Navigation – Plan du site
Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales

Ségrégation, lutte territoriale et affrontements identitaires dans un espace post-conflictuel, le cas des militants républicains dans les quartiers nationalistes de Belfast et Derry

Segregation, Territorial Struggle and Identity Confrontations in a Post-Conflict Space, the Case of Republican Activists in Nationalist Districts of Belfast and Derry
Hadrien Holstein

Résumés

Cet article traite de l’affrontement identitaire opposant les unionistes aux nationalistes pour la possession de l’espace dans les quartiers de Belfast et Derry. Élément déterminant de la politique et l’identité en Irlande du Nord, l’espace possède une importance stratégique pour garantir la survie d’une communauté dans cette ville ségrégée. En posant l’hypothèse d’une pacification de la lutte territoriale suite à la situation politique post-conflictuelle, l’auteur montre que le conflit spatial est toujours actuel et qu’il exacerbe les antagonismes politiques et identitaires à travers des logiques de provocation et de défense du quartier. En mobilisant des observations participantes et des entretiens avec des militants républicains, l’auteur retranscrit les comportements quotidiens de ces militants ainsi que leurs stratégies offensives et défensives pour maintenir la cohésion de leurs quartiers face aux unionistes.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 En Irlande du Nord, les nationalistes se considèrent comme irlandais et souhaitent l’instauration d (...)

1Le conflit nord-irlandais débute en 1969 avec la campagne des droits civiques menée par la Northern Ireland Civil Rights Association et s’achève officiellement en 1998 avec la signature du Good Friday Agreement (GFA). Il opposait les républicains, membres de la communauté catholique/nationaliste, à l’État britannique et ses alliés les loyalistes, membres de la communauté protestante/unioniste1. L’enjeu principal de ce conflit fût la question de la souveraineté de l’Irlande du Nord afin de de définir à quelle entité territoriale cette région devait appartenir, à savoir une Irlande unifiée ou le Royaume-Uni. Omniprésent durant la guerre, le problème du statut de la province a été retraduit à l’échelle locale en milieu urbain entre des quartiers identifiés comme protestants/unionistes ou catholiques/nationalistes. L’exemple le plus flagrant de cette rivalité spatiale, et de la lutte territoriale entre ces belligérants, fût les peace walls, des murs séparant les quartiers antagonistes.

  • 2 Chez les républicains, la signature des accords de paix initie un apaisement à travers la volonté d (...)

2L’accord de paix implique que les belligérants fassent des concessions sur leurs revendications les plus importantes, c’est-à-dire la réunification irlandaise immédiate ou le maintien éternel à l’intérieur du Royaume-Uni. Comme les Accords du Vendredi Saint prévoyaient l’absence de frontière entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande, la province se retrouvait de fait incluse dans deux entités territoriales pouvant convenir à chaque camp. À travers ce compromis, l’enjeu ayant donné tout son sens à l’engagement armé est reporté dans un avenir lointain entamant un processus d’apaisement des tensions et de distillation de désillusions2. En raison de ce report, du désarmement des différents groupes armés, de réformes de l’État et de la reconversion civile et/ou politique d’une partie des anciens combattants, le niveau de violence s’est considérablement réduit, en particulier la violence armée. Si l’on peut logiquement supposer que la division spatiale ne s’est pas évaporée dès la signature des accords de paix, on pourrait supposer que les vingt ans de pacification et de normalisation que connaît l’Irlande du Nord ont amoindri, voire supprimé, cet aspect du paysage urbain.

  • 3 Officiellement, cette ville possède deux noms : Derry et Londonderry. La première appellation est u (...)

3Cet article se propose de montrer que la ségrégation et la lutte territoriale sont toujours d’actualité dans un espace urbain post-conflictuel. Loin d’avoir pacifié l’opposition entre les communautés protestante/unioniste et catholique/nationaliste, elles ont au contraire exacerbé les rivalités obligeant chaque camp à adapter ses pratiques, ses comportements et ses stratégies à cette situation de ségrégation dans un espace local en période de post-conflit. Nous nous concentrerons particulièrement aux perceptions et aux pratiques des militants républicains dans les villes de Belfast et de Derry3.

4Les recherches existantes se focalisent essentiellement sur la ville de Belfast (Boal, 1996, 2002 ; Power et Shuttleworth, 1997 ; Ballif, 2001, 2012 ; Shirlow, 2001, 2003 ; Shuttleworth, Green et Lloyd, 2003 ; Shirlow et Murtagh, 2006 ; Shuttleworth et Lloyd, 2009) même si quelques études prennent en compte l’Irlande du Nord dans sa globalité (Anderson et Shuttleworth, 1998 ; Shuttleworth et Lloyd, 2012). Pourtant, la comparaison des dynamiques sociales présentes à Belfast et à Derry est intéressante en raison de la répartition identitaire et spatiale en vigueur dans ces deux milieux urbains. Longtemps majoritairement protestante et unioniste, Belfast est une ville dont la balance démographique est en train de s’inverser au profit des catholiques et nationalistes. Ces derniers deviennent majoritairement sans que l’espace qu’ils occupent suive cette transformation provoquant un manque de place, et par conséquent de logements, pour la communauté catholique et nationaliste. En conséquence, s’il existe des pans de la ville où une communauté est prédominante (West Belfast pour les catholiques, et East Belfast pour les protestants), on observe également des enchevêtrements de quartiers appartenant successivement à l’une ou l’autre communauté ou encore des enclaves d’une communauté encerclées par des quartiers identifiés comme appartenant à l’autre rendant les zones de rencontre nombreuses (carte 1).

Source : CAIN Web Service, Northern Ireland Statistics & Research Agency

5À l’inverse, la population catholique/nationaliste a toujours été majoritaire dans la ville de Derry ce qui renforce son poids face à la communauté protestante/unioniste. De plus, la répartition des deux communautés s’est essentiellement effectuée autour de la Foyle River. Ainsi, les nationalistes sont principalement installés sur la rive ouest, la Foyleside, tandis que les unionistes sont situés sur la rive est, la Waterside. Contrairement à la ville de Belfast, cette situation d’hégémonie identitaire et territoriale de chaque côté du fleuve rend quasi-inexistant les zones de rencontres et les enclaves dans la ville de Derry (carte 2).

Carte 2 - Répartition de la population catholique (en vert) à Derry.

Carte 2 - Répartition de la population catholique (en vert) à Derry.

Source : CAIN Web Service, Northern Ireland Statistics & Research Agency

  • 4 L’enquête comprend actuellement environ 150 entretiens réalisés avec 120 enquêtés, dont une centain (...)

6Pour étudier la persistance de la ségrégation identitaire dans ces deux milieux urbains, nous nous appuierons sur un travail de terrain d’une durée cumulée de 7 mois effectué entre 2015 et 2019 à Belfast et à Derry. Cette enquête se fonde essentiellement sur des entretiens et des observations, participantes ou non selon la situation, réalisés auprès de militants républicains4.

7Nous insisterons, d’une part, sur le fait que la ségrégation entre les communautés catholique/nationaliste et protestante/unioniste, produite par le conflit nord-irlandais, induit des comportements quotidiens reproduisant la division et rendant difficile les espaces de neutralité ou de réconciliation. D’autre part, nous montrerons que les militants cherchent à s’approprier l’espace à travers des actes de défense de leur quartier et de provocation du quartier ennemi.

Un espace urbain profondément divisé entre les communautés nationalistes et unionistes

Une structure spatiale héritée du conflit

  • 5 Entretien avec trois anciens combattants de l’IRA. Le premier résidait dans le quartier d’Ardoyne à (...)
  • 6 Entretien avec un ancien combattant de l’IRA résidant dans le quartier nationaliste de Lenadoon à W (...)

8La géographie urbaine de Belfast et de Derry est fortement héritée de l’émergence du conflit nord-irlandais, et plus particulièrement de l’action de trois acteurs : les groupes armés républicains, les groupes armés loyalistes et les forces de sécurité. Au début de la guerre, il est assez facile pour les paramilitaires de circuler étant donné que les systèmes de défense de chaque communauté ne sont pas encore établis et que la contre-insurrection menée par l’État est balbutiante. Dans le premier cas, le choc du conflit désorganise la communauté nationaliste qui peine à s’organiser et construire de barricades pour défendre ses quartiers5 tandis que dans le second la police peine à suivre les déménagements successifs des militants et finit par perquisitionner des maisons dans lesquelles ceux-ci n’habitent plus depuis des mois6. Forts de cette mobilité, les groupes armés effectuent des actions (assassinats, attentats etc.) sur les militants, les civils et les lieux de sociabilité de la communauté adverse qui entraînent immédiatement une réaction similaire de la part des groupes armés de l’autre communauté. Cette violence produit une homogénéisation du territoire en renforçant une ségrégation résidentielle existante car elle fournit à chaque communauté un espace pour se protéger, renforcer son territoire et éviter la présence de l’autre (Feldman, 1991 ; Doherty et Poole, 1996, 1997). Dans ce contexte, ceux refusant de quitter un quartier au sein duquel ils sont minoritaires subissent pressions, intimidations et agressions visant à les déloger au plus vite (Feldman, 1991).

  • 7 Le 15 août 1969, des unionistes du quartier de Shankill incendient les maisons présentes sur Bombay (...)
  • 8 Le Ballymurphy Massacre est une série d’incidents survenus du 9 au 11 août 1971 durant lesquels un (...)

9Parmi les leviers de ségrégation augmentant la division sans permettre un retour à un niveau équivalent au pré-conflit (Boal, 1996), on trouve la mise en récit d’événements traumatisants. Chez les républicains, ce sont par exemple l’incendie de Bombay Street ou Saint Matthew Battle7 vis-à-vis des loyalistes, ou le Ballymurphy Massacre ou le Bloody Sunday8 vis-à-vis des forces de sécurité. Ce discours victimaire participe à la construction d’une grille de lecture où la violence, loyaliste comme étatique, est perçue comme une tentative de domination sur la communauté nationaliste. Alors que ces derniers revendiquent une remise en question de l’État et de l’organisation de la société, cette violence a pour enjeu de rétablir la hiérarchisation identitaire entre les deux communautés (Grojean, 2014).

10Progressivement, le milieu urbain local se construit autour d’une stratification organisant deux types d’espaces : les sanctuaires et les interfaces (Feldman, 1991). Le sanctuaire est un quartier identitairement homogène se refermant sur lui-même à travers l’installation de dispositifs défensifs à l’intérieur duquel les acteurs se sentent en sécurité, autant vis-à-vis de l’autre communauté que vis-à-vis de l’État dans le cadre des républicains. Une interface désigne l’espace séparant des sanctuaires ennemis. L’interface correspond à un espace précis ne laissant aucun doute sur la délimitation entre deux quartiers. Il peut s’agit d’un peace wall, d’un terrain vague, d’une autoroute etc. ou de la combinaison de plusieurs de ces dispositifs. En raison de la répartition des populations catholiques et protestantes, les interfaces ne sont pas uniformément réparties au sein du paysage urbain. Ainsi, les espaces comme East et West Belfast à Belfast, et Foyleside et Waterside à Derry voient émerger de puissants sanctuaires en raison de l’étendue du territoire et de la faible présence d’interfaces en leur sein. Ainsi, on dénombre une unique interface dans East Belfast autour de l’enclave catholique de Short Strand, quatre interfaces aux abords nord et est de West Belfast et une unique interface autour de l’enclave protestante The Fountain dans le Foyleside. À l’inverse, la zone de North Belfast concentre sept des treize interfaces que compte Belfast avec une forte concentration de celles-ci autour de trois quartiers nationalistes mitoyens (Ardoyne, Water Works et New Lodge). L’enjeu de ces interfaces est de servir de zone tampon entre les deux communautés (Féron, 2011) tandis que la construction de peace walls à l’emplacement des interfaces permet à l’État de limiter la mobilité des résidents et le contact entre les communautés (Shirlow et Murtagh, 2006).

  • 9 Entretien réalisé à Belfast le 15 février 2017 avec un ancien combattant de l’UVF (groupe armé loya (...)

11Un dernier processus, qui est autant le produit de l’action des groupes armés que des forces de sécurité, va définitivement renfermer les quartiers sur eux-mêmes et structurer la ségrégation pour qu’elle se prolonge durant la période post-conflictuelle. En effet, à travers la lutte territoriale se jouant entre eux, on a la production d’une série de destructions et reconstructions qui réaménagent la géographie des quartiers. Désormais, ceux-ci ne sont reliés et accessibles depuis les grands axes de circulation qu’à partir d’un faible nombre de points d’entrée tandis qu’en leur sein les rues rectilignes reliées entre elles laissent place à un nombre de plus en plus important d’impasses et ruelles zigzaguant. Les quartiers prennent progressivement l’aspect de « véritables forteresses à l’intérieur desquelles il est facile de se perdre si tu n’es pas du coin. Les pubs se sont déplacé vers le cœur des quartiers donc il est devenu beaucoup plus difficile de mener des opérations contre eux »9.

12Ce processus de construction du sanctuaire nationaliste comme espace de protection vis-à-vis des unionistes et de l’État va se poursuivre tout au long du conflit. Il enracine la division spatiale en fixant l’emplacement des interfaces ce qui contribue à rendre la ségrégation toujours pertinente pour l’ensemble des acteurs (Shirlow et Murtagh, 2006). Par exemple, lors des différentes campagnes électorales, les militants des partis nationalistes affichent des pancartes et pratiquent le porte-à-porte électoral uniquement dans leurs quartiers. En revanche, ils ne se rendent pas dans les quartiers unionistes pour faire de même, et inversement. À certaines interfaces, comme celle séparant Short Strand (nationaliste) de Woodstock (unioniste) à Belfast ou Brandywell (nationaliste) et The Fountain (unioniste) à Derry, les militants nationalistes affichent leurs pancartes sur le trottoir de Short Strand/Brandywell mais ne traversent pas la chaussée pour faire de même sur les trottoirs de Woodstock/The Fountain.

Une ségrégation réduisant les acteurs à des comportements insulaires

  • 10 Entretien réalisé le 21/08/2019 à Belfast avec un vétéran de l’IRA.
  • 11 L’ensemble des prénoms des enquêtés ont été modifiés afin de les anonymiser. Les nationalistes se s (...)
  • 12 1916 Societies est un regroupement de petits groupes de réflexion républicain s’opposant au GFA san (...)
  • 13 Sinn Féin signifie nous-mêmes en gaélique irlandais. Il s’agit du parti républicain majoritaire tan (...)
  • 14 Proinséas m’a véhiculé de nombreuses fois ce qui m’a permis d’observer ce changement dans son attit (...)

13Cette division territoriale structure les représentations collectives de l’espace et l’antagonisme des communautés. Même si le niveau de violence a largement diminué, les militants républicains continuent de percevoir leurs propres quartiers comme des espaces sécurisés tandis que les quartiers unionistes sont vus comme des espaces représentant un danger potentiel : « Oui il m’arrive de me rendre dans des quartiers unionistes, quand on a des réunions par exemple. Je me sens pas vraiment en sécurité quand je vais là-bas. Bien sûr, ça ne veut pas dire que tout le monde se jette sur moi quand je marche, mais bon il suffit d’un seul tu sais. Donc oui, je vais là-bas en voiture et je me gare pas loin du lieu de la réunion. Mais marcher le long de Shankill Road, ça non je ne le fais pas. Ce serait de la folie »10. À l’image de ce vétéran de l’IRA, les républicains devant se rendre dans des quartiers unionistes le font en voiture et ils prennent leurs précautions en amont pour éviter les problèmes. Par exemple, Diarmaid11, un militant républicain de la 1916 Societies12 à Derry, prévient les leaders loyalistes locaux lorsqu’il compte se rendre dans un quartier unioniste du Waterside. Enfin, ces militants limitent au maximum leurs déplacements aux grands axes de circulation, jugés plus sûrs, en raison du labyrinthe de ruelles et d’impasses composant le cœur des quartiers. S’ils sont néanmoins obligés de s’y rendre, ils modifient leurs habitudes afin de ne pas attirer l’attention. Ainsi, lorsque Proinséas, un militant du Sinn Féin13 à Belfast, doit prendre en voiture un individu à son domicile, il se gare en double file et klaxonne pour annoncer son arrivée quand il est dans un quartier catholique, tandis qu’il se range sur le côté et envoie un texto au sein d’un quartier protestant14. D’un côté, il occupe l’espace par sa présence physique et auditive tandis que dans l’autre il tente d’amoindrir la première et supprime la seconde. Dans ce contexte, les initiatives comme traverser en marchant un quartier unioniste pour montrer que chacun ne devrait pas avoir peur de se rendre n’importe où, comme le fit Séamus à Shankill, restent exceptionnelles. Ce vétéran de l’IRA très connu a été le premier à accomplir cette démarche au début des années 2010 et il serait a priori encore le seul à l’avoir fait.

  • 15 Le premier itinéraire faisant passer le bus scolaire à travers un quartier unioniste. Après plusieu (...)
  • 16 Entretiens avec un élu du Sinn Féin résidant à Short Strand et une militante du Sinn Féin à Short S (...)
  • 17 Entretien avec un élu du Sinn Féin résidant à Short Strand. Belfast, 19/08/2019.
  • 18 Entretien avec une militante du Sinn Féin à Short Strand (ancienne élue et femme d’ancien prisonnie (...)
  • 19 Observation à Short Strand le 17/08/2019.

14Le maintien de ces représentations et comportements datant du conflit contribuent au renforcement d’une ségrégation résidentielle, notamment à Belfast où plus de la moitié de la population vit dans des quartiers identitairement homogènes à 90 % (Ballif, 2001). En conséquence, cette ségrégation va déterminer les comportements des individus en influençant leurs lieux d’habitations, de passage et de socialisation. Ainsi, dans l’attribution des logements sociaux, le bailleur laisse le choix du quartier aux demandeurs contribuant à un respect des territoires déjà établis et le renforcement de l’entre-soi communautaire de la part de ces derniers (Ballif, 2012). De la même manière, les républicains font leurs courses dans des commerces implantés dans un quartier nationaliste, scolarisent leurs enfants à l’école catholique et fréquente des pubs dont la façade est ornée de drapeaux irlandais et dont les murs sont décorés des portraits de martyrs de l’IRA. Dans le cas des personnes résidant aux interfaces, il est nécessaire de posséder des cartes mentales de l’appartenance des différents quartiers afin d’éviter le territoire adverse et d’effectuer le bon détour permettant de se rendre dans un autre quartier de sa propre communauté, y compris s’il s’agit de bénéficier d’un service (Shirlow et Murtagh, 2006). Parmi les individus logeant aux interfaces, ceux habitant dans les enclaves sont les plus concernés par ces problématiques en raison de l’absence des infrastructures et services au sein de ces petits quartiers. Par exemple, l’enclave catholique de Short Strand à East Belfast ne comporte aucune école secondaire ni aucun commerce en dehors d’une épicerie. Ses habitants scolarisent leurs enfants dans les écoles catholiques de West Belfast ce qui nécessite un bus scolaire réalisant un itinéraire spécifique et sécurisé pour conduire les enfants à l’école15, et ils se rendent dans le centre-ville ou dans des quartiers tel que New Lodge à North Belfast ou Andersonstown à West Belfast pour effectuer leurs courses16. En raison de cet encerclement, le passage par l’interface est obligatoire dans les quartiers enclavés ce qui en fait des trajets redoutés pour les militants républicains, surtout si leur engagement est connu : « Mon médecin se trouve à l’interface donc je dois faire très attention quand j’y vais. J’essaye de faire vite et de regarder autour de moi »17. Le fait d’être une personnalité républicaine présente à l’interface entraîne des réactions de la part des unionistes qui provoque une sensation de peur chez les républicains et renforce leurs appréhensions : « Quand je prends le bus juste ici [à la sortie de Short Strand, nda], les gens s’arrêtent de parler et tout le monde me regarde. C’est toujours un peu tendu. - Parce que les gens savent que tu es une républicaine ? Oui bien sûr »18. En conséquence, les militants républicains mettent en place des stratégies visant à minimiser leur visibilité ou leur temps de présence dans l’interface. Par exemple, la présence d’une fanfare loyaliste sur l’interface devant la sortie principale de Short Strand conduisit Paedar, un vétéran de l’IRA, à vouloir raccompagner le chercheur vers une sortie piétonne discrète et permettant d’accéder rapidement au centre-ville19.

  • 20 Un bonfire est un bûcher géant construit à partir de palettes de bois. Les militants y déposent des (...)

15Si la ségrégation identitaire est bien présente à Derry, son emprise sur les militants républicains et leurs comportements quotidiens est moindre, tant qu’ils se situent sur la rive Foyleside de la ville en raison de leur hégémonie identitaire dans cette partie de la ville. Cette différence se remarque notamment dans l’accueil réservé aux inconnus du quartier lors d’événements marquant l’opposition communautaire, comme par exemple les bonfires20. Au bonfire de New Lodge à North Belfast, un quartier nationaliste quasiment encerclé par des quartiers unionistes, le chercheur est accueilli avec méfiance et l’échange est tendu jusqu’à l’intervention d’un résident avec qui le contact avait été pris au préalable. En revanche, au bonfire du Bogside à Derry, un quartier catholique du Foyleside, l’intégration du chercheur s’effectue sans problème. Dans le premier cas, la proximité des interfaces et les logiques identitaires conduisent les enquêtés à adopter des stratégies de défiance et de protection de soi vis-à-vis d’un inconnu pouvant être assimilé à un protestant. Dans le second cas, la majorité démographique des catholiques conduit ces derniers à supposer que tout inconnu au quartier est un catholique provenant d’un autre quartier de la ville.

  • 21 Observation participante avec des militants du Sinn Féin à Downpatricks le 12/02/2017.
  • 22 Eistigi signifie écouter en gaélique irlandais. Il s’agit de l’aile jeune du parti politique Saorad (...)
  • 23 Discussion avec Siobhán à Belfast le 06/08/2019.

16Si la tension et les comportements provoqués par la ségrégation diffèrent entre les deux villes, les militants républicains de ces deux espaces urbains ont pour point commun d’être dans une situation d’insularité multiple. Ils se déplacent de sanctuaires en sanctuaires ce qui leur donne un sentiment de mobilité mais ils reproduisent en réalité leur insularité d’un autre quartier. Cette insularité sous forme de sauts de puce concerne l’ensemble des territoires catholiques où un militant républicain se rend. Lorsque Stíofán, un cadre du Sinn Féin et vétéran de l’IRA de Belfast, se rend à Downpatrick (une ville rurale à une quarantaine de kilomètres de Belfast) pour aider les militants locaux à effectuer du porte-à-porte électoral, il reproduit les comportements qu’il adopte à Belfast (garer sa voiture dans un quartier nationaliste, démarcher les électeurs d’un quartier nationaliste)21. La reproduction de ces comportements n’est pas seulement due à l’incorporation de pratiques urbaines mais elle est conditionnée par les militants républicains locaux étant donné que ces derniers adoptent ces comportements chez eux. De la même manière, Oísín, un jeune d’Eistigi22 de Derry, se rend parfois à Belfast pour se socialiser dans un bar républicain où sont chantées des chansons à la gloire de l’IRA. Cette situation insulaire est tellement prenante pour les acteurs qu’ils continuent à reproduire la ségrégation, durant certaines situations où elle était pertinente, alors même qu’ils se trouvent dans des espaces complètement étrangers à celle-ci. On en trouve un exemple avec cette femme républicaine originaire de Twinbrook dans West Belfast et vivant à présent en Irlande à Cork : « Je devais refaire mon permis de conduire. Je me suis rendu au guichet et la femme qui y était a commencé à me demander plein de papiers supplémentaires pour pouvoir faire mon dossier. Je me suis énervée parce que je pensais qu’elle voulait me compliquer les choses comme elle avait vu que j’avais un prénom irlandais. Je lui ai demandé son prénom et elle m’a répondu Siobhán, et là je me suis dit peut-être qu’elle me demande tous ces papiers car il les faut vraiment. Parce que tu vois à Belfast c’est toujours comme ça si tu tombes sur un fonctionnaire protestant, ils vont te demander plein de papiers supplémentaires pour t’emmerder et te faire perdre du temps »23.

Quel(s) espace(s) pour la neutralité et la réconciliation ?

17Dans ces espaces urbains post-conflictuels marqués par une ségrégation identitaire que sont les villes de Belfast et Derry, il existe des espaces échappant légèrement aux logiques d’opposition communautaire. À ce titre, on peut citer le centre-ville de Belfast et la vieille ville de Derry. Historiquement identifiés comme des quartiers appartenant à la communauté unioniste, et symbole de sa domination (notamment à travers son contrôle des différents conseils municipaux), ces lieux constituent le cœur touristique de ces villes, et même son poumon économique dans le cas de Belfast. Dès lors, ils vont progressivement être construits comme des lieux neutres où la pluralité identitaire doit être respectée donc où aucune confession n’est autorisée à réellement s’exprimer au sein de l’espace public (Bryan, 2011). Chose rare à Belfast, et encore plus à Derry, l’espace n’est pas marqué par une quelconque appartenance communautaire s’exprimant habituellement sur les murs, les trottoirs, les poteaux électriques etc. ou encore la composition des manifestations culturelles organisées. Seules les quelques manifestations ou contre-manifestations politiques échappent à cette règle. En conséquence, les quartiers du centre-ville de Belfast bénéficient d’investissements publics importants visant à dynamiser leurs attractivités quand les quartiers communautaires sont laissés à l’abandon (Schar, 2017). Grâce au tourisme, qui attire des individus ne prenant pas part au jeu identitaire, une zone pensée comme neutre où le conflit identitaire ne semble pas avoir d’emprise a pu émerger dans la ville. Le centre-ville de Belfast, et dans une moindre mesure la vieille ville de Derry, est sensé fonctionner comme une vitrine démontrant la reconstruction post-conflictuelle de la ville et la réconciliation entre des communautés autrefois ennemies.

  • 24 Edward Harland était un homme d’affaire unioniste. Co-fondateur des chantiers navals Harland-Wolff, (...)
  • 25 Entretien avec membre du Sinn Féin élu au conseil municipal de Belfast. Belfast, 15/04/2019.
  • 26 On retrouve la même logique avec des pubs nationalistes à la périphérie de la vieille ville, et des (...)

18Cette absence apparente de marquage du territoire n’empêche pas la présence de quelques symboles associés à l’une ou l’autre identité, voire une identité spécifique en dehors du jeu communautaire comme celle de la communauté LGBT. Ainsi, certains pubs en bordure du centre-ville de Belfast, comme le Maddens ou le Sunflower, sont ouvertement nationalistes et mettent la musique irlandaise traditionnelle dans leurs animations. Au cœur de ce centre-ville, on retrouve notamment des symboles unionistes comme des statues d’anciennes personnalités unionistes. Cette asymétrie entre le centre et la périphérie dans la localisation des quelques symboles affichés amènent quelques militants républicains à récuser le caractère neutre de cet espace : « Je ne vois pas le centre-ville comme un espace neutre. Tu as Queen street, King street, une statue de la reine Victoria, d’Edward Harland24 ou encore de plusieurs maires unionistes de Belfast »25. Si la vieille ville de Derry est également concernée par cette opposition centre-périphérie dans l’affichage de rares symboles communautaires26, son impact en est diminué en raison de sa localisation sur la rive Foyleside de la ville.

  • 27 Discussion avec cadre du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à Belfast. Belfast, décembre 2015.
  • 28 Les jeunes de la génération post-conflictuelle appartenant aux classes populaires et défavorisés, s (...)
  • 29 Entretien avec un travailleur social et militant du Sinn Féin à West Belfast. Belfast, 04/04/2019.

19Dans cette société très marquée par la division identitaire, pénétrer dans ces espaces pourrait apparaître comme une bouffée d’air frais à travers le contact avec l’extérieur (les touristes), la tentative de rompre avec les logiques d’insularité multiple et la volonté d’échapper aux contraintes sociales de la ségrégation. En réalité, les militants perçoivent ce lieu comme « un coin à touristes »27 qui ne leur convient guère et n’est pas fait pour eux. Comme cette zone contrarie leurs visions de la société et leurs habitudes quotidiennes, ils s’y rendent rarement et préfèrent demeurer dans leurs propres quartiers renforçant davantage leur insularité. Dès lors, pour gagner ces quartiers neutres, il faut y être contraint par des obligations sociales (emploi, mandat politique, accès aux transports etc.), militantes (gay pride, manifestation politique), culturelles (Fête de la Saint Patrick) ou identitaires (faire ses courses si l’on vient des enclaves catholiques de Belfast). On constate néanmoins une division générationnelle dans le déplacement vers le centre-ville entre les anciens ayant fait l’expérience du conflit et les jeunes de la génération post-conflictuelle appartenant à la nouvelle classe moyenne catholique28. Alors que les premiers conservent des barrières psychologiques en raison du traumatisme ou de l’humiliation que constituait l’accès à ces espaces pendant la guerre (checkpoints, fouilles etc.), les seconds hésitent moins à s’y rendre pour profiter des lieux de socialisation ou de consommation29. Pour ces derniers, se rendre dans les lieux de socialisation, comme les pubs, de ces espaces neutres exige d’observer un certain mutisme sur son appartenance communautaire et les sujets clivant permettant de la deviner au risque de voir les logiques ségrégatives réactivées dès que la neutralité apparente est rompue. Par exemple, lors d’une soirée dans un pub du centre-ville de Belfast, Proinséas et ses amis discutent avec un groupe d’hommes de leur âge. Au moment où Proinséas comprend que les personnes avec lesquelles il discute sont unionistes, il prend à part ses amis et le chercheur pour leur communiquer cette information qui mettra immédiatement fin à la discussion. La révélation de ce détail par ce militant fonctionne comme un rappel à l’ordre obligeant à réintégrer le jeu identitaire au sein de cet espace afin de fournir un cadre intelligible, habituel et rassurant pour les acteurs.

  • 30 Entretien avec un travailleur social, militant du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à West Belfast. Bel (...)
  • 31 Entretien avec un travailleur social, militant du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à West Belfast. Bel (...)
  • 32 Entretien avec une travailleuse sociale et militante du Sinn Féin à Short Strand. Belfast, 20/08/20 (...)

20En revanche, les obligations sociales et politiques poussant les militants les plus âgés à se rendre dans ces zones spécifiques les dispensent de ce mutisme car ils viennent en tant que républicains. En effet, la perception de neutralité de ces espaces tient également au fait qu’il est possible pour les deux communautés de s’y rencontrer pour négocier et tenter de résoudre certains problèmes. Dès la fin du conflit, les premières tentatives de réconciliation entre les anciens prisonniers des groupes armés républicains et loyalistes s’effectuent dans ces espaces perçus comme neutres car chacun redoute de tomber dans un guet-apens s’il se rend dans le quartier adverse30. La normalisation de la situation nord-irlandaise diminue cette nécessité du centre-ville comme espace plus sécurisé propice à la rencontre puisque la confiance s’installe progressivement entre ces acteurs qui déplacent lentement ces réunions vers leurs locaux dans les quartiers communautaires31. Néanmoins, le centre-ville n’est pas délaissé puisque les militants et travailleurs sociaux de chaque communauté continuent de s’y retrouver lors de crises importantes comme l’attaque quotidienne de l’enclave catholique de Short Strand de mai à août 2002. Le centre-ville permet dans ces situations de conserver secrètes les réunions et négociations entre les différents militants des deux communautés32.

  • 33 Visite de North Belfast avec un travailleur social dans une association en faveur de la paix et mil (...)
  • 34 Entretien avec un militant du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à West Belfast. Belfast, 11/07/2016.
  • 35 Groupe armé anti-GFA ayant refusé le cessez-le-feu décrété par l’IRA et les accords de paix ayant s (...)
  • 36 Entretien avec un militant du squat, ancien prisonnier de la Real IRA à Derry. Derry, 09/04/2019.

21Depuis le déplacement des réunions du centre-ville vers les locaux dans les quartiers communautaires, les militants parviennent à multiplier les initiatives de réconciliation et de pacification entre les deux communautés à l’intérieur même des quartiers identitaires. Si leur nombre reste limité, ces réussites sont mises en avant par les républicains comme des preuves des avancées réalisées depuis la signature des accords de paix : « tu vois ici, ce bâtiment [à l’intérieur du quartier catholique Chichester Park à North Belfast], il y a douze appartements. On [les travailleurs sociaux nationalistes et unionistes, ndlr] a trouvé six familles de chaque communauté et on leur a proposé d’habituer un immeuble mixte. Elles se sont installées. Au début on est resté pour gérer s’il y avait des problèmes identitaires, mais après les premières réunions on a arrêté d’intervenir car on s’est rendu compte que les seuls problèmes posés étaient ceux d’un immeuble ordinaire comme les canalisations etc. Il n’y avait aucun problème dû à des questions communautaires »33. De la même manière, les républicains ne manquent jamais de mentionner le fait qu’ils aident les unionistes en difficulté venant les voir afin de trouver une solution à leurs problèmes. Si les demandes d’aides concernent principalement le logement ou les difficultés financières, le profil du républicain contacté dépend de sa réputation, tant militante que sociale, de la réputation d’assistance sociale fournie par le lieu où il se trouve et des attentes des unionistes. Ainsi, là où le Sinn Féin voit augmenter le nombre d’unionistes se présentant dans ses locaux34 en raison de son image d’unique interlocuteur républicain pouvant venir en aide à Belfast, quelques unionistes de Derry vont voir un ancien membre de la Real IRA35 dans un squat à Creggan, un quartier très républicain, car celui-ci est perçu comme plus efficace36.

S’approprier le territoire pour défendre son quartier : des logiques de confrontations identitaires

Marquer l’espace pour se l’approprier symboliquement

  • 37 Vert, blanc et orange pour les nationalistes ; bleu, blanc et rouge pour les unionistes.
  • 38 On trouve des inscriptions incitant aux meurtres tels que KAT qui signifie « kill all taigs » (tuez (...)
  • 39 Discussion avec un militant de 1916 Societies à Derry. Derry, août 2019.
  • 40 Il s’agit d’un mur blanc sur lequel est inscrit « you are now enterring free derry ». Apparu durant (...)
  • 41 Le soldat F est un des parachutistes impliqués dans le Bloody Sunday. Il fait actuellement l’objet (...)

22La dynamique de sanctuarisation des quartiers et la ségrégation qui en découle induisent des logiques de provocation entre les communautés qui prennent la forme de conquêtes et de défenses du quartier vis-à-vis de l’autre. À la fin du confit, la cessation des hostilités armées entraîne une reproduction du conflit à travers des moyens d’action non violents (McDowell et Shirlow, 2011). Les violences sont progressivement remplacées par des luttes symboliques souvent liées à la mémoire et l’identité de chaque communauté (Graham et Whelan, 2005 ; Cohen, 2007 ; McDowell, 2007, 2008 ; Switzer et Graham, 2009). Le premier mode d’expression de ces luttes symboliques est une concurrence pour la visibilité sur le territoire et une mise en scène de la rivalité communautaire. Le principe de cette mise en scène consiste essentiellement à marquer le territoire à l’aide des symboles du groupe pour insuffler un imaginaire politique à son propre quartier ou contester l’imaginaire politique dans le quartier adverse. Dès lors, tous les moyens sont valables pour signaler l’identification partisane de la communauté majoritairement présente : drapeaux, couleurs nationales peintes dans le paysage urbain37, graffitis à la gloire d’un groupe (armé) ou menaçant la communauté ennemie38, pancartes de partis politiques etc. L’enjeu de ce marquage est que l’appartenance soit évidente pour n’importe qui : « tu sais, je n’ai pas vraiment besoin de connaître tous les quartiers et à quelle communauté ils appartiennent. Il me suffit de regarder s’il y a des drapeaux britanniques pour savoir si je suis dans un quartier protestant ou catholique »39. Contester l’imaginaire politique opposé est une entreprise risquée puisqu’elle nécessite de se rendre dans un quartier ennemi suffisamment longtemps pour pouvoir y apposer sa marque. En conséquence, les modes d’actions sont souvent très rapides à réaliser afin de minimiser les risques. À ce titre, on peut citer le cas de d’un pochoir réalisé à Derry sur le Free Derry Corner, un monument iconique de la communauté nationaliste40, représentant la lettre F à l’aide de l’inscription « support soldier F »41.

  • 42 Bobby Sands est un membre de l’IRA mort en grève de la faim en 1981 alors qu’il revendiquait le sta (...)
  • 43 Entretien réalisé à Belfast le 17/08/2019 avec un militant du Sinn Féin et peintre de murals pour l (...)

23À travers cet ensemble d’inscriptions, les luttes symboliques se retrouvent matérialisées physiquement dans le paysage urbain. Dans cette économie de la visibilité et de la mise en scène militante au sein de l’espace public, les murals, des peintures murales représentant les martyrs de la cause ou un imaginaire culturel et politique, occupent une position particulière. Ceux-ci sont particulièrement appréciés par la communauté catholique : « Donc tu avais le portrait de ces trois volontaires de l’IRA du quartier peint sur le mur. Puis on a voulu le changer donc j’ai commencé à le recouvrir pour peindre par-dessus. Là les gamins du quartier sont venus me voir pour me dire : « mais Dónall, pourquoi tu effaces leurs visages ? Pourquoi tu changes le mural ? » Alors je leur ai répondu que ce n’étais qu’une peinture, que ce n’étais pas grave, on allait mettre autre chose. Et eux ils m’ont dit : « oui mais c’est avec eux que nous avons grandi. Il ne faut pas les enlever. C’est la même chose avec le mural Bobby Sands42 sur le local du Sinn Féin à Falls Road. Nous on voulait en faire un nouveau mais les résidents nous on dit qu’ils l’aimaient et ne voulaient pas qu’il soit enlevé. C’est même devenu un repère. Tu vois si tu cherches la librairie, je vais te dire « tu vois le Bobby Sands, et bien tu continues sur 10 mètres et c’est juste là », ou encore l’hôpital « c’est trois rues sur la gauche après le Bobby Sands »43.

  • 44 Le geste de cet enquêté en réaction à l’interaction avec la police est sûrement lié à la présence d (...)

24À travers la diffusion d’une iconographie rebelle et de discours de légitimation politique et culturelle (Maillot, 1997 ; Crettiez et Piazza, 2014), les murals indiquent clairement aux individus la communauté revendiquant sa possession. La frontière marquant l’entrée dans le Bogside en offre un bon exemple puisqu’elle comporte pas moins d’une dizaine de murals, une vingtaine de drapeaux irlandais ou de groupes militants, environ une trentaine de graffitis et les couleurs nationalistes peintes sur le trottoir, les panneaux de circulation ou les poteaux électriques. Cet ensemble fonctionne comme une sorte muraille iconographique pour la communauté catholique. Sur cet axe, les murals bénéficient la nuit d’un éclairage permettant l’instauration d’une frontière visible permanente. Si la normalisation de la situation nord-irlandaise a conduit à une certaine pacification des images représentées par les murals, ceux réalisés par Saoradh réactivent à présent une forme de mythe révolutionnaire et de promotion de la violence en montrant des paramilitaires à côté du nom de la police. Ces représentations collectives entrent en résonance avec la socialisation communautaire des acteurs. Dès lors, le lien entre le territoire et cet imaginaire politique devient particulièrement saillant pour les militants. Par exemple, après avoir été soumis à un contrôle de police, un jeune du Bogside repart tranquillement puis simule un tir à l’aide d’une arme une fois arrivé devant le mural sur lequel est inscrit le nom de son quartier. Dans cette interaction, la confrontation imposée avec l’État engendre une réaction de contestation à symbolique violente ne pouvant s’exprimer que devant une peinture permettant d’amplifier la signification du geste44. En d’autres termes, l’acteur perçoit l’ambiance du lieu et agit en adéquation avec celle-ci permettant de révéler la validité de l’espace (Löw, 2015). L’enjeu de ces pratiques est une assignation politique et identitaire à l’espace devant permettre d’entraver les tentatives de conquête de l’autre communauté, et par extension de garantir la cohésion de son propre groupe.

  • 45 Discussion avec Paedar, un vétéran de l’IRA de Short Strand. Belfast, 17/08/2019.

25Outre ces logiques défensives de l’espace, cette compétition pour la visibilité symbolique de l’identité obéit à des logiques de provocation vis-à-vis de l’autre communauté. Dans ce cas, l’objectif pour un groupe est de parvenir à faire sentir sa présence à l’autre. Par exemple, il s’agira de hisser un drapeau national suffisamment haut pour qu’il soit visible de l’autre côté du peace wall. Cette présence symbolique ne s’effectue pas seulement à travers des modes d’actions « visuels ». Dans le cas de la fanfare loyaliste jouant des musiques anti-catholiques à l’interface autour de Short Strand, celle-ci se rend « visible » pour les nationalistes à travers sa présence sonore : « Ils sont là. Ils viennent jouer ici juste pour nous emmerder. Et ils font ça souvent »45. Cette visibilité non visuelle fonctionne puisqu'elle oblige les catholiques à adapter leurs itinéraires de sortie du quartier pour emprunter un passage moins visuellement exposé et permettant plus rapidement d’accéder au centre-ville. L’objectif de ces stratégies de provocations n’est pas de déplacer la frontière à son avantage en conquérant un territoire mais d’importuner l’autre communauté en lui communicant un message hostile. Il s’agit là de stratégies offensives visant à contester la présence de l’autre dans l’espace, quand bien même les militants restent dans leurs propres quartiers.

Occuper l’espace pour se l’approprier physiquement

26Le second mode d’expression de cette lutte territoriale est une présence physique dans le quartier ayant pour finalité d’en assurer la protection. Durant cette occupation de l’espace, les militants républicains peuvent recourir à la violence s’ils jugent son usage nécessaire. L’enjeu de cette occupation et de la confrontation qu’elle suscite réside dans son incertitude et dans l’incertitude sur l’usage de la violence. L’enjeu de cette interaction est le rétablissement de la frontière et la restauration de l’intégrité du territoire face à l’affront qu’il a subi.

  • 46 Durant ce siège, la population protestante de Derry résista contre l’armée catholique de Jacques II (...)
  • 47 Observation participante à Belfast le 10/08/2019 et discussion avec des militants de Derry les jour (...)

27Cette opposition entre catholiques et protestants ne se réalise pas nécessairement à l’intérieur des quartiers communautaires mais peut s’effectuer au sein des espaces neutres. À ce titre, on peut citer deux manifestations ayant eu lieu le 10 août 2019, la première dans le centre-ville de Belfast et la seconde dans la vieille ville de Derry. À Belfast, la manifestation est appelée par l’Anti-internment League, un groupe de pression républicain réunissant plusieurs tendances autour de la lutte contre l’internement administratif, tandis qu’à Derry elle est organisée par les Apprentice Boys, une organisation fraternelle protestante dont le but principal est la commémoration du siège de Derry de 168946. Dans les deux cas, la communauté opposée a organisé une contre-manifestation faisant face à la première, chacune sortant ses drapeaux et autres symboles identitaires et politiques tandis que d’importantes forces de police se tiennent entre les deux rassemblements47. Ici on a la reproduction du conflit à travers des moyens non-violents (McDowell et Shirlow, 2011), où l’affrontement physique est remplacé par des violences symboliques liés à l’identité ou à la mémoire (Graham et Whelan, 2005 ; McDowell, 2007, 2008 ; Switzer et Graham, 2009) puisque les contre-événements sont organisés dans l’unique but d’indiquer sa présence à la manifestation initiale.

  • 48 Discussion avec un militant de 1916 Societies à Derry en août 2017.
  • 49 Entretien avec un élu du Sinn Féin résidant à Short Strand. Belfast, 19/08/2019.

28En revanche, si cette opposition physique se déroule dans les quartiers communautaires, celle-ci est plus tendue et les probabilités d’un usage de la violence sont plus élevées. Dans ces espaces, un élément symbolique peut servir de justification au passage à l’acte violent : « Il y a une chanson, The Sash, que tu connais forcément si tu es loyaliste. Tu as des loyalistes qui vont à l’interface, chopent le premier passant et lui disent « chante The Sash ». Si tu n’en es pas capable, c’est que tu es catholique et ils te passent à tabac »48. Cette violence pour des motivations symboliques peut parfois produire des affrontements importants entre catholiques et protestants. Lorsque le conseil municipal de Belfast décide en 2013 de retirer l’Union Jack flottant sur la mairie, les unionistes organisent des manifestations pour protester. À Short Strand, le passage de celles-ci entraine un affrontement entre catholiques et protestants à base de bouteilles, cocktails Molotov et bombes artisanales49.

  • 50 Observation participante avec des militants républicains à Belfast dans la nuit du 11 juillet au 12 (...)

29L’importance de cet enjeu, et ses possibles dérives violentes, explique les actes de défense préventive du quartier alors même que celui-ci n’est pas (encore) affecté. Dans le cas présent, il convient de mentionner deux exemples liés aux bonfires, le premier concernant un bonfire loyaliste et le second un bonfire républicain. Au moment du bonfire loyaliste le 11 juillet, des militants du Sinn Féin, dont la quasi-majorité était composée de vétérans de l’IRA, organisent des opérations de vigilantisme afin de surveiller et contrôler les différentes voies d’accès à leur quartier. Ainsi, des groupes d’une dizaine de personnes communiquant entre eux sont chargés d’assurer une mission de surveillance, d’alerte et de défense en cas d’attaque des loyalistes50. Ici, la perception de la probabilité d’une attaque du territoire conduit les militants républicains à réaffirmer d’avance l’intégrité de leur sanctuaire.

  • 51 Discussion avec un jeune appartenant au Bogside Republican Youth (BRY), un groupe militant informel (...)
  • 52 La discussion a lieu juste après une émeute dont le point de départ est la tentative de destruction (...)
  • 53 Discussion avec un jeune venant de participer à une émeute et impliqué dans la construction du bonf (...)
  • 54 Discussion avec un jeune appartenant au BRY lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.
  • 55 Discussion avec un jeune venant de participer à une émeute et impliqué dans la construction du bonf (...)

30Si cette réaction au bonfire loyaliste reste axée sur une stratégie défensive, le cas du bonfire républicain combine des stratégies offensives et défensives. Organisé par de jeunes militants inclus ou sympathisants des groupes républicains anti-GFA, le bonfire fonde sa réaffirmation de l’appropriation du territoire à travers sa dimension commémorative. Suivant un certain « devoir de génération » (Dorronsoro et Grojean, 2004 ; Crettiez, 2011), voire une véritable « continuité biographique » (White, 2002 ; Duclos, 2015) pour ceux dont les parents étaient également militants, les jeunes militants s’engageant dans cette activité revendiquent son caractère défensif : « Ici c’est le territoire de l’IRA, ça l’a toujours été et on fera en sorte que ça le reste. Rien ne nous fera arrêter le combat. Ce quartier, c’est un merdier mais c’est notre merdier et on l’aime. On le défendra toujours »51. Certains revendiquent ouvertement son caractère identitaire, que ce soit à Belfast « On ne fait pas ça juste pour niquer la police ou avoir du fun !52 On défend notre quartier. Ils (les protestants, nda) brûlent nos drapeaux, on brûle les leurs. Ces connards de flics laissent les protestants faire, ils les payent même »53 ou à Derry « Nous, on le fait contre ces bâtards de protestants »54. L’aspect défensif du bonfire tient à sa structure même puisque en brûlant les symboles de la communauté ennemie, le bonfire vise à exposer les emblèmes que le groupe rejette. L’emplacement de l’édifice est un facteur de défense étant donné que les militants choisissent un lieu où ils pourront facilement protéger leur construction. Ainsi, le bonfire de New Lodge est accessible en voiture à partir d’une seule rue tandis que plusieurs ruelles permettent de s’y rendre à pied donc l’arrivée de la police ne peut se faire qu’à travers cette unique rue55. Celui du Bogside est encerclé par du mobilier urbain (bâtiment d’un côté, grilles de fer de l’autre) qui fournit une sorte de barricade autour du bois.

  • 56 A New Logde, l’émeute eu lieu durant la journée où le bonfire devait être allumé. Au Bogside, il y (...)
  • 57 Les militants craignent autant que les protestants tentent de brûler les palettes avant la date pré (...)
  • 58 Discussion avec un jeune appartenant au BRY lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.
  • 59 Discussion avec un enfant appartenant au BRY lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.

31En dehors de la structure et de sa localisation, plusieurs activités annexes sont organisées dans l’objectif de protéger le bonfire ou ceux œuvrant à sa fabrication : émeutes pour empêcher la police de s’en approcher56, graffitis menaçant les élus locaux et ceux désirant la démolition du bonfire, présence permanente de jour comme de nuit pour surveiller les palettes et la construction57, dissimulation du visage des participants afin qu’ils ne soient pas inculpés pour incitation à la haine, préparation de cocktails Molotov. Comme il cristallise la division identitaire, le bonfire est aussi l’occasion pour les militants de mener des actions offensives à l’encontre de la communauté adverse. Tout d’abord, les drapeaux brûlés sont volés dans les quartiers unionistes : « On prend une voiture peu connue et on va dans leur quartier vers 04h00. On décroche tous les drapeaux et on rentre. On ne fait jamais deux fois le même quartier car la voiture pourrait être reconnue ensuite. Cette année, on a récupéré une centaine de drapeaux. Pareil l’année dernière »58. Afin de réaliser cette logique de conquête au sein du quartier ennemi tout en respectant leurs règles de sécurité d’un unique passage par quartier, les militants sont amenés à reproduire cette action, et par extension la division identitaire, sur l’ensemble du territoire nord-irlandais. Par exemple, le bonfire de New Lodge possède des drapeaux et banderoles provenant de Ballymacash, un quartier de la ville de Lisburn situé à 13 kilomètres de Belfast tandis que le bonfire du Bogside contient des drapeaux pris dans les villes de Coleraine et Bushmills, soit à 47 et 58 kilomètres de Derry. Ces tentatives de conquête sur le quartier adverse peuvent également être violentes et viser plus directement les membres de celui-ci : « Ça ce sont des bombes de peinture [bouteille de verre remplie de peinture, nda] et là je vais les jeter sur des maisons protestantes comme ça ces bâtards devront payer pour que ce soit lavé »59.

Conclusion

32Profondément marquée par le conflit nord-irlandais, les villes de Belfast et Derry restent des espaces fortement ségrégés entre les nationalistes et les unionistes. À travers l’exacerbation des antagonismes identitaires auxquels appartiennent des quartiers définis, la ségrégation détermine les comportements individuels et collectifs des militants. Ces logiques d’apartheid identitaire placent les acteurs dans une situation d’insularité dans l’ensemble des quartiers où ils se rendent. Cela contribue à la reproduction des représentations collectives sur l’autre et des attitudes de repli ou d’affrontement en cas de face à face.

33L’opposition identitaire entre les deux communautés produit un territoire hautement concurrentiel au niveau de son appropriation. Le quartier devient un espace à s’approprier et à défendre, physiquement comme symboliquement, pour garantir la cohésion du groupe. Par la mise en œuvre de stratégies de provocation ou d’agression du quartier de l’autre et de défense du sien, les militants entretiennent un climat d’affrontement identitaire ancré dans les représentations collectives dont l’enjeu in fine est la possession du territoire. La géographie urbaine et identitaire de Derry conférant une majorité aux catholiques permet d’atténuer une partie des dynamiques ségrégatives observées à Belfast, comme les attitudes de méfiance ou les stratégies pour éviter l’interface. Néanmoins, cette hégémonie identitaire exacerbe d’autres logiques en offrant aux républicains une puissance plus importante, comme lors du bonfire du Bogside qui se révèle être plus élevé, décoré de plus de drapeaux et défendu par davantage d’émeutes que celui de New Lodge.

34Loin de s’être pacifiée, la lutte territoriale s’est au contraire amplifiée puisqu’elle s’est diversifiée. Là où elle ne concernait que l’imposition de sa présence par la force, elle prend aujourd’hui des formes plus variées allant de l’injonction sur la manière de se comporter à des affrontements physiques. Dans un contexte post-conflictuel, la possession de l’espace reste un critère pertinent dont l’enjeu s’avère hautement stratégique au point qu’elle renforce la conflictualité autour de son intérêt et son appropriation.

Haut de page

Bibliographie

ANDERSON, J., SHUTTLEWORTH, I., 1998, « Sectarian demography, territoriality and policy in Northern Ireland », Political Geography, 17, p. 187-208.

BALLIF, F., 2001, « Belfast : vers un urbanisme de paix ? Les recompositions spatiales au sortir de la guerre civile », Les annales de la recherche urbaine, Villes et guerres, 91, p. 53-60.

BALLIF, F., 2012, « Artefacts sécuritaires et urbanisme insulaire : les quartiers d’habitat rénovés à Belfast », Espaces et sociétés, 150, n°3, 67.

BOAL, W.F., 1996, « Integration and Division: Sharing and Segregating in Belfast », Planning Practice and Research, 11, n°2, p. 151-158.

BOAL, W.F., « Belfast: Walls within », Political Geography, 21, n°5, p. 687-694.

BRYAN, D., 2011, « Des droits civils au carnaval : anthropologie de l’espace public à Belfast », Ethnologie française, vol. 41, n°2, p. 289-300.

COHEN, S., 2007, « Winning While Losing: The Apprentice Boys of Derry Walk Their Beat », Political Geography, 26, n°8, p. 951-967.

CRETTIEZ, X., 2011, « « High risk activism » : essai sur le processus de radicalisation violente (première partie) », Pôle Sud, n°34, p. 45-60.

CRETTIEZ, X., PIAZZA, P., 2014, Murs rebelles, Paris, éd. Karthala.

DOHERTY, P., POOLE, M., 1996, Ethnic Residential Segregation in Belfast, Coleraine, Centre for the Study of Conflict, University of Ulster.

DOHERTY, P., POOLE, M., 1997, Ethnic Residential Segregation in Belfast, Northern Ireland, 1971-1991, The Geographical Review, 87, p. 520-536.

DORRONSORO, G., GROJEAN, O., 2004, « Engagement militant et phénomènes de radicalisation chez les Kurdes de Turquie », European Journal of Turkish Studies, https://journals.openedition.org/ejts/198.

DUCLOS, N., 2015, Spoilers ou intermédiaires de la paix ? Les ex-combattants de l’UCK au cœur de l’action internationale post-conflit et de la formation du nouvel État du Kosovo, habilitation à diriger des recherches sous la direction de Guillaume Devin, Sciences Po Paris, 6 novembre 2015, p. 95-116.

FELDMAN, A., 1991, Formations of Violence The narrative of the Body and Political Terror in Northern Ireland, Chicago, The University of Chicago Press.

FERON, E., 2011, Abandonner la violence ? Comment l’Irlande du Nord sort du conflit, Paris, Payot.

GRAHAM, B., WHELAN, Y., 2005, « The Legacies of the Dead: Commemorating the Troubles in Northern Ireland », Environment and Planning D: Society and Space, 25, n°3, p. 476-495.

GROJEAN, O., 2014, « Introduction : Identité, hiérarchie et mobilisation », in Dorrosonro, G., Grojean, O., Identités et politique, Paris, Presses de Science Po, p. 13-44.

LÖW, M., 2015, Sociologie de l’espace, Paris, Maison des sciences de l’homme.

MAILLOT, A., 1997, « Les peintures murales républicaines », Etudes irlandaises, Actes, p. 303-309.

MCDOWELL, S., 2007, « Armalite, the Ballot Bow and Memorialization: Sinn Féin and the State in Post-Conflict Northern Ireland », The Round Table, 96, n°393, p. 725-738.

MCDOWELL, S., 2008, « Commemorating Dead « Men »: Gendering the Past and Present in Post-Conflict Northern Ireland », Gender, Place & Culture, 15, n°4, p. 335-354.

MCDOWELL, S., SHIRLOW, P., 2011, « Geographies of Conflict and Post-Conflict in Northern Ireland: Conflict in Northern Ireland », Geography Compass, 5, n°9, p.700-709.

POWER, J., SHUTTLEWORTH, I., 1997, « Population, segregation and socio-economic change in the Belfast Urban Area (BUA) 1971-1991 », International Journal of Population Geography, 3, p. 91-108.

SCHAR, A., 2017, Réconcilier Belfast Politiques urbaines post-conflictuelles et urbanité en Irlande du Nord, Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme, Université Paris Nanterre.

SHIRLOW, P., 2001, « Devolution in Northern Ireland/Ulster/The North/Six Counties: Delete as Appropriate », Regional Studies, 35, no. 8, p.743–752.

SHIRLOW, P., 2003, « Ethno-Sectarianism and the Reproduction of Fear in Belfast », Capital & Class, 27, no. 2, p.77–93.

SHIRLOW P., MURTAGH, 2006, Belfast Segregation, Violence and the City, Londres, Ann Arbord: Pluto.

SHUTTLEWORTH, I, GREEN, A., LLOYD, C., 2003, Belfast Area Perceptions Study: Mobility, Employment and Exclusion.

SHUTTLEWORTH, I, LLOYD, C., 2009, Mapping Segregation on NIHE Estates outside Belfast.

SHUTTLEWORTH, I, LLOYD, C., 2012, « Residential segregation in Northern Ireland in 2001: assessing the value of exploring spatial variations », Environment and Planning A, 44, 1, p. 52-67.

SWITZER, C., GRAHAM, B., 2009, « ‘From Thorn to Thorn’: Commemorating the Royal Ulster Constabulary in Northern Ireland », Social & Cultural Geography, 10, no. 2, p. 153–171.

WHITE, R., 2002, Structural Identity Theory and the Post Recruitment Activism of Irish Republicans: Persistence, Disengagement, Splits and Dissidents in Social Movement Organizations », Social Problems, 57, p. 341-370.

Haut de page

Notes

1 En Irlande du Nord, les nationalistes se considèrent comme irlandais et souhaitent l’instauration d’un État irlandais indépendant. Les républicains, qui forment la majorité des nationalistes nord-irlandais, sont plus radicaux puisqu'ils revendiquent la fin de la présence britannique pour voir advenir l’unification de l’île sous une république irlandaise égalitariste et possèdent une longue tradition de la lutte armée pour parvenir à leur objectif. Quant aux unionistes, ils se pensent comme britanniques donc ils souhaitent le maintien de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni. Les loyalistes sont considérés comme les militants les plus radicaux parmi les unionistes car ils prônent le recours à la lutte armée pour maintenir le statu quo. Les termes « catholiques », « nationalistes », « protestants » et « unionistes » seront employés lorsque la communauté devra être désignée dans son ensemble qu’il s’agisse d’une dimension physique ou spatiale. Les termes « républicains » et « loyalistes » seront mobilisés lorsque les acteurs mentionnés se revendiquent de ces idéologies.

2 Chez les républicains, la signature des accords de paix initie un apaisement à travers la volonté de la majorité de faire advenir la réunification à travers des moyens pacifiques. Quant aux désillusions, elles visent à questionner la valeur du combat et des sacrifices effectués en fonction du résultat obtenu ainsi que les perspectives d’avenir pour les anciens combattants. Au sein du camp loyaliste, l’apaisement provient de la sauvegarde de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni tandis que les désillusions concernent la pérennité de ce maintien ainsi que les perspectives de réinsertion des anciens combattants dans leur communauté. ;

3 Officiellement, cette ville possède deux noms : Derry et Londonderry. La première appellation est utilisée par les nationalistes tandis que les unionistes usent de la seconde. Étant donné que notre article vise à retranscrire la perception des militants républicains, le choix a été fait de conserver le nom qu’ils donnent à la ville.

4 L’enquête comprend actuellement environ 150 entretiens réalisés avec 120 enquêtés, dont une centaine de militants républicains impliqués dans différents partis, associations politiques ou culturelles, ou des centres sociaux répartis sur l’ensemble du territoire nord-irlandais. À ces militants s’ajoutent des entretiens avec des nationalistes ne se revendiquant pas du républicanisme irlandais, quelques entretiens avec d’anciens combattants loyalistes et des membres de la police nord-irlandaise. Quant aux observations, elles vont du porte-à-porte électoral (participante) à l’émeute et la construction de feux de joie illégaux (non participante) en passant par une diversité d’actions comme les commémorations, les manifestations etc. Elles ont toutes été effectuées au sein des réseaux républicains et ont permis d’approcher, et de discuter, avec d’autres militants en dehors du cadre de l’entretien.

5 Entretien avec trois anciens combattants de l’IRA. Le premier résidait dans le quartier d’Ardoyne à North Belfast, un quartier nationaliste à moitié encerclé par des quartiers unionistes. Le second vient de Clonard, un quartier nationaliste de West Belfast directement en lien avec le quartier unioniste de Shankill. Le troisième habitait à Short Strand, l’unique enclave catholique au sein de East Belfast (entretiens réalisés respectivement les 18/08/16, 07/07/16 et 26/11/15).

6 Entretien avec un ancien combattant de l’IRA résidant dans le quartier nationaliste de Lenadoon à West Belfast, réalisé le 16/04/19.

7 Le 15 août 1969, des unionistes du quartier de Shankill incendient les maisons présentes sur Bombay street habitées en grande partie par des nationalistes. Le 27 juin 1970, les unionistes de Belfast Est tentent d’investir Short Strand, la seule enclave nationaliste du secteur, et de brûler l’église catholique de Saint Matthew qui s’y trouve. Leur assaut sera repoussé par l’IRA faisant de cet événement un moment clé de renaissance du groupe armé.

8 Le Ballymurphy Massacre est une série d’incidents survenus du 9 au 11 août 1971 durant lesquels un régiment de parachutistes britanniques tua onze civils nationalistes. Ce même régiment fût responsable du Bloody Sunday le 30 janvier 1972 en ouvrant le feu sur une manifestation nationaliste faisant quatorze morts et dix-sept blessés.

9 Entretien réalisé à Belfast le 15 février 2017 avec un ancien combattant de l’UVF (groupe armé loyaliste).

10 Entretien réalisé le 21/08/2019 à Belfast avec un vétéran de l’IRA.

11 L’ensemble des prénoms des enquêtés ont été modifiés afin de les anonymiser. Les nationalistes se sont vus attribuer un prénom à consonance gaélique tandis que les unionistes ont un prénom sonnant britannique.

12 1916 Societies est un regroupement de petits groupes de réflexion républicain s’opposant au GFA sans qu’ils soient articulés autour d’une idéologie uniforme.

13 Sinn Féin signifie nous-mêmes en gaélique irlandais. Il s’agit du parti républicain majoritaire tant en Irlande du Nord qu’en République d’Irlande.

14 Proinséas m’a véhiculé de nombreuses fois ce qui m’a permis d’observer ce changement dans son attitude.

15 Le premier itinéraire faisant passer le bus scolaire à travers un quartier unioniste. Après plusieurs attaques du bus, il fût décidé que celui-ci fasse un détour pour se rendre à l’école. Entretien avec une travailleuse sociale à Short Strand réalisé à Belfast le 21/08/2019.

16 Entretiens avec un élu du Sinn Féin résidant à Short Strand et une militante du Sinn Féin à Short Strand (ancienne élue et femme d’ancien prisonnier de l’IRA) réalisés à Belfast les 19/08/2019 et 17/08/2019.

17 Entretien avec un élu du Sinn Féin résidant à Short Strand. Belfast, 19/08/2019.

18 Entretien avec une militante du Sinn Féin à Short Strand (ancienne élue et femme d’ancien prisonnier de l’IRA). Belfast, 17/08/2019.

19 Observation à Short Strand le 17/08/2019.

20 Un bonfire est un bûcher géant construit à partir de palettes de bois. Les militants y déposent des symboles de la communauté adverse (drapeaux, banderoles, affiches électorales, effigie religieuse etc.) avant d’y mettre le feu lors de commémorations.

21 Observation participante avec des militants du Sinn Féin à Downpatricks le 12/02/2017.

22 Eistigi signifie écouter en gaélique irlandais. Il s’agit de l’aile jeune du parti politique Saoradh, signifiant libération en gaélique irlandais, parti républicain d’extrême gauche entretenant des liens avec un groupe armé actuel, la New IRA.

23 Discussion avec Siobhán à Belfast le 06/08/2019.

24 Edward Harland était un homme d’affaire unioniste. Co-fondateur des chantiers navals Harland-Wolff, longtemps l’un des poumons économique de l’Irlande du Nord, il fût maire de Belfast de 1885 à 1886 puis député de Westminster de 1889 à 1895.

25 Entretien avec membre du Sinn Féin élu au conseil municipal de Belfast. Belfast, 15/04/2019.

26 On retrouve la même logique avec des pubs nationalistes à la périphérie de la vieille ville, et des monuments unionistes comme l’Apprentice Boys Memorial Hall ou la cathédrale Saint Colomba situés au centre.

27 Discussion avec cadre du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à Belfast. Belfast, décembre 2015.

28 Les jeunes de la génération post-conflictuelle appartenant aux classes populaires et défavorisés, surtout ceux faisant parti des réseaux anti-GFA, continuent de s’auto-exclure de ces lieux de neutralité.

29 Entretien avec un travailleur social et militant du Sinn Féin à West Belfast. Belfast, 04/04/2019.

30 Entretien avec un travailleur social, militant du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à West Belfast. Belfast, 17/04/2019.

31 Entretien avec un travailleur social, militant du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à West Belfast. Belfast, 17/04/2019.

32 Entretien avec une travailleuse sociale et militante du Sinn Féin à Short Strand. Belfast, 20/08/2019.

33 Visite de North Belfast avec un travailleur social dans une association en faveur de la paix et militant du Sinn Féin (ancien élu). Belfast, août 2016.

34 Entretien avec un militant du Sinn Féin et vétéran de l’IRA à West Belfast. Belfast, 11/07/2016.

35 Groupe armé anti-GFA ayant refusé le cessez-le-feu décrété par l’IRA et les accords de paix ayant suivis.

36 Entretien avec un militant du squat, ancien prisonnier de la Real IRA à Derry. Derry, 09/04/2019.

37 Vert, blanc et orange pour les nationalistes ; bleu, blanc et rouge pour les unionistes.

38 On trouve des inscriptions incitant aux meurtres tels que KAT qui signifie « kill all taigs » (tuez tous les catholiques) ou KAH signifiant « kill all huns » (tuez tous les protestants). Ce dernier graffiti comporte une seconde signification dans le camp républicain signifiant « kill all hoods » (tuez tous les voyous).

39 Discussion avec un militant de 1916 Societies à Derry. Derry, août 2019.

40 Il s’agit d’un mur blanc sur lequel est inscrit « you are now enterring free derry ». Apparu durant la période de Free Derry (moment au début du conflit où les quartiers du Bogside et de Creggan devinrent des zones de non-droit pour les forces de sécurité), cette inscription murale fut régulièrement réécrite. Depuis la fin de la guerre, le monument a été installé à l’exact emplacement de la toute première inscription.

41 Le soldat F est un des parachutistes impliqués dans le Bloody Sunday. Il fait actuellement l’objet de poursuites judiciaires pour cela. Ce cas cristallise les tensions entre les deux communautés étant donné que les unionistes souhaitent l’acquittement de ce militaire tandis que les nationalistes veulent le voir condamner. Observation à Derry, août 2019.

42 Bobby Sands est un membre de l’IRA mort en grève de la faim en 1981 alors qu’il revendiquait le statut de prisonnier politique. Il s’agit du martyr républicain le plus important pour les républicains.

43 Entretien réalisé à Belfast le 17/08/2019 avec un militant du Sinn Féin et peintre de murals pour le parti, vétéran de l’IRA.

44 Le geste de cet enquêté en réaction à l’interaction avec la police est sûrement lié à la présence du chercheur à proximité. Face à la présence d’une tierce personne, il est probable que ce militant ait voulu sur-jouer un rôle à travers l’amplification de son propre engagement. Néanmoins, il a attendu de se trouver devant ce mural spécifique, alors que d’autres se trouvaient sur son chemin, pour mimer son arme ce qui montre l’association opérée entre l’imaginaire politique. Observation à Derry, février 2017.

45 Discussion avec Paedar, un vétéran de l’IRA de Short Strand. Belfast, 17/08/2019.

46 Durant ce siège, la population protestante de Derry résista contre l’armée catholique de Jacques II qui revendiquait la couronne d’Angleterre et d’Irlande.

47 Observation participante à Belfast le 10/08/2019 et discussion avec des militants de Derry les jours suivants.

48 Discussion avec un militant de 1916 Societies à Derry en août 2017.

49 Entretien avec un élu du Sinn Féin résidant à Short Strand. Belfast, 19/08/2019.

50 Observation participante avec des militants républicains à Belfast dans la nuit du 11 juillet au 12 juillet 2016.

51 Discussion avec un jeune appartenant au Bogside Republican Youth (BRY), un groupe militant informel regroupant des jeunes du Bogside à Derry, lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.

52 La discussion a lieu juste après une émeute dont le point de départ est la tentative de destruction du bonfire de la part de la police.

53 Discussion avec un jeune venant de participer à une émeute et impliqué dans la construction du bonfire de New Lodge. Belfast, 09/08/2019.

54 Discussion avec un jeune appartenant au BRY lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.

55 Discussion avec un jeune venant de participer à une émeute et impliqué dans la construction du bonfire de New Lodge. Belfast, 09/08/2019.

56 A New Logde, l’émeute eu lieu durant la journée où le bonfire devait être allumé. Au Bogside, il y eu des émeutes trois nuits de suite au début de la construction du bûcher. Observations à Belfast et Derry, août 2019.

57 Les militants craignent autant que les protestants tentent de brûler les palettes avant la date prévue que les républicains réfractaires au bonfire qui veulent retirer le bois.

58 Discussion avec un jeune appartenant au BRY lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.

59 Discussion avec un enfant appartenant au BRY lors de la construction du bonfire. Derry, août 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : CAIN Web Service, Northern Ireland Statistics & Research Agency
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6244/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Carte 2 - Répartition de la population catholique (en vert) à Derry.
Crédits Source : CAIN Web Service, Northern Ireland Statistics & Research Agency
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6244/img-2.png
Fichier image/png, 667k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hadrien Holstein, « Ségrégation, lutte territoriale et affrontements identitaires dans un espace post-conflictuel, le cas des militants républicains dans les quartiers nationalistes de Belfast et Derry », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6244 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6244

Haut de page

Auteur

Hadrien Holstein

Doctorant en science politique, sous la direction de Nathalie Duclos (ISP, Université de Tours)
Université Paris Nanterre, ISP
hadrienholstein@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals