Navigation – Plan du site

Localiser le refus de la sécession à Yaoundé : jeux et enjeux du meeting parlementaire de soutien pour la paix et l’indivisibilité du Cameroun du 1er octobre 2017.

Situating a Secession Denial within Yaounde
Yvan ISSEKIN

Résumés

Cet article analyse la tenue d’un meeting parlementaire inédit au sein du monument de la Réunification le 1er octobre 2017, jour de la commémoration de l’évènement éponyme. Il a été organisé pour refuser les menaces d’une sécession avortée dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest dans le contexte de la crise dite anglophone, séante depuis octobre 2016. Nous verrons comment les dynamiques de la problématisation du silence parlementaire à propos de cette crise ont abouti à la construction unitaire et autoritaire d’une action parlementaire dans l’espace public. La tenue du meeting analysera par la suite le contenu, les enjeux et les limites liées à cette sortie publique du Parlement.

Haut de page

Texte intégral

Figure 1- La levée des couleurs au monument de la Réunification.

Figure 1- La levée des couleurs au monument de la Réunification.

Issekin, 2017

Celui-ci fut construit entre 1973 et 1976 au quartier Ngoa Ekelle, non loin du siège de l’Assemblée Nationale par le président Amadou Ahidjo pour immortaliser l’avènement de la Réunification de 1961. Haut de 7 m, le monument a la forme d'une spirale conique composée de deux serpents fusionnant au sommet de la tour. Divisé en trois paliers dont un sous-sol, une dalle au rez de chaussée et une pointe à son sommet, l’œuvre d’art symbolise l’union successive des deux Cameroun français et anglais au sein des républiques fédérale et unie de 1961 et de 1972.

Introduction

1L’étude des revendications autour d’une identité anglophone au Cameroun relève deux tendances dans la littérature sur la question (Owono, 2010 ; Tchinda, 2017) : si des auteurs font remonter les origines d’un « problème anglophone » aux accords hégémoniques aboutissant à la Réunification du Cameroun en 1961 (Nyamjoh et al.,1997; Dze Ngwa,1998), d’autres auteurs présentent par contre, ces mobilisations identitaires comme des tentatives de prise de contrôle de l’Etat par un retour de la question du local depuis 1990 (Koum-Me-Tseny,1996 ; Abwa, 2000). Cette « démarcation identitaire anglophone » peut conduire, selon Luc Sindjoun, « à la déconstruction des mythes fondateurs de l’Etat » (Sindjoun, 1996, p.6) dans un contexte de reconnaissance constitutionnelle d’une identité nationale segmentée. Dès lors, analyser les mobilisations protestataires et conservatrices autour de cette identité revient à prêter attention à ses usages différenciés dans les discours, rituels et autres répertoires d’action exprimés après 1990 au Cameroun. C’est par la brèche des rituels que tente de s’inscrire notre étude de cas sur la tenue d’un meeting parlementaire de soutien pour la paix et l’indivisibilité du Cameroun le 1er octobre 2017 à Yaoundé. En effet, depuis octobre 2016, ce pays connait, un retour de la question anglophone portée à l’origine par des revendications corporatistes des enseignants et des avocats d’expression anglaise ; celles-ci ont cédé la place à des mobilisations insurrectionnelles encore séantes en 2018 à l’encontre du pouvoir de Yaoundé dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. C’est dans un contexte de menaces de partition du pays par une sécession (avortée) de ces régions en crise, le jour de la commémoration de la Réunification des Cameroun Oriental et Occidental en 1961, que l’organisation de ce meeting à Yaoundé est apparue comme une rupture du silence du Parlement sur cette question identitaire.

2Notre article se propose d’analyser la genèse de ce meeting inédit en tentant d’ouvrir « la boite noire de l’évocation du passé par les pouvoirs publics » (Gensburger, 2010, p.14). Le meeting relève d’un usage d’une politique mémorielle pour gérer le problème anglophone par le déploiement d’un espace autoritaire ponctuel simplifié à partir du monument de la Réunification à Yaoundé (figure 1). Issu des travaux de Sabine Planel sur la territorialisation du fait autoritaire en Afrique, l’espace autoritaire se présente d’abord comme une catégorie d’espace soumis à « une domination de l’Etat, c’est-à-dire une domination imposée via l’appareil d’Etat par des groupes variables, plus ou moins constitués » (Planel, 2015). La simplification de cet espace procède ensuite du « choix que l’Etat opère sur la diversité du réel à une situation qui lui convient » (Scott, 2013 in Planel, art cit.). En d’autres termes, le monument de la Réunification, ce haut-lieu national (Nora, 1984) a été mobilisé ponctuellement comme un espace autoritaire simplifié par le Parlement en vue de servir ses divers intérêts et ceux de la Présidence de la République. En miroir, nous tenterons d’analyser les mobilisations et les résistances vis-à-vis de la territorialisation du meeting pris en tant qu’une politique mémorielle à Yaoundé, en identifiant le « statut des acteurs en présence et des institutions concernées ainsi que des objectifs poursuivis et des ressources mobilisées » dans son processus de déploiement en octobre 2017 (Gensburger, op.cit., p.12). Ce parti pris théorique reposera sur une articulation des concepts de politique symbolique (Boussaguet, Faucher, 2016) et d’espace simplifié (Scott, op.cit.). Construire une sociologie historique de la territorialisation de cette action publique symbolique exige d’abord de dépasser son rapport à l’efficacité politique, en s’attelant à analyser les usages complexes et diversifiés du recours aux symboles (Boussaguet, Faucher, art. cit.) dans la genèse du meeting parlementaire en 2017. L’analyse de la politique mémorielle s’achèvera en évoquant les mécanismes institutionnels de gestion de la crise des regions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest à partir de Yaoundé par les changements advenus au sein de l’agenda parlementaire en octobre 2017. Pour ce faire, cet article a été construit à partir de sources constituées d’articles de presse, de documents parlementaires, de vidéos, et de discours autour de ce meeting entre novembre 2016 et décembre 2017. Le corpus a également reposé sur une analyse documentaire et des entretiens individuels réalisés après le meeting. Si l’observation externe a permis d’appréhender le meeting parlementaire dans son contenu, ces entretiens individuels (n:10) ont permis ensuite d’évaluer la connaissance de cet évènement par le public. Reposant sur la littérature au sujet de la question anglophone, l’analyse documentaire inclut aussi des comptes rendus de presse à propos de cette crise, en insistant en priorité sur le meeting parlementaire.

3Le récit de la mise en place du meeting parlementaire du 1er octobre 2017 peut se résumer à 3 grands mouvements. Nous examinerons d’abord les dynamiques de la problématisation du silence parlementaire à propos de la crise anglophone dans l’espace public. Ces dynamiques aboutiront ensuite à la construction unitaire et autoritaire d’une action parlementaire publique à propos de cette crise. L’analyse de cette territorialisation de ce référentiel unitaire interrogera enfin, la production du meeting au sein du monument de la Réunification le 1er octobre 2017, en y examinant son contenu, ses enjeux et les limites liées à la sortie publique du Parlement, ce jour de commémoration de…

L’irruption de la question du silence parlementaire dans l’espace public à propos de la crise anglophone

4Avant de présenter le poids des revendications multisectorielles autour de l’inscription de la crise anglophone à l’agenda parlementaire en Octobre 2017, il faudrait d’abord le lier à la saillance de la dite crise en 2016.

La crise anglophone de 2016 : un nationalisme régional offensif face à un Etat aphone

5La crise anglophone en cours au Cameroun depuis 2016 a émergé de revendications corporatistes datant d’octobre de cette année. Portées par des avocats et des enseignants, ces revendications territoriales offensives ont fait face à une gestion autoritaire par le pouvoir central dont le silence du Parlement à ce sujet n’en est que le reflet conservateur.

6Le droit est le premier site d’émergence de la crise anglophone en cours au Cameroun. En effet, les avocats anglophones se sont mobilisés le 11 octobre 2016 contre l’absence de traductions en anglais du code de la Conférence Interafricaine Des Marchés Financiers (CIMA) et des traités de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires. (OHADA). Ils critiquent aussi une « francophonisation » des services juridiques et judiciaires dans ces régions. Sous le leadership de M. Agbor Balla, ces juristes ont été rejoints au sein d’un consortium nommé Cameroon Anglophone Civil Society Group par des enseignants, des acteurs de la société civile et aussi par des hommes politiques respectivement conduits par MM. Nkongho Felix Ayah Paul, Wirba Joseph. Ce consortium a été chargé d’instaurer un mouvement « villes mortes » dans les principales villes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest (Buea, Bamenda, etc.) (Tchinda, op.cit.). Il en a résulté une paralysie générale de ces régions par ce mouvement de désobéissance civile entre octobre 2016 et septembre 2017, en dépit de quelques accalmies ponctuelles. Toutefois, ces revendications ont fait l’objet d’une gestion autoritaire par l’Etat camerounais.

  • 1 Le RDPC a été créé en 1985 à Bamenda par le président Paul Biya, chef de l’Etat à la suite de la di (...)

7En effet, les mesures autoritaires du gouvernement camerounais face aux « villes mortes » ont pris des formes répressives et allocataires. Les mesures répressives ont été liées à l’emprisonnement des leaders du consortium en parallèle d’une militarisation des villes anglophones ; ici, la loi anti-terroriste du 23 décembre 2014 a permis la détention de Nkongho Felix, d’Agbor Balla, d’Ayah Paul et de Wirba Joseph afin de maintenir l’ordre dans les régions en crise. Le gouvernement a ensuite multiplié des mesures incitatives pour répondre aux griefs posés par les contestataires ; le président Paul Biya a créé par une série de décrets en mars 2017, une commission chargé du bilinguisme et du multiculturalisme suivie des sections du Common Law à l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (ENAM) et à la Cour Suprême (Ibid.). Des missions des Ministères de l’Education de base, des Enseignements secondaires et de l’Enseignement supérieur ont aussi été dépêchées dans ces régions. Toutefois, les liens entretenus entre les contestataires et les militants sécessionnistes du Southern Cameroons National Council (SCNC) ont relancé la défiance de Yaoundé vis-à-vis du consortium. Sous-tendant ces revendications territoriales, la géopolitique de la Réunification entendue comme le rapport de force issu des jeux et des enjeux aboutissant à l’unification des Cameroun en un seul Etat est perçue par ces militants sécessionnistes comme une assimilation progressive du territoire du Southern Cameroon par l’Etat du Cameroun oriental entre 1961 et 1984. Cette géopolitique de la Réunification construit l’ancrage social des « villes mortes », en s’appuyant sur des discours hostiles des contestataires et des sécessionnistes vis-à-vis d’une faible prise en charge supposée des particularismes linguistiques et historiques des territoires de l’ex Southern Cameroun par l’Etat ; ces griefs vont de la sous-représentation des élites anglophones à la sécession, en passant par un retour au fédéralisme de 1961. Face à ces revendications sécessionnistes et fédéralistes, le pouvoir central est resté inflexible en dépit de la victoire du Rassemblement Démocratique Du Peuple Camerounais (RDPC) dans ces régions à l’issue des dernières élections législatives, municipales et sénatoriales de 20131. C’est cette gestion autoritaire du nationalisme anglophone qui voit émerger la question du silence du Parlement, perçu ici comme le refus d’intégrer cette crise en cours à l’agenda de cette institution.

Les revendications multisectorielles autour de la problématisation du silence parlementaire sur la crise anglophone

8Le silence du Parlement à propos de la crise anglophone appartient aux « routines autoritaires » (Pommerolle, 2007) perçues comme les permanences « des réponses répressives » de l’Etat face à ces mobilisations contestataires. Ces mesures font d’ailleurs l’objet de nombreuses dénonciations militantes. Structurées dans un espace des mobilisations autonome et pragmatique entendu comme « un univers de pratique et de sens au sein duquel les mobilisations sont unies par des relations d’interdépendance » (Mathieu, 2007), les dénonciations de ce silence ont tenté de dépasser les échecs des mobilisations précédentes pour des causes semblables au Cameroun.

9La problématisation du silence parlementaire à propos de la crise en cours par un groupe hétéroclite de contestataires a été celle d’une remise en cause du monopole gouvernemental des discours sur cette question, en contraste avec une discrétion intrigante du Parlement dès octobre 20162. Le Parlement fait d’abord l’objet de critiques par des mobilisations transnationales d’activistes camerounais comme Nkongho Felix, Agbor Balla ou Mark Baretta; membres du Cameroon Anglophone Civil Society Group. Ceux-ci invitent les parlementaires à une prise de parole suite aux nombreuses « violations des droits de l’homme » issues des confrontations entre les protestataires et les forces de l’ordre au cours des mobilisations3. La médiatisation du silence des parlementaires par ces activistes introduit ensuite les journalistes au sein des entrepreneurs de la rupture de ce silence, entendus comme l’ensemble des agents contestant cette posture du Parlement sur la question anglophone. Les médias locaux et internationaux ont diffusé les opinions des acteurs de la crise ; Radio France International (RFI) n’a pas par exemple, seulement interviewé des activistes et des politiciens au cours de cette crise, mais également des hommes d’Eglise4. Impliqués dans cette dernière par la présence de leurs enseignants au sein de ces mobilisations et jouissant d’une influence locale dans ces régions, les clercs protestants et surtout catholiques se sont adressés d’abord au gouvernement, avant d’exhorter ensuite les parlementaires à apporter des réponses institutionnelles à cette crise. La Conférence Episcopale du Cameroun a invité dans ses différentes discours à ce sujet, les élus à descendre sur le terrain en vue d’apaiser les tensions et d’y amorcer un dialogue constructif et inclusif5. Dès lors, les hommes politiques sont devenus les principaux acteurs de la remise en cause de ce silence sur la crise anglophone. En s’illustrant par des prises de parole individuelles et collectives, ils ont parfois dépassé les clivages partisans pour souligner la nécessité d’inscrire cette question à l’agenda parlementaire, en dépit d’une tendance lourde au silence à ce sujet au sein du Parlement, exception faite du Social Democratic Front (SDF)6. Une « connexion de responsabilité » (Anja, Pommerolle, 2006) a été portée par quelques initiatives politiques personnelles et parfois partisanes d’inscription de cette question au Parlement. Si les députés Joshua Osih et Joseph Wirba du SDF ont mobilisé leur charisme tribunitien dans les médias et dans la rue pour exiger l’organisation d’une mission parlementaire dans les régions en crise à défaut de son inscription à l’agenda du Parlement, le député Jean Simon Ongola (RDPC) a décrit ce silence comme « un désamour des populations » lié à un excès de zèle autour de la « discipline partisane » parlementaire7. Les citoyens sont apparus comme la dernière catégorie d’acteurs de la remise en question du silence parlementaire sur la crise anglophone : par des discours sur les réseaux sociaux, dans les foyers, les universités et les rues, ces derniers dénoncent cette incapacité à inscrire cette crise dans son agenda institutionnel témoignant d’une forte dépendance au pouvoir exécutif8. « Ne sont-ils pas aussi élus que le Président pour défendre les anglophones ? » (Homme, 29 ans, fonctionnaire). C’est moins vers une logique de réseaux bien organisés que vers celle d’une nébuleuse formée de multiples acteurs qu’a émergé la problématisation de ce silence parlementaire sur la crise anglophone. Il faut à présent relever les caractéristiques de cet espace de mobilisations entre octobre 2016 et octobre 2017.

  • 9 Si des élus du SDF comme Joseph Wirba sont descendus dans les régions « anglophones » pour s’enquér (...)
  • 10 https:/www.camernews.com/crise-anglophone-au-cameroun-guerre-diplomatique-lonu/ consulté le 20/11/2 (...)
  • 11 En avril 2017.

10Il y a un espace de mobilisations autour des dénonciations du silence parlementaire à propos de la crise anglophone. Cet espace jouit d’une autonomie relative liée à l’interdépendance des répertoires de dénonciation de ce silence, en plus d’une plasticité sensible aux interactions entre les contestataires. Les répertoires de dénonciation du silence parlementaire se sont concentrés principalement autour d’une absence de ladite crise aux agendas parlementaires annuels entre 2016 et 2017. C’est le poids de la majorité présidentielle sur la définition partisane de l’action publique parlementaire (Persico et al, 2012) qui est dénoncé par ces discours protestataires ; si la discipline partisane du RDPC a défini l’ordre du jour des deux chambres au cours de ces sessions parlementaires, l’absence d’une mission parlementaire a par contre illustré la domination d’une gestion gouvernementale autoritaire de la crise, suite à son remplacement par une présence remarquée des délégations de ministres et de hauts-fonctionnaires sur le terrain9. Les discours des différents acteurs au sujet du silence parlementaire présentent donc cet espace de mobilisations comme celui du partage des savoirs et des savoirs faires sur cette crise. Internet participe à produire et à diffuser les dynamiques d’autonomie relative de cet espace par des usages militants et médiatiques des savoirs historiographiques et juridiques sur le fonctionnement du Parlement, afin de dénoncer ce silence institutionnel sur la crise anglophone. Il en résulte une plasticité (Dobry, 1986) de cet espace ; entendue comme sa sensibilité aux effets des interactions entre les acteurs de la remise en cause du silence, cette plasticité en augmente la fluidité dans les opinions publiques nationale et internationale, sous la récurrence et la constance des argumentaires autour de l’existence d’un problème anglophone et de violations des droits de l’homme au cours des grèves. C’est cette plasticité qui introduit au pragmatisme des mobilisations de mise en crise de ce silence parlementaire. Ce pragmatisme se manifeste d’abord par la multipositionalité des agents ; il correspond aux identités multiples de ces agents au cours de ces mobilisations multisectorielles. Si ces agents se mettent d’abord en scène en s’exprimant dans des arènes institutionnelles nationales (au Parlement) et internationales (l’Organisation des Nations Unies-ONU-, les Parlements américain et britannique), ils interviennent ensuite sur les médias, les réseaux sociaux et surtout dans la rue au cours de marches interdites par l’administration10. Toutefois, c’est la progression des mobilisations numériques comme innovations militantes qui a permis de faire progresser la multipositionalité de ces agents. Les entre-soi des réseaux sociaux permettent d’observer une fluidité identitaire des protestataires. Ceux-ci passent des positions d’élus, de journalistes ou d’activistes à celles de débatteurs sur ces plates-formes numériques au sujet du silence parlementaire et globalement de la gestion autoritaire de la crise dite anglophone ; par exemple, Joshua Osih, candidat à la présidentielle de 2018 s’est livré à un échange avec les membres du groupe WhatsApp le 4e Pouvoir sur la crise anglophone11. Cette numérisation des interactions a en outre permis à ces agents mobilisés contre le silence parlementaire, d’obtenir la « légitimité des porte-parole à s’exprimer au nom d’un groupe totalement ou partiellement composé d’absents » ( Lefranc et al ;2008). Dans un contexte de restrictions des services internet dans les régions anglophones par une suspension de 3 mois entre novembre 2016 et février 2017, les réseaux sociaux et les autres plateformes numériques d’échange ont servi de support à la construction d’une forme de solidarité des autres régions du pays à l’égard des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. En faisant circuler en ligne, des contenus traitant des récits de la crise et surtout des prises de position des leaders critiques de sa gestion gouvernementale dont dépend ce silence du Parlement, les activistes, les journalistes et surtout les hommes politiques se construisent le profil des gardiens de la mémoire des « frères anglophones ». Par exemple, M. Fru Ndi, Chairman du SDF, affirmait sur la Cameroon Radio Television (CRTV), penser aux « frères des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest », pendant la cérémonie de réception de l’équipe masculine de football vainqueur de la CAN 2017 au Palais de l’Unité. Le pragmatisme des usages militants s’exprime encore par un refus de la violence dans les mobilisations contre le silence complice d’un Parlement solidaire d’une gestion gouvernementale de la crise. Les entrepreneurs de la rupture du silence parlementaire ont mobilisé la non-violence dans ses répertoires de dénonciation afin de contourner la violence étatique ; ils ont réutilisé les savoir-faire militants antérieurs non violents pour dépasser les échecs des mobilisations précédentes, en privilégiant des prises de parole sur internet par rapport aux confrontations de rue portées par les interdictions de marches dans les régions en crise et dans les autres villes du pays. Le groupe Facebook Le Cameroun C’est Le Cameroun (LCCLC) a permis aux agents d’échapper aux contraintes du face à face des mobilisations dans la rue, en diffusant sur des plates-formes numériques les appels à la rupture du silence parlementaire au fil des sujets et des commentaires. Aussi, le retour d’internet dans les régions en crise en février 2017 n’a pas entaché ces mobilisations protestataires à l’encontre du silence du Parlement ; il a accéléré au contraire, l’insertion de cette question dans l’agenda parlementaire par la diffusion de menaces de sécession en octobre 2017.

La date du 1er octobre 2017 : une fenêtre d’opportunités de la déconstruction du silence parlementaire à propos de la crise anglophone

11La prise de parole du Parlement au sujet de la crise anglophone dépend avant tout de l’ouverture d’une fenêtre d’opportunités sur cette question. La date du 1er octobre 2017 est choisie pour gérer cette prise de parole sous la forme d’une « chronopolitique ponctualiste » (Gardella, 2014) portée par l’urgence des menaces sécessionnistes du SCNC.

12Le choix de la date du 1er octobre 2017 résulte d’une conjonction de plusieurs types de temporalités propres à cette institution. Ici, les temps de l’institutionnalisation des mobilisations font face à ceux de la compétition électorale et des revendications avant ce jour-mémoire de la Réunification. Les temps longs de l’institutionnalisation ont été d’abord liés à la résistance des routines autoritaires exprimée par ce silence parlementaire, face à une lente structuration des innovations militantes perçues comme des tactiques ponctuelles pour les contourner en 2017. En effet, l’absence de discours publics du Parlement sur la crise anglophone correspond à la présidentialisation certaine d’une gestion des crises politiques et sociales au sein du système politique camerounais. Cette tendance en rencontre aussi une autre, liée au dépassement des logiques de démobilisation collective au Cameroun dans la remise en cause du dit silence. Par la suite, ces temps longs ont été suivis par les temps moyens de la compétition électorale dans la rupture de ce silence. La gestion autoritaire du choix d’une action publique parlementaire s’observe d’abord par le « temps de l’insécurité » des élus des régions en crise (Marrel et al, 2006,) lié aux enjeux de réélection et de compétition politique au sein du RDPC. La proximité des élections législatives, sénatoriales et présidentielle a renforcé l’urgence d’une prise de parole des élus sur la crise anglophone en fonction des enjeux partisans et personnels liés à son inscription à l’agenda parlementaire. Si les élus du SDF ont joué la carte d’un certain localisme en vue de leur réélection en réclamant une prise de parole sur la crise face aux ambiguïtés des autres forces politiques du Parlement, le choix d’une action publique parlementaire cache aussi des enjeux d’une compétition politique au sein du RDPC, en allant des luttes personnelles de leadership entre les deux chambres à la volonté de distinction de certains de ses élus d’une discipline partisane jugée rigide sur cette question. Le député Peter Mandio (RDPC) a par exemple révélé, l’existence de sécessionnistes et de fédéralistes au sein du parti au pouvoir dans un entretien12.Les temps courts sont enfin liés à un agenda sécessionniste du SCNC porté par une déclaration d’indépendance prévue le 1er octobre 2017 dans les régions en crise. « Le temps imprévisible » (Cormaille et al, 2014) des menaces sécessionnistes du SCNC a influencé le choix rapide des élus RDPC d’inscrire cette crise à leur agenda institutionnel avant la date choisie par les insurgés. La dramatisation portée par cette tentative échouée de sécession en ce jour symbolique a été déterminante dans un couplage entre la gestion du problème du silence parlementaire au sujet de la crise anglophone et une ouverture politique en septembre 2017 ; ce couplage amorce le traitement du problème d’une action parlementaire publique, en l’inscrivant en urgence à l’agenda du Parlement. Cette « chronopolitique ponctualiste » est définie ici comme une politique de gestion ponctuelle de l’urgence sociale qu’est la crise anglophone (Gardella, art.cit.).

13La résistance des routines autoritaires est au cœur du choix d’une action parlementaire dans l’espace public prévue pour le 1er octobre 2017. En d’autres termes, la décision d’inscrire en urgence ce sujet à cet agenda parlementaire sous les menaces sécessionnistes a été avant tout une mobilisation conservatrice (Agrikoliansky et al, 2014). Cette dernière a joué sur un calcul politique de M. Cavaye Yeguié Djibril (RDPC), président de l’Assemblée Nationale, à travers une multiplication et une accélération des mesures préparatoires à cette prise de parole publique (de Maillard, 2006) en capitalisant l’absence du président de la République du pays. Cet élu a confirmé la gestion autoritaire de la parole du Parlement, en jouant sur les contraintes structurelles et conjoncturelles respectivement liées au calendrier des activités parlementaires et à la date de la déclaration d’indépendance du SCNC. En dehors d’une imposition autoritaire d’une fenêtre d’opportunités (Cormaille et al, art.cit.) portée par la date de la commémoration de la Réunification, le choix du 1er octobre 2017 est également contraint par la tenue de la session de novembre 2017, dans un contexte d’insécurité au sein des régions en crise. La multiplication de concertations informelles à propos de la crise anglophone structure la convocation d’une réunion de travail pour le 26 septembre 2017. M. Cavaye Yeguié y convie des représentants du Sénat, les députés des régions en crise et les représentants des partis non représentés au bureau de l’Assemblée Nationale pour préparer la forme et le contenu de cette sortie publique inédite.

Construction unitaire et autoritaire d’une action parlementaire publique à propos de la crise anglophone

14L’émergence d’un référentiel (Muller, 2008) unitaire au sujet d’une sortie du Parlement dans l’espace public à propos de la crise anglophone a tenu d’abord à la constitution d’une communauté épistémique (Haas, 1992) entendue comme l’ensemble des réseaux de professionnels dont l’expertise et la compétence ont été reconnues pour inscrire cette action parlementaire dans un cadre unitaire. Le choix d’une cérémonie commémorative pour orienter cette prise de parole du 1er octobre 2017 a manifesté la gestion autoritaire de ce référentiel.

De l’irruption d’un référentiel unitaire sur la prise de parole du Parlement dans l’espace public sur la crise anglophone

15Le référentiel unitaire global à propos de la crise anglophone a été perçu comme le refus général de la sécession par la société camerounaise. Présentant le poids de l’imaginaire de l’Unité nationale dans la définition « des champs du possible et du dicible » de cette sortie inédite (Engueleguele, 2008), ce référentiel mobilise une communauté épistémique parlementaire construite autour des savoirs historiographiques et juridiques.

16Le référentiel unitaire autour de la sortie du Parlement au sujet de la crise anglophone a joué dans une montée en puissance du « devoir de mémoire » (Ricœur, 2000) liée à la protection de l’héritage unitaire issu de la Réunification de 1961. Dans un contexte marqué par des menaces portées par les terroristes de Boko Haram et les incursions ponctuelles des rebelles Seleka respectivement au Nord et à l’Est du pays, cette grammaire unitaire prescriptive s’est appuyée en pleine crise anglophone sur une revendication de « la reconnaissance du préjudice subi » par ces menaces et « la célébration des siens, martyrs et héros » (Lavabre et Gensburger,2004.) que sont les acteurs de la Réunification. Toutefois, cet héritage clivant a fait apparaitre au sein de l’arène parlementaire, plusieurs réseaux d’acteurs autour du choix du contenu de cette prise de parole ; si les clivages partisans avaient structuré les débats sur cet évènement, d’autres clivages territoriaux, ont aussi rejailli sur son opportunité, sous une diffusion transpartisane des positions « fédéralistes » et « sécessionnistes » au cours de ces débats sur la crise anglophone en 2017. C’est le degré de dépendance entre l’élu et sa circonscription (Poyet, 2016) qui a semblé déterminant dans le choix des options prise de parole, défection et loyauté (Hirschman, 1972) à l’encontre de la sortie à l’extérieur du Parlement. Face à la loyauté des élus RDPC illustrée par une discrétion de ses élus des régions en crise sur la question, les élus du SDF et du Mouvement Pour la Renaissance du Cameroun (MRC) ont plutôt opté pour une défection bruyante vis-à-vis d’une sortie symbolique du Parlement, rejoints par les forces d’opposition extraparlementaire que sont l’Alliance des Forces Progressistes (AFP) et le Cameroon’s People Party (CPP) ; l’Union Démocratique du Cameroun(UDC) et les autres partis du Parlement ont quant à eux choisi la position médiane d’une prise de parole loyale pour dénoncer la gestion de la crise tout en participant à cette sortie.

17Dès lors, la mobilisation militante des savoirs historiographiques (Siméant, 2002) structure d’abord les débats sur ce devoir de mémoire à l’égard de la Réunification au sein de cette communauté épistémique parlementaire. Si les partisans d’une descente parlementaire dans les régions en crise s’étaient réassurés (Siméant, op.cit.) en puisant dans les thèses d’une marginalisation anglophone (Dze Ngwa, op.cit.), d’autres arguments qui valorisent l’existence d’un problème de gouvernance national (Abwa, op.cit.) ont été reprises par les partisans d’une sortie symbolique du Parlement pour rappeler le caractère unitaire de l’Etat. Les usages politiques du droit succèdent à ceux de l’historiographie pour justifier ces positions contradictoires au sujet de l’action parlementaire publique d’octobre 2017. L’extraversion du droit a été déterminante dans l’usage militant différencié des textes nationaux et internationaux par les protagonistes des débats autour de cette sortie publique inédite du Parlement. Si la constitution a été privilégiée par les partisans de cette sortie afin d’invalider les discours sur une modification de la forme unitaire décentralisée de l’Etat, les défenseurs de la descente d’une mission parlementaire dans les régions en crise ont mobilisé par contre, le droit international pour critiquer une gestion autoritaire de la crise anglophone, en invoquant des violations des droits de l’homme dont celui de manifester. Le port des écharpes par des députés du SDF et de l’Union des Populations du Cameroun (UPC) lors de marches à Buea et à Bamenda en mai 2017 illustre cette défiance à l’égard du respect de ce droit dans la gestion étatique de la crise anglophone. Toutefois, le choix du contenu de cette sortie parlementaire renforce la résistance des routines autoritaires de cette politique d’une mémoire de la Réunification en crise.

Une émergence d’un espace autoritaire sous le choix d’un meeting parlementaire

18Le choix d’un meeting pour présenter la prise de position officielle du Parlement sur la crise anglophone en cours au Cameroun correspond à une tentative de préserver les routines institutionnelles dans un système présidentialisé. Le meeting comme outil de l’action parlementaire a exprimé le poids du RDPC, et dans une mesure, celui du président de l’Assemblé Nationale dans l’intangibilité de l’agenda des sessions parlementaires en 2017

  • 13 Le RDPC remporte 56 sénateurs sur 70 sièges en jeu face à 148 députés sur les 180 en jeu à l’issue (...)

19Le choix du 1er octobre 2017 pour la tenue d’un meeting parlementaire au sujet de la crise anglophone a peu modifié la stabilité autoritaire de l’agenda de cette institution. Identifiée à une période « creuse », cette date correspond au séjour des élus en circonscription entre les sessions parlementaires ordinaires de juin et de novembre. Cette fenêtre d’opportunités inter sessions perçue par M. Cavaye Yeguié (RDPC) a permis d’exclure de fait, le recours aux outils parlementaires routiniers des déclarations et des missions : si le Parlement réagit d’ordinaire à l’actualité par des déclarations, la vacance parlementaire a empêché la mise en place des missions avant la date du 1er octobre. La sortie du Parlement s’oriente vers une forme plus ou moins extraordinaire suite aux interactions entre les acteurs partisans et parlementaires pour infléchir l’agenda parlementaire annuel (Persico et al, art.cit.) et en réponse à la crise en 2017. Le poids d’une majorité parlementaire du RDPC impulse d’abord le choix d’un meeting pour présenter sa sortie contre les menaces de sécession du 1er octobre 2017. En mobilisant la discipline partisane pour imposer ce choix politique à ses députés et sénateurs, le parti au pouvoir confirme son orientation autoritaire de l’action publique parlementaire au Cameroun13. Le choix de cet outil parlementaire a aussi rejailli sur les rivalités entre les présidents des deux chambres, dans un contexte d’animation duale et duelle d’un bicaméralisme effectif depuis 2013. En prenant l’initiative d’inviter M. Marcel Niat Njifenji, président du Senat à la réunion de travail du 26 septembre 2017, M. Cavaye Yeguié a consolidé son leadership personnel au sein de cette institution, dans une gestion de la crise anglophone en absence de M. Paul Biya, président de la République, en séjour à New York pour assister à l’Assemblée générale de l’ONU en septembre 2017. En conviant les représentants des partis non représentés au bureau de l’Assemblée Nationale à cette réunion de travail, le président de l’Assemblée Nationale a saisi à son avantage, l’enjeu de la représentativité du meeting parlementaire. Face au boycott du meeting par les élus du SDF et du MRC, le recours aux autres partis politiques absents du Parlement par M. Cavaye Yeguié visait à lui redonner une plus grande coloration politique. Le choix du meeting apparait en ce moment, comme une résistance des routines autoritaires de l’action publique parlementaire en octobre 2017.

20La stabilité des routines autoritaires du Parlement dans le choix d’un meeting apparait d’abord par une modification moins contraignante du contenu de son agenda en 2017. L’évolution extrême de cet agenda vers un temps court (Cormaille et al, op.cit.) repose sur le choix d’organiser ce meeting en octobre 2017 ; le choix d’y pavoiser s’inscrit d’abord en rupture avec les temps linéaires de l’agenda parlementaire annuel, avant de déroger ensuite aux restrictions des manifestations dans un contexte de lutte anti-terroriste et de crise dans les régions anglophones. Toutefois, le choix du meeting est ensuite un changement de troisième ordre : il résulte d’un décalage entre les outils routiniers du Parlement et cette action publique inédite d’octobre 2017.La majorité parlementaire du parti au pouvoir structure une conjonction hégémonique du courant des politiques publiques (activistes, hommes d’Eglise, intellectuels), du courant politique (les politiciens) et du courant des problèmes (les élus) autour de la figure du président de l’Assemblée Nationale agissant en l’absence du président de la République(figure 2). Il faut ensuite, analyser le déroulement du meeting parlementaire du 1er octobre 2017.

Figure 2 - Matrice du meeting parlementaire.

Figure 2 - Matrice du meeting parlementaire.

Issekin, 2017

Ici, les flèches indiquent la genèse protestataire du meeting, soit de 1 à 4.

Un espace autoritaire simplifié aux effets très symboliques ?

21Énoncer le caractère ponctuel du meeting du 1er octobre 2017 revient d’abord à déterminer la nature et le contenu de ce rituel commémoratif identitaire. Ici, le meeting du monument de la Réunification en tant qu’espace autoritaire simplifié a été un « dispositif rituel élargi » (Augé, 1994) qui a produit par la suite, des effets contradictoires aux objectifs de ses organisateurs.

Le meeting parlementaire du 1er octobre 2017 au monument de la Réunification : un rituel commémoratif unitaire

22Le meeting parlementaire du 1er octobre 2017 a pu être considéré comme un rituel commémoratif unitaire mobilisant  la mémoire de la Réunification au cours de la crise anglophone. Sous un usage ponctuel du monument à cette fin unitaire, ce meeting visait à mettre en ordre une unité nationale mise à mal par des revendications anglophones.

23Le meeting parlementaire du 1er octobre 2017 se tient le jour de la date commémorative de la Réunification sur l’esplanade du monument éponyme, dans le quartier de Ngoa Ekelle, en présence de la majorité des 280 élus des deux chambres du Parlement après une marche patriotique depuis le Boulevard du 20 mai. Réunis pour « célébrer le Cameroun un et indivisible, proclamer leur attachement et leur opposition à sa partition telle que prônée par un mouvement sécessionniste », ces parlementaires sont rejoints par des responsables et des militants de plusieurs partis politiques, des hommes d’affaires et des autorités administratives dont le gouverneur de la région du Centre, M. Paul Naseri Bea. La tenue du meeting connait trois grands moments. Il débute après l’accueil des présidents des deux chambres, par une levée des couleurs suivie de l’exécution de l’hymne nationale par une fanfare militaire en présence des participants. Le meeting se poursuit par la lecture en français et en anglais d’une déclaration dite de « Yaoundé » signée par les présidents de l’Assemblée Nationale et du Sénat : la version française de la déclaration lue par la sénatrice Geneviève Tjoues (RDPC) précède une version anglaise lue par le sénateur S.M. Madiba du même parti. Cette déclaration rappelle d’abord que le 1er octobre est pour tous les Camerounais, un « jour historique, un jour de gloire » lié à l’Unité et à l’Indivisibilité du pays. En appelant les citoyens « à la vigilance et à la retenue » face aux manœuvres de déstabilisation du pays, elle interpelle les pouvoirs publics pour prendre des dispositions afin de préserver la paix et la sécurité du Cameroun. En exprimant la solidarité des parlementaires à l’endroit « des populations des régions du Littoral, du Nord-Ouest et du Sud-Ouest victimes des violences extrémistes », la déclaration se termine par un renouvellement de leur soutien au président de la République pour « les mesures d’apaisement déjà prises », tout en recommandant le dialogue dans la gestion de la crise en cours. Toutefois, le contenu de ce meeting s’oriente vers une définition autoritaire de l’Unité nationale en sa dimension commémorative.

24La dimension autoritaire du meeting apparait d’abord par sa localisation à l’esplanade du monument de la Réunification le jour de la commémoration de cet évènement. Le choix des symboles matériels du monument, du pavoisement militariste de la levée des couleurs et de l’exécution de l’hymne pour commémorer cette mémoire évoque une définition centraliste de la protection de l’Unité nationale à partir de Yaoundé, en pleine crise dans les régions de l’ex-Cameroun occidental. Les symboles discursifs confortent encore cette définition autoritaire de l’Unité nationale par l’ordre linguistique des lectures de la déclaration ; la priorité du français sur l’anglais dans ces lectures rappelle une francophonisation de l’Etat dénoncée par les contestataires au début de la crise. Cette définition centraliste se renforce encore plus par l’origine « francophone » des lecteurs de la déclaration de Yaoundé ; le choix de deux sénateurs du Littoral multiculturel et voisin des régions « rebelles » souligne de façon autoritaire, une conception nationale des mandats en rupture avec une autre plus autonome revendiquée au cours de la crise par les élus du SDF. Aussi, la situation dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest n’est donc pas désignée sous une identité géolinguistique, afin de souligner l’attachement du parlement à l’Etat unitaire décentralisée, pourtant contesté. Dans le même ordre d’idées, la présidentialisation du contenu de cette déclaration poursuit cette vision autoritaire de l’Unité nationale. Ici, les allusions au président de la République absent du meeting lui imputent la protection et de la sauvegarde de celle-ci, en reprenant le credo « le Cameroun est un et indivisible » issu de son discours du 31 décembre 2016. Dès lors, les usages conjoints de ces symboles discursifs et matériels nous invitent à appréhender ce meeting comme un « dispositif rituel élargi »; celui-ci rend compte « des effets plus ou moins lointains (et plus ou moins attendus) d’un acte rituel repéré dans son espace propre et son temps spécifique » pour changer l’état « des forces sociales, ou au moins à faire évoluer les sentiments, les opinions»(Augé,op.cit.,p.94 et 100) autour du refus de la sécession en octobre 2017.

  • 14 Face aux prises de paroles ambiguës du SDF et du MRC vis-à-vis de la crise depuis 2016.

25La tenue du meeting parlementaire permet de relever plusieurs manifestations d’une remise en ordre autoritaire de l’Unité nationale en pleine crise anglophone. Il vise d’abord à rétablir l’ordre autour de cette Unité à partir de la capacité du rituel à agir en dehors de la capitale. Parallèlement aux déploiements des forces de l’ordre dans les régions en crise, cette mise en scène unitaire incite les populations de ces régions « rebelles » à imiter les usages légaux de la rue au cours des manifestations, en copiant le modèle de la marche précédant ce meeting parlementaire. La territorialisation de l’Unité nationale par le meeting continue ensuite par une célébration de la mémoire de Réunification ; il s’agit de remettre de l’ordre autour de cet héritage historique, en le célébrant exceptionnellement en 2017 pour condamner les discours sécessionnistes et fédéralistes émanant des territoires en crise. Ce rituel commémoratif unitaire rappelle enfin aux forces politiques présentes et absentes à cette cérémonie, le devoir de protéger et de préserver l’Unité nationale en dehors des compétitions politiques et électorales14. La participation de plusieurs partis politiques au meeting illustre une remise en ordre de l’Unité nationale, en défendant l’Etat unitaire décentralisé face aux revendications fédéralistes et sécessionnistes. Par exemple, M. Basile Louka (UPC) exprime en marge du meeting le refus de la sécession par son parti ; « Nous ne ferons pas du Cameroun la nouvelle Corée en Afrique Centrale. Oui au dialogue…Oui à l’unité ». Il s’agit d’un rejet explicite des débats autour de la remise en cause de la forme unitaire de l’Etat portés par certaines forces politiques au cours de la crise ; d’où une interrogation sur les limites de cette politique mémorielle unitaire.

Les limites aux effets d’un espace autoritaire simplifié

26Les limites des effets du meeting du 1er octobre 2017 correspondent « aux difficultés inhérentes à l’utilisation politique de symboles plurivoques » mobilisés pour la cause unitaire (Boussaguet et al, op.cit.) ; celles-ci prennent des formes diverses dans le temps et dans l’espace.

  • 15 En analysant plusieurs propos recueillis après la cérémonie, c’est la question de la mission parlem (...)
  • 16 www.mrcparty.org/? q=la-grave-crise-des-deux-regions-anglophones-et-l-attitude-politique-du-preside (...)

27Les phénomènes d’usure constituent les premières limites à la sortie parlementaire du 1er octobre 2017 ; le faible ralliement au drapeau porté par cette usure se mesure à la méconnaissance de l’évènement conjuguée à sa perception d’un acte de solidarité envers le gouvernement. En dépit de sa diffusion par plusieurs programmes de télévision et des articles de presse le lendemain, le meeting du monument de la Réunification est resté méconnu de plusieurs citoyens selon nos entretiens ; si certains l’ont identifié à un meeting du RDPC à cause de la forte présence de ses militants en tenue du parti (« Pourquoi est-ce que les « griots » du R défilaient ?», homme, 23 ans, étudiant), d’autres se sont offusqués du caractère « symbolique » de cette solidarité parlementaire exprimée aux populations des régions en crise au cours du dit meeting (« Ne pouvaient-ils pas descendre faire « ça » à Bamenda?», femme, 32 ans, activiste)15. Cette usure a aussi rejailli au sein de la classe politique pour dénoncer les glissements partisans du meeting décrits par le SDF et le MRC, comme une forme de soutien au président Biya. Si ces partis ont brillé par leur absence à ce meeting en dépit de leur refus de la sécession, ils ont tenu des propos critiques envers le gouvernement. Le député Nintcheu dénonce les restrictions de la liberté de manifester dans une déclaration du SDF-Littoral datant du 30 septembre 2017. M. Maurice Kamto refuse de son coté, de manifester avec les « partis-clients » du RDPC au cours d’une conférence du 28 septembre ; le candidat déclaré à la présidentielle du MRC constate aussi une défaillance du gouvernement liée à l’absence du président de la République à la réunion du bureau élargi de l’Assemblée Nationale précédant la tenue du meeting16

Figure 3 - Coupure du quotidien national Cameroon Tribune du 2 octobre 2017, n°11442.

Figure 3 - Coupure du quotidien national Cameroon Tribune du 2 octobre 2017, n°11442.

Issekin, 2017

Journal bilingue et pro gouvernemental.

Figure 4 - Coupure du quotidien Mutations du 2 octobre 2017, n°4467.

Figure 4 - Coupure du quotidien Mutations du 2 octobre 2017, n°4467.

Issekin, 2017

Journal en français, proche de l’opposition.

Figure 5 - Coupure du quotidien Emergence du 2 octobre 2017, n°1084.

Figure 5 - Coupure du quotidien Emergence du 2 octobre 2017, n°1084.

Issekin, 2017

Journal en français, proche de l’opposition.

Figure 6 - Coupure du quotidien The Guardian Post du 2 octobre 2017, n°1265.

Figure 6 - Coupure du quotidien The Guardian Post du 2 octobre 2017, n°1265.

Issekin, 2017

Journal en anglais, proche de l’opposition.

  • 17 Ce monument a été 13 ans après la Réunification et 2 ans après l’avènement de l’Etat unitaire.

28L’ambigüité des phénomènes symboliques est la seconde limite du meeting du 1er octobre 2017. Celle-ci tient principalement à la fluidité de la signification des symboles invoqués par cette action mémorielle. Le déroulement de la cérémonie à Yaoundé relativise d’abord la diffusion de l’imaginaire unitaire à partir de ce lieu. L’analyse de quelques coupures de presse datant du lendemain du meeting (figures 3, 4,5 et 6) prolonge les clivages géolinguistiques et partisans dans ces comptes rendus au-delà du contraste saillant des couleurs des journaux. The Guardian Post (figure 6) se focalise sur le nombre de morts du jour-mémoire au détriment du meeting parlementaire, contrairement à un « 1er Octobre palpitant » (Mutations, n°4467,2007) plus complexe analysé dans la presse francophone (figure 4). Si les journaux proches de l’opposition ont davantage mis l’accent sur l’impuissance des forces de l’ordre face aux « géantes manifestations » (Emergence, n°1084,2017) dans les régions en crise (figure 5), le quotidien national Cameroon Tribune du 2 octobre 2017(figure 3) les relativise en y opposant un « We are One » (« nous sommes un ») avec une image du monument de la Réunification en arrière-plan. Le choix du monument de la Réunification apparait pour certains, comme celui de la domination des périphéries par le pouvoir central, d’autant plus que le président de la République était absent de la cérémonie17. La représentation des territoires par les deux chambres du Parlement au cours du meeting alimente des discours partisans et citoyens autour de cette absence du gardien de l’intégrité nationale. M. Kamto parla à ce sujet, « d’un vide au sommet de l’Etat », où des citoyens demandent « Où est Biya dans tout ce cinéma ? » (homme, 40 ans, fonctionnaire).

  • 18 www.mrcparty.org/? q=crise-anglophone-au-nom-du-sang-verse-inutilement-le-1er-octobre-2017-l-organi (...)

29La dernière limite des effets du meeting est liée à l’échec d’une tentative de manipulation des symboles par Yaoundé ; elle s’exprime par une construction de cette action parlementaire mémorielle sous le poids de l’urgence porté par les menaces sécessionnistes du 1er octobre 2017. Le recours à la symbolique unitaire pour transpartisan et apolitique qu’il a voulu paraitre dans la mise en scène du rituel, n’échappe pas à un usage politicien du RDPC dans le choix de cette politique et un déploiement de ses militants dénoncées par des citoyens. Pour ceux-ci, le meeting parlementaire est « surtout une occasion pour confisquer la rue, en plus de « manger » le budget d’un Parlement inutile » (homme, 35 ans, vendeur à la sauvette). Cette tentative de manipulation des symboles est aussi critiquée par les opposants camerounais. M. Akere Muna, avocat originaire du Nord-Ouest et candidat déclaré à l’élection présidentielle de 2018, appelle les forces de l’ordre à la retenue, tout en proposant une médiation des institutions internationales dans cette crise. M. Kamto insiste par contre, sur la nécessité de la constitution d’une « délégation parlementaire de la paix » pour dépasser l’incapacité du meeting à porter un dialogue national18. Les critiques de cet usage partisan de cette action publique symbolique rejaillissent enfin sur les revendications internes d’inscription de la crise anglophone à l’agenda parlementaire. L’opération « Blocus » du SDF au Parlement constituée par le boycott de la rentrée parlementaire de novembre 2017 par ses élus et des troubles des travaux par des chants et par des danses réclamant une inscription de ce sujet à l’agenda de cette session consacrée d’ordinaire au budget illustre encore plus le rejet de cette politique symbolique.

Conclusion : vers un dépassement de l’espace autoritaire par les revendications d’une prise de parole parlementaire sur la crise anglophone ?

30En guise de conclusion, le meeting pour la paix et l’indivisibilité du Cameroun du 1er octobre 2017 apparait comme une territorialisation ponctuelle du fait autoritaire au sein du monument de la Réunification. Ce processus territorialisé ponctuel portée par la genèse puis par le déploiement de ce meeting a présenté les points forts mais aussi les limites d’une gestion autoritaire de la crise anglophone liées aux phénomènes d’usure, à l’ambiguïté et à la tentative de manipulation des symboles par le pouvoir en octobre 2017. Si les limites de notre approche sont principalement dues à l’absence d’enquêtes pour rendre compte des effets de la mise en place de cet espace mémoriel, la notion d’espace autoritaire simplifié a éclairé les usages territoriaux et ponctuels d’une « régulation symbolique et conservatrice du système politique camerounais » (Njoya,2006) pour préserver les intérêts multiples et collusifs des groupes dominants au sein de cet ordre politique local.

Haut de page

Bibliographie

ABWA, D., 2000, « Le problème anglophone au Cameroun : facteur d’intégration ou de désintégration nationale ? », in Dubois, C., Frontières plurielles, frontières conflictuelles en Afrique subsaharienne, Paris, L’Harmattan, p.115-141.

AGRIKOLIANSKY, É., COLLOVALD, A., 2014, « Mobilisations conservatrices : comment les dominants contestent ? », Politix, n° 106, p.7-29.

AUGE, M., 1994, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Paris, Aubier.

ANJA, O., POMMEROLLE, M-E., 2006, « La connexion entre les partis et les électeurs en Afrique : le cas Ghanéen », Politique africaine, n°104, p.38-60.

BOUSSAGUET, L., FAUCHER, F., 2016, « La politique des symboles. Attaques de janvier 2015 et réponses gouvernementales », Journée d’étude 2015, une année (de) symbole(s) ?, LIEPP, Sciences Po, 22 janvier.

Cameroon Tribune, 2017, 2 Octobre, n°11442, Yaoundé.

CORMAILLE, J., SIMOULIN, V., THOEMES, J., 2014, « Les temps de l’action publique entre accélération et hétérogénéité », Temporalités, n°19, http://journals.openedition.org/ temporalités/2818, mis en ligne le 30/06/2014, consulté le 24/11/2017.

Emergence, 2017, 2 Octobre, n°1084, Yaoundé.

DOBRY, M., 1986, Sociologie des crises politiques, Paris, Presses de Sciences Po.

DZE NGWA, W., 1998, The Anglophone Problem in Cameroon: A Historical Perspective, 1916-1995, mémoire de Maîtrise en Histoire, université de Yaoundé I, Yaoundé, non publié.

ENGUELEGUELE, M., 2008, « Quelques apports de l’analyse de l’action publique à l’étude du politique en Afrique subsaharienne », Politique et Sociétés, vol 27, n°1, 2008, p.3-28.

GARDELLA, E., 2014, « L’urgence comme une chronopolitique », Temporalités, n°19, http:// temporalités.revue.org/2764, mis en ligne le 30 /06/2014, consulté le 24/12 /2017.

GENSBURGER, S., 2010, Les Justes de France. Politiques publiques de la mémoire, Paris, Presses de Sciences Po.

HAAS, P., 1992, « Introduction: Epistemic communities and international policy coordination », International Organization, vol. 46, n° 1, p.1-35.

HIRSCHMAN, A., O., 1972, Face au déclin des entreprises et des institutions, éditions Ouvrières.

KONINGS, P., NYAMNJOH, F., B., 1997, « The Anglophone problem in Cameroon », The Journal of Modern African Studies, vol 35, n° 2, p.207-229.

LAVABRE, M-C., GENSBURGER, S., 2004, « Entre « devoir de mémoire » et « abus de mémoire » : La sociologie de la mémoire comme tierce position », in Müller, B., L'histoire entre mémoire et épistémologie. Autour de Paul Ricœur, Lausanne, Payot, p.76-95.

DE MAILLARD, J., 2006, « La conduite des politiques publiques à l'épreuve des temporalités électorales. Quelques hypothèses exploratoires », Pôle Sud, n°25, p.39-53.

MARREL, G., PAYRE, R., 2006, « Temporalités électorales et temporalités décisionnelles. Du rapport au temps des élus à une sociologie des leaderships spatio-temporels », Pôle Sud, n° 25, p.71-88.

MATHIEU, L., 2007, « L’espace des mouvements sociaux », Politix, n°77, p.131-151.

MULLER, P., 2008, Les Politiques publiques, Paris, PUF.

Mutations, 2017, 2 octobre, n°4467, Yaoundé.

NJOYA, J., 2006, Unité nationale et mutations politiques : essai sur une régulation symbolique et conservatrice du système politique camerounais, thèse de Doctorat d’État en Science Politique, université de Yaoundé II.

NKOUM-ME-NTSENY, L-M., 1996, « Dynamique de positionnement anglophone et libéralisation politique au Cameroun : de l’identité à l’identification », Polis / Revue camerounaise de science politique, vol 1, n°1, p. 68-100.

NORA, P., 1984, Les lieux de mémoire, Paris.

OWONO MBALLA, F., 2010, Une culture protestataire entre local et transnational : trajectoire des mobilisations anglophones du Cameroun, thèse de doctorat en Science Politique, université de Bordeaux.

PERSICO, S., FROIO, C., GUINAUDEAU, I., 2012, « Action publique et partis politiques. L’analyse de l’agenda législatif français entre 1981 et 2009 », Gouvernement et action publique, n°1, p.11-35.

PLANEL, S., 2015, « Espaces autoritaires, espaces (in)justes ? », introduction au numéro thématique Justice spatiale/Spatial justice, n°8, http://ww.jssj.org/article/espaces-autoritaires-espaces-injustes/, consulté le 24/11/2017.

POMMEROLLE, M-E., 2008, « La démobilisation collective au Cameroun : entre régime post autoritaire et militantisme extraverti », Critique internationale, n° 40, p.73-94.

POYET, C., 2016, Le député prisonnier de sa circonscription : étude de la réactivité des parlementaires aux prismes des contraintes institutionnelles et territoriales, thèse de doctorat en Science politique, université de Bordeaux.

RICOEUR, P., 2000, La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Seuil.

SCOTT, J., 2013, Zomia ou l’art de ne pas être gouverné, Paris, Seuil.

SIMEANT J., 2002, « Friches, hybrides et contrebandes : sur la circulation et la puissance militantes des discours savants », in Hamman, P., Meon, J-M., Verrier, B., Discours savants, discours militants, Paris, L’Harmattan, p.17-53.

SINDJOUN, L., 1996, « Identité Nationale et « révision constitutionnelle » du 18 janvier 1996 : comment constitutionnalise-t-on le « nous » au Cameroun dans l'Etat post-unitaire ? », Polis / Revue camerounaise de science politique, vol 1, n°1, p.10-24.

The Guardian Post, 2017, 2 October, n°1265, Yaoundé.

TCHINDA KENFO, J., 2017, « Le Cameroun face aux nationalismes régionaux : une autopsie du malaise anglophone », Regards Géopolitiques, vol 3, n°4, p.39-48.

Haut de page

Notes

1 Le RDPC a été créé en 1985 à Bamenda par le président Paul Biya, chef de l’Etat à la suite de la dissolution de l’ex parti unique l’Union Nationale Camerounaise(UNC). Il domine hégémoniquement l’espace politique camerounais.

2 Ce n’est que le 26 septembre 2017 que l’Assemblée nationale fit une sortie officielle au sujet de la crise.

3 https://www.crisisgroup.org/fr/africa/central-africa/cameroon/130-cameroon-worsening-anglophone-crisis-calls-strong-measures, consulté le 17/11/2017.

4 m.rfi.fr/emission/20170709-cameroun-crise-anglophone-faiblit-pas, consulté le 30/11/2017.

5 Cependant pour le Cardinal Tumi, les deux Cameroun « vivent en concubinage » depuis le vide juridique de Juillet 1961 à Foumban. https://actucameroun.com/2017/08/22/crise-anglophone-le-cardinal-christian-tumi-romp-le-silence-et-fait-des révélations/? _e_pi_=7%2CPAGE_ID10%2C9904262707 consulté le 15/11/2017.

6 Lancé en 1990 à Bamenda au cours d’une manifestation sanglante, le SDF est la première force d’opposition au Cameroun.

7 https://www.journalducameroun.com/crise-anglophone-depute-rdpc-denonce-silence-parlementaires/?_e_pi_=7%2CPAGE_ID10%2C4209382792 , consulté le 15/11/ 2017.

8 À ce sujet, voir, https://www.camernews.com/crise-anglophone-au-cameroun-guerre-diplomatique-lonu/ consulté le 20/11/2017.

9 Si des élus du SDF comme Joseph Wirba sont descendus dans les régions « anglophones » pour s’enquérir de l’évolution de la crise en cours, l’état-major leur a attribué personnellement ces démarches.

10 https:/www.camernews.com/crise-anglophone-au-cameroun-guerre-diplomatique-lonu/ consulté le 20/11/2017.

11 En avril 2017.

12 https:africa24monde.com/economie/view/crises-anglophones-les-revelations-troublantes-d-un-depute-du-parti-au-pouvoir.html, consulté le 1/12/ 2017.

13 Le RDPC remporte 56 sénateurs sur 70 sièges en jeu face à 148 députés sur les 180 en jeu à l’issue des élections sénatoriales et législatives d’avril et de septembre 2013.

14 Face aux prises de paroles ambiguës du SDF et du MRC vis-à-vis de la crise depuis 2016.

15 En analysant plusieurs propos recueillis après la cérémonie, c’est la question de la mission parlementaire qui semble récurrente dans les discours au sujet du meeting.

16 www.mrcparty.org/? q=la-grave-crise-des-deux-regions-anglophones-et-l-attitude-politique-du-president-biya-la-question-de, consulté le 20/11/ 2017.

17 Ce monument a été 13 ans après la Réunification et 2 ans après l’avènement de l’Etat unitaire.

18 www.mrcparty.org/? q=crise-anglophone-au-nom-du-sang-verse-inutilement-le-1er-octobre-2017-l-organisation-d-un-dialogue-p, consulté le 20/11/ 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1- La levée des couleurs au monument de la Réunification.
Crédits Issekin, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5275/img-1.png
Fichier image/png, 424k
Titre Figure 2 - Matrice du meeting parlementaire.
Crédits Issekin, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5275/img-2.png
Fichier image/png, 362k
Titre Figure 3 - Coupure du quotidien national Cameroon Tribune du 2 octobre 2017, n°11442.
Crédits Issekin, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5275/img-3.png
Fichier image/png, 567k
Titre Figure 4 - Coupure du quotidien Mutations du 2 octobre 2017, n°4467.
Crédits Issekin, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5275/img-4.png
Fichier image/png, 412k
Titre Figure 5 - Coupure du quotidien Emergence du 2 octobre 2017, n°1084.
Crédits Issekin, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5275/img-5.png
Fichier image/png, 140k
Titre Figure 6 - Coupure du quotidien The Guardian Post du 2 octobre 2017, n°1265.
Crédits Issekin, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5275/img-6.png
Fichier image/png, 366k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yvan ISSEKIN, « Localiser le refus de la sécession à Yaoundé : jeux et enjeux du meeting parlementaire de soutien pour la paix et l’indivisibilité du Cameroun du 1er octobre 2017. », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5275 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5275

Haut de page

Auteur

Yvan ISSEKIN

Doctorant en science politique
CERDAP/Université de Yaoundé II Soa
yvanissekin@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals