Navigation – Plan du site

Domination et résistance étudiante au sein d’un « lieu clos et apolitique » : l’université camerounaise (1962-2014)

Domination and Student Resistance in a "Closed and Apolitical Place": the Cameroonian University (1962-2014)
Cindy Morillas

Résumés

Dans le contexte autoritaire Camerounais, l’université est officiellement considérée comme un « lieu clos et apolitique ». Cet article analyse la genèse et l’évolution des dispositifs de pouvoir et de résistance, au sens large finalement utilisé par Michel Foucault, relatifs à la liberté d’expression des étudiants. S’appuyant sur des données qualitatives recueillies dans le cadre de ma recherche doctorale, l’article démontre que la genèse de ces dispositifs s’est faite par moments, avec des affinements progressifs liés aux évolutions du contexte politique et social. Entre 1963 et 1965, soit dans les premières années de l’université créée en 1962, les autorités mettent en place les deux dispositifs de pouvoir qui perdureront. Il s’agit d’une part de la répression des mobilisations étudiantes et, d’autre part, de la création d’associations étudiantes que nous qualifions d’« institutionnelles ». Ils ont pour objectif de faire face aux dispositifs de résistance que sont les manifestations étudiantes et les associations étudiantes « autonomes » (c’est-à-dire créées par les étudiants). L’impératif stratégique est, du côté du pouvoir, celui du contrôle de la parole étudiante et, du côté de la résistance étudiante, celui de la liberté d’expression. L’article démontre que, au-delà des évolutions de forme, ces impératifs stratégiques perdurent jusqu’à nos jours malgré la réinstauration du multipartisme en 1990.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le potentiel dont la catégorie sociale des étudiants est porteuse en tant que force de changement et de contestation, a été établi par de nombreuses études, tant en situation démocratique qu’autoritaire (Récappé, 2008 ; Touraine, 1978 ; Wood, 1974). Pourtant, l’étude des mouvements étudiants africains a connu un sort similaire à celui des mouvements sociaux du Sud en général : largement étudiés en Occident (Hirsch, 1993 ; Taylor, 1975), en particulier autour de l’année 1968 (Caute, 1988 ; Damamme, Gobille, Matonti, Pudal, 2008), ils ont été peu interrogés sur le continent africain. Or l’analyse de mouvements sociaux dans des situations autoritaires du sud (Bertrand, 2003 ; Gangloff, 2008 ; Récappé, 2008 ; Wright, 2001), et ceux interrogés en Afrique subsaharienne en particulier (Abbink, De Bruijn, Walraven, 2003 ; Banégas, Pommerolle, Siméant, 2011 ; Blum, Guidi, Rillon, 2016 ; Bratton, Van de Walle, 1997 ; Crummey, 1986 ; Ellis, Kessel, 2009 ; Luescher-Mamashela, Klemenčič, Otieno Jowi, 2016 ; Rotberg, Mazrui, 1970 ; Tall, Pommerolle, Cahen, 2015), s’avère heuristiques pour comprendre les relations de pouvoir. C’est ce que montrent les analyses synchroniques réalisées sur les mouvements étudiants au Cameroun (Assatazon Jeufo, 2009 ; Fokwang, 2009 ; Gam Nkwi, Konings, Nyamnjoh, 2012 ; Kemedjio, 2013 ; Konings, 2002, 2005, 2009 ; Mbengué Nguimè, 2005 ; Mengoung, 2005 ; Messang, 1984 ; Mokam, 2012 ; Morillas, 2009, 2010 ; Nkwengue, 2006 ; Pommerolle, 2007 ; Woudammiké, 2008). Ces travaux montrent que ce pays a connu plusieurs mobilisations étudiantes contestataires, mais pas de mouvement étudiant revendicatif durable.

2Cet article étudie l’historicité du fait autoritaire au Cameroun au prisme de la genèse et de l’évolution des relations de pouvoir relatives à la liberté d’expression collective des étudiants dont les mouvements étudiants – autrement dit la liberté de manifester – représentent un aboutissement ultime. La liberté de se réunir et la liberté de s’organiser collectivement constituent souvent des étapes préalables aux mouvements étudiants, ou du moins constitutifs, or celles-ci ne vont pas de soi en situation autoritaire.

3Les relations entre autorités universitaires et étudiants reposent sur des dispositifs de pouvoir et des dispositifs de résistance. Pour Michel Foucault, il y a « un impératif stratégique, jouant comme matrice d’un dispositif » (Foucault, 1977). Dans le cas camerounais, nous montrerons que cet impératif est, du côté du pouvoir, celui du contrôle des étudiants et, du côté de la résistance étudiante, celui de la liberté d’expression. Foucault définit la notion de dispositif comme :

4« un ensemble résolument hétérogène, comportant des discours, des institutions, des aménagements architecturaux, des décisions réglementaires, des lois, des mesures administratives, des énoncés scientifiques, des propositions philosophiques, morales, philanthropiques, bref du dit aussi bien que du non-dit » (Foucault, 1982).

5Les dispositifs de pouvoir ne se réduisent donc pas aux instruments répressifs tout comme les dispositifs de résistance ne se réduisent pas à leur confrontation.

6Cet article montre que la genèse des dispositifs de pouvoir et de résistance s’est faite par moments, avec affinements progressifs. Malgré la réinstauration du multipartisme en 1990 (le pays ayant déjà expérimenté le multipartisme de l’indépendance en 1960 à l’instauration du parti unique en 1966), l’impératif stratégique de contrôle de la parole étudiante, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur des campus, demeure constant. Il montre également que, tant sous le parti unique que sous le multipartisme, des étudiants ont élaboré des dispositifs de résistance.

7Plusieurs auteurs se sont appuyés sur des concepts et approches foucaldiens pour penser des dynamiques politique en Afrique en général (Jean-François Bayart, Achille Mbembe) et au Cameroun en particulier (Jean-Pierre Warnier, Émilie Guitard, Guillaume Lachenal, entre autres). Toutefois, comme Sabine Planel :

8« notre emprunt à “la boite à outil” foucaldienne n’est que partiel (…), nous pensons que les dispositifs disciplinaires qui mettent en œuvre cet assujettissement peuvent être très concentrés spatialement et/ou socialement, très hiérarchisés et surtout très intentionnels » (Planel, 2015, p. 6).

9De plus, Foucault postule que :

10« le pouvoir ne s’exerce que sur des “sujets libres”, et en tant qu’ils sont “libres” – entendons par là des sujets individuels ou collectifs qui ont devant eux un champ de possibilité où plusieurs conduites, plusieurs réactions et divers modes de comportement peuvent prendre place » (Foucault, 2001).

11Or, si les mouvements étudiants en situation autoritaire confirment l’existence de ce champ de possibilité, l’analyse de la genèse et de l’évolution des rapports entre dispositifs de pouvoir et de résistance autour de la liberté d’expression étudiante au Cameroun montre que cette liberté est plus fortement contrainte qu’en situation démocratique où, par exemple, les syndicats étudiants peuvent se déployer au sein des universités.

  • 1 « Chez Habermas[,] l’espace public est la concrétisation de l’ambition de personnes privées de part (...)

12Le régime politique camerounais est particulièrement intéressant car le même parti politique a su rester au pouvoir depuis l’indépendance du pays en 1960 jusqu’aujourd'hui malgré le retour au multipartisme en 1990. Il défie les typologies politistes caractérisant les régimes politiques (Bayart parle d’un processus de recherche hégémonique Bayart, 1984 ; Mbembe, 2000 ; Médard, 1977 ; Pommerolle, 2008), car l’une de ses caractéristiques fondamentales tient dans le décalage entre les discours officiels pro-démocratiques depuis décembre 1990 et les pratiques autoritaires des tenants du pouvoir politique. Ce décalage est particulièrement visible dans le contexte de l’enseignement supérieur. Censé être un espace public1 d’élaboration de savoirs, le décret n°93/027 portant dispositions communes aux universités camerounaises stipule plutôt que « l’Institution Universitaire est un lieu clos et apolitique » (art. 42-1). Depuis 1960, le fait autoritaire au Cameroun s’appuie sur la peur des autorités de la perte de contrôle de l’ordre au sein de l’espace public. Cette peur alimente la répression systémique sur l’ensemble du territoire national de toute activité perçue par les autorités comme menaçant son autorité, politisant ainsi des revendications qui se limitent pourtant aux conditions de vie et d’études. On s’intéressera particulièrement ici aux formes de répression au sein de l’université publique qui sont tout autant sociales que spatiales.

13Peu après la création de l’université en 1962, des dispositifs de pouvoir et de résistance se sont progressivement mis en place avant même l’instauration du parti unique, l’Union nationale du Cameroun (UNC), en 1966 (partie 1). En décembre 1990, le multipartisme a été réinstauré et le pays est toujours présidé par Paul Biya du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, successeur de l’UNC) suite à la démission d’Ahmadou Ahidjo en 1982. Par définition, le multipartisme est censé favorisé le pluralisme en ouvrant les structures d’opportunités politiques (ouverture ou fermeture des institutions, stabilité des coalitions autour du régime, présence d’alliés, niveau de répression) (McAdam, 1982). Or les mobilisations étudiantes, de même que les associations étudiantes autonomes (AEA, créées sous initiative étudiante) qui ont pu voir le jour, sont confrontées à des dispositifs de pouvoir certes renouvelés sur la forme mais qui, sur le fond, restent guidés par l’impératif stratégique de contrôle de la parole étudiante (partie 2) et concernent également les associations étudiantes institutionnelles (AEI, créées par le pouvoir, partie 3).

14Cet article s’appuie sur une sélection des données recueillies pendant neuf mois de terrain cumulés entre 2009 et 2012 dans le cadre de ma thèse sur les militantismes étudiants au Cameroun, soit au total 85 récits de vie de militants étudiants, 37 entretiens informatifs et des centaines de pages d’archives de presse, d’archives universitaires et d’archives étudiantes individuelles et collectives (Morillas, 2015).

Genèse des dispositifs de pouvoir et de résistance étudiantes

15Dans cette partie, nous montrerons que la répression des manifestations étudiantes constitue, historiquement, le premier dispositif de pouvoir mis en place pour faire face au dispositif de résistance étudiante qui a pris la forme de la technique de réappropriation spatiale qu’est la manifestation (1.1). Le second dispositif de pouvoir comme de résistance réside dans la création d’associations étudiantes (1.2).

Répression des premières manifestations étudiantes

16La notion de « répression » regroupe les « efforts pour supprimer tout acte contestataire ou tout groupe ou organisation responsable de ces derniers » (McAdam, Tarrow & Tilly, 2001, p. 69, cités par Combes, 2009, p. 462). Plusieurs travaux ont montré son importance pour mieux comprendre la contestation en situation démocratique (Goldstone & Tilly, 2001 ; della Porta & Fillieule, 2006 et Combes & Fillieule, 2011). Mais, « la question du maintien de l’ordre en contexte de transitions et post-transitions démocratiques est fréquemment négligée » (Combes, 2006, p. 230 citée par Siméant, 2014, p. 71, voir aussi Delpech, 2013). Dans un contexte de situation autoritaire comme celui du Cameroun, les contestations jugées trop subversives par le pouvoir sont endiguées et le cas échéant réprimées, y compris à l’université. Comme l’observe Brockett étudiant la répression des mobilisations au Guatemala entre 1960 et 1984 et au Salvador de 1960 à 1991, l’ouverture des opportunités politiques est un préalable à l’émergence de mobilisations en situation autoritaire (Brockett, 2005).

  • 2 Nous avons consulté à la Bibliothèque Nationale de France un journal catholique réputé critique, L’ (...)

17La première université camerounaise, l’université fédérale camerounaise, a été créée en 1962 à Yaoundé. Pendant sa première décennie, le campus semble avoir connu une faible mobilisation étudiante avec seulement quatre grèves étudiantes en dix ans : en 1963, 1965, 1969 et 1972. Cela s’explique en partie par un climat de terreur marqué par la reconduction permanente de l'état d'exception et accompagné de mesures législatives, judiciaires et policières. Il s’explique également par le fait que, pendant cette période, les étudiants ont un statut social particulièrement privilégié au sein du système politique grâce à leurs bourses et à l’embauche de la plupart d’entre eux par l’État dans le secteur public. De plus, on ne trouve quasiment aucune information sur ces premières grèves étudiantes au Cameroun. Quatre journaux de l’époque disponibles n’en font même pas mention2. C’est dire la faible visibilité de ces mobilisations étudiantes.

  • 3 Ancien secrétaire général de la fenec.

18Les premiers dispositifs de pouvoir et de résistance apparaissent dès 1963. En effet, cette année-là, une grève étudiante revendique des bourses et un meilleur encadrement (Mbia, 2011). En 1965, des étudiants manifestent lors de la déclaration unilatérale d’indépendance de la Rhodésie par Ian Smith (Bella, 2010, p. 689 ; Mokam, 2012, p. 290). C’est la Fédération nationale des étudiants du Cameroun (FENEC) qui, « à en croire M. Charles Etoundi3, avait conduit les étudiants dans les rues de Yaoundé en 1965 lors de la déclaration de l’Indépendance de la Rhodésie (aujourd’hui Zimbabwe) par le rebelle raciste Ian Smith » (Messang, 1984, p. 151). Jean-François Bayart souligne la rapidité et l’efficacité de la répression d’une grève étudiante qui s’est tenue en 1969, sous le parti unique, réprimée « dans la journée par le renvoi en brousse des étudiants mis en cause » (Bayart, 1970, p. 701). En effet, le régime de parti unique réprime de façon particulièrement sévère toute revendication, même corporatiste. En 1972, se tient une grève étudiante dont nous n’avons pas pu trouver les motifs (Le Messager, 8 mai 1991, p. 8 cité par Mokam, 2012, p. 290).

  • 4 Il s’agit de logements privés autour des universités destinés aux étudiants.

19De 1979 à 1981, plusieurs grèves étudiantes mettent en avant des contestations non plus politiques mais d’ordre économique et social. Les étudiants de l’université de Yaoundé réclament que la bourse soit attribuée à tous les étudiants et revue à la hausse au même titre que les augmentations salariales. Ils réclament également une amélioration qualitative et quantitative des repas distribués aux restaurants universitaires, une prise en charge par l’État des loyers des étudiants habitant dans les mini-cités4 ainsi qu’une réduction du loyer en zone de résidence universitaire. Ces grèves, malgré le caractère purement corporatiste de leurs revendications, sont tout de même violemment réprimées par les forces du maintien de l’ordre :

20« S’ensuivit des arrestations, des disparitions et le fichage de nombreux étudiants qui leur fermait les portes pour tout concours ; ce qui évaporait tout rêve d’une quelconque position de pouvoir au terme des études universitaires » (Bella, 2010, p. 524).

  • 5 Le déroulement de cette journée est détaillé dans Jeune Afrique, 20 janvier 1988, pp. 22-24.

21Du fait de la dégradation des conditions de vie et d’étude des étudiants liée à la crise économique et en prélude au mouvement de libéralisation politique du début des années 1990, « l’agitation va croissante depuis 1987 et se développe tout au long de l’année 1990 » parmi les étudiants (Pommerolle, 2005, pp. 46‑47). Des étudiants rapportent dans un plaidoyer que l’administration a mis fin aux élections étudiantes en 1986 pour choisir elle-même les dirigeants étudiants (Les étudiants de l’Université de Yaoundé, 1991, p. 12). En février 1987, les étudiants manifestent. Les motifs de cette manifestation restent inconnus mais, en réaction, « les militaires avaient investi le campus pendant près d’un mois » (Le Messager, 8 mai 1991). Le jeudi 17 décembre 1987, à la veille des vacances de fin d’année, une grande grève étudiante éclate. L’élément déclencheur et le retard de paiement des bourses des boursiers redoublants, de ceux admis à la session de septembre et des nouveaux inscrits en première année. Parmi les 17 500 étudiants, 80% sont boursiers. Pour financer les bourses, les étudiants proposent la vente des bijoux de Mme Biya (Pigeaud, 2011, p. 45). Les revendications sont corporatistes : paiement des bourses, amélioration de la nourriture du restaurant universitaire, réinstauration d’un système de transport pour les étudiants, augmentation du nombre de salles de cours et de chambres universitaires. La grève provoque « un après-midi et une nuit de folie et de violences […], première manifestation exacerbée de la crise économique et de l’ouverture démocratique »5.

22Une autre mobilisation majeure se déroule à l’université cette année 1987. Le 18 décembre, les étudiants se rassemblent devant la chancellerie, localisée sur le campus, puis manifestent hors du campus. Des cars anti-émeutes à jets d’eau sont mobilisés. Selon Amnesty International, 300 étudiants ont été arrêtés6. Parmi eux, des leaders étudiants sont arrêtés, voire même exclus de l’université, y compris le président de l’Association des étudiants de la faculté de science7. Des ministres déclarent alors « que l’école n’est pas la priorité du gouvernement » (Tedga, 1988, p. 65). Selon Fanny Pigeaud, une revendication plus politique s’ajoute à ces revendications corporatistes, celle de la démission du président de la République (Pigeaud, 2011, p. 45). Néanmoins, les données recueillies indiquent plutôt que les revendications étaient d’ordre corporatiste en 1987. C’est notamment ce qu’indique la suite du témoignage de Jean-Blaise Mani, qui sera un leader de l’Autodéfense, un contre-mouvement étudiant des années 1990 : « La première grève de 87 était vraiment purement sociale. Il y a ça, ça a donné une idée aux politiques qui ont manipulé donc dès 88 les manifestations avaient déjà quelque chose de politique »8. Les mobilisations étudiantes de 1987 ne sont pas dirigées par une organisation étudiante et ne se prolongent pas en 1988 si bien que des leaders étudiants n’émergent pas sur la scène publique et ne restent pas dans la postérité. Pourtant des organisations étudiantes avaient déjà été créées auparavant.

Association étudiante institutionnelle (AEI) versus Association étudiante autonome (AEA)

23Suite à la répression des premières manifestation étudiantes, tant les autorités que les étudiants commencent à s’organiser sous un même type de dispositif : l’association étudiante. On distingue les associations étudiantes « institutionnelles » (AEI), initiées par des autorités universitaires, de celles « autonomes » (AEA), qui le sont par des étudiants. Les AEI peuvent être considérées comme une forme de répression préventive (Jaegher, Hoyer, 2018) car elles canalisent les étudiants en vue d’empêcher leur mobilisation. C’est d’ailleurs suite à des cycles de mobilisation étudiante que les premières AEI se mettent en place. Les militants institutionnels tendent plutôt à réaliser des compromissions avec les autorités, ce qui leur permet notamment d’espérer à long terme d’être cooptés par le pouvoir.

  • 9 Gaspard Mouen, qui deviendra un opposant politique, se souvient que la fenec existait déjà lorsqu’i (...)

24La FENEC, Fédération Nationale des Étudiants du Cameroun, est la première association étudiante nationale créée par les autorités universitaires vers 19659. Elle existera d’environ 1965 à 1975, contribuant elle aussi à la faiblesse de la mobilisation étudiante. Par ailleurs, nous sommes dans les premières années de la période du parti unique mis en place en 1966. La liberté d’association est particulièrement restreinte, toute personne considérée comme opposante au régime autoritaire d’Amadou Ahidjo étant qualifiée de « subversive » et passible de poursuites judiciaires. Abel Eyinga écrit que la FENEC est un « syndicat étudiant suscité et imposé à l'université par les interlocuteurs administratifs au pouvoir » (Eyinga, 1984, p. 325). J.-F. Bayart précise que :

25« à la fin de l’année 1969, la FENEC reçut ouvertement le monopole de la représentation estudiantine » (Bayart, 1984, p. 129).

26Les statuts de la FENEC donnent des indices sur ses rapports avec les autorités universitaires et politiques. Une version manuscrite des statuts de la FENEC et une version dactylographiée, non datées, laissent penser que cette association a été créée par les autorités académiques. D’après son statut, les deux premiers buts de la FENEC étaient de représenter les étudiants et de :

27« défendre les intérêts académiques, culturels, matériels et syndicaux des étudiants du Cameroun » (voir document 1).

28C’est la seule fois dans l’histoire des mouvements étudiants au Cameroun que les autorités universitaires utilisent, et donc reconnaissent, le terme de « syndicat » pour une organisation étudiante francophone. La FENEC est membre du conseil d’administration de l’université, de la commission nationale des bourses ainsi que gestionnaire de la cité universitaire et du restaurant universitaire.

Document 1 : Extrait des statuts de la FENEC

Document 1 : Extrait des statuts de la FENEC

Statuts de la FENEC non datés.

Archives non classées de l’université de Yaoundé mises à disposition par Achille Bella

29Les mouvements étudiants mondiaux de 1968, et en particulier ceux africains (Blum et al., 2016 ; Guèye, 2017), vont inciter les autorités à contrôler davantage la FENEC bien que le Cameroun ne connaisse pas de mobilisation étudiante. Après mai 1968 les évènements de la FENEC sont patronnés par le vice-chancelier, M. Imbert (Eyinga, 1984, pp. 324‑325) et seuls deux tiers du bureau exécutif de la FENEC sont élus par les étudiants et un tiers, dont le président, sont désignés par le gouvernement contre un bureau auparavant élu à 100% par des étudiants (Messang, 1984, pp. 30‑31). Alors qu’avant mai 68 existait au sein de la FENEC une opposition entre ceux pour et ceux contre des compromis avec le gouvernement, les dirigeants de la FENEC se montrent ensuite plus coopératifs avec les autorités universitaires.

30Un vice-recteur de l’université de Buea qui a connu la FENEC se souvient :

  • 10 « Elle était contrôlée par le gouvernement et presque tous les leaders étudiants travaillaient de p (...)

31« It was controlled by the government and almost all the student leaders worked closely with the government security services […] ; fenec had very closed links with the university administration and some members of fenec, not all, were spies on behalf of the government » (entretien avec un vice-recteur de l’université de Buea, 11 mai 2012, université de Buea)10.

32Après mai 68 est créé au sein de la FENEC un service de renseignement visant à mieux contrôler les étudiants. Il s’agit du « Top Student Intelligence Service » (TOP SIS) dirigé par un responsable devenu prestigieux, Philémon Yang, premier ministre du Cameroun depuis 2009. Les informations trouvées sur ce service sont celles fournies par Abed Nego Messang :

33« Le “TOP SIS” avait des agents infiltrés un peu partout : parmi les étudiants, à la Chancellerie, dans les ministères, et même à la présidence de la République. […] Le régime en place encourageait en sous-main – et soutenait financièrement même – ceux des étudiants qu’il voulait faire élire par leurs camarades. Le bâton : tous les membres – élus ou nommés – étaient tenus de “collaborer” avec les services de renseignements dirigés de main de maître par M. Fochivé » (Messang, 1984, p. 33).

34En 1973, la vie associative étudiante dans le domaine culturel est initiée « par le haut » avec un nouveau type d’association étudiante institutionnelle (AEI) comme nouveau dispositif d’encadrement des étudiants : les « clubs culturels ». Toute prise de position à caractère politique ou confessionnel leur est interdite et les activités sont contrôlées par le Service de liaison des activités culturelles (SLAC). Ce service inspire la crainte des étudiants comme des enseignants car il est réputé proche des services de renseignement alors dirigés par le commissaire Jean Fochivé connu pour réprimer en toute illégalité et dans la violence toute opposition au pouvoir central (Bella, 2010, p. 194 ; Fenkam, 2003). Cette même année, une grève débute le 2 décembre par une marche pacifique :

35« Les étudiants des trois facultés classiques protestaient contre les retards dans le payement des bourses et la discrimination dans leur attribution. Ils estimaient que les étudiants ressortissants du Nord, région d’origine du chef de l’État étaient privilégiés » (Bella, 2010, pp. 519‑520).

36Le 3 décembre, les cours sont boycottés et la grève étudiante prend un contour plus violent avec jets de pierre sur policiers et automobiles. La répression est violente. Le bilan officiel, fourni par le ministre de l’Éducation, Bernard Bidias a Ngon, fait état de deux blessés, la presse étrangère évoque quant à elle deux morts (Bella, 2010, pp. 519‑520).

37Bien que la FENEC ne parvienne pas à contenir cette grève, sa proximité avec les autorités politiques culmine entre fin 1974 et début 1975 avec la signature d’une motion de soutien au chef de l’État. En 1975, la FENEC fusionnera avec la Jeunesse de l’Union nationale camerounaise (Messang, 1984, p. 35). Selon le chef du SLAC, Venant Meliga :

38« La FENEC s’étant plus ou moins désorientée de ses buts initiaux avait été suspendue à un moment donné » (cité par Messang, 1984, p. 62).

  • 11 Thaddeus Menang, Charles Etoundi, Simon Achidi Achu, Elisabeth Bassong, Augustin Kontchou Kouomegni (...)

39La proximité entre la FENEC et le régime politique semble ainsi s’être révélée fatale à la première qui disparaît alors en tant qu’organisation étudiante. D’autres leaders à part Philémon Yang sont tout de même devenus ministres, diplomates ou directeurs généraux11 alors qu’aucun leader étudiant non coopératif avec les autorités n’a obtenu de poste équivalent.

40Début 1969, « l’organisation estudiantine la plus puissante, bien que non constituée en association légalement reconnue, était l’Association des étudiants chrétiens du Cameroun (AECC), de tendance catholique » (Bayart, 1984, p. 129). Il s’agirait là de la première association étudiante autonome du Cameroun, créée en 1967, mais nous n’avons que très peu d’informations à son sujet. J.-F. Bayart signale qu’elle rencontra rapidement l’hostilité des autorités politiques au point d’être dissoute et ses leaders exclus temporairement (Bayart, 1984, p. 129). L’un de ses membres, Jean-Baptiste Owona, devenu homme d’affaires dans le civil, raconte dans une autobiographie avoir été arrêté pendant onze mois pour lectures interdites (Owona, 2007). La Jeunesse étudiante chrétienne, successeur de l’AECC, représentera pour Achille Mbembe qui en fut secrétaire national à la fin des années 1970, un « espace de liberté » (Mbembe, 1993, p. 83).

41La période de mobilisations étudiantes entre 1979 et 1981 aboutit à la création des associations étudiantes de faculté par la plus haute instance de l’État, la présidence de la République, ce qui montre la frilosité du pouvoir vis-à-vis de la parole étudiante. Le 19 février 1982 est promulgué le décret présidentiel n°82/083 « fixant les règles d’organisation, de fonctionnement et de contrôle des associations d’étudiants des facultés et grandes écoles des institutions universitaires ». Il « vient renforcer ce souci de contrôle de la corporation estudiantine par l’État » (Bella, 2010, p. 462) avec l’imposition d’un modèle-type de statut. Certains buts incitent à diffuser les idéaux du Parti-État. Malgré l’apolitisme prôné (art.1-1), les AE doivent ainsi promouvoir « la conscience et la solidarité nationale » et « s’associer à l’œuvre de construction nationale en participant notamment à l’encadrement de la jeunesse non universitaire » (art.1-3). Ces associations d’étudiants perdurent encore aujourd’hui.

(Ré)invention des dispositifs de pouvoir et de résistance après la réinstauration du multipartisme

42Malgré la réinstauration du multipartisme en 1990, perdurent les impératifs stratégiques du contrôle de la parole étudiante, du côté du pouvoir, et celui de la liberté d’expression, du côté de la résistance étudiante. Bien que les mêmes dispositifs soient mobilisés par les uns et les autres (répression comme première technique de gestion des manifestations étudiantes et utilisation d’associations étudiantes, 2.1), des innovations de forme apparaissent. Aux outils classiques de répression (arrestations), s’en ajoutent cinq nouveaux (2.2).

Les mobilisations étudiantes pour le multipartisme

43Depuis le milieu des années 1980, des contestations émergent sur l’ensemble du territoire du fait des prémisses de la crise économique. Le 19 décembre 1990, le pays sort officiellement du régime de parti unique installé en 1966 en adoptant la loi n° 90-56 autorisant la création de partis politiques ainsi que la loi n° 90-53 portant sur la liberté d’association, ouvrant les opportunités politiques. Mais le retour au multipartisme montre très vite ses limites. L’analyse de la loi sur la presse, les partis politiques ou celle sur la liberté d’association, adoptées lors de la session dite « session des libertés » de novembre-décembre 1990, montrent que des limites à la liberté d’expression demeurent (Pommerolle, 2005, pp. 53‑56). En effet, « il est difficile de parler de “révolution radicale” quand le principe de la censure prend force de loi, quand la liberté d’association ne fait pas de place aux ONGs, aux syndicats » (Eboussi-Boulaga, 1997, p. 67).

44Le 11 mai 1991, lors d’une réunion à Bamenda, la Coordination nationale des partis politiques, qui avait été créée en octobre 1990 (Pommerolle, 2005, p. 49), s’ouvre aux associations devenant ainsi la Coordination nationale des partis politiques et des associations. Pour contester la légitimité du pouvoir central, elle lance en avril 1991 dans plusieurs villes du pays l’opération « villes mortes », vaste opération de désobéissance civile (manifestations, grèves, non-paiement des impôts et autres taxes) qui durera jusqu’en juin 1991.

45Un groupe d’étudiants est associé à cette coordination, il s’agit du Parlement estudiantin, communément appelé « Parlement », la première AEA du Cameroun sous le multipartisme. Le Parlement est né le 2 avril 1991 et est mené par trois étudiants de la faculté de sciences de l’université de Yaoundé : Corantin Talla surnommé « Général Schwarzkopft », Waffo Wanto Robert alias « Colin Powell » et Yimga Yotchou Blaise alias « Abou Nidal ». Ces surnoms, choisis par les étudiants, montrent la sensibilité des étudiants à l’actualité internationale, la première guerre du Golfe venant de prendre fin au début de l’année 1991. Deux éléments, l’un économique et l’autre corporatiste, alimentent leur frustration. Il s’agit d’une part de la dégradation de leurs conditions d’études liée à la crise économique et aux drastiques ajustements structurels du Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale mis en place dès septembre 1988 (Mouafo Ngatom, 2007, p. 13). Il s’agit d’autre part de l’annulation des élections de l’Association des étudiants de la faculté de science, une des AEI créées par décret présidentiel en février 1982 suite aux nombreuses grèves étudiantes entre 1979 et 1981.

  • 12 Universités : Yaoundé 1, Yaoundé 2, Douala, Buea, Dschang et Ngaoundéré.
  • 13 Sont ainsi instaurés des frais pour l’utilisation des toilettes (25 fcfa), pour étudier dans une sa (...)

46Les leaders du Parlement sont notamment inspirés par les mobilisations étudiantes de 1987 même si ces dernières étaient corporatistes et non dirigées par une organisation étudiante particulière. Ils organisent des manifestations et boycott des cours avec pour mot d’ordre en 1991-1992 le retour à un réel multipartisme puis la lutte contre la réforme universitaire de 1993 qui a supprimé les bourses, augmenté les frais universitaires de quasiment rien (3 600 FCFA environ, soit 5€50) à 50 000 FCFA (soit 76 €) et a précipitamment fait passer le nombre d’universités publiques de un à six12. Le Parlement resurgit entre avril et juin 1996 avec de nouveaux leaders sur la question des frais universitaires de 50 000 FCFA et sur des frais additionnels13. Entre temps, au début des années 1990, le ministre de l’Enseignement supérieur, Titus Edzoa, fait construire un imposant mur autour de l’université en s’appuyant sur le statut de l’université comme « lieu clos et apolitique », plusieurs ministères et l’Hôtel de ville s’entoureront ensuite de murs (Mutations, 9 janvier 2004). Le Parlement et son adversaire, l’Autodéfense, n’ont jamais pris de forme officielle et ont disparu du paysage universitaire après 1996. Selon des observateurs et la presse locale d’opposition, une centaine d’étudiants seraient décédés pendant ces grèves étudiantes (Eteki-Otabela, 2001, p. 375), chiffres que le gouvernement ne reconnaît pas. Le ministre de la communication de l’époque, Augustin Kontchou Kouomegni, est jusqu’aujourd’hui surnommé « Zéro mort » pour avoir déclaré qu’il y aurait eu « zéro mort » lors de la répression de manifestations étudiantes en avril 1991 alors que l’opposition donne le nom de six étudiants décédés (Krieger, 1994, p. 611 ; Sindjoun, 1994, p. 161 ; Takougang & Krieger, 1998, p. 124 ; Pommerolle, 2007, p. 172 ; Dze-Ngwa, Fomin, Temgoua & Abwa, 2013, p. 482). Augustin Kontchou Kouomegni maintient en 2012 lors d’une interview :

47« je peux le réitérer, deux décennies après : à l'issue de la descente des forces de l'ordre au campus en 1991, précédant ma communication officielle, il y avait eu zéro mort ! » (Mutations, 22 novembre 2012).

Les cinq nouvelles techniques répressives sous le multipartisme

48Sous le multipartisme, cinq principaux outils de répression sont utilisés : 1) la dissuasion non seulement psychologique par l’intermédiaire de rumeurs (par exemple d’espionnage), mais aussi physique par le recours 2) aux sanctions universitaires, 3) à la justice et 4) aux forces armées. 5) L’apparition depuis 2010 du phénomène d’arrestations extrajudiciaires de leaders étudiants autonomes, actuels ou anciens, démontre la frilosité grandissante du parti au pouvoir, le RDPC, vis-à-vis de toute force sociale qu’il considère a priori comme subversive et manipulée par l’opposition.

49L’atmosphère de suspicions, rumeurs, peurs est similaire sous Ahidjo et sous Biya, avant et après le passage au multipartisme, même si les risques encourus sont moins durs depuis l’avènement du multipartisme. Un enseignant a par exemple été placé en détention provisoire pendant plus d’un mois en 2009 à Yaoundé pour outrage au chef de l’État suite à une conversation dans un taxi collectif pendant laquelle il se plaignait que les routes de la ville soient coupées à cause d’un déplacement de Paul Biya (Pigeaud, 2011, p. 88). Sur le campus, les rumeurs persistantes relatives à un dispositif généralisé de surveillance et la peur de la répression se mêlent, dissuadant les mobilisations étudiantes. Le département d’État américain constate en 2013 que :

50« Bien qu’il n’y ait pas eu de restrictions juridiques limitant la liberté académique, des informateurs des services de sécurité de l’État auraient été présents sur les campus universitaires » (Bureau pour la démocratie, les Droits humains et le travail, 2013, p. 17).

51De même, Fanny Pigeaud note en 2011 que :

52« la présence d’indicateurs des services de renseignements dans les salles de cours à l’université est courante » (Pigeaud, 2011, p. 87).

53Dans l’une des six villes enquêtées pour ma thèse, j’ai eu l’opportunité de réaliser des entretiens avec deux membres des forces de l’ordre. Un policier inscrit à l’université en histoire m’a confié coupler activités étudiantes et recueil de renseignement sur le campus. Le commissaire spécial de la ville a quant à lui confirmé disposer de plusieurs agents sur le campus lui faisant part de toute action susceptible de « troubler l’ordre » et récoltant le moindre tract.

54Plusieurs sanctions utilisées sous le parti unique sont reprises telles quelles contre des militants étudiants. La réforme universitaire de 1993, instaurée suite aux mobilisations des années 1990, maintient de strictes sanctions. Parmi les sept titres du décret n°93/027 portant dispositions communes aux universités, le cinquième est intitulé « Des franchises universitaires, de la police générale et de la discipline ». Le troisième chapitre porte sur la discipline des enseignants et le quatrième sur celle des étudiants. L’article 61 du quatrième chapitre définit les comportements qui « constituent une infraction disciplinaire ». Ceux-ci sont une reproduction presque à l’identique de ceux en vigueur sous le parti unique et mentionnés à l’article 66 du décret n° 75/805 du 26 décembre 1975 :

55« Tout manquement par un étudiant à la discipline, aux règles régissant le régime des études, aux règles de la bienséance universitaires, toute participation directe ou indirecte aux actes susceptibles de compromettre le bon fonctionnement de l’institution universitaire, ou aux activités subversives, tout comportement contraire à la dignité universitaire » (art. 61 du décret de 1993).

  • 14 Officiellement, sur proposition du chef de l’institution universitaire concernée, sans consultation (...)

56Deux comportements ont été supprimés par rapport au décret de 1975 : les manquements « au respect dû aux autorités universitaires » et la participation directe ou indirecte « aux activités subversives » (extraits de l’art. 66 du décret de 1975). Les sanctions sont elles aussi similaires dans les textes en vigueur pendant le parti unique puis sous le multipartisme. Ont été supprimées les références à la bourse étudiante, puisqu’elle a été supprimée, ainsi que la sanction de « suspension n’excédant pas deux trimestres ». Ont donc été conservées les autres sanctions, des plus douces aux plus dures : avertissement, blâme, interdiction de se présenter aux examens, exclusion temporaire d’un an ou deux et exclusion définitive des établissements des institutions universités nationales. Entre 2006 et 2014, trois leaders étudiants ont été définitivement exclus de l’université par le ministre de l’Enseignement supérieur, Jacques Fame Ndongo14, et quinze autres entre 2009 et 2011, de façon non conforme aux textes, par le recteur de l’université de Buea, Vincent P.K Titanji. Ces derniers seront finalement réadmis.

  • 15 Le Collectif des étudiants camerounais à l’université de Dschang (1999-2004), l’Union nationale des (...)

57Plusieurs organisations étudiantes autonomes sont créées au milieu des années 2000 mais la plupart périclitera au bout de quelques mois ou années15. Les archives de presse permettent de dénombrer au moins 199 arrestations de militants étudiants dont 88 poursuites judiciaires entre 2002 et 2014. Suite aux mobilisations étudiantes de 2005 d’ampleur nationale et initiées à Yaoundé par une AEA, l’Association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun (ADDEC), ses leaders – Mouafo Djontu et Linjuom Mbowou − ont été arrêtés, d’abord en mai puis pendant douze jours en novembre pour « incitation à la rébellion » (Pommerolle, 2007, p. 169). Suite à cette deuxième arrestation, ils ont de nouveau été jugés :

58« Les autorités universitaires […] mobiliseront cinq avocats (payés un million de francs CFA chacun, soit 1 500 euros, selon les sources de l'ADDEC) pour défendre l'université, partie civile, lors des procès. La démesure de cette réponse juridique sera évoquée ironiquement par l'un des juges, étonné de voir défiler à la barre autant de conseils du côté de l'université, alors que les prévenus ne bénéficient que d'un seul avocat » (Pommerolle, 2007, p. 169).

59De plus, sans être officiellement « exclus », ils n’ont pas été autorisés à se réinscrire à l’université. Pendant les mobilisations étudiantes de 2005, au moins 95 de militants de l’ADDEC et 64 de l’University of Buea Students’ Union (UBSU) ont été arrêtés.

60Diverses forces armées interviennent sur le campus. En 2006, soit peu après la grève des étudiants de 2005, est instaurée sur le campus de l’université Yaoundé 1 (UY1) une police appelée « police campus » (Mutations, 30 août 2010). En 2007, Douala dispose déjà de la sienne (Mutations, 10 janvier 2007) et en 2012 elle est créée à l’université Yaoundé 2 (UY2) pour faire face à la criminalité (Afrik.com, 10 février 2012). Le bataillon d’intervention rapide (BIR) créé en 1999, est une unité spéciale, force de troisième catégorie destinée à la lutte contre la haute criminalité et contre les coupeurs de route. Elle est pourtant intervenue à l’UY2 pour une affaire privée en 2010 et à l’université de Buea lors d’une contestation étudiante en mai 2013, en compagnie du Groupement spécial des opérations, unité spéciale de la police directement liée à la présidence, indépendante de la Délégation générale de la sécurité nationale et notamment financée par la France (Heungoup, 2011, p. 67 ; ADDEC, 2013, p. 1). Au total, quatre étudiants sont officiellement décédés sous les balles de forces de l’ordre pendant des mobilisations étudiantes en 2005 et 2006 à Buea.

61Sous le parti unique, les détenus politiques étaient fréquemment enlevés de façon illégale (Tsala Tsala, 2008). Entre 2011 et 2013, trois leaders étudiants font l’objet d’enlèvements extrajudiciaires non revendiqués : Ronald Minang, le président par intérim de l’University of Buea Students’ Union (Camer.be, 23 février 2013) et Minlend Binpindi, un militant étudiant de l’ADDEC à Yaoundé (La Nouvelle Expression, 8 octobre 2011). Dans cette même ville, Richard Djif, un ancien leader étudiant de la grève de 2005 proche de l’ADDEC, étudiant et réalisateur, a également été enlevé (La Croix, 16 avril 2013). Ces trois étudiants ont été détenus en lieu inconnu entre huit et dix jours par des kidnappeurs anonymes présentés par les leaders étudiants et par la presse privée comme au service du pouvoir. Pour Foucault, « la punition n’a pas à mettre en œuvre le corps, mais la représentation (…). Ce qui doit être maximalisé c’est la représentation de la peine, non sa réalité corporelle » (Foucault, 1975, p. 97). On peut interpréter ainsi les enlèvements et détentions au secret relayés par les médias qui concernent un faible nombre de personnes mais entretiennent la peur de la répression auprès d’une majorité. C’est l’une des raisons pour lesquelles on peut parler de situation autoritaire au Cameroun, même en l’absence de châtiments corporels ou de répressions sanglantes et massives, ainsi que le fait Frédéric Vairel à propos du Maroc contemporain (Vairel, 2014).

Contraintes communes aux AEA et aux AEI

62Sous le multipartisme, de subtiles modalités de répression préventive sont mises en œuvre par les autorités, certaines contraintes étant similaires aux AEA et aux AEI, bien que variant en intensité (3.1) et d’autres différentes (3.2).

Un parcours académique chaotique en commun aux militants

  • 16 La MUSEC a été créée en 1999 sous l’initiative du ministre de l’Enseignement supérieur d’alors, Jac (...)
  • 17 Au lieu de deux années généralement : l’organisation fait qu’une année est consacrée aux examens, e (...)
  • 18 Il donne d’ailleurs à son association étudiante le nom de L’UNEEC d’une part pour faire référence à (...)

63On pourrait penser que de plus lourdes contraintes pèsent sur les étudiants qui militent dans des associations étudiantes autonomes et que les leaders d’associations étudiantes institutionnelles bénéficient davantage d’opportunités. En fait les récits de vie menés auprès de leurs leaders montrent que les faits sont plus complexes, notamment du fait de contraintes similaires. Plusieurs leaders étudiants témoignent d’embûches vécues pendant leur parcours académique liées à leur arbitrage privilégiant leur militantisme aux études. Leka Essomba était le président national de la deuxième AEI d’envergure nationale après la FENEC, la Mutuelle de solidarité des étudiants du Cameroun16. Bien qu’il soit devenu enseignant de sociologie à l’UY1, il dit avoir passé trois ans au niveau de l’année de maîtrise (équivalent au master 1) en raison de son militantisme17. Citons aussi le cas de Paul Igor Tchebonsou, président-fondateur d’une organisation étudiante autonome à Douala : l’Union nationale des élèves et étudiants du Cameroun (UNEEC)18. Entré à l’université en 1998, Tchebonsou la quitte en 2004 sans avoir obtenu sa licence en droit du fait, comme il le dit lui-même, de son investissement intensif dans son engagement militant. Quant à Bitang, secrétaire à la communication de l’ADDEC, elle a obtenu sa licence en lettres bilingues normalement, en trois ans (2007-2010), mais a échoué à trois reprises au concours de l’École normale supérieure. Les leaders étudiants qui, comme elle, témoignent plutôt d’un arbitrage privilégiant leurs études occupent des postes de moindre responsabilité dans les organisations étudiantes. Au final, Leka Essomba et Bitang réussissent leurs parcours universitaires sans problèmes majeurs.

Contraintes dont les modalités varient entre AEA et AEI

64On constate que les militants autonomes et institutionnels connaissent des contraintes similaires mais aux modalités contrastées. Les représailles que craignent les étudiants au sujet des associations autonomes sont liées aux arrestations comme en témoigne ainsi Bitang, leader étudiante de l’ADDEC :

65« J’avais peur, j’avais beaucoup de peur hein, parce que je me disais “est-ce qu’en route on ne va pas m’arrêter ?”, [parce] que “toi tu es membre de l’ADDEC” et tout, c’était difficile de porter le haut estampillé ADDEC comme ça là, c’était bizarre, je me rappelle je me stigmatisais même toute seule » (récit de vie avec Bitang, 16 août 2011, Yaoundé).

  • 19 Depuis la fin des années 1990 jusqu’en 2014 les militants étudiants ont fait l’objet d’au moins 199 (...)

66Parmi mes enquêtés, plusieurs leaders étudiants autonomes se sont effectivement fait arrêtés dans le cadre de leurs activités militantes19. Mais si les leaders d’associations étudiantes institutionnelles ne connaissent pas les expériences de l’arrestation, ils n’en subissent pas moins des pressions morales de la part des autorités universitaires qui peuvent mobiliser la menace de répression.

  • 20 Il s’agit d’un pseudonyme pour préserver, à sa demande, son anonymat.

67Éric20, un leader étudiant de l’AEFAS de l’UY1 proche de l’ADDEC, témoigne ainsi des pressions qu’il a subi de la part d’étudiants, de membres du personnel administratif et de proches du ministre de l’Enseignement supérieur en choisissant de soutenir comme successeur non pas un « frère du sud » comme lui mais un ressortissant de l’ouest :

  • 21 De même pour les autres informations relatives à son cas. C’est moi qui anonymise X et Y.

68« Je suis donc embarrassé, X est mon frère de tribu, Y est de l’ouest mais est plus qualifié […]. Étant donné que je suis parmi ceux qui prônent la légalité je me suis dit que logiquement Y devait me remplacer. Je vous assure que c'est à ce moment que j’ai subi les plus grandes pressions de ma vie associative à l’université » (récit de vie avec Éric, président de l’AEFAS dans les années 2010, 20 août 2011, Yaoundé)21.

69Quant à Leka Essomba, il témoigne des pressions subies suite à l’organisation d’une manifestation contre la guerre d’Irak en 2003 alors que le Cameroun fait partie des membres non-permanents du conseil de sécurité de l’ONU. Leka Essomba est président de la MUSEC mais il organise la manifestation avec des amis dans le cadre de l’association Actions Citoyennes Jeunes afin de ne pas engager la responsabilité de la MUSEC. Malgré tout, ils reçoivent des pressions. En ce qui le concerne, l’inspecteur général du ministère de l’Enseignement supérieur, Eyebe Ayissi, et l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur devenu secrétaire général à la présidence de la République, Atangana Mebara, l’appellent pour lui demander d’annuler la marche :

70« la seule conséquence [possible en cas de maintien] c’était la répression physique » (récit de vie avec Leka Essomba, 1er août 2011, Yaoundé).

71Actions Citoyennes Jeunes publiera finalement un communiqué annonçant le report de la marche, « en fait c’était une façon de l’annuler » (idem).

72Des militants étudiants témoignent d’embûches dans leur parcours scolaires qu’ils attribuent à leur engagement dans une AEA. C’est le cas de plusieurs militants de l’ADDEC. Éric, alors qu’il était proche de l’ADDEC et simple membre de l’AEFAS de l’UY1, a été bloqué de 2006 en 2008 en licence de biologie animale par deux matières. Lorsqu’il devient président de l’AEFAS il découvre que le blocage vient de doctorants auxquels les enseignants délèguent des tâches. Il peut donc s’agir soit d’un règlement de compte personnel, soit d’une instruction institutionnelle. C’est après avoir changé son écriture lors de l’examen qu’il finit par obtenir sa licence. De même, Serge, co-fondateur puis militant de base de l’ADDEC, étudiant en science physique, n’a pas progressé à l’examen d’une matière pendant trois années de suite. Entré à l’université en 1998, ce n’est qu’en 2010 qu’il obtient sa maîtrise et, à la date du récit de vie, le 9 août 2011, il n’a toujours pas obtenu son relevé de notes et son attestation de réussite ce qui l’empêche de pouvoir postuler à des concours requérant ce niveau. Par ailleurs, la secrétaire générale de l’université, mère d’une élève à laquelle il donnait des cours de soutien, aurait suspendu cette activité en lui disant :

73« si tu ne changes pas je ne peux pas travailler avec toi puisque je travaille avec le gouvernement » (récit de vie avec Serge, 9 août 2011, UY1).

  • 22 Récit de vie avec Linjuom Mbowou, 8 juillet 2009, et avec Mouafo Djontu, 10 juillet 2009, dans les (...)

74Si d’autres militants ayant été parmi les fondateurs d’associations étudiantes autonomes ou militants à l’ADDEC ne témoignent pas d’obstacles académiques, précisons que deux des leaders du premier bureau de l’ADDEC n’ont pas été autorisés à se réinscrire à l’université (Mouafo Djontu et Jacques Messi Bala) malgré leurs résultats supérieurs à 12/2022. Mouafo Djontu a passé un DEA en droits de l’homme à l’université catholique d’Afrique centrale (2007-2009) et réalisé une thèse en administration publique à l’université Grenoble-Alpes entre 2011 et 2017. Messi Bala s’inscrit à l’École Supérieure des Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication (2007-2010), est brièvement journaliste à Canal 2 avant d’être recruté, suite à son éloignement de l’ADDEC et par probable cooptation, par l’organe de presse gouvernemental Cameroon Tribune en 2011 dont il devient le correspondant en Chine de janvier 2014 à septembre 2015 avant d’être nommé chef de bureau des reportages politiques et chef d’agence à l’Est du Cameroun.

Conclusion

75Partant de l’analyse des dispositifs de pouvoir et de résistance au sein d’un espace universitaire public considéré comme « clos et apolitique », l’article montre qu’en réaction aux mobilisations étudiantes les autorités universitaires mettent en œuvre et affinent diverses stratégies de contrôle des étudiants. Celles-ci vont du recours à la répression à l’encadrement par le biais d’associations étudiantes en passant par la clôture physique de l’université au moment de la réinstauration du multipartisme au début des années 1990. Au-delà de ces innovations formelles entre le parti unique et le multipartisme, ainsi qu’entre les régimes d’Ahmadou Ahidjo (1960-1982) et de Paul Biya (depuis 1982), les impératifs stratégiques autour de la parole étudiante – son contrôle par les autorités et sa défense par les étudiants – demeurent, façonnant des situations autoritaires spécifiques.

76Ainsi, depuis le tournant des années 1990, les dispositifs nationaux de contrôle ont laissé place à des dispositifs plus individualisés, moins violents physiquement et moins coûteux politiquement qui ont pour effet de dissuader l’engagement militant autonome. Néanmoins, même si la notion de « syndicalisme étudiant » disparaît des discours officiels – en même temps que la FENEC en 1975 côté francophone et que l’UBSU en 2013 côté anglophone – l’article montre que les étudiants aussi font continuellement preuve d’innovation pour clamer leurs droits.

Haut de page

Bibliographie

ABBINK, G. J., DE BRUIJN, M., WALRAVEN, K. van, 2003, Rethinking Resistance: Revolt and Violence in African History, Leiden & Boston, Brill.

ADDEC Communiqué de presse : La communauté estudiantine nationale condamne la répression barbare des étudiants manifestant à Buea, Yaoundé, 17 mai 2013, 2 p.

ASSATAZON JEUFO, R. C., 2009, La gestion des crises dans les universités d’État au Cameroun : cas des universités de Yaoundé I et II, Mémoire de Master 2 en gouvernance et politiques publiques, sous la dir. de Claude Ernest Kiamba, Yaoundé, Université Catholique d’Afrique Centrale.

BANEGAS, R., POMMEROLLE, M.-E., SIMEANT, J., 2011, « Lutter dans les Afriques », Genèses, vol. 81, n° 4, pp. 2‑4.

BAYART, J.-F., 1970, « L’Union nationale camerounaise », Revue française de science politique, vol. 20, n° 4, pp. 681‑718.

BAYART, J.-F., 1984, L’État au Cameroun, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

BELLA, A. E., 2010, L’institution universitaire au Cameroun : dynamiques, ruptures et permanences d’une réalité plurielle  ; des origines à 2001, Thèse de doctorat en histoire, sous la dir. de Thierno Mouctar Bah, Université Yaoundé 1.

BERTRAND, R., 2003, « Les pemuda en politique. », Le Mouvement Social, vol. 202, n° 1, pp. 43‑51.

BLUM, F., GUIDI, P., RILLON, O. (Éd.), 2016, Étudiants africains en mouvements : contribution à une histoire des années 1968, Paris, Publications de la Sorbonne.

BRATTON, M., VAN DE WALLE, N., 1997, Democratic Experiments in Africa: Regime Transitions in Comparative Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

BRISSET-FOUCAULT, F., 2011, Prendre la parole en Ouganda : Critique et citoyenneté sous l’hégémonie du Mouvement de Résistance Nationale (NRM), Thèse de doctorat, Paris, Université Panthéon-Sorbonne.

BROCKETT, C. D., 2005, Political Movements and Violence in Central America, New York, Cambridge University Press.

BUREAU POUR LA DEMOCRATIE, LES DROITS HUMAINS ET LE TRAVAIL, 2013, Rapport sur les droits humains au Cameroun, Département d’État des États-Unis.

CAUTE, D., 1988, 1968 dans le monde, Paris, R. Laffont.

COMBES, H., 2006, « Gestion des manifestations dans le Mexique des années 1990 », in Della Porta D. et Fillieule, O., Police et manifestants : maintien de l’ordre et gestion des conflits, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 229‑255.

COMBES, H., 2009, « Répression », in Fillieule, O., Mathieu, L. et Péchu, C., Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Les Presses de Sciences Po, pp. 462‑468.

COMBES, H., FILLIEULE, O., 2011, « De la répression considérée dans ses rapports à l’activité protestataire », Revue française de science politique, vol. 61, n° 6, pp. 1047‑1072.

CRUMMEY, D., 1986, Banditry, Rebellion and Social Protest in Africa, Londres, James Currey.

DAMAMME, D., GOBILLE, B., MATONTI, F., PUDAL, B., 2008, Mai-juin 68, Ivry-sur-Seine, Les Éd. de l’Atelier.

DELPECH, Q., 2013, Mobilisations syndicales et violences au Sud. Protester dans les usines de la sous-traitance internationale au Guatemala, Paris, Karthala.

DZE-NGWA, W., FOMIN, E. S. D., TEMGOUA, A.-P., ABWA, D., 2013, Boundaries & history in Africa. Issues in conventional boundaries and ideological frontiers (studies in honour of Verkijika G. Fanso), Bamenda, Langaa Research & Publishing.

EBOUSSI-BOULAGA, F., 1997, La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan.

ELLIS, S., KESSEL, I. van, 2009, Movers and Shakers: Social Movements in Africa, Leiden & Boston, Brill.

ETEKI-OTABELA, M.-L., 2001, Le totalitarisme des états africains : le cas du Cameroun, Paris, L’Harmattan.

EYINGA, A., 1984, Introduction à la politique camerounaise, Paris, L’Harmattan.

FAME NDONGO (directeur de l’École supérieure internationale de journalisme de Yaoundé), J., 1981, « Note à M. le chancelier de l’université. Le point sur les grèves à l’université », in Bella, A., L’institution universitaire au Cameroun : dynamiques, ruptures et permanences d’une réalité plurielle  ; des origines à 2001, Thèse de doctorat en histoire, 2010, sous la dir. de Thierno Mouctar Bah, Université Yaoundé 1, pp. 687‑698.

FENKAM, F., 2003, Les révélations de Jean Fochivé : le chef de la police politique des présidents Ahidjo et Biya, Bondy, Minsi.

FOKWANG, J., 2009, « Student Activism, Violence and the Politics of Higher Education in Cameroon: A Case Study of the University of Buea (1993-2003) », in Youth and Higher Education in Africa: The Cases of Cameroon, South Africa, Eritrea, and Zimbabwe, Dakar, Codesria, pp. 9‑33.

FOUCAULT, M., 1975, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard.

FOUCAULT, M., 1977, « Le jeu de Michel Foucault », in 1994, Dits et écrits, tome III, texte n° 206, Paris, Gallimard, pp. 298-329.

FOUCAULT, M., 1982, « Le sujet et le pouvoir », in 2001, Dits et écrits, tome III, texte n° 306, Paris, Quarto Gallimard, pp. 1041‑1062.

GAM NKWI, W., KONINGS, P., NYAMNJOH, F. B., 2012, University Crisis and Student Protests in Africa. The 2005-2006 University Students’ Strike in Cameroon, Oxford, African Books Collective Limited.

GANGLOFF, C., 2008, L’import-export de la démocratie : Serbie, Géorgie, Urkraine, Kirghizistan. ONG étrangères et mouvements étudiants, Paris, L’Harmattan.

GOLDSTONE, J., TILLY, C., 2001, « Treat (and Opportunity): Popular Action and State Response in the Dynamic of Contentious Action », in Aminzade, R., Goldstone, J., McAdam, D. et al., Silence and Voice in the Study of Contentious Politics, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 179‑194.

GUEYE, O., 2017, Mai 1968 au Sénégal : Senghor face aux étudiants et au mouvement syndical, Paris, Karthala.

HEUNGOUP, H. de M., 2011, Le BIR et la GP dans la politique de défense et de sécurité du Cameroun. Socioanalyse du rôle présidentiel, des concepts stratégiques et d’emploi des forces, Master en gouvernance et politiques publiques, Université catholique d’Afrique centrale, Yaoundé.

HIRSCH, D. J., 1993, « Politics Through Action: Student Service and Activism in the ’90s. », Change, vol. 25, n° 5, pp. 32‑36.

JAEGHER, K. D., HOYER, B., 2018, « Preemptive Repression: Deterrence, Backfiring, Iron Fists, and Velvet Gloves », Journal of Conflict Resolution, vol. XX, n° X, pp. 1‑26.

KEMEDJIO, C., 2013, Mémoires des années de braise. La grève estudiantine de 1991 expliquée, Yaoundé, Terroirs.

KONINGS, P., 2002, « University Students’ Revolt, Ethnic Militia, and Violence During Political Liberalization in Cameroon », African Studies Review, vol. 45, n° 2, pp. 179‑204.

KONINGS, P., 2005, « Anglophone University Students and Anglophone Nationalist Struggles in Cameroon », in Abbink G. J. & Van Kessel, I., Vanguard or Vandals. Youth, Politics and Conflict in Africa, Leiden & Boston, Brill, pp. 161‑188.

KONINGS, P., 2009, « University Crisis and Student Strikes in Africa: The Case of the University of Buea (Cameroon) », Journal of Higher Education in Africa (JHEA/RESA), vol. 7, n° 1‑2, pp. 213‑235.

KRIEGER, M., 1994, « Cameroon’s Democratic Crossroads, 1990-4 », The Journal of Modern African Studies, vol. 32, n° 4, pp. 605‑628.

LES ETUDIANTS DE L’UNIVERSITE DE YAOUNDE, 1991, « Voici pourquoi les étudiants de l’Université de Yaoundé ont fait grève ou l’incontournable conférence nationale », Peuples noirs peuples africains, n° 80, pp. 23‑53.

LUESCHER-MAMASHELA, T., KLEMENCIC, M., OTIENO JOWI, J., 2016, Student Politics in Africa: Representation and Activism, Cape Town, Africa Minds Publisher.

MBEMBE, J. A., 1993, « Écrire l’Afrique à partir d’une faille », Politique africaine, n° 51, pp. 69‑97.

MBEMBE, J. A., 2000, De la postcolonie : essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, Paris, Karthala.

MBENGUE NGUIME, M., 2005, Les élèves et étudiants camerounais et la question coloniale et nationale : 1925-1961, Thèse de doctorat en histoire, sous la dir. de Thierno Mouctar Bah, Université Yaoundé 1.

MBIA, J. P., 2011, « Témoignage. William Aurélien Eteki Mboumoua, le tout 1er chancelier de l’université de Yaoundé », Sup Infos, Revue mensuelle bilingue du MINESUP, édition spéciale « Les 50 ans de l’université camerounaise », p. 31.

MCADAM, D., 1982, Political Process and the Development of Black Insurgency, 1930-1970, Chicago, University of Chicago Press.

MCADAM, D., TARROW, S. G., TILLY, C., 2001, Dynamics of Contention, Cambridge, Cambridge University Press.

MEDARD, J.-F., 1977, « L’État sous-développé au Cameroun », in L’année africaine, Paris, Pédone, pp. 35‑84.

MENGOUNG, A. S., 2005, Les associations estudiantines au Cameroun : le cas de l’université de Ngaoundéré (1982-2002), Mémoire de maîtrise en histoire, sous la dir. de Saïbou Issa, Université de Ngaoundéré.

MESSANG, A. N., 1984, Les associations d’étudiants : volatilité et danger, le cas de l’université de Yaoundé, Mémoire de licence en journalisme, ESSTI, Université de Yaoundé.

MOKAM, D., 2012, « Les associations estudiantines face aux stratégies étatiques d’approvisionnement de la jeunesse universitaire, 1961-2005 », Les cahiers d’histoire et archéologie (département d’Histoire et Archéologie de l’Université Omar Bongo), n° 12, pp. 281‑294.

MORILLAS, C., 2009, L’Addec, Association pour la Défense des Droits des Étudiants du Cameroun, et le renforcement du pouvoir d’action des étudiants. Analyse critique du concept d’empowerment et du potentiel de changements sociaux porté par l’Addec, Mémoire M2 professionnel, sous la dir. de Laurent Vidal et Lahsen Abdelmalki, Université Lyon 2.

MORILLAS, C., 2010, Analyse du rapport au politique de l’institution universitaire camerounaise et du passage au politique de l’ADDEC (Association pour la Défense des Droits des Étudiants du Cameroun), Mémoire M2 recherche, sous la dir. de Vincent Foucher, Sciences Po Bordeaux.

MORILLAS, C., 2015, Individualisation versus Démocratisation ? Conditions et formes du militantisme étudiant en situation autoritaire (Cameroun, 1962-2014), Thèse de doctorat en science politique, sous la dir. de Dominique Darbon, Sciences Po Bordeaux.

MOUAFO NGATOM, S. H., 2007, L’Initiative ppte et la lutte contre la pauvreté au Cameroun : une analyse sociologique, DEA de sociologie, sous la dir. de Laurent Charles Boyomo Assala, Université Yaoundé 1.

NKWENGUE, P., 2006, L’Union nationale des étudiants du Kamerun : ou la contribution des étudiants africains à l’émancipation de l’Afrique, Paris, L’Harmattan.

OWONA, J.-B., 2007, Chemin faisant, Yaoundé, Éditions JBO.

PIGEAUD, F., 2011, Au Cameroun de Paul Biya, Paris, Karthala.

PLANEL, S., 2015, « Espaces autoritaires, espaces (in)justes ? », justice spatiale | spatial justice, n° 8, pp. 1‑20.

POMMEROLLE, M.-E., 2005, À quoi servent les droits de l’Homme ? Action collective et changement politique au Cameroun et au Kenya, Thèse de doctorat en science politique, sous la dir. de Daniel Bourmaud, Sciences Po Bordeaux.

POMMEROLLE, M.-E., 2007, « Routines autoritaires et innovations militantes. Le cas d’un mouvement étudiant au Cameroun », Politique africaine, n° 108, pp. 155‑172.

POMMEROLLE, M.-E., 2008, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime postautoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, pp. 73‑94.

DELLA PORTA, D., FILLIEULE, O., 2006, Police et manifestants : maintien de l’ordre et gestion des conflits, Paris, Presses de Sciences Po.

RECAPPE, B., 2008, Raison, émotion, institution : comprendre les mobilisations étudiantes face à des régimes autoritaires. Hongrie 1956, Mexique 1968, Thèse de doctorat de science politique, sous la dir. de Daniel-Louis Seiler, Sciences Po Bordeaux.

ROTBERG, R. I., MAZRUI, A. A., 1970, Protest and Power in Black Africa, New York, Oxford University Press.

SIMEANT, J., 2014, Contester au Mali : formes de la mobilisation et de la critique à Bamako, Paris, Karthala.

SINDJOUN, L., 1994, « Cameroun. Le système politique face aux enjeux de la transition démocratique (1990-1993) », in L’Afrique politique, Paris, Karthala, pp. 143‑165

TAKOUGANG, J., KRIEGER, M., 1998, African State and Society in the 1990s: Cameroon’s Political Crossroads, Boulder, WestviewPress.

TALL, K., POMMEROLLE, M.-E., CAHEN, M., 2015, Collective Mobilisations in Africa: Enough is Enough!, Leiden & Boston, Brill.

TAYLOR, H., 1975, « Manning the Barricades from Berkeley to Bombay. Student Protest », Change, vol. 7, n° 3, pp. 30-33.

TEDGA, J.-P., 1988, L’Enseignement supérieur en Afrique noire francophone : la catastrophe ?, Abidjan & Paris, PUSAF & L’Harmattan.

TOURAINE, A., 1978, La voix et le regard, Paris, Seuil.

TSALA TSALA, C. C., 2008, Les détenus politiques au Cameroun de 1958 à 1991, Thèse de doctorat en histoire sous la dir. de Daniel Abwa, Université Yaoundé 1.

VAIREL, F., 2014, Politique et mouvements sociaux au Maroc : la révolution désamorcée ?, Paris, Presses de Sciences Po.

WOOD, J. L., 1974, The Sources of American Student Activism, Lexington, Lexington Books.

WOUDAMMIKE, J., 2008, « Contestations étudiantes à Ngaoundéré, répressions et insécurité des personnes et des biens sur la route nationale n° 1 », Revue de l’enseignement supérieur en Afrique, vol. 6, n° 2‑3, pp. 135‑156.

WRIGHT, T., 2001, The Perils of Protest : State Repression and Student Activism in China and Taiwan, Honolulu, University of Hawaï Press.

Haut de page

Notes

1 « Chez Habermas[,] l’espace public est la concrétisation de l’ambition de personnes privées de participer aux affaires communes, c’est ce qui est "public" mais ne relève pas du pouvoir » (Brisset-Foucault, 2011, p. 28).

2 Nous avons consulté à la Bibliothèque Nationale de France un journal catholique réputé critique, L’Effort camerounais et trois journaux proches du pouvoir : La Presse du Cameroun, L’Unité et Union et vérité.

3 Ancien secrétaire général de la fenec.

4 Il s’agit de logements privés autour des universités destinés aux étudiants.

5 Le déroulement de cette journée est détaillé dans Jeune Afrique, 20 janvier 1988, pp. 22-24.

6 http://www.refworld.org/cgi-bin/texis/vtx/rwmain?page=search&docid=3ae6aaf48c&skip=0&query=1987&coi=CMR Consulté le 5 déc 2014, citant le Rapport International d’Amnesty International de 1986.

7 Récit de vie avec deux leaders étudiants institutionnels du début des années 1990 : Jean-Blaise Mani (le 27 avril 2012 à Yaoundé), délégué étudiant de 1e année en sciences naturelles-biochimie l’année universitaire 1987-1988 et Alex Gustave Azébazé (le 2 juillet 2012 à Douala) dont sa liste, intitulée « Conscience », avait été interdite avec d’autres en décembre 1987 pour l’élection du bureau de l’association des étudiants de la faculté de science économique et de gestion.

8 Récit de vie avec Jean-Blaise Mani, 17 août 2011, Yaoundé.

9 Gaspard Mouen, qui deviendra un opposant politique, se souvient que la fenec existait déjà lorsqu’il rentre à l’université en 1966 (entretien, Douala, 27 juin 2012).

10 « Elle était contrôlée par le gouvernement et presque tous les leaders étudiants travaillaient de près avec les services de sécurité du gouvernement […] ; la fenec entretenait des liens très étroits avec l’administration universitaire et certains membres de la fenec, pas tous, étaient des espions au nom du gouvernement ».

11 Thaddeus Menang, Charles Etoundi, Simon Achidi Achu, Elisabeth Bassong, Augustin Kontchou Kouomegni.

Christopher Nsahlai, le plus célèbre président de la FENEC, occupe le poste de chargé de mission aux services du premier ministre puis celui de premier conseiller à l’ambassade du Cameroun à Bonn. Il sera secrétaire général adjoint à la présidence de la République (1984-1985), ambassadeur du Cameroun à Bangui (1987-2001) puis ministre des Transports en 2001-2002. À son décès en avril 2008, il était président du conseil d’administration du port autonome de Douala où il avait été nommé en 2006. Philémon Yang, dirigeant du service secret de la fenec, le top sis, devenu premier ministre de la République le 30 juin 2009. Auparavant, il a été vice-ministre de l’Administration territoriale (1975-1979), ministre des Mines et de l’énergie (1979-1984), ambassadeur du Cameroun au Canada (1984-2004) et secrétaire général adjoint à la présidence de la République du Cameroun (2004-2009).

12 Universités : Yaoundé 1, Yaoundé 2, Douala, Buea, Dschang et Ngaoundéré.

13 Sont ainsi instaurés des frais pour l’utilisation des toilettes (25 fcfa), pour étudier dans une salle pendant les week-ends (50 fcfa), pour aller à la bibliothèque pendant la nuit (100 fcfa), pour récupérer l’attestation de résultats (1 000 fcfa), pour l’utilisation d’un laboratoire de la faculté des sciences (1 500 fcfa), pour la pré-inscription (5 000 fcfa), pour couvrir des frais médicaux dont des examens aux rayons X jamais réalisés (5 000 fcfa) et pour la session d’examens de rattrapages avant la rentrée universitaire suivante (25 000 fcfa).

14 Officiellement, sur proposition du chef de l’institution universitaire concernée, sans consultation du Conseil de discipline.

15 Le Collectif des étudiants camerounais à l’université de Dschang (1999-2004), l’Union nationale des élèves et étudiants du Cameroun à l’université de Douala et à l’université de Dschang (2002-2004), l’Association pour la défense des droits des étudiants du Cameroun à l’université Yaoundé 1 (depuis 2004), SOS Solidarité Estudiantine à l’université de Douala (en 2005), l’University of Buea Students’ Union à l’université de Buea (de 2005 à 2013) ainsi que le collectif Sauvons l’université Yaoundé 2 (en juin 2012).

16 La MUSEC a été créée en 1999 sous l’initiative du ministre de l’Enseignement supérieur d’alors, Jacques Atangana Mebara. Contrairement à la FENEC, la MUSEC n’a pas d’après ses statuts d’objectif syndical. Inspirée de la MNEF, Mutuelle nationale des étudiants de France, la MUSEC est d’abord pensée comme une caisse de prévoyance sociale.

17 Au lieu de deux années généralement : l’organisation fait qu’une année est consacrée aux examens, et la deuxième au mémoire. La maîtrise est l’équivalent d’un Bac +4 (et le dea d’un master 2, Bac +5). Le système LMD est en vigueur depuis 2007-2008.

18 Il donne d’ailleurs à son association étudiante le nom de L’UNEEC d’une part pour faire référence à l’Union nationale des Étudiants du Kamerun, UNEK, des années 1960 et d’autre part pour sensibiliser les anciens leaders de cette association à sa cause afin d’obtenir leurs soutiens, moral et financier. Pour rappel, l’UNEK, implantée principalement en France et en Grande-Bretagne (sous l’acronyme de NUKS) intervient pendant la période coloniale dans les années 1950-1960 dans la lutte pour l’indépendance du Cameroun en soutien au parti indépendantiste, l’Union des Populations du Cameroun. Voir Pierre Nkwengue, op. cit. L’objectif de Tchebonsou est de construire une association étudiante revendicative qui se pérennise sur des dizaines d’années, ce qu’il ne parviendra pas à faire.

19 Depuis la fin des années 1990 jusqu’en 2014 les militants étudiants ont fait l’objet d’au moins 199 arrestations (Morillas, 2015, p. 292).

20 Il s’agit d’un pseudonyme pour préserver, à sa demande, son anonymat.

21 De même pour les autres informations relatives à son cas. C’est moi qui anonymise X et Y.

22 Récit de vie avec Linjuom Mbowou, 8 juillet 2009, et avec Mouafo Djontu, 10 juillet 2009, dans les deux cas à Yaoundé. Cf. aussi Pommerolle, 2007, p. 169.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 : Extrait des statuts de la FENEC
Légende Statuts de la FENEC non datés.
Crédits Archives non classées de l’université de Yaoundé mises à disposition par Achille Bella
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5118/img-1.png
Fichier image/png, 350k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cindy Morillas, « Domination et résistance étudiante au sein d’un « lieu clos et apolitique » : l’université camerounaise (1962-2014) », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 30 octobre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5118 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5118

Haut de page

Auteur

Cindy Morillas

Post-doctorante
Université de Johannesburg
cindy.morillas@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals