Navigation – Plan du site

Se faire une place en ville en situation autoritaire : les processus de légitimation citadine à Douala

Finding a place in the city in authoritarian situation: processes of legitimation by city dwellers in Douala
Carole Bignon

Résumés

Le contrôle de l’espace urbain par les pouvoirs publics est représentatif de la situation autoritaire du Cameroun, notamment à travers le recours au déguerpissement. Cet article vise à comprendre par quelles stratégies citadines les habitants de Douala parviennent à se (re)faire une place en ville dans un contexte où l’espace est fortement convoité et largement marécageux, posant la question du défi que représente l’installation en zone déclarée non aedificandi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article s’appuie sur un travail de thèse en cours qui s’inscrit dans le champ d’une géographie (...)

1La dimension urbaine de l’autoritarisme d’État au Cameroun, à travers la question foncière à Douala, peut être discutée autour de trois notions : légitimité, citadinité et « situation autoritaire » (Bayart, 1976).1 Dans un souci de précision, on parle de « situation autoritaire » et non pas de dictature ou de régime autoritaire. Bien que l’État camerounais se définisse officiellement comme démocratique, l’étude du pouvoir, en particulier à l’échelon local, permet de parler de situation autoritaire résultant non seulement de la pratique de ce pouvoir lui-même mais des réactions des différents acteurs face à la domination de l’État (Planel, 2015). La manière dont cette situation autoritaire se déploie comporte des similitudes avec d’autres pays d’Afrique centrale, et se distingue de celle des États d’Afrique de l’Ouest, ou dans une moindre mesure des démocraties libérales du Nord. Au Cameroun, cette forme d’autoritarisme découle en partie des logiques violentes et coercitives de la colonisation et de la traite esclavagiste (Bayart, 2008). Elle s’est transmise et s’observe aujourd’hui, renforcée par des logiques néocoloniales, qui influencent le mode de gouvernance actuel. Ahmadou Ahidjo, premier Président après l’indépendance du pays, avait mis en place une forme assumée de violence dans l’exercice du pouvoir. En revanche le régime de Paul Biya mobilise de façon moins officielle, et moins évidente, la violence sous différentes formes (Bayart, 1985 ; Mbembe, 1990).

2Alors que dans de nombreux pays du Sud, on constate une hausse de la délégation au secteur privé de la gestion du foncier urbain (Michel, 2011), la situation est différente au Cameroun où le foncier urbain relève toujours du domaine de l’État et d’un fort contrôle public. Toutefois, comme ailleurs en Afrique subsaharienne, le pluralisme juridique y est très marqué. Aujourd’hui, Douala, peuplée d’environ 3 millions d’habitants, est un pôle attractif pour les migrations nationales et internationales. Sa démographie a évolué très rapidement au cours des dernières décennies, ce qui rend encore plus sensible la question de l’accès au sol et à l’habitat. Douala se situe à l’embouchure du fleuve Wouri, et est donc en partie bordée de zones marécageuses et inondables, ce qui limite physiquement son extension. Les Doualais, habitants de Douala, n’hésitent plus, depuis plusieurs décennies, à s’implanter dans ces espaces, bien que ces derniers soient décrétés non aedificandi. Dans ce contexte classique de croissance urbaine rapide et d’irrégularité foncière importante, le foncier reste un des domaines clés de l’expression de l’autoritarisme de l’État à l’échelle urbaine et locale. En matière de foncier urbain, les autorités locales et nationales invoquent le dispositif légal et les règlements d’urbanisme en vigueur, afin de déployer leur pouvoir et justifier le déguerpissement (Blot et Spire, 2014). Les pouvoirs publics omettent, contrairement aux recommandations internationales, de prévenir clairement les concernés, de les reloger et de les dédommager, leur déniant ainsi toute citadinité. Beaucoup de déguerpis perdent ainsi, du jour au lendemain, leur logement et parfois leur emploi dans le même temps. Cette pratique du déguerpissement est fréquente dans plusieurs villes africaines et ce, depuis l’époque coloniale. Elle est aujourd’hui souvent motivée par une volonté des pouvoirs publics, exacerbée par un contexte néolibéral, de véhiculer une image moderne et compétitive des espaces urbains, notamment les plus visibles. Ces dernières années, certaines capitales sont particulièrement concernées : ainsi, depuis les élections présidentielles de 2011, plusieurs déguerpissements se sont succédés à Abidjan, qu’ils visent des habitants ou des commerçants (Bouquet et Kassi-Djodjo, 2014). Les autorités « décongestionnent » le centre-ville d’Accra (Choplin et Spire, 2015) et reconquièrent l’espace public de Nairobi, de Niamey et de Cotonou (Awohouedji E., 2017), visant essentiellement les commerçants informels.

3Dans cet article, il s’agit de mettre l’accent sur les marges de manœuvre des Doualais, leur agencéité et leur capacité, en situation autoritaire, à construire une forme de citadinité (Gervais-Lambony, 1994). L’existence de ces marges de manœuvre malgré un contexte d’autoritarisme étatique fort, permet de rendre compte du paradoxe qui oppose contrôle et laisser-faire. En effet, comment parler de situation autoritaire alors même que l’on peut avoir l’impression que chacun fait ce qu’il veut et comme bon lui semble : est-ce que le Cameroun est davantage un pays dans lequel règne un laisser-faire total, concernant notamment les pratiques urbaines qui nous intéressent ici, permettant une apparente spontanéité du bâti ? Il peut en effet paraître paradoxal de parler d’autoritarisme dans un contexte où l’État apparaît absent à de nombreux moments de la planification de l’espace urbain. Il y a donc une forme de tolérance, mais la sanction qui peut arriver à terme est brutale. Cette façon de procéder amène à poser la question de sa cause : ces espaces irréguliers sont-ils livrés à eux-mêmes pendant des décennies, pour la seule raison de l’incapacité de l’État à concevoir des politiques d’aménagement qui répondent aux besoins réels des citadins – cette question de capacité logistique et financière est un élément à ne pas minimiser (Michelon, 2007) – ou également en raison d’un éventuel manque de volonté d’en faire une priorité, ou tout au moins un sujet important ? L’irrégularité pourrait alors être le reflet de cette situation autoritaire qui ne tient qu’en créant ces marges de manœuvre. Il convient donc de s’intéresser à la manière dont des stratégies citadines se mettent en place pour négocier l’arrivée ou le maintien des habitants dans l’espace urbain : comment se construisent quotidiennement les règles du jeu en « situation autoritaire » ?

4La quotidienneté est fondamentale dans le processus de lecture et de compréhension des pratiques citadines dites ordinaires, permettant de lire l’élaboration des stratégies de jeu et de contournement en vue de négocier l’accès à une portion d’espace urbain dans un contexte où la citadinité ne va pas de soi. Cela soulève la question de la légitimité. Dans cet article, il s’agit en premier lieu de montrer le rapport entre pouvoir et autochtonie, ainsi que leur influence sur l’accès au sol et le maintien à Douala. Ensuite, il convient de développer la manière dont des compétences citadines se mettent en place grâce à des règles établies qui permettent de jouer avec des dispositifs spatiaux contraignants, en prenant l’exemple du quartier de Bonabéri Sud. Enfin, sera développé un cas de déguerpissement en 2014 sur la rive droite du Wouri, à Bonabéri Sud, plus spécifiquement à Nkomba. Ce déguerpissement, représentatif d’un contrôle spatial violent par les autorités, invite à porter un regard sur les temporalités de la légitimation citadine.

Autochtonie et légitimité citadine : se jouer des assignations identitaires en situation autoritaire

Autochtonie, xénophobie et pouvoir local : un registre autoritaire

5Constatant la présence récurrente de violences multiformes en Afrique subsaharienne liées à la question de l’autochtonie, Bayart, Geschiere et Nyamnjoh estiment que « la problématique politique de l’autochtonie est bien un phénomène d’ordre continental » (Bayart, Geschiere et Nyamnjoh, 2001, p. 179) dont on ne doit pas minimiser l’hétérogénéité pour autant. Le rejet, par « celui qui est d’ici » (Piermay, 2012, p. 400), d’une altérité présupposée, l’affirmation d’un « eux » et d’un « nous », évoquent de près les discours d’extrême droite propres à l’Europe de l’Ouest. Cutolo évoque un article de Peter Geschiere et Francis Nyamnjoh

dans lequel le discours du Front national en France est comparé à celui de groupes autochtones qui, au Cameroun, ont lancé des attaques directes contre les Bamilékés résidant dans des villes dont ils ne sont pas originaires. […] Ces discours partagent une conception de l’allochtone comme menace contre l’existence de la communauté locale, ils utilisent ainsi des métaphores liées aux concepts d’ordre, de contrôle social, de pureté, de santé publique, etc. (Cutolo, 2008, p. 7).

6Selon Cutolo,

depuis les années 1990, la recherche sur les politiques de l’ethnicité, de l’appartenance et de la citoyenneté en Afrique s’est élargie à la problématisation d’une forme de rapport politique qu’on a appelé l’« autochtonie » (Cutolo, 2008, p. 5).

  • 2 Les villages urbains à Douala désignent les premiers quartiers qui ont constitués la ville, peuplés (...)

7Dans le cas du Cameroun, la notion a été employée pour décrire les « tensions observées [liées à la] remise en question des droits civils et politiques des “allochtones” » (Cutolo, 2008, p. 5). Si l’autochtonie et l’ethnicité sont étroitement liées, c’est parce que l’appartenance à un groupe dit ethnique permet de revendiquer ou non l’appartenance à l’identité autochtone : « La montée en puissance de l’autochtonie apparaît bien comme une nouvelle phase de l’ethnicité » (Bayart, Geschiere et Nyamnjoh, 2001, p. 180). Dans le cadre de travaux sur la Côte d’Ivoire, Babo et Droz (2008) définissent l’ethnicité en se référant à Anderson (1996) : il s’agit d’un « système de classification sociale [qui] repose sur la conscience que les individus ont de leur appartenance à des “communautés imaginées différentes” ». Ce registre identitaire est, en Côte d’Ivoire comme au Cameroun et ailleurs en Afrique francophone, figé au moment de la colonisation, alors que ses contours étaient initialement flous et donnaient de la souplesse dans la façon de se définir, comme l’ont montré de nombreux chercheurs (Amselle et Mbokolo, 1985). Cette façon d’avoir figé l’appartenance à des groupes dits ethniques a donné lieu à de possibles tensions autour de ces questions. La notion d’autochtonie émerge avec la création des États et consisterait à dire « J’étais là avant » (Bayart et Geschiere, 2001, p. 126). Ainsi, le caractère pionnier devient un argument pour légitimer un pouvoir politique propre aux autochtones au détriment des autres (les allogènes). Cet argument d’antériorité revendiqué par les Dualas est d’autant plus arbitraire que ceux-ci sont les descendants d’un groupe ethnique qui, arrivant depuis le Bassin du Congo en 1578 (Gouellain, 1973), a trouvé à Douala les Bassa’a, qu’il a repoussés dans les terres pour occuper la bordure du Wouri. À Douala, l’autochtonie est le fait de l’élite duala, et dans une moindre mesure bassa’a, dont les privilèges se lisent à une échelle systémique : cette élite bénéficie d’un certain nombre de pouvoirs notamment en matière de foncier urbain, mais pas seulement (politiquement, socialement…). Les Dualas appartiennent à différents lignages : Bell, Akwa, Deido et Bele Bele et représentent environ 10 % de la population doualaise. Différents villages urbains2 sont associés à ces lignages. Les dualas détiennent encore largement le foncier, ce qui leur permet d’affirmer un certain pouvoir. Cela se justifie historiquement : à l’époque coloniale, ils ont obtenu des titres fonciers sur les terres et aujourd’hui ils en jouent largement, opérant des transactions foncières même sur les espaces reculés et marécageux.

8Jean-Baptiste Onana parle d’ethnisme d’État pour désigner la situation au Cameroun, renforcé par « la Constitution du 18 janvier 1996 [qui] s’est enrichie de l’opposition entre “autochtones” et “allogènes”, empruntée à la culture populaire dans laquelle elle se cantonnait jusque-là » (Onana, 2005, p. 341).

La politique d’« intégration nationale » d’Ahmadou Ahidjo consistait en la cooptation de différentes élites régionales, selon des dosages habiles qui ont constitué les prémices de l’actuelle problématique de l’autochtonie (Bayart, Geschiere et Nyamnjoh, 2001, p.187).

9Selon Jean-Pierre Warnier,

dans la gestion de cette violence [urbaine], le régime Biya a joué de la communautarisation des conflits, en particulier des conflits fonciers. Le Cameroun est pratiquement le seul pays africain à avoir constamment soutenu le projet de « Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones » finalement votée en octobre 2007. Il en résulte une autochtonisation des 260 groupes linguistiques, des royaumes et des sociétés du Cameroun. […] l’autochtonie, au Cameroun, est devenue un chemin privilégié – parfois le seul – aux ressources d’une citoyenneté locale, à l’inverse de ce qui se passe en Amérique – du Nord comme du Sud – où l’autochtonie est une voie d’accès à la citoyenneté nationale. Mais pour en bénéficier, il faut être né quelque part, y construire ne serait-ce qu’une petite bâtisse, et s’y faire enterrer. L’autochtonie, dit Marcel Detienne (2001), c’est un récit et un cimetière (Warnier, 2008, p.198).

  • 3 Et plus largement Sawas ; groupe socio-culturel des côtiers, incluant les Dualas.
  • 4 Provient de Grassland, qui désigne la région des hauts plateaux volcaniques situés dans les régions (...)

10À l’échelle nationale du Cameroun, le clivage Béti-Bamiléké est le plus remarquable, impliquant une rivalité politique : les Bétis (au pouvoir) redoutent un empiètement des Bamilékés (Onana, 2005, p. 339). À Douala, le clivage autochtones-allogènes se joue fortement entre Dualas3 et populations originaires des Grassfields4, précisément Bamilékés. Ces derniers représentent environ 70% de la population doualaise (Onana, 2005, p. 338). Souvent migrants ou descendants de migrants, ils occupent une place importante dans l’économie : la

propension [des Bamilékés] à migrer – qui leur vaut le qualificatif d’envahisseurs où qu’ils s’établissent – s’expliquerait à l’origine par les fortes densités de population qui caractérisent leur berceau ancestral de la région occidentale : 70 habitants au kilomètre carré contre 13 pour l’ensemble du Cameroun. […] Le dernier recensement de 1976 atteste que les Bamilékés ont un poids économique majeur. (Onana, 2005, p.338).

11Concernant le foncier, l’élite Bamiléké possède des terrains centraux d’une valeur parmi les plus élevées de la ville, et de nombreux citadins Bamilékés dits ordinaires, bien souvent précaires, occupent une large part d’espaces dits non constructibles. « Le monopole foncier à Douala a changé de mains au profit des allochtones, notamment des Bamilékés » (Nsegbe et al, 2014, p. 18). Cela entraîne des formes de xénophobie, perceptible notamment à travers les discours, en particulier ceux des chefs coutumiers. Ce contexte favorise ainsi la cristallisation des catégories ethniques.

  • 5 En langue duala, signifie littéralement derrière le pays, “arrière pays”. Il s’agit d’un espace où (...)

12Quelques éléments du contexte historique de l’urbanisation de Douala doivent être précisés pour éclairer les tensions foncières actuelles. Dès la période coloniale, en 1910, l’administration allemande organise le déguerpissement des riverains du plateau Joss de Bonanjo, le lignage Bell, pour les reléguer à New Bell, considéré comme le Mboussamoundi5. Le roi Douala Manga Bell résiste pendant trois ans avant d’être pendu. Le sentiment d’injustice provoqué par ces évènements, toujours vivace chez certains Dualas, est accentué par la frustration de la vente à vil prix au cours du 20ème siècle de terres de grande valeur en centre-ville. Il en ressort parfois des représentations d’ordre tribaliste, dans lesquelles les non-Dualas sont accusés de tous les maux de la société doualaise. En s’appuyant notamment sur la mise en récit de l’antériorité autochtone, l’Etat contribue à construire l’autochtonie, pour mieux affirmer son pouvoir. Toutefois un jeu avec l’autochtonie s’opère, à travers des marges de manœuvre qui consistent à recourir aux codes autochtones.

Jongler avec l’autochtonie pour accéder au foncier

13La pression foncière favorise la mise en place d’un système dont peuvent profiter certains acteurs. Le monopole autochtone sur le foncier, véritable instrument de pouvoir politique, entraîne une grande vulnérabilité des acteurs en quête d’espace urbain, notamment ceux qui présentent un certain nombre de caractéristiques sociales : lorsqu’on est allogène, ou précaire, ou jeune, dépourvu de réseau ou presque… toutes ces catégories sociales connaissent davantage de discriminations en matière d’accès au foncier. Pour élaborer des stratégies de légitimation foncière, les non autochtones sont amenés à renforcer le système reposant sur l’autochtonie : en reconnaissant le pouvoir des chefs, ils maintiennent des pratiques foncières favorisant l’autochtonie et dès lors la stratégie de l’État. Il y a donc un incontournable recours, voire un jeu avec l’autochtonie pour se faire une place dans la ville, et cela est instrumentalisé par l’État au service de son projet autoritaire.

  • 6 Question soulevée également par Maïa Ghattas dans sa thèse en cours portant sur la patrimonialisati (...)

14Dans un contexte saturé comme Douala, les seuls espaces encore vacants et non bâtis où du foncier est disponible se situent dans les zones reculées, les marécages, les espaces non aedificandi tel que Bonabéri Sud, constitué de Nkomba et Mambanda. C’est dans ce contexte qu’on parvient à dégager le rôle fondamental des espaces irréguliers dans la ville, offrant une alternative. Pour s’implanter, il faut une attestation délivrée par les chefs coutumiers, plus ou moins légale, mais dont la valeur est communément reconnue dans la pratique. Vivre à Nkomba ou Mambanda nécessite donc l’adoption ou le recours à des codes autochtones. L’autochtonie est une construction sociale selon Piermay (2012), ce dernier parle d’ « autochtones d’ailleurs » : « On n'est pas autochtone, on le devient. » dit-il. Si naître autochtone donne accès, de fait, à un certain nombre de privilèges, tant la puissance de la structure familiale est importante et tant il est difficile d’y échapper, on peut sans être Duala se rendre autochtone6 ponctuellement, dans certains contextes, en matière de foncier urbain notamment. Ici, il ne s’agit pas tant de savoir qui est autochtone ou ne l’est pas, mais qui se définit et est reconnu comme tel, et en quoi ce statut favorise l’accès à un certain nombre de droits.

15Bonabéri Sud est composé de Nkomba (domaine privé de l’État) et Mambanda (domaine national). Ces deux quartiers présentent les mêmes caractéristiques physiques et sociales : il s’agit d’espaces marécageux soumis au phénomène de marée et déclarés non aedificandi, avec une population relativement précaire, essentiellement non autochtone, dont l’occupation est pionnière. Les chefs autochtones de Bonambappe et Bonassama, villages urbains du nord de Bonabéri, ont la mainmise sur le sud de Bonabéri (carte n° 1). À la fin des années 1960, ils ont vendu environ 90 % de la surface du quartier Nkomba à l’État qui l’a rétrocédé en 1971 à la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (MAGZI), société d’économie mixte, celle-ci l’ayant ensuite laissé en grande partie à l’abandon pendant plus de 40 ans. C’est dans ce contexte que les autochtones de Bonambappe et ceux de Bonassama se sont attribué le droit de vendre des terrains aux intéressés, y compris à Mambanda. Les modalités d’acquisition ultérieures des terrains ont également été effectuées auprès de revendeurs, généralement des allogènes qui avaient initialement acheté à des Dualas et revendu plus tard à d’autres allogènes. Précisons que l’offre foncière à Douala est aujourd’hui assurée à environ 80 % par des lotisseurs coutumiers et des revendeurs dans le cadre de transactions foncières informelles.

16En 2014, la MAGZI a repris son terrain de Nkomba par la force, à travers un déguerpissement massif de milliers de familles qui y étaient installées depuis plusieurs décennies. M. Hugo, habitant de Ngwelle à Bonabéri où il est né il y a une cinquantaine d’années, est actuellement notable à la chefferie de Bonambappe. Dans sa jeunesse, alors qu’il n’était investi d’aucun statut coutumier, il s’est autorisé, en tant qu’individu reconnu comme autochtone, à vendre à des allogènes des terres de Nkomba. Il témoigne :

  • 7 Entretien du 26/05/14 avec M. Hugo, Bonabéri.

On vendait [les terrains] 100 000 francs CFA ou 50 000 francs CFA histoire de se faire un peu d’argent, tu vois ? En réalité, il y a d’autres qui ne savaient pas, parce que quand nous on voyait l’argent on prenait. Je dis bien que j’étais parmi les gens qui ont vendu cette place là, mais sachant que ceux à qui nous avons vendu seraient là provisoirement, voilà parce que ça ne nous appartient pas. […] Ça passait sous seing privé c’est-à-dire entre toi et moi.7

17Cette notion d’appartenance de l’espace est intéressante, « ça » ne lui appartient pas légalement, mais à travers un prisme qui dérive du droit coutumier, il a pu s’arroger des prérogatives de propriétaire au moment de la transaction, jouant dans le même temps sur les questions de temporalité. Ces propos sont représentatifs des pratiques de nombreux jeunes de Bonambappe et de Bonassama à partir de la fin des années 1970 qui consistaient à vendre des portions de terrain de Bonabéri Sud pour se faire de l’argent facilement, cela leur était possible au nom de leur origine de ces villages urbains dualas : la vente se faisait à des personnes allogènes, qui leur reconnaissaient cette légitimité. Un document attestant la vente était signé par les deux parties. Ces jeunes n’avaient pas le statut coutumier leur permettant d’officialiser ces ventes, et par frustration, afin de pouvoir jouir d’un certain privilège autochtone, ils s’octroyaient le droit de vendre. Pour accéder au foncier urbain, recourir à ce système est pratique dans la mesure où il permet aux plus démunis d’occuper une parcelle de façon plus ou moins pérenne mais légitimée socialement. La légitimation dans les zones marécageuses est donc amorcée par le fait que l’installation est suscitée par des propriétaires légitimes, même si leurs pratiques ne sont pas légales. Les ménages ne demandent pas la régularisation qui s’avère peu accessible et inutile par rapport à ce sentiment de légitimité. Le glissement entre appartenance ethnique et autochtonie est permis. Toutefois, être autochtone n’équivaut pas à être duala, qui relève de l’identité ethnique. Ces deux catégories se recouvrent en grande partie mais pas totalement : il existe des marges de manœuvre. Ainsi, de la même façon que l’autochtonie peut être légitimante, elle peut inversement être délégitimante. Les citadins sont implicitement hiérarchisés en fonction de leur appartenance à différentes catégories sociales. L’autochtonie, favorisant des formes de xénophobie, permet à l’État d’asseoir son pouvoir autoritaire sur les citadins de Douala, tant allogènes qu’autochtones.

Compétences citadines et négociations spatiales quotidiennes : le cas de Bonabéri

  • 8 Estimation du chef de Mambanda, 2015.

18Le quatrième arrondissement de Douala, appelé Bonabéri, est séparé du reste de la ville par le fleuve Wouri. Entouré d’eau, son sol est essentiellement marécageux, et la rupture causée par le Wouri en fait un espace périphérique et enclavé, mais convoité en raison notamment des disponibilités foncières. La tension est encore plus prégnante dans le sud de Bonabéri, en raison de la proximité de la zone industrielle. Cet espace est revendiqué par les chefferies duala des villages urbains limitrophes : un contrôle multiforme est exercé sur Nkomba et Mambanda par les chefferies de Bonassama et de Bonambappe. Ces dernières estiment que ces quartiers leur appartiennent sur des fondements historiques et qu’ils n’ont pas d’existence propre. Elles maintiennent donc un regard sur les transactions foncières qui s’y déroulent (cf. carte n°1). Mambanda, qui comprend environ 150 000 habitants,8 est la partie la plus peuplée de Bonabéri. Quant à Nkomba, environ 15 000 personnes ont été déguerpies en 2014, soit la majorité des habitants.

19Les modalités d’accès au sol en Afrique de l’Ouest et Centrale sont souvent décrites en termes de confrontation, de juxtaposition de deux droits, l’un dit moderne découlant des lois coloniales et l’autre coutumier, reposant sur le système sacré pré-colonial. Il existe d’autres formes d’organisation et de gestion de l’usage et de l’appropriation du sol, attestant d’un système plus complexe que simplement binaire, opposant droit moderne et droit coutumier (Durand-Lasserve, 2015 ; Bertrand, 2014 ; Choplin & Denis, 2016). La complexité et le coût des procédures d’immatriculation et de titrisation des terres sont telles que seule une infime minorité des Doualais y ont recours. Dans ce contexte, le droit moderne s’avère « largement inopérant » (Simmoneau, 2017, p.3) et les transactions foncières s’opèrent aux marges de la loi, faisant émerger des « normes pratiques » (Olivier de Sardan, 2008). On parle souvent d’habitat spontané ou anarchique pour désigner les quartiers où l’irrégularité foncière domine… Il s’avère pourtant que le mode d’occupation du sol respecte des règles localement définies et socialement admises, comme c’est le cas à Bonabéri, où les transactions foncières sont organisées.

Carte n°1 : Enjeux fonciers au sud de Bonabéri

Carte n°1 : Enjeux fonciers au sud de Bonabéri

20À Bonabéri Sud, l’occupation par les allogènes est pionnière en termes de peuplement, nécessitant un défrichage et un remblaiement sous forme de poldérisation. Toutefois, les Dualas avaient de longue date la mainmise sur cet espace où ils pratiquaient régulièrement la pêche, sans y habiter. Historiquement, c’étaient des Dualas – ayant un pouvoir, reconnu ou non – qui vendaient du terrain sur des espaces inhabités et pas même considérés comme habitables. Cependant, l’affirmation d’une légitimation citadine allogène s’avère possible dans ce quartier. Elle repose sur les arguments d’imitation des normes officielles et de mise en valeur du sol, constituant une brèche spatiale dans cette situation autoritaire. Dans ces espaces marécageux, le milieu de vie est hostile et en apparence impropre à l’habitat humain. Pour s’y installer, d’une part il est nécessaire de braver les obstacles physiques en reconsidérant et en redéfinissant les normes de l’habitable et du non habitable, et d’autre part, de passer outre les interdits. Asef Bayat (1997) parle, à propos de ces pratiques discrètes et finalement banales qu’il observe dans le monde arabe, de l’« empiètement tranquille de l’ordinaire ». C’est une caractéristique que l’on retrouve dans certains contextes doualais. En occupant matériellement l’espace, les concernés parviennent ainsi à produire une légitimation tranquille et invisible, pouvant être interprétée comme l’expression d’un acte de résistance silencieuse. L’État ne réagissant pas immédiatement par la sanction, les habitants poursuivent ce processus. Cette capacité à remettre implicitement en cause les normes officielles invite à les redéfinir. C’est le cas des zones déclarées inhabitables mais en réalité habitées. Les propos d’un chef de quartier à Bonabéri expriment ce décalage entre les normes et la réalité :

  • 9 Entretien avec le chef de Sodiko, 2013.

Le principe en effet c’est de ne pas construire en zone marécageuse. Mais on se rend compte aussi que pratiquement tout Bonabéri est marécageux ! Donc s’il faut appliquer ça, il n’y aurait pas la ville de Bonabéri ! Donc il faut nous dire : jusqu’à quel degré de marécage ? Peut-être qu’eux ils savent oui… mais la population ne le sait pas ! C’est vrai qu’on a eu des cas de noyade… c’est difficile c’est vrai… mais il faut être prudent. La loi elle est là, mais on ferme les yeux, car on s’est rendu compte que ce qu’on appelle marécage est discutable… je vous le dis ! J’ai toute une ville là derrière ! Mais il y a à peine quelques années vous n’auriez pas pu l’imaginer ! Il y a des immeubles maintenant ! Il y a des écoles9 !

21L’adoption par les habitants de stratégies d’imitation des normes urbaines – qui suppléent aux carences des autorités – pour améliorer leur quotidien, est une manière de revendiquer un droit à la terre urbaine. Cela traduit une quête de visibilité, ou au moins de reconnaissance, plus ou moins effective : l’existence de blocs reconnus par la sous-préfecture, et donc la désignation de chefs de blocs, les promesses électorales relatives à des projets de régularisation des espaces habités de façon irrégulière, sont autant d’éléments pouvant laisser croire aux concernés que cette reconnaissance est en bonne voie.

22En situation autoritaire et face à un État distant et désengagé qui n’assume pas ses responsabilités, des stratégies citadines s’élaborent. Les habitants des espaces contraignants mettent en place des efforts humains et financiers très lourds et des initiatives citadines pour une organisation locale, se traduisant par une forme d’auto-construction qui révèle leur capacité à développer des compétences citadines. La notion d’auto-construction a été récusée dans les années 1980-90 par Canel, Delis et Girard (1992) qui ont montré que les gens ne construisaient pas eux-mêmes leurs maisons mais les faisaient construire par des petits promoteurs et constructeurs privés informels. Cependant, dans le cas de Bonabéri, l’auto-construction évoque aussi la capacité d’organisation collective qui, par la poldérisation, rend habitable un espace déclaré inhabitable par l’Etat. La lutte constante contre l’eau représente un important coût économique et humain qui nécessite une mutualisation des efforts. De plus, participer au sein d’un collectif d’habitants à la construction des écoles, des mosquées, des églises, des dispensaires de santé, faire venir l’eau, l’électricité, sont des indicateurs qui permettent d’affirmer la création de quartiers reposant sur des stratégies citadines. Pour vivre à Bonabéri Sud, chacun doit aussi dépenser son énergie et ses moyens financiers, et faire preuve de « compétences citadines » (Berry-Chikhaoui, 2009, p.11). En contribuant à la construction du quartier, chaque habitant doit consentir des investissements personnels et consacrer régulièrement une certaine somme d’argent au remblai de sa parcelle, à l’entretien de sa maison… Ce sont donc des espaces habités par ceux qui, pour bâtir et entretenir leur quartier et leur maison, ont investi beaucoup d’énergie tant physique et humaine qu’économique, au niveau individuel et collectif, par la mise en place de réseaux de sociabilité et d’organisation du quartier. Ils posent ainsi la question de la confrontation entre différents registres de légitimation. L’auto-construction d’un quartier produit des formes de citadinité visibles notamment à travers la création d’infrastructures pour surmonter l’hostilité de l’eau : remblayer annuellement son terrain, poser une passerelle pour relier sa maison au chemin principal, ou encore, à une échelle collective, contribuer à l’installation d’un passage en différents matériaux : bois, pneus... pour assurer les mobilités au sein du quartier.

Lutter contre l'eau en zone non aedifiandi

Lutter contre l'eau en zone non aedifiandi

Crédit photo : C.Bignon

23La photographie n°3 montre un endroit soumis au phénomène de marée : un chemin a dû être aménagé pour circuler à marée haute ; la photographie n°2 montre un pont laissant l’eau s’écouler. Sa construction a été financée par une collecte d’argent organisée par les chefs de blocs pour développer le quartier. Sur la photographie n°1, une famille anticipe la saison des pluies en renforçant la passerelle reliant sa maison au chemin principal. Il importe d’insister sur la production d’une légitimation économique, par des citadins, grâce au mérite obtenu par la viabilisation de la parcelle dans un contexte inondable, particulièrement visible sur ces images, avec la création de passerelles et de remblais représentant un coût et une énergie significatifs. Lutter contre l’eau constitue un défi permanent et coûteux quotidiennement à marée montante et encore plus en saison pluvieuse, les routes, voire certaines habitations, sont régulièrement inondées, ce qui implique le déploiement d’efforts considérables et sans cesse renouvelés. Delphine, âgée de 47 ans, née à Mbouda (Ouest Cameroun), est arrivée à Douala dans sa jeunesse. Déguerpie en 1990 de Ndogbong (Douala III), elle s’est installée à Mambanda en 1992 parmi les premiers habitants de la zone. Elle explique qu’avec son mari, elle a entièrement défriché sa parcelle achetée à un Mbouda qui l’avait lui-même achetée à un Duala :

  • 10 Entretien avec Delphine, Mambanda, 28/03/14.

C’était la brousse. C’était marécageux. On a dû verser le sable. Ce ne peut pas être l’effort d’un seul homme. On a remblayé. Depuis, on n’a jamais eu à remblayer à nouveau. Parce que quand tu remblaies, tu es sûr de toi, tu remblaies bien10.

  • 11 Créée en 1987, la Communauté Urbaine de Douala est une collectivité publique décentralisée. Son rôl (...)

24Ce témoignage est révélateur des efforts physiques et de l’organisation collective nécessaires à l’occupation de ces espaces. A Bonabéri Sud, les combats sont quotidiens, il faut acheter un camion de sable pour surélever la fondation qui s’affaisse du fait des eaux, ou des pneus usagés qu’on va soi-même déposer sur son terrain ou sur un chemin public pour permettre aux passants de se déplacer en évitant l’eau. Certains ménages remblaient avec des ordures la parcelle d’habitation, cette méthode peut être appréhendée comme une « solution alternative » (Tchuikoua & Elong, 2015) car où elle est moins coûteuse que l’achat de matériaux comme la terre ou le sable … il s’agit là de problèmes très concrets auxquels font face quotidiennement les habitants, contraints de trouver des solutions par eux-mêmes. Les nombreuses sommations, dont la forme la plus visible est le marquage spatial, par la Communauté Urbaine de Douala11, sur la devanture des maisons, ainsi que les discours récurrents pour justifier le déguerpissement, sont des indices qui laissent chacun sur le qui-vive. Mais l'ambiguïté de l’Etat, alternant tolérance et sévérité, invite à une libre interprétation du sort qui sera fait au quartier et entretient la vulnérabilité de ses habitants. Dieudonné, qui fait partie des déguerpis de Nkomba, explique le contexte des sommations et l’incrédulité qui en découle :

On a autorisé des ouvertures d’écoles, des hôpitaux. Si l’administration peut permettre qu’on construise des écoles et des hôpitaux, […] ça veut dire que ce n’est pas un lieu où un jour on va faire ce qu’on a fait là…

25Comme beaucoup d’autres déguerpis surpris par ce qu’il leur arrive, selon lui, la permission de construire des écoles et hôpitaux constitue une forme de reconnaissance par l’État, qui rend donc le déguerpissement d’autant plus injustifié et imprévisible, et invite à s’interroger sur le rapport aux temporalités. Le déguerpissement à Nkomba intervient dans un contexte où les habitants avaient produit des formes de contournement, de résistance à travers des stratégies individuelles et collectives, transformant les rapports de pouvoir entre une diversité d’acteurs en « situation autoritaire ». L’empiètement tranquille produit un ordre précaire à Douala, toujours suspendu à ce retour brutal de l’État par le déguerpissement. Cela pose la question des légitimités difficiles.

Temporalités de la légitimation citadine en situation autoritaire : lieux et moments de rupture

  • 12 Extrait d’entretien mené avec Dieudonné, déguerpi de Nkomba. La métaphore est éloquente dans un con (...)

Il faut donner la chance à l’enfant qu’on a tapé de pleurer. Il faut lui donner cette chance, quand vous fouettez l’enfant, donnez-lui cette chance de pleurer12.

26Précédemment, nous avons parlé du rapport aux normes et des accommodements quotidiens des citadins pour accéder à une portion d’espace urbain et s’y maintenir. Or la négociation de la norme officielle, en situation autoritaire, comporte des limites. Il s’agit maintenant de traiter de la confrontation, voire de la soumission à la norme officielle, à travers le cas du déguerpissement comme affrontement brutal entre les normes officielles et les pratiques citadines. Les autorités justifient leur recours au déplacement forcé en invoquant le droit moderne et le respect de la loi. En situation autoritaire, comment s’organise l’usage du sol caractérisé par l’irrégularité foncière ? Le déguerpissement est une mise en ordre de l’espace urbain à travers un processus violent ; il laisse penser que la ville serait réservée à certains. Le projet de la SAD (Société d’Aménagement de Douala) le montre également. Ce promoteur privé a pour activité la mise en valeur de portions d’espace urbain doualais, notamment par des aménagements préalables pour stabiliser le sol, le rendre moins inondable, et par la desserte en eau, électricité, routes. En réalité, le coût élevé de l’offre de vente de lopins de terre, construits ou non, est sélectif : seules les classes aisées peuvent y avoir accès. Si le jeu avec les normes est possible dans un certain nombre de contextes, certains « moments » de l’urbanisation des villes camerounaises rappellent à l’ordre et sont emblématiques d’un contexte autoritaire en matière de production spatiale. Ils soulignent l’importance du pouvoir des autorités qui peut aller jusqu’à la négation de toute forme de légitimité à une catégorie de citadins.

27L’urbanisation et la morphologie des villes camerounaises et africaines sont modifiées par les déguerpissements qui se sont succédés au cours du dernier siècle. A partir de l’indépendance, les autorités locales et nationales camerounaises ont eu recours à ce procédé pour organiser la ville selon leurs normes. Des arguments d’ordre développementaliste sont mis en avant, notamment dans le cadre des politiques d’embellissement de la ville. A Douala,

on évacue pour prévenir les risques d’inondation des zones marécageuses où se sont implantés les habitants. Mais la décision vient si tard qu’on se demande déjà si la sécurité de la population est vraiment le seul motif de la manœuvre. D’autant qu’aucun relogement n’est envisagé (Taliercio, 2008).

  • 13 La zone marécageuse de Makepe Missoke est la plus massivement touchée par ces inondations.
  • 14 « Cameroun-Douala-Makepe Missoke : dans l’enfer des démolitions », par William Tchango le 10 juille (...)
  • 15 « Cameroun : inondations à Douala : trois morts et plus de 1500 familles sinistrées », par Aristide (...)
  • 16 « Cameroun : Yaoundé - Douala : les « déguerpissements » humilient et déshumanisent les habitants » (...)

28Ainsi durant la saison des pluies de 2015, lors des inondations de juin, le gouvernement s’est appuyé sur des motifs sanitaires pour justifier les importants déguerpissements décidés dans les espaces marécageux du 5ème arrondissement de Douala..13Cette opération aurait concerné 300 familles14. Ces inondations sont l’occasion pour le gouvernement de recourir au déplacement forcé des sinistrés : « le gouverneur de la région du Littoral recommande d’engager une opération forcée et immédiatement de déguerpissement des habitats identifiés comme ayant construit sur les drains »15 affirme un média camerounais. Les victimes d’inondation ont donc été, dans la foulée, victimes de déguerpissement également. Selon Habitat International Coalition16,

à l’observation des démolitions des quartiers de Yaoundé voire des autres villes du Cameroun, plus de 90% des déguerpis sont des familles démunies. D’Ekoudou à Ntaba en passant par Mokolo, Messa Carrière et Etetak à Yaoundé, très peu de familles aisées ont été concernées (Entretien avec Djimeli T. A., 2008).

29Cela pose la question du droit à occuper la ville et plus particulièrement le centre et le péricentre urbain, dès lors qu’on ne fait pas partie de la catégorie des plus aisés.

30Cette pratique, que la « situation autoritaire » rend propice, s’observe à différentes échelles à Douala. En 1986, plus de 900 familles sont déguerpies dans le cadre du prolongement du Boulevard de la République et de l’axe lourd Bépanda dans les quartiers Bonateki, Bonabassem et Bépanda (Douala V). En 2010, plus de 500 familles sont déguerpies en raison d’un projet d’extension de l’Université de Douala à Logbessou (Douala III). En 2013, l’axe Ndokoti – PK 14 est élargi et des déguerpissements ont à nouveau lieu à cette occasion. En 2014, Nkomba et Diboum 1 sont déguerpis lorsque la MAGZI décide de récupérer des terrains titrés dans les années 1970. Fin 2014, plus de 800 familles sont déguerpies du fait de la construction de la pénétrante Est de Douala, une soixantaine de familles seulement auraient été indemnisées. Cela s’inscrit dans des politiques de projets urbains de grande ampleur dans le cadre de la fonction logistique de la ville. Dans le cadre des politiques d’aménagement urbain de Douala, de nombreux projets de déguerpissements sont latents, et toucheraient les différents arrondissements de la ville. Au total, 150 000 victimes de déguerpissements de Douala sont mobilisées via la « Plateforme des collectifs des victimes et potentielles victimes des évictions forcées » créée à l’occasion de la Journée mondiale de l’habitat. Leurs doléances sont les suivantes :

Les victimes invitent le chef de l’État à […] bien vouloir prescrire derechef aux autorités concernées de corriger leurs pratiques et de respecter le droit au logement convenable et aux obligations correspondantes dont devront être bénéficiaires les populations sinistrées et potentielles sinistrées de la ville de Douala…

31Par la suite, elles souhaitent voir recasées et indemnisées les populations de Diboum I et de Nkomba et prônent d’autres cas d’indemnisation et de dialogue franc entre les acteurs, comme le préconisent les principes des Droits de l’homme. Enfin, elles appellent le chef de l’État à « prendre des mesures urgentes pour garantir un logement alternatif adéquat à tous les Camerounais et surtout à chaque fois que ceux-ci sont expropriés pour cause d’utilité publique » (Doi Da Manga, 2015). Même en cas de déguerpissement pour cause d’utilité publique, les autorités s’affranchissent des règles de droit, à plus forte raison en cas de déguerpissement sauvage où aucune des temporalités des règles n’est respectée.

32Comme indiqué plus haut, deux déguerpissements ont eu lieu la même année (2014) dans un contexte similaire. L’État a rétrocédé à la MAGZI (établissement public de viabilisation des terrains pour l’industrie) des terrains dans les zones industrielles de Bassa (Diboum 1) en 1968 et de celle de Bonabéri (Nkomba) en 1971, qui n’ont pas été entièrement exploités. Des particuliers s’y sont donc progressivement installés et ont viabilisé les lieux sans que les pouvoirs publics ne s’y opposent, ce qui en a facilité le processus d’appropriation. Cependant, plus de quarante ans après, la MAGZI a décidé d’utiliser la force pour récupérer ces terrains, en expulsant les habitants. Ces déguerpissements ont entraîné le déplacement forcé d’environ 15 000 personnes dans le cas de Nkomba et 40 000 dans celui de Diboum 1. Nkomba et Mambanda sont souvent indifférenciés de par leur morphologie urbaine et leurs caractéristiques socio-démographiques similaires (quartiers populaires marécageux et relativement reculés, essentiellement peuplés d’allogènes venant pour la plupart de l’Ouest du Cameroun). Toutefois, sur le plan foncier il existe une différence de taille, d’où le déguerpissement : la quasi totalité de Nkomba appartenait à la MAGZI, relevant donc du domaine privé de l’Etat, alors que Mambanda relève du domaine public de l’Etat. Le déguerpissement est un mode de contrôle violent, de l’ordre urbain au nom de l’application de la loi. Selon Julie Blot et Amandine Spire :

Le déguerpissement peut se définir comme une expulsion collective et contrainte d’individus qui ne possèdent pas de droits reconnus sur les parcelles qu’ils occupent. Le recours à la violence, physique ou symbolique, accompagne généralement la procédure : les déguerpis sont le plus souvent déplacés par la force ou brutalement sommés de quitter leur lieu de résidence (Blot et Spire, 2014, p. 1).

33En effet, les expressions les plus visibles des conflits sur l’usage du foncier sont les actions coercitives consistant à évacuer les vendeurs de petits métiers de rue et à démolir les maisons. Le déguerpissement est un évènement ponctuel qui résulte d’une situation autoritaire mise en place par les pouvoirs publics en matière d’occupation du sol. Occuper temporairement une portion d’espace urbain, telle était la demande formulée implicitement à toute personne qui s’implantait à Nkomba. Les déguerpis vivant à Nkomba depuis les débuts de l’urbanisation du quartier se rappellent des casses ponctuelles en 1979, et tous ont été témoins de diverses formes de sommation : croix de saint André apposées sur les murs, descentes sur le terrain d’agents de la CUD tenant des discours d’avertissement… mais jamais pris totalement au sérieux. Quel intérêt l’Etat a-t-il à rester ambigu dans son rapport à la sommation ? On peut supposer que cette imprécision lui donne de la labilité dans sa manière d’organiser la ville en maintenant les citadins dans l’incertitude de leur sort. Le discours déresponsabilisant des autorités locales et nationales concernant le laisser-faire de l’occupation sur l’espace MAGZI évoque un certain intérêt à entretenir un flou sur le sort du statut foncier du quartier, et une gestion informelle par l’Etat de ce dernier (Roy, 2005). Madame M., juriste à l’atelier d’urbanisme, livre son analyse sur l’occupation de Nkomba et de Mambanda, qui reflète le discours officiel :

  • 17 Entretien du 23/06/15 avec madame M., Atelier d’urbanisme de Douala.

Mambanda est une zone en majorité inconstructible, parce que c’est un marécage. Et nous qui sommes nés vers Bonabéri, on savait que ce n’était pas une zone d’habitation. Mais les populations ont forcé, forcé, forcé à y rester, au départ on démolissait mais elles ont forcé, forcé, forcé. Finalement l’État a cédé. Parce qu’ils sont déjà là, il faut qu’ils survivent. Il y a la tolérance, et l’inertie. Ce n’est même pas la négociation. Inertie, c’est à dire que l’État baisse les bras, démissionne un peu parfois. C’est quand il y a les catastrophes qu’on se réveille, on frappe sur la table.17

  • 18 Entretien avec le Sous-Préfet de Bonabéri, 02/06/14 .

34Madame M. invoque un manque de capacité des autorités face à des citadins qui s’imposent, ces derniers étant cités pour leur aptitude à transgresser la loi, et l’Etat pour son indulgence. Comment « forcer » face à un gouvernement autoritaire ? Cette manière d’occuper l’espace est possible grâce à une persévérance à empiéter tranquillement sur l’espace, pour reprendre la notion d’Asef Bayat (1997) déjà cité. Ici, la « tranquillité » a brutalement cessé. M. M., ingénieur de conception de génie rural à la Communauté urbaine de Douala, parle de « tolérance administrative » pour désigner la forme de laxisme – liée au manque de moyens – de l’Etat, laissant les gens s’installer durant des décennies pour les déguerpir ensuite. Ce rapport aux temporalités est lié à la question de la reconnaissance, tout comme les promesses électorales. Jusqu’à ce jour, les déguerpis n’ont connu ni relogement, ni dédommagement, contrairement aux recommandations des instances internationales. A Bonabéri Sud, pour délégitimer les occupants, les autorités ont mis l’accent sur le fait, d’une part que ces espaces sont dits non aedificandi car inondables, d’autre part que les habitants ne détenaient pas de titre foncier puisqu’il s’agit d’un titre foncier privé de l’Etat. Le Sous-Préfet de Bonabéri, communément appelé le Chef des Terres, affirma ceci pour justifier les actions du gouvernement : « Ce terrain c’est le titre foncier de l’Etat. Donc l’Etat a seulement récupéré son terrain. »18 Les autorités municipales profitent de la méconnaissance des lois par les populations pour leur imposer des déguerpissements.

35Le déguerpissement est un processus brutal et violent qui dénote des rapports de force inégaux et totalement déséquilibrés : il est intervenu sans attendre la fin de l’année scolaire : avec la destruction d’écoles, de nombreux enfants se sont retrouvés déscolarisés en milieu d’année (c’est cet élément qui, dans l’immédiat, semblait le plus choquer et perturber les concernés). La destruction de la mosquée a également soulevé une indignation collective.

36Cette concurrence dans la manière de produire la ville traduit des conflits dans l’appropriation et l’usage du sol, les stratégies des pouvoirs publics étant d’attaquer la légitimité des déguerpis par la loi foncière (Blot et Spire, 2014). Les déguerpis de Nkomba aujourd’hui ne savent toujours pas vers qui se tourner pour obtenir justice. Les citadins peuvent difficilement cibler un coupable à l’injustice ressentie, les acteurs étant difficile à identifier. Les rares mobilisations pendant et à la suite du déguerpissement évoquent une forme d’acceptation liée à l’habitude de ce type de procédures, révélant un processus de normalisation des déguerpissements. Les habitants sont considérés comme illégaux et illégitimes, ce qui permet au gouvernement de montrer sa puissance, mais pas trop, en évitant une visibilité à l’échelle nationale : dans le cas du déguerpissement de Nkomba, on bloquait les gens à la sortie ouest de la ville (Bonabéri ouest) pour éviter que les déguerpis partent massivement dans leur région d’origine avec leurs effets et que cela puisse susciter l’indignation à l’échelle nationale. Aujourd’hui, on remarque un discours relevant de la nostalgie liée à ce processus violent de déterritorialisation, particulièrement chez les jeunes (18-30 ans) qui n’hésitent pas à évoquer leurs souvenirs d’enfance à Nkomba ou les lieux forts du quartier où ils se rassemblaient. Cet attachement se comprend lorsqu’on écoute Mohamed, jeune Doualais qui habitait Nkomba avant le déguerpissement :

  • 19 À la naissance, un usage courant au Cameroun consiste à enterrer le cordon ombilical et/ou le place (...)
  • 20 Entretien du 07/05/14 avec Mohammed, 21 ans, ancien résident de Nkomba, aujourd’hui résident à Forê (...)

Nous sommes les natifs d’ici. On a grandi dans ce quartier, on est né ici. Je suis né en 1994. C’est ici qu’on a enterré mon nombril, le cordon ombilical plutôt19. Et comme on nous a cassé, on est allé se recaser dans les quartiers proches, quoi. Mais nul n’est censé renier ses origines, donc on a toujours tendance à revenir rester avec les amis, rester avec les grands frères. C’est comme ça que ça se passe20.

37Pour conclure, face à une « situation autoritaire » s’appuyant sur l’autochtonie et sur la norme officielle, les Doualais produisent différents registres de légitimité. Le déguerpissement de Nkomba montre comment le laisser-faire de l’État, pouvant passer pour de la tolérance, mais entretenant en réalité une incertitude juridique (Roy, 2009), peut brutalement être remis en question et balayer des années d’efforts et d’investissements déployés par les habitants. En contradiction avec les principes démocratiques affichés dans la Constitution, il est l’expression d’une pratique autoritaire du pouvoir qui se traduit spatialement. Les habitants de Nkomba étant considérés comme illégaux et illégitimes, ce déguerpissement a suscité peu d’intérêt médiatique et politique, ce qui ne leur a pas permis une réelle mobilisation ni une écoute pour la revendication de droits. Cependant, le refus du déguerpissement s’est manifesté en ne quittant pas Douala pour la plupart des déguerpis, et en recourant à la justice, certains s’étant cotisés pour prendre un avocat. Se refaire une place en ville repose sur la capacité à faire appel à un réseau important. Ainsi jusqu’à aujourd’hui de nombreux déguerpis se font héberger par de la famille ou des connaissances. C’est en réponse à un besoin fondamental que la majorité des Doualais occupent les espaces « irréguliers » à travers des stratégies d’accès au sol et de maintien les plus révélatrices de la condition citadine de Douala sur le plan foncier. Ce mode d’occupation de la ville représente une pratique irrégulière, certes, mais dominante, qui ne relève donc pas d’une forme de marginalité ni même d’une résistance active. Ces pratiques peuvent être lues comme nécessaires et donnent ainsi une dimension spécifique de légitimation.

38La situation autoritaire favorise la violence urbaine sous différentes formes, dont l’accès inégal au foncier. Dans ce contexte, la légitimation citadine est une quête incessante, qui se gagne et s’entretient par les pratiques quotidiennes. Les compétences citadines relèvent de règles du jeu nécessaires, tant pour contourner la loi que pour être capable d’habiter dans des milieux contraignants. L’adoption par les habitants de stratégies d’imitation des normes urbaines, qui suppléent aux carences des autorités, pour améliorer leur quotidien, est une manière d’affirmer un droit à la terre urbaine. Cela traduit une quête de visibilité ou au moins de reconnaissance. L’occupation d’espaces déclarés inconstructibles, ainsi que la construction de maisons et la réalisation d’autres investissements aux lieu et place de l’État, constituent un combat quotidien sur la terre et sur l’espace urbain.

Haut de page

Bibliographie

AMSELLE J.-L. et MBOKOLO E., 1985, Au cœur de l’ethnie : ethnies, tribalisme et État en Afrique, Paris, La Découverte.

AWOHOUEDJI E., 2017, « Urban informality and public space. Erasure of street trade in Cotonou, The Republic of Benin », Munich, GRIN Verlag, www.grin.com/document/381022.

BABO A. et DROZ Y., 2008, « Conflits fonciers. De l’ethnie à la nation. Rapports interethniques et “ivoirité” dans le sud-ouest de la Côte-d’Ivoire », Cahiers d’études africaines, n° 192, p. 741-764.

BAYART J.-F. et GESCHIERE P., 2001, « “J’étais là avant”. Problématiques politiques de l’autochtonie », Critique internationale, vol. 1, n°°10, p. 126-128.

BAYART J.-F., 1976, « L’analyse des situations autoritaires : étude bibliographique », Revue française de science politique, vol. 26, n° 3, p. 483-520.

BAYART J.-F., 1985, L’État au Cameroun, Paris, Presses de Sciences Po.

BAYART J.-F., 2008, « Hégémonie et coercition en Afrique subsaharienne. La “politique de la chicotte” », Politique africaine, vol. 2, n° 110, p. 123-152.

BAYART J.-F., GESCHIERE P. et NYAMNJOH F., 2001, « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », Critique internationale, vol. 1, n° 10, p. 177-194.

BAYAT A., 1997, « Un-civil society : the politics of the “informal people” », Third World Quarterly, vol. 18, n° 1, p. 53-72.

BERRY-CHIKHAOUI I., 2009, « Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe », Les Cahiers d’EMAM, n° 18, p. 9-20.

BERTRAND M., 2014, Mobilisations foncières à Bamako : des défis de la gouvernance à ceux de la citoyenneté, in Brunet-Jailly J., Charmes J. et Konaté D., Le Mali contemporain, Bamako, Éditions Tombouctou et IRD, p. 159-186.

BLOT J. et SPIRE A., 2014, « Déguerpissement et conflits autour des légitimités citadines dans les villes du Sud », L’Espace politique, vol. 1, n° 22.

BOUQUET C. et KASSI-DJODJO I., 2014, « “Déguerpir” pour reconquérir l’espace public à Abidjan », L’Espace politique, vol. 1, n° 22.

CANEL P., DELIS P. et GIRARD C., 1992, Construire la ville africaine : chroniques du citadin promoteur, Paris, Karthala.

CHOPLIN A. et DENIS E., « Le droit au sol dans les villes du Sud. Politiques de régularisation et propriété foncière dans les quartiers populaires », Métropolitiques, 24 octobre 2016, www.metropolitiques.eu/Le-droit-au-sol-dans-les-villes-du.html.

CUTOLO A., 2008, « Populations, citoyennetés et territoires, Autochtonie et gouvernementalité en Afrique », Politique africaine, vol. 4, n° 112, p. 5-17.

DÉTIENNE M., 2001, « L’art de fonder l’autochtonie. Entre Thèbes, Athènes et le Français “de souche” », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 69, p. 105-110.

DOI DA MANGA, 2015, « Cameroun, évictions forcées : plus de 150 000 victimes s’en remettent au chef de l’État », Camer.be, www.camer.be/46498/11:1/cameroun-evictions-forcees-les-150-000-victimes-sen-remettent-au-chef-de-letat-cameroon.html, consulté le 13 juillet 2018.

DUHEM V., 2015, « Cotonou, Abidjan, Bamako…Après l’urbanisation incontrôlée, place au déguerpissement », Jeune Afrique, 5 janvier 2017, www.jeuneafrique.com/389605/politique/politiques-de-deguerpissement-afrique/.

DURAND-LASSERVE A., DURAND-LASSERVE M. et SELOD H., 2015, Le Système d’approvisionnement en terres dans les villes d’Afrique de l’Ouest. L’exemple de Bamako, Washington, AFD/Banque mondiale.

EKAMBI A., 2015, « Cameroun : inondations à Douala. Trois morts et plus de 1 500 familles sinistrées », Camer.be, www.camer.be/43013/11:1/cameroun-inondations-a-douala-trois-morts-et-plus-de-1500-familles-sinistrees-cameroon.html, consulté le 13 juillet 2018.

ENTRETIEN AVEC DJIMELI T. A., 2008, « Cameroun : Yaoundé-Douala : les “déguerpissements” humilient et déshumanisent les habitants », Habitat International Coalition www.hic-gs.org/articles.php?pid=9, consulté le 13 juillet 2018.

GERVAIS-LAMBONY P., 1994, De Lomé à Harare, le fait citadin : images et pratiques des villes africaines, Paris, Karthala, « Hommes et sociétés ».

GESCHIERE P. et NYAMNJOH F., 2000, « Capitalism and autochthony : the seesaw of mobility and belonging », Public Culture, vol. 12, n° 2, p. 423-452.

GOUELLAIN R., 1973, « Douala : formation et développement de la ville pendant la colonisation », Cahiers d’études africaines, vol. 13, n° 51, p. 442-468.

HATZFELD H., 2011, Les Légitimités ordinaires. Au nom de quoi devrions-nous nous taire ?, Paris, Adels/L’Harmattan.

MBEMBE A., 1990, « Le Cameroun après la mort d’Ahmadou Ahidjo », Politique africaine, n° 37, p. 117-122.

MICHEL A., DENIS É. et SOARES GONÇALVES R., 2011, « Introduction : les enjeux du foncier urbain pour le développement. Nouveaux marchés et redistribution des responsabilités », Revue Tiers Monde, vol. 2, n° 206, p. 7-20.

MICHELON B., 2007, « Le quotidien à Douala », Revue Urbanisme, n°353.

NSEGBE A., TCHIADEU G., MBAHA J., DZALLA G. et OLINGA J., 2014, Douala : une ville d’occupation et d’immigration, in Tchoumtchoua E. et Dikoumè A., Douala : histoire et patrimoine, Yaoundé, Édition Clé, p. 21-39.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 2008, « À la recherche des normes pratiques de la gouvernance réelle en Afrique », Afrique : pouvoir et politique, n° 5.

ONANA J.-B., 2005, « Bamiléké vs Cameroun ? », Outre-Terre, vol. 2, n° 11, p. 337-344.

PIERMAY J.-L., 2012, « Les frontières de l’autochtonie, de l’enracinement villageois à la construction de la ville africaine », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 89, n° 3, p. 399-411.

PLANEL S., 2015, « Espaces autoritaires, espaces (in)justes ? », Justice spatiale, Spatial Justice, n° 8.

ROY A., 2005, « Urban informality : toward an epistemology of planning », Journal of the american planning association, n°2, p. 147-158.

ROY A., 2009, « Strangely familiar : planning and the worlds of insurgence and informality », Planning Theory, vol. 8, n° 1, p. 7-11.

SIMONNEAU C., 2017, « Stratégies citadines d’accès au sol et réforme foncière au Bénin. La pluralité comme enjeu ? », Métropolitiques, 16 janvier 2017, www.metropolitiques.eu/Strategies-citadines-d-acces-au.html.

SPIRE A., BÉNIT-GBAFFOU C., GERVAIS-LAMBONY, P., MORANGE M., STECK J.-F. et VIVET J., 2014, Localisation forcée en ville : l’injustice spatiale et les politiques de déguerpissement en Afrique, in Gervais- Lambony P., Bénit-Gbaffou C., Musset A., Piermay J.-L. et Planel S., La Justice spatiale et la ville. Regards du Sud, Paris, Karthala, p. 127-147.

TALIERCIO P., 2008, « Un déguerpissement exemplaire à Ouaga (Burkina Faso) », in Revue Agone, n° 38-39, p. 89-107.

TCHANGO W., 2015, « Cameroun-Douala-Makepe Missoke : dans l’enfer des démolitions », Cameroon-Info.net, www.cameroon-info.net/article/cameroun-douala-makepe-missoke-dans-lenfer-des-demolitions-245121.html, consulté le 13 juillet 2018.

TCHUIKOUA L. B. et ELONG J. G., « La gestion des déchets solides ménagers à l’épreuve des pratiques urbaines à Douala (Cameroun) », Revue canadienne de géographie tropicale, vol. 2, n° 1, p. 38-46.

WARNIER J.-P., 2008, « Autour d’un livre. The Pot-King : The Body and Technologies of Power, Leyde, Brill, 2007, VIII-325 pages. [Le Roi-pot. Corps, culture matérielle et technologies du pouvoir. Version en français à paraître, Paris, Karthala] », Politique africaine, vol. 4, n° 112, p. 183-199.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur un travail de thèse en cours qui s’inscrit dans le champ d’une géographie urbaine s’intéressant aux pratiques et aux représentations citadines. Cette thèse porte sur les processus de légitimation citadine dans les espaces dits irréguliers de Douala, à partir d’une méthode qualitative à caractère ethnographique privilégiant l’immersion dans trois quartiers de Douala (Akwa, Bonabéri et New Bell).

2 Les villages urbains à Douala désignent les premiers quartiers qui ont constitués la ville, peuplés dès l’origine par des familles dualas. La part de dualas y habitant y est toujours significative.

3 Et plus largement Sawas ; groupe socio-culturel des côtiers, incluant les Dualas.

4 Provient de Grassland, qui désigne la région des hauts plateaux volcaniques situés dans les régions du Nord-Ouest et de l’Ouest du Cameroun. Il s’agit de l’une des régions les plus peuplées du Cameroun.

5 En langue duala, signifie littéralement derrière le pays, “arrière pays”. Il s’agit d’un espace où la végétation prédominait sur un sol marécageux Les Dualas ne concevaient pas d’y habiter et sont plutôt allés s’installer à Bali.

6 Question soulevée également par Maïa Ghattas dans sa thèse en cours portant sur la patrimonialisation et l’aménagement urbain à Douala.

7 Entretien du 26/05/14 avec M. Hugo, Bonabéri.

8 Estimation du chef de Mambanda, 2015.

9 Entretien avec le chef de Sodiko, 2013.

10 Entretien avec Delphine, Mambanda, 28/03/14.

11 Créée en 1987, la Communauté Urbaine de Douala est une collectivité publique décentralisée. Son rôle est de gérer, à l’échelle de Douala, l’organisation locale notamment en matière d’urbanisme et d’aménagement urbain.

12 Extrait d’entretien mené avec Dieudonné, déguerpi de Nkomba. La métaphore est éloquente dans un contexte où les acteurs ayant été brutalement déguerpis ne sont toujours pas écoutés ni aidés après les faits. Qu’il s’agisse de recours en justice sans résultat concret ou de l’absence de politique de relogement et/ou de dédommagement, les déguerpis sont livrés à eux-mêmes sans pouvoir obtenir justice ni être entendus.

13 La zone marécageuse de Makepe Missoke est la plus massivement touchée par ces inondations.

14 « Cameroun-Douala-Makepe Missoke : dans l’enfer des démolitions », par William Tchango le 10 juillet 2015, http://www.cameroon-info.net/article/cameroun-douala-makepe-missoke-dans-lenfer-des-demolitions-245121.html, consulté le 13 juillet 2018.

15 « Cameroun : inondations à Douala : trois morts et plus de 1500 familles sinistrées », par Aristide Ekambi le 22 juin 2015,http://www.camer.be/43013/11:1/cameroun-inondations-a-douala-trois-morts-et-plus-de-1500-familles-sinistrees-cameroon.html, consulté le 13 juillet 2018.

16 « Cameroun : Yaoundé - Douala : les « déguerpissements » humilient et déshumanisent les habitants », entretien avec Alexandre T. DJIMELI du 08-08-2008 ; site internet de Habitat International Coalition http://www.hic-gs.org/articles.php?pid=9 consulté le 13 juillet 2018.

17 Entretien du 23/06/15 avec madame M., Atelier d’urbanisme de Douala.

18 Entretien avec le Sous-Préfet de Bonabéri, 02/06/14 .

19 À la naissance, un usage courant au Cameroun consiste à enterrer le cordon ombilical et/ou le placenta du nouveau-né, symbolisant l’appartenance de ce dernier à l’espace désigné.

20 Entretien du 07/05/14 avec Mohammed, 21 ans, ancien résident de Nkomba, aujourd’hui résident à Forêt-Bar à Bonabéri.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n°1 : Enjeux fonciers au sud de Bonabéri
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5214/img-1.png
Fichier image/png, 671k
Titre Lutter contre l'eau en zone non aedifiandi
Crédits Crédit photo : C.Bignon
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5214/img-2.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Carole Bignon, « Se faire une place en ville en situation autoritaire : les processus de légitimation citadine à Douala », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 13 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5214 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5214

Haut de page

Auteur

Carole Bignon

Doctorante
CESSMA, Université Paris Diderot
carolebignon@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals