Navigation – Plan du site
Crises et mutations contemporaines : approches géopolitiques et géoéconomiques

Crises et mutations contemporaines : approches géopolitiques et géoéconomiques

Contemporary crises and change: geopolitical and geoeconomic approaches
François Bost et Stéphane Rosière

Résumés

Article introductif du numéro 34 (2018-1) de la revue L’Espace politique intitulé « Crises et mutations contemporaines : approches géopolitiques et géoéconomiques ».

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif de ce numéro, qui poursuit le colloque organisé par le laboratoire Habiter (E.A. 2076) à l’Université de Reims Champagne-Ardenne en mai 2016, est de faire le point sur les crises et les mutations multiformes qui affectent le monde contemporain en privilégiant les approches géopolitiques et géoéconomiques.

2Il a en effet semblé aux organisateurs de ce colloque et porteurs de ce numéro que la période actuelle, marquée par les incertitudes et les instabilités de tous ordres (repositionnement des puissances internationales, guerres, attentats, crise économique, chômage, accroissement des inégalités, etc.), méritait une analyse originale, au croisement fertile entre géopolitique et géoéconomie. A une époque où les principales théories contemporaines expliquant le monde sont le néoréalisme et le néolibéralisme (cf. entre autres : Baylis et alii, 2014), comment refonder nos visions du monde et nos représentations ? C’est à ce vaste enjeu que tente de répondre ce numéro de L’Espace politique qui interroge les ressorts profonds de la situation actuelle. Le monde est-il confronté à une crise transitoire ou plus profondément, à une grande transformation, une mutation profonde, allant dans le sens d’un changement de modèle et d’organisation économique et géopolitique (E. Cohen, 2010 et 2013) ? Pour tenter de défricher ce champ vaste et protéiforme (mais peu abordé par les géographes), les coordinateurs de ce numéro ont souhaité réfléchir sur les notions de « crise » et « mutation » (1). A partir de là, et pour tenter d’analyser la période contemporaine, ils ont posé la question suivante : le monde est-il en train de se fermer ? Sommes-nous entrés dans l’ère de la « démondialisation » (Colle, 2009 ; Bello, 2011 ; Sapir, 2012) si cette expression est appropriée (2) ?

3Avant d’aborder ces deux thèmes, il semble nécessaire de revenir sur l’évolution des « représentations » du monde - pour reprendre un mot-clef de l’approche critique (Lefebvre, 2000). En effet, les récits qui ont fondé la lecture et l’analyse du monde à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle ont été frappés d’obsolescence précoce. La glorification de la mobilité (Knafou, 1998) - que ce soit celle des personnes, des capitaux et des entreprises, le tout étant souvent et à tort amalgamé - a été un paradigme fort du début de ce siècle. L’insistance sur l’intégration économique du monde et de l’ouverture tous azimuts des sociétés a été le corollaire de ces discours (Moore, 2003 ; Newman 2006) qui ont cédé la place à des peurs multiformes.

  • 1 Les dernières en date étant le relèvement des droits de douane des États-Unis en juin 2018 à l’enco (...)

4Au-delà du déclin de l’Occident qui apparaît en filigrane, les peurs contemporaines sont notamment liées aux flux mal contrôlés, assimilées à des invasions (de migrants, de produits à bas couts destructeurs d’emplois dans les pays industrialisés, etc.). La tentation du repli sur soi est la conséquence de ces craintes et les exemples en sont nombreux : sortie annoncée du Royaume-Uni de l’Union européenne à la suite du Brexit, le 23 juin 2016 (même si ce pays reste très « mondialisé ») ; désengagement des États-Unis du multilatéralisme depuis l’élection de Donal Trump aux États-Unis le 8 novembre 2016 ; montée inquiétante des populismes en Europe du sud et de l’est. A la ferme croyance dans le libre-échange et aux vertus du « doux commerce » s’opposent des mesures de reflux et notamment protectionnistes. Les mesures protectionnistes sont de plus en plus nombreuses1. Voilà une claire manifestation de la « démondialisation ».

5Crise passagère ? Mutation de fond ? Les auteurs se retrouvent en tout cas dans l’analyse de Laurent Carroué quant à la finalité de la mondialisation : « La définition et la promotion d’un nouvel ordre mondial, géographiquement plus juste et équilibré, économiquement plus efficace, socialement plus solidaire et environnementalement plus durable, deviennent un enjeu majeur de civilisation » (Carroué, 2018).

Questionner les notions de crise et mutation

6Les termes de « crise » et de « mutation » expriment des analyses et des représentations différentes. Ces deux termes renvoient d’abord à des « temps » plus ou moins longs. La crise et la mutation sont d’abord des périodes et non pas des espaces. Peut-être la faible implication des géographes autour de ces questions relève-telle d’abord de leur dimension intrinsèquement diachronique.

7La notion de « crise » a d’abord été étudiée par les économistes et les historiens (Ordioni, 2011 ; E. Cohen, 2013), suite à la crise mondiale des années 1930, puis après les chocs pétroliers des années 1970. La notion de crise a peu à peu intégré les discours et les analyses des géographes, à commencer par David Harvey (Harvey 2008 et 2011, entre autres) qui a travaillé sur l’idée de crise, en l’appliquant à son étude du capitalisme. Pour lui, les crises ne sont pas des accidents, elles sont inhérentes au capitalisme. Elles se déplacent dans le temps et l’espace du fait de la mise en œuvre de mécanismes qui sont censés les conjurer, mais créent des problèmes plus graves encore (Harvey, 2008).

8Les notions de « changement spatial » et de « transition territoriale » notamment théorisées par Bernard Elissalde seraient l’une des manifestations de l’apport des géographes en matière de compréhension de l’évolution du monde. Poursuivant les réflexions d’Edward Soja (1989) ou de Roger Brunet et des géographes adeptes de l’approche systémique, B. Elissalde (2000) a théorisé la succession des systèmes spatiaux et les temporalités différentiels des structures spatiales.

« À partir du moment où l'on considère un ensemble territorial (pays, région, etc.) comme un ensemble complexe d'éléments en interactions, l'étude du changement doit concerner les temps multiples des parties autant que ceux du tout. » En effet, « l'espace géographique fonctionne selon une pluralité de Temps » ; ainsi : « chaque structure spatiale possède sa propre périodisation, fonctionne selon son propre rythme et s’articule d'une certaine façon avec d'autres pour produire selon les époques des systèmes spatiaux ayant des configurations variées, mais aussi perdurer d’un système spatial à un autre » (Elissalde, 2000, p. 232).

9L’analyse systémique met en avant les notions de trajectoire, de chocs externes (ou internes), de bifurcations qui expriment ces incertitudes face au changement et participe à une analyse spatiale des crises (cf. entre autres Hugon 2015). Ces géographes ont été rejoints plus tardivement par les spécialistes de géographie économique qui se sont intéressés aux mutations profondes des systèmes productifs durant les années 1980-2010 (Bost, 2013, 2015, 2017 ; Carroué, 2015). Tous ces auteurs considèrent bien crise et mutation comme des termes pertinents se développant à des échelles distinctes : ainsi, les notions de crise et de mutation ne sont plus strictement antinomiques, ni d’ailleurs intrinsèquement liées, mais elles peuvent être éventuellement concomitantes et ne caractérisent pas tous les lieux au même moment.

Crise

10Le mot « crise » est anxiogène. Il traduit l’idée d’un changement d’état, d’un accident de parcours dans une évolution générale qui resterait inchangée. La crise est aussi un révélateur très utile des dysfonctionnements des systèmes et des difficultés pour les résoudre (E. Cohen, 2013, p. 9). On ne peut à cet égard méconnaître la vieille et très pertinente définition d’Antonio Gramsci qui reste d’une étonnante actualité :

« La crise est le moment où l'ancien ordre du monde s'estompe et où le nouveau doit s'imposer en dépit de toutes les résistances et de toutes les contradictions. Cette phase de transition est justement marquée par de nombreuses erreurs et de nombreux tourments » (Gramsci, 1916).

11Autrement dit, la crise coïnciderait avec le passage délicat d’un monde ancien, qui tarderait à céder la place, vers un monde nouveau et incertain qui peine à s’affirmer et à lui succéder. Les géographes ont souligné la récurrence des crises économiques :

« Leur fréquence s’est accrue avec l’industrialisation et l’essor des échanges internationaux, et leur nature a également évoluée. Aujourd’hui, l’intégration des économies productives et des marchés financiers favorise la diffusion planétaire de ces crises (…) » (Ghorra-Gobin, 2012, p.153).

12Cette situation de récurrence, pour ne pas dire de quasi omniprésence des crises économiques depuis les années 1970, pose un véritable problème dans la mesure où le monde ne peut se concevoir en permanence dans une situation de crise et de dysfonctionnement. Cela signifie-t-il que les outils d’analyse à notre disposition ne nous permettent plus d’analyser les ressorts du monde contemporain (E. Cohen, 2013) ? Parler de « crise » a-t-il d’ailleurs un sens quand on relève qu’entre 2007 (soit le début de la crise des subprimes) et aujourd’hui la Chine a accru sa richesse de plus de 60 % ou que le PIB français a progressé de 180 milliards d'euros en 1973 à 2 223 milliards d'euros en 2016 (source INSEE), soit une hausse de 1135 % en euros courants.

13Longtemps essentiellement confinée à l’analyse économique, la lecture des événements par le prisme des crises a progressivement gagné la géopolitique. Son emploi est par exemple de plus en plus fréquent pour désigner des guerres et des conflits. On parle ainsi fréquemment de « crise syrienne » (ou irakienne), en évitant le mot guerre. Ainsi le terme « crise » a pris à la fois une connotation économique (la « crise de 1929 ») mais aussi militaire et stratégique (en évoquant la « crise syrienne » par exemple). Ces deux interprétations différentes renforcent la dimension composite du terme. Plus que de renvoyer à une rupture, il signerait l’incompréhension d’un phénomène. « Symptôme majeur de l’ère de la défiance, l’inflation de [des usages du mot crise] incarne notre inquiétude et notre incapacité croissante à comprendre le monde qui nous entoure. » (Ordioni, 2011, 22).

Mutation

  • 2 Les interactions spatiales se définissent comme les relations développées entre agents situés en de (...)

14Le mot « mutation » relève d’un registre beaucoup plus positif que celui de « crise », quoiqu’il implique lui aussi l’entrée dans une période d’incertitudes et de reconfigurations profondes. Du latin mutare (changer), il renvoie selon le dictionnaire Larousse à un « changement radical », une « conversion », une « évolution profonde » pouvant se réaliser progressivement, ou par paliers, ou encore de manière plus brutale. Il décrit une dynamique à l’œuvre et non encore achevée, dont on ne connait pas encore l’issue, ce qui est porteur de beaucoup d’inconnue, d’inquiétudes, mais aussi d’espoirs. Les mutations s’opèrent à toutes les échelles ce qui en compliquent la perception : mondiale et supranationales (sous l’influence de la mondialisation et de la régionalisation de l’économie), nationale (mais les situations nationales sont profondément influencées par ce qui se passe aux échelles plus larges, notamment par le biais des « interactions spatiales »2 entre territoires et acteurs), enfin régionales et locales (notamment à l’échelle des bassins d’emplois et de vie sur lesquels se répercutent ces changements. Ces mutations présentent aussi de multiples origines et formes. Elles peuvent être liées à des changements de contextes (économique, politique, idéologique, géopolitique), à l’évolution rapide des technologies, aux transformations du travail, à la réorganisation des entreprises, au rôle de l’Etat qui peut infléchir et orienter telle ou telle perspective, aux concurrences accrues entre les territoires pour initier et attirer les acteurs qui les portent, etc. Ces différents paramètres avancent rarement isolément ; ils interviennent généralement plus ou moins concomitamment et à des degrés divers dans la dynamique de mutation, ce qui complexifie l’analyse de leur rôle respectif (Bost, 2015). Le terme de mutation souligne en tout cas une évolution dû à des facteurs complexes qui engendre une transformation du système. Son sens n’est donc pas si éloigné de crise, et le poids des mots reflète souvent les représentations à l’œuvre.

Une nouvelle ère ?

15La discussion sur les termes de « crise » et de « mutation » pose une question centrale : l’ordre du monde est-il seulement malmené, tout en restant globalement stable, auquel cas il devrait s’ensuivre un certain retour à la « normale » après une période de « parenthèse » (Jean, 2017) ; ou alors entrons-nous dans une nouvelle ère qui implique une révision complète de nos grilles de lecture ? (E. Cohen, 2013). La plupart chercheurs esquissent le « nouvel ordre mondial » qui semble s’imposer : plus multipolaire (Carroué, 2018, 22), « peu solidaire, instable, chaotique même, sans repères ni contrôle sous l’égide fictive d’une communauté internationale introuvable » (Lamy et Gnesotto, 2017, 21). Ce monde est bien entendu éminemment plus conflictuel que celui dont rêvaient les hommes politiques et les économistes néolibéraux des années 1990 (Lorenzi, 2014 ; Jean, 2017).

  • 3 En anglais : Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership (CPTPP), dont le (...)

16Surtout, les tensions et les menaces surgissent de là où on ne s’attendait pas. Les positionnements récents des États-Unis illustrent cette évolution : sortie de l’Accord de libre-échange transpacifique (TPP) le 23 janvier 2017 ; sortie du Traité de Paris sur le climat le 1er juin 2017) ; mesures protectionnistes en cascade contre la Chine, l’Union européenne, etc. Cependant, un seul pays ne peut résister à la marche du monde. Ainsi, malgré la sortie des États-Unis (pourtant signataires) du TPP, onze pays des deux rives du Pacifique, rassemblant près de 500 millions d’habitants, ont signé le 8 mars 2018, à Santiago du Chili, le Partenariat transpacifique global et progressiste (PTGP)3.

17Cet exemple précis qui évoque de « nouvelles guerres économiques » (Laïdi, 2014 ; Paillard 2015) souligne-t-il plutôt une évolution inéluctable – et donc une mutation en profondeur — qu’une véritable crise ? Nous avons noté avec intérêt l’idée selon laquelle le mot « crise » pourrait être un concept obsolète, l’inflation des usages du mot crise allant « de pair avec sa personnification et son instrumentalisation, notamment en contribuant à diluer la chaîne des responsabilités engagées » (Ordioni 2011, 3). La crise annonce-t-elle la déliquescence du système libéral (Dumenil et Lévy, 1999) ou n’est-elle qu’un moment naturel ou normal d’ajustement du libéralisme comme l’évoquait précocement D. Harvey ? Nous ne trancherons pas sur ce point, mais la réflexion sur le mot crise et son usage doit rester en ligne de mire alors que l’on tente d’évaluer le monde dans sa complexité.

Le monde est-il en train de se fermer ? Vers la démondialisation ?

18Alors que les idées d’ouverture, d’intégration et de mobilité, étaient les mots-clefs de la mondialisation triomphante des années 1990 (Moore 2003, Carroué, 2018), il est aisé aujourd’hui de souligner la paradoxale et progressive « fermeture » du monde qui paraît tout la fois symptôme et cause des tensions actuelles (Colle, 2013). Cette « fermeture » s’est manifestée dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 en matière de frontière, mettant en exergue la notion de « rebordering » — ou renforcement du contrôle aux frontières, terme dont l’usage est attesté depuis le début des années 2000 (Andreas et Biersteker, 2003). Aujourd’hui la tension aux frontières, notamment en ce qui concerne les migrations internationales, est manifeste. Mais la fermeture s’est manifestée aussi d’un point de vue économique, même si les deux mouvements (sécurité des personnes, protection des économies nationales) sont chronologiquement décalés (après le 11 septembre 2001 pour les individus ; après la crise des subprimes en 2007-2008 pour les économies).

19Comme le notaient avec raison Pascal Lamy et Nicole Gnesotto : « en quelques années, la mondialisation et la construction de l’Europe, ces deux cadres les plus solides, les plus apparemment inébranlables de notre réflexion et de notre action internationales, se retrouvent fortement ébranlés. La mondialisation fait du surplace, l’intégration européenne aussi. Ce qui était espoir d’ouverture, de croissance, de rencontres, d’opportunités est devenu pour certains symbole de contrainte, d’enfermement, de désespoir social. La crise n’est plus un accident dans le parcours de l’économie mondiale et de l’Europe, elle en devient la structure même » (Lamy, Ngesotto, 2017, p.19).

20Dans de nombreux pays, les difficultés apparues avec la crise des subprimes de 2007 perdurent : stagnation de la croissance dans les pays développés et ralentissement dans les pays émergents (Brésil entré en récession en 2016, difficultés en Argentine, Mexique, Afrique du sud, etc.), désindustrialisation des pays industrialisés et délocalisations de nombreuses activités vers les pays à bas salaires, tensions boursières en Chine et dans la zone euro, retour à des formes de nationalisme économique (cas des États-Unis au travers de la politique « America First » lancée par Donald Trump). La stagnation de la croissance et de l’intégration économique du monde est patente depuis l’échec du cycle Doha lancé par l’OMC en 2001 (Jean, 2017). Même la régionalisation du monde en organisations intergouvernementales régionales semble patiner. La remise en question des accords de coopération régionale (politique du Président D. Trump ; mais aussi Brexit vis-à-vis de l’Union européenne) comme la multiplication des accords bilatéraux au détriment des accords multilatéraux pour contourner l’inertie multilatérale de l’OMC, signent la fin des certitudes sur l’intégration économique du globe (Lamy et Gnesotto, 2017).

21La fermeture au sens « interculturel » (xénophobie, racisme, nationalisme, fondamentalisme religieux, etc.) mérite aussi d’être évoquée. Au-delà du cas des frontières et des flux migratoires, les partisans du « choc des civilisations » sont nombreux et de nouvelles ségrégations se consolident à toutes les échelles. Les frontières internationales se ferment aux migrants et les camps de rétention deviennent un symbole de la « fermeture » en cours.

22Ces changements profonds sont à l’origine d’un nouveau et vrai questionnement sur la possible réversibilité du processus de mondialisation, dans le sens d’un « coup d’arrêt » de son déploiement mondial, pire du « retour en arrière » (sans qu’il y ait d’accord sur le « jusqu’où ? ») et surtout de la « fermeture » par rapport au phénomène généralisé d’ouverture (Sapir, 2011). Certains observateurs (essayistes, journalistes et militants de l’altermondialisation) annoncent même « le début de la fin » de la mondialisation et donc l’avènement d’un processus de « démondialisation » (Bello, 2011). D’autres comme Daniel Cohen considère que « c’est parce qu’elle n’advient pas, et non parce qu’elle est déjà accomplie, que la mondialisation aiguise les frustrations » (Cohen, 2012, p. 20). La « démondialisation » pourrait aussi être envisagée comme une seconde facette du phénomène de mondialisation (qui ne serait ni linéaire, ni irréversible, ni dénué de disparités spatiales). La tentation de la fermeture serait secrétée par l’intégration des économies et la transnationalisation des flux, les deux logiques jouant en même temps dans un sens contraire.

23Sur le plan géopolitique, loin de la « fin de l’histoire » et de l’avènement d’une paix généralisée, la situation contemporaine est marquée bien au contraire par des guerres, des revendications territoriales (annexion de la Crimée par la Russie ; velléités de la Chine sur la mer de Chine méridionale), la poussée des tensions sécessionnistes (Catalogne, Écosse) symbolise un monde qui n’a rien de post-territorial. Non, la planète n’est pas seulement « transactionnelle » (Lévy, 2008), elle est aussi habitée et émotionnelle

24La vision post-territoriale, qui a été la doxa de la géographie depuis vingt-cinq ans (Durand, Lévy, Retaillé, 1992), est-elle remise en cause ? De nombreux foyers de tensions directement liés à la lutte armée pour le contrôle du territoire s’inscrivent dans la durée, que ce soit en Afrique saharienne (Libye « libanisée » depuis 2011 et la mort de Kadhafi ; Mali et Sahel gangrénés par le djihadisme) ; au Proche-Orient (Irak et Syrie) ; en Extrême-Orient (mer de Chine) ; ou encore en Europe orientale (Caucase, Ukraine). Dans ce contexte tendu, les forces nationalistes, les mouvements populistes, les partis favorables à la « fermeture » semblent avoir le vent en poupe. Les pôles de puissance se redéployent entre les États-Unis, la Chine et les autres puissances régionales. Les zones d’intégration régionale, à la charnière de la géoéconomie et de la géopolitique, sont largement concernées par les tensions actuelles. Le Brexit, les déboires du TPP ou les tensions internes au sein du Conseil de coopération du Golfe ou de l’ALENA soulignent ces évolutions que nul analyste ne pronostiquait il y a seulement dix ans.

Cinq approches du lien complexe entre (géo)économie et (géo)politique

25Lorsque les coordinateurs du colloque de mai 2016 puis de ce numéro ont lancé leur appel à communication, ils espéraient des interventions qui établissent un lien entre géoéconomie et géopolitique. Force est de constater que ce type d’analyse est encore relativement rare, les auteurs privilégient généralement l’un ou l’autre de ces thèmes. Le profil des interventions soulignait en creux la faible articulation entre ces branches de la géographie ou éventuellement les sciences sociales auxquelles elles peuvent être rapprochées (économie, science politique). Néanmoins, les cinq articles qui constituent ce dossier thématique font clairement le lien entre les sphères économique et politique, ce dont les coordinateurs se félicitent.

26Mark Bailoni, prenant l’exemple du Royaume-Uni, souligne comment, à la suite de la crise des subprimes de 2007-08 et aux décisions politiques prises pour y répondre, le gouvernement conservateur a mené une stricte politique d’austérité. Son article met en évidence comment cette politique d’austérité budgétaire a influé sur certains enjeux interdépendants, parfois préexistants. C’est notamment l’émergence d’un fort vote « protestataire » symbolisé par la montée des nationalismes (montée en puissance d’un courant anti-UE incarné par l’UKIP, victoire des partisans de la sortie du R.-U. de l’Union européenne – ou Brexit) et des régionalismes (renforcement du nationalisme écossais, référendum d’autodétermination du 18 sept. 2014). L’article atteint pleinement les objectifs des coordinateurs et souligne l’intrication évidente entre politiques économiques et géopolitique.

27Dans un registre différent et suivant une analyse multiscalaire (ou diatopique), Frédéric Leriche analyse le basculement du centre du monde vers le Pacifique. Après avoir mis en exergue l’émergence d’un monde pacifico-centré (et en particulier la rapidité du rééquilibrage du rapport de force économique entre Chine et États-Unis), il se concentre sur le cas particulier de la Californie. Il considère cet Etat comme un « axe de rotation stratégique » permettant aux États-Unis de gérer le basculement du monde comme une mutation progressive, plutôt que comme une crise néfaste au maintien de son rang mondial. L’article de F. Leriche analyse de manière, originale les répercussions de ce glissement sur la Californie et met en évidence les principes fondamentaux de la politique des États-Unis face à la montée en puissance de ce monde pacifico-centré.

28L’article d’Isabella Damiani et Victoria Bachelet est quant à lui centré sur la politique chinoise de « Nouvelle Route de la Soie ». Cet article complète donc celui de F. Leriche en présentant une autre facette de la nouvelle puissance chinoise. L’objectif des auteurs est d’analyser de façon multiscalaire deux représentations du projet chinois : une représentation cartographique et la ville de Khorgos. La carte — « icône la plus politisée du lexique visuel », comme le souligne les auteurs — est ici la première image spatialisée qui fut offerte en 2014 du projet chinois de New Silk Road, New Dreams. L’analyse est fondée sur des éléments techniques et sémantiques de l’image. La seconde représentation, territorialisée et à grande échelle, est Khorgos, une zone en développement située sur la frontière de la Chine et du Kazakhstan et considérée comme la plaque tournante de la coopération transfrontalière entre les deux pays. L’article met en valeur les représentations sur ce lieu stratégique la mise en valeur officielle des nouvelles installations.

29Centré lui aussi sur la frontière, Fabien Guillot, met en exergue cet élément de base de la géographie politique pour analyser les mutations contemporaines, principalement liées à la mondialisation. Dans une analyse qui fait écho aux réflexions de David Harvey, Fabien Guillot analyse le capitalisme mondial en soulignant le concept d’ « asymétrie frontalière » qu’il définit comme le prolongement et la « matérialisation d’asymétries sociales entre acteurs dans le cadre de rapports sociaux ». Il interprète cette asymétrie comme une condition du fonctionnement des échanges internationaux permettant la poursuite de l’accumulation du capital mais aussi du contrôle des territoires, des ressources et des populations. La frontière est donc mise en exergue comme un outil indispensable des mutations contemporaines, qu’elles soient géopolitiques, économiques ou sociales.

30Dans une tout autre perspective, Axelle Degans, aborde un sujet rarement abordé dans la littérature grise et situé au parfait croisement de la géoéconomie et de la géopolitique, celui de la guerre économique. Analysée dans le cas de la France, l’auteur montre combien celle-ci est longtemps restée ignorée, ou au mieux sous-estimée par les élites politiques. Néanmoins, les épisodes de crise et la montée de la désindustrialisation commencent à faire évoluer lentement les esprits depuis le début des années 1990, mais avec retard. Les impératifs de l’Etat en la matière sont en effet très stratégiques : conserver les emplois sur le sol national, maintenir le niveau de vie de la population française, mais aussi le rang économique de la France dans le concert des puissances. Reflet de l’évolution des rapports de force, la guerre économique d’aujourd’hui mobilise de plus en plus fortement les armes du droit et de la cybersphère, ce qui nécessite de nouvelles compétences et mobilisent de nouveaux acteurs.

31Premiers jalons du croisement fertile entre la géoéconomie et la géopolitique, ces articles originaux sont à l’évidence annonciateurs de travaux à venir permettant de renouveler les approches du politique et de l’économique sous un angle renouvelé.

Haut de page

Bibliographie

ANDREAS, P. ; BIERSTEKER, T J., (eds) (2003), The Rebordering of North America, Integration and Exclusion in a New Security Context, New York / Londres, Routledge.

BAYLIS, J.; SMITH, S.; OWENS, P. (Eds.), 2014, The Globalization of World Politics. An Introduction to International Relations, Oxford, Oxford University Press.

BELLO W., 2011, La démondialisation, Paris, Le Serpent à Plumes.

BOST, F. ; MESSAOUDI, D. 2017, « La désindustrialisation : quelles réalités dans le cas français ? », Revue de géographie de l’Est (RGE). Numéro spécial sous la direction de François Bost, vol. 57 / 1-2 ’En ligne] : http://journals.openedition.org/rge/6333

BOST F., 2015, La France : mutations des systèmes productifs, Paris, Armand Colin, 2e éd.

BOST, F., 2013, Les pays développés à l’épreuve de la désindustrialisation, In Images économiques du monde 2014, Paris, Armand Colin, p. 9-26.

BOST, F. (2012), Entreprises et territoires à l’épreuve de la mondialisation de l’économie, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, Habilitation à diriger des recherches, tome II.

CARROUÉ, L., 2018, Atlas de la mondialisation. Une seule terre, des mondes, Paris, éditions Autrement, coll. « Atlas/Monde ».

COHEN, D., 2004, La mondialisation et ses ennemis, Paris, Grasset, coll. « Pluriel ».

COHEN, E., 2013, Crise ou changement de modèle ? Paris, La Documentation Française.

COHEN, E., 2010, Penser la crise, Paris, Fayard.

COLLE, D., 2009, D'un protectionnisme l'autre : la fin de la mondialisation ? Rapport Anteios 2010, Paris, Presses Universitaires de France.

DUMENIL, G. ; LÉVY, D., (dir.), 1999, Le triangle infernal : crise, mondialisation, financiarisation, Paris, Presses Universitaires de France.

DURAND M.-F. ; LÉVY J. ; RETAILLÉ, D., (1992), Le Monde espace et systèmes, Paris, Presses de la FNSP & Dalloz.

ELISSALDE, B., 2000, « Géographie, temps et changement spatial », L’Espace géographique, tome 29, n°3, pp. 224-236 doi : https://doi.org/10.3406/spgeo.2000.2008

GHORRA-GOBIN, C., (dir.), (2012), Dictionnaire critique de la mondialisation, Paris, Armand Colin.

GRAMSCI, A., 1916, Carnets de prison [En ligne] http://classiques.uqac.ca/classiques/gramsci_antonio/dans_le_texte/dans_le_texte.html

HARVEY, D., 2008, Géographie de la domination, Paris, Les Prairies Ordinaires.

HARVEY, D., 2011, The Enigma of Capital and the Crises of Capitalism, New York, Oxford University Press.

HUGON, P., 2015, « L’intégration régionale et les trappes à vulnérabilité », Tiers-Monde, n° 222, p.123-140 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2015-2-page-123.htm

JEAN, S., 2017, « La démondialisation n’aura pas lieu », CEPII, L’économie mondiale 2018, Paris, La Découverte, p. 64-71.

KNAFOU, R., (dir.), 1998, La planète “nomade”. Les mobilités géographiques d’aujourd’hui, Paris, Belin.

LAIDI A., 2014, « La guerre économique : une réalité… malgré le déni ! L’éternel drame des grandes puissances », Diplomatie, Les grands dossiers, décembre-2014-janvier 2015, p. 8-13.

LAMY, P. ; GNESOTTO, N., 2017, Où va le monde ? Le marché ou la force, Paris, Odile Jacob.

LEVY, J., (dir.), 2008, L’invention du monde, Paris, Presses de Sciences-Po.

LEFEBVRE, H., 2000, La production de l’espace, Paris, Anthropos [1ère édition 1974].

LORENZI, J.-H. ; BERREBI, M., 2014, Un monde de violences. L’économie mondiale 2015-2030, Paris, Eyrolles.

LORENZI Jean-Hervé, 2014, Le choc de la désindustrialisation, in J.-H. Lorenzi et M. Barberi, Un monde de violences. L’économie mondiale, 2015-2030, Paris, Eyrolles, p. 109-145.

MOORE, M., 2003, A World Without Walls: Freedom, Development, Free Trade and Global Governance. Cambridge, Cambridge University Press.

NESTA, L., 2010, « Désindustrialisation ou mutation industrielle ? », Economie et statistique, Vol. n° 438-440, p. 297-301.

NEWMAN, D., 2006, “The lines that continue to separate us: borders in our `borderless' world”, Progress in Human Geography, vol. 30, n°2, p.143-161.

ORDIONI, N., 2011, « Le concept de crise : un paradigme explicatif obsolète ? Une approche sexospécifique », Mondes en développement, vol. 154,(2), pp. 137-150 [En ligne] URL : https://www.cairn.info/revue-mondes-en-developpement-2011-2-page-137.htm, doi:10.3917/med.154.0137.

PAILLARD Christophe-Alexandre, 2015, Les nouvelles guerres économiques, Paris, Ophrys.

SAPIR, J., 2011, La démondialisation, Paris, Le Seuil, coll. « Points Seuil ».

SOJA, E., 1989, Postmodern geographies, Londres, Basil Blackwell.

Haut de page

Notes

1 Les dernières en date étant le relèvement des droits de douane des États-Unis en juin 2018 à l’encontre de l’acier et de l’aluminium en provenance de Chine et de l’Union européenne. Des mesures de rétorsion ont été prises dans la foulée par ces deux acteurs.

2 Les interactions spatiales se définissent comme les relations développées entre agents situés en des lieux différents. Cette notion fondamentale, considérée comme l’une des entrées les plus importantes du questionnement géographique, repose sur l’hypothèse que ce qui se passe ou est en un lieu n’est pas indifférent à ce qui est ou se produit dans d’autres lieux. La géographie étudie notamment comment les interactions se réalisent dans l’espace (Bost, 2012).

3 En anglais : Comprehensive and Progressive Agreement for Trans-Pacific Partnership (CPTPP), dont les États signataires sont, par ordre alphabétique : Australie, Brunei, Canada, Chili, Japon, Malaisie, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pérou, Singapour et Vietnam. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bost et Stéphane Rosière, « Crises et mutations contemporaines : approches géopolitiques et géoéconomiques », L’Espace Politique [En ligne], 34 | 2018-1, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4543

Haut de page

Auteurs

François Bost

Professeur
Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter
francois.bost@univ-reims.fr

Stéphane Rosière

Professeur
Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter
stephane.rosiere@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals