Navigation – Plan du site
Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales

Pratiques spatiales au nord-ouest du Zimbabwe : revendications, occupations et résistances

Spatial Practices in Northwestern Zimbabwe: Claims, Occupations and Resistance
Zénaïde Dervieux

Résumés

Aux confins frontaliers du Zimbabwe, dans le district de Hwange, les habitants des aires communales ont été expulsés de leurs terres ancestrales pendant la colonisation à des fins de production agricole et de conservation de la nature. Les inégalités spatiales qui ont résulté de cette histoire violente ont persisté, après l’indépendance, sous d’autres formes. À partir d’un terrain ethnographique conduit pendant onze mois entre 2017 et 2019 au sein de villages avoisinant le Parc national de Hwange, l’article interroge les moyens par lesquels les groupes sociaux marginalisés du district initient des formes de négociations, d’arrangements et de résistance face aux appropriations foncières étatiques et privées du siècle dernier (confiscation des terres par les différents régimes et accaparement par l’élite au pouvoir). L’analyse repose sur trois expériences microlocales à partir desquelles sont décryptées les représentations et les pratiques spatiales des villageois telles qu’appréhendées dans leur quotidien et leur vécu. L’argumentation postule qu’en situation autoritaire, ces expériences de l’espace, que seuls des matériaux empiriques collectés sur le temps long permettent de renseigner, sont autant de voies empruntées pour contester des inégalités criantes d’accès au foncier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les terres communales, qui représentent 42% du territoire national, sont propriétés de l’État et hé (...)
  • 2 Le territoire administratif du pays se découpe en provinces, elles-mêmes divisées en districts. Un (...)

1Au Zimbabwe, la perpétuation des inégalités spatiales et des résistances s’inscrit sur la longue durée et dans des contextes sociaux et politiques mouvants. Héritées de la domination coloniale, elles ont longtemps été caractérisées par un régime de discrimination raciale (Moyana, 2002). Elles résultent en effet d’une ségrégation instaurée par les premiers colons, intéressés par les terres les plus productives du pays, et la création progressive de « réserves indigènes » à partir de 1898 sur les terres les plus arides et les moins arrosées, futures terres communales1 (Foucher, 1986). En 1918, les « réserves indigènes » du district2 de Hwange, situé dans la province du Matabeleland septentrional, au nord-ouest du Zimbabwe, ne représentent que 5% de sa superficie tandis que 42% des terres autochtones est aliéné aux Européens au profit de l’exploitation d’une mine de charbon, de la création d’une ligne de chemin de fer et de la production agricole (Ncube, 2004). Considéré comme un district lointain et insalubre, infesté par la mouche tsétsé, le district reçoit un traitement différencié et plus de la moitié de sa surface est classée inaliénable par la Land Commission de 1925 (Palmer, 1977). Cette exception servira, en 1928, à déterminer l’emplacement de la première et plus grande aire protégée du pays, la Wankie Game Reserve, actuel Parc national de Hwange, générant l’éviction violente des occupants de ces terres habitées (Barbosa et al., à paraître ; McGregor, 2009 ; Ncube, 2004).

  • 3 Parmi ces obstacles, le transfert légal des terres fut freiné par l’accord de Lancaster House de 19 (...)

2À l’échelle du pays, l’accaparement des terres par les blancs fut entériné par le Land Apportionment Act de 1930 puis « ses moutures successives » en 1941, 1951 et 1969 (Compagnon, 2003). Cette question de la terre, au cœur de la mobilisation nationale, a précipité la guerre de libération, longue de dix ans, amorcée par les luttes paysannes et les partis nationalistes. À l’indépendance du Zimbabwe, en 1980, 15 millions d’hectares, soit 39% du pays, étaient consacrés à de grandes exploitations commerciales, à la tête desquelles se trouvaient seulement 6000 fermiers, blancs pour la plupart (Scoones et al., 2010, p.3). Inévitablement, les préoccupations affichées du nouveau gouvernement, le ZANU-PF, « ciblaient » la réduction des inégalités spatiales et la gestion de la pression démographique en terres communales (Cling, 2001). Mais à partir du milieu des années 1980, de nombreux facteurs de blocage enlisent les différents « projets » de réforme agraire et la situation budgétaire du pays se dégrade3 (Compagnon, 2003). Les terres sont alors progressivement accaparées par l’élite noire au pouvoir et par les anciens combattants, notamment dans le cadre de la « réforme accélérée » de 2000 et les invasions des fermes de blancs (Andrew et Sadomba, 2006). Non seulement les habitants des terres communales du district de Hwange demeurent aujourd’hui confrontés à des inégalités spatiales et environnementales criantes (Carte 1) mais doivent encore faire face à un gouvernement qui se démarque, dès son accession au pouvoir, par son autoritarisme, sa corruption et sa violence, plus spécifiquement envers les provinces éloignées du Matabeleland et du Midlands, suspectées de soutenir l’opposition (Alexander, McGregor et Ranger, 2000).

3Dès lors, ces inégalités spatiales et la relation séculaire que les habitants du district de Hwange entretiennent avec les espaces perdus pendant la période coloniale interrogent leurs représentations et leurs pratiques. Il s’agit de s’intéresser dans cet article à la façon dont ces expériences traduisent des formes de résistance invisibles et silencieuses. Dans un district situé aux marges de l’État, ces expressions, contraintes par l’effet de la situation autoritaire zimbabwéenne (Alexander, McGregor et Ranger, 2000 ; Compagnon, 2011, p. 46-79), constituent précisément l’un des répertoires d’action privilégié des villageois. En conséquence, ces pratiques sourdes et discrètes sont difficilement identifiables et portées par des populations rurales marginalisées, les moins audibles de la société. Cette entrée par les pratiques spatiales apparaît d’autant plus pertinente à mobiliser ici que l’espace matérialise en tant que tel l’enjeu des luttes. À Hwange, les revendications concernent en effet les anciens villages desquels les habitants ont été expulsés, marqués par les sites de sépultures et les sanctuaires sacrés. C’est pourquoi leur symbolique, acquise de l’histoire du territoire dans ses versions souvent concurrentes, leur confère une dimension conflictuelle particulière.

Carte 1 - Valorisation touristique du district de Hwange et inégalités spatiales.

Carte 1 - Valorisation touristique du district de Hwange et inégalités spatiales.

Réalisation : Dervieux - 2019

  • 4 Afin de respecter les normes de la CNIL, les prénoms des enquêtés ont été modifiés pour des prénoms (...)
  • 5 Près de 80 personnes (villageois, pouvoirs traditionnels et administratifs, gestionnaires environne (...)
  • 6 Le terme de « conflit » est entendu ici dans le sens d’un « rapport entre des forces opposées » imp (...)

4Dans cet article, l’analyse repose sur trois expériences microlocales à partir desquelles sont décryptées des pratiques de résistance telles qu’observées dans le quotidien et le vécu des habitants des terres communales du district de Hwange4. Les cas étudiés ont été documentés au cours d’un terrain ethnographique d’une durée totale de onze mois cumulés entre 2017 et 2019 incluant des périodes d’immersion longues dans les villages. Les données mobilisées rassemblent des observations de terrain, des parcours commentés, des espaces vécus ainsi que des récits de vie individuels et des histoires familiales5. L’approche ethnographique de ce travail s’inspire des critiques des approches de la résistance qui éclipsent la diversité des contestations locales spécifiques des individus (Ortner, 1995) et vise à saisir la dynamique et la graduation des conflits. Ce corpus permet d’avancer que la pratique du braconnage et les occupations « illégales » de propriétés privées ou domaniales sont autant de voies empruntées par les villageois pour contester des inégalités criantes d’accès au foncier et pour revendiquer des terres perdues. Les cas de conflits6 retranscrits ont ceci de commun qu’ils prennent principalement la forme de tensions et ne s’expriment qu’exceptionnellement dans la sphère publique, les discussions des villageois étant réservés aux cercles plus restreints de l’intime. En ce sens, le caractère « invisible » de la résistance se réfère moins à sa dimension sensorielle qu’à sa dimension sociale. L’article postule ainsi que les villageois, dans le cadre d’une démarche d’auto-assistance (entendue comme individuelle et collective), résistent à cet état de fait par l’insubordination mais aussi par la négociation et l’arrangement. Dans un premier temps, je propose de discuter la façon dont le prisme de la résistance est adapté à l’analyse des représentations et des pratiques spatiales en situation autoritaire (Bayart, 1976). À partir de la présentation des cas d’étude, dans une deuxième partie, je montrerai dans un troisième temps en quoi les revendications et les pratiques d’occupations traduisent des « formes de résistances paysannes » (Scott, 1985) silencieuses et spatialisées.

Résister silencieusement en situation autoritaire

5Cette première partie propose de contextualiser l’inégale répartition des terres au Zimbabwe, dans le Matabeleland septentrional et dans le district de Hwange afin d’expliciter l’enjeu d’étudier la résistance politique dans ses formes les moins visibles.

Des inégalités spatiales non considérées

6Examiner les représentations et les pratiques spatiales dans le district de Hwange implique de contextualiser la répartition des terres à l’échelle du pays et de la province. Depuis la « réforme accélérée » de 2000, déclarée « inconstitutionnelle » par la Cour Suprême de décembre 2000 (Compagnon, 2003), les propriétaires blancs ont largement été expropriés des anciennes fermes coloniales. Si l’objectif initial affiché de la « réforme » était de réinstaller des ménages ruraux sans terre et de petits producteurs des aires communales, la Nomenklatura du régime est devenue le principal bénéficiaire de ces réinstallations (Compagnon, 2011). Dans ce cadre, deux modèles de réattribution des fermes permettent d’accéder à la propriété privée : les types A1, gérées par un consortium de petits-propriétaires, et les types A2, destinées aux activités commerciales (Moyo, 2009). En parallèle, l’expérience pionnière CAMPFIRE (Communal Areas Management Programme for Indigenous Resources) s’est développée en terres communales à partir de 1989. Initiée par le gouvernement dans une optique de décentralisation, elle entendait redonner du pouvoir aux villageois ruraux mais sans qu’une redistribution des terres ne soit envisagée (Rodary, 1998). Aujourd’hui toutefois, ce programme a surtout permis de renforcer le contrôle du pouvoir central sur les terres les plus reculées du pays (Rodary, 2001). En conséquence, les inégalités dans la répartition des terres restent considérables et 70% de la population zimbabwéenne, essentiellement rurale, vit de l’agriculture de subsistance sur des terres marginales à faible potentiel agricole et de plus en plus peuplées (UNDP, 2002).

  • 7 À l’indépendance, en 1980, le gouvernement déploya des milices dans le Matabeleland et le Midlands (...)

7La province du Matabeleland septentrional, qui nous intéresse ici, compte parmi les plus pauvres du Zimbabwe (GoZ, 2006) et rassemble la plus forte concentration de personnes en situation d'insécurité alimentaire (ZimVAC, 2014). Malgré cela, le nombre de ménages réinstallés de la province sur des fermes de type A1, dans le cadre de la réforme foncière, ne s’est élevé qu’à 9 394 sur un total de 145 775, soit le plus faible des huit provinces du pays (Rukuni, Nyoni et Matondi, 2009, cité par Scoones et al., 2010, p. 7). La région, du fait de son association à un soutien historique important de l’opposition et parce qu’elle héberge de nombreux groupes linguistiques minoritaires, est fortement marginalisée par le gouvernement de la ZANU-PF (faiblesse des investissements économiques et dans des infrastructures physiques et sociales) (Muzondidya et Ndlovu-Gatsheni, 2007). À ce titre, les provinces du Matabeleland et des Midlands ont été singulièrement impactées par la violence de l’État post-indépendant dans le cadre des massacres de Gukurahundi7 visant les membres du parti de l’opposition entre 1980 et 1988. Ce sont aussi les habitants de ces terres rurales qui ont été les premières cibles des violences des périodes électorales (Compagnon, 2000), qui ont culminé en 2008 (menaces, torture, habitations brûlées) (Alexander et Tendi, 2008) et en 2013 (Alexander et McGregor, 2013).

  • 8 L’orthographe « Wankie » renvoie à la période coloniale tandis que « Hwange » traduit la réappropri (...)
  • 9 Dont le statut fut modifié pour celui de parc national en 1949 (Bromwich, 2014).

8Enfin, les enjeux fonciers dans le district de Hwange renvoient aux situations fréquentes d’exclusion des populations en périphérie des aires protégées africaines (Brockington et Igoe, 2006 ; West, Brockington et Igoe, 2006). En l’espace d’un siècle, les habitants ont été expulsés de leurs terres au profit de l’exploitation d’une mine de charbon (ouverte en 1903) mais aussi des fermes coloniales et des aires protégées, créées à dessein de conservation de la faune sauvage et de récréation touristique (chasse sportive, safari photographique) (Andersson et Cumming, 2013). Les premiers administrateurs les relocalisèrent dans des réserves indigènes (Wankie8 Native Reserve en 1918 puis les réserves additionnelles A et B en 1924), caractérisées par la pauvreté de leurs sols et dépourvues de ressources en eau superficielle (Ncube, 2004). Certaines populations résistèrent à ces expulsions, mais lorsque les aires protégées furent créées (la Wankie Game Reserve en 19289 et la forêt de Sikumi en 1968), elles durent quitter les lieux, leurs habitations ayant été brûlées sous l’autorité du premier gardien de la Game Reserve (Davison, 1967). Ces appropriations foncières étatiques et privées se poursuivirent après l’indépendance, avec une situation inchangée pour les habitants, relégués sur les terres communales, les plus arides du pays. Depuis les années 2000, les larges fermes d’élevage extensif de type A2 ne sont exploitées que par un petit nombre d’individus, principalement des hommes politiques. D’autre part, les fermes de réinstallation A1, dont ont surtout bénéficiés d’anciens combattants et des ménages sans terre des zones urbaines. Aujourd’hui pourtant, et c’est le propos de cet article, les discours et pratiques des villageois mettent en évidence qu’ils n’ont pas renoncé à leurs anciens lieux de vie.

Étudier les formes invisibles et spatialisées de la résistance

9Dans ce contexte, une lecture des pratiques locales par le prisme de la résistance invisible permet d’éclairer les comportements conscientisés de la quotidienneté, à savoir les cheminements, les parcours « plus ou moins tranquilles de l’individu ordinaire » (Di Méo, 1999). Longtemps, la résistance politique a constitué une catégorie non ambiguë, définie en opposition à la domination, elle-même entendue comme une forme relativement fixe et institutionnalisée de pouvoir (Ortner, 1995). Ces lectures de la résistance et de la domination furent éprouvées par deux contributions majeures. D’abord, le pouvoir a progressivement été appréhendé comme inhérent à toute relation sociale et politique (Foucault, 1978). Ensuite, les années 1980 ont vu abonder les ethnographies de la résistance, érigées à rebours des études agraires mettant l’accent sur les mobilisations sociales de grande ampleur et se présentant en opposition ouverte aux politiques de l’État (Moore, 1998). James Scott (1985) s’est ainsi appliqué à décrire des formes de résistance alternatives « moins organisées, plus invasives et plus quotidiennes » (Ortner, 1995, p.175) à travers l’analyse des pratiques des moins puissants :

  • 10 « Les armes ordinaires des groupes relativement impuissants […] nécessitent peu ou pas de coordinat (...)

« The ordinary weapons of relatively powerless groups […] require little or no coordination or planning; they make use of implicit understandings and informal networks; they often represent a form of individual self-help; they typically avoid any direct, symbolic confrontation with authority.10» (Scott, 1985, p. xvi).

10Ces réflexions ont eu pour effet d’intégrer au champ des études de résistance une multitude de pratiques quotidiennes ordinaires. Elles ne se sont pas cantonnées à la sociologie, à l’anthropologie et à la politique. Il y a une vingtaine d’années, la géographie anglo-saxonne s’est emparée des questions relatives au rôle de la place des lieux et aux spatialités distinctes des résistances (Pile et Keith, 1997). Parmi ces travaux, les réflexions de Moore (1997, 1998, 2005) sur les « politiques du lieu » dans les montagnes orientales du Zimbabwe ont engagé à considérer la façon dont les luttes sont territorialisées et revêtent une « politique spatiale constitutive ». Pourtant, la prise en compte de la dimension spatiale comme « élément structurant des mobilisations et des résistances » a été négligé et ces préoccupations restent encore peu considérées (Lelandais et Florin, 2016, p.12 ; Ripoll, 2008). Dans la mesure où « les lieux symboliques sont à la fois le terrain des politiques de la contestation et l’enjeu de celles-ci » (Auyero, 2005, p.131), le district de Hwange permet d’explorer des pistes de recherche sur leur instrumentalisation au service des luttes de territoire. Aussi, les lieux porteurs d’une dimension hautement symbolique, à savoir les ruines et les sites sacrés dont l’accès a été perdu, peuvent être appréhendés comme les moteurs des revendications et des pratiques de résistance.

Des conflits fonciers aux configurations différentes

11Cette partie entend illustrer, à l’aide de trois études de cas, la diversité des formes de conflits fonciers dans lesquels sont impliqués les habitants des terres communales du sud du district de Hwange (Carte 2). Ces trois cas impliquent des configurations différentes : des prétentions territoriales autour des sites sacrés et anciens villages qui se trouvent dans le Parc national de Hwange et la forêt de Sikumi ; des revendications d’accès à une source sacrée localisée dans une ancienne ferme coloniale ; et une réappropriation de terres privées par des occupations villageoises « illégales ».

Les ruines de pierres du parc, hauts-lieux des revendications collectives

12Le Parc national de Hwange recouvre une aire de 14 651 km2 non clôturée et strictement interdite aux populations riveraines. Il est cerné au nord par des fermes privées, des fermes de l’État ainsi que par des terres de safari, dépendantes de la Conservancy de Matetsi administrée par les parcs nationaux, la Zimbabwe Parks and Wildlife Management Authority (ZPWMA), et louées à des opérateurs privés de safari depuis 1973 (Games, 2014). Les forêts de Sikumi et de Ngamo, gérée par la commission forestière (Forestry Commission), sont destinées à l'extraction de bois ainsi qu'au tourisme cynégétique et photographique. Les villages, qui se trouvent en terres communales, sont séparés du parc par des fermes de chasse privées, des terres de l’État et la forêt de Sikumi qui définissent une zone tampon, non intégrée dans le plan de gestion du parc, mais qui délimite de facto un espace intermédiaire entre le parc et les villages (Guerbois et Fritz, 2017).

Carte 2 - Une diversité des conflits fonciers au sud du district de Hwange.

Carte 2 - Une diversité des conflits fonciers au sud du district de Hwange.

13L’espace du parc concentre les revendications les plus audibles formulées par les pouvoirs traditionnels et les habitants du district à l’égard des terres perdues. Ces dernières prennent appui sur les anciens villages et les ruines de pierres sèches, notamment celles de Bumbusi et Matoa, qui sont encore considérés aujourd’hui par les populations riveraines comme des sites d’importance culturelle et symbolique. Lorsqu’il évoque les sépultures des ancêtres, Jonah, membre de l’Association Culturelle Nambya, se réfère dans l’extrait suivant aux ruines de Bumbusi et Matoa qui ont constitué des capitales et des sièges décisionnels de différents leaders de régimes politiques précoloniaux Nambya. Ces deux sites sont réputés abriter plusieurs sépultures de rois de la dynastie Hwange (Hubbard et Haynes, 2012). Pour ces raisons, ces lieux devinrent avec le temps des sites religieux d’appel à la pluie (McGregor, 2005). Dans les traditions orales et les récits de vie, ils sont décrits comme des lieux stratégiques, perchés sur des collines pour leur visibilité des environs, surplombant des plaines fertiles, les vlei, qui hébergent des points d’eau et des sources privilégiées auprès desquels s’abreuve la grande faune. Du fait de leur rôle écologique et de leur intérêt touristique, ces lieux ont été les principales cibles des aménageurs du territoire. De points d’eau saisonniers, ils ont été transformés par les gestionnaires dès 1935 en zones de pompage, notamment à l’intérieur du Parc national de Hwange et dans les fermes privées afin de sédentariser les éléphants, principal attrait touristique du district (Chamaillé-Jammes, Fritz et Murindagomo, 2006).

  • 11 « Nous, les Nambya, près de 80% des Nambya, nous vivions dans l’actuel parc national. Ces espaces é (...)

[Jonah]: « We, Nambya, almost all 80% of Nambya, we used to stay in the present National Park. These areas are good for settlements. That’s where we used to stay. We never stayed in these rocky places. But when the white people said: “We want to create the biggest national park”, we were driven off from the parks, into: this arid land. By force. Hum, hum. So, most of Hwange was taken by parks. Our ancestors’ graves, they are there11. » (Entretien, novembre 2017)

  • 12 Le braconnage dans la région, faiblement documenté, revêt deux formes distinctes : le braconnage de (...)

14Aujourd’hui, ces sites sacrés composent des espaces regrettés qui alimentent les aspirations des villageois. Les pratiques autoritaires de gestion du Parc national de Hwange, malgré les objectifs du plan de gestion (Games, 2014), rendent difficile un dialogue entre les pouvoirs traditionnels et les personnels de l’aire protégée, hermétiques à leur rapport aux ruines et aux anciens villages. Dans les enquêtes, ce sont les politiques de conservation et davantage encore les pratiques coercitives de conservation qui sont mises en cause, notamment la politique du shoot-to-kill. L’insubordination s’organise alors par le biais du braconnage12 mais aussi par celui de revendications publiques, aussitôt réprimées. En mars dernier par exemple, au cours d’une réunion de villageois de Mambanje avec les gestionnaires du parc national, la police et l’association de conservation des lycaons (Painted Dog Conservation), une altercation avait éclaté. Le headman du village rappelle ici le contexte et le déroulé des évènements :

[William]: « So, the parks were talking about the park, Painted Dog (Conservation) was talking about painted dogs, police were talking about violence and all that. So, people raised a point to the parks. They raised a point where they were asking about a piece of land, specifying how many kilometers in the park they wanted. I went with them. They said: “Can’t you give us a piece of land in the park?” Then, the park said: “What for?”. They said: “No, all right, not to stay in the park. We know that we are not allowed to go back and stay. We don’t want that. Because it’s not allowed. Yes. But we want a piece of land for grazing”. »

[Question]: « So, they can do it in public? Asking for land in public? »

  • 13 [William] : « Alors, les parcs parlaient du parc, Painted Dog parlaient des chiens tachetés, la pol (...)

[William, interrompant]: « No, they don’t do that one! They don’t do it in public. They requested only: “Can we do this?”. Then the police said: “No! Not here at the meeting! You don’t do it in a meeting like this!13 » (Entretien, mai 2019)

15Cet exemple atteste des procédés discursifs par lesquels les villageois contrecarrent les arguments des gestionnaires du parc. En anticipant leur argument selon lequel personne n’a le droit de vivre dans le parc, les villageois se défendent, par une rhétorique de la négociation, en valorisant le fait qu’ils demandent seulement d’y accéder pour des besoins de pâturage. Dans le cadre d’un rassemblement destiné à leur rappeler les règles auxquels ils sont obligés, les habitants, par la revendication d’une légitimité certaine, persévèrent à formuler des réclamations. L’exemple illustre en outre la façon dont les gestionnaires cherchent à étouffer ces revendications en les réduisant au silence.

« Tshongwena », le sanctuaire au babouin blanc : historique de l’accès à un site sacré sur fond de réforme foncière

  • 14 Dans l’eau qui stagne près de la source, en amont de l’étang, se trouvent des crocodiles « traditio (...)

16Le deuxième cas est celui de la source en eau de Tshongwena, qui se trouve dans une ancienne ferme coloniale et dont l’accès pour les populations du village de Mabale a radicalement évolué au cours des périodes coloniales et postcoloniales. Considéré par les pouvoirs traditionnels comme un lieu de culte dédié aux cérémonies locales d’appel à la pluie, il est vénéré pour sa fonction écologique14. La micro-géographie de ce sanctuaire se caractérise par un cours d’eau qui prend sa source dans la montagne, alimente un petit étang, puis vient se jeter quelques dizaines de kilomètres plus au sud dans le fleuve Gwayi. L’étang se trouve cerné par deux hauts rochers blancs, presqu’identiques, qui se font face. Lors d’une visite de Tshongwena, les anciens présents (Kasha, le village head de Mabale, Mark, un membre de sa famille et Noah, un spirit medium) expliquent que le bassin abrite un grand crocodile qui dort en son fond. C’est aussi sur le plus haut des deux gros rochers que l’on peut voir, si l’on est chanceux, un grand babouin blanc sortir de l’étang et grimper jusqu’au sommet. Après avoir récité des prières à destination des esprits des ancêtres du lieu pour les remercier de leur accueil, ils se versent de l’eau sur le visage et le cou pour se porter bonheur.

17Tshongwena est le nom de l’ancien « rainmaker » (faiseur de pluie), gardien du site en charge de la conduite des cérémonies d’appel à la pluie. Tout comme Tshongwena, qui a été enterré non loin, les anciens, Kasha, Mark et Noah ont vécu ici.

  • 15 « Tshongwena, c’est notre sanctuaire traditionnel. Ici, nous venions faire pâturer notre bétail. Le (...)

[Noah]: « Tshongwena is our traditional shrine. Here, it was our grazing land. The problem is that now, we can’t come here again.15 ». (Visite du site sacré avec les anciens, juin 2018).

18Amis d’enfance, ils connaissent bien les toponymes des lieux que nous parcourrons. Ici, nous croisons la rivière Sonkonyane, qui signifie « petit veau » en Ndebele et qui a donné son nom à la vallée. Là-bas, ils venaient faire pâturer leur bétail. Ils étaient jeunes lorsqu’ils furent relocalisés dans le village de Mabale entre 1920 et 1930, au moment de la création des fermes coloniales :

  • 16 « Ce sont eux qui ont dit : “Sortez d’ici, on veut faire une ferme et mettre notre bétail ici”. Ils (...)

[Kasha]: « They are the ones who said: “People come out here, we want to make the farm and put our cattle here”. They moved out our grandparents, their villages were inside the farms.16». (Visite du site sacré avec les anciens, juin 2018).

  • 17 Les Problem Animal Control (PAC) sont un service de gestion proposé par les parcs nationaux pour co (...)

19Dans ces années-là, V.K., premier propriétaire de la ferme, y fit bâtir le Gwayi River Hotel. Les anciens se remémorent de 1947 comme une année de famine au cours de laquelle V.K. avait vendu des denrées alimentaires aux habitants du village. Il exerçait aussi des abattages d’éléphants dans le cadre de Problem Animal Control17, afin d’aider la communauté à cohabiter avec les animaux sauvages. Lorsque V.K. prit sa retraite, E.B. se retrouva à la tête de sa ferme ainsi que de son hôtel, jusqu’à ce qu’il se retire à son tour pour l’Afrique du Sud, cédant la propriété à B.D., en 1961. Toute la région que nous parcourrons était dédiée à la plantation de tabac. Les habitants du village de Mabale avaient l’habitude de traverser les champs pour accéder aux boutiques du Gwayi River Hotel et une majorité d’entre eux en âge de travailler était embauchée sur la plantation. Après avoir planté du tabac, B.D. se tourna vers l’exploitation forestière, avant de dédier sa ferme à l’élevage puis de se tourner vers la chasse au trophée.

20En 2000, la réforme foncière prend un tournant décisif avec la reprise des occupations de fermes et le lancement de la réforme accélérée par le gouvernement. Dans ce contexte, les 2800 hectares de terre de B.D. sont repris en 2003 et remis à M.M., le mari d’une ancienne ministre, en tant que terres de réinstallation de type A2. En 2010, un rapport est publié sur les propriétés détenues par des membres du parti au pouvoir révélant qu’une importante partie des fermes des blancs ont été accaparée par l’élite dirigeante. M.M. y figure. Pour les habitants du district de Hwange, les inégalités spatiales opèrent toujours, les fermiers blancs ayant été remplacés par des propriétaires absents, engagés par leurs fonctions à la capitale.

  • 18 Du fait de transformations économiques importantes, les arrangements entre fermiers commerciaux et (...)

21Ces transformations ont toutefois modifié les conditions d’accès à Tshongwena pour les villageois de Mabale. Jusqu’en 2003, l’accès au sanctuaire sacré, précieux pour la pratique des rituels d’appel à la pluie, n’avait plus été permis. Ce n’est qu’à l’arrivée du nouveau propriétaire qu’il a pu être renégocié par le chef coutumier, M.M. ayant accepté par mesure de conciliation avec les autorités traditionnelles locales18. Aujourd’hui, les anciens considèrent que le site sacré a été « récupéré » par le chef :

  • 19 « Ça appartient au chef. Nous n'avons que des conflits avec les blancs, ils ont créés une ferme, la (...)

[Kasha]: « It belongs to the Chief. We only have conflict with white people, they put a farm, the boundary is down there.19 » (Visite du site sacré avec les anciens, juin 2018).

22Kasha, en désignant ici les blancs comme les principaux instigateurs des conflits fonciers, circonscrit ces derniers à une époque révolue sans référence au propriétaire actuel noir. On peut interpréter cela de deux manières. La première possibilité est que Kasha estime que les blancs sont effectivement les seuls responsables de la situation vécue à ce jour, dès lors que ce sont eux qui ont octroyé le statut de ferme à la parcelle et qu’ils sont à la source du conflit. Mais on peut aussi supposer qu’il choisit de ne pas nommer le propriétaire actuel de la ferme pour rester consensuel dans un contexte où les rapports sont extrêmement complexifiés par le fait que la question de la propriété, qui était raciale, est désormais liée à l’exercice du pouvoir, y compris traditionnel (le Chef étant lui aussi propriétaire d’une ferme dans le district).

23Ce droit de visite à Tshongwena apparaît toutefois être une maigre victoire pour les villageois, dans un contexte où les ressources sont rares. Pour y accéder, nous avions longuement suivi une route en terre qui sert de limite entre les aires communales et la propriété de M.M. Afin de pouvoir visiter le site, situé sur ses terres d’un point de vue légal, le chef coutumier avait dû lui demander la permission, cette mesure confirmant l’état des rapports de pouvoir.

D’un accord tacite non honoré à des occupations villageoises « illégales »

  • 20 Les délimitations de cette forêt par les autorités coloniales en 1968 avaient contraint les habitan (...)
  • 21 Les pouvoirs coutumiers sont responsables de la répartition du foncier en terres communales mais le (...)

24L’étude de cas présentée ici concerne un litige entre une entité privée et des villageois. Elle est rapportée par un headman du district de Hwange, responsable d’un ward de six villages qui partage des délimitations avec la forêt de Sikumi et avec une propriété privée comprenant deux parcelles achetées par le diocèse de Hwange en 1966 et 1977 (Carte 2). En premier lieu, il est important de rappeler que la plupart des villageois impliqués dans ce conflit ont été impactés par les relocalisations forcées lors de la création de la forêt de Sikumi en 196820. La parcelle litigieuse jouxte la forêt protégée et recouvre des espaces qui étaient anciennement dédiés au pâturage du bétail pour les habitants avant la création des fermes privées et des aires de conservation. Ce cas met en interaction trois catégories de protagonistes : une entité privée, un headman, représentant du pouvoir traditionnel en charge de la répartition foncière en terres communales21, et les habitants de son village qui occupent la parcelle. L’entité privée est une école d’église, représentée par le Frère M., le Père J.A. et l’évêque du diocèse de Hwange. La reconstitution des étapes de ce conflit a pu être établie à l’aide de documents confidentiels fournis par le headman. Certains sont des contrats que lui a procurés un des hommes d’église, le frère M., qui soutient la version du headman et l’occupation villageoise dont il est question.

  • 22 « Nous voulions un lopin de terre pour y installer nos enfants et d'autres personnes.»
  • 23 « Qui vous a donc donné ce lopin de terre ? »
  • 24 Cet évènement fut relaté par l’actuel headman dans un affidavit datant de 2016.

25L’actuel headman, dans une lettre de 2015 au Ministry of lands de Bulawayo, explique qu’en 2006, le frère M., en tant que représentant de l’école d’église, aurait « donné » à son père, headman du village, une portion non utilisée de la propriété privée afin d’y construire des habitations pour ses villageois. En tant que témoin de cet accord tacite, l’actuel headman justifie cette installation par le motif suivant : « We wanted a piece of land to settle our children and others22 ». À sa suite, des familles vinrent habiter la parcelle, disposant de documents signés du chef, les y autorisant. En 2012, 44 ménages avaient établi leur propriété et leurs champs sur 100 hectares de terre de la propriété privée. La même année, l’évêque vint s’enquérir de cette occupation : « Who gave you this piece of land ?23 ». L’actuel headman raconte que des membres de l’église se présentèrent à son domicile et eurent de vifs échanges, le frère M. confirmant avoir « donné » cette parcelle à l’ancien headman24. Malheureusement pour ce dernier, le frère M. quitta le pays pour la Zambie en 2013 et ne revint jamais témoigner en faveur des villageois.

  • 25 « It is common knowledge that all communal areas in Hwange are congested. Generally the whole count (...)

26Début 2015, l’évêque de Hwange fit parvenir aux occupants de la ferme une lettre de menaces, en copie au Président de la République, les sommant de quitter les lieux sous peine d’avoir recours à la Justice et à la Zimbabwe Republic Police pour les expulser, dans un premier temps, puis détruire leurs habitations, dans un second temps, afin de les empêcher de revenir. Plus tard dans l’année, les 64 chefs de ménage qui occupaient désormais la parcelle litigieuse furent appelés à comparaitre devant la High Court de Bulawayo. Ils contactèrent alors le Land Officer du district pour identifier des espaces où déménager. La réponse de ce dernier fait état d’une surpopulation concernant les terres communales ainsi que des terres de réinstallation envisagées par les habitants25. Dans cette mesure, il propose que 100 hectares de terres domaniales à l'ouest de l’école, équivalents à ceux « colonisés » par les villageois, soient annexés à la propriété de l’école. En août 2016, le jugement rendu ignora cette proposition et se prononça en faveur de l’expulsion des occupants. Dans leur appel à la décision de la High Court, les 64 résidents désignèrent plusieurs points restés imprécis, notamment celui du statut foncier associé à la localisation de la parcelle. Ils affirmèrent aussi qu'ils ne pouvaient pas quitter les lieux compte tenu du fait qu’ils n'avaient pas de solution de logement alternative. Plusieurs injonctions à libérer la parcelle furent toutefois formulées à leur égard. Ils reçurent en août 2018 un mandat d’expulsion de la High Court de Bulawayo. Ces menaces se concrétisèrent alors : les habitants furent délocalisés par les forces de police qui leurs firent démolir eux-mêmes leurs maisons. Face à leur insuccès à garder les terres, Oscar, frère d’Olga, une ex-occupante de la parcelle litigieuse, pointe du doigt le rôle du différentiel d’éducation et de capital social opposant les villageois et les représentants de l’école :

  • 26 « Ces gens ont beaucoup d'avocats. Et tu sais, le prêtre a un diplôme, un diplôme de philosophie, d (...)

[Oscar]: « Those people have got a lot of lawyers. And you know the, the priest have got a degree of, a degree of philosophy, so… We can’t compare… You know… With me. And them. It’s not fair26. » (Entretien, mai 2019)

Des formes de résistances paysannes spatialisées

27Ces trois cas d’études fournissent des matériaux empiriques illustrant les tensions relatives aux inégalités spatiales persistantes du district à partir des revendications et des pratiques des habitants. Ils concernent des configurations diversifiées qui entrent en résonnance avec la mosaïque foncière du district et des utilisations qui en sont faites. À partir des différents cas de figure présentés, l’argument développé ici est que ces successions d’actions s’apparentent à des formes de résistance paysanne, telles que définies par Scott (1985, p. xvi).

Braconnage, revendications et occupations illégales : pratiques d’insubordination et auto-assistance collective

28Les revendications et pratiques spatiales présentées dans cet article répondent à la description des résistances qu'en fait Scott (1985) pour plusieurs raisons. Les trois cas d’étude révèlent ainsi différentes échelles de conflictualité. Souvent, les conflits ne sont pas considérés frontalement et subsistent sous la forme de tensions latentes. En ce sens, ils évoquent des « formes (plus) larvées de la colère » telles que décrites par Bonnecase (2013) au sein de la capitale nigérienne. Mais il arrive aussi que certaines situations donnent à voir une défiance délibérée de l’autorité et des règles établies. Le premier cas retranscrit assez explicitement un acte d’insubordination non coordonné et non planifié. Les villageois de Mambanje, au cours d’un rassemblement important, avaient interpellé la police et les personnels du parc de manière spontanée, conscients de ne pas respecter le protocole à suivre pour une demande de ce type, qui requiert de s’adresser aux pouvoirs traditionnels.

29Ces pratiques sont aussi gouvernées par une démarche d’auto-assistance individuelle et collective. Le problème de la (non)disponibilité des terres émerge des conflits dans les trois cas. Les prises de décision et les risques engagés par les villageois répondent en partie à un besoin spécifique d’accéder à des terres pour installer leurs maisons, cultiver une parcelle, collecter du bois et faire pâturer leur bétail. La question de l’accès aux pâturages est d’ailleurs systématiquement évoquée. C'est aussi ce que concède, dans le cas de l’occupation de la parcelle litigieuse, le Land Officer du district de Hwange dans l’état des lieux qu'il dresse de la disponibilité des espaces dédiés aux populations : les terres communales sont surpeuplées et les propositions de réinstallations dans le cadre de la réforme agraire apparaissent tout aussi limitées. L’une des conséquences de cette situation est que les villageois, dans une démarche d'auto-assistance exprimée avant tout par le collectif, identifient eux-mêmes des solutions alternatives en ciblant des espaces interstitiels où les capacités de contrôle de l’État sont moins fortes.

30Dans le même mouvement, les villageois évitent la confrontation directe avec l'autorité, incarnée à Hwange à la fois par la police et les parcs nationaux, en tant que gardiens armés des terres de l'État et de sa faune sauvage (Duffy, 2000). Par exemple, les interactions illégales avec le parc se limitent au braconnage et les prétentions territoriales, à destination du parc, sont formulées sans grand espoir de concrétisation. Oscar, dans l’extrait suivant, se réfère au gouvernement et à la police. Il insiste sur la façon dont il est difficile pour les habitants de rendre audibles leurs positions :

  • 27 « On est dominé. On ne peut pas s'exprimer parce qu'on nous dira « Non ». Parce que si tu élèves ta (...)

[Oscar]: « We are overpowered. We cannot voice out because one will say “no”. Because if you, you voice out, they will say “Who are you?”. Yeah. Even if I, I’m a village head. If the people come they say: “No, you won’t do anything”. You see what I mean ?27 » (Entretien, mai 2019)

  • 28 Son frère, Oscar, désapprouve le choix de sa sœur de s’être réinstallée là-bas entre 2012 et 2018 :(...)

31Ces exemples attestent que les successions d’actions, comme celles des occupations « illégales », sont d’abord motivées à l’échelle de la collectivité. Il y a encore quelques mois, le headman, dans l’expectative d’une réponse positive de la High Court de Bulawayo, projetait déjà l’occupation de terres adjacentes à la parcelle litigieuse pour y réinstaller d’autres villageois (Carte 3). À l’échelle individuelle, les enquêtes mettent aussi en évidence que ces décisions s’insèrent dans des trajectoires de vie singulières. C’est notamment le cas d’Olga, une ex-occupante de la parcelle litigieuse, expulsée en août 2018. Septuagénaire née dans l’actuelle forêt de Sikumi en 1944, un village qui s’appelait alors Old Jwape, elle vivait encore à Magoli il y a quelques années près des maisons de ses frères et sœurs (là où ils avaient été relocalisés en 1968, lors de la création de la forêt). En 2012, elle avait saisi l’opportunité de se rapprocher de son ancien village et de la sépulture de son père, y installer un habitat pour elle-même et ses fils, ainsi qu’un champ de case accolé à sa maison mais fut expulsée de la parcelle en 2018 et dut retourner vivre avec ses frères et sœurs à Magoli28.

Carte 3 - Résidences principales d’Olga au cours de sa vie.

Carte 3 - Résidences principales d’Olga au cours de sa vie.

Utiliser le foncier dans un climat d’incertitude : des arrangements formels et informels

32Parmi les cas présentés, se pose aussi la question de l’incertitude quant au statut foncier des terres concernées et des droits d’accès auxquels peuvent prétendre les populations locales. Or depuis l’indépendance, la catégorisation des terres et leur utilisation ont été profondément modifiées au Zimbabwe. Les années 1990 ont vu se développer différents types d’arrangements entre les fermiers commerciaux et les habitants des terres communales tandis qu’ils se reconvertissaient à la « culture de produits d’exportation rentables (tels que le tabac et les fleurs) et à l’élevage de gibier en ranch » ou laissaient encore « des terres inexploitées afin de protéger de la faune sauvage » (Andrew et Sadomba, 2006, p.9). Les délimitations entre les terres communales et celles de l'État se sont notamment estompées à mesure de la propagation des systèmes de partage des ressources naturelles (via la Commission forestière et le programme CAMPFIRE) (Scoones et al., 2010). Ces processus ont eu pour effet que les distinctions spatiales, si figées sur les cartes de l'utilisation des terres pendant la colonisation, ont perdu de leur traduction concrète localement. La réforme foncière de 2000 a également contribué à la confusion générale, certaines fermes occupées n’ayant pas fait l’objet de procédures officielles, d’autres ayant été « incluses dans un décret d’expropriation sans jamais avoir été occupées » (Compagon, 2003, p. 7). Un certain nombre d'autorités traditionnelles ont ainsi vu dans la réforme l'occasion de « revenir » sur leurs terres ancestrales, aliénées pendant la période coloniale, renégocier leurs frontières et refondre leur autorité via les nouvelles réinstallations (Mombeshora et Le Bel, 2009 ; Mujere, 2001).

33Dans ce climat d’incertitude, les trois cas d’étude mettent en avant plusieurs types d’arrangements que les habitants initient en fonction de leurs différents interlocuteurs, instances étatiques et propriétaires terriens. Ce n’est pas systématique mais ces ententes à l’amiable sont parfois le résultat d’une forme d’insubordination. C’est le cas de l’exemple de Mambanje et des accords convenus avec la forêt de Sikumi en 1994, lorsque les villageois avaient enfreint les interdictions d’accès à la forêt. Par contre, les droits de visite au site sacré de Tshongwena sont le produit de négociations qui ont été engagées par les pouvoirs traditionnels avec le nouveau propriétaire de la ferme. De la même manière, l’accord tacite entre l’ancien headman et l’homme d’église, qui n’est plus respecté aujourd’hui, avait permis de renégocier une installation sur d’anciennes aires de pâturage.

  • 29 Notamment par le biais de mesures menées dans le cadre du programme CAMPFIRE.
  • 30 https://www.chronicle.co.zw/nalitali-ruins-among-67-threatened-heritage-sites/. En 2011, le projet (...)

34Dans le cadre des revendications adressées aux aires protégées, deux types de situations ont pu être dégagés. Pour ce qui est du Parc national de Hwange, la création du parc, établi sur des terres habitées, a été à l’origine d’évictions violentes qui ont conduit à marginaliser les habitants de leurs territoires (Ncube, 2004). Aujourd’hui, la concertation locale n’apparaît pas être une priorité des gestionnaires et ce, malgré l’ambitieux Collaborative Management Plan du plan de gestion établi pour la décennie 2016-2026. Ses objectifs visent à améliorer l’implication des populations locales à la gestion de l’aire protégée notamment par la documentation de leurs savoirs écologiques locaux et la caractérisation de leurs interactions avec les ruines situées à l'intérieur du parc (Games, 2014). Malgré ce document pourtant, les pratiques effectives du personnel manifestent une absence de considération des valeurs et des connaissances des habitants des terres communales riveraines. Aucune action ne semble être entreprise afin d’appliquer ce programme, à l’exception d’actions ciblées visant à solutionner les conflits homme-faune29. Bien que les ruines de Bumbusi soient reconnues « Monument national » depuis 1947 et apparaissent sur la liste des 100 sites patrimoniaux les plus menacés du monde30, elles sont laissées à l’abandon et à la destruction par les éléphants. En même temps, l’autoritarisme dans la gestion du parc national s’exprime par la répression violente du braconnage et des réunions sont fréquemment organisées par la police et les parcs nationaux pour rappeler les interdictions relatives à l’aire protégée et les peines encourues :

  • 31 « Il y a eu tout un programme de la police, la semaine dernière, au sujet du parc. Ils dirent aux g (...)

[William]: « There was a big program of the police, last week, about the park, telling the people that they don’t want anybody in the park. They said: “We don’t want you (in the park). That’s why we are shooting: we shoot you if we find you”.31 » (Entretien, mai 2019)

35Dans le cas de la forêt de Sikumi, le statut de l’aire protégée, de la catégorie VI de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), prévoit une communication entre les gestionnaires et les habitants riverains de la forêt. À cet égard, le positionnement du gestionnaire de la Commission forestière vis-à-vis des habitants dénote une certaine tolérance. La souplesse de l’institution avait déjà permis, dans l’histoire, aux villageois de négocier certains droits d’accès avec la Commission forestière de Sikumi, en 1994, en réponse aux sècheresses du début des années 1990 afin de pouvoir conduire leur bétail pour accéder à l’eau et à ses pâturages sur les trois premiers kilomètres depuis la lisière de la forêt. Ces accords avaient été conclus après que les habitants aient, à plusieurs reprises, pénétrés la forêt illégalement, et inspirent aujourd’hui certaines revendications. C’est ce qui est sous-jacent à la requête émise par les villageois de Mambanje au cours de la réunion avec les parcs. Elle est formulée en effet dans les mêmes termes, la demande concernant un accès à plusieurs kilomètres du parc pour les besoins de pâturage.

Conclusion

36Les cas d'étude présentés dans cet article fournissent des matériaux empiriques sur la diversité des discours et des pratiques spatialisées qui retranscrivent des négociations, des arrangements et des résistances face aux inégalités d'accès au foncier dans le district de Hwange. Ces pratiques paysannes ont pour intérêt de contribuer à la complexité des débats déjà amorcés sur la question foncière à l'échelle du pays. Ce faisant, elles ne participent pas qu'à documenter les « infrapolitiques » (Scott, 1990) relatives aux inégalités spatiales mais engagent aussi à prendre en considération leur articulation avec les enjeux de conservation, illustrée par l’avènement du programme CAMPFIRE. À l’époque, en effet, le gouvernement avait tenté de limiter la question de la pression humaine en terres communales (qui soulève des enjeux de justice spatiale inhérents à la question coloniale) non pas par la redistribution de terres mais par la compensation économique, c’est-à-dire en faisant bénéficier les habitants des revenus générés par la faune sauvage. Ces résistances locales permettent d'évaluer que cette solution du gouvernement, qui a fonctionné un temps dans certains districts avant que les recettes ne s’effondrent avec la crise des années 2000, ne suffit plus à Hwange où les inégalités continuent à alimenter des revendications plus ou moins frontales.

37Enfin, il est important de spécifier que ces prétentions territoriales, en s’articulant autour de sites sacrés et de sépultures d’ancêtres décédés, entrent souvent en concurrence entre clans et lignages au sein de la communauté étudiée. Les cas présentés ici s’attachent à clarifier les interactions entre habitants des terres communales et ceux qui se sont accaparés les terres (interlocuteurs étatiques et privés) mais l’analyse portée sur les revendications territoriales doit également mettre en lumière les processus intrinsèques à la société étudiée. Si ces prétentions ont toutes en commun l’instrumentalisation de sites sacrés pour attester d’un établissement ancien, elles recouvrent aussi des luttes d’influence entre pouvoirs traditionnels, représentants des wards et des chefferies, qui s’emploient à des relectures de l’histoire pour légitimer leurs droits d’accès. Ces procédés invitent à interroger davantage les représentations qu’ont les habitants des lieux qu’ils occupaient anciennement et de ceux qu’ils occupent aujourd’hui.

Je remercie sincèrement les personnes qui ont permis de faire évoluer cet article par des conversations informelles, des relectures ou encore dans le cadre de la 8ème Édition des Journées Doctorales du Pôle foncier.

Haut de page

Bibliographie

ALEXANDER, J., MCGREGOR, J., 2013, « Introduction: politics, patronage and violence in Zimbabwe », Journal of Southern African Studies, 39, 4, p. 749-763.

ALEXANDER, J., MCGREGOR, J., RANGER, T.O., 2000, Violence and memory: One hundred years in the 'dark forests' of Matabeleland, Zimbabwe, Heinemann and James Currey.

ALEXANDER, J., TENDI, B.M., 2008, « La violence et les urnes : le Zimbabwe en 2008 », Politique africaine, 3, p. 111-129.

ANDERSSON, J.A., CUMMING, D.H.M., 2013, “Boundary formation and TFCAs”, in Andersson, J.A., De Garine-Wichatitsky, M., Cumming, D.H.M., Dzingirai, V., Giller, K.E., 2013, Transfrontier conservation areas: People living on the edge, Londres, Earthscan Publications.

ANDREW, N., SADOMBA, W., 2006, « Zimbabwe : la ‘soif de terres’ aux origines du mouvement des anciens combattants », Critique internationale, 2, p. 125-144.

AUYERO, J., 2005, « L’espace des luttes », Actes de la recherche en sciences sociales, 5, p. 122-132.

BARBOSA, J., BELAÏDI, N., CANOVAS, J., FRITZ, G., FRITZ, J.C., 2019 (à paraître), « Les parcs transfrontaliers pour la paix : un instrument favorable à l’intégration régionale des peuples autochtones ? Réflexions à partir du Kavango-Zambezi Transfrontier Conservation Area et de la question du peuple Nambya », in Hervé-Fournerau, N., Theriault, S. (dir.), Peuples autochtones et intégrations régionales : pour une durabilité repensée des ressources naturelles, de la biodiversité et des services écosystémiques, Bruxelles, Larcier.

BAYART, J.F., 1976, « L’analyse des situations autoritaires : étude bibliographique », Revue française de science politique, 26, p. 483-520.

BONNECASE, V., 2013, « Politique des prix, vie chère et contestation sociale à Niamey : quels répertoires locaux de la colère ? », Politique africaine, 2, p. 89-111.

BROCKINGTON, D., IGOE, J., 2006, « Eviction for conservation: a global overview », Conservation and society, p. 424-470.

BROMWICH, M., 2014, National Parks and Wildlife Management, Rhodesia and Zimbabwe, 1928-1990: An Historical and Anecdotal Account by Those Who Served, Hong Kong, Bromwich.

CCJP (Catholic Commission for Justice and Peace), LRF (Legal Resources Foundation), 2007, Gukurahundi in Zimbabwe: A report on the disturbances in Matabeleland and the Midlands, 1980-1988, Johannesburg, Jacana Media.

CHAMAILLÉ-JAMMES, S., FRITZ, H., MURINDAGOMO, F., 2006, « Spatial patterns of the NDVI–rainfall relationship at the seasonal and interannual time scales in an African savanna », International Journal of Remote Sensing, 27, 23, p. 5185-5200.

CHEATER, A., 1990, « The ideology of ‘communal’ land tenure in Zimbabwe: Mythogenesis enacted? », Africa, 60, 2, p. 188-206.

CLING, J.P., 2001, « Réforme agraire et démagogie électorale au Zimbabwe », Afrique contemporaine, p. 64-75.

COMPAGNON, D., 2000, « Terrorisme électoral au Zimbabwe », Politique africaine, 2, p. 180-190.

COMPAGNON, D., 2003, « La prétendue ‘réforme agraire’ au Zimbabwe : à qui profite le crime ?», Études, 3, 398, p. 297-307.

COMPAGNON, D., 2011, A Predictable Tragedy: Robert Mugabe and the Collapse of Zimbabwe, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

DAVISON, T., 1967, Wankie: The story of a great game reserve, Cape Town, Books of Africa.

DI MÉO, 1999, « Géographies tranquilles du quotidien. Une analyse de la contribution des sciences sociales et de la géographie à l’étude des pratiques spatiales », Cahiers de géographie du Québec, 43, 118, p. 75-93.

DUFFY, E., 2000, Killing for conservation: Wildlife policy in Zimbabwe, Oxford, James Currey Ltd.

FOUCAULT, M., 1978, Histoire de la sexualité : La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCHER, M., 1986, « De la Rhodésie au Zimbabwe, ou le foncier comme héritage », Politique Africaine, 21, p. 37-53.

GAMES, I., 2014, Hwange National Park: General Management Plan, 2016-2026, Harare, ZPWMA.

GOZ (Government of Zimbabwe), 2006, Zimbabwe 2003 Poverty Assessment Study Survey Summary (PASS) Report, Harare, Ministry of Public Service, Labour and Social Welfare.

GUERBOIS, C., FRITZ, H., 2017, « Patterns and perceived sustainability of provisioning ecosystem services on the edge of a protected area in times of crisis », Ecosystem services, 28, p. 196-206.

HELLIKER, K., MURISA, T., 2011, Land struggles and civil society in Southern Africa, Trenton, Africa World Press.

HUBBARD, P., HAYNES, G., 2012, « Mtoa ruins, Hwange National Park, Zimbabwe », Zimbabwean Prehistory, 30, p. 25-33.

LELANDAIS, G.E., FLORIN, B., 2016, « Pratiques sociales et spatiales de résistances discrètes dans la ville‪ », Cultures Conflits, 1, p. 7-17.

‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬MCGREGOR, J., 2005, « The social life of ruins: Sites of memory and the politics of a Zimbabwean periphery », Journal of Historical Geography, 31, 2, p. 316-337.

MCGREGOR, J., 2009, Crossing the Zambezi: The politics of landscape on a central African frontier, James Currey.

MOMBESHORA, S., LE BEL, S., 2009, « Parks-people conflicts: the case of Gonarezhou National Park and the Chitsa community in south-east Zimbabwe », Biodiversity and Conservation, 18, 10, p. 2601-2623.

MOORE, D.S., 1997, « Remapping resistance: ground for struggle and the politics of place », in Pile, S., Keith, M., 1997, Geographies of resistance, Routledge.

MOORE, D.S., 1998, « Subaltern struggles and the politics of place: Remapping resistance in Zimbabwe's Eastern Highlands », Cultural Anthropology, 13, 3, p. 344-381.

MOORE, D.S., 2005, Suffering for territory: Race, place, and power in Zimbabwe, Duke University Press.

MOYANA, H.V., 2002, The political economy of land in Zimbabwe, Gweru, Mambo Press.

MOYO, S., CHAMBATI, W., MURISA, T., SIZIBA, D., DANGWA, C., MUJEYI, K., NYONI, N., 2009, Fast track land reform baseline survey in Zimbabwe: Trends and tendencies, 2005/06, Harare, African Institute of Agrarian Studies.

MUJERE, J., 2011, « Land, graves and belonging: Land reform and the politics of belonging in newly resettled farms in Gutu, 2000-2009 », Journal of Peasant Studies, 38, 5, p. 1123-1144.

MUSHONGA, T., 2018, Militarisation of conservation, violence and local people: the case of Sikumi Forest Reserve in Zimbabwe, Doctoral dissertation, University of Cape Town.

MUZONDIDYA, J., NDLOVU-GATSHENI S., 2007, « ‘Echoing silences': Ethnicity in post-colonial Zimbabwe, 1980-2007 », African Journal on Conflict Resolution, 7, 2, p. 275-297.

NCUBE, G.T., 2004, A history of Northwestern Zimbabwe, 1850-1960, Gweru, Mambo Press.

ORTNER, S.B., 1995, « Resistance and the problem of ethnographic refusal », Comparative studies in society and history, 37, 1, p. 173-193.

PALMER, R.H., 1977, Land and racial domination in Rhodesia, Heinemann Educational Publishers.

PILE, S., KEITH, M., 1997, Geographies of resistance, Routledge.

RICARD-LANATA, X., 2007, « La carte des esprits de la moyenne vallée du Zambèze », Mappemonde, 86, 2.

RICHARD, Y., 2004, « Conflit », Hypergéo.

RIPOLL, F., 2008, « Espaces et stratégies de résistance : répertoires d'action collective dans la France contemporaine », Espaces et sociétés, 3, p. 83-97.

RODARY, E., 1998, « De la conservation participative à la promotion de l'économie libérale : les politiques de conservation de la faune en Zambie et au Zimbabwe », Politique africaine, 72, p. 113-129.

RODARY, E., 2001, « Les espaces naturels : l'aménagement par la participation ? Mise en réseau et territorialisation des politiques de conservation de la faune en Zambie et au Zimbabwe », Doctoral dissertation, Orléans.

RUKUNI, M., NYONI, J., MATONDI, P., 2009, Policy options for optimisation of the use of land for agricultural productivity and production in Zimbabwe, World Bank, Harare.

SCOONES, I., MARONGWE, N., MAVEDZENGE, B., MAHENEHENE, J., MURIMBARIMBA, F., SUKUME, C., 2010, Zimbabwe’s land reform: Myths and realities, Weaver Press, Harare.

SCOTT, J.C., 1985, Weapons of the weak: Everyday forms of peasant resistance, New Haven, Yale University Press.

SCOTT, J.C., 1990, Domination and the arts of resistance: Hidden transcripts, New Haven, Yale University Press.

UNDP, 2002, Zimbabwe land reform and resettlement: Assessment and suggested framework for the future, Interim Mission Report.

WEST, P., IGOE, J., BROCKINGTON, D., 2006, « Parks and peoples: the social impact of protected areas », Annu. Rev. Anthropol, 35, p. 251-277.

ZIMVAC (Zimbabwe Vulnerability Assessment Committee), 2014, Rural livelihoods assessment report.

Haut de page

Notes

1 Les terres communales, qui représentent 42% du territoire national, sont propriétés de l’État et hébergent environ 60% de la population zimbabwéenne (Cheater, 1990).

2 Le territoire administratif du pays se découpe en provinces, elles-mêmes divisées en districts. Un district est délimité en plusieurs wards, à la tête desquelles se trouvent plusieurs chefs coutumiers. Chaque ward, subdivisé en six villages, est représenté par un headman et par un conseiller municipal et chaque village est géré par un village head (chef de village).

3 Parmi ces obstacles, le transfert légal des terres fut freiné par l’accord de Lancaster House de 1979 qui protégeait les fermiers blancs pendant 10 ans et n’autorisait le rachat des terres par le gouvernement qu’au prix du marché et selon le principe de « l’assentiment du vendeur et de l’acheteur » (Andrew et Sadomba, 2006) mais c’est surtout l’absence de volonté du gouvernement qui représenta un facteur d’échec majeur (Compagnon, 2011). Les occupations sauvages de fermes des années 2000, fortement médiatisées (Helliker et Murisa, 2011), furent orchestrées par Mugabe pour assurer la rétention du pouvoir par la ZANU-PF (Compagnon, 2011).

4 Afin de respecter les normes de la CNIL, les prénoms des enquêtés ont été modifiés pour des prénoms fictifs et seules les initiales des noms mentionnés dans les récits ont été conservés.

5 Près de 80 personnes (villageois, pouvoirs traditionnels et administratifs, gestionnaires environnementaux) ont contribué à cette enquête. Les entretiens semi-directifs (longs de 2 heures en moyenne) ont été conduits en anglais et ont été retranscrits à l’aide d’un enregistreur. Les entretiens sur les espaces vécus étaient suivis, lorsque la personne était disponible, d’une marche commentée qui durait entre 1 à 5 heures.

6 Le terme de « conflit » est entendu ici dans le sens d’un « rapport entre des forces opposées » impliquant plusieurs acteurs et différents types de conflictualité, variant « du désaccord à la tension et à la violence » (Richard, 2004). Les dimensions conflictuelles du territoire n’ont pas pu être nettement délimitées dès les premiers terrains de recherche. Ce n’est que dans un second temps du protocole, à force de visites répétées auprès des villageois et de longues marches à leurs côtés que certains espaces se sont révélés être l’objet de conflit.

7 À l’indépendance, en 1980, le gouvernement déploya des milices dans le Matabeleland et le Midlands qui massacrèrent des civils soupçonnés de soutenir l’opposition, la ZAPU. Selon les estimations, les massacres de Gukurahundi, perpétrés par une unité militaire spéciale du ZANU-PF, la 5ème brigade, seraient responsables de la mort de 6 000 civils (CCJP/LRF, 2007).

8 L’orthographe « Wankie » renvoie à la période coloniale tandis que « Hwange » traduit la réappropriation locale des toponymes concomitante à la fin de la colonisation.

9 Dont le statut fut modifié pour celui de parc national en 1949 (Bromwich, 2014).

10 « Les armes ordinaires des groupes relativement impuissants […] nécessitent peu ou pas de coordination ou de planification ; font appel à des compréhensions implicites et à des réseaux informels ; représentent souvent une forme d’auto-assistance individuelle; évitent généralement toute confrontation directe et symbolique avec le pouvoir.» (Scott, 1985, p. xvi).

11 « Nous, les Nambya, près de 80% des Nambya, nous vivions dans l’actuel parc national. Ces espaces étaient adaptés à l’installation humaine. C’est là-bas que nous vivions. Nous ne nous sommes jamais installés dans ces zones rocheuses. Mais lorsque les blancs ont dit “Nous voulons créer le plus grand parc national”, nous avons été chassés du parc pour ces terres arides. Par la force. Hum, hum. Donc la plupart de Hwange fut accaparée par les parcs. Les tombes de nos ancêtres, elles s’y trouvent.»

12 Le braconnage dans la région, faiblement documenté, revêt deux formes distinctes : le braconnage de subsistance (qui concerne principalement la viande et le bois de chauffe) et le braconnage commercial (qui est inséré dans des trafics internationaux et cible davantage les parties non comestibles des animaux comme les cornes de rhinocéros ou les défenses d’éléphants) (Games, 2014). Ce dernier, souvent armé, est utilisé pour justifier le recours aux stratégies et technologies paramilitaires par le personnel du parc et de la forêt (Mushonga, 2018) et la répression armée des populations locales (Duffy, 2000 : 43-66).

13 [William] : « Alors, les parcs parlaient du parc, Painted Dog parlaient des chiens tachetés, la police parlait de violence et tout ça. Puis, les gens ont soulevé un point aux parcs. Ils leur ont demandé un lopin de terre, en précisant combien de kilomètres ils voulaient obtenir dans le parc. Je suis allé avec eux. Ils ont dit : “Vous ne pouvez pas nous donner une parcelle dans le parc ?” Le parc a répondu : “Pour quoi faire ?”. Ils ont dit : “Alors non, d'accord, pas pour aller vivre dans le parc. Nous savons que nous n'avons pas le droit d'y retourner et d'y vivre. Ce n'est pas ce que nous voulons. Parce que c'est interdit. D’accord, mais nous voulons un lopin de terre pour le pâturage”. »

[Question] : « Alors, ils peuvent le faire en public ? Demander un terrain en public ? »

[William, interrompant] : « Non, ils ne le font pas ! Ils ne le font pas en public. Ils ont seulement demandé : “Pouvons-nous le faire ?”. Mais la police a répondu : “Non ! Pas ici en réunion ! On ne fait pas ça dans une réunion comme celle-ci !” »

14 Dans l’eau qui stagne près de la source, en amont de l’étang, se trouvent des crocodiles « traditionnels » qui préservent la pérennité de la source en eau. [Mark]: « We can say they are traditional because they are keeping the traditional pool. That’s why water won’t be put dry. That’s why there is always water. You can kill them, but you’ll find this place dry. » (Visite du site sacré avec les anciens, juin 2018).

15 « Tshongwena, c’est notre sanctuaire traditionnel. Ici, nous venions faire pâturer notre bétail. Le problème, c'est que l'on ne peut plus y revenir. ». Dans cet extrait, ils évoquent la perte de l’accès aux aires de pâturages au moment de la création des fermes coloniales.

16 « Ce sont eux qui ont dit : “Sortez d’ici, on veut faire une ferme et mettre notre bétail ici”. Ils ont déplacé nos grands-parents, leurs villages se trouvaient à l'intérieur des fermes. ».

17 Les Problem Animal Control (PAC) sont un service de gestion proposé par les parcs nationaux pour contrôler les animaux qui endommagent les cultures des villageois vivant à proximité des aires protégées. Ils constituent un moyen de fournir de la viande de brousse aux habitants.

18 Du fait de transformations économiques importantes, les arrangements entre fermiers commerciaux et habitants des terres communales avaient émergé au Zimbabwe dans les années 1990 et ont continué « dans un esprit de bon voisinage » ou afin de « garantir la paix » (Scoones et al., 2010, p.19).

19 « Ça appartient au chef. Nous n'avons que des conflits avec les blancs, ils ont créés une ferme, la délimitation est par là-bas.»

20 Les délimitations de cette forêt par les autorités coloniales en 1968 avaient contraint les habitants qui y vivaient à s’établir à l’extérieur.

21 Les pouvoirs coutumiers sont responsables de la répartition du foncier en terres communales mais le conseil de district est la seule autorité habilitée à délivrer des certificats fonciers (Ricard-Larnata, 2007).

22 « Nous voulions un lopin de terre pour y installer nos enfants et d'autres personnes.»

23 « Qui vous a donc donné ce lopin de terre ? »

24 Cet évènement fut relaté par l’actuel headman dans un affidavit datant de 2016.

25 « It is common knowledge that all communal areas in Hwange are congested. Generally the whole country communal areas are congested. » (Visite du site sacré avec les anciens, juin 2018).

26 « Ces gens ont beaucoup d'avocats. Et tu sais, le prêtre a un diplôme, un diplôme de philosophie, donc... On ne peut pas comparer... Tu sais... Entre moi et eux. Ce n'est pas juste. »

27 « On est dominé. On ne peut pas s'exprimer parce qu'on nous dira « Non ». Parce que si tu élèves ta voix, ils te diront : « Qui es-tu ? ». Oui. Même si je suis chef de village. Si les gens viennent les voir, ils te disent « Non, tu ne feras rien ». Tu vois ce que je veux dire ? »

28 Son frère, Oscar, désapprouve le choix de sa sœur de s’être réinstallée là-bas entre 2012 et 2018 : « But unfortunately, in that area... You have been that side, where you saw that tree. So, we evacuated in the same place. So, how could those people go and stay there again? When we left there in 1968 to this place. So, how can one go again when this place has been… Prohibited. Ah… It was just a forcing matter anyway. To say: “Ah, we are staying by force where nobody just can”. So, now they evacuated the wrong way…».

29 Notamment par le biais de mesures menées dans le cadre du programme CAMPFIRE.

30 https://www.chronicle.co.zw/nalitali-ruins-among-67-threatened-heritage-sites/. En 2011, le projet reçu des financements de la part des Monuments Nationaux du Zimbabwe.

31 « Il y a eu tout un programme de la police, la semaine dernière, au sujet du parc. Ils dirent aux gens qu'ils ne voulaient personne dans le parc. Ils ont dit : « Nous ne voulons pas de vous [dans le parc]. C'est pourquoi nous vous tirons dessus : nous vous tirons dessus si nous vous trouvons à l’intérieur ».»

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 - Valorisation touristique du district de Hwange et inégalités spatiales.
Crédits Réalisation : Dervieux - 2019
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6202/img-1.png
Fichier image/png, 189k
Titre Carte 2 - Une diversité des conflits fonciers au sud du district de Hwange.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6202/img-2.png
Fichier image/png, 198k
Titre Carte 3 - Résidences principales d’Olga au cours de sa vie.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6202/img-3.png
Fichier image/png, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zénaïde Dervieux, « Pratiques spatiales au nord-ouest du Zimbabwe : revendications, occupations et résistances », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 12 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6202 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6202

Haut de page

Auteur

Zénaïde Dervieux

Doctorante
FRE 2026 ENeC et UMR 8586 Prodig
zenaide.dervieux@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals