Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus d'ouvrages2024Politique des noms de lieux. Déno...

2024

Politique des noms de lieux. Dénommer le monde

Compte rendu de l’ouvrage de Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzshuch « Politique des noms de lieux. Dénommer le monde », Londres, ISTE Editions, 2023
Yann Richard
Référence(s) :

Giraut, F., Houssay-Holzschuch, M. (dir.), 2023, Politique des noms de lieux. Dénommer le monde, Londres, ISTE Editions

Texte intégral

1L’étude des relations entre espace et politique a connu des évolutions très sensibles. On peut se risquer à distinguer traditionnellement deux grandes manières de les étudier, selon le point de vue adopté : la géographie politique et la géopolitique. A côté ou au-delà de ces deux champs de recherche traditionnels se développe un troisième qu’on peut appeler la géographie « du politique ». Le livre coordonné par Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch se situe au confins de ces trois approches. Il s’inscrit dans un champ de recherche qui n’est certes pas nouveau mais qui est traditionnellement périphérique dans les travaux des géographes. Il s’agit de l’étude de la toponymie, envisagée comme un fait politique. Comme le rappellent les deux coordinateurs, c’est un champ dans lequel les recherches sont encore dispersées et souffrent d’un déficit de théorisation.

2Les réflexions contenues dans cet ouvrage reposent sur quelques postulats très forts : la toponymie est au cœur de la territorialisation de l’espace géographique ; nommer les lieux (fabrication du « toponomascape », c’est-à-dire la « visibilisation des noms par la signalétique et la cartographie associées à l’usage langagier et fonctionnel des noms de lieux ») n’est ni plus ni moins qu’une opération de sémiotisation de l’espace, qui consiste en un encodage symbolique de celui-ci afin de le territorialiser ; la dénomination des lieux est une façon de politiser et d’instiller de l’idéologie dans l’espace géographique ; le « toponomascape » est une sphère autonome, qui possède sa logique propre ; étudier les noms de lieux est une façon d’observer des relations de pouvoir, car nommer c’est instituer un ordre et c’est une pratique qui peut susciter la controverse voire le conflit.

3Les auteurs n’ont pas souhaité produire un nouvel ouvrage de toponymie classique, qui « étudie la composition, la signification et l’altération des noms de lieux en mobilisant des approches étymologiques, philologiques et pragmatiques ». Il s’agit plutôt d’un ouvrage de « toponymie politique » ou « toponymie critique ». Son objet est l’enjeu social, économique et culturel que constitue le choix d’un nom de lieu et les usages que l’on fait de ce nom. Il s’ouvre avec une introduction fort bien charpentée pour le situer dans un état de l’art qui, en fin de compte, est peu abondant bien qu’assez ancien, puisque les premiers ouvrages universitaires sur ce thème sont parus dans la première moitié du 20e siècle. C’est seulement depuis les années 1980 que les recherches se multiplient. Elles sont stimulées, entre autres, par l’essor vigoureux des subaltern studies, des post-colonial studies, des gender studies, de la géopolitique critique, des recherches sur la justice sociale, sur la gouvernementalité, etc., dans un contexte marqué par la fin de la guerre froide. A tel point que, dans les années 2000, il existe enfin un véritable champ de recherche pluridisciplinaire autonome, caractérisé par ce que les deux coordinateurs appellent une « profusion » de thèmes et de méthodes. Leur objectif est double : donner de la place à des études de cas très intéressantes, mais surtout contribuer à la construction d’un cadrage théorique qu’ils essaient de tirer de cette profusion même, en faisant usage notamment de la notion foucaldienne de « dispositif » (en l’occurrence, le « dispositif toponymique »).

4Même s’ils reconnaissent qu’ils ne partent pas de rien, les deux coordinateurs estiment à juste titre que cet effort de théorisation reste largement à faire. A cet égard, ils proposent plusieurs axes de réflexion. Les noms de lieux ne doivent pas être essentialisés et leur étude doit à chaque fois être ancrée dans une réalité sociale bien identifiée. Il s’agit en l’occurrence de ne pas s’enfermer dans des cadres théoriques qui ont été construits dans des contextes occidentaux ou post-socialistes, par exemple. Ces cadrages ne sont en effet pas tous transposables dans les pays des Suds ou dans d’autres aires régionales. Il s’agit aussi de se poser les bonnes questions. Qu’est-ce que nommer pour les habitants d’un lieu ? Dans quelle langue ? Qu’est-ce qu’un lieu ? Cela suppose de ne pas s’intéresser seulement au toponyme en tant que tel mais à un processus qui va du choix du toponyme à la dénomination en tant que telle, puis à la réception du nom par les personnes qui sont censées en faire usage. Cela suppose aussi que l’on observe ce que Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch appellent des « points aveugles », c’est-à-dire des espaces ou des thèmes encore peu ou pas étudiés : par exemple, la toponymie des espaces ruraux, des périphéries métropolitaines, mais aussi les récentes campagnes d’adressages dans certains pays du Nord, les noms de quartiers, les niveaux scalaires de la production toponymique et leur régime de temporalité, la circulation des toponymes, le rôle des Etats dans la dénomination des lieux, les résistances locales contre tel ou tel toponyme (il faut étudier les toponymies alternatives et vernaculaires et les toponymies ascendantes), les émotions et les souvenirs liés aux toponymes, etc.

5Outre une introduction (présentée comme un premier chapitre) et une conclusion très solides et stimulantes écrites par les deux coordinateurs, l’ouvrage contient 11 chapitres qui permettent d’explorer de nombreux aspects de la toponymie politique.

6Ainsi, dans le deuxième chapitre, sont étudiés les toponymes commémoratifs dont la charge civique transparaît dans certaines luttes sociales. Pourtant cette charge n’est pas perçue par nombre d’élus, de journalistes, de groupes de citoyens et de chercheurs. C’est d’autant plus dommage que ces toponymes ont une valeur affective, une vertu commémorative et ce que l’auteur appelle un « potentiel réparateur » (page 32). Cette dernière expression renvoie à un fait intéressant : certaines communautés marginalisées et leurs alliés pensent que le changement de toponymes commémoratifs (mettant en scène de nouvelles histoires politiques, par exemple) peut être une forme de « réparation symbolique » (page 43). Elle peut contribuer à la restauration de la dignité et de l’identité publique de victimes d’une oppression, à la réhabilitation d’histoires nationales et à la reconnaissance de certaines violations des droits de l’homme.

7Dans le troisième chapitre, le regard est orienté vers l’environnement nommé, vécu et disputé. L’objectif est de baliser un champ de recherche en mettant en exergue un postulat : les toponymes sont des signes expressifs de la relation humain-environnement et tiennent une place centrale dans les enjeux de pouvoir liés à cette relation.

8Le quatrième chapitre est consacré à la dénomination et à la renomination des territoires de conquête. La néotoponymie participe à la production de territoire par la sémiotisation. L’auteur présente des pratiques impériales et montre qu’elles forment des dispositifs différents selon les contextes. Il décortique alors les rapports dialectiques entre les noms d’origine extérieure et les noms d’origine locale. Il montre également qu’il n’existe pas d’opposition stricte entre eux.

9Le cinquième chapitre évoque l’adressage. A partir de ce sujet peu traité, les auteurs présentent l’émergence des pratiques d’adressage de rue dans différents contextes géographiques et identifient des pistes de recherche futures sur le rôle de l’adressage des rues dans la création d’un monde géocodé.

10L’auteur du sixième chapitre s’intéresse à ce qu’il appelle la marchandisation toponymique, qui renvoie à la privatisation du droit de nommer et aux marques commerciales. Il y étudie deux types de « toponymie comme marchandise » (page 113) : les utilisations à des fins commerciales de la dénomination à thème ou thématisée, puis la vente de droits à nommer les espaces ou droits de dénomination spatiale, en Amérique du Nord, en Europe et en Asie. En dialoguant avec les théories qui ne sont a priori pas liées à la toponymie, il montre que la marchandisation toponymique véhicule des modèles, des processus et des hiérarchies de pouvoir.

11Le septième chapitre aborde la toponymie du tourisme et des loisirs en France, en partant du constat qu’il existe une prolifération toponymique autour de ces espaces et de ces lieux. Cette prolifération nominative, observée à plusieurs échelles, aboutit parfois à la coexistence de plusieurs catégories pour désigner les mêmes lieux : toponymie officielle, toponymie commerciale et toponymie informelle d’usage plus ou moins éphémère. L’auteur montre que la toponymie touristique est une affaire politique, bien que généralement non conflictuelle, et nous permet de comprendre comment les acteurs politiques s’approprient les toponymes produits par le tourisme.

12L’auteur du huitième chapitre propose une étude critique de la toponymie des lieux de la mobilité, notamment de la toponymie des transports, sujet, là encore, peu exploré. Il observe comment les acteurs spatiaux décrivent leur paysage au moyen de signes et de symboles, en créant de nouveaux lieux et en renommant certains d’entre eux. Les lieux de la mobilité (de l’arrêt de bus à l’aéroport international) sont des hauts-lieux du point de vue de leur usage ou de leur fréquentation, parce qu’ils sont des repères spatiaux.

13Le chapitre consacré aux quartiers informels des pays du Sud global, montre comment les toponymes agissent comme des symboles d’inégalité et d’oppression, des marqueurs de territoires communautaires, mais aussi des indicateurs d’adaptation à divers défis. Il montre également que le cadrage théorique élaboré pour l’étude de la néotoponymie reste européen et nord-américain ; Il est donc nécessaire selon lui d’adapter ce cadrage pour l’appliquer aux quartiers informels du Sud global (Peritore, 1999).

14Les luttes toponymiques font l’objet d’un chapitre qui interroge la « souveraineté cartographique », (page 194) dans l’époque présente où la production des cartes n’est plus l’apanage des États. Ces derniers sont concurrencés par des multinationales incontournables, telles que Google. Dans ce contexte, l’auteur explore une hypothèse : malgré les discours très volontaristes des États pour réhabiliter une forme d’autorité sur la production des cartes, on observe plutôt l’émergence d’une forme de « post-souveraineté cartographique ».

15Les auteurs du dernier chapitre - « Ce que l’Afrique pourrait apporter à la toponymie critique » - souhaitent bousculer les schémas interprétatifs habituels de la toponymie critique. Ils partent du constat qu’elle s’est orientée vers l’étude de la seule toponymie officielle et vers les stratégies idéologiques des gouvernants, tandis que l’intérêt pour les pratiques toponymiques des gouvernés sont peu, voire pas, étudiées. Les deux auteurs souhaitent poser les bases d’un renouvellement possible en s’intéressant aux caractéristiques principales de la nomination des lieux dans l’Afrique d’aujourd’hui. Ils s’intéressent en particulier à la diversité des formes toponymiques, qui traduit un défaut d’hégémonie des formes toponymiques officielles.

16Au total, voilà un livre très utile, qui propose une série de cas d’étude qui témoignent d’un permanent souci de théorisation. Un ouvrage qui offre une pensée critique, en comblant un quasi-vide sur ce sujet en géographie. Un livre stimulant où l’on trouvera de quoi orienter et alimenter de nombreuses recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard, « Politique des noms de lieux. Dénommer le monde »L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 22 mai 2024, consulté le 18 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/12222 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11phd

Haut de page

Auteur

Yann Richard

Professeur des Universités
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - UFR de Géographie
Yann.Richard@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search