Navigation – Plan du site
Varia

L’analyse géopolitique du terrorisme : conditions théoriques et conceptuelles

The geopolitical analysis of terrorism. Theoretical and conceptual conditions.
Daniel Dory

Résumés

Cet article de nature théorique présente les principales conditions permettant une analyse géopolitique du terrorisme. Partant des acquis des travaux géographiques et géopolitiques en la matière, il s’attache ensuite à surmonter les principaux obstacles -définitionnel et empirique- que toute recherche doit nécessairement affronter, en proposant une approche du terrorisme en tant que technique spécifique d’usage et de gestion de la violence politique. Ensuite, un cadre analytique systémique permet de préciser les éléments et les relations qui constituent la complexité du fait terroriste, lequel ne peut être pleinement compris qu’inséré dans une logique séquentielle de passage des différentes modalités de la dissidence vers la dynamique de l’insurrection. Enfin, les principaux aspects de l’émergence du terrorisme comme problème global sont brièvement évoqués.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

terrorisme, géopolitique

Keywords :

terrorism, geopolitics
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les évènements importants qui suscitèrent initialement l’attention des responsables politique (...)
  • 2 Outre la référence de base la plus actualisée disponible (Schmid, 2013), on consultera également av (...)

1Le terrorisme est un objet incommode. Omniprésent depuis plusieurs décennies dans le champ politique (donc polémique), son étude scientifique demeure problématique, dispersée et insuffisamment cumulative. Pourtant, depuis la fin des années 1960, lorsque le mot «terrorisme» commence à prévaloir pour désigner certains actes de violence politique qui s’imposent dans l’agenda politico-médiatique international et, surtout, à partir de septembre 20011 une masse impressionnante de publications est consacrée à la question. En se limitant aux travaux à vocation scientifique, on constate d’une part la multiplication des approches thématiques, généralement à la périphérie de disciplines établies comme la science politique, la psychologie, la sociologie, l’économie, l’histoire, etc., et dans une moindre mesure, comme on le verra, la géographie. D’autre part on assiste simultanément à l’émergence d’une communauté de chercheurs plus ou moins spécialisés qui, principalement dans la sphère anglophone, contribuent au développement de ce qui deviendra le champ mal délimité des terrorism studies2.

2De cet immense amoncellement de connaissances, inégalement systématisées mais foisonnant de données empiriques, se dégage pourtant un sentiment d’insatisfaction, partagé non seulement parmi les chercheurs (par exemple: Ranstorp, 2006; Rapin, 2008 ; Sageman, 2014), mais aussi parmi les praticiens du contre-terrorisme (pour le cas français voir : Trotignon, 2016).

3Partant de ce constat, l’objet de cet article consiste à formuler les conditions théoriques et conceptuelles qui nous paraissent indispensables pour consolider une approche géopolitique du terrorisme, susceptible d’enrichir la compréhension de cette forme spécifique de violence politique. Dans cette perspective la géopolitique est ici conçue comme un domaine transversal, incluant l’analyse disciplinaire scientifique, la formulation de doctrines positionnées et l’élaboration de pratiques géostratégiques concernant les procès d’appropriation compétitive de territoires et/ou d’espaces tridimensionnels par des acteurs de puissance inégale, s’inscrivant dans le champ politique. Il n’est pas nécessaire (ni possible dans les limites de cet article) de développer les éléments de cette définition volontairement très englobante, qui prend notamment appui sur la démarche systémique de Gérard Dussouy (Dussouy, 2001 ; L’Espace Politique, N° 12, 2010), et plus largement sur les acquis de l’historiographie de la géopolitique (par exemple : Louis, 2014), pour en percevoir la pertinence pour l’étude du terrorisme.

4La mise en œuvre rigoureuse de cette approche géopolitique est, cependant, soumise à un certain nombre de conditions théoriques et conceptuelles préliminaires, dont l’exposé fournit le contenu et le plan de ce texte. La première consiste en une évaluation critique des acquis et limites de la littérature disponible. La seconde s’attache à affronter les obstacles définitionnels et empiriques qui affectent durablement la recherche en matière de terrorisme. En troisième lieu, il s’agit de construire un schéma systémique du fait (ou complexe) terroriste. Enfin, en plaçant le recours au terrorisme dans une dynamique séquentielle on (re)introduit l’analyse de cette technique de la violence politique dans le cadre plus ample de l’étude géostratégique de la conflictualité et des situations géopolitiques dans lesquelles s’inscrivent ses différentes manifestations.

5Etant donnée la nature de cet article on a privilégié les aspects théoriques, à nos yeux absolument essentiels pour parvenir à un effet de rupture par rapport à bon nombre d’imprécisions et ambiguïtés qui gênent l’appréhension du terrorisme. Il en résulte que les bases empiriques (cas et exemples) ne seront mentionnées qu’incidemment, et seulement pour préciser des notions ou des idées qui sont le sujet de ce texte. Et ce dernier s’appuie sur la conviction que ce n’est qu’au prix de la formulation explicite d’hypothèses de travail inscrites dans un cadre analytique adéquat qu’il sera possible de mieux répondre aux questions cruciales et interdépendantes suivantes : a) dans quelle(s) situation(s) géopolitique(s) concrète(s) des acteurs engagés dans un conflit recourent au terrorisme ; b) les actes terroristes sont-ils des révélateurs de modalités spécifiques de conflits (et/ou guerres), dont les manifestations en des lieux et des moments donnés permettent de caractériser ces mêmes situations géopolitiques, en articulant des échelles et niveaux territoriaux et des séquences temporelles.

La géographie et la géopolitique du terrorisme : acquis et limites

6Avant de procéder à un rapide inventaire des principaux apports de la recherche géographique et géopolitique sur le terrorisme, il est important d’insister sur le fait que, pour l’essentiel, ces travaux furent réalisés en marge des terrorism studies, et ce même si des convergences thématiques sont souvent évidentes. En effet, il suffit de parcourir la plus copieuse (et pourtant très incomplète) bibliographie anglophone (Schmid, 2013, 475-597) pour constater que parmi les quelques 4600 références retenues, la géographie et/ou la géopolitique sont pratiquement absentes. Il en va de même pour la liste des 100 revues scientifiques considérées comme relevant du cœur et de la périphérie de la recherche sur le terrorisme (Thinnes, 2013). Réciproquement, les quelques géographes ayant abordé le terrorisme l’ont habituellement fait en marge de leur discipline d’origine, orientant leurs travaux sur des questions méthodologiques plutôt que sur des aspects fondamentaux. Pour la commodité de l’exposé nous présenterons d’abord les travaux les travaux traitant principalement de la distribution spatiale des phénomènes (démarche géographique) et ensuite ceux qui relèvent proprement de la géopolitique en se focalisant sur les interactions conflictuelles entre acteurs territorialisés.

7Les travaux géographiques, comme d’ailleurs ceux d’autres disciplines académiques, n’ont véritablement pris leur essor qu’à la suite des attentats de septembre 2001. L’état de sidération, la forte pression politique contextuelle relevant de ce qui allait devenir la « guerre globale contre le terrorisme » et la pauvreté des outils conceptuels mobilisables à ce moment (qui ne concerne évidemment pas les seuls géographes) est clairement perceptible dans les quelques réactions « à chaud » (The Arab Geographer, 2001), provenant surtout de chercheurs en géographie politique. Par ailleurs, un projet lancé en 2001 par la direction de l’Association of American Geographers, avec financement de la National Science Fundation (Richardson, 2002), visant à montrer l’utilité de la géographie pour affronter le terrorisme, débouchera sur un livre assez inégal, privilégiant les aspects techniques mais contenant néanmoins quelques pistes de recherche (Cutter et Al. 2003). Au cours de la décennie suivante un petit nombre de chercheurs se consacrera (rarement à plein temps) à cette problématique, avec des résultats non négligeables, à propos desquels on dispose d’un aperçu d’ensemble (Baghat; Medina, 2013), permettant l’élaboration d’un bon manuel introductif (Medina ; Hepner, 2013). Parmi les thématiques qui se dégagent le plus nettement dans cet ensemble de travaux, on peut retenir les suivantes, à propos desquelles on se bornera à mentionner les textes pionniers et/ou particulièrement significatifs.

  • 3 Ces données concernant des opérations suicide peuvent être utilement comparées avec l’étude des éco (...)

8- La distribution spatiale des actes terroristes, inscrite le plus souvent dans des séquences temporelles, a été l’objet de recherches concernant Israël (Kliot; Charney, 2006)3, les Etats-Unis (Nunn, 2007; Webb; Cutter, 2009) et l’Irak où, dans le cadre d’une insurrection, l’ensemble des actes de guerre sont assimilés à du terrorisme (Siebeneck et Al. 2009; Medina et Al. 2011). Ces études réalisées ou non à l’aide de Systèmes d’Information Géographique (SIG), ont une utilité descriptive évidente et constituent souvent un préalable à la construction d’hypothèses géopolitiques.

9- L’intensité différentielle du risque terroriste par aires ou zones, qui se dégage également des études mentionnées plus haut, a été envisagée par certains auteurs dans la perspective des risques dits naturels (Mustafa, 2005), avec notamment un essai d’évaluation comparée de la vulnérabilité des villes des Etats-Unis (Piegorsch et Al. 2007).

10- L’analyse des réseaux terroristes, en combinant des données sociales et spatiales a donné lieu à une étude pionnière (Medina; Hepner, 2010) et à une très bonne introduction à la question (Medina, 2014).

11- Les études de cas portant sur des territoires le plus souvent en guerre (civile) où des États et/ou des groupes insurgés recourent au terrorisme sont assez nombreuses et de qualité variable. En ne retenant ici que quelques textes illustrant la pertinence du raisonnement géographique on peut citer une excellente étude sur le Sentier Lumineux péruvien (Kent, 1993); une analyse de le guerre civile en Algérie qui contient des observations pertinentes sur l’incidence du terrorisme en relation avec la taille des agglomérations et la localisation des groupes armés, à base souvent familiale, en fonction du clivage urbain/rural (Khelladi, 1995); ou encore un aperçu sur la situation en Mauritanie qui rappelle quelques faits intéressants (Choplin, 2008).

  • 4 On trouvera de nombreux textes islamistes/djihadistes dans Kepel (2008), avec de riches commentaire (...)

12Plus généralement, la recherche géographique met en évidence la multiplicité des ancrages territoriaux du fait terroriste, réalité parfois obscurcie par une conception réductrice de l’opposition entre guérilla (qui viserait à contrôler un territoire) et terrorisme (en principe dépourvu de cet objectif), que l’on trouve parfois même chez les meilleurs spécialistes (par exemple: de la Calle ; Sanchez-Cuenca, 2012). En fait, cette territorialité du terrorisme ne se manifeste pas seulement dans la localisation des groupes et des actes, dans les flux de tous ordres qui les constituent et les perpétuent (Rock, 2006; Elden, 2007), mais aussi dans les constructions idéologiques qui les justifient. Ainsi, c’est grâce au travail pionnier d’un géographe (Hobbs, 2005), que les proclamations d’Oussama ben Laden ont pu commencer à être lues pour ce qu’elles sont aussi: à savoir des discours offrant un code géopolitique (impliquant donc la territorialisation de la relation ami/ennemi) islamiste4. A cet égard la recherche géographique sur le terrorisme entre en résonance évidente avec les travaux portant sur la géographie des conflits armés qui, sauf quelques exceptions partielles (voir: Rosière, 2011, 106-112; Gregory, 2011 ; Cattaruzza, 2014, 38-39), ont jusqu’à présent peu abordé le sujet.

  • 5 On peut en actualiser l’information factuelle à l’aide du Grand Dossier de Diplomatie (2016), consa (...)

13Les travaux géopolitiques dont on peut fournir ici un rapide aperçu sont à la fois extrêmement dispersés et d’une inégale pertinence. Ceci tient au fait qu’en plus des difficultés propres à la définition du terrorisme dont il sera question plus loin, on a ici également affaire aux divergences dans la conception de la géopolitique que les auteurs mettent en œuvre, explicitement ou non, dans leurs écrits. Ainsi, les deux livres en français sur la géopolitique du terrorisme (qui ignorent les travaux géographiques antérieurs…) se limitent à insister (avec de bons arguments) sur sa territorialité, pour le premier (Baudouï, 2009), et à proposer un vaste et utile tour du monde régionalisé, incluant des données historiques et sur le contre-terrorisme, pour le second (Dasque, 2013)5.

14En ce qui concerne les travaux universitaires, une vision assez satisfaisante des débuts de la recherche peut être obtenue à partir de l’échantillon suivant:

15- Approches générales. Elles ont surtout été tentées jusqu’à présent par des auteurs anglo-américains, parmi lesquels Colin Flint a produit quelques textes significatifs (Flint,2003; Flint; Radil, 2009 et le commentaire de Clem, 2009; Flint, 2012, Chap. 6, 159-193), s’écartant (parfois) quelque peu du courant de la «critical geopolitics» dont l’intérêt se concentre davantage sur les discours (conçus à juste titre comme instruments de pouvoir) que sur le réel lui-même et la nature précise des situations géopolitiques et des détenteurs concrets du pouvoir. Pour une approche de cette dernière tendance, centrée essentiellement sur la critique de la « guerre au terrorisme », dont quelques absurdités sont opportunément dénoncées, voir Coleman (2003) et surtout Thornton (2003).

16- Les études sectorielles portent sur des analyses de cas (Papin, 2006; Loyer; Aguerre, 2008; Elden, 2014; Jabareen, 2015); des commentaires « critiques » sur les impacts de la War on Terror sur la culture populaire (Dittmer, 2005; Dodds, 2007); ou encore offrent des perspectives sur certains aspects du contre-terrorisme (Douzet, 2016). Est également à signaler ici l’importante contribution de l’ouvrage dirigé par Graham (2004) sur les enjeux urbains du terrorisme.

  • 6 Parmi les innombrables illustrations de ce fait, on peut lire une analyse « à chaud » concernant le (...)
  • 7 Voir notre compte-rendu de cet atlas dans L’Espace Politique, <espacepolitique.revues.org/4055>

17Ces apports dispersés peuvent être intégrés dans une perspective cohérente si l’on dispose d’un cadre analytique intégrateur tel qu’on le propose, à titre d’hypothèses de travail, dans les paragraphes suivants. Ainsi, pour ne mentionner que quelques thèmes de recherche, notons l’intérêt que présente la mise en relation de la distribution des actes terroristes avec les représentations géopolitiques concernant les « arcs de crises » ou shatterbelts à différentes échelles; le rôle du terrorisme dans la transformation du fonctionnement et des fonctions des frontières (Jones, 2011; Cattaruzza, 2016 ; Cannon, 2016); l’importance conjoncturelle des « zones grises » et des États faillis dans le développement des dynamiques conflictuelles donnant lieu à des actions terroristes (Raufer, 1992; Newman, 2007); et, plus généralement, l’effet que peuvent avoir certains attentats -et le cas du 11 septembre 2001 est à cet égard emblématique- pour modifier les situations géopolitiques mondiales, régionales et étatiques6. En outre, une réflexion soutenue est incontestablement nécessaire à propos de la cartographie du terrorisme, qui jusqu’à présent demeure problématique (par exemple: Guidère, 2017)7, malgré quelques avancées intéressantes (Walther; Retaillé, 2010) ou encore des efforts pionniers portant sur l’utilisation de SIG (Guo et Al. 2007). Plus fondamentalement, l’essor de l’analyse géopolitique du terrorisme est d’abord conditionné par la prise en compte créative de deux obstacles persistants.

Les obstacles à l’étude du terrorisme

18Parmi les obstacles que toute étude du terrorisme rencontre inévitablement, il en est deux qui s’avèrent particulièrement redoutables: l’obstacle définitionnel et l’obstacle empirique. Leur manifestation est simultanée et interactive, telle qu’on peut la représenter à l’aide du schéma suivant:

Fig. 1 - Interactions conceptuelles et empiriques déterminant l’établissement du fait terroriste

Fig. 1 - Interactions conceptuelles et empiriques déterminant l’établissement du fait terroriste

Réalisation : Daniel Dory - 2017

19On perçoit immédiatement les pièges que recèle la nature circulaire de la problématique à laquelle on se trouve confronté. En effet, quel que soit l’élément (définitionnel, empirique ou historique) que l’on choisisse pour engager la recherche, la dépendance où il se trouve nécessairement par rapport aux deux autres induit immanquablement un effet de circularité partiellement tautologique.

20Ainsi, le choix de débuter par l’aspect définitionnel renvoie immédiatement à l’univers des objets (pratiques, modes opératoires, attentats, individus ou groupes dont les actes sont considérés comme relevant du « terrorisme ») censés valider l’énoncé choisi. Or, cet ensemble de « faits » se produit dans certains lieux et à des moments dont l’ensemble configure une histoire (implicite ou élaborée) du terrorisme qui peut, pour les périodes les plus récentes, prendre appui sur des bases de données, elles-mêmes construites en fonction de critères définitionnels variables.

21Laissant maintenant de côté la question spécifique de l’histoire (et de l’historiographie) du terrorisme, il est nécessaire d’affronter en premier lieu l’obstacle définitionnel, dont il s’agit de comprendre les enjeux.

  • 8 Une compilation -très incomplète et limitée à la sphère anglophone- présente plus de 250 définition (...)

22L’obstacle définitionnel se présente d’abord sous la forme des innombrables définitions du terrorisme actuellement en circulation8, qui chacune implique des choix en matière d’objets et de perspectives de recherche. Le problème étant d’une importance considérable, il est donc nécessaire de l’affronter préliminairement. Pour ce faire, on commencera par distinguer dans cet ensemble hétéroclite de définitions la présence de trois « strates », sans doute pas étanches, mais néanmoins facilement identifiables: la strate polémique; la strate juridique, et une strate dont l’élaboration procède de projets à vocation scientifique. Voyons ceci d’un peu plus près.

  • 9 Il n’est pas possible d’offrir ici une argumentation détaillée concernant le caractère guerrier du (...)
  • 10 Pour un commode (mais très insuffisant) essai de périodisation du terrorisme en terme de « vagues » (...)

23- La strate polémique est consubstantielle de la réalité même du terrorisme pour autant qu’il est, avant tout, une technique de guerre9. A ce titre le terme « terrorisme » renvoie d’abord à la violence illégitime (autant qu’illégale) qui s’exerce contre des victimes particulières (désarmées, civiles, innocentes…), par des acteurs infâmes (lâches, barbares, fanatiques, « extrémistes », sanguinaires…) que « rien ne saurait justifier ». Le « terrorisme » et les « terroristes » (individus et/ou groupes) se réfèrent dès lors, moyennant un procès de réification, à une catégorie d’ennemis absolus auxquels il faut livrer un combat « sans trêve ni quartier ». Cette figure du « terroriste », incarnée actuellement par la figure du « djihadiste », est le produit non stabilisé d’une longue histoire qui remonte à la Terreur d’État de la Révolution française, puis désigne les protagonistes du creuset anarcho-russe entre 1878 et 1914 et les participants à divers mouvements d’émancipation nationale après la Première Guerre mondiale. Vers 1968, le « terrorisme » sera conçu, dans le contexte de la guerre froide comme un défi « international » à partir du creuset Moyen-oriental et/ou d’extrême gauche en Europe de l’Ouest et en Amérique latine ; avant de devenir « religieux » et « global » à la suite des attentats de 2001 et de la « guerre mondiale » qu’on lui livre, avec le succès que l’on sait10. Au plan polémique (donc politique) cette plasticité et polysémie du terme « terrorisme », loin d’être une gêne, constitue au contraire un atout majeur dans la mesure où il permet de le mobiliser contre tout adversaire que l’on souhaite anéantir moralement, faute de toujours pouvoir le faire physiquement. La démarche de la « critical geopolitics » porte d’ailleurs pour l’essentiel sur cette strate polémique, dont elle signale le fonctionnement dans les discours des pouvoirs (surtout étatiques) et les impacts dans la culture populaire.

  • 11 On trouvera une utile contextualisation de la législation antiterroriste française dans le livre, p (...)

24- La strate juridique, largement dépendante de la strate polémique, dans la mesure où le Droit (national et international) est aussi le produit de la coagulation formelle de rapports de force, obéit néanmoins à des exigences de précision qui lui sont propres. L’échec persistant des tentatives de parvenir à une définition consensuelle du terrorisme dans les instances internationales comme la SDN puis l’ONU (Raflik, 2016), concomitant à la prolifération des normes et lois antiterroristes aux niveaux étatique et international11, donne à cette strate juridique une tonalité sémantique particulière, dont l’efficacité n’est pas moins remarquable en matière de restriction sélective des libertés fondamentales et d’élargissement des possibilités de surveillance généralisée des populations, (Follorou, 2014).

  • 12 Cette démarche a été notamment mise en œuvre pour parvenir à une « définition académique de consens (...)

25- La strate scientifique répond, dans sa construction, à trois impératifs majeurs : a) discriminer, parmi les violences politiques (excluant donc la criminalité pure), un ensemble d’actes « terroristes » par des critères clairement établis; b) sélectionner, à l’aide d’éléments descriptifs et conceptuels ces actes parmi ceux que tendent à imposer les strates polémique et juridique12; c) contribuer à la formulation d’hypothèses susceptibles d’être méthodiquement validées. Dans le cadre du projet exposé dans cet article, cette formulation d’une définition à vocation scientifique répond à deux impératifs. D’abord disposer de critères pratiques se référant à la fois à la spécificité des modes opératoires du terrorisme et à la possibilité de les utiliser dans l’élaboration d’hypothèses portant sur des situations concrètes. Ensuite, rendre possible une approche géopolitique du terrorisme inscrite dans le cadre de la conception de cette discipline présentée au début de ce texte. Etant entendu que cette focalisation sur les processus conflictuels d’appropriation compétitive d’espaces et de territoires où le terrorisme se manifeste ne débouche pas seulement sur un champ spécialisé de recherches, mais vise aussi à surmonter, par un effet de rupture et de dépassement des acquis antérieurs, les insuffisances et les angles morts de la recherche actuelle sur le terrorisme en général, dont il a été fait allusion antérieurement.

26Sur la base de ces prémices il est possible de proposer la définition suivante: Le terrorisme consiste en la réalisation (et/ou la menace) d’actes de guerre visant à transmettre un message émotionnellement impactant à des audiences différentes des victimes immédiates de l’action violente.

27Cette définition, fondée sur des critères conditionnels, n’a pas pour but de cerner des actes terroristes « purs » en les distinguant binairement de toutes les autres manifestations de la violence politique, mais plutôt d’identifier dans le continuum de ces actes (allant de l’assassinat politique à la guérilla insurrectionnelle), un certain nombre d’objets répondant clairement aux critères énoncés. Sans qu’il soit possible ici de commenter en détail les termes de cette définition (dont certains seront utilisés dans la suite de ce texte), il est important de signaler que dans cette perspective tant la nature des agents que leur(s) motivation(s) sont indifférentes. Ceci procédant d’un choix délibéré en vue de permettre une approche comparative des agents qui utilisent cette technique de gestion de la violence politique dans des situations géopolitiques données.

28Concernant le statut des victimes, il s’agit de se distancier des catégories polémiques et juridiques (civils, non-combattants, « innocents »…), pour adopter des critères en fonction de leur identité. Celle-ci pouvant être personnelle (celle d’un individu précis, comme le Tsar Alexandre II), et on a alors un assassinat politique ciblé; fonctionnelle qui, comme le terme l’indique, est liée à des fonctions (dans le gouvernement, l’Armée, la Police, etc.), indépendamment des caractéristiques individuelles, et dont l’identité en fait des victimes prioritaires en cas de conflit armé (régulier ou non), et sont tout particulièrement des cibles pour des entités pratiquant la guérilla. Enfin, et c’est la plus pertinente pour notre propos, on a l’identité vectorielle qui rend un individu, ou le plus souvent un groupe ou catégorie sociale, le plus apte à transmettre, par sa victimisation, le message que l’agent de l’acte violent veut communiquer à différentes audiences (les membres de sa mouvance, le gouvernement ennemi, un État étranger, etc.) en ayant recours au terrorisme. Cette distinction permet de comprendre qu’un acte terroriste n’est jamais « aveugle » ou « indiscriminé » (sauf dégâts collatéraux, bien évidement) et que, par exemple, la décision d’attaquer le Bataclan un soir de concert procède d’un choix de victimes différent de celui que les terroristes auraient pu faire en s’attaquant, au même moment, et seulement à quelques kilomètres de distance, à une « Maison de la Culture Nelson Mandela » dans la banlieue nord de Paris.

29Au moins deux conséquences découlent de cette façon de surmonter l’obstacle définitionnel. D’abord, elle rend possible l’identifications de situations géopolitiques en fonction de la présence (ou absence) de faits (ou actes) terroristes clairement définis, tout en permettant, par ailleurs, l’analyse critique des enjeux (pas seulement sémantiques) se manifestant au sein des strates polémique et juridique, (pour un exemple : Beinin, 2003). Ensuite, la définition plus rigoureuse proposée permet de procéder à une évaluation critique des données tant historiques qu’actuelles concernant le terrorisme (et le contre-terrorisme) ; entreprise qui renvoie directement au deuxième obstacle qu’il convient maintenant d’aborder.

  • 13 Ce qui renvoie à la problématique englobante de la géopolitique des médias, que l’on peut aborder p (...)
  • 14 En accès libre sur le site: <www.start.umd.edu/gtd/. Pour une présentation actualisée des principal (...)

30L’obstacle empirique concerne une série spécifique de problèmes qui se présentent à la recherche scientifique sur le terrorisme, laquelle est conditionnée par l’accessibilité et la qualité des données existantes. En effet, sauf à être membre d’un service de sécurité (ou d’une organisation dite terroriste…), le chercheur n’a accès qu’à des données publiques (sources ouvertes), incluses souvent dans des bases de données dont les modalités de construction doivent lui être familières. Sans entrer ici dans la présentation des principales ressources disponibles (Schmid, 2013, 294-340), quelques points majeurs doivent être brièvement évoqués. D’abord il s’agit du caractère dérivé des bases de données portant sur les actes terroristes, dont la construction est l’aboutissement d’un double processus de filtrage: d’abord celui des médias qui enregistrent le fait ou omettent de le faire pour des motifs de négligence ou de censure13, et celui tenant aux critères d’inclusion/exclusion adoptés par les concepteurs des bases de données, ce qui ramène, évidement, aux problèmes de définition évoqués plus haut. Ensuite, l’extension des données disponibles est également à prendre en compte, surtout au plan temporel, sachant que les actes terroristes ne sont généralement recueillis qu’à partir de 1968, et ce exclusivement pour le « terrorisme international » (qui ne concerne qu’environ 10 % du total des incidents). Il faudra, en fait, attendre le début des années 2000 pour disposer de bases de données incluant tous les actes considérés comme terroristes, dont la GTD (Global Terrorism Database) est actuellement, de loin, la plus utile (Lafree; Dugan, 2007)14, pour les actes postérieurs à 1970. Enfin, outre les questions de fiabilité, les bases de données généralistes présentent des limites, sans doute inévitables, mais fort gênantes pour la recherche géopolitique, à savoir l’absence de contextualisation des incidents et, surtout, la prise en compte des seules actions des « terroristes » au détriment de celles des autres acteurs engagés dans le conflit, sans parler d’une localisation souvent imprécise des faits.

31Les organisations dites terroristes, quant à elles, sont incluses dans des listes officielles de pays et/ou d’organisations internationales (US, UK, Australie, Inde, UE, ONU…) qui relèvent de décisions strictement politiques (et dont l’analyse géopolitique des variations est hautement instructive); soit sont rassemblées dans des répertoires, comme celui publié dans Schmid (2013, 355-442), qui en identifie environ 3900 dans une logique qui fait inévitablement penser à Prévert, ou encore dans des encyclopédies -bien plus utiles- comme celle de Baud (2009).

32En l’état actuel des recherches, il est sans doute illusoire de prétendre surmonter l’obstacle empirique seulement à l’aide de moyens techniques (comme les SIG, au demeurant fort utiles), sachant que la qualité des données recueillies est avant tout le produit de la mise en œuvre d’une série de décisions dont on ne peut ignorer les conséquences pratiques et politiques. Il est, par contre, possible d’en limiter les effets à l’aide d’un cadre analytique permettant d’observer tant les faits (scientifiquement identifiés au moyen d’une définition appropriée), que les aléas des désignations polémiques et politiques qui les prennent pour objet. En d’autres termes, il s’agit d’abord de savoir si l’acte observé correspond bien aux critères techniques et opérationnels minimaux évoqués plus haut ; pour ensuite s’attacher à comprendre pourquoi, quand et où certains acteurs les considèrent comme relevant du « terrorisme » (barbare) ou de la « résistance » (héroïque).

Un cadre pour l’étude géopolitique du terrorisme

33Ainsi qu’on l’a vu, l’approche géopolitique du terrorisme s’appuie sur la recherche générale et spécialisée en la matière, et ce pour parvenir à une perspective organisée (surmontant, donc, la juxtaposition de savoirs cloisonnés en compartiments disciplinaires), et permettant la construction d’hypothèses et d’instruments prévisionnels raisonnablement fiables. Cette démarche implique d’abord l’identification d’un ensemble d’objets et de processus concernant le complexe terroriste et son fonctionnement systémique, et ensuite la mise en évidence d’une logique séquentielle de la conflictualité dans laquelle le terrorisme est susceptible de prendre place. Ces deux apports seront présentés à l’aide de schémas donnant lieu à de brefs commentaires. Enfin, les grandes lignes d’une réflexion géopolitique et géostratégique sur l’émergence du terrorisme comme problème global seront ébauchées.

Le complexe terroriste

34On peut s’appuyer sur la figure 2 suivante pour en comprendre la structuration et l’interaction dynamique entre les éléments:

Fig. 2. Le complexe terroriste

Fig. 2. Le complexe terroriste

Réalisation : Daniel Dory - 2017

35Dans les limites de la place disponible, on se bornera ici à de très brefs commentaires concernant chaque composante du complexe terroriste. Avant cela il est indispensable de préciser la portée et la fonction de ce graphique. Celui-ci, en effet, est proposé ici uniquement comme le cadre d’analyse d’un ensemble d’éléments interagissant systémiquement, qui sont autant d’objets de recherche correspondant à des réalités variables en fonction de la situation géopolitique concrète où ils se manifestent. A ce titre ce graphique correspond, en quelque sorte, à une saisie phénoménologique du terrorisme, permettant de comprendre préliminairement les relations dialectiques qui en constituent les conditions de possibilité et les modalités de fonctionnement (politique et aussi médiatique, tactique et stratégique). Une telle présentation, à notre connaissance inédite dans la littérature spécialisée, vise par conséquent à délimiter clairement « ce dont on parle », plutôt que de tenter, à ce stade préliminaire (mais à nos yeux indispensable), d’en « dire quelque chose » portant sur chaque composant.

36- L’acte terroriste, (c’est-à-dire celui qui correspond, par définition, aux critères énoncés plus haut concernant la strate scientifique), à partir duquel s’engage l’analyse, est à considérer en fonction d’au moins quatre variables: a) le type et le mode opératoire (Marret, 2000); b) le lieu (non seulement ses coordonnées, indispensables pour travailler sur SIG, mais surtout ses caractéristiques socio-démographiques, ethniques, politiques, etc.); c) le moment, à inclure dans des séquences temporelles emboîtées, allant de l’heure de l’acte jusqu’aux longues durées des conflits inter-étatiques et/ou civilisationnels; d) l’effet de série, distinguant les actes isolés (rares) des grappes d’attentats et des campagnes terroristes (Sirseloudi, 2004).

37- Le(s) opérateur(s). Sauf cas rarissimes de « loups solitaires » il s’agit de groupes/réseaux à l’organisation variable (Gagnon, 2006) qui se manifestent de plus en plus souvent sous forme d’acteurs solitaires (Ellis et Al. 2016). L’analyse ici consiste avant tout à comprendre la logique d’émergence des noyaux actifs (généralement cristallisés par des entrepreneurs charismatiques de la violence terroriste) au sein de mouvances et de terreaux variés (ethniques, religieux, idéologiques…), dont la territorialité, plus ou moins aisément cartographiable, est souvent décisive. A titre d’exemple on peut évoquer le noyau actif du jihadisme salafiste comme étant au centre de plusieurs cercles concentriques. D’abord le plus ample correspond à l’ensemble de la population musulmane (du monde, d’un pays, d’une ville…) qui en constitue le potentiel démographique. Un deuxième cercle, plus petit, englobe le terreau islamiste (au sens de porteur d’un projet politique à concrétiser de manière violente ou pacifique). Le troisième cercle correspond à la mouvance salafiste qui admet le recours à la violence, éventuellement terroriste, et l’encourage par le financement, la propagande, la logistique, etc. Le quatrième cercle correspond, enfin, à l’infime minorité des noyaux actifs constituant les acteurs terroristes directs. (Pour une approche similaire centrée sur l’aspect idéologique, voir McCants, 2006). La cartographie de ces ensembles correspond alors notamment à des cartes de distribution des religions (lorsque cela est possible), à celles des mosquées d’orientation variable, des prisons concentrant des détenus au profil caractéristique, aux flux d’argent et de combattants conformant des réseaux en permanente reconfiguration, eux-mêmes ancrés dans des lieux aux particularités diverses, etc.

38- Le(s) commanditaire(s)/organisateur(s), peuvent être des États agissant directement (par services spéciaux et/ou forces spéciales) ou indirectement en « sponsorisant » des entités transnationales (État Islamique, Al Qaida, diverses ONG et réseaux diasporiques…) et/ou des organisations sub-étatiques, dont il est toutefois rare qu’elles n’aient pas des ramifications transfrontalières, même réduites au minimum, comme dans le cas du Sentier Lumineux (Strong, 1992). On est là en terrain connu pour l’analyse géopolitique, sachant qu’il reste encore beaucoup à faire pour parvenir à une méthodologie comparative permettant d’étudier le fonctionnement, les facteurs prédisposants, et les contraintes de localisation des sanctuaires ou « trous noirs terroristes », (Korteweg ; Ehrhardt, 2O06).

39- Les causes renvoient à deux ordres de réalité. D’abord aux déterminants censés contribuer à produire des actes terroristes, que ceux-ci soient d’ordre psychologique (Post, 2005) ou socio-économique (Krueger; Malekova, 2003), et qui à l’examen s’avèrent habituellement peu concluants. Ensuite, les causes renvoient aux motivations idéologiques des acteurs terroristes engagés dans des conflits variés. Et ici, contrairement à une tendance trop répandue qui s’en tient à des controverses théologico-politiques (qu’il faut, bien entendu, connaître), on a tout à gagner, par exemple, pour aborder l’islamisme djihadiste, à s’intéresser d’une part aux fondements des ethnicités (Rushton, 2005) et à leurs mobilisations antagoniques (Byman, 1998); et d’autre part à adopter la démarche de la géopolitique des religions (pour une première approche: Giorgini, 2016), appliquée à la diversité des islamismes (Larroque, 2014). On ne saurait trop insister sur l’importance conceptuelle et méthodologique de ce changement de perspective, impliquant d’étudier les discours des acteurs qui recourent au terrorisme avant tout comme des codes géopolitiques (Dijkink, 1998), structurant (aussi) territorialement une relation ami/ennemi. A cet égard, les processus qui codifient le registre du « sacré » et du religieux dans des enjeux territoriaux concrets doivent retenir toute l’attention (Vincent ; Dory ; Verdier, 1995). Cette approche, qui évite de s’engager dans des débats exclusivement théologiques (par exemple sur le « vrai » ou « faux » islam) pour s’intéresser prioritairement aux conflits portant sur l’appropriation conflictuelle des territoires qu’ils expriment aussi, est également pertinente dans des situations géopolitiques comme celles prévalant, par exemple, en Irlande ou au Sri Lanka.

40- Les victimes des actes terroristes sont, on l’a vu, très généralement choisies en fonction de leur identité vectorielle, donc liée à leurs caractéristiques ethniques et socio-démographiques, qui les inscrivent de préférence dans certains lieux de résidence permanente et/ou de séjour temporaire (de quelques heures pour une salle de concert à quelques jours ou semaines pour une destination touristique). A cet égard les touristes constituent des victimes potentielles remarquables, car faciles à atteindre (cibles molles), engendrant une médiatisation forte (et potentiellement internationale en fonction de leurs origines permettant de s’adresser à des audiences multiples), et aux conséquences économiques parfois énormes pour les pays concernés (Sönmez, 1998).

41- Le(s) message(s) liés à l’acte terroriste peuvent être des proclamations préalables expliquant, justifiant et annonçant une campagne, et/ou des revendications ponctuelles qui visent à imposer la signification d’un acte particulier dans les heures ou jours qui suivent sa réalisation. Cet élément est d’autant plus important qu’un acte terroriste n’a, en lui-même, aucun sens prédéterminé; ou, plutôt qu’il est porteur d’une polysémie intrinsèque qui en fait l’objet d’une guerre informationnelle dont la sphère médiatique est le théâtre. Bien entendu, l’analyse des codes géopolitiques mis en œuvre dans les messages de justification est de la plus grande importance pour notre propos.

42- Les audiences ou destinataires des messages sont toujours multiples (et très souvent susceptibles d’être cartographiées). En première approche, on peut partir du clivage ami/ennemi, qui configure le champ politique et (donc) celui de la guerre, pour distinguer deux séries d’audiences en fonction de leurs degrés de polarisation. On a alors: a) les noyaux durs (organisation/réseau terroriste face à l’élite dominante étatique ou/et transnationale); b) les mouvances (sympathisants de la cause des « terroristes » et acteurs des régimes engagés dans les forces de sécurité, surveillance et propagande); c) les terreaux (que les noyaux actifs insurgés visent à mobiliser et les opinions publiques initialement favorables au régime attaqué). A ces audiences plus ou moins polarisées s’ajoute généralement une part de la population, aux effectifs variables, non (encore) polarisée, et dont la mobilisation ou la passivité constitue l’un des enjeux majeurs pour les deux camps.

43- Le traitement informationnel et médiatique concerne simultanément : a) l’établissement des faits; b) la gestion des émotions (Pain, 2010); c) la production de sens (par exemple: Mogensen, 2008). Son importance en matière de terrorisme est donc décisive, et la guerre informationnelle a pour premier objectif d’imposer un « régime de vérité » permettant de susciter l’adhésion des audiences non entièrement polarisées à des « versions officielles » (celles des gouvernements ou celles des terroristes), plutôt qu’à celles de l’ennemi (faites, bien entendu, de « propagande », voire de « théories du complot »). A titre d’exemple on peut citer certains aspects des controverses entourant le 11 septembre 2001, qui ont été étudiés par la géographe britannique Laura Jones (2010), ou encore les circonstances de la mort d’Oussama ben Laden (Boutherin, 2014 ; Hersh, 2016). Des incertitudes de ce genre sont omniprésentes dans la recherche sur le terrorisme où l’ignorance, le secret et la désinformation participent de la nature même de l’objet.

44- Les effets de l’acte terroriste. Outre ses effets traumatisants ou gratifiants sur les différentes audiences mentionnées plus haut, que l’on peut chercher à évaluer à l’aide d’enquêtes épidémiologiques (Rubin et Al. 2007) et de sondages d’opinion (Bloch-Elkon, 2011), l’acte terroriste suscite presque toujours des décisions politiques de la part des États affectés. Celles-ci peuvent être de simples dispositions conjoncturelles à visée surtout anxiolytique, comme l’opération « Sentinelle » en France à partir de janvier 2015 (Goya, 2016), soit, et c’est habituellement le cas, de véritables politiques publiques, sous-tendues par des lois « antiterroristes » (dont le PATRIOT Act est un exemple emblématique), conduisant à reformater durablement les dispositifs de sécurité, notamment par une imbrication croissante des tâches policières et militaires. D’autre part, l’impact tactique d’une campagne terroriste peut aboutir, par effet de cascade, à des effets stratégiques, comme l’attrition économique liée aux coûts exorbitants de la protection des populations et des infrastructures critiques, aux dépenses engagées dans des opérations militaires intérieures et/ou extérieures, ou encore l’effondrement de l’industrie du tourisme (Eudeline, 2014). Mais c’est surtout l’impact des mesures adoptées (représailles plus ou moins disproportionnées, négociations, répression sélective, contre-offensive idéologique...) sur le mécanisme qui entretient le cycle du terrorisme (correspondant à la flèche de rétro-alimentation de la figure 2) qui mérite de retenir l’attention. Pour mieux en comprendre la logique il est nécessaire de l’insérer dans l’analyse séquentielle qui suit.

L’analyse séquentielle

45Le terrorisme, en tant que technique de gestion de la violence, n’est pas un phénomène isolé, et doit donc être pensé comme se produisant à l’articulation de divers processus issus de choix successifs que des acteurs effectuent en fonction de conjonctures et de situations géopolitiques concrètes. La figure 3 vise à rendre compte de cette réalité. La linéarité théorique du modèle représenté ne doit cependant pas laisser penser à une séquence d’« étapes » devant nécessairement être parcourues par tout individu ou groupe dont l’action aboutit au terrorisme. Bien au contraire, il s’agit ici d’offrir un cadre théorique permettant d’identifier les séquences possibles (diverses et non nécessairement linéaires), qui permettent de comprendre et éventuellement parfois de prévoir (Bakker, 2012) des trajectoires de mobilisation avec, ici, la guerre civile comme horizon. Bien que construit sur la base de solides évidences empiriques, ce modèle ne saurait être conçu comme rendant compte de l’ensemble des cas possibles, et ce même s’il peut raisonnablement prétendre à une valeur heuristique, en tant que support d’hypothèses à valider.

Fig. 3 - Place du terrorisme en perspective séquentielle

Fig. 3 - Place du terrorisme en perspective séquentielle

Réalisation : Daniel Dory - 2017

46Le champ de la dissidence peut être conçu comme incluant deux dynamiques qui se distinguent par rapport aux lois et aux normes en vigueur dans les sociétés où elles se manifestent. La dynamique de l’anomie viole ou contourne les lois dans une sorte de continuum qui va des « incivilités » à la constitution d’entités hybrides, en passant par la délinquance, la criminalité et les émeutes (Raufer, 2013). La dynamique de la subversion qui vise, quant à elle, à abolir et à remplacer les lois en vigueur (par exemple, par la sharia), débute par la formulation de griefs et la construction embryonnaire d’organisations destinées à les exprimer moyennant des manifestes et des manifestations (écrits, documents audio-visuels, pratiques vestimentaires, occupation de lieux publics, etc.), donnant lieu à une montée en généralité visant à inscrire des revendications particulières dans un cadre le plus universel possible (« droits de l’homme », « antiracisme », ou encore en jouant sur l’interpellation trans-ethnique d’une religion universaliste). Dans certains cas on assiste -comme dans ceux du djihadisme en Europe ou des seigneurs de la guerre en Afrique et ailleurs- à une confusion partielle des mouvances issues des deux dynamiques, donnant lieu à des entités hybrides (Sullivan, 2002), dont les manifestations territoriales sont du plus grand intérêt. Ainsi, en France depuis plusieurs décennies cette intersection de dynamiques s’opère dans trois séries de lieux assez facilement identifiables : certains quartiers dits « sensibles », un certain nombre de mosquées et une quantité sans doute croissante de prisons (Dufour; Kabbsi, 2015; Thomson, 2016).

47En fonction des circonstances et des situations géopolitiques, quelques individus et/ou groupes issus des deux dynamiques ou de leur hybridation expérimenteront un processus de politisation organisée qui les fera basculer dans le champ de l’insurrection. Ce qui se traduira par le surgissement en leur sein des germes d’une contre-élite, une consolidation organisationnelle, la formulation explicite de la relation ami/ennemi, l’appropriation éventuelle de territoires (pouvant être un quartier, une « zone grise », un « trou noir terroriste » ou encore l’archipel instable des ancrages de la clandestinité) et -surtout- l’élaboration d’une géostratégie. Celle-ci implique plusieurs choix concernant les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les buts fixés. Le plus important, sans doute, étant celui du mode de mobilisation pacifique et/ou violente (pour une bonne étude de cas voir: White, 1989), sachant que s’il est possible de concevoir une option exclusivement pacifique (désobéissance civile, lutte idéologique, transformation démographique…), la mobilisation politique violente s’accompagne toujours d’activités pacifiques, voire légales (vitrine légale sous forme de parti, d’association ou d’ONG, propagande, édition, œuvres sociales, etc.). A ce titre, et il est important d’insister sur le fait qu’une organisation terroriste n’est jamais seulement terroriste, et que ses actions véritablement terroristes ne consomment généralement qu’une fraction minime du temps de ses membres. De même, le terrorisme n’étant qu’une des techniques de la violence politique, c’est à l’analyse des motifs et des conditions spécifiques de ce choix que l’analyse géopolitique doit s’attacher en première instance, en cherchant donc à comprendre pourquoi, en certains lieux et moments, celui-ci est privilégié par rapport à des actions, par exemple, de guérilla ou à des affrontements « réguliers » lorsqu’ils sont possibles (ou envisagés dans la perspective maoïste de la guerre insurrectionnelle).

48La situation de guerre civile qui découle des processus et des choix précédents, met aux prises une contre-élite insurgée avec une élite dominante dans des territoires dont les caractéristiques physiques et sociales sont souvent décisives (Buhaug; Lujala, 2005). Dans ces conditions l’élite dominante mobilisera un certain nombre de ressources (humaines, légales, financières, diplomatiques…) pour mener un combat conçu -en fonction de son interprétation de la situation- comme relevant du contre-terrorisme (en amont), de l’antiterrorisme (en aval), ou encore de la contre-insurrection qui débouche potentiellement sur la guerre totale, pouvant inclure le terrorisme d’État.

49Il importe de distinguer les issues possibles d’une guerre civile (succès ou défaite totale ou partielle des insurgés, coup d’État ou enlisement) du rôle qu’y joue le terrorisme. Ce dernier étant une technique et non un acteur, c’est au destin des organisations qui y recourent qu’il faut s’intéresser, en ayant soin de différencier : a) la trajectoire des organisations dites terroristes, qui peuvent parvenir au pouvoir ou être exterminées, avec toute la gamme des possibilités intermédiaires (Gvineria, 2009); b) l’utilisation du terrorisme, qui peut s’intensifier ou être abandonné en fonction des situations. Ce qui nous conduit vers quelques considérations géostratégiques qui éclairent les modalités de la guerre dont le terrorisme est une composante désormais centrale.

Le terrorisme comme problème global

50Étant acquis que le terrorisme relève de la guerre, encore faut-il savoir de quelle guerre il s’agit (Clausewitz, 2014, 46; voir aussi Henrotin, 2016), donc de caractériser la relation antagonique opposant les acteurs qui recourent au terrorisme d’une part, et ceux qui mènent la « guerre contre le terrorisme » de l’autre (Andréani, 2011). Et ce en tenant compte du fait que les termes ici employés renvoient à des strates définitionnelles différentes.

51On laissera de côté, pour l’instant, la discussion sur les modalités de la guerre depuis le début de la mondialisation actuelle (vers 1991) ; et donc la question de savoir comment la guerre irrégulière, asymétrique et totale (GIAT) dans laquelle s’inscrit le terrorisme coexiste avec des conflits inter-étatiques plus réguliers (Gray, 2007), et/ou configure une nouvelle « cinquième génération » de la guerre (Reed, 2008), dont l’éventuelle nature non-clausewitzienne (Werner, 1998) débouche sur un ordre du monde tel que l’envisage, par exemple, le stratégiste suisse Bernard Wicht (2002; 2013; voir aussi Schang, 2014). Par contre, il est indispensable d’insister sur trois tendances lourdes (politique, technique et géostratégique) qui permettent de comprendre les manifestations du terrorisme tel que nous l’avons envisagé ici.

52Le terrorisme comme aboutissement de la guerre discriminatoire (Schmitt, 2011, 39-139), qui oppose des ennemis absolus, moralement et existentiellement disqualifiés, ouvre tendanciellement la voie à une absorption progressive de l’ensemble de la politique dans un amas de pratiques « antiterroristes » (Thuillier, 2005), opposant un « camp du Bien » (celui de la démocratie, des droits de l’homme, du multiculturalisme…) à un camp (ou axe) du « Mal », dénoncé moins en fonction de ses actes que par sa nature intrinsèque (extrémiste, fanatique, radicale, barbare…), du fait des luttes sémantiques au sein des strates polémiques et juridiques évoquées plus haut.

  • 15 Asymétrie déjà bien mise en évidence par Pagney (2013) à propos des guerres de partisans et des gué (...)

53Le terrorisme comme option technique a, quant à lui, tendance à absorber une portion croissante du spectre de la violence, du fait de l’asymétrie croisée entre les acteurs en présence conflictuelle. Cette asymétrie se manifeste, en effet, d’une part entre les ressources financières, humaines et, surtout, militaires (Révolution dans les Affaires Militaires, hélicoptères, drones, satellites, cybersurveillance, etc.) mises à la disposition de la contre-insurrection15, et l’asymétrie morale (acceptation de la mort) qui fait la force de nombreux terroristes/insurgés, même si leur capacité réelle à faire des dégâts stratégiques est souvent plus politique et médiatique que physique (Mueller, 2005).

54Le terrorisme comme problème global se construit comme enjeu géostratégique majeur, sur la base des deux tendances précédentes depuis la fin des années 1990 (Lesser, 1999), avec un saut qualitatif après 2001 (Résolution 1373 du Conseil de Sécurité de l’ONU du 28 septembre 2001, et Barno, 2006). Des lieux de niveaux et d’échelles emboîtés sont dès lors engagés dans les domaines d’une guerre hors limites (Qiao; Wang, 2006), incluant la terre, la mer, l’air, l’espace, le cyberespace et l’infosphère. Mais renvoyant toujours à des ancrages concrets de la menace (arc de crises/shatterbelts, États voyous, zones grises, quartiers sensibles, serveurs Internet propageant la « haine »...) et de la vulnérabilité (macro-régions, pays, capitales, zones touristiques, infrastructures critiques…). Et ici la réflexion géopolitique et géostratégique convergent pour rendre compte de la privatisation croissante de la guerre (réseaux terroristes, entités hybrides, seigneurs de la guerre; mais aussi firmes militaires privées et forces d’autodéfense) ; de sa « civilisation » (par l’extension des aires de guerre civile), et de son urbanisation croissante, dans la mesure où (sauf exceptions localisées comme l’Afghanistan) les guérillas rurales deviennent tactiquement impraticables, alors que des milieux urbains de plus en plus ingérables deviennent les lieux privilégiés de toutes les surprises...terroristes.

Haut de page

Bibliographie

ANDREANI, G., 2011, « La guerre contre le terrorisme: un succès incertain et coûteux », Politique Étrangère, N° 2, 253-266.

BAGHAT, K., MEDINA, R., 2013, « An Overview of Geographical Perspectives and Approaches in Terrorism Research », Perspectives on Terrorism, Vol. 7, N° 1, 38-72.

BAKKER, E., 2012, « Forecasting Terrorism : The Need for a More Systematic Approach », Journal of Strategic Security, Vol. 5, N°4, 69-84.

BARNO, D., 2006, « Challenges in Fighting a Global Insurgency », Parameters, Summer, 15-29.

BAUD, J., 2009, Encyclopédie des Terrorismes et Violences Organisées, Paris, Lavauzelle.

BAUDOUI, R., Géopolitique du terrorisme, Paris, Armand Colin.

BEININ, J., 2003, « Is Terrorism a Useful Term in Understanding the Middle East and the Palestinian-Israeli Conflict ? », Radical History Review, N° 85, 12-23.

BERGESEN, A., HAN, Y., 2005, « New Directions for Terrorism Rresearch », International Journal of Comparative Sociology, Vol. 46, N° 1/2, 133-151.

BERREBI, C., LAKADAWALLA, D., 2007, « How does terrorism risk varies accross space and time ? An analysis based on the israeli experience », Defence and Peace Economics, Vol. 18, N°2, 113-131.

BLOCH-ELKON, Y., 2011, « Public Perceptions of the Threat of International Terrorism », Public Opinion Quarterly, Vol. 75, N° 2, 366-392.

BOULANGER, P., 2014, Géopolitique des médias, Paris, Armand Colin.

BOUTHERIN, G., 2014, « Zero Dark Thirty : polémiques autour du récit de la mort de Ben Laden » Questions Internationales, N° 69, 111-117.

BOWIE, N., 2017, « Terrorism Events Data : An Inventory of Databases and Data Sets, 1968-2017 », Perspectives on Terrorism, Vol. 11, N° 4, 50-70.

BUHAUG, H., LUJALA, P., 2005, « Accounting for Scale : Measuring Geography in Quantitative Study of Civil War », Political Geography, Vol. 24, 399-418.

BYMAN, D., 1998, « The Logic of Ethnic Terrorism », Studies in Conflict and Terrorism, Vol. 21, N° 2, 149-169.

CANNON, B., 2016, « Terrorists, Geopolitics and Kenya’s Proposed Border Wall with Somalia » Journal of Terrorism Research, Vol. 7, N° 2, 23-37.

CATTARUZZA, A., 2014, Atlas des guerres et conflits, Paris, Autrement.

CATTARUZZA, A., 2016, « Les « frontières intelligentes » nouvelles armes contre le terrorisme ? », DSI, Hors Série N° 47, 26-29.

CHALIAND, G., BLIN, A., (Dirs.), Histoire du terrorisme, Paris, Fayard/Pluriel.

CHOPLIN, A., 2008, « La Mauritanie à l’épreuve de l’islamisme et des menaces terroristes », EchoGéo, (en ligne : revues.org).

CLAUSEWITZ, C. von, 2014, De la Guerre, Paris, Payot/Rivages.

CLEM, R. 2009, « The Geopolitics of Terrorism : A Commentary on Flint and Radil’s Approach », Eurasian Geography and Economics, Vol. 50, N° 2, 172-183.

COLEMAN, M., 2003, « The Naming of « Terrorism » and Evil « Outlaws » : Geopolitical Place-Making After 11 September », Geopolitics, Vol. 8, N° 3, 87-104.

CRENSHAW, M., 1972, « Current Research on Terrorism. The Academic Perspective », Studies in Conflict and Terrorism, Vol. 15, 1-11.

CUTTER, S., RICHARDSON, D., WILBANKS, T., (Eds.), 2003, The Geographical Dimensions of Terrorism, New York / London, Routledge.

DASQUE, J-M., 2013, Géopolitique du terrorisme, Paris, Ellipses.

De la CALLE, L., SANCHEZ-CUENCA, I., 2012, « Rebels Without a Territory. An Analysis of Nonterritorial Conflicts in the World, 1970-1997 », Journal of Conflict Resolution, Vol. 56, N° 4, 580-603.

DIJKINK, G., 1998, « Geopolitical Codes and Popular Representations », GeoJournal, Vol. 46, 292-299.

DIPLOMATIE, 2016, Géopolitique du terrorisme, Les Grands Dossiers, N° 32.

DITTMER, J ., 2005, « Captain America’s Empire : Reflections on Identity, Popular Culture, and Post 9/11 Geopolitics », Annals of the Association of American Geographers, Vol. 95, N° 3, 626-643.

DODDS, K., 2007, « Steve Bells’s Eye : Cartoons, Geopolitics and the Visualization of the « War on Terror » », Security Dialogue, Vol. 38, N° 2, 157-177.

DOUZET, F., 2007, « Le cyberespace, troisième front de la lutte contre Daech », Hérodote, N° 160/161, 223-238.

DUFOUR, J., KABBSI, A., 2015, « Les bandes et leur dérive vers le terrorisme, problème criminologique majeur », Sécurité Globale, N° 2, 7-14.

DUSSOUY, G., 2001, Quelle géopolitique au XXIe siècle?, Bruxelles, Complexe.

ELDEN, S., 2007, « Terror and Territory », Antipode, Vol. 39, N°5, 821-845.

ELDEN, S., 2014, « The Geopolitics of Boko Haram and Nigeria’s war on terror », The Geographical Journal, Vol. 180, N° 4, 414-425.

ELLIS, C., et Al. 2016, « Analysing the Processes of Lone-Actor Terrorism : Research and Findings », Perspectives on Terrorism, Vol. 10, N° 2, 33-41.

EUDELINE, H., 2014, Le Dossier Noir du Terrorisme, Le Bouscat, L’Esprit du Temps.

FLINT, C., 2003, « Terrorism and Counterterrorism : Geographic Research Questions and Agendas », The Professional Geographer, Vol. 55, N° 2, 161-169.

FLINT, C., 2012, Introduction to Geopolitics, 2d Ed. New York-London, Routledge.

FLINT, C., RADIL, S., 2009, « Terrorism and Counterterrorism : Situating al-Qaeda and the Global War on Terror Within Geopolitical Trends and Structures », Eurasian Geography and Economics, Vol. 50, N°2, 150-171.

FOLLOROU, J., 2014, Démocraties sous contrôle, Paris, Ed. du CNRS.

GAGNON, B., 2006, « Les opérations terroristes réseaucentriques », Criminology, Vol. 39, N° 1, 23-42.

GIORGINI, D., 2O16, Géopolitique des religions, Paris, PUF.

GORDON, A., 2005, « The peripheral terrorism litterature : Bringing it closer to the core », Scientometrics, Vol. 62, N° 3, 404-414.

GORDON, A., 2010, « Can terrorism become a scientific discipline ? A diagnostic study », Critical Studies on Terrorism, Vol. 3, N°3, 437-458.

GOYA, M., 2016, « Les opérations militaires anxiolytiques », DSI, N°123, 56-59.

GRAHAM, S., 2004, (Ed.), Cities, War, and Terrorism. Towards an Urban Geopolitics, Oxford, Blackwell.

GRAY, C., 2007, La guerre au XXIe siècle, Paris, Economica.

GREGORY, D., 2011, « The everywhere war », The Geographical Journal, Vol. 177, N° 3, 238-250.

GUIDERE, M., 2017, Atlas du terrorisme islamiste, Paris, Autrement.

GUNNING, J., 2007, « A Case for Critical Terrorism Studies ? », Government and Opposition, Vol.42, N° 3, 363-393.

GUO, D. et Al., 2007, « Visualizing patterns in a global terrorism incident database », Environment and Planning B, Vol. 34, 767-784.

GVINERIA, G., 2009, « How Does Terrorism End ? », in : Davis, P., Cragin, K. (Eds.), Social Science for Counterterrorism, Santa Monica, RAND, 257-298.

HENROTIN, J., 2016, « Le terrorisme comme mode de guerre », DSI, Hors Série N° 47, 10-12.

HERSH, S., 2016, L’élimination d’Oussama ben Laden, Paris, Equateurs.

HOBBS, J., 2005, « The Geographical Dimensions of Al-Qa’ida Rhetoric », The Geographical Review, Vol. 95, N°3, 301-327.

JABAREEN, Y., 2015, « The emerging Islamic State : Terror, territoriality, and the agenda of social transformation », Geoforum, Vol. 58, 51-55.

JACKSON, R., 2009, « The Study of Terrorism after 11 September 2001 : Problems, Challenges and Future Developments », Political Studies Review, Vol. 7, 171-184.

JARVIS, L., 2009, « The Spaces and Faces of Critical Terrorist Studies », Security Dialogue, Vol. 40, N° 1, 5-27.

JONES, L., 2010, « « How do the American people know… ? » : embodying post-9/11 conspiracy discourse », GeoJournal, Vol. 75, 359-371.

JONES, R., 2011, « Border security, 9/11 and the enclosure of civilisation », The Geographical Journal, Vol. 177, N° 3, 213-217.

KENT, R., 1993, « Geographical dimensions of the Shining Path insurgency in Peru », The Geographical Review, Vol. 83, N° 4, 441-454.

KEPEL, G., (Dir.), 2008, Al-Qaida dans le texte, Paris, PUF.

KHELLADI, A., 1995, « Esquisse d’une géographie des groupes islamistes en Algérie », Hérodote, N° 77, 28-42.

KLIOT, N., CHARNEY, I., 2006, « The geography of suicide terrorism in Israel », GeoJournal, Vol. 66, 353-373.

KORTEWEG, R., EHRHARDT, D., 2006, Terrorist Black Holes. A study into terrorist sanctuaries and governmental weakness, The Hague, Clingendael Center for Strategic Studies.

KRUEGER, A., MALECKOVA, J., 2003, « Education, Poverty and Terrorism : Is There a Causal Connection ? », Journal of Economic Perspectives, Vol. 17, N° 4, 119-144.

LABEVIERE, R., 2016, Terrorisme. Face cachée de la mondialisation, Paris, Pierre-Guillaume de Roux.

LAFREE, G., DUGAN, L., 2007, « Introducing the Global Terrorism Database », Terrorism and Political Violence, Vol. 19, N° 2, 181-204.

LARROQUE, A-C., 2014, Géopolitique des Islamismes, Paris, PUF.

L’ESPACE POLITIQUE, 2010, N° 12, Les théories de la géopolitique.

LESSER, I., 1999, « Countering the new terrorism : implications for strategy », in : Lesser, I. et Al., Countering the New Terrorism, Santa Monica, RAND, 85-144.

LOUIS, F., 2014, Les grands théoriciens de la géopolitique, Paris, PUF.

LOYER, B., AGUERRE, C., 2008, « Terrorisme et démocratie : les exemples basque et catalan », Hérodote, N° 130, 112-145.

MARRET, J-L., 2000, Techniques du Terrorisme, Paris, PUF.

McCANTS, W., (Ed.), 2006, Militant Ideology Atlas, Executive Repport, West Point, Combating Terrorism Center.

MEDINA, R., et Al. 2011, « A Geographical Information Systems (GIS) Analysis of Spatiotemporal Patterns of Terrorist Incidents in Iraq 2004-2009 », Studies in Conflict and Terrorism, Vol.34, N° 11, 862-882.

MEDINA, R., 2014, « Social Network Analysis : A Case Study of the Islamist Terrorist Network », Security Journal, Vol. 27, 97-121.

MEDINA, R., HEPNER, G., 2011, « Advancing the Understanding of Sociospatial Dependencies in Terrorist Networks », Transactions in GIS, Vol. 15, N° 5, 577-597.

MEDINA, R., HEPNER, G., 2013, The Geography of International Terrorism, Boca Raton, CRC Press.

MOGENSEN, K., 2008, « Television Journalism During Terror Attacks », Media, War & Conflict, Vol. 1, N° 1, 31-49.

MOREAS, G., 2016, Dans les coulisses de la lutte antiterroriste, Paris, First.

MUELLER, J., 2005, « Six Rather Unusual Propositions about Terrorism », Terrorism and Political Violence, Vol. 17, N° 4, 487-505.

MUSTAFA, D., 2005, « The terrible Geographicalness of Terrorism : Reflections of a Hazards Geographer », Antipode, Vol. 37, N° 1, 72-92.

NEWMAN, E., 2007, « Weak States, State Failure, and Terrorism », Terrorism and Political Violence, Vol. 19, N° 4, 463-488.

NURIYEV, E., 2002, « Post-September 11 Regional Geopolitics : Azerbaijan and the New Security Environment in the South Caucasus », Connections, Vol. 1, N° 3, 13-20.

NUNN, S., 2007, « Incidents of terrorism in the United States, 1997-2005 », The Geographical Review, Vol. 97, N° 1, 89-111.

PAGNEY, P., 2013, Les guerres de partisans et les nouveaux conflits, Paris, Economica.

PAIN, R., 2010, « The New Geopolitics of Fear », Geography Compass, Vol. 4, N° 3, 226-240.

PAPIN, D., 2006, « Les attentats de Londres, révélateur du malaise de la nation britannique », Hérodote, N° 120, 190-199.

PIEGORSCH, W., et Al., 2007, « Benchmark Analysis for Quantifying Urban Vulnerabilities to Terrorist Incidents », Risk Analysis, Vol. 27, N°6, 1411-1425.

POST, J., 2005, « The Psychological and Behavioral Bases of Terrorism », International Affairs Review, Vol. 14, N° 2, 195-203.

QIAO, L., WANG, X., 2006, La guerre hors limites, Paris, Payot/Rivages.

RAFLIK, J., 2016, Terrorisme et mondialisation, Paris, Gallimard.

RANSTORP, M., 2006, « Introduction : Mapping Terrorism Research -Challenges and Priorities », in Ranstorp, M. (Ed.), Mapping Terrorism Research, London, Routledge, 2-24.

RAPIN, A-J., 2008, « L’objet évanescent d’une théorie improbable : Le terrorisme et les sciences sociales », Les Cahiers du RMES, Vol. 5, N° 1, 165-213.

RAPOPORT, D., 2001, « The Fourth Wave : September 11 in the History of Terrorism », Current History, december, 419-424.

RAUFER, X., 1992, « La menace des « zones grises » », Le Débat, N° 68, 135-149.

RAUFER, X., 2013, Géopolitique de la mondialisation criminelle, Paris, PUF.

REED, D., 2008, « Beyond the War on Terror : Into the Fifth Generation of War and Conflict », Studies in Conflict and Terrorism, Vol. 31, N° 8, 684-722.

REID, E., 1997, « Evolution of a Body of Knowledge : An Analysis of Terrorism Research », Information Processing and Management, Vol. 33, N° 1, 91-106.

RICHARDSON, D., 2002, « Building a Research Agenda on the Geographical Dimensions of Terrorism : An On-going Process », Transactions in GIS, Vol. 6, N° 3, 225-229.

ROCK, J., 2006, « The Geographic Nature of terrorism », The Pennsylvania Geographer, N° 44, (disponible sur : <www.ontology.buffalo.edu>

ROSIERE, S., 2011, Géographie des conflits armés et des violences politiques, Paris, Ellipses.

RUBIN, J., 2007, « Enduring consequences of terrorism : 7-month follow-up survey of reactions to the bombings in London on 7 july 2005 », British Journal of Psychiatry, N°190, 350-356.

RUSHTON, J. P., 2005, « Ethnic Nationalism, Evolutionary Psychology and Genetic Similarity Theory », Nations and Nationalism, Vol. 11, N° 4, 489-507.

SAFER-LICHTENSTEIN, A., et Al., 2017, « Studying Terrorism Empirically : What We Know About What We Don’t Know », Journal of Contemporary Criminal Justice, Vol. 33, N° 3, 273-291.

SAGEMAN, M., 2014, « The Stagnation in Terrorism Research », Terrorism and Political Violence, Vol. 26, N° 4, 565-580.

SCHANG, L., 2014, « Après-demain le citoyen soldat 2.0. Une lecture de Bernard Wicht », Stratégique, N° 107, 63-71.

SCHMID, A. P., 2012, « The Revised Academic Consensus Definition of Terrorism », Perspectives on Terrorism, Vol. 6, N° 2, 158-159.

SCHMID, A. P., 2013, The Routledge Handbook of Terrorism Research, London-NY, Routledge.

SCHMITT, C., 2011, La guerre discriminatoire et Logique des grands espaces, Paris, Krisis.

SIEBENECK, L., et Al., 2009, « Spatial and Temporal Analyses of Terrorist Incidents in Iraq, 2004-2006 », Studies in Conflict and Terrorism, Vol. 32, N° 7, 591-610.

SILKE, A., 2008, « Research on Terrorism », in: Chen H. et Al. (Eds.), Terrorism Informatics, New York, Springer, 27-50.

SIRESLOUDI, M., 2004, « Early Detection of Terrorist Campaigns », Forum on Crime and Society, Vol. 4, N° 1/2, 71-89.

SÖNMEZ, S., 1998, « Tourism, Terrorism and Political Instability », Annals of Tourism Research, Vol. 25, N° 2, 416-456.

STAMPNITZKY, L., 2011, « Disciplining an Unruly Field : Terrorism Experts and Theories of Scientific/Intellectual Production », Qualitative Sociology, Vol. 34, N° 1, 1-19.

STRONG, S., 1992, Sendero Luminoso, Lima, Peru Reporting.

SULLIVAN, J., 2002, « Terrorism, Crime and Private Armies », Low Intensity Conflict & Law Enforcement, Vol. 11, N° 2/3, 239-253.

THE ARAB WORLD GEOGRAPHER, 2001, Forum on 11 September Events, Vol. 4, N°2, 78-103.

THINNES, J., 2013, « 100 Core and Periphery Journals for Terorism Research », Perspectives on Terrorism, Vol. 7, N° 2, 95-103.

THOMSON, D., 2016, Les revenants, Paris, Seuil.

THORNTON, W., 2003, « Cold War II : Islamic Terrorism as Power Politics », Antipode, Vol. 35, N° 2, 205-211.

THUILLIER, F., 2005, « Le terrorisme est mort le 11septembre 2001 », Stratégique, N° 85, 41-50.

TROTIGNON, Y., 2016, (Entretien), « La question d’une « province » française du djihad est posée », in : Djihadisme, 100 pages pour comprendre, Le Monde, Hors Série, 54-55.

VINCENT, J-F., DORY, D., VERDIER, R., (Dirs.), 1995, La construction religieuse des territoires, Paris, L’Harmattan.

WALTHER, O., RETAILLE, D., 2010, Sahara or Sahel ? The fuzzy geography of terrorism un West Africa, CEPS/INSTEAD, Working Paper, N° 35.

WEBB, J., CUTTER, S., 2009, « The Geography of US Terrorist Incidents, 1970-2004 », Terrorism and Political Violence, Vol. 21, N° 3, 428-449.

WERNER, E., 1998, L’Avant-guerre civile, Lausanne, L’Âge d’Homme.

WHITE, R., 1989, « From Peaceful Protest to Guerrilla War : Micromobilization of the Provisional Irish Republican Army », American Journal of Sociology, Vol. 94, N° 6, 1277-1302.

WICHT, B., 2002, Guerre et hégémonie, Genève, Georg.

WICHT, B., 2013, L’Europe Mad Max demain ?, Lausanne, Favre.

Haut de page

Notes

1 Parmi les évènements importants qui suscitèrent initialement l’attention des responsables politiques et des chercheurs, citons : le détournement d’un avion d’El-Al par des membres du Front Populaire de Libération de la Palestine le 23 juillet 1968 ; l’attaque de l’aéroport de Lod (Tel-Aviv) le 30 mai 1972 et la prise d’otages meurtrière des athlètes israéliens lors des Jeux Olympiques de Munich en septembre 1972. Au cours de la même période des actes de violence armée, qualifiée de terroristes, se produisent aussi en Europe de l’Ouest (Italie, RFA, France, surtout) et en Amérique latine où les guérillas urbaines des Tupamaros uruguayens acquièrent une grande notoriété. Pour un premier survol de l’histoire du terrorisme, voir : Chaliand; Blin, (2016).

2 Outre la référence de base la plus actualisée disponible (Schmid, 2013), on consultera également avec profit des analyses bibliométriques (Reid, 1997; Gordon, 2005); des évaluations successives de l’état de ce que certains auteurs considèrent être une discipline (Crenshaw, 1992; Bergesen; Han, 2005; Silke, 2008; Gordon, 2010; Stampnitzky, 2011; Sageman, 2014); et des controverses à forte teneur idéologique (Grunning, 2007; Jarvis, 2009; Jackson, 2009). Par ailleurs l’institutionnalisation des terrorism studies s’est manifestée par la parution de revues spécialisées, notamment: Terrorism and Political Violence (depuis 1989); Studies in Conflict and Terrorism (1992) et depuis 2007 la revue en ligne Perspectives on Terrorism. Signalons enfin Critical Studies on Terrorism depuis 2008. Les principaux centres qui organisent la recherche et gèrent des bases de données sont situés aux Etats-Unis (RAND, Université de Maryland), au Royaume-Uni (Université de St. Andrews) et Israël (Hertzlia).

3 Ces données concernant des opérations suicide peuvent être utilement comparées avec l’étude des économistes Berrebi; Lakadawalla (2007) portant sur un univers plus ample de faits, montrant également le caractère non-aléatoire des attentats et leurs déterminants spatio-temporels.

4 On trouvera de nombreux textes islamistes/djihadistes dans Kepel (2008), avec de riches commentaires islamologiques et théologiques, où l’absence d’une lecture en termes de géopolitique des religions est manifeste malgré son évidente pertinence pour traiter ces matériaux.

5 On peut en actualiser l’information factuelle à l’aide du Grand Dossier de Diplomatie (2016), consacré à la Géopolitique du terrorisme. De même on trouve aussi d’intéressants apports à la réflexion géopolitique dans les travaux de certains (bons) journalistes, comme Labévière (2016).

6 Parmi les innombrables illustrations de ce fait, on peut lire une analyse « à chaud » concernant le sud-Caucase dans: Nuriyev (2002).

7 Voir notre compte-rendu de cet atlas dans L’Espace Politique, <espacepolitique.revues.org/4055>

8 Une compilation -très incomplète et limitée à la sphère anglophone- présente plus de 250 définitions au début des années 2010: (Schmid, 2013, 39-157).

9 Il n’est pas possible d’offrir ici une argumentation détaillée concernant le caractère guerrier du terrorisme. Qu’il suffise donc de rappeler la formule clausewitzienne pour en comprendre le fondement: « La guerre est un acte de violence engagé pour contraindre l’adversaire à se soumettre à notre volonté » (Clausewitz, 2014, 20).

10 Pour un commode (mais très insuffisant) essai de périodisation du terrorisme en terme de « vagues », voir Rapoport, (2001).

11 On trouvera une utile contextualisation de la législation antiterroriste française dans le livre, par ailleurs riche en informations factuelles, de Moréas (2016).

12 Cette démarche a été notamment mise en œuvre pour parvenir à une « définition académique de consensus » par A. Schmid (2013, 73-87), accessible en ligne: Schmid, (2012).

13 Ce qui renvoie à la problématique englobante de la géopolitique des médias, que l’on peut aborder préliminairement avec Boulanger (2014), même si cet ouvrage n’accorde qu’une place minime au terrorisme. Voir aussi Safer-Lichtenstein et Al., (2017) sur l’épineux problème des données manquantes.

14 En accès libre sur le site: <www.start.umd.edu/gtd/>. Pour une présentation actualisée des principales bases de données, voir : Bowie, (2017).

15 Asymétrie déjà bien mise en évidence par Pagney (2013) à propos des guerres de partisans et des guérillas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Interactions conceptuelles et empiriques déterminant l’établissement du fait terroriste
Crédits Réalisation : Daniel Dory - 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4482/img-1.png
Fichier image/, 30k
Titre Fig. 2. Le complexe terroriste
Crédits Réalisation : Daniel Dory - 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4482/img-2.png
Fichier image/, 32k
Titre Fig. 3 - Place du terrorisme en perspective séquentielle
Crédits Réalisation : Daniel Dory - 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4482/img-3.png
Fichier image/, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Dory, « L’analyse géopolitique du terrorisme : conditions théoriques et conceptuelles », L’Espace Politique [En ligne], 33 | 2017-3, mis en ligne le 23 février 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4482 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4482

Haut de page

Auteur

Daniel Dory

Maître de Conférences – HDR
Université de La Rochelle
daniel.dory@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals