Navigation – Plan du site

Le réveil des crises camerounaises : un entretien avec Mathias Eric Owona Nguini

The rise of the Cameroonian crises: an interview with Mathias Eric Owona Nguini
Marie Morelle et Mathias Eric Owona Nguini

Texte intégral

Préambule à l’entretien

85 ans - 36 ans de règne - 71,26% de voix : retour sur les élections présidentielles d’octobre 20181

  • 1 Ce préambule a été rédigé le 27 octobre 2018, précision nécessaire dans une actualité mouvante.

1L’entretien avec Mathias Eric Owona Nguini a été réalisé quelques mois avant les élections présidentielles du 7 octobre 2018, desquelles Paul Biya a été déclaré vainqueur le 22 octobre dernier par le Conseil constitutionnel. Il permet non seulement de revenir sur la campagne électorale, sur les dernières années du mandat présidentiel mais aussi, de façon plus approfondie, de mettre en perspective les événements récents par une analyse du fonctionnement de l’Etat camerounais. Il convient toutefois, en guise d’introduction, de revenir en quelques lignes sur ce scrutin, les semaines qui l’ont précédé comme les jours qui l’ont suivi en guise de préambule.

  • 2 Instance en charge de l’organisation des élections.
  • 3 Radio France Internationale, « Présidentielle au Cameroun: un scrutin dans le calme malgré quelques (...)

2Le soir du vote, Elecam (Elections Cameroon2) indique que 6,6 millions de Camerounais se sont inscrits sur les listes électorales, ce qui reste peu dans un pays de plus de 25 millions d’habitants, quand bien même viennent s’y additionner les inscriptions de 19 000 Camerounais de la diaspora. A cela, il importe d’ajouter la paralysie de deux régions à l’épreuve d’une double violence, celle d’un mouvement sécessionniste et celle de l’armée. C’est ainsi que les ressortissants du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ne sont pas allés voter. Boycott de l’élection ? Peur des représailles potentielles de la part des sécessionnistes ? Quels que soient les facteurs explicatifs, Elecam déclare que « sur les 2 343 bureaux de vote initialement prévus, il n’en restait plus que 79 pour toute la région du nord anglophone, dont 13 seulement à Bamenda »3 . Peu de lieux où pouvoir s’exprimer sont restés accessibles. Il est donc nécessaire de souligner ce premier biais dans une élection dont ont été marginalisés des habitants au quotidien profondément marqué par la répression et par la violence depuis deux ans maintenant. Au-delà de cette situation, c’est sans aucun doute l’abstention qui peut être donnée gagnante de l’élection. En effet, le nombre d’inscrits a diminué entre l’élection de 2011 et celle de 2018 : pouvons-nous l’interpréter comme une forme de refus du vote ou/et le signe d’obstructions à l’encontre de l’inscription de certains militants ? En outre, seulement 3 590 681 électeurs se seraient déplacés auprès des urnes pour ce scrutin uninominal majoritaire à un tour. Dans ce contexte, la victoire de Paul Biya porte un parfum de défaite, sans compter la baisse du nombre de voix a priori obtenues sur un effectif de votants moindre, comparativement aux élections précédentes (78 % en 2011 versus 70,26 % des voix en 2018). Le quadrillage de Yaoundé, par exemple, par les forces de sécurité le 22 octobre n’est-il pas d’ailleurs un aveu de faiblesse ?

  • 4 Paul Biya (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, RDPC), Joshua Osih (Social democratic (...)
  • 5 Retrait annoncé le 5 octobre au soir mais non validé par Elecam arguant de la difficulté technique (...)
  • 6 Maurice Kamto est crédité de 14,23 %, derrière Paul Biya et ses 71,28 %. Il affirme avoir gagné ave (...)

3Neuf candidats4 puis huit étaient entrés en lice. L’un d’eux, Akere Muna (Mouvement Now !), s’était en effet retiré au bénéfice de Maurice Kamto, leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), à la veille du vote5. C’est ce dernier qui semble s’imposer dans le jeu politique au détriment de Joshua Osih, chef de file du parti historique d’opposition, le Social Democratic Front (SDF) qui a pâti (entre autres) de la situation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Plus exactement, et sans attendre la proclamation des résultats, Maurice Kamto s’est déclaré vainqueur des élections dès le 8 octobre6. Par la suite, les recours pour fraude et les demandes d’annulation au moins partielles ont été introduits par son parti devant le Conseil constitutionnel, comme par deux autres candidats. Leur irrecevabilité témoigne du contrôle du parti présidentiel sur les institutions publiques et la captation des ressources de l’Etat camerounais par les élites politico-administratives, analysés depuis plus de trente ans en science politique en particulier.

4Ainsi, à l’image des vrais faux maillots des Lions Indomptables que l’on achète au marché central de la capitale, les habits dont se pare le régime au nom de l’Etat de droit ne parviennent pas à masquer combien ces élections ont été à leur tour de vraies fausses élections, une fiction dont tout spectateur connaissait bien en amont le déroulement comme le dénouement, douloureux écho de l’année 1992 (cf. introduction générale du dossier).

  • 7 « L'ethnonyme bamiléké fait lui-même problème, puisqu'il recouvre une diversité de chefferies et de (...)
  • 8 En France, le 23 octobre, le Quai d’Orsay adresse ses vœux de réussite au président élu en concluan (...)

5A l’annonce de sa victoire par Maurice Kamto, c’est aussi un pays profondément déchiré qui apparait à travers les peurs exprimées et les rumeurs qui circulent dans les quartiers, dans la presse ou sur les réseaux sociaux. Ces derniers ont pu être le support d’expressions parfois haineuses, suivant des logiques d’ethnicisation des débats et des positionnements, pendant la campagne mais aussi dans les quinze jours qui ont séparé l’élection de la proclamation des résultats. C’est d’ailleurs l’un des points sur lequel revient Mathias Eric Owona Nguini dans l’entretien. Pour autant, en miroir de ces discours porteurs d’une dimension tribaliste dont il témoigne, présents parmi certains partisans du MRC, on ne saurait oublier le ressentiment qui peut aussi exister parmi d’autres groupes à l’encontre du groupe bamiléké7 et qui jouent à leur tour de référents ethniques pour se prévaloir d’un droit à capter l’Etat et ses rentes. C’est sans doute là que le pouvoir gagne : en ayant joué des appartenances communautaires à des fins de redistribution et de légitimation, il parvient à prétendre être le seul garant d’une unité nationale qu’il a pourtant contribué à affaiblir. Encore aujourd’hui, notamment aux yeux de certains acteurs extérieurs, il peut apparaître comme le gage de la stabilité8. Faut-il alors voir en l’autochtonie le seul prisme à partir duquel lire la campagne ?

6N’oublions pas combien ces replis identitaires rendent compte de la précarité dans lesquels vivent de très nombreux Camerounais. Dépossédés de leurs terres et de leurs terrains par l’Etat, exposés au chômage et à la maladie, les logiques familiales et claniques apparaissent parfois comme les fragiles réseaux à partir desquels continuer de vivre et de survivre. Ils sont aussi les marques d’un passé dénié au fondement de mémoires cloisonnées. Sont-ils pour autant les seuls référents à partir desquels appréhender les rapports sociaux ?

7La percée de Cabral Libii (mouvement Univers) juriste âgé de 38 ans témoigne de l’engagement de la jeunesse, notamment urbaine, dans ces élections et de son aspiration au changement. Les statistiques, aussi incertaines soient-elles, sembleraient dévoiler aujourd’hui une rupture des grandes villes d’avec le RDPC comme l’essoufflement d’une logique de vote régionale et régionaliste. Des départements de la région du Nord auraient ainsi basculé vers le MRC. Dans quelle mesure les nouvelles générations, en particulier citadines, s’émancipent-elles de la tutelle de leurs élites ? Ces nouvelles dynamiques se concrétiseront-elles l’an prochain à l’occasion des élections législatives et municipales ? Des meetings de Maurice Kamto ou de Cabral Libii, notamment, ont créé des moments de libre expression dans une campagne qui n’a pourtant pas été conduite de manière homogène sur l’ensemble du territoire national. En se disant Camerounais avant tout, devant le Conseil constitutionnel, Maurice Kamto a rappelé qu’il n’existait pas un registre unique d’identification et que la catégorie ethnique ne devait pas être une fatalité9. Les façons dont la campagne a été commentée, dans la rue ou sur internet, devant les devantures des kiosques où sont affichées les unes des journaux, dans les taxis ou encore devant les écrans sur lesquels la chaine nationale diffusait les audiences du Conseil constitutionnel rappellent l’intense rapport au politique qui irrigue la société camerounaise, quelle que soit sa défiance à l’encontre de la politique. Si l’on pourrait aussi analyser la retransmission télévisée des recours comme une manœuvre pour éloigner les manifestants potentiels de la rue, il n’en demeure pas moins que l’année 2018 aura recelé de moments et d’espaces d’expression et de politisation. Un espoir pour d’autres lendemains ?

Entretien

8Cet entretien s’est déroulé à la Fondation Paul Ango Ela, à Yaoundé le 15 janvier 2018, puis a été relu et complété au début du mois de septembre 2018.

9Mathias Eric Owona Nguini est Professeur associé à la Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II-Soa. Coordinateur scientifique et Chercheur à la Fondation Paul Ango Ela.

10Question : En 2016, les journées organisées à Paris sur les situations autoritaires proposaient d’appréhender l’Etat et le pouvoir dans ses relations à la sphère économique. Dans cette perspective, comment envisagez-vous l’articulation des idéologies néolibérales aux pratiques de pouvoir ? Peut-on dire que les processus de néolibéralisation ont ouvert d’autres champs d’accumulation et d’autres rentes à distribuer (les secteurs de l’immobilier, de l’eau...) ? Dans ce contexte, quel sens donner à la lutte contre la corruption amorcée à la toute fin des années 1990 et amplifiée dans les années 2000 ?

11Réponse : Il y a beaucoup de questions posées en une.

12La libéralisation qui a commencé au milieu des années 1980 et qui a pris plusieurs configurations, de l’ajustement structurel à la réduction de la pauvreté, a véhiculé de nouvelles opportunités d’affairisme. Elles ont commencé à partir du moment où les pouvoirs africains ont dû procéder à des privatisations. Ces privatisations, telles qu’elles ont été conduites au Cameroun, ne se sont jamais caractérisées par un degré important de mise en concurrence. En réalité, par une terrible ironie du sort, le néolibéralisme a prolongé l’économie politique de l’ordre néo-patrimonial qui lui avait préexisté. Dans ces privatisations ont été bénéficiaires des lobbies politico-économiques qui avaient réussi à établir des connexions avec les décideurs politiques. On s’est donc retrouvé dans des pratiques qui n’étaient pas conformes à l’affichage de la gouvernance néolibérale.

13La lutte contre la corruption telle qu’elle avait été proposée, sinon imposée par les bailleurs de fonds, entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 a effectivement été intégrée comme une contrainte par les pouvoirs publics africains, à l’image de ceux du Cameroun. Seulement ces pouvoirs ont construit à leur avantage les schémas de cette lutte contre la corruption en parvenant à les instrumentaliser. En tout cas, c’est ce qui s’est passé au Cameroun où à partir de 1997, avec les procédures judiciaires ouvertes contre Titus Edzoa, ancien Secrétaire Général de la Présidence et ministre démissionnaire de la Santé, on est rentré dans des démarches judiciaires qui montraient qu’il y avait sans doute du grain à moudre du côté de la lutte contre la corruption mais que c’était aussi des hommes politiques qui avaient commandé que les personnalités mises en cause soient effectivement interpellées puis jugées. Ce mouvement a continué en 1999 avec l’arrestation du ministre des Postes et Télécommunications Mounchipou Seidou pour toute une série d’affaires de corruption concernant sa gestion à la tête de ce ministère. Mais le grand mouvement qui va enclencher ce qu’on appellera « l’Opération Epervier », c’est une campagne ouverte à la fin de 2005 qui va mettre en question aussi bien des directeurs généraux d’entreprises du secteur public et parapublic que des anciens ministres.

14Question : Les institutions financières internationales ont remis en cause la capacité de l’Etat à gouverner, en exigeant depuis plusieurs décennies sinon son retrait, du moins le redéploiement de ses modalités d’action, en soutenant l’initiative privée, en appelant aussi à des formes de décentralisation et de participation. Dans ce contexte, quel regard portez-vous sur la prégnance des coalitions d’intérêts entre acteurs privés et publics au Cameroun ? Plus précisément, comment analysez-vous l’existence, la reproduction et le rôle de ces réseaux liant acteurs économiques, hauts fonctionnaires et acteurs politiques ? Que nous disent-ils du fonctionnement de l’Etat camerounais et plus spécifiquement du lien entre l’Etat et le parti au pouvoir ?

  • 10 Ancienne compagnie aérienne camerounaise, devenue Cameroon Airlines Corporation.

15Réponse : Les mesures de privatisation initiées à partir des années 1987 et 1988 avec notamment la privatisation de l’Organisation Camerounaise de la Banane, et qui se sont poursuivies par la rétrocession au secteur privé d’un certain nombre d’entreprises du secteur public et parapublic, ont montré la collusion entre les hauts fonctionnaires, qui étaient au cœur des commissions chargées de s’occuper des questions de privatisation et de réhabilitation des entreprises publiques et parapubliques, avec les lobbies économiques extérieurs qui bénéficiaient de la privatisation de ces entreprises. On a vu cela, par exemple, dans le cadre de la privatisation de la Société Camerounaise d’Assurance et de Réassurance (la Socar). On a vu émerger également dans les années 2000 de manière claire, des connexions entre des hauts fonctionnaires, des hauts commis de l’Etat et des opérateurs politiques camerounais pour s’impliquer dans la privatisation d’un certain nombre de sociétés du secteur public et parapublic. C’est par exemple le cas dans la privatisation finalement manquée de la Cameroon Airlines10 où les intérêts liés à la banque Afriland s’étaient associés avec ceux de personnalités occupant de hautes fonctions au Secrétariat général de la Présidence ou au ministère des Finances dans le cadre d’un holding appelé Fininvest. Finalement, cette privatisation n’a pas marché mais elle révèle dans son mécanisme des collusions qui ont commencé à se créer.

  • 11 RDPC : Rassemblement démocratique du peuple camerounais fondé en 1985 à partir de l’UNC (parti du P (...)

16Quant à ce qui a trait aux liens entre le gouvernement et les milieux d’affaire, ils ont suivi le sillage de ce qui s’était déjà construit depuis les années 1970 sous l’autorité du Président Ahidjo puis dans les années 1980 et 1990 sous celle du Président Biya. Il y a clairement des liens entre le gouvernement articulé à l’Etat et l’ancien parti unique devenu parti dominant, le RPDC11 issu de l’UNC en mars 1985, le parti unique constitué en septembre 1966. Ces liens sont une manière pour le gouvernement et son chef central de conserver leur emprise sur les milieux d’affaire locaux, de telle manière que ceux-ci ne deviennent pas le noyau d’un groupe politique concurrent capable de contrebalancer voire de remettre en question l’hégémonie du régime et la domination du RDPC.

17Question : La fabrique des élites camerounaises et de leurs positions d’accumulations semble imprégnée d’un imaginaire masculin construit à partir de la figure du patron (du Big Man, du boss, du chef) ? Quels en sont les ressorts historiques et quels en sont les effets sociaux en termes de justice et d’égalité notamment ?

  • 12 Bayart, J-F., 1989, L’Etat en Afrique, Paris, Fayard.

18Réponse : Les ressorts de ce processus de fabrication réciproque et collusive des élites politiques et économiques trouvent leurs racines dans ce que Jean-François Bayart a appelé dans les années 1970 et 1980, « l’assimilation moléculaire des élites »12. Il s’agit de décrire la dynamique de brassage qui s’est construite entre les élites politico-administratives, les élites politico-intellectuelles, les élites économiques, et même les élites morales et culturelles... Il s’est agi en réalité pour les deux leaders respectifs que sont le Président Ahidjo et le Président Biya de construire une alliance hégémonique disposant du contrôle sur les commandes de l’Etat et dominant la société au moins au titre des intérêts locaux.

19C’est ce processus qui se reproduit en intégrant de nouveaux acteurs dans les années 1990, 2000 et 2010 mais en dépit du temps qui passe, il n’y a pas de transformation significative. Bien entendu, à travers ce processus, se fabriquent les patrons qui dominent différents réseaux de clientèles, différents réseaux d’échanges dans les milieux sociaux camerounais. Ces élites sont bel et bien inscrites dans des relations patrons-clients avec de nombreux acteurs de la société. Cela sécrète effectivement de manière reproductrice une idéologie du patron, une idéologie du boss qui montre la continuité d’une trajectoire historique élaborée quelques décennies plus tôt (à partir des années 1960).

20Cela permet de maintenir des lignes d’inégalité et de domination entre les milieux de pouvoir et d’hégémonie d’une part et le reste des couches sociales. Cela ne signifie pas qu’il n’émerge pas de nouveaux opérateurs mais plutôt que ceux-ci n’ont pas constitué une capacité de s’autonomiser par rapport au noyau central qui est ancré dans l’Etat et dans le contrôle que le leader présidentiel exerce sur le système gouvernant. Les nouvelles élites qui ont des références beaucoup plus modernes, et une orientation plus attentive aux pratiques du néolibéralisme, ne sont pas en mesure d’imposer de manière structurelle une évolution allant dans ce sens aux acteurs qui contrôlent le système gouvernant. C’est pour cela que jusqu’à présent, malgré l’existence d’enclaves d’opérateurs modernes soucieux d’établir l’autonomie fondamentale de la pratique des affaires, le milieu des affaires camerounais reste organiquement rattaché au pouvoir central à travers ses expressions aussi bien bureaucratiques que partisanes.

21Question : Le Cameroun est signataire d’un certain nombre de chartes, protocoles, conventions... Récemment, on a assisté à une refonte du code pénal et du code de procédure pénale. Seriez vous d’accord pour dire que l’Etat se pare d’une « culture de la légalité » ?

  • 13 Médard, J-F., 1990, « L’Etat patrimonialisé », Politique africaine, n°39, pp. 25-36

22Réponse : Même dans le contexte de structuration d’un ordre néopatrimonial - pour utiliser le lexique néo-wébérien repris notamment par Jean-François Médard13 - l’Etat a toujours utilisé un affichage de légalité. Confronté à la pression des réformes néolibérales à partir du milieu des années 1980, cette idéologie de la légalité a dû s’adapter aux contraintes imposées par les bailleurs de fond globaux et néo-libéraux. Cela ne modifie cependant pas la capacité des élites centrales à reproduire les pratiques de pouvoir qui leur ont permis de contrôler les commandes de l’Etat et de la société avant que ces élites camerounaises ne soient confrontées aux réformes d’ajustement structurel. De manière significative, l’affichage néolibéral n’est pas parvenu à modifier fondamentalement les orientations néo-patrimoniales qui demeurent encore fortes dans le fonctionnement des différents circuits de décision aussi bien politiques, administratifs qu’économiques.

23Question : Quel rôle la loi joue-t-elle au Cameroun ? Est-elle un instrument de légitimation de l’Etat à l’égard des bailleurs et de l’injonction à renforcer les capacités de l’Etat de droit ? De manière différente, son existence permet-elle de donner un prix à sa transgression et dès lors à alimenter un système social de redistribution suivant une logique de privatisation du bien public ?

24Réponse : La loi est mobilisée de manière élastique par les élites du système gouvernant. Elle peut l’être dans le souci de construire un affichage montrant un attachement à l’institutionnalisation d’un Etat moderne ou à vocation modernisatrice. Elle peut aussi être utilisée comme paravent qui permet aux décideurs d’en user comme d’une rente ; laquelle rente peut effectivement être monnayée, ce qui crée donc des opportunités de transgression. La loi peut aussi être mobilisée de manière à faire plaisir aux bailleurs de fonds et à l’orthodoxie globale de la gestion néolibérale. Mais ce qui reste fondamental à travers tous ces usages, c’est le lien de la loi au pouvoir : elle (la loi) demeure fondamentalement un outillage du pouvoir, plus qu’un moyen qui appelle des contre-pouvoirs et des contre-pouvoirs acceptés par les milieux hégémoniques.

25Question : Quels sont alors les registres normatifs en présence ? S’il existe différents ordres de valeur (incluant l’occultisme, la religion....), comment penser leur articulation dans la société camerounaise ?

  • 14 En référence à l’ouvrage de Boltanski L., Thevenot L., 1991, De la justification. Les économies de (...)

26Réponse : Il y a une articulation entre une pluralité de logiques de conduite et d’action qui débordent la loi entendue comme expression d’une rationalité étatique fut-elle néo-patrimoniale. Dans cette perspective, la loi permet d’unifier relativement un espace où peuvent être confrontées plusieurs logiques d’actions ou de coordinations sur le modèle des cités14. Dans cette perspective, d’autres ordres de valeur et de conduite entrent en compte. Mais ce qui permet tant bien que mal d’unifier l’espace, c’est la référence, même manipulée et instrumentalisée, à la légalité. C’est sur ce rapport à la légalité, même déformée, que s’appuie la domination de ceux qui contrôlent les commandes centrales de l’Etat et en usent pour imposer leur hégémonie à l’ensemble d’une collectivité sociale, cette dernière étant caractérisée par sa composition complexe, notamment au plan identitaire.

27Question : Cette pluralité de normes éclaire les modalités des techniques de pouvoir. Elle permet de discuter la dimension autoritaire du système gouvernant, ou pour vous citer ici, sa dimension hégémonique. Pouvez-vous préciser ?

28Réponse : L’hégémonie ici a une texture spécifique. Pour reprendre le registre gramscien, elle est une combinaison de coercition et de consentement. Seulement les éléments de coercition continuent à peser plus lourd que les éléments de consentement dans l’organisation de cette hégémonie-là. L’Etat, malgré ses fragilités ou ses dépendances, reste le principal lieu d’inscription des élites et le contrôle de la puissance étatique demeure un enjeu-clé des jeux et luttes de pouvoir. C’est là où elles (les élites) peuvent effectivement contrôler le pouvoir d’unifier les différents ordres de valeur qui existent dans la société à travers l’institutionnalisation et la mobilisation d’équivalents généraux et universels. S’il y a une pluralité de valeurs, ces valeurs-là sont également inscrites dans une hiérarchie. Cette hiérarchie reste clairement modelée par un ordre néo-patrimonial qu’il faut comprendre non seulement comme un ordre s’appuyant sur des relations de clientélisation et de personnalisation du pouvoir mais aussi comme un ordre d’institutionnalisation, même paradoxale, de ce pouvoir. C’est à partir de l’Etat qu’on arrive à trouver, par différents bricolages, des techniques qui permettent de mettre en cohérence au moins relative, l’existence dans l’espace social camerounais de logiques marchandes, de logiques citoyennes, de logiques affinitaires et de logiques identitaires par exemple. Tout ceci montre qu’en dépit des dynamiques de libéralisation qui ont été amorcées à la fin des années 1980 et au début des années 1990, les techniques de pouvoir et de gouvernement conservent encore une facture fortement autoritaire, tutélaire et censitaire même sous les habillages de la démocratie et du pluralisme institutionnel.

29Question : Dans ce contexte, comment penser les pratiques de résistance : est-on cantonné à l’étude des pratiques infra-politiques et des tactiques d’habitants aux prises avec la récurrence de la répression des mouvements sociaux, qu’il s’agisse de mouvements étudiants, ceux des syndicats, ou encore plus récemment les mouvements des régions dites anglophones ?

30Réponse : Les pratiques de résistance sont assez hétérogènes. Il y a des formes de résistance qui n’atteignent que difficilement un seuil de politisation décisive et qui restent complètement enclavées sans aucune capacité de faire sens et d’articuler des revendications qui puissent être étendues au niveau collectif. Il existe aussi des résistances qui sont encore plus isolées parce que confinées à un niveau interindividuel immédiat ; elles ne vont pas au-delà de tactiques de survie.

31Malgré la persistance de techniques autoritaires de contrôle du pouvoir, cela n’empêche pas que de temps en temps, s’articulent des dynamiques d’action collective qui tentent de contrebalancer voire d’évincer l’ordre hégémonique en place. C’est le cas avec les mobilisations sociales dites anglophones qui entendent contester fondamentalement l’emprise du système de pouvoir qui s’est consolidé à partir de l’avènement de l’Etat unitaire mis en place en mai et juin 1972.

32Cela dit, ces mobilisations portent une fragilité essentielle : elles laissent la part de manière importante à des registres qui relèvent du nombrilisme identitaire, ce qui peut les fragiliser dans leur capacité à ouvrir la voie à des possibilités d’universaliser l’action collective face au système hégémonique qui s’est constitué entre les années 1960 et les années 1970 et qui s’est maintenu en dépit des trajectoires de démocratisation des années 1990 et 2000. C’est là l’une des limites du mouvement social anglophone actuel qui a cédé dans une large mesure à la dérive des mobilisations identitaires contribuant finalement à segmenter encore plus une société camerounaise déjà marquée par sa faible capacité à articuler son pluralisme socio-culturel et identitaire et à forger des mobilisations institutionnelles et sociétales trans-segmentaires et trans-communautaires.

33Question : Dans ce contexte, que veut dire être citoyen camerounais ?

34Réponse : Etre citoyen camerounais a du sens mais c’est un sens qui demeure fragilisé par la récurrence de dynamiques de segmentation de l’espace public, laquelle dynamique rend difficile l’affirmation de mobilisations citoyennes capables d’élargir cet espace public de façon significative. En effet, les logiques de mobilisation et les dynamiques d’affirmation d’ordre identitaire et communautaire viennent relativiser l’action collective citoyenne. Dès lors, les mouvements citoyens ont toujours fort à faire avec les hypothèques communautaires.

35Question : Depuis l’organisation des rencontres à Paris en 2016, la lutte contre Boko Haram continue. Les régions septentrionales polarisent maints projets de développement et en surplomb, une pluralité de programmes nationaux, régionaux, internationaux touchant au domaine de la sécurité. Ce dernier renvoie à l’intervention de l’armée, à l’activité de renseignement, à la lutte contre le terrorisme et contre les trafics transfrontaliers, quand on n’y accole pas l’enjeu du contrôle des migrations. Ces mêmes enjeux sont formulés à la frontière avec la République centrafricaine. Que nous dit cette situation aux « marges de l’Etat » de son pouvoir, de ses modalités d’expression et de sa souveraineté à l’échelle nationale ? 

36Réponse : La menace Boko Haram a effectivement exprimé la transnationalisation d’un certain nombre de flux communautaires d’orientation religieuse et/ou sectaire dans les pays du Bassin du Lac Tchad. Non seulement le Nigeria qui est le pays d’origine de ce mouvement djihadiste mais aussi le Niger, le Tchad et le Cameroun. Cela a contraint ces Etats à devoir répondre au choc imposé par les mobilisations des partisans de Boko Haram. Ces réponses intègrent aussi bien les niveaux locaux, les niveaux régionaux même transfrontaliers, les niveaux nationaux et les niveaux internationaux d’action ainsi que les niveaux transnationalisés. Cette dynamique doit faire l’objet d’une lecture complexe, attentive à chaque échelle.

37Sur le plan du Cameroun, cette crise, au plan politico-symbolique, a été effectivement une opportunité pour le gouvernement de relancer une certaine orientation nationaliste parce que le choc imposé par Boko Haram au Cameroun à partir de ses régions septentrionales correspondait à une mise en question de la capacité de l’Etat du Cameroun à assurer sa souveraineté sur cette partie du territoire.

38Cela s’est également vu à travers l’effort fait par l’Etat afin d’intégrer les niveaux communautaires d’action dans la lutte contre Boko Haram avec les comités de vigilance. Cette dynamique n’en rencontre pas moins les contraintes qui sont celles liées aux échelles locales. Ces échelles ont rapport avec les réseaux traditionnels de circulation d’habitudes, de mœurs et de conduites entre les différents pays du bassin du lac Tchad sur la base d’identités historiquement constituées, qui renvoient à des collectivités anciennes comme les Empires du Borno ou du Kanem ou comme l’Emirat de Yola et qui renvoient à des expériences comme le djihad de Usman Dan Fodio.

39Il faut également prendre en compte toute l’économie politique de la circulation transnationale et transfrontalière qui alimente effectivement un certain nombre de trafics entre ces différents pays. Une économie qui articule une économie d’échanges autrefois reliée aux réseaux caravaniers transsahariens et une nouvelle économie sahélo-saharienne en lien avec la mondialisation. Cette économie-là entre souvent en collision avec les intérêts des Etats notamment au niveau fiscal. La lutte contre Boko Haram est un nouveau moment de la tension entre l’Etat central camerounais et un certain nombre d’intérêts socio-économiques inscrits dans les régions septentrionales qui se sont toujours alimentés grâce aux circuits de la contrebande.

40Question : Comment analyser la place des coopérations avec des acteurs internationaux (Etats, agences...) ?

41Réponse : Les coopérations peuvent constituer des limites à l’exercice de la souveraineté mais cela est relatif car de manière dialectique, elles constituent aussi des opportunités. Les Etats du Bassin du Lac Tchad ont besoin de l’appui de la coopération internationale tournée vers les grands Etats industriels car les menaces auxquelles ils font face ne relèvent pas simplement des niveaux locaux et régionaux même transfrontaliers. Ces menaces renvoient à l’action de réseaux terroristes et criminels en lien avec la globalisation. Cette coopération s’impose.

42Maintenant, les Etats en ont aussi profité pour essayer de se re-légitimer dans leur capacité à apporter de manière directe ou indirecte la sécurité à celles de leurs populations qui sont ressortissantes ou résidentes des régions en crise. A ce niveau, il y a un réel travail qui a été effectué pour que les populations de ces zones en crise conservent un minimum de confiance vis-à-vis du pouvoir central camerounais : cela se fait notamment à travers l’action de l’administration territoriale commandée par des gouverneurs et agissant à travers l’appareil des préfets et des sous-préfets ainsi que les autres services de l’Etat, notamment les douanes. L’action de légitimation de l’Etat par la sécurité s’est aussi effectuée à travers le remembrement de l’appareil sécurito-militaire avec la création de nouvelles unités chargées de défendre la souveraineté du Cameroun et la sécurité de ses populations face à la menace de Boko Haram. Ces nouvelles unités utilisent la démarche des actions et des liens civilo-militaires pour faciliter leur action sur le terrain contribuant ainsi à une re-légitimation de l’action de l’Etat.

  • 15 Voir Amnesty International, 2015, Cameroun. Les droits humains en ligne de mire. La lutte contre Bo (...)
  • 16 « Cameroun. Une vidéo crédible apporte la preuve que des militaires ont procédé à des exécutions ex (...)

43Question : Vous évoquez l’enjeu que représente pour l’Etat sa capacité à défendre les populations civiles dans les régions septentrionales. N’est-il pas difficile de faire l’impasse sur les rapports d’ONG, d’Amnesty international en particulier15, quant aux mauvais traitements, actes de torture, et détentions arbitraires dans des locaux extra-pénaux que subissent des Camerounais ? Je pourrais aussi évoquer une vidéo récente ayant circulé sur internet en juillet 2018 témoignant d’exécutions extra-judiciaires de femmes et d’enfants par des militaires16.

44Réponse : La lutte contre l’extrémisme qui s’inscrit dans un contexte de guerre irrégulière et hybride, est une lutte difficile. Il arrive que les unités combattant les réseaux salafistes et djihadistes de Boko Haram commettent des exactions. A ce sujet, les autorités politiques et militaires doivent prendre des mesures appropriées pour prévenir ou réprimer de tels abus qui viennent discréditer une action pourtant légitime. Ces autorités doivent veiller au renforcement de la connaissance et de la maîtrise des procédures juridiques et techniques qui assurent la professionnalisation, la légalité et la légitimité des réponses aux violences des groupes extrémistes liés à Boko Haram. C’est de cette manière qu’il sera possible de développer une riposte dument proportionnée à la violence djihadiste, une riposte qui évite les excès des exécutions extra-judiciaires comme dans cette terrible vidéo qui met en scène la dramatique exécution de femmes et d’enfants ne présentant aucun danger au moment des faits. Les forces de défense et de sécurité du Cameroun doivent prendre toutes les précautions nécessaires pour éviter de telles exactions qui les exposent aux interpellations critiques des organisations de défense des droits de l’homme comme Amnesty International ou des plateformes d’organisations comme le REDHAC. Cela dit, il n’y a pas de guerre propre, surtout quand la belligérance prend la forme de la guerre irrégulière et hybride qui est une conflictualité extrêmement difficile à gérer au plan stratégico-tactique ou opératico-tactique.

45Question : Par ailleurs, des mouvements contestataires émanent des régions dites anglophones, sous des formes également variées. Dans quelle mesure leur existence renvoie-t-elle à un déni démocratique plus large ?

46Réponse : La résurgence de mobilisations anglophones qui sont de manière prégnante des mobilisations identitaires exprime, bien entendu, des tensions qui sont liées à la fois à la centralisation de l’Etat postcolonial et à la difficulté pour cet Etat de gérer la biculturalité coloniale francophone-anglophone. Si ces mobilisations expriment dans une certaine mesure la défiance vis-à-vis de la persistance d’une culture de centralisation du pouvoir et du gouvernement, elles expriment aussi autre chose : la volonté de certains acteurs de saper le processus d’étatisation camerounais et de faire émerger à partir du Cameroun d’autres espaces étatiques, notamment celui d’un Southern Cameroons ayant accédé à la souveraineté. C’est d’ailleurs pour cela que le mouvement social anglophone qui semblait bénéficier d’une certaine compréhension dans bien des milieux des régions francophones est de plus en plus questionné, surtout depuis que les acteurs du courant sécessionniste ont imposé la militarisation de ce mouvement qui leur permet de prendre le pas sur le courant fédéraliste pacifiste mais qui rend difficile la capacité que ce mouvement conserve d’importants réservoirs de soutiens dans les régions francophones.

47Question : Dans quelle mesure l’existence de ce mouvement ne souligne-t-il pas l’absence d’un travail de mémoire au Cameroun et l’inachèvement de la décolonisation de l’Etat ? Que ces tensions nous apprennent-elles du processus d’étatisation au Cameroun ?

48Réponse : Le problème qu’une partie importante pose, notamment le courant sécessionniste de ce mouvement, c’est celui d’une reconstruction de l’histoire aux limites du révisionnisme historique. En vérité, s’il y a bien eu un héritage anglo-britannique, s’il y a bien eu une dynamique d’autonomie du Southern Cameroons, il n’y a jamais eu un Etat indépendant par lui-même du Southern Cameroons distinct du Cameroun français ou francophone. Le Southern Cameroons n’a accédé à la souveraineté que dans un processus de décolonisation que les Nations Unies ont organisé dans le sens de ce qu’ils ont appelé le rattachement. L’une des tensions qu’il y a dans la situation actuelle c’est que de nombreux acteurs du courant sécessionniste reconstruisent allègrement l’histoire pour faire croire qu’il a existé un Etat indépendant du Southern Cameroons et que c’est pour cela que cet Etat pourrait voir sa souveraineté restaurée, ce qui contribue à durcir les conflits avec l’Etat central du Cameroun et les acteurs sociaux qui soutiennent celui-ci.

49Question : Comment peut-on penser la place des cultures et des identités au Cameroun dans la fabrique d’un Etat postcolonial et de la société camerounaise ?

50Réponse : Compte tenu de la structure complexe et hétérogène du Cameroun, les identités et les cultures y jouent un rôle important. C’est là toute la difficulté qu’ont eu les gouvernants camerounais, malgré le recours à une démarche autoritaire, d’unifier de manière efficace et consistante les différents segments constitutifs du Cameroun. On se trouve précisément dans une conjoncture où les contradictions que la centralisation s’efforçait de réguler par le recours à des techniques autoritaires, remontent à la surface au risque de déboucher sur un fractionnement de l’ensemble étatique et national camerounais.

51Question : Vous évoquez la difficulté à unifier ces segments. Ne peut-on pas tout de même évoquer des formes d’instrumentalisation de ces identités, voire de leur exacerbation de la part du pouvoir central, depuis plusieurs décennies ?

52Réponse : En l’occurrence, même si on peut estimer que la gestion centralisée des identités par le groupe étatique a pu exacerber l’autonomisme anglophone, il n’est pas exact de dire et de faire croire que c’est le pouvoir central qui a suscité des dynamiques. D’ailleurs, ce n’est pas l’Etat ni ses élites gouvernantes et dominantes qui suscitent nécessairement des tensions identitaires. Cela peut venir aussi des milieux d’opposition et de contestation. Il faut néanmoins reconnaître que du fait des dynamiques de contrôle clientéliste, des élites systémiques peuvent quand cela va dans le sens leurs intérêts, instrumentaliser des tensions identitaires. Ainsi en 1991, face à des groupes oppositionnels et contestataires sollicitant les registres de la polémique inter-identitaire, certaines baronnies du système ont eu recours à de telles démarches.

53Question : Comment vous situez vous dans le débat opposant la légitimité de l’Etat unitaire à celle d’un l’Etat fédéral ou encore à celle de l’Etat régional ?

54Réponse : Il n’y a pas, à mon sens, de fétichisme sur la forme de l’Etat : ni l’Etat unitaire, ni l’Etat fédéral, ni l’Etat régional ne garantissent pas qu’il n’y aura plus de mécontentement tout simplement parce que le mécontentement est une modalité du fonctionnement et de l’évolution des sociétés qu’aucun système institutionnel ne peut empêcher.

55Cela dit, il est clair que la formule unitaire - parce ce qu’elle conserve encore de manière importante la centralisation autoritaire initiale - touche à des limites dans une société où les demandes d’autonomie s’expriment de toutes parts, aussi bien en termes d’autonomie de différentes couches sociales que d’autonomie de différents niveaux territoriaux.

56C’est pour cela que le compromis qu’avait été la décentralisation aurait pu être un élément pour tempérer les conflits politico-identitaires qui apparaissent aujourd’hui, si le pouvoir l’avait appliquée de manière sérieuse.

57Pour ce qui concerne le fédéralisme sous la forme d’un fédéralisme biculturel, il ne me paraît pas pertinent parce qu’il s’est constitué à côté d’un nationalisme officiel marqué par la domination structurelle des composantes francophones sans qu’il y ait comme le disent les militants de l’autonomisme anglophone, une exclusion des causes anglophones. Ce fédéralisme-là ne réduirait pas le conflit culturel qui se pose aujourd’hui et qui est instrumentalisé sur le mode d’un dualisme manichéen par les partisans de l’autonomisme anglophone, surtout ceux qui sont liés au courant sécessionniste ; lequel courant constitue l’aile radicale du mouvement de l’anglophonie identitaire.

58Si le Cameroun devait même être un Etat fédéral, c’est une organisation fédérale de type territorial, basée sur les unités politico-administratives qui ont été sécrétées depuis l’Etat fédéral entre 1961 et 1972, l’Etat unitaire à partir de 1972, sa réorganisation administrative en 1983 et son évolution vers la décentralisation entre 2004 et 2011 qu’il faudrait voir. En fait, dans cette perspective, c’est un Etat fédéral construit à partir des actuelles circonscriptions régionales, qui sont au nombre de dix, qui pourrait assurer la perspective d’une coexistence entre les différents segments du Cameroun et non pas un fédéralisme à deux Etats fédérés basés sur la distinction coloniale francophone-anglophone.

59Mais comme les visions sur les institutions sont assez clivées, il est plutôt difficile de construire un compromis institutionnel satisfaisant pour l’ensemble des couches de la société camerounaise, surtout en tenant compte de ce renforcement du clivage francophone-anglophone. C’est pour cela qu’un Etat des régions, un Etat reconstruisant dans le contexte camerounais des logiques institutionnelles et organisationnelles formellement similaires à ce qui se passe en Espagne et en Italie, pourrait être une solution entre les partisans de l’Etat unitaire et ceux de l’Etat fédéral. Mais encore une fois, même un tel compromis institutionnel ne garantirait pas qu’il n’y ait pas de mécontentement.

60Question : Et comment avez-vous été situé par la presse nationale comme sur les réseaux sociaux ?

61Réponse : J’ai été situé comme un partisan de la ligne dure, celle de la sauvegarde de l’unité souveraine du Cameroun avec d’ailleurs beaucoup d’incompréhensions car mon orientation est plutôt favorable au fédéralisme qu’à l’Etat unitaire même décentralisé. J’estime que la question du fédéralisme ne pourra se poser aisément que si dans le contexte politique lié à la crise, on arrive à discréditer et à marginaliser les hypothèses de sécessionnisme. Tant que le sécessionnisme se pose, et que des options de sécession sont envisagées comme praticables, ce qui est fondamental pour la survie de la collectivité étatique camerounaise, c’est d’assurer son intégrité territoriale et son unité souveraine. C’est seulement si aussi bien dans les régions dites anglophones que dans les autre régions dites francophones, on arrive à briser le mouvement sécessionniste armé, que l’on peut véritablement engager une discussion sereine sur les réaménagements possibles de la forme de l’Etat au Cameroun, qui situerait ces réaménagements entre une activation et un renforcement de la décentralisation tel qu’énoncée par la révision constitutionnelle de 1996 et la possibilité d’évoluer vers un fédéralisme interrégional ou un Etat basé sur des régions autonomes.

62Question : Vous parlez de la nécessité de briser le mouvement sécessionniste armé. Cependant, dans le contexte actuel, la problématique des violences à l’égard des populations civiles semble là encore se poser avec acuité, qu’elles émanent du courant sécessionniste mais aussi de l’armée camerounaise. A l’image de la situation dans l’Extrême Nord, comment envisager la légitimation de l’Etat camerounais dans les régions dites anglophones ?

  • 17 Les partisans du mouvement sécessionniste. Le 1er octobre 2017, Ils déclarent l’indépendance de la (...)
  • 18 Bir : bataillon d’intervention rapide ; Batp : bataillon des troupes aéroportuées

63Réponse : S’il faut se soucier de protéger les populations des régions anglophones contre des violences qui peuvent venir de l’armée, il convient aussi que celles-ci se démarquent clairement des groupes sécessionnistes ambazoniens17 et ne se rendent pas complices de l’ambazonisme armé. Cela facilitera la reprise en main menée par un dispositif renforcé de maintien de l’ordre dans lequel les éléments et unités de la police et de la gendarmerie nationales sont appuyés par des unités régulières ou spéciales de l’armée (Bir, Btap18). La légitimation nécessite après la restauration militaro-sécuritaire de l’ordre que les échanges aient lieu dans le cadre de l’acceptation réciproque de l’unité politique de la République du Cameroun en tant qu’Etat et d’une discussion sur la formule institutionnelle et constitutionnelle de compromis entre fédéralisme et décentralisation avancée qui serait un Etat des régions basé sur le modèle autonomique (Italie, Espagne) avec un Consensus National offrant certaines compétences politico-culturelles spécifiques aux régions anglophones tenant compte de leur originalité historico-culturelle sans briser l’unité de la République du Cameroun .

64Question : Tout au long de l’année, des candidats aux élections présidentielles se sont déclarés dans les médias tandis que leur dépôt de candidature est en cours d’instruction au moment de cet entretien. Paul Biya, président sortant, a lui-même officialisé sa candidature en juillet dernier tandis que la date des élections a été fixée au 7 octobre prochain. Paul Biya est au pouvoir depuis 1982. Que nous dit sa position du fonctionnement de l’Etat camerounais ?

65Réponse : Le Président Biya est le symbole de la reproduction de l’hégémonie politique, économique et sociale du bloc au pouvoir qui contrôle les commandes suprêmes et centrales de l’Etat camerounais depuis les années 1960. En étant candidat à l’élection présidentielle d’octobre 2018, Paul Biya confirme sa vision politique d’une pérennisation intransigeante de son emprise et de celle de son régime sur les structures étatiques. Il entend demeurer le leader central d’un groupe dominant et dirigeant qui veut conserver son hégémonie et retarder encore la perspective d’une alternance à la tête de l’Etat Camerounais, même après 36 ans de présence au pouvoir.

  • 19 Akere Muna est avocat, ancien bâtonnier des avocats du Cameroun, ancien vice-président de Transpare (...)

66Question : Plusieurs candidats sont davantage médiatisés : Akere Muna19, Joshua Osih et Maurice Kamto. Toutefois, les candidatures sont a priori plus nombreuses. Quels éléments peuvent nous aider à comprendre l’absence d’un candidat d’opposition unique ? Dans quelle mesure ces diverses situations d’opposition au RDPC vont à l’encontre de l’hégémonie  du RDPC ?

67Réponse : Plusieurs raisons expliquent l’impossibilité pour les acteurs et groupes d’opposition de s’entendre autour d’une candidature unique : 1- l’hégémonie idéologique ; 2- les rivalités de leadership ; 3- les divergences d’intérêts de pouvoir ; 4- les conflits de positionnement ; 5- la compétition pour le contrôle des rentes oppositionnelles de représentation et de mobilisation ; 6- le complexe de Messie habitant chaque candidat d’opposition se voyant en sauveur exclusif et nécessaire ; 7- la segmentation communautaire caractérisant la clientèle de différents candidats et partis politiques en lice pour le scrutin présidentiel ; 8- la récurrence des luttes factionnelles au sein des partis d’opposition ; 9- l’immaturité des orientations et choix politico-programmatiques rendant difficile la construction d’une entente unique d’opposition ; 10- l’incapacité à dépasser une gestion saisonnière des coalitions.

68Question : A nouveau, et dans ce contexte, vous vous exprimez sur les réseaux sociaux et dans les médias camerounais. Cela mérite que l’on s’y arrête. En effet, vos prises de parole ont été nombreuses et en particulier à l’égard de Maurice Kamto, de son parti et de ses soutiens. Pourriez vous résumer votre analyse quant à la candidature de Monsieur Kamto et le contexte dans lequel elle se déploie ? A quel titre prenez vous la parole sur la campagne électorale ?

69Réponse : Effectivement, à ma manière, je suis aussi un cyber-activiste politico-intellectuel et pas seulement un enseignant-chercheur. A ce titre, j’interviens depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux à propos de la vie politique camerounaise. Il m’apparaît légitime de continuer à faire de telles interventions et prises de position même au moment où l’élection présidentielle camerounaise d’octobre 2008 s’annonce. Pour ce qui est de la candidature de Monsieur Maurice Kamto, leader du MRC, elle est l’une des candidatures nouvelles. Le Professeur Kamto, puisqu’il s’agit d’un universitaire et d’un avocat, joue sur sa réputation nationale et internationale dans ses domaines professionnels ainsi que sur son expérience de ministre délégué pour se présenter comme un leader de rupture. J’ai eu maille à partir avec ses cadres, militants, sympathisants et partisans depuis 3 à 4 ans, parce qu’ils ne sont pas parvenus à m’embrigader dans leur courant de pensée et ont décidé de me dénigrer. Pour cela, ils ont utilisé non seulement l’hostilité idéologique mais aussi l’animosité communautariste. En effet, ce qui fait problème avec le MRC, c’est que son leadership qui s’affiche social-libéral et centriste, n’en tolère pas moins dans son entourage des cadres, militants et sympathisants clairement porteurs d’un positionnement sectaire et ultra-tribaliste qui contraste avec l’image proposée par leur parti de cœur, car il est d’extrême-droite. Ils ne me pardonnent pas en tant qu’analyste et intellectuel de souligner ces contradictions. C’est la raison pour laquelle ils m’ont, surtout depuis 2015, abreuvé quotidiennement d’insultes les plus scandaleuses.

70Question : En rapprochant l’histoire de la démocratisation des deux pays, et ses faux-semblants, que nous disent l’Ethiopie et le Cameroun des situations autoritaires ?

71Réponse : Malgré les différences de trajectoire historique et de structures sociales, il peut exister quelques points de convergence entre les expériences camerounaises et éthiopiennes en ce qui concerne la manière dont ces sociétés étatiques, aussi bien dans leur milieux gouvernants que dans leurs couches sociétales profondes, ont intégré les principes, les dogmes et les codes de la libéralisation et de la démocratisation.

72Le Cameroun et l’Ethiopie sont, comme d’autres pays africains, marqués par une forte diversité socio-culturelle qui est nécessairement une contrainte que tous les gouvernants doivent affronter dans ces pays, et ces contraintes-là leur imposent d’engager une unification qui, de façon structurelle, va comporter des aspects autoritaires. Même lorsqu’on a au Cameroun comme en Ethiopie redéfini institutionnellement leurs régimes politiques dans le cadre de démocraties pluralistes, les situations autoritaires persistent au-delà des réaménagements libéraux et des transformations démocratiques parce qu’elles renvoient aux répliques des contradictions qui sont nées avec les dynamiques de colonisation, même si l’histoire spécifique de l’Ethiopie ne l’a pas soumise à un processus de colonisation aussi durable que celui qui a pu être mené au Cameroun. On se trouve quand même du fait de la rémanence des dynamiques autoritaires, confrontés aux contraintes que l’étatisation continue à faire peser sur la démocratisation effectuée dans le contexte de sociétés plurales basées sur de fortes divisions culturelles et la difficulté à domestiquer institutionnellement leur diversité.

Haut de page

Notes

1 Ce préambule a été rédigé le 27 octobre 2018, précision nécessaire dans une actualité mouvante.

2 Instance en charge de l’organisation des élections.

3 Radio France Internationale, « Présidentielle au Cameroun: un scrutin dans le calme malgré quelques incidents », publié le 07-10-2018, www.rfi.fr 

4 Paul Biya (Rassemblement démocratique du peuple camerounais, RDPC), Joshua Osih (Social democratic front, SDF), Maurice Kamto (Mouvement pour la renaissance du Cameroun, MRC), Akere Muna (Front populaire pour le développement, FPD), Garga Haman Adji (Alliance pour la démocratie et le développement, ADD), Adamou Ndam Njoya (Union démocratique du Cameroun, UDC), Cabral Libii (Univers), Serge Espoir Matomba (Peuple uni pour la rénovation sociale, Purs), Ndifor Afanwi Franklin (Mouvement citoyen national du Cameroun, MCNC), dont les profils professionnels notamment sont pluriels, comme les âges.

5 Retrait annoncé le 5 octobre au soir mais non validé par Elecam arguant de la difficulté technique de retirer les bulletins la veille du scrutin.

6 Maurice Kamto est crédité de 14,23 %, derrière Paul Biya et ses 71,28 %. Il affirme avoir gagné avec 39,74 % des voix, contre 38,47 % pour Paul Biya.

7 « L'ethnonyme bamiléké fait lui-même problème, puisqu'il recouvre une diversité de chefferies et de langues distinctes, issues d'un mouvement complexe de migrations et de conquêtes au XVIIIème siècle. », in BAYART J.F., GESCHIERE P., NYAMNJOH F., « Autochtonie, démocratie et citoyenneté en Afrique », in Critique internationale, n°10, janvier 2001, p. 180

8 En France, le 23 octobre, le Quai d’Orsay adresse ses vœux de réussite au président élu en concluant que l’élection s’est « globalement déroulée dans le calme »... doux euphémisme... quand dans le même temps le ministère regrette que « de nombreux Camerounais n’aient pu exprimer leur choix, notamment dans le nord-ouest et le sud-ouest du pays ».

9 Voir son programme de résistance nationale sur le site du MRC : https://www.mrcparty.org/?q=programme-de-resistance-nationale-au-hold-electoral-dans-la-perspective-de-la-prestation-de-serment, mis en ligne le 24 octobre 2018, consulté le 27 octobre 2018

10 Ancienne compagnie aérienne camerounaise, devenue Cameroon Airlines Corporation.

11 RDPC : Rassemblement démocratique du peuple camerounais fondé en 1985 à partir de l’UNC (parti du Président Paul Biya). UNC : Union nationale camerounaise (parti fondé en 1966 par le premier Président camerounais, Ahmadou Ahidjo).

12 Bayart, J-F., 1989, L’Etat en Afrique, Paris, Fayard.

13 Médard, J-F., 1990, « L’Etat patrimonialisé », Politique africaine, n°39, pp. 25-36

14 En référence à l’ouvrage de Boltanski L., Thevenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

15 Voir Amnesty International, 2015, Cameroun. Les droits humains en ligne de mire. La lutte contre Boko Haram et ses conséquences, Londres, Amnesty International Publications ; Amnesty International, 2016, Bonne cause, mauvais moyens : atteintes aux droits humains et à la justice dans le cadre de la lutte contre Boko Haram au Cameroun, Londres, Amnesty International Publications ; Amnesty International, 2017, Chambres de torture secrètes au Cameroun. Violations des droits humains et crimes de guerre dans la lutte contre Boko Haram, Londres, Amnesty International Publications.

16 « Cameroun. Une vidéo crédible apporte la preuve que des militaires ont procédé à des exécutions extrajudiciaires », 12 juillet 2018, https://www.amnesty.org, consulté le 23 juillet 2018

17 Les partisans du mouvement sécessionniste. Le 1er octobre 2017, Ils déclarent l’indépendance de la République d’Ambazonie.

18 Bir : bataillon d’intervention rapide ; Batp : bataillon des troupes aéroportuées

19 Akere Muna est avocat, ancien bâtonnier des avocats du Cameroun, ancien vice-président de Transparency International. Joshua Osih, député de Douala et entrepreneur, est le candidat du SDF (Social Democratic Front) parti historique d’opposition au RDPC. Maurice Kamto est un professeur agrégé de droit à l’Université de Yaoundé II, ancien ministre de la Justice et co-fondateur du parti d’opposition du MRC (Mouvement pour la Renaissance du Cameroun) en 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Morelle et Mathias Eric Owona Nguini, « Le réveil des crises camerounaises : un entretien avec Mathias Eric Owona Nguini », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5313 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5313

Haut de page

Auteurs

Marie Morelle

Maitresse de Conférences HDR en Géographie
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, UMR PRODIG
Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Mathias Eric Owona Nguini

Professeur associé
Faculté des Sciences juridiques et politiques de l’Université de Yaoundé II-Soa, Chercheur à la Fondation Paul Ango Ela
owonanguini@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals