Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-50Frontières, ressources et espaces...Intégrations régionales et cadre ...Ressources naturelles partagées e...

Frontières, ressources et espaces transfrontaliers dans les Afriques
Intégrations régionales et cadre de la coopération transfrontalière

Ressources naturelles partagées et enjeux de gouvernance transfrontalière en Afrique de l’Ouest

Cas du Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) Kossi-Tominian et du Cadre de concertation transfrontalière (CCT) Dendi-Ganda
Shared natural resources and cross-border governance challenges in West Africa. Case of the Kossi-Tominian Local Cross-border Cooperation Association (LCCA) and the Dendi-Ganda Cross-border Consultation Framework (CCF).
Mohamadou Mountaga Diallo et Bakary Sanou

Résumés

L’analyse s’intéresse à la relation frontières-ressources naturelles partagées prenant en compte le contexte des changements environnementaux dans deux zones transfrontalières situées en Afrique de l’Ouest. La région est fortement concernée aussi bien par la question des frontières que celle des changements climatiques dans un contexte de croissance démographique et de pression sur les ressources naturelles dans les zones frontalières. L’article repose sur la mobilisation de la littérature des border studies et la réalisation de nombreux entretiens semi-directifs auprès de divers acteurs. Ses résultats révèlent que les ressources naturelles constituent des supports de construction de territoires transfrontaliers dans le Kossi (Burkina Faso) - Tominian (Mali) et le Dendi-Ganda (Bénin-Niger-Nigéria) et favorisent la mise en place d’organismes locaux de coopération transfrontalière comme le Groupement local de coopération transfrontalière et le Cadre de concertation transfrontalière. Ces structures, à travers leur fonctionnement, articulent les échelles communautaires (convention de l’Union Africaine sur la coopération transfrontalière), bilatérale (accord-cadre bilatéral de coopération transfrontalière), transfrontalière (convention locale transfrontalière de gestion des ressources naturelles) et nationale (politiques de gestion des frontières, code des collectivités territoriales). Elles constituent des instances dynamiques de gouvernance de leurs territoires transfrontaliers et en particulier des ressources naturelles partagées. Cependant, le caractère exogène de leurs financements et la faible institutionnalisation de la coopération transfrontalière ainsi que les questions politiques et réglementaires au niveau national constituent de véritables défis à leur pérennisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Cet article propose de questionner la relation frontières-ressources dans un contexte de changements environnementaux en Afrique de l’Ouest. Au cours de ces dernières années, la problématique frontalière, abondamment documentée notamment dans le cadre des border studies, a été différemment abordée suivant une approche pluridisciplinaire. Au cœur de cette production scientifique, sur la relation entre frontières et ressources appréhendée aussi bien par des géographes que des politistes, le focus est mis sur la ressource naturelle comme support de délimitation de la frontière (Foucher, 2014 ; Velasco et Bouquet, 2006 ; Bouquet, 2003 ; Stary, 2003), cause de différends frontaliers entre États (Mounkaila, 2010 ; De Koning et Mbaga, 2007 ; Bouquet, 2003). Une abondante production aborde aussi la problématique sous l’angle de la gouvernance transfrontalière des ressources naturelles partagées avec la mise en place d’organismes de bassins dans de nombreuses zones transfrontalières des pays des Suds, en Afrique de l’Ouest (Diallo, 2022), en Mésoamérique (Kauffer et al, 2017). Dans la même perspective, la relation est analysée sous l’angle de la construction territoriale. S’appuyant sur l’exemple européen, dans un contexte d’élargissement et de mise en place des programmes INTERREG, Marie-Christine Fourny met en évidence le rôle de la nature dans la construction d’un territoire transfrontalier en pointant la capacité de l’objet nature à faire passer « d’une logique de juxtaposition d’espaces frontaliers à celle d’émergence d’un territoire transfrontalier » (Fourny, 2005 : 96).

2S’inscrivant dans la même dynamique, cette analyse appréhende la relation frontières-ressources naturelles en prenant en compte le contexte des changements environnementaux avec l’Afrique de l’Ouest comme terrain d’observation. En effet, la région est concernée aussi bien par la question des frontières que celle des changements climatiques dans un contexte de croissance démographique et de pression sur les ressources naturelles dans les zones frontalières. Ici, le changement environnemental est entendu comme une perturbation de l’environnement le plus souvent causée par des influences humaines ou des processus écologiques naturels (IPCC, 2014). Comme le note l’étude de l’OCDE/CSAO (2017 : 22), « la croissance démographique de l’Afrique de l’Ouest continue d’être l’une des plus dynamiques au monde ; selon les prévisions, le nombre d’habitants devrait passer de 367 millions en 2015 à 538 millions en 2030. Cette poussée va inévitablement augmenter la densité de la population dans la région, multipliant naturellement le nombre d’interactions transfrontalières ». Ces dynamiques transfrontalières dans un contexte de changements climatiques augmenteraient les tensions entre communautés frontalières autour de l’usage des ressources naturelles (Sanou, 2022). Selon le rapport intitulé Etat du climat en Afrique 2021 de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), le continent est fortement affecté par les changements climatiques avec notamment une augmentation des températures (+0,3 °C/décennie entre 1991 et 2021), l’élévation du niveau de la mer entrainant des inondations et l’augmentation de la salinité des eaux et la sécheresse. Le continent africain est globalement le plus vulnérable face aux changements climatiques et ceci en raison de son haut degré d’exposition et de ses ressources financières restreintes pour l’adaptation. Il est particulièrement sensible aux hausses de températures et à l’irrégularité pluviométrique tout comme aux aléas environnementaux soudains tel que les inondations (IPCC, 2014). D’ailleurs, l’Afrique de l’Ouest et le Sahel sont des territoires identifiés comme « hot-spots » (zones à risques) et seront fortement impactés par les changements environnementaux (Neumann et al., 2015 ; Muller et al., 2014 ; Brou et Chaléard, 2007).

3Cette situation impacte déjà et continuera à affecter les ressources transfrontalières (eaux des bassins fluviaux, pâturages, terres de culture) et la vie des communautés frontalières, invitant à une meilleure intégration des problématiques environnementales dans les stratégies de gouvernance transfrontalière en Afrique de l’Ouest. Comme le révèle une étude de l’OCDE/CSAO (2020), les changements climatiques et les risques liés ne connaissent pas de frontière. En effet, les territoires transfrontaliers appartiennent à un même espace biogéographique et ont donc les mêmes conditions climatiques. Ils sont gouvernés par des politiques environnementales différentes ce qui peut entrainer des déséquilibres en matière de dégradation ou de préservation des ressources naturelles. Cette situation peut perturber la production (les extrants de la nature) et l’équilibre entre l’offre et la demande et en conséquence, augmenter les compétitions d’usage et les conflits entre les communautés.

4Ainsi, la question qui se pose est de savoir comment les enjeux et défis liés à la gouvernance des ressources naturelles transfrontalières, dans un contexte de changements environnementaux, peuvent être mieux abordés dans le cadre des organismes locaux de coopération transfrontalière en Afrique de l’Ouest. L’article se fonde sur l’hypothèse suivante : la mise en place de structures locales de coopération transfrontalière articulant des cadres territoriaux complémentaires (régional, bilatéral, transfrontalier et national) dans une démarche multi-niveaux constitue une approche pertinente de gouvernance des défis environnementaux et des ressources naturelles dans les contextes transfrontaliers.

Figure 1 : Localisation de la zone Kossi-Tominian (Burkina Faso-Mali)

Figure 1 : Localisation de la zone Kossi-Tominian (Burkina Faso-Mali)

Figure 2 : Localisation de la zone Dendi-Ganda (Bénin-Niger-Nigéria)

Figure 2 : Localisation de la zone Dendi-Ganda (Bénin-Niger-Nigéria)

5Le terrain de vérification de cette hypothèse est constitué de deux segments assez représentatifs des dynamiques transfrontaliers en Afrique de l’Ouest. D’une part, l’espace Kossi-Tominian à cheval sur la frontière Burkina Faso-Mali (cf. figure 1), regroupe neuf collectivités territoriales ayant toutes un contact avec la frontière et s’étend sur une superficie de 4461 km² pour une population totale de 259 242 habitants en 2022 (GLCT/GIZ, 2022). C’est le premier espace à avoir développé une expérience de coopération transfrontalière en Afrique de l’Ouest avec le format Groupement local de coopération transfrontalière (GLCT) appuyée par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Union économique et monetaire ouest africaine (UEMOA) et l’Agence de coopération internationale allemande pour le développement (Deutsche gesellschaft für internationale zusammenarbeit : GIZ) dans le cadre du Programme frontière de l’union africaine (PFUA). Ici, la mise en place du cadre est partie d’un conflit entre communautés frontalières autour de l’usage des ressources foncières.

6D’autre part, le Dendi Gandi est un territoire de 25 019 km² qui s’étend sur une partie du Bénin, du Niger et du Nigéria autour du triangle urbain constitué par les villes de Malanville (Bénin)-Gaya (Niger)-Kamba (Nigéria) et concentre une population de 1 830 363 habitants en 2021 (UEMOA/PCTL, 2021). Comme le montre la figure 2, il comprend douze collectivités territoriales. Le fleuve Niger, frontière entre États, structure les relations spatiales dans le Dendi Ganda qu’il traverse sur 120 km. Enfin, dans cet espace, la mise en place du Cadre de concertation transfrontalière (CCT), appuyé par l’UEMOA et la Coopération Suisse, est aussi motivée par des questions environnementales et de changements climatiques même si le volet socioéconomique est pris en compte.

7D’une part, l’analyse repose sur la mobilisation d’une abondante littérature des border studies qui a permis de construire un corpus théorique et conceptuel. D’autre part, sur des éléments empiriques tirés d’entretiens semi-directifs menés entre août 2021 et fevrier 2022 dans les deux espaces et au niveau national. Au total, 38 interviews ont été réalisées auprès d’élus membres du GLCT et du CCT, de services techniques déconcentrés (environnement, élevage, agriculture), de responsables d’organisations socioprofessionnelles d’agriculteurs, d’éleveurs, et d’exploitatants de produits végétaux non ligneux, de responsables des structures nationales de gestion des frontières et de partenaires au développement comme la GIZ/PFUA et le PCTL/UEMOA. Les entretiens ont porté sur le fonctionnement et les actions du GLCT et du CCT, les défis liés à l’usage des ressources naturelles, à la prise en charge des changements environnementaux et de la pérennisation des dispositifs de gouvernance environnementale transfrontalière. Enfin, la méthodologie repose sur des observations participantes ayant permis de mieux comprendre certains processus liés aux territorialités transfrontalières, à l’usage des ressources naturelles et à la conflictualité.

8L’article se focalise dans un premier temps sur la fabrique des territoires transfrontaliers à partir de l’exploitation des ressources naturelles et des dynamiques transfrontalières induites. Il présente les ressources naturelles comme support de la construction de dynamiques et donc de territoires transfrontaliers. Dans un second temps, l’analyse met en évidence les relations entre changements environnementaux et conflits d’usage dans les territoires transfrontaliers. Elle révèle comment l’usage des ressources qui se raréfient sous l’effet des changements climatiques provoque des conflits voire des tensions entre usagers. Enfin, l’article aborde la réponse des acteurs qui se matérialise par la mise en place et l’animation, avec l’appui de partenaires extérieurs, de cadres de coopération transfrontalière comme le GLCT et le CCT.

Des ressources comme support de dynamiques transfrontalières et de construction de territoires transfrontaliers

9En Afrique de l’Ouest comme dans le reste de l’Afrique et des pays des Suds d’une manière générale, où les frontières sont exogènes car mises en place à l’époque coloniale, de nombreuses dynamiques transfrontalières se produisent aboutissant à la construction de territoires transfrontaliers (Diallo, 2014). Ici, la frontière est une ressource faisant l’objet d’une valorisation par les populations frontalières à travers des stratégies savamment pensées. D’une part, si la frontière est ressource, c’est parce qu’elle constitue à la fois une discontinuité politique, économique et monétaire générant des avantages comparatifs exploités par les populations situées de part et d’autre (Igue et Zinsou-Klassou, 2010). D’autre part, la frontière par ce qu’elle repose sur des supports naturels (fleuves, rivières, lacs, forêts, etc.) joue le rôle de liant, elle assure un continuum (Foucher, 2014). Elle est interface et permet de générer des dynamiques transfrontalières. Comme le note Marie-Christine Fourny (2005), la frontière qui repose sur des objets naturels est porteuse de valeurs, de symboles et plein d’identité facilitant des processus de construction d’une territorialité transfrontalière. Elle n’est pas un support infranchissable, une barrière (Leloup et Gagnol, 2017). Dans ce contexte, étant entendu que « le territoire se construit à partir des pratiques, des représentations et des vécus des hommes » (Bailly et Beguin, 1991 : 47), « la frontière est un élément qui contribue à définir et exprimer la territorialité » (Picouet et Renard, 2007 : 58). Le processus aboutit à la création de territorialités transfrontalières. La territorialité renvoie ici aux modalités d’appropriation de l’espace par les groupes sociaux, elle traduit leur relation à l’espace (Vanier, 2009 ; Di Méo, 1998).

Les paragraphes qui suivent analysent les processus de construction de territoires transfrontaliers dans le Kossi-Tominian et le Dendi Ganda en mettant en évidence le rôle important des ressources naturelles dans ces processus.

Kossi-Tominian, un territoire soudano-sahélien façonné par les dynamiques transfrontalières

10Situé dans la zone soudano-sahélienne, Kossi-Tominian est à cheval entre le Burkina Faso et le Mali. Il regroupe neuf collectivités territoriales dont quatre côté burkinabé (Djibasso, Doumbala, Kombori et Madouba) et cinq au Mali (Bénéna, Koula, Lanfiala, Mafouné et Mandiakuy) et s’étend sur une superficie de 4461 km² répartis entre 248 villages pour une population totale de 259 242 habitants en 2022 (GLCT/GIZ, 2022).

  • 1 Ce différend conduit à des affrontements meurtriers entre les deux États voisins en 1974 et 1985, s (...)

La zone est soumise à un climat soudano-sahélien chaud et sec avec une courte saison pluvieuse (juin-octobre avec 697,8 mm/an). De ce fait, son économie repose essentiellement sur l’agriculture et l’élevage faisant l’objet d’un usage transfrontalier de l’espace. En effet, malgré la mise en place de la frontière et l’existence d’un différend frontalier1, les populations frontalières ont maintenu leurs liens socioculturels et familiaux. Ces liens et les complémentarités biogéographiques favorisent cet usage transfrontalier de l’espace aboutissant à la construction de territorialités transfrontalières. Ainsi, dans cette zone principalement agricole, les populations se déplacent de part et d’autre de la frontière pour cultiver leurs champs. Cela est dû au fait que la mise en place de la frontière a entrainé des ruptures dans l’organisation de cet espace, puisque des Maliens ont vu leurs terres de culture rester au Burkina Faso et inversement. Ainsi, comme de par le passé, les populations continuent de traverser la frontière pour cultiver les champs qu’ils considèrent toujours comme les leurs malgré les risques de tensions et de conflits avec les populations locales.

11Concernant l’élevage, la transhumance est transfrontalière. Selon les éleveurs interrogés, la mobilité pastorale est un moyen sûr pour assurer l’alimentation de leur cheptel et en conséquence sa reproduction, cela en raison de la disponibilité variable dans le temps (en fonction des saisons) et dans l’espace (de part et d’autre de la frontière) des ressources pastorales (Sankara, 2015). Cette situation motive le déplacement des éleveurs qui sont obligés de fréquenter divers lieux situés de part et d’autre de la frontière mais connectés et intégrés dans un itinéraire transfrontalier de transhumance défini et bien maitrisé par les éleveurs comme l’illustrent les propos ci-dessous :

  • 2 Entretien avec un leader d’éleveurs de la commmune de Bénéna, Août 2021.

Il y a certes la frontière officielle Burkina Faso-Mali, mais nous sommes obligés de la traverser pour faire la transhumance. Car les ressources pastorales se trouvent de part et d’autre de la frontière et la transhumance nous permet de profiter de cette situation pour faire paitre nos troupeaux en se déplaçant de village en village2.

  • 3 Entretien avec un leader d’éleveurs de la commmune de Madouba Août 2021.

Les éleveurs ne tiennent pas compte de la frontière. Ils se déplacenent en fonction des besoins en pâturages, l’essentiel étant d’assurer l’alimentation du bétail. Il y a certes, parfois, des problèmes mais nous sommes obligés de les gérer ensemble3.

12L’usage transfrontalier de l’espace Kossi-Tominian est aussi illustré par les activités de cueillette, de chasse et d’exploitation forestière comme la coupe de bois et la production de charbon. Dans les entretiens réalisés auprès des différents acteurs sur la question des terres de culture, des lieux de transhumance ou encore d’exploitation des ressources forestières, il ressort un sentiment d’appropriation de ces différents lieux et des ressources utilisées. Les paysans maliens de Finkolo continuent de considérer les terres qu’ils exploitent comme leur appartenant, même si ces dernières sont désormais rattachées territorialement au Burkina Faso.

13Ainsi, l’usage des ressources de la part des acteurs paysans, éleveurs ou encore exploitants forestiers conduit à une appropriation transfrontalière de l’espace au sens de Guy Di Méo (1998). Ces acteurs se font une représentation transfrontalière de l’espace vécu et exploité. Ici, la frontière n’a pas uniquement une dimension internationale (limite politique entre deux États) mais aussi une vocation socioculturelle. La perception des acteurs peut se comprendre à la lumière de l’histoire de Kossi-Tominian. En effet, les populations de cet espace ont vécu des histoires communes antérieures à la mise en place de la frontière Burkina Faso-Mali. Leur appartenance au royaume du Kénédougou (à cheval sur les deux pays), la résistance contre le roi Samory Touré, la révolte des Bwas contre le colonisateur en 1916 et l’existence d’une interdépendance économique séculaire (échange entre le Nord sahélien et le Sud forestier) leur donnent une autre conception bien spécifique de la territorialité. Les populations s’ancrent dans diverses territorialités au sein du territoire transfrontalier Kossi-Tominian qui apparaît différent du territoire national du Burkina Faso ou du Mali. Il faut dire que dans cet espace, les populations partagent les mêmes us et coutumes comme la « foire du petit mil », « la fête du balafon », ont des liens matrimoniaux très développés et utilisent les mêmes équipements. Cette dimension socioculturelle s’ajoute à l’usage transfrontalier de l’espace pour faire naitre et consolider le sentiment d’appartenance au territoire transfrontalier Kossi-Tominian.

Le Dendi Ganda, un territoire transfrontalier construit à partir du fleuve-frontière

14Le Dendi Ganda est un territoire de 25 019 km² qui s’étend sur une partie du Bénin, du Niger et du Nigéria autour du triangle urbain constitué par les villes de Malanville (Bénin)-Gaya (Niger)-Kamba (Nigéria) et comprend douze collectivités territoriales dont six communes du département de Gaya au Niger (Bana, Bengou, Gaya, Tanda, Tounouga et Yélou), deux communes du Bénin (Karimama et Malanville) et quatre local government areas du Nigéria (Arewa, Bagudo, Dandi et Suru) pour une population de 1 830 363 habitants en 2021 (UEMOA/PCTL, 2021). Cette zone se caractérise par un climat tropical chaud alternant deux saisons (chaude et humide). Elle se distingue par l’importance de son réseau hydrographique et le fleuve Niger en particulier qui forge son identité territoriale. Le Dendi Ganda dispose, en outre, d’un potentiel forestier, halieutique et pastoral relativement important même s’il connait de fortes dégradations consécutives aux changements climatiques et aux pressions anthropiques.

15Ce sont ces richesses naturelles attractives qui expliquent la dynamique de peuplement qui remonterait au XIIᵉ siècle (Esperet, 1997). Du fait de la forte densité de ses formations végétales, la zone a constitué un lieu de refuge pour de nombreuses populations, notamment nigériennes et béninoises, persécutées tandis que l’abondance des ressources naturelles a attiré des populations nomades et sédentaires venant de part et d’autre de la frontière dans le cadre de l’agriculture, l’élevage et la pêche (Mounkaila, 2010). Enfin, sa position de carrefour routier entre le Nord et le Sud de l’Afrique lui a valu le développement d’activités commerciales qui ont attiré plusieurs populations marchandes.

  • 4 Ce différend a été arbitré par la Cour internationale de justice (CIJ) dans son Arrêt du 12 juillet (...)

16L’île de Lété, objet du différend frontalier entre le Bénin et le Niger4, constitue une parfaite illustration du rôle des ressources naturelles dans les dynamiques de peuplement du Dendi Ganda. En effet, l’île dispose de ressources foncières, halieutiques et pastorales faisant l’objet d’usages transfrontaliers. Ainsi, les bergers béninois viennent en transhumance sur l’île sans difficultés majeures. Ce qui fait dire à Harouna Mounkaila que « le sentiment d’appartenance des populations nigériennes à l’île ne s’est pas accompagné de territorialisme c’est-à-dire qu’il n’a jamais amené ces populations à rejeter les bergers béninois qui viennent chaque année en transhumance sur l’île » (Mounkaila, 2010 : 138). De même, il arrive que des éleveurs nigériens transhument au Bénin. L’île dispose de zones inondables à vocation pastorale et de zones sableuses surélevées dédiées à l’agriculture qui ont favorisé l’installation d’agro-pasteurs peuls, premiers occupants de l’île, à la fin du XIXᵉ siècle (Esperet, 1997). De même, l’arrivée, après les Peuls, des pêcheurs haoussa venus du village d’Albarkaizé, s’explique par l’abondance des ressources halieutiques avec en plus du fleuve et de ses affluents, l’existence de plusieurs mares temporaires. C’est sous l’effet de la diminution de ces ressources que les pêcheurs haoussa ont investi le secteur agricole puisque les conditions pluviométriques et pédologiques permettaient la pratique des cultures céréalières (Mounkaila, 2010).

17La transhumance transfrontalière permet de faire face aux variabilités agroécologiques et de mieux exploiter le potentiel pastoral. Ainsi, les éleveurs de la région de Gaya au Niger traversent la frontière avec le Bénin pour se rendre à Karimama puis Malanville sur une distance de 131 km, sur la voie dénommée Axe 4 CEDEAO ou encore la piste Niger-Malanville (Axe 5 CEDEAO). Cette mobilité facilite l’accès au fourrage et l’abreuvement du bétail le long du fleuve et ses affluents. Ainsi, il y a une transhumance transfrontalière qui permet la mise en relation de plusieurs lieux de part et d’autre des frontières. À côté de cette transhumance existent d’autres mobilités liées à la commercialisation des produits agricoles, dont Malanville constitue le principal pôle, et le bétail de la région de Gaya vers Malanville et Kamba tandis que ce dernier est le centre d’approvisionnement en produits manufacturés. Ces mobilités se font, en partie via le transport fluvial qui permet de connecter différentes localités situées de part et d’autre du fleuve Niger contribuant ainsi au renforcement des liens sociaux, culturels et spatiaux.

18En définitive, bien que constituant une frontière, le fleuve Niger reste un liant jouant le rôle d’interface entre les localités frontalières des deux rives. Les résultats des entretiens montrent que l’usage transfrontalier des ressources autour du fleuve et les mobilités sociales et marchandes connexes ont impulsé, sur la longue durée, des dynamiques d’appropriation de l’espace du Dendi Ganda par les communautés locales à travers des actes de marquage spatial et de représentations. Les diverses territorialités transfrontalières construites illustrent un processus de fabrique d’un territoire transfrontalier du Dendi Ganda à partir de l’exploitation et du partage d’une ressource naturelle commune qu’est le fleuve Niger « qui symbolise donc aujourd’hui la frontière et aussi le lien entre les espaces et les populations frontalières » (Sougué, 2016 : 106). Le fleuve Niger, en tant que frontière et ressource reste un élément structurant de l’espace du Dendi Ganda.

Au total, comme dans le cas de Kossi-Tominian, l’usage des ressources naturelles (ici foncières, halieutiques et pastorales) impulse une dynamique de construction de territoires transfrontaliers dans le Dendi Ganda.

Changements environnementaux et conflits autour de l’usage des ressources et espaces transfrontaliers du Dendi Ganda et Kossi-Tominian

19Les zones frontalières essentiellement rurales sont très dépendantes du secteur primaire vulnérable aux perturbations liées aux changements climatiques. Jadis des vides démographiques dans les années 1960, les zones frontalières se densifient progressivement en populations qui y mènent diverses activités économiques (Walther et al, 2020 ; OCDE/CSAO, 2017) dont plus de 80 % sont liées à l’exploitation directe des ressources naturelles.

En 2021, le sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), indique que les activités humaines ont de façon significative et sans précédent contribué au changement du climat depuis au moins 2000 ans. L’Afrique de l’Ouest subit une combinaison de sècheresses météorologiques, agricoles et hydrologiques qui affectent les activités agricoles (IPCC, 2022). Selon le GIEC, les températures moyennes annuelles et saisonnières de l’Afrique de l’Ouest ont augmenté de 1 à 3 °C depuis le milieu des années 1970. Entre 1961 et 2014, la fréquence des journées très chaudes (plus de 35 °C) a augmenté de 1 à 9 jours par décennie et la tendance se poursuivra dans les prochains décennies.

20Ces changements ont entrainé entre 2,6 et 3,4 millions de nouveaux cas de déplacés liés aux conditions météorologiques en Afrique subsaharienne entre 2018 et 2019. En Afrique de l’Ouest de façon générale, la migration et la plupart des déplacements, liés aux changements climatiques se font actuellement à l’intérieur des pays et entre pays voisins (CEDEAO, 2021). Ces nouveaux déplacés augmenteront la pression sur les ressources dans les zones frontalières tout en entrainant des risques de conflits. Dans la région, les zones de Kossi-Tominian et du Dendi Ganda sont assez illustratives de ces dynamiques.

La pression démographique sur le foncier augmente la conflictualité de la frontière dans l’espace Kossi-Tominian

  • 5 Entretien avec le chef de village de Ouarokuy (Burkina), aout 2021.

21Dans l’espace Kossi-Tominian, la pluviométrie est irrégulière et marquée par une variabilité inter et intra annuelle. Selon les données de la station de Bomborokuy, la moyenne annuelle des trente dernières années est estimée à 698 mm. On distingue deux types d’épisodes pluvieux. Les premières pluies dites « pluies de mangues », éparses, sont observées en février-mars. Celles dites utiles (par rapport à l’activité agricole) sont observées dans la partie sud de la zone dès le mois d’avril, consécutives à la pénétration des masses d’air humide d’origine Atlantique (Sankara, 2015). Ces perturbations climatiques qui ont des impacts sur les ressources pédologiques, végétales et forestières, interviennent dans un contexte de forte croissance démographique. Exprimant son ressenti sur les changements climatique, le chef de village de Ouarokuy (Burkina) trouve que : « l’activité agricole est devenue une vériatable loterie car l’on ne connait plus avec certitude quand sémer le mil. Cette situation est vraiment préoccupante car le nombre de personnes à nourrir augmente dans les ménages »5.

22La population qui était estimée à 186 006 habitants en 2009 est passée à 259 242 habitants en 2022. Cette croissance démographique est consécutive à une natalité élevée et surtout à l’afflux migratoire. La majeure partie des migrants viennent des régions du Nord (Burkina) et des communes voisines du cercle de Tominian (Mali). Les mouvements pendulaires sont observés le long de la frontière et sont structurés autour des marchés frontaliers (GLCT/GIZ, 2022).

Malgré les conflits frontaliers entre le Burkina et le Mali, la frontière a toujours été considérée par les populations locales comme une ligne imaginaire. Si l’appartenance des villages à l’un ou l’autre des États était connue de tous, ce n’est pas le cas des champs et des ressources naturelles. Chaque acteur a sa propre interprétation de la ligne de démarcation et la situait parfois à son profit (Sanou et al., 2020).

23La matérialisation de la frontière intervient dans un contexte de pression démographique autour des ressources et a amplifié la concurrence sur le foncier dans la zone. Ainsi, au nom du droit foncier du premier occupant, les populations ont engagé une course pour occuper les terres dans le but de sécuriser leur droit de propriété. Cette colonisation foncière a entrainé l’éclatement, en juin 2006, d’un conflit foncier transfrontalier qui opposa les villages d’Ouarokuy (Kossi) et Wanian (Tominan). En pays Bwa, les conflits communautaires sont légion et lorsqu’un membre d’un village est attaqué c’est tout le village qui se sent menacé, d’où la mobilisation de tous (Yehoun, 2014). Cela transforme automatiquement le conflit interpersonnel en un conflit communautaire. C’est ainsi que ce conflit entre deux villages a escaladé en un conflit communautaire meurtrier, qui a mis à mal la cohésion sociale. La médiation en vue de la résolution durable du conflit a abouti à l’instauration d’un cadre de concertation transfrontalière pour la gestion durable des ressources naturelles puis à l’institutionnalisation de la coopération transfrontalière entre les collectivités territoriales de l’espace Kossi/Tominian (GLCT/GIZ, 2019).

La sècheresse hydrologique du fleuve Niger attise les conflits entre les usagers dans l’espace Dendi-Ganda

  • 6 L’harmattan est un vent chaud et sec qui souffle pendant la saison sèche en Afrique de l’Ouest. Il (...)

24L’espace transfrontalier Dendi-Ganda est caractérisé par un climat sahélo-soudanien au nord où les précipitations varient entre 450 et 600 mm (station de Gaya au Niger). Au sud, dans la partie bénino-nigériane, le climat est de type soudano-sahélien où de 1970 à 2014, la moyenne annuelle des précipitations à Kandi est d’environ 969 mm, avec une température moyenne de 28,5 °C. La zone se caractérise par une saison humide (de mai à septembre), une saison sèche (d’octobre à avril) avec une variante froide de novembre à février (avec 24 °C en janvier) et une autre saison chaude de mars à juin accompagnée de l’harmattan6 (35 °C en mai).

25Sur le plan hydrographique, l’évolution du régime du fleuve Niger montre une baisse amplifiée des débits de 1907 à 2020 due en grande partie à la baisse durable du niveau des nappes, dont les réserves alimentent de moins en moins les écoulements de base (Mahé et al, 2011). Cependant le régime du fleuve augmente paradoxalement dans la partie de la zone de l’espace Dendi-Ganda. Cette augmentation des débits serait due à la dégradation des états de surface, consécutive essentiellement à l’augmentation des zones cultivées et sols nus, au détriment des zones en végétation naturelle (Mahé et al., 2011 ; Diallo et al., 2006), et à l’augmentation des écoulements de type rapide (Descroix et al., 2009). Cette situation augmente la fréquence des inondations qui menacent 24 % des terres cultivables de la zone ainsi que les infrastructures, équipements et activités socioéconomiques dans les localités de Dolé, Dolé Kaina, Gatawani, Malanville et Boma (UEMOA/PCTL, 2021).

26Concernant la démographie, la population de l’espace connait une croissance rapide. Elle est passée de 1 099 409 habitants en 2006, à 1 545 670 habitants en 2016 pour atteindre 1 830 363 habitants en 2021. Cette croissance, dopée par le déplacement massif des populations du Nord vers le Sud, pèse sur les ressources naturelles. En effet, entre 1990 et 2020 les terres cultivées ont presque doublé et occupent 48 % du territoire du Dendi Ganda en 2020. Les terres irriguées aussi, ont connu une augmentation de leurs superficies et couvrent plus de 7 % du territoire en 2020 (UEMOA/PCTL, 2021).

27Les effets des changements climatiques font que l’espace Dendi Ganda est devenue une zone de concentration de bétail transhumant sahélien à la recherche de la ressource pastorale. La persistance de ces changements globaux et l’insécurité due aux attaques terroristes poussent les transhumants à augmenter leur temps de séjour voire à se sédentariser dans cette zone. Cette pression augmente la récurrence des conflits.

Cela a poussé le Bénin vers une tendance restrictive voire une interdiction de la transhumance infra nationale et transfrontalière. En 2019, ce pays a décidé des mesures de restriction en limitant son accueil du bétail transhumant nigérien à 50 000 têtes. En outre, le Conseil des ministres du mercredi 16 juin 2021 a fermé les frontières du Bénin à la transhumance et a créé un Haut-commissariat à la sédentarisation des éleveurs. Cette décision est justifiée par la conflictualité liée à la pratique de la transhumance et les besoins d’accélérer la modernisation de l’élevage. Elle confine la mobilité du bétail seulement à l’espace frontalier du Dendi Ganda. L’augmentation de la pression des transhumants attisera davantage les conflits autour du fleuve Niger entre les agriculteurs et les éleveurs et entre les éleveurs sédentaires et transhumants autour de l’exploitation des pâturages des aires protégées du parc W. Les conflits liés aux modes d’accès aux ressources dans un contexte de croissance démographique, de changement et la récurrence des menaces sécuritaires nécessitent la mise en place d’un système de gouvernance qui promeut des mécanismes locaux de prévention et de gestion des conflits, qui peuvent prendre l’allure de cadres de concertation entre les collectivités de part et d’autre de la frontière (Sanou, 2022).

Des cadres de coopération transfrontalière pour relever les défis de la gouvernance des changements environnementaux

28La gestion des enjeux transfrontaliers constitue une préoccupation des États africains depuis le lendemain des indépendances avec notamment la mise en place d’organisations d’intégration régionale, d’organismes de bassin et surtout de commissions techniques mixtes, à la suite de la création des commissions nationales des frontières, dans les années 1970. Cependant, c’est à partir des années 2000, dans le sillage de l’adoption du concept de « pays-frontière », en janvier 2006 par les chefs d’États et de gouvernement par la décision A/DEC.2/01/06 de la CEDEAO (Sanou, 2020), que la gestion des frontières s’ancre dans les zones transfrontalières avec la mise en place d’organismes locaux de coopération transfrontalière. L’objectif principal de ces organismes est de promouvoir la gouvernance des frontières selon une approche transfrontalière.

C’est dans ce cadre que s’inscrit la création du GLCT Kossi-Tominian et du CCT Dendi Ganda. Ces deux cadres, en dépit de l’existence de quelques différences liées au contexte, développent les mêmes approches de gouvernance qui s’illustrent par la forte implication des collectivités territoriales et la prise en compte des questions liées aux ressources naturelles et aux changements environnementaux. Leur pérennité dépend également des mêmes défis institutionnels, politiques, réglementaires et financiers.

GLCT, CCT, des approches similaires de gouvernance transfrontalière des changements environnementaux

29L’analyse croisée des deux processus de gouvernance transfrontalière permet de noter des approches similaires de prise en charge des questions environnementales dans les espaces Kossi-Tominian et Dendi Ganda.

D’abord, quel que soit l’espace considéré, la coopération transfrontalière fut déclenchée par la nécessité d’une gouvernance transfrontalière des défis environnementaux et de ressources naturelles dans une perspective d’usage apaisé et durable des ressources. Ainsi, la création du GLCT Kossi-Tominian fait suite au conflit foncier meurtrier de 2006. Dans le cadre de la résolution de ce conflit, en plus de la campagne de sensibilisation des communautés frontalières sur le vivre ensemble, les acteurs des deux côtés de la frontière ont procédé, en novembre 2011, à l’élaboration puis l’adoption d’une Convention locale de gestion des ressources naturelles transfrontalières (CLGRNT). Sur cette base, plusieurs actions ont été menées parmi lesquelles la réalisation d’une piste de transhumance de 303 km et l’aménagement des gîtes d’étapes en 2013 grâce à l’appui de la GIZ/PFUA. Dans le même sillage, un comité de suivi de la piste de transhumance a été mis en place. La dynamique s’est renforcée par la création en 2015 du GLCT Kossi-Tominian qui est un organisme local de coopération transfrontalière. En effet, selon des membres du bureau interrogés, le GLCT est une inter-collectivité dotée d’une personnalité juridique et d’une autonomie financière. Sa gouvernance est assurée par deux organes, délibérant (un conseil) et exécutif (un bureau appuyé par un secrétariat permanent), dont le fonctionnement est régi par les statuts et un règlement intérieur.

  • 7 Il s’agit de la convention de l’Union Africaine sur la coopération transfrontalière qui constitue l (...)

30Du point de vue réglementaire, l’action du GLCT repose sur la convention de coopération transfrontière Kossi-Tominian signée le 27 mai 2015 à Djibasso et la CLGRNT de 2011 qui s’articulent avec l’Accord-cadre de coopération transfrontalière signé par le Burkina Faso et le Mali en mai 2016 et qui s’aligne sur la Convention de Niamey7. Sur le plan opérationnel, le GLCT s’est doté dès 2015 d’un Plan transfrontalier de développement local (PTDL) articulé avec les plans communaux de dévelomment des collectivités membres, actualisé en 2022 pour la période 2023-2027. Ce plan, qui définit la vision de développement à moyen terme du territoire Kossi-Tominian, accorde une attention particulière à la question de la gestion durable des ressources naturelles et des changements climatiques, d’après les entretiens avec les membres du bureau.

  • 8 Les informations sur l’historique et le fonctionnement du CCT Dendi Gandi sont extraites des entret (...)
  • 9 Le SATI et le PTDL sont des outils de planification du développement promus respectivement par l’UE (...)

31Dans le cas du Dendi Ganda, le processus a démarré en 2005 avec des concertations informelles entre trois communes (Malanville-Gaya-Kamba) autour des questions de la transhumance et de la gestion des conflits, notamment ceux liés aux usages des ressources générées par le fleuve Niger (terres inondées, îles surélevées, pêcheries). Après une gestion informelle d’une décennie (2005-2015), les acteurs ont décidé en 2016 d’officialiser leur coopération par la mise en place d’un CCT qui regroupe 12 collectivités8. Ce cadre bénéfice de l’appui de la Coopération Suisse et de l’UEMOA et fonctionne selon le même format que le GLCT avec l’existence de statuts et de règlement intérieur. Il se fonde aussi sur l’existence d’Accords-cadres de coopération transfrontalière (Bénin-Niger, Bénin-Nigéria) et de la Commission mixte de coopération Niger-Nigéria même si contrairement au GLCT, une convention de coopération transfrontalière n’a pas encore été signée par les collectivités territoriales. En 2017, dans le cadre de « l’engagement de Gaya », le CCT a décidé de la mise en œuvre d’une feuille de route qui portait entre autres des actions dans le domaine de la gestion de la transhumance et des ressources naturelles. En 2021, il a élaboré son étude diagnostic du Schéma d’aménagement transfrontalier intégré (SATI)9 avec l’appui de l’UEMOA et la Coopération suisse. La gestion des ressources naturelles a été identifiée comme l’un des principaux défis de développement de l’espace.

32Ensuite, un second niveau de similitude entre les deux organismes locaux de coopération transfrontalière tient au caractère exogène de leur financement qui entre globalement dans le cadre de la coopération Nord-Sud. Le GLCT soutenue par la Coopération allemande (GIZ) et le CCT par la Coopération suisse principalement.

Enfin, aussi bien le GLCT que le CCT ont une vision globale de développement transfrontalier (social, économique et environnemental) déclinée dans des outils de planification transfrontalière (PTDL pour le GLCT et SATI pour le CCT). Mais cette vision fait un focus sur la gestion durable des ressources naturelles dont l’usage transfrontalier demeure assez conflictuel. Aussi, alors que les deux territoires subissent fortement les effets des changements environnementaux, toutes les stratégies de développement et les outils de planification tiennent compte de cette dimension. La gestion des changements environnementaux est au cœur des préoccupations des acteurs politiques locaux qui ont mené diverses actions dans ce sens avec des résultants encourageants.

GLCT et CCT, des résultats encourageants en matière de gouvernance environnementale transfrontalière

33Depuis leur mise en place le GLCT et le CCT ont enregistré des résultats encourageants. Sur la base des entretiens avec les responsables des deux espaces, trois domaines de résultats ont été identifiés.

D’abord, dans le domaine de la gestion durable des ressources naturelles, les diverses actions menées comme l’organisation de campagnes de sensibilisation des agropasteurs sur l’usage rationnelle des ressources foncières et pastorales, la formation en compostage dans le Kossi-Tominian et la réalisation de campagnes de reboisement et les actions de protection des berges du fleuve Niger ont eu pour effet de contribuer à la gestion durable des ressources. Ensuite, les actions de gouvernance environnementale initiées dans les deux espaces ont permis d’atténuer les conflits autour de l’usage des ressources partagées et in fine contribuer au renforcement de la cohésion sociale. En effet, la réalisation de pistes de parcours et l’aménagement de points d’abreuvement du bétail dans l’espace Kossi-Tominian et l’organisation de plusieurs concertations transfrontalières inclusives sur la transhumance par le CCT Dendi Ganda ont contribué à l’apaisement des tensions voire la résolution de certains conflits. Enfin, dans une démarche prospective, le GLCT et le CCT ont réussi à inscrire la gestion durable des ressources et les changements climatiques dans leur outil de planification transfrontalière. En outre, de l’avis de plusieurs personnes interrogées, les résultats positifs obtenus par le GLCT ont fortement influencé l’implication des Etats du Burkina Faso et du Mali dans la gouvernance transfrontalière qui s’est, en partie, matérialisée par la signature de l’Accord-cadre de coopération transfrontalière en mai 2016. Mais des défis restent encore à relever.

34Au niveau du CCT, on peut également citer l’installation des points piézomètriques pour alerter sur les inondations. De plus, des actions de sensibilisation ont été réalisées avec l’appui de la GIZ sur l’installation des habitats et l’exploitation agricole des berges du fleuve dans le but de prévenir les ensablements. Les pêcheurs ont également été sensibilisés aux techniques durables de pêche. La GIZ a aussi appuyé la réalisation des pistes de transhumance et des pistes d’accès au fleuve pour l’abreuvement du bétail afin d’éviter les conflits avec les riziculteurs et les exploitants maraichers. Le long des pistes de transhumance, des forages ont été réalisés chaque 15 km, notamment sur les aires de repos.

GLCT et CCT, dans la coopération transfrontalière : des défis partagés

35En dépit des résultats satisfaisants obtenus en particulier sur le volet gouvernance des ressources naturelles transfrontalières, la coopération transfrontalière bute encore, aussi bien dans le Kossi-Tominian que le Dendi Ganda, sur diverses contraintes d’ordre institutionnel, politique, réglementaire et financier.

D’abord, sur le plan institutionnel, malgré les réels progrès de la décentralisation dans tous les pays concernés, la coopération transfrontalière souffre encore des manquements dans le transfert, voire la répartition des compétences. Ainsi, en ce qui concerne la transhumance, les collectivités territoriales sont compétentes pour aménager des pistes de bétail, réaliser des points d’eau mais la délivrance des documents administratifs relève de la prérogative des autorités déconcentrées. Ce qui constitue le plus souvent un facteur de blocage.

36En outre, les différences d’ordres administratifs et donc de tutelle entre les États posent véritablement problème. Par exemple, le cercle de Tominian au Mali est un échelon décentralisé (mais aussi déconcentré) alors que son vis-à-vis du coté burkinabé, la province de la Kossi, est une circonscription administrative sans prérogative en matière d’aménagement et de développement territorial (donc décentralisation). Cette situation impacte négativement la coopération transfrontalière. Dans le Dendi Ganda, toutes les entités constituantes du CCT sont des collectivités territoriales mais les tutelles raprochées sont différentes en fonction des pays. À titre illustratif, la commune de Malanville au Bénin dépend du préfet de l’Alibori qui a rang de gouverneur alors que celle de Gaya au Niger est sous la tutelle du préfet de Gaya qui est sous l’autorité du gouverneur de Dosso. Dans ce cas spécifique, c’est ce dernier que le préfet de l’Alibori considère comme son vis-à-vis. En outre, si les parties nigériennes et nigérianes du Dendi Ganda dépendent, du point de vue de la décentralisation, respectivement de la région de Dosso et de l’État fédéré de Kebbi qui sont des entités décentralisées pouvant intervenir financièrement dans le cadre de projets dépassant le niveau local, ce n’est pas le cas au Bénin, où la commune est le seul niveau de décentralisation. Le département de l’Alibori, en tant que circonscription déconcentrée n’a pas de possibilités d’intervention financière. C’est pour régler cette situation que les gouverneurs de Dosso, de Kebbi et le préfet de l’Alibori en collaboration avec les maires de leur territoire ont mis en place en 2022 un espace de concertation denommé « KADO » pour prendre en charge des domaines de coopération transfrontalière qui échappent aux compétences des collectivités territoriales. Ce cadre de coopération intégrée est appuyé par la CEDEAO et est bien articulé avec les cadres locaux animés par les collectivités à l’image du CCT Dendi Ganda.

  • 10 Les deux espaces étudiés sont fortement marqués par des faits d’insécurité liés à la présence de gr (...)

37Ensuite, les coopérations transfrontalières devront faire face à des défis d’ordre politique liés à l’avancé de l’insécurité10 et surtout des fermetures de frontières parfois notées. Par exemple, en 2019, le Nigéria, dans le cadre d’une stratégie qualifiée de sécurisation de l’économie nationale, a fermé de manière unilatérale ses frontières avec les voisins béninois et nigériens. Ce qui a fortement impacté les relations diplomatiques et les mobilités transfrontalières. De la même manière, la fermeture récente des frontières entre le Niger et ses voisins de la CEDEAO, à la suite du coup d’Etat de juillet 2023 au Niger a produit les mêmes conséquences. Le Bénin, quant à lui, a fermé sa frontière avec le Niger à la transhumance en 2020 dans le cadre de sa politique dite de sédentarisation.

38Sur le plan réglementaire, l’absence de convention de coopération transfrontalière entre les entités du CCT limite son intervention. De plus, il est noté une faiblesse du cadre législatif national et communautaire avec l’absence de textes encadrant la participation des collectivités territoriales au financement de la coopération transfrontalière (Diallo, 2022). Par ailleurs, même si l’ensemble des pays des deux zones d’étude ont déjà ratifié la convention de Niamey, ils tardent à l’intégrer dans le dispositif législatif national.

  • 11 Par exemple, dans l’espace Kossi-Tominian la contribution financière est de 325 000 Fcfa (soit 495  (...)

39Enfin, le manque de financement constitue un grand frein à la coopération transfrontalière du fait que cette dernière est faiblement prise en compte dans les politiques publiques des États en matière de décentralisation. Il est noté une faible mobilisation des ressources financières par les collectivités territoriales11 du fait de la faiblesse de la décentralisation financière en Afrique de l’Ouest (Diallo, 2022). De ce fait, aussi bien dans le Kossi-Tominian que le Dendi Ganda, les financements de la coopération transfrontalière sont essentiellement exogènes, en provenance de bailleurs de fonds du Nord. Ils sont aussi discontinus car s’inscrivant le plus souvent dans des cycles de projets de court et moyen terme. Ce qui ne permet pas de développer des stratégies durables de gouvernance des ressources naturelles transfrontalières. Aujourd’hui, il est nécessaire de mettre en place des fonds d’appui pour les investissements transfrontaliers. Les propos ci-dessous sont illustratifs des défis et enjeux du financement de la coopération transfrontalière dans les deux espaces étudiés :

  • 12 Entretien avec le Président du GLCT Kossi-Tominian, août 2021.

Les activités que nous avons menées ont été essentiellement financées par la GIZ/PFUA. Le GLCT ne dispose pas de fonds propres puisque les cotisations des membres sont faibles (325 000 F cfa/an/commune) et irrégulières. Aujourd’hui, il est important que nos Etats mettent en place des fonds dédiés à la coopération transfrontalière12.

  • 13 Entretien avec le Maire de Malanville, Président du CCT Dendi Ganda, août 2021.

Le scénario financier de la coopération transfrontalière est faiblement prise en charge par les textes de la décentralisation. Les ressources des collectivités territoriales membres du cadre sont très limitées et les transferts des Etats ne couvrent pas les besoins. C’est pourquoi, nous dépendons principalement des appuis financier du PCTL/UEMOA13.

Conclusion

40Cet article a analysé la relation frontières-ressources dans une double perspective. D’une part, il souligne que les ressources naturelles dont l’usage est transfrontalier sont support de la construction de dynamiques transfrontalières aboutissant à des processus originaux de fabrique de territoires transfrontaliers. L’analyse montre donc l’intérêt d’étudier le rôle des ressources naturelles dans la construction de territorialités transfrontalières. Dans les deux cas étudiés, les ressources naturelles sont un facteur de territorialisation. Dans l’espace Kossi-Tominian, l’usage des terres de culture et des pâturages à partir de mobilités au-delà de la frontière conduit à des processus de construction de territoires transfrontaliers. Suivant la même logique, au Dendi Ganda, le fleuve-frontière Niger permet de dépasser les limites imposées par les frontières politiques et d’assurer la mise en relation des acteurs et des lieux. Sous cet angle, les résultats de l’étude confirment ceux d’autres travaux de recherche ayant montré comment l’usage transfrontalier des ressources naturelles peut conduire à une mise en relation de lieux aboutissant à la fabrication de territoires transfrontaliers (Diallo, 2014 ; Fourny, 2005).

41D’autre part, les ressources naturelles, dont l’usage génère le plus souvent des conflits violents entre acteurs, favorisent l’émergence de processus de mise en place et d’animation d’organismes locaux de coopération transfrontalière, qui mettent en œuvre des actions efficaces de gouvernance transfrontalière. Cela confirme notre hypothèse de travail quant au rôle important du GLCT et du CCT dans la préservation des ressources naturelles et la prévention (et apaisement) des conflits liés aux usages.

42L’analyse de la relation frontières-ressources nous amène aussi à rediscuter du concept de frontière qui se présente dans sa double dimension, de discontinuité et d’interface. Dans les deux cas étudiés, les ruptures et les continuités créées par la frontière favorisent un usage transfrontalier des ressources naturelles et génèrent en même temps des dynamiques conflictuelles et coopératives (Kauffer et al., 2017). Les résultats confirment la dimension ressource et interface de la frontière (Foucher, 2014) aussi bien dans le Kossi-Tominian que dans le Dendi-Genda où les frontières loin de constituer des barrières infranchissables constituent plutôt des facteurs de rapprochement et d’interactions socio-spatiales.

43Enfin, l’article souligne l’intérêt des coopérations transfrontalières dans la gouvernance des ressources naturelles notamment dans un contexte de changements environnementaux qui affectent fortement les zones frontalières d’Afrique de l’Ouest. Il pointe néanmoins l’urgence de lever les nombreuses contraintes qui s’y opposent et qui sont identiques dans les deux cas. Les défis identifiés, qui sont d’ordre institutionnel, politique, réglementaire et financier, sont représentatifs des freins aux coopération transfrontalières en Afrique de l’Ouest (Diallo, 2022) et des pays des Suds d’une manière générale (Médina et Diallo, 2020).

Haut de page

Bibliographie

ADAPT-WAP, 2019, Integration of climate change adaptation measures in the concerted management of the WAP transboundary complex, Rapport, document de programme. 17 p.

AMILHAT SZARY A L. et CATTARUZZA A., « Frontières de guerre, frontières de paix : nouvelles explorations des espaces et temporalités des conflits », L’Espace Politique [En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 22 février 2018, consulté le 19 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.4403

BAILLY A. et BEGUIN H., 1991, Les concepts de la géographie humaine. 2e éd., Paris, Masson, 192 p.

BOUQUET C., « L’artificialité des frontières en Afrique subsaharienne », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 222 | Avril-Juin 2003, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 20 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/com/870 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.870

BRÜNING L. et PIGUET E., « Changements environnementaux et migration en Afrique de l’Ouest. Une revue des études de cas », Belgeo [En ligne], 1 | 2018, mis en ligne le 29 novembre 2018, consulté le 15 janvier 2020. URL :http://journals.openedition.org/belgeo/28836 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.28836

DAYEZ C., LELOUP F. et VERGER S., « Du problème frontalier au projet transfrontalier : vers une gouvernance territoriale ? », Territoire en mouvement, Revue de géographie et aménagement [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2012, consulté le 20 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/tem/932 ; DOI : https://doi.org/10.4000/tem.932

DE KONING R. et MBAGA J., 2007. « Conflits pour les ressources naturelles de la péninsule de Bakassi : du global au local », Écologie & politique 2007/1, N° 34, Éditions Presses de Sciences Po, pp. 93-103

DESCROIX L. et al., 2009, « Spatio-temporal variability of hydrological regimes around the boundaries between Sahelian and Sudanian areas of West Africa: A synthesis », Journal of Hydrology, Volume 375, Issues 1–2, pp. 90-102

DIALLO M.M., 2022, Les coopérations transfrontalières en Afrique de l’Ouest. Acteurs, territoires et politiques, Dakar, L’Harmattan, 274 p.

DI MEO G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan, Coll.Fac-géographie, 320 p.

ESPERET G., 1917, Monographie de la subdivision de Gaya, Niamey, Archives Nationales du Niger, 64 p.

FOUCHER M., 2014, Frontières d’Afrique : Pour en finir avec un mythe, Paris, C.N.R.S. Editions, 64 p. DOI : https://doi.org/10.3917/cnrs.fouc.2014.01

FOURNY M.-C., 2005, De la frontière naturelle à la nature comme lien transfrontalier. Du rôle et de la place de l’environnement et du milieu dans les coopérations transfrontalières, in Velasco H. & Bouquet C. (dir.), Tropisme des Frontières. Approche pluridisciplinaire, Paris, L’Harmattan, pp. 50-70.

GROUPEMENT LOCAL DE COOPÉRATION TRANSFRONTALIÈRE (GLCT)/GIZ, 2022, Plan transfrontalier de développement local 2023- 2027 de l’espace de coopération transfrontaliere Kossi/Tominian, publié par la GIZ, 67 p.

GROUPEMENT LOCAL DE COOPÉRATION TRANSFRONTALIÈRE (GLCT)/GIZ, 2019, Rapport d’évaluation de la coopération transfrontalière entre les collectivités frontalières de la Province de la Kossi/Burkina et celles du cercle de Tominian/Mali, publié par la GIZ, 71 p.

IGUE J O. et ZINSOU-KLASSOU K., 2010, Frontières, espaces de développement partagés, Paris, Karthala, 216 p.

INTERNATIONAL CRISIS GROUP, 2023, Contenir l’insurrection jihadiste dans le Parc W en Afrique de l’Ouest, Rapport Afrique N° 310, 39 p.

IPCC (2014), Climate Change 2014 - Synthesis Report, W. UNEP, Intergovernmental Panel on Climate Change.

GANSAONRE R N., 2018, Dynamiques territoriales à la périphérie du parc W au Burkina Faso, Thèse de Doctorat, Universite Joseph Ki-Zerbo 318 p

LELOUP F. et GAGNOL L., 2017, « Présentation. De la barrière à la coopération transfrontalière : frontière, développement et gouvernance de l’environnement », Revue Mondes en développement, 2017/1, n° 177, Éditions De Boeck Supérieur, pp. 7-12

MEDINA L. et Diallo M M., « Les coopérations transfrontalières comme outils d’intégration régionale : analyse croisée dans les Suds (Amérique centrale, Afrique de l’Ouest) », Belgeo [En ligne], 4 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2020, consulté le 29 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/belgeo/43693 ; DOI : https://doi.org/10.4000/belgeo.43693

MOUNKAILA H, « Espace frontalier et appropriations territoriales : jeux et enjeux autour de l’île de Lété (Niger) », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 249 | Janvier-Mars 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 10 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/com/5895 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.5895

MÜLLER C., WAHA K., BONDEAU A. & HEINKE J., 2014, «  Hotspots of climate change impacts in subSaharan Africa and implications for adaptation and development », Global change biology, 20, 8, pp. 2505-2517.

NEUMANN K., SIETZ D., HILDERINK H., JANSSEN P., KOK M. & VAN DIJK H., 2015, « Environmental drivers of human migration in drylands – A spatial picture», Applied Geography, 56, pp. 116-126.

OCDE/CSAO, 2020, Villes frontalières et changement climatique : guide pratique sur les leviers juridiques et financiers, Paris, Ed. Révisée, 137 p.

OCDSE/CSAO, 2017, Coopération transfrontalière et réseau de gouvernance en Afrique de l’Ouest, Paris, Cahiers de l’Afrique de l’Ouest, Edition de l’OCDE, 228 p.

PERRIER-BRUSLE L, « Au centre de l’Amérique du Sud : des frontières leviers de territorialisation », Bulletin de l’association de géographes français [En ligne], 99-1 | 2022, mis en ligne le 01 juillet 2022, consulté le 18 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/bagf/9064 ; DOI : https://doi.org/10.4000/bagf.9064

SANKARA Y., 2015, Effet frontière et aménagement des espaces transfrontaliers Kossi (Burkina Faso) –Tominian (Mali), Universite Joseph Ki-Zerbo, Mémoire de Master 2. 135 p

SANOU B., 2022, Contexte sécuritaire et commerce transfrontalier de produits agricoles dans la zone de Kourou-Koalou (Frontiѐres Bénin-Burkina-Togo), Thèse de Doctorat, Université d’Abomey Calavi, 292 p.

SANOU B., ADAM Y., TONDRO M A M., DAKOU B S., Gibigaye M., 2020, Dynamique institutionnelle de gouvernance et d’aménagement des espaces frontaliers en Afrique de l’Ouest, Jounal de Géographie Rurale Appliquée et Déverloppement (J-GRAD), pp. 208-222.

SOUGUE E., 2016, Nouvelles territorialités urbaines transfrontalières en Afrique de l’Ouest : processus d’émergence et de construction, Thèse de doctorat, Université de Toulouse, 415 p.

STARY B., « Un no man’s land forestier de l’artifice à l’artificialité : l’étatisation de la frontière Côte-d’Ivoire-Ghana », Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 222 | Avril-Juin 2003, mis en ligne le 13 février 2008, consulté le 29 avril 2023. URL : http://journals.openedition.org/com/878 ; DOI : https://doi.org/10.4000/com.878

VANIER M. (dir.), Territoires, territorialité, territorialisation, Controverses et perspectives, Rennes, PUR, coll. « Espace et territoires », 228 p.

UEMOA/PCTL, 2021, Document diagnostic de l’espace Dendi Ganda en vue de l’élaboration du Schéma d’Aménagement Transfrontalier Intégré (SATI), UEMOA,134 p

WALTHER O., DAMBO L., KONÉ M, 2020, « Urbanisation et villes frontalières en Afrique de l’Ouest », L’Information géographique, 2020/2, Vol. 84, pp : 31 à 47.

BROU Y T. et CHALEARD J L., « Visions paysannes et changements environnementaux en Côte d’Ivoire », Annales de géographie, 2007/1, n° 653, pp : 65 à 87.

YEHOUN O W., 2014, Conflit Ouarokuy - Wanian : la médiation comme mécanisme de resolution d’un différend transfrontalier, Universite Joseph Ki-Zerbo, Mémoire de Master 2. 93 p.

Haut de page

Notes

1 Ce différend conduit à des affrontements meurtriers entre les deux États voisins en 1974 et 1985, sur la portion de frontière constituée par la bande de territoire qui s’étend du secteur de Koro (Mali) à Djibo (Haute Volta) jusque y compris la région de Béli, qui a été arbitré par la Cour Internationale de Justice (CIJ) à travers son arrêt du 22 décembre 1986 (Différend frontalier, Arrêt CIJ, Recueil, 1986, p. 554).

2 Entretien avec un leader d’éleveurs de la commmune de Bénéna, Août 2021.

3 Entretien avec un leader d’éleveurs de la commmune de Madouba Août 2021.

4 Ce différend a été arbitré par la Cour internationale de justice (CIJ) dans son Arrêt du 12 juillet 2005 (Différend frontalier [Bénin/Niger], arrêt, C.I.J. Recueil 2005, p. 90).

5 Entretien avec le chef de village de Ouarokuy (Burkina), aout 2021.

6 L’harmattan est un vent chaud et sec qui souffle pendant la saison sèche en Afrique de l’Ouest. Il vient du Sahara à l’Est et souffle vers l’Ouest.

7 Il s’agit de la convention de l’Union Africaine sur la coopération transfrontalière qui constitue le principal cadre réglementaire de promotion des initiatives transfrontalières. La convention a été adoptée le 27 juin 2014 à Malabo en Guinée Équatoriale. Elle est dite « convention de Niamey » car c’est dans la capitale nigérienne que l’idée de son élaboration a été émise par les acteurs de la coopération transfrontalière. La convention a entre autres objectifs de promouvoir la coopération transfrontalière au niveau local, sous-régional et régional (Article 2 : Objectifs).

8 Les informations sur l’historique et le fonctionnement du CCT Dendi Gandi sont extraites des entretiens avec les responsables du CCT, Aout 2021.

9 Le SATI et le PTDL sont des outils de planification du développement promus respectivement par l’UEMOA avec l’appui de la Coopération suisse et la CEDEAO avec l’accompagnement de la Coopération allemande (GIZ dans le cadre du PFUA). En dépit des différences méthodologiques de leur élaboration et sur leur horizon temporel, le SATI et le PTDL visent tous les deux le développement des territoires transfrontaliers.

10 Les deux espaces étudiés sont fortement marqués par des faits d’insécurité liés à la présence de groupes armés. L’insécurité transfrontalière en restreignant les mobilités de personnes et de biens (bétail notamment), entraîne une augmentation de la pression sur les ressources.

11 Par exemple, dans l’espace Kossi-Tominian la contribution financière est de 325 000 Fcfa (soit 495 euros) par commune et par an. Ce qui fait un total de 2 925 000 Fcfa (4459 euros) de fonds propres par an.

12 Entretien avec le Président du GLCT Kossi-Tominian, août 2021.

13 Entretien avec le Maire de Malanville, Président du CCT Dendi Ganda, août 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Localisation de la zone Kossi-Tominian (Burkina Faso-Mali)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Titre Figure 2 : Localisation de la zone Dendi-Ganda (Bénin-Niger-Nigéria)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/11947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamadou Mountaga Diallo et Bakary Sanou, « Ressources naturelles partagées et enjeux de gouvernance transfrontalière en Afrique de l’Ouest »L’Espace Politique [En ligne], 49-50 | 2023-1/2, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/11947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11r65

Haut de page

Auteurs

Mohamadou Mountaga Diallo

Enseignant-chercheur
Laboratoire de géographie humaine, Université Cheikh Anta Diop de Dakar/Sénégal
Mohamadoumountaga.diallo@ucad.edu.sn

Bakary Sanou

Coordinateur Régional Afrique de l’Ouest du projet GIZ appui au Programme Frontière de l’Union Africaine
bakary.sanou@giz.de

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search