Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels en coursPour une géopolitique locale de l...

Pour une géopolitique locale de la ruralité : engagements citoyens et dynamiques alternatives dans les espaces en déclin démographique.

Appel à contributions pour le numéro 51 de la revue L’Espace Politique

Date limite d'envoi des articles : 1er juillet 2024.

Coordination du numéro

Franck Chignier-Riboulon, Prof. des universités en géographie, UMR Territoires, Université de Clermont-Auvergne - franck.chignier-riboulon@uca.fr

Argumentaire

La vie citoyenne est un des éléments de la qualité de vie locale, mais également du développement et de l’attractivité des lieux. Les habitants, directement ou par l’intermédiaire d’associations, sont des acteurs centraux de cette vie locale. Cette dynamique est souvent soulignée, mobilisée ou soutenue dans les plus grandes agglomérations, en particulier pour les quartiers en difficultés sociales. En revanche, elle est moins connue, et moins étudiée, pour les espaces ruraux, et les petites villes qui les animent. Par-delà les catégorisations quelque peu génériques des espaces ruraux, les profils sont variés. Les évolutions démographiques, les situations socio-professionnelles des habitants, les secteurs d’activité présents donnent ainsi des visages différents aux lieux, permettant de dresser des typologies, régulièrement débattues (Hillal et al., 2012 ; Rieutort, 2021 ; Acadie et Talandier, 2023).

Parmi d’autres, la situation géographique sur un axe de développement, l’aire d’influence d’une ville, la proximité d’une zone touristique favorisent une tendance à la croissance économique et démographique. Dans ces conditions, pour certains auteurs, ces espaces dynamiques sont plus ou moins considérés comme périurbanisés, offrant néanmoins des logiques et des perceptions particulières (Bacqué et al., 2016 ; Damon et al., 2016).

A l’opposé de ces évolutions, l’appel à articles s’intéresse aux espaces ruraux en déclin démographique récent, ou qui ont connu un déclin graduel de population, avant de connaitre un renouveau. Le prisme démographique est un facteur d’analyse du renouveau, pris ici dans un sens large. Il peut s’agir d’endiguer une situation déséquilibrée (vieillissement de la population surreprésentée), voire de l’inverser par la valorisation de nouvelles dynamiques, dont des stratégies renouvelées d’adaptation au déclin. Ces évolutions montrent alors une tendance à l’inclusion et à la résilience. Ce sont alors souvent plusieurs changements qui sont à l’œuvre.

Les propositions peuvent s’inscrire dans plusieurs grandes thématiques.

Des analyses d’adaptations au déclin démographique : facteurs internes et exogènes

Dans cette première thématique, les propositions s’attacheront à étudier les formes d’adaptation organisationnelles à la baisse de la population. Par-delà le fatalisme fréquent, il s’agira de se demander quelles sont les recompositions locales qui permettent de maintenir une cohésion sociale, que ce soit par le sport (le club de football bien souvent) ou plus largement par l’animation de la vie locale (comité des fêtes, café…). En effet, des habitants développent des stratégies et des projets pour pérenniser la qualité du vivre ensemble, malgré la diminution de la population. Ces stratégies sont souvent originales, faisant appel à des jeux d’acteurs divers tout en impliquant des conséquences spatiales (pour la commune, pour les communes voisines…), car agir sur ou pour un espace n’est pas neutre, pour le périmètre qui en bénéficie comme pour ceux situés aux alentours.

Le fatalisme n’est pas toujours de mise, des initiatives locales émergent. Ces initiatives peuvent être liées au tourisme et à toutes activités récréatives, pris dans une définition étendue, c’est-à-dire tout projet amenant des visiteurs (festivals, fêtes). Elles peuvent être également issues d’autres domaines misant sur un potentiel local, une « tradition » ou bien une innovation inconnue jusqu’alors. L’intérêt de la réponse réside dans la capacité à générer une reprise, démographique notamment, avec un moment d’inflexion, porteur d’espoir. Cela n’est pas simple, car les apports sont plus ou moins durables (quelques jours pour un festival, une saison touristique…), et leur valeur ajoutée en termes de dynamiques et de démographie est à interroger. De même, cette dynamique interne n’est pas forcément celle d’habitants de toujours, elle peut tout aussi bien provenir de personnes revenues sur place, à la retraite ou après des études (ou des expériences professionnelles), par attachement au lieu.

Régulièrement, le renouveau provient de personnes véritablement étrangères au lieu. Ces personnes s’investissent localement car elles ont choisi de vivre dans ces espaces peu peuplés, pour des raisons idéologiques (travailler à une autre forme de développement par exemple) ou par choix de la tranquillité, de l’isolement ou d’un environnement écologique préservé, ou redevenu (ou perçu) tel quel. Les situations sont donc très variées, tout comme les formes que peuvent prendre ces renouveaux, parfois modestes, parfois pas forcément souhaités initialement. L’idée de reprise est elle-même vaste. Elle peut provenir de militants alter, d’étrangers venus s’installer, de personnes attachées aux lieux qui y consacrent leur vie.

Des analyses par l’entrée d’une géopolitique locale de la ruralité

Dans tous les cas, la prise en compte du local est affaire d’habitants (y compris élus), souvent bénévoles. Ce sont des implications individuelles ou collectives (associations par exemple) marquées notamment par des territorialités, entre attachements aux lieux et identités. L’affectivité, le goût de l’autre et de l’espace vécu, les sociabilités locales, organisées ou non, conditionnent fortement ces phénomènes d’investissement individuels et collectifs. Ces personnes peuvent ainsi devenir des personnages-clés au fil du temps, des acteurs qui ouvrent, qui portent, qui impulsent. Elles peuvent aussi à terme devenir des verrous, par ambition, par ego, figeant des mondes plutôt que les adaptant. Elles peuvent enfin finir par fragiliser l’édifice qu’elles ont construit, car elles vieillissent, car il n’y a pas de nouveau leader qui émerge. Dans ces conditions, les réalités produites sont plus ou moins complexes, et durables. Cette complexité est par ailleurs l’expression de jeux d’acteurs qui ne se résument pas aux porteurs d’initiatives mais s'inscrivent dans une géopolitique locale (Subra, 2016, entre autres). De fait, les rapports aux élus, aux politiques publiques, aux différentes catégories d’habitants, aux espaces voisins, etc. conditionnent bien souvent la réussite et la durabilité de projets, le soutien et une implication large étant nécessaires (les financements par exemple).

Enfin, l’appel à articles s’inscrit dans une démarche positive, de contrebalancement d’une situation de dépeuplement. L’objectif est de mettre en avant des processus, des dynamiques et des réalisations ayant infléchi des situations antérieures. Tendre vers de l’optimisme, même mesuré, s’applique aussi lorsque les densités sont devenues très basses, car le renouveau peut aussi correspondre à une population peu nombreuse, tout en étant impliquée dans un développement alternatif. Le temps est donc à prendre en compte, car l’adaptation, la construction ou le changement se font dans un temps géographique assez long. Dans cette perspective, les cas développés ne seront pas uniquement des descriptions singulières, ils peuvent avoir l’ambition de permettre un transfert d’expériences, avec toutes les limites et la modestie que ces cas étudiés comportent. De même, des typologies seront bienvenues.

Calendrier

- Date limite d’envoi des articles : 1er juillet 2024

Recommandations, procédure de dépôt et contacts

Les articles ne doivent pas dépasser 60 000 signes (espaces non compris) et respecter les normes de publication de L’Espace Politique [En ligne http://espacepolitique.revues.org/1302].

Les propositions d’articles sont à envoyer à Franck Chignier-Riboulon - franck.chignier-riboulon@uca.fr

Bibliographie

ACADIE (coopérative) et TALANDIER M., 2023, Etude sur la diversité des ruralités « Typologies et trajectoires des territoires », Rapport pour l’Agence nationale pour la cohésion des territoires

BACQUE M.-H., CHARMES É., LAUNAY L. et VERMEERSCH S, 2016, « Des territoires entre ascension et déclin : Trajectoires sociales dans la mosaïque périurbaine », Revue Française de Sociologie, 57, p. 681-710. https://doi.org/10.3917/rfs.574.0681.

DAMON J., MARCHAL H., et STEBE J.M., 2016, « Les sociologues et le périurbain : découverte tardive, caractérisations mouvantes, controverses nourries », Revue française de sociologie, 57, p. 619-639. https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2016-4-page-619.htm

HILLAL M., BARCZAK A., TOURNEUX F.-P., SCHAEFFER Y., HOUDART M., CREMER-SCHULTE D., 2012, « Typologie des campagnes françaises et des espaces à enjeux spécifiques », DATAR, Travaux en ligne n°12

RIEUTORT L., 2021, « Les territoires gagnants du développement local », Population et avenir, 21/4, 751, p. 4-7.

SUBRA P., 2016, Géopolitique locale. Territoires, acteurs, conflits, Armand Colin

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search