Navigation – Plan du site
Frontières de guerre, frontières de paix : nouvelles explorations des espaces et temporalités des conflits
3. La frontière redéfinie « par le bas »

Quand l'alisverissi transfrontalier fait vivre : Castellorizo et Kaş face aux crises

When cross-border alisverissi helps make a living: the case of Castellorizo and Kaş
Ioannis Géorgikopoulos

Résumés

Située dans le sud-est de la mer Méditerranée face à la côte anatolienne, Castellorizo est l'île la plus orientale du territoire grec. Administrativement rattachée à l'archipel du Dodécanèse, Castellorizo fait preuve d'une permanence de liens, préexistants au tracé de la frontière, avec le reste de la région mais surtout avec l'Anatolie. Ces liens se réaffirment aujourd'hui par les échanges socio-économiques entre les Castelloriziotes et les habitants de la ville turque de Kaş. Inscrites dans la longue durée (période ottomane), ces pratiques transfrontalières relient solidarités translocales, réseaux et échanges de proximité sur fond de crises socio-économiques et politiques multiscalaires. En grec, comme en turc, « alisverissi » (alışveriş) signifie échange de biens mais aussi contact culturel. En utilisant les réseaux de relation et de voisinage, les habitants des deux côtés redécouvrent un fonctionnement socio-économique qui s'ancre de plus en plus dans leur réalité quotidienne. Les différentes formes de cette mobilité transfrontalière semblent contribuer à la survie économique des Castelloriziotes et des habitants de Kaş, et sont susceptibles de jouer un rôle important dans la réorganisation politique de la situation frontalière entre la Grèce et la Turquie.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le plus souvent liée au conflit, la notion de frontière fut pendant longtemps synonyme de ligne de front. Aujourd'hui, la fonction frontalière gagne de plus en plus en visibilité en raison des crises successives du modèle dominant (ligne westphalienne), mais surtout en raison des multiples interprétations que lui accordent les différents acteurs impliqués (Foucher, 2007 ; Kahn, 2010 ; Davezies, 2015). Resignifiées au travers de divers types de relations et d'activités humaines, les zones frontalières demeurent de véritables laboratoires où s'élaborent de nouvelles modalités d'organisation socio-spatiale. Les réalités qui se chevauchent sur des espaces frontaliers sont porteuses de dynamiques qui peuvent permettre non seulement la survie économique et la cohésion sociale à l'échelle régionale, mais aussi la stabilisation d'une paix durable (Bussi, 2009). Négociées au niveau local, régional et national, les coopérations transfrontalières redéfinissent les fondements du jeu d'échelles territoriales et amènent à réfléchir sur l'agencement de nouveaux espaces à la fois d'articulation et de bordure, la frontière étant aussi bien une construction sociale qu'une institution (Wilson et Donnan, 1998 ; Amilhat-Szary et Fourny, 2006 ; Amilhat-Szary, 2011).

2Dans ce contexte, il est nécessaire d'étudier l'épaisseur historique des lieux et les liens socio-économiques entre les groupes participants à ce processus, afin de saisir leur part active dans le cadre d'une géopolitique « par le bas » où s'articulent les différents enjeux politiques, économiques et culturels. Face à une économie étatique instable (crise financière grecque), les différentes solidarités transfrontalières sont-elles capables de mettre en avant la nécessité d'une gouvernance alternative, susceptible de combler les failles produites par un système de plus en plus dépassé ? De quelle façon, en incitant aussi bien à la traversée qu'au contrôle et perçues autant comme opportunité (la frontière comme zone de transition) que comme péril (la frontière comme ligne de défense étatique), les coopérations transfrontalières d'initiative locale produisent-elles de nouveaux types de liens socio-économiques et politiques ? S'agit-il seulement d'une occasion pour les sociétés locales de se restructurer par le biais de dynamiques organisationnelles échappant largement à la stricte mainmise étatique, ou pourrait-on y voir aussi un rapport avec la multiplication des situations frontalières et l'émergence de nouveaux défis politico-financiers à plus grande échelle ?

  • 1 Au XXe siècle : ottomane, italienne, allemande et britannique.

3À travers ce prisme, les échanges transfrontaliers entre Castellorizo (Grèce) et Kaş (Turquie) présentent un grand intérêt dans la mesure où ils constituent la matérialisation des enjeux géopolitiques contemporains : ils aident à saisir le jeu dialectique entre ouverture et fermeture, ainsi que l'articulation entre transformation du rôle de la frontière et intégration de l'histoire dans de nouvelles spatialités transfrontalières. Loin d'être un phénomène nouveau, l'interaction entre territoire, réseaux et échanges au sein de la région s'inscrit dans la continuité historique. Le passé mouvementé de l'archipel du Dodécanèse (plusieurs annexions et occupations à travers les siècles)1 et ses liens durables avec la côte anatolienne sont à la base d'une réémergence de pratiques qui peuvent paraître peu compatibles avec le tracé moderne des frontières linéaires. La réappropriation des survivances de relation par delà la frontière actuelle et l'ancrage dans un contexte stato-national ne sont pas pour autant des faits opposés. L'articulation entre les permanences historiques de fonction de carrefour et les défis d'une région en pleine recomposition donnent une nouvelle perspective à l'étude de l'espace maritime séparant la Grèce et la Turquie et du rôle que peuvent jouer les populations qui y vivent.

4Comment la pratique du petit commerce transfrontalier peut-elle contribuer à redessiner un espace maritime sous tensions depuis plusieurs décennies ? Quel rôle y joue le cadre historico-culturel ? De quelle façon et jusqu'à quel point les réseaux de proximité incitent les acteurs à la réappropriation de l'espace frontalier ? Enfin, en quoi l'exemple castelloriziote constitue-t-il un cas particulier dans un contexte plus large de transformations des fonctionnements frontaliers ayant lieu au sein de l'espace post-ottoman ? A travers cet article, nous allons étudier la façon dont ces relations – dépendant du jeu d'acteur de part et d'autres et nouant des liens qui assurent un certain niveau de stabilité politique et socio-économique – profitent aux habitants de part et d'autre de la frontière et sont susceptibles de réorganiser l'espace maritime entre la Grèce et la Turquie. Cette contribution est le résultat d'une étude de terrain effectuée en juillet-août 2014 à Castellorizo et repose sur une observation directe et participante, ainsi que sur des entretiens semi-directifs auprès de la population castelloriziote.

1. Castellorizo : une trajectoire historique entre continuité et rupture

5Entre 1309 et 1522 l'archipel du Dodécanèse fut sous la domination de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La présence latine veillait à la protection du territoire contre les raids pirates et les sièges ottomans par la fortification des îles comme Rhodes et Cos. Mais son apport principal était la réorganisation économique du monde insulaire par la mise en place d'un modèle d'ouverture. La reconstruction des ports insulaires et le développement des activités commerciales montraient l'attention qu'attribuaient les Chevaliers à la prospérité d'un archipel très important pour leurs visées orientales (Terres saintes). Les formes de cette ouverture se diversifieront par la suite avec l'émergence d'un système impérial, au sein duquel chaque île constituait un milieu socio-économique original. Entre 1522 et 1912, le nouveau cadre ottoman a façonné les modes de vie des insulaires et leurs rapports avec les réseaux de proximité. L'administration ottomane se concentrant sur les chefs-lieux de l'archipel, la grande majorité des petites îles dodécanésiennes, comme Castellorizo, étaient des entités territoriales autonomes et autogérées qui tissaient librement des liens commerciaux et culturels avec leur région élargie (Efthymiou-Hadjilacou, 1988). Ceci donnait une grande marge de manœuvre aux groupes internes et diversifiait les formes de cohésion au sein de la région.

Figure 1 - Vue de Kaş (au fond) depuis Castellorizo

Figure 1 - Vue de Kaş (au fond) depuis Castellorizo

Sources : Ioannis Géorgikopoulos - 2017

6Les effets bénéfiques de cette autonomie politico-économique furent visibles dans le dynamisme démographique de Castellorizo : entre 1850 et 1910, l'île passa de 3 500 à 9 000 habitants, soit une croissance de 157 % (Kasperson, 1966). De surcroît, la liberté de circulation entre les ports de l'Empire donnait l'occasion aux Castelloriziotes d'exporter leurs produits agricoles et de participer au très rentable commerce d'éponges, de concert avec d'autres îles de l'archipel comme Symi, Kalymnos et Chalki. Plus précisément, la région voisine de Lycie (actuelles provinces d'Antalya et de Muğla) était approvisionnée en aliments et en éponges essentiellement par Castellorizo. Ainsi, les territoires éloignés par rapport aux grands centres commerciaux qu'étaient Rhodes, Cos, Smyrne et Constantinople, trouvaient dans ce réseau d'échanges une réponse adéquate aux handicaps relatifs à leur position géographique et à leur petite taille.

7La notion d'alisverissi trouve ses racines dans les différentes formes de ces échanges à l'échelle régionale. En grec, comme en turc, alisverissi (alışveriş) signifie échange de biens mais aussi contact culturel. Grâce aux relations commerciales établies entre les différents ports ottomans, les îles de l'archipel fonctionnaient au sein d'un réseau méditerranéen profitant de l'absence des frontières. La plupart des ports insulaires donnant sur la côte anatolienne, celle-ci était souvent la première option en termes d'approvisionnement et de rapprochement culturel. Les échanges quotidiens ont créé des liens solides entre les acteurs locaux participants et ont activé des réflexes d'adaptation aux mutations géopolitiques, dans la mesure où les occupations successives n'ont pas pu altérer l'organisation et les équilibres internes. C'est pour cette raison que le changement de conjoncture de 1912 (occupation italienne) n'a pas modifié les habitudes socio-économiques des populations grecques et turques vivant au voisinage les unes des autres. La tolérance de l'occupant, en tout cas jusqu'à la fin des années 1920, à l'égard de certaines pratiques joua aussi un rôle important. Dans ce contexte, les relations de proximité avec la côte turque ont été plus développées dans les îles éloignées des chefs-lieux dodécanésiens et proches des villes limitrophes turques ; Castellorizo et Kaş ont pu ainsi en profiter.

  • 2 Entre 1944 et 1945, l'archipel, sous contrôle nazi, souffrait de la famine et d'autres privations.

8Après une courte période d'occupation française (1915-1921), Castellorizo a été intégrée à l'Isole Italiane dell'Egeo (Dodécanèse). Le nouveau statut colonial des îles et l'évolution des rapports de force ont beaucoup pesé sur l'économie régionale. Dès la fin des années 1920 et tout au long des années 1930, le commerce maritime transfrontalier entre le Dodécanèse italien et la côte turque fut le grand perdant. A partir de 1929, la décision de la part de la Turquie de mettre en place des mesures protectionnistes sur les importations des produits issus des îles italiennes, mais aussi la politique d'exportation de l'occupant priorisant les liens commerciaux entre le Dodécanèse et le Royaume d'Italie eurent un impact considérable sur la population insulaire (Kasperson, 1966 ; Barlas, 2004). L'interdiction graduelle des échanges obligea les insulaires de se contenter du peu que les autorités italiennes puis allemandes2 leur permettaient d'avoir, et des profits limités mais essentiels de la contrebande. Ainsi, malgré le tracé de la frontière italo-turque, les solidarités économiques translocales furent maintenues.

  • 3 Source : Agence statistique grecque (ELSTAT).

9Aujourd'hui, les Castelloriziotes nonagénaires se souviennent encore des grandes pénuries alimentaires et du rôle crucial de la contrebande quotidienne entre l'île et Kaş. En effet, l'émigration et la contrebande constituaient les choix les plus fiables face à l'instabilité géopolitique régionale (guerre italo-turque de 1911, occupation italienne du Dodécanèse et les tensions qui en découlaient entre l'Italie fasciste et la Turquie kémaliste). Entre 1910 et 1922, en raison de l'émigration massive des Castelloriziotes à Alexandrie et Port-Saïd en Égypte, ainsi qu'en Amérique du Sud (Brésil, Argentine), la population de Castellorizo baisse de 70 %, passant de 9 000 à 2 700 habitants (Kasperson, 1966). De surcroît, entre 1915 et 1921, l'occupation française de l'île facilita l'émigration vers la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et surtout à Marseille. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, privée de sa population musulmane installée à Kaş depuis le début du conflit (Deheurles-Montmayeur, 2013), Castellorizo comptait 663 habitants, selon le recensement grec de 19473.

10Pour les Castelloriziotes qui n'ont pas choisi l'émigration, la contrebande constituait une pratique fréquente. Comme nous en informent les témoignages des nonagénaires castelloriziotes, une bonne partie de l'alcool et du tabac produits dans les entreprises italiennes du Dodécanèse (CAIR, TEMI) était destinée à l'administration et aux colons italiens ainsi qu'à Rome, ce qui poussait les Castelloriziotes à trouver d'autres voies d'approvisionnement. Le contexte très difficile de la Seconde Guerre mondiale étendra par la suite le marché de la contrebande à d'autres produits nécessaires à la survie de la population insulaire locale (pain, lait, viande). Les bonnes relations commerciales entre les habitants des deux côtés de la frontière ont permis un rapprochement sur le plan humain rendant la coopération plus fluide. Comme nous en informe le responsable du musée installé dans l'ancienne mosquée de Castellorizo :

« Les vieux turcs de Kaş nous disent qu'auparavant, la ville n'était qu'un petit village. Leurs pères et grand-pères sont descendus vers Kaş faisant du village un bourg urbain et ont tissé des liens forts avec les Castelloriziotes avant la Seconde Guerre mondiale. En général, les relations étaient étroites et plusieurs événements témoignaient de l'amitié entre les Turcs de Kaş et les Grecs de Castellorizo ; par exemple, s'il y avait un mariage sur l'île, les Castelloriziotes invitaient aussi les Turcs d'en face pour qu'ils soient tous ensemble à la fête et vice versa. »

  • 4 On se réfère notamment à la formation des « trans-border kinship groups », démontrant comment les p (...)

11Le prolongement des pratiques contrebandières jusqu'au milieu des années 1960 affirme une tendance à maintenir cette relation d'interdépendance par delà la frontière gréco-turque actuelle. Entre 1947 (année de rattachement du Dodécanèse à la Grèce par le Traité de Paris) et 1981 (adhésion de la Grèce à la Communauté européenne), le régime douanier très avantageux dont bénéficiait l'archipel a permis aux Castelloriziotes d'échanger de l'alcool (interdit en Turquie), du café et des vêtements importés de première qualité avec des fruits, des légumes et des animaux d'élevage (chèvres, moutons) issus de Kaş. Au delà d'une simple expression des limites du mécanisme de contrôle étatique (italien puis grec) de la frontière maritime, ce processus d'adaptation de l'alisverissi avec Kaş ne serait-elle pas le début du développement d'une nouvelle économie frontalière, ou encore d'un potentiel renforcement des solidarités telles qu'étudiées dans un autre contexte par Cédric Parizot (2004)4 ? Et en quoi cet alisverissi, appuyé sur des sociabilités commerçantes, constitue-t-il une des expressions de la proximité sans pour autant gommer la frontière maritime de la carte ?

Figure 2. La frontière maritime entre Castellorizo et Kaş

Figure 2. La frontière maritime entre Castellorizo et Kaş

Sources : Ioannis Géorgikopoulos - 2017

12Malgré l'émergence du différend gréco-turc en mer Égée à partir des années 1970, contentieux étroitement lié à la question chypriote, la frontière maritime séparant les deux pays continue d'être une ressource locale où la mémoire des liens vient combler les lacunes socio-économiques produites. La dynamique des acteurs locaux acquiert une visibilité à partir des années 1990, lorsque le développement de l'activité touristique de Castellorizo crée des besoins urgents d'approvisionnement et de services. À partir des années 1980, la reconstruction de l'île – essentiellement grâce aux fonds européens et aux initiatives de la diaspora castelloriziote en Australie – et, à partir des années 1990, le développement graduel du secteur touristique, ont permis l'essor de l'économie locale. Les échanges avec le reste de l'archipel, mais surtout avec Kaş ont été rétablis et Castellorizo s'est considérée comme la dernière frontière maritime de l'Europe avant le monde musulman ; les informations que nous donne notre interlocuteur sont éloquentes :

« A l'époque, on avait mis un panneau disant "ici commence l'Europe et ici l'Europe s'arrête" ; cela dépendait de quel côté on venait. Après l'adhésion de Chypre à l'Union européenne en 2004, nous l'avons enlevé ; il n'avait plus de sens, bien que l'île reste aujourd'hui d'une importance énorme pour la Grèce et pour l'Europe. »

13La réalisation sur l'île du film Mediterraneo par Gabriele Salvatores en 1991 et la récompense aux Oscars (meilleur film étranger 1992) fait connaître Castellorizo à l'Europe occidentale. A partir de ce moment, le tourisme devient le principal moteur de l'économie locale : les Italiens achètent et rénovent les bâtiments néoclassiques de l'île et les touristes viennent nombreux pour découvrir ce lieu de dépaysement total. Cette évolution rend toutefois Castellorizo de plus en plus dépendante pour son approvisionnement en eau et en nourriture, ainsi que pour d'autres produits et services. Comme le souligne le responsable du musée :

« Auparavant, le secteur primaire était le plus important sur l'île. L'agriculture et la pêche étaient à la base de la richesse locale, puisque les Castelloriziotes pouvaient échanger leurs produits avec ceux de Kaş pour enrichir et varier leur alimentation. Depuis 1995-1996, le développement du secteur touristique a eu comme résultat l'abandon progressif des terres par les agriculteurs qui, eux aussi, ont voulu investir dans le tourisme : entreprises, chambres d'hôtes, hôtels, cafés, restaurants, comme tu peux le voir tout le long du port. Le tourisme c'est bien, mais il a tout détruit. Il y a encore deux-trois pécheurs professionnels mais il n'y a plus de poissons dans la mer ; on est obligés de faire venir du poisson de Rhodes et surtout de Kaş pour répondre aux nouvelles exigences touristiques. L'alisverissi avec Kaş reste toujours présent et s'est beaucoup intensifié ces dernières années. »

  • 5 Source : Agence statistique grecque (ELSTAT).

14Ces évolutions ne sont pas sans rappeler la trajectoire démographique et la très grande faiblesse du décollage touristique pour Castellorizo par rapport aux autres « îles de la Grèce », pour reprendre le titre de E. Kolodny (1974). Après le rattachement de l'archipel au territoire grec (1947), les migrations d'île à île profitent à Rhodes qui devient le principal pôle de rassemblement des dodécanésiens avec 70 % des 10 540 migrants natifs de l'archipel (Kolodny, 1974, vol. 2). Le développement économique des îles de Cos et de Patmos complétera, par la suite, le « triangle touristique » du Dodécanèse où l'offre d'emploi demeure forte. Castellorizo participe de manière considérable à ce mouvement majeur, ce qui engendre une diminution de sa population qui était déjà en baisse. En effet, de 1947 à 1971, l'île passe de 663 à 268 habitants, nombre quasiment maintenu jusqu'à la fin des années 19905.

  • 6 Ibid.

15Si Rhodes, Cos et Patmos ont vu leurs économies se dynamiser entre 1962 et 1990 grâce à la croissance des activités liées au tourisme, Castellorizo présente un lourd retard touristique en comparaison de ces îles voisines. Liés à des facteurs divers (bombardements et destruction de l'île pendant la Seconde Guerre mondiale, désertification, position géographique isolée, tension géopolitique avec la Turquie), les effets de ce retard prennent fin à partir du milieu des années 1990 lorsque le cinéma italien fait découvrir aux touristes les atouts naturels (mer, soleil, paysage décontracté et ambiance conviviale) et une partie de l'histoire de Castellorizo. À cela viennent s'ajouter les initiatives de la diaspora castelloriziote en Australie et aux États-Unis qui, à partir des années 1980, contribuent considérablement à la restructuration et au développement socio-économique de l'île (programmes d'échange d'élèves, visites régulières en famille, envois de fonds, investissement immobilier, travaux de rénovation de la Mosquée et des constructions néoclassiques etc.) L'intensification des échanges transfrontaliers et l'essor des années 2000, visible dans les données démographiques (492 habitants en 2011)6, créeront la nécessité d'un nouveau cadre pour les pratiques socio-économiques transfrontalières, d'autant plus qu'il s'agit, aussi, des relations trans-étatiques du fait de l'implication de la Grèce et de la Turquie dans une région où la frontière est un artefact politique récent.

2. Réseaux de proximité et crise (inter)étatique : l'utilité géopolitique des mobilités transfrontalières

16Depuis 1974, le différend gréco-turc en mer Égée constitue l'avatar de la question chypriote. L'invasion turque dans le nord de l'île a été suivie par une série de contestations à l'égard de la souveraineté grecque sur les îles égéennes. L'extension de l'espace aérien (FIR) et la démilitarisation des îles restent des problèmes épineux liés à la défense de l'espace maritime et insulaire grec. La particularité géographique de la mer Égée pose aussi problème quant à la largeur de la mer territoriale et à la Zone économique exclusive (ZEE) grecque, thèmes étroitement liés à la délimitation du plateau continental (Pazarci, 1986 ; Bertrand, 2003 ; Prévélakis, 2006). L'adhésion de la Grèce à la Communauté européenne (CEE) en 1981 a confirmé le statut des îles en tant que frontière externe de l'Union européenne (UE) mais n'a guère changé la nature du contentieux bilatéral. En 1996, la crise des îlots d'Imia dans le Dodécanèse a constitué l'incident le plus grave entre les deux pays et a failli se solder par une confrontation armée. Néanmoins, le minimum de stabilité maintenu dans la région à partir des années 2000 a motivé les deux populations frontalières pour revisiter les permanences des liens socio-économiques préexistants au tracé de la frontière.

  • 7 Conformément aux engagements pris auprès de ses créanciers, en vue du déblocage d'un troisième plan (...)

17Les transformations du fonctionnement frontalier et les nouvelles modalités de l'articulation du politique, de l'économique et du culturel semblent prendre corps aujourd'hui dans le vécu des habitants de Castellorizo et de Kaş. Après des périodes d'enchevêtrements géopolitiques, évoquées plus haut, les échanges transfrontaliers se sont intensifiés et diversifiés. Pour répondre aux exigences d'une clientèle grandissante, suite à la montée du tourisme dès la moitié des années 1990 et surtout après 2000, nombre d'entrepreneurs castelloriziotes profitent de la proximité de la côte turque pour l'approvisionnement de leurs entreprises (hôtels, chambres d'hôtes, cafés etc.) Les données de l'Agence statistique grecque (ELSTAT) nous aident à mieux comprendre la pression du tourisme sur les ressources locales : en 2003, le nombre des nuitées des touristes dans l'ensemble des îles du Dodécanèse s'est élevé à 13 755 040 et en 2016 il a atteint les 16 285 264. Afin de mieux s'adapter à la nouvelle situation, chaque île de l'archipel a cherché à nouer ses propres alliances commerciales. A cet égard, la proximité géographique a joué un rôle primordial : la riche production agricole de Tilos résout, par exemple, les problèmes de pénurie en fruits et légumes de Symi. De la même façon, la reprise d'échanges économiques entre Castellorizo et Kaş apparaît comme une solution efficace pour répondre à la forte demande touristique et diminuer les conséquences de l'éloignement géographique par rapport aux autres îles de l'archipel (3,5 heures en bateau pour arriver à Rhodes). Depuis 2010, la crise financière grecque et les mesures appliquées en vue d'un assainissement de l'économie nationale constituent des facteurs supplémentaires pour l'intensification des échanges transfrontaliers. L'augmentation des taux de la TVA sur les produits de première nécessité comme le lait, les fruits et légumes, l'huile et les féculents (passage de 9 % à 13 %), mais aussi sur les produits de consommation courante comme le sucre, le sel, le vinaigre et le tabac (passage de 17 % à 24 %), après la suppression du régime spécial appliqué sur certaines îles grecques7, pousse les Castelloriziotes à renforcer les liens économiques avec les habitants de l'autre côté de la frontière. Par conséquent, bien que liée, du point de vue administratif, à l'archipel du Dodécanèse et surtout à Rhodes, Castellorizo semble être de plus en plus économiquement dépendant de Kaş. La proximité géographique de la côte turque permet le développement du petit commerce transfrontalier par petites navettes et contribue à son intensification pendant la période estivale, le tourisme offrant une des rares opportunités de diversification économique.

18Aujourd'hui, l'île reste ravitaillée essentiellement par Kaş, les petits commerçants se livrant, au moins une fois par semaine, au commerce informel transfrontalier dominé par les produits agricoles. C'est le cas de Ioanna, la cinquantaine, dont la famille dispose de quelques chambres d'hôtes à Castellorizo et qui, lors de nos rencontres, m'explique comment elle reste économiquement efficace dans son quotidien professionnel :

« J'achète presque tout à Kaş. On y va avec mon père une ou deux fois par semaine avec son petit bateau. Kaş est à deux pas d'ici et le marché nous arrange bien ; il est moins cher que celui de Rhodes et je trouve que les aliments sont d'une meilleure qualité. Alors, pourquoi faire un trajet de trois heures et demie pour aller à Rhodes et acheter cher, au lieu d'aller en face et de trouver tout ce qu'on veut à moitié prix, en ne mettant qu'une demi-heure pour l'aller-retour ? »

19Pendant la période estivale, ces allers et retours sont plus fréquents en raison de la croissance des flux de touristes et de l'augmentation de l'offre et de la demande touristique locale qui en résulte (en plus du marché du vendredi, les hôteliers castelloriziotes organisent, plusieurs fois dans la semaine, des visites à Kaş pour les touristes qu'ils hébergent). Ainsi, pour répondre aux exigences d'une clientèle de plus en plus variée (Italiens, Français, Chinois, Américains, Australiens), un grand nombre d'entrepreneurs locaux du secteur touristique profitent de la proximité de la côte turque pour acheter des légumes, des fruits, du lait, de l'eau minérale mais aussi des produits d'entretien et d'hygiène pour leurs entreprises, et faire connaître la ville voisine à leurs clients. En écho, les producteurs turcs enrichissent la gamme des produits disponibles et déstockent plus facilement à l'aide des consommateurs d'en face.

20Vers 8 heures du matin, le climat décontracté qui règne dans le bateau et la petite distance qui sépare l'île grecque de la ville turque font de la traversée de la frontière maritime une expérience relaxante et enrichissante, chose qui peut paraître étrange étant donné que nous franchissons une frontière belligène. L'arrivée au port de Kaş est suivie par un petit dialogue en turc entre le capitaine et les gardes-côtes turcs, une formalité assez simple et rapide concernant le but de la visite et complétant l'inscription du trajet, la veille du départ, auprès des autorités grecques à Castellorizo. Une fois au marché, l'habitude du commerce transfrontalier est visible dans le comportement des habitants des deux côtés ; pendant que nous faisons les courses, l'ambiance témoigne d'une convivialité certaine. Vers 15h30, le retour à Castellorizo conclut une journée remplie et réussie autant sur le plan économique que sur le plan humain. Les vendredis, les navettes castelloriziotes chargées de produits de Kaş amènent des amis turcs (munis d'un visa d'une journée) sur l'île pour boire un verre et passer la journée ensemble ; ces derniers repartent chez eux tôt le soir avec le dernier bateau touristique turc à destination de Kaş. Il s'agit des descendants des habitants des deux cotés de la frontière dont les relations ont été tissées avant la Seconde Guerre mondiale et maintenues après l'incorporation de l'île à la Grèce. Ils s'y ajoutent les descendants des familles castelloriziotes musulmanes installées à Kaş pendant la Guerre, dont certains parlent couramment le grec. En partageant les histoires et les récits des rencontres entre les familles grecques et turques, racontés par leurs parents et grands-parents, ces descendants, âgés entre 20 et 70 ans, renforcent les liens construits auparavant par leurs familles respectives. Aux conversations en grec et en turc – les plus âgés maitrisant les deux langues – les touristes turcs d'Antalya et de Muğla et les Castelloriziotes qui trouvent dans ces communications les traces d'un passé commun (à l'époque où les liens de l'alisverissi unissaient les deux côtés) y participent également.

Figure 3. Filtrage frontalier : services douaniers turcs lors de l'arrivée au port de Kaş

Figure 3. Filtrage frontalier : services douaniers turcs lors de l'arrivée au port de Kaş

Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.

Figure 4. Le marché de Kaş

Figure 4. Le marché de Kaş

Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.

Figure 5. Chargement du bateau castelloriziote avec les produits achetés

Figure 5. Chargement du bateau castelloriziote avec les produits achetés

Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.

Figure 6. De retour à Castellorizo

Figure 6. De retour à Castellorizo

Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.

21Castellorizo est aussi une importante destination touristique pour les voisins turcs qui traversent la courte frontière maritime de moins de 2 milles marins pour profiter des croisières à la journée. Les agences de tourisme locales de Kaş proposent des excursions à Castellorizo, facilitées par des prix très abordables – effet de la réduction de la taxe imposée par l'État grec – ainsi que par le régime de voyage sans visa pour les titulaires du passeport vert turc, auquel la Grèce avait adhéré en 2010. Nous retrouvons ces mécanismes de facilitation de la traversée pour les Turcs dans le va-et-vient entre Rhodes et Marmaris ou Izmir, entre Cos et Bodrum, entre Mytilène et Ayvalik, ainsi qu'entre Chios et Çeşme (Kaurinkoski, 2013, p. 8). Ainsi, la proximité géographique et le fond culturel partagé par les frontaliers façonnent les modalités de contact et contribuent au développement des sociabilités commerçantes dynamiques.

  • 8 Voir : « Données sur le tourisme médical en Turquie » (en grec), Consulat de Grèce à Istanbul, agen (...)

22La coopération transfrontalière s'étend aussi à d'autres domaines. En raison de la position géographique de Castellorizo, l'accès aux services de santé reste très difficile au quotidien. Le cabinet médical, utilisé par un médecin et une infirmière détachés de l'hôpital de Rhodes, est doté d'un équipement de base et ne peut pas gérer des incidents plus graves. Un hélicoptère venant de Rhodes en cas d'urgence n'est pas toujours une option en raison des mauvaises conditions atmosphériques durant l'hiver, du temps de trajet et du coût de l'heure de vol. Par conséquent, aller se faire soigner (en cas d'urgence mais aussi pour une simple visite chez le dentiste) à Kaş reste toujours une solution privilégiée pour les Castelloriziotes et les touristes. Les tarifs avantageux et les prestations très satisfaisantes du secteur constituent des atouts supplémentaires pour la ville de Kaş ; ces dernières années, le tourisme médical ne cesse de se développer et d'attirer de nouveaux patients européens, américains et australiens. Selon le Ministère turc de la Santé, le nombre de touristes visitant le pays pour des raisons médicales est passé de 109 000 en 2010 à 600 000 en 20148. De cette façon, une nouvelle géographie de l'espace de communications transfrontalières se dessine, marquée par un haut degré d'interdépendance entre les visiteurs et les habitants implantés de part et d'autre de la frontière.

  • 9 A ce sujet voir : Dumont et Anastassiadou, 2003, p. 44-45.

23Outre ces fonctions, les mobilités transfrontalières sous-tendent et témoignent d'autres relations que celles qui touchent au milieu des affaires. Il n'est pas étonnant de constater qu'après 2000, avec la normalisation des relations bilatérales au niveau étatique (Kaurinkoski, 2013) et l'intensification des contacts, il y a eu trois mariages civils mixtes à Castellorizo. Les épouses de Kaş et leurs maris grecs habitent sur l'île où se trouve l'emploi de ces derniers (entrepreneurs). Une à deux fois par semaine, le couple se rend à Kaş pour visiter les parents turcs. Jusqu'à présent, il n'y a pas de mariages dans l'autre sens, l'idée des unions entre Grecques et Turcs continuant de rencontrer des réticences auprès des membres de la communauté castelloriziote. Ces objections sont liées au rôle de l'élément masculin dans la préservation du patrimoine identitaire et à la symbolique de la transmission de cette appartenance culturelle du père à l'enfant à venir9. Cela n'est pas sans rappeler les mariages qui se nouent, au sein d'un voisinage immédiat, entre Grecs et Albanaises (De Rapper et Sintès, 2006), ou bien Grecs et Bulgares (Darques et al., 2008).

  • 10 A Castellorizo, l'Aube dorée occupe la troisième place, ses scores s'élevant à 11.9 % des votes aux (...)

24Les alliances matrimoniales entre Grecs castelloriziotes et Turques de Kaş, au sein d'un voisinage ancien et familier, chargent d'un sens nouveau les frontières politiques nationales, sans pour autant les effacer. Ces unions ne dissipent pas la suspicion sous-jacente à l'égard de l'« autre musulman », construction dépendante des relations qui unissent l'État, la religion et la nation (Jacobsen, 2009 ; Clogg, 2013). Des récits attestent d'une volonté du côté des familles des maris castelloriziotes pour une discrète conversion des épouses au christianisme orthodoxe, apportant ainsi une réponse à la question de l'appartenance religieuse des enfants à venir susceptibles, eux, de modifier le maigre capital démographique de l'île. Les mariages mixtes sont aussi à la base d'un changement, encore timide, des termes du choix politique à l'échelle locale. Dans une île où l'extrême droite gagne de plus en plus de voix10 en fonction du degré de menace externe, ces liens maritaux semblent jouer un rôle positif. Les recherches menées in situ révèlent le rôle que joue le sentiment d'instabilité et d'insécurité dans la mauvaise estimation des risques par les insulaires et son impact dans leur choix électoral. Le facteur idéologique reste, quant à lui, insignifiant. Comme les habitants le disent : « ce n'est pas qu'on y croit vraiment, c'est juste que les nationalistes grecs nous donnent l'impression qu'ils nous protégeront, au cas où. » Le fait que l'un des époux ait choisi de protéger son nouveau noyau familial et d'être supprimé des listes électorales du parti xénophobe grec Aube dorée, à cause de son mariage avec une Turque, constitue le premier signe d'une transformation progressive de la société castelloriziote.

  • 11 Tels que les couches, les lingettes et autres produits hygiéniques.

25Cette recomposition des relations entre Kaş et Castellorizo, pérennisée en 2011 par un accord de jumelage entre les deux villes, a toutefois ses limites. Le petit commerce transfrontalier se développe de plus en plus au détriment du commerce traditionnel transinsulaire : à part les denrées animales venues de Rhodes, les Castelloriziotes préfèrent Kaş pour subvenir rapidement à leurs besoins quotidiens en aliments et autres produits11 à moindre coût. En même temps, la valorisation de la dimension d'interface qui se développe sur cette frontière maritime est compromise par le statut de l'archipel qui, toujours contesté par la Turquie, bloque tout développement et encadrement fonctionnel par crainte d'une nouvelle crise dans un contexte géopolitique instable. La contestation du côté turc de l'espace aérien et maritime grec et la cristallisation de la thèse turque des « zones grises » – absentes de la carte politique mais très visibles dans l'actualité (Cattaruzza, 2012, p. 105) – en Égée, restent des facteurs toujours susceptibles de déclencher une nouvelle crise. Hormis les violations de l'espace aérien grec par la Turquie, inscrites à l'ordre du jour, des tensions liées aux dossiers égéen et chypriote font très souvent leur apparition dans les relations bilatérales. Les incidents sont en général de courte durée, sans que cela éloigne le danger d'une escalade de la tension. A cet égard, les permanents de la garnison de l'armée grecque et les appelés faisant leur service militaire sur Castellorizo ne laissent pas le moindre doute quant à ce danger.

26Dans ce climat d'incertitude – que l'on retrouve par ailleurs aussi dans d'autres contextes frontaliers tendus tels qu'étudiés par M. Burawoy et K. Verdery (1999) – le petit commerce transfrontalier entre Castellorizo et Kaş, en tant que nouvelle version d'une vieille tradition (alisverissi), est un des facteurs qui peuvent procurer un certain sentiment de sécurité chez les deux populations frontalières. Ceci à condition que les facteurs de risque de nature commerciale (capacités de Castellorizo à fournir une offre touristique régulière pour absorber la production et les services de Kaş) et politique (conditions de franchissement de la frontière maritime entre la Grèce et la Turquie) soient réduits. Dans le cadre d'une géopolitique par le bas, les sociabilités commerçantes transfrontalières sont susceptibles de constituer une base solide pour revisiter le fort potentiel de l'espace maritime en termes politiques, économiques et sociaux : amélioration des relations bilatérales entre la Grèce et la Turquie, protection et mise en valeur de la périphérie européenne, partenariats profitant des acteurs locaux et de leur connaissance du terrain etc. La périphérie maritime frontalière de la Grèce pourrait ainsi jouer un rôle important à l'échelle régionale et nationale, mais aussi européenne. L'interaction des échelles ne signifie pas pour autant la mise à l'écart de l'Etat mais son adaptation aux défis. La nécessité de positions attentives aux particularités du terrain, soucieuses de produire de nouvelles pistes d'action, crée l'urgence d'une prise en compte des pratiques de la frontière et des processus de contact socio-économique au travers desquels s'expriment ces populations frontalières.

27À ce point, il nous semble utile de souligner que d'autres régions sont aussi confrontées à des défis que nous pourrions tenir pour similaires au regard des transformations des fonctionnements frontaliers. En particulier, il est intéressant de comparer la mise en œuvre de pratiques socio-économiques transfrontalières dans des régions où la frontière est un artefact politique récent. Dans une telle perspective, il n'est pas étonnant de trouver des similarités mais aussi des particularités entre les nombreuses frontières de l'espace post-ottoman, surtout dans les Balkans, qui ont été étudiées à travers ce prisme. Si l'on compare la trajectoire des différents territoires post-ottomans (ex-Yougoslavie, Grèce, Albanie), nous constatons que l'émergence des nationalismes semble être liée au fait que la nation a précédé la construction de l'État (Blondel, 2013). Ces nationalismes sont devenus plus visibles après les initiatives récentes de délimitation frontalière, comme on peut le constater dans le cas du rattachement du Dodécanèse à la Grèce (1947) et du démantèlement de la Yougoslavie (1992). En effet, le contentieux gréco-turc en mer Égée et les conflits interethniques dans un contexte post-yougoslave sont deux exemples du lien particulier entre État et nation au sein de l'Europe orientale. Pourtant, une comparaison plus attentive des trajectoires entre les différents cas comporte un certain nombre de spécificités qui méritent d'être évoquées. L'installation des régimes communistes, puis socialistes (années 1960), en Yougoslavie et en Albanie est en contradiction avec la position pro-occidentale de la Grèce pendant les Trente Glorieuses (membre du conseil de l'Europe en 1949 et de l'OTAN en 1952), ainsi qu'avec sa trajectoire européenne depuis 1981. Ces évolutions ont donné au pays une avance considérable au regard de la stabilité interne et des transformations de ses fonctionnements frontaliers : si l'Albanie et les pays de l'ex-Yougoslavie ont dû attendre les années 1990 pour témoigner d'une maîtrise et d'une ouverture de leurs frontières, la Grèce, quant à elle, utilisait déjà les canaux de coopération de l'UE et les fonds qui y étaient liés.

28Dans ce contexte, nous pouvons dégager des parallélismes mais aussi des contrastes entre l'exemple castelloriziote et ce qui se passe aujourd'hui sur d'autres frontières de l'espace post-ottoman et notamment dans les Balkans. Comme le démontrent les études sur la frontière gréco-albanaise (De Rapper et Sintès, 2006) et sur les frontières post-yougoslaves (Blondel, 2013), la coopération transfrontalière correspond à des relations sociales préexistantes au tracé de la frontière, « les frontaliers devenant les habitants d'une zone aux particularités indiscutables dont on réinvente le passé commun à travers les récits sur la fermeture et surtout sur l'avant fermeture, à l'époque où les liens familiaux et commerciaux unissaient les deux côtés » (De Rapper et Sintès, 2006). Autre similarité entre l'exemple castelloriziote et les espaces frontaliers choisis dans cette comparaison c'est que les communications transfrontalières n'ont pas écarté les facteurs de risque liés aux relations entre les États considérés et aux équilibres régionaux (Grèce-Turquie, Grèce-Albanie, Serbie-Croatie, Kosovo etc.) Ainsi, ces frontières apparaissent autant comme des lieux symbolisant les échanges et les interactions que comme des espaces à risque, selon les dépendances qu'y développent les communautés transfrontalières et les usages qu'en font les États impliqués. Néanmoins, le cas castelloriziote, en tant que frontière maritime et frontière extérieure de l'UE, présente des particularités qui semblent être déterminantes dans les modalités des processus décrits. Dans une telle perspective, il est intéressant de voir de quelle façon la coopération transfrontalière entre Castellorizo et Kaş pourrait concilier réappropriation de l'échelle locale et apprentissage de la gestion des pratiques partagées sous surveillance européenne.

3. Vers un cadre politico-institutionnel adapté ?

29L'alisverissi reste une activité très importante pour Castellorizo et contribue à la survie économique de la population locale. Néanmoins, cette forme de commerce maritime, exposé aux instabilités régionales, doit faire l'objet d'une mise en perspective immédiate. La façon dont ces échanges pourraient constituer la base pour des relations solides et profitables à plus grande échelle reste le marqueur le plus important de la capacité des élites politiques nationales des deux pays à concevoir ce qui se passe vraiment dans la région.

  • 12 La Grèce, tout comme l'Éstonie, l'Islande, la Macédoine, Malte et le Royaume-Uni, continue à ne pas (...)
  • 13 L'objectif des eurorégions, soutenues par l'UE et par le Conseil de l'Europe, est de promouvoir un (...)

30Au niveau national, aucun des deux pays concernés ne dispose de cadre politique spécifique pour le commerce transfrontalier entre Kaş et Castellorizo. Et ce, malgré le fait que, en premier lieu, la Turquie peut actuellement utiliser l'Instrument d'aide à préadhésion (IAP), et à ce titre les canaux de coopération transfrontalière de l'UE, pour demander des soutiens pour des projets de coopération, et, en second lieu, le fait que des accords dynamisant le processus de rapprochement entre villes grecques et turques sont passés ailleurs en mer Égée (Deheurles-Montmayeur, 2013). A l'échelle européenne, l'édification d'un système supranational semble pour l'instant peu pertinente au niveau local, surtout à cause des « différentes tensions s'exprimant aujourd'hui entre mise en norme institutionnelle et mise en forme sociétale » (Velasco-Graciet et Bouquet, 2005, p. 12). La « Convention-cadre sur la coopération transfrontalière des collectivités ou autorités territoriales » du Conseil de l'Europe (Série des Traités n° 106, Madrid 21 mai 1980) a ouvert la voie pour l'émergence d'une base juridique susceptible de promouvoir et protéger la coopération transfrontalière. Cependant, lors du dépôt de sa ratification, certains États-membres ont précisé leurs limites (par la voie de déclarations, de réserves ou d'objections) à l'égard du champ d'application de la Convention. Le Protocole additionnel de novembre 1995 (Séries des Traités n° 159) fut un effort additionnel pour dépasser le cadre classique de la Convention de Madrid, par le biais du déblocage des verrous institutionnels. Néanmoins, les possibilités introduites par le Protocole additionnel, telles que la reconnaissance juridique en droit interne des actes conclus par les collectivités et la création d'un organisme commun de coopération transfrontalière, se sont refermées devant des défenses infranchissables12 : le renvoi aux droits nationaux et les problèmes de compatibilité constituent un obstacle important qui pèse sur la compétence des collectivités territoriales à mettre en œuvre un tel projet et, enfin, sur l'efficacité même de l'initiative (Audéoud, 2006). C'est le cas de l'Eurorégion13 d'Égée méridionale (archipels des Cyclades et du Dodécanèse) – Turquie, région transfrontalière prévue depuis 2011 mais qui, n'ayant pas encore dépassé l'étape des déclarations et des études préliminaires, reste peu investie localement. Cela semble faire écho au refus turc – lié aux contestations des frontières maritimes en mer Égée – de signer les documents requis pour la mise en œuvre du projet européen INTERREG IIIC 2000-2006 (relatif à la coopération frontalière entre la Grèce et la Turquie) et pour l'absorption des fonds dédiés (Skias et Kallioras, 2007, p. 127).

31La diversification et le développement du commerce maritime entre les îles grecques et la côte anatolienne démontrent la nécessité d'une révision profonde du cadre juridique proposé (projets opérationnels de coopération) et l'urgence de négociations bilatérales entre les deux pays. En mettant en avant le rôle que les populations frontalières peuvent jouer dans l'apaisement des rivalités géopolitiques, la Grèce et la Turquie pourraient profiter de tout leur potentiel social, économique, touristique et culturel. La mise en place des projets, efficacement investis et contrôlés, soutenus par le Fonds européen de développement régional (FEDER), doublés du dépassement des handicaps du cadre juridique, serait un premier pas vers la formalisation, la facilitation et la mise en valeur des échanges transfrontaliers. Aussi, la création d'un système transfrontalier de décisions partagées permettrait aux acteurs politiques et économiques d’entreprendre des politiques commerciales innovantes, au grand profit de la région, des pays concernés et de l'UE. Cette dimension – à la fois locale, régionale, nationale et communautaire – d'une coopération à l'aide des politiques-cadres aurait comme résultat d'assurer le développement des échanges. Pour ce faire, il faut d'abord tenir compte du milieu socio-économique régional et y adapter toute une série de dispositifs spécialisés (apprentissage collectif lié à la diffusion des meilleures pratiques, thématiques transfrontalières de rencontre et de travail).

32Actuellement, le développement économique de la région ne constitue que l'un des axes d'une série d'initiatives nécessaires. Des enseignements peuvent être tirés des relations entre Castellorizo et Kaş, surtout par rapport à la vision traditionnelle de l'État-nation et des nouvelles questions géopolitiques qui y sont liées. Les recompositions de l'espace frontalier appellent à dépasser la logique du seul pouvoir central et d'impliquer une pluralité d'acteurs dans le processus de développement local et régional. Par l'interdépendance et l'interaction dynamique entre intervenants hétérogènes (collectivités locales, habitants frontaliers, institutions publiques et privées, diaspora, fondations culturelles, entreprises), le champ d'action est susceptible de s'élargir et de s'organiser à différents niveaux de pouvoir, tant infra-national que trans-national ou supra-national (Leloup et al., 2005). Ainsi, le niveau global pourra s'articuler avec les niveaux national, régional et local (lien entre gouvernance et territoire) à travers un jeu d'échelles sensible aux évolutions géoéconomiques, aux enjeux socio-politiques et aux spécificités des relations de proximité géographique.

33Dans le cas grec, le contexte actuel de transition socio-politique interne (Kalyvas et al., 2012), engendré par la crise financière de 2010, a comme effet une réappropriation du passé et des pratiques de vie quotidienne au niveau local et régional, ainsi qu'une réactivation des réseaux transnationaux (diaspora, marine marchande, Église) de coopération (Bruneau, 2004 ; Prévélakis, 2017). Toutefois, le degré de la mise en compatibilité entre les groupes impliqués relève de la capacité des acteurs locaux, régionaux et nationaux, et notamment de l'UE, à permettre l'adoption des meilleures politiques, dans un cadre où « la réconciliation interétatique semble passer par la coopération régionale », processus en cours de développement sur d'autres frontières européennes qui sont, elles aussi, travaillées par des logiques transnationales/translocales/transfrontalières (Blondel, 2013). Les populations locales qui savent jouer des avantages comparatifs (différences de prix de produit de base, taux de change), et les acteurs publics qui s'engagent dans la mise en place et le respect des règlements frontaliers profiteront pleinement des dispositions politico-institutionnelles adaptées au contexte spécifique du cas castelloriziote. Par ailleurs, des études ont montré l'impact des dispositions institutionnelles liant les membres des accords régionaux sur la réduction de la conflictualité interétatique (Martin et al., 2006).

34Ainsi, et suivant la réflexion de Henrikson (2000), nous pourrions soutenir la gestion de la situation conflictuelle au plan bilatéral – liée au différend gréco-turc en mer Égée – par le biais d'une diplomatie par le bas, appuyée sur des relations de proximité qui s'inscrivent dans une tradition plus longue. À cet égard, l'acteur public peut y rester discrètement présent au sein d'un cadre opératoire sensible aux spécificités de chaque cas : une politique très stricte d'encadrement le long de la frontière peut affaiblir les effets positifs de la proximité, tout comme une ouverture inconditionnée et accrue peut produire une déstabilisation tant sur le plan interne qu'externe. Au contraire, une politique frontalière adaptée aux réalités locales et régionales pourrait accroître la signification de l'aspect voisinage. Un modèle de réseaux bottom-up – véhiculé autour de coalitions formelles entre acteurs politico-institutionnels et ceux qui, au quotidien, agissent autour et en fonction de la frontière – pourrait faciliter et pérenniser de manière plus concrète la coexistence transfrontalière et, par voie de conséquence, la stabilité géopolitique et économique sur cette frontière extérieure de l'UE.

Conclusion

35La crise de l'État providence, considéré jusqu'alors comme le facteur par excellence de la cohésion sociale, donne l'occasion aux périphéries nationales de réviser leur périmètre et de poursuivre ou couper les dépendances antérieures, ou encore d'en créer de nouvelles. Comme nous le montrent les relations entre Castellorizo et Kaş, les possibilités d'échange qu'induit la frontière sont susceptibles de dépasser le cadre strict des relations de proximité à l'échelle locale et devenir un exemple de réorganisation de l'espace maritime à d'autres niveaux. De cette façon, la frontière devient un milieu capable de soutenir l’organisation politique et économique en rapport au local et constituer un pont médiateur avec d’autres réalités socio-spatiales. Afin que cela soit possible, il nous faut réfléchir aux aspirations que les zones frontalières cherchent à satisfaire et aux actions par lesquelles une frontière se remet en question ou se modifie. Inscrits sur le long terme, les rapports multiples entre Castellorizo et Kaş constituent un laboratoire de recherche de premier plan sur les différents aspects du lien entre territoires, réseaux et échanges. Le recul historique permet de contextualiser les processus d'échanges et de les relier aux nouveaux défis. A ce titre, apporter un éclairage nouveau sur les facteurs multiscalaires liés aux évolutions géopolitiques récentes, mais aussi sur les effets de la mutation du rôle des périphéries étatiques, s'avère nécessaire afin de mieux comprendre les enjeux contemporains et, enfin, affronter les risques encourus dans un contexte de crise géopolitique et économique.

36La coopération quotidienne entre Castellorizo et Kaş nous donne l'occasion de revisiter le conflit gréco-turc en mer Égée par une approche intégrant les pratiques de l'espace des individus. L'utilité socio-économique et géopolitique de ces communications transfrontalières se caractérise par sa capacité à améliorer les conditions de vie des populations frontalières, mais aussi par son fort potentiel à améliorer à moindre coût la performance et la stabilité de l'espace périphérique. De cette façon, la situation de cette frontière maritime, toujours menacée d'un casus belli turc, pourrait contribuer au renouvellement des approches de souveraineté et aux solutions de sortie des frictions territoriales. C'est ainsi qu'une frontière belligène pourrait devenir une frontière de paix et profiter aux différents acteurs multiscalaires qui y sont impliqués.

Haut de page

Bibliographie

AMILHAT-SZARY, A.-L., 2011, « Identités collectives à la frontière », Civilisations, vol. 60, n° 1, p. 81-101.

AMILHAT-SZARY, A.-L., FOURNY, M.-C. (dir.), 2006, Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d'Aigues, L'Aube, 169 p.

AUDÉOUD, O., 2006, « Les Eurorégions et l'élargissement », STRATES, n° 12, p. 273-279.

BARLAS, D., 2004, « Friends or Foes? Diplomatic Relations between Italy and Turkey, 1923-36 », International Journal of Middle East Studies, n° 36, p. 231–252.

BERTRAND, G., 2003, Le conflit helléno-turc : la confrontation des deux nationalismes à l'aube du XXI siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 340 p.

BLONDEL, C., 2013, « La coopération transfrontalière un levier potentiel des réconciliations interethniques en ex-Yougoslavie ? Une approche critique », Cybergeo: European Journal of Geography, [En ligne], Politique, Culture, Représentations, document 641, mis en ligne le 13 avril 2013, consulté le 15 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/25881 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25881

BRUNEAU, M., 2004, Diasporas et espaces transnationaux, Paris, Anthropos, 249 p.

BURAWOY, M., VERDERY, K. (eds), 1999, Uncertain Transition: Ethnographies of Change in the Postsocialist World, Lanham, Rowman & Littlefield, 320 p.

BUSSI, M. (dir.), 2009, Un monde en recomposition : géographie des coopérations territoriales, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 316 p.

EFTHYMIOU-HADJILACOU, M., 1988, Rhodes et sa région élargie au 18e siècle : Les activités portuaires, Athènes, Université Nationale d'Athènes, Bibliothèque « Sophie N. Saripolou », 364 p.

CATTARUZZA, A., 2012, « "Zones grises", interstices durables de la carte politique ? Relecture critique d’un concept géopolitique », Bulletin de l’Association des Géographes Français, vol. 89, n° 1, p. 104-120.

CLOGG, R., 2013, A Concise History of Greece, 3e édition, Cambridge, Cambridge University Press, 336 p.

DARQUES, R., DESLONDES, O., LORY, B., 2008, « La nouvelle frontière gréco-bulgare », Méditerranée, n° 110, p. 37-43.

DAVEZIES, L., 2015, Le nouvel égoïsme territorial : le grand malaise des nations, Paris, Seuil, 105 p.

DEHEURLES-MONTMAYEUR, L., 2013, « La diplomatie du rapprochement entre villes grecques et turques depuis les années 1980 et ses dynamiques territoriales : de la transnationalisation des territoires à la résurgence de territoires historiques », Thèse de doctorat en Science Politique (Spécialité : Sociologie), Grenoble, Université de Grenoble Alpes, 621 p.

DE RAPPER, G., SINTÈS, P., 2006, « Composer avec le risque : la frontière sud de l'Albanie entre politique des États et solidarités locales », Revue d'Études Comparatives Est-Ouest, vol. 37, n° 4, p. 243-271.

DUMONT, P., ANASTASSIADOU, M., 2003, Une mémoire pour la Ville : La communauté grecque d'Istanbul en 2003, Istanbul, Institut français d'études anatoliennes, 58 p.

FOUCHER, M, 2016, Le retour des frontières, Paris, CNRS éditions, 64 p.

FOUCHER, M, 2007, L'obsession des frontières, Paris, Perrin, 219 p.

GOTTMANN, J., 1952, La Politique des États et leur Géographie, Paris, Armand Colin, 228 p.

HENRIKSON, A. K., 2000, « Facing across Borders: The Diplomacy of Bon Voisinage », International Political Science Review, vol. 21, n° 2, p. 121-147.

JACOBSEN, C., 2009, « De l'immigrant au citoyen : la production de "musulmans norvégiens" ? », Ethnologie française, vol. 39, n° 2, p. 229-239.

KAHN, S., 2014, « L'État-nation comme mythe territorial de la construction européenne », L'Espace géographique, n° 3, p. 240-250.

KALYVAS, S., PAGOULATOS, G., TSOUKAS, H. (eds), 2012, From Stagnation to Force Adjustment: Reforms in Greece, 1974-2010, London and New York, Hurst&Co./Columbia University Press, 320 p.

KASPERSON, R. E., 1966, Dodecanese; diversity and unity in island politics, Chicago, University of Chicago Press, 184 p.

KAURINKOSKI, K., 2013, De Cos à Bodrum, d’Izmir à Rhodes. Les mobilités transfrontalières entre la Grèce et la Turquie chez les musulmans de Cos et de Rhodes, in Bardhoshi, N., De Rapper, G., Sintès, P. (dir.), Social Practices and Local Configurations in the Balkans, Tirana, European University of Tirana Press, p. 165-188.

KOLODNY, E., 1974, La population des îles de la Grèce, vol. 1-3, Aix-en-Provence, EDISUD, 831 p.

LACOSTE, Y., 1976, La géographie, ça sert d'abord à faire la guerre, Paris, Maspero, 187 p.

LELOUP, F., MOYART, L., PECQUEUR, B., 2005, « La Gouvernance territoriale comme nouveau mode de coordination territoriale », Géographie, économie, société, vol. 7, n° 4, p. 321-331.

MARTIN, P., MAYER, T., THOENIG, M., 2006, La mondialisation est-elle un facteur de paix ?, Paris, Éditions Rue d'Ulm, Collection du CEPREMAP, 54 p.

PARIZOT, C., 2004, « Crossing and constructing borders within daily contacts: Social and economic relations between the Bedouin in the Negev and their network in Gaza, the West Bank and Jordan », Notes de recherche du CER, n° 287, Aix en Provence, Centre d'économie régionale de l'emploi et des firmes internationals, 22 p.

PAZARCI, H., 1986, « Le contentieux gréco-turc en mer Égée », Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, n° 2-3, p. 67-85.

PRÉVÉLAKIS, G., 2017, Qui sont les Grecs ? Une identité en crise, Paris, CNRS éditions, 250 p.

― 2006, Géopolitique de la Grèce, 2e édition, Paris, Bruxelles, Complexe, 143 p.

SKIAS, S., KALLIORAS, A., 2007, « Cross border co-operation and the problem of flooding in the Evros Delta », in Verwijmeren, J., Wiering, M. (eds), Many Rivers to Cross: Cross border Co-operation in River Management, Delft, Eburon Academic Publishers, p. 119-143.

VELASCO-GRACIET, H., BOUQUET, C., 2005, « Introduction », in Velasco-Graciet, H., Bouquet, C. (dir.), Tropisme des frontieres : Approche pluridisciplinaire, Paris, L'Harmattan, p. 9-14.

WILSON, T. M., DONNAN, H. 1998, « Nation, State and Identity at International Borders », in Wilson, T. M., Donnan, H. (eds), Border Identities. Nation and State at International Frontiers, Cambridge, Cambridge University Press, p. 1-30.

Haut de page

Notes

1 Au XXe siècle : ottomane, italienne, allemande et britannique.

2 Entre 1944 et 1945, l'archipel, sous contrôle nazi, souffrait de la famine et d'autres privations.

3 Source : Agence statistique grecque (ELSTAT).

4 On se réfère notamment à la formation des « trans-border kinship groups », démontrant comment les pratiques transfrontalières sont susceptibles d'étendre les relations au-delà du plan commercial et de contribuer à l'émergence de groupes transfrontaliers solidaires aux intérêts socio-économiques communs.

5 Source : Agence statistique grecque (ELSTAT).

6 Ibid.

7 Conformément aux engagements pris auprès de ses créanciers, en vue du déblocage d'un troisième plan d'aide financière, le gouvernement grec a procédé à l'alignement sur le régime général des taux réduits de la TVA, dont bénéficiaient les îles égéennes. Les îles concernées sont : Santorin, Mykonos, Rhodes, Naxos, Paros et Skiathos (depuis octobre 2015), Syros, Thassos, Andros, Tinos, Karpathos, Milos, Skyros, Alonissos, Kéa, Antiparos et Sifnos (depuis juin 2016), ainsi que la totalité (au nombre de 32) des îles et îlots de l'Égée septentrionale et du Dodécanèse (à partir du 1er janvier 2018).

8 Voir : « Données sur le tourisme médical en Turquie » (en grec), Consulat de Grèce à Istanbul, agence des affaires financières et commerciales, août 2016, 11 p. Disponible sur : www.agora.mfa.gr.

9 A ce sujet voir : Dumont et Anastassiadou, 2003, p. 44-45.

10 A Castellorizo, l'Aube dorée occupe la troisième place, ses scores s'élevant à 11.9 % des votes aux législatives de janvier 2015 et à 17.5 % aux législatives de septembre 2015. Source : ELSTAT.

11 Tels que les couches, les lingettes et autres produits hygiéniques.

12 La Grèce, tout comme l'Éstonie, l'Islande, la Macédoine, Malte et le Royaume-Uni, continue à ne pas ratifier la Convention (situation au 16 octobre 2017). Source : Bureau des Traités du Conseil de l'Europe (état des signatures et ratifications du Traité 106), http://www.coe.int/fr/web/conventions/full-list/-/conventions/treaty/106/signatures?p_auth=LntJd82A.

13 L'objectif des eurorégions, soutenues par l'UE et par le Conseil de l'Europe, est de promouvoir un espace intégré par le biais du renforcement des relations entre collectivités territoriales transfrontalières.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Vue de Kaş (au fond) depuis Castellorizo
Crédits Sources : Ioannis Géorgikopoulos - 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4437/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Figure 2. La frontière maritime entre Castellorizo et Kaş
Crédits Sources : Ioannis Géorgikopoulos - 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4437/img-2.png
Fichier image/png, 306k
Titre Figure 3. Filtrage frontalier : services douaniers turcs lors de l'arrivée au port de Kaş
Crédits Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4437/img-3.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure 4. Le marché de Kaş
Crédits Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4437/img-4.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 5. Chargement du bateau castelloriziote avec les produits achetés
Crédits Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4437/img-5.png
Fichier image/png, 105k
Titre Figure 6. De retour à Castellorizo
Crédits Photo prise avec l'aimable aide de Margarita Syskaki.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4437/img-6.png
Fichier image/png, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ioannis Géorgikopoulos, « Quand l'alisverissi transfrontalier fait vivre : Castellorizo et Kaş face aux crises », L’Espace Politique [En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 31 janvier 2018, consulté le 16 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4437 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4437

Haut de page

Auteur

Ioannis Géorgikopoulos

Doctorant
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, École doctorale de Géographie de Paris, U.M.R. 8504 Géographie-cités
jeangeo9@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals