Navigation – Plan du site
Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales

Un nouveau stade pour Nantes ? Une production de sens mise à l’épreuve dans une fabrique conflictuelle de la ville

A New Stadium for Nantes? A production of meaning put to test through a conflicted urbanism.
Maude Cournoyer-Gendron, Catherine Trudelle et Laurent DEVISME

Résumés

Dans cet article, nous souhaitons mettre en lumière les dynamiques sociales et territoriales qui sous-tendent la fabrique urbaine conflictuelle - à partir de l’étude d’un projet de construction d’un nouveau stade de football dans la ville de Nantes (France). Les projets d’aménagement urbain et les projets d’infrastructure contemporains présentent leurs lots d’oppositions et de mobilisations qui sont parfois fortement médiatisées. Ce constat nous mène à vouloir interroger la question du conflit dans l’aménagement du territoire. Un regard approfondi sera porté sur la production de sens dans le projet en conflit, par l’étude des référentiels qui sous-tendent le projet en question et celles plus discordantes qui nourrissent le conflit. À partir de l’analyse thématique d’entretiens menés auprès des acteurs du conflit sur le projet de nouveau stade à Nantes, nous verrons comment les arguments présentés par les maîtres d’ouvrage et la métropole pour faire valoir leur projet sont questionnés et contestés au fil du conflit dans la production d’une contre-expertise sur différents aspects du projet (notamment juridique, architecturale, technique) et dans la mobilisation d’une vision alternative de ce que peut être un stade et un projet urbain plus en phase avec les aspirations des riverains et des supporters.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Le conflit est défini ici comme une série d’événements et d’actions, située dans le temps et dans l (...)
  • 2 Ici, la notion de « fabrique » signifie « production » urbaine » ou plutôt « activités intentionnel (...)
  • 3 Le conflit pourrait permettre à une population jusque-là exclue de prendre la parole, entraîner une (...)

1Certains auteurs ont choisi de parler de « luttes de territoire » (comme dans ce numéro thématique), d’autres utilisent la notion de controverses, de tension, de conflit (Melé, 2013) ou de débat public (Fourniau, 2007). Nous choisissons ici d’employer le terme de conflit puisque cela permet de mettre en contexte ces actions de contestation, ces luttes de territoire, ces mobilisations, et de les considérer dans leurs rapports avec les pouvoirs en place, et ainsi de mettre en lumière leurs contributions à la fabrique locale du territoire. Parler de lutte, fait écho au vocabulaire militant et met principalement la focale sur la dimension politique du conflit1 qui lui, est plus large et multidimensionnel. Bien qu’il soit souvent aussi politique : il peut ainsi démarrer sur des interrogations ou des revendications d’ordre plus technique ou plus procédural pour éventuellement, selon l’enchainement des événements et la « réponse » des acteurs publics ou privés, évoluer vers un conflit plus éminemment politique. Dans cet article nous voulons interroger la question du conflit dans l’aménagement du territoire afin de mettre en lumière les dynamiques sociales et territoriales (souvent conflictuelles) qui sous-tendent la fabrique urbaine2. À partir de l’étude d’un projet de construction d’un nouveau stade pour le Football Club de Nantes (FCN) - contesté et maintenant abandonné - nous voulons décrire ce processus atypique de fabrique de la ville en situation conflictuelle, en insistant plus précisément sur la production de sens dans le conflit. Nous verrons de quelles façons le sens de l’action a été construit, et quels registres, récits et référentiels ont été invoqués dans la promotion et dans la contestation de ce projet de stade. Avec cet article nous arguons que le conflit peut être structurant, qu’il peut être « productif »3, qu’il peut être l’un des éléments constitutifs de la fabrique urbaine.

  • 4 Suivant une vieille recommandation de Latour, il s’agit de suivre un projet qui se réalise et se dé (...)

2La première partie de ce texte vient poser certains points de repères théoriques, en revenant sur les transformations récentes de la gouvernance en aménagement qui laisse maintenant plus de place aux dispositifs participatifs et au projet urbain, dans un contexte où un nombre important de projets d’aménagement font face à des mobilisations et oppositions citoyennes dans ce qui a été nommé la crise du modèle français d’aménagement (Subra, 2014). Après un aperçu des méthodes employées pour enquêter sur ce projet de nouveau stade et une mise en contexte plus large du territoire nantais sur lequel se déploie ce conflit, nous abordons plus en profondeur le cas qui nous intéresse, un projet en train de se faire et de se défaire4, celui de la construction d’un nouveau stade pour le Football Club de Nantes. Les deux dernières parties présentent les résultats de l’enquête de terrain, composée de moments d’observation et d’entretiens faits avec les protagonistes du projet en conflit. Nous verrons de quelle façon est formulé le problème sur lequel on souhaite agir par le projet, à partir du discours des maitres d’ouvrage et de la métropole, et ensuite nous exposerons comment le projet et son argumentaire ont été mis à l’épreuve au fil du conflit par une coalition d’acteurs hétéroclites, qui a su construire une série de contre-arguments et développer une vision alternative du projet et de ce qu’il pourrait être.

Le conflit en aménagement, le territoire du projet

3Les projets d’aménagement urbain et les projets d’infrastructure contemporains présentent leurs lots d’oppositions et de mobilisations qui sont parfois fortement médiatisées. Difficile dorénavant d’aménager sans faire face aux oppositions et remises en question des projets. Subra (2014) va jusqu’à affirmer la crise du modèle français d’aménagement du territoire. Or, la présence de conflit en aménagement n’est pas un phénomène nouveau, et dès les années 1980 on assiste à sa prise en compte dans la sphère politico-administrative, au fil de l’intégration de certains aspects de participation du public dans les processus de planification. En France, cela correspond à l’apparition en 1984 du dispositif de l’enquête publique dans le Code de l’environnement, et à partir de 1995 à la création de la Commission nationale du débat public (CNDP) (Fourniau, 2011). Cette nouvelle prise en compte de la participation est à la fois considérée comme une réponse symbolique et procédurale face aux demandes et revendication des mouvements sociaux, correspondant à une volonté de rendre l’action publique plus efficace en se rapprochant des besoins des citoyens, mais elle est aussi vue comme une tentative des pouvoirs publics de diminuer et limiter la présence de conflits jugés comme un problème à gérer.

4Or, il faut rappeler que le fait que des conflits surviennent autour de projet d’aménagement est loin d’être un phénomène strictement contemporain, et que l’activité conflictuelle a été centrale dans l’histoire et l’évolution des environnements urbains (Castells, 1972 ; Villeneuve et al., 2009 ; Dziedzicki, 2004). Pensons aux revendications hygiénistes des années 1800 à 1900 pour la création d’un réseau public d’aqueduc et d’égout, la collecte de déchets ou l’aménagement de parcs et d’espaces verts (Fontan et al., 2012), aux mobilisations des années 1960 et 1970 face à certains grands projets d’aménagement et de modernisation du territoire (devant la destruction de quartiers centraux pour faire place à des infrastructures publiques) (Marié, 1989) ou à certaines mobilisations ayant mené à une appropriation collective de certains espaces privatisés. Sans pour autant affirmer que les transformations urbaines sont le résultat du simple rapport de force créé dans la mobilisation et dans le conflit, nous souhaitons mettre en avant le fait que plusieurs de ces transformations et évolutions de l’environnement urbain se font dans un contexte conflictuel où il y a de fortes mobilisations et revendications afin de souligner l’importance des conflits et situations conflictuelles dans la fabrique de la ville.

5Nous nous intéressons donc au territoire du projet, et aux conflits qui y prennent forme. Le territoire, défini comme un espace géographique approprié par une population qui l’a habité et lui a donné un sens et une signification (Melé, 2013), est au cœur de la transformation visée dans une opération d’aménagement. En effet, le projet d’aménagement est une forme d’action publique urbaine qui réunit différents acteurs (collectivités, services de l’État, riverains, entreprises, associations) autour d'idées et valeurs fondamentales qui contribuent à la construction d’une vision commune, faisant appel à ce qu’on peut désigner comme des registres de légitimation (Pinson, 2009), des registres narratifs (Matthey, 2014), des récits territoriaux (Faure, 2002) ou encore à des référentiels de l’action publique (Muller, 2011). Tout projet concerne un territoire d’accueil qui correspond donc à un espace géographique précis (environnement physique, aménagements), qui renvoie à un réseau d’acteurs qui agissent sur le territoire (promoteurs, riverains, collectivités, services de l’État, associations) et qui sont mobilisés dans la gouvernance urbaine. De par le réseau d’acteurs interpellés comme par les effets anticipés (nuisances, retombées fiscales, attractivité territoriale), le territoire du projet est multiscalaire.

6Le projet qui nous intéresse dans cette recherche nous amène à interroger la complexe relation entre le territoire et son équipe de football, entre une ville et son stade : des liens souvent financiers (Arrondel et Duhautois, 2018), mais aussi affectifs (Bromberger, 2016), qui peuvent faire de la question du football et du stade un enjeu politique (Gardon, 2016). Dans l’histoire française du football professionnel, on observe souvent une relation étroite entre la ville et son club, la collectivité locale jouant un rôle d’avant-plan, finançant souvent le club et étant généralement propriétaire du stade. Avec la professionnalisation du football, il y a une évolution de la forme juridique des clubs vers leur privatisation : à partir des années 1970 on note un passage du statut d’association à celui de société commerciale permettant de verser des dividendes (Arrondel et Duhautois, 2018). Dans les années 1990, les collectivités territoriales cessent peu à peu d’êtres propriétaires ou actionnaires des clubs dans un contexte d’augmentation des coûts induits par la professionnalisation du football. Au courant des années 2000, il y a plus largement la remise en question de la prise en charge des rénovations par les collectivités seules (des rénovations qui peuvent parfois constituer un gouffre financier) et ce faisant, on voit la multiplication de partenariat public et privé pour la construction de nouveaux stades, comme ce fut le cas à Lyon (Arrondel et Duhautois, 2018 ; Devisme, 2018). Les arrangements entre collectivités locales et clubs sportifs professionnels sont présentement en redéfinition, et le soutien matériel de ces premières apporté à ces seconds est questionné, en témoigne la mobilisation qui entoure les projets de construction de nouveaux stades (et parfois de rénovation) comme à Lille (remise en cause de la localisation et de l’ampleur du financement public), à Lyon (dérives financières, nuisances environnementales et attachement au stade historique) ou à Grenoble (questions environnementales) (Gardon, 2016 ; Sawicki, 2016). Il reste que, pour les collectivités locales, l’équipe sportive et le stade apparaissent souvent comme un enjeu d’identité et de compétitivité territoriale (Sawicki, 2016), alors que les avantages et les retombées - par exemple, la construction d’un nouveau stade - demeureraient généralement éphémères et ne seraient pas toujours à la hauteur des attentes (Hall et Wilson, 2016).

7La production de l’urbain est de plus en plus nourrie de « figures et de fictions », en référence aux images plus officielles et aux autres plus profanes, associées à la fabrique urbaine (Devisme 2014). Ces images plus officielles, ces référentiels de l’action publique, sont des représentations sociales et spatiales d’un problème sur lequel on souhaite intervenir et à partir desquelles est légitimée ou justifiée l’action publique (Muller, 2011). De telles représentations sont socialement élaborées et partagées et sont communes à un ensemble social. Le projet d’aménagement urbain est l’un des champs d’expression de cette réalité commune (Subra, 2008). On trouvera donc, dans le récit qui entoure l’élaboration et la mise en œuvre du projet, des représentations socio-spatiales et des éléments de discours qui s’inscrivent dans certains référentiels de l’action publique, ces derniers pouvant être contestés sur la base de représentations de la ville ou du territoire qui sont discordantes, contradictoires. Le recours aux représentations pour comprendre les conflits en aménagement reste encore peu exploré par les recherches existantes qui se consacrent surtout aux modalités et répertoires de l’action, aux trajectoires de conflits, aux dispositifs de participation et aux conditions de réussite des projets (Breux et Bédard, 2013 ; Melé, 2013 ; Trudelle et al., 2016). Nous proposons donc dans cet article d’intégrer l’étude de la production du sens dans une grille de lecture des conflits en aménagement. Le pari fait est que de s’attarder sur les variations des significations et des représentations associés aux projets permettra de mieux comprendre la façon dont surviennent et évoluent les conflits, tout en éclairant le rapport au territoire des acteurs impliqués.

Aperçu des méthodes

  • 5 Les moments observés l’ont été en présence lorsque possible (c’est-à-dire entre septembre 2018 et j (...)
  • 6 La recherche analyse de façon plus large les données issues de la presse écrite, à partir d’un corp (...)
  • 7 Notons que le projet a été abandonné durant la collecte de données, en février 2019. Les entretiens (...)

8Pour ce faire, la recherche procède par l’analyse de différents projets d’aménagement urbain qui présentent un caractère conflictuel. Cet article présente certains résultats de l’un des deux terrains de recherche, à savoir, celui du projet de nouveau stade pour le FCN. Le matériau mobilisé ici a été recueilli lors d'une présence sur le terrain qui s’est échelonnée de septembre 2018 à juin 2019. Il est composé principalement de notes d’observation de certains moments et scènes de ce conflit5; de comptes-rendus d’entretiens semi-directifs faits auprès des différents acteurs du conflit qu’ils portent le projet, le défendent, le mettent en question ou le contestent; et accessoirement d’articles issus de la presse locale6. Les entretiens ont été l’occasion d’interroger les interlocuteurs et interlocutrices sur leur vision du projet, sur le conflit et plus généralement sur la façon dont ce projet s’inscrit ou non dans leur vision de l’avenir du territoire. Chaque entretien présente le récit du projet et de sa contestation, mais permet aussi de présenter les principaux arguments et les principales raisons qui mènent à la prise de position des acteurs rencontrés. C’est ainsi l’occasion d’approfondir certains aspects du conflit, d’avoir accès directement aux discours de légitimation des acteurs (porteurs ou opposants au projet) afin d’identifier les principaux arguments, et dégager les représentations contrastées du projet du conflit et de la ville. Au total, 30 entretiens ont été réalisés entre décembre 2018 et juin 2019 auprès de personnes qui ont pris position dans le conflit (membres d’associations - riverains, supporters, commerçants, citoyens ; élu-e-s locaux et métropolitains; professionnel-le-s de l’aménagement; professionnel-le-s du droit). Les interlocuteurs et interlocutrices ont été identifié-e-s dans la presse écrite, ou recruté-e-s par effet de boule de neige au fil des entretiens7.

L’aménagement "À la nantaise"8 : entre participation et conflictualité

  • 8 L’expression du « jeu à la nantaise » apparait d’abord dans le monde du football pour décrire le je (...)

9Ce projet de nouveau stade et de développement d'un quartier limitrophe - que l'on connait sous l'appellation de Yellopark - est apparu comme étant hors normes au regard du contexte plus large de la tradition aménagiste de la métropole nantaise, le plus souvent faite sous une maîtrise publique, et avec certains dispositifs de participation du public. Ce conflit autour du projet de nouveau stade doit aussi être pris en compte au regard des contestations historiques qui ont eu lieu sur le territoire nantais - puisque, comme l’a mentionné un urbaniste en entretien « être à Nantes c’est particulier » évoquant une compétence et une expertise de la contestation sur ce territoire. En effet, Nantes a été une ville ouvrière et industrielle, reconnue pour ses mobilisations, pour ses grèves (1947, 1955 et 1968) ou ses luttes urbaines dans les années 1970 contre des projets d’autoroute urbaine. La période de désindustrialisation a également été marquée par certains mouvements (associations de sauvegarde du patrimoine, squats, associations culturelles), qui mènent à la préservation de différents emblèmes du patrimoine industriel - l’ancienne usine LU, l’ancienne gare d’État devenue la Maison des syndicats, mais aussi une partie du patrimoine portuaire - les deux grues titans maintenant « classées » (Masson et al., 2013 ; Devisme, 2014). Conflit majeur du territoire nantais, de par sa durée, sa médiatisation et l’intensité des événements qui sont survenus, l’affaire de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne peut être passée sous silence. C’est un événement que l’on pourrait qualifier de « traumatisme aménagiste », dans ce sens où il n'a laissé personne indifférent, il a polarisé, mais a aussi su créer des solidarités, des alliances, a permis de développer tout un répertoire d’actions, et n’est donc pas sans effets sur les mobilisations actuelles et à venir sur le territoire. Des effets présents, quoique pas encore mesurés, du côté des pouvoirs publics puisque les élus rencontrés l’ont souvent évoqué comme un échec, un contre-exemple. Le conflit sur le Yellopark s’inscrit, quoiqu’indirectement, dans la continuité de cette contestation, de même que dans une trame de fond de conflits locaux qui se déroulent plus ou moins simultanément sur le territoire de la métropole nantaise. Pensons ici aux contestations du projet de l’Arbre aux hérons dans la Carrière Miséry (dont l’objectif énoncé par la métropole nantaise est le développement touristique), du développement d’un pôle agroalimentaire dans le secteur Nord-Est, ou encore au-delà des limites de la métropole, un projet de « Surf Park » qui prévoit un parc de huit hectares avec une vague artificielle sur d’actuelles terres agricoles à Saint-Père-en-Retz. Dans ces conflits, on note la présence d’un discours commun - une dénonciation des politiques de métropolisation et d’attractivité territoriale de la métropole, et de certaines méthodes qui reviennent (verticalité, refus du débat, opacité) — sous l’appellation de grands projets inutiles et imposés, articulant une lutte locale à des enjeux globaux de transition écologique et de démocratie : il s’agit alors de faire converger différentes luttes locales en une lutte plus large de défense des territoires. Il semble donc que « le territoire Nantes est un terreau fertile de contestations », pour reprendre l’expression de l’un des professionnels de l’aménagement interviewé. Un territoire fort de sa tradition de mobilisation (syndicale, associative, militante) et doté d’un réseau d’acteurs qui a su développer au fil des expériences, une certaine sensibilité et une certaine capacité d’action prête à être déployée. Cet arrière-plan conflictuel est toutefois paradoxal au regard de la volonté de la collectivité d’inscrire son action publique dans le registre de la participation, avec la mise sur pied de différents dispositifs tel que le dialogue citoyen, les appels à projet. Les thèmes de la co-construction et de la participation des nantais-e-s à l’aménagement de leur ville sont aussi mis en avant plan dans la communication politique des dernières années. Citons les exemples du Grand débat sur la Loire, sur la transition énergétique (au terme desquels une commission citoyenne agissant comme garant remet un rapport), et l’évaluation participative du Plan local de déplacement. Le projet de nouveau stade pour le FCN atterrit donc dans ce territoire, qui d’une part possède une histoire de forte mobilisation et dont les habitantes et habitants ont été habitué-e-s à entendre parler de co-construction et de dialogue citoyen. En plus de la dimension symbolique forte que peut avoir un stade de football pour une ville, et la présence de militants supporters qui se saisissent de l’enjeu.

Photographie 1 - Le stade de la Beaujoire, jour de match, février 2019.

Photographie 1 - Le stade de la Beaujoire, jour de match, février 2019.

© Maude Cournoyer-Gendrot

La petite histoire d’un nouveau stade : arguments du projet et référentiels de l’action

10L’idée de construire un nouveau stade pour le FCN est une volonté du propriétaire actuel du Club, remontant aux mois suivant le rachat du Club en 2007 (évoqué dès janvier 2008). Le président du FCN avait, au fil des ans, fait plusieurs demandes en ce sens à la mairie de Nantes, propriétaire du stade de la Beaujoire - enceinte dans laquelle le FC Nantes joue depuis 1984. Des demandes d’investissements et de partenariat qui sont toutefois restées sans suites, jusqu’en 2016 où, associé avec le groupe Réalités, une proposition de projet de stade « 100%  privé » adossé d’un projet urbain est adressée à la mairesse de Nantes (20 minutes, 2018). L’arrangement envisagé est de financer la construction d’un nouveau stade par la réalisation d’un projet immobilier. Afin de rendre possible, et surtout rentable, le projet immobilier envisagé, la métropole céderait une parcelle de 23 ha comprenant l’actuel stade de la Beaujoire à la société Yellopark pour la réalisation de son projet. À partir de ce moment et jusqu’en septembre 2017 lors de l’annonce officielle, une série de réunions entre les services de Nantes Métropole, son urbaniste-conseil, un cercle restreint d’élus (Johanna Rolland, Pascal Bolo), les équipes de Réalités et du FC Nantes est organisée.

Photographie 2 - Affichage sauvage : image provenant de l’annonce du projet, où Waldemar Kita fait un baise-main à la mairesse, Nantes 2019.

Photographie 2 - Affichage sauvage : image provenant de l’annonce du projet, où Waldemar Kita fait un baise-main à la mairesse, Nantes 2019.

© Maude Cournoyer-Gendrot

  • 9 Les citations de ce paragraphe sont tirées de cette conférence de presse qui peut être visionnée à (...)

11La petite histoire du Yellopark débute officiellement en septembre 2017 lors de la conférence de presse qui annonce le projet, bien qu’en coulisses le projet soit discuté depuis au moins un an avant. Cette annonce surprend et marque le début d’un conflit d’aménagement qui s’échelonnera sur presque 18 mois, puisque le 25 février 2019 marque l’abandon définitif du projet. La conférence de presse de dévoilement du projet réunit9 Johanna Rolland, mairesse de la Ville de Nantes et présidente de Nantes Métropole, Waldemar Kita, président du FCN et Yoann Joubert, PDG de Réalités (groupe immobilier). La construction d’un nouveau stade à proximité de l’actuel, qui lui sera détruit pour faire place à une opération immobilière permettant de dégager assez de marges pour financer le nouveau stade, y est présentée. Les principaux arguments cités dans la conférence de presse seront répétés tout au long du conflit. Ils participent à la construction du problème sur lequel les acteurs privés et publics disent devoir agir, tout en œuvrant à la défense de ce qui est présenté comme l’unique solution envisageable, celle de la construction un nouveau stade « moderne » pour le FCN. Dans cette association entre une collectivité, un club de foot et un groupe immobilier pour la construction d’un stade et d’un projet urbain, on assiste en quelque sorte à la formation d’une coalition de croissance, coalition d’acteurs publics et privés qui ont un intérêt dans la croissance urbaine, dans l’attractivité du territoire (Molotch, 1976 ; Pinson, 2010). Si traditionnellement en France ces coalitions en faveur de la croissance sont formées principalement d’acteurs publics et parapublics, le cas qui nous intéresse se distingue par la place très grande laissée aux acteurs privés dans la planification urbaine, ce qui s’est vu ailleurs, notamment dans certains pays anglo-saxons (Pinson, 2010 ; Hall et Wilson, 2016). Cette nouvelle façon de faire, cette « troisième voie » pour reprendre les mots de certains professionnels de l’aménagement à Nantes Métropole, suppose ainsi que c’est l’acteur privé qui est aux commandes, alors que la collectivité fournit des guides pour l’action. Dans le cas du Yellopark, le leitmotiv d’un projet privé, n’empêche pas la métropole, la ville, (par le biais de la mairesse de Nantes et présidente de la métropole) d’imposer le « cadre global » du projet qui prend la forme de cinq exigences : il n’y aura pas un euro d’argent public; l’accessibilité financière au stade sera maintenue; une réflexion sera faite sur les traces patrimoniales du stade actuel et à la préservation de certains éléments; un architecte-urbaniste d’envergure travaillera sur le projet qui sera fait « à la nantaise » c’est-à-dire avec mise en place d’une concertation. La mairesse évoque aussi, sans que ce soit formulé en tant qu’exigence, l’attention particulière qui sera portée à la question de la nature en ville, souhaitant que le « […] projet contribue à faire de Nantes une ville offensive sur les enjeux de transition énergétique ».

12Les trois protagonistes ont chacun leurs intérêts propres dans cette aventure, et construisent tour à tour des représentations sociales du problème à régler. L’impératif de la croissance et de l’attractivité est l’un des registres sur lequel repose le projet présenté, avec l’utilisation d’arguments en faveur du rayonnement et du positionnement (du club, du projet urbain et de la métropole). Un effort est fait pour lier le destin de la ville à celui du FCN; d’entrée de jeu, la mairesse de Nantes mentionne que « […] l’image d’une ville est liée à l’image du sport de haut niveau […] », que le FC Nantes est « une part de notre identité » et « fait partie de notre ADN » ou référant au « jeu à la nantaise [qui] est devenu une métaphore utilisée pour qualifier la manière de faire avec cet esprit collectif qui nous caractérise […] ». Une question d’identité territoriale donc, mais aussi d’attractivité et de positionnement de la ville en tant que capitale européenne, comme le confirmera le premier adjoint de la métropole et du sport de haut niveau :

« Johanna Rolland a eu, à ce moment-là, la conviction que, premièrement quand vous êtes maire-présidente d'une métropole de 600 000 habitants qui veut se projeter dans l'avenir avec des ambitions de métropole européenne, le fait d'avoir un club de foot avec un stade de 40 000 [places] fait partie des équipements d'une métropole. » (P. Bolo, 02-2019)

13La convergence entre les intérêts du club et de la ville est établie en mettant de l’avant la question de la reconnaissance de Nantes à l’échelle européenne, en liant l’attractivité du club à celle de la ville, avec cette ambition des élus de faire de Nantes une métropole européenne. Le projet urbain vient s’insérer dans ce cercle présenté comme vertueux, en tant que moyen de financer le stade et en tant que catalyseur d’un changement positif pour le territoire. Pour le groupe Réalités, l’intérêt est de s’inscrire comme un gros joueur dans le marché de la promotion en France, et les arguments avancés en faveur du projet urbain sont d’abord :

« [la] revalorisation de cette emprise foncière, qui est assez vaste, mais qui est délaissée aujourd’hui. […] un terrain relativement en friche, pas très bien entretenu, qui est un peu une zone délaissée dans la ville et qui, du coup, méritait d’être mis en valeur. » (E08, 02-2019)

14Le projet urbain, situé à l’entrée de ville et à proximité du périphérique, est présenté comme répondant à un vrai besoin en terme de commerces et de services dans le quartier, et correspondant aux besoins en logement de la métropole nantaise qui est en croissance (objectif de +6000 logements par an). Le territoire du projet est ainsi présenté comme « délaissé », nécessitant un renouvellement urbain. Le projet une fois réalisé entrainerait des effets positifs pour les quartiers environnants et pour la métropole de façon élargie, et le registre de la croissance et de l’attractivité est à nouveau invoqué pour justifier le projet urbain qui s’adosse au stade.

15On assiste alors à une tentative de construction du problème sur lequel on veut agir : celui de la vétusté du stade actuel. Les arguments avancés sont ceux de la sécurité, de la mise aux normes qui permettent de recevoir les compétitions internationales, mais en revenant à nouveau sur la question de la compétition avec d’autres villes françaises qui se sont récemment dotées « de nouveaux stades à la hauteur de ces ambitions ».

« Les conditions de sécurité, d’une part, et les normes UEFA d’autre part, ne permettront plus, demain, à la Beaujoire, d’accueillir les grandes compétitions sportives auxquelles on aspire. » (Johanna Rolland, conférence de presse 19-09-2017)

« Aujourd’hui le stade a atteint un degré d’obsolescence et de dégradations liés à son ancienneté qui conduisent à s’interroger sur les actions à mener. Les organismes publics de contrôle considèrent que l’équipement sportif n’est plus aux normes d’hygiène, de sécurité, et d’hospitalité. Il doit donc faire l’objet d’une profonde transformation. » (Document produit par Réalités, conférence de presse 19-09-201710)

16Au-delà des normes, pour les propriétaires du FCN, l’idée est d’avoir un stade « plus moderne », plus connecté, avec plus de loges, de places VIP, un bar sportif, et autres aménagements. L’intérêt ici est de devenir propriétaire de leur « outil-stade » et ainsi de s’assurer d’une meilleure rentabilité (dans l’exploitation du stade et au moment de la vente du Club). Le propriétaire du FCN, Waldemar Kita, demande un nouveau stade depuis une dizaine d’années et n’envisage pas la rénovation, selon ses « partenaires » rencontrés - notre demande pour un entretien a été déclinée.

17Le problème est maintenant posé, le stade actuel ne répondrait pas aux normes et aux exigences de demain. La solution est déjà trouvée : ce sera un nouveau stade « 100% privé » puisqu’en 2017, « ce n'est pas les impôts des nantais qui financeront le futur stade » (Rolland, ibid.). C’est là le second référentiel sur lequel se base la métropole pour faire valoir sa décision : la représentation selon laquelle les collectivités doivent réduire leurs dépenses, et où l’État doit se désinvestir de certains secteurs - notamment celui du football. Ainsi, la privatisation du stade, sa destruction-construction, est présentée comme la seule option envisageable, au regard de l’état des finances publiques et au regard de l’actuel monde du football professionnel, maintenant inséré dans des flux de capitaux internationalisés. Un discours qui s’arrime au phénomène global de retrait de l’État, de roll-back capitalism (Brenner et Theodore, 2002), et de néolibéralisation de la fabrique de la ville.

« Car c'est une conviction que nous partageons que ça n'est pas à l'argent public de financer le foot business d'aujourd'hui. On ne le finance plus depuis longtemps en fonctionnement, il n'est même plus question de financer des infrastructures surtout que l'objectif de l'infras- tructure , ce n'est pas les 3000 personnes qui changent quelque chose, l'objectif est vraiment de faire de l'argent et le chiffre d’affaire. » (P. Bolo, 02-2019)

  • 11 À cet égard mentionnons la démonstration faite par Frédéric Barbe dans son ouvrage La Beaujoire, en (...)

18Tout au long du conflit, la solution est présentée comme étant la seule possibilité, comme s’il n’y avait aucune alternative11 : un club de foot doit posséder un stade « moderne » pour être compétitif, une métropole doit favoriser la construction d’un nouveau stade pour être attractive. Or, l’inévitabilité de la construction-destruction du stade et l’argument de son financement uniquement privé seront mis à l’épreuve dans le conflit par les opposants. Cette construction du sens de l’action autour de l’attractivité, du retrait de l’État et d’une vision du football marchand seront mis à l’épreuve par différents protagonistes - supporters, riverains, et autres acteurs qui se sentent concernés par le projet - par l’élaboration d’une contre-expertise et par la construction d’une alternative au projet initial.

Photographie 3 - Aux abords du stade, la contestation est bien visible. Février 2019.

Photographie 3 - Aux abords du stade, la contestation est bien visible. Février 2019.

© Maude Cournoyer-Gendrot

Une mise à l’épreuve du projet dans la construction d’une contre-expertise et d’un imaginaire différent

19Un élément majeur à souligner dans ce conflit est la construction d’une série de contre-arguments, par les supporters, riverains, chercheurs et professionnels de l’aménagement qui se sont structurés en une coalition hétéroclite. Au fil de la contestation, se développe une contre-expertise composée de différents « savoirs citoyens » (Nez, 2011) : des savoirs d’usage liés à l’expérience du territoire et à l’expérience du stade chez les riverains et supporters (notamment avec les mémoires produits dans le cadre de la concertation), des savoirs professionnels au niveau des compétences techniques notamment, avec la contribution de plusieurs juristes, de chercheurs et d’architectes (soulignons l’intervention de l’architecte du stade actuel de la Beaujoire, Berdje Agopyan et son fils), et certains savoirs associatifs et militants qui sont en fait des savoir-faire politiques de mobilisation - création de bannières, de chants, rédaction de communiqué de presse, demande d’accès à l’information, recours judiciaires. Il y a dans ce conflit un débat entre expertises, notamment sur le caractère vétuste du stade actuel et sa conformité (ou non) aux normes requises pour accueillir de grands événements sportifs, le prix envisagé de la construction du futur stade (incohérence entre le prix de 200 millions d’euros et les images de synthèse présentées qui laissent croire à un prix beaucoup plus important, de l’avis de certains architectes) et sur la solidité du modèle financier et les risques pour le club. Le moment de la pré-concertation (novembre-décembre 2017) et de la concertation officielle, sous la garantie de la CNDP a été l’occasion d’une prise de parole des riverains et supporters, permettant d’adresser de nombreuses questions et demandes d’information aux porteurs du projet, s’avérant être l’un des lieux de déploiement de ce débat entre expertise. Toutefois, plusieurs acteurs ayant pris part à la concertation ont trouvé qu’il n’était pas possible de discuter de l’ensemble des questions soulevées, notamment sur la possibilité de rénover le stade actuel ou sur le fait que la métropole cède un terrain public sans mise en concurrence à un promoteur. Pour ces raisons, combinées à des modalités de mise en œuvre de la concertation moins favorables à un débat serein (temps de parole courts, monologues des porteurs de projet, difficile accès à l’information), la démarche même de concertation fut critiquée et remise en question : le débat lui-même est mis en débat. Certains aspects plus techniques relatifs au stade ou au projet urbain ont toutefois été discutés et ont mené à un engagement pour que le stade soit accessible universellement et l’abandon de la tour de 120 mètres prévue dans le projet urbain et la réduction de la densité à 1500 logements seulement (après intervention publique de la mairesse de Nantes à cet effet).

« […] un moment donné dans ce processus, les habitants qui participent, les représentants associatifs se tournent vers la métropole et la ville de Nantes en disant mais c'est quoi votre avis ? […] Et donc Johanna Rolland exprime un avis qui consiste à dire : y’aura pas de tour et y'aura pas autant de logements. Ce sera, de mémoire. 1500 logements maximum. Donc finalement, c'est une première prise en compte par la collectivité de ce qui émerge de ce processus de dialogue entre des riverains, des habitants, des associations, des supporters, que de dire nous on accepte de continuer à discuter avec Yellopark si ces éléments sont pris en compte. Et donc Yellopark dit d'accord et se remet au travail pour continuer à travailler sur un autre projet, dans la continuité mais sur un projet qui est moins dense. » (E19, urbaniste, 04-2019)

20Il y a donc une certaine possibilité de modifier le projet à travers la concertation, principalement à travers certains aménagements ou avec la réduction de la densité. On voit ici l’intervention de la mairesse de Nantes au fil du processus de concertation piloté par le maître d’ouvrage officiel, même si on peut considérer que cette négociation à la baisse du nombre de logements était déjà prévue et vouée à être cédée dans la concertation.

« Par contre effectivement, c’était trop dense, ça on le savait, c’était une commande parce que c’était une ressource financière du projet. Ça, à chaque fois les promoteurs au départ essaient d’estimer au maximum les constructibilités […] ils ont toujours tendance à en demander davantage pour en obtenir un peu moins, ça c’est la logique de base. […] Mais ça c’est su de tout le monde en fait, c’est juste que c’est presque un jeu entre le public et le privé […] » (E06, architecte-urbaniste, 02-2019)

Photographie 4 - Conseil métropolitain, vote sur le principe de cession de la parcelle à la société Yellopark pour la construction du nouveau stade, décembre 2018

Photographie 4 - Conseil métropolitain, vote sur le principe de cession de la parcelle à la société Yellopark pour la construction du nouveau stade, décembre 2018

© Maude Cournoyer-Gendrot

21Le débat se déploie aussi sur le plan juridique, des juristes venant en appui aux groupes de supporters et de riverains, notamment sur la question de la conformité au Plan local d’urbanisme et sa procédure de modification, mais surtout sur la question de la cession sans mise en concurrence d’une parcelle de terrain publique à un privé. Cette mise en lumière de certaines faiblesses juridiques du projet a d’ailleurs contribué à l’abandon du volet immobilier du projet en novembre 2018, comme le reconnaîtra Pascal Bolo :

« Et donc se pose le problème de la mise en concurrence ou non, et au fur à mesure que le débat avance, l'acceptabilité de la densification est extrêmement problématique, la destruction du stade de la Beaujoire fait question pour beaucoup de gens et en plus la sécurité juridique de l'affaire est fragilisée. On va le dire comme ça. »

  • 12 Une vision du football où l’on souhaite dégager une plus-value, que ce soit du stade, par la transf (...)

22Il y a en parallèle une mise à l’épreuve du projet Yellopark en recourant à un imaginaire différent, à une vision différente de ce que peut être le stade, qui se matérialise en novembre 2018 avec la présentation devant public d’un projet alternatif sur lequel a travaillé la coalition formée de certaines associations de supporters, de riverains, accompagnée par l’architecte du stade actuel, des juristes et chercheurs. Lors de cet événement, on voit que chaque acteur utilise son savoir afin de défendre le projet alternatif. Les représentants de l’Association à la nantaise et la Brigade Loire interpellent directement les élus présents et demandent un moratoire sur le projet afin de pouvoir avoir un réel temps de réflexion (savoirs faire militants), des juristes présentent une réflexion sur les implications légales du projet du club, de son montage financier et des relations entre la collectivité et le privé, l’architecte de l’actuel stade (qui n’a pas été reçu ni par Nantes Métropole ni par le FCN) vient présenter deux scénarios possibles pour l’amélioration du stade, l’un minimal et l’autre qui vise une modernisation avec de nouveaux espaces de convivialité tels qu’un restaurant, un bar, des auditoriums, un musée, des salles de réunions et une aire de skateboard. L’apport d’un chercheur impliqué dans la démarche, vient souligner le potentiel que représente ce projet alternatif d’amélioration du stade actuel, proposant un imaginaire différent de celui du footbusiness, posant la question du stade habité, du stade urbain, implanté dans un quartier et invitant à penser la modernisation du stade en terme transitionnel - de le rendre plus écologique, d’en penser la gouvernance. Une contribution aussi de la part d’un représentant des riverains, qui revient sur certains aspects à prendre en compte dans la définition d’un projet pour le secteur, tel que l’articulation entre les différents équipements du territoire et la circulation actuellement « saturée ». Le projet alternatif de stade témoigne de la mobilisation de certaines ressources et de certains savoirs de la part des opposants au Yellopark, faisant la démonstration que d’autres projets sont possibles, l’amélioration du stade ne serait pas aussi coûteuse qu’elle ne l’a été annoncée. Cette proposition d’amélioration du stade actuel se distingue dramatiquement du projet porté par l’actuel président du Club, visant la création d’un stade en tant qu’espace marchand, commercial. Un président qui incarne une certaine vision du football, celle de la marchandisation et de la néolibéralisation12. À l’inverse, le projet alternatif défend le stade en tant que lieu populaire, tel qu’il l’est encore à l’heure actuelle avec une mixité des publics et des commerçants ambulants. Le débat porte ainsi sur les imaginaires du football et du stade, et est en ce sens quasi-ontologique.

Photographie 5 - Présentation d’un projet alternatif pour le stade de la Beaujoire, 21 novembre 2018

Photographie 5 - Présentation d’un projet alternatif pour le stade de la Beaujoire, 21 novembre 2018

© Maude Cournoyer-Gendrot

Conclusion

23La Ville de Nantes se trouve ainsi à être le théâtre d’un conflit sur la construction d’un nouveau stade. Le conflit sur le Yellopark nous montre que l’aménagement « à la française » et la fabrique de la ville sont actuellement en recomposition. Cette association entre la métropole, le club et un groupe immobilier dans un nouvel arrangement pour développer et planifier une parcelle de ville s’inscrit dans ce qu’on pourrait qualifier de processus de néolibéralisation de la planification urbaine, où les acteurs privés se trouvent à occuper un rôle de plus en plus central. Un discours sur la crise des finances publiques vient légitimer ce nouvel arrangement qui a été nommé la « troisième voie ». Or dans cette troisième voie, la métropole et la ville de Nantes - qui a habitué ses citoyens à maints processus de participation - dit qu’elle n’est pas elle-même tenue responsable de la concertation, bien qu’elle soit garante, à terme, de l’intérêt général de la collectivité (possédant un nombre de leviers, en tant que métropole propriétaire du foncier, et en tant que ville qui dicte la règlementation en urbanisme). Cette association entre acteurs publics et privés a été questionnée, sur le plan des méthodes du projet, jugées « opaques » et « fermées », ce qui fut le moteur de la mobilisation pour certains groupes de supporters, riverains, acteurs universitaires ou associatifs. Elle a aussi été questionnée sur l’enjeu de la cession d’une parcelle de foncier public à un privé pour un prix qui serait en deçà de celui du marché. Dans ce conflit, c’est entre autres la gouvernance même du projet qui est remise en question. Le pilotage du projet en coulisse avant l’annonce d’un projet qui semblait déjà ficelé d’avance, la concertation organisée sous la garantie de la CNDP qui arrive un peu tardivement et qui vient cristalliser certaines oppositions, la décision de la part de la métropole de s’associer à un propriétaire de Club cité dans les Panama papers et dans les football leaks, sont autant d’éléments qui ont soulevé une méfiance vis-à-vis du projet, qui se mua par la suite en opposition beaucoup plus franche. Rappelons que plusieurs des revendications venaient mettre en cause le processus de concertation, la verticalité de la décision, et demandaient une « réelle » concertation. À ceci s’ajoute une démarche citoyenne, parallèle à la concertation officielle, qui visait à élaborer un projet alternatif de modernisation du stade - où les riverains et les supporters avaient leur mot à dire. Nous sommes devant un conflit qui porte sur le droit de participer à la prise de décision, d’être partie prenante de l’aménagement du territoire, et qui s’inscrit plus largement dans des revendications associées au droit à la ville. De là, il n’est pas possible de considérer ce conflit uniquement comme une manifestation du « syndrome pas dans ma cour ». Une partie des protagonistes n’étant d’ailleurs pas d’emblée opposés au projet, passant d’une phase d’étonnement à une phase d’inquiétudes, pour ensuite passer à la formulation d’une opposition plus ferme qui s’est cristallisée au fil des interactions avec les porteurs de projet et la métropole. Ici, les riverains, supporters et plusieurs acteurs qui se sont sentis interpellés par la question du nouveau stade, avaient des attentes vis-à-vis de la co-construction d’une décision sur le projet, la concertation et le dialogue citoyen étant au centre de l’action publique nantaise depuis les dernières années. Le manque d’ouverture vis-à-vis de la finalité même du projet (la construction d’un stade neuf) et le manque d’ouverture de la prise de décision, qui s’est jouée loin des regards avec un nombre limité de personnes, soit la mairesse de Nantes et deux ou trois de ses adjoints qui auront concentrés les échanges. Ce projet a ainsi été perçu par un nombre important d’opposants comme « un tort fait à la démocratie » (Fourniau, 2007), puisque comme l’a dit un élu anciennement urbaniste à la ville de Nantes, « il faut montrer qu’on travaille sérieusement […] il faut avoir l’adhésion du public et pour avoir l’adhésion du public, il faut justifier que la solution que l’on propose est la meilleure solution possible parce que les autres étudiées ne sont raisonnablement pas acceptables […] ». C’est-à-dire de pouvoir faire la démonstration que la décision prise est la bonne.

24Le projet de nouveau stade, adossé à un projet urbain, aura été mis à l’épreuve par des interpellations diverses dans les lieux institués de la concertation et de la participation, mais aussi en créant un espace de participation parallèle afin d’ouvrir le débat à des questions qui n’étaient pas prises en compte dans la démarche officielle. Dans ces deux cadres, nous avons vu la mobilisation d’une contre-expertise citoyenne/militante de la part des associations de riverains et les supporters, et leurs allié-e-s, qui s’est matérialisée dans la production de mémoires dans le cadre de la concertation officielle, par des interpellations par le biais de la presse, et par l’élaboration d’un projet alternatif de modernisation du stade actuel. Une mise à l’épreuve qui se fait aussi dans une confrontation entre des récits/imaginaires distincts par lesquels on justifie ou remet en cause l’action territoriale : le rôle et la place du privé dans la fabrique de la ville, le stade comme espace public, la participation des citoyens à la prise de décision. Cette mise en débat du projet de stade privé a somme toute contribué à l’évolution du territoire participant notamment à l’émergence de nouveaux acteurs, avec cette coalition qui se forme entre les supporters, riverains, l’architecte du stade actuel et autres acteurs interpellés par la question, qui au fil de leurs mobilisations ont contribué d’abord à la modification du projet comme tel, avec la disparition de la tour d’habitations, la préservation du stade actuel qui a été « sauvé ». Un ensemble d’éléments qui a aussi dans une certaine mesure, même si ce n’est pas le discours officiel de la mairesse, contribué à l’abandon du projet qui polarise encore à l’approche des prochaines élections municipales. Le conflit qui a suivi l’annonce de ce projet a aussi servi à tisser des liens entre ces différents acteurs (supporters, riverains, intellectuels, etc.) qui ne se seraient autrement pas rencontrés. Pour les riverains, la fondation d’une association et plusieurs pratiques militantes (porte-à-porte, réunions, affichage) ont contribué à la création et au renforcement du lien social entre voisins (qui discutent, qui s’organisent maintenant autour d’autres enjeux comme la création d’un événement de type vide-grenier et la création d’un marché fermier local). Si cette mise à l’épreuve du projet par le conflit a produit certains effets à court terme et au fil de l’eau, il reste à voir ce que cet « échec » du projet de stade aura comme conséquences à plus long terme pour le territoire. Déjà, la question du stade ressurgit comme un enjeu pour les élections municipales à venir puisque différents partis se positionnent vis-à-vis du projet, et le propriétaire du FCN évoque la possibilité de poursuivre Nantes Métropole pour les millions d’euros perdus dans l’aventure (Presse Océan, 4 juin 2019), tout en réaffirmant son ambition de nouveau stade (septembre 2019), laissant ainsi présager une nouvelle étape dans le conflit.

Haut de page

Bibliographie

20 minutes.fr, 2018, FC Nantes: Un nouveau stade, l'ambition de Kita depuis son arrivée en 2007... et même avant, URL : https://www.20minutes.fr/sport/2391155-20181210-fc-nantes-nouveau-stade-ambition-kita-depuis-arrivee-2007-avant [mis en ligne le 10-12-18, consulté le 04-06-19]

ARRONDEL L., DUHAUTOIS R., 2018, L’Argent du football, Paris, CEDREMAP/ENS.

BARBE F., 2018, La Beaujoire. Enquête sur un coup d’état urbain, Rezé, À la criée.

BRENNER N., THEODORE N., 2002, « Cities and the geographies of “actually existing neoliberalism” », Antipode, vol. 34, p. 349‑379.

BREUX S., BÉDARD M., 2013, « The Urban Project and Its Impact on Sense of Place: Methodological Propositions », Geography Compass, vol. 7, p. 75‑84.

BROMBERGER C., 2016, « Le football, entre fierté urbaine et déterritorialisation. Quelques réflexions à partir du cas marseillais », Métropolitiques, En ligne : https://www.metropolitiques.eu/Le-football-entre-fierte-urbaine.html.

CASTELLS M., 1972, La question urbaine, Paris.

CLOUTIER G., 2013, « “Sauvons l’usine Grover!” Re-territorialiser le conflit autour du développement culturel dans le quarter Sainte-Marie à Montréal », in P. Melé (Éd.), Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 293‑322

COX K. R., 1998, « Spaces of dependence, spaces of engagement and the politics of scale, or: looking for local politics », Political Geography, vol. 17, n° 1, p. 1‑23.

DEVISME L., 2014, Urbanographie/urbanologie : les traverses de la fabrique urbaine, Habilitation à diriger des recherches (HDR), ENSA-Nantes.

DEVISME L., 2018, « La ville et le stade, communauté ou séparation de biens ? », Place Publique, n° 67, p. 51‑57.

DEVISME L., DUMONT M., ROY É., 2007, « Le jeu des « bonnes pratiques » dans les opérations urbaines, entre normes et fabrique locale », Espaces et sociétés, n° 131, p. 15‑31.

DZIEDZICKI J.-M., 2004, « Au-delà du Nimby : le conflit d’aménagement, expression de multiples revendications », in P. Melé, C. Larrue, & Muriel Rosemberg (Éd.), Conflits et territoires, Tours, Presses universitaires François Rabelais.

FONTAN J.-M., HAMEL P., MORIN R., 2012, Villes et conflits. Action collective, justice sociale et enjeux environnementaux. Québec, Presses de l'Université Laval.

FOURNIAU J.-M., 2007, « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, vol. XLV, p. 149‑179.

FOURNIAU J.-M., 2011, « L’institutionnalisation controversée d’un modèle français de débat public », Télescope, vol. 17, n° 1, p. 70–93.

GARDON S., 2016, « D’«OL Land » au Parc OL : le grand stade de Lyon contre la ville ? », Métropolitiques, En ligne : https://www.metropolitiques.eu/D-OL-Land-au-Parc-OL-le-grand.html

HALL C. M., WILSON S., 2016, « Mega-events as Neoliberal Projects:‘Realistic if we want Dunedin to Prosper’or ‘the Biggest Civic Disgrace… in Living Memory’? », in J. Mosedale (Éd.), Neoliberalism and tourism., Abingdon, England, Routledge, p. 37‑55

LATOUR B., 1993, Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte

MARIÉ M., 1989, Les terres et les mots. Une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens-Klincksieck.

MASSON P., CARTIER M., LE SAOUT R., RETIERE J.-N., SUTEAU M., 2013, Sociologie de Nantes, Paris, La Découverte.

MATTHEY L., 2014, Building up stories. Sur l’action urbanistique à l’heure de la société du spectable intégré, A-Type editions.

MELÉ P., 2013, « Analyse des conflits et recherches françaises : le moment agonistique ? », in P. Melé (Éd.), Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 21‑50

MOLOTCH H., 1976, « The city as a growth machine: Toward a political economy of place », American journal of sociology, p. 309‑332.

MULLER P., 2011, Les politiques publiques, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? ».

NEZ H., 2011, « Nature et légitimités des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif. Une enquête ethnographique à Paris », Sociologie, vol. 2, n° 4, p. 387‑404.

NICHOLLS W., 2008, « Place, networks, space: theorizing the geographies of social movements », Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 34, n° 1, p. 78‑93.

NICHOLLS W. J., Uitermark, J., 2017, « Introduction: Planning/resistance », Urban Geography, vol. 38, n° 4, p. 512‑520.

PINSON G., 2009, Gouverner la ville par projet, Paris, Les Presses de Sciences Po.

PINSON G., 2010, « La gouvernance des villes françaises. Du schéma centre-périphérie aux régimes urbains », Métropoles, n° 7.

QUADRUPPANI S., 2018, Le monde des Grands Projets et ses ennemis : voyage au coeur des nouvelles pratiques révolutionnaires, Paris, La Découverte.

SAWICKI F., 2016, « Toujours plus grand, toujours plus cher ! Les collectivités territoriales et « leurs » stades de football », Métropolitiques, En ligne : https://www.metropolitiques.eu/Toujours-plus-grand-toujours-plus.html

SUBRA P., 2008, « L’aménagement, une question géopolitique ! », Hérodote, n° 3, p. 222–250.

SUBRA P., 2014, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin.

TORRE A., 2010, « Conflits environnementaux et territoires », Développement Durable et Territoire, Presses Universitaires du Septentrion.

TRUDELLE C., 2005, Visibilité de la participation des femmes aux conflits urbains à Québec entre 1965 et 2000, Université Laval.

TRUDELLE C., KLEIN J.-L., FONTAN J.-M., TREMBLAY D.-G., BOCQUIN C., 2016, « Conflits urbains, compromis et cohésion socioterritoriale : le cas de la Tohu à Montréal », Revue d’Économie Régionale & Urbaine, p. 417‑446.

VAUTIER E., CORBOU P., 2019, Une altercation entre Kita et plusieurs élus. Presse Océan, 4 juin 2019, p. 5.

VILLENEUVE P., TRUDELLE C., PELLETIER M., THERIAULT M., 2009, « Les conflits urbains : une approche analytique », Environnement urbain/Urban Environment, vol. 3, p. d-1-d-8.

Haut de page

Notes

1 Le conflit est défini ici comme une série d’événements et d’actions, située dans le temps et dans l’espace, où des protagonistes, conscient de l’incompatibilité de leurs intérêts, mènent à bien des actions pour faire valoir leurs revendications et arguments (Villeneuve et al. 2009).

2 Ici, la notion de « fabrique » signifie « production » urbaine » ou plutôt « activités intentionnelles de transformation spatiale » (Devisme, 2014). Devisme et al. (2007) parlent notamment de « fabrique locale » des opérations urbaines (et de la notion de « bonnes pratiques »), distinguant deux moments spécifiques, soit la fabrique/production et l’épreuve/concrétisation. Dans ce texte, nous employons le terme de fabrique urbaine dans son sens large, englobant les étapes de la planification et de la concrétisation d’un projet.

3 Le conflit pourrait permettre à une population jusque-là exclue de prendre la parole, entraîner une réduction des inégalités, offrir des opportunités d’apprentissages et d’expérimentation, contribuer à la construction d’une gouvernance locale, au développement d’un projet alternatif, à la mise sur pied d’organisations locales pouvant servir de lieux pour exprimer ou régler les différends, s’inscrire dans un processus de territorialisation, contribuer à la transformation des représentations sociales et du discours politique par l’expression et la prise en compte de revendications dans l’espace public, ou encore constituer une ressource pour la cohésion sociale d’un quartier (Fontan et al., 2012; Melé, 2013; Cloutier, 2013; Trudelle et al., 2016).

4 Suivant une vieille recommandation de Latour, il s’agit de suivre un projet qui se réalise et se déréalise en évitant le vocable de l’échec ou de la réussite (Latour, 1993).

5 Les moments observés l’ont été en présence lorsque possible (c’est-à-dire entre septembre 2018 et juin 2019) et par le visionnement d’enregistrements vidéo pour la période précédente (entre septembre 2017 et septembre 2018) lorsque ceux-ci étaient disponibles.

6 La recherche analyse de façon plus large les données issues de la presse écrite, à partir d’un corpus de presse composé de 588 articles issus des journaux Ouest-France et Presse Océan, entre septembre 2017 et avril 2019. Le format de l’article scientifique ne permettant d’approfondir un nombre limité d’éléments, cette analyse fera l’objet d’écrits plus spécifiques. Ici, les articles de la presse locale sont utilisés pour illustrer le discours des protagonistes et appuyer les propos avancés. Pour une revue des biais inhérents à l’utilisation de la presse, voir Trudelle (2005). Soulignons que les journalistes de la presse locale doivent agir dans la prudence afin d’entretenir leur réseau, maintenir leur accès aux lieux de décision, ce qui ne permet pas toujours de mener des enquêtes critiques en profondeur. Le simple fait de rapporter la parole de l’adversaire peut être considéré comme une prise de position et une transgression vis-à-vis de l’impartialité journalistique (comme cela l’a été évoqué dans les entretiens).

7 Notons que le projet a été abandonné durant la collecte de données, en février 2019. Les entretiens faits de mars à juin ont donc une tonalité quelque peu différente de ceux réalisés en décembre, janvier ou février.

8 L’expression du « jeu à la nantaise » apparait d’abord dans le monde du football pour décrire le jeu caractéristique du FC Nantes à partir des années 1960 et qui s’érige en modèle par la suite. Un jeu collectif axé sur la maitrise du ballon et des passes courtes et rapides. L’expression est reprise depuis les dernières années dans une stratégie de marketing territorial pour évoquer les dispositifs participatifs mis en œuvre dans la métropole, avec des slogans comme « Jouons collectif! » et des éléments de communication du type : « Expérimentation, innovation, dynamique créative et citoyenne, urbanisme collaboratif : valoriser le jeu à la nantaise dans la fabrique de la ville. »

9 Les citations de ce paragraphe sont tirées de cette conférence de presse qui peut être visionnée à cette adresse : https://www.youtube.com/watch?v=bltTSJYbKCQ

10 En ligne : https://www.groupe-realites.com/wp-content/uploads/2017/09/CP_YELLOPARK-1.pdf

11 À cet égard mentionnons la démonstration faite par Frédéric Barbe dans son ouvrage La Beaujoire, enquête sur un coup d’état urbain publié en mai 2018 aux éditions À la criée, une enquête de « recherche-intervention » à l’échelle locale, en plein cœur du conflit. Un travail de réflexion sur ce projet en train de se faire d’explorer certaines hypothèses, notamment sur les effets du conflit et sur ce que pourrait être un stade à partir du point de vue de la transition socio-écologique.

12 Une vision du football où l’on souhaite dégager une plus-value, que ce soit du stade, par la transformation du club en marque, ou des joueurs eux-mêmes lors du marché des transferts (mercato). Le président du FCN a notamment été cité dans les Football leaks, ses finances personnelles sont à l’heure actuelle sous la loupe du Parquet national financier (c’est même cette raison qui a été évoquée lorsque la Métropole nantaise s’est retirée du projet) et il a été fortement critiqué pour ses choix sportifs (succession de 15 entraîneurs en 12 années de présidence), et surtout pour son rôle dans le destin funeste d’Emiliano Sala, alors meilleur buteur de Ligue 1, décédé le 21 janvier 2019 dans le crash de l’avion qui devait l’amener à Cardiff où il venait d’être échangé - ce qui ajoute une dimension d’autant plus dramatique à l’affaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 - Le stade de la Beaujoire, jour de match, février 2019.
Crédits © Maude Cournoyer-Gendrot
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6054/img-1.png
Fichier image/png, 804k
Titre Photographie 2 - Affichage sauvage : image provenant de l’annonce du projet, où Waldemar Kita fait un baise-main à la mairesse, Nantes 2019.
Crédits © Maude Cournoyer-Gendrot
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6054/img-2.png
Fichier image/png, 677k
Titre Photographie 3 - Aux abords du stade, la contestation est bien visible. Février 2019.
Crédits © Maude Cournoyer-Gendrot
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6054/img-3.png
Fichier image/png, 175k
Titre Photographie 4 - Conseil métropolitain, vote sur le principe de cession de la parcelle à la société Yellopark pour la construction du nouveau stade, décembre 2018
Crédits © Maude Cournoyer-Gendrot
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6054/img-4.png
Fichier image/png, 751k
Titre Photographie 5 - Présentation d’un projet alternatif pour le stade de la Beaujoire, 21 novembre 2018
Crédits © Maude Cournoyer-Gendrot
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6054/img-5.png
Fichier image/png, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maude Cournoyer-Gendron, Catherine Trudelle et Laurent DEVISME, « Un nouveau stade pour Nantes ? Une production de sens mise à l’épreuve dans une fabrique conflictuelle de la ville », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 13 septembre 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6054 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6054

Haut de page

Auteurs

Maude Cournoyer-Gendron

Doctorante
Université de Nantes et Université du Québec à Montréal - Laboratoire CRENAU de l’ENSAN
maudecournoyerg@gmail.com

Catherine Trudelle

Professeure
Université du Québec à Montréal
trudelle.catherine@uqam.ca

Laurent DEVISME

Enseignant-chercheur
École nationale supérieure d’architecture de Nantes
laurent.devisme@crenau.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals