Paroles de géographes, arrêtons de caricaturer la géograpie pour exclure la Turquie de l’Europe ! », 2005, Café Géographique [disponible sur le site : http://cafe-geo.net], P. Clerc, « Turquie : la géographie-prétexte », Le Monde, 18 novembre 2002.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search