Navigation – Plan du site
Varia

Un paradigme arctique de sécurité ? Pour une lecture géopolitique du complexe régional de sécurité.

Security in the Arctic Region: a geopolitical read of Security Regional Complexes
Pauline Pic et Frédéric Lasserre

Résumés

La question de la sécurité en Arctique fait régulièrement la une des journaux. Ancien épicentre stratégique, la région peine à se départir de cadres d’analyse traditionnels qui ne prennent pas en compte ses mutations récentes : changements climatiques, bien sûr, mais aussi ouverture progressive aux activités, intégration aux grands réseaux mondiaux… Ces mutations viennent largement renouveler les enjeux de sécurité dans la région. Alors que les sciences politiques et les Relations Internationales dominent les études de sécurité, un pan de littérature commence toutefois à émerger, s’attachant à remettre le territoire au cœur de l’analyse. Ce travail vient alors souligner la pertinence d’une analyse géopolitique de la sécurité dans la région, à la lumière des enejux actuels.

Haut de page

Texte intégral

1Jesper Berg, Premier Ministre norvégien, a décidé d’arrêter la production de pétrole de son pays pour la remplacer par une énergie propre et renouvelable : le thorium. Face à cette décision, la Russie prend, par la force, le contrôle des plateformes pétrolières offshore du pays, avec l’assentiment de l’Union Européenne qui craint pour son approvisionnement énergétique. Progressivement, la Russie prend le contrôle de tout le pays mais se heurte à une résistance norvégienne de plus en plus organisée et l’escalade des tensions finit par rendre la guerre apparemment inévitable. Le dernier épisode de cette excellente série, Occupied, se termine d’ailleurs par un plan du Premier Ministre norvégien, au moment de savoir s’il va, où non, déclarer officiellement la guerre (Skjoldbjærg, Lund, 2015). Diffusée en Europe en 2015 et au Québec en 2016, cette série est assez révélatrice de l’imaginaire dont est porteuse la région arctique à l’heure actuelle : une région riche, en mutation, où les grandes puissances se livrent à une « course aux ressources et aux territoires » (Breteau, 2015), où les tensions s’intensifient, jusqu’à potentiellement mener au conflit (Huebert, Exnert-Pirot, 2016). Le générique est assez révélateur à l’égard de cet imaginaire : on y voit notamment des images de la fonte des glaces et la question de la montée des eaux est largement suggérée alors même que ce thème est très secondaire dans l’intrigue. Les changements climatiques que connaissent la région apparaissent ainsi intimement liés à une montée des tensions.

  • 1 Il existe une différence conceptuelle entre la sécurisation et la sécurisation. La sécurisation est (...)
  • 2 Traduction libre de l’anglais : “The Arctic is where three of the twenty-first century’s greatest c (...)

2Une attention de plus en plus grande est portée à la région, médiatique certes, mais aussi politique. Une recherche menée sur la relation entre médias et politique en lien avec les changements climatiques arctiques montre que ce n’est pas seulement la fréquence des reportages concernant l’Arctique, mais surtout la forme et le caractère très catastrophiste de ce discours médiatique qui attire l’attention du lecteur (Christensen, Nilsson, Wormbs, 2013). La recherche sur cette couverture médiatique « de masse » souligne également le rôle central joué par les médias qui modèlent l’opinion publique et auraient ainsi un vrai impact sur les décisions politiques (Christensen, 2013). Le scénario de cette série n’est donc pas anodin, et la Russie n’a d’ailleurs pas manqué de réagir : un communiqué de l’ambassade de Russie à Oslo indiquait qu’ « il est désolant qu'en ce 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale des scénaristes, agissant comme s'ils avaient oublié les efforts héroïques de l'armée soviétique dans la libération de la Norvège, intimident les téléspectateurs norvégiens avec une menace qui n'existe pas » . Mais la polémique ne s’est pas arrêtée là et la crise ukrainienne est venue apporter un écho tout particulier à cette occupation fictive, en refroidissant sévèrement les relations est-ouest, jusqu’à – justement – causer des tensions en Arctique (Baev, 2015; Conley, Rohloff, 2015; Käpulä, Mikkola, 2015; Rahbek-Clemmensen, 2017). Cet épisode révèle alors, en condensé, un certain nombre des grands enjeux auxquels fait face la région Arctique aujourd’hui, « à l’intersection de trois des plus grands défis du XXIème siècle : la recherche d’hydrocarbures, le changement climatique et la tendance à sécuritiser1 les zones qui contiennent ces ressources2 » (EASI, 2012) avec une Russie souvent perçue comme la ‘‘wild card’’ de l’Arctique (Tamnes, Offerdal, 2014), facteur potentiel d’instabilité.

3En effet, depuis la publication du rapport de l’US Geological Survey (2008) établissant une estimation des réserves probables d’hydrocarbures dans la région arctique, les préoccupations énergétiques sont devenues un élément majeur des discours sur la région : dans les médias, qui évoquent souvent un nouvel eldorado et la possibilité d’une « ruée sur l’Arctique, aussi inévitable qu’alarmante » (Bourne, 2016) ; dans les discours politiques des États arctiques, qui en font souvent une priorité politique (Heininen, 2012) ; dans les publications scientifiques qui viennent généralement nuancer ce potentiel (Lasserre, 2010; Schram Stokke, 2011; Tamnes, Offerdal, 2014). Dans les discours comme dans les médias, le lien est fait de manière presque systématique entre ce nouveau potentiel énergétique et les changements climatiques (Heininen, 2012; Schram Stokke, 2011). Ces derniers sont ainsi identifiés comme l’un des enjeux majeurs de la région, vecteur de toutes les autres transformations. Ils sont aussi à l’origine d’une vision élargie de la sécurité dans la région (Haftendorn, 2011; Heininen, 2012) : J. Kraska publie ainsi un ouvrage portant justement sur « la sécurité arctique à l’ère des changements climatiques » (2011), quand B. S. Zellen invite à « repenser la sécurité dans un monde plus chaud » (2013). L’autre grand élément récurrent dans le discours médiatique relatif à la sécurité arctique concerne la Russie, identifiée dans la presse occidentale comme facteur majeur d’instabilité, notamment depuis l’épisode du drapeau planté sur le pôle en 2007 (Lasserre, Le Roy, Garon, 2012). On esquisse ainsi l’idée d’un nouveau « rideau de glace » (Conley, Rohloff, 2015), dans une région où se dessinent de « nouvelles lignes de front » (Carter, 2007), où la Russie déploie une politique « agressive » (Schepp, Traufetter, 2009), voire « méprisante pour les intérêts canadiens en matière de sécurité et d’environnement » (Gordy, 2010).

4La question de la sécurité de la région arctique revient alors sur le devant de la scène, et les discours se multiplient. Il s’agira alors de les mettre en perspective en interrogeant l’histoire de la conception de la sécurité en Arctique et les différents types de discours scientifiques qui existent quant à cette question aujourd’hui, pour enfin mettre en lumière la pertinence d’une approche territoriale du complexe régional de sécurité.

La sécurité en Arctique : perspective historique

Avant le XXème siècle : une zone d’exploration

5La littérature distingue trois grandes phases dans la conception de la ‘sécurité arctique’. Avant le XXème siècle, la région était surtout terre d’explorations et l’enjeu consistait essentiellement en la revendication de souveraineté sur les terres nouvellement découvertes (Lasserre, 2010; Tamnes, Offerdal, 2014). En 1895, dans les Annales de Géographie, on peut lire que « c’est en Amérique que l’on montre le plus d’ardeurs pour ce genre d’explorations » (Zimmermann, 1895) et de fait, l’essentiel des découvertes sont américaines et scandinaves (Lasserre, 2010) : Kaynes, Hayes et Hall sont ainsi les premiers à passer par le chenal séparant le Groenland et l’île d’Ellesmere, alors qu’Otto Sverdrup, un Suédois, est le premier à naviguer le long de la côte Ouest de l’île. En 1909, l’américain Edwin Peary est le premier navigateur à atteindre le pôle Nord – après plusieurs tentatives et projets plus ou moins fantaisistes : citons notamment l’audacieux projet du suédois Andrée de rejoindre le Pôle Nord en ballon en 1896 (Zimmermann, 1895). L’expédition de Peary est perçue par le Canada comme une atteinte à sa souveraineté : en 1907, deux ans avant cette expédition, le sénateur Poirier avait défini une revendication sur toutes les terres émergées à l’intérieur d’un secteur arctique canadien défini par le 141e méridien à l’ouest et le 60e méridien à l’est ; et dès 1903 le pays avait envoyé des brise-glaces visant à asseoir sa souveraineté dans le nord, en réaction à l’évocation du Pôle nord-américain dans la presse étatsunienne (Lasserre, 2010). Au-delà de la curiosité scientifique, la logique d’une affirmation de la souveraineté des pays riverains de la région s’affirme donc peu à peu.

6Toutefois, avant la Première Guerre mondiale, l’Arctique avait globalement un rôle politique marginal – en témoigne l’épisode du rachat de l’Alaska par les Etats-Unis à la Russie en 1867 : le secrétaire d’État William H. Seward a agi sans l’appui de la population pour qui cet achat était hautement impopulaire. Mais la volonté de la Russie de vendre cette portion de son territoire témoigne aussi du relatif désintérêt que les deux pays avaient pour la région dont l’importance stratégique était très limitée. La signature du traité relatif au Spitzberg en 1920 s’inscrit dans la même veine : l’enjeu de souveraineté est essentiellement motivé par l’accès aux ressources (Tamnes, Holtsmark, 2014). On voit alors se dessiner lentement la thématique de la souveraineté dans toute la région arctique : les explorations avaient aussi pour dessein une meilleure connaissance et une meilleure maîtrise du territoire et malgré la faible intensité stratégique, un thème majeur apparaît dès cette période.

Le XXème siècle et la Guerre Froide : un épicentre stratégique

7Avec le XXème siècle s’opère un premier tournant stratégique, et pour la première fois l’Arctique devient le terrain de rivalités géopolitiques (Tamnes, Holtsmark, 2014). Pendant la Seconde Guerre mondiale notamment, les eaux arctiques servaient de corridor entre l’Union Soviétique et ses alliés de l’Ouest. Après le déclenchement de l’attaque allemande de 1941, des affrontements ont eu lieu en Arctique, justement pour protéger cette voie de communication cruciale pour les alliés (Ibidem). Ces derniers ont par ailleurs relancé le projet de route de l’Alaska, qui relie les Etats-Unis avec l’Alaska en passant par le Canada (Sneyd, Charron, 2010). La création de bases militaires alliées en Islande et au Groenland témoigne ainsi de l’intérêt stratégique du grand nord dans le conflit (Tamnes, Holtsmark, 2014).

8Le vrai tournant reste cependant celui de la Guerre Froide qui fait de l’Arctique l’épicentre de la confrontation (Åtland, 2008; Heininen, Southcott, 2010; Hossain, Zojer, Greaves, Roncero, Sheehan, 2017; Huebert, 2013; Lasserre, Arnold, 2010; Murray, 2012; Rahbek-Clemmensen, 2017; Tamnes, Holtsmark, 2014). La région était divisée entre les deux rivaux : l’OTAN, dont font partie cinq États arctiques – les États-Unis, le Canada, le Danemark, l’Islande et la Norvège – et l’organisation du traité de Varsovie dirigée par l’Union Soviétique. La Finlande et la Suède étaient neutres. L’Arctique était alors vue essentiellement au travers du prisme de la rivalité militaire entre les États-Unis et l’Union Soviétique, avec plusieurs opérations dans les Svalbard et la mer de Barents notamment (Lasserre, 2010). C’est donc une phase de militarisation majeure avec l’implantation de bases militaires en Islande et au Groenland notamment (Sneyd, Charron, 2010), mais aussi sur la péninsule de Kola qui devint l’une des zones les plus militarisées de la planète (Tamnes, Holtsmark, 2014). Les infrastructures d’écoute, de surveillance et de détection se sont aussi développées, avec un important réseau d’écoutes sous-marines pour détecter le passage de sous-marins russes et une ligne de défense aérienne, la ligne DEW (Distant Early Warning) pour parer à la menace de missiles intercontinentaux (Lasserre, 2010). En transformant la géographie de la défense continentale, cette menace a fait du nord un laboratoire militaire, via le développement rapide de nouvelles technologies de défense. Dans ce contexte, la sécurité régionale ne pouvait être envisagée que sous l’angle traditionnel de la sécurité étatique et militaire : la préservation de souveraineté territoriale et de l’intégrité de l’État était la préoccupation centrale des politiques des deux camps. La littérature n’envisageait alors la sécurité arctique que sous cet angle (Hossain et al., 2017).

La sécurité arctique au XXIème siècle : un discours renouvelé

9Le second tournant essentiel du XXème siècle est celui du discours de Mourmansk de Gorbachev en 1987 (Åtland, 2008; Heininen, 2004; Heininen, Southcott, 2010; Hossain et al., 2017; Huebert, Exnert-Pirot, 2016; Keskitalo, 2004; Murray, 2012; Young, 2012) :

The Soviet Union is in favor of a radical lowering of the level of military confrontation in the region. Let the North of the globle, the Arctic, become a zone of peace. Let the North Pole be a pole of peace. We suggest that all interested states start talks on the limitation and scaling down of military activity in the North as a whole, in both the Eastern and Western Hemispheres. (Gorbachev cité dans Åtland, 2003)

10Tant du côté occidental qu’oriental, ce discours a été considéré comme n’étant « rien de moins qu’une révolution dans la politique arctique soviétique » (Purver, 1988). Il a ouvert la porte à une redéfinition des enjeux de sécurité dans l’Arctique (Hossain et al., 2017) et les récits de la sécurité ont alors évolué de manière significative (Haftendorn, 2011; Heininen, Southcott, 2010; Watson, 2013).

11Après la fin de la Guerre Froide, la question qui se pose dans la littérature est celle de la pertinence des grilles d’analyse des relations internationales. Un certain nombre de travaux s’interrogent ainsi quant à la permanence de grilles de lectures héritées de la Guerre Froide. Celles-ci continuent d’envisager la sécurité dans le « nouvel Arctique » (Haftendorn, 2011; Knecht, Keil, 2013) sous le seul prisme de l’État, sans prendre suffisamment en compte les acteurs non-étatiques. Quelques chercheurs soulignent par ailleurs que la persistance de ces grilles de lecture invite à considérer l’acteur russe comme un adversaire, dans une lecture très partiale des relations internationales (Lasserre et al., 2012; Wilson Rowe, 2013; Zysk, 2010). Un grand nombre de travaux montre ainsi que la fin de la Guerre Froide et de la menace militaire en territoire arctique permet d’envisager la question de la sécurité de façon plus large. Il s’agit désormais de prendre en compte une grande diversité d’acteurs, de situations et d’enjeux, allant de la sécurité humaine à la sécurité environnementale sans nécessairement négliger la sécurité traditionnelle (Berkman, Vylegzhanin, 2013; Exner-Pirot, 2013; Haftendorn, 2011; Heininen, 2013; Hossain et al., 2017; Knecht, Keil, 2013; Schram Stokke, 2011; Scopelliti, Conde Pérez, 2016; Watson, 2013). En 2007, deux éléments majeurs se produisent, illustrant ce changement : d’une part, les russes plantent un drapeau sur le Pôle Nord ; d’autre part, l’étendue de la banquise estivale atteint un record minimum depuis l’existence de la surveillance satellitaire (Tamnes, Offerdal, 2014). Ces évènements accentuent la tendance à l’élargissement des études de sécurité, qui envisagent désormais en Arctique des enjeux beaucoup plus variés (Exner-Pirot, 2013; Haftendorn, 2011; Heininen, 2013; Hossain et al., 2017; Knecht, Keil, 2013; Schram Stokke, 2011).

12Cette mise en perspective historique souligne l’évolution de la perception de la région arctique dans les discours et donc la façon dont la sécurité est envisagée sur ce territoire. Cette question fait l’objet de nombreux travaux aujourd’hui et il s’agit alors de voir comment la littérature envisage et définit la question de la sécurité arctique.

Carte 1 – La sécurité en Arctique : Perspective historique

Carte 1 – La sécurité en Arctique : Perspective historique

Sources : Lasserre, 2010, 2011 ; NSIDC, 2017 ; OTAN, 2017

Les enjeux de sécurité en Arctique au XXIème siècle : quelle définition ?

13Sciences politiques et Relations Internationales sont les deux disciplines qui règnent sur les études de sécurité (Balzacq, 2003, 2011; Bourbeau, 2015; Buzan, Wæver, Wilde, 1998; Rotschild, 1995). Naturellement, il existe de nombreuses recherches portant sur la sécurité arctique et relevant de ces disciplines. Il est possible de les regrouper selon deux grandes approches : une approche réaliste voire néoréaliste, et une approche constructiviste. Mais l’élargissement du concept va de pair avec un élargissement du champ disciplinaire, notamment vers la géopolitique (Tamnes, Offerdal, 2014), puis vers une approche pluridisciplinaire affirmée (Bourbeau, 2015; Hossain et al., 2017).

La persistance d’un discours réaliste

14Dans l’acception réaliste de la sécurité, celle-ci relève du domaine réservé de l’État (Balzacq, 2003; Rotschild, 1995), s’inscrivant alors dans une longue tradition. Hobbes définissait ainsi la sécurité comme le mécanisme par lequel « les citoyens s’affranchissent de la misérable condition de la guerre » (Hobbes cité dans Herrington 2015) quand Leibniz écrivait que « la définition de l’État, […] ce que le latin appelle la République, c’est […] une société dont l’objectif commun est la sécurité » (Leibniz, cité dans Balzacq, 2003-2004). La sécurité n’est alors envisagée comme ne pouvant être garantie que par une autorité politique : l’État. La tradition réaliste envisage l’État comme garant de la sécurité, mais aussi comme unique référent : « la sécurité des individus est subsumée, en tant qu’épigramme politique, à la sécurité de la nation » (Rotschild, 1995).

15Dans ce contexte, la sécurité internationale est envisagée essentiellement au travers du prisme des relations interétatiques, relations où les États auraient pour première priorité la « maximisation de leur sécurité » (Murray, 2012). Le système de relations internationales est conçu comme anarchique et les États sont entendus comme entités autonomes et indépendantes luttant pour leur survie (Ibid.). On peut alors faire un parallèle avec la tradition géopolitique matérialiste qui envisage les États comme des êtres vivants, en compétition les uns avec les autres pour leur espace vital (Lasserre, Gonon, Mottet, 2016) : une telle conception de la sécurité envisage les évolutions arctiques comme potentiellement génératrices de conflits. La bipolarité qui caractérisait la Guerre Froide garantissait aussi la sécurité de la région, le système bipolaire étant considéré comme le plus stable dans la tradition réaliste (Mearsheimer, 1990). L’unipolarité qui a suivi était également facteur de stabilité : aucune autre puissance n’était en mesure de rivaliser avec les Etats-Unis (Wohlforth, 1999). Mais la multipolarité qui semble se profiler est envisagée comme un véritable vecteur d’instabilité, sinon de conflit (Murray, 2012).

16 Ainsi, tout un pan de la littérature étudiant la sécurité arctique s’inscrit dans cette tradition et continue de se focaliser largement sur les enjeux traditionnels de sécurité (Byers, 2009; Huebert, 2013; Kraska, 2011; Murray, 2012; Wilson Rowe, 2013). Le planter du drapeau russe en 2007 sur le Pôle Nord est par exemple interprété comme une provocation de la part du gouvernement russe (Huebert, 2013) qui continue de multiplier ces provocations via notamment des vols de reconnaissances pouvant frôler les frontières aériennes (Byers, 2009). Avec un tel parti pris, les relations entre États sont en fait envisagées comme naturellement conflictuelles (Murray, 2012) sans véritablement considérer la question de la coopération (Huebert, 2013). Par ailleurs, l’analyse des questions de sécurité se fait d’abord au travers de l’étude des investissements militaires et la récente annonce d’investissements russes conséquents dans des infrastructures militaires dans le nord (« Russia to Launch 100 Arctic Military Infrastructure in 2017 », 2017) a relancé ces interprétations dont les médias sont friands, acquis à une lecture du monde héritée de la Guerre Froide et toujours prompts à considérer la posture russe comme agressive (Lasserre, Têtu, 2016). Mais si ce discours domine souvent dans les médias, la littérature scientifique adopte généralement un ton plus nuancé.

L’approche renouvelée de la sécurité non traditionnelle

17Deux grandes tendances bien établies se distinguent dans la littérature qui considère la sécurité non traditionnelle dans sa conception de la sécurité en Arctique : une tendance institutionnelle néolibérale et une tendance constructiviste, dominante. Dans l’école institutionnelle néolibérale, les intérêts économiques des différentes parties sont considérés comme les « forces directrices des affaires arctiques internationales » (Knecht, Keil, 2013). De fait, la sécurité n’est plus envisagée à l’échelle de l’État, mais à l’échelle interétatique ; elle n’est plus conçue pour une entité au détriment des autres mais comme une problématique commune. Elle n’est alors plus interprétée comme vecteur de conflit mais comme vecteur de coopération (Heininen, Southcott, 2010). Cette vision accorde une importance centrale aux institutions de gouvernance qui permettent aux différents acteurs de voir les problèmes et opportunités qui émergent au travers d’un prisme régional plutôt que national (Schram Stokke, 2011). Dans cette acception de la sécurité, les référents sont perçus de manière plus large : puisque l’échelle de base de l’analyse n’est plus nécessairement l’échelle nationale, cela permet de prendre en compte un certain nombre d’enjeux transnationaux, à commencer par les enjeux environnementaux, puisque c’est d’abord autour d’eux que s’est construite la coopération arctique (Heininen, 2013; Schram Stokke, 2007; Young, 2012). Sur le fond, cette tradition néoinstitutionnelle, en se focalisant sur la coopération et les institutions en place, ne se pose la question de la sécurité que de manière très indirecte.

18Le courant constructiviste qui domine actuellement est porté initialement par l’école de Copenhague, même si certains auteurs considèrent cette école de pensée comme « inclassable » (Macleod, 2004). Elle propose un élargissement des secteurs concernés par la sécurité, mais aussi une analyse de processus, considérant la sécurité comme un acte discursif : « on peut considérer la sécurité comme ce qui est appelé dans la théorie du langage un acte du discours. C’est l’articulation elle-même qui est l’acte […]. En disant ‘sécurité’, un représentant de l’État déplace le cas particulier dans un espace défini, exigeant des moyens spéciaux pour mettre un terme à ce développement » (Waever, 1989). La perspective de l’école de Copenhague n’étudie donc pas tant la sécurité qu’elle n’étudie la « sécuritisation » : elle met en exergue les structures et processus qui constituent les problèmes de sécurité (Balzacq, 2011). En d’autres termes, la sécuritisation transforme un sujet donné en question de sécurité : elle précède la sécurisation et donc la sécurité. Il n’y a donc pas une sécurité mais des sécurités, en lien avec différents réseaux d’acteurs et différents territoires ; c’est là un point de divergence majeur avec les réalistes. Ce processus est fréquemment étudié dans le cadre de la région arctique et de nombreux travaux se livrent à une analyse de discours politiques notamment, afin d’identifier les priorités mises en avant en termes de sécurité, les moyens alloués et mettre alors en exergue le processus de sécuritisation de la région (Brosnan, Leschine, Miles, 2013; Heininen, 2012). L’énergie et l’environnement arctique sont ainsi fréquemment identifiés comme les deux grands enjeux à sécuritiser dans la région (Brosnan et al., 2013; Exner-Pirot, 2013; Heininen, 2013; Hossain et al., 2017; Knecht, Keil, 2013; Kraska, 2011; Schram Stokke, 2011; Watson, 2013). Avec cette approche, le territoire redevient une unité d’analyse pertinente et nécessaire et l’approche critique émergente dans la littérature actuelle vient renforcer cette tendance.

L’Émergence d’un discours critique

19Une nouvelle approche émergente vient se préoccuper de la question de la sécurité dans la région en adoptant une perspective critique. Essentiellement porté par la géopolitique critique, ce courant se structure autour de l’idée que l’on est entré dans une « nouvelle ère de la géographie arctique » (Brigham, 2012) et que la construction régionale en œuvre autour de l’océan Arctique, mise en évidence par plusieurs auteurs (Heininen, 2004; Keskitalo, 2004), est un nouvel élément structurant pour la mise en place de politiques dans la région. La géographie n’est plus envisagée comme une caractéristique déterminante parmi d’autres mais comme un processus structurant essentiel pour la construction de politiques cohérentes – et l’une des raisons principales de la spatialisation de l’étude et des pratiques politiques est, justement, la sécurité (Knecht, Keil, 2013). Cette approche propose de remettre au centre le territoire plutôt que l’État et adopte donc une posture très critique vis-à-vis du paradigme réaliste, dénonçant notamment la vision d’une délimitation de la gouvernance arctique en blocs, sans vision globale, et sous-estimant alors la complexité et les enchevêtrements d’échelles caractéristiques de la région.

20La sécurité est vue comme un processus complexe par les auteurs qui mobilisent de nombreux outils et concepts utilisés par l’école constructiviste, en élargissant cependant beaucoup le spectre d’analyse. L’approche constructiviste reste en effet très classique dans son approche, notamment sur un point fondamental :: « [elle] met toujours l’État au centre de ses analyses, même si [elle] refuse le modèle de l’État unitaire et rationnel du néoréalisme » (Macleod, 2004). Le principal reproche adressé à l’école constructiviste par le courant critique repose dans la réduction de la sécurité à un acte de langage qui fait fi du processus qui a « mené à la décision de déclarer tel ou tel domaine objet référent de la sécurité ou pourquoi on l’accepte si facilement » (Idem). L’approche géopolitique critique a alors ceci d’intéressant qu’elle propose d’analyser le territoire et ceux qui le pratiquent comme partie du processus. Les enjeux de sécurité identifiés relèvent eux aussi d’une sécurité envisagée comme élargie, étudiant ainsi la sécurité humaine, sociétale, environnementale, économique ou encore énergétique à l’échelle de la région (Tamnes, Offerdal, 2014). En ce sens, l’approche ne se démarque pas fondamentalement de l’approche constructiviste – et c’est surtout dans l’analyse des processus et acteurs que la distinction apparaît (Macleod, 2004). En redonnant toute son importance au territoire, cette approche apparaît alors éminemment pertinente, compte tenu du contexte régional arctique.

La sécurité arctique : un enjeu globalisé

Globalisation et régionalisation : une région arctique ?

21En Arctique, les priorités en matière de sécurité ont longtemps été liées à des conceptions occidentales de la sécurité, basées sur une interprétation nord-américaine et européenne des menaces et réalités de la région : en ce sens, la sécurité n’était donc pas arctique (Zellen, 2009) puisqu’elle ne répondait pas à une logique régionale spécifique. Mais la littérature suggère un changement en ce sens, au travers de la mise en évidence d’un processus de construction régionale. Là encore, ce processus est majoritairement étudié sous l’angle des sciences politique et des relations internationales (Heininen, Southcott, 2010; Keskitalo, 2004), alors que la géographie dispose d’outils nombreux pour étudier la construction régionale. Toujours est-il que la question du processus de construction régional se pose et qu’il est essentiel quand il s’agit d’étudier la sécurité selon une perspective géopolitique critique.

22Il n’existe pas une, mais plusieurs délimitations de l’Arctique, la variation s’opérant selon le champ disciplinaire. Quand l’astronome choisit la limite du cercle polaire arctique, les climatologues préfèrent délimiter ce territoire à l’aide de l’isotherme +10°C en Juillet. Les géographes, quand ils étudient la géographie physique, choisissent souvent la ligne de Köppen mais ceux qui s’inscrivent dans le champ de la géographie humaine peuvent s’appuyer sur le degré de nordicité des groupements de population (Lasserre, 2010). Le scientifique choisit la limite qui servira au mieux sa démonstration ; il en va de même pour le politique qui dessine la région la plus pertinente pour la mise en œuvre de sa politique. Ainsi, le processus de construction régionale doit être mis en relation avec celui, plus large, de globalisation : les espaces du globe sont de plus en plus reliés et interconnectés si bien que l’on voit émerger un nouveau niveau d’échelle global, celui du « Monde avec une majuscule » (Grataloup, 2015), où les acteurs interagissent à un niveau qui va au-delà des catégories existantes de nation ou d’État. Dans ce contexte particulier, il apparaît plus viable d’envisager des institutions de coopération à rayonnement régional plutôt que global – en termes d’efficacité structurelle (Keskitalo, 2007, 2004).

23Ainsi, différents éléments indiquent que ce processus est notamment à l’œuvre en Arctique, à commencer par l’existence du conseil de l’Arctique, « symbole de l’émergence de l’Arctique en tant que région distincte sur la scène internationale ». Mais les initiatives témoignant d’une construction régionale sont nombreuses et s’opèrent à tous les niveaux : si le conseil de l’Arctique ou la stratégie de protection de l’environnement arctique (AEPS) relèvent effectivement d’accords intergouvernementaux, la mise en place du forum nordique en 1991 implique des acteurs subnationaux, la formation de la conférence circumpolaire Inuit (ICC) en 1977 fait intervenir des acteurs locaux, quand le lancement de l’Université de l’Arctique prend la forme d’accords non gouvernementaux, spécialisés sur un enjeu spécifique (Heininen, 2004; Young, 2005, 2016). Ces multiples coopérations permettent de mettre en lumière le processus de construction régionale à l’œuvre. Keskitalo (2004) identifie deux principales raisons qui expliquent l’émergence de l’Arctique en tant qu’échelle régionale politique pertinente : le processus de globalisation déjà évoqué, et la fin de la Guerre Froide en ce qu’elle permet d’organiser une coopération sur une base circumpolaire, allant au-delà des problèmes de sécurité traditionnels. Ainsi, l’Arctique entendu en tant que région n’existe pas a priori : il s’agit d’une construction politique opérée par certains acteurs en particulier, pour servir des intérêts spécifiques et ciblés (Keskitalo, 2007). La volonté est dans ce cas celle de créer une nouvelle approche pour la géopolitique du Nord (Heininen, 2004).

Un débat épistémologique : sécurité environnementale et sécurité nationale.

24A l’origine du regain d’intérêt pour l’Arctique, nombreux sont les auteurs qui identifient comme paramètre majeur – bien que non isolé – les changements climatiques. On peut en effet évoquer de nombreux changements écosystémiques qui ont permis l’ouverture de la région (Heininen, 2013; Huebert, Exnert-Pirot, 2016; Kraska, 2011; Lasserre, 2010; Schram Stokke, 2011; Scopelliti, Conde Pérez, 2016; Young, 2016; Zellen, 2009, 2013). Les mutations sont rapides, radicales, si bien que certains n’hésitent pas à parler de « la fin de l’Arctique » (Zellen, 2009). Sans nécessairement adopter un formulation aussi tranchée, les auteurs sont nombreux à envisager les changements climatiques et leur implication en termes de sécurité. Quatre grands éléments sont notamment mis en avant en tant que problématique environnementale potentiellement génératrice de tensions en Arctique : la gestion des pêcheries, la question nucléaire en lien avec la pollution radioactive, les conflits d’usage du territoire et les changements climatiques (Heininen, 2013). Cette question de l’environnement fait l’objet d’un focus spécifique dans les politiques arctiques nationales et étrangères (Brosnan et al., 2013) et plusieurs rapports institutionnels étudient par ailleurs le rapport entre changements climatiques et sécurité (Center for Naval Analysis, 2007; Commission Européenne, 2008 ; Berkman, Vylegzhanin, 2013; Finger, 2008).

25Toutefois la question du rapport entre sécurité et environnement est loin d’être évidente, ce qui n’est pas sans soulever un certain nombre de questions. Plusieurs travaux remettent notamment en question le lien de quasi cause à effet qui est souvent établi entre environnement et conflits (Clausen, Clausen, 2013; Deudney, 1990). Ces travaux montrent en premier lieu qu’en termes purement statistiques, on ne peut établir de corrélation entre dégradation environnementale et apparition de conflit (Clausen, Clausen, 2013). Ils soulignent par ailleurs quatre raisons qui font que le lien entre sécurité nationale et dégradation environnementale n’est pas un cadre analytique satisfaisant : d’abord, la dégradation environnementale et la violence sont deux types de menaces très différentes. La source et le champ d’application d’une menace environnementale ou d’une menace de conflit sont également très différents. Le degré d’intention entre les deux n’est pas le même et, enfin, les organisations en charge de la sécurité nationale sont très différentes de celles en charge de la protection de l’environnement (Deudney, 1990). Envisager la question des changements climatiques et de la sécurité environnementale dans la région arctique requiert alors une prise en compte de ces limitations.

Un complexe régional de sécurité original ?

26Relativement peu d’études envisagent le caractère systémique de la sécurité en Arctique. Plusieurs travaux mettent en avant une nécessaire approche pluridisciplinaire de la sécurité (Bourbeau, 2015; Hossain et al., 2017) et insistent sur son caractère processuel et dynamique (Bourbeau, 2015; Buzan et al., 1998) et donc évolutif. Il ne s’agit pas de considérer la sécurité comme une propriété individuelle ou étatique mais bien comme une relation entre les individus, leur communauté et l’État (Rotschild, 1995). On peut alors faire le lien avec la théorie des « complexes de sécurité » initiée par l’école de Copenhague, définie ainsi par Buzan (2007) : « un ensemble d’unités dont les processus majeurs de sécuritisation, désécuritisation ou les deux sont si inter-reliés que leurs problématiques de sécurité ne peuvent raisonnablement pas être analysés indépendamment les uns des autres ». Appliquée au système international, cette théorie permet d’envisager sa division en unités régionales, où les interactions sécuritaires peuvent être de deux natures. Conflictuelles, d’une part, à travers la sécuritisation et la mise en œuvre de politiques de défense ou d’hostilité ; coopératives d’autre part, à travers la construction de communautés de sécurité et de politiques communes de « désécuritisation » (Djebbi, 2010). Il devient dès lors intéressant de se poser la question du fonctionnement de ce système sur un territoire particulier : celui de la région arctique.

27La littérature évoque fréquemment la tension qui existe entre conflit et coopération dans la région arctique (Brosnan et al., 2013; Huebert, 2013; Lasserre, 2010; Murray, 2012; Young, 2012, 2016). Elle souligne le très fort degré de coopération régionale, mais met également en avant un millefeuille sécuritaire en arctique impliquant un très vaste panel d’acteurs à des échelles variées se préoccupant de questions diversifiées : la sécurité est alors décrite comme un équilibre entre cette forte stabilité permise par la coopération et une présence militaire en expansion (Schaller, 2014; Scopelliti, Conde Pérez, 2016). La coopération qui prévaut s’est d’abord organisée autour de la question environnementale (Heininen, 2013; Young, 2012), et c’est la question qui continue de guider la coopération aujourd’hui (Exner-Pirot, 2013). Le territoire arctique présente de nombreuses particularités et, à ce titre, fait l’objet d’un système de gouvernance parfois qualifié d’unique (Young, 2012), ce qui pose également la question de la complexe construction de la sécurité dans la région.

28Le territoire arctique connaît aujourd’hui de profondes mutations qui transforment son fonctionnement et ses interactions avec le reste du monde. C’est désormais un territoire globalisé, intégré aux réseaux mondiaux et nombre d’enjeux arctiques sont liés à d’autres parties du globe : les changements locaux ont des conséquences globales. C’est vrai pour la question climatique, mais aussi pour la question de la sécurité – en témoigne la crise ukrainienne, qui a réveillé des inquiétudes dans la région (Rahbek-Clemmensen, 2017; Schaller, 2015). Cela interroge alors le système de gouvernance, mais aussi – et surtout – la construction de la sécurité dans la région. Les outils d’analyse de la géographie se révèlent alors particulièrement intéressants pour étudier les particularités de la sécurité arctique. Au niveau conceptuel d’abord, puisque l’élargissement de la sécurité et le processus de sécuritisation posent la question du risque et de sa gestion (Williams, 2008). Un certain glissement conceptuel s’opère, d’une sécurité définie par la gestion de la menace vers une sécurité définie par la gestion du risque (Mcdonald, 2008) – or la question du risque est aussi un vrai enjeu géographique. Au niveau politique ensuite, l’intégration progressive du territoire dans des logiques régionales souligne une interdépendance croissante entre les acteurs régionaux dans plusieurs aspects clé de la sécurité arctique : gestion des pêches, de la pollution, de la navigation, de la recherche et sauvetage (Byers, 2017)… La région se transforme rapidement, ce qui souligne l’importance d’une analyse en profondeur de la question de la sécurité dans la région. L’expédition avortée du brise-glace scientifique canadien Amundsen en témoigne. Alors que le navire de la garde-côte canadienne devait permettre à plusieurs équipes de recherche de récolter des données à propos du changement climatique dans la baie d’Hudson, le brise-glace a dû être réquisitionné. Au début de l’été 2017, les courants ont fait dériver des morceaux de glace pluriannuelle vers l’entrée du passage du Nord-Ouest – une glace bien plus épaisse que celle que l’on trouve à cet endroit à ce moment de l’année. Plusieurs bateaux de pêcheurs ont fait naufrage, mal préparés à faire face à ce type de conditions. La garde-côte n’avait pas de navires pour parer à ce type d’aléas et ne pouvait pas assumer ses responsabilités de recherche et Pauline PIC2017-11-23T15:42:00PPFranck2017-11-18T18:25:00Fsauvetage et a dû réquisitionner le brise-glace, annulant alors l’expédition scientifique. On voit là l’évolution de la question de la sécurité à l’échelle de la région, mais aussi un glissement qui s’opère vers la gestion du risque – même s’il est évident que les considérations traditionnelles ne disparaissent pas. Ces réalités renforcent le besoin d’une vision régionale et multidimensionnelle de la sécurité.

Carte 2 – La sécurité arctique : un enjeu à plusieurs échelles

Carte 2 – La sécurité arctique : un enjeu à plusieurs échelles

Sources : Lasserre, 2010, 2011 ; OTAN, 2017 ; USGS 2008

Haut de page

Bibliographie

ÅTLAND, K., 2008, « Mikhail Gorbachev, the Murmansk Initiative, and the Desecuritization of Interstate Relations in the Arctic », Cooperation and Conflict, vol. 43, n° 3, p. 289‑311.

BAEV, P., 2015, « Russia’s Arctic aspirations », in Arctic Security Matters, Paris, EU Institute for Security Studies. URL: https://www.iss.europa.eu/sites/default/files/EUISSFiles/Report%2024.pdf

BALZACQ, T., 2003, « La sécurité : définitions, secteurs et niveaux d’analyse », Fédéralisme Régionalisme, vol. 4, URL: http://popups.ulg.ac.be/1374-3864/index.php?id=216.

BALZACQ, T., 2011, Securitization theory : how security problems emerge and dissolve, Milton Park, Abingdon, Oxon, Routledge.

BERKMAN, P. A., VYLEGZHANIN, A. N., 2013, Environmental security in the Arctic Ocean, Dordrecht, Springer.

BOURBEAU, P., 2015, Security: Dialogue across Disciplines, Cambridge University Press.

BOURNE, J. K., 2016, « Arctique, plongée au coeur des hydrocarbures », National Geographic.

BRETEAU, P., 2015, « La course aux ressources et aux territoires en Arctique », Le Monde.

BRIGHAM, L. W., 2012, « Thinking about the “New” Arctic Geography », Arctic Yearbook 2012: Arctic Strategies and Policies.

BROSNAN, I. G., LESCHINE, M., MILES, E. L., 2013, « Cooperation or Conflict in a Changing Arctic ? Opportunities for Maritime Cooperation in Arctic National Strategies », in The Fast-Changing Arctic. Rethinking Arctic Security for a Warmer World, Calgary, University of Calgary Press, p. 83‑102

BUZAN, B., WÆVER, O., WILDE, J. de, 1998, Security : a new framework for analysis, Boulder, Colo, Lynne Rienner.

BYERS, M., 2017, "Crises and international cooperation: an Arctic case study", International Relations, publié en ligne 26 octobre, https://doi.org/10.1177/0047117817735680 .

BYERS, M., 2009, Who owns the Arctic? : understanding sovereignty disputes in the north, Vancouver, Douglas & McIntyre.

CARTER, L., 2007, « Arctic neighbours draw up battle lines », BBC News, En ligne : http://news.bbc.co.uk/2/hi/americas/6941569.stm.

CENTER FOR NAVAL ANALYSIS, 2007, National Security and the Threat of Climate Change. Alexandria, Virginia.

CHRISTENSEN, M., 2013, « Arctic climate change and the media: the news story that was », in A. Nilsson & N. Wormbs (Éd.), Media and the politics of climate change, Londres, Palgrave Mac Millian, p. 26‑51

CHRISTENSEN, M., NILSSON, A., WORMBS, N., 2013, « Globalization, climate change and the media. An introduction », in A. Nilsson & N. Wormbs (Éd.), Media and the politics of Arctic climate change, Londres, Palgrave Mc Millian, p. 1‑25

CLAUSEN, D., CLAUSEN, M., 2013, « Conceptualizing Climate Security for a Warming World: Complexity and the Environment-Conflict Linkage », in The Fast-Changing Arctic. Rethinking Arctic Security for a Warmer World, Calgary, University of Calgary Press, p. 57‑82

COMMISSION EUROPÉENNE, 2008, Changements climatiques et sécurité internationale. Document établi par le Haut Représentant et la Commission européenne à l’attention du Conseil européen, Bruxelles, Commission européenne. URL: https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/99389.pdf

CONLEY, H. A., ROHLOFF, C., 2015, The new ice-curtain - Russia’s strategic reach to the Arctic, Washington D.C., Center for Strategic and International Studies. URL: https://www.csis.org/analysis/new-ice-curtain

DEUDNEY, D., 1990, « The Case Against Linking Environmental Degradation and National Security », Millennium - Journal of International Studies, vol. 19, n° 3, p. 461‑476.

DJEBBI, S., 2010, Les complexes régionaux de sécurité, Paris, Fiches de l’IRSEM. URL: www.irsem.defense.gouv.fr/spip.php?article74

EASI, 2012, Euro-Atlantic Security Initiative: toward a Euro-Atlantic security community, Moscou, Bruxelles, Washington DC, Carnegi Endowment for International Peace. URL: http://carnegieendowment.org/specialprojects/EuroAtlanticSecurityInitiativeEASI/

EXNER-PIROT, H., 2013, « What is the Arctic a case of? The Arctic as a regional environmental security complex and the implications for policy », The Polar Journal, vol. 3, n° 1, p. 120‑135.

FINGER, T., 2008, National Intelligence Assessment on the National Security Implications of Global Climate Change to 2030. Washington D.C., Office of the director of National Intelligence. URL: https://fas.org/irp/congress/2008_hr/062508fingar.pdf

GORDY, K., 2010, « Dire Straits: the Necessity for Canadian Sovereignty in the Arctic Waterways », Fordham Environmental Law Review, vol. 20, p. 551‑596.

GRATALOUP, C., 2015, Géohistoire de la mondialisation. Le temps long du monde., Paris, Armand Colin.

HAFTENDORN, H., 2011, « NATO and the Arctic: is the Atlantic alliance a Cold War relic in a peaceful region now faced woth non-military challenges? », European Security, vol. 20, n° 3, p. 337‑361.

HEININEN, L., 2004, « Circumpolar International Relations and Geopolitics », in J. Nymand Larsen, A. Nilsson, & O. R. Young (Éd.), Arctic Human Development Report, Akureyri, Stefansson Arctic Institute, p. 207‑225

HEININEN, L., 2012, « State of the Arctic Strategies and Policies - A Summary », Arctic Yeabook 2012, p. 2‑47.

HEININEN, L., 2013, « “Politicization” of the Environment: Environmental Politics and Security in the Circumpolar North », in The Fast Changing Arctic. Rethinking security for a warmer world, Calgary, University of Calgary Press, p. 35‑56

HEININEN, L., SOUTHCOTT, C., 2010, Globalization and the circumpolar North, Fairbanks, University of Alaska Press.

HOSSAIN, K., ZOJER, G., GREAVES, W., RONCERO, J. M., SHEEHAN, M., 2017, « Constructing Arctic security: an inter-disciplinary approach to understanding security in the Barents region », , vol. 53, n° 1, p. 52‑66.

HUEBERT, R., 2013, « Cooperation or Conflict in the New Arctic? Too Simple of a Dichotomy! », in A. Vylegzhanin (Éd.), Environmental Security in the Arctic Ocean, Springer, Dordrecht, NATO Science for Peace and Security Series C: Environmental Security, p. 195‑203

HUEBERT, R., EXNERT-PIROT, H., 2016, « The Arctic Factor: Can regional cooperation thaw relations between Canada and Russia? », Opencanada.org, En ligne : https://www.opencanada.org/features/arctic-factor-can-regional-cooperation-thaw-relations-between-canada-and-russia/.

KÄPULÄ, J., MIKKOLA, H., 2015, On Arctic exceptionalism: Critical reflections in the light of the Arctic Sunrise case and the crisis in Ukraine, Helsinki, Finnish Institute of International Affairs. URL: https://www.files.ethz.ch/isn/189844/wp85.pdf

KESKITALO, C., 2007, « International Region-Building », Cooperation and Conflict, vol. 42, n° 2, p. 187‑205.

KESKITALO, C., 2004, Negotiating the Arctic. The construction of an international region, Londres, Routledge.

KNECHT, S., KEIL, K., 2013, « Arctic geopolitics revisited: spatialising governance in the circumpolar North », The Polar Journal, vol. 3, n° 1, p. 178‑203.

KRASKA, J., 2011, Arctic security in an age of climate change, Cambridge, Cambridge University Press.

LASSERRE, F., S., 2010, Passages et mers arctiques : géopolitique dune région en mutation, Québec, Presses de l’Université du Québec.

LASSERRE, F., GONON, E., MOTTET, É., 2016, Manuel de géopolitique : enjeux de pouvoir sur des territoires, Paris, Armand Colin.

LASSERRE, F., LE ROY, J., GARON, R., 2012, « Is there an arms race in the Arctic », Journal of Military and Strategic Studies, vol. 14, n° 3&4. URL: http://jmss.journalhosting.ucalgary.ca/jmss/index.php/jmss/article/view/496

LASSERRE, F., TÊTU, P.-L., 2016, « Russian Air Patrols in the Arctic: Are Long-Range Bomber Patrols a Challenge to Canadian Security and Sovereignty? », Arctic Yearbook, p. 305‑327.

MACLEOD, A., 2004, « Les études de sécurité : du constructivisme dominant au constructivisme critique », Culture et conflits, vol. 54, URL: http://journals.openedition.org/conflits/1526.

MCDONALD, M., 2008, "Securitization and the Construction of Security", European Journal of International Relations, vol. 14, n° 14, pp. 563 - 587.

MEARSHEIMER, J., 1990, « Back to the Future: Instability in Europe after the Cold War », International Security, vol. 15, n° 1, p. 5‑56.

MURRAY, R. W., 2012, « Arctic politics in the emerging multipolar system: challenges and consequences », The Polar Journal, vol. 2, n° 1, p. 7‑20.

PURVER, R., 1988, « Arctic security: the Murmansk initiative and its impact », Current Research on Peace and Violence, vol. 11, p. 147‑158.

RAHBEK-CLEMMENSEN, J., 2017, « The Ukraine crisis moves north. is Arctic conflict spill-over driver by material interests? », Polar Record, vol. 53, n° 268, p. 1‑15.

ROTSCHILD, E., 1995, « What is security? », Daedalus, vol. 124, n° 3, p. 53‑98.

SCHALLER, B., 2014, « Confidence and security-buildign measures in the Arctic: the organisation for security and cooperation in Europe as a role model for the area ? », Arctic Yearbook, p. 1‑19.

SCHALLER, B., 2015, « The Arctic Security Community: Proving ground or sub-plot of a tensed European Security Environment? », Arctic Yearbook 2015, URL: https://www.arcticyearbook.com/scholarly-papers-2015/44-security-geopolitics/178-the-arctic-security-community-proving-ground-or-sub-plot-of-a-tensed-european-security-environment.

SCHEPP, M., TRAUFETTER, G., 2009, « Russia Unveils Aggressive Arctic Plans », Spiegel Online. URL: http://www.spiegel.de/international/world/riches-at-the-north-pole-russia-unveils-aggressive-arctic-plans-a-604338.html

SCHRAM STOKKE, O., 2007, « Examining the Consequences of Arctic Institutions », in G. Hønneland (Éd.), International Cooperation and Arctic Governance: Regime Effectiveness and Northern Region Building, Londres et New-York, Routledge, p. 13‑26

SCHRAM STOKKE, O., 2011, « Environmental Security in the Arctic », International Journal, p. 835‑848.

SCOPELLITI, M., CONDE PÉREZ, E., 2016, « Defining security in a changing Arctic: helping to prevent an Arctic security dilemma », , vol. 52, n° 6, p. 672‑679.

SKJOLDBJÆRG, E., LUND, K., 2015, Occupied,

SNEYD, E., CHARRON, A., 2010, « Sécurité dans l’Arctique. Au-delà des forces canadiennes », in Passages et mers arctique. Géopolitique d’une région en mutation, Québec, Presses de l’université du Québec, p. 75‑98

SPUTNIK NEWS, 2017, « Russia to Launch 100 Arctic Military Infrastructure in 2017 », , En ligne : https://sputniknews.com/russia/201701251049980751-russia-military-arctic-construction/.

TAMNES, R., HOLTSMARK, S. G., 2014, « The geopolitics of the Arctic in historical perspective », in K. Offerdal (Éd.), Geopolitics and security in the Arctic, Londres, Routledge, p. 12‑48

TAMNES, R., OFFERDAL, K., 2014, Geopolitics and Security in the Arctic: Regional Dynamics in a Global World, Routledge.

WAEVER, O., 1989, « Security, the speech act: Analyzing the politics of the world », communication au colloque C. for P. and C. Research (Éd.), URL: http://www.academia.edu/2237994/Security_the_Speech_Act_-_working_paper_1989.

WATSON, S., 2013, « Macrosecuritization and the securitization dilemma in the Canadian Arctic », Critical Studies on Security, vol. 1, n° 3, p. 265‑279.

WILLIAMS, M. J., 2008, "(In)Security Studies, Reflexive Modernization and the Risk Society", Cooperation and Conflict, vol. 43, n° 1, p. 57-79. doi:10.1177/0010836707086737

WILSON ROWE, E., 2013, « A normal great Power? Russia and the Arctic », Policy Options Politiques, p. [en ligne].

WOHLFORTH, W., 1999, « The stability of a Unipolar World », International Security, vol. 24, n° 1, p. 5‑41.

YOUNG, O., 2012, « Arctic Politics in an Era of Global Change », The Brown Journal of World Affairs, vol. 19, n° 1, p. 165‑178.

YOUNG, O. R., 2005, « Governing the Arctic: From Cold War Theater to Mosaic of Cooperation », Global Governance, vol. 11, n° 1, p. 9‑15.

YOUNG, O. R., 2016, « Governing the Arctic Ocean », Marine Policy, vol. 72, p. 271‑277.

ZELLEN, B. S., 2009, Arctic Doom, Arctic Boom. The Geopolitics of Climate Change in the Arctic, Santa Barbara, ABC Clio.

ZELLEN, B. S., 2013, The fast-changing Arctic : rethinking Arctic security for a warmer world, Calgary, AB, University of Calgary Press.

ZIMMERMANN, M., 1895, « Projets d’explorations arctiques », Annales de Géographie, vol. 4, n° 17, p. 519.

ZYSK, K., 2010, « Russia’s Arctic Strategy - Ambitions and Constraints », Joint Force Quarterly, vol. 57, n° 2, p. 103‑110.

Haut de page

Notes

1 Il existe une différence conceptuelle entre la sécurisation et la sécurisation. La sécurisation est entendue comme le fait de « rendre plus sûr un objet, un espace, un sujet donné » (Balzacq, 2003). Il y a donc une différence sensible avec la sécuritisation, qui met en exergue les structures et processus qui constituent les problèmes de sécurité (Balzacq, 2011). En d’autres termes, la sécuritisation transforme un sujet donné en question de sécurité : elle précède la sécurisation et donc la sécurité.

2 Traduction libre de l’anglais : “The Arctic is where three of the twenty-first century’s greatest challenges intersect: the pressing need for hydrocarbon resources, climate change, and the tendency to securitize areas containing these resources”.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – La sécurité en Arctique : Perspective historique
Crédits Sources : Lasserre, 2010, 2011 ; NSIDC, 2017 ; OTAN, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4475/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Carte 2 – La sécurité arctique : un enjeu à plusieurs échelles
Crédits Sources : Lasserre, 2010, 2011 ; OTAN, 2017 ; USGS 2008
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4475/img-2.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pauline Pic et Frédéric Lasserre, « Un paradigme arctique de sécurité ? Pour une lecture géopolitique du complexe régional de sécurité. », L’Espace Politique [En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 08 mars 2018, consulté le 21 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4475 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4475

Haut de page

Auteurs

Pauline Pic

Doctorante en géographie
Université Laval, Québec
Pauline.pic.1@ulaval.ca

Frédéric Lasserre

Professeur titulaire
Département de Géographie, Université Laval, Québec
Frederic.Lasserre@ggr.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals