Navigation – Plan du site

Négocier les règles d’accès au marché d’eau urbain à Douala

Negotiating the rules to accessing urban water market in Douala
Virginie Nantchop

Résumés

A Douala au Cameroun, les réformes de libéralisation du service d’eau au cours de la décennie 1990 se sont traduites par le développement d’un entrepreneuriat privé, le plus souvent informel, spécialisé dans la distribution d’eau. Notre propos est de rendre compte des modalités de redéploiement de l’action de l’Etat à la suite des réformes de ce secteur. L’article montre que l’arrangement dans les hautes sphères de l’Etat conduit à la formation de coalitions d’acteurs publics (hauts fonctionnaires répondant directement au pouvoir) et privés, qui construisent le marché de l’eau en ville.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les bouleversements intervenus dans les Etats africains au cours des décennies 1980 et 1990, dans un contexte d’ajustement structurel et de volonté d’affirmation des doctrines néolibérales, se sont traduits par la mise en œuvre de réformes dans les services publics. Au Cameroun, la loi n°98/005 du 14 avril 1998 portant régime de l’eau a fixé le cadre réglementaire du secteur de l’approvisionnement en eau en milieu urbain. Cette loi entérine la fin du monopole public dans le service de distribution d’eau et l’ouverture du secteur aux entrepreneurs privés. Les réformes seraient une condition à la réforme politique dans des Etats néo-patrimoniaux (caractérisés à la fois par la personnalisation du pouvoir et par la logique d’accumulation des ressources politico-économiques) et autoritaires (Fauré et Médard, 1995). A Douala, en effet, la gestion du service d’eau par le concessionnaire public a présenté de nombreuses défaillances. Outre l’incapacité de l’Etat à mettre en œuvre des solutions techniques adaptées, la ville a connu une longue période de sous investissement dans le renouvellement et l’extension du réseau d’eau. Les infrastructures sont vétustes. Le service s’est considérablement dégradé, les pertes techniques enregistrées étant de l’ordre de 30% à 40%. La production était insuffisante et la qualité de l’eau médiocre. Face à l’insuffisance de la production, des quartiers autrefois desservis, en particulier dans des périphéries en développement, ont été déconnectés du système de distribution (Nantchop, 2015).

2L’échec de l’Etat a assuré la continuité du service d’eau dans la ville a conduit à l’entrée des entrepreneurs privés dans le secteur, favorisée par les réformes. En effet, outre la libéralisation de la distribution d’eau, l’on a assisté à la libéralisation économique qui s’est traduite par la mise en place de mesures incitatives (notamment des facilités douanières, fiscales et administratives) à l’investissement privé dans le secteur d’eau urbain (loi n° 2002/004 du 19 avril 2002 portant charte des investissements). Ces réformes ont eu une double conséquence : elles ont favorisé la prolifération de filières de matériel, notamment l’importation de matériel low-cost d’origine chinoise, et contribué à l’essor d’un entrepreneuriat urbain dans le secteur. Les réformes ont ainsi été accompagnées par le développement d’un important marché de distribution d’eau caractérisé par une forte concurrence, celle-ci se traduisant par la formation de coalitions d’intérêt formées par des acteurs économiques et des acteurs politiques et publics. Les jeux d’alliances qui en résultent conduisent à l’imbrication entre le politique et l’économique sur le marché de l’eau (Médard, 1987 ; Compagnon, 2001). Cette configuration se rapproche de celle observée par Marie-Hélène Zérah (2003) à Mumbai en Inde où les entrepreneurs s’organisent pour faire évoluer la réglementation et préserver leurs intérêts économiques. De même, à Bangalore (Ranganathan, 2014), le développement de la mafia de l’eau (water mafia) conduit à des analyses sur l’informel en ville, mettant en évidence l’influence de coalitions impliquant des personnalités politiques et des personnels institutionnels. L’existence de ces coalitions permet de faire une lecture plus large des stratégies d’accaparement des ressources (eau, foncier) et d’accumulation des élites urbaines (Roy, 2009).

  • 1 Les Big-Men représentent l’élite économique et politique. Certains proviennent de la diaspora, d’au (...)

3Notre propos est de rendre compte de la construction du marché d’eau urbain à partir d’une lecture des mécanismes de redéploiement de l’action publique à la suite des réformes du secteur. Cette perspective conduit à analyser les arrangements (au sens de contournements, de transgressions de la norme) prédominants dans les rapports entre les entrepreneurs privés et les acteurs institutionnels, montrant que les écarts entre les normes officielles et les « normes pratiques » (Olivier de Sardan, 2008) participent à la construction de l’action publique. La prédominance des arrangements rend compte de l’existence des rapports de pouvoir entre les différents acteurs (dont les Big-Men1), et permet de mettre en évidence les modalités d’imbrication entre le politique et l’économique dans la construction du marché de l’eau en ville. Après avoir montré que les marges d’interprétation de la loi représentent une opportunité de rente pour les acteurs institutionnels impliqués dans la gestion de l’exploitation et de la distribution de l’eau, le propos sera de montrer que la forte compétition sur le marché d’eau urbain conduit les entrepreneurs à développer des stratégies d’appropriation de l’espace public et de monopolisation des circuits de distribution. Enfin, il s’agira de rendre compte de formes d’arrangements prédominants dans les relations entre les acteurs institutionnels et les entrepreneurs privés, le plus souvent non autorisés. Ces derniers sont à la fois réprimés et tolérés.

  • 2 Ce terme recouvre une diversité de métiers manuels (entre autres électricien, maçon, carreleur, pei (...)

4Cet article s’appuie sur des recherches menées depuis 2012 à Douala, dans le cadre de mes études doctorales. Des entretiens biographiques ont été réalisés auprès d’une trentaine d’entrepreneurs, autorisés et non autorisés. Ils sont impliqués dans l’activité de distribution de l’eau, à partir des dispositifs privés, notamment des bornes-fontaines et des mini-réseaux raccordés à un forage, mais également de l’eau en sachet et en bouteille. En outre, les techniciens2 impliqués dans ce secteur ont constitué des personnes-ressources, me permettant d’enquêter sur des filières et des entreprises. Avec des techniciens, nous avons parcouru la ville à bord de tricycles pour livrer des packs d’eau, ou à moto pour installer ou réparer des machines dans des unités de production. Cette démarche d’observation participante m’a permis d'appréhender l’organisation des circuits de distribution, mais aussi de voir comment s’organise la concurrence entre des associations d’entrepreneurs au sein de la filière. J’ai également conduit des entretiens à différentes échelles de gestion du service d’eau, afin d’appréhender son organisation et les jeux d’acteurs qui y sont relatifs.

La transgression de la loi comme mode de production des normes

  • 3 A la suite de la loi de 1998, deux ministères de tutelle ont été créés dans le secteur de l’eau. D’ (...)

5A Douala au Cameroun, la loi de 19983 a ouvert une fenêtre d’opportunités aux acteurs institutionnels, leur permettant des tisser des alliances avec les entrepreneurs privés, en vue de s’accaparer la rente d’eau. Cette observation permet d’aborder la question du droit, et de s’intéresser aux acteurs institutionnels et à leurs marges d’interprétation du droit (négociation et transgression, Maccaglia et Morelle, 2014).

6Sur le terrain à Douala, la mise en pratique de la loi par les agents des ministères se traduit par l’octroi de licences d’exploitation et le contrôle dans les entreprises des procédés de production. Toutefois, l’attribution des licences se fait le plus souvent en dehors du respect des normes sanitaires en vigueur. Là encore, cette situation se rapproche de celle observée à Delhi (Llorente et Zérah, 1998 ; Llorente et Zérah, 2003 ; Zérah, 2003), où l’industrie de l’eau conditionnée (vendue en bouteilles et en bonbonnes) doit son essor à une réglementation peu rigoureuse sur l’origine des sources, les conditions d’emballage et les procédés de fabrication.

7L’analyse des relations entre les entrepreneurs privés et les ministères permet de montrer que l’attribution de licences d’exploitation d’eau est gérée par des circuits discrets organisés dans chaque ministère. Au sein du Ministère des mines, de l’industrie et du développement technologique (MINMIDT) et du Ministère de l’eau et de l’énergie (MINEE), ces circuits favorisent l’octroi des autorisations d’abord aux Big-men, mais aussi à d’autres entrepreneurs privés. Les travaux de Olivier de Sardan (1996 ; 2009) ont mis en évidence l’existence des pratiques clientélistes dans le fonctionnement de l’appareil administratif dans les Etats africains, montrant plus largement que les écarts à la loi permettent de rendre compte du fonctionnement de l’Etat, à partir de l’étude des relations entre l’administration et les usagers. On observe ainsi des mécanismes de contournement de dispositifs réglementaires. Les pratiques corruptives sont monnaie courante, le complexe de la corruption étant défini comme l’ensemble des pratiques d’usage abusif (illégal ou illégitime) d’une charge publique procurant des avantages privés (Blundo et Olivier de Sardan, 2001). Dans le domaine d’exploitation de l’eau à des fins commerciales, ces pratiques se traduisent par l’échange, voire l’extorsion, alimentant « un système illicite de redistribution de gain ». Les échelles de redistribution vont du pouvoir central, puis des personnels des délégations régionales des ministères à Douala, aux agents sur le terrain.

  • 4 Entre 76 et 762 Euros, un Franc CFA équivalant à environ 655 Francs CFA.

8Dans les principes, le captage et la distribution d’eau sont soumis à une demande préalable d’autorisation officielle auprès du ministère concerné. À cette fin, le demandeur d’une autorisation doit s’acquitter des taxes diverses qui correspondent aux frais d’ouverture du dossier et de contrôle des installations. Ensuite, celui-ci doit payer des frais d’ouverture et d’étude du dossier qui varient entre 50 000 et 500 000 francs CFA4, en fonction de la quantité journalière d’eau produite (Décret n° 2001/164/PM du 08 mai 2001 précisant les modalités et conditions de prélèvement des eaux de surface ou des eaux souterraines à des fins industrielles et commerciales). Enfin, le demandeur assume les dépenses liées au contrôle technique et à l’acquisition de la licence (à 1 000 000 de francs CFA, si sa demande est acceptée). Le contrôle technique doit s’étendre sur une période de 30 jours au maximum, mais la loi stipule que cette durée peut être limitée à 20 jours, selon les cas. Les frais engagés sont répartis entre le transport et éventuellement l’hébergement des agents, pouvant venir du ministère ou de la délégation régionale. Ce contrôle a pour objectif de vérifier la conformité des installations permettant le prélèvement, le traitement et le conditionnement d’eau selon les normes en vigueur. A cet effet, une équipe de contrôle conjointe, formée par au moins deux inspecteurs assermentés du ministère en charge de l’eau et des inspecteurs du Ministère de la Santé publique (MINSANTE), effectue une « descente sur le terrain » (visite technique ou enquête publique). L’équipe doit contrôler le respect du périmètre de protection, dans un rayon de 25 mètres autour du point de captage, de traitement ou de stockage de l’eau. L’équipe vérifie en outre la conformité du dispositif technique mis en place avec les normes de captage et de conditionnement, la qualité de l’eau - des échantillons d’eau sont prélevés aux fins d’analyses des caractéristiques chimiques et bactériologiques -, et s’assure du respect des normes de traitement et d’hygiène et de la formation du personnel employé aux processus de production. Les entrepreneurs privés rencontrés affirment qu'ils ont investi au total entre 3,5 millions et 4,5 millions de francs CFA pour obtenir une autorisation.

9Dans la pratique, la procédure de demande, qui relève le plus souvent d’un véritable parcours du combattant pour l’entrepreneur privé, est contournée. En parallèle de la procédure administrative officielle, d’autres circuits sont mobilisés au sein des ministères. Leur objectif est d’apporter une « aide » à l’entrepreneur afin de « faciliter » l'obtention de l’autorisation (entretiens, 2013 et 2014). Des agents de la délégation régionale proposent leurs services au demandeur d’autorisation pour assurer le montage et la transmission du dossier au ministère à Yaoundé. Toutefois, cette aide peut être qualifiée d’« instituée », car elle est devenue quasi obligatoire dans la pratique, si l’on veut avoir une chance que le dossier aboutisse. Les dessous-de-table sont monnaie courante. Les agents reçoivent du demandeur une contrepartie fixée à un million de francs CFA (entretien avec un entrepreneur privé autorisé par le MINEE, août 2013).

10La visite technique sur le terrain dure trente minutes et coûte au minimum trois millions de francs CFA au demandeur. Cette somme est répartie entre les trois agents, soit un million de francs CFA chacun. Un entrepreneur privé, Big-Man, autorisé par le MINMIDT, explique : « Les agents font au plus trente minutes sur le terrain, mais on te facture toujours 20 jours [chaque inspecteur reçoit un million de francs CFA correspondant à 50 000 francs CFA par journée d’enquête officielle. La durée de l’enquête mentionnée sur l’avis affichée au mur de l’unité de production est de 20 jours]. Ils regardent. Ils demandent : ''As-tu respecté le périmètre de sécurité? Le forage est à combien de mètres ? '' C’est fini. ''As-tu fait des analyses? '' Tu réponds non. Ils disent : ''Il faut faire les analyses''. Et ils sont partis ! » (Entretien avec un Big Man, juillet 2013)

11L’argent reçu par les inspecteurs est redistribué au sein du ministère, de la hiérarchie qui a envoyé les agents sur le terrain jusqu’aux intermédiaires employés à la délégation régionale, ainsi qu’à ceux ayant effectué la mission. Par conséquent, ces derniers sont tenus à une obligation de résultats : ils doivent rapporter à leurs supérieurs les « fruits » de la mission d’enquête. Un autre entrepreneur privé le dit en ces mots : « Après l’enquête, l’inspecteur rentre faire son rapport [rapport de contrôle technique]. Son rapport est favorable si tu as bien parlé, sinon son rapport ne sera jamais favorable. Et celui [entendu sa hiérarchie] qui l’a envoyé attend aussi. Quand un inspecteur prend un million [de francs CFA], tu crois que c’est un million [de francs CFA] qui rentre dans ses poches ? » (Entretiens, août 2013).

12Une analyse des logiques verticales des circuits au sein des organes de l’Etat met en évidence les hiérarchies de pouvoirs, du ministère localisé à Yaoundé à la délégation régionale à Douala. Au-delà (et au-dessus) des pouvoirs ministériels, se trouve un ensemble de réseaux d’influence formés par les cadres du parti, les ministres, les grands hommes d’affaires (Fauré et Médard, 1995). Ces personnalités influencent le plus souvent les décisions d’attribution des autorisations. Selon des entretiens (2014) auprès d’un cadre du MINMIDT, les inspecteurs ont parfois établi des rapports défavorables à l’octroi de licences. Toutefois, ajoute-t-il, au sein du ministère à Yaoundé, la décision de délivrer une licence d’exploitation est largement dépendante de réseaux d’influence, comme ce fut le cas pour une grande entreprise chinoise de production d’eau en bouteille. En effet, la mission de contrôle, conduite par un ingénieur des mines, avait émis un avis « très défavorable » (entretiens, décembre 2014), motivé par le fait que l’eau était captée sur le site d’une ancienne décharge contenant des réserves pétrolières, même en faibles quantités. Le rapport avait été transmis à la hiérarchie. Aucune décision n’avait été prise, du moins, de manière explicite. Conformément à la loi, la décision du ministre adressée au demandeur doit intervenir dans un délai de 30 jours, à compter de la date de dépôt du rapport. Passé ce délai, l’exploitation d’eau est autorisée tacitement (si la demande n’a pas fait l’objet d’un rejet explicite). Le silence du ministre a valu décision positive et dès lors a invalidé le rapport défavorable. Dans le cas de cette entreprise chinoise, selon l’ingénieur des mines, le silence du ministre aurait résulté soit de sa décision personnelle (motivée notamment par un arrangement financier), soit d’ordres venus d’un plus haut niveau (entretiens, décembre 2014). Ainsi, il est possible de contourner les décisions des agents, car les entrepreneurs disposent éventuellement de marges de manœuvre (Crozier et Friedberg, 1977), de ressources relationnelles susceptibles d’être mobilisées pour obtenir une licence.

  • 5 En 2012, j’ai suivi sur le terrain une mission de contrôle technique dans une société chinoise (cel (...)

13A un niveau intermédiaire, le siège du ministère est le lieu de prise de décisions, mais également de concentration des pouvoirs relatifs à l’exploitation d’eau potable. Par conséquent, les hauts cadres du ministère à Yaoundé jouissent de pouvoirs plus étendus par rapport à leurs collègues de la délégation régionale et par rapport au délégué régional lui-même. Ce dernier représente en principe l’autorité ministérielle dans la région du Littoral (celle de Douala). Toutefois, ses marges de manœuvre sont limitées. De fait, les hauts cadres du ministère dirigent le plus souvent la mission sur le terrain et décident d’y associer leurs collègues de la délégation régionale. La présence des représentants de Yaoundé relève d’un régime de faveur pour l’entrepreneur privé, car cette occasion lui permet de négocier directement avec les agents en charge de décision d’attribution des autorisations et de s’affranchir d’intermédiaires (les agents de la délégation régionale) et de contraintes éventuelles résultant des procédures locales, selon les affirmations des entrepreneurs privés (entretiens, 2012). Toutefois cette faveur n’est pas gratuite. Selon un entrepreneur privé autorisé par le MINEE (entretiens, juillet 2013), la rétribution des inspecteurs du pouvoir central est le plus souvent deux ou trois fois supérieure à celle des inspecteurs de la délégation régionale et même du délégué régional5.

14Les entrepreneurs privés, camerounais, chinois, dépendent d’un processus permanent de négociations avec les agents des deux ministères. Les écarts à la réglementation sont quasi-institués. Les « enquêtes périodiques sur le terrain », à des fins de contrôle, se révèlent une simple formalité qui se réduit à la réception de l’enveloppe préparée à cet effet. En contrepartie, les inspecteurs ferment les yeux sur leurs pratiques, notamment l’implantation de forages en milieu urbain dense caractérisé par une absence de système d’assainissement adapté ou le non-respect du périmètre de sécurité, de consignes d’hygiène et de fausses déclarations du volume d’eau mensuel effectivement capté et commercialisé. Certains agents ministériels affirment qu’ils ne consomment pas la majorité des eaux conditionnées – « même si c’était offert gratuitement » (entretiens, 2015) - même celles distribuées par des entreprises pour lesquelles ils ont pourtant donné la licence en émettant un avis favorable aux termes du contrôle technique. Ils contrôlent aussi périodiquement le respect des procédés de conditionnement de ces mêmes entreprises. On peut par conséquent s'interroger sur la valeur de ces autorisations et sur la qualité de l’eau distribuée.

15L’évolution de la réglementation dans le secteur représente une opportunité savamment exploitée au sein de l’appareil administratif. L’attribution des licences d’exploitation aux entrepreneurs privés est l’occasion de s’accaparer la rente d’eau. Au-delà de l’obtention des licences, au quotidien, sur le terrain, les entrepreneurs privés rétribuent les agents des deux ministères, leur permettant ainsi d’exploiter l’eau de la nappe en vue de sa commercialisation en dehors du respect de la réglementation en vigueur. Des circuits de redistribution de gains sont entretenus pour servir des intérêts individuels et ceux de groupes organisés. Les réformes de libéralisation se sont ainsi traduites par une entrée importante des acteurs privés dans la distribution d’eau en ville. Aujourd’hui, ce secteur se caractérise par une forte compétition, se traduisant par des ententes entre les entrepreneurs privés pour contrôler les circuits de distribution.

Tentative de monopolisation des Big-Men et stratégies de résistance des petits entrepreneurs : une collusion d’intérêts privés sur le marché de l’eau

16La compétition entre les différents entrepreneurs privés (grands entrepreneurs autorisés par le MINMIDT et petits entrepreneurs, soit autorisés par le MINEE, soit non autorisés) est observable dans des stratégies d’appropriation de l’espace urbain. Cette compétition s’appuie sur différentes stratégies de pouvoir: lobby politique pour les Big-Men, stratégies de résistance organisée autour d’une chaîne d’acteurs de distribution d’eau (entrepreneurs, grossistes, vendeurs au détail) pour les petits entrepreneurs. Cette configuration se rapproche de celle des marchés locaux d’eau conditionnée en Inde (Zérah, 2003). Dans le contexte indien, les grandes sociétés agro-alimentaires s’organisent en association pour obtenir des avantages fiscaux, mais également pour mener des actions de lobbying, afin de faire respecter les normes par tous les producteurs et ainsi diminuer la concurrence. Dans le contexte doualais, les Big-Men, gros entrepreneurs, se mettent en conformité avec la réglementation, mais également tentent de l’influencer. En sus, ils multiplient des actions de contrôle afin de restreindre l’entrée et la participation des petits entrepreneurs privés dans le secteur de distribution et éviter ainsi sa saturation.

  • 6 Le terme gnama-gnama est issu du pidgin-english et signifie « petit comme une fourmi » ou « insigni (...)

17Les Big-Men (cf. encadré 1) sont les « Grands », dirigeants des « vraies » sociétés - c’est ainsi que les entrepreneurs politiques rencontrés qualifient leurs entreprises - qui s’opposent à ceux qu’ils appellent « gnama-gnama »6, ou encore « charlatans ». Ces derniers « fabriquent de l’eau derrière la maison » et gèrent de nombreuses petites unités de production d’eau de la ville, autorisées par le MINEE. Les gros entrepreneurs de l’eau forment un cercle très fermé. En 2013, ils représentaient seulement une douzaine d’entreprises autorisées par le MINMIDT sur l’étendue du territoire national, tandis qu’une cinquantaine d’entreprises disposaient de licences octroyées par le MINEE, pour la seule ville de Douala.

Encadré 1 : Politicien et entrepreneur : « un Camerounais de la diaspora qui a fait le pari de son pays »

En 2013, cet homme me reçoit à son domicile situé dans un quartier résidentiel du centre-ville. J’y passe deux heures, mais je n’ai pas l’occasion d’avoir un entretien avec lui. L’échange est bref dès mon arrivée : il me sert un sachet d’eau, puis me donne un document (son CV). La première page mentionne : « un Camerounais de la diaspora qui a fait le pari de son pays ». Il me dit : « lis, et si tu as des questions, on en discute après. Je suis vraiment désolé. Je suis en réunion ».

A cette période de l’année 2013, l’entrepreneur est en campagne en vue des élections municipales prévues en octobre. Comme chaque soir, il reçoit à son domicile les membres du Rassemblement démocratique du Peuple camerounais (RDPC), le parti au pouvoir depuis plus d’une trentaine d’années. L’homme s’est en effet présenté sur la liste RPDC de sa commune. Les chefs de quartiers (chefs traditionnels) et autres notables coutumiers sont présents à la réunion et occupent des sièges confortables. Les chefs de communautés bamiléké de Douala (représentants de chefs traditionnels de l’Ouest Cameroun) sont aussi là. Les chefs de quartiers sont particulièrement courtisés par mon interlocuteur, car le vote des habitants dépend largement de leur capacité d’influence. Au menu de la soirée, les membres du parti débattent des stratégies de campagne et l’hôte offre du vin et un repas copieux, des enveloppes également. Selon un de ses proches avec lequel j’ai discuté après cette visite, le candidat dépenserait plus de 2 millions de francs CFA pour recevoir chaque soir de réunion les membres du parti.

Tout commence dans les années 1990 en France où il achève ses études de doctorat. Il est militant de base du RDPC à Paris. En France, il a également été président de l’association des ressortissants de sa commune d’origine à Douala, puis président de la confédération des associations communautaires de son village. Aujourd’hui, il vit au Cameroun, mais est le représentant du chef traditionnel de son village auprès de la diaspora. Son intégration au sein de ces groupes a favorisé la création de son entreprise au cours de la première moitié des années 2000, à partir d’un capital initial de 300 millions de francs CFA : environ 10% du capital sont apportés par les tontines des associations, le reste étant assuré par des partenaires. A la fin des années 2000, son entreprise est leader du marché de l’eau en sachet avec environ 10 millions de sachets d’eau vendus par an.

L’entrepreneur mène de nombreuses actions sociales au sein de sa commune: soutiens à la jeunesse, sponsoring des activités des chefferies, des manifestations sportives, des associations à caractère religieux, administratif et politique à l’exemple de la Jeunesse du président Biya (PRESBY).

Sa « fidélité […] à la politique du renouveau et des grandes ambitions s’est traduite également par son engagement comme militant de base, personnalité ressource et membre d’honneur» du RDPC à Douala, peut-on lire dans son CV. Des pages du document sont des lettres de remerciements des barons du parti à Douala, pour sa contribution financière aux activités du parti.

L’échange symbolique et social est ainsi au cœur de la stratégie d’accumulation de ressources de différentes natures. Le politicien entrepreneur investit une partie des ressources - accumulées grâce à sa proximité à l’Etat – dans des activités économiques et en convertit une autre en capital symbolique, sous forme de soutiens politiques, en la redistribuant. « L’art de la redistribution est la clé de la légitimation et donc de l’accumulation de capital politique. Le capital politique permet à son tour d’extraire davantage de ressources économiques […] Car s’il faut avoir du pouvoir politique pour être riche, il faut être riche pour le rester » (Médard, 1992).

Sources : entretiens et enquêtes de terrain (2013).

18Le poids politique et économique des Big-Men infléchit, par des alliances avec les élites politico-administratives (Thatcher, 2014), les politiques menées par les services déconcentrés. Les petits entrepreneurs sont très souvent victimes de la répression étatique. L’action des Big-Men trouve un écho favorable dans un contexte urbain marqué par des discours des autorités publiques - sous influence des normes internationales - sur les enjeux de renouvellement urbain. Ce contexte se traduit par la régulation localisée des activités du commerce informel dans la ville, et l’évolution des normes environnementales. Outre les interventions du gouverneur et du préfet de la région du Littoral - dans le cadre de « l’interdiction de la production et de la vente illégale et anarchique de l’eau de boisson » - le MINMIDT mène des actions pour contrôler et pour protéger les circuits de distribution, en faveur des Grands. Ces actions ne s’étendent pas uniquement à l’échelle de Douala mais aussi à la métropole de Yaoundé. Dans la capitale politique, le MINMIDT a mis à la disposition des commerçants une liste portant les noms des douze entreprises qui disposent d’une licence attribuée par cette entité ministérielle.

19« A Yaoundé, les commerçants ont ce papier [la liste des entreprises des Big-Men] comme leur bible », explique un entrepreneur privé. Quand tu vas vers les commerçants et dis : "j’ai mon eau ", ils [les commerçants] sortent ce papier et te répondent : "tu es ici ? [Est-ce que ton entreprise figure sur cette liste ?] Si tu n’es pas là, tu pars " ».

20« Voilà un papier qui sort du ministère, tu as vu leurs noms [des entreprises autorisées par le MINEE] inscrits sur ce papier ? Tu as vu, c’est écrit : "A tous les commerçants d’eau minérale en sachets ". (Entretien avec un Big-Man, 2014).

21Le marché de Yaoundé est protégé, fermé, sélectif, mais surtout réservé aux firmes multinationales et nationales, aux fortes assises politiques et économiques. Les Big-Men ont réussi, par le biais d’alliances avec le MINMIDT notamment, à s’accaparer le marché formel de l’eau de la ville de Yaoundé et à écarter de ce créneau les entrepreneurs disposant d’une autorisation du MINEE. Ils ont monopolisé les circuits de distribution et la ville est sous le contrôle du MINMIDT. A Douala, les « Grands » gardent une forte emprise sur les espaces de distribution. Généralement, ils soudoient les commerçants - ou les « motivent » - pour bénéficier de l’exclusivité de la vente d’eau (propos recueillis auprès de vendeurs d’eau en sachet, quartier Ndogpassi 2, 2012). Le MINMIDT utilise des stratégies d’intimidation. Par exemple, en 2013, tous les entrepreneurs qui disposaient d’une licence du MINEE ont reçu des appels téléphoniques. Leurs interlocuteurs leur ont intimé l’ordre de régulariser leur situation en se rapprochant de la DRMINMIDT (pour faire une nouvelle demande de licence d’exploitation), car celle reçue du MINEE n’était pas légale et ne leur conférait pas le droit de distribuer de l’eau dans la ville.

22Cet état de fait, qu’on pourrait analyser comme une différenciation spatiale de l’application de la loi au sein d’un même Etat, permet de s’interroger sur la validité de la signature d’un ministre, d’un membre du gouvernement, plus largement, sur la valeur de la loi. Même pour les entrepreneurs qui disposent de licence, la question de l’intérêt de cette autorisation se pose. Qui fait la loi, finalement : ceux qui, sur le terrain, sont chargés de l’application de la loi ? Peut-être ne devrait-on pas oublier qu’« on est au Cameroun », comme le souligne un Big-Man pour clore le débat. « Ils se disent que quand un ministre a signé un papier… Ils oublient qu’on est au Cameroun », explique-t-il, concernant les entrepreneurs autorisés par le MINEE. (Entretiens, 2014).

23La loi est battue en brèche. Comme source de légitimité, elle est remise en cause et, en même temps, ceux qui doivent l’appliquer en tirent un pouvoir : celui de négocier sa transgression. La légitimité semble s’acquérir au prix d’une affirmation de pouvoir. Il faut la conquérir, l’affirmer, l’imposer par le recours à la transgression de la loi. Le pouvoir ou le lien avec le pouvoir confère la légitimité.

  • 7 L’intérêt des revendeurs à participer à cette résistance réside dans le fait qu’ils réalisent une m (...)

24En réponse aux tentatives des Big-Men de les écarter des circuits de distribution d’eau, les « petits » entrepreneurs privés, mais aussi les revendeurs d’eau7, résistent. En effet, chassés du centre-ville et des quartiers résidentiels de haut standing, les petits entrepreneurs privés autorisés et non autorisés ont opéré une reconquête des espaces délaissés par les autorités publiques locales, car jugés insalubres et lieux d’insécurité (ce sont des espaces de collecte de l’eau), puis celle du centre-ville et des lieux stratégiques, où ils sont susceptibles de trouver une clientèle. Ils démultiplient ainsi les points de distribution. Leurs stratégies d’appropriation de l’espace sont l’expression des tensions liées à l’usage de l’espace public, mais aussi des formes de résistance face à la répression des pouvoirs publics. Les recommandations des agences internationales sont mises en œuvre à travers l’institutionnalisation des pratiques de commerce informel dans les villes, en lien avec les politiques de renouvellement urbain. Le commerce informel est ainsi mis en relation avec la question de l’accès à l’espace public.

25À Douala, la mise en œuvre de cette régulation s’est traduite par la création d’une police municipale. Les vendeurs informels sont parfois délogés à coups de matraques, leurs marchandises sont saisies. Par conséquent, c’est dans les espaces de collecte, localisés principalement à Ndokoti, Bessengue, Youpwe, New Town Aéroport, Bonabéri, que les petits entrepreneurs regroupent les eaux et organisent leur distribution à l’échelle de la ville. Ces espaces se caractérisent par leur multifonctionnalité. C’est avant le lever du jour, lorsque la ville dort encore, qu’ils sont conquis. Les entrepreneurs et leurs employés acheminent les packs d’eau des unités de production vers ces lieux, à moto, tricycle, taxi, mini-car ou autre véhicule. Les revendeurs (grossistes et vendeurs au détail), formés pour la plupart par des jeunes, négocient l’achat de ces packs et les prennent parfois à crédit. Au matin, ces espaces sont à nouveau vides, balayés, nettoyés. Entrepreneurs, employés et revendeurs sont tous partis. Leur départ laisse place à d’autres usagers et usages (le marché comme à Youpwé ou Ndokoti, qui se tient toute la journée) (cf. photographie 1).

26Les revendeurs transportent les packs d’eau vers les lieux de distribution. Au lever du jour, les vendeurs au détail investissent l’espace public. « De l’eau ! De l’eau ! De l’eau ! ». Le nouvel arrivant à Douala peut être surpris, dès la gare routière, ou à l’arrêt d’un feu rouge, par ces petites voix d’enfants (cf. photographie 2). On s’habitue très rapidement à ces vendeurs à la criée. Les citadins de Douala savent bien ce qui se cache derrière ces voix qui interpellent les passants. C’est ce qu’on appelle communément ici de « l’eau en sachet » et de « l’eau en bouteille », destinée à la boisson. L’eau a envahi la ville : carrefours et ronds-points, gares routières, marchés (cf. photographie 3), enceinte ou proximité des centres de santé et établissements scolaires (écoles, lycées et collèges, universités), échoppes de quartiers, surfaces de commerce, mais la rue, les lieux publics représentent le lieu privilégié de commercialisation et de consommation. Toute la journée, des milliers de sachets et de bouteilles d’eau y sont vendus.

Photographie 1 : Le marché de Youpwé, point de départ des packs d’eau vers la presqu’île de Manoka.

Photographie 1 : Le marché de Youpwé, point de départ des packs d’eau vers la presqu’île de Manoka.

Source : V. Nantchop, janvier 2015

Sur le marché de Youpwé, dès l’aube, les packs d’eau sont en attente de l’arrivée des barques qui les transporteront vers la sixième commune, Manoka.

Photographie 2 : Les enfants vendent de l’eau glacée le long des principaux axes de circulation, comme ici à Koumassi

Photographie 2 : Les enfants vendent de l’eau glacée le long des principaux axes de circulation, comme ici à Koumassi

Source : V. Nantchop, janvier 2015

Photographie 3 : Au marché de Youpwé, de l’eau glacée (en sachet et en bouteille) conservée dans des glacières, est commercialisée au détail.

Photographie 3 : Au marché de Youpwé, de l’eau glacée (en sachet et en bouteille) conservée dans des glacières, est commercialisée au détail.

Source : V. Nantchop, janvier 2015

27Le capital économique et l’entregent politique constituent des ressources mobilisées par les gros entrepreneurs pour tenter de monopoliser les circuits de distribution à Douala. Ces acteurs s’inscrivent dans une relation de réciprocité, d’échange, en espèces (se traduisant par des pots-de-vin), et en nature. Les entrepreneurs privés mobilisent non seulement des réseaux divers, mais les entretiennent également. En effet, il faut « entretenir le réseau » (entretien avec un personnel du ministère à Yaoundé, 2014). Au cours d’un entretien avec un fonctionnaire à Douala, celui-ci me révèle qu’il est « inondé » de présents à tel point que ses dépenses dans certains domaines sont presque nulles. « Je peux compter le nombre de fois que je me suis acheté un vêtement au cours des cinq dernières années. Je ne dépense plus pour cela. Vois même celui que je porte actuellement [une gandoura, vêtement originaire du septentrion sahélien]. Ils [les entrepreneurs] m’en apportent à tel point que je ne sais quoi faire avec » (entretien, 2013). La banalité de l’échange tend à dissimuler le caractère de contrepartie d’un service rendu, d’un soutien. On serait en présence d’un code de conduite normatif qui guide les comportements des individus. Il est révélateur du système de fonctionnement d’une administration camerounaise corrompue et des stratégies des individus pour maintenir ce système. En dépit de l’existence de ce système, l’Etat, à travers ses entités, tente de réguler le marché de distribution de l’eau. Les entrepreneurs non autorisés sont ainsi le plus souvent réprimés, mais parfois aussi tolérés.

Réprimé mais toléré : l’illégal négocié

28Les ministères de tutelle octroient des autorisations d'exploitation et de distribution d'eau aux entrepreneurs. Certains entrepreneurs qui relèvent de ce régime bénéficient de ce fait d'une reconnaissance de la part de l’État, mais d’autres évoluent en dehors de ces autorisations. Les autorités publiques les ignorent ou les répriment.

29L’eau alimente un marché qui a atteint une ampleur insoupçonnée et non maîtrisée par les autorités publiques locales et centrales. Des eaux de boisson de qualité douteuse inondent la ville de Douala. Leur origine ainsi que leur qualité sont incertaines. En 2013, environ soixante entrepreneurs privés disposaient d’une licence d’exploitation officielle. Ils se partagent le marché de distribution avec les entrepreneurs non autorisés, en grand nombre. Ces entrepreneurs conditionnent de l’eau dans de petites unités localisées dans une pièce au sein des habitations ou dans des lieux inattendus, tels que des bâtiments en construction, des chantiers. Ils « fabriquent de l’eau dans une chambre ou derrière la maison. Et tu vois seulement des packs d’eau qui sortent des maisons », explique un entrepreneur autorisé par le MINMIDT (entretiens au quartier Yassa, juillet 2013). Combien seraient-ils en réalité ? A la délégation régionale du MINEE, les responsables estiment que la ville compte environ une centaine d’entrepreneurs de distribution d’eau (en sachet et en bouteille) non autorisés. Toutefois, ce chiffre serait sous-estimé, ajoutent-ils. En effet, il rend compte uniquement des eaux produites par les entrepreneurs sans licence, et distribuées au centre-ville, qui ont pu être recensées par les personnels de la délégation régionale du MINEE, au cours des opérations de saisie, accompagnés d’agents de la police. Ne sont pas prises en compte la distribution d’eau à l’échelle des quartiers, effectuée par les habitants, ni les eaux produites dans les villes moyennes environnantes de la région du Sud-Ouest et acheminées quotidiennement vers Douala.

30Les autorités publiques, à travers de multiples discours médiatisés et des campagnes de répression, affirment leur volonté d’« enrayer » la production et la distribution des « eaux de qualité douteuse » (presse locale : Cameroon Tribune, 2011 ; Mutations, 2011). L'absence de moyens financiers pour assurer des contrôles effectifs est très souvent l'argument principal mobilisé par les entités ministérielles et par les autorités locales pour justifier la prolifération d’offres de distribution d’eau dans la ville. En 2012, les petits entrepreneurs privés autorisés par le MINEE se sont réunis au sein du Syndicat de producteurs d'eau en sachet (SPES), puis ont pris l'initiative d'assurer le financement des opérations de contrôle de la vente d’eau. La création du syndicat a été fortement appuyée par certains entrepreneurs qui militent depuis une dizaine d’années environ au sein du Groupement des commerçants et activités connexes du Wouri (GCACW), créé en 2001. Le dossier de création du syndicat a été déposé, mais son statut n’est pas encore formellement établi. Néanmoins, ce regroupement fonctionne et tient des réunions. L’objectif des membres du syndicat était de mener des actions afin d’écarter du marché de distribution d’eau les concurrents que sont les entrepreneurs non autorisés. Ils ont organisé une véritable « traque » des unités de production (entretiens avec le président du syndicat des producteurs d’eau en sachet, juillet 2012). D’abord, ils ont repéré sur le marché les eaux distribuées sans autorisation. Ensuite, des unités de production ont été localisées. Ils ont parfois bénéficié à cet effet de l’aide d’informateurs, d’habitants des quartiers. Derrière les murs d’habitations, des machines (ensacheuses) tournent, de jour comme de nuit. Des ouvriers, formés le plus souvent par la main-d’œuvre familiale, se relaient pour assurer le service. Certains entrepreneurs ont utilisé la ruse, en se présentant aux domiciles des entrepreneurs non autorisés comme de potentiels vendeurs en gros, venus pour visiter le site de production, et conclure des accords en vue de la distribution d’eau. Enfin, une liste d’environ 40 unités de production non autorisées a été portée à la connaissance de la DRMINEE. Des opérations de répression ont été menées par les inspecteurs de la DRMINEE, assistés par la police. Ces opérations ont été financées par le syndicat, à partir des cotisations de ses membres dont la contribution s’élevait à 20 000 Francs CFA chacun.

31Ces opérations n’ont pas produit les effets attendus par le syndicat. Les entrepreneurs non autorisés continuent à distribuer de l'eau dans la ville. Des désaccords ont subsisté entre les membres du syndicat et les agents de la DRMINEE sur la nature des actions à mener. En concertation avec la délégation régionale, les membres du syndicat avaient envisagé deux types d’actions. Le premier était une répression directe auprès des vendeurs assurant la distribution d’eau dans l’espace public et autres lieux de commerce (marchés, boutiques notamment). L’idée était de les dissuader de vendre de l’eau par la menace et la saisie de packs d’eau. Selon les membres du syndicat rencontrés, la répression des vendeurs devait inévitablement avoir des conséquences négatives sur l’activité des entrepreneurs privés non autorisés. Ils subiraient une baisse de leur activité (diminution de la vente d’eau) les contraignant à quitter le secteur. Cette première option était voulue par les membres du syndicat. Le second type d’action envisagée se rapportait à la fermeture définitive des unités de production non autorisées. Lors de la mise en œuvre des opérations, les agents de la délégation régionale du MINEE ont privilégié les actions directes au sein des unités de production (saisie de matériel de production, amendes, mise sous scellés notamment). La réglementation permet à un entrepreneur non autorisé et ayant fait l’objet d’un contrôle inopiné de régulariser sa situation, en introduisant une demande de licence auprès du ministère. De fait, une fermeture définitive des unités de production n’est pas toujours possible car des entrepreneurs non autorisés peuvent entamer une procédure de demande d’autorisation. Cette voie légale leur permet de continuer à exercer leur activité mais, le plus souvent, la voie des arrangements avec les agents de la délégation régionale est privilégiée. Finalement, les entrepreneurs privés non autorisés continuent à conditionner et à distribuer de l’eau dans la ville de manière illégale. Un entrepreneur privé rencontré explique : « Les mêmes gars [agents] de la délégation régionale nous ont appelés. Ils ont appelé le syndicat et on a cotisé de l’argent pour qu’ils descendent sur le terrain fermer au moins des structures qui n’ont pas d’autorisations. Ils m’ont même appelé, j’ai indiqué certaines sociétés que je connaissais, environ 7. Ils vont là-bas, prennent l’argent, mettent dans les poches et s’en vont. Ils ont pris aussi notre argent et ils ont mangé. Le lendemain, tu trouves toujours les mêmes gars [les entrepreneurs non autorisés] dehors. Tu poses la question et ils [les agents de la délégation régionale] disent : ’’Tu sais, tu sais que c’est compliqué’’. Je leur ai répondu : ’’vous saviez que c’était compliqué et pourquoi êtes-vous venus me prendre de l’argent?’’ ». Cet entrepreneur a activement participé au regroupement des producteurs d’eau et au montage du dossier en vue de la constitution du syndicat. (Entretiens, juillet 2014). Cette situation révèle la complexité des enjeux sur le terrain. Les intérêts financiers du personnel de la délégation régionale du MINEE et de la police, ainsi que l'inertie des pouvoirs publics, permettent d'expliquer partiellement la prolifération des offres non autorisées. A ces facteurs, s'ajoute le capital social dont disposent mêmes les entrepreneurs non autorisés et qu’ils mobilisent lorsqu’ils sont confrontés à la répression des forces de maintien de l’ordre. Ils s’appuient sur des réseaux d'influence familiaux, formés par des femmes et des hommes qui jouissent d'un important capital économique, politique, qui leur confère du pouvoir. La proximité des entrepreneurs privés non autorisés avec ces réseaux d’influence leur offre une certaine protection. Se crée alors un rapport de pouvoir entre ces entrepreneurs et les agents ministériels et la police sur le terrain. En outre, les circuits au sein du ministère et de la délégation régionale sont connus des entrepreneurs privés autorisés et non autorisés. Certains agents clés qui y figurent sont réputés être des « hommes de situations » (entretiens avec un informateur, août 2013), capables d'intervenir dans toutes les situations. L'entrepreneur privé non autorisé confronté à un contrôle inopiné effectué par des agents de la délégation régionale du MINEE peut solliciter les interventions (cf. encadré 2). Ces personnes demandent à leurs collègues effectuant le contrôle inopiné « de ne pas le toucher parce que c’est son gars », comme le souligne l’un de mes informateurs proches de ces réseaux. Les entrepreneurs non autorisés considèrent ce type d’intervention comme une forme d'« aide » leur permettant de s'assurer une place sur le marché de distribution, en contrepartie d’arrangements financiers avec les agents de la délégation.

Encadré 2: Réputé « homme de situations »

Nous sommes un samedi de septembre 2013. J’enquête auprès de trois entreprises de production d’eau, accompagnée de l’un de mes informateurs. Il a activement participé au montage de machines dans ces structures. Il a une trentaine d’années. Il est technicien et travaille en ce moment dans une grande entreprise industrielle située à environ 50 km de Douala, où il a obtenu un contrat de deux mois. Il y travaille en semaine et retourne à Douala le week-end pour voir sa famille et faire ce qu’il appelle ses « business », entre autres des réparations de machines dans les entreprises de production et de distribution d’eau, ou l’acheminement des packs d’eau vers les grossistes.

Il est 17 heures. La pluie est battante. Sur sa moto qui nous ramène de la dernière entreprise où nous avons travaillé - je suis presque devenue l’assistante de mes informateurs dans les chantiers, leur passant un marteau, une pointe, une vis, tenant des tuyaux lors des installations etc -, nous entamons un dialogue, comme à l’accoutumée :

« C’est toujours toi qui a installé ces machines alors ? », je lui demande.

« Oui ! C’est moi qui ai fait tout ça », répond-il.

« Et comment es-tu entré en contact avec lui [le propriétaire de l’unité de production] ?» Je continue de questionner.

Quand il est revenu d’Afrique du Sud, il ne connaissait personne. On m’a parlé de lui et c’est moi qui l’ai mis en contact avec M. X. C’est celui qu’on devait rencontrer aujourd’hui, mais il n’a pas pu avoir le temps.

Et pourquoi tu l’as mis en contact avec M. X ?

Pour qu’il l’aide.

Comment ?

Par exemple, quand il y a un contrôle, il l’appelle et il intervient. Il peut aussi dire à ses gars [ses collègues inspecteurs] de ne pas le toucher parce que c’est son gars. Il l’aide ».

Je ne vais pas plus loin, au risque de bloquer toute conversation ultérieure. Nous achevons notre trajet, en silence, sous la pluie.

M. X ! Ce nom ne m’était pas inconnu. Il est inspecteur au ministère. Quelques jours plus tôt, un entrepreneur privé m’avait communiqué son numéro de téléphone. Je l’ai appelé. Plusieurs fois, il m’a donné des rendez-vous qu’il a ensuite annulés à la dernière minute, car il se disait très occupé. Plus tôt dans la journée, mon informateur l’a joint au téléphone pour connaître sa disponibilité. Lorsqu’il a prononcé ce nom, M. X, j’ai commencé à appréhender la rencontre. Ne devais-je pas m’éclipser, au risque qu’il me découvre ? Surtout, qu’il me découvre en train d’enquêter auprès d’entrepreneurs avec lesquels il négocie.

Plus tard, j’ai repensé à ce rendez-vous manqué. Quelles implications cette rencontre - si elle avait eu lieu -aurait-elle pu avoir dans la suite de mes recherches ? Ne m’aurait-on pas fermé les portes du ministère et de la délégation régionale ? Et cette situation n’aurait-elle pas également entraîné un surcroît de méfiance chez mes informateurs ?

32Les activités des entrepreneurs privés non autorisés s’appuient le plus souvent sur les arrangements multiformes avec les agents de l’Etat, ces derniers monnayant le plus souvent leur pouvoir de sanction. Leur maintien sur le marché de distribution d’eau est en outre rendu possible par l’intervention des réseaux haut placés dans les décisions émises par les agents des ministères. L’intervention du politique sur la scène économique révèle la complexité des enjeux liés à la distribution d’eau, un secteur concurrentiel, et permet de faire une lecture du fonctionnement de l’Etat.

Conclusion

33Les réformes néolibérales, conduites par l’Etat et les bailleurs de fonds internationaux, se sont traduites par la montée en puissance des acteurs privés dans le secteur d’eau urbain. L’observation du fait entrepreneurial révèle les limites, mais aussi les résistances aux réformes, celles-ci ne se traduisant pas, de manière systématique, par une substitution du « tout-privé » au « tout-Etat ». L’introduction du néolibéralisme, censé annoncer le « crépuscule de la bourgeoisie d’Etat » (Waterbury, 1991, cité par Catusse, 2008), se traduit par des mécanismes de redéploiement de l’action publique (Hibou, 1999) dans la gestion du service d’eau urbain. L’analyse des relations entre le niveau central et le niveau local de l’appareil politico-administratif révèle la complexité de la mise en œuvre des réformes. L’arrangement dans les hautes sphères de l’Etat conduit à la formation de coalitions d’acteurs publics (hauts fonctionnaires répondant directement au pouvoir) et privés (Big-Men), qui construisent le marché de l’eau en ville. Les rapports entre l’appareil politico-administratif et les entrepreneurs privés se structurent autour d’un jeu politique et d’arrangements, permettant de rendre compte des interprétations diverses de la loi et de leurs effets sur le terrain. L'analyse met ainsi en évidence les mécanismes de contournement de la loi, et les décalages et les contradictions entre les politiques à appliquer et les conditions pratiques de leur mise en œuvre. Des écarts à la loi montrent qu’au-delà des textes écrits, formels, il existe des espaces de négociation. La manière dont des circuits organisés au sein de l’appareil politico-administratif se positionnent par rapport à ces textes conduit à la production de nouvelles normes quasi-institutionnalisées (Olivier de Sardan, 2004). Cette situation est révélatrice des pratiques bien ancrées qui, loin de se réduire à une simple prestation en argent ou à un acte individuel (Lautier, Miras et Morice, 1991), sont érigées en système, celui-ci ne pouvant plus fonctionner sans. Le fonctionnement quotidien des services de l’Etat est fait d’arrangements, de pouvoirs monnayés (Blundo, 2000). Les transgressions et les contournements de la loi semblent tellement bien ancrés dans les pratiques que tout écart à la norme est parfois perçu comme inadapté.

Haut de page

Bibliographie

BLUNDO, G., 2001, « Négocier l’État au quotidien : agents d’affaires, courtiers et rabatteurs dans les interstices de l’administration sénégalaise », Autrepart, vol.4, n°20, p.75-90.

CATUSSE, M., 2008, Le temps des entrepreneurs? Politique et transformations du capitalisme au Maroc, Paris, Maisonneuve/Larose.

COMPAGNON, D., 2001, « Mugabe and partners (Pvt) Ltd’’ ou l’investissement politique du champ économique », Politique africaine, vol.1, n°81, p.101-119.

CROZIER, M. et FRIEDBERG, E., 1992, L’acteur et le système : les contraintes de l’action collective, Paris, Seuil.

ELLIS, S. et FAURE, Y-A., 1995, Entreprises et entrepreneurs africains, Paris, Karthala/ORSTOM.

FAURE, Y-A., et MEDARD, J-F., 1995, L'Etat business et les politiciens entrepreneurs. Néo-patrimonialisme et Big-Men : économie et politique, in ELLIS, S. et FAURE, Y.-A., 1995, Entreprises et entrepreneurs africains, Paris, Karthala/ORSTOM.

HIBOU, B., 1999, « La « décharge », nouvel interventionnisme », Politique africaine, vol. 1, n°73, p.6-15.

LAUTIER, B., MIRAS, Cl. de et MORICE, A., 1991, L’État et l’informel, Paris, L’Harmattan.

LLORENTE, M., et ZERAH, M-H., 1998, « La distribution d'eau dans les villes indiennes : quels réseaux pour quels services? », Flux, n°31-32, p.83-90. DOI: 10.3406/flux.1998.1226

LLORENTE, M., et ZERAH, M-H., 2003, « The Urban Water Sector: Formal versus Informal Suppliers in India », Urban India/National Institute of Urban Affairs/New-Dehli XXII.

MACCAGLIA, F., et MORELLE, M., 2014, « Pour une géographie du droit : un chantier urbain », Géocarrefour, vol. 3, n°88, p.163-72.

MEDARD, J-F., 1987, Charles Njonjo: portrait d'un "big-man" au Kenya, in Terray, E. (ed.), L’Etat contemporain en Afrique, Paris, L’Harmattan, p.49-87.

MEDARD, J-F., 1992, « le "Big man" en Afrique – esquisse d’analyse du politicien entrepreneur », L’Année sociologique, n°42, p.167-192.

NANTCHOP, V., 2015, « L’action publique urbaine à l’épreuve des réformes du service d’eau à Douala (Cameroun) », Géocarrefour, vol 90, n°1, p.61-71.

NANTCHOP, V., 2017, Politiques publiques de l’eau et gouvernance urbaine. Acteurs et enjeux de l’accès à l’eau potable des populations à Douala (Cameroun), Thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

OLIVIER DE SARDAN, J-P., 1996, « L’économie morale de la corruption en Afrique », Politique africaine, n°63, p.97-116.

OLIVIER DE SARDAN, J-P., 2001, « La sage-femme et le douanier. Cultures professionnelles locales et culture bureaucratique privatisée en Afrique de l’Ouest », Autrepart, vol.4, n°20, p.61-73.

OLIVIER DE SARDAN, J-P., 2004, « État, bureaucratie et gouvernance en Afrique de l’Ouest francophone. Un diagnostic empirique, une perspective historique », Politique africaine, vol.4, n°96, p.139-62.

OLIVIER DE SARDAN, J-P., 2008, « A la recherche des normes pratiques de la gouvernance réelle en Afrique », working paper 5, London, Africa Power and Politics Programme.

OLIVIER DE SARDAN, J-P., 2009, « Les huit modes de gouvernance locale en Afrique de l’Ouest », working paper 4, London, Africa Power and Politics Programme.

RANGANATHAN, M., 2014, ‟Mafias’ in the Waterscape: Urban Informality and Everyday Public Authority in Bangaloreˮ, Water Alternatives, vol.7, n°1, p.89-105.

REPUBLIQUE DU CAMEROUN, 1998, loi n° 98/005 du 14 avril portant Régime de l’eau 

ROY, A., 2009, “Why India cannot plan its cities: Informality, insurgence and the idiom of urbanization”, Planning Theory, vol.8, n°1, p.76-81.

THATCHER, M., 2014, « Réseau (policy network) », in Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Sciences Po, p.569–576.

WEBER, M., 1922 [1995] Économie et société, Paris, Plon.

ZERAH, M-H, 2003, « Dix ans de libéralisation de l'économie indienne : les effets limités de la gouvernance dans le secteur de l'eau et de l'assainissement en ville », Autrepart, vol.3, n°27, p.91-106.

ZERAH, M-H, 2010, Politique et gouvernance dans le secteur de l'eau : le cas de Mumbai (Inde), in Schneier-Madanes,G., L’eau mondialisée, Paris, La Découverte « Recherches », p.367-380.

Haut de page

Notes

1 Les Big-Men représentent l’élite économique et politique. Certains proviennent de la diaspora, d’autres, cadres du parti au pouvoir, occupent une place privilégiée sur l’échiquier politique de la ville. L’écart entre les grands et les petits entrepreneurs peut être mesuré en termes de niveau d’investissement consenti. Si les petits entrepreneurs ont investi initialement entre 5 et 10 millions de francs CFA (de manière progressive), l’investissement des grands a été dix à vingt fois supérieur, soit 100 millions de francs CFA au minimum. Il est réparti entre les dépenses d’acquisition foncière, des machines et des accessoires de production, des moyens logistiques.

2 Ce terme recouvre une diversité de métiers manuels (entre autres électricien, maçon, carreleur, peintre, plombier, manutentionnaire, réparateur de machines).

3 A la suite de la loi de 1998, deux ministères de tutelle ont été créés dans le secteur de l’eau. D’abord, le Ministère de l’énergie et de l’eau (MINEE) en 1998, compétent en matière de gestion de l’exploitation des eaux de surface et des eaux souterraines. Puis le Ministère des mines, de l’industrie et du développement technologique (MINMIDT) en 2004, en charge de la gestion de l’exploitation des eaux de surface et des eaux souterraines. Avant cette date, le seul Ministère des mines, de l’eau et de l’énergie (MINMEE) abritait les différentes activités aujourd’hui exercées par ces nouveaux ministères. Cependant, cette gestion partagée est remise en cause par les entités ministérielles elles-mêmes. Dans la pratique, les deux ministères tentent d'accaparer les pouvoirs de gestion de l’exploitation des eaux par les entrepreneurs privés. Le MINEE fonde sa légitimité sur la dénomination même du ministère : «Ministère de l’Eau». Au MINMIDT, l’un des arguments avancés est que «l’eau est une mine liquide». En outre, le poids économique de ce département par rapport au MINEE – au mieux qualifié de « petit ministère », s’il n’est pas réduit à la taille d’une direction du MINMIDT - est largement évoqué par les personnels de cette structure. Ils mettent en évidence son rôle dans le développement économique du Cameroun, à travers les technologies et l’industrialisation, notamment dans le domaine de l’exploitation minière.

4 Entre 76 et 762 Euros, un Franc CFA équivalant à environ 655 Francs CFA.

5 En 2012, j’ai suivi sur le terrain une mission de contrôle technique dans une société chinoise (celle-ci ne concernait pas l’exploitation d’eau). Deux inspecteurs, venus de Yaoundé, y ont associé un haut cadre de la délégation. A la fin de la mission, lorsque nous retournions en voiture, l’inspecteur ayant conduit la mission dit, parlant du haut cadre de la délégation régionale : « je lui ai demandé [à l’entrepreneur chinois] de lui donner 250 000 francs CFA ». Il avait reçu de l’entrepreneur environ le triple de cette somme. Combien son collègue venu avec lui de Yaoundé avait-il reçu ? Je ne l’ai jamais su. Dans tous les cas, la mission avait été fructueuse pour tous.

6 Le terme gnama-gnama est issu du pidgin-english et signifie « petit comme une fourmi » ou « insignifiant ». Utilisé dans ce contexte, les gros entrepreneurs comparent les autres aux fourmis, face aux « Grands » qu'ils représentent.

7 L’intérêt des revendeurs à participer à cette résistance réside dans le fait qu’ils réalisent une marge bénéficiaire plus importante en commercialisant les eaux produites par les petits entrepreneurs. Ils négocient ainsi auprès des petits entrepreneurs le pack de 50 sachets d’eau entre 1200 et 1350 Francs CFA (réalisant une marge bénéficiaire de 1150 à 1 300 Francs CFA), tandis que le prix de vente du pack par les Big-Men est fixe, 1500 Francs CFA (soit une marge de 1 000 Francs CFA). Le prix du sachet d’eau est de 50 Francs CFA.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Le marché de Youpwé, point de départ des packs d’eau vers la presqu’île de Manoka.
Crédits Source : V. Nantchop, janvier 2015
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5037/img-1.png
Fichier image/png, 435k
Titre Photographie 2 : Les enfants vendent de l’eau glacée le long des principaux axes de circulation, comme ici à Koumassi
Crédits Source : V. Nantchop, janvier 2015
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5037/img-2.png
Fichier image/png, 449k
Titre Photographie 3 : Au marché de Youpwé, de l’eau glacée (en sachet et en bouteille) conservée dans des glacières, est commercialisée au détail.
Crédits Source : V. Nantchop, janvier 2015
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5037/img-3.png
Fichier image/png, 484k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Nantchop, « Négocier les règles d’accès au marché d’eau urbain à Douala », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5037 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5037

Haut de page

Auteur

Virginie Nantchop

Chercheure associée
FPAE/UMR PRODIG
virginie.nantchop@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals