Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-50Frontières, ressources et espaces...Frontières, ressources, et espace...

Frontières, ressources et espaces transfrontaliers dans les Afriques

Frontières, ressources, et espaces transfrontaliers dans les Afriques

Conflits et coopérations dans un contexte de changements environnementaux
Borders, resources, and transboundary spaces in the Africas. Conflicts and cooperation in a context of environmental change
Hugo Mazzero et Leila Oulkebous

Texte intégral

1Ce numéro thématique de l’Espace Politique porte sur les enjeux de conflits et de coopérations autour de ressources et d’espaces transfrontaliers dans les Afriques1. Il s’inscrit dans la continuité réflexive et problématisée de la session portant sur le même thème qui a été organisée lors du congrès du centenaire de l’Union Géographique Internationale (UGI) à Paris entre le 18 et le 22 juillet 20222.

  • 3 Cette organisation continentale est remplacée par l’Union Africaine (UA) à partir de 2002.

Les frontières apparaissent comme des objets d’étude importants dans les sciences sociales et en particulier la géographie, au point de structurer un champ de recherche à part entière : les border studies (Kolossov, Scott, 2013 ; Sevastianov, Laine, Kireev, 2015). Ce numéro s’inscrit à la croisée de la géopolitique et des border studies en proposant une articulation entre frontières, ressources et espaces transfrontaliers à l’échelle du continent africain. Ce cadrage géographique s’explique en grande partie par la volonté d’interroger les éventuelles spécificités des frontières africaines qui sont largement héritées, dans leurs formes actuelles, de la période coloniale. Cela s’explique par l’adoption du principe de l’intangibilité des frontières issues de la colonisation par l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA)3 en 1964 dans l’optique de favoriser la paix et la stabilité entre une multitude d’États nouvellement indépendants (Awenengo Dalberto, 2010). Néanmoins, cette résolution est parfois dépeinte comme une décision malheureuse qui, en divisant de nombreux groupes ethniques, culturels ou linguistiques, est davantage une source de conflits (Igué, 1995). Le tracé de ces frontières, souvent géométriques ou en fonction d’éléments orographiques ou hydrographiques (Foucher, 2014) a également induit un certain partage des ressources, pouvant par la suite générer de la conflictualité ou au contraire de la coopération.

  • 4 Il est d’ailleurs à noter que sur les sept articles que compte le numéro, quatre portent spécifique (...)

2Dans un contexte de globalisation et d’intensification des flux et des échanges qui concerne de plus en plus les territoires africains au cours des dernières décennies, on assiste à une multiplication de phénomènes qui traversent les frontières internationales et qui sont susceptibles de les altérer ou de les recomposer au sein d’espaces dits transfrontaliers. Ces processus sont d’autant plus importants lorsqu’ils sont liés à des enjeux de localisation et de partage de ressources. Plusieurs recherches se sont intéressées à la question des ressources dans le contexte de la mondialisation, en particulier sous l’angle de la conflictualité, à l’image du numéro d’Ecologie & Politique paru en 2007 sur « Mondialisation et conflits de ressources naturelles »4 (Serfati, Le Billon, 2007). Il nous a paru utile, pour compléter ces approches, de ne pas se focaliser uniquement sur les conflits, mais de prendre également en compte les cas de coopérations, en considérant une forme de gradient qui varie dans le temps et dans l’espace entre des situations de conflits et de coopérations autour des ressources et des espaces transfrontaliers à une échelle continentale (africaine).

  • 5 L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) propose de définir les ressources naturelles comme : « le (...)

3Le terme de ressources est entendu de manière large afin de permettre une multiplicité d’études de cas et de rendre compte de la diversité et de la complexité des enjeux associés5. Nous avons par ailleurs souhaité mettre l’accent sur le rapport des ressources à l’espace et aux territoires dans leur dimension transfrontalière. Un des enjeux théoriques et définitionnels du numéro est aussi de mieux saisir les nuances et les contours du transfrontalier (un terme qui insiste sur les dynamiques et les flux qui traversent les frontières et instaurent une mise en relation de part et d’autre de ces limites, dans une relative proximité géographique) par rapport au transnational (traversée et mise en relation des nations pouvant impliquer d’autres échelles et d’autres acteurs).

  • 6 On se réfère ici au néologisme proposé par Michel Foucher pour désigner la naissance des frontières (...)

4Pour analyser les frontières et les territoires par le prisme des ressources il est utile de mobiliser la political ecology si l’on se réfère à la définition qu’en propose Robert Fletcher : « étude de la paix et des conflits, en insistant sur le rôle de l’inégalité dans l’accès à la richesse et aux ressources naturelles sur lesquelles se fonde cette richesse ; cette question de l’inégalité étant analysée comme l’un des principaux moteurs de la dynamique interdépendante entre tensions humaines et dégradation écologique » (Fletcher, 2010). Pour ce numéro, nous avons incité les contributions à mener une analyse dialectique pour comprendre dans quelle mesure la présence de ressources participe à la territorialisation et à l’horogenèse6 dans les Afriques, et en retour, en quoi la présence de frontières conditionne ou limite l’usage et le partage de ressources entre une diversité d’acteurs à plusieurs échelles.

  • 7 Cela ne constitue évidemment pas une volonté de notre part d’exclure l’Afrique du Nord ou de renfor (...)

5Le numéro se compose de sept articles, offrant une certaine diversité dans les cas d’étude que ce soit en termes de types de ressources ou de zones (trans)frontalières concernées. Nous proposons une carte qui synthétise les zones étudiées dans les différents articles du numéro (les chiffres sur la carte et dans la légende correspondant à l’ordre selon lequel les articles ont été structurés) (cf. Carte 1). La majorité des articles portent sur des régions d’Afrique francophone et ont été écrits par des collègues issus d’institutions ou d’universités africaines. Il n’y a malheureusement pas eu de contributions portant sur l’Afrique du Nord. Nous avons ainsi choisi de centrer l’emprise de la carte sur l’Afrique subsaharienne dans un souci de lisibilité7. Tous les articles partagent le fait de se baser au moins en partie sur des données empiriques originales à partir d’enquêtes menées sur le terrain. À noter également que l’on compte beaucoup de doctorant.e.s parmi les contributeur.trice.s ; ce qui nous semble attester d’une certaine vitalité des recherches africanistes et de l’intérêt persistant pour l’étude des frontières dans les Afriques.

6À partir de la mise en perspective des contributions, nous avons décidé de structurer le numéro en trois parties en regroupant les articles en fonction de certaines similarités dans leurs approches et dans leurs démarches. Ainsi, les trois premiers articles privilégient une entrée par les ressources naturelles (or, hydrocarbures, eau) qui ont ici la particularité d’être localisées à proximité de frontières internationales, et dont la présence interroge les dynamiques transfrontalières entre pays limitrophes. Les articles 4 et 5 portent quant à eux sur l’analyse de coopération dans le cadre d’intégrations régionales et cherchent à évaluer la réalité et l’effectivité de la gestion transfrontalière des territoires concernés. Enfin les articles 6 et 7 s’intéressent davantage à la circulation des acteurs et des ressources au sein d’espaces transfrontaliers, que ce soit des flux commerciaux entre deux capitales voisines (article n° 6) ou des dynamiques de mobilité liées notamment à la faune sauvage entre deux aires protégées contiguës (article n° 7).

Carte 1 : Localisation des espaces transfrontaliers étudiés dans les articles du numéro

Carte 1 : Localisation des espaces transfrontaliers étudiés dans les articles du numéro

7L’article n° 1 de Joseph Bohbot porte sur l’orpaillage artisanal dans le comté de Kakamega situé à l’ouest du Kenya non loin de la frontière avec l’Ouganda et la Tanzanie. Dans cet article, l’auteur documente les nouvelles ruées vers l’or qui concernent l’Afrique subsaharienne, et propose d’éclairer les spécificités du comté de Kakamega à travers une analyse multiscalaire qui croise dynamiques locales et dynamiques transfrontalières. Il en ressort que l’orpaillage artisanal s’est développé récemment dans la région et qu’il est essentiellement pratiqué par des résidents locaux. Dans cet exemple, les ressources en or ne sont pas localisées sur une zone qui chevauche plusieurs États, toutefois les techniques, l’outillage et l’or une fois extrait, traversent les frontières et inscrivent la région dans des dynamiques transfrontalières. Joseph Bohbot explique que depuis l’adoption d’un nouveau code minier en 2016, l’activité minière artisanale est réservée uniquement aux citoyens kenyans, ce qui limite la venue de travailleurs migrants dans ce secteur, contrairement à ce qui peut être observé ailleurs, notamment en Afrique du Sud ou encore dans la zone sahélienne. Les circulations transfrontalières concernent ainsi essentiellement les techniques et les objets en provenance de la Tanzanie voisine. L’article soulève par ailleurs de nombreuses problématiques liées au foncier, au contrôle territorial ainsi qu’à l’autochtonie.

8L’article n° 2 écrit par Aimé Raoul Sumo Tayo s’intéresse à d’autres ressources naturelles « classiques » : les hydrocarbures. Le texte aborde plus directement les enjeux de conflits et de coopération autour de ressources pétrolières dans la baie de Biafra. L’originalité de l’article est de prendre à contre-pied le lien causal généralement établi entre hydrocarbures et conflits frontaliers. Mêlant approches historique et ethnographique, l’auteur démontre en quoi les ressources gazières et pétrolières maritimes, initialement sources de conflits, sont progressivement devenues des facteurs de coopération transfrontalière à l’échelle de la baie de Biafra entre le Nigéria, le Cameroun, la Guinée Equatoriale, São Tomé et Príncipe et le Gabon. Un des partis pris de l’article est ainsi de s’affranchir de lectures déterministes qui dépeignent les frontières africaines comme des obstacles insurmontables au développement et à l’intégration régionale. Aimé Raoul Sumo Tayo analyse en détails les cadres de la coopération qui font intervenir les États concernés mais également les compagnies gazières et pétrolières internationales.

9L’article n° 3 corédigé par Yahaya Sankara, Lassane Yameogo et Tanga Pierre Zoungrana porte sur l’espace de coopération transfrontalière Sourou situé sur la frontière entre le Burkina Faso et le Mali. Les auteurs s’intéressent à la gestion des ressources hydriques du cours d’eau Sourou à travers le comité transfrontalier qui a été mis en place par les deux États riverains. L’article démontre en quoi la gouvernance de l’eau à l’échelle du bassin versant permet la mise en place d’une territorialité transfrontalière, notamment entre les collectivités locales et les populations frontalières. À l’aide d’éclairages historiques, les auteurs mettent en avant le fait que cette dyade entre le Burkina Faso et le Mali ne joue pas uniquement le rôle de limite politique entre ces deux États, mais qu’elle renvoie aussi à une dimension socioculturelle à travers le maintien de liens et de pratiques des populations qui existaient avant la mise en place et la fixation des frontières modernes.

10L’article n° 4 de Mohamadou Mountaga Diallo et Bakary Sanou propose d’analyser de manière croisée deux zones transfrontalières situées en Afrique de l’Ouest. Les auteurs démontrent que les ressources naturelles constituent des supports de construction de territoires transfrontaliers dans le Kossi (Burkina Faso) - Tominian (Mali) et le Dendi-Ganda (Bénin-Niger-Nigéria) et favorisent la mise en place d’organismes locaux de coopération transfrontalière comme le Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) et le Cadre de concertation transfrontalière (CCT). Cette contribution permet aussi de mettre en avant une certaine ambivalence des ressources naturelles, en l’occurrence l’usage de terres de culture et de pâturages ainsi que le Niger en tant que fleuve-frontière, qui apparaissent à la fois comme moyen de délimitation des frontières et comme cause de conflits d’usages, voire de tensions frontalières entre États.

11L’article n° 5 écrit par Poliny Ndong Beka II porte plus spécifiquement sur la mise en œuvre de l’intégration régionale qu’est la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) à partir de l’analyse de la dyade entre le nord du Gabon et le sud du Cameroun. L’auteur part du constat du retard de la CEMAC en matière de libre circulation des personnes, des biens et des services au regard d’autres intégrations régionales africaines, notamment la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Il propose ainsi d’étudier l’effectivité des cadres institutionnels qui ont été mis en place pour favoriser le développement de coopérations transfrontalières dans la région. L’article tend à présenter la frontière non pas comme une barrière, mais plutôt comme un espace de ressources qui bénéficient à de nombreux acteurs (États, collectivités locales, populations frontalières). Poliny Ndong Beka II pointe toutefois le décalage pouvant exister entre la volonté des populations frontalières de renforcer la régionalisation à la faveur d’une continuité ethnolinguistique, et les pesanteurs issues des rivalités politiques entre le Gabon et le Cameroun dans une quête de leadership régional.

12L’article n° 6 de Clémence Auzary propose une échelle d’analyse originale, à la fois intra-urbaine et transfrontalière. Son étude porte en effet sur les liens commerciaux entre Brazzaville et Kinshasa, les capitales respectives de la République du Congo et de la République Démocratique du Congo (RDC). Mobilisant une approche historique, l’autrice rappelle les liens anciens et complexes entre ces deux villes que sépare le fleuve Congo. Comme dans l’article n° 5 évoqué précédemment, les relations transfrontalières sont marquées à la fois par la récurrence de conflits entre les pouvoirs publics, et par la continuité des échanges et des coopérations au niveau des populations. Clémence Auzary propose aussi d’analyser la frontière elle-même en tant que ressource pour celles et ceux qui la pratiquent au regard des opportunités commerciales et économiques qu’elle alimente.

13Enfin, l’article n° 7 écrit par Hugo Mazzero porte sur les processus de marchandisation de la faune sauvage et les enjeux d’inégalités entre les parcs nationaux du Kruger (Afrique du Sud) et du Limpopo (Mozambique), deux aires protégées qui font partie du parc transfrontalier du Grand Limpopo. Là encore, l’approche de la ressource est originale, puisque l’article s’intéresse aux manières dont la faune sauvage peut être considérée, voire transformée en marchandise via le braconnage, mais également à travers les politiques de conservation (modes de production conservationnistes, tourisme de vision). L’objectif de l’article est de mettre en perspective ces différents processus de marchandisation de la faune sauvage et d’analyser dans quelle mesure ils sont, à la fois un révélateur et un amplificateur des tensions et des conflits entre les catégories d’acteurs en présence de part et d’autre de la frontière entre l’Afrique du Sud et le Mozambique. L’article met en évidence les contrastes socio-économiques très forts entre les deux pays et les deux parcs nationaux et montre en quoi ces différences constituent plutôt des limites au projet de coopération environnementale transfrontalière que représente le parc de la paix du Grand Limpopo.

14Nous tenons à remercier l’ensemble des personnes qui ont rendu possible ce numéro. Merci tout d’abord au comité éditorial de l’Espace Politique pour les échanges et les orientations en amont. Merci ensuite à l’ensemble des contributrices et contributeurs pour leurs propositions d’articles et pour avoir parfois su faire montre d’une certaine flexibilité pour correspondre davantage à l’esprit du numéro. Merci également aux personnes qui ont participé aux phases d’évaluation des articles en double aveugle pour ce travail, sans doute trop discret et qui n’en reste pas moins indispensable.

Structuration du numéro

Introduction : Frontières, ressources, et espaces transfrontaliers dans les Afriques (Conflits et coopérations dans un contexte de changements environnementaux)

Ressources naturelles et dynamiques (trans)frontalières

L’activité minière artisanale dans l’ouest du Kenya : entre dynamiques locales & dynamiques transfrontalières.

Du conflit à la gestion conjointe des ressources : enjeux pétroliers et coopération transfrontalière dans la baie de Biafra

Espace de coopération transfrontalière Sourou, une territorialité construite autour de l’eau et de l’histoire des relations sociales

Intégrations régionales et cadre de la coopération transfrontalière

Ressources naturelles partagées et enjeux de gouvernance transfrontalière en Afrique de l’Ouest. Cas du Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) Kossi-Tominian et du Cadre de concertation transfrontalière (CCT) Dendi-Ganda

La mise en œuvre de l’intégration régionale en zones frontalières dans la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) : analyse et prospective entre la jonction Nord-Gabon et Sud-Cameroun

Circulation des acteurs et des ressources dans des espaces transfrontaliers

Territorialisation transfrontalière entre Brazzaville et Kinshasa : des ressources marchandes à la frontière ressource

15Processus de marchandisation de la faune sauvage, tensions et conflits dans le parc transfrontalier du Grand Limpopo (parc national Kruger en Afrique du Sud et parc national du Limpopo au Mozambique)

Haut de page

Notes

1 Nous faisons le choix d’employer le pluriel pour rendre compte de la diversité des contextes et des situations qui concernent ce continent, et d’éviter une essentialisation pouvant paraître simplificatrice.

2 Le programme de ce congrès est consultable ici : https://www.ugiparis2022.org/index.php?langue=fr&onglet=48&acces=&idUser=&emailUser=&messageConfirmation=

3 Cette organisation continentale est remplacée par l’Union Africaine (UA) à partir de 2002.

4 Il est d’ailleurs à noter que sur les sept articles que compte le numéro, quatre portent spécifiquement sur des cas d’étude africains.

5 L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) propose de définir les ressources naturelles comme : « les stocks de matières présentes dans le milieu naturel qui sont à la fois rares et économiquement utiles pour la production ou la consommation, soit à l’état brut, soit après un minimum de transformation » (OMC, 2010). On peut compléter cette définition avec celle de la géographe Bernadette Mérenne-Schoumaker qui entend par ressources naturelles « les ressources minérales ou biologiques vitales à l'homme et à ses activités économiques; on distingue les ressources non renouvelables (matières premières minérales et combustibles fossiles) des ressources renouvelables (eau, sols, ressources biologiques comme les forêts, les pêcheries maritimes, les espèces animales et végétales; l'air est parfois inclus) » (Mérenne-Schoumaker, 2020).

6 On se réfère ici au néologisme proposé par Michel Foucher pour désigner la naissance des frontières (Foucher, 2014).

7 Cela ne constitue évidemment pas une volonté de notre part d’exclure l’Afrique du Nord ou de renforcer l’opposition généralement faite entre les parties du continent délimitées par le Sahara.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des espaces transfrontaliers étudiés dans les articles du numéro
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11815/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hugo Mazzero et Leila Oulkebous, « Frontières, ressources, et espaces transfrontaliers dans les Afriques »L’Espace Politique [En ligne], 49-50 | 2023-1/2, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11815 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11r61

Haut de page

Auteurs

Hugo Mazzero

Doctorant et chargé d'enseignement en géographie
Université Bordeaux Montaigne, UMR Passages
hugo.mazzero@gmail.com

Articles du même auteur

Leila Oulkebous

Doctorante et ATER en géographie à l'UMR Les Afriques dans le Monde (LAM), Université Bordeaux Montaigne
laila.oulkebous@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search