Navigation – Plan du site
Varia 2019

La construction de la frontière de facto abkhazo-géorgienne, entre enjeux sécuritaires, politiques et identitaires

The Construction of the Abkhazo-Georgian de facto Border: between Security, Political and Identity Issues
Ariane Bachelet et Yann Richard

Résumés

Cet article étudie la manière dont est construite la frontière d’un Etat de facto, en prenant pour exemple la frontière constestée entre l’Abkhazie et le territoire administré par la Géorgie. Il se fonde sur une recherche de terrain qui couvre la période 2015-2018, avec plusieurs séjours en Abkhazie, dix franchissements de cette frontière et une série d’entretiens formels et d’échanges informels. L’attention est portée sur les acteurs individuels, les acteurs politiques et les institutions qui construisent l’espace frontalier matériellement et symboliquement. Les autorités abkhazes mènent une politique de réappropriation territoriale en coopération avec la Russie (délimitation et sécurisation de la frontière, contrôle des flux et réaménagement de l’espace identitaire). De leur côté, les autorités de Tbilissi mettent en œuvre une politique de réconciliation et d’attractivité en prônant le développement de la zone frontalière. De plus, elles essayent de rendre cette frontière invisible, car elles contestent son statut de limite internationale. De fait, le conflit analysé dans cet article ne porte pas sur le tracé de la ligne qui sépare l’Abkhazie du reste de la Géorgie. Il porte sur son statut. S’agit-il d’une frontière interétatique au sens classique de limite entre deux Etats souverains ? Ou d’une limite administrative interne à l’Etat géorgien ? L’évolution de cette limite contestée vers le statut de jure de frontière internationale stricto sensu ou vers le celui de limite administrative dépend des décisions prises par les deux entités politiques riveraines (la Géorgie et l’Abkhazie). Toutefois, sur le terrain, le temps semble être un facteur de stabilisation de la situation de facto et de la possible consolidation de cette frontière est une hypothèse envisageable.

Haut de page

Texte intégral

1Ces dernières décennies, de nouvelles situations territoriales se sont consolidées en marge du système étatique classique codifié par le droit international (Dupuy, Kerbrat, 2014). Ce système est habituellement représenté sous la forme d’un monde découpé en unités étatiques souveraines, qui se reconnaissent mutuellement. Mais, en décalage avec cette représentation classique, certains territoires échappent au contrôle du pouvoir central des États souverains. Il peut s’agir des zones dites grises, d’États implosés (processus de libanisation) et de sécessionnismes, qui sont autant de manifestations de la fragmentation de l’espace politique (Popov, 2012). Sur le territoire de l’ancienne Union soviétique, quatre entités sécessionnistes se sont « auto-proclamées » États souverains au début des années 1990 (Merle, 2013), à la suite de conflits armés, dont trois relativement violents au Caucase (Hille, 2010). Il s’agit de l’Abkhazie, du Haut-Karabakh, de l’Ossétie du Sud et de la Transnistrie.

2Il y a des débats à propos de la meilleure appellation possible pour désigner ces entités politiques qui sont partiellement ou pas du tout reconnues par la communauté internationale (Rosière, 2010). Rappelons à cet égard que l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud sont reconnues seulement par Nauru, le Nicaragua, la Russie, la Syrie et le Venezuela. Certains auteurs parlent de pseudo-États (Rosière, 2010). D’autres auteurs parlent d’États de facto ou de facto states (Pegg, 1998), de para-states (Baev, 1998), de quasi-states ou quasi-États (Baev, 1998 ; Jackson, 1990), de unrecognized states (King, 2001) ou d’États/entités contesté/es (Coppieters, 2018). Dans cet article sera utilisée l’expression d’États de facto - par opposition à l’État de jure internationalement reconnu - qui a été proposée par Vladimir Kolosov et John O’Louhglin (Kolosov, O’Louhglin, 1999), à partir du cas de la Transnistrie, pour désigner des entités qui sont de fait indépendantes mais qui existent matériellement et administrativement sans être reconnues.

Figure 1 - Carte générale de la frontière

Figure 1 - Carte générale de la frontière
  • 1 Séminaire sur les États de facto à Manchester, mars 2018 et thèse de doctorat de Valentina Azarova, (...)
  • 2 Entretien avec Kan Tanya, vice-ministre des Affaires étrangères, Sukhumi, 2017.

3A l’époque soviétique, l’Abkhazie était une République Socialiste Soviétique Autonome (RSSA) située à l’intérieur de la Géorgie, lieu privilégié du tourisme balnéaire et de la culture des agrumes et du tabac. Aujourd’hui, pour la quasi-totalité de la communauté internationale, c’une région sécessionniste de la République de Géorgie où la présence et l’influence russes sont fortes. La Russie finance le budget national abkhaze (ICG, 2010) et est présente militairement en tant que « partenaire stratégique ». Cela amène les autorités de la Géorgie et des experts en droit international tels que Valentina Azarova1 à affirmer que l’Abkhazie est en réalité un territoire occupé. Les autorités de Sukhumi, capitale de l’Abkhazie, affirment quant à elles que leur entité est un État indépendant2.

4Son territoire s’étend sur 8 600 km² et est situé sur le versant sud de la chaîne du Grand Caucase. Au nord, elle partage une frontière avec la Russie. Au sud-est se trouve le territoire sous contrôle géorgien. Et le sud est bordé par la mer Noire. Le recensement réalisé par les autorités abkhazes en 2011 dénombre 240 705 habitants alors que, lors du dernier recensement soviétique réalisé en 1989, ils étaient 525 061 (Ethno-Caucasus, 2014). Ces données démographiques sont déjà anciennes et contestables (Yamskov, 2009). Il n’en reste pas moins que l’Abkhazie a perdu plus de la moitié de sa population entre la période soviétique et aujourd’hui, à cause de migrations économiques et de déplacements forcés. A cela s’ajoute les pertes démographiques subies durant la guerre (1992-1993) : entre 10 000 et 15 000 morts (Human Right Watch, 1995). Cette population est composée de plusieurs groupes ethniques. Selon le recensement de 2011, trois principales communautés regroupent environ 90% de la population: les Abkhazes (50%), les Géorgiens (19%, appartenant pour la plupart au sous-groupe ethnique mingrèle) et les Arméniens (17%) (Ethno-Caucasus, 2014). Toutefois, il est important de rappeler que les divisions communautaires sont plus complexes que ce que laisserait penser ce découpage en trois groupes car les mariages mixtes étaient très fréquents durant la période soviétique. Si certains Géorgiens d’Abkhazie disposent d’un passeport géorgien, la majorité des Abkhazes et des Arméniens qui résident sur dans cette entité possèdent un passeport russe (O’Louhglin, Kolosov et Toal, 2011), attribué surtout au début des années 2000. Le passeport abkhaze existe, mais il permet de voyager uniquement en Russie et en Géorgie. La plupart des résidents en possèdent un également.

5Dans le système international, les limites des Etats de facto sont des objets de conflits, qu’elles soient floues ou clairement tracées. Le conflit porte surtout sur leur statut. Par exemple, dans le cas de la limite territoriale entre l’Abkhazie et le territoire sous contrôle géorgien, peut-on parler de « frontière » ou pas ? Il y a derrière cette question un enjeu politique important exploré dans cet article. D’un point de vue scientifique, la réponse dépend de la définition donnée au mot frontière. En géographie et en sciences politiques, les frontières sont des lignes définissant des aires de souveraineté étatique, selon la définition la plus classique (Groupe frontière, 2004). Ce sont des instruments de contrôle des flux (frontières barrières ou frontières filtres ; Kolosov, Scott, 2013 ; Moullé, 2013) et des constructions sociales multidimensionnelles et dynamiques (Kolosov, 2011 ; Amilhat Szary, 2015). On retrouve bien la plupart de ces aspects dans le cas de la limite qui sépare l’Abkhazie et le territoire sous contrôle géorgien, mais son statut en tant que limite de souveraineté reste très controversé (Bachelet, Duquesney et Merle, 2018). C’est pourquoi nous choisissons dans cet article d’appeler cette limite frontière de facto : c’est une limite entre deux espaces distincts mais elle est contestée et sa légitimité demeure problématique.

6Partant du constat empirique que les frontières sont des objets complexes, la recherche qui leur est dédiée en géographie suit plusieurs directions (Popescu, 2011), qui vont des approches classiques aux approches post-modernes (Kolosov, 2011). Dans des approches classiques, certains chercheurs se sont intéressés au tracé des frontières à proprement parler (Minghi, 1963 ; Prescott, 1987), à ce que Michel Foucher appelle l’horogénèse (Foucher, 1991). D’autres s’intéressent moins à la ligne frontière qui définit un champ de souveraineté qu’aux marges territoriales des États qui peuvent être floues, c’est-à-dire à des zones frontières (Newman, 2006). Parallèlement, la recherche montre qu’il est difficile de traiter la frontière en adoptant une approche exclusivement géopolitique car les contextes varient d’une frontière à l’autre et d’un moment à l’autre : elles sont aussi des interfaces, des lieux d’échanges de toutes natures et des lieux de mise en réseaux (Amilhat Szary, 2015). Plus fondamentalement, ce sont des lieux où les populations montrent des formes d’adaptation particulières, en utilisant la frontière alternativement comme instrument de séparation ou de contact, en fonction du contexte. L’étude des frontières permet aussi d’appréhender les sociétés qui vivent dans ces marges territoriales et de déceler les rapports qu’elles construisent avec l'espace géographique. Il s’agit par exemple d’observer l'impact des frontières nationales sur les populations locales, sur leurs pratiques et sur les économies régionales. Dans des approches post-modernes, la frontière comme discontinuité politique entre deux ou plusieurs États est aussi étudiée à travers les processus d’appropriation des populations locales. Elle est vue comme un symbole qui témoigne de ou institue une distinction entre un « nous » et un « eux » (Groupe frontière 2004). Dans ce cas sont analysées les pratiques, les discours et les représentations sociales de l’espace associé à cette limite (Paasi, 1996 et 1999). Cet article puise dans les différentes approches mentionnées ici (Bachelet, 2005 ; Kolosov, 2011), l’instar des travaux de Jean-Marc Blanchard sur le conflit frontalier entre l’Inde et le Pakistan, qui montre que les frontières ont des fonctions qui renvoient à plusieurs registres : le miliaire et stratégique, l’économie, l’identité nationale, l’unité ethno-nationale, la constitution et préservation de l’État et la politique intérieure (Blanchard, 2005).

7La question qui servira de fil rouge à cet article est la suivante. Comment se construit concrètement la frontière d’un État de facto ? En l’occurrence, comment la limite politique abkhazo-géorgienne, qui est une frontière contestée, est-elle construite et utilisée sur le plan symbolique et matériel par différents acteurs, dans le contexte de la relation conflictuelle entre la Géorgie (Etat qui conteste la limite), l’Abkhazie (Etat de facto en manque d’étaticité et de légitimité) et la Russie (puissance hégémonique) ? Pour y répondre, nous choisissons de porter notre attention sur les relations de pouvoir entre les acteurs impliqués dans cette construction, sur l’impact des acteurs politiques et étatiques (aux niveaux matériel, institutionnel et symbolique) et sur les pratiques spatiales des populations en relation avec cette limite politique contestée. Cette dernière est étudiée en quatre temps, dans sa partie terrestre uniquement. Dans la première partie, nous montrons comment la frontière de facto a été et est produite dans un contexte historique, politique et culturel particulier, par des acteurs dont les intérêts politiques et territoriaux divergent, en particulier l’Etat géorgien, qui revendique l’Abkhazie comme un territoire historique, et les élites abkhazes, qui affirment leur droit à l’indépendance en dehors de la Géorgie. Et nous présentons les conséquences de cette divergence de fond. Dans la deuxième partie, nous montrons comment les pratiques sociales et les flux transfrontaliers, réguliers et diversifiés, construisent et permettent d’entretenir un espace relativement homogène qui se déploie de part et d’autre de la frontière de facto. La troisième partie oriente l’analyse vers la manière dont le territoire abkhaze est aménagé et réinvesti (sur le plan symbolique et identitaire), y compris et surtout dans la zone frontalière, dans le but de renforcer et d’afficher la légitimité de l’État de facto abkhaze. Enfin, dans la dernière partie, nous étudions comment des projets d’aménagement sont mis en œuvre dans la zone frontalière du côté géorgien afin de renforcer ou de rétablir le lien entre les communautés séparées et dans l’espoir que l’Abkhazie réintègrera volontairement la République de Géorgie.

  • 3 Avec des agents des Douanes, du ministère des Affaires étrangères pour l’Abkhazie, du ministère de (...)

8Ce travail est fondé sur une étude bibliographique et sur la collecte d’informations lors de plusieurs séjours sur ce terrain entre 2015 et 2018, séjours qui ont permis de franchir plusieurs fois la frontière de facto abkhazo-géorgienne (dix fois), avec des arrêts dans les villes de Gali et de Zugdidi (cinq jours environ) et une visite d’Anaklia, Rukhi et du barrage de Jvari. Les observations faites lors de ces séjours sur le terrain ont été complétées par des entretiens à Sukhumi et à Tbilissi avec les autorités abkhazes et géorgiennes et avec les populations dans plusieurs localités et aux points de passage frontaliers3. Plusieurs entretiens formels et informels ont également été réalisés avec des membres de la mission d’observation de l’Union européenne en Géorgie (EUMM), de la Délégation de l’Union européenne et de l’Organisation internationale pour les migrations en Géorgie.

La construction de la frontière de facto : un contexte très particulier et des acteurs aux intérêts divergents

  • 4 Groupe ethnique apparenté aux Géorgiens et souvent inclus sans distinction dans cette dernière caté (...)

9La frontière orientale de l’actuelle Abkhazie a été tracée par les autorités bolchéviques dans les années 1920 mais son tracé reprend celui de l’ancienne frontière de l’époque impériale (Saparov, 2015). L’Abkhazie existe comme entité politique et administrative depuis le Moyen Âge, comme principauté sous domination ottomane, puis russe. La région orientale de l’Abkhazie, autrefois appelée Samurzakhano et peuplée en majorité de Mingrèles4, a été rattachée à la principauté d’Abkhazie en 1864 (Saparov, 2015). Ce découpage territorial a été conservé lorsque l’Abkhazie a été gratifiée par les Bolchéviks du statut de République Socialiste Soviétique de l’Union (RSS). en 1929, elle a été associée à la RSS de Géorgie par une manœuvre qui visait à lui attribuer une autonomie relative en la rétrogradant au rang de République autonome (RSSA) au sein de la Géorgie (Saparov, 2015). Durant les six décennies soviétiques, la frontière abkhaze n’existait en réalité qu’administrativement et n’empêchait ni les contacts ni les flux réguliers. C’était d’ailleurs un des lieux de villégiature préférés des Géorgiens, selon plusieurs témoignages. Sur fond de démantèlement de l’Union soviétique et en raison d’un désaccord profond sur le futur de l’Abkhazie au sein de la Géorgie indépendante (Serrano, 2007 ; Hille, 2010), la guerre d’Abkhazie débuta le 14 août 1992 par une invasion de l’armée géorgienne et prit fin en décembre 1993 avec la signature d’un accord de cessez-le-feu et l’établissement dans le district de Gali d’une force de maintien de la paix de la Communauté des États Indépendants (CEI) ainsi que de la Mission d’observation des Nations unies en Géorgie (MONUG) (Hille, 2010).

10En août 2008, la guerre pour l’Ossétie du Sud (autre État de facto revendiqué par Tbilissi et sous influence russe), impliquant les forces russes et géorgiennes, a également touché l’Abkhazie. La ligne de cessez-le-feu abkhazo-géorgienne qui était très poreuse entre 1993 et 2008 (Prelz Ostramonti, 2015) a connu un processus de durcissement mis en œuvre par la Russie et l’Abkhazie, sans l’accord de la Géorgie. Des camps de gardes-frontière russes ont été construits à quelques kilomètres de la ligne de séparation, du côté abkhaze. La frontière de facto a été aménagée : grillages, barbelés, panneaux indiquant l’entrée sur un territoire étranger, caméras et détecteurs de mouvements, et patrouilles russes. Des postes de contrôle ont également été installés pour canaliser les flux transfrontaliers. Tout franchissement en dehors de points de passage officiels est aujourd’hui suivi d’un emprisonnement temporaire en Abkhazie et d’une amende élevée, jusqu’à 150 $ (OC Media, 2017), soit environ l’équivalent du salaire moyen mensuel des habitant de la zone. Pour Tbilissi, cette fermeture de la frontière de facto est une violation de la souveraineté géorgienne. Pour l’Abkhazie et la Russie, en revanche, elle est prévue par le système normatif qui encadre la relation abkhazo-russe depuis septembre 2008, mis en place un mois après la reconnaissance de l’Abkhazie comme État indépendant. Deux traités et plusieurs accords séparés ont été signés et ratifiés par la Russie et l’Abkhazie, mais il faut rappeler qu’ils ne sont pas reconnus par la quasi-totalité de la communauté internationale. Ainsi, en vertu de l’accord entre la Fédération de Russie et la République d’Abkhazie sur l’effort commun dans la protection des frontières étatiques de la République d’Abkhazie (signé le 30 avril 2009), l’Abkhazie délègue à la Russie la protection de ses frontières et le contrôle aux points de passage est effectué conjointement par les parties (article 3).

  • 5 Distribution de passeports, de laissez-passer, de cartes de résidents ou de visa par les autorités (...)
  • 6 Traduction A. B.

11La relation abkhazo-russe pour la gestion commune de la frontière de facto est toutefois très déséquilibrée en faveur de la Russie. Mais les autorités abkhazes tentent de masquer ce déséquilibre qui risquerait d’entacher la crédibilité de l’entité en tant qu’État souverain et indépendant. Par exemple, les mouvements transfrontaliers sont contrôlés en collaboration entre les forces russes et abkhazes. Ce sont les agents de la police aux frontières russe, attachés au service fédéral de sécurité russe (FSB), qui possèdent les bases de données, scannent les passeports, contrôlent les véhicules, mènent les interrogatoires et sont installés dans les cabines de contrôle à miroirs teintés. Mais c’est un garde-frontière abkhaze qui est le premier à vérifier le passeport et éventuellement à attendre l’aval du ministère à Sukhumi pour laisser passer les individus (locaux comme étrangers). Des agents douaniers abkhazes sont aussi présents. En outre, les autorités abkhazes prétendent avoir le dernier mot sur la gestion de ces flux (Kan Tanya, février 2017 ; échanges informels avec des douaniers abkhazes, 2017). Bien que la sécurisation de la frontière de facto et la majeure partie de son contrôle soient effectués par le FSB, il est important pour l’Abkhazie de rester visible et de contrôler au maximum les flux, ce qui est fait en amont5. La pratique des autorités abkhazes renvoie ainsi à une vision classique : les frontières sont les marqueurs de la souveraineté et rendent possible la revendication du droit exclusif à gouverner le territoire (Kolosov, Scott, 2011). Plus encore, il s’agit de s’inscrire dans un processus de construction étatique (state building), à travers « l’établissement des fondements administratifs, économiques et militaires d’un État fonctionnel, à commencer par la mise en place d’un contrôle aux frontières »6 (Kolstø et Blakkisrud, 2008).

  • 7 Observations de terrain entre 2015 et 2018.

12Ainsi, l’enjeu pour l’Abkhazie n’est pas celui du tracé de la frontière de facto, mais celui de sa sécurisation qui est un moyen, dans le cadre du contrôle du territoire, d’asseoir sa souveraineté au moins dans les faits, si ce n’est en droit. Pour la Géorgie, le tracé n’est pas envisagé comme un motif de conflit, puisque l’Abkhazie (comme l’Adjarie) existe officiellement en droit comme une région autonome de la République de Géorgie (alors que l’Ossétie du Sud a été démantelée comme entité autonome de la République de Géorgie). Ce sont en revanche son marquage dans le paysage, sa fonction d’entrave aux flux et son statut (frontière internationale ou non) qui sont sources de conflit. De même que pour l’Abkhazie, l’enjeu sécuritaire existe pour la Géorgie. Toutefois, la sécurisation de la frontière de facto se manifeste différemment, car elle est quasiment invisible dans le paysage : on ne voit aucune mention de la proximité d’une frontière et les forces de sécurité sont souvent en civil et patrouillent dans des véhicules banalisés7. Sur le point de passage au niveau du pont sur l’Inguri, seul un contrôle de police est effectué, et des forces de sécurité géorgiennes sont présentes. Par ailleurs, la zone frontalière est démilitarisée côté géorgien sur quelques kilomètres de large, conformément à l’accord de cessez-le-feu de 2008. Ainsi, les forces de sécurité postées dans la zone sont rattachées au ministère de l’Intérieur géorgien, il n’y a pas d’armement lourd, et l’EUMM effectue régulièrement des contrôles. En outre, le mandat de l’EUMM, mission civile non armée de l’Union européenne, prévoit des patrouilles quotidiennes aux abords des frontières ainsi que différents projets de réconciliation et de stabilisation auprès des populations. La mission fait aussi un important travail de veille et de remontée de l’information à Bruxelles. L’EUMM n’a pas accès au territoire abkhaze, mais il existe des mécanismes de médiation entre les parties au conflit tels qu’une hotline (EEAS, 2018). Outre l’EUMM, aucune mission de maintien de la paix ne subsiste depuis le dernier conflit : la MONUG a été démantelée en 2009 et les forces de la CEI, également chargées d’une mission de maintien de la paix, ont été retirées à la suite de désaccords entre les membres permanents du conseil de sécurité de l’ONU. Sur le poste-frontière de l’Inguri, du côté géorgien, la police contrôle les passeports, mais ceux des étrangers uniquement. Elle peut leur refuser l’accès. Elle contrôle également les véhicules et leurs occupants : les véhicules immatriculés en Abkhazie peuvent circuler dans la zone frontalière côté géorgien, mais ceux qui ont une immatriculation géorgienne ne peuvent pas entrer en Abkhazie. La police géorgienne applique d’autres formalités, par exemple en relation avec le transport de défunts.

  • 8 Entretien avec Viacheslav Chirikba, ex-Ministre des Affaires étrangères abkhazes, à Sukhumi en févr (...)

13L’Abkhazie et la Géorgie ont des visions divergentes de la frontière de facto. Tandis que les autorités abkhazes veulent délimiter strictement le territoire, défendre la frontière de facto et garantir sa sécurité (Blanchard, 2005), les autorités géorgiennes s’attachent à garantir la sécurité et à contrôler les flux, tout en empêchant que cette frontière de facto existe et surtout qu’elle soit perçue comme telle. Ces intérêts divergents se traduisent au niveau symbolique, entre autres dans la terminologie. La Russie et l’Abkhazie parlent de frontières étatiques de la république d’Abkhazie, alors que la Géorgie parle de lignes d’occupation et que l’EUMM parle d’administrative border line (ligne frontalière administrative). De même, pour la Russie et l’Abkhazie, le territoire situé au-delà de la frontière orientale abkhaze est la République de Géorgie. Pour la Géorgie, il s’agit du reste du territoire géorgien et pour l’EUMM du territoire sous administration de Tbilissi. L’Abkhazie, quant à elle, est nommée territoire occupé par Tbilissi et territoire ou entité de facto par l’EUMM. Les autorités abkhazes sont appelées autorités de facto par l’EUMM, et sont affublées de la mention soi-disant par la Géorgie (par exemple, le soi- disant Président d’Abkhazie). A travers les discours et les éléments de langage, les autorités abkhazes et géorgiennes proposent donc deux représentations distinctes de la frontière et du territoire abkhaze, renforçant la fracture politique et territoriale existante. Le fait qu’il soit difficile d’utiliser un mot tel que frontière pour désigner la limite territoriale abkhazo-géorgienne est donc la partie visible d’un problème plus profond : un conflit sur le statut de l’Abkhazie qui se donne à voir matériellement au niveau de cette frontière de facto. Selon Viacheslav Chirikba, la dissension terminologique est précisément une des raisons principales du refus des autorités abkhazes de laisser l’EUMM accéder au territoire qu’ils contrôlent8.

14Ce conflit dépasse d’ailleurs l’échelle de la relation abkhazo-géorgienne, conflictuelle bien avant 1992 (Coppietters, 2002 ; Hille 2010 ; Saparov, 2015). Comme nous l’avons dit précédemment, la Russie joue un rôle central dans ce différend territorial, en soutenant le projet d’une Abkhazie indépendante depuis les années 1990 (Serrano, 2007 ; Hille, 2010). D’un autre côté, la Géorgie s’appuie militairement et financièrement sur ses partenaires internationaux : les États-Unis, l’UE et ses membres, l’Alliance atlantique (OTAN), etc. La Géorgie est un pays candidat à l’OTAN depuis 2011 et la mission d’observation de l’UE en Géorgie (EUMM) est déployée depuis 2008. USAid, agence humanitaire nationale des États-Unis, a investi 1,5 million de dollars en Géorgie depuis 1992, tandis que le programme d’assistance macro-financière de l’UE a déjà attribué 92 millions d’euros à la Géorgie sous forme de dons et de prêts entre 2008 et 2017 (De Waal, 2017). Une partie de cette aide financière arrive en Abkhazie à travers des programmes de développement. Mais elle ne concurrence pas l’aide apportée par la Russie. Entre 2008 et 2017, l’UE aurait dépensé 50 millions d’euros pour l’Abkhazie, soit dix fois moins que la somme investie par Moscou (De Waal, 2017).

  • 9 Traduction A. B.

15L’aide militaire et financière versée à la Géorgie serait en partie le fruit d’une stratégie géorgienne de « victimisation » (Toal et Merabishvili, 2019), en lien avec la représentation géorgienne qui considère les sécessionnismes abkhaze et sud-ossète comme « une arme de Moscou pour déstabiliser le pays » (Serrano, 2007). En parallèle, en Abkhazie, la plus grande partie de l’aide financière vient de la Russie, à travers des investissements privés, le financement public du budget, ou des prêts comme celui de la compagnie ferroviaire russe pour la réhabilitation de la voie ferrée abkhaze (Prelz Oltramonti, 2015). La frontière de facto se construit donc à l’échelle locale au niveau international. Bien que les intérêts des acteurs étrangers et des organisations internationales dans la question abkhaze soient plus complexes, ils sont majoritairement structurés par un « bras de fer américano-russe » post-guerre froide (Radvanyi, 2011 ; Clogg, 2009). A l’échelle locale, bien que la Stratégie géorgienne sur les territoires occupés (Government of Georgia, 2010) prévoie la (ré)intégration de l’Abkhazie à la République de Géorgie, celle-ci n’est souhaitée ni par la majorité de la population frontalière de l’Abkhazie (O’Louhglin, Kolosov et Toal, 2011), ni par les élites de cette entité. En 2009, l’ancien Président abkhaze Sergey Bagapsh affirmait : « nous ne ferons jamais plus partie de la Géorgie, ce sujet est clos »9 (O’Louhglin, Kolosov et Toal, 2011).

La persistance des flux à travers la frontière de facto abkhazo-géorgienne

  • 10 Echange informel avec deux habitantes de Sukhumi qui rendent visite à leurs familles à Tbilisi plus (...)
  • 11 Entretiens informels avec l’EUMM, à Zugdidi en janvier 2015, et observations de terrain.

16L’espace abkhazo-géorgien est divisé sur le plan politique par la frontière de facto, mais les flux transfrontaliers persistent, ce qui contribue à créer en fin de compte un espace relativement homogène sans discontinuité socio-économique notable. Cette homogénéité est toutefois instable, comme le sont les règles de passage de la frontière de facto côté abkhaze, qui sont sujettes à de fréquents remaniements10. L’EUMM interroge quotidiennement les usagers celle-ci à propos des conditions de passage et des documents requis : le passeport soviétique, le passeport abkhaze ou la carte de résident, des laissez-passer selon les cas, etc.11 De plus, la rigidification de la frontière de facto avec la fermeture récente de cinq des six points de passages - officiellement pour des raisons de sécurité -, qui étaient surtout utilisés par la population locale de la zone frontalière, a fragmenté cet espace sans pour autant faire baisser la pression migratoire et nuire aux échanges économiques transfrontaliers (principalement le commerce informel).

  • 12 Entretiens informels et observations de terrain, 2015-2018.

17Selon les autorités abkhazes, 1 500 personnes traverseraient chaque jour la frontière de facto, principalement des Mingrèles du district de Gali qui se rendent de l’autre côté pendant la journée et reviennent le soir (Open Caucasus Media, 2017). Ce nombre est toutefois très bas, si l’on considère qu’entre 40 000 et 60 000 Géorgiens sont retournés en Abkhazie après la guerre, pour la plupart dans le district de Gali (UNHCR, 2001 ; Inal-Ipa, 2009). Les 225 000 autres réfugiés ou déplacés internes selon Tbilissi, dont beaucoup résident actuellement à Zugdidi, n’ont pas pu ou n’ont pas voulu retourner sur leur lieu de résidence originel, pour des raisons de sécurité ou des raisons personnelles, ou parce que les autorités abkhazes les en empêchent (Lundgren, 2016). En ce qui concerne les autres habitants de la Géorgie, ils ne pourront pas traverser la frontière de facto légalement, à moins de prouver que l’on a un lien familial avec des personnes résidant en Abkhazie et de satisfaire d’autres conditions telles que la non-participation au conflit. Les flux touristiques sont quant à eux très faibles sur ce poste-frontière. Ainsi, les personnes qui ont le plus de facilités légales et matérielles (autorisations de Sukhumi et proximité géographique) de circuler sont les habitants de la zone frontalière, à savoir des Mingrèles du district de Gali12.

  • 13 Entretien avec Tamar Kochoradze, Directrice de département au Ministère de la Réconciliation et de (...)
  • 14 Echange informel, en août 2018 à Sukhumi.

18Chaque année, plusieurs centaines de personnes se rendent également en territoire sous contrôle géorgien pour bénéficier d’examens et de soins gratuits dans le cadre d’un programme ad hoc mis en place en 2010 par un décret du Ministère de la Santé géorgien13. Ce programme prévoit une exonération des frais médicaux dans les hôpitaux et dispensaires géorgiens pour les résidents d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud (sur présentation d’un justificatif). En 2014, 450 Abkhazes auraient ainsi bénéficié du programme et plus de 500 pendant les cinq premiers mois de 2016 (Jardine, 2018), sur un total de 2 000 habitants d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud susceptibles d’en bénéficier en 2016 (Tamar Kocharadze, 2017). Or, ces flux sont relativement contrôlés par les autorités abkhazes, qui souhaitent les endiguer autant que possible. Les conditions d’accès au territoire géorgien pour les résidents d’Abkhazie, définies par les autorités abkhazes, sont assez complexes et évoluent rapidement. Si une année il est possible d’obtenir facilement un laissez-passer, cela peut être quasiment impossible l’année suivante, selon une Abkhaze qui traverse fréquemment la frontière de facto depuis plusieurs années14.

  • 15 Entretien au printemps 2017 et à l’été 2018 à Sukhumi.
  • 16 Observations de terrain entre 2015 et 2018.
  • 17 Entretiens informels en Abkhazie, 2015-2018.
  • 18 Observation de terrain, 2018.

19Jusqu’en 2017, les noisettes d’Abkhazie étaient vendues en très grande quantité dans la ville géorgienne de Zugdidi, où se trouve une usine Ferrero. Puis, une invasion de punaises qui touche toute la région a ravagé une bonne partie de la récolte de 2017 et la quasi-totalité de la récolte de 2018. La vente de noisettes est, selon des entretiens informels avec un douanier abkhaze15, la seule marchandise autorisée à l’exportation à des fins commerciales. Toutefois, le contrôle de flux de marchandises ne s’applique que sur le côté abkhaze de la frontière de facto ; la Géorgie ne contrôle théoriquement pas ce qui transite. Il n’y a pas d’agents des Douanes géorgiennes sur le poste frontière ni de fouille des véhicules16. Pourtant, d’autres produits, notamment des produits de la vie quotidienne, sont importés en Abkhazie depuis le territoire contrôlé par la Géorgie, où ils sont bon marché. Dans certaines limites, cette importation est légale : chaque personne est en droit d’importer une certaine quantité de marchandises pour sa consommation personnelle. Or, si les autorités abkhazes affirment qu’il n’y a aucune activité d’importation à des fins commerciales à travers la frontière de facto abkhazo-géorgienne, l’existence de tels flux à la manière du « commerce à la valise » entre Istambul et des pays voisins (Galgloff et Pérouse, 2001) est un secret de polichinelle. Toutefois, aucune donnée n’est disponible sur la quantité et sur la nature des marchandises transportées, bien qu’il s’agisse plutôt de biens de première nécessité ou de petits objets de la vie quotidienne (des balais par exemple, selon une observation faite en octobre 2018) et que ces biens soient achetés tant à Zugdidi qu’à Tbilissi, voire en Turquie, pour être revendus sur les marchés de Gali et de Sukhumi17 (Prelz Oltramonti, 2015). Ce commerce dépend du marché, des prix observés de part et d’autre de la ligne de séparation, de l’évolution des cours du rouble (en Abkhazie) et du lari (en Géorgie) et des conditions de passages (relations entre passeurs et douaniers, véhicules, normes, etc.). Dans l’autre sens, ce type de pratiques existe aussi, par exemple la contrebande de cigarettes vers le territoire sous contrôle géorgien : des femmes enveloppent leur corps de cigarettes dans les toilettes publiques de la frontière de facto, laissant les emballages aux pieds des poubelles18. Pour les autres produits, les résidents d’Abkhazie se rendent généralement soit à Sochi soit à Zugdidi, selon leur situation géographique, leur passeport et leurs préférences.

20Les dynamiques transfrontalières abkhazo-géorgiennes sont en permanente transformation, en raison de l’évolution constante des conditions de passage. En 2016, deux points de passage ont été fermés : celui de Shamgona–Tagiloni, situé sur l’ancienne voie ferrée désaffectée, et celui de Pakhulani–Lekukhona, qui est le plus septentrional. En 2017, ce sont ceux d’Orsantia-Ortobaia et de Khurcha-Nabakevi qui ont été fermés. La raison avancée par les autorités abkhazes est avant tout sécuritaire (Ria Novosti, 2014). La fermeture unilatérale de quatre postes-frontière abkhazo-géorgiens a suscité de vives protestations en Géorgie et dans la zone frontalière abkhaze. L’EUMM a même médiatisé le sujet, mais sans résultats. Les flux ont été redirigés vers le poste principal situé sur l’Inguri, à la hauteur de Rukhi, qui était déjà le seul point de passage autorisé pour les étrangers. Toutefois, un nombre élevé de résidents du district de Gali se rend à Zugdidi ou plus loin quotidiennement. Certains sont des enfants dont l’école se situe en territoire sous contrôle géorgien, d’autres vont simplement travailler. Ce sont ces flux qui sont le plus touchés par la fermeture du point de passage, même si paradoxalement le passage se fait plus rapidement aujourd’hui (été et octobre 2018) et même si les personnes ne sont souvent pas contrôlées du côté géorgien. Finalement, au début de l’année 2019, la frontière a été complètement fermée par les autorités abkhazes pendant un mois, de crainte qu’une épidémie de grippe porcine en Géorgie ne touche l’Abkhazie.

Figure 2 : Anatomie du checkpoint sur l'Inguri

Figure 2 : Anatomie du checkpoint sur l'Inguri

21Ainsi, si les flux transfrontaliers existent, ils sont déterminés dans leur volume par des conditions qui varient très rapidement, surtout par la succession de règlements éphémères, imposés unilatéralement par les parties abkhaze et russe. Toutefois, les contacts quotidiens entre les zones de Gali et de Zugdidi et les échanges économiques contribuent à maintenir une certaine homogénéité de cet espace transfrontalier, principalement parce que, de part et d’autre de la frontière de facto, réside la même communauté (mingrèle).

La construction d’une frontière identitaire-nationale abkhaze sur l’Inguri : l’encodage symbolique de l’espace frontalier

22L’Abkhazie est un territoire multi-ethnique. En 2009, après une recherche anthropologique approfondie, Anatoly Yamskov estimait qu’en Abkhazie résidaient environ 70 000 à 75 000 Abkhazes, 65 000 Géorgiens (principalement mingrèles) et 45 000 Arméniens pour une population totale d’environ 225 500 habitants (Yamskov, 2009). Le recensement de 2011 dénombre quant à lui 122 175 Abkhazes (50,8%), 46 499 Géorgiens (19,3%), 41 907 Arméniens (17,4%) et 22 064 Russes (9,2%), le reste étant composé de Grecs, Turcs, Ukrainiens, Estoniens, Abaza et Ossètes. Comme dans le recensement de 2003 (Yamskov 2009), ces données ont probablement été « arrangées » par les autorités abkhazes, pour qui la question démographique reste un enjeu majeur ; il s’agit de la crainte de devenir une minorité ethnique sur son propre territoire et de perdre la capacité à la gouverner (droit conféré durant la période soviétique en vertu du statut de « nation titulaire » selon la conception stalinienne de la nation ; Staline, 1913). Dans le district de Gali, la population est quasi-exclusivement mingrèle (98% ; Ethno Caucausus, 2014). Il s’agit du même sous-groupe ethnique géorgien qu’en Samegrelo, qui est la région située de l’autre côté de l’Inguri ; les populations de cette communauté qui résident de part et d’autre de la frontière de facto entretiennent toujours des contacts quotidiens et sont liées par de nombreux liens de parentés. Pour l’Abkhazie, État en manque de légitimité étatique, il est doublement important de renforcer ou de protéger les frontières qui ont une valeur symbolique identitaire et qui sont constitutives de l’idée même d’État (Blanchard, 2005). Ces enjeux s’appliquent à la frontière de facto avec le territoire sous contrôle géorgien. Plus que cela, l’Abkhazie doit créer une frontière identitaire là où, dans les siècles précédents, il n’en y avait pas. Outre la question ethnique, il existe encore aujourd’hui en Abkhazie (où le groupe ethnique abkhaze domine la vie culturelle et politique) une crainte que la communauté géorgienne de Gali ne représente une « cinquième colonne » à la solde de la Géorgie (Inal-Ipa, 2009).

23Le district de Gali, qui était déjà une zone marginale d’Abkhazie à l’époque soviétique, a été fortement touché entre 1993 et 2009 par une situation de conflit permanent de basse intensité (guérilla, sabotages, criminalité, etc. ; O’Louhglin, Kolosov et Toal, 2011) et demeure une zone sécuritaire spéciale, placée sous la haute protection des forces de sécurité abkhazes. Le district de Gali est donc limité par une double frontière : l’une à l’est avec le territoire sous contrôle géorgien et l’autre à l’ouest avec le reste de l’Abkhazie (frontière sécuritaire et identitaire). Il s’agit donc à plusieurs égards d’une zone frontière. Pour s’approprier ce territoire frontalier, les autorités abkhazes y appliquent la même politique qu’au reste du territoire. Cela passe entre autres par le marquage de l’espace et du paysage avec la multiplication de drapeaux. Par exemple, à l’automne 2018, la rue principale de Gali a été pavoisée avec tissus rouges, verts et blancs, les couleurs du drapeau abkhaze. De même, en haut d’un mat d’une dizaine de mètres, sur le point de passage de l’Inguri, un drapeau abkhaze flotte et est visible à plusieurs kilomètres. Finalement, sur le point de passage de la limite abkhazo-géorgienne, en venant de Géorgie, comme sur la frontière russe, un grand panneau en forme d’arche indique l’entrée en Abkhazie (en anglais, en russe et en abkhaze) afin de mettre en scène le passage d’un État à un autre.

Figure 3 - Drapeau abkhaze, 2019

Figure 3 - Drapeau abkhaze, 2019

Dessin Ariane Bachelet

Figure 4 - Indications routières à Sukhumi, 2018

Figure 4 - Indications routières à Sukhumi, 2018

Photo : Ariane Bachelet

  • 19 Nous avons choisi de garder l’orthographe soviétique dans cet article.

24L’appropriation territoriale abkhaze passe aussi par la modification des toponymes, à la fois sur le territoire (noms de rues, panneaux routiers et panneaux indicateurs des lieux, etc.) et sur les cartes (cartes sur papier et carte en ligne). Afin de s’opposer à la géorgianisation de « leur » territoire qui aurait eu lieu à l’époque soviétique, les toponymes d’Abkhazie ont fait l’objet d’une révision depuis 1993 ; il s’agit de se réapproprier à la fois le territoire national et le droit de nommer son propre espace. Ainsi, la rivière Inguri (aussi écrite Enguri) est devenue l’Ingur, la ville de Sukhumi (sokhumi en géorgien) est devenue Sukhum (voire Aqwa, ancien nom abkhaze), la ville de Gali est devenue Gal et ainsi de suite. Généralement, il s’agit de supprimer le « i » final, marque du nominatif en géorgien. Mais parfois, les noms de villages ou de lieux sont radicalement modifiés. Près de la frontière de facto abkhazo-géorgienne, le village d’Ostartse est devenu Dikhazurga, Lekukhona change pour Alakumkhara. Les deux villages d’Ortobaia, plus au sud ont été renommés Bgoura et Khashta. La liste des exemples est longue. De plus, ces toponymes sont modifiés à la fois sur les cartes produites par l’Abkhazie et sur celles produites par la Russie (dont la carte virtuelle de Yandex.maps). En outre, les noms de lieux sont écrits en alphabet cyrillique, abkhaze ou latin, et jamais en alphabet géorgien19.

  • 20 Entretien avec une résidente de Gali qui doit suivre un nouveau cursus à Sukhumi, août 2018.
  • 21 Echange informel avec Giorgi, Kazbegi, été 2016.

25L’appropriation abkhaze de cette région est aussi culturelle à travers l’éducation. Dans les écoles du district de Gali, l’enseignement n’est pas prodigué en géorgien (Tamar Kocharadze, 2017), ou alors de façon périodique, comme en 2005-2006 (Clogg, 2009). L’enseignement a souvent lieu en russe ou en abkhaze. L’abkhaze est une langue du groupe abkhazo-adygien, distincte du géorgien et du russe parlée couramment par très peu de locuteurs en Abkhazie, même au sein de la communauté abkhaze (Clogg, 2009). Cette politique en matière d’éducation a plusieurs conséquences. Dans le cas où les parents souhaitent que leurs enfants puissent étudier à l’université, il existe trois possibilités : l’université abkhaze de Sukhumi (avec toutefois des problèmes de reconnaissance de diplômes en dehors de l’Abkhazie), les universités de Russie, ou celles de Géorgie. Généralement, les familles abkhazes et arméniennes envoient leurs enfants étudier en Russie, et les familles géorgiennes en Géorgie (Clogg, 2009). Cela accentue la fracture sociale et spatiale d’Abkhazie. De plus, cela crée certains problèmes d’insertion professionnelle. Par exemple, la non-reconnaissance des diplômes géorgiens en Abkhazie complique la recherche d’emploi20. De plus, l’éducation primaire et secondaire en russe peut poser des problèmes en termes de connaissances scolaires : l’accession aux universités de Géorgie est conditionnée par un examen en géorgien. Il est toutefois possible de bénéficier d’une remise à niveau21. Pour éviter cela, nombreux sont ceux qui scolarisent leurs enfants en territoire sous contrôle géorgien (Zugdidi par exemple). Cela crée des mouvements pendulaires ; les enfants traversent tous les jours ou sont hébergés par des proches pendant la semaine près de leur école. Cette politique scolaire abkhaze, qui peut être interprétée comme une forme de revanche par rapport au début de la période soviétique où la langue abkhaze avait été bannie de l’enseignement par les leaders géorgiens, est considérée par le gouvernement géorgien comme une violation du droit à l’éducation des personnes dans leur langue maternelle (Tamar Kocharadze, 2017). Or, ironie de la protestation, le kartvèle (qui est la langue officielle de la Géorgie) n’est en réalité pas la langue maternelle de la plupart de ces enfants. Leur langue est en réalité le mingrèle, présenté par la Géorgie comme un simple dialecte mais qui n’est pas compréhensible par un locuteur kartvèle.

26De manière générale, la question identitaire (ethnique et nationale), est associée à de nombreux traumatismes hérités de la période soviétique. C’est pour cette raison probablement que les politiques territoriales et linguistiques abkhazes sont si radicales. Elles sont le reflet de profondes blessures identitaires et politiques. La modification des toponymes, la suppression de l’enseignement en géorgien et le marquage du paysage sont des manières de se réapproprier le territoire et l’espace en Abkhazie, mais aussi d’effacer les traces du passé géorgien. En d’autres termes, c’est une manière de consolider la nation abkhaze (nation-building) : construction d’une identité commune et d’un sentiment partagé d’unité par l’ensemble de la population à travers l’éducation, la propagande, l’idéologie et la diffusion des symboles étatiques (Kolstø et Blakkisrud, 2008).

La politique géorgienne : des aménagements près de la « ligne d’occupation » pour la réintégration de l’Abkhazie

27Depuis le début des années 2000, le gouvernement géorgien a adopté plusieurs stratégies pour réintégrer les « territoires sécessionnistes », en relation directe avec la frontière de facto. L’année 2008 avec la défaite militaire géorgienne et la perte totale de l’accès aux territoires d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud a été un tournant. L’ancienne stratégie géorgienne - à la fois action militaire et déstabilisation politique (Hille, 2010) - a laissé place la place à une politique plus souple et moins frontale. Celle-ci a pour objectif la « dés-occupation » de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud. Elle mise sur le comportement des individus et propose de soutenir les interactions économiques, culturelles et individuelles entre les peuples séparés par la frontière de facto et de garantir aux citoyens des territoires dits « occupés » (côté abkhaze) les mêmes droits et privilèges qu’aux citoyens de Géorgie (Government of Georgia, 2010). Ce changement de politique est visible également dans l’évolution du gouvernement : le Bureau du Ministre pour les Questions de Résolution du conflit de 2004 est devenu le Bureau du Ministre pour la Réintégration en 2008 puis le Bureau Ministre de la Réconciliation et des Droits civiques en 2014.

  • 22 L’Adjarie, dont Batumi est la capitale, est une région autonome de Géorgie qui a été réticente à se (...)

28Après 2008, le gouvernement Mikhaïl Saakashvili a entrepris plusieurs projets coûteux : le réaménagement de la ville de Batumi22, la rénovation des postes frontières, la réalisation de projets d’architectes mondialement réputés, etc. Cette théâtralisation de l’espace national a aussi lieu le long de la frontière de facto dans le but de mettre en scène une Géorgie moderne, comme une « vitrine » alléchante (Jean, 2015). C’est dans cet esprit qu’a été lancé le projet utopiste de ville nouvelle à Anaklia, présenté lors d’un forum consacré à la « nouvelle route de la soie » chinoise. Il s’agissait de construire une ville aux standards européens pour une population d’un demi-million d’habitants (contre un million à Tbilissi et quatre millions en Géorgie), sur la frontière de facto, au bord de la mer Noire (Olia Pipia, 2014). Cette ville, Lasika, ou Anaklia, devait être construite à l’emplacement d’un village portant le même nom (Anaklia). Elle devait posséder un port de marchandises, un port de plaisance, des gratte-ciels, une gare, un aéroport, une zone résidentielle, un quartier d’affaires et une plage aménagée avec des installations balnéaires et des hôtels luxueux (GergiaInBerlin, 2012). En 2011, Mikhaïl Saakashvili a inauguré le premier hôtel sur la place d’Anaklia. Le bord de mer a été aménagé et un centre de loisir aquatique a été construit du côté géorgien de la frontière de facto (Shepart, 2016). Mais le projet a été finalement abandonné.

29Depuis quelques années, la zone frontalière est réinvestie avec la mise en œuvre d’autres opérations. Un important festival de musique électronique, le Georgian Electronical Music Festival (GEM Fest), attire plusieurs centaines de milliers de participants de Géorgie ou de l’étranger ce qui a permis d’insuffler des capitaux dans l’économie locale (Shepart, 2016). Plus récemment, la construction d’un port de marchandises à Anaklia a débuté. L’appel d’offres a été gagné par un consortium d’entreprises géorgienne, américaine, anglaise et bulgare : TBC Holding, Conti International, SSA Marine, Wondernet Express and G-Star LTD. Le coût estimé s’élève à environ 2,5 millions de dollars et les travaux devraient être achevés en 2020. En fin de compte, même si les populations locales profitent de la plage d’Anaklia durant la période estivale, elle reste peu attractive à l’échelle nationale face à Batumi par exemple, et surtout face aux plages d’Abkhazie occidentale et aux infrastructures nocturnes de Sochi (privilégiées par les jeunes Abkhazes).

30L’idée originelle de la ville d’Anaklia était de créer une ville susceptible de connecter la Géorgie à l’économie mondiale et de séduire les habitants et les élites de l’Abkhazie, en exhibant ainsi la modernité et le potentiel de développement de la Géorgie. Cette stratégie est inspirée de la « stratégie de la patience » adoptée par les États-Unis et exposée par le vice-président étasunien Joseph Biden au parlement géorgien en 2009 : présenter aux Abkhazes et Ossètes une Géorgie paisible et prospère, où ils peuvent être libres et où leur communauté peut s’épanouir dans le cadre d’une autonomie politique au sein d’un système fédéral géorgien, serait pour Tbilissi le meilleur moyen pour réintégrer les territoires sécessionistes (Mitchell et Cooley, 2010). En 2010, le gouvernement géorgien développa ainsi la State Strategy on Occupied Territories: Engagement through Cooperation (Government of Georgia, 2010).

31Après la fermeture des cinq postes-frontières avec l’Abkhazie, le village frontalier de Rukhi est devenu très attractif. Différents projets d’aménagement y ont vu le jour (hôpital, centre commercial, serre) afin de bénéficier aux habitants d’Abkhazie ainsi qu’aux résidents de la zone sous contrôle géorgien. L’hôpital de Rukhi, avec une capacité de 200 lits, et un coût de plus de 10 millions de dollars (financements publics et réalisation de la State Construction Compagny Ltd), devrait ouvrir prochainement. Jusqu’à présent, les résidents d’Abkhazie devaient se rendre à Kutaïssi ou Tbilissi pour recevoir des soins médicaux couverts par le programme de santé géorgien. Giorgi Kanashvili, directeur du think tank Caucasian House, explique que certains politiciens géorgiens considèrent le projet de l’hôpital de Rukhi comme une erreur de stratégie car, en s’arrêtant à Rukhi les Abkhazes ne verront plus ce que la Géorgie a à offrir loin de la zone frontalière. Toutefois, selon lui, le plus important est surtout de briser le tabou qu’est le fait de venir en Géorgie (Jardine, 2018). Mikhaïl Janelidze, ministre des Affaires étrangères géorgien, explique qu’il s’agit d’une « opportunité pour l’autre côté ». A l’inverse, son homologue abkhaze, Daur Kove, rétorque que les Géorgiens persistent à ne pas comprendre une simple chose : « nous n’avons pas besoin d’eux. Nous avons vécu plus de 25 ans sans eux » (De Waal, 2017). Cela montre bien l’incompréhension mutuelle au sujet de leurs différentes politiques territoriales.

Figure 5 - Centre commercial de Rukhi, 25 mai 2016

Figure 5 - Centre commercial de Rukhi, 25 mai 2016

Source : page facebook de Rukhi Trading Centre

32Parallèlement, un centre commercial censé employer environ 1 000 personnes, dont la construction a coûté plusieurs millions de lari (un euro équivalant à trois lari) a ouvert à Rukhi, au bord de la route principale. On y trouve un supermarché, un magasin de pièces détachées pour auto, un garage et un magasin de mobilier et outils de construction. De plus, un centre communautaire du ministère de la Justice géorgien a été construit sur le site du centre commercial, offrant plus de 200 services juridiques pour les populations locales. Il a coûté plusieurs millions de lari. Finalement, une exploitation agricole de légumes sous serre, où sont employés des déplacés/réfugiés et des résidents du district de Gali a été créée avec une aide financière du Japon et des financements publics géorgiens, pour un coût total d’environ 100 000 dollars (Agenda.ge, 2016).

  • 23 Entretiens informels.
  • 24 Traduction A. B.

33Dernièrement, le barrage de Jvari a également été visé par un projet d’aménagement du gouvernement géorgien. Cette décision est d’autant plus intéressante qu’elle touche une des rares activités menées en coopération entre l’Abkhazie et la Géorgie. En effet, le barrage hydro-électrique sur l’Inguri se trouve sur le territoire sous contrôle géorgien (village de Jvari) tandis que la station de contrôle est en Abkhazie. Depuis les années 1990, une coopération était nécessaire pour la production d’électricité : les techniciens et ingénieurs géorgiens sont autorisés à traverser la ligne de séparation tous les jours23 (Prelz Oltramonti, 2015). Le barrage hydro-électrique, terminé en 1987, est un des plus hauts barrages du monde, avec une arche de 271,5 mètres de haut. Il produit 70 % de l’électricité géorgienne et est la seule source d’électricité qui permet d’approvisionner l’Abkhazie. Comme le disait le Premier Ministre Giorgi Kvirikashvili en 2017 à Jvari, « la Géorgie a une position très stricte, à savoir que les habitants d’Abkhazie devraient être approvisionnés en électricité par la station hydroélectrique de l’Inguri. Ce geste signifie beaucoup et est un message pour nos frères abkhazes. Nous pouvons utiliser la station hydroélectrique comme un exemple de la manière de restaurer les relations brisées avec une coopération autour d’un intérêt commun »24 (Agenda.ge, 2017). La gestion commune du barrage est alors vue comme un moyen de réconciliation. En 2015, le barrage a été inscrit par le gouvernement géorgien au patrimoine national, en tant qu’héritage culturel géorgien. Cette décision qui affirme avec force l’appartenance de cette infrastructure à la Géorgie n’a pas semblé perturber la production commune de l’électricité. Elle a été rapidement suivie par la présentation d’un projet d’aménagement touristique ambitieux : recevoir 400 000 touristes par an (Agenda.ge, 2017) sur les 2 à 3 millions de touristes qui visitent la Géorgie chaque année, créer sur le site du barrage des plateformes d’observation, un musée ou centre de découverte, un itinéraire en bus, une tyrolienne de 1 300 m, un funiculaire, des équipements de sports extrêmes (saut à l’élastique, etc.), des tours en bateau sur le réservoir, un ascenseur de 280 mètres de haut afin d’observer l’arche de haut en bas et une scène de concert au pied de l’arche avec des projections sur cette dernière (Kapanadze, voir références bibliographiques, non daté).

  • 25 Ce qui ressort de plusieurs entretiens en Abkhazie, entre 2015 et 2018.

34Comme celui d’Anaklia et de Rukhi, le projet d’aménagement touristique du barrage de Jvari est ambitieux et onéreux. L’objectif est surtout de montrer la Géorgie comme un pays accueillant et moderne. Il s’agit donc d’une stratégie d’attractivité. Pourtant, pour la quasi-totalité de la population d’Abkhazie qui n’a pas de liens personnels avec les habitants du territoire sous contrôle géorgien ni d’expérience personnelle de ce dernier, se rendre en Géorgie, excepté pour des raisons médicales, n’est même pas envisagé, ou bien est considéré soit comme une aberration soit comme une trahison25. Ce qui est vrai au niveau individuel l’est encore plus au niveau politique. Les autorités abkhazes ont une véritable politique de « tourner le dos » à la Géorgie. Néanmoins, bien que les ambitions politiques géorgiennes de réconciliation semblent peu réalistes à court terme, ces projets sont de réels moteurs de développement local.

Conclusions

35Chaque situation frontalière est spécifique. Le contexte interne comme externe permet d’expliquer les différents projets territoriaux observés dans les zones frontalières. Dans le cas abkhazo-géorgien, les projets et les activités étudiés dans la zone frontalière ne sont pas seulement conditionnés par le conflit. Ils sont conçus et mis en œuvre précisément parce qu’il y a une situation de conflit. Les autorités de Sukhumi veulent effacer le passé géorgien et afficher une politique de réappropriation du territoire national ; mais elles sont contraintes en même temps de concéder une certaine ouverture des frontières aux flux, notamment sous la pression des habitants de la zone frontalière et sous celle des mécanismes internationaux de médiation. De l’autre côté de la frontière de facto, les autorités de Tbilissi tentent de mettre en œuvre une politique de réconciliation et d’attractivité en promouvant le développement de la zone frontalière, avec notamment trois projets ambitieux (Anaklia, Rukhi, Jvari). Parallèlement, le gouvernement de Tbilissi essaye tout de maintenir un contrôle frontalier aussi discret que possible et d’effacer toute idée de fracture territoriale dans les représentations sociales. Comme le dit Thomas de Waal,» chacune des parties travaille à construire une réalité qu’il demande à l’autre d’accepter, si et quand il « reviendra à la raison ». L’idée de Tbilissi est une Géorgie nouvelle, plus proche de l’Europe et si attractive que les Abkhazes vont inévitablement vouloir la rejoindre. La contre-proposition abkhaze est une république qui fonctionne maintenant comme un État indépendant et que Tbilissi finira par reconnaître comme tel » (De Waal, 2017).

36D’une manière générale, le conflit sur la délimitation de cette frontière de facto ne porte pas sur le tracé de cette dernière, mais plutôt sur son fonctionnement et surtout sur son statut (s’agit-il d’une frontière ou non ?). Si l’évolution de cette limite contestée vers le statut de frontière internationale stricto sensu ou bien le processus inverse dépendent uniquement des décisions des États, le temps est un facteur de stabilisation de la situation sur le terrain et donc de possible consolidation de cette frontière de facto. Bien que l’existence d’une frontière politique au sens strict soit refusée par la Géorgie, c’est bien une frontière de fait qui est peu à peu construite en relation avec les activités qui existent dans les zones frontalières des deux côtés : sécurisation de la zone, projets d’aménagement frontaliers, etc. De même, les organisations internationales, qu’elles soient neutres ou qu’elles prévoient la réunification géorgienne, contribuent aussi à sa consolidation. Comme le souligne Antal Berkes, des missions de maintien de la paix telles que l’EUMM ont un mandat qui prévoit la stabilisation et la résolution du conflit, ce qui devrait au moins prévenir la reprise des hostilités et consolider de la ligne de cessez-le-feu. Bien qu’aucune de ces missions ne légitime le statu quo, elles contribuent indirectement à la consolidation du contrôle territorial exercé par les deux entités voisines, dont l’une est un État de facto (Berkes, 2018).

Haut de page

Bibliographie

AMILHAT SZARY, A-L., 2015, Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Paris, PUF

AZAROVA, V., 2015, Illegal territoriality in international law: the interaction and enforcement of the law of belligerant occupation through other territorial regimes, Thèse de doctorat, Université nationale d’Irlande, <https://aran.library.nuigalway.ie/handle/10379/5107> (consulté le 2 mai 2019)

BACHELET, A. ; DUQUESNEY, L-J. ; MERLE, T., 2018, « Conflits de souveraineté et frontières contestées », The Journal of Power Institutions in Post-Soviet Societies, n°18, <http://journals.openedition.org/pipss/4303> (consulté le 24 janvier 2019)

BAEV, P., 1998, Russia’s Policies in Secessionist Conflicts in Europe in the 1990s, Security Policy Library, 11 (Oslo, Norwegian Atlantic Committee)

BERKES, A., 2019, “Frozen conflicts, consolidation of de facto regimes and the obligation of timely co-operation”, dans RISINI et WUSCHKA, S. (eds.), Zeit und Internationales Recht / Time and International Law, Verlags MohrSiebeck, pp. 175-199

BLANCHARD, J-M., 2005, « Linking Border Disputes and War: An Institutional-Statist Theory », Geopolitics, n°10, pp. 688-711

CLOGG, R., 2008, « The Politics of Identity in Post-Soviet Abkhazia : Managing Diversity and Unresolved Conflict », Nationalities Papers, Vol. 36, N. 2, pp. 305-329

COPPIETERS, B., 2002, « In Defence of the Homeland: Intellectuals and the Georgian-Abkhazian Conflict », In : COPPIETERS, B. ; HUYSSEUNE, M. (Eds.), Secession, History and the Social Sciences, Brussels, VUBPRESS, pp. 89-116

COPPIETERS, B., 2018, « Three types of forgetting: on contested States in Europe », Journal of Balkan and Near Eastern Studies, vol.20, n°6, pp.578-598

DUPUY, P.-M., KERBRAT, Y., 2014, Droit international public, Paris, Dalloz

FOUCHER, M., 1991, Fronts et frontières. Un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard

GANGLOFF, S. ; PÉROUSE, J-F., 2001, « Le commerce à la valise roumain : un phénomène en déclin ? », In : La présence roumaine à Istanbul : Une chronique de l’éphémère et de l’invisible, <http://books.openedition.org/ifeagd/156> (consulté le 3 avril 2019)

GROUPE FRONTIERE, « La frontière, un objet spatial en mutation. », EspacesTemps.net, Travaux, <https://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation/>

HILLE, C., 2010, State Building and Conflict Resolution in the Caucasus, Leiden, Brill

INAL-IPA, A., Mai 2009, « The Problem of Providing Security for the Border Area Population of the Gal District of Abkhazia », Georgian and Abkhaz Perspectives on Human Security and Development in Conflict-Affected Areas, <http://www.toledopax.org/sites/default/files/files/CITpax_Georgian_and_Abkhaz_Perspectives_on_Human_Security_and_Development_in_Conflict_Affected_Areas_May2009.pdf> (consulté le 6 avril 2019)

JEAN, M., 2015, Batumi, étude géopolitique d’une ville vitrine, mémoire de Master 2, Institut Français de Géopolitique

KING, C., 2001, « The Benefits of Ethnic War: Understanding Eurasia’s Unrecognized States », World Politics, vol. 53, n°4, pp.524-552

KOLOSOV, V., 2011, « Post-Soviet Boundaries :Territoriality, Identity, Security, Circulation », In: WASTL-WALTER, D. (ed.), The Ashgate Research Companion to Border Studies, Londres et New York, Routledge

KOLOSOV, J. ; SCOTT, J., 2013, « Selected conceptual issues in border studies », Belgeo, <http://journals.openedition.org/belgeo/10532>

KOLOSOV, V. ; O’LOUGHLIN, J., 1998, « Pseudo-States as Harbingers of a New Geopolitics: The Example of the Trans-Dniester Moldovan Republic », Geopolitics, vol. 3, n°1, pp.151-176

KOLSTØ, P. ; BLAKKISRUD, H., 2008, « Living with Non-recognition: State- and Nation-building in South Caucasus Quasi-states », Europe-Asia Studies, Vol. 60, N.3, pp. 483-509

O’LOUGHLIN, J.; KOLOSOV, V.; TOAL, G., 2011, « Inside Abkhazia : Survey of Attitudes in a De Facto State », Post-Soviet Affairs, Vol. 27, N. 1, pp. 1-36

LUNDGREN, M., 2016, « Place matters: return intentions among forcibly displaced young Georgians from Abkhazia living in Tbilisi and Zugdidi », Caucasus Survey, Vol.4, N.2, pp.129-148

MERLE, T., 2013, Les États autoproclamés dans l’ancien espace soviétique. Approche comparative : Transnistrie, Abkhazie, Ossétie du sud, Haut-Karabagh. Mémoire de master soutenu à Lyon III

MINGHI, J., 196, “Boundary studies in political geography”, Annals of the Association of American Geographers, n° 53, pp. 407–28

MITCHELL, L. ; COOLEY, A., 2010, « After the August War: A New Strategy for U.S. Engagement with Georgia », The Harriman Review, Vol. 17, N. 3-4

MOULLE, F., 2013, « La frontière et son double. Un modèle à partir de l’expérience européenne », Belgeo, <http://journals.openedition.org/belgeo/10620>

NEWMAN, D., 2006, « The lines that continue to separate us: borders in our ‘borderless’ world », Progress in Human Geography, vol. 30, n°2, pp. 1–19

PAASI, A., 1996, Territories, boundaries and consciouness. The changing geographies of the finish-russian border, Chischester, Editions Wiley

PAASI, A., 1999, “Boundaries as social practice and discourse: the Finnish-Russian border”, Regional Studies, vol. 33, pp. 669–680

PEGG, S., 1998, International Society and the De Facto State, Aldershot, Ashgate Publishing

POPESCU, G., 2011, Bordering and Ordering the Twenty-first Century: Understanding Borders, Lanham, Rowman & Littlefield Publishers

POPOV, F., 2012, Geografia Setsessionizma v sovremennom mire, Moscou, Noviy Khronograf

PRELZ OLTRAMONTI, G., 2015, « The political economy of a de facto state: the importance of local stakeholders in the case of Abkhazia », Caucasus Survey, Vol. 3, N. 3, pp. 291-308

PRESCOTT, V., 1987, Political frontiers and boundaries, Chicago, Aldine

RADVANYI, J., 2011, Caucase. Le grand jeu des influences, Paris, Editions du cygne

ROSIERE, S., 2008, Dictionnaire de l’espace politique. Géographie politique et géopolitique, Paris, Armand Colin

ROSIERE, S., 2010, « La fragmentation de l’espace étatique mondial », L’Espace Politique, <http://journals.openedition.org/espacepolitique/1608>

SAPAROV, A., 2015, From conflict to autonomy in the Caucasus : the Soviet Union and the making of Abkhazia, South Osseti and Nagorno Karabakh, London et New York, Routledge

SERRANO, S., 2007, Géorgie. Sortie d’empire, Paris, Editions CNRS

STALINE, J., 1913, Le marxisme et la question nationale, Tirana, Editions Naim Frasheri (1968)

TOAL, G., MERABISHVILI, G., 2019, « Borderization theatre: geopolitical entrepreneurship on the South Ossetia boundary line, 2008–2018 », Caucasus Survey, pp. 1-24

YAMSKOV, A., 2009, « Special Features of the Changes in the Ethno Demographic Situation In Abkhazia in the Post-Soviet Period », The Caucasus and Globalization, Vol.3, N. 2-3, pp. 166-176

Articles divers et littérature grise

AGENDA.GE, 20 juillet 2017, « Georgia’s unique Enguri dam will become tourist zone in 5 years », <http://agenda.ge/en/news/2017/1551> (consulté le 16 février 2019)

AGENDA.GE, 8 juillet 2016, « New hospital to open near Georgia’s breakaway Abkhazia in 2017 » <http://agenda.ge/en/news/2016/1672> (consulté le 16 février 2019)

ANAKLIA DEVELOPMENT CONSORTIUM, non daté, « The Anaklia port project », <http://anakliadevelopment.com/info/> (consulté le 16 février 2019)

DE WAAL, T., 30 octobre 2017, « Abkhazia : Still Isolated, Still Proud », <https://carnegieeurope.eu/strategiceurope/73579?lang=en> (consulté le 16 février 2019)

EEAS (European External Action Service), 18 juin 2018, « Georgia: Hotline of the EU Monitoring Mission helps to prevent conflicts », <https://eeas.europa.eu/topics/conflict-prevention-peace-building-and-mediation/46738/georgia-hotline-eu-monitoring-mission-helps-prevent-conflicts_en> (consulté le 6 avril 2019)

ETHNO-CAUCASUS, 2014, « Naselenie Abkhazii », <http://www.ethno-kavkaz.narod.ru/rnabkhazia.html> (consulté le 3 avril 2019)

GEORGIANINBERLIN (posté par), 14 mai 2012, « Future of Georgia - Anaklia », <https://www.youtube.com/watch?v=hGFOG6GYOJg> (consulté le 16 février 2019)

GOVERNMENT OF GEORGIA, 27 janvier 2010, « State Strategy on Occupied Territories: Engagement Through Cooperation », <http://smr.gov.ge/Uploads/State_Stra_7871fe5e.pdf> (consulté le 17 février 2019)

HUMAN RIGHTS WATCH, 1995, « Georgia/Abkhazia: Violations of the Laws of War and Russia’s Role in the Conflict » <https://www.hrw.org/report/1995/03/01/georgia/abkhazia-violations-laws-war-and-russias-role-conflict> (consulté le 5 avril 2019)

ICG (International Crisis Group), 2010, « Abkhazia : Deepening Dependance », Europe report n° 202, <https://www.crisisgroup.org/europe-central-asia/caucasus/georgia/abkhazia-deepening-dependence> (consulté le 5 avril 2019)

JARDINE, B., 5 février 2018, « New Georgian Hospital Aims to Heal, and Win, Abkhazian Hearts and Minds », <https://eurasianet.org/new-georgian-hospital-aims-to-heal-and-win-abkhazian-hearts-and-minds> (consulté le 16 février 2019)

KAPANADZE, N., non daté, « Enguri hydro-power arch dam. Industrial Heritage Site and Tourist Attraction », <https://www.europeanheritagedays.com/App_Documents/Uploads/files/Enguri%20Dam_Nino%20Kapanadze_Georgia.pdf> (consulté le 16 février 2019)

OC (Open Caucasus) MEDIA, 7 mars 2017, « Abkhazia closes all but one Gali checkpoint », <https://oc-media.org/abkhazia-closes-all-but-one-gali-checkpoint/> (consulté le 16 février 2019)

OC MEDIA, 23 janvier 2017, « Abkhazia increases fine for border violation », <https://oc-media.org/abkhazia-increases-fine-for-border-violation/> (consulté le 5 avril 2019)

OC MEDIA, 26 janvier 2017, « Protest in Gali against closure of border crossings », <https://oc-media.org/protest-in-gali-against-closure-of-border-crossings/> (consulté le 6 avril 2019)

PIPIA, O., 1er juillet 2014, « Anaklia or Lasika port - Project of the Century », <https://www.streampress.com/news/business/item/1038-anaklia-or-lasika-port-project-of-the-century.html> (consulté le 16 février 2019)

RIA NOVOSTI, 3 octobre 2014, « Prezident Abkhazii Khazhimba khochet zakrivat pjat' KPP na granitse s Gruziey », <https://ria.ru/20141003/1026767543.html> (consulté le 6 avril 2019)

SHEPARD, W., 21 juillet 2016, « From War Zone To Beach Resort: Anaklia Rises Along The New Silk Road », <https://www.forbes.com/sites/wadeshepard/2016/07/21/from-war-to-electronic-music-georgias-anaklia-beach-resort-rises-on-the-new-silk-road/#277639403aa4> (consulté le 16 février 2019)

UNHCR, 30 juin 2001, « Georgia, Global report 2000 », pp. 357-363, <https://www.unhcr.org/3e23eb546.pdf> (consulté le 4 avril 2019)

Haut de page

Notes

1 Séminaire sur les États de facto à Manchester, mars 2018 et thèse de doctorat de Valentina Azarova, p. 106.

2 Entretien avec Kan Tanya, vice-ministre des Affaires étrangères, Sukhumi, 2017.

3 Avec des agents des Douanes, du ministère des Affaires étrangères pour l’Abkhazie, du ministère de l’Intérieur et du ministère de la Réconciliation pour la Géorgie.

4 Groupe ethnique apparenté aux Géorgiens et souvent inclus sans distinction dans cette dernière catégorie

5 Distribution de passeports, de laissez-passer, de cartes de résidents ou de visa par les autorités de Sukhumi.

6 Traduction A. B.

7 Observations de terrain entre 2015 et 2018.

8 Entretien avec Viacheslav Chirikba, ex-Ministre des Affaires étrangères abkhazes, à Sukhumi en février 2017.

9 Traduction A. B.

10 Echange informel avec deux habitantes de Sukhumi qui rendent visite à leurs familles à Tbilisi plusieurs fois par an, en août 2018, à Sukhumi.

11 Entretiens informels avec l’EUMM, à Zugdidi en janvier 2015, et observations de terrain.

12 Entretiens informels et observations de terrain, 2015-2018.

13 Entretien avec Tamar Kochoradze, Directrice de département au Ministère de la Réconciliation et de l’Equité civique de Géorgie, Tbilissi, février 2017.

14 Echange informel, en août 2018 à Sukhumi.

15 Entretien au printemps 2017 et à l’été 2018 à Sukhumi.

16 Observations de terrain entre 2015 et 2018.

17 Entretiens informels en Abkhazie, 2015-2018.

18 Observation de terrain, 2018.

19 Nous avons choisi de garder l’orthographe soviétique dans cet article.

20 Entretien avec une résidente de Gali qui doit suivre un nouveau cursus à Sukhumi, août 2018.

21 Echange informel avec Giorgi, Kazbegi, été 2016.

22 L’Adjarie, dont Batumi est la capitale, est une région autonome de Géorgie qui a été réticente à se soumettre à l’autorité de Tbilissi à la chute de l’URSS. Les velléités indépendantistes de l’ancien leader Aslan Abashidze ont pris fin en 2004 après une manœuvre politique et militaire du nouveau gouvernement de Saakashvili.

23 Entretiens informels.

24 Traduction A. B.

25 Ce qui ressort de plusieurs entretiens en Abkhazie, entre 2015 et 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte générale de la frontière
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5691/img-1.png
Fichier image/png, 605k
Titre Figure 2 : Anatomie du checkpoint sur l'Inguri
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5691/img-2.png
Fichier image/png, 253k
Titre Figure 3 - Drapeau abkhaze, 2019
Crédits Dessin Ariane Bachelet
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5691/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 4 - Indications routières à Sukhumi, 2018
Crédits Photo : Ariane Bachelet
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5691/img-4.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Figure 5 - Centre commercial de Rukhi, 25 mai 2016
Crédits Source : page facebook de Rukhi Trading Centre
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5691/img-5.png
Fichier image/png, 842k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ariane Bachelet et Yann Richard, « La construction de la frontière de facto abkhazo-géorgienne, entre enjeux sécuritaires, politiques et identitaires », L’Espace Politique [En ligne], 36 | 2018-3, mis en ligne le 03 juin 2019, consulté le 08 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5691 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5691

Haut de page

Auteurs

Ariane Bachelet

Doctorante
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Académie des Sciences de Russie
ariane.bachelet@gmx.com

Yann Richard

Professeur des Universités
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - UFR de Géographie
Yann.Richard@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals