Navigation – Plan du site
Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales

« Faunes sauvages » en politique. Tisser et mettre en scène un territoire contestataire : de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à Bure

« Wildlife » in politics. To Weave and To Stage a Territory Protest: from the Notre-Dame-des-Landes’ ZAD To Bure.
Pablo Corroyer

Résumés

Cet article cherche à saisir le « régime de territorialité » (Melé, 2011) spécifique aux habitantes et habitants « Autonomes » de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes et de Bure. Ce régime consiste dans une critique « radicale » – faite de gestes quotidiens – de l’aménagement institutionnel et marchand des territoires. Il se constitue à partir des valuations de l’environnement familier des militants-habitants. A force d’engagements intimes et d’épreuves du conflit, il semble que ces luttes soient à comprendre, à la fois comme une territorialisation du politique et comme une politisation du territoire. On se demande le long de quelles lignes des humains, des animaux, des plantes et des « plus-qu’objets » tissent et mettent en scène un territoire qui tend à devenir un acteur collectif de la mobilisation.

Haut de page

Texte intégral

« [L’être humain] ne peut pas ne pas habiter en poète. Si on ne lui donne pas une possibilité d’habiter poétiquement ou d’inventer une poésie, il la fabrique à sa manière » (Lefebvre, 1970, p.113).

Introduction

1Depuis les années 2010, en France, il semble que l’on observe une multiplication des conflits de proximité (Melé, 2013 ; Grisoni, 2015 ; Subra, 2017) liés aux politiques publiques-privées d’aménagement du territoire. Ces mouvements s’opposent à l’extension du phénomène de métropolisation, à travers des projets d’infrastructure devant permettre l’intensification de la mise en circulation des biens, des informations, des énergies et des personnes : Grand contournement autoroutier de Strasbourg, centre commercial d’EuropaCity, champs éolien industriel en Aveyron, base de loisirs de Roybon, centrale à granulés sur le plateau de Millevaches, Ligne à grande vitesse Lyon-Turin... Le processus de métropolisation, dont ces projets infrastructurels relèveraient, est considéré par ses opposants comme un processus de concentration des pouvoirs politiques et économiques ainsi qu’un assujettissement des « campagnes » au service de cette concentration. Sur la Zone à défendre (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes (NDDL) comme à Bure (contre le Centre industriel de stockage en couche géologique (CIGEO)), lieux contestataires auprès desquels nous avons enquêtés, la contestation du projet s’inscrit dans une critique en actes de la métropolisation, et, dans un même mouvement, ces mobilisations sont le lieu d’expérimentation, de fabrication et de mise en récit de façons divergentes d’habiter le territoire.

  • 1 Par la suite, nous ne préciserons plus « de NDDL ».
  • 2 Ces lieux sont éclatés entre les différents villages et non concentrés dans une « zone » : de 0 à 5 (...)

2La ZAD de (NDDL1) est un espace de bocage de 2 kilomètres sur 10, parsemé de cabanes, maisons, habitats légers, hangars, champs, haies, bois, étangs, chemins. Après les opérations d’expulsion du printemps 2018, durant lesquelles une trentaine de lieux de vie ont été détruits, il en subsiste plusieurs dizaines. Concernant Bure, nous désignons par là des espaces plus vastes que le seul village de 84 habitants (Meuse). Nous désignons, à gros traits, un espace de 200km² très peu peuplé, qui comprend une dizaine de villages. Cet espace correspond à l’épicentre du mouvement d’habitation des opposants et comprend champs (agriculture intensive), pâturages, collines, vallons et rivières. Le bois Lejuc, anciennement occupé par quelques dizaines de militant-es, n’est qu’une partie (220ha) des lieux d’opposition au projet CIGEO2. Ce dernier est porté par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Par ailleurs, la ZAD est située très proche de grands axes de circulation routière, transports publics et zones commerciales, et non loin de la métropole nantaise, tandis que le village de Bure est éloigné du premier café (15km), d’une gare (25km) et d’une métropole d’envergure (80km de Nancy).

3Notre article porte sur les enjeux spatiaux et les représentations sociales engendrés et travaillés par les collectifs « Autonomes » qui participent à l’habitation légale ou illégale des territoires contestés. « Autonomes » (ou « toto ») est une catégorie militante d’auto-assignation qui peut désigner des collectifs et des inspirations politiques variées et parfois très conflictuelles entre elles : anarchisme, anticapitalisme, écologie radicale, trans-féminisme, anti-autoritarisme, post-situationnisme, individualisme insurrectionnel, utopies communautaires. Ces collectifs sont donc très hétérogènes, se solidarisant essentiellement autour d’« ennemis » communs (Etat et grandes entreprises) et de certaines bases d’organisation (autogestion, indépendance vis-à-vis des organisations syndicales, partidaires et associatives). Ces collectifs ne constituent qu’une partie des acteurs engagés contre le projet d’aménagement. L’opposition citoyenne au projet d’aéroport de NDDL a commencé dès les années 1960, avec progressivement la création d’associations d’agriculteurs menacés (ADECA), d’agriculteurs militants écologistes (COPAIN 44), de riverains et citoyens écologistes (ACIPA), puis d’autres syndicats, partis et associations. La composante « Autonome » de l’opposition, aussi appelée « mouvement d’occupation », s’est surtout engagée à partir de 2008-2009 à l’issue d’un « Camp Action-Climat » et des appels à occupation lancés par des habitants du bocage (Pailloux, 2015 ; Verdier, 2018). A Bure, la mobilisation citoyenne a débuté à la fin des années 1990 (agriculteurs, riverains et militants antinucléaires au sein de BureStop, Réseau Sortir du Nucléaire, Bure Zone Libre, Meuse Nature Environnement…), tandis que des collectifs Autonomes ont commencé de s’y engager dans les années 2010, à partir d’Assemblées antinucléaires du Grand Est et d’un camp anticapitalisme (« camp vmc ») en 2015.

4Ces collectifs sont à comprendre à partir de leurs pratiques : celles-ci consistent entre autres à occuper, cultiver, jouer, fabriquer, défendre des lieux afin d’en empêcher la captation matérielle et fonctionnelle par des aménageurs. On peut à première vue envisager ce mouvement comme processus d’appropriation « existentielle » (Ripoll, 2005), matérielle, affective, et politique des lieux qui se nourrit (et nourrit en retour) des imaginaires de « sécession » vis-à-vis des institutions de gestion, de marchandisation et de représentation des territoires. Ces imaginaires se cristallisent en partie dans un « régime de territorialité » (Melé, 2011) propre aux collectifs étudiés. C’est pour approfondir ce régime que nos enquêtes se sont centrées sur la composante Autonome des mobilisations de Bure et de la ZAD.

5Cet article est l’un des résultats de plusieurs enquêtes ethnographiques réalisées sur la ZAD en 2016 (deux mois), puis des séjours de quelques semaines cumulées en 2017 et 2018. Nos analyses sur la ZAD se bornent avant les bouleversements pré- et post-expulsions du printemps 2018. A Bure, nous avons mené une ethnographie de longue durée entre l’été 2016 et l’hiver 2017-2018. Les citations proviennent de corpus militants, de mes propres carnets de terrain et entretiens menés. La méthode par observation-participante aurait été selon nous insuffisante pour saisir les pratiques quotidiennes de ces milieux de vie. D’autant que la position de tiers (chercheur ou autre) y est plutôt rejetée, entre autre du fait de l’organisation autogestionnaire. C’est en tant que militant et chercheur que nous nous sommes installés : à la ZAD, dans une petite cabane ; à Bure, dans le dortoir d’une maison collective. Nous avons vécu dans les mêmes conditions et temporalités que les acteurs concernés, participé aux tâches quotidiennes, à l’organisation des lieux et aux actions collectives. De même également que les acteurs, nous avons vécu de très nombreuses interactions difficiles avec les gendarmes mobiles engagés dans le contrôle de ces espaces. La compréhension fine de ces milieux – et la récolte des données – s’est donc faite à l’échelle des corps, des routines et des ruptures, des gestes intimes et publics. Si cet engagement a rendu l’enquête possible, il en marque aussi les limites. Il s’agit de produire une certaine distanciation (dont cet article est l’un des premiers exercices publics), mais aussi de se rendre capable de dire quelque chose de collectifs qui privilégient et valorisent l’auto-production des savoirs réflexifs sur leur mobilisation. Et cela sans « trahir » les acteurs, notamment dans leur anonymat, dans la mesure où ils sont très exposés aux dispositifs de répression policière et de judiciarisassion.

6Nous soutenons ici que ces mobilisations – entre autres objets sociologiques – doivent être étudiées également en-deçà des revendications portées dans l’espace public (Robineau, 2016) ; nous devons nous placer à cette échelle de familiarité où les enjeux de vie et d’action se saisissent. La science politique a pu souffrir d’un certain « stato-centrisme » (Péchu, 2007) rendant difficile la mise en lumière de processus infra-politiques (Scott, 2006) ainsi que des dimensions informelles des mouvements contestataires. Des auteurs en sociologie politique de l’action collective ont néanmoins depuis rendu visibles ces dimensions (Hmed, 2008 ; Combes et al., 2016 ; Dechézelles, 2019), de même que d’autres auteurs, notamment géographes, nous aident à envisager à quel point l’espace est travaillé par les luttes pour sa maîtrise (Lefebvre, 2009 ; Auyero, 2005 ; Melé, 2013 ; Norois, 2016 ; Subra, 2017). Etant donné la relative longue durée des engagements sur la ZAD et à Bure, d’autres travaux aident à penser ce que signifie habiter, s’attacher à et s’engager dans son environnement (Thévenot, 1994, 1996 ; Breviglieri, 2009 ; Centemeri, 2015 ; Pruvost, 2015 ; Barbe, 2016). Certaines approches « repeuplées » des sciences sociales nous aident à mobiliser des êtres non-humains, vivants ou non (Latour, 1994 ; Réseaux, 2010/5 ; Houdard, Thierry, 2011, Bortolamiol, Raymond, Simon, 2017 ; Gabriel-Cohen, 2018), qui, comme des actants (presque) comme les autres, participent à la constitution d’imaginaires contestataires.

7Aidé de ces différentes littératures, nous cherchons à comprendre les conditions et enjeux de politisation du territoire telle qu’engagée par ces collectifs – qu’on dira militants-habitants. Notre question principale est la suivante : à travers quels usages, discours et pratiques le territoire est-il construit en acteur de l’action contestataire ? Nous nous demanderons pour commencer quel est le « régime de territorialité » spécifique élaboré par les collectifs Autonomes, régime qui engage un ensemble hétérogène d’opérations critiques du territoire tel qu’il est produit par l’aménagement public-privé. Ce régime procède lui-même d’un régime d’engagement en familiarité qui engage les militants dans leur environnement. Ensuite, en « faisant parler » des non-humains (Gramaglia, 2011), nous explorerons comment des savoirs ancrés ainsi que des usages intimes et stratégiques des espaces contestataires tissent un territoire qu’on peut alors comprendre comme un acteur collectif de la mobilisation.

Un régime de familiarité pour critique du territoire aménagé

  • 3 Par « valeurs », nous entendons des attitudes manifestes : « la valeur positive que quelqu’un attri (...)

8Les moments de forte conflictualité, comme les occupations et opérations d’expulsion, sont l’occasion pour les collectifs que nous enquêtons d’expliciter et de justifier leurs actions (dont l’affrontement physique et le sabotage) à travers des engagements en valeurs3. Ces derniers qualifient le territoire physiquement défendu et alimentent un fort attachement. Au fil de ces situations se sont donc élaborés et transformés, à la ZAD et à Bure, les éléments d’un « régime de territorialité réflexive » (Melé, 2011) en « résistance au régime en plan des maîtres d’ouvrage ». (Dechézelles, Olive, 2016).

Un régime d’engagement en familiarité pour valoriser et defendre le territoire

9Sur la ZAD, pendant les opérations d’expulsion de fin 2012 et d’intenses affrontements entre occupants (et leurs soutiens) et forces de l’ordre, une ferme abandonnée est occupée. Fruit d’une alliance entre agriculteurs militants (COPAIN 44) et une partie des occupants, « l’ouverture » de la ferme de Bellevue est construite comme un acte public et immédiatement revendiqué dans le cadre de la mobilisation contre « l’aéroport et son monde » :

  • 4 « Prise de parole des Habitants qui résistent », octobre 2012.

« Beaucoup parmi vous connaissent ces lieux. Pour celles et ceux qui habitent ici, légalement ou illégalement, tout est familier : les voisins avec qui l’on partage des moments de fête et d’échange, de lutte et de résistance. Les jardins que l’on bichonne, les fermes rythmées par les horaires de la traite, les chemins dans lesquels on se perd pour cueillir mûres et champignons (…) Nous ne tomberons [pas] dans le piège de la négociation avec Vinci qui veut faire de nous des accompagnateurs du projet (…) Ils ont les moyens de faire de cette zone un désert4 » (Camille, 2013).

10Dans ce discours, comme dans beaucoup d’autres à cette période, le territoire défendu (ici le bocage) n’est pas qualifié ou valorisé à l’appui d’ordres de grandeur (Thévenot, 1996, 2006) liés à des problèmes publics reconnus (comme la « destruction des terres agricoles » ou la « dégradation de l’environnement »), mais sur le partage d’expériences sensibles de l’environnement familier. En effet, les justifications des mobilisations écologistes et d’agriculteurs contre le projet d’aéroport ou de « poubelle nucléaire » diffèrent dans la mesure où elles produisent des valuations et des qualifications juridiques du territoire, participant à la délimitation administrative d’espaces comme la zone humide, la terre agricole ou la forêt (Melé, 2011). Dès lors, elles usent de grandeurs comme « l’intérêt général », la « démocratie » ou des statuts juridiques de conservation. Plutôt qu’une montée en généralité (Lolive, 1997), nous observons chez les acteurs Autonomes de fortes « montées en particularité » par lesquelles ils cherchent à détourner le territoire de ses fonctions établies par l’aménagement institutionnel et marchand. Ainsi des occupants, après l’annonce gouvernementale d’une consultation publique en Loire-Atlantique pour mettre fin au conflit (Rivière, 2016) :

  • 5 « Face au jeu de dupe de la consultation publique, continuons à construire un avenir sans aéroport, (...)

« Pour nous, le sort de ce précieux bout de bocage doit être pris en charge avant tout par ceux et celles qui l'aiment et en prennent soin, celles et ceux qui le cultivent et l'arpentent au quotidien, habitent sur place ou dans le voisinage. (…) l'histoire du bocage de NDDL est avant tout une affaire sensible, faite de rencontres et de solidarités concrètes, de chair, de larmes et de joies innombrables. Son destin ne peut en aucun cas être soldé froidement par quelques bulletins de vote censés donner la voix d'une majorité abstraite et lointaine5. »

  • 6 « [Auprès des édifices de Vinci], quoi de plus frêle que ces assemblages de bois, de paille et d’ar (...)

11Les occupants auteurs de cette déclaration opèrent une mise en valeur publique d’attachements sensibles et singuliers, noués dans la vie quotidienne. La mise en avant du caractère habité et attaché de l’environnement défendu vient construire son caractère incommensurable. « En promouvant une appropriation des lieux qui alimente un enracinement physique, bien plus qu’identitaire, le territoire devient ainsi « résistant » et sa perte non compensable. » (Centemeri, 2015). On peut dire que cette incommensurabilité participe du caractère non-négociable que revêt l’action collective. L’environnement est également appréhendé comme fragile : qu’il s’agisse de cabanes construites par le mouvement anti-aéroport6, d’espèces rares habitant dans la forêt de Rohane (ZAD), du chat sauvage ou des chênes du bois Lejuc (Bure) ou encore de villages (Bure), les opposants en appellent souvent à l’auto-défense comme forme de soin de ce qui est vulnérable. Les auteurs de ces déclarations semblent participer d’un régime d’engagement en familiarité (Thévenot, 1994). Cela signifie que l’engagement est défini et maintenu à partir d’une incorporation de l’environnement familier. Comme on a pu l’observer à Bure :

  • 7 Extrait de carnet de terrain, 03/05/17.

Nous sommes à Barricade-nord, le soir autour du feu. Il est tard, il faut décider de qui « tiendra la barricade » demain matin à partir de 5h. Nous sommes peu nombreux-ses et « il faut que ça tourne ». Parmi nous, Hyacinthe est arrivé il y a quelques jours dans le bois Lejuc. Il se porte volontaire avec d’autres. Un habitant plus ancien de Barricade-nord lui explique les différentes étapes du « réveil déter’ » ; qu’il faut être prêt à se masquer si des gendarmes arrivent, réveiller rapidement tout le monde, prévenir par talkie-walkie les habitant-es des cabanes perchées, etc. (…) Au cas où, on lui montre aussi les quelques moyens artisanaux pour se défendre et les ralentir. Hyacinthe paraît un peu perdu, mais quand même prêt à faire tout cela. Je lui demande s’il a un peu l’expérience de ça. Il me dit : « non, je n’ai jamais été en manifestation. Mais d’avoir vu la forêt, d’avoir vécu un peu avec vous, ça me donne confiance. J’ai envie de défendre tout ça7. »

12On comprend qu’à partir d’un régime de familiarité se développent des attachements. C’est en partageant les valeurs des occupants, c’est-à-dire les façons et les raisons de prendre soin des lieux, que s’impose l’impératif de défense. Si Hyacinthe n’a pas été socialisé préalablement à une pratique militante radicale, il semble que l’expérience de vie, nuit et jour, avec ses difficultés et ses joies, puisse produire de fortes bifurcations biographiques.

Photo 1 - Barricade-nord, 01/04/2017

Photo 1 - Barricade-nord, 01/04/2017

Crédits : Thomas Baïetto, France télévisions

13On doit aussi comprendre ce régime d’engagement en familiarité à partir de l’informalité et des illégalismes qui sont déployés sur la ZAD et à Bure. Non seulement les actions collectives majeures, mais aussi, au quotidien, l’approvisionnement, la construction ou les déplacements sont souvent réalisés contre des normes administratives, légales et marchandes. Ces activités (et les éventuelles conséquences répressives) nécessitent un certain nombre de tactiques de dissimulation qui limitent de fait l’exposition publique de la mobilisation. La barricade, comme dispositif socio-technique, participe à fabriquer un rapport d’opposition frontale avec les pouvoirs publics, de même qu’elle engage certains types de rapports sociaux entre les occupants qu’elle protège (entraide, compétition, débrouille). Ce rapport d’opposition met aussi en jeu une distribution parfois genrée des rôles militants. Bios décrit ses rapports au « défensif » lorsqu’elle vivait dans le bois Lejuc :

  • 8 Entretien, n°6, Bios, 11.05.19.

« J’ai affronté la peur, comme le fait de se sentir en guerre avec l’Etat français. J’avais pas envie d’être un soldat, mais je voyais bien qu’on était un lieu en défense, qui se faisait souvent harceler par l’Etat français à travers la police. (…) Ce mode guerrier était aussi une façade, un jeu viriliste. Les flics nous attaquaient jamais vraiment. Mais il y avait une pression policière constante, donc il fallait se préparer à ça : cultiver l’anonymat. Les gens se masquaient ou se cachaient pour pas être pris en photo par l’hélico. Pratiquement toutes les nuits les flics étaient devant la barricade et nous éclairaient avec une maglight (lumière très puissante), donc il y avait toute une organisation autour de ça. (…) Beaucoup de jeunes mecs qui étaient là jouaient un peu leur égo viril dans cette espèce de guerre (…) ; ça leur donnait peut-être aussi du courage8. »

  • 9 ibid.

14A Bure, le « masque de hibou » s’est largement répandu entre 2016 et 2018, parmi les collectifs Autonomes mais aussi parmi des manifestants citoyens exprimant par là leur solidarité avec les « hiboux du bois Lejuc » (désignant les occupants) autant que leur appartenance à une « communauté de lutte » intégrant les vivants non-humains comme acteurs politiques. Autant reprise dans des morceaux de raps militant que dans des communiqués de presse d’une association d’élus contre la « poubelle nucléaire », l’image du hibou a été considérée par une partie des militants comme trop homogénéisante ou « trop bisounours »9

  • 10 Photo prise par des opposant-es, [en ligne] ricochet.cc, consulté le 25/02/19.

Photo 2 - Manifestation anti-CIGEO à Bar-le-Duc, 16/06/201810

Photo 2 - Manifestation anti-CIGEO à Bar-le-Duc, 16/06/201810

15L’usage répandu de pseudos fait aussi partie des stratégies plus larges de dissimulation pour brouiller la compréhension de l’organisation militante par les forces de l’ordre. L’informalité comme les illégalismes sont des cadres d’action qui maillent des territoires déviants du territoire lisible et transparent. Pour les militants, tisser un territoire « résistant » consiste en partie dans ce maillage discret qui rend possible un certain nombre de pratiques nécessaires à l’autonomie matérielle des collectifs : « récup’ » (réemploi d’objets jetés par les entreprises), « choure », piratages des réseaux d’eau et d’électricité, etc. S’engager dans le proche, c’est donc aussi être initié par les autres à des pratiques ignorées jusque-là et parfois dangereuses, à des « bons plans », « plans skred [discrets] » et lieux-refuges. Ces illégalismes participent à brouiller en partie la « lisibilité » du territoire contesté (Scott, Theranian, Mathias, 2002). Ces tactiques doivent cependant composer avec la relative faiblesse, à Bure, des réseaux de solidarité avec les villageois déjà implantés dans le territoire, ainsi qu’avec les forces de l’ordre qui opèrent, du moins à Bure, un maillage serré du territoire.

Légitimer l’action par l’histoire.

  • 11 [En ligne] vmc.camp, consulté le 25/02/19.

Affiche 1 – Affiche réalisée par un groupe « Autonome » - 15/07/201811

Affiche 1 – Affiche réalisée par un groupe « Autonome » - 15/07/201811
  • 12 [En ligne] grandest.confederationpaysanne.fr, consulté le 25/02/2019.

Affiche 2 - Affiche réalisée par des associations opposantes – 04/201712

Affiche 2 - Affiche réalisée par des associations opposantes – 04/201712

16Ces affiches semblent dénoncer l’assignation des « campagnes » au rôle de déchets de la métropolisation, La Meuse est perçue par les militants ainsi que par une partie des habitants sur place comme un territoire « sacrifié » par les impératifs de croissance de l’industrie nucléaire.

  • 13 Marius, « Il faut avoir créé un désert agricole pour bâtir un cimetière atomique », Jef Klak, 11/08 (...)

« Ce qui a permis à l’ANDRA de prendre les terres agricoles aussi facilement à des familles paysannes, c’est la modernisation et la concentration du secteur agro-alimentaire (…) Les copains et les copines nous parlent des vieilles traditions de Lorraine : les gens se réunissaient le soir, des terrains étaient partagés, du matériel collectivisé [. C’est l’anéantissement de ces pratiques durant les quarante ou cinquante dernières années (…) qui a préparé le terrain. (…) L’agence vient s’enchâsser dans une logique qui remonte à l’époque où apparaît le nucléaire, marquée par une offensive du capitalisme sur les territoires ruraux et les formes de vie qui y perdurent13. » (Jef Klak, 2016)

17En dénonçant ce processus au long cours d’ « offensive » contre les territoires, ces militants-habitants de Bure cherchent à ancrer le sens de leurs propres pratiques dans une histoire longue. Les usages interprétatifs du passé viennent qualifier l’ « ennemi » contre lequel tous les habitants devraient se solidariser, mais aussi qualifier la mobilisation elle-même, comme étant non pas « hors-sol » mais consciente de l’histoire du territoire. Nous avons moins affaire ici à la mise en avant d’un rapport patrimonial de conservation des territoires qu’à des usages stratégiques du passé permettant de définir un avenir alternatif à celui que le projet d’aménagement est censé produire.

  • 14 « OCCUPYlaMeuse », Couarail n°4, été 2016, [en ligne] vmc.camp.

« Là où ils veulent déboiser, nous construisons des refuges. Là où ils érigent des barbelés nous ouvrons des chemins. Là où ils fabriquent leur désert de solitude et de résignation, nous affirmons notre joie d’être ensemble, en résistance14. »

18Si les territoires sont « sacrifiés » par les politiques nucléaires, les acteurs mobilisés prétendent, eux, les « libérer » de l’emprise de l’ANDRA. Ainsi, lorsque le bois Lejuc est occupé en 2016 (par des Autonomes, des habitants dits « historiques » et des militants écologistes), il est considéré comme une « forêt libérée ». Au centre des espaces occupés, un préau en bois est monté et nommé « couarail », en référence à ce moment de discussions (en lorrain) pendant lequel les habitants des villages réalisaient ensemble des tâches quotidiennes. Pendant quelques semaines, le bois occupé a pu être l’occasion de médiations et de rencontres entre habitants des environs et militants nouveaux venus. Ces usages politiques du passé local sont restés néanmoins très limités, notamment du fait des liens assez faibles entre militants et habitants historiques.

19La justification de l’occupation par l’intégration dans une histoire longue du territoire et de l’opposition à la « poubelle nucléaire » est plus propre à la première occupation du bois Lejuc (été 2016) dans la mesure où celle-ci a été en grande partie portée par des militants tenant à cette narration de la mobilisation. Lors de la seconde occupation, qui s’installe dans la durée (de septembre 2016 à février 2018), les attachements et discours de politisation de l’habitation du bois se déplacent vers une valorisation du rapport intime à la forêt et vers une intensification de la conflictualité avec les forces de l’ordre. Ce sont alors distingués (voire affrontés parfois) plusieurs imaginaires de lutte et façons d’habiter le territoire, et d’interagir avec les habitants historiques. Les militants qui défendaient la reprise d’usages passés ont été accusés de « faire de la com’ » ou du passéisme. La mise en valeur du lien avec les habitants historiques a également pu mener à des conflits autour de ce que ces liens apportaient de problématique : consommation d’animaux lors de repas collectifs organisés avec eux ; tenue des lieux servant d’entrée pour le bois : réactions à adopter en cas de propos sexistes ou racistes.

20Les différents rapports à l’histoire restent ambivalents, notamment quant à la mise en récit de la mobilisation. Certains collectifs qui ont pris en charge cette tâche, et ont connu le plus de publicité (Mauvaise troupe, 2016, 2017 ; Comm’un, 2019), ont été accusés de dresser une narration qui atténue les conflits et les rapports de pouvoir qui ont maillé l’histoire de la ZAD et le rapport aux organisations mobilisées.

(Se) Construire à portée de main.

21Nous n’avons pas seulement affaire à une politisation stratégique de l’environnement, mais aussi à des relations d’interdépendances matérielles et affectives entre les occupants et leur environnement proche. On comprend notamment cela lorsqu’on observe les processus de construction des habitats légers. Ils nécessitent des végétaux ou minéraux trouvés sur place, des matériaux récupérés dans les environs, ou parfois des dons, du vol ou des achats collectifs. Bios – qui a vécu à la ZAD puis à Bure – raconte qu’elle a construit ses flex-yourtes grâce à une brochure militante, des savoirs profanes d’habitants de la ZAD, des outils prêtés et divers matériaux :

  • 15 Entretien n°6, Bios, 11.05.19.

« Ce qui était génial dans le bois Lejuc, c’était de pouvoir poser son habitat ou son abri où on veut, hors de toute idée de propriété privée. Et ça ça donne une extrême liberté sur comment tu vas créer ton habitation, la penser, la rêver (…) [La première flex-yourte], je l’ai faite en châtaigner AOC [rires] de la ZAD, de la Chat-Teigne – enfin, en demandant aux habitants avant évidemment ! (…) C’état idéal parce que quand tu fais une flex-yourte il te faut de la tige fine et bien droite. (…) La deuxième était en noisetier [du bois Lejuc], et la dernière en douglas15. »

22Ou comme le montrent ces observations (sur la ZAD) :

  • 16 Extrait du carnet de terrain, 25.02.16.

J’ai participé à la fabrication d’une cheminée à la Chèvrerie, avec des matériaux qu’on a trouvé dans le coin : l’eau au puits, l’argile juste à côté, de grosses pierres à la lisière d’un bois proche, des briques de terre crue chez des voisins, de la paille dans un champ avoisinant. Personne n’avait tous les savoirs nécessaires à cette fabrication, ce qui a multiplié les échanges entre les habitants du lieu, avec les voisins ou les visiteurs de passage (un livre a été cherché sur les constructions en argile, à la Boîte noire, mais sans succès). La cheminée a clairement été le fruit d’un effort collectif et de motivations qu’il fallait chaque jour relancer. Tout a été fait à la main, à l’aide des pieds (pour tasser l’argile) et quelques outils rudimentaires. Même si Moineau guidait plutôt le chantier, c’est surtout l’improvisation qui dominait, avec chaque idée discutée ensemble. J’ai l’impression qu’on s’adaptait aux matériaux et aux outils, « avec ce qu’on a[vait] sous la main », plutôt qu’on ne les adaptait à un plan. A la fin, Moineau s’est dit très satisfait et se sentir « davantage chez [lui] » maintenant qu’une telle cheminée remplaçait la boisinière blanche en ferraille16.

23La proximité (épistémique et matérielle) avec les matériaux permet d’incorporer des savoirs et d’ainsi se requalifier comme personne ayant prise sur son corps et son entour. La personne se prend elle-même comme sujet d’expérimentation et de transformation politique. L’origine proche des matériaux, les modalités d’apprentissage, l’informalité et l’illégalité sont autant de conditions qui alimentent un sentiment de « liberté » chez les militants-habitants, à partir des conditions environnementales, des liens d’entraide et des stratégies d’affrontement avec l’aménageur ou les forces de l’ordre. A travers une multiplicité de pratiques de bricolage, de réemplois, de glanage, d’élevage, de soin et de contemplation, malgré le caractère parfois conflictuel de ces différentes pratiques, l’environnement qu’il s’agit de défendre est vécu comme un entrelacs d’acteurs non-humains. Ceux-ci abritent, entretiennent, soignent, défendent, nourrissent les acteurs humains. L’environnement n’est donc pas qu’un objet ou un enjeu de l’action collective : il en est également la trame. Non seulement « le moindre geste » est politisé (Pruvost, 2015, 2017), mais, à travers des processus de sélection, des êtres, inanimés ou vivants, sont intégrés à l’action collective.

24L’environnement, construit en « territoire », est donc ici le vecteur autant que l’enjeu de la mobilisation collective. On peut dès lors se demander si l’interdépendance de relations d’intimité quotidiennes ainsi que la mise en représentation du territoire (« peuplé » de non-humains) ne transforment pas le territoire lui-même en un acteur collectif de la mobilisation.

Le territoire comme acteur de la mobilisation ?

25Les impératifs et conditions de la mobilisation façonnent progressivement le territoire défendu (bocage ou zone de Bure) : construire et cultiver illégalement, échapper aux forces de l’ordre, organiser du ravitaillement, empêcher des travaux par le blocage ou le sabotage… A force d’être maillé de barricades, de tranchées, d’animaux non-pucés, de tags, de constructions illégales, de cultures sauvages, d’espaces forestiers laissés à eux-mêmes ou offerts aux cueillettes, de champs squattés, le territoire devient lui-même un environnement qui trace, motive ou restreint des séquences de l’action collective. La forme des arbres, la taille des chemins, l’étendue et la forme de culture des champs, la configuration des lieux en général créent ainsi des opportunités d’action ou au contraire en referment. Ces opportunités sont multipliées par des expériences d’apprentissage et de fabrication, de liens de sociabilité mais aussi des articulations imaginaires et pratiques avec les non-humains,

Apprentissages et politisation du moindre geste

  • 17 Entretien n°1, Winnie, 12.12.15.

« D’un point de vue très quotidien, c’est par les constructions que je me suis senti vraiment habiter, et par les plantes. Pouvoir partager cette connaissance, de pouvoir soigner quelqu’un avec les plantes du champ d’à côté, pouvoir faire qu’il ait plus besoin de moi après en lui transmettant les pouvoirs de telle ou telle plante… Je me suis beaucoup senti proche des gens, (…) Tu enrichis la connaissance collective, et donc aussi l’autonomie collective17. »

  • 18 Pratique organisée par les communes qui consiste pour les habitants d’un village à couper eux-mêmes (...)

26La connaissance pratique du territoire ainsi que ses représentations sont des enjeux de la mobilisation. Les militants fabriquent de diverses façons, leur intelligibilité du territoire. A travers cartes, dessins, usages, récits ou balades. Qu’ils soient annoncés dans le journal local (ZAD news, Hibou express) ou simplement communiqués de proche en proche, de très nombreux « ateliers » auto-organisés marquent la vie sociale de ces territoires : balades-cueillettes, concoction de remèdes, grimpe, création de jardins médicinaux ou de potagers, « auto-défense informatique », self-défense en mixité choisie, etc. Des ateliers sont co-construits avec des acteurs de la mobilisation non-Autonomes : de la cartographie, avec notamment des géographes ; des inventaires naturalistes participatifs ; de la transmission de savoirs sur l’élevage, ou sur l’usage du tracteur, par l’intermédiaire d’agriculteurs et d’éleveurs professionnels… Contrairement aux ateliers qui circulent habituellement dans les collectifs Autonomes et qui sont assez consensuels, ceux-là sont parfois fortement critiqués en interne : les cartographies, parce qu’elles rendent le territoire plus lisible, voire créent des zonages dans la zone ; les échanges de savoir-faire avec les agriculteurs sont critiqués par des habitants antispécistes en tant qu’ils favorisent le développement d’une agriculture mécanisée et la pratique de l’élevage. L’apprentissage est en tout cas une pratique centrale dans ces espaces, et se fait le plus souvent de manière informelle et « affinitaire ». Ces lignes de sociabilité peuvent aussi conduire à une certaine clôture des collectifs Autonomes vis-à-vis des autres réseaux sociaux proches. En atteste ce témoignage d’une militante-habitante installée depuis plus d’un an dans un village proche de Bure et qui raconte les affouages18 :

« [Une] amie de la lutte connaissait des gens [d’une autre ZAD] qui étaient rodés à la coupe de bois et qui voulaient bien venir nous former. Ça a été l’occasion (…) d’apprendre à abattre et débiter les arbres. Il y a une infinité de choses à savoir et à sentir. (…) [Ensuite], le débardage [a] nécessité que nous apprenions à nous servir d’un tracteur avec une remorque (…) Nous avons emprunté le tracteur collectif de la lutte. Un de nos amis avait fait une formation de tracteur, et un autre avait aidé son père agriculteur (…). J’ai moi-même appris à conduire le tracteur.

  • 19 Entretien n°5, Chair, avril 2019.

(…) Nous ne nous sentions pas en mesure de demander à quelqu’un du village. Pas assez de confiance, et puis personnellement je me serais sentie mal de demander à des gens qui travaillent et qui n’ont pas que ça à faire, de nous aider, nous qui ne travaillons pas. A l’inverse nous avons pu demander de l’aide à des gens «comme nous », qui vivent hors du salariat. (…) J’aime le fait qu’on compense notre manque de savoir-faire individuel par de la solidarité, de l’entraide, des amitiés, et une joie partagée19. »

27Ces apprentissages viennent continuellement épaissir l’environnement familier en le chargeant en valeur. Apprendre à réparer un vélo sur lequel on traversera le territoire d’un lieu ami à un autre ; s’entraîner au jet de cailloux comme prise en charge corporelle de la défense des lieux familiers ; révéler et nommer des champignons en marchant avec des amies dans un bois occupé – avec un panier qu’on a appris à tisser ; chercher les lieux vulnérables au sein desquels nouer une barricade, et découvrir des façons d’en fabriquer.

Animaux, végétaux, objets : faire parler des « complices »

Photo 3 - « Zadistes ultra-légumes posant avec leurs armes »

Photo 3 - « Zadistes ultra-légumes posant avec leurs armes »

Sources : Camille, 2013, p.126

Photo 4 - Triton brûlant un avion de bois – Rassemblement 10/02/2018

Photo 4 - Triton brûlant un avion de bois – Rassemblement 10/02/2018

Sources : AFP

  • 20 Face à la menace d’extension du camp militaire du Larzac, 103 familles paysannes s’engagent dans un (...)

28L’intégration de non-humains dans les imaginaires et pratiques de l’action collective n’est pas nouvelle. Dans les luttes rurales puis écologistes, la mise en avant des fourches, tracteurs, fumiers ou moutons dans la mobilisation participait déjà de l’action collective comme de la vie quotidienne des acteurs (Lynch, 2019). Ne citons que les soixante brebis du Larzac qui viennent brouter l’herbe du Champ de Mars en 197220.

  • 21 « 22 février. La faune sauvage déboule du bocage : biodiversité de la subversion. », Nantes.indymed (...)

29Les opposantes et opposants Autonomes prônent également une mobilisation à laquelle participeraient les vivants non-humains. Sont par exemple représentées comme « complices » les « patates rebelles qui squattent les terres de l’Agence » (Courail n°4, texte cité). Les humains militants s’identifient à des animaux ou végétaux – comme en « faunes sauvages [déboulées] du bocage » lors de la manifestation émeutière du 22 février 2014 à Nantes21, ou à des animaux se battant auprès d’eux – comme dans cette revendication d’une action de tag liée à Bure :

  • 22 « Solidarité avec nos cousins et cousines hiboux de Bure », [en ligne] manif-est.info, 18/03/2018.

« Des hirondelles (…), d’ordinaire diurnes, se sont envolées en pleine nuit vers (…) le siège social de l’association « naturaliste » Hirrus [nom latin de l’hirondelle, ndlr] [et] ont envoyé un message clair à ces traîtres [qui travaillent pour l’ANDRA, ndlr] (…) Les autres espèces animales et végétales, peu désireuses de devenir radioactives, ne manquent pas de moyens pour faire cesser la collaboration de ces associations avec l’ANDRA22. »

30Des vivants non-humains, comme ceux habitant en forêt, peuvent également constituer des ressorts affectifs d’attachement. « Allis » (arbres et ronciers qui protègent les lisières), « voisins » croisés parfois (sangliers, chevreuils, chat sauvage) ou parasites dangereux (comme la tique) alimentent le sentiment d’ensauvagement des militants-habitants du bois occupé, ainsi qu’un certain processus d’identification collective. Les êtres vivants sont souvent considérés comme des cohabitants, dont la présence attache l’occupant en même temps qu’elle donne de la valeur à son action.

  • 23 Entretien n°6, Bios, 11.05.19.

« Il y avait un énorme chêne qui trônait au milieu de la prairie. Pendant la première période où on est arrivées là, on était bombardées de glands qui nous tombaient sur la tête à longueur de journée, tellement cet arbre était énorme et produisait un nombre de glands incroyable et donc on faisait des blagues sur les glands à longueur de journée [rires]. Et du coup au début on avait appelé le lieu la Glanderie. (…) Moi ma yourte c’était la Pouillerie, la yourte collective c’était la Morpionnerie, la cuisine l’hiver c’était la Galerie, et la cuisine d’été c’était la Tiquerie [rires]23. »

  • 24 Entretien n°7, Noyer 17.05.19.

« Un jour je suis revenu après plusieurs semaines d’absence. Je rentre dans ma tente et là je vois sur mon duvet mon t-shirt en charpie. Il y a plein de petites crottes, et un petit trou rond dans ma tente. Je comprends qu’une maman souris était venue dans ma tente, s’était fait un nid avec mon t-shirt, et a accouché dedans. C’est génial, j’étais pas là, elle a profité de la maison, elle a bien fait. ça m’a ému d’avoir partagé ma tente avec un petit être de la forêt qui a fait ses bébés là24. »

31Cette (mise à) contribution des êtres non-humains dans l’action collective concerne également les êtres inanimés. Leur représentation peut servir à valoriser des « armes » comme éléments du territoire, en réaction à des catégorisations étatiques :

  • 25 « Lettre ouverte du mouvement armé au préfet de Loire atlantique, M. Christian de Lavernée », [en l (...)

« Nous sommes un mouvement armé de (…) palettes et de vis, de pierres parfois - même s’il y a ici plus de boue et de prairies, de carottes et de poireaux, d’humour et de tracteurs, d’objets hétéroclites prêts à former spontanément des barricades et d’un peu d’essence au cas où, d’aiguilles à coudre et de pieds de biche, (…) de vélos et de cabanes,(…) de pansements pour nos blessés (…) de binettes, (…), de liens indestructibles et d’amitiés féroces25 ».

32Nous appelons ces objets des « plus-qu’objets », c’est-à-dire des objets qui ne sont pas « invisibles, asociaux [ou] marginaux » (Latour, 1994), mais travaillés par de fortes ambivalences d’usages et qui portent, souvent explicitement, des valeurs politiques pour les humains auxquels ils se lient. Par exemple, pour les militants exclus ou s’étant exclus depuis longtemps du marché du travail, ces plus-qu’objets deviennent des vecteurs d’identification, en nourrissant des savoirs populaires profanes. Le rôle de « barricadier » par exemple, peut autant conduire à une requalification de la personne comme gardien du territoire qu’à une assignation (elle-même produite par une division du travail militant) vécue douloureusement.

  • 26 « (…) Ici, on ne sait plus très bien ce qui est abri, ce qui est outil, ce qui est arme, ce qui est (...)

33Plus généralement, l’ambivalence des usages – d’habitation et d’auto-défense26, de la culture, du soin et de l’affrontement –, est un résultat de l’organisation de la vie sociale de la ZAD et de Bure. A force de ce conflit par habitation, l’arbre devient barricade, foyer, source de chaleur, ou l’arbre est à contempler, multiple abri d’espèces, nid et nichoir. La dimension d’auto-défense de la vie quotidienne est à ce point intégrée que les plus-qu’objets acquièrent une réversibilité constante, par exemple lorsqu’il faut improviser un affrontement avec des gendarmes qui abordent la lisière du bois occupé. Les cordes et baudriers, qui servent chaque soir à monter se coucher dans sa cabane en haut d’un arbre, serviront à y monter en cas de tentative d’expulsion du bois par les forces de l’ordre ; les barbelés, dont l’ANDRA se servait pour empêcher l’accès au bois Lejuc, ont ensuite servis à consolider les barricades des occupants (cf. supra). De même pour ces pneus qui, un jour, ont servi de piliers de fortune pour une table extérieure et le lendemain sont détournés de leur usage pour reconstruire une barricade qui vient d’être incendiée. De même, pour les échelles, pieds de biche, barres à mine, qui servent à la fois aux chantiers et aux actions de sabotage. Un jour, la tronçonneuse a servi aux affouages, le lendemain elle sabote des barrières barbelées et améliorent une barricade (« Bure, première semaine d’occupation », Courail n°4, été 2016).

  • 27 Extrait de carnet de terrain sur la ZAD, 02/2016.

[ZAD] Des coups de feu ont retenti au loin ainsi que des aboiements de chiens (probablement des chasseurs). Quelques minutes après, Farfadet arrive essoufflé et inquiet dans notre cabane et nous demande si on n’a rien vu d’anormal. « J’étais en train de bosser sur ma cabane quand j’ai entendu, j’ai eu peur que ce soit des fachos ! j’ai couru partout avec ma barre à mine !27 »

34Ces outils-armes, ces fronts-foyers, ces « légumes combattants » mettent en circulation des savoirs situés, des lignes d’affinité (donc aussi d’exclusion), d’entraide, de confiance et de défiance (si un objet est abîmé, cassé ou non-rendu). En circulant, les plus-qu’objets dessinent une subjectivation territoriale et des attachements puissants. Les multiples usages de recyclage, transformation, détournement ou partage que se prêtent à jouer les plus-qu’objets sont la matière et la trame de l’action collective. On pourrait définir l’habitation contestataire ici en tissage comme une constellation de prises que donnent à sentir et saisir ces circuits d’usages des plus-qu’objets. Ce sont ces prises, pour lesquelles les êtres inanimés sont les médiateurs indispensables –, qui territorialisent la politique contestataire (Barbe, 2016) et politisent le territoire. Cependant, les médiateurs, qu’ils soient vivants ou non, ne suivent pas des lignes homogènes et pacifiées.

De la « hutte des classes28 » et des conflits de valeur

  • 28 Nom d’une cabane construite près d’une barricade, durant la première occupation du bois Lejuc (été (...)
  • 29 Photo mise à disposition de l’auteur.

Photo 5 - Photo prise par un visiteur le 14 janvier 2016 sur la D281 (ZAD)29

Photo 5 - Photo prise par un visiteur le 14 janvier 2016 sur la D281 (ZAD)29

35Les vivants non-humains ne conduisent pas qu’à solidifier des processus d’identification collective. Ils peuvent être au contraire l’enjeu de dissensions internes fortes. D’abord, certaines règles ont été implantées avec la justification de permettre des cohabitations pacifiques entre animaux. Sur la ZAD, certains lieux sont explicitement interdits aux chiens par leurs habitants humains qui craignent pour leurs moutons ou leurs poules. Ces règles sont perçues par une partie des compagnons humains de chiens (notamment de culture punk), qui vivent dans d’autres lieux de la ZAD, comme des exclusions, non seulement des chiens mais aussi d’eux-mêmes, qui doivent s’en séparer pour pénétrer dans ces lieux. Les lieux interdits aux chiens sont par ailleurs souvent des cabanes ou des maisons qui possèdent un certain confort matériel (isolation, électricité, internet) et organisent des activités agricoles et d’élevage, davantage valorisées par les autres acteurs mobilisés (agriculteurs, militants citoyens). Ces usages produisent donc nécessairement des différenciations socio-spatiales, voire des frontières, vis-à-vis desquelles les « punks à chiens » se disent considérés en parias ou individus dangereux. On peut également relever ces marquages concernant la « route des chicanes » (D281) qui traverse la ZAD.

  • 30 Appel en ligne : https://zad.nadir.org/spip.php?article3278

36Nous ne pouvons ici nous pencher sur la totalité de ce conflit, notamment dans ses évolutions récentes (printemps 2018), étant donné son extrême complexité et la quantité d’acteurs en jeu. Qu’on nous permette simplement de l’aborder à l’aune d’un épisode, survenu lors de notre immersion, qui permet un simple aperçu des enjeux. Pour le dernier week-end de janvier, un « appel d’offre » à chantiers participatifs est lancé par des occupants et organisations citoyennes à l’adresse des « comités de soutien »30. Un groupe de militants est invité à débroussailler un fossé de la route, afin d’éviter qu’elle ne se dégrade et ne devienne impraticable (notamment pour les riverains, agriculteurs et éleveurs). Ce groupe ne touchera qu’au fossé « ouest » de la route, et non au côté de la « ZAD-Est ». Le résultat est une route avec un côté vide, « propre », et un autre qui reste investi par une multitude de ronciers.

  • 31 Extrait de carnet de terrain, 06/02/2016.

(…) Pendant la réunion, Lucas raconte : « quand j’ai demandé aux gens ce qu’ils faisaient dans les fossés, ils m’ont répondu : ‘’on civilise la route !’’ ! Si ça continue, moi je vais faire un panneau à l’entrée de la zone-Est avec écrit : ‘’Bienvenue chez les sauvages’’ !31 ».

37Les habitants de la ZAD-Est affirment n’avoir pas été consultés avant ce débroussaillage qui a déraciné des vivants qu’ils privilégient en valeur à la tenue de la route elle-même. De plus, le débroussaillage du seul fossé ouest de la route fait penser à Lucas et à d’autres que les habitants « de l’Ouest » ont ainsi matérialisé une frontière sociale et politique, un marquage symbolique entre des modes de vie différents et hiérarchisés. Pour continuer d’aborder cette question des frontières socio-spatiales qui ont pour enjeux et figures des vivants et des lieux, on peut citer d’autres conflits, qui ont rencontré moins d’écho médiatique mais qui engagent des conflits de valeur tout aussi fondamentaux pour les parties en présence.

  • 32 Entretien n°1, Winnie, 12.12.15.

« [Au printemps 2014], dans le cadre de Sème ta ZAD [collectif d’habitants désireux de pratiquer l’agriculture], des personnes voulaient ouvrir le chemin du Pinikie. Alors que c’était génial il y avait juste la place pour un humain au lieu d’une voiture. Ils voulaient le défricher pour pouvoir passer en tracteur, ce qui ne nous plaisait pas pour plusieurs raisons : il est normal que des chemins soient repris et qu’on n’ait pas que des gros chemins. En plus c’est stratégique aussi parce qu’un camion de flics ne peut pas avancer dedans… Et une lutte contre l’agriculture au tracteur. Eux ils voulaient passer par là pour labourer le champ. Il y a sept ou huit réunions là-dessus, qui partaient tout le temps en couille, avec de gros débats, etc. Et puis une amie a essayé de proposer la solution de créer une zone non-motorisée, même si ça ne lui plaisait pas trop de créer une zone dans la zone. Et cela selon le principe que c’est ceux qui occupent le terrain qui le gèrent. (…) Ils ont quand même accédé à ce champ-là mais en faisant un grand détour32. »

  • 33 Publication du réseau : https://zad.nadir.org/spip.php?article6051

38La « zone non-motorisée » incarne matériellement une bifurcation entre des formes de vie différentes, notamment quant au rapport à entretenir avec des espaces sur lesquels l’emprise humaine est moins prononcée. La délimitation est ici justifiée par des impératifs esthétiques, éthiques, tactiques et politiques, qui participent à définir des valuations propres de l’environnement. A l’inverse, d’autres militants-habitants conçoivent le bocage comme un territoire marqué par une longue histoire d’usages qu’il s’agit de ne pas rejeter voire de perpétrer. Ces militants sont de fait plus proches des agriculteurs mobilisés, échangeant savoir-faire et outils, et sont donc davantage valorisés et écoutés par le reste du « mouvement anti-aéroport » ; la terre est envisagée davantage comme un outil d’activité, et comme un moyen de contribuer à une certaine autonomie alimentaire (voire de nourrir d’autres lieux militants). Des habitants de la ZAD ont par exemple participé à constituer un « réseau de ravitaillement des luttes » en « [transformant] des fruits et légumes toutes les semaines, dans l’optique de constituer un trésor de guerre, sous la forme de conserves, confitures, sirops33 » pour nourrir des piquets de grève et occupations.

  • 34 La catégorie Est/Ouest est née en début d’année 2013 lorsque les forces de l’ordre coupaient la ZAD (...)
  • 35 Est nommée ainsi la « Maison de résistance à la poubelle nucléaire », achetée en 2004 par l’associa (...)

39Ce qu’est et doit être un territoire habité peut donc diverger fortement d’un individu ou d’un groupe à l’autre. Entre opposants à toute utilisation des animaux, et militants pratiquant l’élevage, entre partisans de l’autonomie matérielle par un accroissement des moyens de production agricole, et les partisans d’un certain ensauvagement… A chaque fois, ce sont aussi des rapports à l’espace, des rapports de force et de pouvoir qui sont en jeu. A Bure et plus encore à la ZAD, les rapports de pouvoir ne disparaissent pas, mais ils se territorialisent davantage dans le proche. Lorsque des habitants veulent dénoncer des « prises de pouvoir », des concentrations de ressource ou des emprises, c’est souvent à partir d’imaginaires spatiaux : sur la ZAD, « les gens de l’Ouest » ont été considérés par « les gens de l’Est »34 comme reproduisant des travers de la société de l’aménagement et conduisant à une emprise sur la nature et les humains de la zone. A Bure, les « gens de la maison35 » puis « des maisons » ont été parfois accusés par des « gens de la forêt » de manquer de solidarité et de reproduire des relations de pouvoir et d’abandon socio-spatial. Par exemple, le choix d’un lieu de réunion doit impliquer la prise en compte de la question de sa centralité par rapport aux autres lieux de vie, liée également à la question du climat, des possibilités de déplacement (personnes véhiculées ou non), etc. La mauvaise prise en compte de ces impératifs de justice spatiale, ou simplement la difficulté d’articuler des consensus acceptables, conduit à de nombreux micro-conflits, s’exprimant dans les conversations ordinaires ou lors de réunions plus formelles.

Conclusion

40Nous savons que l’existence des collectifs Autonomes à la ZAD comme à Bure est inextricablement liée aux autres acteurs de la mobilisation (associations, voisins, etc.). Si nous avons choisi de nous concentrer sur ces collectifs, c’est parce qu’ils nous semblent moins étudiés dans la littérature sur les mobilisations écologistes. Nous avons cherché à analyser la formation de leurs imaginaires pratiques, non pas à partir de leur historicité (ce qui reste à faire), mais de leur élaboration quotidienne, à travers des échanges et circulations, des attachements et des usages, des affrontements aussi. Les militants-habitants de la ZAD et de Bure ont développé un régime de territorialité réflexive par lequel la critique de la métropolisation s’éprouve et se manifeste depuis une vie quotidienne accordée à l’action collective. Refusant l’équivalence sur des ordres de grandeur civique ou même écologique, ils et elles revendiquent d’expérimenter – et d’armer – des valuations autonomes et des qualifications indigènes du territoire. Dans ce régime de territorialité, dont on peut retrouver des similitudes dans les mobilisations du Larzac par exemple, des êtres – humains, hirondelles, pneus, tracteurs – sont engagés dans des milieux qu’ils participent à entretenir, délimiter, valoriser, défendre, cultiver. L’environnement – ou le territoire – ne peut pas dès lors s’appréhender uniquement comme objet en enjeu de la mobilisation, mais doit aussi se comprendre comme la trame de l’action collective, Le territoire et ses éléments sont certes mis en représentation, mais davantage au sens théâtral que conventionnellement politique. Les animaux, végétaux et plus-qu’objets sont « enrôlés » dans des discours et des pratiques de transformation, d’expérimentation et d’action, servant à la critique de l’aménagement et à la formation d’imaginaires oppositionnels. Néanmoins, ces « rôles » sont eux-mêmes contestés par une partie des Autonomes en tant qu’ils conduiraient à des logiques d’instrumentalisation, d’homogénéisation des collectifs sous des figures tutélaires (le hibou), ou d’exploitation (élevage). La politisation du territoire n’est donc pas un processus homogène et pacifié, mais un enjeu permanent de conflits de valeur internes, également en interaction avec les pouvoirs publics et privés. Ces conflits eux-mêmes participent précisément à faire des éléments et des êtres du territoire des acteurs de l’habitation contestataire.

41Les « formes-occupations » (Bulle, 2018) adressent aux sciences sociales qui voudraient les prendre pour objets des questionnements sur la place à accorder dans l’analyse, non seulement aux revendications et actions portées dans l’espace public, mais aussi à la contestation en train de se faire, dans les plis de l’ordinaire, des attachements affectifs et des configurations matérielles.

Haut de page

Bibliographie

AUYERO, J., 2005/5, « L’espace des luttes. Topographie des mobilisations collectives », Actes de la recherche en sciences sociales, n°160, p. 122-132.

BARBE, F., 2016, « La "Zone à défendre’’ de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois¸ n°238-239, p. 109-130.

BIDET, A., QUÉRÉ, L., TRUC, G., 2011, Ce à quoi nous tenons. Dewey et la formation des vlaeurs, in Dewey, J., La Formation des valeurs, Paris, La Découverte, p. 5-64.

BORTOLAMIOL, S., RAYMOND, R., SIMON, L., 2017/4, “Territoires des humains et territories des animaux: elements de reflexion pour une géographie animale », Annales de géographie, n°716, p. 387-407.

BREVIGLIERI, M., 2009, Les habitations d’un genre nouveau : le squat urbain et la possibilité du « conflit négocié » sur la qualité de vie, in Kaufmann, V., Pattaroni, L., Rabinovic, A., (dirs.), Habitat en devenir : enjeux territoriaux, politiques et sociaux en Suisse, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 97-112.

BULLE, S., 2018, « Formes de vie, milieux de vie. La forme-occupation », Multitudes, n°71, p. 168-175.

CENTEMERI, L., 2015, « L’apport d’une sociologie des attachements pour penser la catastrophe environnementale ». Raison politique [en ligne].

COMBES, H. GARIBAY, D., GOIRAND, C., 2016, Les lieux de la colère Occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala.

DECHÉZELLES, S., OLIVE, M., 2016, « Introduction. Lieux familiers, lieux disputés – dynamiques des mobilisations localisées », Norois, n°238-239, p. 7-21.

DECHÉZELLES, S., 2019, Politisation du proche – Les lieux de vie comme espaces de mobilisation - Presses universitaires de Rennes

GABRIEL-COHEN, A., 2018, « Lutter au-delà de l’humain : pratiques agricoles et communautés de valeur », communication à la Maison interuniversitaire des sciences de l’homme d’Alsace, Strasbourg.

GRAMAGLIA, C., SAMPAIO DA SILVA, D., 2011, Des mollusques pour “faire parler” des rivières ?, in Houdard, S., Humains, non-humains, Paris, La Découverte, p. 221-233.

GRISONI, A., 2015/4, « Les mouvements d’opposition contre les Grands projets inutiles imposés à l’avant-garde de la ruralité ? Le mouvement NoTav contre le Lyon-Turin », Mouvements, n°84, p. 126-130.

HMED, C., 2008/4, « Des mouvements sociaux ‘’sur une tête d'épingle’’ ? Le rôle de l'espace physique dans le processus contestataire à partir de l'exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, n° 84, p. 145-165.

HOUDARD, S., THIERRY, O. (dirs.), Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales ?, Paris, La Découverte., 368p.

LATOUR, B., 1994, « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité ». Sociologie du travail, n°4, p. 587-607.

LEFEBVRE, H., 1970, La Révolution urbaine, Paris, Gallimard, 255p.

LEFEBVRE, H., 2009 [1968], Le Droit à la ville, Economica, 135p

LYNCH, E., 2019, Insurrections paysannes. De la terre à la rue. Usages de la violence au XXème siècle, Vendémiaire.

LOLIVE, J.. La montée en généralité pour sortir du NIMBY, La mobilisation associative contre le TGV Méditerranée. Politix 1997, n°39, p. 109-130 

MELÉ, P., 2011, Quels territoires pour l’action ? Mobilisations locales et régime de territorialité, in Bonny, Y., Ollitrault, S., Kerle, R., Le Caro, Y. (dirs.), Espaces de vie, espaces enjeux. Entre investissements ordinaires et mobilisations politiques, Rennes, PUR, p. 291-300.

MELÉ, P. (dir.), 2013, Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 436p.

NOROIS, 2016, Conflits de lieux, lieux de conflits, n°238-239.

PAILLOUX, A.-L., 2015/1, « "Zone d’aménagement différé’’ contre "Zone à défendre’’. Analyse d’une lutte pour l’autonomie dans/de l’espace rural », Justice spatiale, n°7. [en ligne]

PÉCHU, C., 2007, « ‘’Laissez parler les objets !’’ De l’objet des mouvements sociaux aux mouvements sociaux comme objets », in Favre, P., Fillieule, O., Jobard, F., (dirs.), L’atelier du politiste, Paris, La Découverte, p. 59-78.

PRUVOST, G., 2015, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste », Sociologie du travail, n°57, p. 81-103.

PRUVOST, G.,, 2017, « Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (2013-2014), n°117, p. 35-62.

RÉSEAUX, 2010, Un tournant performatif ? Retour sur ce que « font » les mots et les choses », Paris, La Découverte, n°163.

RIPOLL, F., 2005, « S’approprier l’espace ou contester son appropriation ? », Norois, n°195, p. 29-42.

RIVIERE, J., 2016, « Clore un conflit d’aménagement par le vote ? Note sur la géographie électorale de la consultation sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes », Norois, n°238-239, p. 147-159.

ROBINEAU, C., 2016, « Constituer un contre-public en marge des médias : négociations, circulations et normativité d’un discours « révolutionnaire » au sein d’une cantine de quartier », Etudes de communication, n°47, p. 131-148.

SCOTT, J. C., TEHRANIAN, J., MATHIAS, J., 2002, « The production of legal identities proper to States: the case of the permanent family surname », Comparative Studies in Society and History, vol. 44, n°1, p. 4‑44.

SCOTT, J. C., 2006, « Infra-politiques des groupes subalternes », Vacarme, n°36, p. 25-29.

SUBRA, P., 2017, « De Notre-Dame-des-Landes à Bure, la folle décennie des «zones à défendre » (2008-2017) ». Hérodote, n°2, p. 11-30.

TERRAL, P.-M., 2011, Larzac. De la lutte paysanne à l’altermondialisme, Toulouse, Privat.

THÉVENOT, L., 1994, Le régime de familiarité. Des choses en personne », Genèses, n°17, p. 72-101.

THÉVENOT, L., 1996, « Mettre en valeur la nature : Disputes d’aménagements de la nature, en France et aux Etats-Unis ». Autre Temps, Cahiers d’éthique sociale et politique, n°49, p. 27-50.

THÉVENOT, L., 2006, L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris : La Découverte.

VERDIER, M., 2018, La perspective de l’autonomie. La critique radicale de la représentation et la fondation du commun dans l’expérience de l’occupation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Thèse de doctorat, Dufoix, S. (dir.), Université Paris X-Nanterre.

Littérature primaire

CAMILLE, 2013, ZAD partout. Zone à défendre à Notre-Dame-des-Landes, Montreuil, L’Insomniaque, 141p.

COMM’UN, 2019, Habiter en lutte. Quarante ans de résistances, Le Passager clandestin.

MAUVAISE TROUPE, 2016, Contrées. Histoires croisées de la Zad de Notre-Dame-des-Landes et de la lutte No-Tav, L’Eclat.

MAUVAISE TROUPE, 2017, Saisons, L’Eclat, 104p.

Haut de page

Notes

1 Par la suite, nous ne préciserons plus « de NDDL ».

2 Ces lieux sont éclatés entre les différents villages et non concentrés dans une « zone » : de 0 à 5 lieux de vie militants par village de l’épicentre.

3 Par « valeurs », nous entendons des attitudes manifestes : « la valeur positive que quelqu’un attribue à un objet se manifeste directement dans le fait qu’il en prend soin, dans l’énergie qu’il déploie pour s’en occuper et le protéger afin de prolonger son existence ; la valeur négative, dans le fait qu’il s’en écarte et cherche à l’éliminer ou à s’en débarrasser. » (Bidet, Quéré, Truc, 2011).

4 « Prise de parole des Habitants qui résistent », octobre 2012.

5 « Face au jeu de dupe de la consultation publique, continuons à construire un avenir sans aéroport, continuons la lutte ! », [en ligne] zad.nadir.org, février 2016.

6 « [Auprès des édifices de Vinci], quoi de plus frêle que ces assemblages de bois, de paille et d’argile, que nous façonnons : des châteaux de cartes gonflés de sève, de vie, qui ressemblent à nos rêves mais sculptés dans la matière, et que nous défendrons comme on défend sa peau ». Témoignage d’un participant à la « manifestation de réoccupation » de la ZAD du 17/11/12 (Camille, 2013).

7 Extrait de carnet de terrain, 03/05/17.

8 Entretien, n°6, Bios, 11.05.19.

9 ibid.

10 Photo prise par des opposant-es, [en ligne] ricochet.cc, consulté le 25/02/19.

11 [En ligne] vmc.camp, consulté le 25/02/19.

12 [En ligne] grandest.confederationpaysanne.fr, consulté le 25/02/2019.

13 Marius, « Il faut avoir créé un désert agricole pour bâtir un cimetière atomique », Jef Klak, 11/082016.

14 « OCCUPYlaMeuse », Couarail n°4, été 2016, [en ligne] vmc.camp.

15 Entretien n°6, Bios, 11.05.19.

16 Extrait du carnet de terrain, 25.02.16.

17 Entretien n°1, Winnie, 12.12.15.

18 Pratique organisée par les communes qui consiste pour les habitants d’un village à couper eux-mêmes leur bois de chauffe dans des forêts communales.

19 Entretien n°5, Chair, avril 2019.

20 Face à la menace d’extension du camp militaire du Larzac, 103 familles paysannes s’engagent dans une lutte qui durera de 1971 à 1981, rejointe par de nombreux militants maoïstes et écologistes (Terral, 2011).

21 « 22 février. La faune sauvage déboule du bocage : biodiversité de la subversion. », Nantes.indymedia.org, 28/02/14.

22 « Solidarité avec nos cousins et cousines hiboux de Bure », [en ligne] manif-est.info, 18/03/2018.

23 Entretien n°6, Bios, 11.05.19.

24 Entretien n°7, Noyer 17.05.19.

25 « Lettre ouverte du mouvement armé au préfet de Loire atlantique, M. Christian de Lavernée », [en ligne] zad.nadir.org, 25/02/14.

26 « (…) Ici, on ne sait plus très bien ce qui est abri, ce qui est outil, ce qui est arme, ce qui est bectance, ce qui est musique. – Qu'est-ce qu'un tracteur ? ». « Opposants aux vieilleries du futur » [en ligne] zad.nadir.org, 10/2012.

27 Extrait de carnet de terrain sur la ZAD, 02/2016.

28 Nom d’une cabane construite près d’une barricade, durant la première occupation du bois Lejuc (été 2016).

29 Photo mise à disposition de l’auteur.

30 Appel en ligne : https://zad.nadir.org/spip.php?article3278

31 Extrait de carnet de terrain, 06/02/2016.

32 Entretien n°1, Winnie, 12.12.15.

33 Publication du réseau : https://zad.nadir.org/spip.php?article6051

34 La catégorie Est/Ouest est née en début d’année 2013 lorsque les forces de l’ordre coupaient la ZAD en deux, entre l’ouest et l’est de la D81. Ensuite, « l’Est » s’est rétréci pour désigner un bois de 24 hectares où vivent quelques dizaines de personnes. La dimension géographique de cette distinction s’est atténuée au profit d’une distinction socio-politique. Les cabanes de ces « Noues pourries » (comme les appellent ses habitants), ont été presque toutes détruites par les opérations d’expulsions du printemps 2018.

35 Est nommée ainsi la « Maison de résistance à la poubelle nucléaire », achetée en 2004 par l’association « Bure zone libre ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 - Barricade-nord, 01/04/2017
Crédits Crédits : Thomas Baïetto, France télévisions
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-1.png
Fichier image/png, 811k
Titre Photo 2 - Manifestation anti-CIGEO à Bar-le-Duc, 16/06/201810
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-2.png
Fichier image/png, 745k
Titre Affiche 1 – Affiche réalisée par un groupe « Autonome » - 15/07/201811
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-3.png
Fichier image/png, 291k
Titre Affiche 2 - Affiche réalisée par des associations opposantes – 04/201712
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-4.png
Fichier image/png, 246k
Titre Photo 3 - « Zadistes ultra-légumes posant avec leurs armes »
Crédits Sources : Camille, 2013, p.126
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-5.png
Fichier image/png, 355k
Titre Photo 4 - Triton brûlant un avion de bois – Rassemblement 10/02/2018
Crédits Sources : AFP
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-6.png
Fichier image/png, 451k
Titre Photo 5 - Photo prise par un visiteur le 14 janvier 2016 sur la D281 (ZAD)29
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6344/img-7.png
Fichier image/png, 892k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pablo Corroyer, « « Faunes sauvages » en politique. Tisser et mettre en scène un territoire contestataire : de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes à Bure », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6344 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6344

Haut de page

Auteur

Pablo Corroyer

Doctorant
Centre d’études européennes et de politique comparée
pablo.corroyer@sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals