Navigation – Plan du site
Varia

Djibouti et le « commerce » des bases militaires : un jeu dangereux ?

Djibouti and the "trade" of military bases: a dangerous game?
Jean-Luc Martineau

Résumés

Le commerce des bases militaires auquel se livre Djibouti constitue la promesse pour le pays d’accéder à un destin unique puisqu’il accueille depuis 2017 les principales armées de la planète.

Ce commerce des bases militaires est aussi un piège. Les bénéfices tirés de l’exploitation de la location des implantations militaires sont très relatifs. D’autre part, la souveraineté du pays est altérée. Toutefois, les autorités conservent, in fine, le droit d’expulser ses locataires.

En pratique, ce pouvoir de contrainte est difficile à mettre en œuvre. Cependant, les autorités djiboutiennes disposent de la faculté de mettre en compétition les Etats locataires entre eux ou d’accueillir un nouvel Etat pour accroitre la pression exercée sur les Etats déjà locataires.

Haut de page

Texte intégral

1Les bases militaires font l’objet d’un véritable commerce qui mêle éléments financiers et diplomatiques. Il existe en effet un marché concurrentiel des implantations militaires permanentes. Les Etats les moins développés entrent fréquemment en compétition entre eux pour attirer les armées étrangères, qui en retour sollicitent les meilleures conditions « commerciales » pour développer leurs activités. Ainsi, l’accord bilatéral relatif à l’installation d’une base militaire scelle un véritable échange commercial entre un propriétaire et un locataire.

2Comme tout échange commercial, cet accord possède un objet, une contrepartie et repose sur un instrument juridique. Ainsi, l’objet de cette transaction est constitué par la mise à disposition non seulement de biens physiques, mais aussi d’un environnement sûr, propice au développement d’activités militaires. Le prix de cet échange n’est pas uniquement monétaire, mais il revêt d’autres formes multiples (garanties militaires, aides financières, constructions d’infrastructures, etc.). Le support de cette transaction commerciale est fondé sur un instrument diplomatique (traité ou accord sous forme simplifié).

  • 1 Outre Djibouti, différents pays de la Corne de l’Afrique accueillent des bases militaires. Les Emir (...)

3Dans la région de la Corne de l’Afrique, ce commerce des bases militaires est en plein essor1, au point que la militarisation de cette région atteint un seuil critique. La cohabitation de bases militaires appartenant à des pays aux intérêts parfois dissemblables représente potentiellement un danger pour la stabilité de la région. La Corne de l’Afrique est plus que jamais au cœur des rivalités mondiales et Djibouti est une pièce essentielle des jeux de pouvoirs dans la région. Ce petit pays de 818 000 habitants (2015) est devenu un véritable « Etat garnison » a fait du commerce des bases militaires un élément structurant de son développement et de son positionnement international. Ainsi, après quarante années d’indépendance, Djibouti, est désormais un acteur stratégique du continent.

  • 2 « Les forces françaises stationnées à Djibouti », Etat-Major des Armées, 20 septembre 2016. https:/ (...)
  • 3 US Department of Defense, Inspector General, Improvements Needed in Managing Scope Changes and Over (...)
  • 4 Nobuhiro Kubo, “Japan to expand Djibouti military base to counter Chinese influence”, Reuters, Octo (...)
  • 5 L’opération européenne Atalanta a été créée en 2008. Elle a été prolongée jusqu’à la fin de l’année (...)
  • 6 EUNAVFOR Atalanta, EUTM Somalia, EUCAP Somalia.
  • 7 John Fei “China’s Overseas Military Base in Djibouti: Features, Motivations, and Policy Implication (...)
  • 8 Shaul Shay, “the Strategic Relations Between Saudi Arabia and Djibouti”, IsraelDefense, May 9, 2017

4Les bases militaires accompagnent la destinée du pays. Depuis son indépendance en 1977, la France dispose d’une présence militaire, qui est aujourd’hui évaluée à 1450 hommes2. Ce contingent est hébergé dans près de 10 emprises qui recouvrent 400 ha. Depuis 2003, Djibouti accueille aussi la plus grande base militaire américaine sur le continent africain. Les Etats-Unis déploient près de 3200 militaires à Djibouti (dont un bataillon qui peut être projeté vers le Moyen Orient, et le 10ème groupe de Navy Seal qui peut mener des opérations clandestines) et plus de 3000 civils sur une base de 200 hectares3. Le Japon dispose d’une présence militaire réduite (180 hommes équipés de blindés légers dans une base de 20 hectares)4. L’Espagne maintient aussi un contingent modeste (50 hommes) localisé sur la base française. Il est en particulier chargé de mettre en œuvre des avions de surveillance maritime dans le cadre de l’opération européenne Atalanta5. Depuis 2014, l’Italie dispose aussi d’une petite base de soutien aux missions européennes dans la région6 et à la mission bilatérale de formation de la police djiboutienne (qui s’est achevée fin 2017). Cette base est réduite, puisqu’elle est d’une capacité de 300 hommes, elle est installée sur un terrain de 10 hectares sur la zone aéroportuaire de la capitale (cf. figure 1). Quant à la base chinoise, elle devrait accueillir dans un premier temps 400 militaires, et à terme, plusieurs milliers de soldats7. Dans le cadre de la coopération stratégique qui a été scellée récemment (convention de coopération en matière de sécurité entre le Gouvernement de la République de Djibouti et le Gouvernement du Royaume d'Arabie Saoudite, signée le 17 avril 2016) l’Arabie Saoudite s’apprête aussi à stationner en permanence un contingent militaire à Djibouti8.

Figure 1 – Les bases militaires dans l’agglomération de Djibouti.

Figure 1 – Les bases militaires dans l’agglomération de Djibouti.

Réalisation : S. Piantoni, Reims, 2018

5Le petit Etat de la Corne de l’Afrique est ainsi devenu un « Etat garnison » unique dans le monde puisqu’il n’accueille pas moins de six armées étrangères (même sept si on compte le contingent réduit d’experts allemands qui se relayent à Djibouti dans le cadre de l’opération Atalanta).

6La présente étude envisage les conséquences immédiates et structurelles de ce commerce des bases militaires. En effet, l’implantation d’une base militaire suppose la rencontre entre une offre de morceaux du territoire de l’Etat d’accueil et une demande d’installer ses forces armées par un Etat étranger. La nature de ce commerce des bases militaires a des allures trompeuses.

7Certes, l’Etat propriétaire offre la jouissance de son territoire en échange de contreparties pécuniaires importantes. Cependant, ce gain immédiat doit être nuancé.

8D’abord, la convention qui lie l’Etat bailleur et l’Etat propriétaire peut parfois revêtir un caractère léonin. C’est-à-dire qu’elle peut contenir des obligations dissemblables, voire inégalitaires pour l’une des deux parties. De plus, le profit net pour l’Etat bailleur n’est pas nécessairement égal aux redevances annuelles perçues. Ces recettes doivent être minorées ou réévaluées par les conséquences politiques, sécuritaires ou économiques qui découlent du commerce des bases. Pour les signataires de ces conventions de location (l’Etat d’accueil, les Etats qui occupent les bases militaires), la « profitabilité » de ce commerce est variable voire incertaine.

9Ce commerce peut à la fois renforcer la souveraineté d’un Etat, son développement et dans le même temps assombrir son horizon géostratégique. La République de Djibouti parait ainsi engagée dans un pari risqué. Elle est d’abord confrontée à l’idée que les retombées du commerce des bases militaires sont conditionnées par le maintien de facteurs favorables (1). Djibouti doit aussi faire face au piège stratégique et à la malédiction qui sous-tendent le commerce des bases militaires (2).

Les profits générés par le commerce des bases militaires supposent le maintien de facteurs favorables.

10Située au débouché de la Mer Rouge, la République de Djibouti, est un point de passage obligé sur la route maritime entre l’Europe et l’Asie. Sous l’impulsion du nouveau président élu en 1999, les autorités du pays ont entrepris de valoriser cette position stratégique et de la transformer en rente de situation. Elles ont profité d’un contexte stratégique favorable, puisque les attentats du 11 septembre 2001 ont donné l’occasion au pays de constituer dès 2002 un point d’appui des opérations américaines au Moyen-Orient.

Les profits tirés du commerce des bases militaires sont multiples et indispensables au développement du pays.

11Ces bases militaires étrangères (figure 2) sont une source de revenu directe essentielle. Le pays monnaye plus ou moins chèrement la location des emprises militaires. Si la rente annuelle de la base du Japon est de 3 millions d’euros, et celle de la Chine est de « seulement » de 17 millions d’euros, celle de la base italienne est de 22 millions d’euros et celle de la base française est de 30 millions d’euros. Le loyer de la base américaine est de près du double (56 millions d’euros). La future base saoudienne devrait rapporter pas moins de 125 millions d’euros.

Figure 2 - Les bases militaires

Bases militaires

Date de création

Surface (ha)

Militaires

Loyer (M d’euros)

Durée du bail (années)

Etats-Unis

2002

200

3000

56

20

France

1969

418

1400

30

10*

Espagne

2008

Au sein de la base française

50

Loyer inclus dans celui de la base française

Italie

2012

10

90

22

2

Chine

2017

36

400 (estimation)

17

10

Japon

2011

12

180

3

1

Réalisation : Jean-Luc Martineau - Sources : médias et rapports officiels**

* Accord de stationnement renouvelable par tacite reconduction

**Principales sources utilisées :

1) US Department of Defense, Inspector General, Improvements Needed in Managing Scope Changes and Oversight of Construction Projects at Camp Lemonnier, Djibouti , Report No. DODIG-2016-141, September 30, 2016, 50 p.

2) « Les forces françaises stationnées à Djibouti », Etat-Major des Armées, 20 septembre 2016 https://www.defense.gouv.fr/​ema/​forces-prepositionnees/​djibouti/​dossier/​les-forces-francaises-stationnees-a-djibouti

3) Ministerio della Difesa. Italia. https://www.difesa.it/​OperazioniMilitari/​op_intern_corso/​Atalanta_OceanShield/​Pagine/​ContributoNazionale.aspx

4) Liu Caiyu, “Djibouti base ‘not military expansion’: MOD”, Global Times, November 30, 2016. John Fei “China’s Overseas Military Base in Djibouti: Features, Motivations, and Policy Implications”, China Brief Volume 17, December 22, 2017.

5) Nobuhiro Kubo “Japan to expand Djibouti military base to counter Chinese influence”, Reuters, October 13, 2016.

  • 9 Les chiffres sont extraits de différentes sources. Le président de la République de Djibouti annonc (...)
  • 10 Les chiffres sont extraits de différentes sources. Le président de la République annonce des chiffr (...)
  • 11 Interview du président Guelleh, Jeune Afrique, 25 avril 2018.

12La rente qui provient des bases militaires équivaut à 3% du PNB. Elle est supérieure au revenu des exportations du pays (à peine 104 millions d’euros par an)9. Ce commerce des bases militaires est donc un enjeu essentiel10. Il génère aussi des bénéfices indirects multiples. Ainsi, des centaines de personnels locaux sont employés dans les services de ces bases. La base américaine (le camp Lemonnier) est le troisième employeur du pays. Cependant, le fonctionnement courant de cette implantation militaire repose largement sur des sociétés américaines qui emploient des centaines de contractors américains. De même, la base chinoise n’emploie pas de personnels locaux et plus de 1000 travailleurs chinois ont assuré sa construction. En définitive, ces bases fonctionnent de manière largement autarcique ce qui ne profite pas à l’économie locale. Toutefois, les autorités de Djibouti ont déjà évoqué l’éventualité de supprimer l’exemption de taxes douanières dont elles bénéficient. Cette éventualité supposerait cependant la renégociation des traités concernant les implantations militaires dans le pays11. En définitive, il est peu probable que la taxation douanière des bases militaire puisse être mise en œuvre.

13A ces revenus s’ajoutent des aides en nature substantielles qui visent pour les Etats locataires des bases à s’assurer de la sécurité de leur environnement et à bénéficier d’infrastructures adaptées en particulier aux opérations logistiques militaires.

14Le total annuel de l’aide américaine au pays s’élève à 70 millions de dollars. C’est finalement une bonne affaire pour les Etats-Unis, dans la mesure où les compensations accordées par exemple pour la présence américaine aux Philippines s’élevait en 1979 à 100 millions de dollars par an et en 1983 à près de 500 millions de dollars par an (Cooley, Spruyt, 2009, p 120). L’agence américaine pour le développement international finance des projets structurants dans le pays et dispose d’un dépôt régional. Quant au 490ème bataillon des Civil Affairs de l’armée américaine, il réalise des projets à impact rapide (distribution de kits scolaires par exemple) dans les zones limitrophes où sont stationnées les troupes américaines. En outre, les Etats Unis accordent leur soutien aux demandes djiboutiennes auprès des instances financières internationales.

15La France n’est pas en reste en termes d’aide indirecte. Celle-ci est principalement mise en œuvre par l’Agence Française de développement (AFD) qui déploie une équipe d’une dizaine d’experts en permanence et contribue à la mise en œuvre d’instruments financiers destinés à financer des projets structurants (câbles sous-marins, assainissement, etc.).

  • 12 International Monetary Fund Country Report No. 17/87, February 7, 2017, p 2.
  • 13 « Djibouti-Ethiopie: derniers préparatifs avant le lancement du chantier de la nouvelle ligne de ch (...)

16Néanmoins, c’est la Chine qui est devenue l’acteur majeur du développement du pays. Elle possède 77% de la dette externe du pays et alloue des crédits (plus d’1,5 milliards de dollars de prêts non concessionnels versés par l’Exim Bank12) à l’Etat de Djibouti afin de construire des infrastructures essentielles. Ainsi, une adduction d’eau en provenance de l’Ethiopie a été réalisée afin de satisfaire les besoins agricoles et la consommation (figure 3). La voie de chemin de fer Djibouti-Abeba, qui constitue le cordon ombilical de l’Ethiopie, a aussi été modernisée après des travaux qui ont duré quatre (2013-2017) et été financés par un prêt de 600 millions de dollars auprès de l’Exim Bank13.

17La présence de ces bases favorise aussi la montée en puissance des forces armées djiboutiennes. Des actions de formation dans des secteurs variés sont réalisées au profit de l’armée djiboutienne. Celle-ci bénéficie aussi de dons d’équipements (deux navires japonais ont ainsi été cédés en 2015 à Djibouti).

18La présence d’implantations militaires étrangères permet au pays d’accueil de bénéficier de retombées de nature sécuritaire et politique.

19Avec l’accueil de complexes militaires sur son sol, Djibouti est censée garantir sa sécurité et peut-être même son existence. En effet, celle-ci est contestée par son voisinage. Le pays est situé au cœur d’une zone marquée par de nombreux conflits plus ou moins internationalisés (Yémen, conflit Éthiopie-Érythrée, instabilité somalienne).

  • 14 Simon Imber-Vier, Tracer des frontières à Djibouti, Ed Karthala, 2011, p 248-249.
  • 15 En juin 2017, le Qatar a rapatrié les 450 soldats qui assuraient une mission d’interposition dans l (...)
  • 16 Voir les analyses de Aden Omar Abdillahi, « Djibouti et la Corne face à la Somalie de Farmaajo », H (...)

20Un litige frontalier oppose la République de Djibouti à son voisin du nord, l’Erythrée dont la frontière n’a pas été bornée totalement (figure 3)14. - (Imber-Vier, 2011, p.248-249). En 2008, un court affrontement militaire opposa les deux pays. La médiation du Qatar a permis un gel du conflit15. Djibouti est aussi censé se protéger contre des menaces terroristes qui peuvent provenir de l’Est (conflit au Yémen) ou surtout du sud, la Somalie16. Cette protection est cependant aléatoire. Ainsi, en 2008 lors des affrontements entre les armées de l’Erythrée et de Djibouti, ni l’armée américaine (déjà présente au Camp Lemonnier) ni l’armée française ne se sont portées au secours de ces dernières. La France a cependant consenti un soutien en termes logistique et de renseignement. Cette absence de réaction militaire d’envergure de la France a d’ailleurs eu, durant plusieurs années, des conséquences dans les relations entre les deux pays, en particulier dans le domaine de la coopération militaire. Cette prudence de la France dans la mise en œuvre de ses moyens militaires au profit des intérêts djiboutiens a pesé dans les négociations d’accords de stationnement de forces militaires étrangères dans le pays. Djibouti a ainsi déployé des efforts pour accueillir de nouveaux hôtes sur son territoire. La République de Djibouti a aussi consenti des baux de longue durée à l’égard des Etats Unis et de la Chine. Ces précautions seront-t-elles suffisantes pour garantir la sécurité du pays dans une région qui devient de plus en plus instable ? En définitive, il convient d’être prudent sur ce point car malgré d’éventuels accords de défense, les Etats locataires ont tendance à assurer la protection du pays bailleur uniquement dans la mesure où leurs propres intérêts sont en jeu.

  • 17 Cet attentat visait un restaurant fréquenté par les expatriés. Dans son communiqué l’organisation A (...)

21Ainsi, la présence de ces bases n’est pas une garantie de sécurité absolue. Au contraire, elle peut susciter des actions terroristes. Ainsi c’est en réaction à la présence de ces bases, que les Shebab ont réalisé une attaque suicide qui a fait un mort et une vingtaine de blessés, à Djibouti, en mai 201417.

  • 18 “Ismail Guelleh wins fourth term as Djibouti president”, AL Jazeera, 9 April, 2016.
  • 19 En 2013, le rapport de la Mission d’Observation de l’Union Africaine préconisait la rédaction d’un (...)
  • 20 Résolution du Parlement européen du 12 mai 2016 sur Djibouti (2016/2694(RSP))

22Du point de vue politique, Djibouti acquiert grâce à la présence de bases militaires sur son territoire, un supplément de visibilité internationale qui offre à ses gouvernants une nouvelle liberté d’action inespérée. Ainsi, la modification de la constitution en 2010 et la réélection du président (avec des scores avoisinant dans certaines localités 100%)18 se sont faites sans réelle opposition de la part de la communauté internationale. D’ailleurs, l’Union européenne, qui déploie de nombreuses missions d’observations électorales en Afrique, n’a jamais dépêché de telles missions dans ce pays. Ainsi, l’Union européenne n’a pas été invitée à superviser les dernières élections présidentielles de 2016. Pourtant, les recommandations issues des rapports des missions d’observation de l’Union africaine sont nombreuses et préoccupantes19. Il semble évident, que du point de vue des pays locataires, l’intérêt stratégique de Djibouti est prépondérant. Il ne peut pas être mis en balance avec d’autres exigences en termes de respect de l’Etat de droit ou de la gouvernance démocratique. Ainsi, la résolution du Parlement européen du 12 mai 2016 sur Djibouti qui a fait suite aux élections présidentielles d’avril 2016 a simplement recommandé que la Commission européenne assure « un suivi » de la situation dans le pays, tout en émettant de vagues menaces sur la poursuite de la coopération au développement avec le pays20. Cette mansuétude assez inhabituelle du Parlement européen est très révélatrice de la relation spéciale qui unit Djibouti au reste du monde.

23Les avantages tirés par Djibouti du commerce des bases militaires sont sans commune mesure avec sa taille ou l’état de son développement économique. Cependant, l’intérêt stratégique du pays n’est pas immuable.

Du point de vue des pays locataires de ces bases, Djibouti offre des conditions d’accueil en apparence favorables.

24Djibouti représente un double intérêt géostratégique. D’abord, le pays permet le contrôle du détroit de Bab-el-Mandeb où transite 9% du trafic maritime mondial. Chaque année, 25 000 navires pétroliers et plus de 6 000 porte-conteneurs croisent au large de Djibouti. Le détroit constitue un lien vital entre l’Asie et l’Europe. C’est aussi le nœud de la connexion de câbles sous-marins entre l’Europe et le sous-continent indien, l’Afrique de l’Est et la péninsule arabique. Ensuite, Djibouti est un observatoire idéal pour surveiller et accéder aisément au Moyen Orient, à l’Afrique de l’Est et à l’Asie centrale.

  • 21 Philippe Hugon, Afriques entre puissance et vulnérabilité, Ed Armand Collin, 2016, p 83.

25La remarquable stabilité politique du pays est aussi un atout de taille. Depuis son accession à l’indépendance, le pays n’a eu que deux présidents : Hassan Gouled Aptidon, (1977-1999) et Omar Guelleh (1999-….). Ainsi, le climat politique est propice à la pérennité des activités militaires des Etats implantés à Djibouti. Comme l’écrit Philippe Hugon, en Afrique « les puissances extérieures préfèrent la stabilité des responsables en place, notamment dans un contexte de terrorisme à l’inconnue des renouvellements de génération » (Hugon, 2016, p.83)21. Les Etats-Unis redoutent particulièrement les alternances politiques puisqu’ils ont dû, par le passé, fermer à contrecœur leurs bases militaires en France (1966), aux Philippines (1992), en Islande (2006) et en Equateur (2014).

26Il convient cependant de ne pas sous-estimer les fragilités internes du pays. Elles pourraient à terme avoir des effets néfastes sur sa stabilité et donc sur la présence de bases militaires. D’abord, la situation économique du pays est préoccupante. Les investissements réalisés sont financés par des prêts non concessionnels, qui induisent un endettement accru. Le pays étant dépourvu d’autres sources de revenus équivalentes à celles tirées des ports, il fait le pari que ces investissements entraineront des recettes qui permettront le remboursement des dettes. C’est un pari qui repose donc sur la croissance de la mondialisation du commerce international. Or, celle-ci est fluctuante. Par ailleurs, ces investissements sont réalisés au détriment des dépenses courantes du pays. Les recrutements et les salaires des fonctionnaires ont ainsi été gelés. Surtout, la stabilité du pays repose intrinsèquement sur la réduction du taux de pauvreté qui est actuellement de 22%. Les indicateurs du développement sont d‘ailleurs inquiétants. L’espérance de vie est ainsi seulement d’à peine 63 ans pour les hommes22.

27Par ailleurs, Djibouti est au cœur d’une région instable. Malgré ses ressources limitées, le pays doit faire face aux conséquences dramatiques des conflits avoisinants. En effet, il accueille plus de 27 000 réfugiés (soit 3% de la population du pays)23. Ceux-ci continuent d’arriver dans un pays qui est lui-même fracturé. En effet, Djibouti est marqué par des rivalités politiques internes et des fractures ethniques (60% de la population appartient au clan des Issas et les deux présidents qui se sont succédé à la tête de l’Etat sont aussi issus de ce clan). Celles-ci se manifestent en particulier par la persistance des activités opérationnelles, sur les frontières nord du pays, par le Front pour la restauration de l'unité et de la démocratie (FRUD) qui est principalement animé par des Afars24.

  • 25 A cette occasion, l’AFRICOM, le général Waldhauser n’a pas hésité à indiquer que la relation des US (...)
  • 26 “The Committee continues to recognize the importance of Djibouti to U.S. security interests, and re (...)

28Prenant conscience des fragilités internes du pays, certaines personnalités politiques américaines ont émis l’idée que les Etats-Unis redéployent leurs forces de Djibouti vers Dakar. Cependant, il est vraisemblable que Djibouti conservera à l’avenir son statut de partenaire stratégique des États-Unis dans la corne de l’Afrique. La visite du secrétaire d’Etat à la défense, Jim Mattis, en avril 2017 semble d’ailleurs avoir pérennisé la présence militaire américaine dans le pays25. La nomination en 2017 d’un ancien ambassadeur à Djibouti au poste de sous-secrétaire d’Etat aux affaires africaines (M Donald Yamamoto) est aussi révélatrice des intentions de la diplomatie américaine. Enfin, le Sénat a reconnu lors de l’examen du budget pour l’année 2018 l’importance stratégique de la base américaine à Djibouti26.

  • 27 Cette décision fait suite à l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les contrats d’infrastructur (...)

29Par conséquent, la décision du président de la République de nationaliser le port conteneur de Doraleh27 par lequel transite le fret militaire et humanitaire américain (cette décision pourrait être le prélude au rachat du port par la Chine), et les interdictions de vol opposées à l’armée américaine en 2018 (suite à plusieurs crashs aériens) ne seront certainement pas suffisants pour entamer la volonté des Etats-Unis de maintenir leur présence militaire à Djibouti. En effet, la République de Djibouti constitue un point d’appui militaire idéal pour la première puissance militaire au monde. A partir de celui-ci, il est possible d’opérer des frappes aériennes ou des engagements terrestres au Moyen Orient ou dans la Corne de l’Afrique.

Figure 3 – La république de Djibouti : réseaux et menaces.

Figure 3 – La république de Djibouti : réseaux et menaces.

Réalisation : S. Piantoni, Reims, 2018

Djibouti face au piège stratégique et à la malédiction du commerce des bases militaires.

30Le commerce des bases militaires altère la nature absolue de la souveraineté territoriale de l’Etat djiboutien. Il s’apparente aussi à une sorte de malédiction dans la mesure où il perturbe la possibilité d’un développement économique durable. Toutefois, ces bases sont en dernière instance la propriété du pays qui peut en expulser, relativement aisément, leurs occupants.

A l’ombre des bases militaires étrangères, l’Etat djiboutien exerce une souveraineté à géométrie variable.

31La militarisation de Djibouti n’est pas sans conséquences sur son développement politique, économique, et sa souveraineté. Mais l’impact de cette évolution est ambivalent. En effet, l’extension des bases militaires sur le territoire djiboutien ouvre des perspectives nouvelles pour cet Etat dans la mesure où son indépendance économique, diplomatique et sécuritaire est artificiellement renforcée par la présence de forces armées étrangères.

32Certes, cet essaimage de bases militaires favorise la dépendance de Djibouti à l’égard des Etats locataires mais il accentue aussi son autonomie sur la scène internationale. Ce petit Etat de la Corne de l’Afrique peut profiter de la situation de rivalité entre ses partenaires pour renforcer sa propre capacité de décision. Ainsi, à l’ombre de ces bases militaires, les autorités politiques de Djibouti développent des positions diplomatiques singulières et manifestent la volonté de se doter d’un outil militaire adapté.

33En résumé, la présence d’un si grand nombre de bases militaires étrangères sur un territoire aussi réduit a tendance à provoquer des effets opposés. D’un côté, cette concentration de détachements militaires étrangers réduit l’autonomie politique du pays bailleur. D’un autre côté, et de façon contradictoire elle semble favoriser l’émancipation du pays bailleur. Les divergences d’intérêts entre les pays locataires semblent en effet favoriser cette autonomie stratégique du pays où sont établies ces bases militaires.

La stratégie diplomatique djiboutienne.

34Ces contradictions peuvent ainsi être mises en évidence à l’occasion de l’examen de la stratégie diplomatique du pays. A première vue, il semble logique que ce commerce des bases militaires entre un Etat classé au 171ème rang en termes de PIB nominal et des puissances majeures induit le risque pour ce pays de démultiplier les relations de dépendances. Ainsi, un rapport de clientèle entre un « Etat patron » (Djibouti) et des « Etats clients » est susceptible d’altérer l’harmonie les relations de Djibouti avec ses partenaires (Badie, 2017, p.39).

35En prolongeant cette analyse, il convient de se demander si Djibouti, ne va pas être conduit, malgré lui, à faire un grand écart permanent afin de satisfaire les exigences ou au moins de ne pas froisser ses clients, les Etats locataires des bases. Cependant, cette perspective n’est pas certaine dans la mesure où la présence de bases de pays aux intérêts si différents voire opposés pourrait, au contraire, conférer à Djibouti un rôle singulier sur la scène internationale. Dans cette perspective, Djibouti profiterait d’une absence de convergence idéologique entre ses Etats locataires pour développer sa propre ligne diplomatique. C’est cette évolution qui semble à l’œuvre. Ainsi, à l’Assemblée générale des Nations Unies, le pays a pris des initiatives, en se heurtant aux Etats occidentaux, pour reconnaitre les droits inaliénables des Palestiniens (résolution 71/20, 30 novembre 2016). De plus, Djibouti n’aligne pas son droit de vote sur celui du camp occidental. Les exemples où le pays vote de concert avec le camp occidental sont rares (cf. par exemple, la résolution 71/202 du 19 décembre 2016 relative à la situation des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée).

  • 28 Rapport du FMI pour les consultations de 2016 au titre de l’article IV analyse de la viabilité de l (...)
  • 29 Rapport du FMI Ibidem, p 5.
  • 30 Partenariat mondial pour l’éducation, Banque mondiale, UNESCO, https://www.globalpartnership.org/fr (...)
  • 31 Rapport du FMI No. 17/87, 17 avril 2017, p 2.

36Les bases militaires ouvrent des perspectives de développement car elles s’accompagnent de retombées directes (constructions des bases) et indirectes (IDE), mais elles mettent aussi en péril l’indépendance économique du pays. Ainsi, la Chine accorde une importance particulière à sa présence à Djibouti. C’est un élément clé de sa stratégie One Belt, One Road qui vise à la transformer en puissance globale et non plus seulement régionale. Par conséquent, la Chine réalise des investissements massifs dans le pays28. C’est dans ce cadre que le gouvernement chinois a accordé des prêts non concessionnels qui mettent en danger la stabilité économique à long terme d’un pays qui est déjà très endetté. Cet endettement a fait un bond de 16 points entre 2014 et 2016 (il a augmenté de 52,5% à 65,7%). S’il génère une dépendance accrue à l’égard de la Chine, il est cependant orienté vers la construction d’infrastructures modernes (voies ferrées, ports…) qui devraient rendre à terme le pays moins dépendant. Toutefois, ces mêmes investissements n’ont pas réussi à résorber le taux de chômage qui demeure très élevé (39%, en 2017) et alors que la pauvreté affecte 41% de la population29. Le retard du pays en matière de scolarisation (en 2017, moins de 60 % des jeunes parviennent à achever des études à l’école primaire30) implique que l’employabilité de la population est faible. Par conséquent, comme le soulignait le FMI en 2017, les grands projets d’infrastructures font surtout appel à une main d’œuvre qualifiée souvent étrangère31.

  • 32 L’effort de défense de Djibouti est faible. Le budget de la défense est de 43 millions d’euros, et (...)

37Du point de vue de la défense du pays, les bases militaires étrangères sont généralement considérées comme des « boucliers protecteurs » (Ouazani, 2016, p. 216), dans la mesure où les armées présentes sur le territoire disposent de moyens de renseignements et de capacités d’intervention dissuasives32. En réalité, cette protection semble être toute relative.

  • 33 Jean-Luc Martineau, « Aspects juridiques des nouveaux accords de partenariats de défense en Afrique (...)
  • 34 « (…) la République française s'engage à contribuer à la défense de l'intégrité territoriale de la (...)
  • 35 Assemblée nationale, avis, n°930. Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 16 avril 2 (...)
  • 36 Interview in Jeune Afrique, 4 avril 2017.

38D’abord, les accords de stationnement des troupes ne comportent pas de clause de sécurité. Seul le traité de coopération en matière de défense entre la France et Djibouti du 21 décembre 2011 comporte un tel dispositif. Il s’agit là d’un dispositif exceptionnel, dans la mesure où les accords de partenariats et de défense conclus depuis le mandat du Président Sarkozy, qui a souhaité renouveler les relations avec l’Afrique, ne comportent plus une telle clause de défense33. L’article 4 de ce traité mentionne donc que la France veille sur la sécurité et l’intégrité territoriale du pays, et qu’elle peut éventuellement user de la contrainte armée pour imposer leur respect34. La France est ainsi le protecteur officiel et unique de la République de Djibouti. Cependant, comme l’a souligné le rapporteur pour avis de la Commission de la Défense, le « parapluie » de l’armée française n’a pas vocation à se déclencher automatiquement (« Une intervention française ne pourrait avoir lieu qu’au terme de consultations avec la partie djiboutienne ») et il est orienté uniquement vers la protection des frontières externes du pays35. En outre, la France doit désormais tenir compte de la volonté de Djibouti de contribuer à sa propre défense. C’est l’intention du président Omar Guelleh qui veut, à présent, assurer le contrôle de son espace maritime de manière conjointe avec la France36. Cette volonté s’est traduite par l’accord du 1er mars 2017 entre la France et Djibouti concernant la coopération en matière de sécurité maritime des eaux territoriales djiboutiennes. Cette convention vise à sécuriser les flux maritimes dans les eaux djiboutiennes. Elle prévoit en particulier un renforcement des échanges d’informations entre les forces maritimes des deux pays. Djibouti semble pourtant prétendre assurer seul la sécurité de son territoire. D’où l’interdiction de survol des zones limitrophes de l’Erythrée qui est opposée aux avions de l’armée de l’air française.

39Si effectivement, officiellement Djibouti entend assumer le contrôle de son territoire, il n’est pas à exclure que l’objectif des autorités consiste à se séparer en douceur de la protection française et renforcer les partenariats de sécurité avec d’autres Etats et en particulier la Chine. En tout état de cause, le pouvoir djiboutien sait pouvoir compter sur le fidèle allié éthiopien qui veille à la stabilité territoriale du pays qui constitue le cordon ombilical qui le relie à la mer.

40Les autres Etats militairement présents à Djibouti n’ont pas en principe à assumer la responsabilité d’assurer la protection du pays. D’ailleurs, ils poursuivent des objectifs militaires qui leur sont propres et qui peuvent au contraire fragiliser Djibouti ou entraver sa diplomatie.

  • 37 « Installation d'une base militaire saoudienne à Djibouti: La colère de l'Egypte », Le Temps d’Algé (...)

41Ainsi, l’Arabie Saoudite qui est engagée dans une guerre d’usure au Yémen a deux objectifs. D’abord, rompre les routes d’approvisionnement des forces Houthis. Deuxièmement, l’Arabie Saoudite veut ouvrir un nouveau front contre les Houthis. Outre que cette implantation militaire de l’Arabie Saoudite a suscité, selon certaines sources37, l’hostilité de l’Egypte (qui considère que Djibouti relève de sa profondeur stratégique), Djibouti encourt le risque d’être identifié comme un acteur du conflit au Yémen. Ce risque est d’autant plus élevé que le pays a refusé d’accueillir une base iranienne (NUNES, MATTOS, 2017), qu’il a rompu ses relations diplomatiques avec ce pays et qu’il est un membre actif de la Ligue Arabe. En outre, le refus d’accéder aux sollicitations de la Russie d’ouvrir une base militaire relègue davantage encore Djibouti dans le camp de la coalition arabo-occidentale qui s’est forgée pour lutter contre l’EI en Irak et en Syrie.

  • 38 Cf. les analyses de Bertille James, « la Chine à Djibouti : une base militaire à caractéristiques c (...)
  • 39  Shang Wenbin, Liang Jingfeng, and Li Youtao, “Chinese Marines, Special Forces Training in Gobi Des (...)
  • 40 Ces exercices ont été marqués par des manœuvres de chars amphibies de dernière génération (ZTL-11).
  • 41 Anne Bauer, « L'avenir de Djibouti s'écrit avec la Chine », Les Echos, 1er mars 2017.
  • 42 Discours de Xi Jinping, XIXème Congrès national du Parti communiste Chinois, 18 octobre 2017.
  • 43 Les Echos, 1er mars 2017.

42De même, la Chine dont les intentions sur le continent africain font l’objet de spéculations variées, pourrait être tentée de ne pas limiter le rôle de sa base à sa fonction officielle de point d’appui à l’évacuation éventuelle de ses ressortissants (ils sont environ un million en Afrique)38. C’est l’analyse de Joseph Braude du Foreign Policy Research Institute qui se fonde en particulier sur les exercices menés par l’armée chinoise dans le désert de Gobi, sur des terrains qui ressemblent au Sahel et à l’Afrique du Nord39. Les premiers exercices en terrain libre de l’armée chinoise à Djibouti en 2017 et 2018 confortent ces prévisions puisqu’ils ont vu la mise en œuvre de moyens offensifs modernes40. Soulignons aussi qu’une loi adoptée le 27 décembre 2015 autorise pour la première fois les forces armées chinoises à conduire des opérations de contre-terrorisme à l’étranger. Surtout, il convient aussi de relever que la base chinoise de Djibouti s’intègre à un dispositif plus vaste, puisque la Chine dispose déjà de facilités portuaires pour ses navires de guerre aux Maldives et aux Seychelles. L’ambition de la Chine semble bien être de s’emparer du contrôle de vastes espaces maritimes et terrestres afin de garantir la pérennité de ses activités commerciales et de ses approvisionnements (les échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique s’élevaient en 2013 à 160 milliards de dollars). La Chine semble en effet construire « un nouvel empire dans le Corne de l’Afrique »41. Dans ce contexte, Djibouti devrait constituer la future porte de sortie, à destination de la Chine, à la fois des productions industrielles fabriquées dans les nouvelles manufactures chinoises en Ethiopie et aussi des hydrocarbures extraits dans la région (figure 3). La société chinoise Poly-GCL a en effet découvert des réserves de gaz et de pétrole dans l’Ogaden. Un gazoduc de plus de 700 kilomètres est déjà en cours de construction par les Chinois. Un oléoduc qui relierait les puits de pétrole du Sud Soudan et Djibouti est aussi envisagé. Tous ces projets s’inscrivent dans la stratégie de la nouvelle route de la Soie. Ils vont faire de Djibouti un maillon essentiel de la stratégie extérieure de la Chine. Si celle-ci est fondée, selon le discours officiel, sur le respect des intérêts des autres pays, le président Xi Jinping a aussi averti que « Personne ne doit s'attendre à ce que la Chine avale des couleuvres au détriment de ses intérêts »42. Dés lors, Djibouti étant appelé à devenir la porte de sortie des richesses africaines à destination de la Chine, ce pays est conçu par les dirigeants chinois comme un Etat-clé. Certes, la Chine envisage de réduire sa consommation d’énergie fossile, mais en attendant la République de Djibouti lie son destin à une puissance dont le développement dépend de ses approvisionnements énergétiques. De surcroit, la présence militaire chinoise dans le pays permet aussi d’assurer la protection de tous les investissements réalisés sur le territoire qui sont estimés à 14 milliards de dollars43.

43Afin de conserver une certaine indépendance, et éviter un dialogue trop exclusif et déséquilibré avec le géant chinois, la République de Djibouti n’aura d’autre choix que de développer de nouveaux partenariats avec des puissances étrangères au risque de brouiller davantage son image et de se retrouver au cœur de rivalités régionales ou internationales.

En dépit de l’altération de sa souveraineté, in fine Djibouti conserve les clés des bases militaires.

44En vertu des accords signés, Djibouti peut exercer un contrôle sur les bases militaire. Le pays conserve aussi la faculté de remettre en cause à tout moment la présence de forces militaires sur son territoire. Cependant, les termes des conventions d’installation des bases incitent les Etats locataires à profiter pleinement des opportunités offertes par le pays et à renforcer leur présence. En effet, les baux ne sont pas précaires et sont susceptibles d’être reconduits.

45Le traité de coopération en matière de défense et de coopération entre la France et Djibouti impose des exigences à la France. Certaines sont mineures, puisqu’elles relèvent d’un devoir d’information. Par exemple, la France doit informer les autorités de Djibouti du nombre de militaires présents et de leur identité. D’autres relèvent d’un mécanisme d’autorisation préalable, par exemple concernant l’installation de systèmes de communication . Par ailleurs, ce traité d’une durée de dix années et qui est tacitement reconductible prévoit cependant une clause de retrait. Elle autorise Djibouti à demander le départ des forces militaires . Un délai de 12 mois est accordé avant l’exécution de cette demande.

46Le traité entre les Etats Unis et Djibouti est conclu pour une durée de dix années (jusqu’en 2024). Il peut être prolongé de dix années supplémentaires sans renégociation des termes de l’accord initial et de dix années (c’est-à-dire jusqu’en 2044) après une renégociation . Le traité prévoit aussi un préavis d’un an avant un éventuel démantèlement des installations militaires américaines . Cependant, il n’envisage pas formellement l’obligation pour les Etats-Unis d’informer le pays hote à propos des effectifs présents et des activités poursuivies dans les installations militaires.

  • 44 http://www.mofa.go.jp/region/africa/djibouti/note0904-f.pdf

47L’accord, sous forme d’échange de notes44, entre le Japon et Djibouti est clairement le plus contraignant pour le pays locataire. En effet, la durée du bail est de 12 mois. Il est reconduit automatiquement. Cependant, après un délai de préavis de six mois il peut être remis en question.

  • 45 “Djibouti base not for military power: PLA Daily”, Global Times, 25 October 2016.
  • 46 “It cannot, however, harbor any military ships, and it falls short on target, function and scale fo (...)
  • 47 Les chars ZTL-11 sont amphibies, ils sont équipés de canon de 105 mm capables de percer tous types (...)
  • 48 “Looking Over China's Latest Great Wall”, Stratfor, Jul 26, 2017. https://worldview.stratfor.com/ar (...)
  • 49 Liu Yang and Yin Han, “China builds new facility in Djibouti base for anti-piracy operations”, Glob (...)
  • 50 Jeremy Binnie, “China building pier at Djibouti base”, Jane’s 360, 23 May 2018.

48D’après différentes sources officielles chinoises45, l’accord concernant la base chinoise prévoit aussi certaines restrictions. En particulier, la base ne peut accueillir qu’un effectif maximal de 10000 militaires chinois. L’accord est conclu pour une durée de 10 années et il prévoit officiellement que la base ne peut avoir qu’une vocation logistique46. En réalité, cette base accueille des unités des marines (l’élite des forces de l’Armée de Libération Populaire) équipées de chars lourds et d’engins blindés modernes47. La piste de 400 mètres de long, la tour de contrôle et les hangars qui ont été construits suggèrent que la base pourrait à l’avenir recevoir des hélicoptères, des drones et les futurs avions à décollage vertical qui devraient entrer en service dans l’armée de l’air chinoise en 202048. De surcroit, les travaux de construction d’une jetée ont débuté au printemps 201849. Cette nouvelle installation permettra à des navires de forts tonnages d’accoster le long de la base50. Ainsi, la vocation de la base chinoise semble être autant celle d’un point d’appui opérationnel en vue d’engagements futurs dans la région que celle d’une installation strictement logistique.

49Incontestablement, les accords signés entre Djibouti et ses partenaires militaires ne revêtent pas le caractère léonin de certaines conventions héritées de l’époque coloniale. Les Etats bailleurs installés à Djibouti, ne peuvent prétendre exercer des droits absolus sur le territoire du pays d’accueil comme dans le cadre de ces accords historiques qu’il convient de présenter brièvement. Ainsi, la base américaine de Guantanamo est louée « pour le temps nécessaire à l’établissement de bases navales (..) » . C’est-à-dire que la convention qui lie Cuba et les Etats-Unis ne fixe aucun terme à l’établissement de cette base. De même, les bases britanniques à Chypre résultent d’un accord qui ne prévoit pas la possibilité pour Chypre de demander leur rétrocession. Il est simplement prévu que le gouvernement britannique devra rétrocéder ces bases lorsqu’elles auront perdu leur vocation militaire . Si les accords concernant les bases à Djibouti ne sont pas aussi sévères, il sera néanmoins délicat pour le pays de solliciter la fermeture des bases militaires. En effet, les investissements massifs entrepris en particulier par la Chine et les Etats-Unis, et la dimension stratégique des implantations semblent donner un caractère irréversible à ces bases militaires. Djibouti a finalement lié son destin à celui des Etats locataires des bases.

  • 51 Voir la déclaration en avril 2018 du sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Dona (...)

50Le seul réel moyen pour le pays d’exercer une pression sur un Etat locataire encombrant consiste à en accueillir un autre. C’est cette stratégie qui est mise en œuvre avec un certain succès par Djibouti à l’égard des Etats-Unis. Confronté à l’arrivée des Chinois (avec lesquels la République de Djibouti a conclu un partenariat stratégique), les Américains se sont en effet résolus à revoir leur politique d’assistance qui constitue une partie de leur contrepartie à leur présence sur le Camp Lemonnier51. Les Etats-Unis envisagent ainsi d’accorder des aides non conditionnées (alors que la Chine accorde des prêts).

51Le commerce des bases militaires génère des profits matériels et conforte la place de l’Etat bailleur au sein de la communauté internationale. Il constitue ainsi la promesse pour Djibouti d’accéder à un destin unique puisque le pays accueille depuis 2017 les principales armées de la planète. Il a ainsi l’opportunité de devenir une sorte de laboratoire d’une forme de coexistence pacifique entre les armées des deux superpuissances rivales.

52Ce commerce des bases militaires est susceptible aussi d’entrainer de nombreuses désillusions pour l’Etat bailleur. Ainsi, à Djibouti la protection offerte par la présence des bases militaires semble relative, voire illusoire. Comme l’ont notamment démontré les affrontements frontaliers de 2008, elle est, en définitive, suspendue aux intérêts particuliers de chacun des Etats locataires. Pire, à certains égards, le commerce des bases militaires est susceptible de se transformer en véritable malédiction, dans la mesure où il accentue les inégalités au sein de la société et il détourne les efforts de développement vers la construction des infrastructures nécessaires à l’essor de ces bases et qui ne sont pas nécessairement utiles à l’émergence du pays. De surcroit, l’autonomie politique, diplomatique ou économique du pays est susceptible d’être fragilisée. Il devient alors nécessaire pour l’Etat bailleur de développer la compétition entre les Etats locataires ou d’accueillir un nouvel Etat locataire. Cette stratégie a pour but de rétablir une situation d’équilibre qui permette de neutraliser les prétentions hégémoniques de l’un ou l’autre des Etats présents. C’est la politique mise en œuvre par les autorités de Djibouti. Elle est périlleuse, car elle induit nécessairement une militarisation croissante du pays.

Haut de page

Bibliographie

ABDILLAHI O., 2012, « Géopolitique de Djibouti : des incertitudes de la naissance à l’espérance de l’âge adulte », Djibouti contemporain, 155 p.

BADIE B., 2017, L’Etat importé, Ed Fayard, coll. Biblis, 2ème édition, 338 p.

BAYS N., 2013, Avis fait au nom de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées sur le projet de loi (n° 425) autorisant la ratification du traité de coopération en matière de défense entre la République française et la République de Djibouti, 16 avril 2013, 38 p.

BERTILLE J., 2016, « La Chine à Djibouti : une base militaire à caractéristiques chinoises ? », Lettre du Centre Asie, IFRI, n°69, 25 juillet 2016, 4 p.

BOUQUET C., 2009, « Espace, territoire, lieu, au crible de la géographie politique. L’émergence de l’Etat à Djibouti », L’Espace Politique [En ligne], 7, 2009-1.http://journals.openedition.org/espacepolitique/1225.

CERIO F.M., 2015, « Djibouti, Asentamiento estrategico internacional », Documento Opinion, 137/2015, Instituto Espanol de Estudios Estrategicos 22 deciembre de 2015, 17 p.

COOLEY Alexander, Spruyt Hendrick, Contracting States, Sovereign transfers in international relations, Ed Princeton University, 2009, 280 p.

GASCON A., 2005, « Djibouti : Singapour sur mer Rouge Un confetti d'Empire futur dragon africain », Outre-Terre, vol. no 11, no. 2, pp. 451-466.

GASCON A., 2013, « Djibouti, un port entre continent et grand large. Base militaire, port de l’Ethiopie, de l’Afrique de l’Est, de l’océan Indien ? », Djibouti contemporain, Paris, Karthala, pp. 121‑142.

HUGON P., 2016, Afriques entre puissance et vulnérabilité, Ed Armand Collin, 272 p.

LE GOURIELLEC S., 2016, « Djibouti dans le jeu international », Esprit, vol. octobre, no. 10, 2016, pp. 13-16.

NUNES A. et MATTOS V., 2017, “Arábia Saudita e Djibuti: Parceria Estratégica no Chifre da África”, Escola de Guerra Nava, Bolletim geocorrente, n°61, Setembro, 2017

OUAZANI, Chérif Ismail Omar Guelleh, 2016, Une histoire de Djibouti, Ed Jaguar, 250 p.

ROSSI Adriana, 2017, « Yibuti: entre bases extranjeras y conflictos ajenos », ERIS, Estudos de Defesa e Segurança Internacional (GEDES), 2 Maio 2017, http://www.eris-gedes.org/single-post/2017/05/02/Yibuti-entre-bases-extranjeras-y-conflictos-ajenos

SAID-CHIRE A., 2013, Djibouti contemporain, Ed Karthala, 353 p.

WANG M., 2018, China’s Strategy in Djibouti: Mixing Commercial and Military Interests, Council on Foreign affairs, April 13, 2018, https://www.cfr.org/blog/chinas-strategy-djibouti-mixing-commercial-and-military-interests

Haut de page

Notes

1 Outre Djibouti, différents pays de la Corne de l’Afrique accueillent des bases militaires. Les Emirats Arabes Unis sont installés en Erythrée et au Somaliland. Les États-Unis disposent de bases réduites en Somalie, Ethiopie, Egypte et Kenya. La Turquie a construit une base en Somalie et une autre pourrait etre installée au Soudan (presqu’ile de Suakin). Depuis janvier 2018, l’Egypte s’est implantée en Erythrée. La Russie envisage (juin 2018) d’installer une base au Somaliland.

2 « Les forces françaises stationnées à Djibouti », Etat-Major des Armées, 20 septembre 2016. https://www.defense.gouv.fr/ema/forces-prepositionnees/djibouti/dossier/les-forces-francaises-stationnees-a-djibouti

3 US Department of Defense, Inspector General, Improvements Needed in Managing Scope Changes and Oversight of Construction Projects at Camp Lemonnier, Djibouti , Report No. DODIG-2016-141, September 30, 2016, 50 p.

4 Nobuhiro Kubo, “Japan to expand Djibouti military base to counter Chinese influence”, Reuters, October 13, 2016.

5 L’opération européenne Atalanta a été créée en 2008. Elle a été prolongée jusqu’à la fin de l’année 2018. Cette mission de l’Union européenne a pour objet de protéger les bateaux humanitaires au large des côtes somaliennes et de renforcer les capacités des Etats de la région en matière de sécurité maritime.

6 EUNAVFOR Atalanta, EUTM Somalia, EUCAP Somalia.

7 John Fei “China’s Overseas Military Base in Djibouti: Features, Motivations, and Policy Implications”, China Brief Volume 17, December 22, 2017.

8 Shaul Shay, “the Strategic Relations Between Saudi Arabia and Djibouti”, IsraelDefense, May 9, 2017.

9 Les chiffres sont extraits de différentes sources. Le président de la République de Djibouti annonce des chiffres identiques en 2018 (in Jeune Afrique, 25 avril 2018).

10 Les chiffres sont extraits de différentes sources. Le président de la République annonce des chiffres identiques en 2018 (in Jeune Afrique, 25 avril 2018).

11 Interview du président Guelleh, Jeune Afrique, 25 avril 2018.

12 International Monetary Fund Country Report No. 17/87, February 7, 2017, p 2.

13 « Djibouti-Ethiopie: derniers préparatifs avant le lancement du chantier de la nouvelle ligne de chemin de fer », Xinhua, 26.03.2013.

14 Simon Imber-Vier, Tracer des frontières à Djibouti, Ed Karthala, 2011, p 248-249.

15 En juin 2017, le Qatar a rapatrié les 450 soldats qui assuraient une mission d’interposition dans le nord du pays. Il s’agissait de protester contre l’alignement de la diplomatie djiboutienne avec l’Arabie Saoudite et ses alignés. Cf. « Le Qatar retire ses troupes d'interposition à la frontière entre Djibouti et l'Erythrée », Xinhua, 15.06.2017.

16 Voir les analyses de Aden Omar Abdillahi, « Djibouti et la Corne face à la Somalie de Farmaajo », Human village n° 31, décembre 2017., https://human-village.org/spip.php?article370#nh7. L’auteur envisage une possible montée du nationalisme somali qui semble être préfiguré par l’élection du président Farmaajo en 2017. Les évolutions politiques en cours en Somalie (retour de l’Etat, montée du nationalisme) ne seront pas sans incidences pour Djibouti qui pourrait même, selon l’auteur, perdre son rôle stratégique dans la région.

17 Cet attentat visait un restaurant fréquenté par les expatriés. Dans son communiqué l’organisation Al Shebab a indiqué qu’elle visait les militaires français. Cf. « Somalie: les shebabs revendiquent l’attentat de Djibouti visant les « croisés français » », Jeune Afrique, 27 mai 2014.

18 “Ismail Guelleh wins fourth term as Djibouti president”, AL Jazeera, 9 April, 2016.

19 En 2013, le rapport de la Mission d’Observation de l’Union Africaine préconisait la rédaction d’un code électoral, la création d’un organe indépendant de supervision des élections, la révision régulière des listes électorales, l’utilisation d’urnes scellées, etc.

20 Résolution du Parlement européen du 12 mai 2016 sur Djibouti (2016/2694(RSP))

21 Philippe Hugon, Afriques entre puissance et vulnérabilité, Ed Armand Collin, 2016, p 83.

22 UNICEF, 2012. https://www.unicef.org/french/infobycountry/djibouti_statistics.html

23 UNHCR, Fact sheet, April 2018, http://reporting.unhcr.org/sites/default/files/UNHCR%20Djibouti%20Fact%20Sheet-April%202018%20%5BENG%5D.pdf

24 Le Front pour la restauration de l'unité et de la démocratie (FRUD) a été créé en 1991. Il regroupe des combattants et des activistes d’ethnie afars.

25 A cette occasion, l’AFRICOM, le général Waldhauser n’a pas hésité à indiquer que la relation des USA avec Djibouti est « very, very important to our strategic interests ». DoD News, April 24, 2017, https://www.defense.gov/News/Article/Article/1160785/us-djiboutian-relationship-strong-and-strengthening-mattis-says/

26 “The Committee continues to recognize the importance of Djibouti to U.S. security interests, and recommends $9,000,000 under the ESF heading to implement programs to expand economic opportunities and strengthen democracy in Djibouti, including to support civil society.”, Senat Report, S 1780, September 7, 2017

27 Cette décision fait suite à l’entrée en vigueur de la nouvelle loi sur les contrats d’infrastructures stratégiques le 8 novembre 2017. Cette loi dispose que « Article 1er : Le Gouvernement peut renégocier ou, en tant que de besoin, résilier, totalement ou partiellement, tous les contrats portant sur la conception, la réalisation, la gestion ou l'exploitation des infrastructures stratégiques lorsqu'il estime que les stipulations de ces contrats se révèlent être contraires aux intérêts fondamentaux de la République de Djibouti ».

28 Rapport du FMI pour les consultations de 2016 au titre de l’article IV analyse de la viabilité de la dette, n° 7 février 2017, p 2.

29 Rapport du FMI Ibidem, p 5.

30 Partenariat mondial pour l’éducation, Banque mondiale, UNESCO, https://www.globalpartnership.org/fr/country/djibouti

31 Rapport du FMI No. 17/87, 17 avril 2017, p 2.

32 L’effort de défense de Djibouti est faible. Le budget de la défense est de 43 millions d’euros, et l’armée est composée de 4800 hommes pour l’armée de terre, 140 pour l’armée de l’air, et 290 pour la marine.

33 Jean-Luc Martineau, « Aspects juridiques des nouveaux accords de partenariats de défense en Afrique : l’impossible parlementarisation », Revue Administrative, n°382, juillet-aout 2011, pp 381-390.

34 « (…) la République française s'engage à contribuer à la défense de l'intégrité territoriale de la République de Djibouti : a) Ainsi, dans le cadre de leurs relations de défense, les Parties procèdent à des échanges réguliers de vues, de renseignements et d'informations relatifs aux risques et menaces pouvant peser sur la République de Djibouti ; b) En cas de menace visant la République de Djibouti, et à la demande de la Partie djiboutienne, les Parties procèdent à l'évaluation de cette menace et définissent les mesures diplomatiques et militaires qu'elles jugent appropriées pour prévenir et dissuader ladite menace ; c) Dans le cas où la République de Djibouti fait l'objet d'une agression armée au sens des dispositions de l'article 51 de la charte des Nations unies, les Parties se consultent immédiatement en vue de définir les moyens appropriés à mettre en œuvre conjointement pour la défense de la République de Djibouti ».

35 Assemblée nationale, avis, n°930. Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 16 avril 2013, rapporteur, M Nicolas Bays (député).

36 Interview in Jeune Afrique, 4 avril 2017.

37 « Installation d'une base militaire saoudienne à Djibouti: La colère de l'Egypte », Le Temps d’Algérie, 30 novembre 2016. “Egypt-Saudi tension bubbling over planned Djibouti base”, The New Arab, December 6, 2016.

38 Cf. les analyses de Bertille James, « la Chine à Djibouti : une base militaire à caractéristiques chinoises ? », Lettre du Centre Asie, n°69, 25 juillet 2016.

39  Shang Wenbin, Liang Jingfeng, and Li Youtao, “Chinese Marines, Special Forces Training in Gobi Desert,” Military Training International, January 19, 2016.

40 Ces exercices ont été marqués par des manœuvres de chars amphibies de dernière génération (ZTL-11).

41 Anne Bauer, « L'avenir de Djibouti s'écrit avec la Chine », Les Echos, 1er mars 2017.

42 Discours de Xi Jinping, XIXème Congrès national du Parti communiste Chinois, 18 octobre 2017.

43 Les Echos, 1er mars 2017.

44 http://www.mofa.go.jp/region/africa/djibouti/note0904-f.pdf

45 “Djibouti base not for military power: PLA Daily”, Global Times, 25 October 2016.

http://www.globaltimes.cn/content/1013599.shtml

46 “It cannot, however, harbor any military ships, and it falls short on target, function and scale for being a military base”, People’s Liberation Army (PLA) Daily, 25 October 2016.

47 Les chars ZTL-11 sont amphibies, ils sont équipés de canon de 105 mm capables de percer tous types de blindage et de détruire des aéronefs volant à basse altitude. Cf. Dylan Malyasov “China’s Marine Corps receives new 105mm assault vehicles”, Defence Blog, 14 January 2017.

48 “Looking Over China's Latest Great Wall”, Stratfor, Jul 26, 2017. https://worldview.stratfor.com/article/looking-over-chinas-latest-great-wall ; Mike Yeo, “Satellite imagery offers clues to China’s intentions in Djibouti”, Defense News, November 8, 2017. ; https://www.defensenews.com/global/mideast-africa/2017/11/08/satellite-imagery-offers-clues-to-chinas-intentions-in-djibouti/

49 Liu Yang and Yin Han, “China builds new facility in Djibouti base for anti-piracy operations”, Global Times, May 31, 2018.

50 Jeremy Binnie, “China building pier at Djibouti base”, Jane’s 360, 23 May 2018.

51 Voir la déclaration en avril 2018 du sous-secrétaire d’Etat américain aux Affaires africaines, Donald Yamamoto : « Nous avons compris vos préoccupations sur le fait que le Camp Lemonnier n’ait pas un impact important sur l’économie djiboutienne et nous discuterons des moyens d’y remédier aujourd’hui ». La Nation, 26 avril 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les bases militaires dans l’agglomération de Djibouti.
Crédits Réalisation : S. Piantoni, Reims, 2018
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4719/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 3 – La république de Djibouti : réseaux et menaces.
Crédits Réalisation : S. Piantoni, Reims, 2018
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/4719/img-2.png
Fichier image/png, 528k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Martineau, « Djibouti et le « commerce » des bases militaires : un jeu dangereux ? », L’Espace Politique [En ligne], 34 | 2018-1, mis en ligne le 22 juin 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4719 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.4719

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Martineau

Chargé d’enseignement
Université de Lorraine
jean-luc.martineau@univ-lille2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals