Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-50Frontières, ressources et espaces...Ressources naturelles et dynamiqu...Du conflit à la gestion conjointe...

Frontières, ressources et espaces transfrontaliers dans les Afriques
Ressources naturelles et dynamiques (trans)frontalières

Du conflit à la gestion conjointe des ressources : enjeux pétroliers et coopération transfrontalière dans la baie de Biafra

From conflict to joint resource management: oil issues and cross-border cooperation in the Bay of Biafra
Aimé Raoul Sumo Tayo

Résumés

Les approches réalistes des relations internationales établissent un lien causal entre les hydrocarbures et les conflits frontaliers. S’émancipant de ces lectures déterministes, cet article s’appuie sur du matériau produit au cours d’une enquête ethnographique sur l’insécurité au niveau de la façade maritime du Cameroun entre 2009 et 2022 pour analyser les enjeux de conflit et de coopération autour des ressources dans la baie de Biafra. L’analyse croisée des documents d’archives administratives et sécuritaires, des entretiens et la littérature spécialisée montre, entre 1960 et 2023, deux séquences successives où les ressources pétrolières et gazières maritimes, autrefois objets conflictuels sont devenus des facteurs de coopération transnationale. Cet article analyse également les déterminants de la multiplication des accords sur les zones d’exploitation conjointes dans la baie de Biafra. Il met en perspective, par exemple, le mauvais rôle qui est généralement attribué aux multinationales pétrolières. Les dynamiques décrites dans cet article rendent également compte des manifestations locales d’une dynamique globale de transformation en profondeur des frontières. Elles permettent surtout de sortir des approches militantes et victimaires de l’historiographie africaine des frontières et des lectures déterministes qui font des frontières des obstacles majeurs au développement, à la coopération internationale et à l’intégration régionale.

Haut de page

Texte intégral

1L’approche des conflits par le biais de l’écologie politique insiste, entre autres, sur l’inégalité d’accès aux ressources comme moteur des tensions humaines (Fletcher, 2010). En Afrique, les rivalités pour le contrôle des ressources frontalières sont généralement mobilisées par la littérature pour expliquer les conflits frontaliers (De Koning 2008 ; Mbembe, 2005). Pendant la période contemporaine, ces « guerres pour les ressources » furent à l’origine de l’expansion coloniale et du partage du monde qui en a découlé (Serfati, Le Billon, 2007a). Au-delà des conflits inter-étatiques, le modèle du greed and grievance des seigneurs de guerre (Collier, Hoeffler, 2004), généralement mobilisé pour expliquer les conflits sur le continent, renvoie également à l’accaparement des ressources naturelles à l’intérieur des Etats. D’ailleurs, ces ressources servent très souvent à financer les guerres civiles (Serfati, Le Billon, 2007b).

2De toutes ces ressources naturelles, les hydrocarbures sont considérés comme l’une des principales sources de conflits, en raison, entre autres de leur rareté, de leur inégale répartition et de leur caractère vital pour les économies et les infrastructures militaires et stratégiques nationales (Fatile et Adejuwon, 2012). Dans le même ordre d’idées, le rôle de la pétroviolence a été mis en évidence dans des pays tels que le Nigeria (Sébille-Lopez, 2005) et la Colombie (Dunning, Wirpsa, 2004). Les modalités de redistribution de la rente pétrolière ont été source de guerres civiles et d’actes de violence contre les installations des compagnies pétrolières (Rosellini, 2005). Au-delà de l’écologie politique, le lien entre les ressources et les conflits est présent dans les thèses réalistes des relations internationales, qui s’inspirent, entre autres, des conclusions de Hobbes (1970) : ‘‘si deux hommes désirent la même chose alors qu’il n’est pas possible qu’ils en jouissent tous les deux, ils deviennent ennemis.” Une telle lecture est également présente chez Nicolas Spykman (1938) pour qui, du fait des ressources limitées, les aspirations rivales des Etats seront toujours des sources de frictions.

3Pourtant, la théorie de « la malédiction des ressources » (Auty, 1993 ; Sachs et Warner, 1995) et sa déclinaison dans le domaine pétrolier, le « paradoxe de l’abondance » (Karl, 1997), sont remis en question parce que résultant de raccourcis statistiques, d’un mauvais traitement de données (Brunnschweiler et Bulte, 2008) et d’une confusion entre corrélation et liens de causalité (Pérouse de Montclos, 2014). De plus, si la nature a longtemps été l’argument justificatif par excellence pour diviser les territoires, elle est aujourd’hui un objet et un espace de coopération possible. Bien plus, la présence des ressources frontalières qui était l’alibi des guerres est aujourd’hui un argument justificatif de la coopération transfrontalière (Amilhat-Szary, 2015). Sur le continent africain, l’on note d’ailleurs un changement de paradigme dans la gouvernance des frontières, celles-ci étant désormais plus conçues comme des passerelles, plutôt que des barrières comme par le passé.

4La présente contribution s’appuie sur l’exemple des dynamiques frontalières en cours dans la baie de Biafra pour analyser les enjeux de conflits et de coopération autour des hydrocarbures dans l’espace considéré entre 1960, date de l’indépendance du Cameroun, du Nigeria et du Gabon, et 2023, date de la signature du traité sur l’exploitation conjointe de champs pétroliers et gaziers transfrontaliers entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale. L’approche diachronique de cet article permet de dépasser la lecture déterministe et fataliste du lien entre les ressources et les conflits. Il s’agira surtout d’expliquer et de comprendre les transformations contemporaines des dynamiques identifiées.

5Le matériau de cette étude a été produit au cours d’une enquête ethnographique sur l’insécurité au niveau de la façade maritime du Cameroun entre 2009 et 2022. Il s’agit principalement de documents d’archives administratives et sécuritaires et des documents produits par le Cameroun, la Guinée Équatoriale, le Gabon et le Nigeria dans le cadre de leurs différends maritimes portés à la Cour Internationale de Justice (CIJ) de la Haye. Il s’agit également de données produites au cours d’entretiens avec trois responsables de la cellule des questions frontalières du ministère camerounais de l’Administration territoriale qui centralise les données sur toutes les frontières du Cameroun, dont celles avec le Gabon, la Guinée équatoriale et le Nigeria. Le prisme camerounais de cette recherche a été corrigé par la mobilisation des rapports des Initiatives pour la transparence dans les industries extractives au Gabon, en Guinée Équatoriale et au Nigeria, ainsi que les différents traités sur les zones d’exploitation conjointe. Ce travail a également mobilisé les rapports de compagnies pétrolières nationales, ainsi que la littérature spécialisée.

6L’analyse croisée de données produites permet d’historiciser le rôle des ressources énergétiques, dans les dynamiques de conflit et de coopération dans la baie de Biafra. La première partie de cet article traite du rôle des ressources énergétiques maritimes dans les dynamiques conflictuelles dans la Baie de Biafra. Elle décrit le potentiel pétrolier et gazier de cet espace et analyse les déterminants des conflits frontaliers maritimes que l’on y a enregistré. Il en ressort que la présence des hydrocarbures a été au cœur des dynamiques de territorialisation des espaces maritimes nationaux dans la baie de Biafra. Avant les années 2000, la dynamique conflictuelle autour des hydrocarbures dans cet espace était liée à la faible territorialisation des espaces maritimes, en raison notamment du chevauchement des plateaux continentaux, de la configuration générale des côtes nationales (concavité, infléchissements et présence d’îles). La découverte des ressources dans les espaces disputés y a ouvert la boite de Pandore des conflits frontaliers. Attisés par des multinationales pétrolières, des grandes puissances et des régimes prédateurs locaux, ces conflits se sont manifestés dans un spectre allant de la bataille juridique à la guerre, en passant par les incursions et incidents divers.

7La seconde partie de cet article traite de la période qui va de 2001 à 2023. Il en ressort qu’en dépit de difficultés dans la délimitation des espaces maritimes nationaux, les ressources énergétiques, objets conflictuels, sont devenues des facteurs de coopération transnationale et un enjeu de stabilisation des espaces maritimes nationaux. Le processus de territorialisation des espaces maritimes de la baie de Biafra a ouvert des fenêtres d’opportunités qui aboutissent à la signature d’accords sur les zones conjointes de développement, en attendant la signature d’un accord définitif. Cette dynamique coopérative est également influencée par le contexte international, la géographie des ressources et les considérations économiques. Par ailleurs, les multinationales pétrolières, qui étaient accusées d’exacerber les tensions entre des pays producteurs de pétrole de la baie de Biafra, encouragent de plus en plus la signature de traités sur l’exploitation conjointe de champs pétroliers et gaziers transfrontaliers. Enfin, les problèmes sécuritaires, au premier rang desquels la piraterie maritime, ont contraint les États de la sous-région à coopérer et à mettre en place des réponses intégrées pour sécuriser leurs intérêts en mer.

Ressources frontalières et conflits maritimes dans la baie de Biafra : un état des lieux

8L’on distingue généralement trois types de conflits frontaliers. D’abord les conflits de position dans lesquels les parties ont une interprétation divergente du tracé. Ensuite, les conflits territoriaux qui découlent des revendications rivales sur des espaces régionaux. Enfin, les conflits fonctionnels qui naissent de l’exploitation antagoniste des espaces limitrophes et de leurs ressources (Brunet-Jailly, 2015). Les conflits frontaliers maritimes de la Baie de Biafra appartiennent à ces trois catégories.

La Baie de Biafra : un émirat pétrolier en déclin

  • 1 Federal Republic of Nigeria, Counter-Memorial of the Federal Republic of Nigeria, International Cou (...)

9La baie de Biafra, encore appelée baie de Bonny, est une baie de l’océan Atlantique. Elle est située en Afrique occidentale, à l’angle nord-est du golfe de Guinée et s’étend de l’embouchure du fleuve Niger (Nigeria), au cap Lopez (Gabon)1. Elle comprend le sud-est du Nigeria, les façades maritimes du Cameroun et de la Guinée Equatoriale et le nord-ouest du Gabon. Les principaux ports de la baie de Biafra sont : Malabo et Bata (Guinée Equatoriale), Port Harcourt et Calabar (Nigeria), Douala (Cameroun), Libreville et Port-Gentil (Gabon). La baie de Biafra a toujours été un lieu d’échanges. Le port de Biafra, par exemple, était un haut lieu du trafic des esclaves entre le XVIIe et XVIIIe siècles (Fanchette, 2006).

10La baie de Biafra est, avec la baie du Bénin, l’une des deux baies du Golfe de Guinée, espace que l’on considère parfois comme la « seconde province mondiale en matière d’énergie, après le Moyen Orient » (Bassou, 2014). On y trouve, entre autres, la péninsule de Bakassi et ses importantes réserves en pétrole et gaz naturel (De Koning 2008). Tous les pays ayant en partage la baie de Biafra sont producteurs de pétrole. Le Cameroun fait figure de nain aux côtés du Nigeria, un producteur majeur, et du Gabon et de la Guinée Equatoriale que l’on classe parmi les producteurs significatifs (Favennec, Copinschi, 2003). En 2004, les réserves de São Tomé et Príncipe étaient estimées à 4 milliards de barils. Mais à ce jour, aucune découverte commerciale n’a été mise en valeur, même pas dans la Zone de développement conjoint avec le Nigeria, bien que les deux pays perçoivent de TotalEnergies et Esso des droits locatifs de concession (NEITI, 2022). En revanche, le Cameroun et le Gabon font partie des « vieux pays pétroliers à la production en déclin », alors qu’en Guinée équatoriale et São Tomé, la production pétrolière est récente (Rosellini, 2005).

Tableau 1 : Réserves pétrolières et gazières prouvées dans la baie de Biafra en 2022

Pays

Réserves pétrolières (en millions de barils)

Réserves gazières (en milliards de m3)

Gabon

2 000

26

Guinée équatoriale

1 100

39

Nigeria

36 967

5913

Source : Organization of the Petroleum Exporting Countries, 2020 OPEC Annual Statistical Bulletin, 58th Edition, p. 10.

11En décembre 2020, les réserves d’huile restantes dans les concessions et les aires exclusives d’exploitation étaient estimées à 309,97 millions de barils et celles de gaz à 179,81 milliards de m3. Mais 8,56 millions de barils avaient été mis en évidence à la suite de nouveaux forages (Comité ITIE/Cameroun, 2022).

Graphe 1 : Production de pétrole et de gaz au Cameroun entre 2007 et 2023

Graphe 1 : Production de pétrole et de gaz au Cameroun entre 2007 et 2023

Source : Rapports annuels de la SNH entre 2007 et 2023, disponibles à https://www.snh.cm/​index.php/​fr/​publications/​rapport-annuel, consultés le 29 novembre 2023.

  • 2 Ces chiffres proviennent des Rapports de production annuels de la SNH.

Les données de 2023 ne concernent que le premier semestre. Ces hydrocarbures ont généré entre 2007 et 2023 près de 8 000 milliards de FCFA, y compris les impôts sur les sociétés et les taxes diverses et hormis les revenus générés par le pipeline Tchad-Cameroun2.

12En plus des ressources pétrolières et gazières, la baie de Biafra est riche en ressources halieutiques, notamment en raison d’une situation particulière au tréfonds du Golfe de Guinée, où les courants chauds de Guinée, appelés Aya Efiat en efik, rencontrent les courants froids du Benguela, que les populations efik appellent Aya Ubenekang (Udeoji, 2013). La principale activité économique des populations vivant dans les îles ou les criques est la pêche artisanale. La production de poisson fumé est essentiellement écoulée vers les marchés nigérians. La péninsule de Bakassi, particulièrement, est également riche en ressources sylvicoles, très demandées au Nigeria pour l’ameublement et la menuiserie (De Koning, 2008). Le palétuvier rouge est exploité comme bois de fumage de poissons. Cette essence forestière est aussi utilisée pour teinter les filets de pêche et pour construire les maisons d’habitation dans les zones marécageuses.

Ces différentes ressources ont longtemps été l’objet des disputes maritimes entre les pays de la baie de Biafra.

Etiologie des conflits liés aux hydrocarbures dans la baie de Biafra

13Deux cas de figure permettent de rendre compte du lien entre la découverte du pétrole et la conflictualité des espaces frontaliers : soit la zone était conflictuelle avant la découverte du pétrole, mais le conflit s’est aggravé après la découverte de cette ressource, soit l’espace considéré était sans véritable enjeu pour les Etats, mais était devenu stratégique avec la découverte du pétrole (Baye, 2010). Il faut cependant noter que les conflits frontaliers maritimes dont il est question ici sont liés à un enchevêtrement de facteurs. Dès lors, il convient de trouver le juste milieu entre une lecture essentiellement matérialiste de ces conflits, dans laquelle la rationalité économique des acteurs prime, et une lecture qui ne verrait en ces conflits que l’expression de la seule volonté d’étendre le territoire de l’Etat (Hugon, 2001). Les conflits frontaliers maritimes dans la baie de Biafra ont historiquement et principalement été liés à la faible délimitation des frontières, à la découverte des réserves en hydrocarbures et au rôle trouble des multinationales pétrolières.

14En effet, comme la plupart des conflits frontaliers en Afrique, les conflits frontaliers maritimes dans la Baie de Biafra sont liés à des rivalités pour le contrôle de ressources vitales situées aux marges des États (Mbembe, 2005). Parce que la géologie ne s’embarrasse pas de considérations relatives aux frontières internationales, de nombreux gisements d’hydrocarbures et autres ressources minières stratégiques se retrouvent très souvent de part et d’autre des limites internationales, rendant ainsi difficile l’exercice de certaines fonctions de la frontière, notamment celle liée à la souveraineté, à la fiscalité et à la répartition des compétences. Très souvent, ces conflits territoriaux maritimes découlent soit d’une absence de délimitation claire de la frontière, soit du caractère fugace et fluide des gisements transfrontaliers de pétrole et de gaz (Blake et Swarbrick, 1998). Dans la baie de Biafra, la présence de ressources pétrolières et gazières dans des espaces revendiqués par plusieurs Etats complique les dynamiques de délimitation de leurs espaces maritimes respectifs et alimente les conflits territoriaux sur des îles et territoires réputés riches en pétrole et en gaz (Marshall, 2014).

  • 3 République du Cameroun, Mémoire de la République du Cameroun, Cour Internationale de Justice, Affai (...)
  • 4 Dans les faits, la politique étrangère du Nigeria a longtemps été modérée, du moins jusqu’à l’arriv (...)
  • 5 Cellule des questions frontalières du ministère camerounais de l’Administration territoriale (CQF), (...)

15D’ailleurs, les premières tensions frontalières dans la baie de Biafra sont liées au pétrole. Dans les années 1960 et dans la première moitié des années 1970, les indices croissants de présence d’importantes réserves d’hydrocarbures avaient été révélés dans les fonds marins au large du Rio del Rey et des estuaires des rivières Cross River, Calabar et Akwayafe. Le début des travaux de prospection par les compagnies pétrolières au Cameroun et au Nigeria avait donné lieu à des protestations mutuelles contre la violation de leur frontière maritime. Ces tensions avaient été exacerbées par le quadruplement du prix du pétrole dès 19733. Si l’occupation militaire de la péninsule camerounaise de Bakassi par le Nigeria a une causalité combinatoire qui intègre des rivalités pour le contrôle de ressources vitales (Nwokolo, 2020), la brutalité de gendarmes camerounais (Omede, 2006), la question stratégique de l’accès au port de Calabar (Sébille-Lopez, 2005), l’irrédentisme des populations majoritairement efik de la péninsule de Bakassi (Ogen, 2010), le cynisme du dictateur Sani Abacha (Okoi, 2016) ou la volonté de puissance des autorités nigérianes4, l’enjeu des tensions entre le Cameroun et le Nigeria sur la péninsule de Bakassi est principalement pétrolier, malgré les déclarations initiales des autorités nigérianes. En tout cas, pour les autorités camerounaises, l’enjeu du conflit ne faisait pas de doute. Dès les années 1980, elles avaient été prévenues du fait que le gouvernement militaire fédéral du Nigeria envisageait de lancer l’exploitation de deux puits de pétrole situés en territoire camerounais, dans le département du Ndian5. L’enjeu pétrolier de ce conflit est également manifeste dans la déclaration de certaines autorités nigérianes à la suite de l’Arrêt de la CIJ. Malgré la « victoire du Cameroun », au Nigeria, l’on tendait à relativiser la défaite par le gain des ressources pétrolières comme l’indique Richard Akinjide, l’un des co-agents du Nigeria à la CIJ dans le cadre de l’Affaire de la frontière terrestre et maritime entre son pays et le Cameroun : « Les gens ne parlent que de Bakassi, oubliant que la section atlantique, où se trouve le pétrole, nous l’avons gagnée à cent pour cent... Je tiens à dire catégoriquement : nous avons gagné plus de cet Arrêt que ce que nous avons perdu ». Le directeur des frontières internationales à la Commission nationale des frontières du Nigeria, Alhaji Sadiq Marafa Diggi, abondait dans le même sens : « À ma connaissance, le Nigeria a gagné. Nous avons pu sauver tous nos puits de pétrole, y compris ceux revendiqués par le Cameroun » (Ogen, 2010).

16En dehors de la frontière maritime entre le Cameroun et le Nigeria, la découverte des hydrocarbures en Guinée Equatoriale a récemment rouvert la boite de Pandore des conflits frontaliers dans la baie de Biafra (Roitman, Roso, 2001). En effet, le tournant pétrolier des années 1990 et la richesse pétrolière qui en découla ont donné à la Guinée Equatoriale une volonté de puissance sous-régionale et motivé un irrédentisme frontalier (Ewangue, 2009). Pour ce pays, l’enjeu frontalier maritime est intimement lié à l’enjeu pétrolier, qu’il s’agisse des conflits avec le Cameroun, São Tomé et Príncipe ou le Gabon. Avec ce dernier pays, par exemple, le conflit frontalier au sujet des îles de Mbanié, Conga et Cocotiers date des années 1970. Les tensions entre les deux pays se sont exacerbées ces dernières décennies en raison de la découverte des hydrocarbures dans la région, dans un contexte de faible territorialisation des espaces maritimes.

  • 6 À ce jour, les frontières maritimes de la Guinée Equatoriale avec le Cameroun, Gabon et São Tomé et (...)

17Au-delà des conflits liés aux rivalités pour l’accès aux ressources en hydrocarbures, les conflits que l’on a enregistrés dans la Baie de Biafra jusqu’au début des années 2000 étaient liés à la faible démarcation des espaces maritimes concernés. En effet, l’absence de délimitation des frontières maritimes est traditionnellement considérée en géographie politique comme source de conflit frontalier (Minghi, 2011). Les dynamiques conflictuelles que l’on a observées dans la baie de Biafra entre 1960 et les années 2000 n’échappent pas à cette logique. En effet, jusque dans les années 2000, les frontières maritimes y étaient faiblement délimitées6.

18Entre le Cameroun et le Nigeria, par exemple, la frontière maritime était définie par un traité anglo-allemand du 11 mars 1913. Dès 1962, des négociations bilatérales avaient permis la signature d’un accord en juin 1971. Cet accord fut remis en question par le Nigeria, moins d’un an plus tard, au motif qu’il ne respecterait pas l’article 12 de la Convention de Genève sur la mer territoriale et la zone contiguë et n’aurait pas suffisamment pris en compte les détails topographiques. Même la rencontre entre les présidents Ahmadou Ahidjo (Cameroun) et Yakubu Gowon (Nigeria), d’août 1972 à Garoua, ne put aplanir les divergences entre les deux pays. Les tensions et l’urgence de déterminer clairement la frontière maritime entre les deux pays étaient dues aux convoitises du pétrole découvert dans la zone et dont les prix avaient quadruplé en 1973 (Sumo Tayo, 2017).

  • 7 République du Cameroun, Mémoire de la République du Cameroun, p. 522.

19Pour éviter l’escalade, une rencontre entre les deux chefs d’Etats eut lieu du 30 août au 1er septembre 1973 à Kano dans le nord du Nigeria. Il y fut décidé d’une solution temporaire garantissant une zone tampon de 4 km de part et d’autre de la frontière, et dans laquelle toute prospection pétrolière était interdite. Un nouvel accord, sur une ligne de compromis, fut trouvé à Maroua (au Cameroun) entre les deux chefs d’Etats, le 1er juin 19757. L’accord de Maroua fut, lui aussi, dénoncé par les nouvelles autorités militaires de Lagos, dès 1978. Ce processus avait culminé avec l’occupation militaire nigériane de la péninsule camerounaise de Bakassi entre décembre 1993 et aout 2008.

  • 8 CQF, “Aide-Mémoire Cour Internationale de Justice. Affaire de la frontière Terrestre et Maritime en (...)

20Pour les autres frontières de la baie de Biafra, la découverte d’importants gisements offshores et l’entrée en vigueur la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer vont accroître l’importance des zones économiques exclusives et nourrir l’intérêt des Etats pour leurs frontières maritimes (Bassou, 2014). Des conflits naitront principalement du chevauchement des zones maritimes revendiquées par les différents Etats. En effet, la délimitation des espaces maritimes est compliquée par le chevauchement des plateaux continentaux, notamment ceux du Cameroun, du Nigeria et de la Guinée Equatoriale. La concavité des côtes camerounaises, l’infléchissement des côtes nigérianes à partir d’Akasso et la présence de l’île de Bioko, par exemple, interdisaient de fait aux trois pays de prétendre au prolongement naturel de leurs territoires respectifs. Dans ce contexte, les Etats ne s’accordent pas toujours sur le principe à choisir pour résoudre ce problème classique des Etats dont les côtes sont adjacentes : principe d’équidistance, solution équitable ou basée sur la pratique des Etats en matière de concession pétrolière8.

Carte 1 : frontières maritimes et hydrocarbures dans la baie de Biafra

Carte 1 : frontières maritimes et hydrocarbures dans la baie de Biafra

21La faible délimitation des espaces maritimes qui en découle a longtemps été source de conflits. Cette situation a parfois été rendue complexe par le rôle trouble des multinationales pétrolières. La littérature sur les ressources naturelles et les conflits présente généralement les rivalités entre grandes puissances pour s’assurer le contrôle de matières premières stratégiques comme une menace à la sécurité globale (Peters, 2004). Il est arrivé que des Etats aillent en guerre pour assurer leur autosuffisance économique et leur ravitaillement en ressources stratégiques (Le Billon, 2004). Dans la baie de Biafra, la guerre du Biafra, qui fit près de 2 millions de morts, est parfois perçue comme un conflit pétrolier entre le Royaume-Uni et la France par alliés africains interposés (Mafféi, 2021).

  • 9 Ces données ont été actualisées grâce aux rapports ITIE 2021 du Gabon et du Nigeria, ainsi que le r (...)

22Aux côtés des grandes puissances, des multinationales sont accusées d’exacerber les tensions entre des pays producteurs de pétrole de la baie de Biafra. D’ailleurs, les conflits maritimes que l’on a enregistrés dans cet espace apparaissent à bien des égards comme une « bataille entre les majors pétrolières internationales » (Roitman, Roso, 2001). En tout cas, ces compagnies ont joué un rôle important dans les batailles judiciaires, en payant les honoraires d’avocats, par exemple (Ewangue, 2009). Il s’agit des compagnies nationales telles que la Société Nationale d’Hydrocarbures (SNH) au Cameroun ou la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC). Il s’agit également de multinationales pétrolières américaines (ExxonMobil, Chevron, Noble Energy Assala Gabon, Kosmos Energy, par exemple), britanniques (Glencore, Gaz du Cameroun, New Âge et Tullow Oil), anglo-néerlandaise (Shell), franco-britannique (Perenco), française (TotalEnergies), japonaises (Japan National Oil Company), canadienne (Heritage Oil), chinoises (Addax Petroleum, Chinese National Petroleum Corporation et China National Offshore), italiennes (Azienda generale italiana petroli, AGIP) russe (Lukoil), indienne (Oil India Limited), sud-coréenne (Korean National Oil Company, KNOC), malaisienne (Petronas) ; norvégienne (Panoro Energy) et indonésienne (Pertamina à travers sa filiale gabonaise Maurel et Prom). Au Nigeria, sur la soixantaine de compagnies pétrolières, plus de la moitié sont des compagnies locales. Des compagnies à l’instar de Sahara Energy et de Solgas Petroleum se partagent 15 % de la production totale du pays (Ntuda Ebodé, 2004)9. Certaines de ces multinationales à l’instar d’Addax, de Perenco ou de Glencore, sont présentes dans plusieurs pays de la Baie de Biafra. La major américaine Chevron exploite le champ pétrolier de Yoyo qui appartient au bloc Douala-Kribi-Campo (DKC) au Cameroun et le champ de Yolanda qui appartient au bloc 1 en Guinée Equatoriale, les deux étant contigus par ailleurs. Du fait du dynamisme de la diplomatie pétrolière américaine, des compagnies telles que Chevron, Mobil, par exemple ont été impliquées dans les conflits frontaliers maritimes jusqu’au début des années 2000. Depuis, elles sont au cœur des dynamiques de coopération transfrontalières dans la baie de Biafra.

23L’intérêt de cet espace pour les grandes puissances et les multinationales pétrolières découle à la fois de la découverte des ressources, mais également de la volonté de diversifier leurs sources de ravitaillement, dans un contexte d’instabilité au Moyen-Orient. La situation a également à voir avec la hausse de la demande mondiale en pétrole, liée elle-même à la croissance des économies chinoise et indienne. On peut également ajouter la qualité du brut produit dans la région, la situation offshore des puits qui les met a priori à l’abri des remous politiques, les coûts bas des transports, et la faible empreinte écologique (Ondo Mañe, 2005). Cet intérêt pour la baie de Biafra s’explique également par la proximité géographique avec l’Europe, ainsi que des avantages juridiques, fiscaux et contractuels accordés aux compagnies pétrolières. En plus, le pétrole est plus facile à produire et de bonne qualité (Favennec, Copinschi, 2003). Le Biafra light est peu sulfureux et fournit des bons rendements en essences et en gazole (Lafargue, 2011). La faible teneur en souffre de ce pétrole en fait un produit adapté aux raffineries des pays de l’OCDE (Rosellini, 2005).

Des frontières chaudes : typologie des conflits maritimes liés aux ressources dans le golfe de Biafra

24Les conflits maritimes liés aux ressources pétrolières dans la baie de Biafra se sont exprimés de plusieurs manières, dans un spectre allant de la bataille juridique à la guerre, en passant par les incursions et incidents divers. Ces conflits ont opposé le Cameroun et le Nigeria, le Cameroun et la Guinée équatoriale, le Nigeria et la Guinée Equatoriale, São Tomé et Príncipe et le Nigeria, le Gabon et la Guinée équatoriale, et São Tomé et Príncipe et la Guinée équatoriale.

Tableau 2 : Les frontières chaudes dans la baie de Biafra

Frontières maritimes

Années

Observations

Cameroun-Nigeria

1963-2007

La frontière maritime entre les deux pays a été définitivement fixée dans le cadre de la mise en œuvre de l’Arrêt de la CIJ, lors de la cinquième session extraordinaire de la commission mixte Cameroun-Nigeria, 11 mai 2007.

Nigeria-São Tomé et Príncipe

2002

Contentieux résolu. À l’époque, Le président Fradique de Menezes, avait dénoncé l’accord sur la zone commune de développement avec le Nigeria, signé par son prédécesseur.

Gabon-Guinée Équatoriale

Depuis 1972

Après l’échec des négociations bilatérales, les deux pays ont signé un compromis, le 15 novembre 2015, pour saisir la CIJ au sujet des îles Mbanie, Conga et Cocotiers.

Guinée Équatoriale-Cameroun

Depuis 1999

Les deux pays ne s’accordent pas sur la délimitation de leurs Zones économiques exclusives respectives

25En effet, jusqu’au début des années 2000, la baie de Biafra a été « le lieu d’intenses batailles juridiques internationales » (Roitman, Roso, 2001). Comme le relève Jean Lucien (Ewangue, 2009), depuis qu’elle est devenue un véritable « émirat pétrolier », la Guinée Equatoriale ‘‘mobilise de plus en plus les ressources juridiques internationales pour résoudre ses conflits territoriaux avec ses voisins”. La Guinée Equatoriale s’est ainsi opposée au Nigeria, entre 1993 et 2001, au sujet d’une concession que le Nigeria avait attribuée à Elf. Cette dernière aurait déplacé les limites du permis qui lui avait été attribué vers le Sud, empiétant ainsi sur la concession que la Guinée équatoriale avait accordée à Meridian International dans ses eaux nationales (Roitman, Roso, 2001).

26Au cours des plaidoiries dans « l’affaire Bakassi » à la CIJ, le Cameroun avait fait savoir à la Cour que sa frontière maritime avec le Nigeria s’étendait jusqu’aux champs pétrolifères traditionnellement revendiqués par la Guinée Equatoriale. En 1999, après avoir été alertée par le Nigeria, la Guinée Equatoriale demanda à intervenir dans l’affaire pour protéger ses droits et intérêts. Le Cameroun interpréta cependant cette démarche, pourtant légitime, comme une trahison car ce pays de la CEMAC semblait faire le jeu du Nigeria (Ewangue, 2009).

  • 10 CQF, Lettre du ministre des Affaires étrangères Simon Nko’o Etoungou, au ministre délégué à la prés (...)
  • 11 CQF, Mémorandum de l’Ambassade des USA à Yaoundé au ministre des Affaires étrangères, non daté.

27Au-delà des batailles juridiques, l’imprécision du tracé des frontières maritimes dans la baie de Biafra fut de nombreuses fois à l’origine d’incidents impliquant parfois des expatriés des sociétés de prospection pétrolière. La 29 octobre 1965 par exemple, un groupe de prospecteurs de la compagnie pétrolière Mobil, titulaire d’un permis de recherche camerounais, avait été arrêté par une patrouille de policiers nigérians dans le Delta de la Cross River10. Cette interpellation faisait suite à un ultimatum des policiers nigérians. Les prospecteurs avaient été sommés de quitter la zone qui, pour les policiers nigérians, était en territoire nigérian. Les autorités camerounaises avaient dû effectuer des démarches auprès de leurs homologues nigérians afin que les passeports confisqués par les policiers nigérians soient restitués11.

28Ces conflits maritimes s’expriment généralement par des désaccords sur le tracé des frontières et sur les principes de délimitation. C’est le cas du conflit entre le Gabon et la Guinée Equatoriale au sujet des îles désertes de Mbanié, Conga et Cocotier. Un conflit frontalier a également opposé la Guinée Equatoriale et Nigeria et São Tomé et Príncipe au sujet d’un permis de recherche qu’avait attribué la Guinée Equatoriale à Elf dans le bloc E, près de l’île de Bioko. En réalité, ce permis empiétait sur les intérêts de Mobil qui détenait alors l’exclusivité des droits de recherche sur le territoire de São Tomé et Príncipe. Un accord a finalement été trouvé entre les deux pays en août 1999. La Guinée Equatoriale a également été en conflit pour la détermination de ses frontières maritimes avec le Cameroun et le Nigeria. En effet, dans les années 1990, United Meridian Company et Mobil Oil avaient découvert le champ de Zafiro. Cette dernière découverte fut à l’origine du conflit frontalier maritime entre la Guinée Equatoriale, le Cameroun et le Nigeria. L’Affaire fut portée à la CIJ (Roitman, Roso, 2001).

  • 12 Source anonyme, Journal des marches et opérations, Rappel des évènements et incidents survenus au N (...)

29Ces conflits maritimes dans la baie de Biafra se sont également manifestés par des incidents multiples entre 1963 et 1997. Des incursions de militaires visaient parfois à empêcher des activités pétrolières. Cela avait été le cas en juin 1977 lorsqu’un patrouilleur nigérian était entré dans les eaux camerounaises à Idabato pour interdire à un bâtiment de Elf de continuer ses recherches12. Les incursions s’accompagnaient très souvent d’enlèvements et de séquestrations d’autorités et de citoyens camerounais par les forces armées nigérianes.

  • 13 Source anonyme, Synthèse mensuelle de renseignement du 3e secteur militaire, mois de mai 1981, 3 ju (...)

30Ces incursions ont parfois entraîné des conséquences dramatiques. Le 16 mai 1981, alors que le président Ahidjo inaugurait la Société Nationale de Raffinerie (SONARA) à Limbe, des éléments de la marine camerounaise, en patrouille dans les eaux territoriales camerounaises, s’étaient rendus sur une plate-forme de recherche pétrolière dans les criques du Rio del Rey pour recharger leurs batteries de transmission, opération qui nécessitait au moins 24 heures. Ayant choisi de passer la nuit sur le continent, les soldats camerounais s’étaient rendus dans un village de la péninsule de Bakassi. Les populations majoritairement nigérianes avaient alors alerté la garnison nigériane la plus proche. Cette dernière tendit une embuscade aux soldats camerounais non loin de l’embouchure du Rio del Rey (Eboua, 1995). La riposte de la patrouille camerounaise fit 5 morts côté nigérian, dont un capitaine, 2 lieutenants et 2 militaires de rang. Côté camerounais, le bilan faisait état d’un blessé13.

  • 14 CIJ, Compromis entre la république gabonaise et la république de guinée équatoriale, notifié à la c (...)

31Ces conflits frontaliers maritimes ont parfois pris la forme d’incursions ayant abouti à la guerre, comme ce fut le cas entre le Cameroun et le Nigeria. En décembre 1993, les troupes nigérianes prirent possession de la péninsule de Bakassi qu’elles occupèrent jusqu’en août 2008. La multiplicité et la diversité des conflits maritimes frontaliers dans la baie de Biafra a fait de cet espace une des zones les plus « chaudes » du continent entre 1963, date des premiers incidents entre le Cameroun et le Nigeria, et 2016, date de la signature du compromis entre le Gabon et la Guinée équatoriale au sujet des îles de Mbanié, Conga et Cocotiers14. Toutefois, depuis le milieu des années 2000, l’on observe une baisse croissante des tensions aux frontières dans cet espace. Cette situation est liée à un changement de paradigme dans la gestion des ressources frontalières et à la multiplication des initiatives de gestion concertée de celles-ci.

Les ressources en hydrocarbures : de l’alibi des conflits aux zones conjointes de développement

32Depuis le milieu des années 2000, l’on observe un changement dans les dynamiques frontalières liées à la présence des ressources pétrolières dans les espaces maritimes disputés dans la baie de Biafra. Plutôt que de se faire la guerre, les Etats privilégient désormais des accords sur les zones conjointes de développement (en Anglais, Joint Development Agreement, JDA). D’ailleurs, à l’échelle mondiale, ces mécanismes sont devenus, depuis la seconde moitié des années 1950, un moyen de prospecter et d’exploiter les hydrocarbures dans les espaces maritimes disputés (Marshall, 2014). Il s’agit de rassurer les investisseurs face au risque d’un contentieux et de permettre une exploitation immédiate des ressources. Dans la baie de Biafra, cette dynamique se manifeste par la multiplication des accords sur les zones de développement conjoint.

Les modalités de l’exploitation conjointe des ressources

33L’on note de plus en plus des initiatives pour une exploitation concertée des ressources frontalières par les Etats. Ces démarches font généralement suite à la signature d’un accord bilatéral ou multilatéral provisoire dans le but d’explorer ou d’exploiter conjointement des hydrocarbures situés au-delà de leurs mers territoriales respectives (Miyoshi, 1999). Ces accords concernent généralement les hydrocarbures, à cause de leur nature fluide, mais aussi la pêche et les autres ressources maritimes non-vivantes (Eze, 2011).

  • 15 Treaty between the Federal Republic of Nigeria and the Democratic Republic of São Tomé and Príncipe (...)

Dans la baie de Biafra, cette démarche permet de « promouvoir une coopération constructive de bon voisinage », un « esprit de coopération, d’amitié et de bonne volonté »15. Concrètement, il s’agit d’accords intergouvernementaux, de nature provisoire et pratique, établis dans le but de permettre une exploration et une exploitation conjointes de ressources pétrolières et gazières dans des espaces disputés par les Etats parties et situés au-delà de leurs eaux territoriales (Miyoshi, 1999). L’idée est de permettre l’exploration et l’exploitation de ces ressources dans des brefs délais.

34Cette dynamique de coopération sur l’exploitation commune des ressources pétrolières a débuté avec le Nigeria et São Tomé et Príncipe en février 2001. Les deux pays avaient convenu de l’exploitation concertée des gisements offshores dans la zone où leurs revendications maritimes respectives se chevauchent. Le Traité instituant cette Zone de développement conjoint délimite la zone de son application et définit les principes devant guider l’exploitation conjointe, dont la répartition des bénéfices et obligations entre le Nigeria et São Tomé et Príncipe, soit 60 % et 40 % respectivement (Sébille-Lopez, 2005). Ce traité d’exploitation commune de ressources pétrolières frontalières avait été signé avant même la délimitation de leur frontière maritime commune16.

  • 17 Treaty between Equatorial Guinea and Nigeria on joint exploration of crude oil, especially at the Z (...)

35Dans le même ordre d’idées, le Nigeria a signé, le 3 avril 2002, un traité avec la Guinée Equatoriale pour l’exploration conjointe des ressources pétrolières dans le bloc Zafiro-Ekanga situé sur la frontière commune17. Deux ans plus tôt, le 23 septembre 2000, les deux pays avaient signé un traité délimitant leur frontière maritime commune. De même, en 2013, le Cameroun et le Nigeria avaient engagé des négociations sur un accord cadre sur l’exploitation conjointe de ces ressources transfrontalières (Ki-moon, 2014). La mise en œuvre de l’Arrêt de la CIJ bloquait au niveau de la péninsule de Bakassi. Selon de Koning et Mbaga (2007), la période transitoire accordée au Nigeria par l’Accord de Greentree aurait eu pour but de permettre à ce pays de continuer l’exploitation du pétrole camerounais pour deux années supplémentaires. Plus récemment, en mars 2023, les présidents camerounais et équato-guinéen ont signé un traité sur l’exploitation conjointe de champs pétroliers et gaziers transfrontaliers entre leurs deux pays.

Cette multiplication des accords sur les zones d’exploitation conjointes dans les eaux de la baie de Biafra est influencée par de nombreux facteurs.

Les déterminants de l’exploitation conjointe des ressources frontalières

36L’essor des initiatives d’exploitation conjointe des ressources frontalières s’explique généralement par des facteurs tels que : l’exigence de coexistence pacifique et de sécurité, les considérations économiques, l’intervention d’une tierce partie, la présence des ressources naturelles, la volonté d’attirer les investisseurs, la nature fluide des ressources pétrolières et halieutiques, les coûts et la durée des procédures contentieuses, la configuration géographique et la préservation de l’unicité du dépôt (Eze, 2011). Dans la baie de Biafra, particulièrement, les dynamiques d’exploitations conjointe sont influencées par la géographie des ressources, la délimitation croissante des espaces maritimes, le contexte international et le rôle clé des acteurs externes.

37En effet, la Convention de Montego Bay, de 1982, donne le droit aux Etats d’exploiter les ressources naturelles dans leurs espaces maritimes. La question de l’octroi des permis d’exploration et d’exploitation est problématique lorsque les frontières ne sont pas clairement délimitées. Les juristes évoquent le principe de nemo dat quod non habet, généralement traduit par « personne ne peut céder une chose qui ne lui appartient pas » (Eze, 2011). Dans un tel contexte, les compagnies pétrolières courent le risque de perdre leurs investissements au cas où un autre Etat réussirait à prouver des droits sur le territoire disputé.

38La dynamique de coopération pour la gestion des ressources frontalières maritimes que l’on observe ces dernières années dans la baie de Biafra est favorisée par le contexte international, notamment le droit international, la pratique des Etats et des incitations diverses des organisations régionales. Le préambule du traité instituant la zone d’exploitation conjointe entre le Nigeria et São Tomé et Príncipe, par exemple, énonce les principes et raisons qui ont motivé sa signature par les Etats contractants, au premier rang desquels le respect du paragraphe 3 de l’article 74 de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer qui fait obligation aux Etats ayant des zones côtières adjacentes ou se faisant face de s’inscrire dans une démarche collaborative en attendant la signature de l’Accord délimitant leurs zones économiques exclusives respectives :

En attendant la conclusion de l’accord visé au paragraphe 1, les États concernés, dans un esprit de compréhension et de coopération, font tout leur possible pour conclure des arrangements provisoires de caractère pratique et pour ne pas compromettre ou entraver pendant cette période de transition la conclusion de l’accord définitif. Les arrangements provisoires sont sans préjudice de la délimitation finale18.

  • 19 CIJ, Plateau continental de la mer du Nord (République fédérale d’Allemagne/Danemark), Opinion indi (...)

39Au-delà de la Convention de Montego Bay, en cas de conflit frontalier maritime, le juge international tend à privilégier ce type de gestion de ressources frontalières, comme l’attestent, par exemple, ses décisions dans l’Affaire du plateau continental de la mer du Nord, dans l’arbitrage entre l’Erythrée et le Yémen et l’opinion individuelle du juge Philip C. Jessup dans le cadre de l’Affaire du plateau continental de la mer du Nord19. De même, le principe de l’exploitation en commun des ressources naturelles est consacré par le règlement d’Helsinki sur le partage d’un bassin fluvial transfrontalier, ainsi que la convention de Genève de 1958 sur la pêche et la conservation de ressources biologiques de la haute mer et le traité sur les principes régissant les activités des États en matière d’exploration et d’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes, du 27 janvier 1967.

40Dans le même ordre d’idées, les accords sur les zones d’exploitation conjointe des ressources frontalières s’imposent de plus en plus dans la pratique des Etats. En témoigne la multiplication de ce type d’accord, notamment entre le Nigeria et São Tomé et Príncipe (2001), le Nigeria et la Guinée Équatoriale (2002), et entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale (2023). Cette dynamique de cogestion des ressources frontalières se manifeste en Afrique depuis les années 1990, par des formes diverses de bio-régionalisme (Fall, 2011 ; Ferreira, 2011). Entre le Cameroun et le Nigeria, par exemple l’une de ces Aires Protégées Transfrontalières (APTF) est le parc Cross River-Korup Takamanda (CRIKOT).

  • 20 Union Africaine, “Déclaration sur le Programme frontière de l’Union Africaine et les modalités de s (...)

41Cette démarche est d’ailleurs encouragée par l’Union Africaine à travers son programme Frontière (PFUA) qui a vocation à prévenir les conflits frontaliers et promouvoir l’intégration régionale grâce à la coopération transfrontalière. En 2007, une déclaration des ministres africains en charge des questions frontalières a encouragé les Etats à adopter une « nouvelle forme de gestion pragmatique des frontières pour promouvoir la paix, la sécurité et la stabilité, mais également pour faciliter l’intégration et le développement durable en Afrique »20. Allant dans le même sens, la Convention de l’Union Africaine sur la coopération transfrontalière, connue sous le nom de Convention de Niamey, a été adoptée en juin 2014, dans le but de promouvoir la coopération transfrontalière aux niveaux régional, sous-régional et local et d’assurer le règlement pacifique des différends frontaliers.

  • 21 Traite instituant la Commission du golfe de Guinée, Libreville, 3 juillet 2001 disponible à https:/ (...)
  • 22 Ibid.

42C’est dans ce sens qu’a été créée la commission du Golfe de Guinée qui a pour objectif, entre autres, de « promouvoir une concertation étroite dans l’exploitation des ressources naturelles du Golfe, en vue d’assurer le développement économique des Etats membres et le bien-être de leurs peuples »21. Ce cadre de concertation a vocation à prévenir, gérer ou régler les conflits liés à la délimitation de leurs frontières communes, notamment lorsque leurs Zones Economiques Exclusives respectives se chevauchent. Il s’agit également de promouvoir la coopération et le développement au sujet des ressources naturelles situées aux limites territoriales22.

43Outre le contexte international, la multiplication d’accords sur les zones d’exploitation conjointes dans les espaces maritimes de la baie de Biafra est également influencée par la géographie des ressources et des considérations économiques liées à la place des recettes pétrolières dans les budgets nationaux, ainsi qu’aux coûts géopolitiques, diplomatiques et surtout micro et macro-économiques de la guerre (Hugon, 2001). La frontière maritime entre le Cameroun et la Guinée Equatoriale, par exemple, n’est pas clairement délimitée. Pourtant, il existe de nombreux blocs pétroliers à cheval sur la frontière. La compagnie britannique Sterling, par exemple, dispose d’un permis dans le bloc dénommé Ntem, dans la partie sud-ouest de l’offshore camerounais et qui va au-delà de la frontière avec la Guinée Equatoriale. Dans le même ordre d’idées, le bloc Q équato-guinéen empiète de 20 % sur le bloc camerounais Ntem23. L’exploitation de ces deux blocs n’est économiquement viable que si les réserves voisines du Cameroun et de la Guinée Equatoriale sont mises ensemble24. En effet, le développement conjoint des réserves mitoyennes de Yoyo (Cameroun) et Yolanda (Guinée Equatoriale) permettrait d’approvisionner le train de liquéfaction équato-guinéen de Bioko25. En retour, le Cameroun devrait recevoir du gaz de pétrole liquéfié pour ses besoins domestiques ainsi qu’une partie des revenus de l’exploitation du gaz des deux réserves26.

44En plus de la complémentarité des ressources situées de part et d’autre des frontières maritimes nationales, les dynamiques de gestion conjointe des ressources par les Etats de la baie de Biafra est liée au coût économique des contentieux et à la place des recettes pétrolières dans les budgets et dans la géopolitique régionale. Au Nigeria, par exemple, le pétrole représente 80 % des exportations. En plus, c’est principalement grâce aux recettes pétrolières que l’Etat fonctionne, paie ses fonctionnaires et finance ses investissements. En outre, le pétrole est un outil de puissance du Nigeria qui utilise la « diplomatie du baril » pour mener à bien son agenda diplomatique et géopolitique (Augé, 2015). La situation n’est pas fondamentalement différente au Gabon dont le système de gouvernement a longtemps été fondé sur les ressources pétrolières. La stagnation de la production pétrolière nationale, à partir de la fin des années 1990, constitue une menace pour l’Etat rentier et les stratégies de survie du régime Bongo (Atenga, 2003), dont le fils a succédé au père à la tête du pays. Le Gabon ne compte plus que sur d’éventuels gisement offshores pour continuer à vivre du pétrole. Il en est de même du Cameroun qui après avoir connu une euphorie pétrolière entre 1960 et 1975, avec un taux de croissance annuel de 4 % par an (Chauvin, 2012), a vu ses recettes pétrolières décliner en raison de l’épuisement des réserves de certains champs matures. Toutefois le pétrole et le gaz contribuent encore pour 45 % au budget national (Saha et Moussa, 2021).

45Confrontés à une crise économique devenue endémique, la plupart des pays de la baie de Biafra préfère exploiter conjointement et immédiatement les ressources situées dans leurs espaces maritimes contestés, plutôt que de s’engager dans des contentieux longs et couteux. Le recours à des mécanismes d’exploitation conjointe des ressources frontalières s’explique ainsi par les contraintes temporelles et le coût financier du recours aux solutions juridiques telles que la CIJ. En effet, le recours à cet organe judiciaire des Nations Unies a certes de nombreux avantages, mais cette solution présente l’inconvénient de sa durée et de son coût non négligeable (Foucher, 2014). L’Affaire de la frontière terrestre et maritime entre le Cameroun et Nigeria, par exemple, a duré huit ans, de la Requête introductive d’instance, le 29 mars 1994, à l’Arrêt de la Cour, le 10 octobre 2002. Le recours aux accords provisoires pour une exploitations conjointe des ressources dans les espaces disputés apparait alors comme un moyen de concilier les impératifs urgents de développement et la souveraineté de l’Etat. Il s’agit de mobiliser l’option diplomatique bilatérale et de négocier un compromis provisoire. Cette démarche a été favorisée par les fenêtres d’opportunités ouvertes par la dynamique de territorialisation croissante des espaces maritimes dans la baie de Biafra.

46En effet, la dynamique de gestion concertée des ressources frontalières maritimes que l’on observe ces dernières années dans la baie de Biafra n’est pas étrangère au processus global de territorialisation des océans liée à l’extension des principes de délimitation terrestre en milieu maritime. En effet, depuis la signature de la Convention de Montego Bay, l’on note à l’échelle globale une forte territorialisation des espaces maritimes autrefois considérés comme res nullus (Debray, 2013). Dans la baie de Biafra, jusque dans les années 1990, la territorialisation des espaces maritimes a été figée dans la plupart des Etats à 3 miles (Ougoulat Roboti, 2002). Après plusieurs décennies d’atermoiements, la délimitation des frontières maritimes a pris la forme d’une course contre la montre au début des années 2000.

  • 27 Treaty between the Federal Republic of Nigeria and the Republic of Equatorial Guinea concerning the (...)
  • 28 Communiqué adopté lors de la cinquième session extraordinaire de la commission mixte Cameroun-Niger (...)
  • 29 Entretien avec Richard Foyet, Chef cellule des questions frontalières au ministère de l’Administrat (...)

47Comme partout sur le continent, les Etat de la baie de Biafra ont engagé des négociations bilatérales pour délimiter ou préciser leurs frontières maritimes. En septembre 2000, le Nigeria et la Guinée Equatoriale ont établi partiellement leur frontière maritime commune27. De même, le Cameroun et le Nigeria sont parvenus à un accord sur leur frontière maritime commune le 11 mai 200728. Dans le même ordre d’idées, le Cameroun et la Guinée Equatoriale ont mis en place, dès 2006, un comité ad hoc sur la délimitation de leur frontière maritime commune. Les experts des deux pays ont reçu mission de parvenir à une délimitation consensuelle sur la base des prescriptions des deux chefs d’Etats et de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer en vertu de laquelle la délimitation des frontières maritimes d’Etats ayant des côtes adjacentes ou se faisant face devait être effectuée par voie d’accord et aboutir à une solution équitable. Ces négociations n’ont pas encore abouti. Le processus semble bloqué à cause de la présence de gros investissements et de plates-formes pétrolières exploitées par la Guinée Equatoriale29. Mais le début des négociations sur la frontière maritime entre les deux pays a ouvert une fenêtre pour une exploitation concertée des ressources en attendant la signature d’un accord définitif et qui prend en compte le caractère transfrontalier de ces ressources.

48À quelques exceptions, ces pays privilégient, en outre, les solutions bilatérales à leurs disputes frontalières maritimes. Même le Gabon et la Guinée Equatoriale se sont accordés pour une médiation des Nations Unies au sujet de leur dispute autour des deux îles dans la baie de Corisco (Donaldson et Pratt, 2005). La signature des accords de gestion conjointe des ressources remet en question la lecture déterministe et le caractère immuable des rivalités stratégiques et maritimes liés à la présence des ressources dans les zones économiques exclusives. Elle permet également de mettre en perspective le rôle joué par les multinationales pétrolières dans les dynamiques conflictuelles au sujet des ressources naturelles. La signature des accords sur les zones de gestion conjointes des hydrocarbures dans la baie de Biafra se fait sous la pression des compagnies pétrolières.

En effet, les intérêts des acteurs nationaux et transnationaux du secteur pétrolier peuvent les pousser à s’accorder sur des modalités de gestion des flux et des options pouvant impacter positivement des dynamiques conflictuelles (Dunning et Wirpsa, 2004). Dans la baie de Biafra, la dynamique de gestion conjointe des ressources frontalières s’est enclenchée sous la pression des compagnies pétrolières et gazières. Pour le cas spécifique de la coopération entre le Cameroun et le Nigeria, les Nations Unies ont assuré la médiation.

49La signature de l’accord sur la zone d’exploitation conjointe entre le Nigeria et São Tomé et Príncipe (2001) a été encouragée par des multinationales pétrolières dont Total, Chevron Texaco et ExxonMobil. Dans le même ordre d’idées, le traité sur l’exploitation conjointe de champs pétroliers et gaziers transfrontaliers entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale (2023) a été facilitée par la multinationale pétrolière américaine Chevron qui avait acquis, en 2020, les blocs camerounais de Yoyo et équato-guinéen de Yolanda. La presse spécialisée était sceptique au moment de cette acquisition : « le pari […] d’explorer des deux côtés de la frontière entre le Cameroun et la Guinée Equatoriale est cependant risqué car les deux pays ne se sont jamais accordés sur son tracé »30. Pourtant, sous la houlette de Chevron, les deux pays sont parvenus à un accord, le 17 mars 2023, avant même la fixation définitive de leur frontière maritime.

  • 31 Report of the twenty-third meeting of the Follow-up committee on the implementation of the Greentre (...)

50Sur la frontière Cameroun-Nigeria, la dynamique de gestion concertée des ressources frontalières maritimes a été enclenchée par la commission mixte Cameroun-Nigeria, un mécanisme de diplomatie préventive mise en place par les deux pays au cours du Sommet de Genève du 15 novembre 2002, avec le soutien des Nations Unies dans le but d’assurer la mise en œuvre de l’Arrêt de la Cour Internationale de justice du 10 octobre 2002 sur l’Affaire de la frontière terrestre et maritime entre les deux pays. Cette instance avait pour but, entre autres, la formulation des recommandations pour les mesures pour restaurer la confiance en vue d’une coopération transfrontalière fructueuse. C’est ainsi qu’elle avait recommandé, dès mars 2011, le développement d’une coopération transfrontalière entre les deux pays en vue d’une exploitation concertée des réserves pétrolières situées à cheval sur leur frontière commune (Ki-moon, 2014). À ce jour, un protocole d’accord pour l’exploration et l’exploitation conjointe des hydrocarbures situés à cheval sur leur frontière maritime commune a été signé lors du sommet de Genève, du 15 novembre 200231.

La sécurisation des ressources

51La dynamique de coopération entre les Etats de la baie de Biafra a également trait à la sécurisation de leurs intérêts en mer, en particulier les installations pétrolières. En effet cet espace est confronté à de nombreux problèmes de sécurité : piraterie maritime, trafic de stupéfiants, immigration clandestine, trafic d’armes et de munitions, pêche illégale, etc. L’historicisation des actions de groupes de pirates opérant dans la péninsule de Bakassi met en évidence leur caractère dynamique. Aux attaques de cibles militaires ont succédé les attaques de banques et des administrations publiques, les prises d’otages et le racket des commerçants.

  • 32 La Nouvelle Expression, n° 2133 du vendredi, 21 décembre 2007.
  • 33 Cameroon-Tribune, n° 9193/5392 du lundi 29 septembre 2008.
  • 34 Maritime Information Cooperation and Awareness Center, Surêté des espaces maritimes, Bilan annuel 2 (...)

52Entre 2007 et 2009, plusieurs villes portuaires de la baie de Biafra avaient été attaquées par des brigands venus de mer. Le 5 décembre 2007, par exemple, des individus venus de mer avaient attaqué une banque à Bata en Guinée Equatoriale32. Entre 2007 et 2009, trois grandes villes portuaires camerounaises ont été la cible d’attaques d’assaillants venus de mer. La plus importante d’entre elles eut lieu dans la nuit du 27 au 28 septembre 2008 à Limbé. Ce jour-là, un groupe dont l’effectif était estimé entre 20 et 30 personnes, à bord de 3 embarcations, avait attaqué 4 banques et des infrastructures administratives33. Le bilan fait état d’au moins 250 millions de FCFA emportés ou détruits par la dynamite utilisée par les assaillants. Mais le mode d’action classique des pirates consiste en la prise d’otages avec demandes de rançons. À titre d’exemple, dans la nuit du 28 au 29 août 2008 les pirates avaient enlevé dix employés du groupe Bourdon, un sous-traitant de Total, au large des côtes camerounaises. En 2022 sur les 32 incidents que l’on avait enregistrés dans le Golfe de Guinée, 5 avaient eu lieu dans la baie de Biafra (3 en Guinée Equatoriale et 2 au Nigeria). Il s’agissait, pour la Guinée Equatoriale, d’attaques manquées contre des navires de la marine marchande34.

53La piraterie et le brigandage maritimes constituent des défis majeurs pour des Etats dont les recettes budgétaires proviennent en grande partie des activités portuaires et des revenus tirés de l’exploitation pétrolière. Le caractère transnational de ces menaces fait de la baie de Biafra un complexe de sécurité tel que l’entend Barry (Buzan, 1991). Ces problèmes sécuritaires ont contraint les Etats de la baie de Biafra à coopérer et à mettre en place des réponses intégrées pour sécuriser leurs espaces maritimes. La mise en place de ces stratégies régionales fut une demande de la communauté internationale, notamment du Conseil de sécurité des Nations unies à travers ses résolutions 2018 et 2039 prises respectivement en 2011 et en 2012 (Fanchette, 2006).

54Ce multilatéralisme sécuritaire s’opérationnalise, par exemple, à travers l’« architecture de Yaoundé », un mécanisme interrégional de sécurité maritime mis en place au cours du Sommet sur la sûreté et la sécurité maritimes dans le golfe de Guinée, en juin 2013 dans la capitale camerounaise. Les chefs d’État et de gouvernement de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC), de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de la Commission du golfe de Guinée (CGG) avaient adopté un Code de conduite relatif à la prévention et la répression des actes illicites perpétrés dans l’espace maritime du golfe de Guinée. Ce document définit les modalités d’intervention, le partage des responsabilités et l’organisation pratique de la lutte contre les activités maritimes illicites en Afrique de l’Ouest et du centre. Concrètement, la coordination de la protection des intérêts des Etats en mer et la lutte contre l’insécurité maritime dans une partie de la baie de Biafra est assurée par le Centre multinational de coordination de la Zone D qui comprend le Cameroun, le Gabon, la Guinée Equatoriale et São Tomé et Príncipe. Le Nigeria, pour sa part, fait partie de la Zone E. Cette situation pose le problème de la coordination de la lutte contre l’insécurité dans la baie de Biafra car bien que voisins, les pays appartiennent à deux zones distinctes.

  • 35 Cameroon-Tribune, n° 9811/6012 du mardi 22 mars 2011.

55Des exercices conjoints permettent cependant de corriger ce problème. Sous la houlette de pays tels que les États-Unis, le Danemark, la Norvège, le Maroc et la France, les pays de la sous-région travaillent à l’interopérabilité de leurs forces armées en matière de lutte contre l’insécurité maritime. Les exercices « Obangame Express », par exemple, permettent aux marines de la sous-région de faire des simulations d’attaques de pirates, de situations de kidnapping, de trafic de stupéfiants, par exemple35. En 2016, les marines camerounaises et nigérianes avaient exercé et évalué leurs capacités maritimes à conduire des opérations dans le cadre régional existant. Il s’agissait également d’évaluer leurs capacités opérationnelles à coopérer sur les questions maritimes et de maintien de l’ordre. Cet exercice avait également pour but d’exercer leurs capacités en termes de partage d’informations et de planification opérationnelle. Il était également question de démontrer, d’exercer et évaluer la mise en œuvre des règles juridiques en vigueur pendant les opérations maritimes. L’un des effets positifs des menaces contre les intérêts pétroliers dans la baie de Biafra aura été le rapprochement entre les armées de la sous-région qui, en raison de contentieux territoriaux, terrestres et maritimes, s’étaient parfois opposées.

Conclusion

56Cet article s’est appuyé sur l’exemple des dynamiques frontalières en cours dans la baie de Biafra pour analyser les enjeux de conflit et de coopération autour des ressources pétrolières et gazières maritimes. L’analyse géo-historique de ces dynamiques a permis de montrer que la présence des hydrocarbures a été au cœur des horogénèses dans la baie de Biafra. Cette lecture diachronique a en outre permis de mettre en évidence deux moments qui correspondent à des dynamiques conflictuelles, puis de coopération pour la gestion concertée de ces ressources maritimes. Ainsi, entre 1960 et 2000, la dynamique conflictuelle autour des hydrocarbures dans cet espace était liée à la faible territorialisation des espaces maritimes, en raison notamment du chevauchement des plateaux continentaux, de la configuration générale des côtes nationales (concavité, infléchissements et présence d’îles). La découverte des ressources dans les espaces disputés y a nourri des conflits frontaliers. Attisés par des multinationales pétrolières, des grandes puissances et des régimes prédateurs locaux, ces conflits se sont manifestés dans un spectre allant de la bataille juridique à la guerre, en passant par les incursions et incidents divers.

57Cet article a également montré que depuis le début des années 2000, les Etats de la baie de Biafra développent des mécanismes de gestion partagée des ressources qui étaient, par le passé, des objets de tension. Le processus de territorialisation des espaces maritimes a ouvert des fenêtres d’opportunités qui aboutissent à la signature d’accords sur les zones conjointes de développement, en attendant la signature d’un accord définitif. Cette dynamique coopérative est également influencée par le contexte international, la géographie des ressources et les considérations économiques. Cette coopération autour de ressources se fait par ailleurs sur la pression des compagnies pétrolières et gazières internationales. Les problèmes sécuritaires, au premier rang desquels la piraterie maritime, ont également contraint les Etats de la sous-région à coopérer et à mettre en place des réponses intégrées pour sécuriser leurs espaces maritimes.

58Les dynamiques décrites dans cet article suggèrent que le lien causal qui est généralement établi entre les hydrocarbures et les conflits frontaliers maritimes peut être réducteur. Elles permettent également de mettre en perspective le rôle qui est souvent attribué aux compagnies pétrolières dans les dynamiques conflictuelles qu’on observe généralement dans ces espaces. Ce travail a également permis d’objectiver des dynamiques de dé-fonctionnalisation des frontières internationales qui deviennent de plus en plus des instruments de coopération. Les dynamiques décrites rendent compte des manifestations locales d’une dynamique globale de transformation en profondeur de ces « artefacts politiques » qui servent traditionnellement à dématérialiser des attributions (Amilhat-Szary, 2015).

59Enfin, les dynamiques de coopération autour des ressources de la baie de Biafra permettent de sortir des approches militantes et victimaires de l’historiographie africaine des frontières et des lectures déterministes qui font des frontières des obstacles majeurs au développement, à la coopération internationale et à l’intégration régionale en Afrique.

Haut de page

Bibliographie

Ali, K.-D., Tsamenyi, M., 2013, « Fault lines in maritime security: Analysis of maritime boundary uncertainties in the Gulf of Guinea », African Security Review, vol. 22, n° 3, p. 95-110.

Amilhat-Szary, A.-L. 2015, Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris, Presses Universitaires de France.

Atenga, T., 2003, « Gabon : apprendre à vivre sans pétrole », Politique africaine, vol. 92, n° 4, p. 117-128.

Augé, B., 2015, « Le pétrole au Nigeria, instrument de puissance et miroir d’une fragilité étatique », Hérodote, vol. 159, n° 4, p. 142-154.

Auty, R.M., 1993, Sustaining Development in Mineral Economies: The Resource Curse Thesis, London, Routledge.

Bassou, A., 2014, « La Mer du Golfe de Guinée : Richesses, conflits et insécurité », Paix et Sécurité Internationales, En ligne : https://rodin.uca.es/handle/10498/19528.

Baye, F., 2010, « Implications of the Bakassi conflict resolution for Cameroon », African Journal on Conflict Resolution, En ligne : https://www.ajol.info/index.php/ajcr/article/view/59305.

Blake, G.H., Swarbrick, R.E, 1998, “Hydrocarbons and International Boundaries: A Global Overview”, in Boundaries and Energy: Problems and Prospects 6 (sous la direction de Gerald Blake, Martin Pratt, Clive Schofield, & Janet Broum), London, Kluwer Law International.

Brunnschweiler C. et Bulte, E.H., 2008, “The natural resource curse revisited and revised: A tale of paradoxes and red herrings”, Journal of Environmental Economics and Management, Volume 55, Issue 3, p. 248-264

Buzan, B., 1991, People, States and Fear: An Agenda for International Security Studies in the Post-cold War Era, Brighton, Harvester Wheatsheaf.

Chauvin, S., 2012, « Cameroun : les enjeux de la croissance », In Cameroun : les enjeux de la croissance (sous la direction de Chauvin Sophie), Paris, Agence française de développement, pp. 1-28.

Collier, P., Hoeffler, A., 2004, « Greed and Grievance in Civil War », Oxford Economic Papers, vol. 56, n° 4, p. 563-595.

Comité ITIE (Cameroun), 2022, Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives au Cameroun, Rapport ITIE 2020, disponible à https://eiti.org/sites/default/files/2022-12/Rapport-ITIE-Cameroun-2020-Final.pdf

De Koning, R., 2008, “Bearing Bakassi: local livelihoods and natural resource management under military stalemate”, http://www.c3ed.uvsq.fr/cdgecorev/fr/pdf/t2/Dekoning.pdf

de Koning, R., Mbaga, J., 2007, « Conflits pour les ressources naturelles de la péninsule de Bakassi : du global au local », Écologie & politique, vol. 34, n° 1, p. 93-103.

Debray, R., 2013, Éloge des frontières, Paris, Gallimard.

Donaldson, J. W., Pratt, M., 2005, « Boundary and Territorial Trends in 2004 », Geopolitics, vol. 10, n° 2, p. 398-427.

Dunning, T., Wirpsa, L., 2004, « Oil and the political economy of conflict in Colombia and beyond: a linkages approach », Geopolitics, vol. 9, n° 1, p. 81-108.

Eboua, S., 1995, Ahidjo et la logique du pouvoir, Paris, Editions L’Harmattan.

Ewangue, J-L., 2009, ‘‘Comment la Guinée Equatoriale défend ses frontières et son pétrole” in, Enjeux géopolitiques en Afrique centrale (sous la direction de Ewangue J-L), Paris, l’Harmattan.

Eze, N.C., 2011, “Rethinking Maritime Delimitation and Promoting Joint Development of Petroleum: The Nigeria-SaoTome and Principe Joint Development Model”, [Master Thesis in Law], The Faculty of Graduate Studies, The University of British Columbia. En ligne : https://commons.allard.ubc.ca/theses/52.

Fall, J. J., 2011, « Natural Resources and Transnational Governance », in The Routledge Research Companion to Border Studies (sous la direction de Doris Wastl-Walter), London, Routledge, p. 627-642.

Fanchette, S., 2006, « Le delta du Niger (Nigeria) : rivalités de pouvoir, revendications territoriales et exploitation pétrolière ou les ferments de la violence », Hérodote, vol. 121, n° 2, p. 190-220.

Fatile J.O., Adejuwon K.D., 2012, “Boundary Conflicts and Challenges of Regional Integration in Sub-Saharan Africa: The Case of Nigeria and Cameroun”, Wukari Historical Review, vol. 1 n° 1.

Favennec, J.-P., Copinschi, P., 2003, « Les nouveaux enjeux pétroliers en Afrique », Politique africaine, vol. 89, n° 1, p. 127-148.

Ferreira, S.L.A., 2011, « One Decade of Transfrontier Conservation Areas in Southern Africa », in The Routledge Research Companion to Border Studies (sous la direction de Doris Wastl-Walter), London, Routledge, p. 643-664.

Fletcher, R., 2010, « When environmental issues collide: climate change and the shifting political ecology of hydroelectric Power », Peace Conflict Rev., vol. 5, p. 1-15.

Foucher, M., 2014, Frontières d’Afrique. Pour en finir avec un mythe, Paris, CNRS Éditions.

Gleick, P. H., 1991, « Environment and Security: The Clear Connections », Bulletin of the Atomic Scientists, vol. 47, n° 3, p. 16-21.

Hettne, B., Inotai, A., Sunkel, O. (Éd.), 2000, The New Regionalism and the Future of Security and Development, London, Palgrave Macmillan UK.

Hobbes, T., 1970, Leviathan, Chapitre XIII, Traduction F. Tricaud, Paris, Sirey.

Hugon, P., 2001, « L’économie des conflits en Afrique », Revue internationale et stratégique, vol. 43, n° 3, p. 152-169.

Karl, T.L., 1997, The Paradox of Plenty: Oil Booms and Petro-States, Berkeley, University of California Press.

Ki-moon, B., 2014, « Letter from Ban Ki-moon to Prince Zeid Ra’Ad Zeid Al-Hussein President of the Security Council », En ligne : https://jstor.org/stable/community.29377105.

Lafargue, F., 2011, « Les groupes pétroliers des pays émergents, de nouveaux acteurs économiques et politiques sur la scène internationale », Management & Avenir, vol. 42, n° 2, p. 264-280.

Le Billon, P., 2004, « The Geopolitical Economy of Resource Wars », Geopolitics, vol. 9, p. 1-28.

Mafféi, B., 2021, Les guerres du pétrole. Une histoire alternative des relations internationales au XXe siècle, Genève, Librairie Droz.

Marshall, J. B., 2014, « Joint Development of Offshore Oil and Gas in the Gulf of Guinea: A Case of Energy Security for Nigeria and Cameroon », Journal of Law, Policy, and Globalization, En ligne : https://www.semanticscholar.org/paper/Joint-Development-of-Offshore-Oil-and-Gas-in-the-of-Marshall/2535794a447d955a1519e6d31f1b72765191d0b9.

Mbembe, 2005, « À la lisière du monde. Frontières, territorialité et souveraineté en Afrique », Le territoire est mort vive les territoires. Paris : IDR, p. 47-77.

Minghi, J. V., 2011, « Boundary Studies in Political Geography », in The Structure of Political Geography (sous la direction de Minghi, J.V.), New York, Routledge, p. 140-160.

Miyoshi, M., 1999, The Joint Development of Offshore Oil and Gas in Relation to Maritime Boundary Delimitation, International Boundaries Research Unit, University of Durham.

NEITI. 2022. Nigeria Extractive Industry Transparency Initiative 2020 Oil and Gaz Industry report, 2022, disponible à https://eiti.org/sites/default/files/attachments/neiti_2020_oil_and_gas_report.pdf

Ntuda Ebodé, J.V., 2004, « Les enjeux pétroliers du Golfe de Guinée », Diplomatie, n° 7, pp. 44-47.

Nwokolo, N. N., 2020, « Peace-building or structural violence? Deconstructing the aftermath of Nigeria/Cameroon boundary demarcation », African Security Review, vol. 29, n° 1, p. 41-57.

Ogen, O., 2010, “Borderland Research in the Niger Delta: Theoretical and Methodological Challenges of Conducting Field Studies in the Oil-rich Bakassi Peninsula”, disponible à https://www.researchgate.net/publication/358561378_Borderland_Research_in_the_Niger_Delta_Theoretical_and_Methodological_Challenges_of_Conducting_Field_Studies_in_the_Oil-rich_Bakassi_Peninsula

Okoi, O., 2016, « Why Nations Fight: The Causes of the Nigeria–Cameroon Bakassi Peninsula Conflict », African Security, vol. 9, n° 1, p. 42-65.

Omede, A., 2006, « Nigeria’s Relations with Her Neighbours », Studies of Tribes and Tribals, vol. 4, p. 7-17.

Ondo Mañe, D., 2005, “Emergence of the Gulf of Guinea in the Global Economy: Prospects and Challenges”, IMF Working Paper.

Ougoulat Roboti, A.D., 2002, ‘‘Les richesses maritimes du golfe de guinée : ressources d’un espace stratégique et polémogène”, Enjeux, Bulletin d’Analyses Géopolitiques pour l’Afrique centrale, Yaoundé, n° 12, juillet-septembre, p. 26-28

Pérouse de Montclos, M.-A., 1994, Le Nigeria, Paris, Karthala.

Pérouse de Montclos, M.-A., 2014, « Les fantasmes géopolitiques du pétrole dans les pays en guerre... ou pas », Hérodote, vol. 155, no. 4, p. 9-21.

Peters, S., 2004, « Coercive western energy security strategies: ‘resource wars’ as a new threat to global security », Geopolitics, vol. 9, n° 1, p. 187-212.

Roitman, J., Roso, G., 2001, « Guinée-Équatoriale : être “off-shore” pour rester “national” » (B. Hibou, Trad.), Politique africaine, vol. 81, n° 1, p. 121-142.

Rosellini, C., 2005, « La répartition de la rente pétrolière en Afrique centrale : enjeux et perspectives », Afrique contemporaine, vol. 216, n° 4, p. 125-138.

Sachs, J. D., & Warner, A. M., 1995, Natural Resource Abundance and Economic Growth. National Bureau of Economic Research.

Saha, J. C., Moussa, E. S., 2021, « Impact des variations du prix international du pétrole sur la croissance économique au Cameroun », Revue Congolaise de Gestion, vol. Numéro 31, n° 1, p. 111-150.

Sébille-Lopez, P., 2005, « Les hydrocarbures au Nigeria et la redistribution de la rente pétrolière », Afrique contemporaine, vol. 216, n° 4, p. 157-181.

Serfati, C., Le Billon, P., 2007a, « Mondialisation et conflits de ressources naturelles », Écologie & politique, vol. 34, n° 1, p. 9-14.

Serfati, C., Le Billon, P., 2007b, « Guerres pour les ressources : une face visible de la mondialisation », Écologie & politique, vol. 34, n° 1, p. 15-31.

Spykman, N. J., 1938, « Geography and Foreign Policy, I », American Political Science Review, vol. 32, n° 1, p. 28-50.

SUMO TAYO, A.R., 2017, « Héritage colonial et gestion des conflictualités des frontières internationales du Cameroun », [Thèse de doctorat en Histoire] Université de Yaoundé 1.

Udeoji, A. E., 2013, « The Bakassi Peninsula Zone of Nigeria and Cameroon’: The Politics of History in Contemporary African Border Disputes », International Journal of Social Sciences and Humanities Review, En ligne : https://www.ijsshr.com/journal/index.php/IJSSHR/article/view/88.

Haut de page

Notes

1 Federal Republic of Nigeria, Counter-Memorial of the Federal Republic of Nigeria, International Court of Justice, Case Concerning the Land and Maritime Boundary between Cameroon and Nigeria (Cameroon v. Nigeria), May 1999, p. 21.

2 Ces chiffres proviennent des Rapports de production annuels de la SNH.

3 République du Cameroun, Mémoire de la République du Cameroun, Cour Internationale de Justice, Affaire de la frontière terrestre et maritime entre le Cameroun et le Nigeria, livre 1, 16 mars 1995, p. 133.

4 Dans les faits, la politique étrangère du Nigeria a longtemps été modérée, du moins jusqu’à l’arrivée de Murtala Mohammed en 1975. Les analystes ont noté dès ce moment-là, un certain radicalisme. La manne pétrolière avait entretemps donné au pays des « moyens financiers de puissance » (Pérouse de Montclos, 1994).

5 Cellule des questions frontalières du ministère camerounais de l’Administration territoriale (CQF), Message du gouverneur de la province du Sud-Ouest au ministre de l’Administration territoriale, du 26 janvier 1984.

6 À ce jour, les frontières maritimes de la Guinée Equatoriale avec le Cameroun, Gabon et São Tomé et Príncipe n’ont pas été délimitées.

7 République du Cameroun, Mémoire de la République du Cameroun, p. 522.

8 CQF, “Aide-Mémoire Cour Internationale de Justice. Affaire de la frontière Terrestre et Maritime entre le Cameroun et Nigeria’’, p. 17.

9 Ces données ont été actualisées grâce aux rapports ITIE 2021 du Gabon et du Nigeria, ainsi que le rapport annuel de la Société nationale des hydrocarbures du Cameroun et d’un rapport du ministère équato-guinéen des mines et de l’énergie sur les hydrocarbures et les mines.

10 CQF, Lettre du ministre des Affaires étrangères Simon Nko’o Etoungou, au ministre délégué à la présidence chargé de l’Administration territoriale et de la fonction publique fédérale, du 8 novembre 1965.

11 CQF, Mémorandum de l’Ambassade des USA à Yaoundé au ministre des Affaires étrangères, non daté.

12 Source anonyme, Journal des marches et opérations, Rappel des évènements et incidents survenus au Nigeria et à Bakassi ayant une incidence sur le conflit.

13 Source anonyme, Synthèse mensuelle de renseignement du 3e secteur militaire, mois de mai 1981, 3 juin 1981.

14 CIJ, Compromis entre la république gabonaise et la république de guinée équatoriale, notifié à la cour le 5 mars 2021 par la République de Guinée Équatoriale. Délimitation terrestre et maritime et souveraineté sur des îles (Gabon/Guinée Équatoriale), disponible à https://www.icj-cij.org/sites/default/files/case-related/179/179-20210305-SPE-01-00-FR.pdf consulté le 30 novembre 2023.

15 Treaty between the Federal Republic of Nigeria and the Democratic Republic of São Tomé and Príncipe on the Joint Development of Petroleum and other Resources, in respect of Areas of the Exclusive Economic Zone of the Two States 21 February 2001.

16 http://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/TREATIES/STP-NGA2001.PDF

17 Treaty between Equatorial Guinea and Nigeria on joint exploration of crude oil, especially at the Zafiro-Ekanga Oil Field located at the maritime boundary of both countries (signed 3 April 2002) available at http://www.un.org/Depts/los/LEGISLATIONANDTREATIES/PDFFILES/TREATIES/GNQ-NGA2002ZE.PDF

18 https://www.un.org/depts/los/convention_agreements/texts/unclos/unclos_f.pdf

19 CIJ, Plateau continental de la mer du Nord (République fédérale d’Allemagne/Danemark), Opinion individuelle de M. Jessup, Disponible à https://www.icj-cij.org/sites/default/files/case-related/51/051-19690220-JUD-01-03-FR.pdf consulté le 30 mars 2023.

20 Union Africaine, “Déclaration sur le Programme frontière de l’Union Africaine et les modalités de sa mise en œuvre telles qu’adoptée par la Conférence des ministres africains chargés des questions de frontière, tenue à Addis Abeba (Ethiopie), le 7 Juin 2007, disponible à https://au.int/sites/default/files/pages/37336-file-declaration_sur_le_programme_frontiere.pdf

21 Traite instituant la Commission du golfe de Guinée, Libreville, 3 juillet 2001 disponible à https://faolex.fao.org/docs/pdf/con66430.pdf

22 Ibid.

23 https://www.africaintelligence.fr/afrique-centrale/2006/07/19/noble-a-cheval-sur-la-frontiere,20991267-art consulté le 29 mars 2023.

24 https://www.africaintelligence.fr/afrique-centrale/2022/12/06/biya-et-obiang-en-passe-de-s-accorder-sur-un-pacte-gazier,109870825-art consulté le 29 mars 2023.

25 https://www.africaintelligence.fr/afrique-centrale/2022/11/16/pourquoi-chevron-renonce-a-ceder-ses-actifs-en-guinee-equatoriale-et-au-cameroun,109843508-art consulté le 29 mars 2023.

26 https://www.africaintelligence.fr/afrique-centrale/2022/12/06/biya-et-obiang-en-passe-de-s-accorder-sur-un-pacte-gazier,109870825-art consulté le 29 mars 2023.

27 Treaty between the Federal Republic of Nigeria and the Republic of Equatorial Guinea concerning their maritime boundary, 23 September 2000.

28 Communiqué adopté lors de la cinquième session extraordinaire de la commission mixte Cameroun-Nigeria, Abuja, 11 mai 2007.

29 Entretien avec Richard Foyet, Chef cellule des questions frontalières au ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Yaoundé, 27 novembre 2015.

30 https://www.africaintelligence.fr/afrique-centrale/2006/07/19/noble-a-cheval-sur-la-frontiere,20991267-art consulté le 29 mars 2023.

31 Report of the twenty-third meeting of the Follow-up committee on the implementation of the Greentree Agreement, Geneva, 21-22 October 2013.

32 La Nouvelle Expression, n° 2133 du vendredi, 21 décembre 2007.

33 Cameroon-Tribune, n° 9193/5392 du lundi 29 septembre 2008.

34 Maritime Information Cooperation and Awareness Center, Surêté des espaces maritimes, Bilan annuel 2022, disponible à https://www.mica-center.org/le-rapport-annuel-du-mica-center-2022-est-publie/ consultée le 25 novembre 2023.

35 Cameroon-Tribune, n° 9811/6012 du mardi 22 mars 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphe 1 : Production de pétrole et de gaz au Cameroun entre 2007 et 2023
Crédits Source : Rapports annuels de la SNH entre 2007 et 2023, disponibles à https://www.snh.cm/​index.php/​fr/​publications/​rapport-annuel, consultés le 29 novembre 2023.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11853/img-1.png
Fichier image/png, 57k
Titre Carte 1 : frontières maritimes et hydrocarbures dans la baie de Biafra
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aimé Raoul Sumo Tayo, « Du conflit à la gestion conjointe des ressources : enjeux pétroliers et coopération transfrontalière dans la baie de Biafra »L’Espace Politique [En ligne], 49-50 | 2023-1/2, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11853 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11r63

Haut de page

Auteur

Aimé Raoul Sumo Tayo

Chercheur associé au laboratoire « Observer les Mondes En Recomposition (OMER) » de l’Université de Liège et enseignant invité à l’Université de Maroua.
raoulsumo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search