Navigation – Plan du site

Rapports à l’espace et formes d’engagement. Ancrage, attachement, territorialisation

Appel à contributions pour le n° 38 (2019-2) de la revue L’Espace Politique
Date limite de soumission des propositions : 1 juin 2019

Coordinateurs de ce numéro

Patrice Melé, CITERES, Université de Tours, CNRS, patrice.mele@univ-tours.fr

Catherine Neveu, IIAC, CNRS EHESS, catherine.neveu@ehess.fr

Argumentaire

L’objectif de ce numéro de l’Espace Politique est d’analyser la place qu’occupe la question des rapports à l’espace des individus et des groupes au sein des travaux sur les mobilisations locales, sur les conflits de proximité, sur les modalités d’engagement territorialisées.

A un premier niveau d’analyse, il est possible d’identifier la prégnance des références à « l’identité » de groupes qui seraient caractérisés par une certaine forme de localisation ou d’appropriation de lieux, d’espaces ou de territoires. Les notions d’appartenance, d’enracinement, d’ancrage, d’attachement cherchent à rendre compte des qualités de la relation des individus ou des groupes à des lieux et à des espaces. La recherche urbaine est ainsi marquée par les références aux rôles du « quartier » (Authier, Bacqué, Guérin-Pace, 2007) et par des débats sur le poids des « communautés locales ». Ces modalités de relations à l’espace sont considérées comme des supports de mobilisation (Sébastien, 2016) comme des ressources à la disposition des acteur.es - cf. la notion de capital d’autochtonie (Retière, 2003) - , comme des éléments explicatifs du déclenchement de conflits contre des projets affectant les usages ou les modalités d’appropriation d’un espace ou alors, dans d’autres cas, comme des refuges.

Certes les critiques portées sur le vocabulaire de l’enracinement, de l’identité ou de l’ancrage sont nombreuses (Debarbieux, 2014), certaines évoquent la notion plus processuelle d’identification à des groupes ou des espaces. Les recherches qui se focalisent sur les effets des conflits mettent en évidence ce qui est produit ou modifié dans le cadre des mobilisations et identifient de nouvelles formes de territorialisation (Melé, 2013). D’autres conceptions conduisent à penser les mobilisations et les engagements comme des réseaux multi-niveaux (Neveu, 2013) et les sous-espaces locaux comme des milieux, comme des contextes, permettant d’amplifier, de relayer, de relocaliser une cause (Chateauraynaud, 2011). D’autres encore problématisent la diversité des configurations entre formes d’attachement et formes d’engagement (Sencébé, 2004). Mais tout semble se passer comme si une grande partie des études sur des formes locales de mobilisation ou d’engagement tendait à présupposer ou à identifier l’existence de groupes localisés ou territorialisés constitués en acteur collectif ou à considérer les conflits locaux comme des traductions protestataires des attachements aux lieux (Dechezelles, Olive, 2016).

Paradoxalement, alors que les nombreuses études de cas montrent que c’est souvent face à une menace que des groupes se constituent sur une base locale pour protéger leur espace de vie et mettent en place des stratégies d’appropriation et de valorisation, peu de travaux remettent en cause la croyance à l’existence d’un lien de causalité entre territorialisation des expériences spatiales et mobilisations. Malgré de nombreuses enquêtes sur les pratiques urbaines qui concluent à la construction d’une expérience urbaine en réseau ou qui s’intéressent aux dimensions spatiales des mobilisations (Ripoll et Tissot, 2010), peu de chercheur.e.s effectuent un lien entre ce type de pratiques et les formes d’engagement – en particulier pour les milieux populaires - à l’exception notable de recherches traitant de l’expérience des migrant.e.s dans les métropoles (Boudreau, Boucher, Liguori, 2009) ou de l’analyse de modalités d’engagement transnationales

Instructions aux auteurs

Les articles proposés (40 000 à 60 000 caractères) doivent être envoyés avant le 1er juin 2019. Afin que le processus d'évaluation par les pairs soit organisé correctement, veuillez informer dès que possible les responsables du numéro spécial de votre intention de soumettre une communication, en leur envoyant un titre provisoire et un bref résumé.

Merci de respecter les consignes de la revue [En ligne : http://espacepolitique.revues.org/1302] et d'envoyer également une version entièrement anonyme de votre article (références aux publications précédentes, cartes, .....).

Contacts des coordinateurs du numéro : patrice.mele@univ-tours.fr, catherine.neveu@ehess.fr

  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals