Navigation – Plan du site
Frontières de guerre, frontières de paix : nouvelles explorations des espaces et temporalités des conflits
2. La frontière, un produit multiacteur

Au Sud-Liban, la Blue Line comme marqueur du post-conflit ?

In South Lebanon, the Blue Line as a tag of the post-conflict era?
Daniel Meier

Résumés

La région du Sud Liban a été marquée par une longue occupation militaire israélienne (1978-2000) qui s’est terminée par un retrait unilatéral. Lors de ce dernier, les Nations Unies ont délimité une ligne de retrait, dite ligne bleue (Blue Line). Malgré cela, les protagonistes en conflit, Israël et le Hezbollah, ont régulièrement violé cette ligne ce qui a fini par déboucher sur la guerre de l’été 2006. Outre les pertes humaines et matérielles, ce conflit a marqué le retour en force de la FINUL dans le jeu politique via la résolution onusienne 1701. Dès cette époque, la FINUL a pris l’initiative de marquer physiquement la Blue Line en mettant à contribution les belligérants par le truchement de rencontres tripartites. Cette contribution entend montrer que la mise en place d’un ordre international dans l’espace frontalier routinise la conflictualité politico-militaire régionale tout en favorisant l’imposition aux acteurs belligérants d’une géographie politique « post-conflit » incarnée par la Blue Line.

Haut de page

Texte intégral

1La région du Sud Liban a connu de nombreux changements ces quarante dernières années, passant tour à tour de base arrière pour la résistance palestinienne à « zone tampon » occupée par une milice supplétive d’Israël, avant de devenir un espace où s’affrontent de façon sporadique le Hezbollah, qui en exploite les composantes sociologiques mais aussi sa topographie (relief accidenté) et l’armée israélienne qui, après s’en être retiré en 2000, continue d’y exercer un contrôle aérien et y mener des opérations de représailles mais aussi d’espionnage. Cette guerre de basse intensité – témoignant ainsi de la continuation d’une conflictualité – continue d’embraser sporadiquement la zone frontalière1 et, depuis le début de la révolution syrienne, s’est étendu à la frontière syro-israélienne sur le Golan. Dans le même temps, la Forces Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) est déployée au Sud Liban depuis la première invasion israélienne en mars 1978. Depuis 2006, son action de peacebuilding multiforme (soutien aux municipalités dans la reconstruction, marquage et visibilisation de la ligne bleue (Blue Line), appui à l’armée libanaise dans son contrôle du Sud Liban) semble avoir permis la réduction de la tension dans cet espace frontalier notamment du fait de l’interdiction faite au Hezbollah d’avoir une présence militaire dans la zone patrouillée par la FINUL2. Malgré cela, des accrochages toujours réguliers continuent d’avoir lieu entre le Hezbollah et l’armée israélienne, rappelant combien cette région frontalière reste soumise aux aléas géopolitiques et reste perçue par les belligérants comme un espace légitime de confrontation (Meier, 2016).

2Comment qualifier l’espace du Sud Liban par rapport aux catégories un peu simpliste de guerre vs paix ? La catégorie « post-conflit » est en usage aujourd’hui auprès des institutions onusiennes pour décrire un processus de retour à la paix, notamment après la guerre de 2006. Mais qu’en est-il de la périodisation implicite impliquée par cette notion même ? Cette notion n’est-elle pas naive ou simpliste compte tenu des nombreuses variables sociales et politiques qui influent sur la réalité du terrain (Kirsch et Flint, 2011) ? Comme le rappellent Cattaruzza et Dorier (2015), le postconflit est à la fois une norme d’intervention de transition dans un après-guerre, une périodisation, une ressource et un enjeu symbolique (représentation). Pour discuter ce terme dans le contexte du Sud Liban, nous voudrions centrer notre propos sur l’étude de la Blue Line, en tant qu’élément du dispositif postconflit institué par les Nations unies. D’où provient la conflictualité de cette région frontalière et quels éléments de permanence peut-on tracer qui permettrait d’éclairer la période postconflit ? Le tracé et le marquage de la Blue Line ont été rythmés par deux périodes de conflits/postconflits, comment les analyser ? Plus largement, comment les acteurs locaux, étatiques et internationaux influent-ils sur les logiques du conflit et du post-conflit ?

3Afin de problématiser ce questionnement diachronique et multiscalaire, cet article prend appui sur une conception de la frontière comme processus telle qu’elle a été formalisée dans le champ des border studies sous le terme de frontiérisation (bordering) (Popescu, 2012). La géographie politique a proposé également de penser l’espace frontalier comme travaillé par deux autres processus solidaires de la frontiérisation : ceux de l’imposition d’un ordre sociopolitique (ordering) dans l’espace frontalier et d’un rapport à l’altérité et à sa production (othering) (Van Houtum et Van Naerssen, 2002). Cette façon relationnelle et diachronique d’appréhender le fait frontalier tend à éclairer le rôle d’acteurs aussi bien étatiques que non-étatiques dans la fabrication de la frontière, ce que Chris Rumford appelle le « borderwork » (Rumford, 2008). Cet ensemble conceptuel permet ainsi d’inclure dans la compréhension de la Blue Line un ensemble d’acteurs et de rapports à diverses échelles qui influent sur les dynamiques de conflits et post-conflits au Sud Liban. L’idée force que ce texte entend soutenir est celle de la mise en place d’un ordre international dans l’espace frontalier qui normalise la conflictualité politico-militaire régionale tout en imposant aux acteurs belligérants, de façon transitoire, une géographie politique « post-conflit » incarnée par la Blue Line. En d’autres termes, les dynamiques de conflit et de post-conflit apparaissent ici comme devant être pensé non pas en termes de phase mais comme processus simultanés.

  • 3 Dans la littérature spécialisée, cette expression est utilisée de façon récurrente pour qualifier u (...)

4La première partie de cet article met en lumière l’historicité du conflit et les acteurs de celui-ci dans la zone frontalière du Sud-Liban. Y sont présentées les dynamiques qui ont structuré ce territoire en zone de confrontation armée et le rôle déterminant joué par certains acteurs étatiques (Israël, Syrie) non-étatiques (principalement la Résistance palestinienne, le Hezbollah et les Nations Unies). En second lieu, nous détaillons les conditions d’apparition et les enjeux du tracé de la Blue Line en l’an 2000, suite au retrait unilatéral de l’armée israélienne et la débandade des supplétifs de l’Armée du Liban-Sud (ALS). On y voit s’esquisser le cadre général de cette nouvelle géographie politique post-conflit tout en en soulignant les apories. Enfin, la troisième partie tente de comprendre comment la confrontation de l’été 2006 a reconfiguré le Sud du pays en une région de « ni guerre, ni paix »3. En effet, si la « guerre de 33 jours » (Mermier et Picard, 2007) a permis le redémarrage d’un processus post-conflit sur des bases qui semblent plus solides qu’en 2000 puisque les armées belligérantes entretiennent un dialogue autour d’aspects techniques inhérents au marquage et au respect de la Blue Line, force est de noter la permanence des lignes de confrontations, visible à travers les opérations armées qui s’y déroulent sporadiquement.

L’historicité du conflit : le Sud Liban jusqu’en 2000.

5Au Sud Liban, le conflit trouve son origine dans les conditions de la création même de l’Etat d’Israël en 1948 et sa non reconnaissance par les Etats arabes dont le Liban. La ligne Paulet-Newcombe, tracée en 1923 par les forces mandataires française et britannique, et qui définissait la limite entre les deux Etats sous mandat, devint la ligne frontière de référence séparant les deux Etats indépendants. A l’issue de la première guerre israélo-arabe, en 1949, elle devint une ligne d’armistice et par le fait même de l’état de belligérance, une frontière fermée (Hof, 1984). Si la diplomatie libanaise avait adopté un profil bas à l’égard d’Israël, les conséquences internes de ces choix ont eu des répercussions sur les réfugiés palestiniens arrivés au Liban en 1948 et premières victimes de ce conflit. Leur maintien sous un régime quasi militaire de contrôle et d’encadrement a conduit à de fortes tensions durant les années soixante lorsque la politisation des réfugiés commença avec la création de plusieurs mouvements panarabes de lutte pour la Palestine et l’apparition de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). En somme, d’un espace ouvert où pouvaient circuler les ressortissants libanais et palestiniens, le Sud Liban devint un espace clôt à partir de 1948 où les réfugiés palestiniens des camps du Sud (Saida, Tyr, Nabatiyeh) côtoyaient une population rurale, majoritairement chiite, marginalisée par le pouvoir central.

6L’émergence de la résistance armée palestinienne au Liban fut un élément clé dans la transformation progressive du Sud-Liban en espace de confrontation armée du fait des opérations transfrontalières lancées par les combattants palestiniens, les fédayins. La première séquence est constituée par l’installation de bataillons de la résistance palestinienne dont le nombre ira croissant dès le début des années 1970, après la défaite du mouvement révolutionnaire palestinien en Jordanie (Septembre Noir) et le transfert de la centrale palestinienne à Beyrouth. Cette concentration de troupes armées irrégulières, outre qu’elle attisait de nombreuses dissensions internes entre partisans et contempteurs de la résistance palestinienne au sein des forces politiques libanaises, contribua fortement à redéfinir la nature du territoire méridional du Liban. Cette transformation se traduisit par un progressif contrôle militaire du Fatah, la principale formation de l’OLP dirigée par Yasser Arafat. De façon péjorative et pour souligner l’abandon de la souveraineté libanaise sur cette portion du territoire national, la droite chrétienne libanaise se mit à décrire le Sud du pays comme le « Fatahland ». Le sanctuaire ainsi édifié par la résistance palestinienne servait donc à mener une lutte anti-israélienne avec des infiltrations de combattants par-delà la ligne d’armistice, notamment à partir de la région montagneuse de l’Arkoub (Brynen, 1990).

Carte 1 - Le Sud Liban : sanctuaire de la Résistance palestinienne

Carte 1 - Le Sud Liban : sanctuaire de la Résistance palestinienne

Réalisation : Hisham Ashkar - 2014

  • 4 Ces derniers étant perçus comme tirant profit de la guerre par comparaison au sort que les populati (...)

7Une seconde séquence s’ouvre avec la montée en puissance des ripostes israéliennes, occasionnant de nombreux dégâts parmi les infrastructures et maisons du Sud du Liban en plus des victimes civiles, poussant des populations villageoises à l’exode. Parmi les habitants ainsi affectés, les chiites étaient sociologiquement les plus nombreux en raison de leur présence historique massive dans la région du Jabal Amel (Mervin, 2000). Dans le contexte de forte politisation de la communauté chiite, le mouvement Amal, branche militaire du « mouvement des déshérités » se fit le défenseur des populations chiites du Sud subissant de plein fouet les bombardements israéliens. Ce faisant Amal accompagna la montée d’un sentiment anti-palestinien d’une partie des chiites pour s’opposer progressivement à la résistance palestinienne. Ainsi dès les premières années de combats, la guerre civile libanaise a progressivement creusé un fossé entre Libanais et Palestiniens4 et divisé les acteurs du conflit le long de lignes confessionnelles, isolant ainsi la résistance palestinienne face à Israël au Sud (Kassir, 1994), laissant davantage l’initiative à Israël auprès des villages chrétiens frontaliers qui eux aussi souffraient de la guerre.

8De fait, dès l’été 1976, peu après le début de la guerre civile, l’état-major israélien s’est intéressé de plus près à la région du Sud Liban. La débandade de l’armée libanaise avait provoqué le retour de nombreux militaires chrétiens dans leurs villages situés le long de la frontière internationale où ils se trouvèrent rapidement dans des situations économiques. Dans ce contexte, l’armée israélienne, sous l’impulsion de son état-major a proposé son soutien médical, économique et militaire à ces villages frontaliers afin d’attirer ces acteurs dans son giron en leur demandant en échange de protéger la frontière contre les fédayins palestiniens. Cette collaboration fut bientôt synthétisée par les autorités israéliennes sous le label de « politique de la bonne frontière ». Dès 1977, elle a eu pour effet la constitution d’une force armée supplétive, commandée par Saad Haddad, un major libanais félon, qui joua un rôle stratégique majeure suite à la première invasion israélienne de 1978 (Hamizrachi, 1988).

Carte 2 - La milice de Haddad, l’invasion israélienne (1978) et la FINUL

Carte 2 - La milice de Haddad, l’invasion israélienne (1978) et la FINUL

Réalisation : Hisham Ashkar - 2014

9Connue sous le nom de code « Opération Litani », cette occupation de la partie méridionale du Liban qui dura de mars à juin 1978 avait été montée en réaction à un attentat particulièrement meurtrier commis par un commando palestinien au nord d’Israël. Le Nations unies approuvèrent très rapidement la résolution 425 qui demandait explicitement à Israël d’évacuer ses troupes du Liban et qui confiait mandat à la Force Intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) de vérifier le retrait israélien, d’assurer la paix internationale et d’assister le gouvernement libanais dans la restauration de son autorité sur cette partie du territoire5. Or durant son retrait, l’armée israélienne confia ses positions à la milice supplétive libanaise du major Haddad, empêchant ainsi le déploiement de la FINUL jusqu’à ligne frontalière. Pris ainsi entre deux belligérants, les troupes onusiennes firent les frais d’une situation pour le moins complexe dans un Etat qui sombrait de jour en jour davantage dans le chaos (Skogmo, 1989). La milice du major Haddad reçut pour sa part la caution politique du gouvernement israélien de Menahem Begin en 1979 et ses troupes, alors très majoritairement chrétiennes, furent officiellement encadrées, armées et entrainées par Israël. Sous couvert de défendre une zone contiguë à la frontière d’environ 1000km2 afin d’y instaurer un « Liban libre », ces miliciens opéraient hors de tout cadre légal et dans la plus grande impunité, notamment par rapport aux soldats de la FINUL (Göksel, 2007). Ils effectuaient ainsi de nombreuses opérations anti-palestiniennes à la lisère de la zone qu’ils contrôlaient, en territoire libanais, alors que la frontière internationale, contrôlée de facto par Israël, tendait à se normaliser en facilitant la circulation pour les Libanais de la zone occupée et leur famille, procurant déjà à certains des emplois et des ressources grâce à leur accès au marché israélien.

10L’invasion de 1982 n’a été pour le Sud frontalier qu’un prolongement, voire l’aboutissement d’un processus de préparation politico-militaire visant à porter au pouvoir à Beyrouth Béchir Gemayel, un leader chrétien allié d’Israël (Ménargues, 2004). L’ensemble des lignes ont bougé à la suite de cet événement majeur et terriblement destructeur pour le Liban : non seulement la résistance palestinienne a été évincée du Sud et acculée à quitter le Liban après le siège de la capitale durant l’été 1982, mais la moitié sud du pays était devenue un territoire occupé en générant de ce fait de nouvelles forces de résistance dont le mouvement islamiste chiite du Hezbollah. L’assassinat de Béchir Gemayel et la non ratification par le Parlement libanais du traité de paix séparée, signé en mai 1983, ont marqué l’échec de la stratégie israélienne au Liban et le début du processus de retrait des troupes de l’Etat hébreu jusqu’en 1985. Tout au long des trois années de son occupation, l’armée israélienne a tenté de manière plus ou moins brutale d’imposer un ordre sociopolitique et territorial, un processus de frontiérisation politique et économique afin de satelliser la zone sud, jouant au besoin les communautés et les villages les uns contre les autres. Le repli des troupes israéliennes s’acheva en 1985 en maintenant toutefois sous son contrôle une bande de terre contiguë à la frontière internationale dont la surface oscilla entre 1100 km2 et 850 km2. Définie par Israël comme une « zone de sécurité », son territoire correspond à peu près à la zone initialement contrôlée par la milice du major Haddad. Après le décès de ce dernier (1984), ces troupes supplétives sont réorganisées par le général Antoine Lahad. Afin d’en faire une véritable armée, la conscription est alors étendue aux résidents chiites de la zone et son nom est adapté en conséquence pour devenir « l’Armée du Liban Sud » (ALS).

Carte 3 - L’occupation israélienne (1982), ses phases de retrait et la Blue Line

Carte 3 - L’occupation israélienne (1982), ses phases de retrait et la Blue Line

Réalisation : Hisham Ashkar - 2014

11Impuissante face à ces redéploiements et limité dans sa marge de manœuvre, la FINUL a continué à être spectatrice des affrontements qui avaient lieu entre une force occupante et une milice déterminée et puissante qui avait monopolisé la résistance anti-israélienne au Sud Liban depuis le milieu des années 1980, le Hezbollah. Ce scénario ne s’est modifié que marginalement avec la fin de la guerre civile en 1990, les belligérants restant les mêmes, seule la caution étatique des nouvelles autorités libanaises conférée au Hezbollah garantissait à cette milice une légitimité dans sa lutte pour la libération du territoire national encore occupé. Or le Hezbollah n’était plus une milice préparant la révolution islamique au Liban, ses parrains iraniens et syriens l’ayant poussé à une conversion politique afin que, dans le contexte de l’après guerre civile, elle devienne une force politique comme une autre (Alagha, 2006). Une force dont la mission était clairement territorialisée, libérer le Sud Liban toujours occupé par Israël et sa milice libanaise locale, l’ALS. Dans le cadre du Liban post guerre civile, le Hezbollah en tant que force para-étatique participait ainsi à un processus de re-frontiérisation (rebordering) du Liban sur la base de son idéologie de résistance.

12De fait, sa rigoureuse organisation sociale et politique avait déjà largement pavé la voie à un enrégimentement d’une frange de la société libanaise, très majoritairement chiite, autour d’un projet de société fondé sur l’idée de résistance comme forme d’engagement religieux. Arc-bouté sur sa lutte contre l’occupation du territoire libanais par Israël – lequel était perçu et constitué comme altérité radicale (othering) – la « résistance islamique au Liban », suivant l’appellation que le parti se donna alors, organisa et diffusa au travers de ces nombreuses institutions sociales, caritatives (Harb, 2010) mais aussi médiatiques (Lamloum, 2009) et politique (Daher, 2014) des normes et valeurs islamiques, en symbiose avec l’idéologie khomeinyiste (Mervin, 2008). Ce faisant, le succès de la mobilisation de cet ordre social (ordering) islamique et sa vision binaire du monde – entre les oppresseurs (l’Occident, Israël) et les oppressés (les habitants du Sud, implicitement les chiites et leurs alliés Iraniens et Syriens) – trouvait dans l’occupation territoriale du Sud Liban la traduction empirique des méfaits des « oppresseurs ».

Création de la Blue Line et limites de son impact (2000-2006)

  • 6 Dans les expressions manifestant ce mépris, la description des troupes supplétives libanaises de l’ (...)

13L’armée israélienne s’est retirée unilatéralement de la zone occupée du Sud Liban en mai 2000. Les années précédentes, l’Etat juif avait tenté sous la pression populaire de négocier avec Beyrouth un retrait en échange du maintien d’avant-postes. Devant l’insuccès de cette tentative, le gouvernement de Ehud Barak avait décidé de retirer ses troupes qui subissaient de lourde perte en raison de son exposition aux attaques répétées du Hezbollah. Dès lors, le retrait du 22 mai 2000 a pu être relu par le Hezbollah comme une victoire de sa stratégie de résistance armée. En outre, ce retrait qui illustrait bien le mépris que les Israéliens pouvaient avoir pour les Libanais au vu de la façon lamentable dont l’ALS fut littéralement abandonnée par les troupes israéliennes6, est ainsi venu alimenter la machine idéologique du Hezbollah à propos de la nature de cet ennemi.

  • 7 Il convient de rappeler que le gouvernement d’alors, dirigé par Fouad Siniora, était le premier des (...)

14Dans les jours qui suivirent le retrait israélien, le Hezbollah déclara que celui-ci ne changeait rien à la nécessité de continuer la résistance armée puisqu’Israël continuait à occuper une bande montagne de terrain aux confins syro-libano-israéliens connu sous le nom des « Fermes de Chebaa ». Ce territoire d’environ 50 km2 avait été partiellement occupé par Israël en 1967 lors de la guerre sur le Golan syrien puis la zone avait été progressivement agrandie au dépend du Liban et fortifiée en tant que lieu stratégique au double plan de ses ressources naturelles (eau) et militaires (hauteurs dominant la région). Dans les années 1930, lors de la délimitation des frontières du Liban avec la Syrie par les forces mandataires, ce territoire avait été placé par erreur en territoire syrien. Après l’indépendance (1943), aucun effort n’avait été fait pour rectifier cette « anomalie » d’autant que la Syrie n’hésitait pas à y déployer des avant-postes jusque dans les années soixante (Kaufman, 2014). C’est ainsi qu’en 2000, à la faveur du retrait militaire israélien, les Nations Unies ont placé ce territoire des Fermes de Chebaa sous souveraineté syrienne et par ce fait dépendant des résolutions 242 et 338 – respectivement votées suite aux occupations israéliennes de 1967 et 1973 – et hors de la juridiction de la résolution 425 (1978) relative à l’occupation du Sud Liban. Pour sa part, le gouvernement libanais a fait front derrière le Hezbollah pour revendiquer ce territoire comme étant Libanais dans une tentative de disputer au Hezbollah un argument souverainiste7.

15Dans son opération de délimitation territoriale, notamment dans le secteur des Fermes de Chebaa, la mission des Nations Unies dépêchée sur place dans les jours qui suivirent le retrait israélien donna naissance à un tracé, une ligne, la Blue Line, qui devait incarner la ligne de retrait de 2000. Dans le rapport du secrétaire général de l’ONU le jour même du retrait, le 22 mai, était mentionné la nécessité « technique » pour les Nations Unies d’envoyer une mission afin de délimiter sur le terrain une ligne bleue pour pouvoir confirmer qu’Israël s’était conformé à la résolution 425 en retirant ses troupes du Liban. Cette ligne, état-il encore précisé, ne serait pas un tracé de frontière mais bien une ligne de retrait (withdrawal line) qui n’empêcherait aucunement les parties en jeu de trouver un accord pour établir une frontière commune8. L’enjeu spatial à ce stade superposait la question du retrait militaire avec la question de la conformation d’Israël avec la résolution 425. Or il n’y a guère d’automaticité entre les deux, comme la suite du processus allait le démontrer : la volonté politique américaine, attestée par les témoins oculaires de l’époque9, conduisit la mission à attester un peu vite de la complétude du processus de retrait du territoire libanais quand bien même le Liban souleva une série de treize points de désaccords le long de la Blue Line. Autre enjeu pour les Nations Unies cette fois : s’inscrire dans le paysage du règlement du conflit par le tracé de la ligne au sol. Décrite comme une mesure technique «  neutre » mais dont la portée politique semble évidente (Lefranc, 2006), ce tracé avait pour fonction d’inscrire sur le terrain une norme internationale post-conflit (d’où sa couleur bleue par référence au drapeau des Nations Unies).

16De fait, une mission onusienne d’experts a été chargée de cet travail de frontiérisation (bordering) entre le 24 mai et le 2 juin 2000. Concrètement, ces derniers se basaient sur un ensemble de données cartographiques collectées dans les divers pays de la région et donnant lieu à une « ligne pratique » (practical line) qualifiée comme étant « the best approximate international boundary line in South Lebanon » (Hof, 2001). La mission a effectué son travail du côté israélien de la ligne, identifiant une liste de 198 points en coordonnées électroniques (dite electronic line) permettant l’élaboration d’une carte physique au 1 : 50'000 par les services des Nations Unies laquelle a été transmise le 6 juin suivant par la FINUL aux parties belligérantes. Le trait bleu figurant sur cette carte est d’une épaisseur de 0,8 mm ce qui, reporté sur le terrain, aurait formé une bande de 40 mètres de large. La Blue Line pouvait ainsi être reconnue par les parties en conflit de deux façons : par la ligne électronique (de 198 points) et via la carte géographique (document papier officiel édité par les Nations Unies). Si le Liban accepta les deux manières, Israël ne reconnut que la carte géographique, c’est-à-dire la ligne bleue sous sa forme « épaisse », ouvrant la porte à des négociations sur sa localisation précise.

  • 10 Entretien effectué avec un haut gradé au ministère de la Défense, Yarzeh, juin 2011.

17Il convient toutefois de noter que loin de n’avoir été que passif dans ce processus, la partie libanaise a demandé une vérification du côté libanais de la frontière, en compagnie de la mission onusienne. Au terme de cette inspection, le général Hoteit de l’armée libanaise puis le Président de la République Emile Lahoud firent état d’un total de 7 réserves quant au tracé de la Blue Line auxquelles s’ajoutèrent plus tard 6 erreurs effectuées par la mission onusienne en 2000 et concédées par l’ONU au Liban en 200710.

Carte 4 - Points de litiges et zone contestée sur la Blue Line

Carte 4 - Points de litiges et zone contestée sur la Blue Line

18À première vue cela peut paraître étrange qu’un Etat conteste une ligne de retrait militaire, sauf peut-être si la ligne sur laquelle les troupes ennemies se retirent se confond avec une ligne frontalière. Et c’est bien là qu’une confusion peut naitre sur le sens de la Blue Line comme ligne technique alors qu’elle tend à incarner, à terme, une ligne hautement politique : la délimitation frontalière entre deux Etats encore en état de guerre. La façon onusienne de dépolitiser cette ligne fut d’en accaparer la souveraineté en en dessinant le tracé sous le label de « ligne de retrait ». En cela, l’intervention de la mission qui a tracé la Blue Line au printemps 2000 a signalé l’apparition (ou le retour) d’une troisième partie en jeu, les Nations Unies, comme médiateur du conflit libano-israélien.

19Malgré ce premier succès pour la nouvelle norme internationale au vu de la reconnaissance explicite par les gouvernements des deux Etats belligérants, la phase post-conflit dans laquelle était supposée entrer la région sud du Liban n’était toutefois pas à l’ordre du jour au niveau des rapports de force locaux. En effet, loin de laisser l’Etat libanais prendre en main la sécurité de sa frontière sud, le gouvernement libanais, alors dans l’orbite syrienne, a fait entendre une autre position. Par la voie de son Président, les autorités libanaises expliquèrent que l’armée ne pouvait en aucun cas être déployée à la frontière car elle n’entendait pas jouer les gardiens de la frontière pour le compte d’Israël. Le Liban refusait, était-il expliqué, de ratifier un acte unilatéral israélien au risque de reconnaître implicitement Israël ; toute reconnaissance devait passer par une négociation en bonne et due forme (Picard, 2000). Il semble surtout clair que, au Sud du Liban, c’est bien le parrain syrien qui s’est opposé à un début de processus post-conflit, notamment en permettant au Hezbollah d’étendre sa mainmise sur la région jusqu’à la frontière et d’y poursuivre ses activités militaires de « résistance » anti-israéliennes.

20De fait, le parti de Dieu a installé ses quartiers au Sud Liban et entreprit de monopoliser l’espace socio-politique dans la région libérée, avec à son actif une forte légitimité, un discours idéologique bien rôdé et un programme de transformation de la zone libérée en sanctuaire de résistance. La proclamation de Bint Jbeil comme capitale de la libération en a été le premier acte puisque du temps de l’occupation, la capitale administrative était installé à Marjayoun. Outre le déploiement des institutions du parti et son implantation dans les villages, le Hezbollah a continué son action armée en s’adaptant à la nouvelle situation d’un front militaire fixe. Au lieu de mener des opérations lourdes et régulières, le parti entreprit de frapper occasionnellement l’armée israélienne à la lisière de la Blue Line, notamment en menant une série de kidnappings de soldats.

21Cette technique d’affrontement à basse intensité permettait ainsi d’inscrire la région frontalière comme une ressource : d’une part le Hezbollah restait au commande d’une stratégie de harcèlement qui n’est pas sans rappeler la stratégie de guérilla palestinienne des années 1970 mais avec cette fois un agenda plus géopolitique, notamment celui de la Syrie et de l’Iran aux portes d’Israël. Mais d’autre part, le parti faisait fructifier sa stratégie de « rendement » opérationnel de sa « résistance » frontalière en avec l’Etat juif la libération/restitution des prisonniers Libanais ou des corps de combattants tombés lors des guerres antérieures. Cette stratégie était rentable pour le Hezbollah qui capitalisait ainsi du pouvoir symbolique auprès des militants de gauche pro-palestiniens (dont de nombreuses dépouilles furent ainsi récupérées lors d’échanges avec Israël en 2004 et 2008) et réussissait là où la diplomatie avait échoué – toutefois dans des limites excluant les infiltrations en Israël et les bombardements de zones civiles. Ce cadre et les répliques subséquentes auxquelles le Hezbollah s’exposait était analysé comme reflétant les nouvelles règles d’engagement entre belligérants au plan local et régional (Sobelman, 2004). Une fois encore, la FINUL se trouvait à la marge de ce schéma belligène et n’avait guère de prise sur les événements frontaliers.

  • 11 En référence aux deux manifestations géantes mobilisées par les différentes formations politiques l (...)

22Toutefois d’importants changements politiques ont ensuite modifié le rapport de force stratégique sur ce front, notamment lorsque Damas dû retirer ses troupes du Liban sous la pression de la communauté internationale suite à l’assassinat du Premier ministre Rafic al-Hariri, en février 2005. L’arrivée au pouvoir d’une majorité anti-syrienne et au diapason avec la nouvelle politique étatsunienne post-11 septembre axée sur le renversement des régimes non démocratiques (regime change) a de fait conduit à de fortes tensions intérieures au Liban entre d’un côté le Hezbollah et les forces loyales au régime syrien regroupés dans la coalition dite du « 8 mars » et de l’autre les forces anti-syriennes regroupées dans une coalition politique dite du « 14 mars »11. Ces mutations géopolitiques et régionales ont fini par faire entrer le régime syrien et le Hezbollah dans l’œil du cyclone, comme l’atteste la résolution 1559 qui demandait explicitement le désarmement de toutes les milices au Liban en plus du retrait des forces syriennes.

L’après-2006 : émergence d’une norme internationale à la frontière

23C’est dans ce contexte qu’a éclaté la guerre lancée par Israël en juillet 2006 à la suite d’une embuscade meurtrière contre une patrouille israélienne sur la Blue Line et du kidnapping subséquent de deux soldats israéliens. L’attaque du Hezbollah a servi de prétexte au gouvernement israélien pour lancer une opération préparée de longue date et ayant le soutien des Etats-Unis pour éradiquer le Hezbollah du Liban en suivant pour cela la nouvelle doctrine américaine élaborée autour de l’idée du « chaos constructif » (Droz-Vincent, 2007). La stratégie ainsi poursuivie par la Maison Blanche sous G.W. Bush entendait laisser les rapports de force forger la nouvelle carte du Liban. Or, ce qui advint fut pour le moins inattendu à Tel-Aviv et Washington. En effet le Hezbollah a tenu en échec l’armée israélienne dans son offensive terrestre quand bien même le reste du Liban avait subi un bombardement aérien particulièrement destructeur et meurtrier (Verdeil, 2007). Toutefois, la résultante majeure de ce conflit s’est matérialisée sous la forme d’une résolution onusienne 1701 (2006), laquelle a induit d’importants changements à plusieurs niveaux pour la région frontalière. En effet, cette résolution soutient le retour de l’armée libanaise jusqu’à la ligne frontalière pour la première fois depuis 1978, étend le mandat de la FINUL en augmentant son contingent de 2.000 à 15.000 hommes, comprend son assistance aux civils, entend débarrasser la région frontalière de tout personnel armé non étatique le tout visant à aider le gouvernement libanais à sécuriser la frontière12.

  • 13 Comme la réplique du mouvement chiite en janvier 2015 contre une patrouille israélienne le laissa p (...)

24Ce déploiement de force dans l’espace frontalier jusque là occupé et administré par le Hezbollah a pesé de façon significative dans une limitation de la marge de manœuvre du Parti de Dieu après cette guerre. Son acceptation de la résolution 1701 a contraint en quelque sorte le Hezbollah à entrer dans une phase de mise en sourdine de son contrôle sur la région du Sud Liban. Les processus de frontiérisation territorial, social et politique (b/ordering) qu’il a mis en place notamment entre 2000 et 2006 ont connu une phase de repli, au moins symbolique. S’il s’avère en effet difficile d’évaluer son redéploiement sécuritaire – bien que l’on puisse affirmer que des quantités significatives d’armes auraient été transférées au nord de la région contrôlée et patrouillée par le FINUL (Pierre, 2008) – il est par contre certain que le parti a perdu le monopole de l’initiative sur l’espace frontalier. Il n’a plus été en mesure de livrer sa guerre de basse intensité à la frontière depuis lors, à l’exception de la zone contestée par l’Etat libanais des Fermes de Chebaa qui semble être devenue le nouvel espace légitime de confrontation entre Israël et la milice chiite13. Le processus concurrentiel de frontiérisation mis en place par la FINUL et par l’Etat libanais qui soutient cette démarche de la résolution 1701 via les patrouilles de son armée vient possiblement interférer dans l’agenda du Hezbollah et oblige ce dernier à investir d’autres espaces comme on le voit avec son déploiement sur le front Est du pays afin de stopper l’avancée des groupes salafistes jihadistes dès 2014.

  • 14 L’échelle de précision au centimètre, plutôt rare lorsqu’il s’agit de frontières internationales, a (...)
  • 15 Interview de Michael Iseli, chef du Service d’information géographique des Nations unies au Liban, (...)

25Le processus de frontiérisation entrepris par la FINUL au Sud Liban apparaît ainsi depuis 2006 susceptible de constituer une alternative au « mode confrontationnel » promu par le Hezbollah. Ce dernier a en effet élaboré sa stratégie même de gouvernance politique sur l’idéologie de résistance laquelle implique de se constituer au plan identitaire dans la confrontation. L’exemple récent de l’action du parti de Dieu à la frontière syrienne tend à conforter ce modèle en tant qu’il produit des dividendes politiques clairs inhérents à la sauvegarde du territoire national. A contrario, la stratégie onusienne au Sud Liban se présente sous la forme anodine d’un dispositif technique : le marquage au sol de la Blue Line c’est-à-dire l’inscription dans le terrain d’un signe visible découlant d’un consensus entre belligérants quant à sa localisation. De l’aveu du général français ayant été l’initiateur du projet, le but premier de ce marquage au sol de la Blue Line visait à éviter à l’avenir tout franchissement frontalier par l’un ou l’autre des belligérants pouvant mener à un conflit entre Israël et le Liban (Pellegrini, 2010). La première proposition en ce sens du commandement de la force onusienne aux parties belligérantes eut lieu durant une réunion tripartite en février 2007. L’accord des participants sur le principe même du marquage a ainsi conduit à la création d’une sous-commission technique pour la Blue Line et un rapport onusien ultérieur (Mai 2007) est venu préciser le rôle moteur que devait jouer dès ce moment le service d’information géographique (SIG), dans la fabrication de la ligne. Ce dernier produisit une liste de 741 coordonnées (au centimètre14) tirées de la Blue Line dessinée par les Nations Unies sur la carte de juin 2000. L’un des concepteurs de la ligne expliquait ce processus ainsi : « On a simplement pris la carte agréée par les deux parties en conflit en 2000 et on a tracé une ligne au centre du trait bleu. J’ai ensuite effectué une extraction de coordonnées de façon à fournir aux belligérants un choix assez vaste de points qu’ils jugeraient acceptables pour l’opération de marquage »15. Après concertation avec les parties, le SIG retint 470 coordonnées le long de la Blue Line comme étant des points à marquer au sol. 192 coordonnées furent écartées de facto du processus dans la mesure où elles sont situées dans des régions contestées (reservation areas) telles que la région des Fermes de Chebaa revendiquées comme territoire national par le Liban, ainsi que 13 points de la Blue Line contestés par le Liban. (cf. carte 4 infra).

  • 16 Ce dispositif vise à rendre visible un blue barrel depuis un autre blue barrel de façon à ce que l’ (...)

26Le processus de marquage au sol comprend ensuite plusieurs étapes qui sont répertoriées et organisées dans le Rapport Molloy (Nations Unies, 2007). Ce processus est coordonné et constamment mis à jour par le SIG afin de connaître l’évolution de la « solidification » de la Blue Line en temps réel. Dans un premier temps, un secteur frontalier à marquer est « ouvert » d’un commun accord entre belligérants et chaque équipe technique (libanaise et israélienne) y mène une série de mesures – de chaque côté de la frontière – en compagnie des officiers de la FINUL et en utilisant le matériel de mesure onusien. Pour pouvoir effectuer les mesures des points fournis par les Nations Unies (parmi les 470 coordonnées), des accès déminés sont aménagés par les équipes onusiennes. L’accord entre belligérants sur la localisation d’une des coordonnées est réalisé à partir du moment ou les mesures effectuées par les officiers Libanais et Israéliens se situent dans un rayon de 50 cm. A cette condition, les Nations Unies valident l’emplacement et érigent un « blue barrel », littéralement un baril de pétrole rempli de béton, peint en bleu et surmonté d’un cylindre de béton en son centre sur lequel est placé un second baril bleu16. (cf. photo 1) A fin 2014, suite à une augmentation de 57 coordonnées supplémentaires le long de la ligne (portant le total de 470 à 527), le processus de marquage conjoint avait permis de déminer 313 points, d’ériger 228 « blue barrels » parmi ces derniers et 11 autres points étaient approuvés par les deux belligérants. Il y a donc aujourd’hui deux tiers de la Blue Line qui sont agréés et marqués au sol par les belligérants créant de fait une « série d’espaces » frontaliers sécurisés, de façon toutefois discontinue.

  • 17 Cf. L’Orient le Jour, 4 août 2010.

27On voit ainsi émerger une esquisse de ligne frontalière comme en pointillé, scotomisée et discontinue séparant deux Etats encore officiellement en état de guerre. Cette segmentarisation de la zone frontalière en espaces sécurisés vs espaces non sécurisés traduit bien à la fois l’incomplétude et les lacune du processus à l’œuvre que les efforts de médiations dans le dialogue ouvert entre belligérants quant à l’objet frontière situé sous un angle « technique ». Ce dispositif n’est du reste pas sans risque : la Blue Line vient s’ajouter à une précédente délimitation physique, la « technical fence » ou barrière sécuritaire érigée par Israël depuis plusieurs années de façon approximative par rapport à la localisation de la frontière. Plusieurs incidents frontaliers en ont découlé dans les segments frontaliers où la barrière ne correspond pas au tracé de la Blue Line. De fait, la souveraineté en vigueur sur la zone intermédiaire peut prêter à confusion. La situation se complique lorsque ce décalage existe dans une zone où le tracé de la Blue Line est contesté par le Liban, comme ce fut le cas à Adaisseh au début août 2010. A cet endroit, un militaire libanais abattit un soldat israélien ayant traversé la barrière israélienne pour venir couper les branches d’un arbre situé en-deça du tracé de la Blue Line. L’interprétation faite par chaque camp de cette violation (ou non) de la souveraineté puis la réplique israélienne qui causa la mort de trois soldats et d’un journaliste libanais témoigne de la fragilité et de la volatilité politique de ce dispositif dans les zones contestées17.

  • 18 Interview avec Milos Strugar, Beyrouth, quartier général de la FINUL, septembre 2009.
  • 19 Interview avec un « political officer » de la FINUL à Tyr, mai 2012.
  • 20 Interview avec un officier de l’organisation des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêv (...)

28Ces processus, comme ceux visant à résoudre les problèmes techniques persistant, sont discutés, débattus et décidés lors des réunions tripartites mensuelles. Ces dernières se tiennent dans un baraquement de l’époque mandataire, au sud de Naqoura, juste avant la ligne de démarcation frontalière, côté libanais. A l’origine, ces réunions ont pris naissance à la suite de l’accord de cessez-le-feu du 14 août 2006 et de l’entrée en vigueur de la résolution 1701. Elles visaient à coordonner le désengagement des forces armées et gérer les multiples tâches techniques et pratiques requises en pareille circonstance. Sous l’impulsion de la FINUL, ces réunions ont continué à se tenir de façon plus espacées dans le temps afin de permettre de discuter valablement de questions « purement techniques », selon la formule du porte-parole de la FINUL18. Ces réunions rassemblent six ou sept représentants de chaque armée (libanaise et israélienne) et quinze membres de la FINUL dont le commandant, durant plusieurs heures. Dans le but de générer une confiance mutuelle (confidence building) entre belligérants, ces réunions rassemblent depuis plusieurs années les mêmes acteurs et, de l’avis d’un fonctionnaire onusien qui participe à ces réunions, « si quelque chose change sur le terrain, c’est dû à une évolution des relations bilatérales, aux convergences et aux arrangements que ces réunions permettent »19. En cas de crise, comme ce fut le cas lors d’un incident en août 2010, un officier onusien soulignait l’intérêt de pareilles interconnaissances diplomatico-militaires pour faciliter la communication et la coopération et favoriser une désescalade de la tension20.

29Lors des réunions tripartites, la Blue Line jouit d’une place centrale puisque tous les enjeux tournent autour de l’espace frontalier, de la sécurisation de périmètres et du marquage des limites de ce post-conflit. En ce sens, la Blue Line incarne une nouvelle géographie politique agréé par les parties belligérantes dans une ère post-conflit. Pourtant, on le comprend immédiatement au vu de la continuation des affrontements militaires entre Israël et le Hezbollah/l’armée libanaise, la Blue Line ne peut pas à elle seule ouvrir un processus de résolution de conflit. Les enjeux sont d’emblée plus larges puisqu’ils impliquent plusieurs acteurs régionaux et les processus politiques qui les touchent (on pense ici à la guerre civile en Syrie). S’il semble claire que le marquage de la Blue Line est une étape permettant de lier les belligérants entre eux via la nouvelle norme internationale que cette démarcation commune représente, l’appréhension purement technique de cette question tend a dépolitiser le contenu même de ce qu’engage la Blue Line : des enjeux inhérents à la souveraineté et à l’identité nationale (Meier, 2013).

  • 21 Les événements qui se sont déroulés dans ces deux espaces au début 2015 impliquant l’armée israélie (...)

30Cet aplatissement de l’enjeu frontalier sur sa face technique – sorte de processus qui se traduit symboliquement par la dépolitisation de la frontière et empiriquement par sa réduction à un dispositif, une chose, alors qu’elle est aussi une relation comme l’illustre la commission tripartite elle-même – produit également une sorte de routinisation de la continuation de la tension à la frontière. Le prisme de la Blue Line à lui seul et selon les modalités voulues par les Nations Unies ne permet en effet pas de rendre intelligible ce qui continue à se jouer dans cet espace frontalier. Dit en langage conceptuel, la frontiérisation (bordering) n’épuise pas à elle seule la signification du post-conflit. Il ne permet pas de voir que la caisse de résonnance régionale que fut le Sud Liban n’a pas disparu mais tend à se recomposer, à se redéployer en suivant les lignes de fractures des nouveaux conflits comme en témoigne son extension le long de la frontière syrienne du Golan occupé et le recentrement de la ligne de confrontation légitime entre Israël/Hezbollah dans la zone contestées des fermes de Chebaa21. L’effet de la continuation de l’altérité belligène (othering) s’énonce comme en prolongement d’un enjeu de lutte sur le Sud Liban entre belligérants où le processus de frontiérisation ne joue qu’un rôle devenu marginal si l’on regarde la place qu’occupe sur la carte le territoire des Fermes de Chebaa encore disputé. Enfin, la Blue Line témoigne d’une mesure transitoire entre un conflit et une nouvelle étape. Elle est le nom de ce que l’on n’ose nommer au Sud Liban, la frontière, et en ce sens elle l’annonce. Mais la façon dont le acteurs étatiques et miliciens acceptent cette norme internationale témoigne moins d’une attitude volontaire de partenaires faisant des concessions pour atteindre la paix que d’une posture attentiste, une perception de la situation où la Blue Line est vue comme sans danger stratégique et permettant de réguler provisoirement et localement le conflit, de tenter de le confiner en attendant la prochaine conflagration promise par Israël et attendue par le Hezbollah.

Conclusion

31Ce travail visait à montrer d’une part que, dans le contexte du Sud Liban, la mise en place d’un ordre international dans cet espace frontalier a eu tendance à normaliser la conflictualité issue du processus politico-militaire régional et, dans le même temps, à imposer aux acteurs belligérants une géographie politique « post-conflit » incarnée par la Blue Line, et ce de façon transitoire. Pour ce faire, nous avons tenté de lire de façon diachronique et multiscalaire ces deux dynamiques à travers l’histoire mouvementée de l’espace du Sud Liban.

32La phase qui s’étire jusqu’en 2000, c’est-à-dire au moment ou Israël retire ses troupes du Liban, a présenté un schéma de conflictualité ou la frontiérisation opérée par le Hezbollah et Israël au Sud Liban a accompagné la production de l’altérité (othering) forgeant ainsi les bases de la permanence d’un conflit d’intensité variable aux ramifications géopolitiques. L’arrivée de la FINUL dans ce conflit local et régional n’a eu jusqu’en mai 2000 que peu d’impact sur le jeu, gelant davantage que solutionnant les réalités territoriales issues du rapport de force dans la région frontalière. A partir de cette date, l’action onusienne de délimitation d’une ligne bleue marquant le retrait israélien a généré une reconnaissance de cette dernière par les deux Etats en conflit, moyennant des réserves et contestations libanaises clairement établies. Toutefois, les rapports politiques – notamment la domination de la Syrie au Liban imposant son ordre politique jusqu’à la frontière via le Hezbollah – et l’investissement international plutôt restreint dans la région n’était pas encore optimums pour permettre une percée de cette dynamique post-conflit. C’est ainsi que jusqu’en 2006, les acteurs belligérants en présence ont fait perduré une guerre de basse intensité faite de nombreuses provocations et transformant la région frontalière en ressource politique pour le Hezbollah et en espace de projection militaire pour Israël comme on l’a vu avec la guerre de juillet 2006. C’est à la faveur de cette dernière que s’est opérée, sous l’impulsion des acteurs internationaux adossés à une résolution onusienne, une reconfiguration locale permettant non seulement le retour actif de l’Etat libanais dans le jeu au Sud Liban mais également l’appui de la communauté internationale via la FINUL pour y imposer la résolution 1701 ainsi que la norme internationale qu’incarne la Blue Line. C’est concrètement son marquage au sol en tant qu’il impliquait une reconnaissance du tracé de la ligne autant que l’acceptation des discussions tripartites à son propos, qui a permis de créer les conditions actives d’un cheminement post-conflit quand bien même les causes profondes du conflit perdurent.

33Si la Blue Line peut être vue comme une icône de la phase post-conflit au Sud Liban, sa faiblesse structurelle ressort de l’absence de tous progrès dans une solution plus globale entre le Liban et Israël et dans la perpétuation de l’état de guerre larvé entre la milice chiite du Hezbollah et l’armée israélienne. Plus encore, l’horizon s’assombrit avec régularité lorsque leurs états-majors lancent des imprécations et des menaces qui annoncent une « revanche » (de 2006), comme le disent les Israéliens. La population de la région frontalière comme la FINUL semblent s’être accommodés de cette fatalité quand bien même la Blue Line, comme indifférente et détachée de ce scénario, continue à étendre progressivement son emprise sur des segments entiers de la ligne frontalière, transformant progressivement l’ancienne ligne d’armistice en frontière internationale susceptible d’être un jour reconnue par les deux Etats.

Haut de page

Bibliographie

ALAGHA Joseph, 2006, The Shifts in Hizbullah’s Ideology, Amsterdam, Amsterdam University Press.

ALBERT Mathias, JACOBSON David, LAPID Yosef (dir.), 2001, Identities, Borders, Orders. Rethinking International Relations Theory, Minneapolis, University of Minnesota Press.

BRYNEN Rex, 1990, Sanctuary and Survival : the PLO in Lebanon, Boulder, Westview Press.

CATTARUZZA Amaël, DORIER Elisabeth, 2015, « Postconflit : entre guerre et paix ? », Hérodote, no 158, pp. 6-15.

DAHER Aurélie, 2014, Hezbollah. Mobilisation et pouvoir, Paris, PUF.

DROZ-VINCENT Philippe, 2007, Vertiges de la puissance. Le ‘moment’ américain au moyen-orient, La Découverte, Paris.

GÖKSEL Timur, 2007, « Mr UNIFIL Reflects on a Quarter Century of Peacebuilding in South Lebanon », Journal of Palestine Studies, vol. 36, no 3, p. 50-77.

HAMIZRACHI Beate, 1988, The Emergence of the South Lebanon Security Belt. Major Saad Haddad and the Ties with Israel, 1975-1978, New York, Preager.

HARB Mona, 2010, Le Hezbollah à Beyrouth (1985–2005). De la banlieue à la ville, Paris, IFPO-Karthala.

HOF Frederik C., 2001, « A Practical Line : the line of withdrawal from Lebanon and its potential applicability to the Golan Heights », The Middle East Journal, vol. 55, no 1, p. 25–42.

HOF Frederik C., 1984, Galilee Divided. The Israeli-Lebanon Frontiers 1916-1948, Boulder, Westview Press.

KAUFMAN Asher, 2014, Contested Frontiers in the Syria-Lebanon-Israel Region. Cartography, Sovereignty, and Conflict. Washington D.C., Woodrow Wilson Center Press.

KASSIR Samir, 1994, La guerre du Liban. De la dissension nationale au conflit régional, Paris, Karthala-Cermoc.

KIRSCH Scott, FLINT Colin, 2011, Reconstructing Conflicts. Integrating War and Post-War Geographies, Farnham, Ashgate.

LAMLOUM Olfa, 2009, « L’histoire sociale du Hezbollah à travers ses medias. Système de représentation et inscription territoriale », Politix, vol. 87, no 3, p. 169–187.

LEFRANC Sandrine, 2006, « Pacifier, scientifiquement. Les ONG spécialisées dans la résolution des conflits », in Le Pape M., Siméant J., Vidal C., Crises extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, La Découverte, Paris, p. 238-254.

MEIER Daniel, 2016, Shaping Lebanon’s Borderlands. Armed Resistance and International Intervention in South Lebanon, Londres, IB Tauris.

MEIER Daniel, 2013, « The South Border: Drawing the Line in Shifting (Political) Sands », Mediterranean Politics, vol. 18, no 3, pp. 358–375.

MENARGUES Alain, 2004, Les secrets de la guerre du Liban, Paris, Albin Michel.

MERMIER Franck, PICARD Elizabeth (dir.), 2007, Liban. Une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte.

MERVIN Sabrina (dir.), 2008, Le Hezbollah, état des lieux, Paris, Actes Sud.

MERVIN Sabrina, 2000, Un réformisme chiite. Ulémas et lettrés du Jabal Âmil (actuel Liban- Sud) de la fin de l’Empire ottoman à l’indépendance du Liban, Paris-Beyrouth, Karthala- CERMOC-IFEA.

NATIONS UNIES, 2007, Marking of the Line of Withdrawal (Blue Line), Working Paper (Molloy Report), Beyrouth, Nations Unies.

PELLEGRINI Alain, 2010, Un été de feu au Liban. 2006. Les coulisses d’un conflit annoncé, Paris, Economica.

PICARD Elizabeth, 2000, « Autorité et souveraineté de l’Etat à l’épreuve du Liban sud », Maghreb-Machrek, no 169, p. 32–42.

PIERRE Hervé, 2008, Le Hezbollah, un acteur incontournable de la scène internationale ? Paris, L’Harmattan.

POPESCU David, 2012, Bordering the XXIst Century, New York, Rowman & Littlefield.

RUMFORD Chris, 2008, Citizens and Borderwork in Contemporary Europe, Londres, Routledge.

SKOGMO Bjorn, 1989, UNIFIL. International Peacekeeping in Lebanon, 1978-1988, Boulder & Londres, Lynne Rienner.

SOBELMAN Daniel, 2004, New Rules of the Game. Israel and Hizbullah after the Withdrawal from Lebanon, Mémorandum no 69, Jaffa, Tel Aviv University Press.

VAN HOUTUM Henk, VAN NAERSSEN Ton, 2002, « Bordering, Ordering and Othering », Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, vol. 93, no 2, p.125–136.

VERDEIL Eric, 2007, « Le bilan des destructions », in Mermier F., Picard E. (dir.), Liban. Une guerre de 33 jours, Paris, La Découverte, p. 17-29.

Haut de page

Notes

1 L’emploi du terme de « zone » au lieu de la « région frontalière » fait référence à l’existence historique d’un espace de confrontation militaire entre Israël et diverses groupes armés palestiniens puis libanais depuis la fin des années 1960.

2 En vertu de la résolution onusienne 1701, https://www.un.org/press/en/2006/sc8808.doc.htm (consulté le 15 novembre 2017)

3 Dans la littérature spécialisée, cette expression est utilisée de façon récurrente pour qualifier une autre période de la guerre civile libanaise, entre l’automne 1976 et l’hiver 1977 montrant déjà la difficulté de nommer un temps caractérisé par une après-guerre mais toujours traversé des dynamiques de la guerre. Cf. Kassir (1994).

4 Ces derniers étant perçus comme tirant profit de la guerre par comparaison au sort que les populations connaissaient, entre appauvrissement, déplacements et exode.

5 Cf. http://www.un.org/fr/documents/view_doc.asp?symbol=S/RES/425(1978) (Consulté le 18 janvier 2017)

6 Dans les expressions manifestant ce mépris, la description des troupes supplétives libanaises de l’ALS comme « sacs de sables » de l’armée israélienne a souvent été utilisé pour dépeindre le sort peu enviable des Libanais qui collaboraient avec Israël.

7 Il convient de rappeler que le gouvernement d’alors, dirigé par Fouad Siniora, était le premier des gouvernements post guerre civile à être clairement d’obédience anti-syrienne, et donc en rivalité avec le Hezbollah dans son discours souverainiste.

8 Cf. http://www.un.org/en/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/2000/460 (consulté le 15 décembre 2016)

9 Entretien avec le Général Amine Hoteit, à Beyrouth le 26 mai 2011.

10 Entretien effectué avec un haut gradé au ministère de la Défense, Yarzeh, juin 2011.

11 En référence aux deux manifestations géantes mobilisées par les différentes formations politiques libanaise, l’une le 8 mars affichant son soutien et ses « remerciements » au régime syrien à l’annonce de son retrait, l’autre le 14 mars affichant son souhait de voir les troupes syriennes quitter le Liban.

12 Cf. http://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=S/RES/1701%282006%29 (Consulté le 30 mai 2017)

13 Comme la réplique du mouvement chiite en janvier 2015 contre une patrouille israélienne le laissa pensé, après que l’Etat hébreu eut décimé une patrouille du Hezbollah et d’officiers iraniens aux abords du Golan, côté syrien dix jours plus tôt. Cf. les articles de Al-Monitor du 6 octobre 2014 et 29 janvier 2015.

14 L’échelle de précision au centimètre, plutôt rare lorsqu’il s’agit de frontières internationales, a été expressément demandée par l’ancien premier ministre Fouad Siniora qui entendait ainsi concurrencer le Hezbollah sur le terrain du souverainisme.

15 Interview de Michael Iseli, chef du Service d’information géographique des Nations unies au Liban, Naqoura, Juillet 2011.

16 Ce dispositif vise à rendre visible un blue barrel depuis un autre blue barrel de façon à ce que l’emplacement de la Blue Line ne puisse être ignorée de quiconque.

17 Cf. L’Orient le Jour, 4 août 2010.

18 Interview avec Milos Strugar, Beyrouth, quartier général de la FINUL, septembre 2009.

19 Interview avec un « political officer » de la FINUL à Tyr, mai 2012.

20 Interview avec un officier de l’organisation des Nations Unies chargé de la surveillance de la trêve (ONUST), Beyrouth, juillet 2011.

21 Les événements qui se sont déroulés dans ces deux espaces au début 2015 impliquant l’armée israélienne et ses drones d’un côté et des miliciens du Hezbollah et des officiers du régime iranien de l’autre témoignent de ce lien entre les deux espaces. Cf. Al-Monitor, 29 Janvier 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Le Sud Liban : sanctuaire de la Résistance palestinienne
Crédits Réalisation : Hisham Ashkar - 2014
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4451/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Carte 2 - La milice de Haddad, l’invasion israélienne (1978) et la FINUL
Crédits Réalisation : Hisham Ashkar - 2014
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4451/img-2.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Carte 3 - L’occupation israélienne (1982), ses phases de retrait et la Blue Line
Crédits Réalisation : Hisham Ashkar - 2014
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4451/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Carte 4 - Points de litiges et zone contestée sur la Blue Line
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4451/img-4.png
Fichier image/png, 2,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Meier, « Au Sud-Liban, la Blue Line comme marqueur du post-conflit ? », L’Espace Politique [En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 06 février 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4451 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4451

Haut de page

Auteur

Daniel Meier

Chercheur associé
PACTE-Grenoble
daniel.meier@graduateinstitute.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals