Navigation – Plan du site

Crise de l’État-Parti éthiopien : un entretien avec René Lefort

The Ethiopian Party-State in disarray: an interview with René Lefort
Sabine Planel et René Lefort

Texte intégral

Cet entretien a été réalisé le 26 Octobre 2018 depuis Paris.

  • 1 Voir entre autres : Lefort, R., 2007, « Powers-menguist and peasants in rural Ethiopia : the May 20 (...)
  • 2 Littéralement, célébration de la croix, cette fête s’inscrit dans les fêtes de la nouvelle année de (...)
  • 3 Relais du pouvoir de l’État-Parti en milieu rural. Voir notamment Lefort R., 2012, “Free market eco (...)
  • 4 Pour une chronologie de la période voir Labzaé M. et Planel S, 2018, « La République Fédérale Démoc (...)

1En préambule à l’entretien, René Lefort évoque la situation d’une commune (qebelé) rurale du nord Choa, en région Amhara, qu’il étudie depuis une quinzaine d’années1, et dans laquelle il s’est rendu fin septembre. Il y a observé un vide de pouvoir manifeste. Aux dernières nouvelles de son assistant de recherche, le président élu (chairman) de la commune est en prison. « Les autorités l’y ont conduit car il ne voulait pas se rendre à une réunion sans porter son arme ». Bref, c’est le bazar complet. Le dernier jour où j’y étais, pendant la fête de Mesqel2, les jeunes sont allés le voir en lui interdisant d’y participer : « Tu resteras dans ton bureau, ou ta maison mais tu n’as pas le droit de venir ». Deux légitimités s’affrontent. D’un côté l’élite économique et sociale qui forme l’ossature locale du Parti. Le qebelé chairman et les Model Farmers3 affirment ainsi : « Il a été élu par le Parti, donc il n’y a que le Parti qui puisse le démettre, et nous Model Farmers – qui sommes le Parti – nous le soutenons ». Et par ailleurs, une grande partie de la population, à commencer par les jeunes presque toujours désœuvrés, revendique : « Nous, nous avons la légitimité de la population, on se fout de ce que dit le Parti, nous on le vire, on n’en veut plus ». Au motif qu’il est trop autoritaire et corrompu ; il a été rejeté par la population dès son imposition par les autorités, une dizaine d’années auparavant. Cette anecdote évoque la manière dont les relations entre population et pouvoirs évoluent et se recomposent à la suite des changements opérés par le nouveau premier ministre Abiy Ahmed4.

  • 5 Lefort R., 2018, « Ethiopia: climbing Mount of Uncertainty », Open Democracy, 21 octobre 2018, http (...)

2SP : Merci d’avoir attendu ce dernier moment avant publication qui nous permet de rendre compte du mieux possible des récents évènements qui secouent l’Éthiopie et suscitent une agitation sans précédent (au moins depuis 1991) de la société civile sur les réseaux sociaux, dans le landernau politique éthiopien, ainsi que dans le monde académique. De ce point de vue d’ailleurs, vous venez de publier très récemment un article pour Open Democracy5, que vous introduisez par une présentation du style politique propre au nouveau premier ministre, Abiy Ahmed, en indiquant combien il casse les codes d’un « age-old Ethiopian way of governing ».

3RL : En effet, que ce soient par Meles Zenawi, avant lui par Menguistu Haïlé Mariam et avant lui encore par Haïlé Sélassié, je qualifierais l’exercice du pouvoir d’impérial. Se lisait dans les attitudes et dans les mots, une distance considérable entre le chef de l’État, le chef du pays et son entourage proche, qui se marquait par une révérence ostensible dans les comportements. Lorsque quelqu’un voulait présenter une pétition à l’Empereur, il la mettait au bout d’un bâton ne pouvant pas toucher la main de l’Empereur, puis se mettait à genoux devant lui avant qu’il ne la prenne. Abiy a totalement changé ce rapport aux gens. Le sien est tout à fait « moderne », et se donne à voir dans la visite qu’il a faite à cette vieille dame pauvre vivant à côté de chez lui et avec laquelle il a partagé un repas. C’était impensable dans les régimes précédents. Aujourd’hui, l’attitude et la perception de celui qui détient le pouvoir sont radicalement différentes. Une phrase me revient en tête, prononcée par un paysan du nord Choa que j’interviewais : « Maintenant le chef de l’État, il est comme quelqu’un de notre famille. ». Il était impossible d’entendre une phrase comme ça, ne serait-ce qu’il y a quelques années.

4Mais cette première remarque ne concerne que l’apparence. Sur le fond également les changements sont importants. Jamais on n’aurait imaginé il y a un an des réformes aussi profondes et rapides : la libération des prisonniers politiques, la normalisation des relations avec l’Érythrée, le retour des anciens de l’opposition armée. Il y a une ouverture de l’espace politique qui est absolument stupéfiante et même si les médias continuent largement à s’autocensurer, jamais la presse éthiopienne n’a pu écrire ce qu’elle écrit actuellement. De fait, l’attitude autoritaire « traditionnelle » de déférence de nombre d’Ethiopiens vis-à-vis du pouvoir a radicalement changé, surtout parmi les jeunes et les urbains. Je reprends l’exemple de mon qebelé rural, où jamais il y a un an la population n’aurait osé contester publiquement le chairman du qebelé. Il y a, aujourd’hui, d’une part, un sentiment profond de liberté de parole et d’autre part, pour un nombre important de gens, la conviction qu’ils ont désormais le pouvoir de demander des comptes (« accountability »). C’est complètement nouveau.

5SP : Cette libération de la parole politique s’accompagne en même temps d’une certaine paralysie, d’un certain attentisme de l’État et du Parti – puisque les deux sont aujourd’hui consubstantiel en Éthiopie. Peut-on considérer que cette libération de la parole politique, qui donne à voir un certain pluralisme des Partis qui composent la coalition, amène à ce blocage de l’État ? Ou au contraire faut-il voir cette suspension, cet effondrement - diront certains -, comme l’aboutissement d’un processus plus ancien et qui tiendrait, peu ou prou, à l’échec du précédent projet développemental ?

6RL : Je pense que l’État s’est effondré. Sur la base de ce que j’ai observé directement et des témoignages qui me sont venus d’un peu partout, il y a manifestement un vide de pouvoir absolument gigantesque. D’une part, cet appareil politico-administratif à la base a été construit par l’EPRDF : il est donc profondément impopulaire et largement considéré comme illégitime. D’autre part, il n’y a plus à l’heure actuelle de leadership clair dans ce pays. Il n’y a donc plus aux yeux du Parti et de l’administration – qui sont deux appareils confondus -, la perception que quelqu’un est au poste de commande. Les gens sont là dans une position attentiste, de « wait and see ». Tant qu’ils n’auront pas le sentiment que quelqu’un tient la barre et que la barre commande le gouvernail, alors on restera dans une situation où « chacun fait ce qu’il veut », comme c’est actuellement le cas. Quand on discute avec une administration de district (wereda), comme je l’ai fait, les gens disent : « On ne reçoit plus aucune instruction. On ne donne plus aucune instruction. On ne prend plus aucune décision. On attend. On attend de voir ce qu’il va se passer au sommet. »

  • 6 Le 11ème Congrès d’EPRDF s’est tenu cette année à Hawassa dans la capitale de la région État du Sud (...)

7Et au sommet lui-même, c’est la paralysie, comme le prouve le dernier congrès de l’EPRDF6 qui a été incapable de se mettre d’accord sur une vision commune, sur un agenda ou un plan commun pour prendre deux décisions et deux seules : réélire Abiy Ahmed, - de toute façon, il ne pouvait pas en être autrement - et rétablir la loi et l’ordre. Mais selon quelles modalités ? Personne ne répond à cette question qui est pourtant une question fondamentale. Comment rétablir la loi et l’ordre ?

  • 7 De Waal, A., 2018, « The Future of Ethiopia: Developmental State or Political Marketplace ? », Worl (...)
  • 8 La démocratie révolutionnaire prônée par Meles Zenawi est un bricolage politique (« A democracy of (...)

8SP. Nous reviendrons ultérieurement sur cette question du retour à l’ordre. Mais auparavant, je voudrais insister un peu sur l’absence de consensus et les tensions à l’intérieur du Parti. Dans une série d’interviews donnés par l’ancien homme fort du régime, Meles Zenawi, à Alex de Waal7, Meles revient sur la notion de Democratic Developmental State et explique que le caractère démocratique de l’État développemental tient, en autres, à la pluralité des opinions qui s’expriment à l’intérieur de la coalition EPRDF8. Que dire de cela aujourd’hui ?

9RL : C’est un mythe. Les recherches que j’ai faites sur l’origine du TPLF, « Tigray People’s Liberation Front », montrent que le TPLF n’a jamais été un parti démocratique. Ça a toujours été un parti dans lequel le centralisme l’emportait, et de loin, sur la démocratie. A l’intérieur de l’EPRDF, il y avait le TPLF qui tenait le haut du pavé - le TPLF n’étant au bout de quelques années autre que Meles Zenawi. Les autres partis étaient purement et simplement des partis satellites. La position qu’ils prenaient était strictement encadrée par ce que le TPLF les autorisait à dire et à faire. Il n’y avait aucune autonomie des différentes composantes de l’EPRDF vis-vis du TPLF et c’est bien ça qui a radicalement changé. Donc le centralisme démocratique à l’intérieur de l’EPRDF n’a jamais eu de dimension démocratique jusqu’à la crise de ces dernières années.

10SP : C’était effectivement le cas durant la primature de Meles Zenawi de 1991 à 2012, mais aujourd’hui la libération de la parole politique et l’émergence d’une pluralité de courants, et pas uniquement au sein d’EPRDF, est-elle le signe d’une certaine démocratisation de la vie politique ?

  • 9 Oromo People Democratic Organisation (OPDO) récemment rebaptisé Oromo Democratic Party (ODP) dans l (...)

11RL : Il est évident que ce sont les différences de positions, d’opinions et d’ambitions au sein du sommet de l’EPRDF qui ont été le point de départ de la vague de libéralisation politique. C’est parce qu’au sommet de l’EPRDF, en particulier l’OPDO et l’ANDM9 ont pu prendre leur distance avec un TPLF qui s’était auto-affaibli qu’un débat s’est instauré au sein de l’EPRDF et que la vague de libéralisation politique a pu ensuite être mise en place, comme le demandaient des forces devenues dominantes au sein de l’EPRDF.

  • 10 Mouvements de protestations spontanées organisés par les jeunesses oromo et qui se reconnait dans l (...)
  • 11 Laquelle renforçait ainsi une opposition oromo plus structurée, plus ancienne et plus ou moins acti (...)
  • 12 Depuis 2014, avant même l’arrivée au pouvoir d’Abiy Ahmed, la contestation populaire prend des form (...)
  • 13 Voir Lefort R., Open Democracy, 12 avril 2018. Op. cit.
  • 14 Les initiatives personnelles peuvent en effet s’avérer risquées dans un système ou les ascensions, (...)

12La libéralisation résulte de fait de la conjonction de deux phénomènes : un mécontentement populaire qui était centré sur l’Oromiya [la région oromo], avec le mouvement des jeunes qeerroos10 et l’impossibilité pour l’EPRDF, à commencer par le TPLF, de prendre une position commune face à cette vague de contestation populaire11. Les divisons se sont alors renforcées au sein de l’EPRDF ; OPDO et ANDM, s’appuyant sur les mouvements de contestation populaire12 pour affirmer leur autonomie vis-à-vis du TPLF et se débarrasser de sa tutelle. C’est ainsi que l’on peut résumer le processus à l’œuvre 13. La libéralisation politique a donc commencé à la fois par le bas et par le sommet mais il ne s’est rien passé entre les deux. En effet, lorsque l’appareil intermédiaire a été pris en sandwich entre ce mouvement de contestation populaire et cette libéralisation au sommet, les représentants médians de l’État-Parti se sont trouvés livrés à eux-mêmes. Dotés d’une autonomie complète sans précédent dans un système hiérarchisé, ils n’ont alors rien fait. Ils attendent14.

13SP : L’on peut donc reconnaitre que ce mouvement de libéralisation n’est pas impulsé par Abiy, à la différence de ce qui se dit dans les médias sur le fait que son attitude tolérante et ouverte aurait libéré la parole publique.

  • 15 Au pouvoir depuis la mort de Meles Zenawi, de septembre 2012 à avril 2018, après avoir été son numé (...)

14RL : Le mouvement de libéralisation est un mouvement qui a été déclenché par le précédent premier ministre, Haïlé Mariam Dessalegn15, dont le cadre a été fixé par l’EPRDF lors de sa réunion de décembre 2017, et que Abiy a mis en œuvre avec une très grande rapidité. Abiy a donc été l’exécutant zélé, rapide et énergique d’un plan arrêté avant son arrivée au pouvoir.

15SP : Les conflits qui éclatent ici et là en région résultent ainsi d’une double dynamique - par le haut et par le bas - et celle du bas se nourrit tout de même de la crise socio-économique que traverse le pays.

  • 16 Lefort R., 2015, « Youth Male « Jobless » in a rural kebele of North Shoa », 19th International Con (...)

16RL : La crise économique, l’accroissement vertigineux des inégalités et un chômage considérable des jeunes sont manifestes. Dans l’enquête16 faite dans mon qebelé, il y a quatre ans de cela, il apparait que les ¾ des jeunes de 16 à 30 ans se considéraient comme « jobless » c’est-à-dire comme ayant des revenus trop insuffisants, trop aléatoires ou trop précaires pour permettre une visibilité suffisante afin de fonder une famille. De ce point de vue, l’on peut dire que ce facteur socio-économique a été le ressort du mécontentement populaire. Mais l’on doit reconnaitre aussi qu’il a été spontanément attribué à un déséquilibre ethnique. C’est parce qu’il existait une « domination tigréenne » que les jeunes ont estimé que cette casse économique et sociale avait lieu.

17D’aucuns pensent à l’inverse que c’est essentiellement du fait de cette domination ethnique, de ce biais dans le système fédéral que les gens se sont soulevés. Et lors des manifestations de rue, les manifestants criaient bien des slogans ethno-nationalistes ; principalement « Down Woyane » [A bas les hommes du TPLF, par extension les Tigréens], mais également « Oromiya is not for sell ». Dans quelle mesure la crise socio-économique dans un contexte de déséquilibre ethnique a-t-elle conduite à des revendications essentiellement ethniques ? Ou dans quelle mesure au contraire ce sont les problèmes ethniques qui ont conduit à ces revendications - les facteurs économiques étant secondaires ? Nous pourrions en discuter sans fin.

18SP : Sans vouloir rechercher ici un lien de causalité, il s’agissait surtout par cette question de mettre l’accent sur la mobilisation des jeunes, et des jeunes oromo en particulier, dans cette dynamique par le bas. Revenons maintenant aux mouvements qui se trament au sommet. Depuis plusieurs mois, les annonces se sont multipliées sur le retour d’opposants politiques, sur la tenue – plus ou moins secrète – de négociations avec l’opposition – et plus récemment, hier, une nouvelle présidente a été nommée. Tout cela promet-il un renouvellement du leadership politique qui ne serait pas un simple effet d’annonce ?

  • 17 Abdissa Zerai, 2018, “Striking a Grand Elite Bargain on the Terms of Our Coexistence: the Fierce Ur (...)

19RL : Le problème ne peut pas être limité au leadership politique, car en Éthiopie les positions politiques et économiques sont totalement liées. Il faut analyser cette situation sous l’angle d’un partage du pouvoir et des ressources. L’élite politique éthiopienne est une oligarchie, plus ou moins puissante selon l’ethnie à laquelle elle appartient. Aujourd’hui, ce qui est en jeu c’est la redistribution du pouvoir et des richesses entre les différentes élites ethniques. Les négociations se cantonnent en effet au sein des élites, dans un « Grand Elite Bargain »17. En témoignent les éléments suivants :

20Contrairement à ce qu’il se dit partout, personne ne se concentre sur les élections [législatives, prévues pour 2020]. Cela fait longtemps que l’on aurait pu fixer clairement un calendrier, des modalités de vote, en bref le cadre dans lequel les élections auront lieu. Or personne ne l’a fait, pas même durant le dernier congrès de l’EPRDF. Tout cela donne l’impression que cette élite veut trouver, en elle-même et pour elle-même, un arrangement de distribution des ressources politiques et économiques et que lorsque celui-ci sera obtenu, on mettra les électeurs devant le fait accompli en leur demandant seulement d’entériner ce choix.

21Le deuxième facteur de ce Grand Elite Bargain, c’est qu’il n’y a aucune tentative d’associer structurellement ou institutionnellement la population au processus de libéralisation. Le symptôme le plus frappant selon moi est le suivant. Je ne pense pas me tromper en disant qu’aucun dirigeant, ni Abiy ni aucun autre, n’a rencontré des représentants du monde paysan qui constitue pourtant 80 % de la population. Tout se passe comme si les élites considéraient qu’elles n’ont rien à attendre de lui, rien à apprendre de lui, comme si elles estimaient implicitement qu’il n’avait pas à entrer dans le champ décisionnel. On demeure donc dans une conception strictement élitiste du pouvoir - très marquée, comme en témoigne la remarque suivante. A propos de la composition du nouveau gouverment, l’on n’a communiqué que sur deux points : la moitié des membres sont des femmes, la moitié également détient un PhD [doctorat]. Il existe une ségrégation admise par tous, entre les diplômés, qui se considèrent et que l’on considère comme seuls légitimes et capables pour gouverner le pays, et ceux qui ne le sont pas (« uneducated »).

22SP : Toutefois le recours aux PhD est complexe. De récents scandales ont éclaté sur l’achat de PhD dans la fonction publique en Oromiya et cette filière de faux diplôme illustre combien l’obtention du titre résulte en fait d’un parcours politique construit marqué par divers arrangements. Il vient récompenser de bons militants, lesquels n’ont pas forcément la même origine sociale que les élites.

23RL : Qu’ils soient vrais ou faux - et qu’une grande partie soient des faux d’ailleurs – cela importe peu. Car la première chose que vont faire des gens qui souhaitent avoir une ascension politique c’est se procurer un PhD. Ce titre leur confère la légitimité de devenir des dirigeants.

24SP : Revenons maintenant sur les projets politiques visant au partage des ressources sur critères ethniques. Peut-on dire que l’avenir du fédéralisme se joue sur la manière de redistribuer les ressources économiques ?

25RL : Ce qui se joue c’est la redistribution du pouvoir et des ressources, les deux étant totalement confondus dans le système éthiopien. L’obtention de ressources résulte de la position que l’on occupe. L’accès à l’enrichissement vient – dans 9 cas sur 10 – d’une position dans le Parti ou dans l’administration. C’est par ce biais-là que l’on peut s’enrichir : mettre la main sur des terrains ; sur des emprunts ; gagner des appels d’offre. Dans la grande négociation qui se joue aujourd’hui chez les élites, l’on ne peut pas dissocier les postes et les ressources auxquelles ils donnent accès.

26SP : De ce point de vue justement, le précédent projet développemental avait pour projet de dégager des ressources, en développant le secteur industriel, en augmentant la productivité, etc. Est-ce le moment politique actuel laisse un peu de côté cette dimension productive ?

27RL : Pour le moment, cela passe au second plan. Les parcs industriels continuent de se développer. Mais l’industrialisation patine toujours puisque l’industrie manufacturière ne représente actuellement que 5% du PIB, un pourcentage inchangé depuis la fin du règne de Haïle Selassié. Ce qui est terriblement faible. Abiy a lancé différents comités chargés de trouver les moyens et les voies de relancer l’économie, particulièrement dans les domaines de substitution à l’économie agricole, mais pour le moment cela reste en chantier, sans direction claire - si ce n’est la privatisation partielle d’une partie des grandes entreprises publiques. Mais là encore, cela peut tout à fait se faire dans le cadre d’un système oligarchique, à l’instar de ce qui s’est pratiqué dans d’autres pays. Quelles seront les modalités exactes de ces privatisations partielles ? Tout cela est encore en discussion.

28Il existe tout de même un important débat politique, source de tension à l’intérieur d’EPRDF, et qui concerne la priorité qui doit être donnée aux différents secteurs de l’activité économique. Pour les uns, elle doit aller aux investissements étrangers avec les parcs industriels. Pour d’autres, elle doit soutenir les investissements locaux portés par des acteurs nationaux dans le cadre de petites et moyennes entreprises. L’argument principal en faveur de ce second choix étant que les parcs industriels créent des emplois qualifiés au prix de lourds investissements dont le nombre ne pourra jamais absorber les jeunes toujours plus nombreux arrivant sur le marché de l’emploi, à l’inverse de ce que pourrait faire un tissu très étendu de petites et moyennes entreprises. Pour le moment, les partisans des parcs industriels semblent l’emporter dans ce débat mais celui-ci se poursuit et demeure d’une extrême importance dans un pays où y aurait aujourd’hui 25 millions de personnes sur les bancs de l’école, tous niveaux confondus.

  • 18 Voir notamment R. Lefort, « The Ethiopian Economy : The Developmental State vs. the Free Market », (...)

29SP : L’on assiste donc à une profonde remise en cause d’un modèle plus keynésien qui était celui du Developmental State marqué par les projets de grande infrastructure publique18 ?

  • 19 Particulièrement l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis qui deviennent un important bailleur (...)

30RL : En effet, il n’y a plus d’argent. C’est aussi une dimension de la crise qui conduit à l’intervention des pays étrangers voisins19. L’on observe dans le budget de l’État un recul de l’investissement dans les infrastructures, que l’on n’a pas vu depuis la fin de la guerre avec l’Érythrée. Cette dimension politique s’accompagne donc également d’une libéralisation économique, dont les modalités ne sont pas encore fixées. Mais il est tout à fait évident que l’on va peu à peu favoriser le secteur privé au détriment du secteur public, et cela va poser comme problème à l’oligarchie de reconvertir ses positions dans l’appareil public vers des positions dans le secteur privé – à l’image de ce qui a été fait en Russie. Voilà ce qui se joue actuellement.

31SP : De même, se joue également le devenir territorial du pays avec toutes les demandes de modification des frontières entre régions, d’autonomie ou de sécession dont il est question aujourd’hui un peu partout. Que penser de la menace d’un éclatement territorial ?

32RL : Si je reviens sur les discours entendus en Éthiopie depuis les 15 dernières années, j’observe l’évolution suivante. Au début, les intellectuels éthiopiens analysaient la situation en termes de classes ; depuis une petite dizaine d’années, ils commençaient à discuter en se basant sur le fait que le paysage politique éthiopien serait structuré selon des lignes ethniques. Maintenant, à l’occasion de mon dernier séjour, j’ai entendu un discours que l’on ne m’avait jamais tenu jusqu’alors – et ce par des intellectuels appartenant à différents groupes ethniques : « Nos identités sont maintenant trop différentes pour que l’on ne fasse pas notre chemin par nous-mêmes et repliés sur nous-mêmes. » Pour la première fois, j’ai entendu des intellectuels dire : « Au mieux on peut vivre dans une confédération où chacun des États ethniques [Killil, État-région] serait un État quasi souverain, et le gouvernement fédéral extrêmement faible. ». Cette montée de ce que je qualifie d’ultra ethno-nationalisme est stupéfiante. Elle pose une question sur le type de fédération ou de confédération qui pourrait émerger mais surtout elle soulève un deuxième problème concernant l’héritage historique de frontières ethniques mal définies. Car cela implique qu’à peu près chaque État régional a aujourd’hui des conflits frontaliers avec les États régionaux voisins. Il n’existe pourtant actuellement aucune instance reconnue comme légitime par tous ces États régionaux pour traiter ces différends ; pas d’espèce de cours de justice supra nationale, de conseil constitutionnel, ou même de comité d’arbitrage au sein d’ERDF. Il existe de fait un vide institutionnel sur la manière de régler ces conflits. Ce rôle est censé revenir à la House of Federation, mais entièrement composée de membre de l’EPRDF ou de partis affiliés, elle n’a aucune légitimité.

  • 20 Voir Labzaé et Planel, 2018.
  • 21 Membre de la libération armée et compagnon d’arme de Meles Zenawi, Debretsion GuebreMichael, est pr (...)
  • 22 https://www.ethiopia-insight.com/2018/10/24/tplf-struggle-in-defense-of-revolutionary-democracy-and (...)

33Or pour prendre le cas que j’ai observé au Tigray et dans la région Amhara, on relève la montée d’un esprit belliqueux qui est extrêmement inquiétant relatif à deux territoires intégrés au Tigray après 1991 : Raya et Wolqayt 20. Samedi dernier, Debretsion21, le patron du TPLF, annonçait ainsi : « Nous sommes en guerre »22. Il n’a pas spécifié contre qui mais cela se devine aisément. Dans tous les cas, il a utilisé le terme ‘guerre’ et il existe effectivement une guerre verbale entre les autorités tigréennes et amharas aujourd’hui. Va-t-on en rester simplement au verbe, ou aller au-delà ? Au Tigray, quoiqu’il en soit, la conviction est très largement partagée qu’il existe un risque lourd que ces tensions frontalières, dans les régions Wolqayt et Raya, débouchent sur un affrontement armé. Les gens le disent. Dans une telle éventualité, on ne voit pas comment l’État fédéral pourrait intervenir efficacement.

34SP : S’il n’existe en effet pas de corps institué pour régler ce type de conflit, il existe tout de même une pratique qui veut que le premier ministre arbitre ces différends. Même si auparavant les litiges n’étaient pas tant frontaliers qu’à l’intérieur des frontières d’un même Killil et concernaient des questions de reconnaissance et promotion d’un groupe, l’arbitrage du premier ministre avait une légitimité qui a été perdue depuis Meles.

35Mais abordons maintenant la question militaire que vous avez évoquée. Je voudrais revenir sur les scenarii possibles présentés dans votre récent article, et dont le premier consiste en un retour répressif qui se fonderait sur une forte personnalisation du pouvoir- et que vous jugez, à raison me semble-t-il, peu probable. Mais en revanche, que pensez-vous d’un usage de la répression armée plus populiste qui se fonderait sur une forte légitimité populaire et répondrait ainsi à une attente du peuple dans un contexte où les tensions sont plus ou moins réprimées - selon des modalités plus ou moins visibles. Mais gronde dans la rue une attente de répression appelant le premier ministre et les forces de l’ordre, particulièrement fédérales, à rétablir le calme, dans la capitale comme ailleurs. Comment expliquer ainsi et pour le moment très présent, ce recours très modéré à la force ?

36RL : Je pense que cette demande de retour à l’ordre est assez paradoxale et contradictoire. D’un côté il y a une demande d’ordre et de l’autre côté existent des velléités expansionnistes ouvertement exprimées et souvent agressives, donc sources potentielles de heurts. En outre, je ne pense pas que l’intervention des forces de sécurité, armée fédérale ou commandos Agazi, suffirait à rétablir l’ordre. Pour la raison très simple que cela a été fait en région Oromiya pendant deux ans et que le problème n’a pas été résolu. Je pense, comme je l’ai écrit dans l’article dont nous parlons, que le rétablissement de l’ordre passe nécessairement par le rétablissement de l’autorité du mengist [du pouvoir] en partant du niveau le plus élémentaire, celui des qebelé via ses milices (d’une cinquantaine de membres en moyenne). En effet, la revendication d’ordre portée par la population est également une revendication contre l’insécurité montante de nature criminelle et non politique. Or au niveau local, comme je l’ai observé, le parti étant totalement paralysé, la milice est passive et il n’y a plus de maintien de l’ordre. Ma conviction est qu’il faut réinstaurer la loi et l’ordre en commençant par le bas, et rétablir pour ce faire la chaine de commandement entre le sommet et le bas. A cette fin, il faut qu’un véritable command post s’installe au sommet, soit une force en haut de l’EPRDF suffisamment cohérente, avec un programme clair, pour que l’ensemble de l’appareil partidaire et administratif réalise qu’il y a de nouveau une direction du pays. Aujourd’hui, les gens ont l’impression qu’il y a un chef tout là-haut qui attire tous les projecteurs, qui dit et fait des tas de choses mais qu’en dessous rien ne se passe. Et c’est ça, selon moi, qui fait qu’à la base, certains ont le sentiment que les actes délictueux sont permis et qu’ils peuvent se faire sans aucune difficulté. De fait, une réponse militaire ne fonctionnera que sous un commandement clairement défini.

37SP : Mobiliser les milices pour rétablir l’ordre était encore possible durant les émeutes de 2016-2017 lorsque les manifestants exprimaient un sentiment anti-gouvernemental. Aujourd’hui que les tensions ethniques sont très localisées, comment demander à des milices locales, elles-mêmes très ethnicisées, de participer à des opérations de maintien de l’ordre ?

38RL : Il y a deux types d’insécurité. La première relève du banditisme, de l’activité de voyous. C’est celle-ci qui frappe le plus grand nombre et touche la plus grande partie du pays. Ce problème-ci doit être réglé par les milices. La deuxième concerne les conflits interethniques dans lesquels les milices sont impliquées d’un côté ou de l’autre, et ces conflits effectivement ne peuvent être résolus, ou contenus, que par des forces fédérales. Il y a donc deux niveaux distincts d’intervention mais dans la grande majorité du pays, il n’y a pas de conflit inter-ethnique, simplement une montée de l’insécurité banale. Le reste relève des forces fédérales, ou de l’armée.

39SP : On a longtemps dit, vous le premier d’ailleurs, que ces forces militaires fédérales ou les polices locales étaient en nombre insuffisant pour pouvoir être déployées sur les différents fronts comme cela devrait être le cas aujourd’hui.

40RL : C’est un gros problème en effet qui explique que les conflits inter-ethniques surgissent, parce que les acteurs locaux estiment avoir une autonomie d’action totale. Ils pensent pouvoir agir au nom de leurs intérêts propres. Cela se comprend d’autant plus que la pyramide hiérarchique du Parti et de l’État s’est effondrée. Je pense que si on la rétablit, cette autonomie des différents acteurs locaux et leur degré d’investissement dans de tels conflits vont nécessairement diminuer.

41SP : Mais pourquoi ne pas penser que le rétablissement du Command Post ne s’accompagnera pas d’une reprise en main par les militaires ?

  • 23 L’anecdote fait référence au mouvement spontanée de quelques soldats réclamant – selon le Palais - (...)

42RL : Quand des soldats peuvent faire 20 à 25 km dans Addis-Abeba, arriver au palais sans que même le palais en soi informé, qu’ils peuvent convoquer le premier ministre et que ce dernier vient et négocie avec les mutins, alors il n’y a plus d’autorité de l’État23. Et pour n’importe quel fonctionnaire à n’importe quel niveau, il n’y a plus pouvoir : « Mengist yellem ! »

43La question fondamentale réside dans le fait de combler le vide de pouvoir qui existe actuellement dans le pays, en commençant par le sommet. Tant qu’au sommet il n’y aura pas un pouvoir – ni hégémonique ou dictatorial - mais suffisamment inclusif, et avec un programme clair, les gens auront le sentiment qu’ils ne sont pas dirigés.

44SP : Est-ce qu’on peut comprendre ce moment comme un changement politique, durant lequel Abiy et son équipe seraient en train de refonder l’autorité de l’État ?

45RL : Abiy s’est rendu compte que le roi est nu. Il a dit au dernier Congrès : « Dites-moi ce que je dois faire. ». Il se rend compte qu’il ne dispose pas d’une base de pouvoir structurée à la mesure de sa fonction. Il souhaite la construire mais pour cela il faut qu’il arrive à mettre d’accord différentes forces sur un plan d’action commun. Il existe, au fond, deux moyens de créer cette force majeure et inclusive : la première consiste à négocier des postes et des ressources en créant une alliance de personnalités totalement opportuniste, et la deuxième à se mettre d’accord sur un projet. Laquelle des deux solutions peut survenir, je ne le sais pas. Peut-être les deux ensembles.

Haut de page

Notes

1 Voir entre autres : Lefort, R., 2007, « Powers-menguist and peasants in rural Ethiopia : the May 2005 elections”, The Journal of Modern African Studies, vol.45, issue 02, p. 253-273; Lefort R., 2010, “Powers-mengist and peasants in rural Ethiopia: the post-2005 interlude”, Journal of Modern African Studies 48, n° 3, p. 435-460; Lefort R., « Armanya : l’oignon, le masho, la bonne, le « koulak » et le prolétaire », EchoGéo [En ligne], 31 | 2015, URL : http://echogeo.revues.org/14161

2 Littéralement, célébration de la croix, cette fête s’inscrit dans les fêtes de la nouvelle année de la fin du mois de septembre. Elle est communément organisée par les jeunes des environs qui collectent des fonds ou de la nourriture pour l’ensemble de la communauté.

3 Relais du pouvoir de l’État-Parti en milieu rural. Voir notamment Lefort R., 2012, “Free market economy, ‘Developmental State’ and party-state hegemony in Ethiopia: the case of ‘model farmers’ ”, Journal of Modern African Studies, 50, 4, p. 681-706.

4 Pour une chronologie de la période voir Labzaé M. et Planel S, 2018, « La République Fédérale Démocratique en marche : crise politique, état de grâce et avancée néolibérale en Éthiopie », Politique Africaine, n°150, juin 2018, pp. 135-152.

5 Lefort R., 2018, « Ethiopia: climbing Mount of Uncertainty », Open Democracy, 21 octobre 2018, https://www.opendemocracy.net/ren-lefort/ethiopia-climbing-mount-uncertainty

6 Le 11ème Congrès d’EPRDF s’est tenu cette année à Hawassa dans la capitale de la région État du Sud (Southern Nations and Nationalities People’s Region), du 3 au 5 octobre 2018.

7 De Waal, A., 2018, « The Future of Ethiopia: Developmental State or Political Marketplace ? », World Peace Foundation, https://sites.tufts.edu/reinventingpeace/files/2018/08/The-future-of-ethiopia-20180817.pdf

8 La démocratie révolutionnaire prônée par Meles Zenawi est un bricolage politique (« A democracy of real choices ») qui vise à éviter les écueils du patrimonialisme et l’impossibilité à opérer en Ethiopie, dans le cadre d’un Etat de droit. « If we allow unfettered political competition today, the rent-seekers will be able to offer far more to the voters than a developmental party can. ». De Waal A. (2018 :5)

9 Oromo People Democratic Organisation (OPDO) récemment rebaptisé Oromo Democratic Party (ODP) dans la perspective des élections électorales de 2020 et, le Amhara National Democratic Movement (ANDM), également renommé Amhara Democratic Party (ADP) constituent deux des quatre principaux partis de la coalition EPRDF, avec le Tigray People’s Liberation Front (TPLF) et le Southern Ethiopia People Democratic Movement (SEPDM).

10 Mouvements de protestations spontanées organisés par les jeunesses oromo et qui se reconnait dans la figure montante de l’opposition politique oromo, Jawar Mohamed, lequel ne se situe pas au sein de l’OPD et affirme un ethno-nationalisme très marqué. Voir Lefort R., « Twofolds crisis in Ethiopia : the elite and the street. », Open Democracy, 12 avril 2018, https://www.opendemocracy.net/ren-lefort/twofold-crisis-in-ethiopia-elites-and-street.

11 Laquelle renforçait ainsi une opposition oromo plus structurée, plus ancienne et plus ou moins active selon les périodes. Celle de l’OLF, Oromo Liberation Front, non rallié à l’EPRDF. Les liens entre les différents mouvements de contestations sont aujourd’hui assez volatiles.

12 Depuis 2014, avant même l’arrivée au pouvoir d’Abiy Ahmed, la contestation populaire prend des formes variées et s’organise plus ou moins dans les régions d’Éthiopie. Voir Labzaé et Planel, 2018, pour une chronologie plus détaillée.

13 Voir Lefort R., Open Democracy, 12 avril 2018. Op. cit.

14 Les initiatives personnelles peuvent en effet s’avérer risquées dans un système ou les ascensions, comme les relégations -voire les punitions- dans l’appareil de l’État-Parti sont strictement organisées par la capacité à obéir et à mettre en œuvre les objectifs venus d’en haut.

15 Au pouvoir depuis la mort de Meles Zenawi, de septembre 2012 à avril 2018, après avoir été son numéro 2 pendant des années.

16 Lefort R., 2015, « Youth Male « Jobless » in a rural kebele of North Shoa », 19th International Conference of Ethiopian Studies, Panel 6.01 State & Society, Warsaw, 24th-28th August 2015, communication orale.

17 Abdissa Zerai, 2018, “Striking a Grand Elite Bargain on the Terms of Our Coexistence: the Fierce Urgency of Now”, Horn Affairs, 12/06/18 https://hornaffairs.com/2018/06/12/grand-elite-bargain-the-fierce-urgency-of-now/

18 Voir notamment R. Lefort, « The Ethiopian Economy : The Developmental State vs. the Free Market », in G. Prunier and E. Ficquet (Eds), Understanding contemporary Ethiopia. Monarchy, Revolution and the Legacy of Meles Zenawi, Hurst, London, 2015, pp. 357-394

19 Particulièrement l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis qui deviennent un important bailleur pour le pays.

20 Voir Labzaé et Planel, 2018.

21 Membre de la libération armée et compagnon d’arme de Meles Zenawi, Debretsion GuebreMichael, est président du TPLF depuis novembre 2017 et le « patron » réel de la région Tigray bien que formellement son vice-président.

22 https://www.ethiopia-insight.com/2018/10/24/tplf-struggle-in-defense-of-revolutionary-democracy-and-federal-system-is-expected

23 L’anecdote fait référence au mouvement spontanée de quelques soldats réclamant – selon le Palais - une revalorisation de leur solde directement auprès du premier ministre, le 10 octobre 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sabine Planel et René Lefort, « Crise de l’État-Parti éthiopien : un entretien avec René Lefort », L’Espace Politique [En ligne], 35 | 2018-2, mis en ligne le 07 novembre 2018, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5323 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5323

Haut de page

Auteurs

Sabine Planel

Chargée de recherche IRD
IMAF, 8171
sabine.planel@ird.fr

Articles du même auteur

René Lefort

Journaliste et chercheur indépendant, spécialiste de la Corne de l’Afrique et de l’Éthiopie
rmlefort@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals