Navigation – Plan du site
Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales

Lutte environnementale dans le parc national de Dartmoor : (re)définition d’un territoire de nature protégée par la dynamique conflictuelle

Environmental Struggle in Dartmoor National Park: redefining a territory of protected nature through the conflict’s dynamic
Marie Méténier

Résumés

Le parc national de Dartmoor, en Angleterre, est le théâtre d’une lutte environnementale depuis plus de 17 ans. En 2000, un groupe d’individus a acquis la propriété privée d’une parcelle boisée au sein du parc pour s’y installer en édifiant différents types de constructions (tentes et cabanes). Loin de s’isoler, la communauté a très vite diffusé son projet localement. Lorsque l’autorité gestionnaire du parc national prit connaissance de leur installation dans le bois, sans permis légal (planning permission), elle a exigé de la communauté qu’elle régularise la situation d’illégalité dans laquelle elle se trouvait. La dynamique de la lutte s’articule autour du point de droit suivant : les constructions érigées par la communauté pour leur usage résidentiel dans le bois dont elles sont propriétaires sont-elles des constructions temporaires ou permanentes ? Depuis, les deux parties sont engagées dans une procédure administrative contentieuse longue et coûteuse. Basée sur des représentations environnementales divergentes, la lutte s’est déplacée dans l’arène médiatique afin de financer les coûts élevés des audiences formelles, une procédure contradictoire où les parties luttent et défendent leur cause. Cet article repose sur un corpus qualitatif constitué auprès d’un large panel d’acteurs concernés directement ou indirectement par le conflit. Si les conflits environnementaux sont classiques dans les espaces protégés, les résultats obtenus dépassent la simple étude de cas. La question du droit de vivre dans les parcs nationaux anglais est posée dans ces espaces rares, donc convoités, où les prix de l'immobilier excèdent largement la moyenne nationale. Une lecture positive de la lutte est ici proposée dans la mesure où les acteurs en tension ont redéfini leurs rapports au parc national, devenu un territoire de transactions.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le territoire se définit comme une portion d’espace appropriée par un groupe social pour satisfaire ses besoins (Le Berre, 1995). Le conflit (choc, affrontement – de fligere, battre) est une « situation d’opposition entre deux catégories d’acteurs aux intérêts momentanément divergents » (Charlier, 1999, p. 53). Les conflits se distinguent, par leur niveau d’intensité, des tensions, des controverses, des disputes ou des simples oppositions (Caron et Torre, 2002, p. 95 ; Subra, 2007).

2Véritables objets de recherche (Melé, 2013), les conflits environnementaux sont également des entrées méthodologiques (Guyot, 2015) intrinsèquement liés au statut même des espaces protégés (Depraz, 2008, 2011 ; Laslaz, 2005 ; Laslaz et al., 2014). L’accès à et l’appropriation des espaces protégés entrent généralement en concurrence avec les règles qui encadrent leur protection. Ils constituent, de ce fait, une arène privilégiée pour l’apparition de dynamiques conflictuelles, fondées sur des représentations complexes (Dupré, 2007). L’appropriation d’une portion d’un territoire, qui plus est protégé, constitue un des enjeux majeurs des luttes contemporaines (Ripoll, 2005, 2009). Une lutte de territoire peut être définie comme un conflit lié à l’usage d’une portion d’espace (Dechézelles et Olive, 2016). Selon le dictionnaire Larousse, une lutte est un « affrontement, combat entre des personnes, des groupes, chacun s'efforçant d'assurer sa domination, de faire triompher sa cause ». Si la notion de lutte implique une temporalité généralement plus longue que celle d’un conflit, lutte et conflit ont en commun d’être tous deux fondés sur l’incompatibilité de positions divergentes induisant des enjeux complexes (Villeneuve et al., 2009). Les acteurs, souvent plus nombreux dans le cas d’une lutte, quel que soit le territoire, mobilisent un cortège de représentations qui, dans certains cas, se heurtent et deviennent conflictuelles (Subra, 2016, p. 30). Si certains conflits d’aménagement du territoire sont devenus emblématiques au Royaume-Uni, comme l’affaire de la ligne HS2 (Bailoni, 2012), d’autres restent plus discrets sur la scène nationale mais induisent des enjeux qui transcendent l’échelle micro-locale. Cet article s’intéresse à la dynamique d’une lutte qui oppose depuis la fin des années 1990 la Steward Woodland Community à l’autorité gestionnaire du parc national de Dartmoor (Dartmoor National Park Authority – DNPA), en Angleterre, dans laquelle cette première s’est installée.

3La Steward Woodland Community, composée en 2015 d’une vingtaine d’individus, a acquis la propriété privée d’une parcelle boisée dans le parc national de Dartmoor en 2000 pour s’y installer en édifiant différents types de constructions (assimilables en droit de l’urbanisme français à de l’habitat léger). Loin de s’isoler, la communauté a très vite diffusé son projet localement. Lorsque l’autorité gestionnaire du parc national prit connaissance de leur installation dans le bois, sans permis légal (planning permission), elle a exigé de la communauté qu’elle régularise la situation d’illégalité dans laquelle elle se trouvait. Le point de droit de l’urbanisme qui constitue le cœur de ce conflit est le suivant : les constructions érigées par la communauté pour leur usage résidentiel sont-elles des constructions temporaires ou permanentes ?

4Deux acteurs se distinguent à titre principal dans ce conflit : les membres de la communauté et l’autorité gestionnaire du parc national. Or, comme cela va être démontré, ce qui s’apparente de prime abord à un conflit d’usages (Torre, 2010) va progressivement prendre la forme d’une lutte installée dans le temps et dans l’espace. Cela se vérifiera d’autant plus lorsque les parties prenantes se déplaceront dans l’arène des audiences formelles prévues par le droit de l’urbanisme anglais. Cette circulation entre les différentes arènes conflictuelles va contribuer à (re)définir in fine non seulement la perception du parc national mais aussi les acteurs eux-mêmes. En effet, d’une communauté portée par un idéal environnemental à une communauté porteuse de projet, d’une autorité gestionnaire en charge de faire respecter les règles d’urbanisme à une autorité pro-active et inventive dans ses politiques de mise en œuvre, les jeux et les rapports de force entre acteurs ont été vecteurs de dynamiques dans les quinze dernières années. Il s’agira de montrer de quelle manière des dynamiques conflictuelles et la circulation des représentations socio-environnementales entre les différentes arènes participent à la (re)production des territoires de nature protégée.

  • 1 Cette recherche a été financée et réalisée dans le cadre du programme de recherche iRGENT (Internat (...)

5La présente recherche est réalisée dans le cadre de travaux doctoraux destinés à interroger les dynamiques de gentrification rurale dans les espaces protégés anglais et plus particulièrement dans deux parcs nationaux et une Area of Outstanding Natural Beauty (AONB)1. Le concept de gentrification rurale a été mobilisé afin de décrire les recompositions socio-spatiales et les conséquences socio-économiques consécutives à l’implantation de classes moyennes et supérieures dans les espaces ruraux anglais au sein desquels des ménages moins favorisés étaient précédemment installés (Cloke, 1979,1983 ; Parsons, 1980 ; Phillips, 1993). Dans la mesure où la gentrification rurale est un processus qui cristallise les rapports de force (Richard, 2009 ; Richard, 2017), les espaces gentrifiés, ou en cours de gentrification, sont fréquemment l’arène de conflits (Cloke et Thrift, 1987 ; Scott et al., 2011). Comme l’ont souligné J. Murdoch et P. Lowe (2003), la protection conférée aux espaces les plus « naturels » d’Angleterre a renforcé leur attractivité pour les ménages aisés et mobiles, ce qui a contribué à les rendre d’autant plus exclusifs (ce que les auteurs ont qualifié de « preservationist paradox »- le paradoxe de la préservation). Dès lors, la gentrification rurale est une grille de lecture pertinente pour analyser les dynamiques d’appropriations, individuelles ou collectives, des groupes sociaux favorisés (Tommasi, 2018). C’est dans ce contexte théorique, et consécutivement aux premières recherches empiriques, que la Steward Woodland Community a été découverte, par hasard, en avril 2016. Il est précisé « par hasard », car sur la route menant de Lustleigh à Moretonhampstead dans le parc national de Dartmoor, les marqueurs physiques sont à ce point discrets que sans la curiosité nécessaire sur le terrain, la communauté n’est que difficilement visible.

  • 2 Définies par M. Severo et A. Romele (2015) comme étant l’ensemble des publications réalisées sur de (...)

6Cet article est fondé sur une démarche qualitative composée d’entretiens semi-directifs réalisés auprès des différents acteurs en tensions dans le parc national de Dartmoor (72 entretiens) en avril, mai 2016 ; avril et octobre 2018 et mai 2018. Cette approche a été complétée par l’analyse d’archives, à la fois médiatiques et officielles, ainsi que d’observations non participantes effectuées lors des rencontres d’acteurs. Parallèlement, la possibilité offerte de réaliser des recherches dans d’autres espaces protégés anglais a permis de saisir l’amplitude spatiale du conflit. Afin d’analyser les phénomènes de circulation des représentations entre les différentes arènes en présence, l’analyse des traces numériques sur Internet a été intégrée à une démarche qualitative plus classique. Comme le souligne Boris Beaude (2012), Internet, s’il est un espace distinct du territoire, n’en demeure pas moins un espace réel. Les traces numériques2 constituent une source d’informations facilement accessibles pour appréhender les phénomènes sociaux et les interactions entre les représentations et les pratiques spatiales (Severo et Romele, 2015).

7Cet article sera structuré en deux temps et débutera par l’analyse et la synthèse des représentations socio-environnementales sur lesquelles repose la dynamique conflictuelle, pour mettre en lumière les discours qui coexistent et s’opposent au sein du parc national. Le décryptage des rapports de force et les arguments des parties en tension, ancrées dans leurs réalités respectives, permet de révéler les implications territoriales des restrictions au droit d’usage dans un territoire de nature protégée. Dans un deuxième temps, en se concentrant sur les phénomènes de circulation entre les arènes médiatiques et les arènes institutionnelles, il s’agira de saisir l’évolution du conflit vers la lutte dont le paroxysme est atteint lors des audiences formelles prévues par la procédure administrative britannique. Il s’agira de saisir la manière dont des représentations socio-environnementales circulent et conduisent les acteurs à se (re)définir.

Déconstruire les discours pour reconstruire la dynamique de la lutte environnementale

8La compréhension des situations de conflits implique la prise en compte de l’articulation des rapports de force entre les acteurs et permet de révéler les différents ancrages sur un territoire par les groupes mobilisés (Melé, 2013). Comme le suggère Francis Chateauraynaud (2011), il s’agira tout d’abord de partir de l’analyse de la circulation des arguments et du poids des valeurs environnementales dans l’analyse du travail argumentatif mobilisé par les deux parties principales en conflit : la Steward Community Woodland et la Dartmoor National Park Authority.

Le cadre idéologique de la communauté : l’idéal d’une société alternative au modèle dominant

9La Steward Woodland Community n’est pas inconnue de la littérature scientifique puisqu’elle avait déjà été remarquée par Keith Halfacree dans un article publié en 2001. Cet article portait sur l’analyse des « retours à la terre » de communautés marginales dans un contexte de counterurbanisation en Angleterre. Portée par des représentations assises sur un idéal environnemental, la communauté nourrissait l’espoir de développer un mode de vie alternatif au modèle dominant de production et de consommation (Halfacree, 2001, p.165). Pour ce faire, les membres fondateurs de la communauté avaient acquis une parcelle boisée de 32 acres à quelques kilomètres de la petite ville de Moretonhampstead, dans le parc national de Dartmoor (figure 1).

Figure - Localisation de la communauté dans le parc national de Dartmoor : un territoire de nature protégée.

Figure - Localisation de la communauté dans le parc national de Dartmoor : un territoire de nature protégée.

Réalisation : Marie Méténier, Fabien Cerbelaud, QGIS, 2019

10Le mode de vie, les profils socio-économiques des membres de la communauté ainsi que leurs représentations socio-environnementales sont conformes au profil des gentrifieurs marginaux identifiés par les chercheurs britanniques (Phillips, 1993). Les adultes interrogés sont jeunes (sauf un des membres fondateurs) et disposent de revenus modestes : la majorité vivent sur leurs économies et ceux qui disposent des revenus les plus élevés ont réussi à se faire employer localement, en tant qu’institutrice et informaticien. Les enfants rencontrés en 2016 sont tous âgés de moins de 15 ans. Les adultes sont des fervents défenseurs de pratiques alternatives au modèle dominant et ont choisi leur lieu d’installation afin que ce dernier incarne « un champ de possibles pour y développer des projets de sociétés alternatives au modèle dominant » (Richard et Dellier, 2011, p. 123). La proximité avec la nature a été déterminante dans les stratégies d’installation de ces nouveaux habitants et domine leurs pratiques quotidiennes depuis.

« Tout le monde dans la communauté vit ici pour des raisons différentes. Je souhaitais élever mes enfants au plus près de la nature et pas uniquement qu’ils la voient le week-end en voiture. Je voulais que nous soyons directement immergés au plus près d’Elle ». (Entretien n°28/72, avril 2016).

11Lors de l’entretien, la personne interrogée a fortement insisté sur le « Elle » désignant la nature. D’une manière générale, il ressort des discours des membres de la communauté que la Nature est sacralisée et investie de valeurs spirituelles très fortes. Si le choix de s’installer dans le parc national n’a pas été déterminant à l’origine, comme l’a expliqué un des membres fondateurs, la volonté d’acquérir un lieu suffisamment isolé, « sauvage » et étendu pour accueillir une communauté entière a été centrale dans leurs prospections du site. S’inscrivant ici dans un imaginaire collectif (Laslaz et al., 2014, p.19), Dartmoor, et non le parc national, était tout d’abord conçu comme un espace de ressourcement et de retraite, voire de fuite de la société urbaine pour redécouvrir le lien à la nature. S’incarnant dans un véritable projet de vie, l’ambition de la Steward Community Woodland était de recréer dans leur bois une microsociété locale alternative (figure 2) au plus près de la nature (Richard et Dellier, 2011, p. 115 ; Richard et al., 2014 ; Richard, 2017).

Figure - A l'entrée du bois, des marqueurs spatiaux indiquent aux visiteurs où se garer et présentent l'emblème de la communauté. Sur la droite, membres de la communauté et autres visiteurs rassemblés autour d'un feu dans le lieu de vie commun.

Figure - A l'entrée du bois, des marqueurs spatiaux indiquent aux visiteurs où se garer et présentent l'emblème de la communauté. Sur la droite, membres de la communauté et autres visiteurs rassemblés autour d'un feu dans le lieu de vie commun.

Source : Marie Méténier

12Les membres de la communauté placent au cœur de leurs pratiques l’autonomie énergétique, alimentaire et tendent vers un modèle résilient à faible empreinte écologique.

« Nous travaillons beaucoup et mettons en commun nos initiatives pour que ce mode de vie soit viable. Nous partageons et améliorons des compétences qui, un jour, seront peut-être utiles à beaucoup. Par exemple, lui il crée l’énergie donc nous avons besoin à partir du soleil. C’est un ancien informaticien. Certains sont photographes, d’autres se consacrent à la permaculture. » (Entretien n°32/72, avril 2016).

13Cet extrait d’entretien l’illustre, la structuration des individus en communauté est au fondement de leur idéal. Le lien social entre les membres, la mise en pratique et en commun de compétences différentes, cimentent leurs quotidiens. Comme cela est spécifié dans la première demande d’autorisation rétroactive d’urbanisme, les membres de la communauté souhaitaient, la première année, vivre dans des habitations temporaires sans fondations (des tentes améliorées par des structures en bois ou des yourtes - le terme étant explicitement mentionné). Leurs habitations (figure 3) constituent un ensemble de marqueurs territoriaux (Richard et Dellier, 2011) qui matérialisent la relation idéalisée à l’environnement portée par ces nouveaux habitants.

Figure - La partie habitation de la communauté. Comme indiqué sur le panneau, l'entrée n'est pas libre et, pour accéder aux habitations, un rendez-vous doit être pris avec un des membres. Les trois autres illustrations sont des exemples des types de constructions présentes sur le site. Elles cristallisent l’enjeu de la procédure administrative : s’agit-t-il de constructions temporaires ou permanentes ?

Figure - La partie habitation de la communauté. Comme indiqué sur le panneau, l'entrée n'est pas libre et, pour accéder aux habitations, un rendez-vous doit être pris avec un des membres. Les trois autres illustrations sont des exemples des types de constructions présentes sur le site. Elles cristallisent l’enjeu de la procédure administrative : s’agit-t-il de constructions temporaires ou permanentes ?

Source : Marie Méténier

  • 3 Mode d’aménagement écologique du territoire, visant à concevoir des systèmes stables et autosuffisa (...)

14L’examen de leurs discours permet d’identifier l’ensemble des grandes idées portées par le mouvement altermondialiste défendu par Rob Hopkins, auteur de l’ouvrage Transition Handbook de 2008 et qui réside désormais dans la ville de Totnes, au sud du Devon. Cette ville de 9000 habitants bénéficie d’un réseau d’écologistes et de militants pour la protection de l’environnement et a été une source d’inspiration pour d’autres villes. Le mouvement des villes en transition s’est ainsi répandu à l’échelle internationale (Semal et Szuba, 2010). S’appuyant sur les mêmes valeurs environnementales, la Steward Community Woodland prône la construction d’une « résilience locale » dans la parcelle boisée acquise. Les pratiques de permaculture3 incarnent leur mode d’alimentation idéal (figure 4).

« Notre but est de créer un bois géré de manière durable et dynamique au sein duquel nous développerons notre projet de protection de la biodiversité. Ce projet est un atout pour l’économie locale. Nous utilisons pour ce faire des pratiques de permaculture et nous développons notre propre énergie (en utilisant le soleil, le vent et la force de l’eau). » (Entretien n°33/72, avril 2016).

Figure - Dans le jardin partagé de la communauté : les pratiques de permaculture sont présentées comme permettant un lien harmonieux entre la nature et les individus.

Figure - Dans le jardin partagé de la communauté : les pratiques de permaculture sont présentées comme permettant un lien harmonieux entre la nature et les individus.

Source : Marie Méténier

15Contrairement à d’autres alter-gentrifieurs qui souhaitent parfois vivre leur utopie de manière discrète, les membres de la communauté étudiée ont très tôt manifesté leur présence sur le territoire en distribuant des tracts localement destinés à exposer les grandes lignes de leur projet.

« Nous sommes ici depuis plus de 15 ans et nous avons accompli tellement de choses. Nous avons vu la biodiversité s’épanouir, nous avons organisé beaucoup d’évènements entre nous mais aussi avec d’autres visiteurs, d’autres communautés. Des gens curieux d’apprendre comment on peut vivre autrement, en respectant la nature et en se respectant. » (Entretien n°34/72, avril 2017).

16La Steward Community Woodland s’est donc rapidement distinguée par son dynamisme et par sa volonté de porter des projets non seulement en terme de protection de l’environnement mais aussi dans un but d’éducation du public ou des enfants des écoles locales. Ce faisant, à travers la volonté de partager leurs convictions et leur idéal avec le plus grand nombre, la communauté affichait dès son installation la volonté de bousculer et influencer le rapport à l’environnement à l’échelle locale.

« L’ambition de notre projet est de montrer comment une petite communauté d’individus motivés et conscients des enjeux environnementaux peut enrichir l’environnement social et naturel d’un espace, tout en étant viable financièrement. Notre vision est de combiner la gestion durable de notre bois, le développement d’une agriculture biologique, des pratiques traditionnelles et des résidences de faible impact » (Entretien n°38/72, avril 2016).

17Cet extrait d’entretien révèle leur volonté d’orienter leur action vers un « front de retour à la nature » (Guyot, 2015, p.132). Le projet porté par la communauté peut être clairement qualifié de processus de territorialisation réalisé au nom de la nature. Comme l’a souligné Frédéric Richard (2009), les fronts écologiques sont consubstantiels des dynamiques de gentrification rurale. Dès leur arrivée, les membres de la communauté se sont appropriés un périmètre interne au parc national pour concrétiser leur projet de vivre en harmonie avec la nature. A travers leur processus de conquête « par le bas » du parc national de Dartmoor, les membres de la communauté se sont appuyés sur des valeurs environnementales dont l’objectif est de redéfinir les contraintes du monde moderne (Guyot, 2015, p. 134).

18Très vite, ce projet a été interprété localement comme la volonté non seulement de s’imposer sur le territoire, mais aussi d’imposer leurs idéaux (Guyot, 2015). Dès lors, sans contrevenir cette fois-ci aux observations faites pour d’autres communautés d’alter-gentrifieurs (Richard et al., 2014), ces nouveaux habitants ont été stigmatisés par les autres en raison de leur originalité et de leur mode de vie distinctif. Peu de temps après leur installation dans ce bois et la diffusion de leur présence, plusieurs plaintes de riverains ont été déposées pour dénoncer l’illégalité de l’installation de la communauté auprès de DNPA. Suites aux injonctions de régulariser la situation émanant de l’autorité gestionnaire, les membres de la communauté ont déposé une demande rétroactive d’autorisation d’urbanisme permanente en juillet 2000 qui ouvrait officiellement la dynamique d’un conflit (Mormont, 2006) qui allait s’étaler sur plus de 15 ans.

Le parc national de Dartmoor : une occurrence conflictuelle justifiée par un faisceau de facteurs

  • 4 Pour le détail de la genèse de l’intentionnalité des parcs nationaux anglais, les ouvrages réalisés (...)

19Selon L. Laslaz, « un faisceau de facteurs permettent de justifier l’occurrence conflictuelle dans les espaces protégés ». (Laslaz et al., 2014, p. 26). Ce faisceau de facteurs diffère selon le contexte national dans lequel s’inscrivent les espaces protégés désignés. Suite à l’entrée en vigueur du National Park and Access to the Countryside Act de 1949, le parc national de Dartmoor a été un des premiers parcs nationaux à être désigné en 1951 en Angleterre4. Conformément à la section 61 de la loi pour l’environnement de 1995 (Environmental Act), les parcs nationaux anglais ont deux objectifs :

To conserve and enhance the natural beauty, wildlife and cultural heritage of the National Parks; and

To promote opportunities for the understanding and enjoyment of the special qualities (of the Parks) by the public.

20La section 62 de la même loi prévoit que lorsqu’un conflit apparaît entre ces deux objectifs, le premier objectif doit prévaloir sur le second. Autre élément majeur adopté dans cette loi, la gestion et la compétence en matière d’urbanisme, qui était auparavant dévolue aux districts, relève depuis des National Park Authority (NPA) pour les parcs nationaux. Chaque parc national est doté de sa propre autorité, il s’agira en l’espèce de la DNPA. Disposant de pouvoirs élargis (Thompson et Garrod, 2016), les autorités gestionnaires des parcs nationaux sont en charge d’élaborer les documents d’urbanisme relatif au périmètre du parc (les management plans) et rédigent des règlementations (policies) qui structurent ces plans.

21Progressiste, voire avant-gardiste dans les années 1950 (Blunden et Curry, 1990), l’efficacité de la mise en œuvre des objectifs des parcs nationaux a été contestée par les chercheurs s’interrogeant sur leur caractère artificiel (MacEwen et MacEwen, 1982). Classés dans la catégorie V de l’Union pour la Conservation de la Nature (UICN), les parcs nationaux au Royaume-Uni sont spécifiques compte tenu du fait que les environnements les plus naturels (les landes par exemples) sont les conséquences directes d’une utilisation humaine. Ils sont par ailleurs soumis à des pressions extrêmement fortes. De plus, ils sont majoritairement détenus par des propriétaires privés. Ces spécificités ont conduit à de nombreuses critiques dans la mesure où ils ont pu être considérés comme n’ayant de parcs nationaux que le nom (MacEwen et MacEwen, 1989). Ils ne seraient en effet ni nationaux (ils ne sont pas la propriété de la nation), ni des parcs (car ils incluent de larges portions de terres agricoles et privées sur lesquelles la population n’a pas d’accès). Le parc national de Dartmoor appartient pour 57,3 % de sa superficie à des propriétaires privés (Hodge, 2016). L’autorité gestionnaire est propriétaire de moins de 2 % du parc (DEFRA, 2002b) ce qui induit une gouvernance complexe de ces espaces (Thompson et Garrod, 2016). L’omniprésence dans l’ensemble des parcs nationaux des activités humaines permet de les assimiler plus à des territoires de nature protégée (Depraz, 2011) plutôt qu’à des espaces protégés.

  • 5 La common law diffère du droit romain en vigueur en Europe continentale ; c’est un système de droit (...)

22L’analyse de la dynamique conflictuelle qui a opposé la Steward Community Woodland à la DNPA implique d’entrer dans les rouages des procédures administratives britanniques qui relèvent des règles de la common law5. Constitué en tant que véritable objet d’enquête (Rennes, 2016, p. 27), le développement suivant va revenir sur l’émergence de la lutte, ses phases de repli ou d’accélération, sa dispersion dans les arènes du planning system (Murdoch et Abram, 2002) jusqu’à son dénouement (figure 5).

Figure - Dynamique spatiale et temporelle de la lutte : un véritable "objet d'enquête".

Figure - Dynamique spatiale et temporelle de la lutte : un véritable "objet d'enquête".

Réalisation : Marie Méténier, 2018.

  • 6 La demande a été déposée dans les termes suivants : « low impact, sustainable development associate (...)

23La Steward Community Woodland a signé le compromis de vente au début de l’année 2000 et s’est officiellement installée dans la parcelle boisée en avril 2000. Suite à la divulgation de leur projet, porté à la connaissance de DNPA, la communauté a déposé en juillet 2000 une demande d’autorisation rétroactive pour obtenir un permis légal de changer la destination du bois vers un usage résidentiel6. Une fois la demande de permis légal déposée, l’autorité gestionnaire dispose d’un délai, variable selon l’importance du projet, pour se prononcer.

24Historiquement, les fondements du droit de l’urbanisme anglaissont inscrits dans la loi du Town and Country Planning Act de 1947 (Cullingworth et Nadin, 2006). Après-guerre, il a très vite été admis que la nationalisation du droit de l’urbanisme était une solution satisfaisante pour assurer sa solidité, sans que l’Etat ait recours à la nationalisation des terrains (Booth, 2003). Cela s’est traduit par l’instauration de procédures exécutives et de permis légaux (planning permission) obligatoires pour tout projet de development. Le concept de development (Booth, 2003) renvoie à toute opération de construction, qu’elle soit réalisée au-dessous ou au-dessus de la terre, et désigne tout changement matériel d’affectation des sols ou du bâti. Venant compléter ces dispositions, le Town and Country Planning Act de 1990 a été déterminant pour définir les pouvoirs conférés aux décideurs locaux (Cullinghworth et Nadin, 2006). Elles disposent de moyens de police pour régulariser des situations illégales (à travers des notices d’enforcement - de mise en demeure). Lorsqu’une planning authority constate une infraction, elle est tenue de le notifier à la personne en infraction par une enforcement notice qui doit également expliciter les solutions pour rectifier l’infraction. Seule la non-exécution des solutions exigées par l’enforcement notice ouvre la voie des poursuites en justice.

25Ainsi, après avoir organisé une visite sur le site, DNPA a refusé, en novembre 2000, d’accorder le permis légal sollicité au motif que le bois bénéficiait d’un statut particulier. En application de la section 3 du Wildlife and Countryside Act de 1981, le bois était protégé et il n’était alors pas possible de changer la destination de la parcelle vers un usage d’habitation.

  • 7 Il ne faut pas les confondre avec les procédures d’enquête publique prévues par le droit français.

26Face à ce refus, la communauté a fait appel de cette décision, en août 2001. Celui qui se voit refuser son permis légal a le droit de faire appel dans un délai de 6 mois à compter de la réception de la notification de refus. Il existe trois formes de recours administratifs. Les premiers se font soit par échange d’écrits (written representations), les seconds par audience formelle (public inquiry7), et enfin, les troisièmes prévoient une audience informelle (informal public hearing). Dans chaque cas, le recours est examiné par un inspecteur qui veille au bon déroulement de la procédure, arbitre les intérêts contradictoires et dispose d’un pouvoir décisionnel. Sélectionnés dans l’agence gouvernementale dédiée à ce but, le Planning Inspectorate, les inspecteurs sont des agents salariés de l’Etat et ont généralement effectué leur carrière dans l’aménagement du territoire. Lors de cette première procédure, une audience formelle a été organisée. Contradictoire, elle positionne l’inspecteur en tant qu’arbitre de l’audience. Comme cela sera exposé dans un second temps, la place que tiennent les parties dans cette procédure est centrale et s’apparente à une véritable lutte orale. En septembre 2001, l’inspecteur a rejeté l’appel de la communauté, une première victoire pour l’autorité gestionnaire. Peu de temps après, cette dernière a mis en demeure la communauté de stopper tout usage résidentiel du bois et de déconstruire l’ensemble des habitations.

  • 8 Le Lord Justice Sullivan est réputé dans le domaine du droit de l’environnement notamment suite à l (...)

27Relançant la dynamique conflictuelle, la communauté a interjeté appel de cette décision devant un nouvel inspecteur qui, cette fois-ci, a opté pour l’organisation de la procédure des représentations écrites (written representation). Cette procédure, moins onéreuse que l’audience formelle, est inquisitoriale. Cela signifie que la place laissée aux parties est réduite et que l’inspecteur est lui-même chargé de mener les investigations à charge et à décharge. Sa marge d’appréciation discrétionnaire est renforcée par cette procédure. Comme a pu le souligner un employé du parc national lors d’un entretien, cette procédure aurait clairement bénéficié à la cause de la communauté car l’inspecteur a tranché en faveur d’une autorisation temporaire de résidence de la communauté pendant 5 ans à partir d’août 2002. Suite à ce revirement, DNPA a formé un recours devant la Haute Cour de Justice. En effet, si la décision de l’inspecteur est définitive, la partie déboutée peut porter plainte devant le juge en ce qui concerne l’interprétation de la loi. L’audience s’est tenu à Londres en janvier 2003. A cette occasion, le juge Sullivan8 en charge de l’affaire, a confirmé la décision prise en appel par l’inspecteur et a rejeté le recours formé par l’autorité gestionnaire du parc national. Forte de cette victoire confirmée, la communauté a donc bénéficié de son autorisation temporaire de résidence sur le site pour développer son projet jusqu’en août 2007. Cela a constitué un premier temps d’apaisement dans le conflit.

28A l’expiration de ce délai, la communauté a relancé les démarches procédurales en déposant une demande de permis légal auprès de DNPA, qui, restant sur ses positions initiales, a rejeté la requête en novembre 2007. En juillet 2008, elle a prononcé deux notices de mise en demeure d’arrêt du projet et de démantèlement des habitations. Un troisième paroxysme de la dynamique conflictuelle a été atteint lorsque la communauté a fait appel de cette décision (figure 5). L’inspecteur nommé a décidé qu’une audience formelle, avec visite sur site, serait réalisée en avril 2009. En juin 2009, l’inspecteur a de nouveau prononcé l’ouverture d’une période d’accalmie en rendant sa décision en faveur de la communauté leur octroyant une autorisation temporaire de résidence pour une durée renouvelée de 5 ans. Cet apaisement temporaire a été l’occasion pour l’autorité gestionnaire d’être proactive et d’intégrer dans son nouveau plan de gestion pour le parc national des politiques de mise en œuvre prenant en compte les conclusions de l’affaire de la Steward Community Woodland.

  • 9 Welsh Assembly Government (2010) ‘Planning for Sustainable Rural Communities’.

29Pour rappel, dans le Town and Country Planning Act de 1947, plusieurs dispositions consacrent le pouvoir discrétionnaire explicite et la marge d’appréciation accordés aux décideurs locaux. Il est possible pour les décideurs d’inventer de nouvelles « policy » (politiques de mise en œuvre), lorsque la loi est silencieuse. Illustrant la réactivité souvent attribuée aux autorités gestionnaires des parcs nationaux (Thompson et Garrod, 2016), l’autorité gestionnaire du parc national de Dartmoor a introduit, dans son plan de gestion en juillet 2013 une nouvelle politique de mise en œuvre : la policy DMD30 intitulée « low-impact residential development in the countryside ». Elle est directement inspirée de celle élaborée au Pays-de-Galles intitulée « One Planet Development Policy9 », une des politiques de mise en œuvre les plus détaillées pour les projets à faible impact. La DMD30 développée à Dartmoor reprend de manière substantielle la rigueur méthodologique de cette politique et fixe des critères qualitatifs et quantitatifs élevés pour qu’un projet soit autorisé. Il est attendu que 65 % des ressources alimentaires des occupants soient produits sur le site ou acquis grâce aux revenus générés sur le site (à travers l’organisation d’activités comme des enseignements). Autre critère déterminant, il est requis que le site choisi ne soit pas isolé de la continuité du bâti afin de réduire au maximum le mitage. En février 2015, l’autorisation temporaire de résidence est à nouveau arrivée à échéance et a conduit la Steward Community Woodland à déposer une nouvelle demande pour un permis légal auprès de DNPA.

30Un des tous premiers échanges avec un des membres fondateurs de la communauté a permis de résumer la manière dont les acteurs ont réorienté la cause de la lutte (Chateauraynaud, 2011a, p.18). A la question posée par le chercheur : « Mais pourquoi avez-vous choisi de vous installer dans un parc national tout en sachant très bien que les règles en matière d’urbanisme seraient beaucoup plus strictes et que votre projet avait beaucoup moins de chances d’aboutir ? ». La réponse a été donnée sans détours : « car le combat et la victoire n’en seront que plus beaux… » (Entretien n°47/72, juin 2016).

31Dès lors, au fur et à mesure que s’installait la dynamique conflictuelle, le statut du parc national de Dartmoor a évolué. Il n’était plus uniquement le support du conflit, mais bien son enjeu principal.

« Le problème avec Dartmoor, c’est que les gestionnaires tentent de le maintenir dans le même état qu’au moment de sa désignation en 1951. Ils veulent faire de Dartmoor un musée, mais Dartmoor a changé, il est constamment en train de changer. » (Entretien n°43/72, avril 2016).

32C’est donc la légitimité du contrôle du territoire et des pouvoirs exercés par l’autorité gestionnaire du parc national qui s’est progressivement imposé au cœur de la lutte (Gauchon, 2014 ; Subra, 2016) jusqu’aux dernières étapes de son dénouement dans une quatrième procédure en appel.

Des dernières étapes de la dynamique de la lutte à son dénouement.

33La restitution de la dynamique conflictuelle l’atteste : un conflit de légitimité existe car les espaces protégés anglais sont des ressources rares (Murdoch et Lowe, 2003) et il y a donc une concurrence pour leur appropriation entre des modes d’usages peu compatibles (Mormont, 2006, p. 302). Au fur et à mesure, c’est bien la renommée construite autour du label « parc national » qui a encouragé les membres à redéfinir leur lutte dans un espace supposé incarner une forme « d’exemplarité environnementale » (Laslaz, 2018). Les recherches empiriques et les entretiens semi-directifs réalisés à partir de 2016 ont permis de suivre le dénouement de cette affaire et de mettre à jour l’évolution et la redéfinition des acteurs.

La circulation des représentations socio-environnementales : une (cyber) mobilisation pour accéder à l’arène de l’audience formelle

34Afin de financer le contentieux, et contrainte par des délais de procédure, la communauté s’est engagée dans l’arène d’une cyber mobilisation pour élargir le champ de diffusion de son action (Douay, 2014).

« Nous avions besoin de £38000 pour financer la procédure en appel et les frais de représentation. Ce n’est sans doute rien pour les autorités mais pour nous c’est énorme. Nous avons reçu énormément de soutiens, ce qui prouve que notre cause est juste et que le parc doit évoluer. » (Entretien n°39/72, avril 2016).

35Dans les discours, DNPA est présentée comme étant dans une position de défense de règles urbanistiques et de valeurs environnementales jugées archaïques par les membres de la communauté et leurs supporters (Laslaz et al., 2014, p. 21). Autre critique majeure ayant justifié la cyber-mobilisation, les compétences techniques et juridiques, tout comme les moyens financiers mobilisés, et mobilisables par la société civile, sont souvent disproportionnés par rapport à celles des administrations (Charbonneau, 2004).

« Notre mode de vie et tout ce que nous avons accompli est menacé. L’autorité du parc national de Dartmoor souhaite nous évincer. Nous allons faire à nouveau appel de la décision. Notre avocat est fantastique. L’appel est bientôt, donc il va nous falloir travailler dessus. » (Entretien n°39/72, avril 2016)

36C’est d’ailleurs en s’appuyant sur cette rhétorique d’espace exclusif et sur le registre de l’éviction que la Steward Community Woodland a fondé sa cyber mobilisation comme l’illustre la figure ci-dessous : « Urgent, Our off-grid woodland community is facing eviction after 16 years of low-impact existence » (Figure 6).

Figure - Lever des fonds en jouant sur l’injustice environnementale d’une éviction de la communauté.

Figure - Lever des fonds en jouant sur l’injustice environnementale d’une éviction de la communauté.

Source : https://www.indiegogo.com/​projects/​save-steward-wood

37En fondant son action sur des revendications liées à l’environnement, la Steward Woodland Community constitue un exemple parlant de ces nouveaux mouvements sociaux qui se mobilisent lorsque des enjeux environnementaux sont identifiés (Severo et Romele, 2015). Déplacées en dehors des sphères institutionnelles, de nouvelles formes de résistances et d’alliances se sont structurées autour de cette affaire. Ainsi, avec plus de 1300 donateurs, les membres de la communauté ont réussi à rassembler £43,551 pour financer la procédure d’appel. La communauté a ainsi associé à chaque don des contreparties congruentes avec leurs objectifs (la plantation d’arbres, des expériences de survie dans la nature, le fait de renommer certaines parties du bois), achevant ainsi d’ancrer leurs représentations de l’environnement (figure 7).

Figure - Les contreparties offertes pour les dons : des indicateurs des valeurs environnementales aux fondements du projet.

Figure - Les contreparties offertes pour les dons : des indicateurs des valeurs environnementales aux fondements du projet.

Source : https://www.indiegogo.com/​projects/​save-steward-wood

38Les recherches empiriques ont montré que des alliances se sont formées avec des ménages aisés relevant de la catégorie des greentrifieurs (Smith, 1998 ; Smith et Phillips, 2001) eu égard à l’analyse de leurs profils socio-économiques, des représentations qui ont été à l’origine de leur stratégie migratoire et de leurs pratiques de l’environnement une fois installées au sein du parc national de Dartmoor. Comme en témoigne l’extrait d’entretien ci-dessous, le projet porté par la communauté fait écho aux valeurs environnementales défendues par beaucoup d’entre eux :

“Ils sont très soucieux de prendre soin de leur terre. Ils sont en conflit avec le parc national, le conflit est très violent en ce moment, avec l’appel organisé dans les locaux de l’autorité. Mon sentiment est qu’ils devraient rester, ils ont pris soin de leur bois, ils l’ont géré convenablement. Les autorités sont toujours soucieuses de ne pas créer de précédents qui pourraient se reproduire dans les autres parcs. Les Stewards ont levé des fonds pour être correctement représentés lors de l’audience en appel. On leur a donné de l’argent parce que nous soutenons leur démarche. Ils nous ont appelé « les anges de Steward ». (Entretien n°61/72, avril 2016)

39Si l’on se réfère à la figure ci-dessus, cela signifie donc que cette personne a donné la modique somme de £2500 pour soutenir le combat mené par la communauté. S’il n’est pas possible de définir l’origine géographique des dons, trois autres personnes, interrogées dans différentes parties du parc national, ont également affirmé avoir contribué, plus modestement, au financement participatif et avoir également participé à la marche organisée le 3 avril 2016 vers les quartiers centraux de DNPA, à côté de Bovey Tracey. L’objectif de cette marche pacifique était de remettre aux gestionnaires une pétition de 5500 signatures en faveur de la poursuite du projet de la communauté. Par conséquent, la publicisation croissante de la lutte menée par la Steward Woodland Community a contribué à la polarisation de nouveaux espaces et de nouveaux acteurs dans une diversité d’arènes (Rennes, 2016). Les nouveaux espaces médiatiques constituent des espaces de contre-pouvoirs structurants pour que les acteurs s’organisent (Beaude, 2012 ; Mellac et Diepart, 2017).

Visibilité des arguments à charge : laisser la parole à l’opposition pour révéler la complexité des enjeux

40Comme le souligne Éric Mollard (2012), la rigueur scientifique impose à l’analyste de donner la parole aux adversaires et de présenter les arguments à charge. En cela réside l’avantage des enquêtes de terrains car la seule prospection d’archives et l’analyse des discours rendus publics ne permet pas de saisir l’ensemble des subtilités et acteurs d’un conflit. En effet, si la communauté a recueilli un nombre important de soutiens, la rencontre à travers le parc national d’autres habitants, nouveaux ou locaux, permet de saisir l’épaisseur de la réalité des enjeux en tension dans ce territoire de nature protégée. Ainsi, certains gentrifieurs mainstream (Phillips, 1993 ; Halfacree, 2011 ; Tommasi, 2018), à l’image de ce chef d’entreprise arrivé il y a 4 ans de Bristol, perçoivent l’arrivée de cette communauté comme un risque pouvant affecter la valeur marchande de leur bien :

« J’ai acheté cette maison il y a 4 ans pour £400,000. J’ai travaillé dur pour pouvoir vivre dans un endroit comme Dartmoor. Mais eux, les Stewards, ils viennent, ils achètent un bois et ils revendiquent le droit de pouvoir vivre dans le parc national sans payer leur part à la communauté locale, sans payer les taxes que nous, nous payons. Donc oui, évidemment que je soutiens le parc national et leurs règles, elles sont faites pour tout le monde et pour être respectées. » (Entretien 25/72, avril 2016)

41S’exprimant avec plus de vigueur, c’est bien un sentiment d’injustice qui ressort, notamment de la part des populations rurales locales dont les enfants, agriculteurs travaillant dans le parc national, ne peuvent se loger en raison des coûts de l’immobilier prohibitifs. Dès lors, selon eux, l’autorisation d’ériger un nombre illimité de constructions, quelle que soit leur empreinte écologique, justifie que l’autorité gestionnaire ait prononcé l’éviction de la communauté :

« Quand je pense à mon fils par exemple qui travaille dur pour le parc national, il est agriculteur, il est utile au paysage, on a besoin de lui. Sauf que ni lui ni sa compagne n’ont les moyens d’acheter dans le parc national. Ils pourraient mettre une caravane dans un de leurs champs mais si le parc national le savait, ils seraient tout de suite forcés de l’enlever car ce n’est pas légal. Donc clairement, je ne vois pas pourquoi plusieurs personnes, qui n’apporteront jamais à Dartmoor ce que mon fils peut apporter, auraient le droit de vivre ici et pas lui. Donc oui, je suis complètement pour qu’ils partent. S’ils veulent vivre dans le parc national, qu’ils fassent comme tout le monde, qu’ils achètent une maison avec un terrain pour mettre des tentes. Mais je crois qu’après des années de conflit, ils n’ont plus d’argent. » (Entretien n°64/72, avril 2016).

« Les trois garçons de l’autre côté de la rue, ils aimeraient tous pouvoir vivre dans le parc national, c’est là où ils sont nés et où ils ont été élevés. Sauf qu’aucun d’entre eux n’a les moyens de le faire donc ils habitent tous en dehors, et c’est compliqué. Pour la communauté, si cela avait été une expérience menée dès le départ avec le parc national cela aurait été différent je pense, mais le fait qu’ils soient arrivés et se soient imposés, cela ne pouvait pas passer. Je trouve cela rassurant que le parc national soit là pour recadrer légalement tout ça. Les employés du planning ont fait un super travail. » (Entretien n°24/72, avril 2016).

42Ces quelques extraits d’entretiens révèlent ici la complexité des tensions et révèlent que le conflit n’implique pas uniquement un acteur contre l’autre. Au contraire, chacun des deux acteurs engagés dans la procédure administrative contentieuse entraîne dans son sillage un cortège d’acteurs de divers horizons qui viennent complexifier, voire intensifier, la dynamique de la lutte (Rennes, 2016).

L’audience formelle : une confrontation discursive aux allures de lutte

43L’arène des procédures administratives, et plus particulièrement des audiences formelles, a ses propres prédilections argumentatives. Il s’agit d’une procédure dire contradictoire. Le rôle des parties y est privilégié dans la mesure où elles s’affrontent publiquement à l’oral (figure 8). L’inspecteur détient un pouvoir discrétionnaire important en ce qui concerne les personnes qui peuvent intervenir lors d’une audience formelle ou d’une audience informelle. Le principe qui consiste à entendre toutes les personnes qui le demandent est fortement enraciné dans la pratique. Les audiences formelles peuvent alors devenir un véritable forum public (Booth, 2003 ; Rennes, 2016, p. 28).

Figure - L'audience formelle : la lutte orale des parties pour convaincre l'inspecteur du planning.

Figure - L'audience formelle : la lutte orale des parties pour convaincre l'inspecteur du planning.

Source : Marie Méténier

44Comme le souligne un des membres de la communauté : « bien que les audiences formelles soient très stressantes, onéreuses et nécessitent beaucoup de temps et d’énergie, c’est la meilleure chance que nous ayons pour prouver à l’inspecteur que notre cause est juste et que nous sommes soutenus, pas uniquement localement » (Entretien n°36/72, avril 2016).

45Trois semaines avant l’audience, les parties peuvent consulter l’ensemble des pièces du dossier et travailler leurs argumentaires. Début avril 2016, aucun entretien n’a pu être réalisé car les membres se préparaient pour l’audience. Comme l’a souligné un des habitants de Moretonhampstead « vous ne les verrez pas, ils se préparent pour l’assaut final contre le parc. Ils savent que les gestionnaires vont avoir de super avocats pour les défendre et convaincre l’inspecteur. Ils doivent se préparer à encaisser les coûts ». (Entretien n°18/72, avril 2016). Le vocabulaire employé lors de cet entretien permet de saisir toute l’intensité des audiences formelles et la forme de « lutte » qu’une telle procédure contradictoire peut prendre entre deux parties qui s’affrontent dans le but de convaincre l’inspecteur.

46Lors de la procédure d’appel, l’inspecteur ouvre l’audience formelle en rappelant le déroulement de la séance. En tant qu’arbitre, il est de son devoir d’entendre les différentes parties, des témoins à charge et à décharge et, comme la procédure le prévoit, d’effectuer une visite sur le site. Ce qui en l’espèce permet d’assurer une certaine égalité entre d’un côté, l’audience formelle qui se déroule dans les quartiers généraux du parc national et de l’autre, la visite sur le lieu de vie des membres de la communauté. Lors de l’audience, successivement et toujours à la requête de l’inspecteur, les parties sont invités à prendre place et à présenter successivement leurs argumentaires. Ces derniers oscillent entre différents registres d’intentions : l’argumentaire de l’avocat en charge de représenter le parc national s’est voulu offensif, précis, formel et concis. Si l’argumentaire du représentant de la communauté s’est voulu tout aussi offensif, il était possible de percevoir dans son discours la portée du registre émotionnel destiné à toucher la sensibilité et l’humanité de l’inspecteur. Comme dans une lutte sportive, l’arbitre inspecteur a invité à plusieurs reprises les témoins tiers à « continuer » lorsque ceux-ci étaient en état de confusion. D’une manière générale, l’argumentaire de la communauté a été fondé sur les valeurs environnementales défendues dès l’origine.

47Les arguments de l’autorité gestionnaire du parc national, qui n’ont en rien différé de ceux qui avaient été avancés par le passé, reposaient à titre principal sur le fait que le bois était pour tout ou partie classé conformément à la Section 3 du Wildlife and Countryside Act de 1981 et que, conformément aux objectifs statutaires des parcs nationaux fixés par le Environment Act de 1995, la matérialité du projet sur le site étaient illégales en ce qu’elles portaient atteinte aux missions de protection et de conservation des qualités spécifiques des parcs nationaux.

48Poursuivant son argumentaire, DNPA a relevé que certaines des constructions légères, qui s’étaient vu octroyées une autorisation temporaire, ont été remplacées par des structures permanentes, sans qu’aucun permis légal n’ait été obtenu. Ensuite, aucune limite n’a jamais été fixée concernant le nombre de personnes pouvant résider dans le bois de la communauté. L’autorité a considéré que les critères fixés dans la DMD30 n’avaient pas été respectés. Enfin, le mode de vie de la communauté a été jugé comme insuffisant conformément aux exigences du développement durable fixé dans le document d’orientation élaboré par le gouvernement britannique en 2010 (DEFRA, 2010, p. 5) dans la mesure où les membres de la communauté utilisent plusieurs véhicules et ont aménagé un parking à l’entrée du bois. S’il est certain que l’application des formes du développement durable ne s’est en aucun cas traduit par la disparition des véhicules, les représentations attachées à ce concept, et au mode de vie supposé en découler, a été un argument sur lequel l’autorité a pu s’appuyer pour discréditer la communauté devant l’inspecteur.

49Lors du premier jour de l’audience formelle, un formulaire papier, rédigé par l’autorité gestionnaire du parc national, récapitulant les faits, était mis à disposition du public. Ce document indiquait la position défendue par James Mclnnes, président du comité de développement pour l’ensemble des parcs nationaux anglais, qui s’est exprimé en ces termes sur cette affaire : « Il s’agit manifestement d’une nouvelle implantation résidentielle dans un parc national. En tant que telle, elle est soumise aux mêmes règles d’urbanisme applicable nationalement, que ces nouvelles constructions soient considérées comme ayant un « faible impact » ou qu’elles consistent en un plan de construction majeur porté par un promoteur immobilier. Aucune preuve n’a pu être rapportée de la nécessité de construire des logements à usage d’habitation pour assurer la gestion du bois. Notre rôle est de gérer un parc national et d’assurer que les nouveaux projets de construction et les développements sont réellement essentiels ». (26 avril 2016).

50Le système administratif anglais est éminemment pragmatique. Les inspecteurs et les décideurs publics disposent d’un large pouvoir d’appréciation, depuis longtemps inscrit dans la pratique administrative. Cela justifie donc l’attention portée par les autres autorités gestionnaires des parcs nationaux à une affaire comme celle de la Steward Community Woodland.

51Le conflit opposant la Steward Community Woodland à l’autorité gestionnaire du parc national dépassait l’échelle du conflit micro-local (Mormont, 2006) comme en témoigne cet extrait d’entretien réalisé avec les gestionnaires du parc national du Peak District.

« Oui nous avons entendu parlé de la lutte. En fait, nous suivons de très près ce qui se passe dans les autres parcs nationaux. Nous fonctionnons comme une famille de parcs, quand l’un de nous fait face à une situation conflictuelle inédite, dont l’issue peut potentiellement remettre en cause les missions qui nous sont dévolues, nous sommes très attentifs. Il va de soi qu’il est impossible pour ces individus de rester sans permis légal. » (Entretien réalisé à Bakewell, avec un des responsables du planning pour le parc national du Peak District, juin 2016).

  • 10 En effet, depuis juillet 2013, une procédure de « judicial review » doit être entamée dans les six (...)

52En août 2016, l’inspecteur du planning a officiellement rejeté l’appel formé par la communauté. Marquant la fin de la dynamique conflictuelle au sein de l’arène administrative, la communauté n’a pas souhaité poursuivre l’affaire devant les tribunaux en raison des coûts et des risques financiers qu’une telle procédure induit10.

« Steward Community Woodland a été un immense succès depuis les années 2000 malgré le contentieux qui nous a opposé à DNPA. Plusieurs milliers de visiteurs ont été inspirés et ont acquis une formidable expérience en travaillant et en apprenant à nos côtés. Malheureusement, suite à l’issue de la procédure d’appel en notre défaveur, l’autorité gestionnaire du parc national de Dartmoor a prononcé notre mise en demeure de quitter notre bois d’ici le 2 décembre 2017. Les aspects résidentiels de notre projet arrivent à leurs termes car nous ne disposons ni des ressources financières nécessaires ni de l’énergie suffisante pour poursuivre la procédure devant les tribunaux. » (Entretien n°71/72, octobre 2017).

De la tentative manquée de (ré)conciliation au dénouement de la lutte environnementale

53Entre le prononcé de la décision prise par l’inspecteur du planning et la date officielle de l’éviction, une voie alternative de conciliation a été initiée par DNPA (Depraz, 2011). Les entretiens réalisés en mai 2017 auprès des employés du parc national témoigne de la situation délicate dans laquelle se trouvaient ces fonctionnaires d’Etat, contraints par leur devoir de réserve (Mollard, 2012). Lors d’un entretien plus informel, certains d’entre eux ont manifesté leur inquiétude quant à l’éviction d’adultes et d’enfants en période hivernale et ont ainsi expliqué qu’une dernière tentative de transaction était à l’étude, en collaboration avec la communauté pour tenter de trouver une ultime solution.

54La dernière tentative de transaction portait sur la création d’un « Dartmoor Roudhouse Innovation Centre » et devait répondre aux critiques du rapport de l’inspecteur. Réalisé en collaboration avec l’autorité gestionnaire du parc national, ce projet devait constituer un exemple de la mise en œuvre appliquée de la DMD30 relative à l’habitat léger. L’objectif principal du projet résidait dans la création d’un centre pour les visiteurs du parc national sur le modèle d’un « musée vivant » dans le but de leur proposer une immersion dans les modes de vie sous l’Age de Bronze (époque dont les vestiges archéologiques sont très nombreux au sein du parc). La présentation du projet, en septembre 2017, a été accompagnée d’une demande d’autorisation temporaire de trois ans pour un nombre (non précisé) de logements abordables.

55Suite à l’examen du projet, l’autorité gestionnaire a refusé de délivrer le permis légal au motif que le projet porté par la communauté ne remplissait pas les conditions définies par la DMD 30. Dès lors, l’autorité gestionnaire a ordonné la destruction de toutes traces du projet résidentiel dans le bois occupé par la communauté d’ici le 2 décembre 2017. Cette décision a entraîné le relogement des membres de la communauté localement. En mai 2018, un entretien a permis d’en savoir plus sur ce qu’il était advenu des membres de la communauté :

« La plupart d’entre nous ont maintenant quitté le bois et trouvé des logements pour eux et leur famille à proximité. Nous nous installons progressivement dans nos nouvelles vies tout en poursuivant le démantèlement des structures sur notre site. Nous continuons d’être les propriétaires et les gardiens de notre bois et que des projets continueront de s’y tenir ». (Entretien n°72, mai 2018).

  • 11 Voir Planning Inspectorate (23 August 2007) ‘Land at Allaleigh Lane, Totnes’ pour plus de précision (...)

56De son côté, DNPA a publié en décembre 2018 la dernière version de son plan de gestion. Dans ce document, elle précise que si les « low impact development » ne sont pas explicitement mentionnés dans le National Planning Policy Framework (NPPF), la multiplication des cas, à l’échelle nationale et internationale, témoigne de l’attractivité de ce mode de vie alternatif. L’autorité gestionnaire reconnaît que de tels projets sont pertinents pour contribuer à faire progresser la recherche d’alternatives pour faire face aux changements environnementaux11. Néanmoins, l’autorité relève que selon le paragraphe 79 du NPPF, elles se doivent d’éviter les nouvelles constructions isolées dans les espaces ruraux et protégés, sauf dans certains cas exceptionnels. D’une manière générale, l’autorité admet qu’il existe des obstacles substantiels à la concrétisation de projets comme celui porté par la communauté dans la mesure où les sites sur lesquels l’impact paysager, ou sur la biodiversité, sont rares à l’intérieur des périmètres des parcs nationaux, contrairement à l’extérieur. Elle a ainsi rappelé que la politique DMD30 est appliquée pour ce genre de projet conformément à la One Planet Development policy en vigueur au Pays-de-Galles.

Conclusion

57Les conflits « donnent à voir (…) les dynamiques sociales qui structurent les groupes […] dans le temps et dans l’espace » (Lévy, in Lévy et Lussault, 2003, p.135). Il est possible d’en dire de même pour les luttes de territoire. Les deux constituent une aubaine pour le chercheur (Dupré, 2007). Néanmoins, il est possible de proposer une lecture positive de la lutte car les positions des acteurs en tension ont non seulement permis une expression exacerbée des discours (Depraz, 2011) mais ont aussi redéfini leurs rapports au parc national en entraînant avec eux tous ceux qui ont été concernés directement ou indirectement par cette affaire (Dupré, 2007, p.121). La lutte, qui était au départ micro-locale, a, au terme du processus, mobilisé un large panel d’acteurs, d’autres connaissances et d’autres arènes pour faire de ce territoire de nature protégée un espace de transaction (Laslaz et al., 2014, p. 26). Les acteurs ne sont pas les mêmes et leur relation au parc national, sinon leur propre identité, a changé (Mormont, 2006). La dynamique conflictuelle retracée tout au long de cet article démontre ainsi que ni le parc national ni les acteurs ne sont stabilisés car ils ont été et se sont redéfinis réciproquement. À plusieurs reprises dans la littérature, des critiques ont été formulées à l’encontre des politiques publiques en vigueur dans le planning system anglais qui contribuent à renforcer les inégalités sociales et les phénomènes d’exclusion en favorisant les ménages les plus aisés (Cloke, 1983 ; Little, 1987 ; Murdoch et Marsden, 2003). Dès lors, il est possible de conclure qu’en vertu des pouvoirs discrétionnaires qui lui sont conférés, l’autorité gestionnaire du parc national, a participé à orienter les mutations socio-territoriales au sein du parc national de Dartmoor. En faisant évoluer leurs politiques de mise en œuvre, les décideurs locaux ont été à même de consacrer la légitimité de certains usages sur d’autres (Mormont, 2006, p. 303). Comme le suggère Samuel Depraz (2011), les conflits environnementaux, quelles que soient leurs formes, sont des processus féconds. En s’inscrivant dans une temporalité plus longue, les luttes environnementales impulsent des dynamiques nécessaires à la « durabilité » des espaces protégés.

Merci à Fabien Cerbelaud, Assistant Ingénieur Cartographe à GEOLAB, pour son aide dans l'élaboration de la carte

Haut de page

Bibliographie

BAILONI, M., 2012, « Aménager un espace idéalisé : identité et conflits dans la campagne anglaise », Revue Géographique de l'Est, vol. 52, n°3-4, 26 p.

BEAUDE, B, 2012, Internet: Changer l'espace, changer la société, Paris, Editions FYP.

BLUNDEN, J., CURRY, N., 1990, A people's charter? Forty years of the National Parks and Access to the Countryside Act 1949, London, HMSO Publications Centre.

BOOTH, P., 2003, Planning by consent: the origins and nature of British development control, London, Routledge.

CARON, A., TORRE, A., 2002, « Les conflits d'usage et de voisinage dans les espaces ruraux : une analyse économique », in Perrier-Cornet, P. (dir.), À qui appartient l'espace rural ? Enjeux publics et politiques, éditions de l'Aube/DATAR, La Tour d'Aigues, p. 49-78.

CHARBONNEAU, S., 2004, « De l'usage médiatique du contentieux environnemental », Natures Sciences Sociétés, vol. 12, n°4, p. 430-433.

CHARLIER, B., 1999, La défense de l'environnement : entre espace et territoire, géographie des conflits environnementaux déclenchés en France depuis 1974, thèse de doctorat, Université de Pau et des pays de l'Adour, département de géographie, 753 p.

CHATEAURAYNAUD, F., 2011a, Argumenter dans un champ de forces, essai de balistique sociologique, Paris, Petra.

CLOKE, P., 1979, Key Settlements in Rural Areas, London, Methuen.

CLOKE, P., 1983, An Introduction to Rural Settlement Planning, London, Routledge.

CLOKE, P., THRIFT, N., 1987, Intra-class Conflict in Rural Areas, Journal of Rural Studies, vol. 3, n°4, p.321-333.

CULLINGWORTH, J.B. ; NADIN V., 2006, Town and country planning in the UK, 15e ed., London, Routledge.

DEFRA, 2002b, Common Land Policy Statement, Department for Environment, Food and Rural Affairs, London.

DEFRA, 2010, English National Parks and the Broads: UK Government Vision and Circular 2010, Department for Environment, Food and Rural Affairs, London.

DEPRAZ, S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Colin, coll. « U Géographie ».

DEPRAZ, S., 2011, « Les territoires de nature protégée, de la théorie participative aux pratiques de bonne gouvernance », Bulletin de l'Association de géographes français, vol. 88, n°4, p. 365-374.

DECHEZELLES, S., OLIVE, M. (dir.), 2016, « Conflits de lieux, lieux de conflits », Norois, p.238-239, norois.revues.org.5838.

DOUAY, N., 2014, « Mouvements sociaux numériques et aménagement de l'espace », Informations sociales, vol. 5, p.123-130.

DUPRE, L., 2007, « Les conflits d'environnement : entre sites et réserves », Géographie, économie, société, vol. 9, n°2, p.121-140.

GAUCHON, C., 2014, « Une composante des conflits environnementaux : la querelle de légitimité », in Laslaz, L. et al., dir., Les espaces protégés et territoires. Entre conflits et acceptation, Paris, Belin, p. 86-102.

GUYOT, S., 2015, Lignes de front, l’art et la manière de protéger la nature, HDR, Université de Limoges, 528 p.

HALFACREE, K., 2001, Going'back-to-the-land'again: extending the scope of counterurbanisation, Espace Populations Sociétés, 2001, vol. 19, n°1, p. 161-170.

HALFACREE, K., 2011, « Radical Spaces of Rural Gentrification », Planning Theory & Practice, vol. 12, n°4, p.618-625.

HODGE, I., 2016, The governance of the countryside: property, planning and policy, Cambridge, Cambridge University Press.

HOPKINS, R., 2008, The transition handbook, Totnes, Green Books.

LASLAZ, L., 2005, Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Ecrins, Mercantour) : des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, Thèse de Doctorat en Géographie, Chambéry, Université de Savoie, 2 vol., 644 p.

LASLAZ, L., 2018, « Les espaces protégés : une mise en ordre du Monde », in Arnould, P., Simon, L., Géographie des environnements, Belin, p. 194-211.

LASLAZ, L., GAUCHON, C., DUVAL, M., HERITIER, S., dir., 2014, Espaces protégés et territoires. Conflits et acceptation, Belin, coll. « Mappemonde ».

LE BERRE, M., 1995, « Territoires », in Bailly A., Ferras R., Pumain D. (dir.), Encyclopédie de géographie, Paris, Economica, p. 601-622.

LEVY, J. et LUSSAULT, M., dir., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

LITTLE, J., 1987, “Rural gentrification and the influence of local-level planning”, in Cloke, P., Rural planning: policy into action?, London, Harper and Lowe, p. 185-199.

MACEWEN, A., MACEWEN, M., 1982, National Parks: conservation or cosmetics?, London, George Allen and Unwin.

MELE, P.,2013, « Analyse des conflits et recherches françaises : le moment agonistique ? » in Melé, P., Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Presses Universitaires de Rennes, p. 21-50.

MELLAC, M., DIEPART, J.-C., 2017, « Les communs fonciers à l’ère d’internet au Cambodge, une approche par les conflits », Netcom. Réseaux, communication et territoires, n°31-1/2, p. 129-152.

MOLLARD, E., 2012, « Analyse politique du conflit environnemental », [En Ligne], http://hal.ird.fr/ird-00763512/document.

MORMONT, M., 2006, « Conflit et territorialisation », Géographie, économie, société, vol. 8, n°3, p. 299-318.

MURDOCH, J., ABRAM, S., 2002, Rationalities of Planning: Development Versus Environment in Planning for Housing, Ashgate, Aldershot.

MURDOCH, J.; LOWE, P., 2003, “The preservationist paradox: modernism, environmentalism and the politics of spatial division, Transactions of the Institute of British Geographers, vol. 28, n°3, p. 318-332.

PARSONS, D., 1980, “Rural gentrification: the influence of rural settlement planning policies, University of Sussex research papers in Geography, 37 p.

PHILLIPS, M., 1993, “Rural gentrification and the process of class colonisation, Journal of rural studies, vol. 9, n°2, p. 123-140.

RENNES, J., 2016, « Les controverses politiques et leurs frontières », Etudes de communication, n°2, p. 21-48‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬.

RICHARD, F., 2009, « La gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation ? », L’Espace Politique 9 (2003-9), mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 05 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1478 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1478.

RICHARD, F., 2017, La gentrification rurale, de l'observation du fait géographique à la circulation du concept, Université de Limoges, Habilitation à diriger des recherches, vol. 1, 227 p.

RICHARD, F., DELLIER, J., 2011b, Environnements, Migrations et recompositions sociales des campagnes limousines, l’exemple du PNR de Millevaches, Rapport d’Etude (Conseil Régional du Limousin), 197 p.

RICHARD, F., DELLIER, J., TOMMASI, G., 2014, « Migration, environnement et gentrification rurale en Montagne limousine », Journal of Alpine Research | Revue de géographie alpine, [En ligne], 102-3 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/rga/2525 ; DOI : 10.4000/rga.2525

RIPOLL, F., 2005, « S’approprier l’espace… ou contester son appropriation ? Une vue des mouvements sociaux contemporains », Norois. Environnement, aménagement, société, [En ligne], 195 | 2005/2, mis en ligne le 06 août 2008. URL : http://journals.openedition.org/norois/489 ; DOI : 10.4000/norois.489.

RIPOLL, F., 2009, « Le concept" AMAP". Promotion et mise en pratique(s) d’une nouvelle norme d’échange entre consommateurs et producteurs agricoles », Géographie et cultures, n°72, p. 99-116.

SCOTT, M., SMITH, DP., SHUCKSMITH, M., GALLENT, N., HALFACREE, K., KILPATRICK, S., JOHNS, S., VITARTAS, P., HOMISAN, M., CHERRETT T., 2011, “Interface”, Planning Theory & Practice, vol.12, n°4, p.593-635.

SEMAL, L., SZUBA, M., 2010, « Villes en transition : imaginer des relocalisations en urgence », Mouvements, n°3, p. 130-136.

SEVERO, M., ROMELE, A. (dir.), 2015, Traces numériques et territoires, Paris, Presses des Mines.

SHUCKSMITH, M., 2011, “Exclusive Rurality: Planners as Agents of Gentrification”, Planning Theory & Practice, vol. 12, n°4, p. 605-611.

SMITH, D.P., 1998, The revitalisation of the Hebden Bridge district: greentrified Pennine rurality, Thèse de doctorat, Université de Leeds, 358 p.

SMITH, D.P., PHILLIPS, D.A, 2001, “Socio-cultural representations of greentrified Pennine rurality”, Journal of Rural Studies, vol. 17, p. 457-469. DOI : 10.1016/S0743-0167(01)00014-6

SUBRA, P., 2007, Géopolitique de l'aménagement du territoire, Paris, Armand Colin.

SUBRA, P., 2016, Géopolitique locale : Territoires, acteurs, conflits, Paris, Armand Colin.

THOMPSON, N., GARROD, G., 2016, “Sustainable development in England's national parks”, in Hammer, T., Moose, I., Parks of the Future: Protected Areas in Europe Challenging Regional and Global Change, Oekom Munich, p.149-159.

TOMMASI, G., 2018, « La gentrification rurale, un regard critique sur les évolutions des campagnes françaises », Géoconfluences, [En ligne], http://geoconfluences. ens-lyon. fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/france-espaces-ruraux-periurbains/articles-scientifiques/gentrification-rurale.

TORRE, A., 2010, « Conflits environnementaux et territoires », in Zuindeau, B., Développement Durable et Territoire, Presses Universitaires du Septentrion, 518 p.

VILLENEUVE, P., TRUDELLE, C., PELLETIER, M., 2009, « Les conflits urbains : une approche analytique », Environnement urbain/Urban environment, vol. 3. DOI : https://doi.org/10.7202/044601ar

Haut de page

Notes

1 Cette recherche a été financée et réalisée dans le cadre du programme de recherche iRGENT (International rural gentrification).

2 Définies par M. Severo et A. Romele (2015) comme étant l’ensemble des publications réalisées sur des sites, blogs, périscopes et autres pages Facebook, ce que les chercheurs ont défini comme étant les soft datas.

3 Mode d’aménagement écologique du territoire, visant à concevoir des systèmes stables et autosuffisants et à produire de la nourriture en renforçant l’écosystème (Semal et Suzba, 2010, p. 131).

4 Pour le détail de la genèse de l’intentionnalité des parcs nationaux anglais, les ouvrages réalisés par Blunden et Curry (1990) ; MacEwen et MacEwen (1982) permettent de remonter chronologiquement les étapes d’un processus de création qui a été marqué par de nombreux atermoiements politiques et par des compromis entre espaces de conservation et espaces de préservation (Depraz, 2008).

5 La common law diffère du droit romain en vigueur en Europe continentale ; c’est un système de droit procédural qui assure l’équité des procès et recherche des solutions appropriées au caractère des plaintes dont les cours sont saisies (Encyclopaedia of Planning Law, London : Sweet et Maxwell, 6 vol).

6 La demande a été déposée dans les termes suivants : « low impact, sustainable development associated with agricultural/forestry enterprise incorporating educational and residential elements »

7 Il ne faut pas les confondre avec les procédures d’enquête publique prévues par le droit français.

8 Le Lord Justice Sullivan est réputé dans le domaine du droit de l’environnement notamment suite à la publication du rapport Sullivan en mai 2008, relatif aux droits d’accès à la justice environnementale en Angleterre et au Pays-De-Galles.

Report of the Working Group on Access to Environmental JusticeEnsuring Access to Environmental Justice in England and Wales (May 2008) http://www.wwf.org.uk/filelibrary/pdf/justice_report_08.pdf.

9 Welsh Assembly Government (2010) ‘Planning for Sustainable Rural Communities’.

10 En effet, depuis juillet 2013, une procédure de « judicial review » doit être entamée dans les six semaines suivant la notification du refus d’autorisation d’urbanisme et implique un recours devant les Hautes Courts (conformément à la partie 54 du Code de Procédure Civil). Or, le risque financier encouru est fortement prohibitif car une telle procédure implique non seulement des coûts de justice, des coûts de représentation mais aussi, en cas de perte du procès, les coûts engagés par les parties adverses.

11 Voir Planning Inspectorate (23 August 2007) ‘Land at Allaleigh Lane, Totnes’ pour plus de précisions.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure - Localisation de la communauté dans le parc national de Dartmoor : un territoire de nature protégée.
Crédits Réalisation : Marie Méténier, Fabien Cerbelaud, QGIS, 2019
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-1.png
Fichier image/png, 625k
Titre Figure - A l'entrée du bois, des marqueurs spatiaux indiquent aux visiteurs où se garer et présentent l'emblème de la communauté. Sur la droite, membres de la communauté et autres visiteurs rassemblés autour d'un feu dans le lieu de vie commun.
Crédits Source : Marie Méténier
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-2.png
Fichier image/png, 514k
Titre Figure - La partie habitation de la communauté. Comme indiqué sur le panneau, l'entrée n'est pas libre et, pour accéder aux habitations, un rendez-vous doit être pris avec un des membres. Les trois autres illustrations sont des exemples des types de constructions présentes sur le site. Elles cristallisent l’enjeu de la procédure administrative : s’agit-t-il de constructions temporaires ou permanentes ?
Crédits Source : Marie Méténier
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-3.png
Fichier image/png, 767k
Titre Figure - Dans le jardin partagé de la communauté : les pratiques de permaculture sont présentées comme permettant un lien harmonieux entre la nature et les individus.
Crédits Source : Marie Méténier
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-4.png
Fichier image/png, 577k
Titre Figure - Dynamique spatiale et temporelle de la lutte : un véritable "objet d'enquête".
Crédits Réalisation : Marie Méténier, 2018.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-5.png
Fichier image/png, 158k
Titre Figure - Lever des fonds en jouant sur l’injustice environnementale d’une éviction de la communauté.
Crédits Source : https://www.indiegogo.com/​projects/​save-steward-wood
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-6.png
Fichier image/png, 411k
Titre Figure - Les contreparties offertes pour les dons : des indicateurs des valeurs environnementales aux fondements du projet.
Crédits Source : https://www.indiegogo.com/​projects/​save-steward-wood
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-7.png
Fichier image/png, 281k
Titre Figure - L'audience formelle : la lutte orale des parties pour convaincre l'inspecteur du planning.
Crédits Source : Marie Méténier
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6154/img-8.png
Fichier image/png, 491k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Méténier, « Lutte environnementale dans le parc national de Dartmoor : (re)définition d’un territoire de nature protégée par la dynamique conflictuelle », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6154 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6154

Haut de page

Auteur

Marie Méténier

Doctorante – ATER
Université de Limoges, CNRS, GEOLAB
marie.metenier@unilim.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals