Navigation – Plan du site

Appréhender des « situations autoritaires ». Lectures croisées à partir du Cameroun et de l’Éthiopie

Playing with rules in authoritarian situations. Perspectives from Cameroon and Ethiopia
Marie Morelle et Sabine Planel

Résumés

Introduction au dossier de la revue L’Espace politique, intitulé « Jouer avec les règles en situations autoritaires. Lectures croisées à partir du Cameroun et de l’Ethiopie »

Haut de page

Texte intégral

Des approches situées du fait autoritaire 

1Si les approches typologiques interrogeant la nature du régime autoritaire (Linz, 2000) ont permis de cerner pleinement les formes d’un pluralisme politique restreint, elles ne permettent plus aujourd’hui de comprendre les faits et les pratiques autoritaires qui se développent dans des régimes plus ouverts relevant de ce que Paul Brooker (2009) qualifie de « nouvel autoritarisme ». Ces « régimes non démocratiques » sont davantage caractérisés par une certaine hybridation politique et notamment par leurs convergences avec des situations plus démocratiques (Dabène, Geisser, Massardier, 2008). Dans cette perspective, un récent dossier de la revue Politique africaine discute ce qu’il a été convenu de nommer « les printemps arabes » comme des « moments de restauration autoritaire » où « les pratiques les plus répressives peuvent y cohabiter avec des dynamiques de pluralisation politique » (Allal et Vannetzel, 2017 :7).

2Le présupposé téléologique d’une finalité « naturellement » démocratique qui éclairerait les transitions politiques ne vaut plus ; au contraire, les habits de la démocratie recouvrent désormais les renforcements ou les restaurations autoriaires et conduisent de fait à réenvisager, en retour, le fait démocratique (Brown, 2007). Il est désormais convenu qu’un questionnement sur le politique ne peut plus s’opérer dans des cadres normatifs ou au moyen de typologies trop essentialisantes (en dépit de leurs évolutions), lesquelles sont par ailleurs souvent trop marquées par une pensée occidentale du politique. C’est dans cette optique que ce dossier invite à réfléchir au fait autoritaire.

3Pour ce faire, il propose d’appréhender des situations autoritaires et privilégie l’étude des pratiques concrètes, localisées, au fondement des systèmes politiques observés (Rowell, 2006). Il s’agit d’adopter une perspective du fait autoritaire qui mette en avant son historicité et sa capacité à évoluer en fonction d’effets de contexte, et qui étudie ses modes de renouvellement et de réinvention (Benin, Vairel, 2011) comme les logiques, les actions et les représentations d’acteurs qui le fondent (Hilgers, Mazzocchetti, 2010 ; Hibou, 2011).

4Considérer des situations plutôt que des moments - comme cela est davantage pratiqué en science politique - nous invite notamment à prêter attention à la dimension spatiale du fait autoritaire (Planel, 2015). Par son caractère composite, à la fois naturel et anthropisé, comme par sa construction (Lefebvre, 2000), l’espace géographique se révèle être un objet particulièrement approprié pour comprendre les formes mobiles et changeantes de l’exercice du pouvoir - dans ses structurations scalaires comme dans sa diversité régionale. C’est l’hypothèse méthodologique que souhaite proposer ce numéro, y compris de la part d’auteurs peu familiers des approches spatiales.

  • 1 Voir notamment toute l’étendue des comportements dits conformistes qui expriment les résistances de (...)

5Situer la réflexion sur le fait autoritaire dans deux contextes nationaux, le Cameroun et l’Ethiopie, questionne les effets de contexte dans l’exercice de la domination d’Etat et observe de façon conjointe les structurations socio-spatiales produites, disputées ou encore subies et leur articulation aux rapports de pouvoir. L’observation se veut d’autant plus fine que les situations autoritaires ne sont pas pensées aux échelles nationales, mais le plus souvent aux échelles locales et qu’elles témoignent d’une très grande attention aux mécanismes infra-politiques, qu’il s’agisse des formes diverses de la résistance1 ou de l’autoritarisme des dominés (Geisser, 2008). Opérer de la sorte nous permet de dégager des traits analytiques communs, ou à tout le moins partagés. Sont ainsi au cœur des analyses présentées : l’exercice d’une domination d’Etat, les modalités de la production du consentement et les résistances qu’elle engendre, et plus généralement les contours de sociétés politiques contraintes. Dans cette perspective, les situations camerounaises et éthiopiennes se révèlent exemplaires.

Au Cameroun et en Ethiopie : régimes et contextes autoritaires

  • 2 Paul Biya devient président en 1982 après la démission du premier président du Cameroun, Ahmadou Ah (...)
  • 3 Publication d’une « Lettre ouverte à Paul Biya » intitulée « La démocratie truquée » par Célestin M (...)
  • 4 Le Social Democratic Front (SDF) par John Fru Ndi à Bamenda, en mars 1990.
  • 5 40 % des votants ont voté pour Paul Biya (Bigombe Logo, Menthong 1996 : 19).

6Au Cameroun, l’accession de Paul Biya2 en 1982 à la présidence de la République, alternance sans coup d’Etat, laisse espérer la mise en place d’un processus de démocratisation, en rupture, relative, avec les pratiques autoritaires de la présidence d’Ahmadou Ahidjo (Politique africaine, 1986). Les appels à la démocratisation dans maints Etats du continent africain dans les années 1990 n’épargnent d’ailleurs guère le pays. Au Cameroun, certains prennent la plume3, d’autres créent un parti4. La répression qui s’en suit n’empêche pas de nouvelles mobilisations : elles débouchent, en mai et en juin 1991, sur l’organisation de grèves générales et de boycotts à travers le pays (à l’exception notable de la capitale Yaoundé) connus sous le nom de « villes mortes » pour réclamer l’organisation d’une conférence nationale. Seule une conférence tripartite est autorisée, rassemblant le gouvernement, les partis d’opposition et diverses personnalités. Des élections sont organisées en 1992, les premières à permettre à plusieurs candidats de se présenter aux présidentielles. Toujours dans cette lignée, différentes réformes du droit pénal et du régime pénitentiaire sont effectuées (Morelle et al., 2018) permettant, notamment, la fermeture des centres de rééducation civique (Woudammike, 2014) et la libération des prisonniers politiques y étant incarcérés. Il n’en demeure pas moins que Paul Biya est réélu en 1992, victoire fortement contestée par les partis d’opposition au premier rang desquels le SDF, donné vainqueur5, et que l’emprisonnement de détenus pour motifs politiques continue d’être régulièrement dénoncée, par Amnesty International notamment. Au fil du temps, ces mobilisations des années 1990 font finalement l’objet de fortes controverses mémorielles, tantôt dénoncées comme éléments de désordre, tantôt célébrées comme moment de politisation des populations subalternes et d’émergence de nouveaux groupes politiques. Dans ce contexte, divers qualificatifs se succèdent dans la littérature consacrée à l’Etat camerounais, tentant de qualifier le régime et témoignant en définitive de la difficulté à le faire : de la « démocratie de transit » (Eboussi Boulaga, 1997) à l’Etat dans « l’Entre-deux » (Courade et Sindjoun, 1996), l’on aboutit au constat de « rémanence autoritaire » (Zambo Belinga, 2003) ou d’un « contexte postautoritaire » (Pommerolle, 2008 : 76). Cette dernière expression souligne l’importance de s’attacher à une catégorisation seulement « temporaire d’un ensemble d’interactions entre les acteurs (potentiellement) mobilisées et les autorités » (ibidem), où le pluralisme institué continue de se heurter à des pratiques de contrôle plus ou moins informelles, éventuellement coercitives, au service du maintien de la domination politique. De fait, quelles qu’aient pu être les déclarations d’intention de libéralisation de la vie politique, la modification de la Constitution en 2008 permettant à Paul Biya de briguer un sixième mandat incarne la pérennité de la domination d’un homme, d’un parti et de leurs alliés à travers le contrôle de l’appareil d’Etat. Les tentatives de résistance, sur fond de contestations sociales, seront durement réprimées. Auparavant, à la fin des années 1990 et au début de la décennie 2000, la lutte contre le banditisme avait été une autre scène où saisir la violence d’Etat (Fer, Morelle, Iyébi Mandjek, 2011) qui continue toutefois de se reproduire jusqu’à aujourd’hui, dans l’ombre des cellules des commissariats et des prisons par des pratiques arbitraires de punition et de détention (Morelle, 2019). De même, la lutte contre la corruption amorcée dès la fin des années 1990 a été un autre instrument de contrôle, des élites cette fois-ci. Ainsi, le Cameroun illustre la dynamique des processus de domination d’Etat, comme le rappelle Mathias Owono Nguini en fin de dossier à l’occasion d’un entretien mené l’année de l’élection présidentielle d’octobre 2018 à l’occasion de laquelle Paul Biya a été déclaré réélu. Esquissant les contours d’une généalogie du pouvoir au Cameroun, il permet de mettre en perspective ces élections et plus largement les événements des deux dernières années dans un pays aux prises avec la lutte contre Boko Haram mais aussi avec un mouvement sécessioniste dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest (après une violente répression de mouvements sociaux).

  • 6 Très concrètement, il s’agit d’augmenter le nombre d’adhérents au Parti et de péreniser des soutien (...)
  • 7 Groupes, cellules d’encadrement permettant la mobilisation des populations au nom du développement.

7En Ethiopie, la coalition de l’EPRDF (Ethiopian People’s Revolutionary Democratic Front) est au pouvoir depuis 1991 et institue, en 1995, la République Fédérale Démocratique d’Ethiopie. En partie constituée d’anciens opposants au précédent régime du Derg (1974-1991), dictature militaire d’inspiration marxiste, elle instaure un système politique éthno-fédéral et organise une mobilisation continue des masses que Meles Zenawi, ancien homme fort et penseur du régime, qualifie de démocratique selon le modèle de la « Revolutionary Democracy ». Laquelle n’est en réalité ni révolutionnaire, ni démocratique (Bach, 2011). Il explique ainsi lors d’une série d’entretiens accordés à Alex de Waal (2018 : 5) que le modèle démocratique occidental fondé sur l’existence d’un Etat de droit ne peut convenir à la société éthiopienne, qui hérite de stratifications sociales trop hiérarchisées. En pratique, l’Etat-Parti éthiopien domine le jeu politique institutionnel en Ethiopie et constitue indéniablement un régime autoritaire. Lois de censure, contrôle de la presse, sous représentation de l’opposition au parlement ou morcellement des partis d’opposition (principalement sur critère ethnique) restreignent considérablement l’expression du pluralisme. De même, l’exercice du pouvoir d’Etat conçu comme un encadrement des populations (Clapham, 2002) organise un contrôle politique routinier sur les masses rurales, puis urbaines – et ce particulièrement depuis les élections de 2005 qui ont pourtant vu la victoire de l’oppostion par les urnes (Lefort, 2010). L’action publique est ainsi systématiquement politisée et vise à produire in fine le consentement des populations6 bénéficaires de l’aide d’un Etat providence très présent – et largement financé par les bailleurs internationaux. Ce qui permet de garantir durablement leur loyauté au régime. Le Democratic Developmental State pensé par Meles Zenawi organise ainsi par la menace, le chantage et plus rarement la répression (Planel, 2014), la mobilisation « démocratique » des masses (Planel et Bridonneau, 2015 ; Meheret Ayenew, 2014). La Development Army7 se renforce en conséquence. Elle organise un contrôle de la société toujours plus fin : des micro-cellules, dites ‘1 to 5’, apparaissent entre 2010 et 2011 et encadrent des groupes de 5 personnes (Chinigo et Fantini, 2015) ; des relais du pouvoir d’Etat, des élites locales qui sont plus ou moins leaders d’opinion sont invités à rejoindre l’appareil d’Etat et des groupes de jeunes, de femmes, de travailleurs se rassemblent pour organiser des activités génératices de revenus mais aussi pour diffuser et recevoir la propagande officielle. Monopole d’Etat, autoritarisme du régime, exercice quotidien de la domination et extension de l’appareil d’Etat caractérisent l’action du gouvernement fédéral et des gouvernements des Régions-Etats au rythme de la promulgation des plans de développement quinquenaux et de la tenue des conférences de l’EPRDF au sein desquelles semble se jouer une potentielle libéralisation du régime, plus économique que politique (Lefort, 2014). Et ce, jusqu’en 2014, date à laquelle diverses émeutes secouent le pays et provoquent une répression militaire sans précédent depuis 1991. Toutes ces tensions mobilisent une réthorique et une légitimité politique ethno-nationale et contestent l’exercise centralisé, hégémonique d’un pouvoir d’Etat qualifié ethniquement (Labzaé et Planel, 2018). L’expression politique se trouve dorénavant exclusivement formulée selon des registres ethno-nationaux, reléguant les questions plus économiques ou sociétales au second plan - alors même que la croissance annoncée est loin d’être au rendez-vous, et dans tous les cas très peu partagée. Aujourd’hui, et en dépit de la nomination récente (en avril 2018) d’un premier ministre plus consensuel, Abiy Ahmed, la question ethnodéférale surgit avec violence, libère la parole politique tout autant qu’elle l’encadre et constitue un tournant majeur dans l’histoire politique de l’Ethiopie contemporaine. L’entretien avec René Lefort éclaire ainsi la crise de l’ethnofédéralisme qui se joue aujourd’hui. Il observe dans ce moment de libération de l’expression politique une crise du leadership fédéral qui autorise la démultiplication des tensions locales, et va jusqu'à remettre en cause les formes actuelles de l’Ethiopie ethno-fédérale, dans son partage des pouvoirs comme dans ses délimitations territoriales.

8Ainsi, ce dossier propose de croiser les analyses des situations camerounaises et éthiopiennes. Il n’a voulu ni une approche régionale, africaine par exemple, qui démultiplierait les études de cas, ni se limiter à la prise en compte d’un seul contexte national, comme c’est souvent le cas. Il ne s’agit pas non plus de comparer les lieux d’expression des pouvoirs éthiopiens et camerounais mais de mener d’un pays à l’autre, une analyse située des pratiques autoritaires et des stratégies d’adhésion, d’évitement ou de contournement qu’elles occasionnent, afin de saisir les configurations politiques dans lesquelles se déploient et sont produits des systèmes autoritaires.

Autoritarisme, marché et néolibéralisation

9Qu’on la conçoive ou non selon des logiques d’extraversion - et à cet égard les situations éthiopiennes et camerounaises sont très contrastées - la formation et la construction de l’Etat organisent bien un partage de la rente. Aujourd’hui ces dynamiques sont résolument pensées en termes d’articulation au marché global, de structuration ou de renforcement des marchés intérieurs et d’inclusion financière. Cette tentative de libéralisation économique n’exclue pas un pilotage étatique et la participation renouvelée des élites marchandes et politiques. De «  moments thermidoriens » (Bayart, 2008a) à des réformes plus néolibérales des Etats, ces nouvelles régulations économiques et politiques engagent le devenir des sociétés politiques et notamment la fabrique des élites.

10En Ethiopie, le modèle du Developmental State associe les bienfaits du marché à une tutelle publique forte. Depuis la promulgation du Growth and Transformation Plan de 2010, les projets de grande infrastructure sont érigés en symbole d’un développement national et endogène devant permettre au pays de rejoindre les rangs des pays émergents. Ils cristallisent de fortes attentes en termes de croissance économique, mais également de redistribution par les emplois qu’ils promettent. Comme le soulignent Edegilign Haïlu dans son article sur la grande hydraulique ainsi qu’Emanuele Fantini et Sabine Planel dans leur article sur les plantations sucrières, ces projets servent à légitimer l’action du gouvernement. Ils sont en effet entièrement gérés et financés par la puissance publique, souvent d’ailleurs dans une très grande proximité avec le pouvoir en place. E. Haïlu illustre le caractère autoritaire du pouvoir qui s’exerce à travers un grand projet de développement : la mécanique standardisée qui s’impose à des réalités locales non considérées, sa mise en œuvre dérogatoire, la capture des populations locales et la façon dont ces dernières tentent toutefois d’y répondre. E. Fantini et S. Planel insistent davantage sur les intérêts à adhérer au projet et sur la manière dont les acteurs locaux, surtout les petits notables peuvent en tirer profit. Tous insistent sur la spécificité des trajectoires propres à ces périmètres de développement, qu’ils replacent dans une histoire plus longue mais interrogent toutefois la capacité de ces projets à renouveler aujourd’hui les formes d’allégeance, les coalitions entre élites politiques et économiques.

11Cette dynamique se constate également au Cameroun. Pourtant, à l’inverse de discours politiques et médiatiques sur l’émergence de l’Ethiopie, c’est davantage l’idée d’un « Etat stationnaire » (Eboko, Awondo, 2018) qui prévaut au sujet de l’Etat camerounais, articulée à une interrogation sur la longévité de la présidence de Paul Biya (Pigeaud, 2011) dans un contexte de creusement des inégalités sociales. Décennie après décennie, divers travaux ont souligné, et soulignent encore, la récurrence de pratiques prédatrices de l’Etat camerounais (Bayart, 1991 : 43 ; Mbembe, 1993). L’adhésion au parti présidentiel, le Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), matérialise et facilite les liens entre de hauts fonctionnaires et des entrepreneurs, participant de l’effacement des frontières entre intérêts public et privés. Toute position dans l’administration est exploitée à des fins personnelles, chacun tentant de s’approprier les ressources d’un Etat faiblement institutionnalisé (Médard, 1990 ; Sindjoun, 1996). S’en suit une chaine de redistribution (Bayart, 1983) articulée à ces positions sociales acquises, lesquelles maintiennent une relation asymétrique entre notables dominants, les boss, les « Grands » et les populations subalternes (Zambo Belinga, op. cit.). Dans le présent numéro, Virginie Nantchop s’intéresse aux arrangements entre cadres de la fonction publique et hommes d’affaire (souvent membres du RDPC), les Big Men, structurant le marché de l’eau à Douala. Ces arrangements révèlent certes le maintien de configurations de pouvoir pérennes dans lesquelles se déploient et se reproduisent des coalitions redistributives au bénéfice des élites camerounaises. Toutefois, l’auteure démontre l’émergence de nouvelles rentes de corruption, issues des injonctions néolibérales à la privatisation et des réformes qui les ont suivies. Ici, c’est la privatisation du secteur de l’eau qui permet la réinvention de logiques clientélaires, dès lors la pérennité de la capacité prédatrice de l’Etat et finalement de sa domination est garantie. C’est aussi un Etat fragmenté en une diversité de services ministériels et de délégations, éventuellement concurrents, que Virginie Nantchop dévoile, où les faveurs se négocient suivant des registres extra-légaux.

12Cette dimension relationnelle de l’exercice du pouvoir autoritaire invite donc à considérer les liens d’allégeance comme les intérêts à obéir. L’article de Jean-Nicolas Bach illustre bien le jeu de pouvoir et de légitimités qui se déroule, en Ethiopie, au sein même des institutions partisannes. Il y décrit le paradoxe des partis d’opposition, arbitrant leurs conflits et appuyant leur légitimité sur le recours à un organisme de régulation fédéral. Il montre ainsi la complexité du jeu, et des tactiques développées – si conformistes puissent-elles sembler - pour contourner la domination d’Etat. Ce faisant, il produit l’une des très rares études publiées sur l’opposition politique en Ethiopie, une analyse d’autant plus rare que le prisme de lecture retenu n’est pas seulement institutionnel mais donne à voir les relations de pouvoir, et les stratégies des divers membres, ancrant le point de vue dans l’espace délimité du siège du parti Meihad. Le jeu politique prend alors une toute autre dimension, notamment vis-à-vis de l’extérieur, de la rue.

Lézarder les espaces autoritaires ?

13Il importe de cerner l’expérience de l’État (Bierschenk, Olivier de Sardan, 2014) en situation autoritaire, sans présupposer de ce que serait l’Etat, de ses formes de domination (Hibou, 1999), ou des registres d’action et de légitimation en présence. Une approche par l’espace permet alors d’éviter de tels écueils normatifs et de produire une analyse plus attentive à la plasticité du politique, à sa capacité à évoluer en fonction des effets de contextes, notamment.

14En Éthiopie, l’action publique est fortement spatialisée, les projets de développement s’inscrivent dans des périmètres plus ou moins bien délimités, les mesures d’accompagnement social partiellement héritées des pro poor policies se déclinent sélectivement selon des classifications administratives assez politisées, et au final ces programmes et projets redessinent les espaces locaux. Les nouvelles politiques d’accès au logement public constituent ainsi une dimension majeure de la transformation urbaine en Ethiopie. Elles redélimitent les quartiers et intégrent au reste de la ville des ensembles résidentiels plus ou moins fermés. C’est toute une société qui s’en trouve transformée, comme le montre l’article de Marie Bridonneau sur les grands ensembles résidentiels de la capitale éthiopienne, les condominiums. L’instauration de régulations locales, communautaires dans ces espaces créés ex-nihilo par la puissance publique pose les questions du devenir de ces espaces autoritaires et de l’aptitude des populations à se les approprier. De ce point de vue, l’article de Marie Bridonneau dresse un constat plutôt pessimiste. Elle montre comment les logiques d’inclusion politique et financière qui président à la mise en œuvre de ces politiques d’accès au logement en propriété privée ont crée un enthousiasme et partant une adhésion au projet du Development State, aussi rapidement éteint que les conditions matérielles d’accès au logement, ou de vie dans ces grands ensembles se sont révélées difficiles à mettre en œuvre pour les habitants. Elle souligne ainsi combien une pratique volontariste d’un développement qui ne prévoit pas d’accompagnement financier, accroit la polarisation sociale au détriment des classes populaires. De fait, elle produit une critique de l’action du Developmental State d’autant mieux étayée qu’elle repose sur une étude peu commune de l’ensemble de l’espace urbain addisois – y compris de ses lointaines périphéries.

15Au Cameroun, les articles de Cindy Morillas et de Maia Ghattas permettent de comprendre tant les stratégies de surveillance étatique que les tactiques de certains groupes pour lézarder le contrôle étatique (de Certeau, 2002 [1980]) partant, eux aussi, de l’étude de leur dimension spatiale. Partant de l’espace clos de l’université camerounaise, Cindy Morillas retrace la généalogie des dispositifs de contrôle des mobilisations étudiantes, en particulier après le passage au multipartisme, quand le pouvoir a joué de la répression et des sanctions judiciaires comme disciplinaires, de la surveillance et de la dissuasion, et également de la cooptation. Au Cameroun, l’incertitude règne quant à la règle suivie, entre hégémonie et coercition (Bayart, 2008b ; Manga, Mbassi, 2017). L’Etat peut se caractériser par sa capacité à être absent, à favoriser les non-dits, à s’abstenir de légiférer mais parfois pour mieux interdire et punir, aux moyens de « ruses juridiques » (Nkot, 2005), sans renoncer aux instruments de répression.

16En dépit de ce contexte, Cindy Morillas souligne la prégnance des processus de politisation des étudiants. De même, en s’intéressant aux performances d’artistes dans l’espace public à Douala, Maïa Ghattas témoigne à son tour de l’omniprésence de la surveillance par des agents de l’Etat, pour montrer en retour, les manières de faire des artistes qui produisent un espace d’expression et de politisation. Ceux-ci entreprennent différentes négociations avec une pluralité d’acteurs, suivant divers registres de légitimation à des fins d’appropriation des rues et des places. Corruption, clientélisme et cadeaux, affinités personnelles... ils apprennent à parler aux agents de l’Etat en charge de la sécurité, aux membres de la Communauté urbaine de Douala comme aux chefs autochtones. Leur pratique artistique se déploie comme un « texte caché » (Scott, 2008) au risque toutefois de la censure, jamais lointaine. C’est cette même incertitude à accéder aux espaces urbains que Carole Bignon analyse, toujours à Douala, à partir de la question foncière. Il en ressort à nouveau l’existence d’une action publique en « clair obscur » (twilight institutions, Lund, 2006) par laquelle se négocie un droit précaire à rester, entre pratiques institutionnelles et sociales, sans pouvoir prétendre se protéger d’évictions violentes ou de revendications empruntant au langage de l’autochtonie. Finalement, les articles de Maïa Ghattas et de Carole Bignon illustrent la prégnance de cette dernière dans la structuration des champs politique et social camerounais. L’instrumentalisation politique de l’ethnicité est apparue comme une nouvelle stratégie de ralliement des élites au parti présidentiel (Bayart, Geschiere, Nyamnjoh, 2001), le pouvoir d’Etat prétendant se poser en arbitre et en garant d’une redistribution aux différents groupes ainsi constitués. En quête de ressources, les habitants ne s’y trompent pas et pour certains, feignent l’adhésion et l’allégeance, comme le montre en particulier l’article de Maia Ghattas. La plasticité du pouvoir autoritaire, renforcée par les effets de contextes locaux, permet ainsi une pluralité de trajectoires individuelles, comme l’expriment également les réponses variées aux projets sucriers présentées par Emanuele Fantini et Sabine Planel.

17A Douala, la présence d’artistes dans les rues et sur les places à l’occasion d’événements dont ils sont les organisateurs, leur occupation de terrains et leur expérience urbaine ordinaire (Bayat, 1997) invitent à penser l’existence d’arènes informelles où est subvertie la hiérarchie des places et des placements. Il reste possible d’envisager un rapport au politique aussi fragile soit-il (Jacquot, Notarangelo, 2016), quand bien même s’agirait-il encore et toujours d’une « infra société » telle que la décrivaient déjà Georges Courade et Luc Sindjoun (1996) recourant « au politique par le bas » (Bayart, Mbembe, Toulabor, 1992). C’est aussi ce « texte caché » que nous invite à découvrir Edegilign Haïlu au travers des pratiques de paysans aux prises avec un projet de grand barrage hydraulique.

18La dimension spatiale des pratiques de détournement et de résistance est soulignée à son tour par Yvan Issekin. Celui-ci revient sur la situation dans les régions dites anglophones, depuis les contestations sociales jusqu’à l’actuel mouvement sécessionniste. Il explique comment en réaction à la répression des premières manifestations, un espace virtuel, adoptant partiellement des stratégies d’extraversion, s’est constitué afin de résister et de pérenniser ces mobilisations, en substitution des espaces urbains sous contrôle des forces de sécurité. Cependant, à la faveur de l’analyse d’une sortie parlementaire aux abords du Monument de la Réunification à Yaoundé, Yvan Issekin montre aussi combien la rue n’est pas l’espace des seules résistances et comment elle peut aussi devenir celui de l’expression de la domination d’Etat (Lafargue, 1996: 26-27 ; Pommerolle, Machikou Ngameni, 2015). L’événement ainsi analysé prétend participer à la défense d’une unité nationale, rhétorique historique au fondement de la légitimation des régimes successifs des présidents A. Ahidjo et P. Biya. En écho aux pratiques artistiques étudiées par Maïa Ghattas, Yvan Issekin démontre comment le déni de mémoire est constitutif de la domination d’Etat (Mbembe, 1986 ; Fouéré, 2010).

19La rue, les ilots résidentiels, les murs, les cours et les terrains, les plantations sucrières, les barrages, les universités sont des espaces produits par l’exercice du pouvoir d’Etat au même titre que certaines filières de prodution de logement et d’infrastructures urbaines peuvent en être les rentes, au fondement de sa pérennité. Ces espaces sont des instruments possibles pour canaliser et pour contraindre l’expression politique, surtout lorsque cette dernière se veut publique. Contrôle et résistance sont donc les attributs politiques changeant des structurations spatiales, ils évoluent en fonction d’effets de contexte parfois très volatiles – ou d’une intentionalité politique très marquée.

20Observer le politique depuis l’espace nous permet de bien considérer cette plasticité du pouvoir. C’est d’autant plus nécessaire que le pouvoir autoritaire se caractérise par l’hydbridité de ses formes et par la multiplicité des registres qu’il mobilise. Plus ouvert, plus matériel que l’institution étatique, l’espace fournit ainsi un support pertinent à l’analyse du pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

ALLAL, A., VANNETZEL, M., 2017, « Des lendemains qui déchantent ? Pour une sociologie des moments de restauration », Politique africaine vol. 2, n° 146, p. 5-28.


BACH J. N., 2011, “Abyotawi democracy: neither revolutionary nor democratic, a critical review of EPRDF's conception of revolutionary democracy in post-1991 Ethiopia”, Journal of Eastern African Studies, 5-4, p. 641-663.

BAYART, J-F., 2008a, Le concept de situation thermidorienne : régimes néo-révolutionnaires et libéralisation économique, Questions de recherches, CERI, Science Po, 24

BAYART, J-F., 2008b, « Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne. La "politique de la chicotte" », Politique africaine, vol. 2, n°110, p. 123-152.

BAYART, J-F., 1991, « La problématique de la démocratie en Afrique noire. « La Baule, et puis après ? », Politique africaine, n°43, p. 5-20.

BAYART, J-F., 1983, « Les sociétés africaines face à l'Etat », Pouvoirs, n°25, p. 23-39.

BAYART, J-F., GESCHIERE, P., NYAMNJOH, F., 2001, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale n° 10, p. 177-194.

BAYART, J-F., MBEMBE, A., , TOULABOR, C., 1992, Le politique par le bas en Afrique noire. Contributions à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala

BAYAT, A. 1997, « Un-civil society: the politics of the "informal people" », Third World Quaterly,vol. 18, n°1, p. 53-72.

BENIN, J., VAIREL, F., 2011, Social movements, mobilization and contestation in the Middle-East and North Africa, Stanford University Press, Stanford.

BIERSCHENK, T., OLIVIER de SARDAN, J-P., (ed) 2014, States at Work. Dynamics of African Bureaucracies, Leiden, Brill

BIGOMBE LOGO, P., MENTHONG H-L., 1996, « Crise de légitimité et évidence de la continuité politique », Politique africaine, n°62, p.15-23.

BROOKER, P., 2009, Non-Democratic Regimes. Theory, Government and Politics, Macmillan, Houndmills, 312 p

BROWN, W., 2007, Les habits neufs de la politique mondiale, Les Prairies ordinaires, Paris

de CERTEAU, M., GIARD, L., MAYOL, P., 2002 [1980], L’invention du quotidien, Paris, Folio Essais

de WAAL, A., 2018, « The Future of Ethiopia : Developmental State or Political Marketplace ? », World Peace Foundation, https://sites.tufts.edu/reinventingpeace/files/2018/08/The-future-of-ethiopia-20180817.pdf

CHINIGO, D., FANTINI, E., 2015, “Thermidor in Ethiopia ? Agrarian Transformation between Economic Liberalization and the Developmental State”, Echogéo, 31

CLAPHAM, C., 2002,”Controling Space in Ethiopia” in James W., Donham D.L., Kurimoto E., Triulzi A. (eds), Remapping Ethiopia, Socialism and After, James Curey, Oxford, pp. 9-32

COURADE, G., SINDJOUN, L., 1996, « Le Cameroun dans l’entre-deux », Politique africaine, n°62, p. 3-14.

DABENE, O., GEISSER, V., MASSARDIER G. (dir.), 2008, Autoritarismes démocratiques et démocraties autoritaires au XXIe siècle, La Découverte, Paris.

EBOKO, F., AWONDO, P., 2018 (à paraître), « L’Etat stationnaire », Politique africaine

EBOUSSI BOULAGA, F., 1997, La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan

FOUERE, M-A., 2010, « La mémoire au prisme du politique », Cahiers d’études africaines, n°197, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 24 avril 2018. URL : http:// journals.openedition.org/etudesafricaines/15768

GEISSER, V., 2008, « L’autoritarisme des « dominés » : un mode paradoxal de l’autoritarisme politique ? », Recherches, 2008/1, pp. 181-212

HIBOU, B., 2011, Anatomie politique de la domination, La Découverte, Paris.

HIBOU, B. 1999, « De la privatisation des économies à la privatisation des États. Une analyse de la formation continue de l’État », in Hibou, B. La privatisation des États, Paris, Karthala, p. 11-67.

HILGERS, M., MAZZOCCHETTI J., 2010, Révoltes et oppositions en contexte semi-autoritaire : le cas du Burkina Faso, Karthala, Paris.

JACQUOT, S., NOTARANGELO, C., 2016, « Vendeurs ambulants dans l'espace touristique à Gênes : politiques d'éviction, résistances et arrangements », L’Espace politique, vol. 28, n°1, mis en ligne le 28 avril 2016, consulté le 07 septembre 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/3765

LABZAE, M., PLANEL, S., 2018, « La République Fédérale Démocratique en marche : crise politique, état de grâce et avancée néolibérale en Ethiopie », Politique Africaine, n°150, juin 2018, pp. 135-152

LAFARGUE, J., 1996, « La rue africaine en mouvement : politique et action collective », Politique africaine, n°63, p. 24-38.

LEFEBVRE, H., 2000 [1974], La production de l’espace, Economica, Paris.

LEFORT, R., 2014, « A leadership in disarray », Open Democracy, 4 july 2014, http://opendemocracy.net

LEFORT, R., 2010, “Powers-mengist and peasants in rural Ethiopia: the post-2005 interlude”, Journal of Modern African Studies 48, n° 3, p. 435-460.

LINZ, J.J., 2000, Totalitarian and Authoritarian Regimes, Lynne Rienner Publishers, Boulder

LUND C., 2006, « Twilight Institutions:Public Authority and Local Politics in Africa », Development and Change, vol. 37, n°4, p. 685-705

MANGA, J-M., MBASSI A.R., 2017, « De la fin des manifestations à la faim de manifester : revendications publiques, rémanence autoritaire et procès de la démocratie au Cameroun », Politique africaine, n° 146, p. 73-97.


MBEMBE, A., 1993, « Epilogue. Crise de légitimité, restauration autoritaire et déliquescence de l’Etat », in Geschiere, P., Konings, P., Itinéraires d’accumulation au Cameroun, Paris, Leiden, Karthala, Afrika-Studiecentrum, p. 345-374.

MBEMBE, A., 1986, « Pouvoir des morts et langage des vivants. Les errances de la mémoire nationaliste au Cameroun », Politique africaine, n°22, p. 37-73.

MEDARD, J-F., 1990, « L’Etat patrimonialisé », Politique africaine, n°39, p. 25-36

MEHERET Ayenew, 2014, “The Growth and Transformation Plan: Opportunities, Challenges and Lessons”, in Dessalegn Rahmato et al., Reflections on Development in Ethiopia. New Trends, Sustainability and Challenges, Forum for Social Studies, Friedrich Ebert Stiftung, Addis-Abeba, p. 3-30

MORELLE, M., 2019 (à paraître), Yaoundé carcérale. Géographie d’une ville et de sa prison, Lyon, ENS éditions

MORELLE, M., AWONDO, P., BIRWE, H., MACAIRE EYENGA G., 2018 (à paraître), « Politique de réforme et matérialité de la prison au Cameroun », Politique africaine

FER, S., MORELLE, M., IYEBI MANDJEK, O., 2011, « Se protéger à Yaoundé : des productions de sécurité différenciées », Justice Spatiale Spatial Justice, n°4, voir ce site ; www.jssj.org

NKOT, P. F., 2005, Usages politiques du droit en Afrique. Le cas du Cameroun, Bruxelles, Bruylant.

OESER A., 2015, « Penser les rapports de domination avec Alf Lüdtke », Sociétés Contemporaines, n°99-100, p. 5-16

Politique africaine, 1986, « Le réveil du Cameroun », n°22

PIGEAUD, F., 2011, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala

PLANEL, S. BRIDONNEAU, M., 2015, « Glocal Ethiopia. Échelles et repositionnements des pouvoirs », EchoGéo [En ligne], 31 | 2015, mis en ligne le 10 avril 2015. URL : http://echogeo.revues.org/14199 ; DOI : 10.4000/echogeo.14199; version anglaise « Glocal Ethiopia.  Scales and power shifts”

PLANEL, S., 2015, “Espaces autoritaires, espaces (in)justes ?” Introduction au numéro thématique, Justice Spatiale/Spatial Justice, n°8, http://www.jssj.org/ - Version anglaise « Authoritarian Spaces, (un)just spaces ? »

PLANEL, S., 2014, « A view of the Bureaucratic Developmental State. Local governance and agricultural extension in rural Ethiopia”, Journal of Eastern African Studies, vol. 8, n°3, pp. 420-437

POMMEROLLE, M.-E., 2008, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, p. 73-94.

POMMEROLLE, M.-E., MACHIKOU NGAMENI, N., 2015, ”Fabrics of Loyalty : the politics of international women’s day wax print cloth in Cameroon”, Africa, vol. 85, n°4, p. 656- 676

ROWELL, J., 2006, Le totalitarisme au concret : Le logement en RDA 1945-1989, Paris, Economica, coll. Etudes politiques, 336 p.

SCOTT, J., 2008, La domination et les arts de la résistance : fragments du discours subalterne, Paris, Editions Amsterdam.

SINDJOUN, L., 1996, « Le champ social camerounais: désordre inventif, mythes simplificateurs et stabilité hégémonique de l'Etat », Politique africaine, n°62, p. 57-67

VAUGHAN, S., 2011, “Revolutionary democratic state building: Party, state and people in the EPRDF’s Ethiopia”, Journal of Eastern African Studies, 5 (4), 619-640

WOUDAMMIKE, J., 2014, Déportation et mise en résidence surveillée des acteurs politiques au Cameroun. De la période coloniale allemande à 1990, thèse de doctorat en histoire, Université de Ngaoundéré,

ZAMBO BELINGA J-M., 2003, « Quête de notabilité sociale, rémanence autoritaire et démocratisation au Cameroun », Cahiers d’études africaines [En ligne], n°171, mis en ligne le 15 février 2007, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/etudesafricaines/216

Haut de page

Notes

1 Voir notamment toute l’étendue des comportements dits conformistes qui expriment les résistances des populations considérées comme faiblement politisées. Les comportement cachés proposés par J.C. Scott (2008), ou les formes de distanciation théorisées par Alf Lüdtke et présentées dans le numéro spécial de Sociétés contemporaines dirigé par Alexandra Oeser en 2015.

2 Paul Biya devient président en 1982 après la démission du premier président du Cameroun, Ahmadou Ahidjo. Il est élu en 1984 et 1988 (seul candidat), réélu en 1992, 1997, 2004, 2011 et en 2018.

3 Publication d’une « Lettre ouverte à Paul Biya » intitulée « La démocratie truquée » par Célestin Monga, dans le journal de Pius Njawé, Le Messager (27 décembre 1990).

4 Le Social Democratic Front (SDF) par John Fru Ndi à Bamenda, en mars 1990.

5 40 % des votants ont voté pour Paul Biya (Bigombe Logo, Menthong 1996 : 19).

6 Très concrètement, il s’agit d’augmenter le nombre d’adhérents au Parti et de péreniser des soutiens plus aux intérêts individuels (Vaughan, 2011).

7 Groupes, cellules d’encadrement permettant la mobilisation des populations au nom du développement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Morelle et Sabine Planel, « Appréhender des « situations autoritaires ». Lectures croisées à partir du Cameroun et de l’Éthiopie », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 29 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/4902

Haut de page

Auteurs

Marie Morelle

Maitresse de Conférences, HDR
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Sabine Planel

Chargée de recherche
Institut deRecherche pour le Développement/IMAF
Sabine.Planel@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals