Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionsAppels closGéographie et sociologie électora...

Géographie et sociologie électorales : duel ou duo ?

Deadline : 30 juin 2013

La revue L'Espace politique publiera au premier semestre 2014 un dossier consacré aux relations entre géographie et sociologie électorales, dirigé par Joël Gombin (politiste de l’UMR CURAPP – UPJV) et Jean Rivière (géographe de l’UMR ESO – Université de Nantes). Une section thématique organisée lors du 10e congrès de l'AFSP (ST 34, Strasbourg, 2011) a été l'occasion d'un premier échange autour de ce thème. À l’issue du cycle électoral de 2012 qui a donné lieu à plusieurs types de dispositifs d’enquête originaux, ce dossier permettra d'approfondir l'état des lieux des relations entre géographie et sociologie électorales, notamment en élargissant le débat aux autres disciplines qui contribuent au champ de l’analyse électorale (histoire, psychologie, économie, anthropologie…).

L'objectif de ce numéro thématique est aussi d'effectuer un bilan des développements récents et des perspectives ouvertes par la géographie électorale et, plus largement, par les approches du comportement électoral sensibles à sa dimension spatiale. Il s'agit donc d'ouvrir un espace d'échange, de confrontation et de discussion – si possible transnational – entre électoralistes. Les thèmes sur lesquels nous souhaiterions recevoir des propositions incluent, sans exclusive d'autres pistes :

- des approches historiques et épistémologiques des relations entre géographie et sociologie électorales. Comment, depuis l'œuvre inaugurale de Siegfried [1913], ces relations ont-elles évoluées ? Comment se configurent-elles dans différentes traditions nationales ? Ce découpage fait-il sens ailleurs ? Où en est-on du renouveau français de la géographie électorale, depuis les états des lieux dressés par Guillorel [1989] et Bussi [1998] ? Est-il encore légitime de distinguer entre géographie et sociologie électorales ? Quels effets ont produit le développement et la banalisation des systèmes d'information géographiques (SIG) et plus largement des logiciels de cartographie, des bases de données géographiques ou écologiques, des méthodes de modélisation spatiale ? Face aux limites de plus en plus patentes des enquêtes individuelles décontextualisées, les sociologues et les politistes s’approprient-ils les outils et les démarches des géographes ? Et réciproquement, les clivages théoriques et méthodologiques structurant la sociologie électorale et la science politique se retrouvent-ils chez les géographes ? Autrement dit, la structuration du champ de l’analyse électorale est-elle toujours essentiellement liée aux cadres disciplinaires hérités ou ces derniers sont-ils en train d’éclater au profit de divisions fondées sur les cadres théoriques et méthodologiques ?

- dans le même ordre d'idées, nous sommes intéressés par des articles portant sur les perspectives futures des rapports entre les différentes disciplines du champ de l’analyse électorale autour de la question de la dimension spatiale, que ce soit du point de vue théorique et épistémologique, ou de celui des dispositifs empiriques et des méthodes employées. L'existence de programmes de recherches  pluridisciplinaires, comme le projet Cartelec (http://www.cartelec.net/), mais aussi le développement de certaines méthodologies telles que l'analyse multiniveaux, ouvrent par exemple de nouvelles voies à la collaboration entre géographes et sociologues dans l’étude des phénomènes électoraux. Quelle division scientifique du travail faut-il établir ? Comment pérenniser ces collaborations ? Que peut-on espérer d'elles sur les plans empiriques et théoriques ?

- des exemples de recherches empiriques interrogeant les rapports entre géographie et sociologie électorales, et plus largement des approches issues d’autres disciplines qui prennent en compte la dimension spatiale des comportements et processus électoraux. Qu'apporte à la compréhension des comportements électoraux la prise en compte de leur dimension spatiale ? Faut-il opposer dimension spatiale et variables lourdes, par exemple, ou bien au contraire ces approches se nourrissent-elles l'une l'autre ? Une sociologie électorale réaliste doit-elle être contextuelle, comme y invitent certains travaux récents [Braconnier, 2010], ou bien le contexte géographique est-il une boîte noire que sociologues et politistes devraient s'interdire [King, 1996] ? Quels types de données, et quelles méthodologies, se révèlent les plus heuristiques ?

Les propositions d’articles d’un maximum de 60.000 signes, notes de bas de page, bibliographie et annexes comprises (cf. normes de mise en page) doivent parvenir, par courrier électronique, avant le 30 juin 2013 à Joël Gombin (joel.gombin@gmail.com) et Jean Rivière (jean.riviere@univ-nantes.fr).

Bibliographie

Braconnier C. (2010), Une autre sociologie du vote: les électeurs dans leurs contextes: bilan critique et perspectives Lextenso/LEJEP, Paris.

Bussi M. (1998), Éléments de géographie électorale: à travers l’exemple de la France de l’Ouest, Mont-Saint-Aignan, Publ. de l’Université de Rouen.

Guillorel H. (1989), « 70 ans de géographie électorale ». Politix. Revue des sciences sociales du politique, 2[5], p.57–68.

King G. (1996), « Why context should not count ». Political Geography, 15, p.159–164.

Siegfried A. (1913), Tableau politique de la France de l’Ouest sous la troisième République, Paris, Armand Colin.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search