Navigation – Plan du site
Varia 2019

L’autodétermination pour solder la colonisation : le cas de la Nouvelle-Calédonie

Self-determination to close the colonization: the case of New Caledonia
Jean-Christophe GAY

Résumés

Construit sur la base d’une revue de la littérature sur l’histoire coloniale, sur les dynamiques socio-spatiales contemporaines ainsi que sur l’analyse des résultats électoraux de ces trente dernières années en Nouvelle-Calédonie, cet article montre le long cheminement qui a conduit à l’autodétermination, à la suite d’une colonisation dure et d’une décolonisation longtemps en trompe-l’œil. Le « rééquilibrage », à l’œuvre depuis plus de trois décennies, a du mal à réduire les différences entre les communautés, sur un territoire dominé par le nickel avec une économie souffrant du syndrome néerlandais. Le 4 novembre 2018, l’on a posé à un corps électoral restreint et inédit la question suivante : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». Bien que large, la victoire du « Non » par 56,7 % contre 43,3 % pour le « Oui » est plus serrée que prévue et ce sont les indépendantistes qui ont donné l’impression de sortir vainqueur de ce référendum d’autodétermination. La distribution spatiale des « Oui » et des « Non » est le calque de la répartition des Kanak et des Européens, révélant les clivages profonds de cette société.

Haut de page

Texte intégral

1La Nouvelle-Calédonie couvre plus de 18 500 km² pour une population estimée à 280 000 habitants environ en 2018. Comme le montrent les cartes 1 à 4, elle est constituée de la Grande Terre (16 635 km²), prolongée au nord par les îles Belep et au sud par l’Île des Pins. Plus à l’est, l’archipel des Loyauté (1 970 km²) est constitué de quatre îles habitées : Lifou qui, avec 1 139 km², est plus vaste que Tahiti ou que la Martinique, Maré, Ouvéa et Tiga.

2Cet ensemble est un territoire complexe, en profonde mutation et au destin peu commun au sein de la République française. En effet depuis la période insurrectionnelle des années 1980, dite des « Événements », qualificatif lénifiant pour parler de ce que d’aucuns avaient appelé dédaigneusement « jacquerie », quand d’autres parlent de « soulèvement kanak » ou de « guerre civile », les choses ont beaucoup changé, à la fois sur le plan institutionnel et sur le plan politique. Les accords de Matignon (juin 1988) et de Nouméa (mai 1998) ont permis la pacification et ont doté la Nouvelle-Calédonie, au sein de la République française, d’un statut dérogatoire avec ses trois provinces, ses trois citoyennetés, ses trois corps électoraux et ses trois référendums, alors que la Nouvelle-Calédonie est toujours inscrite sur la liste des Nations unies des territoires à décoloniser. Elles l’ont également placée sur la voie de l’autodétermination.

3Avant d’analyser les résultats du référendum d’autodétermination du 4 novembre 2018, nous voudrions montrer les dynamiques socio-spatiales, économiques et politiques qui ont abouti à poser à un corps électoral restreint et inédit la question suivante : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». On ne peut en effet comprendre ce territoire aujourd’hui sans prendre le temps d’étudier longuement son histoire complexe et mouvementée, à l’origine de la marginalisation de sa population autochtone. Si une telle situation n’est pas singulière au sein de la République française, nous pensons spécialement à la Guyane avec ses six peuples amérindiens, la façon de tenter de solder la colonisation l’est beaucoup plus. Pourquoi une telle étrangeté qui rapproche cependant la Nouvelle-Calédonie du Groenland, aux antipodes l’un de l’autre ? En votant, en novembre 2008, à 75,5 % pour une autonomie élargie, les électeurs de cet autre Pays et territoire d’outre-mer (PTOM) de l’Union européenne ont opté pour de nouvelles relations entre leur île et le Danemark puisque, quand ils le souhaiteront, les Groenlandais pourront d’eux-mêmes engager le processus d'accession à l'indépendance (Kuokkanen, 2017), mais les élections législatives du 24 avril 2018 marquent la victoire d’une vision prudente vis-à-vis de l’accès à la souveraineté. Comme en Nouvelle-Calédonie, la question minière est capitale (Gay, 2018), renvoyant à la viabilité économique de ces territoires.

Une colonisation dure

  • 1 Selon la volonté des indépendantistes le mot Kanak est invariable en genre et en nombre. Il a été a (...)

4Les premiers hommes, des Austronésiens, arrivent en Nouvelle-Calédonie un peu plus d’un millier d’années avant notre ère. Durant le premier millénaire d’occupation, la population augmente fortement, ce qui se traduit par l’éparpillement des villages ainsi que par une diversification linguistique (Bensa, 1990). Par la suite l’horticulture s’intensifie avec l’apparition de grandes tarodières en terrasses irriguées (Sand, 1995). C’est lors de sa deuxième circumnavigation que l’expédition de James Cook « découvre » la Nouvelle-Calédonie en 1774. À partir de la fin du XVIIIe siècle, l’océan Pacifique devient le siège d’un commerce actif avec la chasse à la baleine et le bois de santal. Les Océaniens ne sont pas préservés contre les bactéries ou les virus introduits. Des épidémies de grippe, tuberculose ou rougeole se succèdent, provoquant une chute spectaculaire de la population et des bouleversements sociaux avec famines, conflits, migrations et fragmentations des clans. En même temps, des marins et aventuriers anglo-saxons, appelés traders, s’installent sur place, prenant femmes, fondant les premières familles métisses et organisant les échanges entre les Kanak1 et les navires.

5L’évangélisation en Nouvelle-Calédonie ne commence qu’en 1840, avec l’arrivée des catéchistes protestants, nommés teachers, de la London Missionary Society (LMS). Face à l’action protestante, l’Église catholique romaine envoie sept missionnaires maristes en 1843. Ces missions modifient les modes de vie, poussant à l’adoption de la « robe mission » par exemple, le vêtement couramment porté aujourd’hui par les femmes Kanak. Elles transforment également le peuplement, avec parfois regroupement complet de l’habitat ou création de tribus, telle celle de Saint-Louis dans l’agglomération de Nouméa, composées de Kanak déplacés de force. Les missionnaires reproduisent le modèle du village européen, autour de l’église avec école, ateliers et habitations.

6Au nom de la France, le contre-amiral Febvrier des Pointes (1796-1855) prend possession de la Nouvelle-Calédonie en 1853. L’année suivante on fonde un établissement militaire nommé Port-de-France, rebaptisé Nouméa en 1866. C’est le début d’une colonisation de peuplement qui se fait au détriment des premiers occupants et qui nie la propriété indigène, sur le principe de terra nullius qui a justifié la confiscation des terres aborigènes par les Britanniques. La valorisation agricole et minière joue un rôle considérable dans la spoliation des terres kanak. Dans son article premier, l’arrêté du 5 octobre 1862 indique que : « Toutes les terres de la Nouvelle-Calédonie et dépendances dont le gouvernement n’a point disposé à la date du présent arrêté appartiennent à l’État ».

7En niant la propriété indigène, l’administration locale est totalement libre en matière foncière. A côté des colons libres, une puissante colonisation pénale est mise en place, suite au décret signé par Napoléon III en 1863 autorisant la création en Nouvelle-Calédonie d’un établissement de travaux forcés. Le premier convoi de bagnards arrive l’année suivante, le dernier en 1897. L’ultime centre pénitentiaire ferme en 1922. En 1864, Jules Garnier (1839-1904) découvre un ensemble de minéraux silicatés riches en nickel, baptisé « garniérite ». Son exploitation débute dans les années 1870 et marque profondément l’économie, le territoire, la culture et les modes de vie, faisant de la Nouvelle-Calédonie « une véritable société de mineurs » pour reprendre la formule de François Doumenge (1966, p. 479). La Société le Nickel (SLN), créée en 1880, devient un opérateur économique hégémonique.

8L’espace indigène est grignoté. Le colonisateur cherche à contrôler les Kanak en créant les tribus en 1867, à la tête desquelles l’administration place un chef, et en instituant la « réserve », un territoire dont la tribu a la jouissance, mais qui limite les déplacements des Kanak, notamment dans Nouméa. Dans la région de La Foa, les Kanak font les frais de l’appétit de l’administration pénitentiaire et de la volonté d’intégrer au Domaine des milliers d’hectares pour les affecter à la colonisation libre, expliquant, en 1878, la première grande révolte kanak. Après un répit dans le processus de spoliation, le « grand cantonnement », entre 1897 et 1903, réduit l’espace foncier kanak à seulement un huitième de la superficie de la Grande Terre (Saussol, 1979 et Dauphiné, 1989). En vigueur jusqu’en 1946, un ensemble juridique et réglementaire de mesures administratives, appelé « régime de l’indigénat », s'applique aux indigènes, soumis à des interdictions propres et contraints à des travaux d’utilité publique, avec pour toile de fond un effondrement démographique dû aux maladies infectieuses introduites par les Européens. Une rigoureuse séparation des systèmes scolaires les cantonnent aux « écoles indigènes », qui n’offrent pas d’accès à l’enseignement secondaire et supérieur et qui se contentent de quelques rudiments d’écriture, de lecture et de calcul (Salaün, 2005 et 2013). Il faut attendre 1962 pour voir le premier Kanak obtenir le baccalauréat. Il faut attendre Jacques Iékawé (1946-1992), bachelier en 1964 et diplômé de l’Institut d’études politiques de Bordeaux en 1969, pour voir un Kanak devenir haut fonctionnaire dans les années quatre-vingt. Jusqu’en 1945, comme sujets français, les Kanak ne seront ni électeurs, ni éligibles.

Cent ans d’évolution de la situation des Kanak

1862 : négation de la propriété indigène.
1867 : création légale de la tribu.
1868 : constitution de la propriété territoriale indigène collective, appelée « réserve ».
1871 : instauration de réquisitions afin de travailler pour l’administration.
1875 : réglementation du séjour dans la ville de Nouméa.
1887 : mise en place du régime de l’indigénat.
1897 : mise en place du « grand cantonnement ».
1898 : limitation de l’impôt de capitation aux seuls indigènes et création des districts sous l’autorité d’un grand chef.
1916 : départ des premiers contingents de tirailleurs kanak pour le front.
1922 : instauration de « prestations » contraignant tous les hommes valides à effectuer chaque année douze jours de travaux d’intérêt général.
1934 : création d’un état-civil des indigènes.
1946 : suppression du régime de l’indigénat et accession au statut de citoyen français.
1948 : suppression de l’impôt de capitation.
1949 : égalité d’accès aux fonctions publiques.
1951 : loi élargissant considérablement le corps électoral autochtone.
1956 : disparition des dernières inégalités salariales et de prestations familiales entre Européens et Kanak.
1957 : toute la population kanak peut voter et premier Kanak reçu au brevet d'études du premier cycle (BEPC).
1961 : service militaire obligatoire étendu aux Kanak.
1962 : premier Kanak obtenant le baccalauréat.

Une décolonisation en trompe-l’œil

9Durant la Seconde Guerre mondiale et du fait de sa situation géographique, la Nouvelle-Calédonie devient pour les États-Unis, une remarquable base arrière et une tête de pont pour reconquérir le Pacifique. Entre 1942 et 1946, plus d’un million de soldats étatsuniens, australiens et néo-zélandais y passent. La présence militaire alliée, à son apogée, est près de quatre fois supérieure à la population (Munholland, 2005). Ce court épisode a des conséquences importantes sur les plans politique, économique et social. La métropole perd de son aura ; un autre horizon paraît, bien plus séduisant. De nombreux Kanak travaillent dans les camps militaires américains, s’insérant temporairement dans le travail salarié dans des conditions meilleures et avec des gains bien supérieurs que ceux proposés par les colons. L’apparente égalité entre Blancs et Noirs au sein de l’armée des États-Unis est un autre élément remettant en cause le fait colonial.

10En 1946, la Nouvelle-Calédonie devient un Territoire d’outre-mer (TOM) et les restrictions à la liberté de résidence, de travail et de mobilité des Kanak sont levées. Ils accèdent à la nationalité française et l’ensemble des Kanak peut voter en 1957. Mais quand dans le préambule de l’accord de Nouméa (1998) il est écrit que « Le passé a été le temps de la colonisation. Le présent est le temps du partage, par le rééquilibrage. L’avenir doit être le temps de l’identité, dans un destin commun », il est bien difficile de savoir quand s’est terminée la colonisation de la Nouvelle-Calédonie, tant la situation socio-économique des Kanak a évolué très lentement. Ce n’est pas simplement en devenant un TOM au sein de l’Union française que la décolonisation s’est opérée. L’entrée des Kanak dans la vie politique est encadrée par deux associations dont les noms sont révélateurs de leur modération : l’UICALO (Union des indigènes calédoniens amis de la liberté dans l’ordre) du côté catholique ; l’AICLF (Association des indigènes calédoniens et loyaltiens français) du côté protestant. On est cependant encore loin d’une véritable lutte pour l’indépendance. Ces associations sont foncièrement conservatrices : farouchement anticommunistes, elles se prononcent en faveur du maintien des tribus, des réserves et des conseils des Anciens.

11La loi-cadre de 1956, dite « loi Deferre », met en place un statut largement décentralisé, mais une vigoureuse recentralisation s’opère au début de la Cinquième République. L’Union calédonienne (UC), premier parti politique néo-calédonien entre les années 1950 et le début des années 1970, est centriste et autonomiste (Trépied, 2010). Son slogan est « Deux couleurs, un seul peuple ». Il soutient au départ l’Union française et il est dirigé par Maurice Lenormand (1913-2006), l’homme fort de l’époque, dont la formation d’ingénieur ayant étudié l’anthropologie et la linguistique océanienne, et le fait que c’est un catholique marié à une Kanak de Lifou protestante, en font un des rares liens entre deux mondes éloignés (Trépied, 2013, p. 14).

12Les Trente Glorieuses correspondent à une période de croissance économique et de forte immigration. De grands chantiers sont lancés. Le « boom du nickel », de 1967 à 1971, dû à la guerre du Vietnam et au dynamisme économique des pays développés qui provoquent une envolée des cours, correspond à un quadruplement de la production locale. Le bâtiment, les travaux publics et le commerce connaissent une croissance exceptionnelle. Au cours de ces trois décennies, Métropolitains, Pieds-Noirs après l’indépendance de l’Algérie en 1962, Tahitiens, Wallisiens et Futuniens s’installent en Nouvelle-Calédonie, une vague migratoire qui fait suite à celles des bagnards et des colons venus de métropole au XIXe siècle, auxquels se rajoutent des Chinois, des Tonkinois, des Japonais ou des Javanais. Ces arrivées successives dont les dernières sont souhaitées par l’Etat, le Premier ministre Pierre Messmer (1916-2007) n’appelait-il pas, en 1972, à une immigration massive de citoyens français métropolitains ou venant des départements d’outre-mer pour étouffer les revendications autochtones, transforment la composition de la population rendant les Kanak minoritaires à partir de 1963.

13Ces bouleversements provoquent des mutations dans le monde kanak, qui commence à critiquer l’ordre établi à partir de 1969 avec les premiers Kanak faisant leur études supérieures en métropole et ayant été marqués par Mai-68. Le « krach du nickel » amplifie le malaise, alors que les revendications autonomistes ne sont pas entendues à Paris. En 1975, Jean-Marie Tjibaou (1936-1989) organise le festival Mélanésia 2000 qui, sur le thème de la reconnaissance culturelle, est un jalon important. Lors du congrès de l’UC en 1977, une majorité de représentants vote une motion en faveur de l’indépendance, ne croyant plus en une sortie du colonialisme au sein de la République française (Trépied, 2013, p. 24). En conséquence, Jacques Lafleur (1932-2010), issu d’une grande famille néo-calédonienne, propriétaire entre autres de nombreuses concessions minières, crée la même année, le Rassemblement pour la Calédonie (RPC), qui devient en 1978 le Rassemblement pour la Calédonie dans la République (RPCR), à la suite de son adhésion au Rassemblement pour la République (RPR), le parti gaulliste chiraquien. Ainsi débute la bipolarisation politique entre indépendantistes et loyalistes, qui aboutit à la création, en 1984, du FLNKS (Front de libération national kanak et socialiste). La récupération des terres spoliées par la colonisation catalyse les énergies (Naepels, 1998). Les revendications et les occupations de terre se multiplient et conduisent à une situation insurrectionnelle à partir de 1984. Éloi Machoro (1945-1985) en brisant l'urne de la mairie de Canala incarne le « boycott actif » des élections territoriales de 1984. La violence se déchaîne ensuite : dix militants indépendantistes sont abattus lors d'un guet-apens à Hienghène ; le fils d’un éleveur européen est tué par des militants indépendantistes ; Éloi Machoro est abattu par le GIGN…

14Le 22 avril 1988, à deux jours du premier tour de l’élection présidentielle, qui oppose François Mitterrand à Jacques Chirac, et des élections régionales qui doivent entériner le statut « Pons II », des indépendantistes décident de s’emparer de la gendarmerie de Fayaoué, sur l’île d’Ouvéa, qui accueille des renforts venus sécuriser le vote. Cette action rentre dans la stratégie d’occupation pacifique des gendarmeries décidée par le FLNKS, qui boycotte ces élections et qui refuse ce nouveau statut et l’association des deux scrutins. L’opération dégénère : quatre gendarmes sont tués, les autres sont pris en otage et divisés en deux groupes. Ceux retenus au sud de l’île sont vite libérés. Ceux amenés au nord de l’île, dans une grotte près de la tribu de Gossanah, ne sont libérés qu’à la suite d’un assaut de l’armée, trois jours avant le second tour de l’élection présidentielle, une opération qui se solde par la mort de dix-neuf militants indépendantistes et de deux militaires. F. Mitterrand réélu, son nouveau Premier ministre, Michel Rocard, a la responsabilité de résoudre la question et dépêche sur place une mission de dialogue, aboutissant aux accords de Matignon et d'Oudinot (1988) entre FLNKS et RPCR, symbolisés par la poignée de main entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou. Dix mois plus tard, le 4 mai 1989, ce dernier et son bras droit Yeiwéné Yeiwéné (1945-1989) sont assassinés à Ouvéa par un Kanak du Front uni de libération kanak (FULK), à l’occasion de la commémoration du premier anniversaire de la tragédie d’Ouvéa.

Le temps du « rééquilibrage » et de l’autodétermination

  • 2 En deuxième recours, on fait appel aux personnes justifiant d’une durée de résidence minimale de tr (...)

15Les accords de Matignon, qui contiennent une large amnistie des crimes et délits commis durant la période insurrectionnelle, fractionnent la Nouvelle-Calédonie en trois provinces, dont deux indépendantistes, dotées de compétences étendues. Leurs relations avec la Nouvelle-Calédonie s’inspirent du modèle fédéral (Chauchat, 2011, p. 134). Des « lois du pays », votées par le congrès de la Nouvelle-Calédonie, sont les premières normes législatives qui émanent d’une assemblée infranationale depuis 1789 (Faberon, 2012, p. 75). Une « citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie », aujourd’hui impossible à obtenir pour les nouveaux arrivants (cf. infra), offre une priorité d’embauche2 et l’accès à un « corps électoral spécial ». Il s’ensuit de ces innovations juridiques hardies que les Français en Nouvelle-Calédonie n’ont pas tous les mêmes droits. À la suite de deux décennies de transferts de compétences, à l’exclusion de celles régaliennes (justice, ordre public, défense, monnaie et affaires étrangères), par tranches de cinq ans, considérés comme irréversibles, la Nouvelle-Calédonie dispose désormais d’une autonomie élargie. Par exemple, entre 2011 et 2013, ont été transférés à la Nouvelle-Calédonie l’enseignement secondaire public et l’enseignement primaire et secondaire privé sous contrat, la circulation maritime et aérienne intérieure ainsi que le droit commercial ou le droit civil. En matière de relations extérieures, un partage de compétences se traduit par l’installation progressive de délégués de la Nouvelle-Calédonie au sein du réseau diplomatique et consulaire français dans le Pacifique Sud. Par ailleurs, la Nouvelle-Calédonie est désormais intégrée à des organisations multilatérales régionales comme le Forum des îles du Pacifique. Il reste cependant des compétences susceptibles d’être transférées comme la communication audiovisuelle ou l’enseignement supérieur.

16L’État s’est engagé en faveur du développement économique et du rééquilibrage (David, Guillaud, Pillon, 1999, p. 37-55), avec des investissements structurants dans le domaine des transports, de la santé ou de la formation notamment. Né des accords de Matignon, le programme « 400 cadres » a pour dessein de former 400 cadres moyens et supérieurs, majoritairement mélanésiens. Il a été poursuivi par le programme « Cadre avenir ».

17Le statut issu des accords de Matignon-Oudinot doit aboutir à l’organisation d’un scrutin d’autodétermination en 1998. Mais indépendantistes et non-indépendantistes conviennent alors de rechercher une solution qui évite de nouveaux affrontements. Un engagement personnel de Jacques Lafleur permet la vente de la Société minière du Sud Pacifique (SMSP) aux indépendantistes de la province Nord. Cet élément est capital pour la suite, car les discussions achoppent sur ce qu’on a appelé le « préalable minier », c’est-à-dire la nécessité que la SMSP dispose de gisements suffisamment importants pour réaliser une usine métallurgique en province Nord, favorisant le rééquilibrage économique du territoire. L’accord de Bercy (1998) permet à la SMSP d’obtenir le massif minier du Koniambo, échangé par le groupe français Eramet, qui possède 56 % du capital de la SLN, contre celui de Poum. La voie est désormais libre pour l'accord de Nouméa (1998), conclu entre le RPCR et le FLNKS, signé par le Premier ministre Lionel Jospin le 5 mai 1998, approuvé par référendum le 8 novembre 1998.

18La Nouvelle-Calédonie devient alors une collectivité à nulle autre pareille, dite sui generis, au sein de la République française, en faisant l’objet d’un titre spécial (XIII) qui constitutionnalise les orientations définies par l’accord de Nouméa, reposant sur des dispositions transitoires et largement dérogatoires. Elles sont particulièrement audacieuses pour un État unitaire tel que la France, avec notamment la création des « lois du pays ». Comme en Polynésie française, les actes juridiques nationaux n’y sont appliqués que sur mention spéciale et expresse d’applicabilité, mais ce régime dit de « spécialité législative » est ici poussé à son extrême puisque non seulement ses lois sont spécifiques mais elle est elle-même dotée de son propre pouvoir législatif. On peut également relever la mise en place d’une « citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie » qui seule donne le droit de vote aux élections provinciales. Ce « corps électoral spécial » diffère de celui des référendums et de la liste électorale générale, ce qui fait qu’il y a trois corps électoraux en Nouvelle-Calédonie (Gay, 2014, p. 28).

19L’accès très restrictif à cette citoyenneté, enchâssée dans les citoyennetés française et européenne, donc à ce corps électoral spécial, ne s’est pas fait sans heurts, car les articles 188 et 189 de la loi organique issue de l’accord de Nouméa ont été interprétés différemment par les forces politiques présentes : certains non-indépendantistes étaient favorables à un corps « électoral glissant », dix ans de résidence suffisant à être inscrit sur la liste électorale spéciale et donc à devenir citoyen de la Nouvelle-Calédonie. Les indépendantistes souhaitaient une liste électorale gelée au jour du scrutin de 1998, bloquant de la sorte l’accès à cette citoyenneté. C’est en février 2007 que le Congrès du Parlement, réuni à Versailles, a entériné dans la Constitution à une très forte majorité (loi constitutionnelle 2007-237 du 23 février 2007) l’interprétation la plus limitative du corps électoral pouvant voter aux élections provinciales. Est donc citoyen de la Nouvelle-Calédonie toute personne de nationalité française résidant en Nouvelle-Calédonie depuis le 8 novembre 1998, date de l’acceptation de l’accord de Nouméa via le référendum local (droit du sol gelé), ou celles arrivées à leur majorité après cette date et dont au moins l’un des deux parents est citoyen de la Nouvelle-Calédonie (droit du sang), excluant ainsi des personnes ayant plus de dix ans de résidence, mais également les époux ou épouses des citoyen(ne)s de la Nouvelle-Calédonie ou les enfants étant nés en Nouvelle-Calédonie de parents non-citoyens et devenus majeurs.

20Une institution ethnique et dans laquelle ne siège que des hommes a été créée, le Sénat coutumier, obligatoirement consulté sur les questions intéressant l’identité kanak. La très grande majorité des Kanak, en application de l’article 75 de la Constitution, qui reconnaît que certains citoyens de la République se placent sous un statut personnel différent du statut civil de droit commun, est administrée par la « coutume » dans les domaines de l’état-civil, la filiation, le mariage, la propriété et les successions. Sur le plan foncier, les « terres coutumières » obéissent au principe des quatre i (inaliénables, insaisissables, incommutables et incessibles). Ces terres collectives kanak représentent 27 % de la superficie totale en 2018, contre 20 % en 1978 (19 % contre 10 % en ne prenant pas en compte les îles Loyauté), à la suite d’une réforme foncière mise en place en 1978 et cherchant à répondre aux doléances indépendantistes. C’est en Nouvelle-Calédonie que la reconnaissance du peuple autochtone ou « peuple premier » (les premiers occupants d’une contrée ainsi que leurs descendants qui ont subi la ou les conquêtes, occupations et dominations coloniales par des populations de cultures et d’ethnies différentes) est allée le plus loin au sein de la République française.

21Prévus dans l’accord de Nouméa, les signes identitaires ont fait l’objet de vifs débats qui ne sont pas achevés, car si le choix par concours de la devise « Terre de parole, terre de partage », de l’hymne « Soyons unis, devenons frères » et du graphisme des billets de banque n’a pas posé de gros problèmes, les questions du drapeau et du nom du pays restent toujours en suspens. Celui-là a provoqué une crise politique grave en 2011 et celui-ci n’est même pas abordé.

Les enjeux socio-spatiaux et économiques actuels

  • 3 Voir Demoli Y. et Lannoy P., 2019, Sociologie de l’automobile, Paris, La Découverte, p. 91.

22De tout l’outre-mer français, la Nouvelle-Calédonie est le territoire où la domination de la ville principale est la plus forte, puisque l’agglomération de Nouméa, appelée « Grand Nouméa », concentre un peu plus des deux tiers de la population néo-calédonienne. La ségrégation spatiale mise en place durant la période de la colonisation est encore nettement perceptible aujourd’hui à plusieurs échelles. A Nouméa tout d’abord, avec l’opposition entre la ville océanienne au nord et la ville européenne au sud. Les quartiers résidentiels aisés, tels l’Anse-Vata et la Baie-des-Citrons contrastent avec ceux au nord du centre-ville, tels Normandie, Rivière-Salée, Montravel, Vallée-du-Tir, PK 4 ou la presqu’île de Ducos, majoritairement habités par des Kanak, des Wallisiens et Futuniens. Le fossé qui sépare les Européens et les Océaniens en termes de niveau de formation ou d’emplois occupés, ne se comble pas. Ainsi, en 2014, seuls 4 % des Kanak avaient un diplôme universitaire pour 26 % des non-Kanak, contre respectivement 0,2 % et 6 % en 1989. Le tiers des Kanak sont encore sans diplôme contre le septième des non-Kanak. La part des ouvriers dans la population active occupée dépasse le tiers chez les Kanak, les Wallisiens et les Futuniens contre un dixième chez les Européens en 2014. Selon le Sénat coutumier, en 2009, 85 % des détenus dans la seule prison de la Nouvelle-Calédonie (Camp-Est) seraient des Kanak. L’enracinement ethnique de la mortalité routière est spectaculaire puisque les responsables et les victimes des accidents de la route sont très majoritairement des Océaniens. Cette socialisation très inégale à l’automobile3 est une autre preuve des clivages profonds affectant la population de la Nouvelle-Calédonie, que l’on constate également avec les infections sexuellement transmissibles et les grossesses non désirées, des problèmes majeurs de santé publique qui touchent principalement les Kanak et les Polynésiens.

Le recensement ethnique en Nouvelle-Calédonie

  • 4 Si les habitants de la Nouvelle-Calédonie sont officiellement des Néo-Calédoniens, le terme de « Ca (...)

Objet de polémiques, le recensement ethnique a fait couler beaucoup d’encre. La position conservatrice de la France dans ce domaine, rappelée par le Conseil constitutionnel en 2007, interdisant toute opération de recensement ethnique, est contradictoire avec l’existence de questions sur l’appartenance ethnique en Nouvelle-Calédonie. Seul le recensement de 2004 ne comportait pas de questions ethniques sur ce sujet, suite à l’intervention de Jacques Chirac, président de la République, qui s’y était opposé, ce qui avait provoqué le boycott de nombreux Kanak. Cette spécificité néo-calédonienne est un écho du classement des individus à l’époque coloniale, où l’on distinguait hiérarchiquement suivant leur statut juridique : les « éléments libres » (citoyens français nés dans la colonie, nés ailleurs, citoyens étrangers) ; les « éléments pénaux » (forçats et libérés du bagne) ; ceux provenant d’une « immigration réglementée » (colonisés et protégés engagés sous contrat, c’est-à-dire les « Tonkinois », « Indiens », « Javanais », « Wallisiens », « Néo-Hébridais ») ; les « indigènes des tribus » (sujets non citoyens). Le maintien de ces questions résulte aujourd’hui de la demande même des intéressés et de la politique de « rééquilibrage » avec les mesures de discrimination positive qui en découlent. La loi « Informatique et liberté », de 1978 interdit le traitement statistique des données sensibles, mais on peut y déroger sous le contrôle de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL). Celle-ci a émis un avis favorable au recensement de 2009, parce que ces données sont capitales dans l’application de l’accord de Nouméa et l’évaluation de ses résultats. Au recensement de 2014, 39 % de la population se sont déclarés « Kanak » (43 % si l’on inclut les Kanak métissés), 27,2 % « Européens » (31 % avec les Européens métissés), 8,2 % « Wallisiens et Futuniens », 2,1 % « Tahitiens » et 0,9 % « Vietnamiens ». 8,6 % de la population ont déclaré appartenir à plusieurs communautés et 7,4 % ont affirmé être « Calédonien »4, refusant ainsi de choisir parmi les communautés proposées.

  • 5 Nom local pour désigner les zones d’habitat spontané et précaire. Il s’agit d’un bidonville situé s (...)

23Les squats5 symbolisent ces inégalités (Dussy, 2012). Il s’agit d’un type particulier de zones d’habitat précaire qui se sont multipliées au lendemain des accords de Matignon, en raison des difficultés pour trouver un emploi et se loger ou pour reconstituer la vie en tribu avec le jardinage. Toutefois, il semble que les programmes de constructions de logements sociaux et de résorption de l’habitat insalubre ont permis de réduire ces constructions au cours de la dernière décennie. Si les Kanak ne se ruèrent pas à Nouméa à la fin de l’indigénat, leur nombre augmente sensiblement dans les années 1960 pour travailler comme dockers, manutentionnaires, employé(e)s de maison ou pour être ouvriers à l’usine métallurgique de Doniambo. Aujourd’hui, deux Kanak sur cinq vivent dans l’agglomération nouméenne contre un sur dix en 1956. L’urbanisation de cette communauté est un facteur déstabilisant sa jeunesse, qui n’est plus encadrée par le clan, bien qu’il s’agisse plus souvent d’une multirésidentialité entre tribus et ville qu’un véritable exode rural, eu égard à l’hypermobilité de cette communauté (Pestaña et Pantz, 2017). La dégradation de la transmission intergénérationnelle de la langue d’origine est source de souffrance identitaire, tout en ne favorisant pas l’apprentissage du français. En état d’insécurité linguistique, dans un système éducatif qui repose presque totalement sur le français, les jeunes Kanak sont trop souvent en situation d’échec scolaire.

  • 6 Terme local désignant l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie à l’exception de Nouméa et des îles.

24En brousse6 et dans les îles, à l’échelle communale, on peut observer le clivage entre l’espace coutumier et le reste du territoire (terres publiques et privées), avec des tribus généralement à distance du chef-lieu et parfois en situation d’enclavement aigu (Bonvallot, Gay et Habert, 2012 ; Chauvin et Gay, 2014). Création coloniale, les tribus regroupent, en 2014, plus de la moitié des Kanak et 22 % de la population totale. Un maillage spécifique en aires coutumières se superpose aux maillages communal et provincial. Il découle de l’article 75 de la Constitution (cf. supra).

25La provincialisation a été un acquis majeur du dispositif institutionnel de 1988. Le découpage satisfait à la fois les non-indépendantistes, avec une large zone sous la domination de Nouméa (province Sud), et les indépendantistes, en partageant transversalement la Grande Terre. Ces derniers contrôlent deux des trois provinces (province Nord et province des îles Loyauté), majoritairement peuplées de Kanak acquis à leur cause (carte 4). Chaque province est dotée d’une assemblée dont la plupart des membres siègent également au congrès de la Nouvelle-Calédonie, le parlement qui vote les lois du pays et élit le gouvernement.

  • 7 Jusque dans les années 1950, ces îles sont généralement appelées « Loyalty ».

26Les trois provinces ont des compétences larges, ayant d’abord en charge le développement économique et l’agriculture. Mais les déséquilibres restent préoccupants entre elles : la province Sud, qui regroupe les trois quarts de la population totale, concentre quatre cinquièmes du PIB néo-calédonien et neuf dixièmes des diplômés du supérieur. Le revenu mensuel moyen des ménages est plus de deux fois supérieur en province Sud qu’aux îles Loyauté. Cet archipel occupe une place à part en Nouvelle-Calédonie. Sa mise en réserve sans cantonnement en 1899 épargne ces îles d’un épisode sombre de la colonisation, alors que l’action précoce et profonde des missionnaires anglicans, en matière d’alphabétisation spécialement, les différencient du reste7. Plus nombreux aujourd’hui dans le Grand Nouméa que dans leur archipel, les Loyaltiens, mieux formés et mieux organisés, constituent une sorte d’élite kanak, constat que faisait déjà Jean-Pierre Doumenge au début des années 1980 (1982, p. 450). Pour preuve, les deux tiers des stagiaires des programmes « 400 cadres » et « Cadre avenir » (cf. supra) sont originaires de cet archipel.

27Cette organisation administrative en provinces a fait émerger le pôle de développement VKP, composé des communes de Voh, Koné et Pouembout (cf. cartes 1 à 4), avec le choix de Koné comme capitale de la province Nord et la construction de l’usine pyro-métallurgique de Koniambo, appelée « usine du Nord », sur la commune de Voh.

28Avec environ le douzième des réserves mondiales de nickel, la Nouvelle-Calédonie continue de vivre aux rythmes des oscillations des cours mondiaux. Par l’entrée en production, en 2013, de l’usine du Nord, dont le capital est détenu à 51 % par la SMSP et à 49 % par le groupe anglo-suisse Glencore, et le démarrage très progressif en 2011, en province Sud, de l’usine hydro-métallurgique de Goro, détenue à 95 % par le groupe brésilien Vale et qui produit du nickel et du cobalt, la Nouvelle-Calédonie est passée de une à trois usines métallurgiques, car à ces deux nouvelles il faut rajouter la plus que centenaire usine pyro-métallurgique de Doniambo (Nouméa) appartenant à la SLN (Filer et Le Meur, 2017). Avec la moitié de la production métallurgique achetée, la Chine est le principal client pour le nickel métal et le second pour le minerai. La SMSP s’est associée à l’aciériste sud-coréen Posco pour construire une usine en Corée du Sud, ouverte en 2008 et dont elle détient 51 % du capital, utilisant le minerai néo-calédonien.

29Cette industrialisation a sensiblement fait évoluer l’économie néo-calédonienne, naguère encore submergée par les transferts publics, stratégie mûrie à Paris dans les années 1970 afin de placer le TOM sous assistance pour lutter contre les tentations autonomistes et le « poison » indépendantiste (Freyss, 1995, p. 200), puis alimentés par la politique très volontariste menée après les accords de Matignon (1988). Cette rente administrative a été remplacée par la rente reposant sur le nickel, avec de considérables investissements étrangers qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie de s’affranchir partiellement des transferts métropolitains (Couharde, Geronimi, Taranco, 2016, p. 263).

30Cependant, la compétitivité des secteurs exposés à la concurrence internationale, le tourisme en premier lieu, reste médiocre en raison d’un coût de la vie très élevé, dû aux sur-rémunérations dont bénéficient les fonctionnaires et bon nombre d’employés des secteurs protégés, comme les banques ou les monopoles de distribution (eau, électricité, téléphone ou internet), à l’origine de fortes inégalités de revenus. Ces symptômes s’apparentent à un mal appelé « syndrome néerlandais », qui a été mis en évidence à propos des économies bénéficiant d’une manne. Les secteurs exposés (exportations, tourisme…) connaissent une augmentation de leurs intrants, induite par la hausse des prix due aux accroissements des revenus et de la demande intérieure. Il est aussi victime d’un autre aspect du syndrome néerlandais : les salaires élevés du secteur public d’État ou territorial, généralement hypertrophié, tendent à devenir les salaires de référence. La main-d’œuvre qualifiée est attirée par les booming sectors, dans lesquels les salaires sont plus élevés (Corden, Neary, 1982). La focalisation sur les questions politiques a fait perdre beaucoup de temps à la Nouvelle-Calédonie sur les questions sociales et économiques pendantes. L’économie actuelle repose toujours sur quelques grandes familles ou groupes caldoches (Ballande, Lafleur, Pentecost, Montagnat), métropolitains ou antillais (Hayot), qui contrôlent le commerce et la distribution, les mines, les transports, la banque et les assurances, l'agroalimentaire, l'immobilier ou les médias. Cette structure oligopolistique des marchés, à l’origine d’une concurrence faussée n’est pas non plus étrangère au coût de la vie élevé et aux inégalités sociales criantes, avec un indice de Gini de 0,43 selon l’Institut de la statistique et des études économiques (ISEE), plus proche de ceux des pays d’Amérique latine que d’Europe occidentale (0,29 pour la métropole).

Le référendum d’autodétermination

31En plein période insurrectionnelle, un référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie avait été organisé le 13 septembre 1987. Les Néo-Calédoniens devaient répondre à la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à l’indépendance ou demeure au sein de la République française ? ». Mais, boycotté par les indépendantistes, son résultat n’eut aucune valeur et ne débloqua pas la situation : 98,3 % des votants s’étaient prononcés pour le maintien dans la France, avec un taux de participation de 59,1 %. On comprend pourquoi par la suite la question du référendum fut abordée avec circonspection.

32L’accord de Nouméa ayant prévu de repousser à la dernière phase du processus de transfert de compétences, soit entre 2014 et 2018, le référendum d’autodétermination, celui-ci s’est tenu à son extrême limite, le 4 novembre 2018. Ce jour-là, 56,7 % des votants ont répondu « Non » à la question « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». Ce résultat, plus serré que prévu, car les sondages donnaient une victoire du « Non » par plus de 30 points d’écart, a beaucoup surpris, et malgré une large victoire, ce sont les indépendantistes qui ont donné l’impression de sortir vainqueur de ce vote. Pour la première fois le rapport de force 60/40 en leur défaveur, qui prévaut depuis trois décennies en Nouvelle-Calédonie, s’est un peu rééquilibré.

  • 8 Terme affectueux pour désigner la Nouvelle-Calédonie, le pays.

33Ce résultat, que personne ne conteste, est d’autant plus significatif que la participation a été très forte, sauf aux îles Loyauté, puisque 81 % des électeurs inscrits sur la liste électorale spéciale pour cette consultation (LESC) ont voté. La définition de celle-ci a été un sujet particulièrement épineux et complexe. Il a fallu attendre une loi organique du 20 mars 2018 pour sécuriser ce corps électoral. L’inscription sur la LESC est restrictive, car, pour les non-natifs en Nouvelle-Calédonie, il faut y être arrivé avant le 31 décembre 1994 et justifier de vingt ans de domicile en continu ou avoir été admis à la consultation du 8 novembre 1998, soit justifier de dix ans de résidence à cette date-là. Une telle limitation du corps électoral repose constitutionnellement sur le fait que ne doivent être consultés que les « populations intéressées » et s’explique parce que nous sommes en présence d’un processus de décolonisation et d’autodétermination. C’est ainsi que l’ont entendu le Comité des droits de l’homme des Nations unies, en 2002, et la Cour européenne des droits de l’homme, en 2005, l’arrivée de nouvelles populations dans cette terre de peuplement ne devant pas rendre plus minoritaire le peuple autochtone. Une procédure d’inscription d'office sur la LESC a été mise en place pour les électeurs nés en Nouvelle-Calédonie et présumés y détenir le « centre de leurs intérêts matériels et moraux », dès lors qu'ils y ont été domiciliés de manière continue durant trois ans. Ainsi, sur les 210 000 personnes inscrites sur la liste générale de droit commun, seules un peu moins de 175 000 personnes étaient sur la LESC, écartant ainsi des dizaines de milliers de Métropolitains (appelés « Zoreils ») et des Ultramarins arrivés trop récemment sur le Caillou8.

34

Carte 1. Le vote « Non » par communes

Carte 1. Le vote « Non » par communes

Source : Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, 2018

35

Carte 2. Part de la population se déclarant « Européenne » par commune en 2014

Carte 2. Part de la population se déclarant « Européenne » par commune en 2014

Source : ISEE, recensement de la population de 2014

36A l’examen de la carte du « Non » (carte 1), on constate que le sud-ouest de la Grande Terre est toujours le bastion non-indépendantiste, alors que le reste de la Nouvelle-Calédonie est très majoritairement indépendantiste, ce qui est en lien avec la répartition des communautés (carte 2).

37

Carte 3. Le vote « Oui » par communes

Carte 3. Le vote « Oui » par communes

Source : Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, 2018

Carte 4 - Part de la population se déclarant « Kanak » par commune en 2014

Carte 4 - Part de la population se déclarant « Kanak » par commune en 2014

Source : ISEE, recensement de la population de 2014

  • 9 Nom donné aux habitants de Nouvelle-Calédonie d'origine européenne enracinés depuis plusieurs génér (...)

38En effet, les Kanak sont très majoritairement indépendantistes (cartes 3 et 4). A l’échelle communale, le coefficient de corrélation entre le vote pour l’indépendance et la part de la population qui s’est définie comme Kanak au recensement de 2014 est de 0,97 (figure 1). A l’opposé, ceux qui se déclarent « Européens » sont très largement contre l’indépendance. Le coefficient de corrélation entre leur vote et la part de la population se définissant comme Européenne est de 0,9, une valeur un peu plus faible car nombre de Caldoches9 se qualifient de « Calédoniens » et sont ainsi classés par l’ISEE dans la catégorie « Autres communautés et non déclarés », dont le coefficient de corrélation est de 0,89 avec le refus de l’indépendance. On arrive à un coefficient de corrélation de 0,94 entre ceux qui ont voté contre l’indépendance et l’addition de ceux qui se sont déclarés Européens ou qui ont été classés dans la catégorie « Autres communautés et non déclarés ».

Figure 1 - Tableau des corrélations entre communautés définies par l’ISEE et vote au référendum du 4.11.18 à l’échelle communale

Kanak

Européens

Wallisiens et Futuniens

Plusieurs communautés et métis

Autres communautés et non déclarés

OUI

0,97

-0,92

- 0,59

-0,73

-0,89

NON

- 0,97

0,9

0,61

0,73

0,89

Sources : ISEE, Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie et élaboration personnelle

39Les résultats de ce référendum sont donc le calque de la répartition des populations sur le territoire néo-calédonien (cartes 1 à 4). L’analyse des résultats à l’échelle provinciale souligne l’opposition entre les électeurs de la province des îles Loyauté et de la province Nord qui ont voté pour l’indépendance respectivement à 82,2 % et 75,8 %, alors que ceux de la province Sud ont voté contre à 74,1 %, la limite provinciale sur la Grande Terre étant nettement soulignée, avec des écarts de part et d’autre dépassant parfois les 50 % (cartes 1 et 3). Le cas de la commune de Poya est emblématique. Unique collectivité territoriale française coupée en deux par une limite de niveau administratif supérieur sur une base ethnique lors de la provincialisation, les électeurs de sa partie septentrionale, en province Nord, sont presque aux deux tiers indépendantistes, contre 2 % de ceux de sa partie méridionale, en province Sud (carte 3).

  • 10 Pour une analyse des quartiers de Nouméa, voir J.-Ch. Gay, La Nouvelle-Calédonie, un destin peu com (...)

40A l’échelle communale, on remarque que le vote est spatialement tranché, puisque sur les 33 communes néo-calédoniennes, seules cinq d’entre elles ont les deux camps compris entre 35 et 65 %. Les indépendantistes dépassent les 80 % dans douze communes. Inversement, les non-indépendantistes dépassent les 70 % dans sept communes, dont les quatre de l’agglomération de Nouméa qui regroupent plus des deux tiers de la population de la Nouvelle-Calédonie. A l’échelle infra-communale, l’analyse des résultats par bureau de vote souligne le contraste saisissant entre les zones de terres coutumières, sur lesquelles les Kanak sont ultra-majoritaires, et les autres. Prenons le cas de la commune de Bourail, sur la côte ouest. L’indépendance a été rejetée à 69 % (carte 1), une moyenne entre les bureaux de vote du bourg qui ont voté « Non » à plus de 80 % et le bureau de vote de Pothé, regroupant les populations des quatre tribus du nord de la commune, où l’on a voté « Oui » à 83 %. A Ouégoa, au nord de la Grande Terre, 25 % des électeurs inscrits au village, disposant de services et de commerces, ont opté pour le « Oui », contre plus de 93 % dans les trois autres bureaux de vote, situés en tribus (carte 3). A Nouméa, moins d’un votant sur cinq est pour l’indépendance (carte 3). Ses bureaux de vote présentent une remarquable dispersion des résultats, puisque le « Oui » obtient de 0,5 % (école Jean Mermoud 2) à 61 % (école Gustave Mouchet 1). Les quartiers résidentiels du sud, à dominante européenne, refusent massivement l’indépendance, comme on le constate à Anse-Vata où le « Oui » obtient environ 4 % (école Fernande Leriche 1 et 2), mais c’est aussi le cas dans des quartiers à plus forte mixité sociale comme ceux de Portes-de-Fer ou de Magenta. Inversement, c’est dans le quartier de Montravel, avec la cité Pierre Lenquette, habité par des familles défavorisées presque totalement océaniennes, la plupart Kanak, que l’on a le plus voté « Oui ». Dans le quartier de Tindu (école Louise Vergès), très enclavé et océanien, le « Oui » l’a également emporté10.

  • 11 Les Nouvelles calédoniennes, 2 juillet 2019.

41Il faut néanmoins tâcher d’aller au-delà de cette présentation par trop schématique, car tous les Kanak ne sont pas indépendantistes et tous les non-Kanak ne sont pas contre l’indépendance. Les premiers résultats diffusés de l’étude menée par le Centre de recherches politiques de Science Po (Cevipof) auprès de 1 304 personnes11, montrent la propension des femmes kanak à voter contre l’indépendance avec l’âge, peut-être par peur du risque, l’indépendance pouvant être perçue comme tel. Il apparaît assez logiquement que les Kanak de statut civil de droit commun, très minoritaires, votent moins massivement en faveur de l’indépendance que ceux de statut civil coutumier (cf. supra). Enfin et contre-intuitivement, c’est la population kanak la plus aisée qui est le plus en faveur de l’indépendance, probablement parce que celle-ci est une opportunité pour prendre en main la destinée du pays.

Conclusion

42Pour donner des gages aux indépendantistes, il est prévu dans l’accord de Nouméa qu’en cas de rejet de l’indépendance à ce premier référendum, un tiers des membres du congrès puissent demander d’en organiser un deuxième, voire un troisième si le résultat de celui-là est toujours négatif. Ces deux consultations, sur la même question, doivent être respectivement organisées dans les deux et quatre ans après le premier référendum, soit au plus tard en novembre 2022 pour la dernière. Toutefois, avant ces échéances, les élections provinciales du 12 mai 2019, fondamentales, car en découle la composition du congrès pour cinq ans, c’est-à-dire toute la période référendaire qui a débuté l’an dernier, ont rebattu les cartes du côté des non-indépendantistes. Si ces derniers restent, de peu, majoritaires au congrès, la droite modérée a essuyé une défaite cinglante au profit de l’Avenir en confiance, soutenu par Les Républicains, beaucoup moins accommodants sur la question de l’évolution statutaire. Entre indépendantistes et non-indépendantistes, une troisième force est apparue, avec l’arrivée au congrès de L’Eveil océanien, représentant la communauté wallisienne et futunienne, dont le poids démographique ne cesse de croître et qui est majoritairement non-indépendantiste (fig. 1). Presque deux fois plus nombreux en Nouvelle-Calédonie que sur leurs îles d’origine (22 000 contre 12 000), elle constitue aujourd’hui le 1/12 de la population de la Nouvelle-Calédonie. Non-indépendantiste et favorable à la fin du gel du corps électoral, ce parti milite pour un « New Deal », c’est-à-dire contre les monopoles économiques et pour une meilleure distribution de la richesse. Il est devenu faiseur de rois en permettant l’élection de l’indépendantiste Roch Wamytan à la tête du congrès le 24 mai 2019, tandis que trois de ses quatre élus à la province Sud avaient, quelques jours plus tôt, aidé à l’élection de Sonia Backès, tête de liste de l’Avenir en confiance, à la présidence de la province Sud. Pour la formation du gouvernement, une liste commune « Avenir en confiance-Éveil océanien » a été constituée, de laquelle est issu le président du nouveau gouvernement, Thierry Santa (Rassemblement-Les Républicains, ex RPCR). Dès fin juin 2019, tant des indépendantistes que des non-indépendantistes ont demandé la tenue d’un deuxième référendum, ces derniers le réclamant dans les plus brefs délais possibles. La prochaine réunion du Comité des signataires de l’accord de Nouméa, en octobre 2019, décidera de sa date, qui pourrait être juin 2020.

43Pourra-t-on solder les « ombres de la période coloniale » selon les termes du Préambule de l’accord de Nouméa, à l’aide de référendums, s’ils n’aboutissent pas à l’indépendance ? Une nouvelle fois, il sera nécessaire de faire appel au dialogue, à l’imagination et à l’intelligence pour que des solutions soient trouvées, comme le Comité des signataires de l’accord de Nouméa y est arrivé, souvent dans la douleur, depuis vingt ans. La bonne relation entre la Nouvelle-Calédonie et la France (indépendance-association ? Etat fédéré ? etc.) est à inventer, mais l’indépendance souhaitée par une majorité de Kanak reste un désir légitime.

Haut de page

Bibliographie

ADLER-NISSEN R. et GAD U. P. (dir.), 2013, European Integration and Postcolonial Sovereignty Games. The EU Overseas Countries and Territories, Londres-New York, Routledge, 252 p.

ANGLEVIEL, F., 2018, Comprendre les référendums de 2018-2022 en Nouvelle-Calédonie, Paris, Edilivre, 460 p.

BELLIER, I., CLOUD, L., LACROIX, L., 2017, Les Droits des peuples autochtones. Des Nations unies aux sociétés locales, Paris, L’Harmattan, 458 p.

BENSA, A., 1990, Nouvelle-Calédonie, un paradis dans la tourmente, Paris, Gallimard, 192 p.

BONVALLOT, J., GAY, J.-Ch., HABERT, E., (dir.), 2012, Atlas de la Nouvelle-Calédonie, Paris-Nouméa, IRD-congrès de la Nouvelle-Calédonie, 269 p.

BOUARD, S., SOURISSEAU, J.-M., GERONIMI, V., BLAISE, S., RO’I, L., (ed.), 2016, La Nouvelle-Calédonie face à son destin. Quel bilan à la veille de la consultation sur la pleine souveraineté ?, Paris, Karthala, 524 p.

BROWN, P., 2013, « Negotiating Postcolonial Identities in the Shadow of the EU: New Caledonia » in Adler-Nissen R. et Gad U. P. (dir.), 2013, European Integration and Postcolonial Sovereignty Games. The EU Overseas Countries and Territories, Londres-New York, Routledge, 252 p.

CHAUCHAT, M., 2011, Les Institutions en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, CDP de Nouvelle-Calédonie, 306 p.

CHAUVIN, C., GAY, J.-Ch., 2014, Le DVD des communes de la Nouvelle-Calédonie, Marseille, IRD.

CORDEN, M., NEARY, P., 1982, « Booming Sector and Desindustrialisation in a Small Open Economy », Economic Journal, vol. 92, p. 825-848.

COUHARDE, C., GERONIMI, V., TARANCO, A., 2016, « La Nouvelle-Calédonie suit-elle toujours le modèle de l’économie assistée ? » in Bouard, S., Sourisseau, J.-M., Geronimi, V., Blaise, S., Ro’i, L., (ed.), 2016, La Nouvelle-Calédonie face à son destin. Quel bilan à la veille de la consultation sur la pleine souveraineté ?, Paris, Karthala, 524 p., p. 229-263.

DAUPHINÉ, J., 1989, Les Spoliations foncières en Nouvelle-Calédonie (1853-1913), Paris, L’Harmattan, 348 p.

DAVID, G., GUILLAUD, D., PILLON, P., (dir.), 1999, La Nouvelle-Calédonie à la croisée des chemins, Paris, Société des Océanistes-ORSTOM, 324 p.

DOUMENGE, F., 1966, L’Homme dans le Pacifique Sud, Paris, Publication de la Société des Océanistes, 635 p.

DOUMENGE, J.-P., 1982, Du Terroir… à la ville. Les Mélanésiens et leurs espaces en Nouvelle-Calédonie, Talence, Centre d’études de géographie tropicale (CEGET), 488 p.

DUSSY, D., 2012, Nouméa, ville océanienne ?, Paris, Karthala, 282 p.

FABERON, J.-Y., 2012, Des Institutions pour un pays. La Nouvelle-Calédonie en devenir, Aix-en-Provence, Presses universitaires d’Aix-Marseille, 291 p.

FILER, C., LE MEUR, P.-Y., (dir.), 2017, Large-Scale Mines and Local-Level Politics. Between New Caledonia and Papua New Guinea, Canberra, Australian National University Press, 434 p.

FISHER, D., 2013, France in the South Pacific: Power and Politics, Canberra, Australian National University Press, 342 p.

FREYSS, J., 1995, Économie assistée et changement social en Nouvelle-Calédonie, Paris, PUF, 452 p.

GAY, J.-Ch., 2014, La Nouvelle-Calédonie, un destin peu commun, Marseille, IRD, 238 p.

GAY J.-Ch., 2018, Les Outre-mers européens, Paris, La Documentation française, coll « La Documentation photographique » n° 8 123, 64 p.

Journal de la Société des océanistes, 2018, n° spécial « La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l’histoire ».

JOHNSTON, R. J., 1979, Political, Electoral and Spatial Systems, Oxford, Clarendon Press, 221 p.

KUOKKANEN, R., 2017, « The Pursuit of Inuit Sovereignty in Greenland », Northern Public Affairs, vol. 5, n° 2, p. 46-49.

LAPONCE, J. A., 2004, « Turning votes into territories: boundary referendums in theory and practice », Political Geography, vol. 23, p. 169-183.

MAYAL, J., 1999, « Sovereignty, Nationalism, and Self-determination », Political Studies, vol. XLVII, p. 474-502.

MERLE, I., 1995, Expériences coloniales. La Nouvelle-Calédonie (1853-1920), Paris, Belin, 479 p.

MERLE, I., MUCKLE, A., 2019, L’Indigénat. Genèses dans l’empire français. Pratiques en Nouvelle-Calédonie, Paris, CNRS éditions, 527 p.

MUNHOLLAND, K., 2005, Rock of Contention. Free French and Americans at War in New Caledonia, 1940-1945, New York, Berghahn Books, 251 p.

NAEPELS, M., 1998, Histoires de terres kanakes : conflits fonciers et rapports sociaux dans la région de Houailou (Nouvelle-Calédonie), Paris, Belin, 379 p.

PAULEAU, C., 2007, Les mots de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, CDP de Nouvelle-Calédonie, 174 p.

PESTAÑA, G., PANTZ, P.-Ch., 2017, « La ville, la Brousse et les mobilités kanak : une lecture postcoloniale » in Berger, M., Chaléard, J.-L., (dir.), Villes et campagnes en relations : Regards croisés Nords-Suds, Paris, Karthala, 304 p.

SALAÜN, M., 2005, L’École indigène. Nouvelle-Calédonie, 1885-1945, Rennes, Presses universitaires, 280 p.

SALAÜN, M., 2013, Décoloniser l’école ? Hawai’i, Nouvelle-Calédonie. Expériences contemporaines, Rennes, Presses universitaires, 304 p.

SAND, Ch., 1995, « Le temps d’avant » : préhistoire de la Nouvelle-Calédonie. Contribution à l’étude des modalités d’adaptation et d’évolution des sociétés océaniennes dans un archipel du Sud de la Mélanésie. Paris, L’Harmattan, 356 p.

SAUSSOL, A., 1979, L’Héritage. Essai sur le problème foncier mélanésien en Nouvelle-Calédonie, Paris, Société des Océanistes, 493 p.

SORENS J., 2004, « Globalization, Secessionism, and Autonomy », Electoral Studies, vol. 23, p. 727-752.

TRÉPIED, B., 2010, Une Mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie, Paris, Karthala, 392 p.

TRÉPIED, B., 2013, « La décolonisation sans l’indépendance ? Sortir du colonial en Nouvelle-Calédonie (1946-1975) », Genèses, n° 91, p. 7-27.

Haut de page

Notes

1 Selon la volonté des indépendantistes le mot Kanak est invariable en genre et en nombre. Il a été ainsi considéré dans le texte de l’accord de Nouméa publié en 1998 au Journal officiel. Nous avons suivi cet usage dans l’Atlas de la Nouvelle-Calédonie, programme financé par l’IRD et le congrès de la Nouvelle-Calédonie.

2 En deuxième recours, on fait appel aux personnes justifiant d’une durée de résidence minimale de trois à dix ans selon les secteurs.

3 Voir Demoli Y. et Lannoy P., 2019, Sociologie de l’automobile, Paris, La Découverte, p. 91.

4 Si les habitants de la Nouvelle-Calédonie sont officiellement des Néo-Calédoniens, le terme de « Calédonien » ne peut être compris comme une contraction de ce gentilé. Il désigne plus précisément des personnes nées en Nouvelle-Calédonie ou assimilées culturellement, d’origines européenne, polynésienne ou asiatique, mais non Kanak et non métropolitaine. Pour les questions de lexique, voir Pauleau (2007).

5 Nom local pour désigner les zones d’habitat spontané et précaire. Il s’agit d’un bidonville situé sur un terrain public ou privé occupé illégalement.

6 Terme local désignant l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie à l’exception de Nouméa et des îles.

7 Jusque dans les années 1950, ces îles sont généralement appelées « Loyalty ».

8 Terme affectueux pour désigner la Nouvelle-Calédonie, le pays.

9 Nom donné aux habitants de Nouvelle-Calédonie d'origine européenne enracinés depuis plusieurs générations et issus des immigrations de la colonie de peuplement ou du bagne. Ils ont généralement vécu une partie de leur vie en brousse et se distingue des autres Européens par des habitudes culturelles et linguistiques marquées (accent, vocabulaire spécifique…).

10 Pour une analyse des quartiers de Nouméa, voir J.-Ch. Gay, La Nouvelle-Calédonie, un destin peu commun (2014), spécialement les pages 150 à 156 et 210 à 215. Les résultats à Nouméa du référendum sont totalement conformes à l’analyse statistique en composantes principales (ACP) que nous avions réalisée à partir des chiffres du recensement de 2009.

11 Les Nouvelles calédoniennes, 2 juillet 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Le vote « Non » par communes
Crédits Source : Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, 2018
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5856/img-1.png
Fichier image/png, 261k
Titre Carte 2. Part de la population se déclarant « Européenne » par commune en 2014
Crédits Source : ISEE, recensement de la population de 2014
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5856/img-2.png
Fichier image/png, 248k
Titre Carte 3. Le vote « Oui » par communes
Crédits Source : Haut-Commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, 2018
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5856/img-3.png
Fichier image/png, 280k
Titre Carte 4 - Part de la population se déclarant « Kanak » par commune en 2014
Crédits Source : ISEE, recensement de la population de 2014
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5856/img-4.png
Fichier image/png, 278k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe GAY, « L’autodétermination pour solder la colonisation : le cas de la Nouvelle-Calédonie », L’Espace Politique [En ligne], 36 | 2018-3, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5856 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5856

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe GAY

Professeur des universités
IAE de Nice, université Côte d’Azur / UMR Espace-Dév (IRD 228)
jcg06500@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals