Navigation – Plan du site
Frontières de guerre, frontières de paix : nouvelles explorations des espaces et temporalités des conflits
3. La frontière redéfinie « par le bas »

Ordres de paix et ordres de guerre à la frontière syrienne

War and Peace at the Syrian Border
Leïla Vignal

Résumés

Le contrôle, les fonctions, les pratiques et les espaces de la frontière syriennes ont été profondément transformés au cours du conflit armé qui déchire le pays à la suite du mouvement révolutionnaire déclenché en Mars 2011. Ces transformations résultent d’un faisceau de cause : la fragmentation territoriale, politique et militaire intérieure du pays ; les différentes formes d’interventions extérieures ; l’importance des communautés de Syriens réfugiés dans les pays voisins de la Syrie ; l’évolution des positions de ceux-ci au cours du conflit ; le cadre juridique international qui organise la réponse humanitaire à ce conflit.

Cet article interroge la façon dont le conflit a paradoxalement pour effet de confirmer la démarcation de la frontière westphalienne comme un ‘conteneur de guerre’ (afin de préserver des ordres et des espaces de paix) tout en étant débordée, subvertie, et transformée par des espaces et des ordres de guerre.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article propose d’examiner de façon critique la dialectique paix/guerre à l’aune des transformations de la frontière syrienne, dans le cadre du conflit qui déchire ce pays depuis 2011. La guerre en Syrie permet en effet d’approcher de façon concrète deux questions importantes que propose ce numéro spécial. La première question, ancrée dans le champ des Border studies, interroge la pertinence d’interprétations restreintes de la frontière comme ligne géopolitique séparant non seulement des ordres nationaux distincts mais également des ordres politiques (guerre/paix). En effet, l’un des apports fondateurs des Border studies réside dans la déconstruction de la conception naturaliste, fixiste et linéaire de la frontière.

2Pour autant, le conflit en Syrie a contribué à affirmer, pour un certain nombre d’acteurs et de pratiques, la fonction westphalienne de la ligne en tant que séparatrice d’un ordre de guerre (à l’intérieur) et d’un ordre de paix (à l’extérieur). Ces ordres juridiques et politiques distincts de part et d’autre de la ligne sont en effet essentiels aux pratiques d’un grand nombre d’acteurs ou de victimes de ce conflit: le déploiement de la réponse humanitaire des organisations internationales ; les engagements militaires d’acteurs extérieurs au conflit ; les positions des pays voisins de la Syrie ; la recherche de protection de la part des populations syriennes réfugiées derrière la frontière ; l’accès aux ressources situées au-delà de la frontière pour les parties au conflit. Cependant, la nécessité née du conflit de fixer une ligne frontière unidimensionnelle se conjugue précisément à une transformation massive de ses fonctions comme de ses spatialités, à l’accélération de sa subversion par le conflit lui-même.

  • 1 J’emprunte ce terme anglais proposé par les Border studies et qui désigne la profondeur des espaces (...)

3Cette disjonction n’est pas nouvelle. Le conflit syrien permet cependant de l’examiner de façon renouvelée à partir de la deuxième question proposée par ce numéro spécial : ce qui constitue la paix aujourd’hui du point de vue des sciences sociales en général, et de la géographie en particulier. Cet article a en effet pour objectif de montrer en quoi et comment la frontière syrienne comme ligne westphalienne sépare et distingue, certes, mais en quoi et comment cette séparation est dans le même temps subvertie par les transformations des fonctions de la frontière et les ‘brouillages’ de ses usages et de ses pratiques en temps de conflit, au cours duquel les ordres de guerre ‘débordent’ de facto dans les régions théoriquement en paix en deçà des frontières. Le brouillage des ordres de paix et des ordres de guerre à la frontière syrienne contribue à la formation de nouveaux borderlands syriens1, que l’on peut qualifier de borderlands de guerre.

4L’article procède de la façon suivante : les deux premières parties établissent le cadre théorique de l’analyse, tandis que la troisième contextualise la place des frontières dans le conflit en Syrie. Les cinq parties qui suivent examinent différents aspects, modalités et échelles des transformations, des ‘brouillages’, et des ‘débordements’ précédemment décrits.

Frontières de guerre, frontières de paix: Guerre versus Paix ?

  • 2 Selon Johan Galtung (1969), une paix positive serait un état dans lequel n’auraient cours aucun des (...)

5En analysant les conditions et les logiques de production de la violence, une partie de la littérature sur la guerre permet un engagement critique avec la conceptualisation de la paix. Le sociologue et politologue Johan Galtung avait ainsi développé l’idée que si la paix est bien, a minima, l’absence de violence, les aspects de ce que recouvre (pour reprendre ses propres termes) cette ‘vaste région des ordres sociaux dont la violence est absente’ sont très variés. Il proposait notamment de distinguer entre ce qui relève d’une paix négative (l’absence de violence directe) et de ce qui relève d’une paix positive, et donc désirable2. Cette approche de Galtung permet de nuancer les approches normatives de ce que sont des situations de guerre et de paix. Nous verrons qu’en Syrie­—un pays globalement ‘en guerre’­ au cours des années 2010—comme dans le voisinage de la Syrie, le spectre des situations s’étend de zones de conflit ouvert, violent, à des zones où règne une paix ‘négative’.

6Cette évolution de la conception de la paix reflète par ailleurs le fait que la logique de la guerre a beaucoup changé au cours du XXème siècle et appelle à des redéfinitions conceptuelles. La conception classique de la guerre s’est en effet construite, d’abord en Europe à l’époque moderne, comme l’affaire des Etats: les conflits sont interétatiques pour l’essentiel et les citoyens des Etats sont engagés dans les conflits du fait de leur appartenance à la Nation (conscription nationale et effort de guerre). L’engagement militaire est encadré par un corpus de règles qui visent à ‘domestiquer’ la violence. Selon le géographe John O’Loughlin, les conflits actuels s’en distinguent en ce qu’ils sont essentiellement des conflits internes—malgré de nombreuses immiscions d’acteurs extérieurs­—et qu’ils sont d’autant plus longs (huit ans en moyenne) et destructeurs que les structures internationales et les règles du droit humanitaire international sont bien souvent absents ou volontairement ignorés (0’Loughlin 2004, 85). Pour la politologue Mary Kaldor (2013), c’est la logique même des nouveaux conflits (new wars) qui se différencie de celle des ‘vieilles guerres’ (old wars). Par new wars, elle entend le fait que, dans un contexte marqué par la mondialisation et ses interconnexions, les formes contemporaines de la violence politique organisée substituent à une logique fondée sur des catégories distinctes une nouvelle logique qui se nourrit précisément de l’effondrement de « la distinction entre étatique et non étatique, public et privé, extérieur et intérieur, économique et politique, et même guerre et paix » (Kaldor 2013, 2).

7Ce brouillage des catégories participe aussi, sur le plan théorique, du fait que les conflits sont des systèmes complexes (Gallo 2013), non seulement du fait de leurs (plus ou moins) nombreux acteurs mais aussi des boucles de rétroaction et des interconnexions de sous-systèmes conflictuels multiples qui transforment leurs dynamiques dans le temps et l’espace.

8Parallèlement, les nouvelles propositions théoriques de la paix portées par les géographes permettent de comprendre la paix d’une part comme l’une des dimensions de la guerre (Flint 2005, 3—15), et d’autre part comme une construction sociale dynamique aux incarnations plurielles, problématiques, controversées—et non pas comme un idéaltype, un état stable, ou comme un horizon téléologique (McConnell, Mogoran, Williams 2014). La paix, comme tout fait social, est un processus de production et à ce titre en évolution et négociation constante. Elle implique de multiples acteurs et articule contextes, histoires, intérêts, pouvoirs. Comme construit social, elle est réversible, fragile, et elle recèle en son sein des contradictions—et notamment du conflit, de la guerre.

Frontières de guerre, frontières de paix: Intérieur versus extérieur ?

9Du point de vue de l’ordre juridique international, la frontière-ligne délimite les juridictions qui en forment les éléments de base : les États. Les frontières sont ainsi des composants fondamentaux de l’ordre mondial collectif tel qu’incarné par l’Organisation des Nations Unies, dont l’objectif premier est de « maintenir la paix et la sécurité internationales » (Article 1 de la Charte des Nations Unies). Les frontières assurent la ‘stabilité apparente’ (Amilhat Szary 2015) de cet ordre ‘tautologique’ (Amilhat Szary et Giraut 2015) constitué de l’Etat, de la souveraineté, et du territoire: dans un monde westphalien, l’équivalence est établie entre Etat comme construction juridique, souveraineté, et territoire physique enchâssé dans ses frontières.

  • 3 Saskia Sassen utilise le verbe ‘deborder’ qui signifie défaire la frontière (border, en anglais).

10Or, cette conception conduit à naturaliser le territoire, et partant la frontière : elle constitue un ‘piège territorial’, pour reprendre la célèbre formule du géographe John Agnew (1994). Pour éviter ce piège, la sociologue Saskia Sassen propose par exemple de distinguer ce qui relève de la territorialité (qu’elle définit comme la construction juridique dans laquelle est enchâssée l’autorité souveraine de l’Etat sur son territoire) de ce qui relève d’un territoire définit comme une capacité articulée à des logiques de pouvoir et de revendication (Sassen 2013). Elle indique que, au début du XXIème siècle, territoire et territorialité sont bien souvent mal ou non alignés du fait de la mondialisation ou du fait de processus infranationaux rendus non visibles par la domination de la conception westphalienne de l’État Nation. Ces processus font d’une part émerger des juridictions non étatiques au sein même de la juridiction territoriale de l’Etat et ils construisent d’autre part de nouveaux types de territoires qui peuvent s’inscrire en biais des frontières nationales. Ces processus ont pour effet de ‘défaire’3 les frontières nationales. De ce point de vue, la guerre en Syrie permet d’observer l’émergence de territoires qui ne se superposent pas à ceux de l’État Nation et qui ont pour effet de transformer la frontière.

  • 4 Voir par exemple: Walst-Wather, 2011, et Wilson, T.M. and Donnan, 2012.

11L’approche internationale de la frontière, qui l’inscrit dans une ligne fixe et unidimensionnelle, est par ailleurs bien éloignée de la compréhension des frontières que les Border Studies ont contribué à construire depuis les années 1990 : celle d’espaces complexes, multidimensionnels, et multiscalaires. Au sein de ces espaces, la ‘ligne’ est démultipliée, voire brouillée par les flux qui la traverse, par l’enchevêtrement des ensembles régulatoires et politiques dans lesquels elle s’insère, par les pratiques et les représentations d’agents non étatiques et non institutionnels—notamment les populations et leurs pratiques ‘du quotidien’—qui contribuent à de facto ‘déborder’ la ligne, à différentes échelles. Les frontières peuvent ainsi être comprises comme des institutions, des symboles, mais aussi comme des processus socio-spatiaux qui sont par définition en mouvement constant. Le mouvement de construction est saisi par le concept de bordering, auquel répond celui de debordering (ce qui défait la frontière)4. Plus encore, comme le proposent Anne-Laure Amilhat Szary et Frédéric Giraut (2015), les frontières contemporaines peuvent être conçues comme ‘mobiles’: elles sont de plus en plus multi-localisées et ‘leur topographie traditionnelle, leur pouvoir symbolique et leurs fonctions s’organisent selon des modalités réticulaires et relationnelles qui se (re)négocient en permanence’. Ces modalités donnent naissance à une grande variété de ‘borderities’—la borderity est ainsi comprise comme les multiples règles et expériences de ce que peut être une frontière.

12La construction des ordres de paix et des ordres de guerre et de leurs chevauchements, est rendue particulièrement visible aux frontières de la Syrie en guerre. En effet, le conflit accentue la construction d’une géographie complexe de la frontière, multi scalaire, réversible, mouvante, générant des ordres territoriaux multiples qui dépassent la’ ligne’ unidimensionnelle des approches géopolitiques, légales, ou des relations internationales ancrées dans l’État Nation. Par ailleurs, le conflit crée une nouvelle géographie des ordres/espaces de guerre et de paix, qui ne peuvent être tout entier compris dans ou limités par les frontières légales et topographiques. Tout comme la paix et la guerre, les frontières—et les espaces frontaliers qu’elles organisent (les borderlands)—ne sont pas des espaces passifs mais des espaces en construction constante, façonnés par des processus concomitants de bordering et de debordering C’est ce dont rendent compte les sections suivantes.

Une guerre au sein des frontières nationales

  • 5 Les accords de démarcation de la frontière entre la Jordanie et la Syrie datent de la fin des année (...)

13Avec le conflit, la frontière syrienne a acquis une centralité politique et territoriale nouvelle. Nouvelle car depuis leur création aux lendemains de la première guerre mondiale, la frontière était cantonnée à ses fonctions de limites administratives et juridiques du Mandat français. Ces frontières procédaient en quelque sorte de « l’établissement de ‘frontières-cadres’ ou méta-frontières, déterminées depuis les centres politiques et concernant des territoires pour une partie ni parcourus ni véritablement soumis » (Amilhat Szary, 2015, 24). Les régions frontalières étaient ainsi des espaces peu investis par l’Etat. Cette situation se perpétue après l’indépendance, en 1946, période pendant laquelle priorité a été donnée à la consolidation d’un ‘Etat territorial’ (Lundgren Jörum 2015), notamment après la prise du pouvoir par le parti du Baas en 1963. Dans ce contexte, les frontières comme dispositif juridico-territorial sont demeurées à la périphérie de la construction politique et territoriale de l’Etat syrien. Les processus de démarcation de certaines dyades n’étaient d’ailleurs pas terminés au début du XXIème siècle5.

  • 6 Il est remarquable de ce point de vue de constater que le tracé de la frontière post-1939 est de fa (...)

14Par ailleurs, les conflits ouverts étaient tenus à bonne distance des deux frontières litigieuses de la Syrie : le plateau du Golan et la frontière turque. Sur le plateau du Golan, annexé par Israël en 1981, la situation de guerre officielle avait été gelée au moyen d’un glacis sous contrôle militaire international (bataillons de la Force des Nations Unies chargée d’Observer le Désengagement). Côté turque, la rhétorique officielle du régime réclamant le retour de la province syrienne du Hatay (cédée par les Français à la Turquie en 1939) n’avait par ailleurs pas empêché la reprise des relations syro-turques dans les années 20006. Enfin, à la frontière avec le Liban, l’occupation syrienne (depuis la guerre civile libanais jusqu’au retrait des troupes syriennes en 2005) et le Traité syro-libanais de Fraternité et de Coopération (1992) qui l’encadrait avaient très largement affiné la ligne frontière en ce qui concerne la circulation des personnes et des biens.

  • 7 Partiya Yekîtiya Demokrat, le Parti de l’Union Démocratique, le plus important des partis kurdes sy (...)

15Avec la guerre des années 2010, les frontières du pays acquièrent une importance symbolique. En effet, aucune des parties au conflit n’a pour objectif de remettre en question les frontières héritées des découpages coloniaux, ou de se contenter de la création d’Etats croupions en lieu et place de l’Etat syrien. Les objectifs du conflit sont politiques, et d’échelle nationale : la perpétuation d’un régime, ou la chute de celui-ci. Même les Kurdes syriens, dont le plus puissant parti, le PYD7 a pu voir dans le conflit l’occasion d’avancer un projet national autonome, situent (encore) celui-ci (en 2018) dans le cadre national syrien. Seul le groupe auto-proclamé Etat Islamique (Daesh), qui n’est pas un groupe d’origine syrienne, a eu un projet qui ne s’inscrit pas dans le cadre national syrien, mais dans celui de l’établissement d’un califat transfrontalier faisant appel à l’imaginaire recréé d’une ‘Umma (la communauté des croyants) sans frontière. Son expansion en Syrie, entre 2013 et 2017, a été de ce point de vue opportuniste : il a profité du chaos pour construire en Syrie la base territoriale nécessaire à son projet, mais il n’est pas un acteur du combat politique syrien.

  • 8 Pour une mise à jour régulière du contrôle territorial en Syrie, on peut notamment se référer aux c (...)

16Cependant, dans le même temps que le tracé des frontières syriennes est devenu le symbole des luttes politiques nationales, le conflit a rendues fictives la cohésion et la cohérence de l’Etat territorial que la frontière est supposée symboliser et inscrire dans l’espace. La guerre a en effet transformé la continuité juridique et politique de la Syrie en une mosaïque d’éléments territoriaux définis en fonction de la nature du contrôle politique et militaire qui s’y exerce, mais aussi des formes de gouvernances alternatives qui y émergent (Favier 2015, Abboud 2016). Il s’agit pour l’essentiel des territoires sous le contrôle du régime de Bachar al-Assad, principalement dans l’ouest du pays ; ceux sous celui de Daesh (entre 2013-2014 et la fin de 2017) essentiellement dans l’Est, le long du fleuve Euphrate et avec des corridors vers la frontière turque; les territoires non contigus administrés par le PYD kurde dans le nord du pays, à la frontière turque ; enfin, ceux sous le contrôle des multiples groupes et coalitions de l’opposition au régime de  Damas, sans continuité territoriale, qui se retrouvent du nord au sud du pays8; celles de diverses coalitions islamistes nationalistes ; ou du Front Fateh al-Sham (ex-Front al Nosra).

  • 9 Avec l’intervention militaire directe de l’aviation russe depuis l’automne 2015, et grâce au soutie (...)

17Au sein du territoire national, l’État syrien n’opère donc plus que comme un État résiduel. Il a non seulement perdu contrôle et souveraineté sur une partie importante du territoire national au profit d’autres acteurs9, mais son appareil de gouvernance s’est dégradé au point que, même au sein des territoires qu’il contrôle, il n’assure plus une grande partie de ses fonctions et de la fourniture de services publics. La territorialité de l’Etat syrien est ainsi donc en cause par des territoires alternatifs. Le conflit syrien rend ainsi visible les formes de disjonction entre la territorialité nationale en tant que construction juridique exclusive de l’Etat et le territoire dans laquelle celle-ci est théoriquement contenue. Il donne à voir l’émergence de territorialités et de territoires alternatifs. Certains de ces territoires nés de la guerre se développent en biais de la frontière nationale et contribuent à transformer, brouiller et déborder celle-ci.

Hinterlands de paix, Hinterlands de guerre

18Cette partie examine la transformation des espaces frontaliers des paix voisins de la Syrie, théoriquement ‘en paix’, en espaces liés au conflit syrien. En effet, ce sont derrière les frontières, dans les territoires dits ‘en paix’, que se trouvent une partie des ressources dont les parties au conflit ont besoin pour soutenir leur effort de guerre. Du point de vue stratégique, les régions frontalières des pays voisins, théoriquement en paix, constituent des hinterlands vitaux au théâtre d’opération syrien.

  • 10 Sauf celles qui sont fabriquées en Syrie et qui ne relèvent pas de l’armement traditionnel, comme p (...)
  • 11 ASL : coalition des groupes armés de l’opposition démocratique

19C’est en effet chez les voisins en paix que se trouvent une partie des ressources matérielles et humaines nécessaires au combat: les armes et les munitions10, mais aussi une partie des combattants du conflit syrien, que ce soient les pasdaran iraniens et les milices étrangères coordonnées par l’Iran (le Hezbollah libanais, des milices irakiennes et iraniennes) engagés auprès des forces du régime de Bachar al-Assad, ou la majorité des combattants de Daech, qui est un groupe d’origine irakienne. L’accès à un arrière-pays ‘en paix’ permet aux forces de l’opposition au régime d’établir des bases militaires arrières en territoire sûr (camps d’entrainement, quartiers généraux, lieux de repos, hôpitaux). L’accès à la frontière avec la Jordanie, pays qui tolère les camps militaires de l’Armée Syrienne Libre (ASL)11, et l’accès à la frontière avec la Turquie, pays qui accueille les institutions alternatives du gouvernement intérimaire syrien (à Gaziantep, la métropole du sud-est de la Turquie), sont particulièrement importants dans le dispositif de l’opposition politique et militaire au régime de Damas. Pour Daech, le contrôle de segments de la frontière turque, entre 2014 et 2016, a permis au groupe d’organiser à la fois la venue de combattants étrangers et de générer des ressources financières à partir de ses exportations de pétrole et d’antiquités volées, et la Turquie a longtemps toléré ces types de flux sur son territoire. Enfin, l’une des plus importantes opérations militaires de reconquête menées par le régime al-Assad a eu lieu autour du Qalamoun (le chaînon montagneux qui sépare la Syrie du Liban) lors de l’hiver 2013-2014. Avec cette opération, les forces du régime ont non seulement privé l’opposition armée de la région de Homs et de la région de Damas de leur accès au Liban, mais elles ont aussi rétabli la continuité spatiale entre elles et le Liban, facilitant ainsi la circulation des forces armées du Hezbollah vers la Syrie mais aussi sécurisant l’accès à l’interface logistique et commercial que constitue le Liban pour Damas.

20C’est également derrière la frontière que se trouvent une partie des ressources financières nécessaires à ce type de conflit, caractéristique des ‘new wars’ définies par Mary Kaldor. En effet, au contaire des conflits classiques interétatiques soutenus par l’impôt, la multiplication des belligérants non étatiques et la caractère asymétrique des conflits contemporains implique la création de nouvelles ressources pour financer la guerre. La création d’une partie de ces ressources nécessite l’accès à la frontière. Cette économie pour la guerre repose ainsi d’une part sur l’organisation de financements extérieurs et leur acheminement à l’intérieur, mais aussi sur la création de ressources propres. Celles-ci sont en partie générées par la taxation de la mobilité des biens et des personnes, notamment des mobilités entrantes et sortantes, à la frontière. Elles sont également issues de l’organisation de flux d’exportation généralement illicites—et constitués, dans le cas de la Syrie, de pétrole et de trafic d’œuvres d’arts.

  • 12 Syrian Centre for Policy Research, “Confronting Fragmentation! Impact of Syrian Crisis Report”, Dam (...)

21Enfin, dans le contexte d’une économie effondrée et d’un pays dans lequel le chômage et la pauvreté sont généralisés12, le contrôle de la frontière permet d’organiser les flux sortants et entrants générateurs de ressources pour l’économie dans la Syrie dans la guerre et pour la survie des populations. De la Syrie vers les pays voisins, ces flux sont pour l’essentiel composés de Syriens cherchant refuge et de combattants blessés, mais aussi d’antiquités pillées et (le long de la frontière syro-turque en particulier) de pétrole vendu en contrebande. Des pays voisins vers la Syrie, ils sont composés de combattants, d’armes, de devises, de biens de consommation de base, des approvisionnement d’aide humanitaire, et de pétrole. De ce point de vue, l’accès à la frontière constitue donc aussi une ressource politique pour l’acteur en charge de celle-ci : en contrôlant l’approvisionnement, il dispose d’un levier puissant sur les populations (et les parties au conflit qui n’ont pas accès à la frontière) de l’intérieur du pays, ou du moins des territoires qu’il domine.

22La frontière-ligne joue ainsi un rôle stratégique majeur dans le conflit en ce qu’elle sépare des ordres de paix et de guerre : la paix au-delà de la frontière est bien une ressource pour la guerre en deçà de celle-ci. Ce faisant, on le voit, la distinction entre guerre et paix est brouillée par ce processus même : la formation d’hinterlands qui sont de fait intégrées dans le système de guerre syrien—des hinterlands de guerre—interroge la qualité effective de la paix théorique de ces régions frontalières.

Fragmentation de la ligne frontalière et émergence d’espaces transnationaux de guerre

  • 13 Que ceux-ci soient officiels ou non : le conflit syrien a donné lieu à la création de nombreux post (...)

23Avec le conflit, la position d’interface territorial et juridique de la frontière constitue donc une ressource indispensable pour la continuation de la guerre. La rivalité entre parties au conflit pour le contrôle de la ligne et des postes frontières13 explique en grande partie les dynamiques du conflit à la frontière et les modalités de sa transformation. C’est ce qui est examiné dans cette section.

24Avec le conflit, frontière syrienne s’est fragmentée en une succession de tronçons contrôlés par différents acteurs politiques et militaires. On comptait par exemple, à l’été 2016, au moins 32 postes frontières le long de toutes les dyades syriennes (officiels et non officiels), dont 8 tenus par le PYD kurde, 8 par l’ASL, 7 par le gouvernement de Damas, 6 par des groupes islamistes nationalistes, 3 par Daesh et un par Fateh Al-Cham (Vignal 2017).

25Cette fragmentation du contrôle politique et militaire de la frontière a pour conséquence de mettre un terme au régime de frontière unifié d’avant guerre—le régime de frontière étant compris comme l’organisation des fonctions régulatrices de la frontière telles qu’agrégées dans un dispositif national, et articulées pour partie à des normes et accords internationaux. En effet, avec le conflit, les régulations organisées à la frontière pour la circulation de biens, de capitaux, de personnes, de services, d’information ne sont plus les mêmes d’un segment à l’autre. Elles sont décidées de façon ad hoc au sein de chaque segment par les acteurs qui contrôlent ceux-ci. Par ailleurs, au sein d’un même segment, des régimes très différents sont apposés à chaque type de mobilité : celle des personnes, selon qu’il s’agisse de civils, de militants, de soldats, de combattants, de contrebandiers, de marchands etc ; celle des biens selon qu’il s’agisse de biens de consommation, de biens de contrebande, d’armes, d’aide humanitaire, etc. En somme, ce qui passe à un point de la frontière ne passe pas nécessairement en un autre point de celle-ci et, au sein de chaque segment, la mobilité des flux est sont fortement différenciées en fonction de la nature de ceux-ci.

  • 14 Ou bien des sections de ceux-ci, comme le puissant parti du Hezbollah au Liban qui intervient en Sy (...)

26Les circulations transfrontalières qu’organisent et régulent ces multiples régimes de frontière issus de la guerre varient également en fonction des Etats qui partagent une frontière avec la Syrie : Liban, Jordanie, Turquie, Iraq, ou le Gouvernement Régional du Kurdistan irakien. Comme le détaille le Tableau 1, les régimes de circulation à la frontière varient en fonction des relations que les Etats frontaliers de la Syrie entretiennent avec la ou les parties au conflit qui contrôlent leur frontière commune : si le pays voisin de la Syrie14 est allié (ou tout du moins bienveillant) des forces qui contrôlent la frontière, ou s’il lui est hostile.

Tableau : Des espaces frontaliers de guerre et de paix

Tableau : Des espaces frontaliers de guerre et de paix

27D’une part, la gestion de la ligne frontière se fait soit selon des modalités communes, soit elle conduit à des dispositifs de fermeture. D’autre part, les circulations transfrontalières—et les circulations de personnes en particulier—sont plus ou moins favorisées selon les positions relatives de chaque côté de la frontière commune, donnant naissance à des arrière-pays plus ou moins connectés.

28En fonction de ces positions, qui évoluent au cours du conflit, la guerre a donné naissance à des espaces frontaliers nouveaux et à la géographie singulière. Ils sont nouveaux : comme mentionné dans la troisième section, les espaces frontaliers de la Syrie, mais aussi des pays voisins de la Syrie, étaient jusqu’au conflit relégués à la périphérie politique et territoriale de leurs constructions nationales respectives (Picard 2016). Ils étaient peu connectés les uns aux autres et, mis à part le couloir commercial développé au Liban le long de la route menant au poste frontière de Masna (Bennafla 2016), il n’existait pas d’espaces transfrontaliers per se. Ces espaces transfrontaliers présentent par ailleurs une organisation spatiale singulière dans la mesure où ils sont fortement asymétriques : ils sont principalement développés du côté des Etats voisins. Cette asymétrie est d’abord liée au fait que ce sont des espaces transfrontaliers structurés par le refuge syrien. Elle se comprend aussi du fait que le conflit se nourrit des ressources qui se trouvent au-delà dans la frontière, dans les espaces ‘en paix’, tandis qu’il suscite une destruction généralisée au sein de la Syrie. La singularité spatiale de ces espaces transfrontaliers tient par ailleurs au fait qu’ils reproduisent la fragmentation politique et militaire des contrôles de la frontière. Ils s’organisent perpendiculairement à celle-ci, dessinant une succession de territoires transfrontaliers plus ou moins denses, plus ou moins asymétriques, plus ou moins connectés de part et d’autre de la ligne en fonction des situations locales (Tableau 1).

29L’évolution de la frontière syrienne au cours du conflit démontre donc que la frontière peut à la fois continuer à définir un Etat national tel qu’identifié et reconnu par le système légal international, et être de facto extrêmement fragmenté et relever de territorialités politiques multiples. Par ailleurs, les transformations des espaces frontaliers de la Syrie et de ses voisins donnent à voir des mécanismes de co-production de borderlands mixtes qui exploitent de façon différentielle les ordres de guerre et par les ordres de paix que la frontière met en contact. Les circulations de guerre et les débordements du conflit dans les espaces frontaliers des pays voisins—espaces de ressources pour la guerre, espaces du refuge—ont ainsi contribué à créer, au fur et à mesure du développement du conflit, des espaces transfrontaliers singuliers.

Ondes de choc au-delà des frontières

  • 15 Israël mis à part.

30La guerre, sans surprise, a également contribué à modifier en profondeur les politiques frontalières des pays voisins, qui sont pourtant officiellement en paix avec la Syrie15.

31Des deux côtés de la frontière, au cours du conflit, les positions relatives des acteurs en charge des différents tronçons frontaliers communs évoluent : d’une part parce que la situation militaire se transforme constamment en Syrie (avec pour conséquence le changement de contrôle des segments de frontières), et d’autre part parce que la politique frontalière des Etats voisins évolue. En effet, du moment où la frontière comme enveloppe extérieure délimitant une souveraineté nationale unique n’existe plus que du côté des États voisins de la Syrie, ceux-ci sont conduits à revoir leur gestion de la frontière en profondeur. Après des années marquées par l’ouverture, on observe partout, à partir de 2015 surtout, une dynamique générale de fermeture progressive et unilatérale de leurs frontières par les Etats voisins de la Syrie.

32Début 2015, le Liban a mis en place des dispositifs visant à restreindre les entrées de personnes sur son territoire (renforcement du système de visas) et à contrôler plus strictement leur résidence (nouvelles conditions mises à l’obtention des permis de résidence). A ces dispositifs légaux se conjuguent politiques de fermeture des frontières. Ces fermetures peuvent être ponctuelles: le territoire autonome du Gouvernement Régional du Kurdistan (GRK) en Iraq a par exemple fermé à plusieurs reprises sa frontière avec les zones contrôlées par le PYD syrien, du fait de désaccords politiques : depuis l’été 2016, les flux en direction de la Syrie sont strictement contrôlés et pour l’essentiel limités aux flux commerciaux et à l’aide humanitaire. les fermetures peuvent être plus durables : depuis juin 2016, la Jordanie a décrété sa zone frontalière avec la Syrie et l’Irak ‘zone militaire fermée’. Enfin, des dispositifs de sécurisation de la frontière s’érigent sur les tracés frontaliers : en juillet 2015, la Turquie a ainsi annoncé l’extension vers l’est du mur qu’elle avait commencé de construire à l’ouest afin de sceller l’intégralité des 911 kilomètres de sa frontière commune avec la Syrie. La première phase (556 kilomètres) de la construction de ce mur modulaire (mur de trois mètres de haut et fossé) a été achevée en janvier 2017.

  • 16 La population syrienne réfugiée au Liban est estimée à 1,5 million de personnes pour un pays de qua (...)
  • 17 Voir par exemple les graphiques récapitulant les attaques terroristes qui ont eu lieu en Turquie en (...)

33Les Etats voisins justifient l’évolution de ces politiques de contrôle/fermeture/sécurisation de leurs frontières par les ondes de choc que suscite l’extension du conflit syrien dans le temps. La Jordanie et le Liban, en particulier, arguent du potentiel de déstabilisation intérieure créé par la présence prolongée de nombreux réfugiés syriens au sein de leurs communautés nationales16. La question économique est par ailleurs très présente dans les débats de ces deux pays, dont les ressources sont limitées. De ce point de vue, le durcissement des frontières est une façon de dénoncer l’insuffisance du soutien apporté par la communauté internationale à ces pays qui accueillent de fait la très grande majorité des réfugiés syriens. Les ondes de choc sont également sécuritaires. La Turquie a commencé à mettre fin à sa politique de tolérance à la frontière lorsqu’elle est devenue la cible d’attaques terroristes de Daesh17, accédant enfin à la demande de ses partenaires de l’OTAN. Les régions frontalières turques ont par ailleurs essuyé de nombreux tirs de roquettes lancées depuis la Syrie, comme par exemple en 2016 dans la ville frontalière de Kilis, devenue la cible des combattants de Daesh alors en contrôle côté syrien du segment commun de la frontière. La Jordanie a décidé de fermer sa frontière après un nouvel attentat au poste frontière de Rukban en juin 2016.

  • 18 Le PYD, fondé en 2003, est la branche syrienne du PKK turc. Le PKK, fondé en 1978, a d’abord combat (...)
  • 19 La bataille du jurd qui fait rage autour de la ville d’Ersal, à l’été 2017 vise à en chasser les fo (...)

34Enfin, les ondes de choc sont politiques : le conflit syrien active ou réactive les tensions latentes des scènes politiques nationales. La Turquie s’inquiète depuis le début du conflit de l’autonomie dont jouissent les territoires syriens kurdes frontaliers de ses propres régions kurdes, et en particulier du rôle dominant qu’y joue le PYD18, proche du PKK turc. Le conflit en Syrie est sans doute l’une des raisons qui a conduit le gouvernement de l’AKP à mettre fin au dialogue engagé avec le PKK en 2009, et qui avait conduit à un cessez-le-feu en 2013. Au Liban, le conflit syrien soumet le pacte national à forte tension du fait de l’engagement militaire controversé de la puissante milice du parti du Hezbollah aux côtés du régime de Damas, alors que le pays est officiellement neutre. Le risque sécuritaire que cet engagement pourrait faire courir au Liban est dénoncé par certains. Cette inquiétude repose aussi sur le fait que le conflit rend visible la puissance militaire du Hezbollah, qui gère de fait activement certains segments de la frontière commune avec la Syrie, et mène seul des opérations militaires d’envergure à la frontière du Liban19.

35Le conflit conduit donc du côté des Etats voisins à l’affirmation unilatérale de la frontière dans ses fonctions de séparation, alors que la ligne est de fait brouillée par les dynamiques politiques internes et externes qu’il génère.

Débordements dans l’ordre international

36Ces brouillages se retrouvent dans l’interface que la ligne frontière continue d’organiser en partie avec le système international.

37En effet, la frontière continue de définir un intérieur et un extérieur, une ligne qui infère des ordres juridiques et politiques différents de part et d’autre et qui établit une distinction nette entre un territoire en guerre (la Syrie) et des territoires en paix (les pays voisins) quand bien même le conflit armé déborde régulièrement cette ligne et affecte les espaces frontaliers des voisins de la Syrie. La frontière continue par ailleurs de définir une juridiction nationale bordée reconnue par l’Organisation des Nations Unies auprès de laquelle la Syrie est toujours représentée par un ambassadeur appointé par Damas. C’est donc à la frontière que s’inscrivent par exemple les différents trains de sanctions économiques et commerciales mis en place par l’Union Européenne ou les Etats-Unis à l’encontre du régime al-Assad.

  • 20 En mars 2017, l’administration Trump a cependant changé la doctrine américaine vis-à-vis du conflit (...)

38Cependant, dans le même temps, les interventions militaires extérieures dans le conflit syrien contribuent à brouiller cette ligne de souveraineté indurée dans le système international. Les interventions des acteurs internationaux sont ainsi justifiées par rapport à cette frontière qui est en théorie le marqueur d’une souveraineté territoriale exclusive. Du côté du régime, la Russie et son aviation, les pasdaran-s iraniens, le Hezbollah libanais, et de nombreuses milices chiites coordonnées par l’Iran estiment répondre à l’appel d’un régime frère, tandis que l’opposition syrienne dénonce une intervention illégale et une forme d’occupation du pays. La coalition internationale menée par les États-Unis a pris soin de limiter son intervention aérienne à la seule lutte contre Daesh à partir de bases aériennes situées hors de la Syrie, mais son opération militaire se déroule de facto dans un espace aérien théoriquement souverain. Par ailleurs, en lançant à l’été 2016 l’opération « Bouclier de l’Euphrate » en territoire syrien, la Turquie a annoncé que son but était de repousser Daesh loin de la frontière commune afin de protéger son territoire des incursions du groupe. Cependant, « Bouclier de l’Euphrate » avait aussi pour objectif non déclaré d’empêcher la formation d’une continuité territoriale entre les cantons sous contrôle du PYD au nord de la Syrie. A la suite de cette opération, l’armée turque s’est maintenue dans quelques cantons du nord de la Syrie. Des formes d’intervention extérieures indirectes existent par ailleurs sous forme de soutiens au groupes armés de l’opposition à Damas : soutien logistique et entrainement pour l’ASL, fourni essentiellement par les Etats-Unis20 à partir de la Jordanie et de la Turquie du sud-est ; financements privés en provenance de certains pays du Golfe aux groupes de l’opposition islamiste au régime et fourniture d’armes légères (ces dernières étant contrôlées à leur entrée à la frontière, notamment par les forces américaines).

39Les débordements de la frontière légale peuvent également être analysés à partir des politiques de distribution de l’aide humanitaire internationale déployée par les agences spécialisées des Nations Unies. L’évolution du débat sur la livraison « crossborder » de l’aide humanitaire l’illustre particulièrement. En effet, l’aide humanitaire internationale ne peut en théorie être acheminée dans un pays sans l’autorisation de l’État concerné. En Syrie, la distribution de l’aide est donc négociée avec le régime de Damas, qui la contrôle étroitement dans les zones sous sa domination. Cependant, dès 2012, la constitution de territoires plus ou moins autonomes tenus par les groupes de l’opposition en continuité territoriale avec la frontière turque ou jordanienne, a posé la question de l’accès de l’aide humanitaire direct à ces régions, depuis la Turquie et la Jordanie, puisque le régime refusait de laisser transiter l’aide à ces régions par les territoires sous son contrôle. La communauté internationale s’est longuement interrogée sur la possibilité de s’affranchir de l’autorisation des autorités syriennes et de procéder à des livraisons d’aide crossborder, c’est-à-dire en passant par les postes frontières tenus par des groupes armés de l’opposition. Après deux ans de débats, les Nations Unies ont finalement autorisé, par un vote en juillet 2014, cette livraison crossborder. La communauté internationale reconnaissait ainsi de facto les régimes de frontière alternatifs existant en Syrie et le rôle d’acteurs non étatiques dans la gestion de la frontière internationale du pays. Par ailleurs, elle s’engageait officiellement dans des pratiques de la frontière qui débordaient le cadre de la souveraineté légale de la Syrie.

Espaces du refuge, ‘safe zones’, et ordres de paix

40Les dynamiques paradoxales de la frontière, du fait de la juxtaposition qu’elle offre entre ordres de paix et ordres de guerre, se manifestent particulièrement fortement autour de la question du refuge. En effet, la dimension de la frontière comme ligne inscrite dans un ordre juridique international est vitale pour les victimes des conflits cherchant à fuir la violence politique.

  • 21 Les pays voisins de la Syrie ne sont pas signataires de la Convention de Genève (1951) et de ses pr (...)

41En Syrie, six millions de personnes ont cherché refuge hors du pays en franchissant ‘la ligne’, et ils bénéficient de ce fait dans leur majorité de régimes de protection21. Par ailleurs, franchir la ligne permet d’accéder à des ressources matérielles alors que le pays est en grande partie détruit : habitat, infrastructures, activité économique, services essentiels (santé, éducation). L’aide humanitaire internationale est l’une de ces ressources, qui n’est cependant accessible que lorsque les personnes sont enregistrées officiellement.

42Le franchissement de la frontière permet donc la survie, mais il transforme également de façon radicale le statut des individus. De citoyens, les Syriens deviennent des « invités » (duyûf) dans les pays voisins ou bien des demandeurs d’asile et des réfugiés dans les pays signataires de la Convention de Genève. Ces statuts légaux offrent donc une protection aux individus, mais dans le cadre de droits qui sont, dans les pays voisins de la Syrie notamment, très limités. En particulier, dans les pays voisins, les Syriens n’ont pas accès au marché du travail sauf dans le cadre restreint de dispositifs de sponsorship et de contrats de travail. La plupart des Syriens réfugiés travaillent donc de fait dans l’illégalité, sur le marché informel, pour des salaires faibles. Dans ce contexte, la présence syrienne représente à la fois une opportunité pour beaucoup d’employeurs locaux (main-d'œuvre bon marché et très flexible) mais elle est également aussi une source de tension. Au Liban par exemple, la dénonciation du ‘remplacement’ des travailleurs libanais par les travailleurs syriens est une constante du débat public. Au Liban et en Jordanie, ces tensions se traduisent par exemple à l’échelle locale par le fait que de nombreuses communes ont mis en place des couvre-feux—dispositifs de guerre s’il en est—pour les Syriens. L’ordre de paix qui caractérise en théorie ces pays, derrière la frontière, est donc socialement contraint et spatialement réagencé par le refuge issu des ordres de guerre. La présence de populations réfugiées subvertit en quelque sorte la frontière en ce qu’elle crée de nouvelles (bien qu’asymétriques) régions frontalières, importe avec elle des ordres de guerre, et transforme les ordres sociaux et spatiaux de la paix au-delà de la frontière.

  • 22 Des zones d’exclusion aérienne ont été mises en place en Irak (1991-1992) et en Bosnie (1993) pour (...)

43La question des réfugiés et de la protection des populations civiles—qui sont particulièrement affectées par la violence de ce conflit du fait de du bombardement intensif des quartiers résidentiels par les forces du régime (Vignal 2014)—a suscité de nombreuses propositions de safe zones (espaces dans lesquels les civils peuvent être en sécurité). Les safe zones reposent sur l’idée que des ordres territoriaux de ‘paix’—ou, à tout le moins, d’absence de violence ouverte—peuvent être imposés par des moyens militaires au sein d’ordres territoriaux de guerre. Par exemple, la Turquie n’a cessé de proposer l’établissement d’une zone d’exclusion aérienne22 dans le nord de la Syrie, à la frontière commune ; cette proposition visait à la protection des populations civiles bombardées. L’établissement d’une telle zone était par ailleurs considérée comme devant permettre aux déplacés syriens de rester en Syrie, dans les territoires du nord tenus par l’opposition, plutôt que d’être contraints à franchir la frontière internationale vers la Turquie.

44Avec les années, la prolongation de la présence réfugiée syrienne donne naissance à des propositions de safe zones d’une nature un peu différente, notamment en Jordanie et au Liban. Depuis 2016, une partie du débat public libanais porte sur le fait que le gouvernement libanais devrait encourager les réfugiés syriens à retourner dans les ‘zones sûres’ du pays—c'est-à-dire les zones tenues par le gouvernement de Damas qui, grâce à l’intervention directe russe à partir de l’automne 2015, a rétablit une partie de son assise territoriale. Au Liban comme en Jordanie, certains proposaient par ailleurs de créer de toute pièce des ‘zones sûres’ situées juste derrière la frontière, en territoire syrien. Ces zones seraient destinées à favoriser le retour en Syrie des Syriens réfugiés en Jordanie ou au Liban. Pour les concepteurs de ces zones, celles-ci seraient in fine garanties par le régime al-Assad qui m’a cependant manifesté aucun intérêt pour ce projet: le régime syrien, qui n’a jamais retenu les candidats au départ, considère en effet que ceux qui sont partis n’appartiennent plus à la communauté nationale, voire font partie de son opposition.

45Cette conception de ce qu’est une ‘zone sûre’ est évidemment problématique en l’absence de véritable règlement de paix. Ce type de proposition contredit par ailleurs le fait que la protection internationale dont bénéficient les réfugiés implique en théorie l’impossibilité de retourner dans le pays qui a été fui tant que la situation n’y a pas changé. Ces propositions reflètent certainement la fatigue des opinions publiques de ces pays d’accueil. Elles sont peut-être aussi des indices des évolutions des perceptions de ce qui relève de l’ordre de la guerre et de l’ordre de la paix et de ce que recouvre la territorialité en temps de guerre: la guerre déborde largement les zones d’affrontement, pourtant situées en Syrie, tant dans l’espace que dans le temps. Les zones de ‘paix’ sont ainsi au mieux des zones sans affrontement: ce que l’on pourrait désigner, en reprenant la proposition de John Galtung, des zones de ‘paix négative’.

Conclusion

46Le conflit syrien permet donc d’examiner la question de la paix dans sa juxtaposition avec des ordres de guerre dans lesquels les catégories sont brouillées. Cette juxtaposition s’expose notamment aux frontières, dans ces espaces où s’organise la mise en connexion de ces deux ordres.

47D’une part le conflit a paradoxalement pour effet de confirmer la démarcation de la ligne frontière, qui est en somme réifiée dans sa fonction de séparation. La séparation permet en effet de conserver l’ordre de paix qui est au cœur de l’ordre international : elle est un ‘conteneur de guerre’. La séparation permet par ailleurs de préserver à l’extérieur un ordre de paix qui est une ressource vitale pour perpétuer les ordres de la guerre à l’intérieur. Cet ordre de paix est également investi par des acteurs internationaux qui déploient à partir de celui-ci leurs programmes de ‘paix’—ou leurs interventions militaires.

48Dans le même temps, la consolidation de la ligne frontière s’accompagne de la transformation de la nature même de celle-ci dans la mesure où elle n’est plus l’enveloppe d’une souveraineté étatique unique et exclusive sur un territoire donné, c'est-à-dire l’enveloppe d’une territorialité. D’un segment de la frontière à l’autre, celle-ci est une interface ou une séparation, une frontière de guerre ou une frontière de paix. De ce fait, la frontière devient le lieu de l’intensification des débordements, des formes de subversion, et des pratiques de contournement de la cohésion théorique de l’Etat territorial. Les pratiques de la frontière—pratiques de guerre s’il en est—des ‘franchisseurs de frontière’ (réfugiés, combattants, trafiquants, commerçants, personnels humanitaires etc), modifient de fait ce qui relève des espaces de la guerre et ce qui relève des espaces de la paix.

49En étendant la guerre—ou la paix—au delà et en deçà de la ligne, en mobilisant de nouveaux acteurs des frontières, en suscitant de nouvelles modalités de gestion de la frontière, et de nouveaux ordres juridiques à la frontière, les pratiques des frontières en temps de conflit contribuent à des superpositions d’espaces, à la création d’arrière-pays de la guerre ou de la paix qui brouillent de facto la ligne dans l’espace en créant des borderlands complexes. En étendant les borderlands de la Syrie bien au-delà de la ligne frontière, le conflit construit ainsi des ordres territoriaux et politiques mixtes qui diffractent ordres de paix et ordres de guerre au-delà et peut-être en deçà de la frontière syrienne. Ce faisant, le conflit expose l’impensé de la paix comme un processus social de construction permanent qui ne se résout ni dans la préservation d’une ligne internationale, ni dans la mise en place de dispositifs de contrôle (tels les couvre feux imposés aux Syriens dans certaines localités des pays d’acceuil) ou d’endiguement (la sécurisation des lignes frontières), mais s’exprime peut-être dans les conditions de production et la (re)production de la paix ‘au quotidien’ (Williams 2014).

Haut de page

Bibliographie

ABBOUD S., ‘Conflict, Governance and Decentralized Authority in Syria’, in Martin Beck, Dietrich Jung, and Peter Seeberg (ed.), The Levant in Turmoil’ (Basingstoke: Palgrave Macmillan, 2016), 57—77.

BENNAFLA K., ‘Chtaura-Jdita, ‘L’émergence d’une place bancaire et commerciale dans la Bekaa centrale (Liban),’ in Marchés, boutiques, souks et mall : formes sociales et spatiales de l’échange marchand en Méditerranée, Franck Mermier et Michel Péraldi M. (dirs) (Paris: Editions de la Découverte, 2011).

AMILHAT-SZARY A.-L., 2015, Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris : Presses Universitaires de France, 24.

AMILHAT-SZARY A.-L. and Frédéric Giraut F. (eds), 2015, Borderities : The Politics of Contemporary Mobile Borders, Badington, New-York : Palgrave MacMillan.

COLIN F. (ed.), Geography of War and Peace : From Death Camps to Diplomats, edited by Colin Flint, Oxford: Oxford University Press, 85­—110.

COLIN F., 2004, ‘Introduction’, Geography of War and Peace: From Death Camps to Diplomats, edited by Colin Flint, Oxford: Oxford University Press, 3—15.

GALLO G., 2013, ‘Conflict Theory, Complexity and Systems Approach’, Systems Research and Behavioral Science, Volume 30, Issue 2, March/April 2013,156—175.

FAVIER A., ‘Local governance dynamics in opposition-controlled areas in Syria’, in Inside Wars: Local Dynamics of Conflicts in Syria and Libya (Florence: European University Institute, Robert Schuman Centre for Advanced Studies, Middle East Directions, 2016), pp. 6-15.

GALTUNG J., 1969, ‘Violence, Peace, and Peace Research’, Journal of Peace Research,Vol. 6, No. 3 (1969),167—191.

KALDOR M., 2012 (new edition), New and Old Wars, London: Polity Press.

KALDOR M., 2013, In Defence of New Wars”, Stability, Vol. 2, n°1, 1—16, p. 2.

LUNDGREN JÖRUM E., 2014, Beyond Syria’s borders, A History of Territorial Disputes in the Middle East, London, New-York: I.B. Tauris, 2014.

LUNDGREN JÖRUM E., ‘Syria’s ‘Lost Province’: The Hatay Question Returns’, January 28, 2014, Carnegie Endowment for International Peace, http://carnegieendowment.org/syriaincrisis/?fa=54340 (accès le 14 Septembre 2015)

MCCONNELL F., MEGORAN N., Williams P. (eds.), 2014, Geographies of Peace, London : I.B. Tauris.

O’LOUGHLIN J., 2004, ‘The political geography of Conflict. Civil wars in the hegemonic shadows’, in

PICARD E., 2016, Liban-Syrie, intimes étrangers: Un siècle d'interactions sociopolitiques, Arles : Actes Sud.

VIGNAL L., 2017, ‘Pérennité et transformations de la frontière syrienne’, Confluences Méditerranée 101 (Eté 2017).

VIGNAL L., 2014, ‘Destruction-in-Progress: Revolution, repression and war planning in Syria (2011 onwards)’, Built Environment, Special issue ‘Urban Violence’, Vol. 40, n°3, 326—341.

WILLIAMS P., 2014, « Everyday peace, agency and legitimacy in north India », in McConnell, Megoran, Williams (eds.), 2014, Geographies of Peace, London : I.B. Tauris

Haut de page

Notes

1 J’emprunte ce terme anglais proposé par les Border studies et qui désigne la profondeur des espaces frontaliers au-delà de la ligne, espaces de profondeurs et de nature variables et qui sont construits par des pratiques, des usages, et des modes de régulation.

2 Selon Johan Galtung (1969), une paix positive serait un état dans lequel n’auraient cours aucun des différents types de ‘violence structurelle’­ qui affectent les individus sans qu’il y ait un perpétrateur identifiable de cette violence—une violence inscrite dans la structure sociale, et dont l’une des formes est, pour lui, l’inégale distribution des ressources et du pouvoir. .

3 Saskia Sassen utilise le verbe ‘deborder’ qui signifie défaire la frontière (border, en anglais).

4 Voir par exemple: Walst-Wather, 2011, et Wilson, T.M. and Donnan, 2012.

5 Les accords de démarcation de la frontière entre la Jordanie et la Syrie datent de la fin des années 2010, et la frontière entre la Syrie et le Liban n’est pas entièrement démarquée en 2011.

6 Il est remarquable de ce point de vue de constater que le tracé de la frontière post-1939 est de facto reconnu par l’opposition syrienne, qui le reproduit désormais sur ses cartes (Lundgren Jörum, 2014).

7 Partiya Yekîtiya Demokrat, le Parti de l’Union Démocratique, le plus important des partis kurdes syriens, qui dispose d’une branche militaire, les YPG (Unités de Protection du Peuple).

8 Pour une mise à jour régulière du contrôle territorial en Syrie, on peut notamment se référer aux cartes produites par le blog Syrian War Daily (https://syrianwardaily.wordpress.com/map/), celles de l’ONG Institute for the Study of War (Wahsington D.C.) (http://iswresearch.blogspot.co.uk/search/label/Syria), ou celles publiées sur le site en arabe Omran (www.omrandirasat.org)

9 Avec l’intervention militaire directe de l’aviation russe depuis l’automne 2015, et grâce au soutien de l’Iran et de ses troupes et milices au sol et de celui de la milice du parti libanais du Hezbollah, le régime a reconquis en 2016 et 2017 une grande partie de ces territoires perdus.

10 Sauf celles qui sont fabriquées en Syrie et qui ne relèvent pas de l’armement traditionnel, comme par exemple les bombes-barils utilisées par le régime : ce sont des barils remplis d’explosifs et de morceaux de métal qui sont jetés sur les habitations à partir d’hélicoptères. Source : Amnesty International, ‘Death everywhere. War crimes and human rights abuses in Aleppo, Syria’, May 2015, p. 19. (https://www.amnesty.org/fr/documents/mde24/1370/2015/en/).

11 ASL : coalition des groupes armés de l’opposition démocratique

12 Syrian Centre for Policy Research, “Confronting Fragmentation! Impact of Syrian Crisis Report”, Damascus, 2015 (http://scpr-syria.org/publications/confronting-fragmentation (accès le 12 Février 2016).

13 Que ceux-ci soient officiels ou non : le conflit syrien a donné lieu à la création de nombreux postes-frontières non officiels.

14 Ou bien des sections de ceux-ci, comme le puissant parti du Hezbollah au Liban qui intervient en Syrie aux côtés du régime de Bachar al-Assad.

15 Israël mis à part.

16 La population syrienne réfugiée au Liban est estimée à 1,5 million de personnes pour un pays de quatre millions d’habitants ; en Jordanie, 660 000 Syriens sont enregistrés par le HCR, mais leur nombre réel pourrait être doublé, pour une population jordanienne de 6,6 millions de personnes.

17 Voir par exemple les graphiques récapitulant les attaques terroristes qui ont eu lieu en Turquie en juin 2015 et décembre 2016, parmi lesquelles on compte six attaques perpétrées par Daesh http://www.nytimes.com/interactive/2016/06/28/world/middleeast/turkey-terror-attacks-bombings.html (accès le 11 Janvier 2017).

18 Le PYD, fondé en 2003, est la branche syrienne du PKK turc. Le PKK, fondé en 1978, a d’abord combattu pour l’indépendance kurde, avant de se tourner ver une formule d’autonomie et de droits pour les Kurdes au sein de la Syrie.

19 La bataille du jurd qui fait rage autour de la ville d’Ersal, à l’été 2017 vise à en chasser les forces de Daesh et celles du Fatah al Cham (ex-front al Nosra) qui s’y replient depuis la frontière. Cette bataille est menée par les forces du Hezbollah, et non pas par l’armée libanaise bataille.

20 En mars 2017, l’administration Trump a cependant changé la doctrine américaine vis-à-vis du conflit syrien, son ambassadeure à l’ONU déclarant que le départ de Bachar al-Assad n’était plus une priorité (Source : Reuters, 30 March 2017, U.S. priority on Syria no longer focused on 'getting Assad out': Haley’). Les Etats-Unis ont par ailleurs mis en fin en juin 2017 aux programmes de la CIA d’entrainement militaire et de fourniture d’armes aux groupes de l’ASL en Jordanie et en Turquie. Un porte-parole de l’armée a déclaré que le seul objectif de ces groupes devait désormais être la lutte contre Daesh.

21 Les pays voisins de la Syrie ne sont pas signataires de la Convention de Genève (1951) et de ses protocoles additionnels qui forme la base du système international de protection. Chaque pays organise donc, en lien avec le Haut-Commissariat pour les Réfugiés ou non (dans le cas de la Turquie), son propre système d’encadrement et de protection des Syriens réfugiés.

22 Des zones d’exclusion aérienne ont été mises en place en Irak (1991-1992) et en Bosnie (1993) pour protéger les populations civiles de bombardements.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau : Des espaces frontaliers de guerre et de paix
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4445/img-1.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Leïla Vignal, « Ordres de paix et ordres de guerre à la frontière syrienne », L’Espace Politique [En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 22 février 2018, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4445 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4445

Haut de page

Auteur

Leïla Vignal

Maitresse de conférences en Géographie
Université Rennes-2, CNRS UMR 6590 Espaces et Sociétés
Durant la rédaction de cet article : Marie Curie Fellow, Refugee Studies Centre, Université d’Oxford (2015-2017)
Leila.vignal@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals