Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-50Frontières, ressources et espaces...Ressources naturelles et dynamiqu...L’activité minière artisanale dan...

Frontières, ressources et espaces transfrontaliers dans les Afriques
Ressources naturelles et dynamiques (trans)frontalières

L’activité minière artisanale dans l’ouest du Kenya : entre dynamiques locales & dynamiques transfrontalières

Artisanal and small-scale mining in Western Kenya: Between Local Dynamics and Cross-Border Dynamics
Joseph Bohbot

Résumés

Cet article met en lumière la particularité du comté de Kakamega, à l’Ouest du Kenya, dans le cadre des nouvelles ruées vers l’or en Afrique subsaharienne. Bien que situé à proximité de l’Ouganda et de la Tanzanie, le cas de Kakamega souligne des dynamiques nationales et locales propres au Kenya concernant l’autochtonie et l’accès à la ressource, ici aurifère. L’essor de l’orpaillage artisanal depuis 2017 est le fait de résidents locaux installés sur des terres privées. Seuls les techniques, l’outillage et l’or semblent traverser les frontières et inscrire cette zone d’orpaillage dans des dynamiques transfrontalières. L’article est organisé en deux parties, la première traite de dynamiques nationales et locales dans l’organisation de l’orpaillage et la seconde est centrée sur les circulations de manière à mettre en lumière ce contraste. Ce travail s’appuie sur des entretiens qualitatifs, de l’observation et de la documentation photographique réalisés durant deux périodes distinctes entre février et mai, en 2022 et en 2023 dans un espace allant du comté de Migori au comté de Kakamega.

Haut de page

Texte intégral

Introduction générale

  • 1 Le cours de l’or est passé de 300 euros l’once en 2001 à plus de 1850 euros l’once à la fin de l’an (...)
  • 2 Voir la carte produite par Géraud Magrin, Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Laurent Gagnol dans « Les (...)
  • 3 Le travail de Remi Canavesio éclaire les migrations majeures liées aux ruées vers l’or en Amérique (...)

1L’Afrique subsaharienne, notamment dans sa partie sahélo-saharienne, est marquée depuis deux décennies par de nouvelles ruées vers l’or, motivées par une augmentation des cours de ce métal depuis 20001. Ces ruées sont caractérisées par des mobilités d’individus, à la fois intérieures aux Etats mais aussi transfrontalières2 (Grégoire, Gagnol, 2017, Magrin, Chevrillon-Guibert, Gagnol, 2019). Le Kenya et le comté de Kakamega à l’ouest du pays (voir carte 1), semblent s’inscrire dans une logique différente puisque les orpailleurs sont originaires du comté voire des alentours immédiats des mines artisanales. Kakamega offre alors un paysage de la mine artisanale particulier, avec peu de place pour des travailleurs migrants. Cela contraste ainsi avec les ruées sahélo-sahariennes et celles d’Amérique du Nord ou d’Australie dans un temps plus ancien3 (Canavesio, 2019).

2Pourtant, la région des Grands Lacs dont fait partie le comté de Kakamega s’est inscrit dans une dynamique de ruées vers l’or internationales, d’abord en Tanzanie à la fin du 19ème siècle puis au Kenya au début du 20ème siècle. Cette activité minière, principalement industrielle, était le fait d’Occidentaux, avec des entrepreneurs venus des puissances coloniales de l’époque, que ce soit l’Empire allemand ou le Royaume-Uni (Shilaro, 2007). Dans le cas du comté de Kakamega, celui-ci est encore marqué par cet héritage, avec les ruines des anciennes mines coloniales : réservoirs en béton armé, bassin de traitement ou encore d’anciennes galeries remises en route par les orpailleurs contemporains.

  • 4 C’est-à-dire dans des rivières ou dans des puits, avec des galeries et un travail sur le filon auri (...)
  • 5 Le contrôle de l’Etat sur le territoire est plus aléatoire dans la partie Nord-Ouest (West Pokot, T (...)

3C’est dans cet environnement que s’organise depuis les années 2010 une activité d’orpaillage, à la fois primaire et alluvionnaire4. Si les temporalités sont proches des ruées vers l’or au Niger, au Burkina Faso ou encore au Mali, les incidences sur la société kenyane sont différentes. La conflictualité autour de la ressource en or est plus faible à Kakamega, moins soumis à des vagues migratoires rapides. Plusieurs éléments éclairent cette singularité, avec dans un premier temps la démographie ; Kakamega n’est pas une marge ou un vide démographique comme peut l’être la bande sahélienne (Chevrillon-Guibert, Magrin, 2018). Il s’agit au contraire d’un des espaces les plus densement peuplés d’Afrique subsaharienne où le foncier fait l’objet d’une intense marchandisation et d’une forte politisation depuis l’indépendance en 1963 (Di Matteo, 2020, Boone, 2012). De plus, l’Etat kenyan assure un contrôle relativement efficace de cette région Sud-Ouest5, contrôle renforcé depuis la réforme de décentralisation de 2010. À ces éléments, ajoutons l’adoption d’un nouveau code minier en 2016, qui réserve l’activité minière artisanale aux seuls citoyens kenyans (Mining Act, section 95, 2016).

  • 6 La notion d’autochtonie n’est pas à comprendre d’un point de vue légale mais fait référence à des r (...)
  • 7 Le nombre de mineurs artisanaux est estimé à 10 000 pour le seul comté de Kakamega en 2023. Le Keny (...)

4La venue d’orpailleurs migrants est alors limitée, avec une primauté de l’exploitation des ressources aurifères à des orpailleurs quasi exclusivement autochtones, appartenant à l’ethnie Luhya (Iyer, Weeks, 2020). Cette relative fermeture de l’espace foncier et de l’accès aux ressources aux allochtones peut d’ailleurs s’inscrire dans une logique plus large de revendications de droits exclusifs des autochtones6 au Kenya (Médard, 2006). Néanmoins, cette différence majeure avec l’Afrique sahélienne sur le profil des orpailleurs ne change pas la finalité de cette activité. L’orpaillage devient un moyen de subsistance de milliers de personnes7, et s’ajoute alors à des activités beaucoup plus anciennes dans la région comme l’agriculture (Hilson, 2011).

5Cette réalité sociologique de l’orpaillage à Kakamega n’est pas antinomique avec une dynamique régionale ou transfrontalière, notamment autour des techniques et des objets venus d’espaces plus avancés dans l’activité minière. Ainsi, et comme cela a été fait par Armelle Choplin dans le corridor Accra-Lagos avec le ciment (Choplin, 2019), il est possible de retracer la provenance de nombreux produits venus de Tanzanie jusqu’à Kakamega. Ces derniers participent activement au boom minier du comté en offrant un accès à des outils productifs toujours plus performants. L’or participe également à ces dynamiques de circulations transfrontalières et internationales, en s’inscrivant dans des réseaux dont la légalité et la traçabilité varient (Bolay, Schulz, 2022).

L’objet de cet article est alors d’insister sur cette ambivalence de l’orpaillage à Kakamega, originale par la dimension autochtone de l’activité minière tout en s’inscrivant dans des logiques de circulations transfrontalières des objets et des techniques. Ces dimensions permettent d’articuler cet article en deux parties, l’une dédiée aux dynamiques locales, l’autre aux dynamiques régionales et internationales.

  • 8 Pour les 100 premiers entretiens, 61 des interrogés sont des hommes pour 39 femmes, dans le cas des (...)

6Cet article s’appuie sur deux terrains de recherches, l’un effectué entre mars et juillet 2022 et le second entre mars et mai 2023. La méthodologie repose essentiellement des entretiens qualitatifs. Une première série de 100 entretiens directifs a été réalisée auprès des orpailleurs en 2022 puis 33 entretiens semi-directifs8, intégrant cette fois-ci, en plus des mineurs, des chefs des puits et du personnel du comté, notamment du Ministère du Pétrole et des Mines.

À cela s’ajoute un travail de documentation photographique, celui-ci est mobilisé pour analyser les pratiques d’orpaillage. Dans le cas de cet article, les photographies permettent par exemple d’illustrer le développement d’une proto-industrie du matériel minier, notamment au sud du pays.

Des trajectoires foncières, démographiques et économiques qui participent à limiter les dynamiques transfrontalières

7Pour saisir la particularité de l’activité minière dans le comté de Kakamega, il faut comprendre les dynamiques démographiques et foncières singulières de cet espace. La densité de population du comté de Kakamega atteint 619 habitants par kilomètre carré en 2019 (KNBS, 2019). Il s’inscrit ainsi comme d’autres comtés du Sud-Ouest du pays comme un espace rural très densement peuplé (Thibon, 2020) avec des opportunités économiques limitées. Kakamega apparait alors comme un trop plein démographique, une partie de la jeunesse du comté se déplace d’ailleurs vers la capitale en quête d’autres opportunités professionnelles (Lanne, 2018). De fait, l’activité minière artisanale apparait pour ceux qui restent comme une nouvelle possibilité de s’insérer dans un marché du travail marqué par l’informalité et des emplois journaliers, notamment dans le secteur agricole.

Carte 1 : Densités du Kenya

Carte 1 : Densités du Kenya

Source : B. Calas, Valérie Alfaurt, 2019 – délimitations du comté de Kakamega et des toponymes, ajout de l’auteur

  • 9 La réforme du foncier est des piliers de la réforme constitutionnelle de 2010, avec un chapitre de (...)
  • 10 Le cas du Mali et en particulier la zone de l’Azawad sont emblématiques ; citons par exemple les mi (...)

8La croissance démographique est corrélée à une forte pression foncière dans un des espaces les plus fertiles du Kenya, comme cela a déjà été observé en pays Kisii, au sud-ouest du pays (Golaz, 2002). Les terres sont déjà massivement utilisées pour l’agriculture à la fois commerciale – notamment la canne à sucre – ou vivrière. De plus, l’organisation patrilinéaire de la société kenyane participe à la fragmentation du foncier, avec des divisions des terres à chaque génération entre le ou les fils de la famille. La question foncière au Kenya dépasse cependant la seule question démographique. Le foncier fait l’objet de profondes tensions politico-ethniques depuis l’indépendance9, avec une privatisation des terres aux profits des élites politiques ou économiques, notamment dans les espaces ruraux (Médard, 2009). Aujourd’hui, les terres privées du comté font l’objet de spéculation, augmentant encore la difficulté d’accès au foncier pour les plus pauvres. Cette dynamique du Kenya sur les questions foncières créée un fort contraste avec l’Afrique de l’Ouest et notamment l’Afrique sahélienne, cet espace étant caractérisé par des faibles densités de population et un foncier ancré dans des traditions coutumières, parfois dans des marges mal contrôlées par l’Etat10 (Mbodj, 2011).

9Ainsi, dans le cas de Kakamega, les possibilités d’une ruée vers l’or par des personnes ne serait-ce qu’extérieures au comté sont limitées par le trop-plein démographique et le coût d’accès foncier. L’organisation spatiale des sites miniers tend aussi à limiter la venue de migrants puisque ces sites sont imbriqués à des zones d’habitats ou des zones agricoles. C’est le cas de la mine de Rosterman, à trois kilomètres du centre-ville de Kakamega. La carte 2 met en lumière cette imbrication des activités d’orpaillage, commerciales mais aussi de l’habitat.

Carte 2 : Essor des activités minières artisanales dans l’ancienne mine coloniale de Rosterman

Carte 2 : Essor des activités minières artisanales dans l’ancienne mine coloniale de Rosterman

Source : auteur, réalisation : Artème Pointe, octobre 2023

  • 11 Les Luhya constituent l’ethnie majoritaire au nord du lac Victoria. Cette ethnie bantoue constitue (...)
  • 12 Les orpailleurs peuvent espérer gagner 1000 Ksh (6 euros) par jour contre 200 à 300 (2 euros) dans (...)
  • 13 L’étude menée par Caroline Mulinya dans le comté de Kakamega s’appuie sur 2000 mineurs locaux, 30 % (...)

10L’absence d’une main d’œuvre venue de l’extérieur du comté ne limite pas pour autant le développement de l’activité minière. Celle-ci connait un développement rapide, portée par une main d’œuvre luhya11 venue des environs. Les habitants du comté sont nombreux à être attirés par des revenus jusqu’à deux ou trois fois supérieurs12 à ceux proposés dans le secteur agricole, activité historique dans le comté (Mulinya, 2020). Au-delà des profils venus dans l’agriculture, il n’est pas rare d’interroger des profils plus qualifiés, eux aussi à la recherche de meilleurs revenus : professeurs du primaire ou du secondaire, ingénieurs, journalistes13. Le niveau d’étude permet alors parfois d’occuper des postes à responsabilité dans la mine, notamment de management. Cette forte proportion d’individus ayant fait des études supérieures, notamment universitaires est un des traits de la sociologie de Kakamega, comté marqué par une tradition scolaire importante (Thibon, 2020). L’activité minière artisanale participe d’ailleurs à « boucler la boucle » puisqu’une partie importante des revenus des orpailleurs est absorbée par les frais de scolarité des enfants et adolescents.

11En quelques années, certains espaces se tournent alors entièrement vers la mine artisanale. C’est le cas de la localité de Bushiangala, située à 20 kilomètres au Sud de Kakamega. Cette localité du Sud-Ouest du comté a connu une transformation extrêmement rapide des activités présentes sur son territoire, avec une concentration de mineurs artisanaux en son centre. Les terres agricoles ont ainsi changé de fonction pour devenir des espaces d’extraction du minerai, de broyage et de lavage. Ces transformations sont largement identifiables sur les photos satellites ci-dessus, datant respectivement de 2018 et de 2023. Les terres sont désormais parsemées de puits, de déblais de roches et de petits bassins. Le paysage est parfois comparé à un champ de bataille, marqué par des trous d’obus (Chevrillon-Guibert, Gagnol, Magrin, 2019).

  • 14 Les données concernant les femmes dans l’activité minière varient beaucoup, allant de 30 à 50 % sel (...)
  • 15 La superstition joue ici un rôle majeur avec l’idée selon laquelle les femmes feraient « fuir » l’o (...)
  • 16 Le traitement consiste à concasser les roches jusqu’à les réduire en poudre puis à passer cette pou (...)
  • 17 C’est notamment le cas sur le site de Rosterman, largement étudié lors des deux terrains.

12Dans le cas plus spécifique des femmes14, l’orpaillage représente aussi une source de revenus non négligeables, qui mettent en place des stratégies pour accéder à la ressource malgré les superstitions ou la peur d’entrer dans les galeries15. Ainsi, l’accès à la roche aurifère se fait en achetant des sacs aux hommes qui descendent dans les puits. Le traitement de la roche aurifère est fait de manière indépendante par les orpailleuses. Cela offre une grande flexibilité dans les possibilités d’organiser sa journée, notamment en fonction des enfants. Ce travail à la tâche offre aussi de nouvelles perspectives de revenus aux veuves ayant perdu un accès à la ressource foncière et pour qui traiter les roches aurifères16 en surface apparait comme une activité moins difficile et plus rémunératrice que des travaux agricoles à la journée. Pour autant, les femmes ne sont pas cantonnées aux travaux de traitement de surface de la roche aurifère puisque comme pour les hommes, il existe une diversité de profils. En fonction des compétences et du niveau d’étude, certaines femmes accèdent à des activités de management des équipes d’orpailleurs, composées d’hommes17.

  • 18 Les chamas sont des groupes informels de solidarité, majoritairement composés de femmes. Ces groupe (...)

13De plus et de manière à s’inscrire dans la réflexion de Rémy Canavesio à Madagascar (Canavesio, 2013), la mine artisanale peut apparaître comme un espace de renégociation de la liberté pour les femmes grâce à des revenus permettant de constituer un capital. Ce capital, placé dans des chamas18, pourra être par la suite restitué sous la forme d’un crédit pour lancer une seconde activité à l’instar d’un petit commerce, de l’achat d’une terre, de la construction d’une maison ou de l’amélioration de l’habitat actuel. Ce capital offre aussi la possibilité à certaines jeunes femmes de se former dans des grands centres urbains ; Kisumu ou Eldoret pour les plus proches et si possible Nairobi. Ainsi, si la renégociation de la liberté décrite par Rémy Canavesio à Madagascar se confirme aussi à Kakamega, le paradigme de la ruée vers l’or s’en retrouve inversé dans le cas de Kakamega. L’intérêt n’est plus de rejoindre cet espace mais d’en partir.

  • 19 Entre 6 et 12 euros selon le cours du schilling kenyan en octobre 2023.

14Néanmoins, ces dynamiques émancipatrices pour certaines femmes ne doivent pas occulter les difficultés auxquelles elles sont confrontées dans un univers masculin, dont l’impossibilité de travailler dans les galeries constitue une illustration. Celle-ci contraint les femmes à un travail de surface, avec l’obligation d’acheter des roches aurifères aux hommes, qui peuvent, s’ils sont malintentionnés, vendre des roches stériles. L’achat des roches puis le broyage représente parfois un investissement de plus de 1000 ou 2000 shillings19. Cette somme équivalente à plusieurs jours de travail agricole peut, lorsqu’elle est perdue, mettre en grande difficulté les individus.

  • 20 Sponsor est le terme le plus utilisé pour désigner le ou les investisseurs dans la mine artisanale.

15Au-delà de la situation des femmes, le capital a une importance toute particulière pour comprendre le paradoxe de l’orpaillage à Kakamega. Si les mineurs artisanaux sont dans une écrasante majorité Luhya (Okilwa, 2015), la situation est différente pour les projets miniers les plus avancés, à la limite entre l’orpaillage et la mine à petite échelle. Ces projets sont portés par des sponsors20. Les Luo, Kisii originaires du Sud-Ouest mais surtout les Kenyans Somalis, venus de l’Est du pays apparaissent comme les principaux détenteurs d’un capital suffisant pour lancer des projets miniers d’importance. Cela génère une certaine hostilité des Luhya, qui se manifeste par des réflexions insistant sur l’importance de conserver les revenus issus de l’activité minière dans la communauté :

  • 21 Cela ressort notamment dans un entretien mené avec un chef de puits sur le site de Sigalagala, au s (...)

Je ne veux pas d’eux [les étrangers] car depuis que j’ai commencé à l’orpaillage, j’ai aidé de nombreux jeunes à s’en sortir […] mais depuis que ces étrangers sont arrivés sur nos terres, on ne voit aucun bénéfice. Quand je dois orpailler, je prends des arbres chez les veuves des alentours, nous partageons des conseils, l’un me dit qu’il a des arbres, un autre qu’il a des clous […] puis nous nous réunissons et commençons à orpailler ensemble21.

Ces comportements invitent alors à considérer une certaine dynamique de revendication autochtone sur l’accès à la ressource (Médard, 2006).

  • 22 Les Luo représentent l’ethnie majoritaire autour du lac Victoria, contrairement aux Luhya et aux Ki (...)
  • 23 Cela se matérialise notamment dans les données chiffrées, avec une production plus importante à Mig (...)
  • 24 Le savoir-faire des Luhya sur l’orpaillage a longtemps été concentré sur l’alluvionnaire. Ce savoir (...)
  • 25 De nombreuses histoires circulent autour des anciennes mines coloniales, avec des réserves en or fa (...)

16Néanmoins, les Luo22, venus majoritairement du comté de Migori à la frontière tanzanienne ont une culture de la mine plus importante et ancienne que celle de Kakamega23. Ces mobilités participent à importer de nouveaux savoir-faire dans la communauté Luhya du comté, qui permettent de mieux maitriser l’orpaillage dit primaire24. Ainsi, les projets développés par les Luo sont de plus grande ampleur et l’expertise bien meilleure. Il n’est pas exclu qu’il y ait une certaine défiance vis-à-vis de cette capacité des Luo à s’implanter avec des techniques plus avancées et productives dans des zones Luhya. Notons que les investissements par des individus allochtones et notamment Luo se matérialisent surtout dans les anciennes mines coloniales, qui incarnent un certain fantasme de productivité25. En réutilisant les anciennes galeries, les mineurs limitent les périodes non productives en accédant directement au filon. L’étayage colonial, en très mauvais état après sept ou huit décennies sous terre, apparait lui aussi comme un gage de qualité, plus rassurant que celui des puits artisanaux dans les représentations des orpailleurs. De fait, les tensions entre Luhya et non Luhya, bien que moins fortes que celles observables en Afrique de l’Ouest et sahélienne, où les orpailleurs étrangers peuvent être chassés, arrêtés ou expulsés (Chevrillon-Guibert, Gagnol, Magrin, 2019), existent tout de même.

  • 26 Les montants avancés par les investisseurs lors des entretiens apparaissent comme fiables, ils corr (...)
  • 27  « The trees as long as you go deep, you have to bring them, it a continuous cost. »

17Pourtant, sans ces capitaux amenés par des individus venus d’autres comtés, l’activité minière artisanale serait moins développée à Kakamega, tant les investissements initiaux sont importants. L’étude approfondie du coût de différents projets primaires lors des deux terrains permet de saisir les sommes engagées. Ainsi dans la localité de Sigalagala, les deux investisseurs interrogés ont déboursé 13 millions de kenyans schillings pour le lancement d’un projet d’orpaillage, soit environ 90 000 euros26. Une grande partie du coût du projet est liée à l’étayage des galeries, puisque le bois se négocie à des prix extrêmement élevés, jusqu’à 80 000 kenyans schillings, soit 600 euros, pour un arbre qui permettra de couvrir environ 6 mètres de la galerie. De fait, les galeries pouvant dépasser 60 mètres, le prix du bois apparait comme un élément crucial d’un projet minier, comme l’exprime cet extrait d’entretien : « Plus on creuse profondément, plus il faut des arbres, c’est un coût continu27. »

  • 28 Les eucalyptus ont été introduits au Kenya en 1902 par les colons britanniques. L’utilisation princ (...)

18Dans le cas de l’activité minière, ce sont les arbres les plus gros qui sont prisés, avec des sections importantes pour créer des étayages de qualité. Les eucalyptus introduits à l’époque coloniale28 et de nos jours plantés de manière systématique pour la vente, sont aujourd’hui les plus utilisés. La filière du bois est quant à elle fragmentée. Les mineurs achètent le bois auprès de petits fermiers qui consacrent un espace – a woodplot - à la sylviculture (Kluthe, 2016) ou à des petits revendeurs de bois situés à proximité des sites d’orpaillage (photo 1). La proximité du puits de mine est l’élément principal dans le choix de l’approvisionnement, ce qui favorise cette organisation éclatée de la filière, tout en gardant une dimension ultra locale. Enfin, les troncs ne passent pas forcément par la scierie, les orpailleurs préfèrent un découpage sur place, de manière à les adapter au mieux à la galerie en construction.

Photo 1 : Vente de bois de construction à Malinya, entre Bushiangala et Kakamega Town

Photo 1 : Vente de bois de construction à Malinya, entre Bushiangala et Kakamega Town

Source : auteur, juin 2023

19Si les eucalyptus sont privilégiés, il existe une forte concurrence entre cette espèce et les arbres indigènes. La forêt tropicale humide de Kakamega, déjà largement exploitée à l’époque coloniale pour la mise en valeur des mines, est aujourd’hui entourée d’eucalyptus et subit une importante pression anthropique. La déforestation reste un problème majeur pour la dernière forêt primaire du Kenya, avec un recul continu du couvert forestier ces deux dernières décennies (Global Forest Watch, 2023).

  • 29 Dans les anciennes mines coloniales, les compresseurs d’air ont leur propre moteur au diesel. Néanm (...)

20Au-delà de la question du bois, l’énergie représente un enjeu majeur pour les orpailleurs et notamment les investisseurs. Ainsi, des générateurs au diesel sont utilisés pour alimenter les compresseurs29 et les pompes à eau, qui permettent de remonter l’eau de la nappe phréatique. Néanmoins, le coût des carburants représente un frein considérable au développement de l’activité, avec un prix au litre supérieur à 1,15 euro en 2022 et 2023. De fait, dès qu’il y a une possibilité, les mineurs artisanaux se tournent vers le réseau électrique national, avec des raccordements en triphasé (voir photo 2). À nouveau, cet investissement se révèle lourd, avec des prix qui dépassent 500 000 kenyans shillings, environ 3500 euros. Mais les aléas qui pèsent sur le réseau électrique national obligent les orpailleurs à maintenir les générateurs diesel sur les sites (Reuters, 2023).

Photo 2 : Raccord d’un site d’orpaillage dans le comté de Kakamega au réseau en triphasé avec l’ajout d’une armoire électrique

Photo 2 : Raccord d’un site d’orpaillage dans le comté de Kakamega au réseau en triphasé avec l’ajout d’une armoire électrique

Source : auteur, mars 2023

21De fait, la main d’œuvre pèse finalement assez peu dans l’ensemble des dépenses des sponsors, puisque tous les individus sont payés en roches aurifères, qu’ils traiteront par leurs propres moyens, cela en dehors de leur temps de travail. La main d’œuvre, pléthorique dans le comté de Kakamega, permet de faire tourner plusieurs équipes sur un même puits, de manière à laisser une journée voire deux aux mineurs pour le traitement des minerais et vendre l’or extrait de ces derniers. Les gains sont alors liés au hasard, avec la présence ou non d’or dans les sacs de roches aurifères partagés entre les investisseurs et ses équipes, cela selon un accord oral préalable au travail.

22Cette dynamique économique autour de l’orpaillage participe activement au développement du comté, tant pour ceux qui possèdent des ressources sylvicoles que pour ceux qui distribuent des équipements utiles à l’orpaillage. Malgré le nombre de mineurs artisanaux, nous sommes loin de la dimension prise par l’orpaillage en Guyane française et au Suriname notamment dans la disponibilité des outils et les moyens consacrés (Le Tourneau, 2020). De fait, les insuffisances du marché local de Kakamega poussent les sponsors à se tourner vers le Sud du pays mais aussi la Tanzanie pour s’équiper. De fait, limiter l’étude de l’orpaillage à Kakamega à sa seule dimension humaine occulte des dynamiques transfrontalières autour des objets et des savoir-faire.

Equipements, savoir-faire et pollutions : quand l’activité minière artisanale se veut transfrontalière

23Si la proximité de la frontière ougandaise ou de la frontière tanzanienne ne génère pas d’importantes mobilités des individus dans le secteur de la mine artisanale, il n’en n’est pas de même pour les savoir-faire, les produits chimiques et l’équipement divers.

Ainsi, la Tanzanie se présente comme un espace d’importations de techniques et d’outils destinés à l’activité minière artisanale. Le pays s’appuie sur une culture de l’or plus ancienne que celle du Kenya, d’abord du fait de populations arabes durant la période précoloniale puis fait des colons allemands. La prospection coloniale mentionne des zones aurifères au sud du Lac Victoria en 1894, l’exploitation commence à partir de 1909 avec la mine de Sekenke (Magai, Márquez-Velázquez, 2011). Aujourd’hui, toutes les régions au sud du Lac Victoria sont concernées par une activité minière artisanale autour de l’or (Mutagwaba et al., 2018). C’est de ces régions qui remontent des nouvelles techniques et du matériel au Kenya voisin.

  • 30 Il est nécessaire de réduire les roches extraites en poudre avant la suite du traitement

24L’exemple des broyeurs utilisés pour réduire les roches aurifères en poudre30 par les mineurs artisanaux est un exemple pertinent de cet effet de frontière limité concernant la montée en compétence et en technicité de la mine artisanale kenyane. Ces broyeurs, d’abord construits et importés depuis la Tanzanie au tournant des années 2000, sont aujourd’hui fabriqués dans le comté de Migori, au sud du Kenya (voir photo 4).

  • 31 Lorsque les orpailleurs travaillent en primaire, c’est-à-dire en roche, il est nécessaire d’utilise (...)

Les orpailleurs viennent par la suite s’approvisionner directement au sud du pays, ou font le choix de se tourner vers des revendeurs locaux. Néanmoins, il est plus avantageux de les acheter directement dans le comté de Migori puisqu’ils sont vendus complets, avec le tambour de broyage, l’arbre de transmission et le moteur, généralement originaire d’Asie. Le broyeur, emblématique de l’activité minière artisanale au Kenya et plus largement en Afrique subsaharienne31 (Bohbot, 2017) a donc traversé la frontière pour ce qui est de son processus de fabrication. Néanmoins, plutôt que de se diffuser largement dans les comtés concernés par l’orpaillage, il reste pour l’heure fabriqué uniquement dans le sud du pays.

Photo 3 : Bidons de cyanure de sodium d’origine chinoise ou sud-coréenne photographiés dans le comté de Migori

Photo 3 : Bidons de cyanure de sodium d’origine chinoise ou sud-coréenne photographiés dans le comté de Migori

Source : auteur, mars 2023

Photo 4 : Chaudronnier fabriquant un broyeur à destination de la mine artisanale, comté de Migori

Photo 4 : Chaudronnier fabriquant un broyeur à destination de la mine artisanale, comté de Migori

Source : auteur, mars 2023

  • 32 La lixiviation est un procédé qui permet d’extraire l’or de minerais aurifères préalablement broyés (...)

25Il en est de même pour le petit outillage, les aciers réputés résistants notamment pour les burins et les marteaux viennent du sud du Kenya ou de la Tanzanie. Celle-ci s’affirme aussi comme une étape sur la route des produits chimiques utilisés dans la mine artisanale notamment le cyanure de sodium, composé majeur de la lixiviation32 Si celui-ci est produit en Corée du Sud ou en Chine, il arrive par les ports d’Afrique du sud avant de remonter jusqu’à la Tanzanie et Kenya (voir photo 3).

26Pour compléter le propos sur le cyanure de sodium, si celui-ci est légal au Kenya, son utilisation se fait dans un contrôle approximatif, avec des fuites régulières des bassins de traitement où sont mélangées les boues aurifères au cyanure de sodium. Les accidents sont ainsi réguliers et ponctuent l’actualité, avec comme première conséquence la mort des animaux, sauvages ou non, à proximité de ces espaces (Byron, 2021).

  • 33 Les mineurs artisanaux peuvent être étrangers, la restriction ne concerne que le détenteur de la li (...)
  • 34 Il faut ajouter un EIA : Environnemental Impact Assessment, délivré par la National Environment Man (...)
  • 35 Les tailings correspondent aux déchets de traitement des minerais aurifères.

27Il s’agit ici d’un autre point de perméabilité entre le Kenya et la Tanzanie dans l’activité minière artisanale. Si selon le Mining Act, l’activité minière artisanale est réservée aux citoyens kenyans33, les investisseurs étrangers peuvent s’insérer dans la production aurifère via d’autres dispositifs (Mining Act, section 95, 2016). Ainsi, la mineral dealer and processing licence34 permet d’investir dans un site de lixiviation. La technique de la lixiviation nécessite un certain savoir-faire ainsi qu’un capital important, avec l’achat ou la location de terres et la construction des cuves nécessaires au traitement chimique de l’or. Déjà bien implantés en Tanzanie, les lixiviateurs ont donc traversé la frontière pour s’implanter dans le comté de Kakamega ; ces derniers achètent la matière première directement auprès des mineurs artisanaux ou rachètent les tailings35 des mines coloniales (Bohbot, 2023). Les sites de traitement par lixiviation, en opposition aux mines artisanales détaillées précédemment, sont principalement opérés par des travailleurs tanzaniens. Mais contrairement, à une mine artisanale, le besoin de main-d’œuvre est beaucoup moins important, le gros des opérations consistant simplement à acheminer puis déposer les tailings dans les cuves de traitement. Ces sites ne sont donc pas d’ordre à inverser les logiques majoritairement domestiques de l’activité minière au sens large dans le comté de Kakamega.

  • 36 50 kenyan shillings valent environ 0,30 centimes d’euro en mars 2023. Un prix dérisoire comparé à u (...)

28Dans le sens inverse, le Kenya s’affirme comme un hub de distribution du mercure pour la Tanzanie et l’Ouganda, avec des importations bien supérieures à ses deux voisins. Si le mercure est normalement destiné à l’industrie chimique, il sort des circuits officiels pour rejoindre les mines artisanales des trois pays (CEJAD, ACEMP, 2020) car celui-ci reste encore très utilisé par les orpailleurs. Malgré les objectifs du gouvernement et la signature de la convention de Minamata en 2013, le mercure reste présent dans toutes les mines artisanales visitées lors des deux terrains de recherches ; celui-ci est surtout vendu par les acheteurs d’or ou via la minorité indienne, très présente dans le secteur industriel kenyan. Le plan d’action national sur l’activité minière artisanale du gouvernement kenyan estime la quantité de mercure utilisée par an à 8 tonnes (Ministère de l’Environnement et des forêts, 2022). De ces 8 tonnes, l’écrasante majorité termine directement dans l’environnement puisque l’amalgame d’or et de mercure est brûlé, de manière à évacuer ce dernier. L’interdiction après l’entrée en vigueur de la convention de Minamata en 2017 n’a pas fait évoluer les pratiques, le mercure reste extrêmement abordable au marché noir, avec un gramme vendu pour 50 shillings36. Aujourd’hui, le Lac Victoria connait une pollution notable au mercure depuis plus de deux décennies, du fait de l’activité minière en Tanzanie. Les concentrations à la fin du 20ème siècle excédaient déjà largement les seuils de l’Organisation Mondiale de la Santé (Ikingura, Mutakyahwa, Kahatano, 1997). Aujourd’hui, la pollution est transfrontalière, du fait de la production aurifère en Tanzanie mais aussi dans le comté de Migori, côté Kenyan, avec du mercure dans les sols et dans les eaux (Odumo et al., 2014). Quant au comté de Kakamega, celui-ci n’est pas épargné par la pollution aux métaux lourds du fait de l’activité minière artisanale. Les affluents du Lac Victoria comme la rivière Yala sont eux-aussi contaminés, le mercure étant utilisé sur certains sites d’orpaillage alluvionnaire, tout au sud du comté.

  • 37 L’or pur quant à lui s’apprécie à plus de 8000 kenyans shillings (50 euros) en mars 2023. Il y a do (...)

29L’or s’inscrit lui aussi dans une logique transfrontalière, avec des points de passage changeant selon les individus et les opportunités de marché, aussi bien à l’échelon du Kenya qu’à l’échelon régional en intégrant la Tanzanie et l’Ouganda. Ainsi, les mines artisanales s’organisent-elles avec des petits acheteurs, qui sont les intermédiaires de grossistes situés dans deux localités du comté de Kakamega - Malinya et Chavakali. L’or acheté directement dans les mines se négocie autour de 5500 kenyans shillings le gramme37. Le métal jaune collecté est par la suite fondu une première fois sous forme de petits lingots grossiers avant son départ vers Nairobi ou l’étranger, même s’il reste très difficile d’évaluer précisément les quantités, fluctuantes selon les temporalités. L’or peut donc prendre la direction d’Eastleigh, quartier tenu par des commerçants somalis ou encore River Road à Nairobi. Les autres routes passent par la Tanzanie ou l’Ouganda, notons que les flux se font dans les deux sens, selon l’organisation des réseaux. (Hunter et al., 2021). La route continue vers les Emirats Arabes Unis et notamment Dubaï, qui s’imposent depuis quelques années comme la plaque tournante de l’or issu des mines artisanales d’Afrique subsaharienne (Ummel, 2020, Dumay, 2022). L’Inde s’affirme aussi comme une destination privilégiée pour l’or illégalement sorti du Kenya (Ali, 2023), porté par la très importante communauté d’origine indienne vivant dans le pays (Adam, 2020) (voir carte 3).

30Au-delà de l’or, du matériel très spécifique comme les broyeurs ou les produits chimiques à l’instar du cyanure, l’orpaillage à Kakamega s’inscrit aussi dans des logiques mondialisées. Les sites miniers artisanaux sont parsemés de petits commerces informels (voir carte 2), qui fournissent nourriture et boissons mais aussi de l’équipement. De prime abord, ces commerces de détails présents sur les sites d’orpaillage sont difficiles à distinguer des autres commerces présents en ville. Ici, seuls certains produits destinés aux orpailleurs comme les bottes et les lampes frontales permettent de les distinguer dans la clientèle visée (photo 5).

Photo 5 : Échoppe sur le site d’orpaillage de Rosterman proposant de la nourriture mais aussi du petit matériel comme des bottes et des cordes

Photo 5 : Échoppe sur le site d’orpaillage de Rosterman proposant de la nourriture mais aussi du petit matériel comme des bottes et des cordes

Source : auteur, mars 2022

31Les circuits d’importations depuis le port de Mombasa déversent alors aussi bien de la pacotille chinoise pour reprendre les mots de Sylvain Racaud (Racaud, 2018) que du matériel plus technique et coûteux comme les pompes et les compresseurs, vendus cette fois-ci à Kisumu (voir carte 3). Kisumu tient cette position de hub par la ligne de chemin de fer Mombasa – Nairobi – Kisumu mais surtout grâce aux axes routiers passant par Nairobi et allant jusqu’à Mombasa. L’ensemble des marchandises est alors livré chez l’unique importateur de la ville, le magasin Vision (voir photo 6). Cette situation de monopole est exprimée dans un entretien avec l’un des responsables de la vente :

  • 38 « We are the only importers here in Kisumu and we supply all over in Kenya […] In fact Lakeside buy (...)

Nous sommes les seuls importateurs ici à Kisumu et nous fournissons dans tout le Kenya […] En fait, Lakeside [le second magasin de matériel minier] achète dans notre magasin et vend à ses clients à un prix très élevé, nous fournissons même à Mombasa car nous avons des clients là-bas38.

Photo 6 : Des pompes et des groupes électrogènes à Vision Hardware, Kisumu

Photo 6 : Des pompes et des groupes électrogènes à Vision Hardware, Kisumu

Source : auteur, mai 2023

  • 39 Avec là aussi des logiques transfrontalières puisque les moteurs et autres compresseurs vendus au S (...)

32Le magasin Vision correspond à une échelle réduite de ce qui existe dans d’autres zones d’orpaillage au Surinam39 ou au Brésil, avec des dizaines de moteurs de pompes, alignés, dans l’attente d’un achat par des orpailleurs. Dans le cas de Kisumu, Le va-et-vient permanent de camions pour acheter des moteurs et des pompes démontre le développement de l’activité minière dans cette partie ouest du Kenya mais aussi la nécessité de s’appuyer sur des réseaux commerciaux internationaux pour accéder au matériel nécessaire.

Carte 3 : Une activité minière artisanale à l’Ouest du Kenya marquée par des dynamiques locales et transfrontalières

Carte 3 : Une activité minière artisanale à l’Ouest du Kenya marquée par des dynamiques locales et transfrontalières

Source : auteur, réalisation : Artème Pointel, octobre 2023

Conclusion

33L’étude de l’orpaillage dans le comté de Kakamega révèle l’imbrication de dynamiques locales, nationales et transfrontalières. La dynamique autochtone de l’orpaillage à Kakamega est certainement la plus paradoxale, dans une activité généralement caractérisée par d’importantes mobilités, avec des chercheurs d’or venus de tous horizons, que ce soit dans d’autres espaces d’Afrique subsaharienne ou en Amérique du sud. Ce phénomène s’explique essentiellement par des logiques démographiques, avec des densités rurales parmi les plus importantes d’Afrique subsaharienne. Par ailleurs, la relative fermeture de l’accès au foncier et les revendications portées sur les ressources aurifères par les populations luhya participent à maintenir un certain entre-soi. Cependant, la pauvreté et la faible capacité d’investissement des populations autochtones de Kakamega limitent le développement de l’activité minière artisanale. De fait, les ressources aurifères intéressent et mobilisent aussi des investisseurs venus d’autres comtés. Ainsi, sans être ouvertement conflictuelles, les relations entre orpailleurs autochtones et allochtones sont alors l’objet de tensions.

34Au-delà de la dimension humaine de l’orpaillage, dont l’analyse met en avant des logiques essentiellement nationales, il existe bien des dimensions transfrontalières à l’activité. La plus visible de ces dimensions est celle du matériel. Les besoins des orpailleurs de Kakamega s’appuient sur un vaste réseau, passant par la Tanzanie pour certains produits spécifiques comme le cyanure de sodium ou l’outillage à l’instar des broyeurs. Par ailleurs, dans des logiques qui dépassent l’échelon régional, l’orpaillage à Kakamega offre aussi un regard sur des circuits commerciaux mondialisés avec les moteurs et autres compresseurs, importés depuis l’Asie depuis le port de Mombasa. Néanmoins, la présence d’un seul importateur de matériel à Kisumu souligne la nature encore émergente et relativement confidentielle de l’activité minière artisanale. Enfin, la dynamique transfrontalière la plus notable concerne l’or lui-même, qui, selon la conjoncture, est dirigé vers l’Ouganda, la Tanzanie, Nairobi même si la destination finale reste Dubaï ou l’Inde.

Haut de page

Bibliographie

ADAM, M., 2020, Les minorités d’origine indo-pakistanaise, in fouéré M-A., pommerolle M-E., thibon C., Le Kenya en marche, Afrique, Paris-Nairobi, Africae, (p433).

AHMED, A., 2023, « 2 Kenyans held at Mumbai airport with 18kg gold worth », Times of India, mise en février 2023, consulté le 22 mars 2023, URL  : https://timesofindia.indiatimes.com/city/mumbai/airport-gold-rush-9-kenyan-women-held-for-18kg-haul/articleshow/99830374.cms?from=mdr

ANTIL, A., ANDREW, N., BABO, A., MEDARD, C., 2009, « Les questions foncières rurales comme facteur de crise en Afrique subsaharienne : Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Kenya », Notes de l’IFRI, URL : https://www.ifri.org/fr/publications/notes-de-lifri/questions-foncieres-rurales-facteur-de-crise-afrique-subsaharienne

BOHBOT J., 2017, « L’orpaillage au Burkina Faso : une aubaine économique pour les populations, aux conséquences sociales et environnementales mal maîtrisées », EchoGéo, 42

BOHBOT, J., 2023, « L ’or de Kakamega : étude du renouveau de l’activité minière artisanale dans l’Ouest du Kenya », Le Carnet de l’IFRA, mise en ligne janvier 2023, consulté le 25 mars 2023, URL : https://mambo.hypotheses.org/3857

BOLAY M., SCHULZ Y., 2022, « Les conditions disputées d’un approvisionnement “responsable” en or », Revue internationale des études du développement, 249, (pages 63-88)

BOONE, C., 2012, « Land Conflict and Distributive Politics in Kenya ». African Studies Review 55, volume 1, (pages 75-103)

BYRON, I., « Gold leaching causing animal deaths misery in Migori », Nation, mis en ligne octobre 2021, consulté le 11 février 2023, URL : https://nation.africa/kenya/counties/migori/gold-leaching-causing-animal-deaths-misery-in-migori-3573942

CANANEVESIO, R., 2013, « Les fronts pionniers des pierres précieuses de Madagascar : des espaces d’émancipation pour les femmes ? », Géocarrefour, Volume 88-2, (pages 119-129)

CANAVESIO, R. PARDIEU, V., 2019, « Rushing for gemstones and gold: Reflecting on experiences from the United States, Canada, New Zealand, Australia and Madagascar, 1848-present », The Extractive Industries and Society, Volume 6, Issue 4, (pages 1055-1065)

CEJAD, ACEMP, 2020, « From Port to Pit, Mapping the Mercury Supply Chain for Artisanal and Small-Scale Gold Mining in East Africa », Centre for Environment Justice and Development (CEJAD) et Africa Centre for Energy and Mineral Policy (ACEMP), mis en ligne en février 2020, consulté le 20 mars 2023, URL : https://www.iucn.nl/app/uploads/2021/03/regional_mercury_report_ea.pdf.

CHEVRILLON-GUIBERT R., GAGNOL L., MAGRIN G., 2019 « Les ruées vers l’or au Sahara et au nord du Sahel. Ferment de crise ou stabilisateur ? », Hérodote, 172, (pages 193-215)

CHEVRILLON-GUIBERT, R., MAGRIN G., 2018, « Ruées vers l’or au Soudan, au Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial », Bulletin de l’association de géographes français, 95-2, (pages 272-289)

CHOPLIN, A., 2019, « Cementing Africa: Cement flows and city-making along the West African corridor (Accra, Lomé, Cotonou, Lagos) », Urban Studies Journal Limited, Volume 57 Issue 9,

DI MATTEO, F., 2020, « La politisation du processus de réforme foncière au Kenya ». Dans fouéré, M., pommerolle, M., & thibon C., Le Kenya en marche, Paris-Nairobi, Africae, (433p.)

DUMAY, C., 2022, « Mali, Dubaï, les routes de l’or sale » Arte.tv, mis en ligne octobre 2022, consulté en octobre 2022, URL : https://www.arte.tv/fr/videos/110906-000-A/mali-dubai-les-routes-de-l-or-sale/

GLOBAL FOREST WATCH, 2023, « Kakamega, Kenya Deforestation Rates & Statistics », Global Forest Watch, mis en ligne mars 2023, consulté le 23 mars 2023, URL : https://www.globalforestwatch.org/dashboards/country/KEN/11/

GOLAZ, V., 2002. « Croissance démographique, pression foncière et diversification économique : une analyse biographique des stratégies de survie à Magenche » (Gicha District, Kenya). Thèse de doctorat, Démographie économique, Institut d’études Politiques, Paris

GREGOIRE, E., GAGNOL, L., 2017, « Ruées vers l’or au Sahara : l’orpaillage dans le désert du Ténéré et le massif de l’Aïr (Niger) », EchoGéo, Sur le Vif

HILSON, G., 2011, « Artisanal mining, smallholder farming and livelihood diversification in rural sub-Saharan Africa », Journal of International Development, volume 23, Issue 8, (pages 1031-1041)

IKINGURA, J.R., MUTAKYAHWA, M.K.D., KAHATANO, J.M.J., 1997, « Mercury and mining in Africa with special reference to Tanzania », Water, air, and soil pollution, volume 97, issue 3-4, (pages 223-232)

IYER, S., WEEKS M., 2020, “Social interactions, ethnicity, religion, and fertility in Kenya”, Journal of Demographic Economics, Volume 86, Special issue 3, (pages 329-365)

KENYA NATIONAL BUREAU OF STATISTICS, 2019. « Kenya Population and Housing Census Volume I: Population by County and Sub-County ». Nairobi : Kenya National Bureau Of Statistics (KNBS), consulté le 22 mars 2023, URL : https://housingfinanceafrica.org/app/uploads/VOLUME-I-KPHC-2019.pdf

KLUTHE, B.G., 2016, « Eucalyptus in Kenya; Impacts on Environment and Society », Dynamiques environnementales, thèse de doctorat, University of Arkansas, Fayetteville

LANNE, J-B., 2018, « Des vies en veille : géographies abandonnées des acteurs quotidiens de la sécurité à Nairobi », Thèse de doctorat, Géographie Humaine, Université Montaigne, Bordeaux

LE TOURNEAU, F-M., 2020, Chercheurs d’or, l’orpaillage clandestin en Guyane française, Paris, CNRS Editions

MARCENA, H., MUKASIRI S., OPALA, K., KAKA, J., MODI, L., 2021, « Illicit Gold Markets in East and Southern Africa », Global Initiative Against Transnational Organized Crime, mis en ligne mai 2021, consulté en mars 2023, URL : https://globalinitiative.net/wp-content/uploads/2021/05/Illicit-gold-markets-in-East-and-Southern-Africa-GITOC-.pdf.

MEDARD, C., 2006, « Il existe un droit ancestral à la terre des communautés dites “autochtones” » dans Courade, L’Afrique des idées reçues, Paris, Belin

MINISTRY OF ENVIRONMENT AND FORESTRY, 2022, « National Action Plan for Artisanal and Small-Scale Gold Mining in Kenya » Ministry of Environment and Forestry, mis en ligne 2022, consulté en mars 2023, URL : http://www.environment.go.ke/wp-content/uploads/2022/12/National-Action-Plan.pdf.

MULINYA, G., 2020, “The Impact of Artisanal Surface Gold Mining on Socio-Economic Development of Residents of Rosterman Area, Kakamega County”, IOSR Journal of Humanities and Social Science, Volume 25, Issue 12, Series 9

MUTAGWABA, W., TINDYEBWA, J-B., MAKANTA, V., KABALLEGA D., MAEDA, G., 2018, « Artisanal and small-scale mining in Tanzania – Evidence to inform an ‘action dialogue’ », IIED, London, mis en ligne 2018, consulté mars 2023, URL : https://www.iied.org/sites/default/files/pdfs/migrate/16641IIED.pdf.

ODUMO BO., CARBONELL G., ANGEYO HK., PATEL JP., TORRIJOS M., RODRIGUEZ MARTIN JA., 2014, « Impact of gold mining associated with mercury contamination in soil, biota sediments and tailings in Kenya ». Environmental Science Pollution Research, 21, (pages 12426–12435)

OKILWA, N. S. A., 2015, “Educational Marginalization: Examining Challenges and Possibilities for Improving Educational Outcomes in Northeastern Kenya.”, Global Education Review 2, (pages 5–18)

RACAUD, S., 2018, « Ramifications discrètes de routes marchandes transnationales : circulation de la pacotille chinoise entre marchés ruraux et villes secondaires au Cameroun », Les Cahiers d’Outre-Mer, 278, (pages 433-464)

REUTERS, 2023, « Kenya hit by nationwide power outage », Reuters, mis en ligne en mars 2023, consulté le 12 mars 2023, URL : https://www.reuters.com/world/africa/kenya-hit-by-nationwide-power-outage-2023-03-04/

SHILARO P., 2007, Failed Eldorado: Colonial Capitalism, Rural Industrialization, African Land Rights in Kenya, and the Kakamega Gold Rush, 1930–1952, Lanham, University Press of America

THIBON, C., 2020, « À l’épreuve des violences sociales et politiques : du Kenya des “millionnaires et des millions de mendiants” aux trois Kenya du xxie siècle » in Fouéré M-A., Pommerolle M-E., Thibon C., Le Kenya en marche, Afrique, Paris-Nairobi, Africae, (p433)

UMMEL, M., 2020, « Détour doré. La face cachée du commerce de l’or entre les Émirats arabes unis et la Suisse ». Swissaid, mise en ligne juillet 2020, consulté le 24 mars 2023, URL : https://www.swissaid.ch/fr/articles/la-face-cachee-du-commerce-de-lor/

WAIRMU GAKARI, B., 2018, “Constitution of Chamas in Kenya”, Thèse de doctorat, School of Communication, Nairobi, Kenya

MBODJ F.B., 2011. « Boom aurifère à l’est du Sénégal, l’ouest du Mali et au nord-est de la Guinée : mutations socio-économiques et spatiales d’anciennes marges géographiques et économiques », Thèse de doctorat de géographie, Université de Paris 1/Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal), 314 p.

Haut de page

Notes

1 Le cours de l’or est passé de 300 euros l’once en 2001 à plus de 1850 euros l’once à la fin de l’année 2023.

2 Voir la carte produite par Géraud Magrin, Raphaëlle Chevrillon-Guibert et Laurent Gagnol dans « Les ruées vers l’or au Sahara et au nord du Sahel. Ferment de crise ou stabilisateur ? » pour Hérodote en 2019.

3 Le travail de Remi Canavesio éclaire les migrations majeures liées aux ruées vers l’or en Amérique du Nord et en Australie, avec des centaines de milliers de migrants au 19ème et 20ème siècle (Canavesio, 2019)

4 C’est-à-dire dans des rivières ou dans des puits, avec des galeries et un travail sur le filon aurifère.

5 Le contrôle de l’Etat sur le territoire est plus aléatoire dans la partie Nord-Ouest (West Pokot, Turkana) et Nord-Est (Wajir, Mandera).

6 La notion d’autochtonie n’est pas à comprendre d’un point de vue légale mais fait référence à des revendications territoriales.

7 Le nombre de mineurs artisanaux est estimé à 10 000 pour le seul comté de Kakamega en 2023. Le Kenya comptait quant à lui 40 000 orpailleurs en 2017 selon l’Alliance for Responsible Mining. Néanmoins, avec l’augmentation régulière des cours de l’or depuis cette date, ce chiffre est probablement très en deçà de la réalité.

8 Pour les 100 premiers entretiens, 61 des interrogés sont des hommes pour 39 femmes, dans le cas des entretiens semi-directifs, les femmes représentent 6 interrogées sur 33.

9 La réforme du foncier est des piliers de la réforme constitutionnelle de 2010, avec un chapitre de la nouvelle constitution entièrement dédié (Di Matteo, 2020).

10 Le cas du Mali et en particulier la zone de l’Azawad sont emblématiques ; citons par exemple les mines d’or artisanales autour de la ville de Kidal.

11 Les Luhya constituent l’ethnie majoritaire au nord du lac Victoria. Cette ethnie bantoue constitue le second groupe ethnique du Kenya après les Kikuyus.

12 Les orpailleurs peuvent espérer gagner 1000 Ksh (6 euros) par jour contre 200 à 300 (2 euros) dans l’agriculture Ces données sont issues du premier terrain et vont ainsi dans le même sens que l’étude de Caroline Mulinya en 2020 à Rosterman.

13 L’étude menée par Caroline Mulinya dans le comté de Kakamega s’appuie sur 2000 mineurs locaux, 30 % sont passés par les études secondaires (collège ou lycée) et 5 % par l’enseignement supérieur. Des profils similaires ont été rencontrés lors des entretiens dans le cadre du terrain sur lequel s’appuie ce travail.

14 Les données concernant les femmes dans l’activité minière varient beaucoup, allant de 30 à 50 % selon les sites (Mulinya 2020, Hentschel, Hruschka, Priester, 2002).

15 La superstition joue ici un rôle majeur avec l’idée selon laquelle les femmes feraient « fuir » l’or si elles venaient à accéder aux puits. Au-delà des superstitions, dont il n’a pas été possible de déterminer l’origine, le travail dans les galeries impressionne. Ainsi, lors des entretiens, plusieurs femmes ont souligné ne pas avoir le courage ou la force physique de faire le travail des hommes dans les tunnels. Que ce soit la superstition ou la peur, cela génère une dépendance aux hommes dans l’accès à la ressource.

16 Le traitement consiste à concasser les roches jusqu’à les réduire en poudre puis à passer cette poudre sur une rampe de lavage. Le concentré obtenu est par la suite mélangé à du mercure selon le procédé d’amalgamation.

17 C’est notamment le cas sur le site de Rosterman, largement étudié lors des deux terrains.

18 Les chamas sont des groupes informels de solidarité, majoritairement composés de femmes. Ces groupes permettent en outre de faire de l’épargne hors des circuits formalisés de la banque ou même du service de monnaie Mpesa. Très populaires au Kenya, ils concerneraient un Kenyan sur trois (Wairimu Gakari, 2018). En Afrique de l’Ouest, ces groupes de solidarité sont connus sous le nom de tontines.

19 Entre 6 et 12 euros selon le cours du schilling kenyan en octobre 2023.

20 Sponsor est le terme le plus utilisé pour désigner le ou les investisseurs dans la mine artisanale.

21 Cela ressort notamment dans un entretien mené avec un chef de puits sur le site de Sigalagala, au sud de Kakamega town « I don’t want them (foreigners) since I started mining, I have made more boys or more youth to improve […] but since these sponsors came on our land, you never see anything. When I need to mine, I take this tree from these widows’ mams, so we share advices, one tells me that I have trees, one tells me that I have nails […] then we come together and we start mining. »

22 Les Luo représentent l’ethnie majoritaire autour du lac Victoria, contrairement aux Luhya et aux Kikuyus de langues bantoues, les Luo parlent une langue nilotique. Ils représentent la troisième ethnie du pays.

23 Cela se matérialise notamment dans les données chiffrées, avec une production plus importante à Migori qu’à Kakamega, 1947 kgs contre 1406 kgs en 2019 (NAP, 2022)

24 Le savoir-faire des Luhya sur l’orpaillage a longtemps été concentré sur l’alluvionnaire. Ce savoir-faire était issu des relations entre les chercheurs d’or occidentaux et les Luhya au fil du 20ème siècle.

25 De nombreuses histoires circulent autour des anciennes mines coloniales, avec des réserves en or faramineuses pour celui qui arrive à s’y rendre.

26 Les montants avancés par les investisseurs lors des entretiens apparaissent comme fiables, ils correspondent à des chiffrages pour des projets équivalents lors d’autres entretiens avec le représentant des mineurs artisanaux à l’échelon régional.

27  « The trees as long as you go deep, you have to bring them, it a continuous cost. »

28 Les eucalyptus ont été introduits au Kenya en 1902 par les colons britanniques. L’utilisation principale est liée à la construction de la voie ferrée vers l’Ouest du pays puis vers l’Ouganda, en passant notamment par les High Lands, où se trouve aujourd’hui le comté de Kakamega (Kluthe, 2016).

29 Dans les anciennes mines coloniales, les compresseurs d’air ont leur propre moteur au diesel. Néanmoins, ils ne sont pas utilisés en permanence pour limiter les coûts. Les orpailleurs sont donc contraints de travailler dans un air vicié.

30 Il est nécessaire de réduire les roches extraites en poudre avant la suite du traitement

31 Lorsque les orpailleurs travaillent en primaire, c’est-à-dire en roche, il est nécessaire d’utiliser des broyeurs pour libérer l’or de sa gangue. Un broyeur est alors nécessaire. Au Kenya, on parlera de « crusher ».

32 La lixiviation est un procédé qui permet d’extraire l’or de minerais aurifères préalablement broyés, en le dissolvant dans une solution chimique, généralement composée de cyanure.

33 Les mineurs artisanaux peuvent être étrangers, la restriction ne concerne que le détenteur de la licence minière artisanale. Malgré la loi, certains investisseurs utilisent des prête-noms kenyans pour se lancer dans l’orpaillage, notamment des chinois, comme cela a été constaté lors du second terrain.

34 Il faut ajouter un EIA : Environnemental Impact Assessment, délivré par la National Environment Management Authority. De nombreux sites de lixiviation ne répondent pas à cette obligation.

35 Les tailings correspondent aux déchets de traitement des minerais aurifères.

36 50 kenyan shillings valent environ 0,30 centimes d’euro en mars 2023. Un prix dérisoire comparé à un gramme d’or à plus de 8200 kenyan shillings à la même période. Le plan d’action national du gouvernement kenyan estime qu’il est nécessaire d’utiliser 1,2 gramme de mercure pour extraire 1 gramme d’or (NAP, 2022).

37 L’or pur quant à lui s’apprécie à plus de 8000 kenyans shillings (50 euros) en mars 2023. Il y a donc un écart conséquent entre la mine artisanale et le marché international. Cela est dû à la faible pureté de l’or vendu juste après l’amalgamation, d’où la nécessité de le fondre une première fois chez le grossiste.

38 « We are the only importers here in Kisumu and we supply all over in Kenya […] In fact Lakeside buys from our shop and sell to their customers at very expensive price, we supply even in Mombasa because we have customers over there. »

39 Avec là aussi des logiques transfrontalières puisque les moteurs et autres compresseurs vendus au Surinam participent à équiper les garimperos travaillant en Guyane française (Le Tourneau, 2020)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Densités du Kenya
Crédits Source : B. Calas, Valérie Alfaurt, 2019 – délimitations du comté de Kakamega et des toponymes, ajout de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 837k
Titre Carte 2 : Essor des activités minières artisanales dans l’ancienne mine coloniale de Rosterman
Crédits Source : auteur, réalisation : Artème Pointe, octobre 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 823k
Titre Photo 1 : Vente de bois de construction à Malinya, entre Bushiangala et Kakamega Town
Crédits Source : auteur, juin 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 2 : Raccord d’un site d’orpaillage dans le comté de Kakamega au réseau en triphasé avec l’ajout d’une armoire électrique
Crédits Source : auteur, mars 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 3 : Bidons de cyanure de sodium d’origine chinoise ou sud-coréenne photographiés dans le comté de Migori
Crédits Source : auteur, mars 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Titre Photo 4 : Chaudronnier fabriquant un broyeur à destination de la mine artisanale, comté de Migori
Crédits Source : auteur, mars 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 5 : Échoppe sur le site d’orpaillage de Rosterman proposant de la nourriture mais aussi du petit matériel comme des bottes et des cordes
Crédits Source : auteur, mars 2022
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 6 : Des pompes et des groupes électrogènes à Vision Hardware, Kisumu
Crédits Source : auteur, mai 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Carte 3 : Une activité minière artisanale à l’Ouest du Kenya marquée par des dynamiques locales et transfrontalières
Crédits Source : auteur, réalisation : Artème Pointel, octobre 2023
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11827/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 809k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Bohbot, « L’activité minière artisanale dans l’ouest du Kenya : entre dynamiques locales & dynamiques transfrontalières »L’Espace Politique [En ligne], 49-50 | 2023-1/2, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11827 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11r62

Haut de page

Auteur

Joseph Bohbot

Professeur agrégé de géographie, doctorant sous contrat à Sorbonne Université
Laboratoire Médiations
jsph.bohbot@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search