Navigation – Plan du site
Varia 2019

L’espace létal, aménager pour tuer

Lethal Space, Space Planning for the Purpose of Killing
Stéphane Rosière

Résumés

Cet article aborde la notion d’« espace létal » défini comme l’espace « produit », conçu ou aménagé pour affaiblir ou exterminer un groupe humain. Il est pensé en excluant le champ de bataille et l’espace directement soumis à l’action des armes (no man’s land). Cette interprétation renvoie à l’une des caractéristiques du crime de génocide selon la Convention de 1948 des Nations Unies : « Soumission intentionnelle [d’un] groupe à des conditions d'existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle. » Fondé sur les études des violences de masse menées par les historiens et d’autres experts des violences de masse cet article vise à mieux comprendre l’utilisation de l’espace dans les processus génocidaires ou les violences de masse. Il présente d’abord les ghettos créés par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale comme point de départ à une réflexion sur les caractéristiques et la morphologie de l’espace létal. L’article interroge la pertinence de ce modèle et les conditions de sa mise en œuvre. L’auteur suggère une distinction entre l’espace létal de type « conjoncturel et mouvant » dans le cadre de la lutte contre des ethnies séparatistes ou des mouvements armés fondés sur la logique de blocus et un espace létal « réglementaire et fixe » qui renvoie plutôt aux systèmes concentrationnaires. Les éléments de réflexion mis en avant renvoient pour beaucoup à la science des sièges militaires, la poliorcétique puisque, comme le met en évidence cet article la létalité de l’espace est largement produit par le contrôle des flux, couplé à l’usage de la force et le plus souvent en marge d’un conflit armé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Roger Brunet donne six interprétations de cette notion dans son dictionnaire ici cité, voir aussi l (...)

1Dans son acception la plus courante, mais aussi la plus positive — sinon positiviste — l’espace géographique est perçu comme le support de l’activité et du développement des communautés humaines, soit : « L’étendue terrestre utilisée et aménagée par les sociétés en vue de leur reproduction (...) » (Brunet et alii, 1992, p.194). En opposition à cette vision dominante, nuancée par les géographes1, cet article souhaite souligner que, dans certains cas au moins, l’espace peut être choisi, aménagé et utilisé pour affaiblir et/ou tuer. Concevoir un espace destructeur, propice à la mort, souligne l’infini variété des usages de l’espace qui, comme toute variable, du fait d’une volonté politique, peut devenir une arme utilisée dans la destruction d’un groupe ciblé et nous lui donnerons alors le nom d’« espace létal ».

  • 2 Le no man’s land, situé entre les lignes de front, serait d’ailleurs, et comme son nom l’indique, l (...)
  • 3 L’article 2 de la Convention sur le génocide du 9 décembre 1948 définit le crime de génocide selon (...)

2Ce que nous appelons ici l’espace létal est, dans une dimension lefebvrienne (Lefebvre, 2000), un espace « produit », conçu ou aménagé, pour affaiblir ou exterminer un groupe. Il ne s’agit donc pas de l’espace réservé aux défunts (cimetières, mémoriaux, monuments, etc.) — étudié, entre autres, par Michel Ragon (1981), ou plus récemment par Dominique Chevalier (2012) — ou de l’espace de la guerre (le théâtre des opérations) qui est bien entendu létal2. L’espace létal, tel que nous le conceptualisons ici, est situé hors du théâtre des opérations. Il n’est pas directement soumis aux moyens de destruction d’une armée (bombardements) même s’il est souvent le fruit d’une forme plus ou moins exacerbée de coercition armée. Il est pensé pour « réduire » une population donnée, l’affaiblir, entraîner son déclin démographique voire son anéantissement. Ainsi défini, il correspond à l’une des caractéristiques du crime de génocide selon la Convention des Nations Unies de 1948, rarement décortiquée, soit : « La soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner [la] destruction physique totale ou partielle ; (...). »3

  • 4 Le massacre est une « forme d’action, le plus souvent collective, visant à détruire des non-combatt (...)

3L’espace létal est pensé contre une population civile — tout comme le massacre, tel que le définit Jacques Sémelin4 — et il est le produit de la violence politique (Rosière, 2011, p.131), sinon de la guerre — la ligne de démarcation entre génocide et guerre étant relativement arbitraire (Shaw, 2007). Les objectifs de ceux qui mettent en place l’espace létal peuvent relever du triptyque mis en avant par Jacques Sémelin dans son analyse des génocides qui distingue les politiques de soumission, d’éradication ou d’insurrection d’un groupe donné (Sémelin, 2005, p.389).

4Mais comment caractériser une politique d’aménagement qui vise à entraver le développement normal d’un groupe (ou ethnie), à causer une surmortalité artificielle, voire à provoquer son anéantissement ? Cet article, exploratoire en la matière, se propose suivant une méthode inductive, de partir du cas particulier des ghettos créés par les nazis pour y enfermer les Juifs durant la Seconde Guerre mondiale. Ces quartiers fermés, considérés comme archétypaux, permettront d’esquisser une théorie de l’espace létal, du moins de tirer un certain nombre de conclusions quant à cette notion, et d’une façon générale de comprendre l’utilisation de l’espace dans les processus génocidaires ou les violences de masse.

5Dans la première partie sera analysée la notion d’« espace létal » telle qu’elle a été forgée durant la Seconde Guerre mondiale pour caractériser la situation des territoires occupés par les Allemands à partir de septembre 1939. Nous décrirons ensuite la logique qui a conduit à la création des ghettos, puis sur leurs caractéristiques essentielles. Il a en effet semblé à l’auteur que ces ghettos nazis, mal connus, étaient des exemples édifiants de « soumission intentionnelle [d’un] groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ». L’auteur postule donc que les ghettos nazis, bien qu’hétérogènes, forment un possible archétype d’espace létal. Au-delà de cet archétype, l’auteur tente ensuite de réfléchir aux « avatars » (ou manifestations) possibles de l’espace létal. Il suggère une distinction entre un espace létal « conjoncturel » (momentanée) et plus ou moins « mouvant », c’est-à-dire doté d’une certaine instabilité spatiale, qu’il oppose à un espace létal plus « structurel » et spatialement « fixe », qui réfère plutôt aux systèmes concentrationnaires et la compartimentation de l’espace. Pour étudier ces deux variantes, l’auteur met en évidence l’usage du blocus durant la guerre du Biafra et la grande famine soviétique de 1932-33 et se penche enfin sur le cas spécifique des systèmes concentrationnaires.

L’espace létal : le modèle spatial nazi

6Dans cette première partie nous envisagerons successivement l’apparition de la formule d’espace létal, en soulignant comment sa cristallisation est concomitante de la politique de répressions contre la population des pays occupés par les nazis et particulièrement contre les Juifs. Nous décrirons ensuite les ghettos édifiés par les nazis contre les Juifs pour essayer de souligner leur morphologie et leur fonctionnement pour tenter de les présenter comme un « archétype » d’espace létal.

Apparition de la formule d’« espace létal »

7L’expression d’« espace létal » a été utilisée pour la première fois durant la Seconde Guerre mondiale dans le titre d’un ouvrage dont le but était de faire connaître les crimes et exactions commis par les nazis depuis l’invasion de la Pologne en septembre 1939 (Aldor, 1940).

« Près de 500 000 hommes, femmes et enfants Polonais ont été tués par les Allemands, la plupart lors d’exécutions de masse et des raids meurtriers mais aussi lors de crimes isolés alors qu’entre un et deux millions de Polonais sont morts de privations, de mauvais traitement ou d’épidémies. » (Aldor, 1940, p.261)

  • 5 La notion de « violence de masse » spécifie l’approche des sciences humaines pour étudier ces polit (...)
  • 6 Il n’a pas été possible à l’auteur de déterminer la date exacte de parution du livre de Francis Ald (...)

8L’ouvrage de Francis Aldor montre une connaissance précise des exactions nazies, son but est d’ailleurs de les faire savoir. Surtout, l’auteur joue du contraste entre la formule d’« espace vital » (ou Lebensraum, connue de tous et devenue symbole du nazisme) et d’ « espace létal » (Todesraum) qu’il forge avec une claire volonté accusatrice. Pour F. Aldor, l’Europe du début de l’année 1940, occupée par les Allemands est, non pas un Lebensraum, mais un Todesraum — un « espace létal » caractérisé par diverses violences de masse5. Parlant de « Retour au Moyen Âge » (Aldor, 1940, p.176), évoquant « L’enfer en Pologne » (p.177), l’auteur détaille divers massacres (des fusillades pour l’essentiel) et toutes formes de violence, essentiellement survenues à l’automne 1939 (et jusqu’en janvier 1940). Son but est de révéler la véritable nature du régime nazi, à une époque où, avant le 10 mai 1940 au moins, l’option de la paix existait encore dans le camp allié6. Ce Todesraum concerne particulièrement les Juifs qui forment une part plus importante des victimes des nazis que leur pourcentage réel dans la population : « Sur les 16 000 civils tués dans les six semaines qui suivirent l’invasion, 5 000 étaient Juifs (…) » (Roseman, 2002, p.43).

9Le Todesraum tel qu’il est formulé par F. Aldor n’est pas strictement défini d’un point de vue racial ou spatial ou en termes de moyens de parvenir à cette fin. L’expression qu’utilise l’auteur englobe tous les massacres commis par les Allemands dans l’ensemble des territoires qu’ils contrôlent alors (Reich, Gouvernement général et protectorat de Bohême-Moravie). L’expression constitue surtout une formule (percutante) mais F. Aldor n’élabore pas une théorie de l’espace létal qui reste à formuler.

  • 7 L’expression de « centre de mise à mort » peut être considérée comme synonyme de camp d’exterminati (...)

10A cette fin, plus que les camps ou les « centres de mise à mort »7, les ghettos créés par les nazis (en 1940, après la publication du livre d’Aldor) contre les populations juives et tsiganes nous ont semblé une pertinente introduction à la notion d’espace létal. L’apparente banalité du ghetto exprime mieux une politique qui si elle ne vise pas ouvertement à donner la mort, recherche bien la destruction physique totale ou partielle d’un groupe. Nous allons donc décrire ces quartiers fermés spécifiques au nom équivoque puisque « ghetto » réfère à des formes très différentes de ségrégation voire même d’agrégation volontaire (Brunet & alii, 1993, p.241), les ghettos nazis n’ont aucun point commun avec les ghettos juifs de l’Europe médiévale ou avec les ghettos nord-américains.

Les ghettos nazis archétype d’espace létal ? 

11Nous examinerons ici le contexte qui a amené à la création de ces ghettos nazis, ainsi que leur morphologie avant de synthétiser leurs caractéristiques.

Les Juifs sous le 3e Reich : de la marginalisation politique à la marginalisation spatiale

12Le refoulement des Juifs vers un espace létal est le fruit d’un processus politique graduel et complexe d’abord idéologique et social, qui a pris une dimension spatiale. Le ghetto est le fruit de cette logique.

13L’exclusion des Juifs du corps social est lancée dès l’arrivée au pouvoir de Hitler, le 30 janvier 1933. Les premières mesures discriminatoires, comme l’exclusion de la fonction publique, sont prises dès le printemps 1933 (Grosser, 1989, p.69 ; Guedj, 2010, p.50). Avec l’adoption des lois de Nuremberg en 1935, la marginalisation sociale s’accroît. Les Juifs perdent leur nationalité allemande, les mariages entre Juifs et Aryens sont interdits, etc. La « Nuit de cristal » du 9 novembre 1938 marque une nouvelle étape dans la montée en puissance de la violence. L’exclusion sociale et légale se renforce ensuite par l’exclusion spatiale suivant une logique d’apartheid.

  • 8 L’émigration des Juifs n’est interdite que le 23 octobre 1941, soit quelques semaines avant le décl (...)
  • 9 L’antisémite Paul de Lagarde aurait le premier, en 1885, proposé de déporter les Juifs à Madagascar (...)

14A leur arrivée au pouvoir, les Nazis étaient favorables à l’émigration des Juifs allemands. Mais l’émigration spontanée fut insuffisante — de 1933 à 1941, seuls 277 000 Juifs ont quitté l’Allemagne, par manque de pays d’accueil notamment occidentaux (Grosser, 1989, 70)8. La déportation complète de la population juive hors d'Europe est envisagée dans le cadre du « plan Madagascar », formulé en 1938.9 Ce projet parut un moment réalisable après la défaite de la France, en juin 1940. Durant l’été 1940, Reinhard Heydrich justifiait ainsi ce plan de déportation :

« Les Juifs nous sont hostiles en raison de notre opinion sur les races. Pour cette raison, ils n’ont plus rien à faire dans le Reich. Nous devons les éliminer. Cependant, l’extermination biologique est indigne d’un peuple civilisé. En conséquence, une fois la victoire acquise, nous imposerons nos conditions à l’ennemi et nous utiliserons ses navires pour transporter les Juifs et leurs effets vers Madagascar ou ailleurs » (cité par Aly, 1999, p.3).

15Ce plan est aussi envisagé en juillet 1940 par Goebbels pour qui « Madagascar deviendrait un protectorat allemand » où les conditions naturelles défavorables auraient lentement raison de la population transférée (cité par Naimark, 2001 p.73). Mais ce projet ne résiste pas à la situation stratégique : le Royaume-Uni résiste et conserve la maîtrise des océans. Dans ce contexte où toute « solution » ultramarine s’évanouit, les Allemands doivent s’en tenir aux options de la « réserve orientale » ou de « ghettoïsation » urbaine.

16L’historien allemand Götz Aly souligne que, à partir de l’été 1939, divers plans de déportation des Juifs ont été conçus par le Bureau Principal de Sécurité du Reich — le Reichssicherheitshauptamt (RSHA). La migration forcée des Juifs vers l’Est, dans les territoires conquis aux dépens des Slaves, constitue un élément de l’Ostraumlösung (la « Solution de l’espace oriental ») qui inclut l’expulsion des Juifs allemands hors du Reich vers des territoires anciennement polonais, les Polonais eux-mêmes devant être refoulés et des colons Allemands établis à leur place. L’expulsion des Juifs des régions « aryennes » devient l’un des « prérequis matériel de l’entreprise globale de déplacement des populations » (Aly, 1999, p.78). L’expulsion des Juifs du Reich, décidée le 12 octobre 1939, une fois la Pologne conquise, permet l’expropriation et l’accaparement de tous les biens des personnes visées.

  • 10 En octobre 1940, les anciens territoires occidentaux de la Pologne (dont les villes de Dantzig, Poz (...)
  • 11 «  (…) A considerable decimation of the Jews » (Aly, 1999, p.17).

17Himmler et Heydrich veulent alors créer une « réserve » dans le Gouvernement Général, initialement à l’est de Cracovie10. Le choix des dirigeants nazis se porte finalement vers la région de Lublin (entre la Vistule et le Boug) où les conditions naturelles sont jugées suffisamment médiocres pour y générer une mortalité élevée. Götz Aly cite un officiel nazi pour qui la « réserve juive de Lublin » prévue constitue un lieu tout à fait propice puisqu’il « décimerait les Juifs »11 (Aly, 1999, p.17). L’historien Mark Roseman rappelle de même que : « La fonction d’une réserve, dans l’imaginaire nazi du moins, était de parquer les Juifs dans un environnement défavorable et difficile où ils dépériraient. » (Roseman, 2002, p.41) — c’est précisément la définition que nous entendons donner à l’espace létal.

18Un premier transfert de 5 000 Juifs de Vienne et des villes de Pologne occidentale est réalisé dans le cadre du plan Nisko (Rees, 2018, p.235), mais ce projet mal préparé est abandonné du fait de l’opposition des fonctionnaires du Gouvernement Général qui refusent d’intégrer plus de Juifs dans leur territoire, mais aussi à cause des réticences de la Wehrmacht à cause de la position stratégique de ce territoire limitrophe de l'Union soviétique (Aly, 1999, p.79). L’enfermement des Juifs dans des ghettos urbains devient dès lors l’unique option.

19Pensée « comme un expédient qui permettrait de préparer la phase finale de l’émigration en masse » (Hilberg, 1988, p.188), la concentration des Juifs dans des ghettos urbains apparaît comme une décision pragmatique. Elle offre un isolement certes paradoxal (au milieu des villes), mais suffisamment efficace et une utilisation plus simple de la force de travail de cette communauté : usines et ateliers étaient nombreux dans les plus grands ghettos.

« Les ghettos apparurent dans les territoires incorporés, durant l’hiver 1939-40, et le premier grand à Lodz en avril 1940. Au cours du printemps, le mouvement gagna peu à peu le Gouvernement Général, où le ghetto de Varsovie fut créé en octobre 1940 (…). En août 1941, le Gouvernement Général s’enrichit d’un cinquième district [tout juste conquis par l’armée allemande], celui de Galicie ; dès décembre 1941, le ghetto de Lwów, capitale de ce district, était le troisième en importance pour toute la Pologne. A ce moment, le processus de ghettoïsation s’achevait dans le Gouvernement Général, il n’y manquait plus que quelques ghettos mineurs, qui furent ajoutés en 1942. » (Hilberg, 1988, p.193-194)

Morphologie et fonctionnement des ghettos nazis

20Les ghettos nazis, dont la création est souvent à l’initiative des pouvoirs locaux, forment un ensemble très hétérogène qu’il est difficile de résumer en quelques lignes. Ils présentent néanmoins des points communs : essentiellement localisés dans le Gouvernement Général, ils ne correspondent pas (sinon parfois partiellement) aux anciens quartiers juifs et leurs habitants y sont concentrés depuis des périmètres éloignés.

« Bien que la création de ces quartiers clos n’ait obéi à aucun ordre ni plan général, elle s’effectua dans toutes les villes selon des méthodes très similaires — fait qui n’a rien d’étonnant puisque les problèmes à résoudre étaient partout à peu près les mêmes. » (Hilberg, 1998, p.194)

21La création des ghettos nazis implique l’expulsion de non-Juifs exclusivement remplacés par des Juifs. Ces derniers sont soit des citadins déplacés à l’intérieur de l’agglomération (cf. carte 1), soit des habitants d’autres villes (à Varsovie, des habitants de territoires annexées au Reich), soit des habitants des campagnes environnantes (cf. carte 2).

« En règle générale, tous les Juifs vivant dans des communautés de moins de 500 personnes doivent être envoyés vers les centres urbains de regroupement les plus proches. Autant que faire se peut, ces zones de regroupement seront installées à proximité immédiate d’une gare ou, au moins, d’une voie ferrée » (Friedmann, 1954, p.61-62)

22L’Umschlagplatz (littéralement « place de transbordement ») est importante dans ce dispositif. Lieu d’arrivée des déportés de longue distance transportés en train, l’Umschlagplatz est aussi le lieu d’embarquement des habitants du ghetto vers les camps d’extermination). A Varsovie, l’Umschlagplatz est située à l'extrémité nord du ghetto, rue Stawki et est constituée de la partie ouest de la gare de Warszawa Gdańska (cf. carte 3). Les voies ferrées facilitent les transferts et la concentration quelle que soit la finalité des ghettos.

Carte 1. Concentration des Juifs de Varsovie dans le ghetto

Carte 1. Concentration des Juifs de Varsovie dans le ghetto

Source : Gilbert, 1992, p.52.

Carte 2. Concentration des Juifs de l’extérieur de Varsovie dans le ghetto

Carte 2. Concentration des Juifs de l’extérieur de Varsovie dans le ghetto

Source : Gilbert, 1992, p.42 et 53

23Quelques caractéristiques de ces quartiers artificiellement clos peuvent être soulignées : l’hermétique séparation avec les quartiers environnants, la sous-alimentation structurelle, les densités inhumaines et la forte létalité produite par les conditions de vie.

24La première caractéristique du ghetto nazi est la séparation entre ses habitants et le reste de la population, notamment dans les très grands ghettos. Les règlements édictés par les Allemands sont très précis sur ce point.

  • 12 Cette règle du couvre-feu est aussi en vigueur du côté aryen.

« Les juifs ne doivent, en règle générale, pas sortir du ghetto (...). Les Allemands et les Polonais ne doivent, en règle générale, pas pénétrer dans le ghetto. (…) Le Polizeipräsident était seul habilité à délivrer des autorisations d’entrée. A l’intérieur même de l’enceinte, les Juifs n’étaient pas libres de leurs mouvements : ils devaient s’enfermer chez eux de sept heures du soir à sept heures du matin.12 » (Hilberg, 1988, p.195)

25Dans les petites villes, les ghettos n’étaient pas toujours fermés — ces « ghettos ouverts » (Friedman, 1954, p.83), furent néanmoins temporaires. La construction d’un mur d’enceinte devient la règle, puis le regroupement dans des ghettos majeurs. Les enceintes de ces ghettos furent édifiées par les Juifs (et à leurs frais) à la demande des Allemands — pour les protéger des « violences polonaises » dans le cas de Varsovie (Bensoussan, 1998, p.342) — où le ghetto est entièrement clos le 16 novembre 1940.

26Le mur gardé sépare nettement le ghetto et la ville dite « aryenne ». Il est surveillé par des détachements de la Police (Schutzpolizei) qui tire à vue en cas de franchissement. Une fois le mur construit, l’isolement des habitants du ghetto est sévère mais la contrebande, le passage illicite restent possibles du fait de la structure du tissu urbain (immeubles jointifs, réseau d’égouts, etc.). Le faible nombre de points de passage est un moyen simple de renforcer le contrôle sur le ghetto et d’y aggraver la pénurie alimentaire. Le ghetto de Varsovie était initialement doté de : « 22 points d’entrée, réduits à 15 en janvier 1941 puis à 4 en juillet 1942 [tous] gardés par la police allemande. » (Bensoussan, 1998, p.345). Des policiers polonais, mais aussi du Conseil Juif, participent aux contrôles aux points de passage. La coupure des flux est théoriquement complète : « aucun journal, y compris ceux de la presse allemande n’entre au ghetto. Aucune source d’information n’y est autorisée » (Bensoussan, 1998, p.355), mais la contrebande atténue ces mesures et l’électricité et l’eau restent fournies par la municipalité de Varsovie (Bensoussan, p.356).

27Surtout, en termes de coupure de flux, la population du ghetto est victime d’une sous-alimentation structurelle. La coupure du ghetto du reste du monde empêche les Juifs d’acheter sur le marché libre qui se trouvent ainsi entièrement dépendants des décisions allemandes. L’organisation criminelle de la faim (pour reprendre le titre de l’ouvrage d’Olivier Assouly, 2013) est une caractéristique essentielle de l’espace létal produit par les nazis.

« L’affamement est un processus gradué et calculé par l’autorité allemande, programmer pour briser toute résistance […] les Allemands planifient la pénurie, la disette puis la famine. A partir du 15 novembre 1940 et le bouclage quasi hermétique du ghetto, l’entreprise est plus facile à mener même si elle reste compromise par la contrebande qui permet à beaucoup de survivre. (…) Mais même les rations prévues n’arrivent pas aux reclus. (…) Selon des sources polonaises, en 1941, la ration quotidienne est de 2613 calories pour un Allemand de Varsovie, de 699 calories pour un Polonais et de 184 calories pour un Juif (soit 15% du minimum vital) » (Bensoussan, 1998, p.372)

28En termes de nutrition, la situation des ghettos est similaire à celle des camps de concentration. Les recommandations de la Gettoverwaltung (l’administration des ghettos) font du ghetto de Lodz, « sur le plan des rations alimentaires, l’équivalent d’une prison. Le régime nutritif devait s’aligner sur celui des condamnés ; dans les faits, il tomba nettement en-dessous en 1941 » (Assouly, 2013, p.228). Mais pour les nazis, « nourrir les Juifs c’est remettre en cause l’intégrité et la plénitude raciale aryenne » (Assouly, 2013, p.54). Dernière caractéristique remarquable, et qui participe de la létalité de l'espace, les densités engendrées par cette concentration inhumaine — et strictement dépourvues d'espaces verts — sont effarantes. Dans le cas de Varsovie,

« La zone du ghetto initial couvre 300 ha sur lesquels s’entassent près de 30% de la population de la ville. Selon les sources allemandes, la densité serait de 6 à 7 personnes par pièce. Selon le Conseil juif, [ce serait] 9,2 personnes. On compte 128 000 habitants au km2 (contre 14 000 en moyenne dans la Varsovie aryenne), enfermés dans un rectangle dont le côté le plus long ne dépasse pas 2 km. Le ghetto ne regroupe que 73 des 1800 voies de la ville (...). » (Bensoussan, 1998, p.345)

29Par ailleurs, le ghetto connaît une forte densité du fait de sa rétraction géographique. Cette rétraction résulte tout à la fois de la volonté allemande d’étrangler ses habitants, de générer un stress continuel par les déménagements et l’entassement. Par ailleurs, à Varsovie, à partir de juillet 1942, la déportation systématique des Juifs vers le camp d’extermination de Treblinka entraîne une rétraction graduelle du ghetto du sud vers le nord. Situé l’extrême sud, le petit ghetto séparé du corps principal du ghetto par la rue Chlodna, est fermé en août 1942. Le transfert brutal de ses habitants vers la partie nord est l’occasion de violences et de barbaries (Seidman, 1998, p.38). La partie la plus septentrionale, contiguë à l’Umschlagplatz (cf. carte 2), est la dernière à subsister jusqu’au soulèvement (19 avril-16 mai 1943) et l’anéantissement total d’avril 1943.

Carte 3. Réduction spatiale du ghetto de Varsovie de 1942 à avril 1943

Carte 3. Réduction spatiale du ghetto de Varsovie de 1942 à avril 1943

Source : Seidman, 1988, p.669

  • 13 L'estimation de septembre 1942 est de 50 à 60 000 personnes selon les indications du United States (...)

30En septembre 1939, la population juive de Varsovie est d’environ 350 000 personnes. La population du ghetto (institué en octobre 1940) fluctue en fonction des arrivées et des décès (cf. tableau 1) passant de 380 740 habitants en janvier 1941 à 439 309 en juin 1941 retombant à 368 902 en février 1942 puis remontant encore à 400 000 en mai 1942 (Gutmann, 1982, p.63), ultime pic avant l’extermination totale qui débute le 22 juillet 1942 par le transfert vers le centre de mise à mort de Treblinka situé à 55 km du ghetto (cf. Gilbert, 1992, p.109). Dès septembre 1942, le ghetto ne comptait plus que 50 à 60 000 habitants seulement13.

Synthèse sur le ghetto nazi

31Le ghetto nazi n’est pas seulement un quartier fermé, fusse-t-il sévèrement gardé, il n’est pas non plus un « centre de mise à mort », c’est un territoire où la sous-alimentation, la terreur et l'esclavage sont savamment organisés, où la faim, la maladie et les violences gratuites génèrent une surmortalité sciemment entretenue.

« A Lodz, le taux de mortalité mensuel était [en 1938] de 0,009% ; en 1941, il s’éleva à 0,63% et pour le premier semestre 1942 à 1,49%. Le ghetto de Varsovie présenta une évolution similaire (…) le taux y passa de 0,63% au premier semestre 1941 à 1,47pour le second. Quant à la natalité, elle était extrêmement basse dans les deux cas, Lodz comptait une naissance pour vingt décès ; Varsovie, au début de 1942, une pour quarante-cinq. Les effets démographiques à long terme sont aisés à calculer : une population où l’écart entre mortalité et natalité entraîne un déficit net de 1% par mois sera réduite en vingt-quatre ans au vingtième de ce qu’elle était à l’origine. » (Hilberg, 1998, p.234)

32Les ghettos nazis sont marqués par une mortalité et une natalité anormales. Comme le souligne Raul Hilberg, on peut mesurer la létalité et mettre en exergue des seuils démographiques qui permettent de caractériser un « espace létal ». Environ un quart des personnes enfermées dans le ghetto de Varsovie étaient décédées avant leurs déportations vers Treblinka. A ce titre, le ghetto nazi apparaît comme un archétype de l’espace létal fondé tout à la fois sur l’enfermement, la concentration inhumaine et l’affamement qui sont couplés à l’usage de la violence « absolue ». En aucun cas, il ne peut être comparé aux ghettos nord-américains.

33Le ghetto nazi, espace létal qui prend « la forme d’une ville », reste un cas tout à fait spécifique, mais riche en enseignements. Il est frappant de constater que cet espace létal est fondé sur la gestion des flux bien plus que sur l’usage de la force armée. Cet espace létal n’est pas une affaire de militaires (la Wehrmacht ne participe pas à sa surveillance), mais de civils – les Juifs jouant le rôle de gardien auxiliaires. La létalité de ce quartier artificiel renvoie aux logiques du siège et donc à la poliorcétique (l’art de mener un siège, dont le blocus est partie intégrante). Au-delà de ce cas très spécifique, il paraît nécessaire de questionner la morphologie de l’espace létal : à quelles autres situations cette notion peut-elle renvoyer ?

Avatars de l’espace létal

34Si les ghettos nazis peuvent être considérés comme un point de départ dans la conceptualisation de l’espace létal (non seulement comme modèle théorique, mais comme représentation présente à l’esprit des rédacteurs de la Convention des Nations Unies sur le génocide), quelles situations pourraient être rattachés à ces cas ? Les ghettos nazis semblent renvoyer structurellement aux lieux d’enfermement en général et aux systèmes concentrationnaires, mais l’affamement de la population nous pousse aussi à envisager les situations de siège et plus particulièrement de blocus alimentaire.

35Dans cette deuxième partie, il a paru possible de distinguer des espaces létaux mouvants et conjoncturels, lié à des guerres ou des périodes de répression, soit des espaces létaux fondés sur le blocus et l’état de guerre ou d’exception. Il semble possible de distinguer d’autre part des espaces létaux fixes et structurels (dans la mesure où ils sont liés à la structure même du pouvoir), de type concentrationnaire.

Blocus de territoires : l’espace létal mouvant et conjoncturel

36L’espace létal peut être lié au déroulement d’un conflit armé — sans que cela soit systématique — notamment lorsqu’un blocus est mis en place par un des belligérants. Dans cette configuration, l’espace létal n’est pas aménagé, clos par des « murs » ou des clôtures, il correspond plutôt à une région entière — avec tout ce que la notion de « région » comporte de flou en termes de superficie — territoire fermé, sur une base légale ou non, par des unités armées qui interdisent les flux en provenance et surtout en direction de la région « fermée ».

37Les frontières de ce type d’espace sont plutôt des lignes de fronts ce qui rappelle que la « violence asymétrique de masse se produit le plus souvent en marge d’une guerre (…) » (de Swaan, 2016, p.147). Celles-ci ne sont pas toujours bien nettes sur le terrain et pas forcément toujours actives, elles sont « mobiles » dans la mesure où elles se confondent avec l’évolution d’un rapport de force militaire. Le cas de la guerre du Biafra parait emblématique. Cependant, les formes de blocus ne sont pas systématiquement liées à des guerres, les grandes famines soviétiques des années 1932-33, examinées ensuite, le soulignent.

Létalisation d’une région sécessionniste : le cas de la guerre du Biafra

  • 14 Igbos ou Ibos, les deux formes existent et seront utilisées concomitamment suivant les sources.
  • 15 En langue haoussa, un « Sabon gari » désigne littéralement un « quartier d’étrangers » dans les vil (...)
  • 16 La Région Orientale (Eastern Region) prend le nom de Biafra « en souvenir d’un ancien empire africa (...)

38La guerre du Biafra (juin 1967- janvier 1970), la politique génocidaire et le blocus qui y furent appliqués méritent être évoqués alors que l’on recherche des cas emblématiques. Le Nigeria indépendant depuis 1960, éclate en 1967 du fait des violentes tensions interethniques entre les Ibos14 (habitants chrétiens ou animistes du sud-est du pays) et les autres ethnies – et notamment les Haoussas musulmans du Nord. Entre juin et octobre 1966, sur fond de coups d’États successifs opposant sudistes et nordistes, de violents pogroms éclatent dans les métropoles du Nord, contre les habitants des Sabon gari15. Ces violences entraînent d’importants déplacements internes. Avant que n’éclate la guerre à proprement parler, « deux millions d’Ibos, répartis dans l’ensemble du pays, commencent à refluer en catastrophe vers la province orientale » (Mertens, 1969, p.184). La situation alimentaire du Biafra encerclé sera encore plus tendue du fait de la présence de ces réfugiés venus s’ajouter à la population locale. La violence inter-ethnique est en tout cas un facteur déterminant expliquant la sécession de la région orientale, sous le nom de Biafra (Herteen et Moses, 2017, p.7) qui est proclamée le 27 mai 196716.

39La stratégie du gouvernement fédéral pour reprendre la main sur ce territoire consiste d’abord à mettre en place un blocus terrestre aérien et maritime de la région séparatiste. Les autorités nigérianes, dont les intentions génocidaires dénoncées durant le conflit (Buhler, 1968) ont été prouvées (Korieh, 2012), ont privilégié le blocus pour « réduire » le territoire adverse, tout en maintenant une pression militaire constante. Effectivement, 80 à 90% des victimes de cette guerre sont mortes de faim et non pas directement à cause des combats (Korieh, 2012). Un premier blocus est mis en place, pour tenter d’infléchir la marche vers la sécession, du 30 avril 1967 au 20 mai 1967— alors que la région-Est accueillait de nombreux réfugiés ; le second est établi après la déclaration d’indépendance, le 1er juin 1967 (Clergerie, 1994, p.107).

  • 17 Le blocus nigérian n’était pas intégéré, mais il a posé problème pour aider les Biafrais. Un avion (...)
  • 18 Le Biafra avait une superficie de 76 364 km2 soit un peu plus de 8% de la superficie du Nigeria (92 (...)

40Le pouvoir central espère capturer rapidement les dirigeants indépendantistes par le biais d’« opérations de police », il doit vite déchanter face à la détermination des Ibos. Ainsi, le 2 septembre 1967, le général Gowon (qui dirige le Nigeria depuis son coup d’état du 1er août 1966) déclare-t-il la « guerre totale » au Biafra. Le blocus est déjà en place à cette date, mais la guerre totale justifie que « la stratégie fédérale consiste à assiéger le Biafra » (Boutet, 1992, p.89). Le bouclage du territoire biafrais est assuré sur l’imprécise ligne de front par les militaires et vise le réseau routier, les cours d’eau, les ports et les aéroports17. Derrière l’armée, toutes les administrations participent à isoler le Biafra : coupure des ondes, du courrier, des transactions bancaires, etc. (Herteen et Moses, 2017, p.8). Le blocus est renforcé sur le terrain par une double tactique de terre brûlée (destruction de stocks, empoisonnement des puits (Boutet, 1992 ; Buhler, 1968) et de massacres qui poussent des hordes de réfugiés vers le « réduit biafrais » qui ne mesure plus que 5 000 km2 fin 1967 (Boutet, 1992, p.89)18 – mais certains territoires sont pris et repris. « Début 1969, l’armée biafraise met à profit une tactique militaire de guérilla pour reprendre le contrôle du quart ou du cinquième du territoire ; en dehors des villes désertées par leur population et des routes aux mains des troupes fédérales, l’intérieur du pays échappe encore partiellement au pouvoir de Lagos » (Clergerie, 1994, p.108).

41En mai 1968, la prise de Port-Harcourt par les forces fédérales prive le Biafra de son dernier accès à la mer et marque une inflexion dans le désastre humanitaire. Le siège du « réduit biafrais » engendre une grave famine aurait fait entre un million (Korieh, 2012) — chiffre le plus généralement cité — et deux millions de victimes (Boutet, 1992, p.100). « Pour les trois mois de ce seul été 1968, il y aurait eu entre 348 000 et un demi-million de décès dus à la faim. »19 Fin 1969, «  Plus que le manque d’armes, ce sont la faim et l’épuisement des soldats biafrais (qui ne touchent des rations que deux fois par semaine) qui viendront à bout de (…) la résistance biafraise. » (Clergerie, 1994, p.109). La piste d’atterrissage d’Uli est le dernier lien avec l’extérieur et sa prise est l’un des derniers épisodes de la guerre.

42Dans le cas biafrais, la « létalisation » de l’espace paraît se confondre avec la poliorcétique, l’art du siège des villes. L’affamement de la place assiégée est une tactique militaire classique, même si contraire aux lois de la guerre (et notamment aux Conventions de Genève de 1949). Elle souligne peut-être une faiblesse de l’assaillant, elle vise à jouer sur le temps pour gagner de l’espace en ménageant les attaquants.

43De telles situations perdurent aujourd’hui. Ainsi, la Commission d'enquête des Nations Unies sur les violations des droits de l'Homme en Syrie dénonçait en mars 2014 « le recours aux sièges des villes et à la famine comme méthode de guerre »20. Il est vrai que là, l’espace létal se confond plus étroitement encore avec le théâtre des opérations — aux confins de situations que nous avons voulu singulariser ici.

La létalisation comme répression politique : la grande famine soviétique de 1932-33

  • 21 Timothy Snyder (2010, p.101) évoque 5,5 millions. « Chiffre grosso modo exact, quoique peut-être un (...)

44La « létalisation » de vastes régions peut advenir sans qu’une guerre n’ait lieu, comme dans le cas emblématique de la grande famine soviétique de 1932-33, « qui fit, selon des sources aujourd’hui incontestables, plus de 6 millions de victimes » (Courtois et alii, 1997, p.178)21. Cet épisode n’est pas lié à des aléas climatiques (même si les deux années précédentes, les récoltes avaient été mauvaises), mais à des décisions politiques. En effet, le pouvoir soviétique menait alors une politique d’industrialisation forcée et souhaitait achever la collectivisation de l’agriculture en éliminant les « koulaks » ou les petits propriétaires. La mise en place du communisme « exigeait l’industrie lourde, laquelle requérait à son tour la collectivisation de l’agriculture, qui elle-même passait par le contrôle de la paysannerie, le groupe social le plus important de l’Union soviétique. » (Snyder, 2010, p.59)

  • 22 Le 28 novembre 2006, le Parlement ukrainien a adopté une loi reconnaissant la Grande famine de 1932 (...)

45Cette famine fut-elle un génocide spécifiquement menée contre le peuple ukrainien, (au sens strict de genos le peuple)22 ? De nombreux spécialistes comme Nicolas Werth (2014) —rappellent que cette famine n’a pas seulement touché l’Ukraine mais d’autres régions de l’Union soviétique (sud de la Russie et Kazakhstan). Elle pourrait ainsi être comprise comme un « politicide » (Harff & Gurr, 1988) : un processus d’extermination fondé non pas sur un critère ethnique, mais sur l’opinion politique du groupe visé (ici les « koulaks », sinon la paysannerie en général). La « guerre à la paysannerie » menée par le pouvoir soviétique est en tout cas fondamental dans la création d’un espace létal dans les régions céréalières soviétiques.

« Chaque automne la campagne de collecte se transformait en une véritable épreuve de force entre l’État et une paysannerie qui tentait désespérément de garder pour elle une partie de la récolte (…). Plus la région était fertile et plus elle était ponctionnée. » (Courtois et alii, 1997, p.179)

46Dans ce contexte, l’État – qui continue à exporter durant la famine, « pour les besoins de l’industrialisation » (Courtois et alii, p.185) — augmente exagérément les ponctions dans les stocks, à la fois comme punition (c’est une « guerre » que mène le régime) et comme financement de l’industrialisation.

« En 1930, l’État collecta 30% de la production agricole en Ukraine, 38% dans les riches plaines du Kouban (…), en 1931, pour une récolte bien inférieure, ces pourcentages atteignirent 41,5% et 47% (…). Un tel prélèvement ne pouvait que désorganiser complétement le cycle productif. En 1932, le plan de collecte était supérieur de 32% à celui de 1931, le conflit était donc inévitable. » (Courtois et alii, p.179).

47La létalisation de l’espace soviétique est facilitée par le strict maillage de l’État sur le territoire et sa population. Dans l’Union soviétique, se déplacer (ou déménager ou changer d’emploi) demande une autorisation. Le passeport intérieur entrave les déplacements de tous les citoyens. Son but est de « restreindre l’accès aux grandes villes tout en se donnant les moyens d’une purge sociale dont les bénéfices, du point de vue des autorités, seraient maintenus grâce à un contrôle de l’ordre public renforcé » (Moine, 2003). « A compter du 14 janvier 1933, les citoyens soviétiques durent être munis de passeport intérieurs pour pouvoir résider légalement en ville » (Snyder, 2010, p.89). La paysannerie soviétique est interdite de déplacement, notamment de gagner les villes mieux approvisionnées — sans que la situation y soit bonne (Snyder, 2010, p.53). « Le 15 mars [1933] les employés des chemins de fer du Donets du Nord reçurent l’ordre d’empêcher les paysans de voyager, sauf s’ils étaient chargés d’une mission par le directeur d’une ferme collective. » (Conquest, 1987, p.266).

48Les permis et autorisations sont des outils efficaces mais cependant non suffisants. Le rôle des forces de l’ordre (police, milice, armée) reste décisif. Le sociologue néerlandais Abram de Swaan rappelle comment l’application des décisions du pouvoir soviétique « nécessita le déploiement d’un nombre considérable de fonctionnaires du parti et de policiers chargés de réquisitionner la nourriture et d’empêcher les paysans de quitter leurs villages. » (de Swaan, 2016, p.13-14). L’historien Robert Conquest pointe le rôle des « Brigades » chargés de réquisitionner le blé en fouillant les domiciles (Conquest, 1987, 246). Les brigades pillent les villages désignés sur les listes noires dressées par les autorités (Snyder, 2010, p.86) au prétexte de sabotage. Ces brigades sont constituées de membres du Parti, des soviets locaux mais aussi de divers supplétifs comme les instituteurs ou des étudiants. « Leur technique consistait à rosser les gens et à employer des outils spéciaux pour chercher le grain – des tiges d’acier d’environ 1,3 cm de diamètre, longues d’un à trois mètres, munies d’une poignée à un bout et pointues à l’autre » (Conquest, 1987, p.246) ; Timothy Snyder offre des descriptions semblables et compare les brigades à une « armée d’invasion » (Snyder, 2010, p.80).

« Ils ne prenaient pas seulement les aliments et le bétail mais tous les objets de valeur et les vêtements “excédentaires”, les icones dans leurs cadres, les samovars, les tapis, les ustensiles de cuisine qui pouvaient être en argent et l’argent s’ils en découvraient. » (cité par Conquest, 1987, p.247).

49Pendant que les paysans sont spoliés de toutes ressources et assignés à résidence, les cadres du parti et les activistes vivent normalement. « Les agents du Parti n’eurent bien entendu pas à souffrir de la famine ; ils recevaient de bonnes rations. » (Conquest, 1987, p.247) Les réfectoires des antennes du parti étaient normalement approvisionnés. « Ils étaient gardés jour et nuit par la milice qui empêchait les paysans affamés et leurs enfants d’y pénétrer. (…) Autour de ces oasis, la famine et la mort sévissait. » (Conquest, 1987, p.248). La force du pouvoir réside donc dans son organisation, son équipement — « Gengis-khan équipé du télégraphe » selon une formule de l’époque (cité par Conquest, p.282) — qui permet au pouvoir de fixer et d’affamer les paysans victimes de cette guerre sans canon et durant laquelle « la plupart des victimes moururent chez elles. » (Conquest, 1987, p.269)

  • 23 Voir les chiffres par raïon (district), ou oblast (régions) sur le site de FamineWeb - Comparative (...)

50Des pics de mortalité à 25 % sont atteints dans certains raïons (districts) ruraux en 193323. « C’est dans les régions céréalières de Poltava, Dniepropetrovsk, Kirovgrad et Odessa qu’il fut le plus élevé, de 20 à 24 % en moyenne. » (Conquest, 1987, p.270). Ces taux de mortalité effrayants soulignent le rôle vital des flux et du mouvement, ainsi que la capacité de l’État totalitaire à générer l’espace létal — la famine en Chine populaire entre 1958 et 61 est comparable sur de nombreux points (Jisheng, 2012 ; de Swaan, 2016).

51Dans la grande famine soviétique, le même territoire viable pour les uns (les membres des structures de pouvoir et des forces de l’ordre), devient mortel pour les autres (les paysans). L’usage d’un droit dévoyé — « Il suffisait de posséder de quoi manger pour être présumé coupable d’un crime. La loi entra en vigueur le 7 août 1932. » (Snyder, 2010, p.79) —, allié à la brutalité légalisée (celle des brigades en plus de la police politique) est à la base de la destruction du groupe visé. La létalisation de l’espace est ainsi générée sans construire de quartier réservé, de camp, sans élever des barrières mais uniquement par le contrôle qu’exerce le pouvoir sur sa population. Dans cet espace hypercontrôlé, les paysans assignés à résidence sont condamnés à mort.

52Cette létalité différentielle, sur un seul et même territoire, aux limites mouvantes (le nord de l’Ukraine échappe au pire car la population y dispose d’autres ressources alimentaires (bois, étangs, marais), ces disparités dans la létalité renvoie à des « territorialités » variables – territorialité non pas comme « forme d’appropriation » du territoire, selon l’acceptation classique en géographie, mais littéralement comme capacité à y (sur)vivre.

Les systèmes concentrationnaires : l’espace létal fixe et structurel

53Un système concentrationnaire peut-il être considéré comme un espace létal ? On peut parler de « système concentrationnaire » s’il s’agit d’un ensemble coordonné, doté d’un commandement, d’une logique et réparti sur un territoire donné (souvent un État). Cet espace forme un réseau ou, pour reprendre l’image d’Alexandre Soljenitsyne à propos du Goulag soviétique, un « archipel ». Il n’est pas forcément fait pour tuer en masse (le Laogai chinois est d’abord un système de travail forcé), mais il est clair que la mortalité y est supérieure à la normale.

54Giorgio Agamben considère le camp de concentration « non comme un fait historique et une anomalie appartenant au passé, (…) mais, en quelque sorte, comme la matrice secrète, le nomos de l’espace politique dans lequel nous vivons » (Agamben, 1995, p.47). En ce sens, le système concentrationnaire exprime la nature du pouvoir absolu. Cette modernité (ou contemporanéité) du camp de concentration nous intéresse car il s’agit de « l’espace biopolitique le plus absolu qui ait jamais été réalisé (…) » (Agamben, 1995, p.51).

55Cependant, tous les camps ne renvoient pas à l’espace létal. La notion de camp est vague et inclut des camps d’internement, d’hébergement, de transit, de concentration ou d’extermination (terminologie non exhaustive). Il ne sera pas possible ici de les présenter tous dans leur complexité et leur singularité. Soulignons seulement l’immense différence entre les camps de prisonniers (ou les bagnes) qui concernent des condamnés par la justice et les camps dans lesquels une population dans son ensemble est enfermée ou exterminée. Durant la Seconde Guerre mondiale, les « usines de la mort » créées par les nazis, et notamment Chełmno, Bełżec, Sobibor et Treblinka, formaient une organisation séparée des autres camps dont la « seule fonction était l’extermination des Juifs » (Sofsky, 1995, p.23). Entre la prison et le centre de mise à mort, le camp dit « de concentration » paraît le plus pertinent dans notre réflexion et d’abord parce qu’il a été conçu pour une population civile dans son ensemble comme le souligne les circonstances de son apparition. Les camps de concentrations sont apparus au confluent de la révolution industrielle et de l’aventure coloniale. Ils ont pu être considérés comme le produit de la « modernité » :

« La naissance du camp apparaît (…) comme un événement qui marque de façon décisive l’espace politique de la modernité. » (Agamben, 1995, p.53).

56Les premiers camps de concentration et très précisément de « reconcentration » (reconcentración) sont mis en place, en 1896, durant la guerre de libération à Cuba (1895-1898) pour contrer la guérilla indépendantiste. Le général espagnol Valeriano Weyler y Nicolau regroupe autoritairement la population civile des zones soulevées dans des lieux gardés par l’armée pour couper tous liens avec la rébellion.

  • 24 Sur le barbelé, voir Razac, 2000.

« Weyler a bénéficié de deux nouveautés technologiques du XIXe siècle : le fil de fer barbelé24, indispensable pour rendre les évasions difficiles, et les transports par voie ferrée pour déporter les victimes sur de grandes distances. » (Becker, 2008, p.105)

57Dans ce conflit, certains éléments de contexte évoquent la future destruction des Juifs d’Europe à commencer par la déshumanisation dont sont victimes les nationalistes cubains (voir Juan Bautista Casa, un prêtre idéologue de la reconcentración ? in La Llosa, 2008, p.140-148.) Près de 400 000 personnes auraient ainsi été déplacées à Cuba (Becker, 2008, 104) à partir de février 1896. Pour les populations rurales, l’enfermement dans des villages gardés par l’armée est alors la règle.

« Autour des habitations apparurent des tranchées et des lignes de barbelés destinés à empêcher les insurgés indépendantistes d’y pénétrer et des sentinelles contrôlaient les entrées et sorties. » (La Llosa, 2008, p.157).

  • 25 Il y a débat sur la volonté de tuer les personnes « concentrées ». Alvar de La Llosa rappelle que l (...)
  • 26 Alvar de la Llosa explique que le bilan exact est impossible à établir, mais que les historiens le (...)

58Le camp de « reconcentration » n’a pas pour objectif (proclamé) de donner la mort, mais la mortalité y est cependant anormalement élevée25. La plupart des décès sont liés, comme dans le ghetto nazi, à la faim et aux épidémies. La population est enfermée sans qu’on ait cherché à lui donner de réels moyens de subsistance. La disette que connaissent aussi les soldats espagnols aggrave encore la situation alimentaire. Si, « d’un point de vue militaire, la “reconcentration” ne fut pas une réussite » (l’Espagne a d’ailleurs perdu cette guerre), elle provoqua cependant, « de façon directe ou indirecte, la mort d’un cinquième du million et demi d’habitants de l’île » (La Llosa, 2008, p.168), soit environ 300 000 personnes26. Les chiffres de mortalité dans les camps espagnols sont de l’ordre de 250 ‰ et paraissent comparables avec ceux du ghetto de Varsovie en 1941.

59En Afrique du Sud, les concentration camps (ou laagers en afrikaans) mis en place par les Britanniques durant la (deuxième) guerre des Boers (1899-1902) reproduisent la stratégie espagnole à Cuba : lutte contre un soulèvement national, enfermement la population civile pour couper les liens entre les unités armées et la population, décimation de la population civile enfermée.

  • 27 Annette Becker souligne que c’est parce qu’elles étaient blanches que le sort de ces personnes a ém (...)

« Ces méthodes tout à fait banales dans un conflit coloniales [sont] utilisées cette fois contre un ennemi d’origine européenne 27. […] Ni Roberts ni Kitchener n’ont anticipé les conséquences de leurs ordres : entasser des civils dans des espaces réduits, sous tente, sans aucune hygiène, les nourrir de rations militaires très réduites, tout cela ne pouvait qu’amener une catastrophe. » (Becker, 2008, p.108)

60Dans les laagers, la mortalité est extrêmement élevée. En 1901, ils rassemblent 109 418 personnes ; les taux de mortalité y sont de l’ordre de 264 ‰ pour les adultes et de 565 ‰ pour les enfants (Becker, 2008, p.109).

« Des épidémies de rougeole et de pneumonie expliquent en partie la surmortalité des enfants mais les conditions sanitaires et psychologiques faites aux internés (…) ont un rôle majeur. (…) Les historiens contemporains s’accordent sur les chiffres de 27 900 morts, dont 26 250 femmes et enfants (dont 22 000 d’entre eux âgés de moins de 16 ans). » (Becker, 2008, p.109 et 112)

61Ces chiffres très élevés sont du même ordre de grandeur que dans le ghetto de Varsovie. Cuba et l’Afrique du Sud ne sont pas les seuls cas de « concentration » d’une population civile. Une tactique identique est, entre autres, appliquée par les forces américaines face aux Philippins insurgés entre 1900 et 1902 — conflit qui fit 200 000 victimes civiles dans l’indifférence générale (La Llosa, p.171). Durant la guerre d’Algérie, l’armée française regroupe les civils suivant des modalités directement calquées sur la « reconcentration » (Pervillé, 2003, p.40-41). De très nombreux petits hameaux (les douars) sont rasés et la population rurale réunie dans des « centres de regroupement » gardés par l’armée. Deux millions de personnes sont ainsi déplacées en 1960, « soit 25% de la population » (Pervillé, 2003, p.40).

62Ces politiques de regroupement forcé, parfois euphémisées en « villagisation », ont pour objectif de lutter contre des insurrections en milieu rural (Rosière, 2011, p.67 et 87-88). Cette liste n’est évidemment pas exhaustive mais suggère la diffusion de ces pratiques dans l’espace colonial où l’on assiste bien à « l’extension à une population civile tout entière d’un état d’exception lié à une guerre coloniale » (Agamben, 1995, p.48). Et le modèle des camps britanniques et espagnols ne paraît pas si éloigné de la formule de l’Indian reservation déjà expérimentée depuis longtemps aux États-Unis. La pratique de l’enfermement coercitif de civils tend à se répandre aussi bien en Occident que dans les dictatures ainsi semble-t-il nécessaire de la replacer dans un contexte de mondialisation ou de diffusion de politiques et/ou pratiques répressives.

  • 28 300 000 personnes semble une estimation très basse. La Laogai Research Foundation donne des chiffre (...)

63Les systèmes concentrationnaires ont des finalités variables. Souvent, la fonction travail prédomine sur la recherche de la létalité. Néanmoins, celle-ci reste supérieure à la normale — un taux de 10% est aussi mentionné pour le laogai sous le règne de Mao (Chang, Halliday, 2006). Le laogai chinois forme le plus grand archipel concentrationnaire actuel, mais sa finalité est d’abord économique. Il regrouperait entre 4 et 6 millions de détenus offrant une main-d’œuvre à bon marché aux entreprises chinoises28. Ainsi : « La principale tâche de la police ne consisterait pas à rééduquer les détenus mais à s’assurer de leur productivité en vue de la maximalisation du profit sur une base contractuelle » (Sanjuan, 2006, p.32). De ce fait, la survie des prisonniers est indispensable et les 300 camps du laogai ne pourraient être considérée dans son ensemble comme un espace létal (on peut néanmoins supposer qu’il existe des exceptions à cette règle générale).

  • 29 60% de la population du camp de Yod ok serait ainsi formée des membres des familles de suspects (Ha (...)
  • 30 Le 17 février 2014, le président de la commission des Nations Unies chargé de l’enquête sur la Coré (...)

64Actuellement, c’est surtout le système concentrationnaire nord-coréen, le kwanliso (pour « colonie de travail pénal ») où seraient emprisonnés près de 200 000 personnes, qui retient l’attention. Le camp de Yodok, ou kwanliso n°15, paraît emblématique. Ce camp est divisé en deux parties : la « zone de contrôle total » et la « zone révolutionnaire ». La première réunit des personnes suspectées de crimes contre le régime ou qui ont été dénoncées comme politiquement peu fiables ainsi que l’ensemble de leurs familles sur plusieurs générations, ces prisonniers ne sont jamais libérés29. Ce ne sont donc pas strictement des camps de prisonniers, mais ils regroupent des civils. La « zone révolutionnaire » est plutôt un camp de rééducation dont les prisonniers sont libérés à la fin de leur peine. David Hawk estime qu’à la fin des années 1990, environ 20 % des détenus de Daesuk-ri seraient morts de malnutrition chaque année (Hawk, 2012)30. Selon le rapport de la commission des Nations Unies de février 2014 :

« Des centaines de milliers de prisonniers politiques ont péri dans des camps pendant les cinquante dernières années […], graduellement éliminés par des famines délibérées, le travail forcé, les exécutions, la torture, les viols et le refus des droits de reproduction appliqués par des punitions, des avortements forcés et des infanticides ». (Assemblée générale des Nations Unies, 2014)

65Les conditions de vie dantesque dans les camps nord-coréens en font clairement un cas contemporain d’espace létal : un espace létal structurel et spatialement « fixe » illustrant la notion de « compartimentation » sur laquelle insiste Abram de Swaan pour comprendre comment son menée des violences de masse et des génocides. Le régime instaure des « compartiments d’extermination et de barbarie rigoureusement isolés, presque invisibles, et dont l’existence est quasiment taboue. » (de Swaan, 2016, p.156). On retrouve, là aussi, un élément constitutif des ghettos nazis…

Conclusion

66Au croisement des genocides studies et de la géographie, nous avons essayé de poser ici des jalons de la notion d’« espace létal » comme espace « produit », ou aménagé, dans le but de soumettre un groupe « à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ». Nous pouvons tirer quelques conclusions des cas mis en exergue.

67La létalité est mesurable et varie dans le temps. L’espace létal n’est pas une représentation, il est mesurable. De même qu’il existe une « topographie et une topologie de l’Holocauste » (Doeland & Clark, 2002, p.49), il est possible de mettre en exergue des lieux et des périodes où la mortalité est anormale. Le taux de mortalité est l’indicateur principal de la « létalisation » (on a vu qu’elle pouvait être plus vingt fois supérieure à la normale passant de 10%0 à plus de 200 ‰ comme lors de la famine soviétique), mais l’écroulement de la natalité et la mortalité infantile sont aussi des indicateurs pertinents et analysables, notamment dans la mesure où l’espace létal concerne une population civile.

68La létalisation est aussi un processus fatalement ponctuel : le ghetto de Varsovie dure deux ans et demi, le blocus du Biafra à peu près autant, la majorité des victimes de la famine soviétique meurt durant l’année 1933. Une longue période n’est pas nécessaire pour anéantir un peuple. L’espace létal est donc le fruit d’un contexte, son existence n’est que transitoire et s’achève soit lorsque son but a été atteint (annihilation du groupe visé), soit lorsque les promoteurs de cette politique en ont été empêchés, soit parce que cette politique a perdu son sens avec l’évolution du contexte général.

69L’espace létal implique une maîtrise de l’espace, une capacité à l’aménager sur une certaine durée. La maitrise des flux est la manifestation concrète de cette capacité. Dans les ghettos nazis, les blocus ou les systèmes concentrationnaires, la maîtrise des flux (et d’abord des flux alimentaires) est l’outil majeur de la « létalisation ». Le dilemme « circulation/sécurité » qui est fréquemment mis en exergue en matière de gestion des frontières laissant entrevoir un gradient allant de l’ouverture complète privilégiant la circulation à la fermeture complète privilégiant la sécurité (cf. Kolossov, Boudejda, 2009) s’en trouve perturbé. En effet, ces concepts duals trouvent ici une nouvelle interprétation. Si dans l’espace « positiviste » la sécurité est produite par le contrôle des flux, dans l’espace létal, la circulation ne s’oppose pas à la sécurité, au contraire, elle devient la condition sine qua none de la sécurité (des habitants).

70La production de l’espace létal implique des capacités techniques et des dispositifs, elle est l’expression d’un pouvoir. L’ensemble requiert organisation et logistique : « L’organisation criminelle de la faim répond toujours à un plan et une administration, avec ses responsables et sa cohorte d’exécutants. » (Assouly, 2013, p.29). L’analyse de l’espace létal doit pouvoir mettre en exergue des décideurs et des acteurs ou agents. L’espace létal apparaît non seulement comme le produit d’un pouvoir agissant, mais d’un pouvoir absolu, qu’il soit légal ou non. La notion de pouvoir absolu est entre autres utilisée par le sociologue allemand Wolfang Sofsky qui souligne que l’organisation des camps de concentration relève nécessairement d’un pouvoir « absolu » qui fait écho à la « domination absolue » chez Hannah Arendt (Sofsky, 1999, p.357-358). Le même constat peut être fait pour l’espace létal.

« Le pouvoir absolu transforme l’espace naturel en un espace social forcé, il barricade toutes les issues et délimite les zones de contrôle. (…) Le fait de bloquer tout rapport avec l’extérieur n’est que le plus simple des procédés employés par le pouvoir » (Sofsky, 1999, p.65).

71La caractéristique fondamentale de ce pouvoir absolu est le droit de vie ou de mort sur tout individu. On peut reprendre la conclusion de W. Sofsky pour l’espace létal en soulignant que celui-ci ne peut exister sans que la menace de mort soit explicite. Le déplacement d’un nombre important d’individus implique une menace forte. Les personnes déplacées vers l’espace létal n’ont pas le choix — c’est un point commun avec le « nettoyage ethnique » (Rosière, 2006). Le fait qu’une autorité soumette intentionnellement un groupe à des conditions létales pourrait être même considéré comme l’une des caractéristiques objectives de ce « pouvoir absolu ».

72L’espace létal semble s’inscrire dans la catégorie des « violences unilatérales » (one sided violence) conceptualisées par Kristine Eck & Lisa Hultman (2007) pour référer aux violences commises par des bandes armées contre des populations civiles (le plus souvent dans le cadre de guerres civiles en Afrique). Cependant, l’espace létal peut difficilement être produit par des bandes agissant sans plan coordonné. La « létalisation » implique des moyens importants et dont le contrôle des voies de communication routières, ferroviaires, aériennes ainsi que maritimes ou fluviales. L’État qui est en général responsable de la violence unilatérale a le plus facilement les capacités de produire l’espace létal. Comme le rappelle Enzo Traverso, comprendre les violences du XXe siècle « implique de voir dans l’État souverain non seulement un appareil juridique et politique ou un dispositif disciplinaire, mais aussi une machine de destruction de masse soumise à des impératifs éminemment politiques » (Traverso, 2011, p.208). Ces violences unilatérales peuvent aussi être interprétées comme des « violences asymétriques » pour reprendre l’expression qu’utilise Abram de Swaan.

  • 31 La notion d'espace vital – antinomique de létal - qui aurait pu être utilisée stricto sensu doit év (...)

73L’espace létal inscrit donc dans l’espace une asymétrie politique entre les individus par le biais d’une distinction binaire plus ou moins matérialisée suivant les contextes entre un « dehors » (l’espace normal31) et un « dedans » (l’espace létal). Agissant ainsi, le pouvoir définit territorialement l’identité. Le corps (défini comme) étranger doit être expulsé pour ne pas corrompre le corps (défini comme) sain. L’espace létal contredit le principe d’égalité des citoyens et serait ainsi incompatible avec la démocratie. Cette asymétrie politique et spatiale est en général le propre de régimes autoritaires et/ou xénophobes dont les logiques ségrégationnistes ont été analysées par Raul Hilberg (1988). L’historien de la Shoah a mis en exergue les principes conduisant à l’extermination des Juifs d’Europe dans une logique impliquant un stade de concentration spatiale comme étape de l’annihilation. Pour Raul Hilberg, tout « processus de destruction » d’un groupe répond à un modèle inhérent qu’il décomposait en quatre étapes indissociables.

74Définition du groupe Expropriation Concentration Anéantissement

75L’expropriation (expulsion du corps social puis de l’espace social) et la concentration dans des ghettos artificiels sont les étapes les plus clairement spatiales de ce processus doté d’une forte inertie mais non dépourvu d’inflexions aléatoires.

76« Une mesure prise dans le cadre d’un processus de destruction, si elle ne cause pas toujours de dommages directs, a toujours des conséquences. Chaque étape contient en germes la suivante » (Hilberg, 1988, p.52).

77La logique « expropriation/concentration », ou redistribution autoritaire de la population — qui relève de la « modification coercitive du peuplement » (Rosière, 2007) — fragilise les populations qui perdent leurs logements, leurs moyens de subsistance (terre, emplois), leur espaces de vie habituels, leurs repères spatiaux et donc psychologiques — autant de facteurs dans lesquels l’espace et la société sont « compartimentalisés » (de Swaan, 2016) pour faciliter le processus de destruction d’un groupe.

78Au-delà des modalités de la mise en œuvre de l’espace létal, le pari de cette réflexion est en tout cas qu’il importe d’analyser la dimension spatiale, la « topographie », des violences de masse – par exemple au travers d’une notion comme l’espace létal — pour mieux les appréhender.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN, G., 1995, Moyens sans fins. Notes sur la politique‬, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque Rivages ».

ALDOR, F., 1940, Germany’s “death space”. The Polish tragedy, Kilburn, Samuel Sidders and Son Ltd.

ALY, G., 1999, Final Solution, Nazi Population Policy and the Murder of the European Jews, Londres, Arnold, 295 p. [1ère éd.: Francfort, Fischer Verlag, 1995].

ARENDT, H., 2002, Les origines du totalitarisme & Eichmann à Jérusalem, Paris, Gallimard, coll. « Quarto ».

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES, 2014, Report of the commission of inquiry on human rights in the Democratic People’s Republic of Korea, [En ligne] URL: http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/CoIDPRK/Pages/ReportoftheCommissionofInquiryDPRK.aspx

ASSOULY, O., 2013, L’organisation criminelle de la faim, Arles, Actes Sud.

BECKER, A., 2008, « La genèse des camps de concentration : Cuba, la Guerre des Boers, la Grande Guerre, De 1898 aux années vingt », Revue d’Histoire de la Shoah, n°189, Violences de guerre, violences coloniales, violences extrêmes avant la Shoah, p.101-130

BENSOUSSAN, G., 2014, Atlas de la Shoah. La mise à mort des Juifs d’Europe, 1939-45, Paris, Autrement.

BENSOUSSAN, G., 1998. « De la zone d’épidémie au ghetto : la mort programmée d’un peuple, septembre 1939-mai 1943 » in Seidman Hillel, Du fond de l’abîme, journal du ghetto de Varsovie, Paris, Plon, coll. « Terre Humaine », p. 329-413.

BOUTET, R., 1992, L’effroyable guerre du Biafra, Paris, Chaka, coll. « Histoire Afrique contemporaine », n°14.

BRUNET, R., (dir.), 1993, Les mots de la géographie, Paris/Montpellier, Belin/RECLUS [1e éd. 1992].

BUHLER, J., 1968, Tuez-les tous ! Guerre de sécession au Biafra, Paris, Flammarion.

CHANG, J.; HALLIDAY, J., 2006, Mao. L’histoire inconnue, Paris, Gallimard.

CHEVALIER, D., 2012, « Yad Vashem : un lieu entre mémoires et espoirs », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 14 mars 2014. URL : http://tem.revues.org/1583

CLERGERIE, Jean-Louis, 1994, La crise du Biafra, Limoges, Publications de la faculté de droit et des sciences économiques de l’Université de Limoges / Presses universitaires de France, Thèse pour le doctorat d’état en droit, 385 p.

CONQUEST, R., 1987, La grande terreur, précédé de Sanglantes moissons, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1045 p.

COURTOIS, S. ; WERTH, N. ; PANNE, J.-L. ; PACZKOWSKI, A. ; BARTOSEK, K. ; MARGOLIN, J.-L., 1997, Le livre noir du communisme. Crimes, terreur, repression, Paris, Robert Laffont.

De SWAAN, A., 2016, Diviser pour tuer. Les régimes génocidaires et leurs hommes de main, Paris, Le Seuil, coll. « Liber »

DOELAND, M.; CLARKE, D., 2002, Figuring the Holocaust: singularity and the purification of space, in S. Dalby & G. O’Tuathail, (Eds.), London / New York, Routledge, Rethinking Geopolitics, p.39-61

ECK, K.; HULTMAN, L., 2007, « One-Sided Violence Against Civilians in War. Insights from New Fatality Data », Journal of Peace Research, vol. 44, n°2, p. 233-246

FRIEDMAN, Ph., 1954, « The Jewish Ghettos in the Nazi Era », Jewish Social Studies, vol. 16, p. 61-88

GILBERT, M., 1992, Atlas de la Shoah, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 265 p.

GRAZIOSI, A., 2005, « Les famines soviétiques de 1931-1933 et le Holodomor ukrainien », Cahiers du monde russe [En ligne], vol. 46, n°3, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 27 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/monderusse/8817

GROSSER, A., 1989, Le crime et la mémoire, Paris, Flammarion, coll. « Champs ».

GUEDJ, J., 2010, Introduction à l’histoire de la Shoah, Paris, Imago.

GUTMAN, Y., 1982, The Jews of Warsaw 1939-1943. Ghetto, Underground, Revolt, Bloomington, Indiana University Press.

HARFF Barbara & GURR Ted Robert, (1988), « Toward empirical Theory of Genocides and Politicides: Identification and Measurement of cases since 1945 », International Studies Quarterly, n°32, pp.359-371.

HAWK, D., 2012, The Hidden Gulag. The Lives and Voices of “Those Who are Sent to the Mountains”, Washington, Committee for Human Rights in North Korea [Second Edition].

HERTEEN L.; MOSES D., 2017, The Nigeria-Biafra War. Postcolonial Conflict and the question of genocide, in D. Moses, L. Heerten (Eds), Postcolonial conflict and the Question of genocide. The Nigerian-Biafra War, 1967-1970. New York/London, Routledge, p.3-44

HILBERG, R., 1998, La destruction des Juifs d’Europe, Paris, Fayard, 1099 p.

JISHENG, Y., 2012, Stèles. La grande famine en Chine, 1958-1961, Paris, Editions du Seuil/Points, Coll. « Histoire ».

KENRICK, D. ; PUXON, G., 1972, Destins gitans. Des origines à la “solution finale”, Paris, Calmann-Lévy, 296 p.

KOLOSSOV, V. ; BORODOULINA, N., 2009, Le dilemme « circulation – sécurité » dans les régions frontalières. Analyse du cas Union européenne-Russie, in S. Rosière et alii (dir.), Penser l’espace politique, Paris, Ellipses, p.251-269.

KORIEH, C.J., 2012, The Nigeria-Biafra War: Genocide and the Politics of Memory, Cambria Press, Amherst (NY).

La LLOSA, A. de, 2008, « Les techniques de la reconcentración de Weyler aux origines du système concentrationnaire colonial et de la répression massive contre les civils ? », Revue d’Histoire de la Shoah, n°189, Violences de guerre, violences coloniales, violences extrêmes avant la Shoah, p.131-176

LEFEBVRE, H., 2000, La production de l’espace, Paris, Anthropos, 4e éd., xxviii-485 p.

LÉVY, J. ; LUSSAULT, M., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

MERTENS, P., 1969, « Les modalités de l'intervention du Comité international de la Croix-Rouge dans le conflit du Nigéria », Annuaire Français de Droit International, vol.15, p.183-209 [En ligne] https://www.persee.fr/doc/afdi_0066-3085_1969_num_15_1_1541

MOINE, N., 2003, « Le système des passeports à l'époque stalinienne. De la purge des grandes villes au morcellement du territoire, 1932-1953 », Revue d’histoire moderne & contemporaine, 2003/1 (no50-1), p. 145-169. URL: https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2003-1-page-145.htm

MOSES, D. ; HEERTEN, L., (Eds), 2017, Postcolonial conflict and the Question of genocide. The Nigerian-Biafra War, 1967-1970, New York/London, Routledge.

NAIMARK, N., 2001, Fires of Hatred, Ethnic Cleansing in Twentieth-Century Europe, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

PERVILLÉ, G., 2003, Atlas de la guerre d’Algérie. De la conquête à l’indépendance, Paris, Autrement.

RAFFESTIN, C. (dir.), 1995, Géopolitique et histoire, Lausanne, Payot, coll. « Histoire Payot ».

RAGON, M., 1981, L’espace de la mort. Essai sur l’architecture, la décoration et l’urbanisme funéraires, Paris, Albin Michel.

RAZAC, O., 2000, Histoire politique du barbelé : la prairie, la tranchée, le camp, Paris, La Fabrique.

REES, L., 2018, Holocauste. Une nouvelle histoire, Paris, Albin Michel.

ROSEMAN, M., 2002, Ordre du jour ; Génocide, le 20 janvier 1942, Paris, Audibert.

ROSIERE, S., 2011, Géographie des conflits armés et des violences politiques, Paris, Ellipses.

ROSIERE, S., 2007, « La modification coercitive du peuplement », L’Information Géographique, Dossier : Modifications coercitives du peuplement, vol. 71, n°1, p. 7‐25.

ROSIERE, S., 2006, Le nettoyage ethnique. Terreur et peuplement, Paris, Ellipses.

RÖSSLER, M., 2001, « Geography and area planning under National-Socialism”, in Margit Szöllösi-Janze (Ed.), Science in the Third Reich, Oxford and New York, Berg Publishers, p.59-79.

RUMMEL, R., 1997, Death by Government, New Brunswick (NJ), Transaction Publishers.

SANJUAN, Thierry, (dir.), 2006, Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, Armand Colin, 303 p.

SEIDMAN, H., 1998, Du fond de l’abîme. Journal du ghetto de Varsovie, Paris, Plon, coll. « Terre Humaine ».

SEMELIN, J., 2005, Purifier et détruire : Usages politiques des massacres et génocides, Paris, Le Seuil, 485 p.

SEMELIN, J., 2003, « Éléments pour une grammaire du massacre », Le Débat, n°124, p. 154-170.

SEMELIN, J., 2002, « Du massacre au processus génocidaire », Revue Internationale des Sciences Sociales, n°174, p. 483-492 En ligne] URL : https://www.unitar.org/ny/sites/unitar.org.ny/files/procgenocid.pdf

SHAW, M., 2007, The general hybridity of war and genocide, Journal of Genocide Research, vol. 9, n°3, 2007, p.461-473

SIBLEY, D., 1988, The purification of space, Environment and Planning D: Society and Space, vol. 6, p. 409–421.

SNYDER, T., 2016, Terre noire. L’holocauste et pourquoi il peut se répéter, Paris, Gallimard.

SNYDER, T., 2010, Terres de sang. L’Europe entre Hitler et Staline, Paris, Gallimard.

SOFSKY, W., 1999, L’organisation de la terreur. Les camps de concentration, Paris, Calmann-Lévy, 436 p. [traduit de l’allemand, 1e éd., Francfort, Fischer Verlag, 1993]

TAÏEB, E., 2006, « Avant-propos : du biopouvoir au thanatopouvoir », Quaderni. Le thanatopouvoir : politiques de la mort, n°62, p. 5-15 [En ligne] http://www.persee.fr/doc/quad_0987-1381_2006_num_62_1_1697

TRAVERSO, Enzo, 2011, L’Histoire comme champ de bataille. Interpréter les violences du XXe siècle, Paris, La Découverte, 300 p.

WERTH, N., 2014, « Retour sur la grande famine ukrainienne de 1932-1933 », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, n°121, p.77-93 5en ligne] https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2014-1-page-77.htm

Haut de page

Notes

1 Roger Brunet donne six interprétations de cette notion dans son dictionnaire ici cité, voir aussi la définition complexe proposée par J. Lévy et M. Lussault pour qui « l’espace est un concept ardu (…) » (Lévy et Lussault, 2003, p.325).

2 Le no man’s land, situé entre les lignes de front, serait d’ailleurs, et comme son nom l’indique, l’espace létal par excellence.

3 L’article 2 de la Convention sur le génocide du 9 décembre 1948 définit le crime de génocide selon cinq critères : « a) Meurtre de membres du groupe ; 
b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ; 
e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. » [En ligne] http://www2.ohchr.org/french/law/genocide.htm

4 Le massacre est une « forme d’action, le plus souvent collective, visant à détruire des non-combattants, hommes, femmes, enfants ou soldats désarmés. » (Sémelin, 2003, p.154)

5 La notion de « violence de masse » spécifie l’approche des sciences humaines pour étudier ces politiques, la notion de « crime » renvoie clairement au droit.

6 Il n’a pas été possible à l’auteur de déterminer la date exacte de parution du livre de Francis Aldor, mais celle-ci semble se situer entre février 1940 (les dernières exactions citées datent de janvier) et mai 1940.

7 L’expression de « centre de mise à mort » peut être considérée comme synonyme de camp d’extermination.

8 L’émigration des Juifs n’est interdite que le 23 octobre 1941, soit quelques semaines avant le déclenchement de la « solution finale ».

9 L’antisémite Paul de Lagarde aurait le premier, en 1885, proposé de déporter les Juifs à Madagascar (Snyder, 2016, p.99). Cette idée fait écho à celle du Britannique Joseph Chamberlain qui, en 1903, alors secrétaire d’État aux Colonies, avait proposé de créer un territoire juif en Ouganda afin de les soustraire aux pogroms d’Europe orientale.

10 En octobre 1940, les anciens territoires occidentaux de la Pologne (dont les villes de Dantzig, Poznan et Lodz) sont intégrés au IIIe Reich alors que les territoires orientaux occupés par l’armée allemande forment le Gouvernement Général, État satellite du Reich (dont les villes de Varsovie, Cracovie et Lublin), (Cf. carte Bensoussan, 2015, p.22).

11 «  (…) A considerable decimation of the Jews » (Aly, 1999, p.17).

12 Cette règle du couvre-feu est aussi en vigueur du côté aryen.

13 L'estimation de septembre 1942 est de 50 à 60 000 personnes selon les indications du United States Holocaust Memorial Museum. URL : http://www.ushmm.org/wlc/en/article.php?ModuleId=10005188, consulté le 26 mars 2014. De ce fait, le tableau 1 indique 55 000 personnes à cette date.

14 Igbos ou Ibos, les deux formes existent et seront utilisées concomitamment suivant les sources.

15 En langue haoussa, un « Sabon gari » désigne littéralement un « quartier d’étrangers » dans les villes musulmanes du Nord nigérian.

16 La Région Orientale (Eastern Region) prend le nom de Biafra « en souvenir d’un ancien empire africain situé à l’Ouest du Cameroun » (Clergerie, 1994, p.102). Le nouvel État est dirigé par le lieutenant-colonel Ojukwu, initialement membre de l’armée nigériane.

17 Le blocus nigérian n’était pas intégéré, mais il a posé problème pour aider les Biafrais. Un avion de la Croix-Rouge fut même abattu.

18 Le Biafra avait une superficie de 76 364 km2 soit un peu plus de 8% de la superficie du Nigeria (923 768 km2). A la fin des années 1960, le Nigeria comptait environ 55 millions d’habitants. Les Ibos formaient 17% de cet ensemble (Boutet, 1992, p.22). Lors du conflit, le Biafra comptait 14 environ millions d’habitants dont un tiers au moins n’était pas Ibos (mais Ibibio, Ijaw, Ikwerre, Ogoni, etc.).

19 Stéphane Bussard, 2018, Le Temps, 23 août, URL: https://www.letemps.ch/monde/biafra-loperation-taboue-cicr, consulté le 28 avril 2018.

20 Site des Nations Unies, URL : http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32155&Cr=Syrie&Cr1=#.Ux3YNyiCOWc, consulté le 10 mars 2014.

21 Timothy Snyder (2010, p.101) évoque 5,5 millions. « Chiffre grosso modo exact, quoique peut-être un peu bas, pour l’Union soviétique au début des années 1930, Ukraine, Kazakhstan et Russie compris. »

22 Le 28 novembre 2006, le Parlement ukrainien a adopté une loi reconnaissant la Grande famine de 1932-33, comme un « génocide » déclenché par l’Union soviétique contre le peuple ukrainien.

23 Voir les chiffres par raïon (district), ou oblast (régions) sur le site de FamineWeb - Comparative History of Famines, [En ligne] : http://www.famine.unimelb.edu.au/1928-33cdrcbr.php?oblast=19

24 Sur le barbelé, voir Razac, 2000.

25 Il y a débat sur la volonté de tuer les personnes « concentrées ». Alvar de La Llosa rappelle que le général Weyler aurait déclaré à un interlocuteur venu réclamer une amélioration des conditions de vie des reconcentrés : « Vous me dites que les reconcentrés meurent de faim ? Mais c’est précisément pour cela que j’ai ordonné la reconcentration. » (Cité par La Llosa, 2008, p.152).

26 Alvar de la Llosa explique que le bilan exact est impossible à établir, mais que les historiens le fixent entre 228 000 et 500 000 personnes décédées (La Llosa, 2008, p.170).

27 Annette Becker souligne que c’est parce qu’elles étaient blanches que le sort de ces personnes a ému. Le sort des Noirs eux aussi enfermés dans d’autres laagers n’avait soulevé aucune réprobation.

28 300 000 personnes semble une estimation très basse. La Laogai Research Foundation donne des chiffres d’une tout autre ampleur : entre 4 et 6 millions de prisonniers. Des estimations de 2 millions de prisonniers sont souvent avancées, cette estimation est à comparer avec les 200 000 prisonniers des camps nord-coréens répertoriés par les Nations Unies.

29 60% de la population du camp de Yod ok serait ainsi formée des membres des familles de suspects (Hawk, 2012, p.54).

30 Le 17 février 2014, le président de la commission des Nations Unies chargé de l’enquête sur la Corée du Nord, l’Australien Michael Kirby, a assimilé les atrocités commises sous le régime de Kim Jong-un aux crimes commis par les nazis et leurs alliés durant la Seconde Guerre mondiale.

31 La notion d'espace vital – antinomique de létal - qui aurait pu être utilisée stricto sensu doit évidemment être proscrite pour ne pas être confondue avec la théorie nazie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Concentration des Juifs de Varsovie dans le ghetto
Crédits Source : Gilbert, 1992, p.52.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5908/img-1.png
Fichier image/png, 2,5M
Titre Carte 2. Concentration des Juifs de l’extérieur de Varsovie dans le ghetto
Crédits Source : Gilbert, 1992, p.42 et 53
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5908/img-2.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Carte 3. Réduction spatiale du ghetto de Varsovie de 1942 à avril 1943
Crédits Source : Seidman, 1988, p.669
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/5908/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Rosière, « L’espace létal, aménager pour tuer », L’Espace Politique [En ligne], 36 | 2018-03, mis en ligne le 17 juillet 2019, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/5908 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.5908

Haut de page

Auteur

Stéphane Rosière

Professeur des Universités / directeur du Master de géopolitique
Université de Reims Champagne-Ardennes – EA 2076 Habiter
stephanerosiere@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals