Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49-50VariaParticiper et Surveiller. La vigi...

Varia

Participer et Surveiller. La vigilance de quartier en France

Participate and Discipline. Neighborhood vigilance in France
Paul Durand et Arthur Guérin-Turcq

Résumés

La vigilance de quartier se développe et s’institutionnalise en France à travers deux dispositifs, l’un privé « Voisins vigilants », l’autre public « Participation citoyenne ». Ces réseaux empruntent le même éthos sécuritaire que les membres des Neighborhood Watches aux Etats-Unis. L’article fait un état des lieux des enquêtes empiriques en sciences sociales sur les réseaux de vigilance en France et présente les différentes théories mobilisées par les chercheurs dans leur analyse. Le mouvement sécuritaire à l’œuvre dans la société française saisit en majorité les classes moyennes et les populations aisées des territoires urbains et périurbains. Un travail de distinction est fait entre l’étude des incivilités comptabilisées, du sentiment d’insécurité, des politiques publiques et citoyennes mises en place pour y répondre et des formes d’engagement dans de tels dispositifs. À travers cet état de la littérature scientifique, se dresse le portrait de communautés contrastées, demandeuses de contribuer à la vie sociale et politique de la cité, et en même temps, gagnées par des sentiments de repli sur soi et de peur de l’étranger.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si peu de recherches ont été entreprises en France sur la vigilance de quartier, des sociologues français de domaines variés s’investissent depuis 2012 dans des enquêtes de terrain afin de mieux identifier les réseaux citoyens de vigilance. L’étude du cas français nous permet de montrer les proximités avec les Neighborhood Watches, les quartiers de surveillance américains auquel sont souvent assimilés le dispositif privé « Voisins Vigilants » et son équivalent public « Participation citoyenne ». L’article présente un état de la littérature scientifique des différentes enquêtes et théories en sciences sociales sur la participation à la sécurité en France, un champ scientifique traversé par des débats renouvelés.

2D’un côté, certains experts de la sécurité y voit des mécanismes d’empowerment qui, en plus de contribuer au développement du lien social, aurait comme effet de diminuer les risques de malveillance à travers la diffusion d’une « culture de la sécurité » (Hassid, 2006). De l’autre côté, des sociologues spécialistes des questions de gouvernance y voient le risque de véhiculer de la discrimination. James P. Walsh observe que la participation dans les politiques d’immigration aux Etats-Unis renforce l’exclusion raciale et la marginalisation. Vanessa Codaccioni, dont l’ouvrage paru en 2021 a eu un certain retentissement médiatique, déclare voir dans la « Participation Citoyenne » :

la vigilance des bons citoyens, [qui] comme la plupart des dispositifs répressifs les plus attentatoires aux libertés individuelles et aux garanties fondamentales, ne s’exerce […] que sur certaines cibles dont l’apparence, les discours, les fréquentations ou les comportements sont considérés comme suspects (Codaccioni, 2021).

3Il existe deux approches majeures de la vigilance de quartier en France, La première approche de la vigilance de quartier s’inscrit dans la sociologie des mouvements sociaux. Elle est centrée sur les rapports de forces que génèrent la « vigilance citoyenne », en faisant appel aux notions de contrôle social et de déviance. Ses représentants sont Matthijs Gardenier et Sébastien Bauvet. Leurs travaux se nourrissent des études emblématiques sur le « vigilantisme ». Cette notion hétéroclite est associée à l’étude des Neighborhood Watches, telles que celles menées par Les Johnston ou, plus récemment, Laurent Fourchard. Se rattachent dans ce courant Laurent Muchielli ou encore Loic Wacquant, dans la mesure où ils développent une sociologie de la sécurité d’un point de vue critique. La sociologie des mouvements sociaux cherche à montrer la consécration de l’insécurité comme sujet politique majeur et insiste sur la hausse de la demande populaire de dispositifs de surveillance. Ce champ de la recherche française s’appuie sur la relecture de Surveiller et Punir, qui amorce l’analyse de la société pénale moderne (Foucault, 1975).

4L’autre approche en sciences sociales sur la vigilance de quartier est portée par des chercheurs experts de l’étude du maintien de l’ordre et de ses agents, dont Valérie Malochet et Eleonora Elguezabal. Leur démarche se tourne davantage vers les sociologues experts de la criminalité, tels que Frédéric Ocqueteau ou encore Sébastian Roché. Ces derniers décrivent l’évolution de la manière de produire la sécurité en France (le policing). Afin de saisir la place du citoyen dans les politiques de sécurité, Valérie Malochet et Eleonora Elguezabal ont également recours aux travaux sur la participation citoyenne à la démocratie, tels que ceux de Julien Talpin, Philippe Aldrin et Nicolas Hubé.

5Ces deux approches permettent d’ouvrir des questionnements différents et complémentaires. Nous nous proposons de présenter les théories sur lesquelles s’appuient les travaux actuels en sciences sociales traitant de la vigilance de quartier. Il s’agit d’abord de resituer la vigilance française dans son contexte historique en rappelant ses liens avec les Neighborhood Watches, comprises comme un ensemble de pratiques de défense et de surveillance ayant pour ambition de faire respecter des normes autoritaires. Ensuite, nous rendrons compte des recherches actuelles expliquant l’avènement d’une « culture de la sécurité » en France, un terreau favorable à la diffusion de la vigilance dans des communes aisées du périurbain dont le dispositif Voisins vigilants est le symbole. Enfin, l’apport des surveillance studies à l’étude du vigilantisme permettra de montrer les passerelles avec d’autres recherches en sciences sociales sur les groupes d’intérêts ou la rumeur.

Figure 1 : Panneau Voisins vigilants à l’entrée d’un lotissement à Béziers

Figure 1 : Panneau Voisins vigilants à l’entrée d’un lotissement à Béziers

Source : Midi libre

Figure 2 : Logo de « Participation citoyenne »

Figure 2 : Logo de « Participation citoyenne »

Source : Mairie de Dardilly

L’essor du vigilantisme, fait de société, objet d’étude

Neighborhood Watches, quand le vigilantisme tente de faire respecter ses normes

6Afin de comprendre l’essor récent, en France, de la vigilance de quartier, il convient de se pencher sur la littérature produite sur le vigilantisme. La notion de vigilantisme est dérivée de l’espagnol vigilante, dont la racine latine signifie surveillance et observation. Apparue aux Etats-Unis au cours de la première moitié du XIXe siècle, elle désignait les Vigilance Committes dont la principale ambition était de faire respecter la loi, mais également de prévenir l’immigration mexicaine (Favarel-Garrigues et Gayer, 2016). Cependant, son emploi a surtout été popularisé quelques dizaines d’années plus tard par une série d’articles relatant les faits d’armes des « Vigilantes du Montana ». Ce groupe d’habitants formés de notables locaux décidèrent d’assurer eux-mêmes le jugement des desperados locaux, les Road Agents. Leur objectif était de s’affranchir de la lourdeur du système judiciaire de l’époque. En deux ans, ils parvinrent à exécuter quinze à trente-cinq Road Agents en toute discrétion. En prônant le caractère juste et héroïque des vigilante, ces articles constituent la naissance d’un engouement populaire pour le vigilantisme. Le vigilantisme prend ainsi racine dans des mouvements hors-la-loi d’auto-justices qui remettent en question le monopole de la violence légitime de l’Etat.

7L’expression vigilantism a, par la suite, servi à caractériser un spectre très varié de phénomènes sociaux de grande ampleur, tels que le Ku Klux Klan ou le Squadrisme. Le vigilantisme est alors un terme d’avantage médiatique que scientifique, rattaché à des faits divers violents et vecteurs de polémiques. Les premières tentatives de définitions sont faites par des anthropologues qui se saisissent du phénomène à partir des années 1990. Ray Abrahams et Richard Maxwell Brown, notamment, proposent des définitions qui s’accordent sur les caractères organisés et illégaux de ces mouvements. Pour L. Fourchard, ces « premiers travaux américains […] incluaient tellement de mouvements que le concept en a perdu toute signification ». Le phénomène est saisi par les criminologues à la fin du XXème siècle. Les Johnston proposeront alors une définition englobante en 1992. Il décrit le vigilantisme comme « un mouvement social de citoyens volontaires » agissant en autonomie par rapport à l’État visant à « contrôler la criminalité [en] utilisant ou en menaçant d’utiliser la violence » (Johnston, 1996). Contrairement à celles produites jusqu’alors, cette définition ne restreint pas les activités de vigilantisme aux seuls actes illégaux et violents. Dès lors, on comprend que c’est cette définition qui a été retenue en France afin de désigner la forme contemporaine du vigilantisme : les Neighborhood Watch. Cependant, il persiste un débat pour savoir si les Neighbourhood watches relèvent du vigilantisme ou non

8Labellisés en 1972 aux Etats-Unis, les Neighborhood Watch visent, selon leurs partisans, à combler la présence discontinue des policiers dans les zones périurbaines éparses1 qui s’imposeront comme la principale entrée de recherche sur le vigilantisme. Ces dispositifs privés proposent aux habitants de prêter attention à « leur voisinage immédiat, à alerter tout mouvement suspect et, enfin, avertir la police en cas de nécessité » (Billard, Gérald et al, 2013). Dans les faits, de nombreux témoignages mettent en avant les débordements de ces groupes parfois perçus comme des milices civiles. En France, il en va différemment. L’Etat a longtemps été pensé comme imperméable à la participation à la sécurité, tant la centralisation et la bureaucratie de l’Etat demeuraient fortes (Gardenier, 2022).

9Ainsi en France, le fort contrôle exercé par les pouvoirs publics sur les volontaires au vigilantisme ainsi que l’absence d’intervention de ces mêmes autorités sur le terrain invitent à se demander s’il ne s’agit pas là d’une forme originale de vigilance de quartier. Convaincus que le concept de vigilantisme peut enrichir l’étude de cette participation moderne à la sécurité, Gilles Favarel-Garrigues et Laurent Gayer proposent leur définition du phénomène. Ils présentent le vigilantisme comme « un certain nombre de pratiques collectives coercitives, mises en œuvre par des acteurs non étatiques afin de faire respecter certaines normes (sociales ou juridiques) et/ou d’exercer la “justice” – un terme qui fait principalement référence ici à l’exercice du châtiment mais qui peut aussi évoquer, chez les vigilantes et leur public, un idéal sociétal » (Favarel-Garrigues et Gayer, 2016).

10Cette définition générale permet de faire ressortir les similitudes qui existent effectivement entre la « Participation citoyenne » en France et les réseaux du type Neighborhood Watch aux Etats-Unis ; à savoir l’effort collectif pour contraindre des individus à adopter un certain comportement, notamment par l’intermédiaire du signalement aux institutions. Ainsi, le contrôle aigu de ces réseaux par l’autorité publique ne remet pas en compte leur appartenance au vigilantisme. La prise en compte de la réalité fragmentée et décentralisée de l’Etat les a amenés à penser que ces dispositifs ne sont jamais tout à fait autonomes de l’Etat.

11Notons également l’utilisation récurrente du terme de « normes » dans les travaux sur les Neighborhood Watch, qui fait référence directement à l’étude de la « déviance », dont Outsiders est un texte pionnier (Becker, 1963). Cette approche constructiviste suggère que l’action des vigilante est avant tout une « croisade morale » : ce qui semble être le cas des Voisins vigilants, dont l’un des objectifs est de réintroduire la solidarité dans les villages. Le concept de Watchful citizens fournit également une grille de lecture intéressante de ces brigades citoyennes. Développé par J. P. Walsh, il désigne le phénomène « d’enrôlement massif de la population dans des activités de surveillance » (Walsh, 2014). De deux types (encouragés par l’Etat ou spontanés), ces enrôlements sont semblables respectivement à la « Participation citoyenne » et aux Voisins vigilants. Ce concept invite à s’interroger sur les relations qu’entretiennent les groupes de citoyens entre eux et le type d’organisation qui les caractérise ; les groupes spontanés ne poursuivant pas exactement les mêmes objectifs que ceux impulsés par une autorité publique.

12Cependant, la vigilance de quartier française, que ce soit la « Participation citoyenne » ou les « Voisins Vigilants », est inspirée directement de ce vigilantisme, que l’on retrouve également en Afrique du Sud et au Nigeria notamment (Fourchard, 2018). Cette parenté suscite de vives oppositions chez de nombreux scientifiques, qui voient dans l’appel étatique à la vigilance un appel à la délation, à la méfiance et à la haine raciale (Vacher, 2017 ; Codaccioni, 2021). Ces récents travaux posent ainsi la question de la perte du monopole sécuritaire de l’Etat. Les voisins sont-ils animés par la volonté de se faire justice soi-même, à l’instar des Vigilante du Montana ? Pour confirmer ou infirmer ces hypothèses contemporaines, des travaux sur les formes de vigilance française seraient à mener sur la bataille qui se joue pour la maitrise politique du territoire périurbain.

« La sécurité est l’affaire de tous »

13Ce qui précède nous amène à nous interroger sur les raisons de l’ascension de la vigilance de quartier en France. Qu’est-ce qui justifie la montée en puissance d’une forme de vigilantisme dans un pays qui n’en est pourtant pas coutumier, et qui y serait même assez hostile ? La mémoire de la délation pendant la Seconde Guerre Mondiale y serait pour beaucoup selon Gardenier (2022). En effet, si le crime control vigilantism n’a pas existé en France, le social group control vigilantism a une histoire avec le SAC, le Service d’Action Civique, une police privée du régime gaulliste dans les années 1960 et 1970.

14Une première piste pour répondre au questionnement sur l’ascension contemporaine de la vigilance de quartier en France est à chercher dans la demande croissante de la population en dispositifs sécuritaires, nourrie par un sentiment d’insécurité grandissant. Selon Laurent Bonelli, le thème de la sécurité s’est imposé comme un sujet politique et médiatique incontournable dans le début des années 1980. Ainsi, la sécurité aurait « débordé le champ des institutions spécialisées qui en avaient la charge, pour devenir un enjeu politique de première importance » (Bonelli, 2008). Cette tendance se matérialise de plus en plus dans les politiques publiques nationales et locales. L’auteur fait état d’une « croissance régulière » des questions posées à l’Assemblée nationales « reliées au thème de l’insécurité » de 1988 à 2002.

15De même, la linguiste Emilie Née a démontré que le mot « insécurité » monopolise les discours politiques depuis les campagnes électorales 2001-2002. Nicolas Sarkozy se fait élire en 2007 à travers un discours structuré par l’insécurité en jouant de mots forts (voyous, truands, mafias, trafics). Mais si les mots insécurité et sécurité étaient nettement associés à la droite, ils ont conquis l’ensemble de l’arène politique. Ségolène Royale puis François Hollande l’associent aux souffrances sociales des citoyens (« insécurités sociales »). Notons que rien ne permet d’affirmer que cette tendance soit justifiée par une augmentation réelle des actes de délinquance en France. En réalité, pour la majorité des chercheurs en sciences sociales, elle serait d’avantage une conséquence de la montée du sentiment d’insécurité, que d’une réaction à une menace matérielle (Gardenier, 2022).

16Ainsi, à l’occasion de leurs publications dans la revue Participations et de manière assez inattendue, les chercheurs s’accordent à dire que ces dispositifs sont souvent mis en place dans des communes où la perception de la délinquance est faible (Gardenier, 2021 ; Elguezabal, 2021 ; Malochet, 2021). Sur une dizaine de communautés étudiées par M. Gardenier, « cinq communautés se caractérisent par l’absence d’un sentiment d’insécurité immédiate » ; les référents affirment même « qu’il n’y a pas ou très peu de délinquance dans leur communauté » (Gardenier, 2021). Ces constats posent problème. Si les Voisins vigilants ne cherchaient pas, en réalité, à lutter contre une forme de délinquance, pourrions-nous alors les considérer comme une forme française de vigilantisme ? Quelles raisons pourraient les pousser à prendre part à la surveillance de leur commune ?

17Afin de comprendre ce paradoxe apparent, référons-nous à l’observation de Hugues Lagrange sur le « sentiment d’insécurité ». Il le perçoit comme la conjugaison d’« une peur vécue à la première personne associée dans l’esprit des gens au risque d’être volé ou agressé personnellement » et d’« une préoccupation pour la sécurité qui traduit une inquiétude diffuse concernant le crime et ses causes supposées, sans qu’on appréhende nécessairement d’être victime » (Lagrange, 2003). Cette préoccupation diffuse pour la sécurité est un terrain fertile pour voir apparaître ce que David Garland appelle la « culture du contrôle » (Garland, 2001). Elle favoriserait ce que certains appelle la « sécuritisation » : le fait d’envisager les problèmes sociaux d’un point de vue systématiquement sécuritaire. Ce phénomène conduit à des solutions exclusivement sécuritaires, provoquant une augmentation des services de contrôle (Gardenier, 2022). Cette crainte de la délinquance floue et globale permet-elle de comprendre la raison pour laquelle les citoyens s’engagent dans les réseaux de vigilance en France ?

18Pour certains sociologues, ce sentiment d’insécurité est attribuable à la gouvernance néo-libérale entamée à la fin du XXème siècle. Loïc Wacquant soutient que « les décideurs politiques ont condensé l’anxiété de classe diffuse et le ressentiment ethnique bouillonnant générés par le délitement du contrat Fordiste-Keynésien et [les] ont dirigés vers le délinquant de rue » (Wacquant, 2010). En revanche, cette piste de montée de l’insécurité n’explique pas ce à quoi nous assistons spécifiquement aujourd’hui, c’est-à-dire l’engagement délibéré des citoyens dans les actions de préservation de l’ordre. Cet engagement doit se nourrir d’un sentiment du « devoir agir », que pourrait expliquer le sentiment d’insécurité, ainsi que d’un sentiment du « pouvoir agir », qui légitimerait l’apport des citoyens à la sécurité.

19Pour Romain Mathieu, la responsabilisation du citoyen en termes de sécurité relève de « l’idéalisation et la nostalgie d’un passé perdu » dans lequel le citoyen doit assurer sa propre sécurité (Mathieu, 2010). Certains scientifiques y voient plutôt la poursuite de la privatisation progressive des activités de police normalement dues à l’Etat (Bauvet, 2014). Les entreprises privées proposant caméras de surveillance privées, alarmes, portes blindées et agents de sécurité se sont fortement développées depuis la fin du XXème siècle. Cependant, la thèse qui veut que l’Etat, devenu incapable de « traiter les volumes de délinquance que notre société connaît », enjoindrait naturellement la population à assurer elle-même sa sécurité semble assez réductrice.

  • 2 Source : Budget du ministère de l’Intérieur, ministère des Finances.
  • 3 La « surveillance latérale » est un terme employé par Vanessa Codaccioni pour signifier la surveill (...)
  • 4 La « sous-veillance » désigne les acteurs qui surveillent les violences d’État selon Codaccioni.

20De même que, on l’a dit, la « sécuritisation » ne correspond pas à une augmentation des comportements délinquants, elle ne correspond pas non plus à une baisse de moyens de la branche sécuritaire de l’Etat. En France, le budget de la police et de la gendarmerie nationales augmente même légèrement chaque année2 depuis 2006. On peut donc difficilement réduire l’essor des dispositifs de participation à la sécurité à un aveu de faiblesse de l’Etat, qui s’avouerait incapable d’assurer la sécurité des Français sans leur contribution. Sans opter pour l’une ou l’autre des deux thèses, nous pouvons, au minimum, constater que l’Etat a engagé une stratégie de responsabilisation des individus, à travers un discours du type « la sécurité est l’affaire de tous » (Codaccioni, 2021). Cette stratégie progressive aurait investi d’une légitimité publique les actes de « suveillance latérale »3 et de « sous-veillance »4. Enfin, si les propos exposés précédemment permettent d’appréhender l’essor global des réseaux de vigilance en France, ils ne sauraient épuiser la question des motivations personnelles qui poussent les individus à s’engager. Bien que l’Etat enjoigne tous les citoyens à participer à la fabrique de la sécurité, tous ne se montrent pas autant réceptifs et ce, pour des raisons variées.

Sociologie de la vigilance de quartier en France

Motivations et profils-types des Voisins vigilants

21Les dernières remarques soulèvent la question des motivations des personnes qui s’engagent dans les dispositifs de vigilance, ainsi que celle de leur profil. Récemment, le numéro 29 de la revue Participations publié en 2021, intitulé « Participations à l’ordre », a dédié trois articles à la vigilance de quartier (Elguezabal, 2021 ; Gardenier, 2021 ; Malochet, 2021). S’il traduit un regain d’intérêt de la recherche en science politique française pour ce phénomène grandissant, il révèle aussi que la question des motivations des participants n’est pas tout à fait tranchée. Bien que certaines personnes ressentent un sentiment d’insécurité malgré l’absence de menace directe (comme discuté précédemment), la volonté de renforcer la sécurité des personnes ou des biens dans leur quartier ne semble pas être le seul facteur d’adhésion des Voisins Vigilants, ni même le plus important. La possibilité de recréer du lien social entre voisins est un argument ainsi fortement mis en avant pour susciter l’adhésion à ces dispositifs.

  • 5 Source : site web de « Voisins Vigilants et solidaires ».

22L’entreprise voisinsvigilants.org propose bien à ses adhérents de faire « revivre l’entraide et la convivialité »5. Ce discours se retrouve également dans la promotion de la « Participation citoyenne » qui, tout en proposant aux citoyens de « les associer à la protection de leur environnement », leur permettrait de « générer des solidarités de voisinages ». Les articles publiés dans le numéro 29 de Participations s’accordent à dire que cet argument trouve un écho conséquent chez les volontaires. Le « lien social » semble même être la première raison qui convainc ses derniers de s’engager dans la surveillance de leur quartier. Le constat que fait Eleonora Elguezabal lors d’une réunion regroupant élus et volontaires de la « Participation citoyenne » en rend compte. La moitié des participants évoque :

« le respect, la confiance, la proximité, voire pour certains la revendication d’une commune appartenance avec les forces de l’ordre » comme raisons de leur engagement, conjuguées à « la volonté de contribuer au “bien de la commune” » (Elguezabal, 2021).

23Si ces motifs sont ceux revendiqués par les voisins, sans remettre en question leur sincérité, nous pouvons tout de même nous questionner sur la capacité de ces réseaux à recréer, effectivement, une « confiance » ou une « solidarité » entre voisins. Selon R. Mathieu, « l’argument du lien social est contradictoire et dangereux ». Contradictoire car la vigilance entre voisin ne pourrait porter ses fruits que si les volontaires se connaissent déjà entre eux, afin de repérer si quelque chose d’anormale se produit dans leur logement (une intrusion par exemple). Dangereuse car elle impose aux volontaires de nouer des liens afin de faire fonctionner le dispositif, sans forcément qu’il y ait de réelles affinités entre les participants. Il soutient alors que les offres de participation à la sécurité ne créent pas le lien social, mais « l’institutionnalis[ent] » (Mathieu, 2010). Il considère que, pour fonctionner, ces dispositifs nécessitent « que les habitants se connaissent préalablement [les] habitudes [de leur] voisin, la composition de sa famille proche et élargie, sa voiture, celle de ses proches [et] son mode de vie ». En outre, quand bien même ces réseaux permettraient de créer une solidarité, celle-ci serait « fondée sur un lien communautaire spécifique à un quartier [autour d’un] adversaire potentiel : celui qui vient d’ailleurs, l’inconnu, l’étranger ». L’argument principal de l’auteur étant que ce que les participants sont invités à surveiller et signaler, « ce qui est louche ou suspect, c’est avant tout ce qui est extérieur au quartier ».

24Les enquêtes de M. Gardenier vont dans ce sens ; il constate que les Voisins Vigilants et autres « référents » ne lient que très rarement une amitié avec leurs partenaires de vigilance (Gardenier, 2021). Ainsi, tout porte à croire que la vigilance peut difficilement recréer du lien social. Par conséquent, la création du lien social entre voisins ne pourrait, en réalité, que rarement justifier l’adhésion des volontaires.

25Transgressant les discours officiels et ceux des volontaires, la recherche française en sciences sociales explore d’autres motifs d’engagement que la sécurité ou le lien social. Elle met en évidence que les motivations dépendent fortement du profil économique et social de l’individu considéré. M. Gardenier observe que les principaux motifs d’engagement divergent d’un quartier à l’autre. Dans certains quartiers dont les habitants sont issus de la classe moyenne, la volonté d’affirmer « la séparation du “nous” des habitant·es du quartier face au “eux” potentiellement criminogène des cités avoisinantes est primordiale » (Gardenier, 2020). Chez un groupe de Voisins vigilants de Hénin-Beaumont, cette séparation s’est matérialisée par l’érection d’un mur en gabion entre leur quartier et une cité proche. Cette situation est bien entendu extrême, et s’explique sans doute par les tensions internes à une commune très marquée par le vote Rassemblement National. Cependant, elle peut être révélatrice de la nature globale des groupes vigilants dans les quartiers de la classe moyenne.

26D’un autre côté, dans les milieux plus aisés, un autre motif d’engagement est avancé par le même auteur. M. Gardenier estime que certains cadres retraités utiliseraient les réseaux de vigilance pour développer un capital social en vue d’une campagne électorale (Gardenier, 2020). Le capital social doit être compris au sens de « l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles qui sont liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance » (Bourdieu, 1980).

27L’argument du capital social est également partagé par E. Elguezabal, qui s’est employée à dessiner le portrait-robot du Référent de la « Participation Citoyenne ». Les hommes se réclamant de droite, ayant fait des études supérieures et ayant un rapport particulier à la sécurité se disent plus fréquemment prêts à s’y engager (Elguezabal, 2021). Pendant son étude de terrain, elle rencontre principalement deux types de « référents » aux approches pas toujours compatibles : d’un côté, les personnes ayant une « proximité avec les forces de l’ordre » et, de l’autre, ceux qui voient dans ce dispositif la « continuité de leur position dans l’espace politique local ». Dans les deux cas, ce dispositif permettrait aux « référents » de « renforcer leur notabilité locale » en usant de leur capital social ou de sa connaissance du lieu et des habitants, que ce soit pour occuper une place dans une liste électorale ou dans une association influente de l’espace public local.

28Dans une approche plus matérielle, V. Malochet estime que la préservation d’une « tranquillité » par les propriétaires bien installés semble être le premier motif d’engagement (Malochet, 2021). Nous pourrions ainsi penser que ces réseaux naissent d’un effet NIMBY (Not in my backyard, traduisible par « Pas dans mon jardin ») dont la vocation serait de repousser les populations dépréciées. L. Favarel-Garrigues et L. Gayer (2016) remarquent que les volontaires de la participation citoyenne à la sécurité témoignent d’« une insertion approfondie dans la vie de quartier ou dans la quotidienneté villageoise », qui leur procure une « aptitude à lire la société » facilitant leur activité de surveillance. Les personnes qui s’engagent dans ces dispositifs sont, le plus fréquemment, déjà bien installées dans leur quartier. Leur engagement aurait alors comme conséquence de renforcer, encore un peu plus, leur intégration locale ; qu’elle soit sociale ou matérielle.

29Finalement, ces observations nous amènent à nous demander, dans le sillon de Vasco Lub (2017), si les réseaux de vigilance n’auraient pas comme enjeu plus large l’affirmation, pour les volontaires, de leur appartenance à une classe sociale vis-à-vis d’une autre. Bien que les contours des classes sociales fassent l’objet de vifs débats académiques, nous posons comme hypothèse que les Voisins vigilants appartiennent d’abord à la classe sociale aisée de la bourgeoisie pavillonnaire vis-à-vis de la classe moyenne des petits habitats collectifs et surtout de la classe populaire des cités. Cependant, encore faut-il prouver que ces motifs d’engagement se matérialisent de façon prégnante. Quelle est la nature d’engagement des Référents et des Voisins vigilants au quotidien ? Si l’action des réseaux de vigilance française diffère de leurs homologues anglophones sur de nombreux points, elle partage tout de même certains points qui dessinent les traits d’un contrôle social.

Les réseaux de vigilance à la française : faible autonomie et communauté lâche

30Après s’être attardé sur le profil et les motivations des volontaires, il est intéressant de déterminer la nature des pratiques que l’on retrouve en France. Elle renseigne sur la capacité réelle de la vigilance de quartier d’entretenir une forme de contrôle social. Il semble alors que le rapprochement entre « Voisins Vigilants » et « Participation citoyenne » est pertinent. Les deux réseaux français se caractérisent par leur faible autonomie vis-à-vis des institutions, leur champ d’action restreint et leur caractère communautaire peu développé.

31Tout d’abord, il faut souligner qu’en France, le contrôle des institutions sur les dispositifs de « vigilance citoyenne » demeure très fort. L’autonomie des groupes de voisins y semble bien éloignée de celles des milices de quartier du Neighborhood Watch, qui peuvent parfois travailler en collaboration avec les autorités mais n’y sont pas assujettis (Elguezabal, 2020). À titre d’exemple de cette emprise forte des institutions : les « référents » de la « Participation Citoyenne », ainsi que leurs missions, sont sélectionnées par les maires et les gendarmes. De même, la lutte contre les incivilités, évoquée précédemment serait encadrée par l’Etat selon V. Malochet (2021). La sociologue y voit une tentative de l’Etat d’appliquer des normes de comportements qu’il fixe lui-même : « les institutions véhiculent des messages descendants, dans une logique de conformation aux règles établies, suivant leur propre conception des comportements désirables. »

  • 6 Article L212-1 du Code de la sécurité intérieure en vigueur au 26 août 2021 (1) (C. 26 août 2021).

32Deuxièmement, dans la très grande majorité des cas observés par les trois chercheurs précédemment cités, l’action des Référents et des Voisins Vigilants se limite à la surveillance et au signalement. Les comportements extrêmes tels que les rondes, les interventions directes et les usages de la violence, propres au vigilantisme, semblent quasi-inexistants en France. La législation française est d’ailleurs claire sur ce point. L’article L212-1 du Code de la sécurité intérieure stipule que tous les groupes qui présentent « le caractère de groupes de combat ou de milices privées » sont interdits6. F. Ocqueteau et Sébastian Roché s’accordent à dire que l’action citoyenne en matière de sécurité est restreinte et que la sécurité reste profondément perçue, en France, comme une affaire de professionnels (Roché, 2004 ; Ocqueteau et Malochet, 2020).

33En outre, les citoyens ne se voient aucunement accordé de place dans les processus décisionnels des politiques de sécurité. Des expérimentations tendent bien à accorder une place aux citoyens dans la définition des politiques de sécurité par la délibération, comme en rend compte la « Conférence citoyenne de consensus » de Vaulx-en-Velin (Purenne, Balazard, 2019). Cependant, ce sujet ne semble pas faire l’objet d’un positionnement clair des institutions. Les travaux de V. Malochet ont permis de démontrer qu’elles oscillent entre « stratégies de responsabilisation collective et promotion de dispositifs encadrés de coproduction de l’ordre, et de l’autre, réticences et difficultés à faire une vraie place aux citoyens dans le gouvernement des politiques en ce domaine » (Malochet, 2021).

34Des réticences existent également du côté des habitants, alors même que les maires répètent leurs efforts pour les convaincre de s’engager et ainsi répondre aux attentes formulées par les gendarmeries (Malochet, 2017). En effet, les circulaires Guéant de 2011 et Castaner de 2019 enjoignent les responsables des forces de l’ordre à développer la « Participation citoyenne » sur leur territoire, notamment en sensibilisant les citoyens à la hausse (réelle ou non) des cambriolages. En résulterait un dispositif approximatif qui, s’il délègue bien certaines tâches aux citoyens, ne leur donne pas les moyens de s’impliquer dans la gouvernance.

35Enfin et troisièmement, les modèles français et anglosaxons divergent sur le caractère communautaire, pourtant très développé dans le vigilantisme. La vigilance française ne semble pas participer à l’entretien d’un lien de communauté quelconque. En effet, ces dispositifs ne contribueraient finalement que très peu à la création de liens sociaux. Pour Guillaume Palierse, les interactions entre volontaires se limiteraient « à des échanges de services ponctuels » (Palierse, 2013). Ainsi, les rares moments d’échanges seraient principalement les fêtes de quartier (type « » Fête des Voisins » ») et les réunions de participants, dans lesquelles sont conviés les gendarmes ou les élus. M. Gardenier estime que la vigilance permettrait, en réalité, de créer parfois la communauté. Mais cette communauté serait fondée sur une lutte commune d’une population souhaitant se protéger d’une autre, qu’elle considère comme responsable de l’insécurité. Il y aurait donc une « inversion du rapport entre lien social et contrôle social [selon laquelle] l’organisation de la surveillance collective est censée recréer une communauté locale inexistante » (Gardenier, 2021).

De la vigilance à la surveillance

Les surveillance studies, un champ d’études d’inspiration foucaldienne

36Si l’action des groupes de vigilance se montre plus limitée en France que dans les pays historiquement liés au vigilantisme, ils pratiquent néanmoins une surveillance qui pose question. L’apport des surveillance studies à l’étude de la vigilance citoyenne met en garde contre le signalement aux autorités d’informations personnelles d’un niveau de confidentialité inédit. Les surveillance studies trouvent leurs origines dans Surveiller et punir de Michel Foucault de 1975 ainsi que dans les travaux de Gilles Deleuze ou encore dans ceux du sociologue américain Rule, pour citer les plus influents (Florent Castagnino, 2018). Elles s’affirment en tant que champ de recherche interdisciplinaire par la création de la revue Surveillance and Society en 2002.

37Dans un contexte marqué par un renforcement de la surveillance étatique en réaction aux attentats du 11 septembre 2001, ces chercheurs mettent en garde contre les dérives de la surveillance généralisée des citoyens. Ils se saisissent alors des opérations publiques qui visent à susciter la participation des citoyens au maintien de l’ordre dans la lutte contre le terrorisme. Ces opérations sont indiscutablement éloignées des opérations de vigilance de quartier en France, en particulier sur la nature des informations recherchées et de la forme d’insécurité contre laquelle il faudrait lutter.

38Dans la pratique, la distinction entre ces deux vigilances devient alors plus floue : la vigilance servirait autant à repérer les personnes susceptibles de participer à un acte terroriste que les cambrioleurs potentiels. En Angleterre ou aux Etats-Unis, cette responsabilisation s’appuie sur des campagnes de communication de type « if you see something tell something » (« si vous voyez quelque chose, dites-le-nous ») ou « if you suspect it report it » (« si vous suspectez quelque chose, signalez-le »).

39Cependant, la parole des citoyens estimée peu fiable, la véritable ambition de ces campagnes de responsabilisation serait d’inculquer aux citoyens une culture de l’insécurité. La participation citoyenne rendrait acceptable le renforcement des mesures de surveillance. Elle s’intègrerait ainsi souvent à des plans de surveillance plus larges, reposant sur l’utilisation de caméras de surveillance, la collecte de données personnelles via l’informatique ou encore des contrôles d’identité. En les encourageant à participer à la prévention des délits, cette vigilance est également susceptible de créer de la méfiance entre citoyens. Un parallèle peut alors être établi avec la « Participation citoyenne ». L’enjeu n’y est pas simplement de signaler les délits commis, mais bien de repérer les signes préfigurant un passage à l’acte. En France, « [la Participation citoyenne] encourage […] à informer les forces de l’ordre de tout fait particulier », souligne le site web d’une gendarmerie.

40Cette méfiance entre individus aurait alors tendance à la dissolution plutôt qu’à la constitution de la communauté, à l’inverse de ce que défend les autorités publiques. Mike Larsen et Justin Piché observent que, dans certains cas, cette méfiance est allée jusqu’à créer de l’exclusion envers des minorités jugées plus susceptibles de commettre des actes de terrorisme (les mêmes qui sont rassemblées en France par les « signes de radicalisation », selon le ministère de l’Intérieur). Les travaux de M. Gardenier laissent penser que cette exclusion se retrouve également dans certains réseaux de vigilance français. Une communauté de Voisins vigilants à Malbosc déclare assurer des rondes afin d’empêcher des « attroupements de jeunes » de commettre des incivilités. Ses membres auraient également tenté de déloger eux-mêmes des SDF d’un parc voisin, avant de contacter la police.

41Finalement, les surveillance studies proposent que cette vigilance citoyenne encouragée par les institutions serait un élargissement des moyens de surveillance de l’Etat sur et par sa population (top-down). Selon Mike Larsen et Justin Piché : « Through citizen participation, the effective gaze of the state is extended, both spatially and conceptually, beyond the boundaries otherwise posed by technology, resources, and law » (Larsen et Piché, 2001) (« Grâce à la participation des citoyens, le regard effectif de l’État est étendu, à la fois dans l’espace et sur le plan conceptuel, au-delà des limites imposées par la technologie, les ressources et la loi », [traduction libre]). L’usage de « l’Etat » peut sembler s’inscrire dans une vision monolithique des acteurs investis d’une autorité publique qui rend difficilement compte de la réalité des jeux d’acteurs d’une commune. Cependant, nous retenons de cette citation que les effets de la participation à la sécurité semblent aller dans le sens d’un renforcement des outils de surveillance de l’Etat. Cette surveillance entre les citoyens marquerait l’aboutissement d’une forme moderne du panoptique de Foucault ; où chaque citoyen joue le rôle, à la fois, du surveillé et du surveillant. Regardant et se sachant lui-même regardé, le Voisin vigilant ou le « bon citoyen » est contraint de faire preuve d’un comportement exemplaire à chaque fois qu’un voisin est susceptible de le voir.

Dans le prisme de la pluralisation du policing, l’avènement d’un « vigilantisme de contrôle social » moderne

42À rebours de ce qui est attendu d’un vigilantisme classique, le vigilantisme contemporain n’aurait donc pas vocation à concurrencer le monopole des institutions publiques en matière de sécurité. En fait, il serait plutôt une des facettes de son redéploiement. Pour L. Fourchard, l’essor des dispositifs de participation à la sécurité fait partie d’une transformation plus large de la police qui s’effectue à l’échelle internationale : la « multilatérisation des polices » (Fourchard, 2018). Ce phénomène serait une « dynamique générale de dissociation entre la police (nom commun qui désigne une organisation publique dotée d’un mandat spécifique) et l’organisation policière ou le policing, que l’on pourrait traduire comme la pluralisation de l’activité policière ». Pour S. Roché, cette pluralisation « tient au fait que les administrations nationales ne peuvent pas traiter les volumes de délinquance que notre société connaît » (Roché, 2004).

43Ce dernier constat demeure sujet à controverse (Bonelli ; 2010). Toujours est-il que, loin de l’affaiblir, les mécanismes de pluralisation du policing semblent plutôt conforter « le pouvoir central dans son rôle “d’État-stratège” » (Malochet et Ocqueteau, 2020). Cette conclusion va à rebours des premières tentatives de définition du vigilantisme, qui mettent l’accent sur la séparation entre vigilante et institutions publiques, et semble marquer la singularité du vigilantisme moderne français. Nous remarquons que, loin de considérer les groupes de vigilance comme une menace, l’Etat les encourage et tente de travailler avec eux. On lit par exemple, dans la circulaire Castaner, que les Voisins vigilants peuvent être envisagés comme un complément de la « Participation Citoyenne ». La convention signée entre la Direction centrale de la sécurité publique (DSCP) et le président de voisinsvigilants.org est également parlante sur ce point. L’Etat comme les maires voient, dans ces groupes, une main d’œuvre peu onéreuse pour renforcer l’activité policière et, dans le même temps, renforcer leur légitimité aux yeux des citoyens.

44Pour S. Bauvet, l’Etat souhaite « établir un nouveau contrat avec le citoyen, cherchant à s’appuyer sur son apport quotidien pour […] se concentrer sur la grande criminalité ». Par conséquent, plutôt que de remettre en question la gouvernance centralisée du maintien de l’ordre en la rendant plus ouverte, la pluralisation du policing marquerait l’« extension du domaine sécuritaire sur la scène municipale » (Elguezabal, 2020). Cette extension résulte d’une légitimation par l’autorité publique, de citoyens « amateurs d’ordre » (pour reprendre la formule de Gardenier désignant les personnes ayant un lien étroit à la police ou la gendarmerie) jusque-là plutôt considérés comme des marginaux. Ce gain de légitimité leur permet alors d’intégrer les sphères politiques locales desquelles ils étaient absents.

45Dès lors, nous pouvons supposer que la participation à la sécurité a tendance à renforcer la sécurisation des politiques locales, sans pour autant ouvrir les politiques de sécurité aux citoyens. Ces remarques suggèrent que les relations qu’entretiennent les « référents » de la « Participation citoyenne » avec les institutions sont au cœur de la compréhension de la souveraineté d’un Etat néo-libéral, à l’heure de la pluralisation du policing. C’est ce que suggérait J. P. Walsh lorsqu’il écrivait : « interrogating citizen involvement broadens the understandings of changing articulations of government and national sovereignty, security, and territoriality in the present neoliberal moment » (« Etudier la participation des citoyens permet d’élargir la compréhension des évolutions de la souveraineté nationale et gouvernementale, de la sécurité et de la territorialité dans notre monde néolibéral » [traduction libre]). Une approche « par le bas », centrée sur les relations entre individus semble ainsi être adaptée aujourd’hui pour rendre compte des liens étroits entre les amateurs d’ordre et les politiciens locaux, que mettent en valeur les articles évoqués.

46Ainsi, les remarques établies par les criminologues français et les chercheurs des surveillance studies suggèrent que la vigilance de quartier française n’a pas vocation à supplanter l’autorité publique dans la gouvernance de la sécurité. Si la participation à la sécurité ne permet pas aux volontaires de peser dans les politiques, les recherches menées en France laissent entendre qu’elle aurait toutefois tendance à renforcer l’intégration locale de ses participants vis-à-vis d’autres populations.

47La thèse de H. Jon Rosenbaum et Peter C. Sederberg de 1974 sur le « vigilantisme de contrôle des groupes sociaux » (social group control vigilantism) s’avère pertinente pour étudier le cas français de la vigilance de quartier. Les auteurs déclarent ainsi : « Establishment violence directed against groups that are competing for, or advocating a redistribution of, values within the system can be considered social group control vigilantism » (« La violence de l’establishment dirigée contre des groupes qui se disputent les valeurs du système ou qui préconisent une redistribution de ces valeurs peut être considérée comme du vigilantisme de contrôle des groupes sociaux », [traduction libre]).

48Le phénomène se distingue alors de ce que les auteurs nomment le « vigilantisme de contrôle du crime » (crime control vigilantism), qui serait le phénomène le plus communément désigné derrière le terme « vigilantisme ». À l’inverse du social group control vigilantism, ce vigilantisme est « dirigé contre des personnes suspectées d’avoir commis des actes illégaux. Ces actes mettent en danger des personnes ou des biens matériels, mais les membres échappent à la justice à cause de l’efficacité de l’Etat, de la corruption ou de l’indulgence du système de procédure régulière ».

Figure 3 : Les deux types de vigilantisme selon Rosenbaum et Sederberg (1974)

Figure 3 : Les deux types de vigilantisme selon Rosenbaum et Sederberg (1974)

49Un exemple actuel de crime control vigilantisme seraient les communautés observées par L. Fourchard en Afrique du Sud à partir des années quatre-vingt, dans le contexte de l’apartheid (Fourchard, 2018). Elles consistaient en « des groupes armés soutenus et financés par le parti au pouvoir pour affronter les militants anti-apartheid ». Mais situer les cas de vigilance en France sur l’une ou l’autre de ces deux cases s’avère plus délicat.

50Le cas extrême qu’observe Gardenier à Hénin-Beaumont se situe quelque part entre le crime control et le social group control vigilantism (Figure 3). La raison qui a poussé les habitants membres de cette communauté à demander la construction d’un mur en gabion entre leur quartier et la cité voisine est double. D’un côté, ce mur est présenté et justifié comme un moyen de se protéger d’une vague de cambriolages récemment subie. D’un autre, cette réponse aux cambriolages que constitue le mur ne cible pas seulement les auteurs de cambriolages. En fait, elle vise plus largement une population envisagée comme fortement susceptible d’en commettre. Elle a pour effet de restreindre l’accès au quartier à tous les habitants de la cité : une communauté qui partage le même lieu de vie, mais également d’autres traits sociaux et ethniques que l’on retrouve dans le discours des Voisins vigilants. Comme le note Gardenier, « l’effet de cette clôture est avant tout symbolique. Elle matérialise l’affirmation d’un “nous” […] vis-à-vis d’un “eux” protéiforme venant de l’extérieur ».

51Mais ces comportements extrêmes sont rares au sein des groupes de vigilance français. Le plus souvent, la dimension de lutte contre les cambriolages est moins affirmée qu’à Hénin-Beaumont. Le modèle du social control vigilantism semble être celui correspondant le mieux à la majorité des communautés de vigilance observées en France. Pour les sociologues français, une raison de cette particularité française pourrait-être le strict respect de la législation sur le sujet, dû au traumatisme qu’a provoqué la délation pendant la Seconde Guerre Mondiale. V. Malochet, M. Gardenier et E. Elguezabal, semblent tous trois considérer que « l’éventualité d’une association citoyenne aux activités policières paraît d’autant plus suspecte que le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale et de la collaboration est profond » (Malochet, 2021).

52Sans toutefois dresser une telle conclusion, nous pouvons nous en remettre à la définition du social control vigilantism, qui suggère des pratiques spécifiques pour des objectifs variés. Pour H. Jon Rosenbaum et Peter C. Sederberg, il est globalement « la réponse de ceux qui se sentent menacés par des segments de la société en ascension sociale ou par ceux qui semblent prôner un changement significatif dans la distribution des valeurs ». En ce sens, il peut très bien s’apparenter à un mouvement réactionnaire dirigé à l’encontre d’un « groupe cible », dont la caractéristique commune est socio-ethnique, économique ou politique. Le terme « valeur », bien qu’assez flou dans sa définition, nous permet d’appréhender certains phénomènes observés par les chercheurs comme une tentative de conservation d’un confort matériel et d’un capital social face à la menace du changement. Les observations faites par E. Elguezabal vont dans ce sens. Un gendarme lui dévoile que le dispositif est utile, selon lui, « moins pour baisser le nombre de délits que pour faire de la prévention et s’assurer que les bonnes tendances se poursuivent ». Le dispositif qu’elle étudie semble donc s’inscrire donc bien dans le social group control vigilantism puisqu’il ne vise pas à faire cesser une activité délictueuse. Cette attitude conservative observée dans les groupes de voisins vigilants semble intimement liée aux « incivilités », un terme très présent dans leurs discours.

Surveiller pour garantir l’ordre

Lutter contre les incivilités

53Lorsque les sociologues interrogent les membres des réseaux de vigilance français quant à l’existence d’insécurité dans leur commune, la réponse qui leur ait donnée réoriente la questions sur ce qu’ils qualifient d’« incivilités ». Un « référent » révèle ainsi à E. Elguezabal que, en un an de participation, son activité se résumait au signalement de « deux-trois incivilités liées à des gens du voyage » (Elguezabal, 2021). De même, à Montady, l’adjoint au maire assure à M. Gardenier que ce qui se rapproche le plus de l’insécurité dans le village sont les emballages abandonnés ou la musique des jeunes le soir (Gardenier, 2021). Les institutions font également référence aux incivilités dans leur promotion de la « Participation Citoyenne ». Le site de la gendarmerie indique que ce dispositif doit s’épanouir dans « les secteurs touchés par des cambriolages et des incivilités » (site web de la gendarmerie nationale).

54Dès lors, la lutte contre l’insécurité (les cambriolages principalement) semble aller de pair avec une lutte contre les incivilités. La définition que donne H. Lagrange des incivilités semble bien correspondre avec la vision qu’en ont les citoyens participants à la sécurité. Il les définit comme un « ensemble assez hétéroclite d’actes et de conduites incriminables mais rarement poursuivies formellement, comme les dégradations, lacérations, dépôt sauvage d’ordures, bruits intempestifs, bris de boîtes aux lettres, etc. » (Lagrange, 2003). En outre, cette définition met en avant le fait que les incivilités sont rarement sanctionnées pénalement. Or, le sentiment d’inefficacité de l’Etat à punir des actes jugés immoraux serait au cœur du vigilantisme de contrôle social. Il semble, dès lors, que la perception d’incivilités peut être un motif d’adhésion chez les Voisins vigilants et les Référents.

55En outre, la croyance en une relation étroite entre incivilité et insécurité s’enracine jusque dans la sphère scientifique. Selon l’expert en criminologie S. Roché, « en démoralisant la population, [les incivilités] instaurent un espace public sans visage et encouragent la délinquance » (Beauvet, 2014). Les incivilités sont donc perçues comme des gestes moralement condamnables et vecteurs de délinquance.

56Il apparaît alors que leur caractérisation est subjective : la classification d’un acte en tant qu’incivilité relève d’un jugement moral et ne va donc pas de soi. Les incivilités peuvent alors être saisies en termes de déviance, au sens que lui donne H. S. Becker. Selon ce dernier, « les groupes sociaux créent la déviance en instituant des normes dont la transgression constitue la déviance » (Becker, 1985 [1963]). La déviance est « une conséquence des réactions des autres à l’acte d’une personne ». Nous faisons, alors, l’hypothèse que les « référents » de la « Participation citoyenne » sont comparables à la figure des « entrepreneurs de morale ». Becker les définit comme des individus qui, souvent dans une démarche qu’ils présentent comme de l’altruisme ou du « devoir citoyen », cherchent à influencer un groupe afin que ce dernier adopte ou maintienne une norme particulière, qui représente un intérêt à leurs yeux.

57La « croisade morale », que H. S. Becker perçoit dans le processus de création de la déviance, pourrait s’apparenter à la lutte contre certains comportements jugés « louches », ou comme des « incivilités », et par conséquent contre leurs auteurs. Cette hypothèse invite à étudier l’ensemble des acteurs impliqués dans le dispositif afin de comprendre le phénomène de vigilance comme la résultante d’une suite d’interactions. Il faut tenter de déterminer pourquoi et comment ces déviants ont été catégorisés comme tels. La vigilance de quartier se rapprocherait-elle d’un « vigilantisme de contrôle social » marquant la tentative d’un groupe d’individus d’empêcher des individus « déviants » de perpétrer certains actes qui porteraient atteinte à leur confort ?

58Benjamin Loveluck, sociologue du numérique, propose le concept de vigilantisme numérique. Il remarque que, en leur fournissant une visibilité et un cadre qui invite à l’autorégulation, les nouveaux moyens de communication permettent aux citoyens indignés devant un fait de prendre une part active vers la sanction du « fautif » dépassant la simple dénonciation aux autorités publiques. Cette forme connectée du vigilantisme permet « non seulement d’alerter les autorités ou l’opinion publique, mais également de “se faire justice soi-même” en engageant des formes actives de surveillance, de répression ou de dissuasion ciblées » (Loveluck, 2016).

La vigilance, l’engagement flexible des « bons citoyens »

59L’engagement des volontaires dans les réseaux de vigilance semble s’inscrire dans ce que J. Ion appelle l’« engagement distancié ». Derrière ce terme, l’auteur désigne une nouvelle forme d’engagement apparue dans la deuxième partie du XXème siècle. Il la caractérise par opposition à l’engagement militant traditionnel. L’engagement distancié prend des « formes de fonctionnement légères et souples ne débordant pas sur la sphère privée bien que pouvant fortement impliquer la personne » (Ion, 1997).

60Les enquêtes de E. Elguezabal font ressortir, dans ce sens, que les « référents » envisagent leur volontariat comme un engagement secondaire : c’est-à-dire en complément d’une activité associative ou politique préalable plus chronophage. En outre, le « référent » est sollicité de manière ponctuelle, pour organiser un événement ou pour relayer les informations de ses voisins. Il semble privilégier l’efficacité à court terme et « l’obtention de résultats partiels négociés » que J. Ion attribue à l’engagement distancié. On comprend alors que, dans ce type d’engagement où l’anonymat est souvent préservé, la création de lien de solidarité entre les membres soit assez limitée.

61Enfin, la clé de compréhension de l’« engagement distancié » est qu’il s’inscrit dans un processus d’individuation des citoyens, à ne pas confondre avec l’individualisme (qui implique un jugement moral). « L’association ne suppose plus que soit laissée aux portes du groupement l’identité personnelle […] Les compétences particulières de l’individu s’y trouvent au contraire valorisées. Cependant, l’espace du groupement, même s’il ne nécessite plus forcément des lieux publics spécifiques, est largement séparé du monde privé » (Ion, 1997). Le volontaire fait bénéficier le groupe de ses compétences techniques, ou encore de son expérience, en réalisant des tâches qui permettent, en retour, sa valorisation en tant qu’individu.

62Pour faire un rapprochement avec les Référents de la « Participation Citoyenne », il est à noter que leurs membres sont sélectionnés par les élus ou les gendarmes. Il ne suffit pas aux volontaires de se présenter pour participer à la sécurité. Dès lors, il se pourrait que les administrateurs de la vigilance française choisissent des citoyens en fonction de certains traits qui pourraient s’avérer utile (leur profession, leur influence politique locale, leur engagement associatif). La « Participation citoyenne » peut-elle se comprendre comme une forme contemporaine de vigilantisme à l’heure de l’engagement distancié ?

63La vigilance de quartier propose de renforcer le lien de quelques habitants, les référents de Voisins vigilants ou ceux de « Participation Citoyenne » avec les élus locaux. L’ambition affichée est de permettre à tous les habitants de pouvoir communiquer leurs attentes en termes de sécurité, qu’il soit question de sécurité des personnes ou des biens. Dès lors, nous pouvons interroger la capacité des volontaires à être les porte-paroles de l’intérêt général de leur commune, et ainsi à faire véritablement de la participation citoyenne dans les politiques de sécurité.

64Premièrement, l’homogénéité observée chez les profils des volontaires porte à se demander si les intérêts de ces derniers sont représentatifs de la diversité des intérêts des habitants de leur quartier ou de leur commune. V. Malochet indique que « ces dispositifs recrutent parmi les habitants bien établis, propriétaires de leur logement (maison individuelle le plus souvent) ». Un élu lui affirme même que ce sont « des retraités à 80 % » (Malochet, 2017).

65Deuxièmement, les citoyens qui s’engagent dans la vigilance seraient majoritairement les mêmes que ceux qui participent aux autres instances de démocratie participative proposés par la mairie. Les grands absents de la participation traditionnelle (à commencer par les jeunes issus des milieux populaires) sont également absents des réseaux de vigilance. Nous nous retrouverions alors face à un outil qui, en s’ajoutant aux autres instances participatives préexistantes (budget participatif, conseil municipal, délibération, débat public…), étend à la sécurité le monopole de la participation citoyenne. Pour pallier à leur manque de représentativité, les participants doivent parler au nom de l’intérêt général en dépassant parfois, ou en faisant mine de dépasser, leurs problématiques personnelles.

66Si l’on en croit J. Talpin, ce phénomène ne serait pas l’apanage de la participation à la sécurité (Talpin, 2006). En effet, il observe que, dans les instances de démocratie participative, comme les réunions publiques, les participants sont enjoints par les organisateurs à se comporter comme des « bons citoyens ». Afin d’être un bon citoyen, il ne suffit pas de faire preuve de soutien à la « logique participative initiée par la municipalité » en participant aux réunions publiques. Il faut également « adopter une posture compatible avec ce qui est collectivement défini comme “l’intérêt général” ». Il y est mal vu de défendre une position en se fondant sur sa seule expérience ou trouble personnel, sous peine d’être assimilés aux « emmerdeurs » ou aux « gueulards ». Le bon citoyen doit être en mesure de « monter en généralité pour faire de “la politique au sens noble du terme” ».

67Mais si ce phénomène a pour effet d’orienter les débats vers ce qui, aux yeux des participants, relève du bien commun, il a également pour conséquence de restreindre la participation aux citoyens maitrisant les codes du jeu politique local. Plutôt que de poursuivre l’intérêt général, ce jeu de rôle du bon citoyen aurait plutôt tendance à accentuer le manque de représentativité abordé précédemment. De plus, derrière la notion d’intérêt général peuvent se cacher des idées très personnelles sur la gestion municipale.

68Quelle conception de l’intérêt général de leur commune les voisins vigilants peuvent-ils avoir ? Tout en défendant le « bien commun » ou l’intérêt général, dans quelle mesure les Référents parviennent-ils à promouvoir leurs intérêts particuliers ? Dans ce cas, de quelle partie de la population les intérêts et les convictions des voisins vigilants sont-ils représentatifs ? Seraient-ce les intérêts des habitants les plus favorisés socialement, comme le laisse entendre l’approche de J. Talpin ? Ou bien faut-il y voir, pour certains « laissés pour compte », une opportunité de faire valoir sa voix ? C’est ce que suggère notamment L. Blondiaux quand il défend la démocratie participative et y voit une manière de promouvoir la justice sociale (Blondiaux, 2007). Finalement, les référents de la « Participation citoyenne » contribuent-ils à défendre l’intérêt général de leur commune, ou bien à défendre leurs intérêts personnels, ou les deux à la fois ?

69L’approche de Bourdieu aurait plutôt tendance à démontrer que les mouvements se forment par la réaction d’un groupe à la domination sociale, symbolique ou matérielle qu’un autre groupe exerce sur lui. Les individus engagés dans le mouvement chercheraient à redistribuer les rapports sociaux en questionnant « les catégories de perception de l’ordre social qui, étant le produit de cet ordre, leur imposent la soumission » (Bourdieu, 1981). Bien qu’aisés financièrement et culturellement par rapport à la moyenne nationale, les participants à la vigilance de quartier ont l’impression d’être menacés symboliquement localement.

70Cela nous semble être le cas d’un volontaire avec lequel E. Elguezabal s’est entretenu. Membre important d’une association locale, ce volontaire « trouve [dans son engagement] une reconnaissance du côté des élu·es participant au dispositif, qui disent apprécier son sérieux, sa mesure et donc son engagement, alors même qu’il est dans l’opposition ». Cet habitant se trouve, en fait, en antagonisme avec les « amateurs d’ordre » (anciens militaires et policiers) qui ont récemment intégré le débat municipal grâce, justement, à la « Participation citoyenne ». Ce militant associatif pourrait témoigner, selon l’hypothèse bourdieusienne, d’un désir de s’opposer à la nouvelle domination sociale revendiquée par ces amateurs d’ordre. Cet exemple n’est pas sans rappeler le modèle du social control vigilantism que nous discutions précédemment.

Conclusion

71La présentation des théories et des enquêtes sur la vigilance de quartier en France montre que la participation citoyenne à la sécurité a plutôt tendance à conserver l’ordre social en place. Ainsi, V. Malochet voit dans le champ de la vigilance, un exemple du « participationnisme d’Etat » de P. Aldrin et N. Hubé appliqué au champ de la sécurité. Ce terme sert à désigner les procédures de participations aux politiques publiques fortement encadrées par les autorités publiques : du choix des participants et de leur rôle jusqu’aux choix des sujets devant faire l’objet de concertation.

72Selon P. Aldrin et N. Hubé, cette forme de participation permet de faciliter à l’Etat la recherche de consensus et de légitimation envers les citoyens. Dès lors, plutôt que de permettre une démocratie plus émancipatrice, « lorsqu’il est saisi par la pensée d’État, l’ordre participatif reproduit toujours l’ordre politique et social en place » (Aldrin et Hubé, 2016).

73Les enquêtes en sciences sociales sur la vigilance de quartier cherchent, chacun à leur manière, à saisir les ressorts de l’engagement des volontaires, qu’ils soient Voisins vigilants ou référents « Participation citoyenne ». Ces acteurs inquiets du territoire éprouvent leur espace de vie, en tension entre des motivations souvent contradictoires, à la fois guidés par une volonté d’améliorer la qualité de vie, et attentifs à la conservation de leur capital social et matériel.

Haut de page

Bibliographie

Aldrin, P.et Hubé N., 2016, « L’État participatif. Le participationnisme saisi par la pensée d’État », Gouvernement et action publique, vol. 5, no. 2, pp. 9-29.

Allport, G., et Postman L., 1945., The Psychology of Rumor. 1ère éd., Henry Holt and Company

Bauvet, S., 2014., « 21 - Politiques sécuritaires et liens sociaux. Les implications d’un modèle contemporain de “Participation citoyenne” », Serge Paugam éd., L’intégration inégale. Force, fragilité et rupture des liens sociaux. Presses Universitaires de France, pp. 379-396.

Becker, Howard S. 1985 [1963]. Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance. Editions Métailié

Billard, Gérald et al. 2013., Ville Fermée, Ville Surveillée : La Sécurisation Des Espaces Résidentiels En France et En Amérique Du Nord. Presses universitaires de Rennes.

Blondiaux, L., 2007, « La démocratie participative, sous conditions et malgré tout. Un plaidoyer paradoxal en faveur de l’innovation démocratique », Mouvements, vol. 50, no. 2, pp. 118-129.

Bonelli, L. 2010., La France a peur : une histoire sociale de « l’insécurité ». La Découverte

Bourdieu, P., 1980, « Le capital social », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, vol. 31, no. 1, pp. 2-3.

Bourdieu, P., 1981., « Décrire et prescrire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 38, no. 2, pp.69-73.

Castagnino, F., 2018, « Critique des surveillances studies. Éléments pour une sociologie de la surveillance », Déviance et Société, vol. 42, no. 1, pp. 9-40.

Charmes, É., 2011., La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine. Presses Universitaires de France

Charmes, É., 2019., La revanche des villages. Essai sur la France périurbaine. Seuil, La République des idées

Codaccioni, V., 2021., La Société de Vigilance : Autosurveillance, Délation et Haines sécuritaires. Textuel

Demichel-Basnier, S., 2021, « La convivialité : instrument du bien vivre ensemble dans les quartiers populaires ? », Revue du MAUSS, vol. 57, no. 1, pp. 260-272.

De Vaujany, F., et Bussy-Socrate H., 2018., « Des modes de diffusion de la rumeur : une approche par la matérialité », Systèmes d’information & management, vol. 23, no. 4, pp. 9-30.

Dubost, F., 1999., « La maison, le beau et la mode ». Terrain, no 32, p. 55-66.

Elguezabal, E., 2020., « Mon voisin est-il vigilant ou l’ami des gendarmes ? Participation citoyenne et extension du domaine sécuritaire », Monde commun, vol. 4, no. 1, pp. 54-71.

Elguezabal, E., 2021, « Quand la gendarmerie devient participative : l’engagement des voisin·es dans les réseaux officiels de vigilance en France », Participations, vol. 29, no. 1, pp. 73-96.

Favarel-Garrigues, G., et Gayer L., 2016., « Violer la loi pour maintenir l’ordre. Le vigilantisme en débat », Politix, vol. 115, no. 3, 2016, pp. 7-33.

Foucault, M., 1975., Surveiller et Punir : Naissance de La Prison. Gallimard

Fourchard, L., 2018., « État de littérature. Le vigilantisme contemporain. Violence et légitimité d’une activité policière bon marché », Critique internationale, vol. 78, no. 1, pp. 169-186.

Gardenier, M., 2020., « La communauté au service de la surveillance : capital social, lien social et figure de l’ennemi. Essai de typologie des “Voisins vigilants” », Revue européenne des sciences sociales, vol. 58-2, no. 2, pp. 189-216.

Gardenier, M., 2021., « La surveillance a-t-elle une couleur politique ? Cercles de vigilance, capital social et compétition municipale dans des espaces périurbains en France », Participations, vol. 29, no. 1, pp.97-122.

Gardenier, M., 2017., « Les Voisins Vigilants : le sentiment d’insécurité peut-il recréer du lien social ? », Sociétés, vol. 138, no. 4, pp. 53-64.

Gusfield, 2009., « Chapitre 1. La culture des problèmes publics », La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique. Paris, Economica, pp. 1-25.

Hassenteufel, P., 2021., « Chapitre 1. Les modes d’analyse des politiques publiques », Sociologie politique de l’action publique. Armand Colin, pp. 27-52.

Hassid, O., 2006., « Police et citoyens. L’implication des citoyens dans la production de sécurité », Futuribles, vol. 324, no.1, pp. 5-20.

Ion, J., 1997., « V - L’engagement distancié », La fin des Militants ? Éditions de l’Atelier, pp. 79-97.

Johnston, L. 1996 « What Is Vigilantism? », The British Journal of Criminology, vol. 36, no. 2, pp. 220-236.

Lagrange, H., 2003., Demandes de sécurité : France, Europe, Etats-Unis. Seuil, La République des Idées

Larsen, M., et Piché J., 2009., « Public vigilance campaigns and participatory surveillance after 11 September 2001 », Hier, Sean, et Josh Greenberg éd., Surveillance: Power, Problems, Politics, Vancouver. UBC Press, pp. 187-202.

Léger, D., 1979, « Les utopies du “retour” », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 29, no. 1, pp. 45-63.

Loveluck, B., 2016., « Le vigilantisme numérique, entre dénonciation et sanction. Auto-justice en ligne et agencements de la visibilité », Politix, vol. 115, no. 3, pp. 127-153.

Lub, V., 2017, Surveillance de quartier à l’ère numérique : entre contrôle de la criminalité et culture du contrôle. Springer.

Malochet, V., 2021., « La sécurité est-elle vraiment “l’affaire de tous” ? Les limites de la participation citoyenne en France dans un domaine typiquement régalien », Participations, vol. 29, no. 1, pp. 41- 71.

Malochet, V., et Ocqueteau F., 2020., « Gouverner la sécurité publique. Le modèle français face à la pluralisation du policing », Gouvernement et action publique, vol. 9, no. 1, pp. 9-31.

Mathieu, R., 2010., « Le sécuritaire au quotidien. Quelques réflexions autour du dispositif “Voisins vigilants” », Savoir/Agir, vol. 14, no. 4, pp. 85-91.

Mongin, O., 2013., « Émiettement et exclusivisme social », Esprit, vol. /a, no. 3-4, pp. 61-67.

Née, E., 2012., L’insécurité en campagne électorale. Honoré Champion, coll. Essais

Palierse, G., 2013., « Voisins Vigilants ou le “Neighborhood Watch” à la française : une nouvelle forme de reproduction des pouvoirs locaux », mémoire de master Villes et Sociétés, ENTPE, Ecole d’urbanisme de Lyon (IUL)

Pinçon, M., et Pinçon-Charlot M., 2007., Les ghettos du Gotha. Seuil

Rayner, H., 2016., « Participationnisme d’État. Le gouvernement de la “libre formation de l’opinion” en Suisse », Gouvernement et action publique, vol. 5, no. 2, 2016, pp. 79-99.

Roché, S., 2004., « Vers la démonopolisation des fonctions régaliennes : contractualisation, territorialisation et européanisation de la sécurité intérieure », Revue française de science politique, vol. 54, no. 1, pp. 43-70.

Rosenbaum, J., et Sederberg. P., 1974., « Vigilantism: An Analysis of Establishment Violence », Comparative Politics, vol. 6, no 4, pp. 541-70.

Ruffat, M., 1987., « À quoi sert le néocorporatisme ? » Vingtième Siècle, revue d’histoire, vol. 13, no 1, pp. 95-104.

Sallustio, M., 2018., « Le “retour à la terre” : entre utopie et nostalgie », Conserveries mémorielles, vol.22, no.1

Talpin, J., 2006., « Jouer les bons citoyens. Les effets contrastés de l’engagement au sein de dispositifs participatifs », Politix, vol. 75, no. 3, pp. 11-31.

Walker, Jack L. 1983., « The Origins and Maintenance of Interest Groups in America ». American Political Science Review, vol. 77, no 2, pp. 390-406.

Walsh, James P. 2014., « Watchful Citizens ». Social & Legal Studies, vol. 23, no 2, pp. 237-59.

Wacquant, L., 2010., « La fabrique de l’État néolibéral ». Civilisations, no 59-1, pp. 151-74.

Haut de page

Notes

1 Selon le site web de la National Neighborhood Watch : https://www.nnw.org

2 Source : Budget du ministère de l’Intérieur, ministère des Finances.

3 La « surveillance latérale » est un terme employé par Vanessa Codaccioni pour signifier la surveillance entre citoyens.

4 La « sous-veillance » désigne les acteurs qui surveillent les violences d’État selon Codaccioni.

5 Source : site web de « Voisins Vigilants et solidaires ».

6 Article L212-1 du Code de la sécurité intérieure en vigueur au 26 août 2021 (1) (C. 26 août 2021).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Panneau Voisins vigilants à l’entrée d’un lotissement à Béziers
Crédits Source : Midi libre
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/12065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Figure 2 : Logo de « Participation citoyenne »
Crédits Source : Mairie de Dardilly
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/12065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Figure 3 : Les deux types de vigilantisme selon Rosenbaum et Sederberg (1974)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/12065/img-3.png
Fichier image/png, 328k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Durand et Arthur Guérin-Turcq, « Participer et Surveiller. La vigilance de quartier en France »L’Espace Politique [En ligne], 49-50 | 2023-1/2, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/12065 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11r68

Haut de page

Auteurs

Paul Durand

Ingénieur d’État
UMR 5600 Environnement Ville et Société, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, Université de Lyon
paul.durand@entpe.fr

Arthur Guérin-Turcq

Doctorant en géographie
UMR 5600 Environnement Ville et Société, Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat, Université de Lyon
arthur.guerin.turcq@entpe.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search