Navigation – Plan du site

Vers la fin de l’illusion développementale en ville ? Défiances silencieuses dans les sites de condominium d’Addis-Abeba (Éthiopie)

Towards the end of urban developmental illusion? Silent mistrusts in Addis Ababa (Ethiopia) condominium sites
Marie Bridonneau

Résumés

Depuis le milieu des années 2000, le developmental state éthiopien s’est matérialisé en ville dans les condominiums, un programme massif de construction de logements collectifs et d’accession sociale à la propriété. Il existe une convergence entre les segments de la population urbaine que concentrent ces espaces, et ceux sur lesquels se focalisent les projets politiques du gouvernement éthiopien : les groupes sociaux intermédiaires. Nous proposons ici un premier bilan d’une politique publique qui a bouleversé la société urbaine. Le condominium est le marqueur par excellence de la capacité de l’État à restructurer l’espace social. Cet article propose une analyse des situations autoritaires urbaines éthiopiennes à partir de l’observation des sites de condominium d’Addis-Abeba, ces derniers constituant un laboratoire d’observation des situations quotidiennes de résistance silencieuse et de contournement, d’adaptations et de consentement vis-à-vis de la domination d’État.

Haut de page

Texte intégral

1Le projet développemental affiché par l’Éthiopie depuis le début des années 2010 promet l’avènement d’une économie reposant sur l’industrie et les services (Fantini, 2013 ; Lefort, 2015) qui s’ancrera dans la ville. Les nouveaux espaces industriels, textiles, sucriers ou floricoles, redéfinissent l’accès au travail, le monde ouvrier s’y constitue en même temps qu’il se féminise (Mano et al., 2011). La construction rapide et massive d’universités dans toutes les villes du pays soutient le projet d’une société de services (Reisberg, Rumbley, 2015), qui sera portée par les jeunes diplômés. Les investissements, de la diaspora comme des entrepreneurs locaux, se concentrent massivement sur un secteur immobilier (résidentiel et commercial) encore largement sous-taxé (Goodfellow, 2017a) alimentant l’économie florissante de la construction et absorbant une main-d’œuvre d’origine rurale comme urbaine qui s’emploie sur les chantiers (Goodfellow, 2017b).

  • 1 Le Growth and Transformation Plan a été promulgué en 2010. Dans ce plan de développement, l’État ét (...)

2Si le developmental state s’exprime pleinement en ville, il se matérialise dans le « projet condominium », programme de construction massive de logements collectifs, adossé à un projet d’accession sociale à la propriété (via l’accord de prêts immobiliers). Projet d’État et projet de société, le condominium est une composante forte de la transformation urbaine et sociale éthiopienne. Il est à la fois le lieu de la promotion de la propriété individuelle et de l’entrepreneuriat – à travers, notamment, le soutien aux small and micro enterprises (Gumbo, 2010), et celui d’un projet d’État : organiser et diriger la refonte de la société urbaine par le logement (UN Habitat, 2011, 2014 ; World Bank, FDRE, Cities Alliance, 2015). Bien plus qu’une double réponse au manque de logements urbains convenables et au chômage urbain (UN Habitat, 2014), le condominium représente depuis 2005 la voie unique d’accès à la propriété privée pour les citadins éthiopiens, que ce soit en accession directe ou en rachat (Duroyaume, 2015 ; Bridonneau, Planel, 2015). Poser la question de la localisation du developmental state dans les sites de condominium revient à considérer que la production d’un espace urbain inédit recouvre un projet social et politique. Plus précisément, nous observons la mise en ordre et aux normes des espaces de condominium afin de proposer une analyse des situations autoritaires urbaines éthiopiennes. Le condominium cristallise les projets du gouvernement. Précurseur du Growth and Transformation Plan (GTP)1, il en a constitué une matérialisation exemplaire. II rassure les partenaires étrangers sur la capacité du gouvernement à engager un développement intégrant le secteur privé. Il matérialise une transformation urbaine acceptable répondant à la fois aux objectifs de compétitivité entre les métropoles africaines et aux besoins des populations urbaines vulnérables – en reprenant une politique publique initialement pensée pour les pauvres (UN Habitat, 2014). Mais quels que soient ses objectifs et leurs niveaux d’accomplissement, il répond avant tout aux objectifs du parti au pouvoir en facilitant l’émergence d’une classe moyenne et en soutenant la réorientation économique par le drainage des épargnes individuelles (Planel, Bridonneau, 2017). Ceci étant posé, reste à savoir si le condominium est le lieu d’émergence d’une nouvelle société urbaine éthiopienne (Ejigu, 2015) ou davantage une manne confisquée par un projet politico-économique, celui du « patrimonialisme développemental » (Clapham, 2017).

3La raison d’être de ce questionnement réside dans la convergence entre les segments de la population urbaine que concentrent ces espaces, et ceux sur lesquels se focalisent les projets politiques du gouvernement éthiopien : les petits groupes intermédiaires accédant à la propriété, partagées entre vulnérabilité économique et désir d’émancipation, mais aussi des groupes plus aisés, pour lesquels le condominium (en propriété ou en location) constitue une étape au sein d’une trajectoire résidentielle et immobilière ascendante. Au-delà des populations qui les habitent aujourd’hui, les condominiums restent-ils un horizon d’attente pour les groupes populaires (Dawit Gorems, 2016) qui tentent de participer à la « loterie » ? Rien n’est moins sûr. Le condominium d’Addis-Abeba cristallise les projets du gouvernement, mais cristallise-t-il toujours les aspirations de la société urbaine éthiopienne ? N’est-ce pas le destin des condominiums que de supporter des aspirations trop fortes, constituant le dernier rempart face à la généralisation du lease (Ficquet, Planel, 2017), et donc à la spéculation foncière ?

4Cette réflexion s’inscrit dans le contexte d’une tension entre continuité et transformation des relations de pouvoir en Ethiopie, marquées par les réformes de l’État, les injonctions grandissantes du Parti et ses crises internes, les aspirations silencieuses de la société civile ces dernières années, et tout particulièrement les jeunes (Mains, 2011 ; Di Nunzio, 2014), et des formes de contestation plus ouvertes face au resserrement autoritaire et à une inflation qui grève les budgets et les épargnes des citadins. Alors qu’en pleine crise (Lefort, 2016), l’EPRDF tente de proposer une nouvelle alliance avec la société qui viendrait - en partie - remplacer la mobilisation inclusive, telle qu’encore largement pratiquée dans les campagnes (Emenegger, 2016), cet article se veut une analyse critique, sociale et politique d’une dimension phare de la transition développementale éthiopienne : la collusion entre production de logements et transformation de la société. Il propose un premier bilan d’une politique publique qui a bouleversé la société urbaine. Le condominium est le marqueur par excellence des classes moyennes urbaines, et de la puissance de l’État à restructurer la ville et la place des habitants dans cette ville. Alors que les chercheurs sur l’Éthiopie contemporaine se mobilisent sur les effets du « developmental state » à partir de situations ancrées dans le monde rural (Emenegger, 2016 ; Planel, 2016), sur certains groupes professionnels (Villanucci et al., 2016) ou sociaux (Nallet, 2014), ils mobilisent assez peu la question du redéveloppement urbain ou du « boom urbain » (Duroyaume, 2015 ; Planel, Bridonneau, 2017). La ville éthiopienne est un objet relativement ignoré pour l’étude du fait politique en Éthiopie. Inversement, les études urbaines mobilisent le contexte éthiopien en faisant abstraction des études éthiopiennes (Pedrazzini et al., par exemple), faisant d’Addis-Abeba une métropole africaine ou du Sud parmi d’autres.

5Le « condominium », appréhendé ici comme un espace social et politique, constitue pour nous un laboratoire d’observation des situations quotidiennes de résistance silencieuse et de contournement, d’adaptations et de consentement vis-à-vis de la domination d’État. Dans la perspective d’une lecture socio-politique située de la transition urbaine autoritaire en cours, nous avons mené un travail d’enquêtes dans plusieurs sites de condominiums d’Addis-Abeba, centraux et surtout périphériques, entre 2015 et 2017. Si la plupart des entretiens ont été réalisés au sein de trois sites, Jemo (2015, 53 entretiens), Gerji (2016, 16 entretiens) et Tulu Dimtu (2017, 48 entretiens), nous avons également pu enquêter de manière plus ponctuelle dans d’autres sites emblématiques tels que Summit, Bole Ayat ou encore Tafo Mebrat. Les entretiens, presque tous réalisés au domicile des habitants, ont été conduits de manière semi-directive afin de reconstituer des trajectoires résidentielles, d’appréhender les vies quotidiennes en condominium et de se placer à l’écoute des ressentis citadins sur le changement urbain. Ce travail d’entretiens va de pair avec une observation minutieuse de la matérialité des sites depuis l’espace domestique (ameublement, organisation de la cuisine, etc.) jusqu’à l’intégration du site dans le système urbain (éclairage public, présence de taxis, déchets, etc.).

L’État développemental en ville : retour sur une décennie de politiques publiques de logement

  • 2 Le Ministry of Works and Urban Development a depuis été requalifié en Ministry of Urban Development (...)

6L’intégration de la ville au projet développemental de l’État éthiopien est récente. Au milieu des années 2000, plusieurs documents édités par le gouvernement (Urban Development Strategy en 2005 ; Urban Development Package en 2007) actent d’un intérêt nouveau pour la ville, finalement envisagé comme vecteur de croissance économique et de développement social. Dans la même période, de manière sectorielle, des programmes de développement urbain, essentiellement financés par la Banque mondiale et l’aide publique allemande (logement, gouvernance, infrastructures notamment) sont mis en œuvre, à l’instar du projet pilote de logement condominiums dans le quartier de Gerji. Au sein du GTP I (2010-2015), la ville se voit assigner des fonctions plus précises. La ville y devient le lieu de la transformation structurelle de l’économie éthiopienne : « this strategy has propelled the urban agenda centre stage, particularly the role of cities in promoting industrialization, capital accumulation and stronger integration to global markets » (UN Habitat, 2014 : 51). L’intégration concrète de la dimension urbaine au GTP a été confiée au Ministry of Works and Urban Development2 qui a produit l’« Ethiopian Cities Resilient and Green Growth and Governance Package (ECR-3G2P) » pour la période 2013-2020. Les politiques d’accès au logement y constituent un outil majeur, si ce n’est le vecteur principal, de la transformation urbaine et sociale appelée de ses vœux par l’État.

  • 3 L’objectif initial était de construire 400 000 logements en Éthiopie, dont près de 200 000 à Addis- (...)

7Or, depuis le milieu des années 2000, le mouvement de construction des immeubles de condominiums a été massif, à Addis-Abeba d’abord, puis dans les villes secondaires. L’ambitieux Integrated Housing Development Program (IHDP) (2006-2010) prévoit en effet la construction de plusieurs centaines de milliers de logements destinés en priorité aux ménages à faibles et moyens revenus (Haregewoin, 2007). Il s’agit de privatiser le logement public à travers la construction d’un habitat collectif devant être à terme financé par les bénéficiaires. Ce projet affiche un double objectif : répondre au manque de logements urbains et créer de l’emploi via la construction, les chantiers de condominiums absorbant une main d’œuvre très importante, près de 186 000 pour l’année 2011 (UN Habitat, 2014 : 54). Le programme doit permettre le développement d’une « saving culture among the poor » et ainsi participer à la montée en puissance du secteur bancaire en Ethiopie (Haregewoin, 2007). Entre 2006 et 2010, 171 000 logements ont été construits, dont plus de 80 000 à Addis-Abeba3 (UN Habitat, 2011), soit beaucoup moins que prévu au départ, en raison des trop faibles capacités de financement des banques publiques éthiopiennes, et « due to a shortage of skills in construction, project management and planning, construction design and poor logistic support and the shortage of construction materials. The shortage of qualified contractors, both big and small, considerably slowed the space of housing construction and delivery » (UN Habitat, 2014). Rapidement, faute de financements suffisants, la construction de condominiums dans les villes secondaires est arrêtée.

  • 4 En tant que système de régulation et d’harmonisation du foncier urbain éthiopien, le « lease » corr (...)

8La réalisation de ce projet nécessite en outre la mise à disposition de réserves foncières, extraites du système devant être généralisé depuis 2011, le lease4 (World Bank, FDRE, Cities Alliance, 2015). Dans le cadre de l’IHDP, l’État a réservé des terres pour la construction des condominiums, les terres allouées au programme de logement représentant 30 % des allocations foncières dans les années 2010.

  • 5 Le kebele correspond à l’échelon inférieur de l’administration éthiopienne.
  • 6 Les prénoms des enquêtés ont été changés afin de respecter leur anonymat.

9Au moment du passage au GTP, le modèle se précise et se complexifie. Le modèle retenu initialement par les pouvoirs publics, visant à assurer la construction de ces logements et à les attribuer à des acquéreurs pouvant attester de leur domiciliation à Addis-Abeba et être en mesure de verser un acompte, est maintenu. Mais les taux d’acompte se diversifient : 20%, 10% et 40% du capital, pour accéder au prêt de la Commercial Bank of Ethiopia. Selon UN Habitat (2014), « the mode of housing delivery has changed and it includes: low-income housing development (ie. 10/90 approach); condominium development (20/80 model) [qui reste la formule dominante]; saving housing development for middle income group (40/60 option) and mega housing projects for sugar and fertilizer industry, and university housing. The second approach is housing development by the private sector and cooperatives ». Davantage pensé comme un dispositif devant encourager l’épargne individuelle que comme un outil de sélection des accédants à la propriété, l’attribution des logements se fait selon un système de « loterie » avec des tours de distribution s’échelonnant plus ou moins régulièrement depuis le lancement du programme. Les résultats des loteries sont annoncés dans les journaux, sur internet et affichés dans les bureaux des kebele5. Pendant les premières années de la politique, 30 % des logements étaient strictement réservés aux femmes. 10% des appartements étaient également censés être réservés aux habitants évacués des quartiers centraux régénérés : en 2017, nombre de citadins - toujours en attente d’accès à la propriété - regrettaient la proportion trop importante prise par cette procédure de relogement dans la distribution des appartements. À la même période, la rumeur courait qu’un contingent de logements condominiums avait été réservé pour les enseignants, alimentant encore davantage les frustrations des laissés pour compte du système de loterie, comme le relaie Mulu6 (femme de 33 ans, locataire d’un logement condominium à Tulu Dimtu, entretien réalisé le 26 juin 2017) :

  • 7 Les entretiens ont été réalisés en amharique et en anglais, traduits par nos soins.

« Le gouvernement ne traite pas tout le monde de la même manière. L’année dernière, en assemblée, les enseignants se sont plaints de leurs conditions de vie, ont menacé de démissionner. Alors, le gouvernement a décidé de leur attribuer des logements sans qu’ils n’aient à passer par le système de loterie. Il n’y a pas de système unique qui vaudrait pour tout le monde. Je connais une prof, elle a eu un appartement de 3 chambres, en dehors de la loterie. Si tu es déplacé parce que le gouvernement a décidé de donner ta terre à des investisseurs, tu auras un condominium. Si tu es riche, tu auras un condominium. Il y aura toujours des gens pour passer avant nous, les gens d’Addis-Abeba. Nous, les gens d’Addis-Abeba, n’avons aucune valeur pour ce gouvernement » 7.

  • 8 En 2005, près d’un demi-million de citadins s’étaient enregistrés pour la première phase de l’Integ (...)
  • 9 En 2018, le salaire d’un enseignant exerçant dans un établissement public s’élève à environ 3000 bi (...)
  • 10 Voir également l’article du site d’informations Capital Ethiopia, daté du 9 janvier 2017 : http://c (...)

10Pour les bénéficiaires, l’accès au logement se fait à crédit auprès de la Commercial Bank of Ethiopia. À la fin des années 2000, les taux d’intérêt étaient fixés à 8,5%. L’agence publique de microcrédit AdCSI (Addis Ababa Credit Savings Institution) accorde également des prêts pour le paiement des acomptes. De 2005 à 2010, les logements ont essentiellement été attribués selon le rapport 20% d’acompte à verser, 80 % à rembourser à la banque sur 15 ans. En 2013, l’enregistrement, fermé plusieurs années, a donc été rouvert pour postuler à des appartements selon le rapport 40/60. L’objectif est alors de permettre l’accès à des logements de qualité supérieure aux classes moyennes exclues du parc de logement privé développé par les promoteurs immobiliers, parc réservé de fait à l’élite (Tesfa Teferi GebreEgziabher, 2014). Quelques temps après l’effervescence liée à la réouverture de l’enregistrement8, les pouvoirs publics ont annoncé qu’une sélection serait pour la première fois opérée en fonction du montant épargné : ainsi, les logements seront d’abord attribués à ceux qui auront épargné 100% du capital immobilier (soit 270 000 birr pour un appartement de 3 chambres). On observa alors un phénomène d’ « épargne forcée » (Nallet, 2015) : pour conserver une chance d’accéder à la loterie, les candidats doivent en effet épargner une certaine somme par mois (environ 2000 birr9 d’après notre enquête à Jemo, 2015). En 2017, le projet 40/60 est très largement décrié parmi les épargnants, non seulement pour les retards pris dans les constructions - et par conséquent dans la livraison des logements (Endale, 2016)10, mais aussi en raison de l’augmentation des prix de vente. Quatre ans après la grande vague d’enthousiasme générée par le programme, cette désillusion, relayée jusque dans la diaspora, signe peut-être la fin de l’âge d’or du condominium, alors que la détérioration des premières constructions devient très visible. La faille – au moins temporaire – du programme révèle les difficultés de l’État à répondre, non plus au manque de logement, mais à la soif d’investissements immobiliers des classes moyennes privées de l’accès au lease et à l’immobilier privé, faute de réserves de capitaux suffisantes.

La production d’une ville instable : l’intensification des mobilités sous les effets du redéveloppement urbain et de la restructuration du marché foncier et immobilier

Un facteur inédit et direct de mobilités : le redéveloppement urbain

11Les politiques d’accès au logement privé de type condominium tournent le dos aux politiques de logement social public qui ont prévalu jusqu’au début des années 2000. Elles participent d’une ambition métropolitaine dont la vitrine prend de multiple formes et adopte les normes en vigueur de la modernité (propreté, embellissement, verticalité) (Bosredon et al., 2012). Elle vise à produire les espaces qui diffuseront une « modern way of life » (Ejigu, 2012 : 103). Si le souci d’interconnexion des différents sous-espaces urbains a été tardif et demeure peu abouti, et ce en dépit de la construction récente et très médiatisée du nouveau tramway (Nallet, 2018), le projet vise bien à refonder la ville dans son ensemble. Il pense l’éradication des vieux quartiers comme un corolaire nécessaire à la transformation métropolitaine. La transformation de l’espace résidentiel d’Addis-Abeba s’opère alors avec une certaine radicalité. À la fin des années 2000, les pouvoirs publics commencent à démolir des quartiers centraux dits de « slums », c’est-à-dire des quartiers bas de logements individuels en torchis, pour partie des logements sociaux, les kebele bet, hérités de la période du Derg (Elias Yitabrek Alemayehu, 2008). Le processus d’accès aux condominiums se double donc d’une gestion des citadins contraints au déplacement (Tiumelissan, Pankhurst, 2013).

12La destruction de quartiers centraux emblématiques tels qu’Arat Kilo ou Lideta ces dernières années a bouleversé le paysage urbain et social d’Addis-Abeba. Yehunegn, 30 ans, propriétaire d’un logement condominium au sein du site de Summit raconte le deuil auquel lui, sa famille et ses voisins doivent faire face (entretien réalisé le 15 décembre 2016) :

« Pour nous, la vie en condominium n’est pas un choix. Pour nous qui sommes soumis au redéveloppement, c’est une contrainte. Nous avons été forcés de quitter notre quartier. […] À Arat Kilo, nous étions si bien, nous vivions tous ensemble. Lorsque quelqu’un quittait le quartier pour construire sa maison ailleurs, nous étions si contents pour lui, bénissions sa maison, l’accompagnions. Mais avec le programme de redéveloppement, nous étions tristes, si tristes, tout le monde pleurait. Comme une veillée funèbre. Certains ont supplié le gouvernement, de nous laisser rester à Arat Kilo. »

  • 11 À titre d’exemple, Tefasse est un homme âgé de 73 ans qui habite à Jemo depuis la fin de l’année 20 (...)

13Ces transformations ont conduit à des opérations de relogement de grande envergure. En revanche, il n’y a pas eu un unique programme intégré de réinstallation collective pour l’ensemble du redéveloppement urbain, mais plutôt des solutions site par site, voire au cas par cas proposées par les autorités locales, en fonction du statut et du capital de l’occupant (Yntiso, 2008 ; Abebe, Hesselberg, 2013 ; Gebre, 2014 ; Tesfa Teferi GebreEgziabher, 2014). Ainsi, les propriétaires doivent être en mesure d’attester de la légalité de la tenure, et donc montrer le document faisant office de preuve : titre foncier ou reçus de la taxe foncière. Presque systématiquement, les propriétaires se voient proposer un accès privilégié au condominium, c’est-à-dire que le logement leur est garanti s’ils sont en mesure de payer le premier acompte puis de rembourser le crédit. Ils obtiennent en outre une compensation pour le bien immobilier perdu dont le montant, fixé par une commission ad hoc, peut varier considérablement d’un propriétaire à l’autre. Dans les faits, cette compensation ne recouvre pas nécessairement la valeur du bien immobilier, elle témoigne davantage de la capacité du citadin à mobiliser un capital social. Les propriétaires peuvent aussi obtenir l’usufruit d’une parcelle de terre attribuée en périphérie de la ville, toujours assortie d’une compensation11. À l’instar des propriétaires, les locataires de kebele bet peuvent accéder de manière privilégiée au condominium (sans compensation en numéraire dans ce cas). Ils peuvent aussi choisir de se voir attribuer un autre logement par le kebele. Ce relogement est cependant temporaire, les habitants étant amenés à être re-déplacés au fur et à mesure des opérations de redéveloppement urbain dans les centres d’Addis-Abeba. En revanche, pour les propriétaires comme pour les locataires de kebele bet, il n’y a pas eu (ou presque) d’offre de relogement sur place, contrairement à ce qui avait été annoncé par les pouvoirs publics lors du lancement des opérations. Tesfa Teferi GebreEgziabher (2014) envisage cette « unaccomplished promise » comme une négation forte, au cœur de l’expérience du déplacement, du droit à faire la ville des citadins. Les anciens habitants du quartier central d’Arat Kilo sont aujourd’hui disséminés dans des quartiers périphériques, tels que les nouveaux espaces urbains d’Ayat ou de Jemo. Mais le dispositif autoritaire permet le contournement. La plasticité du dispositif affleure dans certains entretiens, qui mettent précisément en évidence les opportunités de corruption de fonctionnaires et l’intervention d’acteurs intermédiaires facilitant le contournement.

14Teshale a 32 ans, il est technicien dans l’aviation civile, employé par Ethiopian Airlines. Depuis quelques mois, il est en poste en Tanzanie. Lors de ses congés, il loue un studio sur le site de condominiums de Tulu Dimtu pour surveiller la construction de sa maison, à proximité. Ses parents habitent un petit site de condominium dans le centre d’Addis-Abeba depuis leur départ contraint d’Arat Kilo (entretien réalisé à Tulu Dimtu le 7 juillet 2017) :

« Ils voulaient nous envoyer à Jemo. J’ai donné 60 000 birr au kebele pour qu’ils soient relogés à proximité. Nous avons obtenu un logement à Kara, sur un petit site réunissant seulement 6 immeubles. Ma sœur y vit avec mes parents. J’ai payé l’acompte. Mon frère, qui est aux Etats-Unis, paie les traites mensuelles. […] Nous vivions dans une maison kebele, payions 14 birr de loyer par mois. Au moment du redéveloppement, si tu n’as pas les moyens de payer l’acompte, ils te donneront un logement kebele, mais loin et en mauvais état. […]Surtout, il faut corrompre. La corruption est partout, c’est clair. J’ai bien essayé de leur expliquer [au kebele] que mes parents allaient mourir à Jemo, mon père fait de l’asthme. Mais ils s’en fichaient. J’en ai parlé avec un ami, je lui ai donné les 60 000 birr pour convaincre le chef du kebele. Ils ont ensuite changé la localisation de notre relogement. Mais les gens ne savaient pas tout ça, ne s’y attendaient pas. Le gouvernement nous avait assuré que nous pourrions rester ensemble, à Arat Kilo ; que nous aurions le droit de choisir de ne pas partir. Mais le kebele nous a trompés, il a surtout trompé les vieux. Ils étaient si contents de voir leur nom sur les tableaux d’attribution des nouveaux logements.

15Au-delà de la plasticité du dispositif, ces propos mettent en évidence le poids des capitaux social, politique et économique dans les trajectoires résidentielles du redéveloppement : le poids des liens politiques aux niveaux local ou supérieur, le soutien économique familial (et notamment l’enfant établi en diaspora) ou encore la connaissance des opportunités de contournement comme le souligne cet autre extrait d’entretien réalisé avec Yehunegn à Summit (cf. supra) :

« Les gens de chez moi [Arat Kilo], les plus braves, ont marchandé avec des intermédiaires. Ils acceptent la proposition de condominium du kebele, signent pour un appartement de quatre pièces. L’intermédiaire leur rachète, illégalement. Et pourtant, lors des réunions, les employés du kebele nous répètent : ‘vous n’avez pas le droit de vendre, ni n’échanger. Vous ne louerez pas non plus. Ce sera votre maison désormais’. Mais ces gens très courageux vendent quand même leur 4 pièces. Ensuite, ils achètent un studio à l’intermédiaire. Grâce à cette vente, ils peuvent payer l’acompte du studio, et ensuite le mettent en location. Puis, ils partent plus au Sud, en Oromia et habitent un logement qu’ils louent beaucoup moins cher. Les autres, qui ont peur de ce genre de pratiques disent au kebele : ‘donnez moi un autre logement kebele, n’importe où. Le plus souvent, c’est dans des lieux très sales, au bord de la rivière. De toute manière, nous, les déplacés d’Arat Kilo, on est partout ».

16La réinvention de la citadinité à Addis-Abeba passe par cette expérience singulière et collective du déplacement, déplacement contraint, et déplacement de plus en plus recherché dans la capitale.

De nouveaux facteurs indirects de mobilités : la structuration du marché urbain

17Malgré ces efforts publics, à Addis-Abeba, la situation immobilière reste marquée par la très grande difficulté des classes moyennes à accéder à la propriété. Outre la rareté de l’offre, les citadins sont en effet confrontés à l’impossibilité de contracter un prêt immobilier – en dehors du système condominium -, ce qui obère toute chance d’accéder à la propriété pour celui qui n’est pas en mesure de payer le montant du bien en une traite. La faiblesse des banques éthiopiennes est tout particulièrement responsable de la mise à l’écart des jeunes ménages du marché immobilier. En revanche, elle favorise la diaspora et ceux qui ont pu spéculer sur des possessions foncières ou immobilières. Le condominium constitue alors aujourd’hui l’unique espoir d’accès à la propriété dans une ville soumise à la très forte inflation des prix de l’immobilier, inflation pesant tout particulièrement sur les locataires, contraints à des mobilités fréquentes. Belaynesh, 50 ans, est propriétaire d’un logement condominium à Tulu Dimtu, elle y réside depuis quelques mois (entretien réalisé le 26 juin 2017) :

« Avant, j’étais locataire. J’ai longtemps loué une petite maison, sans cuisine ni salle de bains. C’était très sale. Puis j’ai habité un condominium, à Jemo, pendant trois ans. La première année, je payais 1700 birr par mois ; la deuxième année, 3500 birr par mois ; la troisième année, 4300 birr par mois. Ici, je suis contente, il y a deux chambres. Je rembourse 3100 birr de crédit par mois. C’est cher, mais c’est mieux que de louer. Un jour, ce sera à moi, dans 14 ans. Je ne travaille pas. Ma fille est hôtesse de l’air, elle s’occupe de tout. Elle habite avec son mari un appartement, dans le parc privé, qu’ils louent ». 

18Nombre de primo-accédants ne parvenant pas à rembourser leurs traites sont également contraints de revendre leur logement, soit pour en acheter un plus petit, soit pour (re-)devenir locataire. Netsenet, une femme divorcée de 48 ans, habite à Jemo depuis 2010. Elle s’était enregistrée en 2004, à l’ouverture de la loterie pour accéder à la propriété en logement condominium (entretien réalisé le 14 juin 2015) :

« Auparavant, je louais un petit logement dans le parc privé. Lorsque j’ai obtenu mon condominium à Jemo, j’ai du payer 30 000 birr d’acompte, ce que j’ai réussi à faire. Ensuite, je devais payer 1400 birr de traite par mois, mais avec les intérêts du prêt, le montant s’élevait à 2000 birr. J’ai payé pendant quatre ans. Après, je n’y arrivais plus. J’ai dû vendre pour rembourser le crédit. Le montant d’achat était de 135 000 birr, je l’ai revendu 300 000 birr. Maintenant, afin de demeurer dans mon appartement, je paie 4000 birr/mois de loyer au nouveau propriétaire. Le jour où je ne pourrai plus payer, je vendrai les meubles et louerai quelque chose de plus petit ».

19Ainsi, la politique de logement condominium va-t-elle rapidement bénéficier aux citadins solvables, et abandonner les ménages les plus modestes, pourtant premiers concernés par l’élimination des quartiers centraux. En affirmant un recours toujours plus nécessaire à l’épargne individuelle, les programmes d’accès au logement sélectionnent les accédants sur des critères économiques et définissent indirectement les contours d’une nouvelle société urbaine.

20Cependant, il semblerait que le rêve du condominium ait fait long feu. Pour les plus aisés, le condominium est avant tout une opportunité d’investissement. Le rachat aux primo-accédants reste un placement intéressant mais il est de moins en moins envisageable, surtout dans les sites de périphéries, de s’y installer. L’éloignement, la faible qualité des logements et le sous-équipement des sites sont des critères répulsifs. Pour les petites classes moyennes, il reste une opportunité, mais aussi une source de fragilité, étant données les difficultés qu’ils rencontrent à rembourser le prêt. Les plus modestes, eux, ne font plus partie de l’équation depuis longtemps : la plupart ont revendu le logement que la « loterie » leur avait attribué. En effet, à Addis-Abeba la restructuration du marché du logement urbain à Addis-Abeba est intrinsèquement liée à l’instabilité, qui s’ancre au niveau des condominiums : 70% des appartements sont habités par des locataires (World Bank, FDRE, Cities Alliance, 2015). Teshome, 38 ans, est guide touristique. Il est propriétaire d’un condominium à Bole Ayatt (entretien réalisé le 11 décembre 2016) :

« La plupart des habitants ici sont des locataires. Les propriétaires n’habitent pas ici. Moi, je suis propriétaire mais j’ai racheté ce condominium à un gars qui ne pouvait pas rembourser son crédit. En fait, il ne pouvait même pas payer l’acompte. L’appartement était sur le point d’être repris par le gouvernement. Le programme de condominium, c’est un bon programme, mais pas pour les pauvres. Il ne faut pas mentir : si le gouvernement voulait favoriser l’accès des plus modestes à la propriété privée, il ne devrait pas demander plus de 200 birr/mois pour le remboursement du crédit. En ce qui me concerne, cela fait neuf ans que j’habite ici, il est temps de trouver une autre solution, plus appropriée pour mes enfants : je cherche à acheter une terre et à y construire ma propre maison, à Addis-Abeba ».

21L’augmentation continue des prix de l’immobilier, chassant les plus modestes des condominiums, n’est pas seule productrice d’instabilité résidentielle dans la capitale éthiopienne. En effet, l’insatisfaction face à la qualité des condominiums (fuites au niveau des canalisations, odeurs nauséabondes, sentiments d’insécurité ou encore promiscuité gênante - bruit, saleté) a éloigné les plus aisés de la vie en condominium. Il convient cependant de ne pas généraliser trop hâtivement notre propos : le condominium est aujourd’hui un objet pluriel.

Dynamiques et trajectoires des sites de condominium : différenciation spatiale et portée politique du projet urbain

22La très grande variabilité des expériences citadines en condominium ne peut par ailleurs pas être réduite aux appartenances à des catégories sociales « incertaines » (Nallet, 2014). Elle est aussi liée à l’histoire et aux sites de condominiums. Tous n’accueillent pas les mêmes populations, ne connaissent pas les même taux de turn-over, les mêmes ratios d’occupation entre propriétaires et locataires. Certaines copropriétés sont plutôt composées d’accédants à la propriété, heureux bénéficiaires de la « loterie », d’autres de bénéficiaires d’un accès prioritaire en compensation d’une éviction contrainte. On retrouve ces populations dans les sites de très grande taille (au moins 70 000 logements dans le cas de Jemo), principalement situés à proximité des axes cardinaux de sortie de ville. Certains autres, les fameux programmes « 40/60 », ont vocation à accueillir des populations plus aisées, et à permettre à la diaspora d’accéder à la propriété. Les sites qui sont censés héberger ces derniers se situent plutôt dans des quartiers centraux et péricentraux, ou à proximité des principaux axes de communications. Quant aux sites les plus anciens, de petite taille et établis dans les interstices du tissu urbain préexistant, ils ont pris beaucoup de valeur et se sont largement vidés de leurs primo-accédants, qui ont pour la plupart réalisé d’importantes plus-values en vendant leur bien, comme c’est le cas dans le site pilote de Gerji.

Le site pilote de Gerji (années 2000) : site embourgeoisé et désillusions urbaines

Figures 1.1 et 1.2 – Gerji

Figures 1.1 et 1.2 – Gerji

Site pilote, Gerji se singularise par ses espaces publics très verts, ses chemins pavés entretenus et la petite taille des unités d’habitation

Cliché M. Bridonneau, 2016

23Site pilote du projet condominium, Gerji a été construit dans un quartier aujourd’hui péricentral d’Addis-Abeba. Il accueille près de 700 ménages, environ 3500 habitants. Au début des années 2000, ce projet de logement collectif à bas coût, inédit en Éthiopie, a été en partie financé par l‘Agence allemande de coopération internationale (alors GTZ) et a bénéficié de la participation du très influent architecte éthiopien Fasil Ghiorghis. La conception des plans a elle été confiée à un bureau d’études local, MH Engineering. Les premiers bénéficiaires n’ont pas été sélectionnés selon le système - par la suite généralisé - de la loterie, mais parmi des associations de « government workers ». Priorité devait alors être donnée à ceux qui ne possédaient pas leur logement. Le rapport d’UN Habitat (2011) stipule qu’on compte parmi les bénéficiaires des « bussinessmen, architects and lawyers ». Fikru, 45 ans, travaille pour une entreprise publique de transports de marchandises (entretien réalisé le 9 juillet 2017 à Alem Bank) :

« Au départ, je ne faisais pas partie des employés sélectionnés pour avoir accès au logement mais, suite au désistement d’un de mes collègues, on m’a proposé d’acheter un appartement de quatre pièces ou de deux pièces à Gerji. J’avais peur de ne pas pouvoir rembourser le prêt - c’était mon premier crédit -, alors j’ai acheté le plus petit pour 60 000 birr. J’ai versé 50% d’acompte, et ai ensuite remboursé progressivement la moitié restante à la Commercial Bank of Ethiopia. Ma femme et moi avons habité pendant deux ans à Gerji, mais nous étions trop éloignés de notre lieu de travail, surtout elle. Alors, nous avons mis notre logement en location (5000 birr par mois la dernière année). L’an passé, nous avons revendu cet appartement, nous l’avons revendu 850 000 birr et avons pu racheter l’usufruit d’une terre au sud de la ville, et y construire notre propre maison, de deux étages. »

24Au milieu des années 2000, l’accès à ces premiers condominiums était perçu, à juste titre, comme une chance extraordinaire. Destaw, 37 ans, est pharmacien. Dès 2005, il a racheté un local commercial sur le site de Gerji, et l’a transformé en logement. Il se remémore :

« À l’époque, nous nous sentions tellement chanceux, nous étions heureux. Ces premiers condominiums étaient tellement mieux que ceux qu’ils construisent aujourd’hui ».

25Bogale, 54 ans, est arrivé à Gerji en 2005. Il y possède un appartement de deux pièces et confirme :

« Je vivais dans un logement kebele, j’ai accepté de le rendre pour acheter ce condominium. Il n’y avait ni loterie, ni réinstallation pour ce projet pilote. […] Beaucoup de gens différents ont accédé à la propriété ici, même le garde personnel du Premier Ministre Meles Zenawi ».

26Une décennie plus tard, la désillusion domine. Elle se cristallise notamment sur la dégradation des constructions et des équipements, sur les formes d’appropriation collective et sur le rôle des pouvoirs publics. Destaw explique :

« Le condominium, ce n’est pas un lieu pour vivre, ou alors seulement si tu n’as pas d’autre possibilité. Il y a du bruit, les gens crient, trop de promiscuité. Il y a aussi des voleurs, des gens qui fument de l’herbe, qui consomment du khat, qui boivent. Et puis il y a des fuites, de mauvaises odeurs. Le condominium c’est un échec. »

27À propos des associations de copropriété, il dénonce :

« Ce comité est censé résoudre les problème au sein du site : les problèmes de fuite, d’évacuation des eaux usées. Si vous souhaitez rénover votre logement, vous devez en informer le comité, il vous guidera. Ils sont les seuls à pouvoir décider de l’aménagement des espaces communs. Chaque résident paie 20 birr par mois pour le travail du comité. […] Mais les habitant se plaignent de l’action du comité : les règles ne sont pas toujours justes. Par exemple, le premier comité voulait faire payer chaque visiteurs 5 birr pour entrer dans le site. Ils ont pris cette décision sans consulter les habitants. […] Et puis, officiellement, ils sont indépendants du gouvernement mais en période d’élection, ils sont utilisés pour organiser les réunions politiques. »

28À l’instar de Gerji, beaucoup de sites de petite taille se sont développés à la fin des années 2000 dans les interstices non bâtis de la ville existante, et sur les sites de redéveloppement (Lideta, Sangatera, Arat Kilo pour les plus connus). Ce sont ceux qui ont pris le plus de de valeur : les loyers y sont supérieurs à 5000 birr pour un deux pièces.

Jemo, Summit, Ayat…, les grands sites des années 2010 (Jemo, Summit, Ayat) : sites des « classes moyennes » et construction d’un espace politique

Figure 2 – Jemo

Figure 2 – Jemo

Contenant plus de 10 000 logements, le site de Jemo se caractérise par des travaux de sécurisation et d’embellissement des espaces publics, systématiquement entrepris à l’échelle des copropriétés rassemblant quelques blocks d’habitation

Cliché M. Bridonneau, 2015

29Les sites de périphérie, de bien plus grande taille, accueillent la majeure partie des déplacés du redéveloppement urbain, des bénéficiaires de la « loterie » et des jeunes ménages à la recherche d’un logement en location. Ces sites connaissent aussi un turn-over très important. Ce sont des espaces de conquête de la ville. Teshome, décrit son arrivée dans le site de Bole Ayat, en juin 2011 :

« Très peu de gens vivaient là. Il n’y avait ni eau, ni électricité. C’était juste un terrain vague, sans aucun commerce. La route était boueuse, il n’y avait pas d’asphalte. Tout près, il y a une église établie à côté d’une source d’eau chaude. Beaucoup de gens viennent pour cette eau bénite. Ils s’installaient dans les appartements vides […] Il y avait des voleurs, des voleurs de voiture, de vêtements […]. Au début, nous étions si impatients de voir d’autres gens. On se sentait si loin. Je me souviens, il y avait des paysans, qui avaient bu et qui criaient dans la rue ‘c’est notre terre, c’est notre terre, nous allons vous tuer’. Le sol était très fertile ici. Ils produisaient du très bon teff. Maintenant, il y a trop de monde ici, c’est surpeuplé. De 6h à 9h du matin, c’est très difficile d’utiliser les transports. Il faut faire la queue, longtemps ».

  • 12 Les bajaj sont de petits véhicules motorisés à trois roues qui, dans les quartiers périphériques d’ (...)

30Nouveaux espaces urbains, ces sites de grande ampleur, accueillant chacun au moins 10 000 logements, sont surtout établis dans les périphéries orientale et occidentale de la capitale. Quelques années après les premières constructions, ces espaces tendent à constituer des centralités secondaires : s’y sont rapidement implantés lieux de culte, commerces de proximité, services (éducation, santé, banques, etc.). Les équipements se multiplient d’autant plus rapidement qu’autour des sites de condominium se développent des projets immobiliers d’ampleur : zones résidentielles de villas, de logement collectif privé (à l’instar des immeubles Sunshine) via l’attribution de sols selon le système du lease ou, dans une moindre mesure, de l’housing cooperative (Tipple, Elias Yitbarek Alemayehu, 2015). Emblématique de la transformation urbaine et sociale, Jemo, par exemple, est situé à un peu plus de 13 kilomètres au sud-ouest du centre d’Addis-Abeba. Les blocks s’y succèdent de manière très régulière, chaque construction s’élevant sur 4 à 6 étages et renfermant des appartements de type studio, une, deux et jusqu’à trois chambres à coucher. Les constructions sont réunies par six à l’intérieur de compounds clôturés, gardés et aménagés. Les compounds renferment des espaces collectifs : parkings, espaces verts (ou à verdir), « communal » géré par la copropriété et mis à disposition de la collectivité (bureau, lavoir, cuisine, mise en location de certains espaces, etc.). Jemo est aujourd’hui un espace plutôt bien desservi, ce qui en fait un site prisé au regard d’autres espaces moins accessibles. Il est relié à la ville-centre par une ligne de bus régulière et des taxis collectifs, plus chers, mais aussi plus rapides et plus nombreux. Des services de bajaj12 permettent en outre de raccorder les espaces résidentiels aux arrêts de bus.

31Assez rapidement, les résidents de Jemo, Summit ou Abadu Yeka s’approprient l’espace, tout particulièrement à travers la copropriété, institution qui organise la gestion d’un espace collectif de 6 ou 12 blocks réunis dans un ou deux compounds clôturés. Les comités de copropriété gèrent au quotidien les espaces partagés et les relations entre résidents. Comme à Gerji, ils remplissent également une fonction d’encadrement social et politique à l’échelle locale. Getu, explique :

« Notre objectif principal, c’est le développement : dresser la clôture, paver la route, verdir, construire un parking. La clôture doit nous protéger du bétail qui rentre et vient manger nos plantes. Nous demandons 50 birr à chaque habitant : 10 pour le gardien, 40 pour le nettoyage. […] Nous contrôlons aussi la propreté nous-mêmes : depuis chez moi, je regarde qui jette des ordures et j’interpelle ceux qui font cela, je leur demande pourquoi ils agissent de la sorte. Je contrôle cela depuis ma fenêtre. […] Dans notre comité, nous avons aussi trois personnes qui travaillent à la ‘résolution des conflits’, ce sont les anciens du compound »

32La non représentation des locataires dans l’institution participe, avec leurs fréquents déménagements, à leur marginalisation dans les échanges sociaux. La copropriété s’assure des bonnes pratiques et comportements des résidents, via deux leviers principaux : la collecte de taxes nécessaires au bon fonctionnement de la copropriété et la prise en charge de la sécurité des résidents. La faiblesse et la jeunesse des liens sociaux qui unissent les résidents renforcent la capacité de contrôle du comité sur les résidents. À Summit, Yehunegn, 30 ans, président d’un comité de copropriété, souligne :

« Parfois, il peut y avoir de la résistance. Par exemple, pour construire la clôture, la contribution était de 900 birr. Certains ne voulaient pas payer, disant qu’ils ne pouvaient pas. Mais la plupart ont payé. Un résident a fait des problèmes, disant que c’était trop cher, a refusé de payer. Le mois dernier, lui et sa famille ont voulu partir. A ce moment-là, nous avons confisqué ses affaires ».

33Critique envers l’action du gouvernement dans les sites de condominium, Yehunegn ajoute :

« Une fois, le gouvernement a invité tous les comités de copropriété des condominiums d’Addis-Abeba au Ghion Hotel. Ils voulaient que nous partagions nos expériences. Ils nous ont projeté un diaporama : avec un exemple de bon comité, un exemple de mauvais comité. L’un était un compound propre, l’autre était sale. Ils ont dit, nous allons vous aider à faire de votre compound, un espace beau, propre, grâce à l’échange d’expériences. Après la réunion, ils ont oublié ! Ils ont dit qu’ils viendraient nous aider, mais rien ne s’est passé. Ils ne font jamais rien de ce qu’ils annoncent ».

34Si les formes associatives préexistantes se reconstituent dans les grands sites de condominiums, elles sont peu dynamiques. On retrouve bien des edir (associations de solidarité funéraire) à l’échelle des copropriétés, mais les locataires en sont exclus : pris dans des mobilités résidentielles rapides, ces derniers sont trop instables pour intégrer un edir qui exige une relation durable. Dans la même perspective, les relations de voisinage se (re)-construisent a minima. Pour les femmes au foyer ou pour les personnes âgées, peu mobiles, le repli sur le petit espace domestique individuel peut être ressenti comme de l’isolement. À Jemo, Sarina, jeune mère de famille qui a arrêté de travailler, raconte :

« J’ai de bonnes relations avec mes voisins mais on ne se voit pas pour le café. Je les invite seulement pour des occasions particulières : anniversaires, fêtes religieuses… Si quelqu’un est malade, je lui rends visite. Mais personne ne vient ici me voir, ma vie sociale me manque ».

35La vie en condominium se traduit par un affaiblissement des structures de sociabilité préexistantes au redéveloppement urbain qui participaient de la mixité sociale (sociabilité autour du café, de la commémoration d’un saint, edir) et par l’émergence de nouvelles pratiques collectives, beaucoup plus sélectives socialement (contribution à des travaux d’aménagement dans la copropriété).

Tafo Mebrat, Tulu Dimtu : sites inachevés, crispation du marché immobilier et tensions politiques

Figures 3.1 et 3.2 - Tulu Dimtu

Figures 3.1 et 3.2 - Tulu Dimtu

Marie Bridonneau, 2017

Tulu Dimtu est à la fois un espace en marge de la ville, ancré dans des paysages ruraux, conçu de manière incomplète (photo du haut) et fortement investi par l’État, ici à travers l’intervention policière qui vient détruire les extensions frauduleuses des locaux commerciaux (photo du bas).

36Plus aux marges de la ville que les précédents, Tafo Mebrat et Tulu Dimtu sont des sites en cours de construction, et d’installation. Encore en chantier mais déjà habités, ces sites illustrent l’urgence à se loger dans une capitale où le marché immobilier n’en finit pas de se tendre. Dans ces espaces très décriés par leurs résidents et moqués dans toute la ville, les loyers s’élèvent d’ores et déjà à plus de 1500 birr par mois, pour un logement de deux pièces.

37Ils incarnent aussi la faillite de l’État à limiter l’étalement urbain et empiéter sur les terres rurales situées en région Oromo. Ce sont dans ces sites très récents que l’on retrouve les tous derniers accédants à la propriété à l’instar d’Awel, 50 ans, consultant en santé publique, qui vient d’obtenir son logement à la loterie :

« Le condominium permet l’accession à la propriété, mais la distribution n’est pas juste. J’ai du attendre 10 ans pour obtenir ce condo, alors que certains obtiennent des appartements sans mêmes s’être enregistrés. Le système de distribution n’est pas clair. Et la qualité du logement est très basse ».

38Arrivé depuis huit mois au moment de notre rencontre, Awel décrit l’état dans lequel les appartements sont livrés :

« Quand nous sommes arrivés ici, il y avait de gros problèmes pour l’eau, pour l’électricité. Le gouvernement confie ce genre d’installations à des petites entreprises qui ne travaillent pas bien : fuites, raccordements mal faits, matériel défectueux. C’est nous qui avons du tout réparer ».

39Si l’accès à la propriété reste considéré comme quelque chose de positif, la mauvaise qualité des constructions est systématiquement critiquée, et la responsabilité attribuée au gouvernement. Parallèlement, le gouvernement exerce une forte contrainte sur ces espaces, qui passe entre autres par le contrôle des espaces publics. Le 26 juin 2017, vers 8h30, l’allée centrale de Tulu Dimtu est investie par une cinquantaine d’agents de la police d’Addis-Abeba, qui accompagnent une cohorte d’agents du kebele en charge de la répression des constructions illégales. Toute la journée, ils s’emploieront à détruire les toitures et étals en aluminium établis au devant des commerces et empiétant sur les allées du site.

Conclusion

40Ces trois types de site contribuent à renseigner les trajectoires des logements « condominium » à Addis-Abeba : premières installations, formation, consolidation et fragilisation d’un espace social, éclatement sous l’effet des trajectoires résidentielles individuelles. Ces sites mettent en évidence une société urbaine mouvante et fragile, presque insaisissable, mais unanimement insatisfaite. Qu’ils soient établis à Tafo Mebrat ou à Gerji, les résidents dénoncent un système public inefficient (critique de la qualité des constructions, vie en collectivité), injuste (système de distribution) et surtout confisqué (système de distribution, prix). Là où le projet devait contribuer à définir les contours de la société urbaine, en répondant à ses attentes, il déçoit : les plus modestes sont contraints de quitter les lieux, les autres se projettent dans l’acquisition foncière et la construction d’une maison.

41Le projet condominium, leurre ou accomplissement du developmental state ? En un sens, le projet condominium semble échouer à structurer une classe moyenne plus fuyante que jamais, se projetant de plus en plus en dehors des condominiums. D’un autre côté, les condominiums alimentent la bulle immobilière. L’âge d’or du condominium est passé. La vague d’enthousiasme de la fin des années 2000, que trahissaient les travaux et discours d’étudiants en urbanisme (Didier, 2012) n’est plus à l’ordre du jour (Bewunetu, 2016 ; Dawit, 2016). Les perspectives des enquêtés sont convergentes, surtout parmi ceux qui sont établis dans les sites de périphérie. Ils aspirent à ce que le condominium ne soit qu’une étape au sein de leur trajectoire résidentielle. En dépit de leur empreinte massive dans le paysage urbain de la capitale, les sites de « condominium » incarnent bien davantage la fragilité du developmental state que l’avènement d’une société éthiopienne urbaine moderne.

Haut de page

Bibliographie

Abebe, G., & Hesselberg, J. (2013). Implications of Urban Development-Induced Resettlement on Poor Households in Addis Ababa. Ghana Journal of Geography5(1), 32-50.

Bewunetu Zewude (2016). The Right to the city-The Socioeconomic Implications of Moving to Condominiums: The Case of Condominium Residents in Jemo Expansion Area of Addis Ababa, Ethiopia (Doctoral dissertation, Addis Ababa University).

Bosredon, P., Bridonneau, M., & Duroyaume, P. (2012). Vers une nouvelle ville éthiopienne? Essai d’analyse d’une fabrique radicale de la ville éthiopienne. In Annales d'Éthiopie (Vol. 27, No. 1, pp. 153-177). Editions de la Table Ronde.

Bridonneau, M., & Planel, S. (2015). « Le droit à la ville au concret ». Reconstruire et réinventer la ville depuis les condominiums. https://cfee.hypotheses.org/1439

Clapham, C. (2017). The Ethiopian developmental state. Third World Quarterly, 1-15.

Dawit Gorems (2016). Public Housing Provision: The Current Housing Condition Of Condominium Applicants in Gullele Sub City, Addis Ababa, Ethiopia, Master Thesis, Addis Ababa University.

Di Nunzio, M. (2014). ‘Do not cross the red line’: The 2010 general elections, dissent, and political mobilization in urban Ethiopia. African affairs113(452), 409-430.

Didier, S. (2012). Quelques réflexions sur la première promotion de masters en urbanisme de l’Université d’Addis Abeba (rencontres d’Akaki, mars 2010). In Annales d'Ethiopie (Vol. 27, No. 1, pp. 253-257).

Duroyaume, P. (2015). Addis Ababa and the Urban Renewal in Ethiopia, in G. Prunier and É. Ficquet (eds) Understanding Contemporary Ethiopia: Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, pp. 395–413. London: Hurst.

Ejigu, A. G. (2012). Socio-spatial tensions and interactions: An ethnography of the condominium housing of Addis Ababa, Ethiopia. Sustainable Cities, 97.

Elias Yitbarek Alemayehu. (2008). Revisiting "Slums", revealing responses - Urban upgrading in tenant-dominated inner-city settlements, in Addis Ababa, Ethiopia, Thesis for the degree philosophiae doctor, Trondheim, Norwegian University of Science and Technology

Emmenegger, R. (2016). Decentralization and the local developmental state: peasant mobilization in Oromiya, Ethiopia. Africa86(2), 263-287.

Endale, Mamuye Desse. (2016). Identification of the Major Causes to the Delay in the Construction of 40/60 Saving Houses Project in Addis Ababa, Master dissertation, Addis Ababa University.

Fantini, E. (2013). Developmental state, economic transformation and social diversification in Ethiopia. ISPI Analysis163(7).

Ficquet, E. & Planel S. (2017). Le foncier urbain en Éthiopie : simplifier pour mieux contrôler ?, in Métropolitiques.

Gebre, H. A. (2014). The Impact of Urban Redevelopment-Induced Relocation on Relocatees’ Livelihood Asset and Activity in Addis Ababa: The Case of People Relocated Arat Kilo Area. Asian Journal of Humanities and Social Studies 2, no. 1 (2014): 43–50.

Gebre Yntiso (2008). Urban Development and Displacement in Addis Ababa: The Impact of Resettlement Projects on Low-Income Households. Eastern African Social Science Review, vol. 24, n°2.

Goodfellow, T. (2017a). Taxing property in a neo-developmental state: The politics of urban land value capture in Rwanda and Ethiopia. African Affairs116(465), 549-572.

Goodfellow, T. (2017b). Urban fortunes and skeleton cityscapes: real estate and late urbanization in Kigali and Addis Ababa. International Journal of Urban and Regional Research41(5), 786-803.

Gumbo, T. (2010). Microfinance institutions and urban housing in Addis Ababa: Challenges and prospects for sustainable poverty alleviation. Journal of Business and Administrative studies2(1), 54-72.

Lefort, R. (2015). The Ethiopian Economy: The Developmental State vs the Free Market. in G. Prunier and É. Fiquet (eds) Understanding Contemporary Ethiopia, pp. 357–94. London: Hurst.

Lefort, R. (2016). La crise de l’EPRDF: «Devenir inclusif ! ». Politique africaine, (2), 121-144.

Mains, D. (2011). Hope Is Cut. Temple University Press.

Mano, Y., Yamano, T., Suzuki, A., & Matsumoto, T. (2011). Local and personal networks in employment and the development of labor markets: Evidence from the cut flower industry in Ethiopia. World Development39(10), 1760-1770.

Nallet, C. (2014). “Les classes moyennes” éthiopiennes dans le developmental state: un groupe stratégique sans stratégie de groupe?. In Darbon Dominique (dir.), Les classes moyennes en Afrique: Enjeux politiques dune catégorie incertaine, 61–94. Paris: Karthala.

Nallet C. (2015). Classes moyennes éthiopiennes. Etude empirique d'une assignation catégorielle incertaine, Thèse de doctorat en sciences politiques, Université de Bordeaux, Bordeaux

Nallet C. (2018). Le défi des mobilités urbaines en Afrique. Le cas du tramway d’Addis-Abeba, Notes de l’Ifri, février 2018.

Pedrazzini, Y., Vincent-Geslin, S., & Thorer, A. (2014). Violence of Urbanization, Poor Neighbourhoods and Large-Scale Projects: Lessons from Addis Ababa, Ethiopia. Built Environment40(3), 394-407.

Planel, S. (2016). Le developmental state éthiopien et les paysans pauvres. Économie politique du développement rural par le bas. Politique africaine, (2), 57-76.

Planel, S., & Bridonneau, M. (2017). (Re) making politics in a new urban Ethiopia: an empirical reading of the right to the city in Addis Ababa’s condominiums. Journal of Eastern African Studies11(1), 24-45.

Reisberg, L., & Rumbley, L. (2015). Ethiopia: The dilemmas of expansion. International Higher Education, (58).

Tesfa Teferi GebreEgziabher. (2014). The Effect of Development Induced Displacement on

Relocated Household: The Case of Addis Ababa, MA in Development Studies, The Hague, The Netherlands

Tipple, Elias Yitbarek Alemayehu, 2015, Stocktaking of the Housing Sector in SubSaharan Africa, Part 3: Ethiopia, Affordable Housing Institute

Tiumelissan A. & A. Pankhurst. (2013). Moving to Condominiums, Views about the Prospect among Children and their Families in Addis Ababa and Hawassa, Working Paper 106, Young Lives, University of Oxford

UN-Habitat (2014) Structural Transformation in Ethiopia: the Urban Dimension, Nairobi

UN-Habitat (2011). Condominium Housing in Ethiopia: The Integrated Housing Development Programme.

Villanucci, A., Fantini, E., & Périer, M. (2016). Santé publique, participation communautaire et mobilisation politique en Éthiopie: la Women’s Development Army. Politique africaine, (2), 77-99.

World Bank, FDRE, Cities Alliance. (2015). Ethiopia Urbanization Review

Haut de page

Notes

1 Le Growth and Transformation Plan a été promulgué en 2010. Dans ce plan de développement, l’État éthiopien engageait un tournant politique et économique majeur inspiré par le modèle du Development State. Il promouvait un essor économique par une meilleure articulation au marché tout en conservant une forte tutelle étatique. Ce plan promettait une libéralisation tangible des politiques publiques, se concentrant dorénavant sur des secteurs d’activités, des espaces et des populations mieux ciblés et abandonnant les politiques égalitaires jusque là privilégiées dans le pays.

2 Le Ministry of Works and Urban Development a depuis été requalifié en Ministry of Urban Development and Housing.

3 L’objectif initial était de construire 400 000 logements en Éthiopie, dont près de 200 000 à Addis-Abeba.

4 En tant que système de régulation et d’harmonisation du foncier urbain éthiopien, le « lease » correspond à la généralisation du titre d’occupation qui, sous forme de bail public, peut être légué ou revendu au prix du marché.

5 Le kebele correspond à l’échelon inférieur de l’administration éthiopienne.

6 Les prénoms des enquêtés ont été changés afin de respecter leur anonymat.

7 Les entretiens ont été réalisés en amharique et en anglais, traduits par nos soins.

8 En 2005, près d’un demi-million de citadins s’étaient enregistrés pour la première phase de l’Integrated Housing Development Program.

9 En 2018, le salaire d’un enseignant exerçant dans un établissement public s’élève à environ 3000 birr.

10 Voir également l’article du site d’informations Capital Ethiopia, daté du 9 janvier 2017 : http://capitalethiopia.com/2017/01/09/budget-problems-delay-condo-housing/#.WUploRPyhE4, consulté le 15 mars 2018

11 À titre d’exemple, Tefasse est un homme âgé de 73 ans qui habite à Jemo depuis la fin de l’année 2014. Ayant hérité d’une maison à Arat Kilo, où il a passé l’essentiel de sa vie, cet archéologue à la retraite a eu le choix, dans le cadre du redéveloppement, entre l’accès privilégié à un appartement sur le site de Jemo, pour 273 000 birr, ou à une parcelle de terre de 175 m2. Dans les deux cas, il recevait une compensation de 63 000 birr. Un tel montant ne lui permettant pas de construire une habitation, il a choisi d’acheter le condominium, à crédit, avec des traites mensuelles à rembourser (entretien réalisé à Jemo le 12 juin 2015).

12 Les bajaj sont de petits véhicules motorisés à trois roues qui, dans les quartiers périphériques d’Addis-Abeba, relient les espaces d’habitation aux grands axes et aux infrastructures de transport public.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figures 1.1 et 1.2 – Gerji
Légende Site pilote, Gerji se singularise par ses espaces publics très verts, ses chemins pavés entretenus et la petite taille des unités d’habitation
Crédits Cliché M. Bridonneau, 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5085/img-1.png
Fichier image/png, 3,3M
Titre Figure 2 – Jemo
Légende Contenant plus de 10 000 logements, le site de Jemo se caractérise par des travaux de sécurisation et d’embellissement des espaces publics, systématiquement entrepris à l’échelle des copropriétés rassemblant quelques blocks d’habitation
Crédits Cliché M. Bridonneau, 2015
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5085/img-2.png
Fichier image/png, 2,6M
Titre Figures 3.1 et 3.2 - Tulu Dimtu
Crédits Marie Bridonneau, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5085/img-3.png
Fichier image/png, 3,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Bridonneau, « Vers la fin de l’illusion développementale en ville ? Défiances silencieuses dans les sites de condominium d’Addis-Abeba (Éthiopie) », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5085 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5085

Haut de page

Auteur

Marie Bridonneau

Maître de conférences
Université de Nanterre/ Directrice CFEE, Centre Français des Études Ethiopiennes
bridonneaumarie@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals