Navigation – Plan du site
Crises et mutations contemporaines : approches géopolitiques et géoéconomiques

La Californie : axis du basculement des États-Unis vers un monde pacifico-centré

California: An Axis for the Swinging of the USA Towards a Pacifico-centric World
Frédéric Leriche

Résumés

L’article vise à montrer que la Californie est à la fois une interface spatiale entre les États-Unis et le monde asiatique et une interface temporelle entre les États-Unis d’hier tournés vers l’Atlantique et les États-Unis de demain tournés vers le Pacifique. La thèse défendue ici est que la Californie est un axe de rotation stratégique permettant à la première puissance mondiale de gérer le basculement du monde comme une mutation progressive plutôt que comme une crise néfaste au maintien de son rang dans le monde. Tout d’abord, nous analysons l’émergence d’un monde pacifico-centré afin d’en saisir quelques-unes des répercutions géographiques en Californie. Nous cherchons ensuite à dégager les principes fondamentaux de la politique des États-Unis face à la montée en puissance de ce monde pacifico-centré. Dans ce cadre, nous tâchons enfin de montrer en quoi la Californie est un levier de la stratégie de puissance des États-Unis dans la zone Asie-Pacifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette thèse du basculement du monde en faveur de la zone Asie-Pacifique n’est pas nouvelle. S’il ne (...)

1Crise ou mutation de l’ordre géopolitique global, l’avènement, depuis le début du 21ième siècle, d’un nouvel équilibre international des rapports de force confirme le basculement de la centralité du pouvoir géoéconomique et géopolitique de l’Atlantique vers le Pacifique1. Ce basculement interroge au premier chef la relation entre les États-Unis, première puissance mondiale désireuse de conserver son statut de Puissance internationalement dominante (PID) (Gerbier, 2007), et la Chine, désormais seconde puissance économique mondiale, en pleine expansion et désireuse quant à elle d’assumer des responsabilités croissantes dans les affaires internationales. Si, potentiellement, ce rééquilibrage des rapports de force soulève des enjeux colossaux, susceptibles de se traduire in fine par des tensions géopolitiques majeures, il est nécessaire de dépasser cette grille de lecture et d’analyser la relation entre les États-Unis et la Chine à différents échelons géographiques et sous différents angles pour en saisir les subtilités.

2À l’échelon international, les relations bilatérales entre les États-Unis et la Chine se caractérisent certes par une tension géopolitique croissante, au sujet de Taiwan et de la Corée du Nord par exemple. Cependant, ces relations se caractérisent également par une certaine ambivalence : concurrence, rivalité, défiance, voire espionnage (Douzet, 2014), d’un côté, interdépendance, complémentarité, mais aussi coopération – parfois difficile et non sans arrière-pensées, comme sur le dossier nord-coréen justement – de l’autre. À l’échelon infra-national, cependant, une lecture plus nuancée de cette relation s’impose. En effet, quelques territoires saillants, tant aux États-Unis qu’en Chine (République populaire de Chine, ainsi que Taïwan), à l’instar de la Silicon Valley en Californie et de Hsinchu à Taïwan, entretiennent des liens plus constructifs (Saxenian, 2006). De plus en plus denses, ces liens sont essentiellement fondés sur la coopération économique et se manifestent par des migrations de main-d’œuvre, des investissements directs étrangers (IDE), des transferts de technologies et des échanges commerciaux.

  • 2 Axis : terme médical qui désigne la seconde vertèbre cérébrale (C 2), qui permet la rotation du crâ (...)

3Toutefois, dans un tel contexte, l’objectif de cet article n’est pas d’analyser pour lui-même et dans ses multiples dimensions le rapport de force entre les États-Unis et l’Asie (et la Chine en particulier). Il s’agit ici en effet, plus simplement, de replacer la Californie dans le maelström des échanges circumpacifiques, lesquels occupent une place croissante dans les dynamiques socio-démographiques, commerciales, technologiques, et politiques mondiales. Pourquoi s’attarder sur la place et le rôle de la Californie dans ce concert transocéanique ? L’hypothèse ici discutée est que cet État, qui occupe une place très particulière au sein de l’Union (Foucrier et Coppolani, 2004), occupe aussi et surtout une place stratégique dans la relation entre les États-Unis et l’Asie. La Californie joue en effet pour les États-Unis, en quelque sorte, un rôle d’interface à deux dimensions, en ce sens qu’elle est une zone de contact spatial entre les États-Unis et le monde asiatique et une zone de contact temporel entre les États-Unis d’hier – plutôt tournés vers l’Atlantique – et les États-Unis de demain – plutôt tournés vers le Pacifique. En d’autres termes, l’ambition de cet article est de montrer que, en raison de ce double positionnement (géographique et historique), la Californie exerce pour les États-Unis une fonction d’axis2, agissant comme le point de rotation qui permet à la première puissance mondiale de gérer le basculement du monde comme un phénomène progressif et positif (une mutation dont elle peut tirer parti) plutôt que comme un accident destructeur et négatif (une crise dont elle ne ferait que subir les répercussions).

Vers un monde pacifico-centré : une mutation structurelle

  • 3 En dépit de cette remarque, soulignons que la question de la géographie régionale des États-Unis se (...)

4D’un point de vue factuel, l’émergence d’un monde pacifico-centré peut se lire de différentes manières. La relation transocéanique met en dialogue l’Asie (et en particulier la Chine) et les États-Unis. Si cette relation tend vers un équilibrage du rapport de force économique, pour autant, surtout en termes stratégiques, les États-Unis sont loin de s’effacer. En même temps, à l’intérieur même du pays, les États-Unis voient se développer leur façade pacifique, et en particulier la Californie, qui joue un rôle moteur dans les dynamiques de la géographie régionale étatsunienne3.

Montée en puissance de la Chine, difficultés des États-Unis

5De nombreux éléments attestent de la montée en puissance de la zone Asie, et de la Chine plus spécifiquement. Cette montée en puissance se manifeste de diverses manières, à travers différents indicateurs et selon des temporalités variables.

6L’essor de la Chine, d’un point de vue économique, se mesure à partir d’indicateurs inscrits dans une temporalité longue : industrialisation massive, croissance du PIB, croissance des échanges commerciaux, affirmation progressive du Yuan comme devise internationale. Il se manifeste en outre sous la forme d’événements médiatiques inscrits dans une temporalité plus immédiate, événements plus spectaculaires mais tout aussi signifiants. La presse rapporte ainsi, par exemple, que la Chine devient en 2013 le premier importateur mondial de pétrole (Bezat, 2013), ou encore que le Comac C919 – premier avion de ligne chinois dont la commercialisation est prévue pour 2021 – réussit ses premiers vols d’essai en 2017 (Gliszczynski, 2018).

  • 4 Deux précisions sur ce point : d’une part, le premier porte-avion « chinois » est en fait un porte- (...)

7En écho aux recherches de Kennedy (1989) sur l’expansion impériale des grandes puissances, d’un point de vue stratégique, nombre d’éléments traduisent un changement de posture internationale à Pékin. Ce changement touche en particulier la question des axes commerciaux considérés comme stratégiques. En conséquence, afin de « protéger » les axes maritimes qu’elle juge vitaux pour ses intérêts, la Chine cherche à affirmer sa présence dans les mers du Sud-Est asiatique et l’océan Indien, ouvrant même une base militaire à Djibouti en juillet 2017 (Le Belzic, 2018), et prône le développement de partenariats internationaux visant à reconstruire la « route de la soie » (Astarita et Damiani, 2016). Là aussi, ce changement d’attitude se traduit par quelques événements fortement symboliques et médiatiques, comme le lancement en avril 2017 d’un second porte-avion, fabriqué en Chine (Pedroletti, 2017)4. Prenant du recul sur l’actualité, Cabestan (2016) relève ce virage récent en matière de politique étrangère : « [L’]affirmation de la puissance de la Chine, [la] disposition à prendre plus de risques mais aussi [la] volonté de multiplier les initiatives internationales […] caractérisent […] la nouvelle politique étrangère chinoise ».

8Inversement, même si les ressorts de leur puissance restent solides, les États-Unis manifestent quelques symptômes de crise et de vulnérabilité. Ces difficultés s’inscrivent, là aussi, dans des temporalités différentes ; sur le temps long, double déficit – commercial et budgétaire – structurel non résolu, sur le temps court, crises économiques et budgétaires accentuées depuis quelques années, comme la « Grande Récession » de 2008-2010, ou encore, exemple intéressant, l’épisode en septembre 2013 du « Blocage budgétaire » (Shutdown) qui conduit à la fermeture momentanée d’administrations publiques considérées comme « non-essentielles », et au cours duquel la Chine s’autorise le droit d’adresser des recommandations à l’administration fédérale étatsunienne pour sécuriser les placements financiers chinois – lesquels sont colossaux – aux États-Unis.

Vers un rééquilibrage du rapport de force ?

9Marquée par diverses formes de rivalités et de complémentarités, la relation entre la Chine et les États-Unis est ainsi une relation complexe et multidimensionnelle (à la fois économique, commerciale, financière, et politique, militaire, diplomatique). Un indicateur à retenir, certes partiel mais probant, pour bien saisir sur quoi repose le rapport de force entre les États-Unis et la Chine, reste assurément le PIB relatif de ces deux puissances, mesuré à partir du PIB nominal (brut). Cet indicateur permet de mesurer la rapidité impressionnante du processus de rééquilibrage du rapport de force économique (tableau 1).

Tableau 1. PIB des États-Unis et de la Chine (en milliards de dollars, PIB nominal), et poids relatif du PIB chinois par rapport au PIB étatsunien (en %)

2005

2010

2015

États-Unis

13 000

14 600

15 700

Chine

2 260

5 750

8 250

Chine/États-Unis (%)

17,5

39,3

61,5

Source : d’après FMI

10Pour autant, il serait erroné de conclure, sur la base de ces indications chiffrées, que les États-Unis sont en déclin puisque ces chiffres sont en effet, essentiellement, le fruit de la croissance économique de la Chine. En outre, d’un point de vue stratégique, la primauté régionale (et globale) des États-Unis est – tout au moins pour l’instant – loin d’être remise en question (Leriche, 2016).

La montée en puissance de la façade pacifique des États-Unis, et de la Californie

  • 5 Précisons néanmoins que la Californie n’est pas le seul État en expansion économique et démographiq (...)
  • 6 C’est-à-dire, plus précisément, la région urbaine de la baie de San Francisco, y compris donc la Si (...)

11Le basculement du monde en direction de l’océan Pacifique trouve son pendant à l’échelon infranational des États-Unis. Les trois États de la côte ouest, à savoir Washington (7,2 millions d’habitants en 2015), Oregon (4,0 millions) et Californie (39,1 millions), représentent au total plus de 50 millions d’habitants. Bien sûr, la population de ces États croît avec vivacité (tout particulièrement en Californie), mais, surtout, traduction de cette « inclinaison pacifique » des États-Unis, la part de ces États dans la population totale du pays ne cesse d’augmenter, passant de 3,2% en 1900 à 15,6% en 20155. De même, la richesse générée par ces États en fait une zone économique d’importance au sein de l’Union (environ 3 100 milliards de dollars, soit 19,7% du PIB, en 2015). Le dynamisme démographique et économique de ces États repose sur quelques métropoles majeures, Seattle (3,7 millions d’habitants en 2015), Portland (2,8 millions), San Francisco (7 millions)6, Los Angeles (18 millions) et San Diego (3,5 millions), qui agissent comme des sas d’entrées et de sorties (gateways) polarisant flux de personnes, de capitaux, de marchandises.

  • 7 La question démographique dans ces trois États nécessiterait une analyse plus fine et étayée que ce (...)

12Ces trois États de la côte pacifique jouent donc un rôle d’interface, avec l’Amérique latine à des degrés variables, mais aussi, de plus en plus, avec l’Asie. La question démographique offre une illustration de cette fonction d’interface, laquelle s’est accentuée depuis la réforme de la politique migratoire de 1965, qui abroge la politique des quotas des années 1920. En conséquence, la composition « ethnique » de la population dans ces trois États se caractérise par un cosmopolitisme croissant. Sur ce point, ces États ne sont pas exactement dans la même situation et, clairement, le caractère cosmopolite de la population est particulièrement prononcé en Californie, en raison de l’histoire migratoire de cet État. Cependant, les États de Washington et de l’Oregon s’ouvrent à leur tour en direction de l’Amérique latine et, pour ce qui nous concerne plus spécifiquement ici, en direction de l’Asie, et s’internationalisent peu à peu (tableau 2)7.

Tableau 2. Répartition ethnique de la population dans les États de Washington, Oregon et Californie (1990 et 2010, sélection de groupes, en %)

Washington

Oregon

Californie

1990

2010

1990

2010

1990

2010

Blancs non hispaniques

87

72,5

91

78,5

57

40

Hispaniques

4,5

11

4

12

26

37,5

Asiatiques

4,5

7,5

2,5

3,5

9,5

13

Source : d’après Census Bureau

Les États-Unis face au basculement : théories et principes opérationnels

13Que ce soit sur le temps long ou sur le temps court, la montée en puissance de l’aire circumpacifique semble ainsi désormais tout autant indiscutable qu’inéluctable. Face à ce processus, les États-Unis ajustent leur stratégie et conçoivent une politique de puissance destinée à maintenir leur primauté globale. Cette politique s’inscrit dans le cadre d’interprétations théoriques destinées à analyser la géographie de la puissance, permettant in fine de penser ces changements et d’en anticiper et d’en limiter, dans la mesure du possible, les conséquences.

Le basculement du monde : analyses et enjeux théoriques

14Le thème du basculement du monde fait l’objet de nombreuses interprétations théoriques. Complémentaires, apportant chacune des éléments de compréhension nécessaires pour saisir les mécanismes profonds et les enjeux de l’avènement contemporain d’un monde pacifico-centré, trois grandes approches peuvent être ici mentionnées. Certes partiel, le « survol » théorique proposé ici permet de mieux saisir le contexte dans lequel se produisent les mutations concrètes en cours, et dans lequel la politique et l’action de Washington se déploient.

15Proposant des lectures très structurelles, Braudel (1967), avec ses travaux sur la notion d’économie-monde, ou encore Maddison (2003), qui analyse le déplacement géographique des moteurs de la croissance économique depuis l’an 1000, resituent dans le temps long la mobilité spatiale de la centralité du pouvoir, permettant de banaliser en quelque sorte les évolutions contemporaines. La thèse de Kennedy (1989) sur le risque de surexpansion impériale, stipulant que les difficultés économiques internes finissent par contraindre toute puissance à réduire ses ambitions géopolitiques, est intéressante dans la mesure où elle permet a contrario de souligner que les États-Unis disposent encore à ce jour d’une certaine latitude puisque, d’une part, la croissance économique est relativement forte aux États-Unis et que, d’autre part, le poids des dépenses militaires dans le PIB (qui oscille selon les années entre 4 et 6%) se maintient à un niveau « soutenable » sur le long terme. Cependant, la théorie du régime international (Golub et Maréchal, 2004 ; Gerbier, 2007) rappelle que, entre deux situations de stabilité hégémonique assurée par une Puissance internationalement dominante, se produit une phase de transition, une phase d’instabilité hégémonique, au cours de laquelle les risques de tensions sont forts. L’un des enjeux soulevés par ces analyses est – pour les États-Unis – de maintenir à leur avantage les rapports de force hérités, et de limiter les tensions générées par la montée en puissance de nouveaux rivaux, comme la Chine.

La politique régionale de Washington en Asie-Pacifique : objectifs et principes généraux

16Dans une région marquée par une histoire souvent conflictuelle entre nombre de pays de la zone et les États-Unis, les objectifs prioritaires de la politique extérieure de Washington à l’égard de la zone Asie-Pacifique ont mis du temps à émerger. Il faut en effet attendre le début des années 2000 pour voir les États-Unis amorcer une nouvelle politique asiatique, définissant des principes stratégiques clairs (développer les liens bilatéraux et empêcher la constitution de coalition hostiles) et se dotant de moyens destinés à restaurer leur influence (Godement, 2003). Les objectifs de Washington tiennent au final en quelques grands principes : consolider la présence militaire des États-Unis et préserver leur statut de puissance indispensable au maintien du statu quo et de la paix dans la région, contrôler la montée en puissance de rivaux potentiels, approfondir les relations économiques transocéaniques. Plus concrètement, il s’agit donc, pour Washington, de répondre à deux priorités absolues. La première vise à maintenir l’équilibre des rapports de force en empêchant l’émergence d’une puissance régionale exclusive – la Chine – qui serait, par voie de conséquence, « excluante » pour les États-Unis. La seconde vise à lutter contre le risque de prolifération nucléaire et l’hostilité de certains États, comme la Corée du Nord et l’Iran. Par ailleurs, dans la mesure où la zone constitue un espace d’opportunités économiques colossales, les États-Unis cherchent à renforcer les liens économiques bilatéraux et multilatéraux par des accords internationaux.

17En 2011, alors secrétaire d’État, Hillary Clinton énonçait clairement les objectifs qu’elle assignait à Washington quant à la politique régionale des États-Unis en Asie : conforter les alliances bilatérales, approfondir les relations avec les puissances émergentes, réhabiliter les institutions régionales multilatérales, approfondir les échanges commerciaux et les flux d’investissements, renforcer la présence militaire étatsunienne, promouvoir la démocratie et les droits de l’homme (Struye de Swielande, 2014). Bien sûr, l’élection de Donald Trump contrarie la mise en œuvre stricte de ces grands principes. Néanmoins, même si la stratégie de l’administration Trump manque quelque peu de lisibilité, elle s’inscrit assurément dans le cadre de ces principes, quitte à raviver les tensions avec la Chine, du fait des méthodes retenues, en particulier en juillet 2017 lorsque Washington décide de rétablir des relations de coopération militaire avec Taïwan, a minima sous la forme de ventes d’armes (Cole, 2017).

Les moyens déployés

18Les moyens déployés depuis près de dix ans par les États-Unis pour faire face au basculement du monde sont polymorphes ; ces moyens relèvent du hard et du soft power (Nye, 2004), sans qu’il soit toujours aisé de clairement les classer dans l’une ou l’autre de ces expressions de la puissance. S’il n’est pas possible ni pertinent d’en faire un bilan exhaustif, ces moyens, tels qu’ils ont été déployés par l’administration Obama dans le cadre de la Grand strategy de « réaffirmation face à la Chine » (Struye de Swielande, 2014), comportent quatre axes et temps forts.

19Le premier axe relève du déploiement des technologies de surveillance. Au cours des deux mandats de Barack Obama, l’espionnage militaire et industriel devient en effet une priorité de Washington. Bien sûr, l’espionnage est un phénomène réciproque (multilatéral) et ancien. Cependant, disposant d’outils puissants, puisqu’ils maîtrisent la plupart des technologies relevant de l’économie des réseaux Internet, les États-Unis disposent d’un certain avantage en la matière (Douzet, 2014 ; Baconnet 2014). Le deuxième axe est purement militaire. En 2012, B. Obama présente ainsi son programme, la Defense Strategic Guidance, proposant de faire « pivoter » le système stratégique de Washington en direction de la zone Asie-Pacifique (Douzet et Vaïsse, 2013). L’objectif est de renforcer la présence militaire des Etats-Unis en Asie ; celle-ci devrait ainsi passer de 50 à 60% de l’effort stratégique global. Le troisième axe est diplomatique. Il consiste en une politique de promotion d’alliances à finalité militaire avec les voisins de la Chine : réaffirmation du soutien militaire au Japon et à la Corée du Sud, création d’une nouvelle base en Australie, coopérations militaires avec de nouveaux partenaires (Inde, Vietnam, Indonésie par exemple). Le quatrième axe est économique. Il repose en particulier sur la signature en février 2016 du Traité TransPacifique (TTP), lequel consacre l’objectif de mettre en œuvre progressivement une véritable stratégie d’endiguement économique de la Chine, « à la Truman », confirmant que ces deux grandes puissances se livrent une « guerre froide économique ». Cependant, aubaine pour la Chine et reflet tant du projet politique que de la personnalité du président, tenant sa promesse électorale, D. Trump retire les États-Unis du TTP en 2017, avant d’envisager en 2018 d’engager de nouvelles négociations pour y revenir (Le Monde-AFP, 2017 ; Wilts, 2018).

20Ainsi, à la suite des élections présidentielles de novembre 2016, la situation a quelque peu évolué, et il est encore trop tôt pour tirer des conclusions définitives concernant la politique extérieure de l’administration Trump. Pour autant, la politique asiatique de D. Trump – dont le caractère impulsif et irrationnel est certes quelque peu inquiétant – se traduit clairement par le volontarisme quant à la question de la prolifération nucléaire. Au demeurant, la crise au sujet de la Corée du Nord (crise paroxystique entre avril 2017 et avril 2018) constitue assurément pour les États-Unis un argument – voire un prétexte – pour renforcer leur présence militaire dans la zone asiatique, face à la Chine, justement.

La Californie : levier de la nouvelle stratégie des États-Unis

21Bien sûr, à Washington, il n’existe pas à proprement parler une « politique californienne », politique qui viserait à faire de cet État un levier de la puissance des États-Unis face à la Chine. Pourtant, la Californie constitue de fait un tel levier. Cette situation repose sur la combinaison de deux éléments qui, s’ils sont distincts, sont néanmoins liés entre eux : d’une part les dynamiques du marché, qui – résultant de la mobilité du capital et de la mobilité du travail – se traduisent dans la santé économique de l’État, d’autre part des décisions politiques, qui se répercutent sur l’allocation spatiale de certaines dépenses publiques, en particulier celles dédiées à l’enseignement supérieur, à la recherche ou à la défense nationale.

Logiques marchandes : poids économique et croissance, ouverture commerciale

22En termes économiques, la Californie est un État colossal. En juin 2016, cet État fédéré défrayait la chronique à l’occasion de l’annonce par le US Bureau of Economic Analysis du PIB californien pour 2015 : 2 450 milliards de dollars. Avec un tel PIB, la Californie représente en effet 13,6% de l’économie étatsunienne et, en outre, passe devant la France (2 420 milliards de dollars selon le FMI). La Californie devient alors la sixième puissance économique mondiale, tout au moins virtuellement. Si l’évolution du taux de change (+10,8% pour le dollar par rapport à l’euro en 2015) contribue à expliquer cette situation, c’est aussi le différentiel de croissance entre la Californie et la France qui explique l’inversion de la position de ces deux États dans la hiérarchie des grandes puissances économiques. En 2015, la Californie connait en effet une expansion économique de 4,1%, contre 1,1% pour la France (et 2,4% pour les États-Unis) (Bianchini, 2016). Le PIB par an et par habitant s’élève à 64 100 dollars, contre 36 200 en France. Le taux de chômage passe en Californie sous la barre de 6% en 2015 ; il s’établit à 4,3% en décembre 2017 (contre 9,2% en France).

  • 8 Les indicateurs macro-économiques ne doivent pas pour autant faire oublier les difficultés quotidie (...)
  • 9 N’oublions pas, pour autant, le rôle d’autres secteurs dans les dynamiques de l’économie californie (...)

23Ainsi, nombre d’indicateurs statistiques macro-économiques montrent que la « Grande récession » appartient au passé et que la Californie, à nouveau et tout au moins du point de vue strictement économique, se porte bien8. Cette bonne santé économique recouvrée repose en particulier sur le dynamisme de quelques secteurs moteurs, ancrés dans des territoires emblématiques de l’économie californienne, à l’instar de l’industrie cinématographique à Hollywood, qui représente quelque 130 000 emplois (Scott, 2005), et la haute technologie dans la Silicon Valley., qui pèse pour quelque 420 000 emplois (Walker, Lodha, 2013)9. Nonobstant, ces secteurs et ces territoires ne sont pas uniquement des moteurs de la croissance de la Californie. Attirant main-d’œuvre et capitaux, diffusant en retour – à l’instar des smartphones – des produits, des services, des technologies, mais aussi des images et des idées en direction du monde entier, ils sont en effet également des points d’articulation entre la Californie et le reste du monde (dont l’Asie, en premier lieu, concernant la haute technologie générée dans la Silicon Valley).

24La bonne santé économique de la Californie se traduit dans la vigueur des flux commerciaux. Ceux-ci ne sont que l’une des facettes des échanges qui lient les économies circumpacifiques entre elles, aux côtés d’autres formes de liens tels que les migrations de main-d’œuvre, les IDE et les transferts de technologies. Quelques indicateurs statistiques, relatifs justement au commerce international, permettent néanmoins d’éclairer le fait que non seulement les liens entre la Californie et l’Asie sont intenses, mais aussi que ceux-ci s’approfondissent. En termes généraux, la Californie pèse 11,3% des exportations et 18,2% des importations de marchandises du pays. Ces – immenses – flux commerciaux transitent, pas exclusivement mais essentiellement, par les principales portes d’entrée et de sortie du territoire, interfaces majeures entre la façade pacifique des États-Unis et le monde asiatique : aéroports de San Francisco et de Los Angeles, ports d’Oakland et de Los Angeles-Long Beach. Pour ce qui est plus spécifiquement des exportations, les principaux marchés sont le Canada, le Mexique, la Chine, le Japon, l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Corée du Sud, Hong Kong. Au premier trimestre 2017 (décembre 2016-février 2017), ces huit marchés représentent 58,5% des débouchés commerciaux pour les produits californiens (tableau 3). Bien que les partenaires membres de l’ALENA représentent encore les principaux débouchés des produits californiens (Canada, 17,3% de parts de marché ; Mexique, 15,6%), entre le premier trimestre 2016 (décembre 2015-février 2016) et le premier trimestre 2017 (décembre 2016-février 2017), la progression des marchés asiatiques est particulièrement vive (Chine : +19,4% ; Hong Kong : +16,4% ; Corée du Sud : +16,0% ; Japon : +10,1%). Cette progression contraste avec la relative atonie des marchés américains (Canada : +1,1% ; Mexique : +3,6%) et européens (Royaume-Uni : +0,0% ; Allemagne : +5,1%). Globalement, comparativement à l’Europe, les exportations en direction de l’Asie de l’Est passent de 13,04 à 16,08 milliards de dollars (soit +23,3%), tandis qu’elles passent de 6,89 à 7,26 milliards de dollars pour l’Union européenne (soit +5,4%) (Stirling, 2017).

Tableau 3. Principaux marchés d’exportation des produits californiens (en %)

Marché

Part dans la structure géographique des exportations (déc. 2016-fév. 2017)

Progression du volume d’exportation (déc. 2015-fév. 2016 / déc. 2016-fév. 2017)

Canada

17,3

1,1

Mexique

15,6

3,6

Chine

8,7

19,4

Japon

4,4

10,1

Allemagne

3,4

5,1

Royaume-Uni

3,4

0,0

Corée du Sud

3,1

16,0

Hong Kong

3,0

16,4

Total (huit principaux marchés)

58,5

6,4

Total (tous marchés d’exportation)

100

6,3

Source : d’après Stirling, 2017

Universités, recherche et innovation, défense : un territoire de la puissance

  • 10 Soit, en fait sur les 21 premières universités du classement Academic Ranking of World Universities (...)

25La Californie héberge de nombreuses universités de renom, privées (comme Stanford University) ou publiques (comme UC Berkeley). Réalité sans doute quelque peu sous-estimée, en 2016, la Californie est le siège de six parmi les vingt-cinq « meilleures » universités mondiales (selon le classement ARWU), soit près du quart de ce groupe d’excellence10. Aucun État (souverain) dans le monde ne peut se targuer d’une telle représentation. La qualité et le prestige du système d’enseignement supérieur californien concourent à attirer des chercheurs en provenance du monde entier, et du monde asiatique en particulier. La Californie est ainsi une sorte de pôle magnétique dont l’attractivité nourrit l’excellence scientifique et, corrélativement, la capacité d’innovation technologique et la performance industrielle de l’État dans son ensemble.

26Cette excellence et cette attractivité ne sont pas le résultat de stratégies atomisées et concurrentielles des universités. Tout au contraire, elles reposent sur une stratégie coordonnée et délibérée visant à promouvoir le développement d’un système scientifique et technologique de haut niveau. Cette stratégie est le fruit de la volonté des pouvoirs publics fédéré (Sacramento) et fédéral (Washington), qui déploient des politiques ad hoc. Au sein de l’État californien, le système universitaire public est aussi encadré par une réforme du système d’enseignement supérieur, conçue en 1960 : le Master Plan for Higher Education. Ce plan structure le système des universités publiques en trois « étages » : universités de premier cycle (California Community College), universités de formation à l’excellence (California State University – CSU), universités de recherche scientifique (University of California – UC). À l’échelon fédéral est créé en 1976 l’Office for Science and Technology Policy, un service dédié à la régulation de la politique d’accueil des universitaires « post-Master » étrangers (doctorants, post-doctorats, chercheurs statutaires). En charge d’une politique migratoire « sélective » en direction de la recherche et de la technologie, ce service est directement rattaché à la Maison blanche, confirmant le caractère stratégique de cette question. Dans ce contexte, l’attractivité internationale, et tout particulièrement asiatique, des établissements de l’enseignement supérieur californien ne cesse de se renforcer et ce dès le premier cycle ; ainsi, en 2015, 39% des étudiants de UC Berkeley inscrits en licence (Bachelor) sont-ils originaires d’Asie.

  • 11 Source : US Patent and Trademark Office. Patents by country, state, and year (december 2015).

27Grâce en grande partie à la performance de son système académique, la Californie est un lieu d’excellence scientifique et d’innovation, ce que traduit par exemple la part de la Californie dans le dépôt des brevets aux États-Unis, part conséquente et en continuelle progression (passant en effet de 24,1% en 2005 à 28,5% en 2015)11. Mais surtout, pour ce qui nous intéresse plus directement ici, la Californie est un lieu d’innovations technologiques, commerciales, entrepreneuriales et managériales de premier plan. Pour l’essentiel, ces innovations, qui transforment nos modes de vie, à l’instar des smartphones (Apple) et des produits-monde adossés à Internet (comme Facebook, Twitter, Dropbox, Airbnb, ou encore Uber), émanent de la région urbaine de San Francisco, véritable « capitale mondiale » des industries de haute technologie (Leriche, 2017). Pour partie, le dynamisme de l’innovation repose sur l’attractivité que la Californie exerce sur de jeunes travailleurs qualifiés, innovants, parfois en provenance du pays, bien souvent en provenance du monde, et en particulier d’Asie. Ainsi, quelque 52% des entreprises high tech fondées dans la Silicon Valley entre 1995 et 2005 le sont par des immigrants (Wadhwa, Saxenian, Rissing et Gereffi, 2008). Cette ouverture sur l’Asie, plus généralement, se manifeste en Californie sous la forme d’une part croissante de la population d’origine asiatique (2,8% en 1970, 13% en 2010).

  • 12 « le rempart sur la côte pacifique de la puissance militaire américaine ».

28Par ailleurs, la Californie est un véritable bastion de la puissance militaire des États-Unis. Elle est, comme l’expliquent Walker et Lodha (2013), « the Pacific coast bulwark of American military power » (p. 38)12. Chaque année, elle reçoit quelque 40 milliards de dollars de la part du Département de la défense (ce qui en fait le premier Etat fédéré sur ce plan). La Californie est un centre intellectuel, technologique et logistique majeur du dispositif militaire national. Avec 237 000 soldats sur son sol en 2009, en termes d’effectifs (militaires actifs, membres de la défense civile, réservistes), la Californie se situe devant le Texas (236 000 soldats) et la Virginie (178 000 soldats) (Walker et Lodha, 2013). Tête de pont de l’appareil stratégique en direction de l’Asie, la Californie compte une multitude de bases militaires (comme la base d’Edwards ou le Camp Pendleton). En outre, dès le début du 20ième siècle, s’amorce un processus itératif et auto-entretenu d’effets réciproques entre les organismes de recherche localisés en Californie et la Défense (Sturgeon, 2000), permettant de mettre au point de nouvelles technologies militaires, comme la radio, les radars, missiles et systèmes de téléguidage, puis, ultérieurement, le Web, technologies éventuellement transférées ensuite vers le secteur civil.

Conclusion

29Le terme « axis », que nous utilisons ici pour désigner la fonction géopolitique de la Californie, d’origine médicale, est sans doute quelque peu particulier, voire surprenant. Nous l’utilisons cependant car il traduit assez bien l’idée que la Californie est un point de retournement géoéconomique et géopolitique des États-Unis vers l’Asie. Ce terme, implicitement, traduit une certaine régularité et non une rupture dans le processus de réorientation des États-Unis vers le monde asiatique. Au demeurant, ce terme met en exergue que, dans ce processus, la Californie occupe une position clef.

30Crise ou mutation ? Au regard des éléments factuels avancés, le processus de basculement des États-Unis en direction du monde asiatique prend plutôt la forme d’une mutation. Les transformations internes de la Californie participent pleinement de ce processus. Ici, pour les États-Unis, point de rupture brutale et radicale face au changement d’équilibre systémique dans les rapports de force globaux qui se manifeste depuis le début du 21ième siècle, mais, pour partie grâce à la Californie, une bifurcation, une inflexion, qui permet aux États-Unis de rester un acteur central du système-monde.

L’auteur remercie les évaluateurs d’une première version de ce texte pour la pertinence de leurs remarques.

Haut de page

Bibliographie

ASTARITA C. et DAMIANI I., 2016, « Géopolitique de la nouvelle route de la soie », Géoéconomie, 2/79, p. 57-94.

BACONNET A., 2014, « L’empire des câbles », Outre-Terre, 38, p. 82-87.

BEZAT J-M., 2013, « La Chine, premier importateur de pétrole du monde », Le Monde, 09/10/2013 (consulté de 12/06/2017).

BIANCHINI F., 2016, « Le PIB de la Californie vient de dépasser celui de la France », BFM-Business, 16/06/2016 (consulté le 05/05/2017).

BRAUDEL F., 1967, Civilisation matérielle, économie et capitalisme : XV-XVIIIe siècle, A. Colin.

CABESTAN J-P., 2016, « Les relations internationales de la Chine après la crise de 2008 », Géoconfluences [en ligne], 14/02/2016.

COLE M., 2017, “The U.S.–Taiwan security relationship in a time of transition”, Brookings Institution, 06/09/2017 (consulté le 24/04/2018).

DOUZET F., 2014, « Géopolitique du cyberespace : la cyberstratégie de l’administration Obama », in Leriche F. (éd.) Les États-Unis en 2014 : les vulnérabilités de l’« hyperpuissance » en question, BAGF, 2, p. 138-149.

DOUZET F. et VAÏSSE J., 2013, « Obama, le président du pivot », Hérodote, 149, p. 7-21.

FOUCRIER A. et COPPOLANI A. (éd.), 2004, La Californie : périphérie ou laboratoire ?, L’Harmattan.

DUPERRON A., 2018, « La Californie : capitale de la pauvreté américaine », Express Business, 30/01/2018 (consulté le 24/04/2018).

GERBIER B., 2007, « Dynamique du capitalisme et guerres », in Rasselet G. (éd) Dynamique et transformation du capitalisme, L’Harmattan, p. 121-131.

GLISZCZYNSKI F., 2018, « L’avion chinois C919 n’entrera pas en service avant… 2021 (si tout va bien) », La Tribune, 06/02/2018 (consulté le 24/04/2018).

GODEMENT F., 2003, « Les États-Unis en Asie : un empire sans mission », in Serria R. et GODEMENT F. (éd) Asie Orientale, La documentation française, p. 11-30.

GOLUB P. et Maréchal J-P., 2004, « Hyper-puissance américaine et biens publics globaux », Géoéconomie, 30, p. 9-40.

HALAMI S., 1988, « Pauvreté à l’américaine dans l’autre Californie », Le Monde diplomatique, Septembre.

KENNEDY P., 1989, Naissance et déclin des grandes puissances : transformations économiques et conflits militaires entre 1500 et 2000, Payot.

LE BELZIC S., 2018, « À Djibouti, la Chine commence à déchanter », Le Monde, 05/02/2018 (consulté le 24/04/2018).

Le Monde-AFP, 2017, « Libre-échange : Trump signe l’acte de retrait des États-Unis du Partenariat transpacifique », Le Monde, 23/01/2017 (consulté le 24/04/2018).

LERICHE F., 2015, « Les paradoxes de la puissance californienne », Géoconfluences [en ligne], 07/07/2015.

LERICHE F. (éd.), 2016, Les États-Unis : géographie d’une grande puissance, A. Colin.

LERICHE F., 2017, « Du local au global : géopolitique de la Silicon Valley », Revue Diplomatie, 85, p. 87-91.

MADDISON A., 2003, The World Economy: Historical Statistics, OECD.

MARKUSEN A., 1991, The Rise of the Gunbelt: The Military Remapping of Industrial America, Oxford University Press.

NYE J., 2004, Soft Power: The Means to Success in World Politics, PublicAffairs [1990].

NORTON R. et REES J., 1979, “The product cycle and the spatial decentralization of American manufacturing”, Regional Studies, 13, p. 141-151.

PEDROLETTI B., 2017, « La Chine modernise sa marine avec un second porte-avions », Le Monde, 27/04/2017 (consulté le 12/06/2017).

SAXENIAN A., 2006, The New Argonauts: Regional Advantage in a Global Economy, Harvard University Press.

SCOTT A., 2005, On Hollywood: The Place, the Industry, Princeton University Press.

STIRLING S., 2017, “Trade Report: California Export Continue Robust Growth”, CalChamberAdvocacy, 11/04/2017 (consulté le 04/05/2017).

STRUYE DE SWIELANDE T., 2014, « Asie-Pacifique : Grand Strategy de réaffirmation face à la Chine », Outre-Terre, 38, p. 330-341.

STURGEON T., 2000, “How Silicon Valley came to be”, in Kenney M. (ed.) Understanding Silicon Valley. The Anatomy of an Entrepreneurial Region, Stanford University Press.

WADHWA V., SAXENIAN A., RISSING B. et GEREFFI G., 2008, “Skilled immigration and economic growth”, Applied Research in Economic Development, 5/1, p. 6-14.

WALKER R. et LODHA S., 2013, The Atlas of California. Mapping the Challenges of a New Era, University of California Press.

WILTS A., 2018, “Donald Trump says he would consider rejoining TPP ʻif we made a much better dealʼ”, Independent, 25/01/2018 (consulté le 24/04/2018).

Haut de page

Notes

1 Cette thèse du basculement du monde en faveur de la zone Asie-Pacifique n’est pas nouvelle. S’il ne s’agit pas ici d’en faire la généalogie, nous pouvons tout de même mentionner qu’elle émerge dès les années 1980, voire plus tôt encore, tout particulièrement en écho à la montée en puissance du Japon et des « nouveaux pays industriels » d’Asie du Sud-Est (Corée du Sud, Hong Kong, Taïwan, Singapour). En France, les ouvrages d’Alain Peyrefitte Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera (Fayard, 1973), puis de Jacques Attali Les trois mondes (Fayard, 1981), marquent sans doute les premières étapes de la construction de cette thèse. De nos jours, celle-ci mérite quoi qu’il en soit de multiples nuances et, de ce fait, elle anime un vif débat scientifique – lequel dépasse les objectifs de la présente réflexion.

2 Axis : terme médical qui désigne la seconde vertèbre cérébrale (C 2), qui permet la rotation du crâne.

3 En dépit de cette remarque, soulignons que la question de la géographie régionale des États-Unis se situe en dehors des objectifs assignés à cet article ; les mécanismes des dynamiques régionales sont documentés dès les années 1970, rendant compte de l’essor de la Sunbelt, face au déclin de la Frostbelt et/ou de la Rustbelt (Norton et Rees, 1979 ; Markusen, 1991).

4 Deux précisions sur ce point : d’une part, le premier porte-avion « chinois » est en fait un porte-avion racheté à l’Ukraine en 2012 ; d’autre part, les performances technologiques et stratégiques de ce second porte-avion sont, selon les spécialistes, loin d’atteindre le niveau de performance des navires étatsuniens, et même français.

5 Précisons néanmoins que la Californie n’est pas le seul État en expansion économique et démographique depuis plusieurs décennies ; des États tels que le Texas, la Floride, ou encore le Nevada ou l’Arizona connaissent des rythmes de croissance aussi si ce n’est plus élevés.

6 C’est-à-dire, plus précisément, la région urbaine de la baie de San Francisco, y compris donc la Silicon Valley.

7 La question démographique dans ces trois États nécessiterait une analyse plus fine et étayée que ce que nous proposons ici. Une telle analyse se devrait de prendre en considération des facettes importantes de la question, comme le poids des immigrés (Foreign-born), les structures du marché du travail, l’immigration clandestine, les politiques d’accueil des migrants (relativement bienveillantes en Californie), les mobilités entre États (nombre de Californiens blancs quittent l’État, bien souvent en raison précisément de son cosmopolitisme). Mais c’est là un point qui déborde de notre cadre d’analyse.

8 Les indicateurs macro-économiques ne doivent pas pour autant faire oublier les difficultés quotidiennes rencontrées par une partie importante des habitants. En 2012, le taux de pauvreté atteint le chiffre de 23,5% de la population ; la Californie est ainsi l’État dans lequel la part de population pauvre est la plus élevée au sein de l’Union (Walker, Lodha, 2013). Phénomène ancien, chronique et structurel en Californie (Halami, 1988), la pauvreté anime un vif débat dans lequel les plus conservateurs mettent de nos jours volontiers en cause la générosité supposée de l’État-providence californien comme responsable de tels niveaux de pauvreté (Duperron, 2018). Économiquement puissante, la Californie est donc également parcourue de multiples contradictions (Leriche, 2015).

9 N’oublions pas, pour autant, le rôle d’autres secteurs dans les dynamiques de l’économie californienne, comme l’agriculture ou le tourisme.

10 Soit, en fait sur les 21 premières universités du classement Academic Ranking of World Universities (ARWU) 2016 : Stanford University (rang 2), University of California Berkeley (rang 3), California Institute of Technology (“CalTech”, rang 8), University of California at Los Angeles (UCLA, rang 12), University of California at San Diego (UCSD, rang 14), University of California at San Francisco (UCSF, rang 21).

11 Source : US Patent and Trademark Office. Patents by country, state, and year (december 2015).

12 « le rempart sur la côte pacifique de la puissance militaire américaine ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Leriche, « La Californie : axis du basculement des États-Unis vers un monde pacifico-centré », L’Espace Politique [En ligne], 34 | 2018-1, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4604 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4604

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals