Navigation – Plan du site
Varia 2018

L’Inde en Afrique ou l’impossible rattrapage vis-à-vis de la Chine

India in Africa or the impossible catching up towards China
Xavier Aurégan

Résumés

Depuis la Conférence de Bandung en 1955, une constante caractérise les gouvernements indiens et chinois : ils ont tous deux l’ambition de (re)devenir un acteur incontournable des relations internationales. Pour ce faire, l’Afrique est vue comme l’un des moyens pour accéder au statut de puissance internationale. Afin de comparer les actuelles présences chinoises et indiennes en Afrique, cet article se base sur des études de terrain et des recherches précédentes menées en Afrique de l’Ouest (relations sino-africaines), ainsi que des sources primaires comme secondaires (relations sino-africaines et indo-africaines). Sur le continent africain, le supposé retard indien vis-à-vis de la dynamique relation sino-africaine est appréhendé en termes économiques (investissements), commerciaux et culturels (leadership, diaspora, centres culturels ou accueil d’étudiants africains), puis politiques (aide au développement et coopération, réseaux d’ambassades, relations respectives) et institutionnels (forums de coopération). Ces facteurs peuvent permettre d’établir la potentielle marginalisation de l’Inde qui aurait ainsi laissé s’échapper Pékin dans cette « course à l’Afrique ». Dans ce lacis complexe de la mondialisation, la concurrence frontale étant peu viable, les autorités indiennes disposent néanmoins d’atouts qui seraient de nature à développer et pérenniser une politique africaine de l’Inde.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis les années 1950, une constante caractérise les gouvernements indiens et chinois : ils ont tous deux l’ambition de (re)devenir un acteur prépondérant des relations internationales. Dans les discours officiels respectifs, les politiques extérieures chinoise (Bergère, 2013 ; Cabestan, 2010 ; Huchet, 2006) et indienne (Malone, 2012 ; Mohan, 2004 ; Nayar, 2010) trouvent non pas leur origine, mais leur affirmation sur la scène internationale lors de la Conférence afro-asiatique de Bandung en 1955 (Vaïsse, 2004 ; Wilson, 1967a et 1967b ; Wright, 1995). Cette réunion est l’occasion de constater les divergences, si ce n’est les antagonismes sino-indiens quant à la politique à mener envers les pays en voie de développement représentés ou non en Indonésie en 1955. Malgré la médiatisation faite de la conférence, un point commun – et d’achoppement également – réside dans les capacités chinoise et indienne à mobiliser, à soutenir et à accompagner les territoires et leaders politiques africains sous domination coloniale avant les années 1960, puis devenus indépendants par la suite. Dans ce cadre, l’Afrique fait figure de levier géopolitique pour accéder au statut de puissance internationale.

2Après Bandung, les relations sino-indiennes ne cessent de se détériorer jusqu’aux conflits territoriaux de 1962. L’année suivante incarne une véritable rupture dans la politique supposément multilatérale et tiers-mondiste que les gouvernements chinois, indien ou soviétique ont tenté de mettre en œuvre. Le « paradigme de Moshi », du nom de la ville tanzanienne où se déroule, en 1963, la troisième conférence des pays non-alignés, met effectivement en exergue l’opposition sino-indo-soviétique inhérente à la politique qu’il convenait de tenir vis-à-vis des pays du tiers-monde (Aurégan, 2016-b). Menée par le ministre des Affaires étrangères Zhou Enlaï entre décembre 1963 et janvier 1964, la première tournée chinoise en Afrique pose alors à Accra et Bamako les bases de la « coopération » sino-africaine. L’Inde lui emboîte le pas dès 1964 en développant à son tour une politique bilatérale incarnée par son programme de coopération économique et technique (The Indian Technical and Economic Cooperation, ITEC).

3Entre 1955 et 1963, ce premier temps de l’Inde en Afrique représente donc la rivalité asiatique en vue du leadership dans le mouvement des pays non-alignés (Köchler, 1982). Les décennies suivantes vont confirmer l’indigénisation des politiques africaines de New Delhi et de Pékin d’une part, et les replis nationalistes des deux puissances démographiques d’Asie d’autre part, légitimement astreintes à la lutte contre la pauvreté, leurs développements et aux réformes attenantes (Bardhan, 1999 ; Brandt et Rawski, 2008 ; Giblin et Lacoste, 2013 ; Landy, 2001 ; Rao, 2005).

4La décennie 1990 est le prélude à la réémergence de la Chine et de l’Inde. À travers des temporalités et des contextes différents, toutes deux impulsent les réformes libérales qui permettent leur internationalisation. La Chine, plus précoce et bénéficiant d’un système centralisé et autoritaire, plus encline à soutenir militairement, économiquement et financièrement ses « partenaires » africains qui alternent entre Taipei et Pékin, est la première à se doter des moyens nécessaires à sa projection à l’international, et en Afrique en particulier. Intimement liée à la sécurisation de son accès au pétrole à partir de 1993, l’intervention chinoise en Afrique est synthétisée dans les Plans d’action des Forums de coopération Chine-Afrique (FOCAC), dont le premier a été organisé en 2000 (Aurégan, 2015). Pour l’Inde, l’institutionnalisation de sa politique africaine n’intervient qu’en 2008. Dans leurs relations à l’Afrique, les deux États asiatiques disposent donc désormais d’instruments respectifs à même de canaliser relations, flux et politiques (Boillot et Dembinski, 2013 ; Chaponnière, Perreau et Plane, 2013 ; Cheru et Obi, 2010 ; Goldstein, Pinaud, Reisen et Chen, 2006 ; Hawley, 2008 ; Hochraich, 2007 ; Hugon, 2010, 2011 et 2012 ; Jaffrelot, 2014 ; Mawdsley et McCann, 2011 ; Véron, 2013).

5Cette petite décennie de décalage entre FOCAC et India-Africa Summit Forum (IAFS) symbolise le retard pris par New Delhi. Pour appréhender ce dernier, la première partie aborde certains facteurs économiques et commerciaux (échanges et investissements) puis culturels (leadership, diaspora, centres culturels ou accueil d’étudiants africains). La seconde partie évalue les cadres institutionnels (forums de coopération) et politiques (aide au développement et coopération, réseaux d’ambassades, relations respectives) qui concourent à l’expliciter. Alors qu’il semble rédhibitoire et invariablement comparé à l’avance chinoise, ce retard indien en Afrique incarne au moins partiellement le rapport de force entre ces deux puissances asiatiques qui sont amenées à retrouver une place plus conforme à leurs poids politiques, démographiques et économiques durant ce XXIe siècle.

L’Inde en Afrique : des retards économiques, commerciaux et culturels à l’égard de la Chine

6Deux premiers ensembles de facteurs peuvent résumer ce retard indien pris en Afrique envers la Chine : économique et commercial d’une part, ainsi que culturel d’autre part.

L’Inde en Afrique : un retard économique et commercial sur la Chine

7La progression spectaculaire (Figure 1) des flux commerciaux indo-africains, passés de 3 milliards de dollars en 1995, à 42 milliards en 2008 et finalement 49 milliards en 2016 (CNUCED, 2017), l’est peut-être davantage en tenant compte de la place de l’Inde parmi les principaux partenaires du continent sur la période 1995-2016. Elle est effectivement passée du neuvième au troisième rang, mais reste seulement le septième partenaire commercial de l’Afrique sur la période cumulée. En cela, la trajectoire indienne est comparable à la chinoise, qui se veut extraordinaire. Dixième partenaire commercial de l’Afrique en 1995, la Chine est devenue le premier en 2009 à la faveur de la crise économique et financière. Les chiffres sont éloquents : de 2,5 milliards échangés en 1995, les flux cumulés ont atteint 221 milliards en 2014, puis 148 milliards en 2016. Cette baisse des échanges sino-africains, également visible chez les autres clients du continent, est liée à la chute prolongée des cours du baril de pétrole et des matières premières à partir de 2013. Entre 1995 et 2016, la Chine reste toutefois le premier partenaire commercial de l’Afrique, devant les États-Unis et la France. Si les flux sino-africains et indo-africains deviennent ainsi supérieurs à ceux des puissances dites traditionnelles, l’Afrique revêt une importance différente pour les deux États asiatiques.

Figure 1 - Le commerce entre l’Afrique et ses cinq principaux partenaires (1995-2016)

Figure 1 - Le commerce entre l’Afrique et ses cinq principaux partenaires (1995-2016)

Source : CNUCED, 2017

  • 1 Articles manufacturés (CTCI 5 à 8 moins 667 et 68) selon la CNUCED

8Sur la période 1995-2016 proposée par la base de données de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED, 2017), le continent africain représente 8,4 % du commerce extérieur indien contre seulement 4,5 % du chinois. Ces pourcentages expriment, en filigrane, la plus faible internationalisation de l’Inde et une certaine dépendance commerciale de cette dernière relativement à l'Afrique. Pourtant, les structures respectives des échanges commerciaux sont similaires. Entre 1995 et 2016, l’Inde a importé à 65 % des produits pétroliers, à 10 % de l’or, ou des fruits pour 3 %. Pour la Chine, le pétrole représente 56 % des importations, les minerais et métaux 22 %, et les articles manufacturés, dont le ciment, 10 %. Les matières premières africaines peu ou non transformées forment ainsi la majeure partie des importations, qu’elles soient chinoises ou indiennes. À l’inverse, l’Inde exporte du pétrole raffiné (22,6 %), des médicaments (génériques, 9,3 %), des véhicules (dont ceux de Tata Motors, 9 %), ou encore du riz à 5 % (CNUCED, 2017). L’Inde et la Chine transforment par conséquent une partie des matières premières africaines pour les revendre ensuite in situ. Néanmoins, la structure des exportations chinoises est plus déséquilibrée : 94 % de ces dernières sont des produits semi-finis ou finis1. De fait, les exportations chinoises semblent moins diversifiées, mais encore faut-il prendre en compte l’extrême hétérogénéité des articles manufacturés chinois que l’on retrouve sur l’ensemble des territoires ruraux et urbains du continent africain (Aurégan, 2016-a ; Marfaing, 2015 ; Yue, 2011).

  • 2 Nigeria (27,9 %), Afrique du Sud (15,8 %), Angola (8 %), Égypte (7,5 %), Kenya et Tanzanie (4,8 et (...)
  • 3 Afrique du Sud (24,4 %), Angola (16,7 %) et le Nigeria (8 %), Égypte (6 %), Algérie et Soudan – du (...)

9En Afrique, les partenaires commerciaux prédominants de l’Inde, comme de la Chine ou des puissances occidentales du reste, sont les principales économies africaines : entre 1995 et 2016, près des trois quarts des échanges indo-africains sont monopolisés par six pays2 et huit pour les sino-africains3 (CNUCED, 2017). Il faut y voir un profond déséquilibre et une multipolarisation commerciale induite par le poids des pays exportateurs de matières premières – et d’Afrique de l’Est pour l’Inde. De fait, cette inégale répartition géographique des flux marginalise plus d’une quarantaine d’États africains et se retrouve nécessairement dans les balances commerciales : elles sont défavorables à la majorité d’entre eux ainsi qu’aux deux États asiatiques, mais favorables aux pays africains exportateurs de pétrole. Sur cette période 1995-2016, l’Inde accuse un déficit de 122 milliards de dollars contre seulement 12 milliards pour la Chine. Cet écart s’explique par les années 2015 et 2016, lorsque la Chine a davantage exporté qu’importé d’Afrique. Pour ces deux années, la balance commerciale déficitaire africaine à l’endroit de la Chine représente 73 milliards de dollars ; cette somme est comparable à ce que l’ensemble des États africains, par le biais d’exportations en Chine de produits primaires, a généré entre 1995 et 2014 (85 milliards de dollars). Par conséquent, deux années ont suffi à Pékin pour combler un déficit commercial historique vis-à-vis du continent africain.

10À l’image des flux de marchandises, les limites du partenariat indo-africain s’expriment également dans le nombre de secteurs économiques priorisés par les entreprises indiennes. Ces derniers sont plus restreints que le concurrent chinois, soit l’industrie pharmaceutique, les services, les technologies de l’information et de la communication (TICs), l’exploitation minière et pétrolière, les infrastructures et l’agriculture. À l’avenant, les principaux groupes indiens (Huchet et Ruet, 2008 ; Huchet, Ruet et Richet, 2015) présents en Afrique sont circonscrits, soit : KET International et Jyoti Structures pour les infrastructures, Tata pour les véhicules, ONGC, ArcelorMittal ou Vedanta Resources pour les matières premières, et Bharti Airtel dans les télécommunications. Pourtant, entre 2008 et 2016 (Chakrabarty, 2018), 597 entreprises indiennes auraient investi en Afrique, mais le cumul des 11 plus importantes atteint 53 % du total des investissements directs à l’étranger (IDE). Avec 2,6 milliards de dollars, l’IDE le plus conséquent fut réalisé par le groupe public ONGC Videsh Limited au Mozambique, en 2014, dans la zone 1 du gisement de gaz Rovuma ; il représente près de 99 % des IDE indiens dans ce pays d’Afrique australe (Ibid.).

11Par suite, ces chiffres peuvent résumer cette faible présence économique indienne en Afrique : alors que les IDE chinois en Afrique étaient de 2,3 milliards en 2016 (Pairault, 2017), les IDE indiens sortants en Afrique étaient de 5,2 milliards de dollars la même année (Reserve Bank of India, 2018). En 2016 toujours, les flux entrants – africains en Inde – étaient quant à eux de 15,7 milliards (Ibid.). En théorie, les flux d’IDE entre Inde et Afrique cumulent ainsi 20,9 milliards de dollars en 2016. Néanmoins, notre calcul est influencé par trois difficultés. Premièrement, les bulletins du gouvernement indien sont mensuels. Deuxièmement, seuls les IDE sortants (Outflows) y sont correctement répertoriés ; les IDE entrants (Inflows) sont indiqués pour les seules années glissantes (avril 2016-mars 2017). De plus, contrairement aux documents des IDE sortants, les entrants ne prennent en compte que les capitaux propres (Equity) et tous les pays n’y sont pas enregistrés. De ce fait, si les IDE sortants forment bien 5,2 milliards de dollars en 2016, les entrants ne concernent que l’île Maurice pour l’Afrique, ne correspondent pas aux mêmes mensualités que les IDE sortants d’Inde et peuvent potentiellement être supérieurs à 15,7 milliards en intégrant les capitaux à court et long-termes. La troisième difficulté est liée au paradis fiscal qu’est Maurice.

12L’idée selon laquelle l’Inde investirait plus que la Chine en Afrique doit être fortement relativisée puisqu’en 2016, 95 % des flux d’IDE indiens vers l’Afrique transitent par Maurice, qui a signé une convention permettant d’éviter la double imposition (Ndiaye, 2016). Sur la période avril 2016-mars 2017, les IDE entrants via Maurice forment quant à eux 33 % du total. Les données de la CNUCED, qui s’achèvent en 2012, corroborent cette grille de lecture (CNUCED, 2018). Le stock d’IDE indiens en Afrique en 2012 est toujours accaparé par Maurice (93,1 %), qui représente alors 15,4 % du stock mondial pour New Delhi. Identiquement, le stock d’IDE africains en Inde est presque totalement absorbé par Maurice (99,9 %), qui cumule cette fois 26,5 % du stock total. La même année, ce territoire à fiscalité réduite est marginalement utilisé par la Chine (3,2 % du stock d’IDE chinois en Afrique ; 0,1 % du total), mais exclusivement par les pays africains investissant sur le territoire chinois, soit 100 %. En revanche, Maurice ne représente que 0,8 % du stock d’IDE entrant en Chine en 2012. Dans ce cadre, il n’est pas exclu qu’une partie des flux transitant par Maurice n’ait pas exactement pour destination l’Inde ou l’Afrique dans un cas, ou la Chine dans le second. Cet investissement circulaire ou round-tripping est également usité en Chine (dématérialisation des actifs publics et rôle clé de Hong-Kong), mais il prend une toute autre dimension dans le cas indien : en évinçant Maurice des flux d’IDE indiens sortant en 2016, ces derniers ne cumulent plus 5,2 milliards, mais 249 millions de dollars. Ainsi, la Tunisie, qui représente 33 % du total de 2016, soit la principale destination des flux de cette année, n’a finalement fait l’objet que de quatre IDE indiens : en janvier, avec 82,2 millions de dollars (deux IDE dans l’industrie manufacturière), et marginalement en octobre avec 70 000 dollars (deux également dans l’hôtellerie et la restauration).

13Par ailleurs, il existe une différence notable entre les cas indien et chinois en termes d’IDE. L’Afrique représente 16 % du stock des IDE indiens dans le monde, lorsqu’ils ne forment que 0,0004 % du chinois. Les flux modifient la lecture pour la Chine puisque ses IDE en Afrique composent 4,3 % du total sur la période 2003-2012 (CNUCED, 2018). Compte tenu de ces chiffres, la participation indienne au développement économique des territoires africains peut sembler dérisoire. C’est sans compter sur les prestations de services réalisées par les entreprises chinoises sur le continent : elles s’élèvent, pour 2016, à 49 milliards de dollars (Pairault, 2018). Comme l’indique la Banque mondiale, les données sur les prestations de services indiennes en Afrique ne sont pas disponibles (WTO-CII, 2013), mais tout porte à croire qu’elles sont infiniment plus faibles que les chinoises. Accusant, en Afrique, un retard économique et commercial global sur la Chine, l’Inde ne semble pas pouvoir rivaliser non plus sur le plan culturel.

L’Inde en Afrique : un retard culturel sur la Chine

14Si l’Inde possède des avantages comparatifs culturels potentiels à travers la pratique du yoga, du bouddhisme, de la littérature ou de son cinéma Bollywood, et plus avérés dans l’agriculture et la santé, la Chine n’est pas en reste et pouvait compter, hier, sur le Petit Livre rouge de Mao, et aujourd’hui sur son rattrapage économique accéléré désormais symbolisé par le « rêve chinois » et les nouvelles routes de la soie (One Belt One Road, devenues Belt and Road Initiative) du Président Xi Jinping. En s’étant tardivement ouverts au capitalisme et mettant en avant le fait d’avoir été colonisés par des puissances occidentales, les deux pays asiatiques peuvent se prévaloir d’incarner une certaine alternative à ces dernières, mais la Chine semble avoir une longueur d’avance dans les représentations africaines et internationales. Le premier des quatre facteurs culturels présentement développés est conséquemment lié au modèle de développement chinois (Liu, 2008 ; Li, 2009 ; He, 2010 ; Luo et Zhang, 2009) que d’aucuns nomment Consensus de Pékin (Ramo, 2004) et qui s’applique expressément au continent africain (Bassan, 2014 ; Bassan et Gabas, 2017 ; Lincot et Courmont, 2013). En témoigne le taux d’approbation global du leadership de la Chine en Afrique qui concurrence celui des États-Unis, avec 50 % d’opinions positives contre 51 % dans les 38 États africains couverts par l’entreprise de sondage Gallup en 2017 (Gallup, 2018). Le fait que l’Inde ne fasse pas l’objet de sondages est révélateur en soi.

15Corrélatif, le deuxième facteur concerne l’attrait réel ou supposé de ces deux pays qui accueillent de plus en plus d’étudiants : 50 000 ont choisi la Chine en 2015 (50 000 entrées4), deuxième pays récepteur derrière la France (98 000), mais devant les États-Unis (41 000), le Royaume-Uni (35 000) et l’Inde, qui n’en a accueilli que 10 684 (UNESCO, 2018). Entre Chine et Inde, deux autres comparaisons sont envisageables. Elles concernent les diasporas et les centres culturels respectifs en Afrique.

16Selon le ministère des Affaires étrangères indien5, 2,8 millions d’Indiens d’outre-mer sont répartis dans les 54 États africains. L’Inde différenciant à raison les « Indiens non-résidents » (8 % du total) des « personnes d’origine indienne », les 92 % restants ne possèdent donc plus la nationalité indienne. Moins réputée que la Chine pour mobiliser sa diaspora, l’Inde en aurait-elle les moyens compte tenu du fait que ces personnes d’origine indienne sont parfois établies depuis plusieurs générations en Afrique de l’Est, en Afrique australe ou à Madagascar ? Fréquemment associés à des formes de communautarisme et à des rivalités locales, les Karana (Fournet-Guérin, 2009 : 554) de Madagascar sont accusés de provoquer des conflits avec les populations autochtones. Le cas de magasins « indiens » pillés, voire incendiés (Blanchy, 1995), est symptomatique de ce communautarisme qui peut prendre des proportions racistes en Inde, où deux étudiants africains sont décédés ces dernières années ; de fait, ces faits divers xénophobes attentent à l’image de l’Inde en Afrique. Si les communautés chinoises6 sont elles aussi associées à des modes de vie communautaristes en Afrique (Aurégan, 2016-a) et critiquées pour leur faible intégration socio-économique (Aurégan, 2013 ; Mohan et Tan-Mullins, 2009), la relative récence des migrations explique éventuellement l’image plutôt positive des ressortissants chinois en Afrique. Plus certainement, l’agrégation du rôle, des moyens et des réalisations de l’État chinois et de ses entreprises publiques semble jusqu’à présent générer des perceptions bienveillantes chez les populations africaines. C’est du moins à cette conclusion que nous aboutissons à l’issue de plusieurs études de terrain en Afrique de l’Ouest ; conclusion qui semble être étayée par les sondages, bien que contestables, d’instituts tels que Gallup et Pew Research Center (Gallup 2018 ; Pew Research Center, 2018).

17Le dernier facteur culturel présenté et pouvant amener à une comparaison entre Chine et Inde est lié aux centres culturels (Carte 1). Le « retard » indien en la matière est patent, New Delhi ayant installé 35 centres au total dans le monde, mais seulement cinq en Afrique, dont deux en Afrique du Sud. Pour la Chine, fin 2018, ce sont 54 Instituts et classes Confucius en Afrique pour un total de 525 répartis à travers le monde. Tel que défini par Joseph Nye, le Soft Power représente la capacité d’un État à « former les préférences des autres » via l’attrait de ses valeurs, de sa culture et de ses politiques (Nye, 2004). Ainsi, il se veut consubstantiel à l’affirmation de l’État sur la scène internationale. Partant, cette diplomatie publique et la diffusion de normes, ici chinoises (Bénazéraf, 2014 ; Courmont, 2009), participent à l’influence de la puissance – économique – mondiale qu’est la Chine, et qui, par conséquent, s’opère également à travers la projection de son cadre normatif dit de « coopération Sud-Sud ». Les Instituts Confucius forment un des leviers actionnés par Pékin afin d’attirer les populations africaines désireuses de se former ou d’appréhender la culture chinoise. Adossés aux médias (CCTV, Radio Chine internationale, Xinhua), ils sont en définitive intégrés dans la vaste stratégie politique de la Chine qui est ici spécifiquement orientée vers le continent africain.

18Pour l’Inde, comparativement aux présences chinoises en Afrique, ces retards économiques, commerciaux et culturels se doublent donc d’une carence globale en termes de capacité de projection politique sur le continent.

L’Inde en Afrique : des retards politiques et institutionnels à l’égard de la Chine

19Deux cadres peuvent résumer ce retard politique indien vis-à-vis de la Chine : l’institutionnel et normatif, exprimé par les sommets Chine-Afrique et Inde-Afrique d’une part, et plusieurs autres facteurs (géo)politiques d’autre part.

Regards croisés entre le FOCAC chinois et l’IAFS indien

20Les tropismes africains de Pékin et New Delhi peuvent être interprétés via un double jeu qu’ils exercent tous deux, puisque d’un côté les deux pays se présentent comme des acteurs du « Sud » – nouant relations avec d’autres pays du Sud –, mais de l’autre, les modalités d’intervention (commerce, IDE, prestations de services, aide liée et relations, plus généralement) sont asymétriques et évoquent en partie ce que ces pays asiatiques dénoncent en tant que relations inégales entre pays du Nord et du Sud. L’instrumentalisation de ce double jeu les sert davantage qu’il ne les dessert politiquement, économiquement et d’un point de vue commercial, mais les conséquences, pour les parties africaines, sont néfastes : prorogation de dépendances, de l’extraversion rentière (Magrin, 2013) et nouvel endettement. Cette rhétorique est particulièrement présente lors des Forums de coopération Chine-Afrique (FOCAC) et Forums Inde-Afrique (IAFS) : soit deux rencontres institutionnelles dupliquées sur les Sommets France-Afrique et Japon-Afrique, développés par ces pays asiatiques pour incarner leur leadership et finalement optimiser leurs « coopérations » respectives avec l’Afrique.

  • 7 À New Delhi, l’Inde a invité les chefs d'État et de gouvernement suivants : Afrique du Sud, Algérie (...)
  • 8 Les sept coopérations sont les suivantes : politique ; scientifique, technologique, en termes de re (...)

21En 2008, l’Inde organise avec huit années de retard sur la Chine son premier IAFS. À l’issue de ce rassemblement, quatorze États africains7 adoptent le premier « Cadre de coopération entre l’Afrique et l’Inde » qui comprend sept domaines de coopération (Embassy of India in Addis Ababa, 2008)8 qui, eux-mêmes, se déclinent parfois en sous-domaines (paix et sécurité, et bonne gouvernance et société civile pour le domaine « coopération politique »). Si les domaines sont peu ou prou identiques aux coopérations sino-africaines (MFAPRC, 2015 et 2018a), ils ne peuvent occulter les faibles relations globales de l’Inde avec le continent. Celles-ci se limitent par ailleurs aux États de la façade Est (Kenya et Tanzanie) et à l’Afrique australe (Afrique du Sud et Madagascar), soient les territoires accueillant la diaspora indienne. Le deuxième IAFS de 2011 (MEA, 2011), qui s’est déroulé à Addis-Abeba en Éthiopie comme le deuxième FOCAC de 2003, poursuit les coopérations engagées en 2008 en intégrant la santé, la culture et le sport dans les domaines de coopération qui passent ainsi à huit. De retour à New Delhi, le troisième IAFS (MEA, 2015) se veut plus concret et plus descriptif quant à la mise en place de la coopération indo-africaine. Cette fois, 41 chefs d’États africains sont présents ou représentés, soit le même nombre que le premier Forum de coopération Chine-Afrique (FOCAC) de 2000, organisé quinze ans plus tôt (Aurégan, 2015). Si les deux premiers sommets indiens avaient envisagé, comme Pékin, d’élaborer un suivi trisannuel des relations, l’Inde n’est pas parvenue à respecter cet agenda après celui de 2011. De telle sorte que le Premier ministre Modi a prévu d’organiser le quatrième IAFS en 2020.

  • 9 Notre calcul se base sur les documents épurés (sans page de présentation, pagination et sommaires).

22Comparables dans leur format, les deux sommets et leurs documents de travail – en anglais – diffèrent amplement sur la forme et le fond. Sur la forme, le « Cadre » du sommet Inde-Afrique de 2015 totalise 11 pages, 3 555 mots et 25 054 caractères espaces compris. Le plan d’action du FOCAC de 2018 est quant à lui plus dense : 10 847 mots et 76 937 caractères espaces compris sur 17 pages9. Sur le fond, l’Inde entend développer dix domaines de coopération d’ici 2020 : économique ; commercial et industriel ; agricole ; dans les énergies renouvelables ; dans l’économie bleue ; infrastructurel ; dans l’éducation et le développement des compétences ; dans la santé ; la paix et la sécurité ; et dans d’autres formes de coopération, y compris régionale. Pour la Chine, en 2018, seuls six domaines de coopération sont nommés : politique ; économique ; pour le développement social ; culturel ; en matière de paix et de sécurité ; et international. En revanche, le domaine « coopération dans les infrastructures » indien est résumé dans un seul petit paragraphe de 30 mots lorsque le gouvernement chinois développe ce sous-domaine de la « coopération économique » dans huit paragraphes contenant 635 mots.

23Par ailleurs, suivant la Chine qui, depuis 2006, chiffre sa coopération et depuis 2018 ses lignes de crédit accordées à l’Afrique, l’Inde a également énuméré les points forts de sa diplomatie économique. Entre 2015 et 2020, l’Inde a ainsi prévu 50 000 bourses, des prêts assurés par la banque publique d’import-export (Exim Bank of India) pour un montant de 10 milliards de dollars, 600 millions de dollars pour des initiatives communes – à définir –, 100 millions de dollars pour le Fonds de développement Inde-Afrique, et 10 millions de dollars pour le Fonds de la santé – l’un des principaux domaines de coopération. Sur cinq années, l’Inde pourrait ainsi mobiliser 10,710 milliards de dollars. Ces sommes et projets peuvent être comparés à la Chine pour la période 2018-2021 : au moins 100 000 bourses et formations en Chine en plus de multiples dispositifs de formation en Afrique, au moins 10 milliards de dollars d’investissements réalisés par des entreprises chinoises, la poursuite du tarif douanier zéro pour 97 % des catégories de produits exportés vers la Chine en provenance des pays africains les moins avancés (PMA), un fonds spécial de 5 milliards de dollars pour faciliter les exportations africaines, le renforcement de 50 projets d'aide médico-sanitaires, etc.

24Au total, les FOCAC de 2015 et 2018 ont chacun cumulé 60 milliards de dollars, mais cette somme n’est pas répartie à l’identique. En 2018, elle se décompose comme suit : 15 milliards intégrant, d’une part, les dons et prêts sans intérêts (soit l’aide publique au développement définie par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), en plus des prêts concessionnels d’autre part. Lors du FOCAC de 2015, les prêts de nature préférentielle et les crédits à l'exportation, soit des prêts concessionnels tels que mentionnés par la banque d’import-export chinoise10, constituaient à eux seuls une enveloppe de 35 milliards. Entre 2018 et 2021, 20 milliards de lignes de crédit (qui n’étaient pas mentionnées en 2015) doivent par ailleurs être mobilisés et octroyés aux principaux exportateurs de matières premières, dont l’Angola. De plus, la Chine propose 10 milliards pour un – nouveau ? – fonds de développement sino-africain, et 10 milliards également pour supporter les investissements des entreprises chinoises en Afrique. Enfin, 5 milliards devraient permettre de générer un fonds pour les importations chinoises, bien que Pékin ne mentionne pas la nature des exportations africaines pouvant bénéficier de cette « aide ».

25Qu’ils soient de 2015 ou de 2018, les plans d’action des FOCAC permettent de tirer plusieurs enseignements. Premièrement, ils démontrent l’atomisation des domaines et niveaux de « coopération » entre la Chine et l’Afrique qui n’a d’égal que la diversification des projets, contrats et acteurs chinois présents sur le continent. Riches, les Plans d’action symbolisent l’évolution des relations sino-africaines, qui touchent la majorité des secteurs d’activité et sphères, jusqu’aux partis politiques. De plus, la Chine, par les montants proposés et leurs formes de distribution, entend bien développer des relations sur le long terme. Finalement, et c’est certainement le facteur le plus important, la Chine semble entendre une partie des critiques portées à son encontre.

26Effectivement, bien que Pékin annule fréquemment les dettes extérieures contractées auprès de ses banques par les pays les moins avancés, enclavés et fortement endettés, il n’en reste pas moins que Djibouti ou le Cameroun, entre autres pays d’Afrique subsaharienne, accusent des dettes bilatérales substantielles, atteignant parfois 70 à 80 % du total de leurs dettes publiques extérieures (CARI, 2018). Ce nouvel endettement africain a fréquemment été évoqué en amont du dernier FOCAC, et si Xi Jinping n’en a pas fait mention, les autorités chinoises ne peuvent éluder le « poids écrasant de la dette » africaine des décennies 1970 à 2000 et des conséquences inhérentes à l’application des programmes d’ajustement structurel (PAS). Les contrecoups politiques, financiers, économiques et sociaux de cessations de paiement massives seraient certes dommageables pour les pays africains, mais également pour la Chine, dont l’image serait fortement écornée… Tout porte à croire que, vu de Pékin, un endettement africain vis-à-vis de la banque d’import-export chinoise est certes profitable à court terme, mais jouerait en défaveur du Soft Power chinois (Bassan et Gabas, 2017) à moyen et long termes.

27Dans ce cadre, la diplomatie publique chinoise (Li, 2011 : 1-3) s’arrime aux stratégies du ministère du Commerce avec une attention particulière portée à l’égard de l’aide au développement et du financement qualitatif de projets infrastructurels. Ceux-ci devraient concourir à mieux relier l’Afrique aux flux mondialisés, et partant, à l’initiative des nouvelles routes de la soie qui n’est rien d’autre que la matérialisation géographique et politique de programmes institutionnels et/ou nationaux d’une part, et le moyen de fidéliser – contrôler ? – les clients africains ou européens en les amenant à participer à l’effort infrastructurel d’autre part. Dans la réaction plus que dans l’action, l’Inde est bien à l’initiative de l’Asia-Africa Growth Corridor (AAGC)11 qui se voudrait la concurrente des nouvelles routes de la soie, mais ce projet peine à mobiliser et à se faire une place dans un paysage infrastructurel déjà très chargé.

Vers une marginalisation de l’Inde en Afrique ?

28Les Plans d’action des FOCAC, autrement plus denses et précis que les Cadres de coopération indo-africains, le sont pour diverses raisons. Premièrement, la relation entre la Chine et l’Afrique est due à l’initiative gouvernementale et centralisée chinoise qui, à partir des années 1990, va être accompagnée par les groupes à capitaux publics puis privés (Huchet et Richet, 2005). Pour l’Inde, c’est le contraire, ce sont principalement les entreprises – publiques comme privées – et les communautés diasporiques qui ont initié cette relation politisée et officialisée en 2008 avec le premier IAFS. Les relations économiques et commerciales entre les États africains et Pékin se trouvent ainsi rehaussées par l’ensemble des moyens, des compétences et des acteurs institutionnels chinois, eux-mêmes relayés par les entreprises et plus récemment les migrants-investisseurs (Aurégan, 2016a). Une autre raison tient dans la capacité chinoise à avoir développé ces relations dès les années 1990 et plus directement au début des années 2000 (Aurégan, 2016-b), lorsque le continent africain n’apparut plus comme une priorité pour les États occidentaux qui, à cette période, donnèrent la priorité aux pays d’Europe centrale et orientale (PECO), ainsi qu’à l’Asie. Ce faisant, la Chine eut la possibilité d’étendre ses offres de financement et de devenir l’un des principaux bailleurs et donc l’un des principaux prestataires de services en Afrique. Outre ces choix politiques indiens et chinois guidés par des considérations internes, et les contextes macro-économique et géopolitique du début des années 2000, un dernier facteur serait lié au déploiement tous azimuts de la diplomatie économique chinoise sur le continent. L’indienne, a contrario, s’est principalement limitée aux États de la façade de l’océan Indien, ou à des relations privilégiées avec certains chefs d’État, tel le Sénégalais Abdoulaye Wade.

29Dans ce cadre, la coopération indo-africaine semble somme toute être limitée à un projet phare : le Pan-African e-Network, un réseau satellitaire universitaire, scientifique et hospitalier qui permet de former les fonctionnaires africains depuis l’Inde. De la même manière, l’Inde peine à échanger directement avec l’ensemble des capitales africaines, comme en témoigne son programme Focus Africa, lancé en 2002 et composé à l’époque de 24 États africains. Ce dernier devait favoriser le développement des relations commerciales et économiques avec les capitales afférentes, et principalement avec un groupe de huit États africains considérés comme prioritaires pour l’Inde. Consciente de sa faible influence en Afrique francophone, New Delhi est effectivement partie prenante, depuis 2004, du Techno-Economic Approach for Africa-India Movement, ou Team 9, qui intègre, en sus de l’Inde, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, le Burkina Faso, le Tchad, la Guinée équatoriale, le Ghana, la Guinée-Bissau et le Mali. En revanche, Team 9 n’est pas une initiative indienne, mais sénégalaise et en l’espèce celle de l’ancien Président Wade.

30Pareillement, le Cadre de coopération indien de 2015 exprime le désir de « travailler ensemble vers une croissance économique inclusive pour éradiquer la pauvreté et allouer des ressources adéquates pour le développement durable », mais force est de constater que les discours semblent éloignés des faits. D’une part, l’aide liée (OCDE, 2008) indienne doit servir à 85 % pour l’achat de matériel ou l’attribution de marchés à des entreprises indiennes. D’autre part, elle est passée de 1,2 milliard de dollars en 2011 à 600 millions en 2015 (MEA, 2017). Certes, pour la Chine aussi, l’aide au développement est la portion congrue des flux, mais elle reste supérieure à l’indienne ; une aide indienne trop faible, « intéressée » par son caractère lié, trop lente, orientée et qui in fine est en concurrence directe avec la chinoise. De plus, le FOCAC 2018 et la création en avril 2018 de la State International Development Cooperation Agency (SIDCA) par le gouvernement chinois pourraient engendrer un véritable changement de paradigme, avec un alignement partiel sur l’OCDE.

31Si l’Inde se trouve marginalisée en Afrique, ce serait donc le fait de la Chine. Aucune des deux n’ayant jusqu’à présent réellement développé un modèle alternatif aux politiques néolibérales du Consensus de Washington (Stiglitz, 2002 ; Williamson, 1990), le gouvernement indien aurait tout intérêt à dépasser les alliances traditionnelles (Afrique de l’Est), à davantage échanger avec les pays majoritairement musulmans et de l’Ouest du continent, à privilégier les Communautés d’intégration régionale (CER) et les projets à cette échelle, ainsi que privilégier les besoins africains en transférant les technologies et savoir-faire. « Marier la technologie indienne aux ressources africaines », phrase attribuée à l’ex-Président ghanéen John Kufuor, est effectivement une piste pouvant intéresser l’ensemble des parties prenantes aux IAFS. Cependant, au regard de la situation interne indienne ainsi que des concurrences chinoise, latino-américaine, moyen-orientale ou occidentale en Afrique, les efforts indiens à fournir semblent trop onéreux pour pouvoir remporter la bataille de la représentation plurivoque en Afrique.

  • 12 Tel que l’exprime l’article de Radio France international accessible à cette adresse : http://www.r (...)

32Pour autant, ces efforts ne sont-ils pas indispensables pour un gouvernement indien possédant l’ambition historique de promouvoir une nouvelle architecture des relations internationales en privilégiant une gouvernance mondiale plus ouverte et inclusive, sollicitant à cet effet les capitales africaines ? D’autant qu’il n’est pas le seul à compter sur les voix africaines : l’Inde n’a siégé que 14 années au CNSU, soit autant que la Colombie… et le Pakistan. En 2006, New Delhi avait mené campagne pour être élu en tant que membre non permanent du Conseil onusien, mais c’est finalement le Japon, avec les voix africaines notamment, qui l’a été12. Une des raisons à ce faible soutien africain pourrait tenir dans la disparité des contributions asiatiques à l’ONU : en 2017, New Delhi ne représentait que 0,737 % de la quote-part (environ 18 millions de dollars), contre 7,921 % pour la Chine (199 millions de dollars) et 9,680 % pour le Japon avec 244 millions de dollars versés au budget onusien (ONU, 2016). Au-delà, les limites affichées dix ans plus tôt par François Lafargue (2007) persistent et pour certaines s’accroissent, bien que les enjeux demeurent : « si, pour l’Afrique, il n’est pas certain que cette sollicitude de l’Inde et de la Chine lui permette de trouver sa place dans la mondialisation, pour New Delhi, la conquête de l’Afrique est une étape obligée de son ambition mondiale » (Lafargue, 2006). Cette « conquête » doit nécessairement s’appuyer sur un dense réseau d’ambassades.

33Celui-ci (Carte 1) démontre la puissance et les intentions d’un État à travers le monde. Dans cette perspective, l’État chinois met en exergue le retour au premier plan de Pékin dans les affaires internationales. En Afrique, la couverture chinoise quasi parfaite renvoie nécessairement au différentiel de moyens alloués par Pékin, et aux contextes internes comme externes ; la réserve de devises et l’ambition internationale chinoises n’étant pas étrangères à l’essor et à la prorogation de cette politique africaine sinisée. De fait, seul l’eSwatini (ex-Swaziland), qui reconnait encore Taipei, n’est pas couvert. C’est donc un pays de plus que la France qui a délocalisé l’ambassade somalienne au Kenya, et qui n’en dispose ni au Lesotho ni en eSwatini. Si la France et la Chine peuvent être comparées, c’est également le cas du Brésil et de l’Inde, bien que la politique africaine brésilienne soit en berne depuis le départ, en 2011, de Luiz Inácio Lula da Silva. Le Brésil est représenté dans 34 pays africains contre 30 pour l’Inde (44 en comptant les consulats). Perfectible, le réseau des représentations diplomatiques de New Delhi l’est notamment dans les Afriques de l’Ouest et centrale, régions francophones éloignées de l’aire d’influence indienne. Toutefois, pour combler ce retard pris sur Pékin, New Delhi a annoncé la création de 18 nouvelles ambassades d’ici 202113. En lien avec les récentes ambitions gouvernementales, l’agenda de sécurité indien ne peut être oblitéré compte tenu de la base militaire chinoise à Djibouti, de l’avenir géopolitique de l’océan Indien et de l’économie bleue attenante, et enfin de la méfiance indienne, historique, à insérer les facteurs de sécurité et militaires dans les coopérations internationales. Ce qui n’a jamais été le cas des autorités chinoises.

Carte 1 : Les réseaux d’ambassades et de centres culturels chinois et indiens en Afrique

Carte 1 : Les réseaux d’ambassades et de centres culturels chinois et indiens en Afrique

34En définitive, la faible relation indo-africaine s’explique certainement par la double mauvaise appréciation du gouvernement fédéral. Premièrement, New Delhi a perçu le continent africain comme une périphérie et/ou un partenaire par intermittence, qui n’a fait l’objet d’une réelle diplomatie économique que récemment. Secondement, en raison de relations historiques conflictuelles avec Pékin, New Delhi a, jusqu’en 2018, principalement tenté de concurrencer frontalement la Chine. Cette supposée stratégie n’est pas tenable à court terme puisque la Chine, grâce à sa réserve de devises et à travers ses entreprises à capitaux publics et subsidiairement privés, se trouve en Afrique dans une situation de marché oligopolistique dont sont globalement évincés les acteurs économiques indiens. Les groupes publics indiens, invités à assurer la sécurité énergétique de la République fédérale, manquent de surcroit de « compétences techniques et opérationnelles », n’ont parfois « aucune expérience professionnelle à l’étranger en tant qu’opérateur », ne sont pas en mesure « d’étendre leur présence sur le continent », et connaissent, pour certains d’entre eux, assez mal les réalités locales (Chakrabarty, 2018).

35Dans ces conditions, l’Inde n’a pas plus innové que la Chine vis-à-vis des capitales occidentales. En cela, les interventions de Pékin et New Delhi en Afrique s’inscrivent dans une longue histoire d’extraversion fragilisante qui engendre et/ou alimente un pacte rentier avec les élites locales. Principalement orientés vers les ressources naturelles, les IDE indiens et chinois sont des activités prédatrices qui favorisent rente et clientélisme, et qui ne proposent ni contreparties majeures, ni contribution directe au développement local. Dans les deux cas, ils sont de toute façon trop faibles pour favoriser l’industrialisation des puissances régionales africaines. Et dans tous les cas, un rattrapage indien sur la Chine en Afrique est donc illusoire à court et moyen termes.

Conclusion

36Accusant un retard conséquent, accaparée par des priorités internes et perpétuellement comparée au voisin chinois, à ses moyens ou à sa politique extérieure, New Delhi a définitivement laissé s’échapper Pékin dans cette « course à l’Afrique ». République parlementaire fédérale, l’Inde s’appuie sur un secteur privé atomisé et dynamique qui est à l’initiative de la relation indo-africaine avant les années 2000, mais ne peut compter sur les mêmes atouts que la Chine populaire, soit un système centralisé, autoritaire, qui impulse des politiques suivies par les actes économiques. L’État ayant suivi les entrepreneurs, les IDE ont été accompagnés par les lignes de crédit de l’Exim Bank of India et chapeautés, politiquement, par les IAFS. Malgré les efforts entrepris depuis l’arrivée au pouvoir de Narendra Modi, la faible implication politique et économique de l’Inde en Afrique sur le temps long semble ainsi rédhibitoire. Comme relevé infra, l’Inde se place dans le sillage chinois. Ne faudrait-il pas plutôt évaluer les interventions de l’Inde en Afrique à partir d’un prisme uniquement indien ?

37Dans ce cadre et sans pour autant évoquer un éventuel « Consensus de New Delhi », le gouvernement indien dispose de plusieurs leviers à actionner dans sa relation avec les 54 capitales africaines. Il peut par exemple capitaliser sur le respect des principes de non-ingérence et de coexistence pacifique définis à Bandung en 1955, sur le réseau diasporique et leurs ancrages locaux, sur l’usage de l’anglais et le développement du Commonwealth à la suite du Brexit, ou intensifier ses collaborations avec des acteurs traditionnels qui disposent d’une réelle expertise africaine, soit : Washington (formation conjointe de casques bleus originaires de pays africains), Tokyo (AAGC) ou encore Paris (pacte stratégique signé en mars 2018 permettant à l’Inde d’utiliser les installations militaires françaises).

38De plus, les autorités indiennes pourraient – réellement – promouvoir un cadre de coopération où figureraient le renforcement des capacités administratives, le transfert de savoir-faire et la formation des ressources humaines, stimuler l’emploi local, diffuser une certaine culture indianisée de l’entreprise, développer les liens non gouvernementaux, et mieux partager les méthodes qui ont fait leurs preuves dans l’agronomie, la santé et les technologies numériques. Enfin, il conviendrait de diversifier les IDE en produisant – transformant – partiellement sur place, de repenser la souplesse de ses interventions trop calquées sur les rapports gouvernement à gouvernement, et d’ouvrir le marché indien aux marchandises africaines.

39Pour se différencier de la Chine, l’Inde pourrait commencer par délier son aide au développement. Sans cela, les mots du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères risquent de résumer longtemps encore les représentations inhérentes à la relation indo-africaine. Fin juillet 2018, celui-ci déclarait que la Chine, comme l’Inde, étaient « sur la même page » (MFAPRC, 2018b) pour aider l'Afrique dans le cadre de la coopération Sud-Sud. Ayant guidé l’analyse infra et les mots de cet officiel chinois, la confrontation Chine-Inde est-elle réellement viable compte tenu des trajectoires économiques et politiques prises par ces deux puissances asiatiques ? Les développements chinois, basés sur l’industrialisation et les IDE occidentaux, et l’indien, adossés à la Révolution verte et les services, ne devraient-ils pas amener l’Inde à se désolidariser de ces discours comparatistes ? Compte tenu des moyens mis en œuvre par New Delhi dans sa relation au continent africain, il semble que non. Cette « même page » participe ainsi au leadership chinois et incarne, en filigrane, le succès de discours et pratiques qui participent non pas à un monde post-occidental, mais à la complexification du lacis de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

AURÉGAN, X., 2016-a, Géopolitique de la Chine en Côte d’Ivoire, Paris, Riveneuve Éditions.

AURÉGAN, X., 2016-b, « Temps et non-temps des relations sino-africaines », Géoéconomie, n° 81, p. 177-195.

AURÉGAN, X., 2015, « Les enjeux du Forum de coopération Chine-Afrique » [En ligne], Diploweb, https://www.diploweb.com/FOCAC-Les-enjeux-du-Forum-de.html, (mis en ligne le 24/10/2015, consulté le 12/01/2018).

AURÉGAN, X., 2013, « Représentations, “intégrations” et organisations : les enjeux des dynamiques migratoires chinoises à Abidjan (Côte d’Ivoire) », Monde chinois, no 33, p. 55 66.

BARDHAN, P., 1999, The Political Economy of Development in India: Expanded edition with an epilogue on the political economy of reform in India, Oxford, Oxford University Press.

BASSAN, M. et GABAS, J-J., 2017, « L’évolution des savoirs chinois sur l’Afrique : internationalisation des espaces d’apprentissage et transformation des objets de recherche », Autrepart, n° 82, p. 17-34.

BASSAN, M., 2014, « Expertise et recherche chinoises sur l'Afrique: Évolutions, changements et spécificités », Afrique contemporaine, n° 250, p. 105-117.

BÉNAZÉRAF, D., 2014, « Soft power chinois en Afrique - Renforcer les intérêts de la Chine au nom de l’amitié sino-africaine » [En ligne], IFRI, Asie. Visions 71, 36 p. https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/ifri_av71_softpowerchinoisenafrique_benazeraf.pdf, (mis en ligne en septembre 2014, consulté le 10/10/2018).

BERGÈRE, M.-C., 2013, Chine, le nouveau capitalisme d’État, Saint-Amand-Montrond, Fayard.

BLANCHY, S., 1995, Karana et Banians, les communautés commerçantes d’origine indienne à Madagascar, Paris, L’Harmattan.

BOILLOT, J.-J. et DEMBINSKI, S., 2013, Chindiafrique-La Chine, l’Inde et l’Afrique feront le monde de demain, Paris, Odile Jacob.

BRANDT, L. et RAWSKI, G. T., 2008, China’s Great Transformation, Cambridge, Cambridge University Press.

CABESTAN J.-P., 2010, La politique internationale de la Chine, Paris, Les Presses de Sciences-Po.

CARI, 2018, Data: Chinese Loans to Africa [En ligne], Washington, China Africa Research Initiative. http://www.sais-cari.org/data-chinese-loans-and-aid-to-africa, (mis en ligne en septembre 2018, consulté le 19/10/2018).

CHAKRABARTY, M., 2018, Indian Investments in Africa: Scale, Trends, and Policy Recommendations [En ligne], Observer Research Foundation, 66 p. https://www.orfonline.org/wp-content/uploads/2018/02/ORF_OccasionalPaper_142_India_Africa.pdf, (mis en ligne en février 2018, consulté le 15/10/2018).

CHAPONNIÈRE, J.-R., PERREAU, D. et PLANE, P., 2013, « L’Afrique et les grands émergents » [En ligne], AFD-FDI, 134 p. https://www.afd.fr/sites/afd/files/imported-files/19-A-Savoir.pdf, (mis en ligne en avril 2013, consulté le 16/01/2017).

CHERU, F. et OBI, C., 2010, The Rise of China and India in Africa: Challenges, Opportunities and Critical Interventions, Londres, Zed Books.

CNUCED, 2017, Centre de données [En ligne], Genève, Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement. http://unctadstat.unctad.org/wds/ReportFolders/reportFolders.aspx?sCS_ChosenLang=fr, (mis en ligne en 2017, consulté le 03/03/2018).

CNUCED, 2018, Bilateral FDI Statistics [En ligne], Genève, CNUCED. https://unctad.org/en/Pages/DIAE/FDI%20Statistics/FDI-Statistics-Bilateral.aspx, (mis en ligne en 2018, consulté le 15/10/2018).

COURMONT, B., 2009, Chine, la grande séduction : Essai sur le soft power chinois, Paris, Choiseul éditions.

EMBASSY OF INDIA IN ADDIS ABABA, 2008, India-Africa Framework for Cooperation 2008 [En ligne], The Embassy of India in Addis Ababa, Republic of India. http://indembassyeth.in/india-africa-framework-cooperation-2008/, (mis en ligne en avril 2008, consulté le 18/04/2017).

GALLUP, 2018, Rating World Leaders: 2018. The U.S. vs. Germany, China and Russia [En ligne], Washington, Gallup, 20 p. https://www.politico.com/f/?id=00000161-0647-da3c-a371-867f6acc0001, (mis en ligne en 2008, consulté le 18/10/2017).

GIBLIN, B. et LACOSTE, Y. (dir.), 2013, « Regards géopolitiques sur la Chine », Hérodote, n° 250, 192 p.

GOLDSTEIN, A., PINAUD, N., REISEN, H. et CHEN, X., 2006, The Rise of China and India: What’s in it for Africa?, Paris, OCDE.

FOURNET-GUÉRIN, C., 2009, « Les Chinois de Tananarive (Madagascar) : une minorité citadine inscrite dans des réseaux multiples à toutes les échelles », Annales de géographie, n° 669, p. 543-565.

HAWLEY, J., 2008, India in Africa, Africa in India: Indian Ocean Cosmopolitanisms, Bloomington, Indiana University Press.

HE, W., 2010, « Overturning the wall: building China’s soft power in Africa », China security, vol. VI, n° 1, p. 63-69.

HOCHRAICH, D., 2007, Pourquoi l’Inde et la Chine ne domineront pas le monde de demain, Paris, Ellipses.

HUCHET, J.-F., 2006, « The Emergence of Capitalism in China: an Historical Perspective and its Impact on the Political System », Social Research, vol. 73, n° 1, p. 1-28.

HUCHET, J.-F. et RICHET, X., 2005, Gouvernance, coopération et stratégie des firmes chinoises, Paris, L’Harmattan.

HUCHET, J.-F. et RUET, J., 2008, « Les multinationales chinoises et indiennes à la conquête du monde ». In : Christophe Jaffrelot, L'enjeu mondial. Les pays émergents, Paris, Presses de Sciences Po « Annuels », p. 209-220.

HUCHET, J.-F., RUET, J. et RICHET, X., 2015, Chine, Inde : les firmes au cœur de l’émergence, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

HUGON, P., 2012, « Les nouvelles alliances Sud-Sud et le rôle des relations tricontinentales dans la crise », Revue internationale et stratégique, vol. 86, n° 2, p. 57-65.

HUGON, P., 2011, « L'économie politique tricontinentale : le cas des relations de l'Afrique avec la Chine et l'Inde », Revue Tiers Monde, n° 208, p. 45-63.

HUGON, P., 2010, « Les nouveaux acteurs de la coopération en Afrique », Revue internationale de politique de développement, n° 1, p. 99-118.

JAFFRELOT, C. (dir.), 2014, L’Inde contemporaine, Saint-Amand-Montrond, Fayard.

KÖCHLER, H. (ed.), 1982, The Principles of Non-Alignment. The Non-aligned Countries in the Eightie-Results and Perspectives, Londres, Third World Centre.

LAFARGUE, F., 2007, « La rivalité entre la Chine et l'Inde en Afrique australe », Afrique contemporaine, n° 222, p. 167-179.

LAFARGUE, F., 2006, « L'Inde en Afrique : logiques et limites d'une politique », Afrique contemporaine, n° 219, p. 137-149.

LANDY, F. (dir.), 2001, « La libéralisation économique en Inde : inflexion ou rupture ? », Tiers-Monde, tome 42, n°165, 238 p.

LI, A., 2009, « Chinese experience in development: Some Implications for Africa ». In : LIU H., YANG J. (dir.), Fifty Years of Sino-African Cooperation: Background, Progress and Significance. Chinese Perspectives on Sino-African Relations, Kunming, Yunnan University Press, p. 81-90.

LINCOT, E. et COURMONT, B. (dir.), 2013, Taïwan-Afrique-Chine : un seul lit pour deux rêves, Monde chinois, n° 33, 168 p.

LIU, H., 2008, « China-Africa Relations through the Prism of Culture – The Dynamics of China’s Cultural Diplomacy with Africa », Journal of Current Chinese Affairs, n° 3, p. 9-4.

LUO, J. et ZHANG X., 2009, « China’s African Policy and its Soft Power », AntePodium, Victoria University of Wellington, p. 1-18.

MAGRIN, G., 2013, Voyage en Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires de développement, Paris, Publications de la Sorbonne.

MALONE, D. M., 2012, Does the Elephant Dance?: Contemporary Indian Foreign Policy, Oxford, Oxford University Press.

MARFAING, L., 2015, « Importations de marchandises chinoises et mobilité sous-régionale en Afrique de l’Ouest », Cahiers d'études africaines, n° 218, p. 359-380.

MAWDSLEY, E. et McCANN, G., 2011, India in Africa: Changing Geographies of Power, Nairobi, Pambazuka Press.

MEA, 2011, Second Africa-India Forum Summit 2011: Africa-India Framework for Enhanced Cooperation [En ligne], Ministry of External Affairs, Government of India. http://mea.gov.in/bilateral-documents.htm?dtl/34/Second_AfricaIndia_Forum_Summit_2011_AfricaIndia_Framework_for_Enhanced_Cooperation, (mis en ligne le 25/05/2011, consulté le 14/06/2018).

MEA, 2015, India-Africa Forum Summit – New Delhi. 26th-29th October 2015 [En ligne], MEA, Government of India. http://mea.gov.in/bilateral-documents.htm?dtl/34/Second_AfricaIndia_Forum_Summit_2011_AfricaIndia_Framework_for_Enhanced_Cooperation, (mis en ligne le 29/10/2015, consulté le 14/06/2018).

MEA, 2017, Question no.153 Indian Aid to African Countries [En ligne], MEA, Government of India. https://www.mea.gov.in/lok-sabha.htm?dtl/28705/QUESTION+NO153+INDIAN+AID+TO+AFRICAN+COUNTRIES, (mis en ligne le 26/07/2017, consulté le 15/10/2018).

MFAPRC, 2015, Forum on China-Africa Cooperation Johannesburg Action Plan (2016-2018) [En ligne], Ministry of Foreign Affairs of the People’s Republic of China. https://www.fmprc.gov.cn/mfa_eng/zxxx_662805/t1323159.shtml, (mis en ligne le 10/12/2015, consulté le 04/01/2016).

MFAPRC, 2018a, Forum on China-Africa Cooperation Beijing Action Plan (2019-2021) [En ligne], MFAPRC. https://www.fmprc.gov.cn/mfa_eng/zxxx_662805/t1593683.shtml, (mis en ligne le 05/09/2018, consulté le 18/09/2018).

MFAPRC, 2018b, Foreign Ministry Spokesperson Geng Shuang's Regular Press Conference on July 24, 2018 [En ligne], MFAPRC. https://www.fmprc.gov.cn/mfa_eng/xwfw_665399/s2510_665401/t1579914.shtml, (mis en ligne le 24/07/2018, consulté le 17/10/2018).

MOHAN, G. et TAN-MULLINS, M., 2009, “Chinese migrants in Africa as new agents of development? An analytical framework”, European Journal of Development Research, 21, p. 588–605.

MOHAN, C. R., 2004, Crossing the Rubicon: The Shaping of India's New Foreign Policy, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

NAYAR, B. R., 2010, Globalization and Politics in India, Oxford, Oxford University Press.

NDIAYE, A., 2016, « L’investissement indien en Afrique : une faim d’éléphant » [En ligne], Passerelles, Vol. 17, n° 7, p. 21-24. https://www.ictsd.org/sites/default/files/passerelles_septembre_2016.pdf, (mis en ligne en septembre 2016, consulté le 14/01/2018).

NYE, J. S., 2004, Soft Power. The Means to Success in World Politics, New York, Public Affairs.

OCDE, 2008, Recommandation du cas sur le déliement de l’aide [En ligne], Paris, 16 p. http://www.oecd.org/fr/cad/41708406.pdf, (mis en ligne le 25/07/2008, consulté le 28/01/2018).

ONU, 2016, Contribution au budget ordinaire de l’Organisation pour l’année 2017 [En ligne], New York, Organisation des Nations unies, p. 3-5. http://www.un.org/fr/ga/search/view_doc.asp?symbol=ST/ADM/SER.B/955, (mis en ligne le 28/12/2016, consulté le 10/10/2018).

PAIRAULT, T., 2018, Prestations de services clés en main de la Chine en Afrique (2016) [En ligne], https://pairault.fr/sinaf/index.php/statistiques/1234-prestations-de-services-cles-en-main-de-la-chine-en-afrique-2016, (mis en ligne le 11/01/2018, consulté le 02/03/2018).

PAIRAULT, T., 2017, Flux d'investissement direct chinois en Afrique (2016) [En ligne]. http://www.pairault.fr/sinaf/index.php/statistiques/1180-flux-d-investissement-direct-chinois-en-afrique-2013-2016, (mis en ligne le 20/11/2017, consulté le 25/02/2018).

PEW RESEARCH CENTER, 2018, Opinion on China (2017) [En ligne]. http://www.pewglobal.org/database/indicator/24/, (mis en ligne durant l’été 2017, consulté le 10/10/2018).

RESERVE BANK OF INDIA, 2018, Data on Overseas Investment [En ligne], Bombay, Reserve Bank of India. https://rbi.org.in/Scripts/Data_Overseas_Investment.aspx, (mis en ligne en 2018, consulté le 29/01/2018).

RAMO, J. C., 2004, The Beijing Consensus, Londres, Foreign Policy Centre.

RAO, C. H. H., 2005, Agriculture, food security, poverty, and environment: essays on post-reform India, Oxford, Oxford University Press.

STIGLITZ J. E., 2002, Globalization and its Discontents, New York, Norton.

STUART-FOX, M., 2003, A short history of China and Southeast Asia: tribute, trade and influence, Crows Nest, Allen & Unwin.

UNESCO, 2018, Base de données [En ligne], Paris, Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. http://data.uis.unesco.org/, (mis en ligne en 2018, consulté le 03/03/2018).

VAÏSSE, M., 2004, Les relations internationales depuis 1945, Paris, Armand Colin.

VÉRON, J.B. (dir.), 2013, « Les BRICS en Afrique : ambitions et réalités d’un groupe d’influence », Afrique contemporaine, n° 248, 180 p.

WILLIAMSON J., 1990, « What Washington D.C. Means by Policy Reform ». In : WILLIAMSON J. (dir.), Latin American Adjustment: How Much Has Happened?, Washington, Institute for International Economics, p. 7-38.

WILSON, D., 1967a, « China, Thailand and the Spirit of Bandung (Part I) », The China Quarterly, n° 30, p.149-169.

WILSON, D., 1967b, « China, Thailand and the Spirit of Bandung (Part II) », The China Quarterly, n° 31, p. 96-127.

WRIGHT, R., 1995, The Color Curtain: A Report on the Bandung Conference, Jackson, University Press of Mississippi.

WTO-CII, 2013, India-Africa: South-South – Trade and Investment for Development [En ligne], World Trade Organisation-Confederation of Indian Industry. https://www.wto.org/english/tratop_e/devel_e/a4t_e/global_review13prog_e/india_africa_report.pdf, (mis en ligne en 2013, consulté le 16/10/2018).

YUE, L., 2011, « Observations sur le commerce sino-africain des marchandises », Outre-Terre, n° 30, p. 35-42.

Haut de page

Notes

1 Articles manufacturés (CTCI 5 à 8 moins 667 et 68) selon la CNUCED

2 Nigeria (27,9 %), Afrique du Sud (15,8 %), Angola (8 %), Égypte (7,5 %), Kenya et Tanzanie (4,8 et 4 %), soit 68 % du total.

3 Afrique du Sud (24,4 %), Angola (16,7 %) et le Nigeria (8 %), Égypte (6 %), Algérie et Soudan – du Nord après 2011 – (4,3 %), Congo-Brazzaville (3 %) et Libye (2,7 %), soit 69,4 % du total.

4 Selon le ministère de l’Éducation chinois : http://www.moe.gov.cn/jyb_xwfb/gzdt_gzdt/s5987/201604/t20160414_238263.html.

5 Voir la page du ministère : http://mea.gov.in/images/attach/NRIs-and-PIOs_1.pdf. Les plus fortes communautés sont en Afrique du Sud (1,5 million), à Maurice (894 500), au Kenya (80 000) et en Tanzanie (60 000). La Réunion compterait par ailleurs 280 250 « Overseas Indians ». Aucune méthodologie n’étant affichée sur le site du ministère, ces chiffres doivent être appréciés avec circonspection.

6 Il n’existe pas de chiffre fiable du nombre de « Chinois » en Afrique, puisque les estimations vont de 500 000 à 2 millions. Le gouvernement ne publiant – ou n’étant pas en mesure de le faire – les chiffres inhérents aux huaqiao en Afrique, minorer ou majorer leur nombre relève de prises de positions politiques favorables ou contraires à l’État chinois, si ce n’est à l’instrumentalisation de ces migrants temporaires ou non, ou des descendants des coolies pour Afrique australe.

7 À New Delhi, l’Inde a invité les chefs d'État et de gouvernement suivants : Afrique du Sud, Algérie, Burkina Faso, Égypte, Éthiopie, Ghana, Kenya, Libye, Nigeria, Ouganda, République démocratique du Congo (RDC), Sénégal, Tanzanie et Zambie.

8 Les sept coopérations sont les suivantes : politique ; scientifique, technologique, en termes de recherche et développement ; en matière de développement social et de renforcement des capacités ; touristique ; liée aux infrastructures, à l’énergie et à l’environnement ; et promouvant les médias et la communication.

9 Notre calcul se base sur les documents épurés (sans page de présentation, pagination et sommaires).

10 Ses deux prêts sont précisés sur le site Internet de la banque : http://english.eximbank.gov.cn/tm/en-TCN/index_640.html

11 Le document de référence présentant le projet est accessible à cette adresse : http://www.eria.org/Asia-Africa-Growth-Corridor-Document.pdf.

12 Tel que l’exprime l’article de Radio France international accessible à cette adresse : http://www.rfi.fr/afrique/20151030-inde-afrique-partenariat-renouvele

13 Se reporter, par exemple, au site Internet du média indien Firstpost : https://www.firstpost.com/india/cabinet-approves-opening-of-18-new-indian-missions-in-africa-by-2021-4400093.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le commerce entre l’Afrique et ses cinq principaux partenaires (1995-2016)
Crédits Source : CNUCED, 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5516/img-1.png
Fichier image/png, 40k
Titre Carte 1 : Les réseaux d’ambassades et de centres culturels chinois et indiens en Afrique
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5516/img-2.png
Fichier image/png, 400k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Aurégan, « L’Inde en Afrique ou l’impossible rattrapage vis-à-vis de la Chine », L’Espace Politique [En ligne], 36 | 2018-03, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5516 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5516

Haut de page

Auteur

Xavier Aurégan

Chercheur associé
Institut français de géopolitique (IFG-Paris 8) et Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG, université Laval, Québec)
xavierauregan@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals