Navigation – Plan du site
Luttes de territoire : enjeux spatiaux et représentations sociales

Le Bois Lejuc occupé : éléments sur le fonctionnement d’une petite zad en Meuse (2016-2018)

The occupied 'bois Lejuc': elements on the operation of a small 'area to defend' in Meuse (2016-2018)
Laurent Beauguitte

Résumés

Le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires porté par l’Agence nationale des déchets radioactifs (Andra) à Bure, au sud de la Meuse, est localement contesté depuis deux décennies. Cette contestation a pris entre août 2016 et février 2018 la forme d’une occupation permanente du bois Lejuc, avec un fonctionnement proche des zones à défendre (zad) de Notre-Dame-des-Landes ou de Roybon. Fondé sur des séjours dans le bois occupé et l’examen des textes produits autour de cette occupation, l’article propose une analyse de l’occupation du bois Lejuc en se focalisant sur trois aspects : l’organisation spatiale de l’occupation, les trajectoires et pratiques des occupant.e.s et la communication autour de cette lutte.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Dans ce texte, ZAD écrit en majuscules est un terme issu de l’aménagement du territoire signifiant (...)

1Le terme de zone à défendre (zad1) a connu en France une popularité grandissante depuis 2012 (date de l’opération « César » visant à évacuer la zad de Notre-Dame-des-Landes), tant dans les milieux médiatiques que militants ou académiques. L'origine du terme est un détournement du vocabulaire de l'aménagement du territoire de zone d'aménagement différé : la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (NDDL) où devait être construit un nouvel aéroport en périphérie de Nantes a de plus en plus fréquemment été appelée zone à défendre à partir de la fin des années 2000. Forme de lutte marquée par l'occupation permanente et généralement illégale d'un territoire afin de retarder un projet d'aménagement, le terme zad est également devenu un label tantôt revendiqué tantôt refusé par les occupant.e.s en question.

2Les zad ont provoqué un intérêt académique relativement tardif (Barbe, 2016) mais qui n’a cessé depuis de se développer. Si les enquêtes de type ethnographique semblent privilégiées (Barbe 2016 ; Dechézelles, 2017 ; Pruvost, 2017 ; Lepetit, 2018 ; Verdier, 2018), des auteurs ont également analysé les stratégies de communication, tant celles des zad (Mabi, 2016) que celle des autorités (Petit, 2015) et le géographe Philippe Subra a proposé une grille de lecture globale (Subra, 2016).

3L’analyse proposée ici vise moins à renouveler l’approche théorique et géographique des pratiques militantes contemporaines, comme cherche à le faire Fabrice Ripoll depuis son travail de thèse (2005), qu’à fournir une description minutieuse d’une occupation peu documentée au niveau académique – NDDL étant la zad la plus étudiée à ce jour. Une première partie retrace la chronologie de la lutte contre Cigéo et présente ses principaux acteurs ainsi que le cadre théorique et méthodologique mobilisé. La seconde partie est consacrée à l’analyse géographique du fonctionnement du bois Lejuc occupé. La troisième partie s’intéresse aux profils, pratiques et trajectoires des occupant.e.s. Enfin, la communication militante est étudiée dans la dernière partie. L'objectif principal de cet article essentiellement descriptif est d'analyser comment fonctionnait cette petite zad et de comprendre pourquoi les personnes communicant sur cette lutte de territoire refusait d'employer ce terme.

Contextes et chronologies d’une occupation et d’une recherche

Du « laboratoire » de l’Andra à l’occupation du bois Lejuc (1999-2018)

  • 2 Pendant deux décennies, l'Andra a communiqué sur le fait qu'il n'y aurait jamais de déchets nucléai (...)
  • 3 Contrairement à l’auteure, le terme de grand projet inutile et imposé (connu sous l’acronyme GPII) (...)
  • 4 Ces deux GIP versent chacun 30 millions d'euros par an aux acteurs (collectivités, entreprises, ass (...)

4L’occupation du bois Lejuc d’août 2016 à février 2018 s’inscrit dans une lutte commencée en 1999 contre le projet Cigéo d’enfouissement des déchets nucléaires à vie longue. Cette modalité de gestion des déchets a été choisie dès les années 1970 par la filière nucléaire française (Blanck, 2017) ; sa mise en place a été beaucoup plus longue dans la mesure où les premières tentatives d’implantation faites par l’Andra dans les années 1980 se sont heurtées à des résistances très fortes (Collectif BureStop 55, 2014). Le territoire retenu en 1999 pour implanter ce qui est présenté officiellement comme un « laboratoire »2 se situe à la frontière de la Meuse et la Haute-Marne, dans une zone peu peuplée (6 habitants/km²), vieillissante et économiquement fragile. Les caractéristiques socio-démographiques de la zone choisie en font, pour reprendre les termes d’Anahita Grisoni3, un exemple idéal-typique des « territoires perdants pensés comme des espaces de relégation à qui il ne reste plus que l'accueil des infrastructures lourdes et polluantes » (Grisoni, 2015). Bénéficiant d’un soutien quasi inconditionnel des élus locaux, l’Andra a mené à bien depuis deux décennies une politique d’acceptabilité sociale mêlant subventions (par l’Andra et, à partir de 2000, par le biais des groupements d’intérêt public Haute-Marne et Objectif-Meuse4), achats fonciers (Terres de Bure, 2016) et promesses d’emploi aux acteurs locaux, soit la démarche suivie par la filière nucléaire française dans l'ensemble du territoire depuis les années 1970 (Topçu, 2013, p. 100-101).

5Le mouvement anti-nucléaire français, après avoir connu une période faste dans les années 1970, a reflué ensuite (Topçu, 2013). S’il y a eu plusieurs manifestations importantes contre le laboratoire de l’Andra à Bure, Bar-le-Duc ou Saint-Dizier dans les années 2000 et 2010, la plus importante ayant regroupé 5000 personnes à Bar-le-Duc en 2005 (Ginet, 2017, p. 15), et de nombreux recours judiciaires, dont certains sont encore en cours d’examen, cela n’a guère freiné l’avancement du projet (voir la chronologie de Ginet, 2017). Le répertoire d’action des associations impliquées mêle jusqu’en 2015 militantisme d’expertise (réunions d’information, appel à des experts indépendants) et actions légales (pétitions, manifestations). En 2004, deux associations (« Bure zone libre » et le « réseau Sortir du nucléaire ») achètent une maison à Bure qui est appelée la « maison de résistance à la poubelle nucléaire ». Lieu d’information ouvert quelques mois par an les premières années, elle devient progressivement un lieu d’accueil (chambres et dortoirs, cuisine collective) ouvert en permanence ; elle est aujourd’hui encore l’un des lieux essentiels de la structuration locale de la lutte. À partir des années 2010, les liens se renforcent avec d’autres luttes d’opposition à des équipements de grande taille (NDDL et Roybon notamment) et une poignée de personnes organise en 2015 un camp anti-autoritaire sur un terrain de la commune voisine de Mandres-en-Barrois (terrain acheté par les opposant.e.s à l’emplacement de l’ancienne gare de Luméville-en-Ormois, lieu appelé plus communément « la gare ») qui attire plusieurs centaines de personnes. Cette démarche s’inspire du précédent de NDDL où l’organisation d’un camp Action climat en 2009 avait permis de dynamiser l’occupation de la zad par des militant.e.s extérieures, souvent proches des milieux autonomes (Collectif Mauvaise troupe, 2016 ; Collectif Comm’un, 2019).

6Le bois Lejuc, forêt communale de 220 hectares, situé juste au nord de Bure, intéresse l’Andra car elle souhaite y installer des cheminées d’aération du projet Cigéo. En juillet 2015, le bois est cédé à l’Andra suite à un vote à bulletin secret du conseil municipal de Mandres-en-Barrois – cette cession est invalidée par le tribunal administratif de Nancy en février 2017 et votée une nouvelle fois en mai 2017. L’Andra débute des travaux de défrichement en juin 2016 et des opposant.e.s décident d’occuper le bois pour bloquer les travaux ; cette première occupation dure trois semaines avant l’expulsion le 7 juillet 2016 des occupant.e.s par la gendarmerie aidée de vigiles de l’Andra. Une deuxième occupation mi-juillet 2016 cesse au bout de trois jours suite à des conflits entre opposant.e.s. Le 19 juillet 2016, l’Andra commence la construction d’un mur censé « protéger les travaux », travaux déclarés illégaux par le tribunal de grande instance de Bar-le-Duc le 1er août 2016 qui exige la remise en état du bois. Les 14 et 15 août 2016, une manifestation de réoccupation s’accompagne de la destruction du mur construit par l’Andra et une occupation pérenne débute, jusqu’à l’évacuation d’une quinzaine de personnes par 500 gendarmes le 22 février 2018. Cette narration très synthétique des événements est nécessaire car elle permet de mettre en évidence trois éléments majeurs de toute occupation : les lieux, les acteurs et les opportunités contextuelles.

Lieux, acteurs et opportunités

  • 5 Matériel de construction, couvertures, portables et cartes téléphoniques pour donner l’alerte en ca (...)

7Étudier le fonctionnement d’une occupation implique de raisonner à plusieurs échelles. Le fait que le bois soit dans une zone de très faible densité suppose de mobiliser des ressources militantes exogènes tant au niveau humain que matériel. Si une occupation a pu avoir lieu, c’est suite à des années de relations inter-individuelles avec des militant.e.s investi.e.s dans d’autres luttes. Bénéficier de la maison de résistance à proximité immédiate du bois permet son approvisionnement en eau, en nourriture et en matériel5 : contrairement à NDDL, il n’y a pas dans le bois Lejuc de terres agricoles permettant d’envisager une hypothétique autonomie alimentaire (qui n’a d’ailleurs jamais été atteinte à NDDL) et il n’y a pas non plus d’eau potable accessible. Enfin, occuper le bois fournit une opportunité pour retarder les travaux, ce qui n’a guère été possible auparavant, les travaux étant, en raison de la nature même du projet Cigéo, essentiellement souterrains. Les rares tentatives antérieures de bloquer des sous-traitants de l’Andra n’avaient ne furent jamais couronnées de succès en raison de la faiblesse numérique des militant.e.s locaux.

  • 6 La population locale peut jouer un rôle important dans une occupation (ça a été le cas à Sivens par (...)
  • 7 Tous les liens ont été contrôlés en mai 2019.
  • 8 Deux amis parisiens m'ont indiqué avoir décidé d'aller voir ce qu'il se passait à Bure après avoir (...)
  • 9 Respectivement lutte contre un projet minier et opposition à un projet de maxi-prison.

8Trois types d’acteurs interviennent et influencent les modalités pratiques de l’occupation : les représentants de l’État (police et justice), l’Andra et enfin les militant.e.s6. Police et justice jouent un rôle essentiel tant les pratiques occupantes sont déterminées par la présence permanente sur le site de l’Andra à Bure de 70 gendarmes mobiles et d’unités du PSIG (Peloton de sécurité et d’intervention de la gendarmerie, grosso modo l’équivalent de la BAC pour la gendarmerie). Les décisions judiciaires peuvent favoriser l’occupation, elles permettent le plus souvent de la fragiliser, notamment quand des décisions d’interdiction du territoire sont prises à l’encontre de militant.e.s, moyen très efficace pour affaiblir le vivier déjà restreint des occupant.e.s. La stratégie d’acquisition foncière de l’Andra – acheter des terres agricoles et les louer via des baux précaires – permet de neutraliser la majeure partie des agriculteurs locaux (Terres de Bure, 2016). La présence de vigiles et de personnel de l’Andra dans le bois pèse également sur l’occupation : une vidéo montrant un ingénieur de l’Andra versant de l’essence7 sur des occupant.e.s allongées sur une « barricade » en janvier 2017 a beaucoup circulé dans les réseaux militants8. En ce qui concerne les militant.e.s, on peut distinguer la composante associative privilégiant un répertoire d’actions légales (recours devant les tribunaux, réunions d’informations) et une composante autonome privilégiant des modes d’actions plus offensifs (occupation, sabotage, manifestations non déclarées), les frontières étant plus ou moins poreuses selon les moments et les individus entre ces deux composantes. Elles mobilisent par ailleurs toutes deux des ressources militantes au niveau national (réseau Sortir du nucléaire, soutiens militants venus de Roybon ou de NDDL) voire international (liens avec l’occupation de la forêt de Hambach en Allemagne et la zad de Haren à Bruxelles9).

  • 10 Éric évoque ce lien avec le mouvement contre la loi travail dans la brochure Kermesse, pique-nique (...)
  • 11 Le cortège de tête désigne les personnes choisissant de manifester devant les syndicats. Ce phénomè (...)
  • 12 Cette non-intervention reste inexpliquée à ce jour.

9Qu’un lieu soit considéré comme stratégique tant par les promoteurs que par les opposant.e.s est un préalable à toute occupation, tout comme la mobilisation nécessairement longue d’un réseau militant familier de cette forme de lutte aux contraintes fortes. Une occupation est également affaire de contexte et d’opportunités. Ainsi, la fin de la présence policière à NDDL en 2013 semble avoir été lié à la Manif pour tous, mouvement nécessitant un redéploiement des forces de l’ordre (Verdier, 2018, p. 117). Dans le cas du bois Lejuc, trois facteurs conjoncturels sont notables : une forte agitation sociale au printemps 2016, marquée notamment par les Nuits debout10 et l’apparition du cortège de tête lors des manifestations11 ; la décision du tribunal de Bar-le-Duc exigeant de l’Andra l’arrêt des travaux et la remise en état du bois ; le fait que les gendarmes mobiles n’aient pas reçu l’ordre12 d’empêcher les manifestant.e.s d’entrer dans le bois le 15 août 2016. Enfin, l’été 2016 est marqué par un calme relatif sur les zad amies, en France (NDDL, Roybon) comme à l’étranger (Hambach, Haren), ce qui a pu favoriser des mobilités militantes. Comme me l’expliquera une personne croisée dans le bois Lejuc en février 2017, « à NNDL, ils discutent de savoir à qui appartiendront les terres, ce qui se passe ici est plus intéressant ».

Cadre méthodologique et conceptuel d’une recherche engagée

  • 13 Pour plus de détails, voir le billet https://esprad.hypotheses.org/376.

10D’un point de vue méthodologique, deux sources principales ont été mobilisées pour cet article : des carnets de notes écrits suite à des séjours dans le bois occupé (3 séjours hors événements - 8 jours en juillet 2017, 12 jours en octobre 2017 et 8 jours en janvier 2018 - ; 2 courts séjours pour les manifestations des 18 février et 15 août 201713) et l’ensemble de la production militante liée à l’occupation du bois (site vmc.camp, brochures, journal interne Le Hibou Express, ouvrage de d’Allens et Fuori, 2017).

  • 14 Margot Verdier lors de ses séjours à NDDL indique « la question était alors pour moi de savoir ce q (...)

11Lors des séjours, je me comportais en occupant ordinaire mais, lorsque le sujet était abordé, j’expliquais que j’étais chercheur au CNRS, géographe, et que je m’intéressais au fonctionnement de l’occupation (Beauguitte, 2018). La velléité initiale de m’inscrire dans une démarche de recherche action (Fortin, 1985), afin que mes observations soient autant utiles aux occupant.e.s qu’à ma carrière académique, n’a pas abouti tant en raison de mon inexpérience en la matière qu’à la capacité des militant.e.s à produire leurs propres discours et analyses (cf infra), tous deux non satisfaisants d’un point de vue scientifique dans la mesure où comme l’écrit Terray (2014), « l'action militante implique des jugements, elle est nécessairement manichéenne ». Je n'ai pas réalisé d'entretien, outil impliquant une hiérarchie entre enquêteur et enquêté.e, et n'ai pas tenu de carnet de terrain (risque permanent d'expulsion et de confiscation des notes par les gendarmes14), m’inscrivant dans une démarche de recherche fréquente sur les zones occupées (Dechézelles et Olive, 2017). Le phénomène d'enclicage ne s'est pas produit en forêt, le renouvellement des personnes ayant été total entre octobre 2017 et janvier 2018. En revanche, les amitiés nouées en forêt ont de fait créé des inimitiés avec des personnes de la maison de résistance, notamment avec les « chefs » de la lutte (terme employé régulièrement dans le bois pour souligner le caractère vertical de celle-ci). Aucune restitution n’a pu être faite auprès des personnes rencontrées : dispersées suite à l’évacuation du bois, je n’ai à deux exceptions près aucune idée de ce qu’elles sont devenues.

12Le cadre théorique mobilise des notions et concepts travaillés en sociologie des mouvements sociaux, et notamment ceux de répertoire d’action, de rétribution (Gaxie, 1977), de sociabilité, de carrière militante et de désengagement (Fillieule et al., 2009), notions et concepts permettant de qualifier les trajectoires des occupant.e.s. L’étude du fonctionnement du bois s'appuie également sur les concepts d’habiter (Barbe, 2016) et d’ethos (Bourdieu, 1984) utiles pour caractériser les pratiques occupantes. La démarche mise en œuvre porte une attention particulière à la « politisation du moindre geste » (Pruvost, 2015) et rejoint celle décrite par Combes et al. (2011), à savoir « être particulièrement attentif à l'espace physique au sein duquel [une action protestataire] se réalise […] ; à la distance et à la proximité sociales engendrées par la répartition, la coprésence et la dispersion spatiale des individus et des groupes mobilisés ; enfin à la façon dont l'espace géographique lui-même est constitué en enjeu de luttes et de pouvoir entre ces mêmes individus ou groupes. » (voir également l’ouvrage dirigé par Combes et al. en 2015). Il s'agira par exemple de montrer comment la géographie des lieux de vie, tout en étant caractérisée par son caractère précaire, obéit à des impératifs défensifs explicites. Enfin les enjeux relatifs à la définition de l’occupation – une zad qui refuse le label zad - s’inspirent des travaux de Bourdieu (1982) sur le langage tant il apparaît que « les combats politiques sont aussi des combats de mots, qui sont objets et enjeux de lutte : pour se les approprier, pour en définir le sens, ou pour les rejeter » (Boutet, 2010, p. 176).

Le bois Lejuc : une zone, des lieux

13Si le bois Lejuc est une zone occupée de 220 hectares, cette zone comprend des bornes, inégalement claires, des points d’entrée, qui sont simultanément lieux de lutte et lieux de vie et des lieux refuge. Si de nouveaux lieux apparaissent, d’autres disparaissent, la précarité d’habitations légères, construites avec des matériaux de récupération, étant la norme sur les zad. Après avoir mis en perspective les limites de la zone, je présenterai les principaux lieux, leurs fonctions et leurs relations.

Un territoire inégalement borné

14Le bois Lejuc présente à l’ouest et au sud des bornes spatiales claires (cf figure 1) : à la voie romaine succèdent des champs cultivés et surveiller les entrées et sorties du bois est aisé pour les gendarmes – ces derniers sont fréquemment situés entre la maison et le bois pour contrôler les identités des automobilistes, cyclistes et piétons. Réciproquement, la présence des forces de l'ordre aux abords du bois est immédiatement décelée par les occupant.e.s. Au nord, un bois non occupé est séparé de la zone par un chemin forestier ; à l’est, la limite est plus floue et toute la partie située entre le chemin forestier et la vallée de l’Ormançon est fréquentée à la fois par des occupant.e.s et par des chasseurs.

  • 15 Les barbelés sont par contre utilisés de façon non systématique en raison de la présence de chiens.

15Toute zad tend à marquer son territoire et l’une des formes emblématiques est la barricade dressée aux principaux points d’entrée et dotée de noms propres (figure 2). La construction de Vigie sud a été commencée dès les premières semaines de l’occupation. Barricade nord a été commencée plus tardivement, en janvier 2017. Ces barricades sont généralement précédées de chicanes et entourées de dispositifs de défense (tranchées ; tas de pierres15; barricades secondaires, etc.). Elles comportent un point situé en hauteur protégé des regards permettant de surveiller les gendarmes. Du matériel visant à protéger les occupant.e.s est stocké (casques, masques, boucliers, trousse de premiers soins). Elles sont aussi des lieux de vie, la présence permanente sur ces barricades étant jugée essentielle, on y trouve donc des réserves de bois, une cuisine, des toilettes sèches à proximité, des panneaux solaires pour charger les portables, etc.

  • 16 Des gendarmes spécialisés étant présents le 22 février 2018, la cabane du Grand chêne occupée par d (...)

16La cabane en hauteur est un autre lieu de vie considéré comme stratégique. Le bois Lejuc en comportait quatre (une à barricade nord, le Loirier, le Grand Chêne et enfin, non représentée sur la carte et construit à l’été 2017, le Dracab). Elles sont de préférence situées à distance des points d’entrée : en cas d’intervention policière, elles constituent des refuges possibles. Chacune est supposée être habitable durant plusieurs jours : on y trouve nourriture, eau potable, médicaments, couvertures, etc. L’intérêt est que la gendarmerie doit, pour en déloger les occupant.e.s, faire intervenir une brigade spécialisée, ce qui est supposée ralentir l’évacuation16.

Figure 1 : Lieux de vie dans le bois occupé en été 2017

Figure 1 : Lieux de vie dans le bois occupé en été 2017

Source : vmc.camp, site créé pour l'organisation du camp anticapitaliste de 2015 et qui relayait les informations sur l'occupation du bois. Une partie du site est accessible sur les archives du web à l'adresse https://web.archive.org/web/20170708221725/http://vmc.camp/​

Deux lieux de vie manquent sur cette carte, le Dracab, cabane en hauteur située au nord du bois et Sud Est, lieu de vie aménagé à l’est des parcelles 9 et 10 à partir d’août 2017. Comme on le voit sur cette carte, Vigie Sud est le point d’entrée principal, que l’on vienne à pied ou en voiture depuis Bure. Point de passage quasi obligatoire pour rejoindre les Karen, la Communale ou le Loirier, c’est également là que passent les personnes présentes pour les manifestations et événements. Durant l’occupation du bois, la présence de gendarmes était quotidienne à Bure, à proximité de la maison de résistance, et au carrefour de l’antenne pour surveiller les occupant.e.s de Vigie sud, de nuit comme de jour.

Figure 2 : La barricade : un symbole des zones à défendre – Vigie sud

Figure 2 : La barricade : un symbole des zones à défendre – Vigie sud

Crédits : Laurent Beauguitte, octobre 2017

Le panneau solaire permet notamment de charger le portable destiné à donner l’alerte en cas de problème et à maintenir allumée toute la nuit une ampoule au niveau de la cuisine située derrière la vigie afin que les gendarmes ne puissent connaître les horaires de coucher des occupant.e.s. Deux barricades et plusieurs chicanes sont présentes entre le carrefour de l’antenne et l’entrée du bois. Dormir dans la vigie est possible mais pénible (problèmes récurrents d’étanchéité, froid, vent), une cabane collective fonctionnelle et pouvant accueillir jusqu’à dix personnes – La Piraterie – se trouve vingt mètres plus loin, séparée par une tranchée et une barricade.

Figure 3 : La barricade : un symbole des zones à défendre – le labyrinthe

Figure 3 : La barricade : un symbole des zones à défendre – le labyrinthe

Barricade secondaire située au niveau du labyrinthe, photo de l’auteur, 18 février 2018. La présence de drapeaux militants s’explique par la manifestation partant de la forêt vers le laboratoire ce jour-là.

Lieux de lutte et lieux de vie

17Un lieu occupé est d’abord un lieu de lutte et la priorité est accordée à la présence aux points d’entrée. Néanmoins, d’autres lieux sont construits à mesure que l’occupation s’installe dans la durée. La Communale – première cabane construite qu’un militant a voulu déclarer comme son domicile avant d’être débouté par le tribunal de Bar-le-Duc – est ainsi éloignée de Vigie sud et ne permet ni de surveiller ni de donner l’alarme. La cabane des Karen, située très près de la voie romaine et non entourée de dispositif défensif, permet des séjours agréables mais n’apporte rien d’un point de vue stratégique à la défense de la forêt. La cabane des associations dont la construction a commencé en octobre 2017 sur la parcelle 26 – et qui n’a jamais été achevée –, visible depuis le champ longeant le bois, ne présente pas non plus le moindre intérêt stratégique ; elle a par contre un intérêt symbolique, l’association des élu.e.s opposé.e.s au projet d’enfouissement (EODRA) ayant fait le choix de s’y domicilier en février 2018. Le fait que des élu.e.s soutiennent ainsi une occupation illégale montre que les répertoires d’action ne sont pas étanches entre composante militante autonome et composante militante institutionnelle. Outre ces lieux de vie, se promener hors des sentiers permet de découvrir de nombreuses cabanes non cartographiées, plus ou moins bien entretenues, et des débuts d’installations n’ayant jamais été achevées (plusieurs charpentes de yourtes notamment, voir figure 3) ainsi que des tentes occupées de façon régulière ou non. Tous ces lieux nécessitent un entretien quasi quotidien, notamment pour assurer une relative étanchéité. Lorsque les effectifs militants présents sur place s’amenuisent, les cabanes se dégradent rapidement et les lieux de vie disponibles deviennent moins nombreux.

  • 17 Jeu de mot combinant drakkar (lié à la forme allongée de la cabane) et ACAB, acronyme courant dans (...)

18L’un des premiers gestes succédant à la construction d’un nouveau lieu est de le nommer, ce que l’on observe sur toutes les zad, les jeux de mots étant nombreux. La première occupation a ainsi vu la construction de lieux de vie et de réunion nommés La Rue Râle, la Hutte des Classes, la Salle à Mandres ou la Gaie Pierre, lieux détruits lors de la première évacuation en juillet 2016 (d'Allens et Fuori, 2017, p. 112). Les noms liés à la troisième occupation sont plus descriptifs (la cabane du Grand Chêne est au sommet d’un grand chêne, la barricade nord est une barricade au nord de la zone occupée) et les jeux de mots y sont l’exception (Dracab17). Le fait de nommer ne suffit pas à ce que le nom choisi soit repris : si les personnes s’installant à Sud-Est proposent au départ les noms de Glanderie et de Glandarmerie, l’appellation Sud-Est sera très vite la seule employée, sans doute parce qu’elle s’inscrivait dans la logique des appellations géographiques des deux lieux de vie principaux.

Figure 4 : chantiers inachevés dans le bois Lejuc

Figure 4 : chantiers inachevés dans le bois Lejuc

Photographies de l’auteur, octobre 2017

  • 18 Passer régulièrement à la maison de résistance s'impose, ne serait-ce que pour prendre une douche o (...)

19Il serait bien sûr tentant d’essentialiser les lieux, d’évoquer par exemple des relations entre barricade nord et Vigie sud (« hippistan vs schlaguistan » selon un occupant de Vigie sud), mais ce serait à la fois réducteur – si quelques personnes occupent le même lieu de vie des mois durant, la plupart circulent d’un lieu à l’autre18 – et faux ; si l’occupation peut fonctionner et se maintenir, c’est avant tout car des personnes sont prêtes à vivre dans le bois, été comme hiver, dans des conditions précaires, pour des périodes plus ou moins longues et malgré le risque permanent d’intervention policière.

Les occupant.e.s du bois 

20La forme de militantisme fondée sur l’habiter (Barbe, 2016), impliquant une « forme totale d’engagement du corps » (Dechézelles et Olive, 2017), crée un fort effet de sélection sur les personnes prêtes à s’y investir comme le montrent le nombre et les profils sociaux des occupant.e.s. Hors événements (manifestations du 18 février et du 15 août 2017), le nombre de personnes occupant de façon permanente le bois n’a jamais dépassé la quarantaine. En hiver, et notamment lors du premier hiver d’occupation où le climat a été particulièrement rigoureux, ce nombre pouvait aisément descendre à deux ou trois, ce qui est peu pour occuper 220 hectares. Le nombre de personnes permettant à l’occupation de se maintenir (ravitaillement en eau, en nourriture, en matériel de construction et de couchage pour les cabanes) est également faible, sachant que ces mêmes personnes gèrent aussi l’intendance de la maison de résistance à Bure. Contrairement à NDDL ou à Roybon où la proximité de Nantes dans le premier cas, de Grenoble dans le second, facilite la mobilisation rapide de soutiens militants, l’isolement géographique de Bure est flagrant, les villes les plus proches (Joinville, Bar-le-Duc, Saint-Dizier) ne pouvant jouer ce rôle.

Des occupant.e.s pluriel.le.s

  • 19 Contrairement à ce qu'observe Margot Verdier à NDDL en 2013 où elle note « la sur-représentation de (...)
  • 20 Camille Lepetit note ce même refus à Roybon : « Aucune personne rencontrée n'a dit militer dans une (...)

21La population occupante dans le bois peut être grossièrement divisée en trois catégories : les occupant.e.s permanent.e.s, les occupant.e.s intermittent.e.s et enfin les occupant.e.s occasionnel.le.s. Les premiers sont peu nombreux (une quinzaine de personnes), en majorité jeunes (20-30 ans) et blancs, la parité étant respectée dans l’ensemble19 – Vigie sud étant plus masculine, barricade nord étant à majorité féminine. Toutes ces personnes ont une expérience plus ou moins longue d’occupation en milieu urbain (squat) et/ou dans d’autres zad (NDDL, Sivens, Hambach, etc.). Les intermittent.e.s viennent régulièrement soutenir l’occupation pour des séjours allant de quelques jours à quelques mois. Les profils sont beaucoup plus variés, les âges et les nationalités également, la parité étant là encore à peu près respectée. L’expérience d’autres zad est fréquente : plusieurs personnes vivent depuis des années en « naviguant de zone en zone » (expression employée par un occupant permanent de Vigie sud), changeant de lieu en fonction des opportunités ou des événements (menaces d’expulsion notamment). Ces personnes sont une source d’information précieuse pour connaître la vie sur les autres zones dont la communication (site, brochures) tend à dissimuler les problèmes internes. À l’inverse, d’autres intermittent.e.s ont des positions sociales stables et viennent ici lors de leurs congés. Toutes sont hébergées durant leur séjour dans les lieux de vie. Ces deux premières catégories d’occupant.e.s ont des carrières militantes fortement marquées par les zad, se manifestant notamment par le refus de tout militantisme institutionnel20. Enfin, les occupant.e.s occasionnel.le.s font des apparitions rapides et rares, essentiellement pour les événements. Qualifiés facilement et de manière péjorative de « touristes » par les permanent.e.s, ces personnes ne sont pas hébergées dans les lieux de vie, un camping étant dans ce cas installé dans un endroit du bois.

Un ethos zadiste

  • 21 Les comportements alimentaires sont moins homogènes et les tensions verbales ne sont pas rares entr (...)

22Le concept d’ethos proposé par Bourdieu, qui préférera ensuite employer celui d’habitus considéré plus englobant, paraît adapté pour qualifier les pratiques sur zone tant, pour les occupant.e.s, « les valeurs sont des gestes, des manières de se tenir debout, de marcher, de parler » (Bourdieu, 1984, p. 134). Permanent.e.s et intermittent.e.s, s’ils et elles ont des âges, des nationalités et des positions sociales diverses, partagent un ethos commun permettant la vie sur zone. La façon de mener les discussions lors des réunions et en dehors – sans jamais couper la parole de l’autre, et le plus souvent en s’assurant qu’il ou elle a bien terminé sa phrase ou fini d’exprimer sa pensée – est, lors des premiers séjours, l’un des éléments les plus marquants. La vie sans électricité ni eau courante unifie également les pratiques quotidiennes de l’habiter. Faire la vaisselle à la cendre, allumer un feu, se masquer avec un tee-shirt, se déplacer dans la nuit noire sans allumer sa frontale pour ne pas être vu.e des gendarmes, désosser une palette au pied de biche sont quelques-unes des compétences acquises sur zone et partagées par les occupant.e.s. Cette communauté de pratiques suppose également un socle minimal de principes politiques mis en actes au quotidien (anti-racisme, anti-fascisme, anti-capitalisme, refus des discriminations de genre, anti-spécisme21). Et, de fait, on note une relative homogénéité non des personnes et de leurs parcours mais des valeurs et de la façon de les vivre au quotidien. Le recrutement des occupant.e.s se fait par une cooptation implicite qui rappelle le fonctionnement des squats analysé par Florence Bouillon lorsqu’elle écrit « la présentation de soi, le vocabulaire adopté, le style vestimentaire, la faculté à s'attirer des sympathies plutôt que des inimitiés, à repérer les leaders officieux, vont décider du sort du nouveau venu. » (Bouillon, 2002).

  • 22 Les occupant.e.s de Roybon écrivent, après avoir souligné l'importance du volet judiciaire de la lu (...)

23La primauté du faire sur le dire – même si les discussions prennent une place très importante dans les journées, l’intensité de la sociabilité sur zone étant sans doute l’une des plus fortes gratifications (Gaxie, 1977) du militantisme d’occupation – va de pair avec le refus d’une identité sociale imposée, à commencer par le nom de famille : l’utilisation de pseudonymes est un invariant des zad. Geneviève Pruvost (2015) notait qu’à la zad de NDDL, « personne ne vous demande d’où vous venez, pourquoi vous êtes là, ni même comment vous vous appelez ». Stéphanie Dechézelles et Maurice Olive (2017) expliquent que la volonté « d’occulter leurs origines sociales » est à la fois une mesure de protection « tant l’exposition à la violence des forces de police peut être grande » et « un choix politique, celui d’être attentif à ce que les gens font et savent faire plutôt qu’à ce qu’ils sont ». Si le faire est premier, il est également politisé, comme à Roybon (« Le politique est présent dans chaque dimension de l’existence », Lepetit, 2018, p. 38) ou à NDDL (Pruvost, 2015). Le choix d’un habitat léger et de matériaux de récupération (cabane, yourte), l’utilisation exclusive de toilettes sèches (y compris à la maison de résistance), le recours privilégié aux plantes pour se soigner, le rapport supposé égalitaire aux non-humains (chiens et chats notamment), l’importance du don et de l’attention à l’autre, et jusqu’au choix du tabac que l’on partage (du tabac à rouler Fleur de pays, supposé contenir peu d’additifs, plutôt que des « indus[trielles] », terme le plus souvent prononcé de façon méprisante), l’ethos zadiste se vit et s’incarne au quotidien dans « une propagande par le faire » (Collectif comm’un, 2019, p. 246) plus qu’il ne se parle ou ne se théorise. Ceci explique sans doute le phénomène de désengagement observé sur place après l’évacuation du bois : vivre dans le bois et militer contre Cigéo est une expérience physique totale, militer contre Cigéo hors le bois évoque un militantisme institutionnel et routinisé22.

24Le constat fait par Jérôme Pelenc en 2017 semble donc pertinent : « si l’occupation du bois de Mandres près de Bure […] n’a pas pris l’acronyme de ZAD pour diverses raisons, la grammaire d’actions et l’imaginaire qui l’irriguent sont assez similaires ». Bure n’est pas le premier cas d’occupation n’utilisant pas le label zad (cf le quartier des Lentillères à Dijon) mais elle est peut-être la première à avoir explicité ce refus.

Le bois Lejuc, une zad qui refuse le label zad

25Nommer une lutte fait partie des impératifs militants préalables à toute communication. Comme l’écrit Pierre Bourdieu, « en structurant la perception que les agents sociaux ont du monde social, la nomination contribue à faire la structure de ce monde » (Bourdieu, 2001, cité dans Petit, 2015, p. 18). La sociologie de l'action collective a également mis en évidence l'importance d'« imposer une définition, [de] construire un problème et [de] le rendre public » (Mabi, 2016). Après avoir rappelé ce qu’est aujourd’hui le type médiatique zad, je présenterai les arguments utilisés par les automédias de Bure pour refuser ce label avant de conclure sur la faible efficacité de cette stratégie rhétorique.

Zad et « zadiste », des typifications médiatiques floues et/ou stigmatisantes

26Depuis l’opération César visant à évacuer NDDL en 2012, le terme zad a rencontré un succès médiatique croissant (Le Cain, 2015). L’étiquette zad est aujourd’hui employée pour des situations très variables et où il est difficile de trouver un point commun : on a pu lire des articles sur la « zad de Tolbiac »23 (occupation du site de Paris 1 Tolbiac en 2017) ou sur la France des ronds-points se transformant en zad24 (mouvement des gilets jaunes, hiver 2018-2019). Terme vendeur, son utilisation extensive par les médias de la presse généraliste (nationale et régionale) semble désormais s’appliquer à toute forme d’occupation réalisée hors des structures politiques traditionnelles (syndicat, association), quels que soient la durée, les objectifs et les modalités de cette occupation.

  • 25 Voir par exemple le dossier d'Acrimed daté du 2 janvier 2018 signé Frédéric Lemaire qui montre à qu (...)

27La diffusion du terme « zad » est allée de pair avec la construction de la figure beaucoup plus clivante du « zadiste ». Individu supposément violent, masqué, d'une hygiène douteuse, volontiers consommateur d’alcool et de substances prohibées, vivant des minima sociaux et ou de vols, les clichés concernant les occupant.e.s des zad se retrouvent régulièrement dans la presse régionale, notamment dans les commentaires des articles, et dans la presse nationale25. Comme l’indique Frédéric Barbe à propos des habitant.e.s de NDDL, l’étiquette zadiste est « jugée souvent réductrice et inappropriée, voire malveillante par ceux et celles qu’elle désigne » (Barbe, 2016).

28Il y a eu à propos des zad et de l’étiquette « zadiste » un processus rapide de typification (Tuchman, 1973), soit la construction et la mobilisation de catégories permettant la production rapide d’une actualité par les journalistes. Cette construction reprend en grande partie les éléments de langage des institutions (ministère de l’Intérieur, préfectures, gendarmerie), ces dernières apparaissant comme des « coproducteurs de l’information » (Berthaut, 2013, p. 112). Et, de plus en plus fréquemment, les images diffusées par les médias lors des évacuations de zones occupées sont celles fournies par la gendarmerie elle-même (Bure, février 2018 ; NDDL, avril et mai 2018).

Un refus argumenté

29La volonté d’occuper le bois et la communication autour de cette occupation a été essentiellement l’œuvre des personnes ayant organisé en août 2015 le camp anti-autoritaire et anti-capitaliste dans la commune voisine de Mandres-en-Barrois. Le site créé à cette occasion, vmc.camp, a été la vitrine officielle de l’occupation, et de manière plus secondaire, la page Facebook Les Bure à cuire, le compte twitter les Ziradiés et la chaîne Youtube Bure Acuire ont relayé tout au long de l’occupation l’actualité de l’occupation et les appels à la renforcer.

30Dès l’organisation du camp de 2015, le terme « zadiste » avait été utilisé par la presse régionale et contesté par les opposant.e.s (« Il n’y a pas d’affreux zadistes, mais force est de constater qu’il y a souvent d’affreux journalistes », Des mirabelles, pas des poubelles, 2015). Trois ans plus tard, dans un entretien accordé au mensuel écologiste Silence, Gaspard d’Allens, journaliste et militant anti-Cigéo, précise également que, si « c’est la même technique qu’à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, des gens s’installent sur place et occupent la forêt en construisant des cabanes. […] On ne s’est jamais appelé une ZAD. Pour nous, habitant et luttant ici, ça devient de plus en plus une étiquette médiatique, une franchise » (Gilson, 2018).

  • 26 Brochure d’information sous-titrée Bulletin épisodique de discussion locale et conviviale (n° 1 et (...)

31Souhaitant comme à NDDL pervertir les termes de l’aménagement du territoire, la zone concernée par les travaux prévus étant une ZIRA (Zone d’intérêt pour la recherche approfondie), quelques termes employés dans les automédias détournent l’acronyme (le nom du compte twitter, la ziradio) devenu « zone d’insoumission à la radioactivité ». Un extrait du billet titré Recueillir une goutte de soleil précise ainsi « On n'aime pas trop parler de ZAD. Pour l'ANDRA, c'est une Zone d'Intérêt pour la Recherche Approfondie. Un jargon presque mignon. Parmi tant d'autres détours, on s'est appelés les ZIRAdieux, habitants de la Zone d'Insoumission à la Radio-Activité. ». Un texte paru dans le Couarail numéro 426 montre que l’une des motivations principales est le refus de l’étiquette péjorative de zadiste, on y lit notamment « cette forêt est bien plus une zone libérée […] qu’une zone occupée par on ne sait quels « zadistes » fantasmés, dont l’image péjorative est bien utile pour apeurer tout le monde » (p. 18).

32Les extraits qui suivent ne sont qu’un échantillon des déclarations présentes sur vmc.camp et réfutant l’emploi du terme zad : « nous avons toujours dit que nous refusions le label ZAD pour mieux inventer la richesse singulière de notre lutte en Meuse » (billet du 18 janvier 2018). Ce refus est parfois énoncé sans le moindre argument, tel ce billet publié le 25 février 2017, et commençant par ces phrases : « Bruno Le Roux [ministre de l’Intérieur de décembre 2016 à mars 2017] déclare cette semaine qu’il n’y aura pas de ZAD à Bure. Ça tombe bien, il n’y en a pas et il n’y en a jamais eu. » Deux jours avant, en réaction à cette déclaration de Bruno Le Roux, un texte précisait « Il n’y a pas de ZAD à Bure, mais 25 ans de lutte continue de tout un territoire contre un projet qui s’est implanté au mépris des gens, et 10 ans de vagues de militants qui s’installent peu à peu dans la région ». Cette dernière phrase illustre la volonté de construire le récit militant d’un mouvement local, majoritaire et linéaire.

Une stratégie rhétorique peu efficace

33Poursuivant le processus de typification évoqué plus haut, les médias ont dans leur grande majorité évoqué la « zad de Bure » : une recherche « zad de Bure » faite sur Google Actualités le 28 février 2018 donne 87 résultats ; une recherche avec les mots clés zad et Bure, présents dans le titre de l’article, sur le portail Europresse, permet de récupérer 42 articles associant ces deux termes entre août 2016 et fin février 2018. Les références concernent la presse et la radio, tant régionales (Sud-Ouest) que nationales (Le FigaroEurope 1). L’utilisation de l’expression est également courante sur les chaînes télévisées d’information en continu (Bfmtv, Euronews) ou généralistes (France 3 Lorraine, TF1). Comme le signalaient les auteur.e.s de la brochure Label zad et autres sornettes, « on n'a même plus besoin de se déclarer zadiste, la presse s'en charge » (2015).

  • 27 https://www.2dh5.nl/event/the-struggle-in-de-zads-and-the-streets/
  • 28 https://paris-luttes.info/concert-socialcrash-en-soutien-a-10267
  • 29 https://www.bastamag.net/charbon-Allemagne-Zad-foret-Hambach-ecologie

34Dans les milieux militants amis, en France comme à l’étranger, le terme de zad est également utilisé : une réunion militante à Amsterdam en février 2018 annonce la présence de « Zadistes from NDDL – Bure – Amassada and Roybon »27, un concert de soutien « à la zad de Bure » est organisé à la CNT parisienne en juin 2018 par l’association Social Crash28, une compilation de l’association Blast sort l’été 2018 « en soutien aux zadistes et inculpés de Bure ». Le terme est également employé dans la presse militante comme la revue Bastamag qui qualifie l’occupation de la forêt de Hambach de « Zad « forestière », à la manière de celle de Bure ou de Notre-Dame-des-Landes en France »29 et l’on pourrait multiplier les exemples.

  • 30 Ce billet n'a pas été archivé sur le site web.archive.org.

35Si le terme zad a été utilisé pour qualifier l’occupation, c’est en raison de la similitude des pratiques et des occupant.e.s avec NDDL ou Roybon. Mais il faut noter que dans la communication même de Bure, certains codes montrent de fait une parenté avec NDDL : d’un côté le terme « les tritons », de l’autre l’expression « les chouettes hiboux » sont utilisés pour signer bon nombre de billets ; au « Vinci dégage, résistance et sabotage » répond un « Andra, dégage, résistance et sabotage » entonné manifestation après manifestation à Bure et alentours ; à la salamandre géante présente aux événements de NDDL répondent les hiboux présents à Bar-le-Duc le 16 juin 2018. Un billet publié le 23 février 2018 sur vmc.camp30 annonce « Nous ferons tout à Bure pour que le bois Lejuc soit leur nouvelle opération César. » Et, comme je l’ai déjà indiqué, la chronologie respective des deux zad montre l’importance du camp d’été : le camp Action climat de 2009 dynamise le processus d’installation à NDDL ; le camp vmc d’août 2015 renforce les liens avec d’autres luttes et zad (Roybon, NDDL, quartier des Lentillères notamment) et crée une dynamique dont l’aboutissement sera l’occupation du bois Lejuc un an plus tard.

Conclusion

  • 31 On trouve la même problématique à la zad de Roybon, des occupant.e.s écrivant « il faut reconnaître (...)

36Le bois Lejuc, comme toute zad, est un ensemble précaire de lieux de lutte et de vie qui nécessite à la fois des apports militants extérieurs, humains comme matériels, et des structures d'accueil pérennes sur place (rôle de la maison de résistance). La capacité à attirer des personnes ayant acquis un ethos zadiste détermine la possibilité d’une occupation durable, mais les éléments liés à la force publique (consignes préfectorales, décisions judiciaires, présence des gendarmes) jouent également un rôle essentiel. Si les occupant.e.s tendent à mépriser l’action militante traditionnelle, les conditions de poursuite de l’occupation dépendent en partie des recours déposés par les associations anti-nucléaires31. Voulant échapper au stigmate médiatique du zadiste, les responsables de la communication ont refusé à Bure l’utilisation du terme zad, terme qui a cependant été repris tant par les médias que par les militant.e.s proches de la lutte. De manière symétrique, l’importance de la nomination est également très sensible du côté des promoteurs du projet Cigéo. Comme l’a montré Sezin Tpoçu (2013, et notamment le chapitre 6, « Nukespeak : gouverner par les mots », p. 195-213), les acteurs du nucléaire ont depuis des décennies chercher à forger des termes pensés pour rassurer le grand public. Le fait que « nucléaire » et « enfouissement » soient absents de l’acronyme Cigéo n’est pas anodin, l’enfouissement suggère « impuissance, renoncement, voire opacité » (Topçu, p. 209), « stockage géologique en profondeur » paraît simultanément plus neutre et plus scientifique, mais l’enjeu du langage de l’Andra nécessiterait une étude à part entière.

  • 32 Une tentative de réoccupation a eu lieu en juillet 2019, la gendarmerie a évacué l'ensemble des occ (...)
  • 33 Ordonnance sur requête de la Cour d’appel de Nancy de mars 2018. À l’heure où l’auteur écrit ces li (...)
  • 34 Cet article est écrit entre février et mai 2019.
  • 35 Voir le calendrier et la carte à l'adresse http://www.stopcigeo-bure.eu/cyclegrandest/

37La petite zad du bois Lejuc a été évacuée le 22 février 2018, 500 militaires étant mobilisés pour évacuer 15 personnes, ce qui est proche du ratio observé à NDDL en avril 2018 (2500 militaires pour moins de 200 habitant.e.s permanent.e.s). Aucune réoccupation ne semble envisageable32 : le milieu militant local est fragilisé, la présence des forces de l'ordre continue et se promener dans le bois Lejuc, propriété de l’Andra, sans autorisation est aujourd’hui passible d’une amende de 500 euros par personne et par heure33. L’enquête ouverte depuis l’été 2017 par le procureur de Bar-le-Duc pour « association de malfaiteurs » a contribué à désorganiser la lutte dans la mesure où ses principaux acteurs et actrices locaux (« les chefs » régulièrement mentionné.e.s dans le bois) n’ont plus le droit de se rencontrer et de communiquer entre eux ; par ailleurs, plusieurs procès de militant.e.s ont donné lieu à des interdictions de territoire d’ampleur (de quelques communes aux deux départements Meuse et Haute-Marne) et de durée variables (six mois à deux ans). Après plusieurs tentatives peu fructueuses pour « délocaliser la lutte » (rencontres inter-assemblées le 3 et 4 février 2018 et du 8 au 10 septembre 2018 à Mandres-en-Barrois), les pratiques militantes actuellement observables34 sont celles d’un militantisme d’expertise et de témoignage, pris en charge par des associations présentes depuis des décennies contre le projet, multipliant les conférences dans les départements concernés et voisins35.

Haut de page

Bibliographie

SOURCES MILITANTES

Sites internet

vmc.camp ; burezonelibre.noblogs.org ; bureburebure.info/ (Bure). Le dernier site prend le relais de vmc.camp en novembre 2018.

Ouvrages

D’ALLENS, G., FUORI, A., 2017, Bure, la bataille du nucléaire, Paris, Seuil / Reporterre, 154 p.

COLLECTIF BURESTOP55, 2014, Notre colère n’est pas réversible. Enfouir les déchets atomiques : le refus, Bure, BureStop 55, 240 p.

COLLECTIF COMM’UN, 2019, Zad de Notre-Dame-des-Landes. Habiter en lutte. Quarante ans de résistance, Paris, Le passager clandestin, 256 p.

COLLECTIF MAUVAISE TROUPE, 2016, Contrées. Histoires croisées de Notre-Dame-Des-Landes et de la lutte No TAV dans le Val Susa, Premier Secours, L’éclat, 412 p.

Brochures

Couarail, n°4, octobre 2016, 60 p., en ligne.

Des mirabelles, pas des poubelles, n°1, mai 2015, 3 p.

Les Bure à cuire, série d’entretiens, Kermesse, pique-nique & barricades, octobre 2016, 28 p., URL : https://infokiosques.net/spip.php?article1451

Terres de Bure, 2016, État des lieux de l’appropriation foncière de l’ANDRA à Bure, 34 p., en ligne.

Sources journalistiques

GILSON, M., 2018, « Habiter la Meuse contre la poubelle nucléaire. Entretien avec Gaspard d’Allens », Silence, n° 468, juin, p. 29-31.

LE CAIN, B., 2015, « Comment le mot « zadiste » s’est intégré dans le langage courant », Le Figaro, 07 février, URL : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/02/07/01016-20150207ARTFIG00061-comment-le-mot-zadiste-s-est-integre-dans-le-langage-courant.php

REFERENCES ACADEMIQUES

BARBE, F., 2016, « La « zone à défendre » de Notre-Dame-des-Landes ou l’habiter comme politique », Norois. Environnement, aménagement, société, n° 238-239, p. 109–30, URL : https://journals.openedition.org/norois/5898

BEAUGUITTE, L., 2018, « Imaginaires et pratiques zadistes à Bure (Meuse) », Actes du colloque du CIST2018 - Représenter les territoires / Representing territories, Rouen, URL : https://esprad.hypotheses.org/files/2018/04/201803cist_texte_presentation_def.pdf

BEAUGUITTE, L. & LAMBERT, N., 2019, « Les actions financées par le GIP Objectif Meuse (2000-2017) : données, script et cartes », Carnet de recherche Espaces et radicalités, https://esprad.hypotheses.org/903.

BERTHAUT, J., 2013, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, Marseille, Agone, coll. « L’ordre des choses », 430 p.

BÈS, M.-P., BLOT, F., DUCOURNAU, P., 2015, « Sivens : quand le dialogue devient impossible. Chronique d’un drame annoncé », Justice spatiale, Spatial justice, n° 8, URL : https://www.jssj.org/article/sivens-quand-le-dialogue-devient-impossible-chronique-dun-drame-annonce/

BLANCK, J., 2017, Gouverner par le temps. La gestion des déchets radioactifs en France, Entre changements organisationnels et construction de solutions techniques irréversibles (1950-2014), Thèse de sociologie des organisations, Paris, SciencesPo - CSO, URL : https://spire.sciencespo.fr/notice/2441/tds5tmg6s8ne8i61hsmg6rgcc

BOURDIEU, P., 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard, 248 p.

BOURDIEU, P., 1984, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 282 p.

BOURDIEU, P., 2015, Sociologie générale volume 1. Cours au Collège de France 1981-1983, Paris, Raisons d’agir /Seuil, 740 p.

BOUTET, J., 2010, Le pouvoir des mots, Paris, La Dispute, 194 p.

BULLE, S., 2016, « Une expérimentation territoriale utopique : la zad Notre-Dame-Des-Landes. Premiers éléments de genèse politique », Grand Angle, URL : http://www.grand-angle-libertaire.net/une-experimentation-territoriale-utopique-la-zad-notre-dame-des-landes-premiers-elements-de-genese-politique

COMBES, H., HMED, C., MATHIEU, L., SIMÉANT, J., SOMMIER, I., 2011, « Observer les mobilisations. Retour sur les ficelles du métier de sociologue des mouvements sociaux », Politix, n° 93, p. 7-27.

COMBES, H., GARIBAY, D., GOIRAND, C. (dir.), 2015, Les lieux de la colère. Occuper l'espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions Transnationales », 410 p.

DECHÉZELLES, S., 2017, « Une ZAD peut en cacher d’autres. De la fragilité du mode d’action occupationnel », Politix, n° 117, p. 91-116,URL : en ligne.

DECHÉZELLES, S., OLIVE, M., 2017, « Les mouvements d’occupation : agir, protester, critiquer », Politix 1, n° 117, p. 7‑34, URL : https://www.cairn.info/revue-politix-2017-1-page-91.htm

FILLIEULE O., MATHIEU L., PÉCHU C. (dir.), 2009, Dictionnaire des mouvements sociaux, Paris, Presses de SciencesPo, 652 p.

FORTIN, D., 1985, « La recherche-action à caractère militant : le cas du GRAP », Service social, vol. 34, n° 2-3, p. 269-293.

GAXIE, D., 1977, « Économie des partis et rétributions du militantisme », Revue française de science politique, vol. 27, n° 1, p. 123-154.

GINET, P. (dir.), 2017, L’opposition citoyenne au projet Cigéo. Cadrage géographique et enjeux géopolitiques locaux et globaux, Paris, L’Harmattan, 184 p.

GRISONI, A., 2015, « Les mouvements d'opposition contre les Grands projets inutiles imposés (GPII) à l'avant-garde de la ruralité ? Le mouvement Notav contre le Lyon-Turin », Mouvements, vol. 84, n° 4, p. 126-30.

GRISONI, A., MILANESI, J., PELENC, J., SÉBASTIEN, L., 2018, Résister aux Grands Projets Inutiles et Imposés. De Notre-Dame-Des-Landes à Bure, Paris, Textuel, coll. « Petite Encyclopédie Critique », 156 p.

LEPETIT, C., 2018, Les Zad. Des espaces d’expérience et d’émancipation, Paris, L’unebévue, coll. « La Menthe à l’eau », 158 p.

MABI, C., 2016, « Luttes sociales et environnementales à l’épreuve du numérique : radicalité politique et circulation des discours », Études de communication, vol. 47, n° 2, p. 111‑130, URL : https://journals.openedition.org/edc/6659

PAILLOUX, A.-L., 2015, « Zone d’aménagement différé contre « zone à défendre ». Analyse d’une lutte pour l’autonomie dans/de l’espace rural », Justice Spatiale, Spatial Justice, n° 7, URL : http://www.jssj.org/article/zone-damenagement-differe-contre-zone-a-defendre-analyse-dune-lutte-pour-lautonomie-dansde-lespace-rural/

PATINEAU, L., 2017, Enfouir des déchets nucléaires dans un monde conflictuel. Une histoire de la démonstration de sûreté de projets de stockage géologique, en France (1982-2013), Thèse d'Histoire, EHESS, Centre Alexandre Koyré, 470 p.

PELENC, J., 2017, « Les ZAD ou comment s’opposer tout en proposant », Barricade, 16 p., URL : http://www.barricade.be/publications/analyses-etudes/zad-ou-comment-s-opposer-tout-proposant

PETIT, J., 2015, La Bataille de Notre-Dame-Des-Landes. Éléments de langage, Paris, L'Harmattan, coll. « Questions Contemporaines », 78 p.

PRIEUR, M., 1992, « Les déchets radioactifs, une loi de circonstance pour un problème de société », Revue Juridique de l'Environnement, n° 1, p. 19-47.

PRUVOST, G., 2015, « Chantiers participatifs, autogérés, collectifs : la politisation du moindre geste », Sociologie du travail, n° 57, p. 81‑103, URL : https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0038029614001423?via%3Dihub

PRUVOST, G., 2017, « Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes (2013-2014) », Politix, n° 117, p. 35-62, URL : https://www.cairn.info/revue-politix-2017-1-page-35.htm

RIPOLL, F., 2005, La dimension spatiale des mouvements sociaux. Essais sur la géographie et l'action collective dans la France contemporaine à partir des mouvements de « chômeurs » et « altermondialistes », Thèse de géographie, Université de Caen / Basse-Normandie.

SUBRA, P., 2016, Zones à Défendre. De Sivens à Notre-Dame-Des-Landes. La Tour d’Aigues, L’aube, 124 p.

TERRAY, E., 2014, « Logique militante et logique de la recherche », Communications, n° 1, p. 135-147.

TOPÇU, S., 2013, La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée, Paris, Seuil, 350 p.

TUCHMAN, G., 1973, « Making news by doing work: Routinizing the unexpected », American Journal of Sociology, vol. 79, n° 1, p. 110-131.

VERDIER, M., 2018, La perspective de l’autonomie. La critique radicale de la représentation et la formation du commun dans l’expérience de l’occupation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, Thèse de Sociologie, Université Paris Nanterre.

Haut de page

Notes

1 Dans ce texte, ZAD écrit en majuscules est un terme issu de l’aménagement du territoire signifiant Zone d’Aménagement Différé et zad désigne un lieu occupé ; je respecte cependant la graphie utilisée dans les citations.

2 Pendant deux décennies, l'Andra a communiqué sur le fait qu'il n'y aurait jamais de déchets nucléaires à Bure et qu'il s'agissait seulement d'un laboratoire ; les opposant.e.s ont dès le départ considéré que le laboratoire servirait à terme de lieu de stockage (Prieur, 1992), d'où l'utilisation des guillemets. Julie Blanck dans sa thèse confirme le lien entre laboratoire et centre d'enfouissement, écrivant « certains agents de l'ANDRA considèrent que cette stratégie d'implantation de laboratoire est une stratégie du type « cheval de Troie » : une fois que le laboratoire est implanté et que les recherches montrent des résultats favorables, il est beaucoup plus difficile pour les acteurs locaux de refuser un projet de stockage dans lequel il y a eu un tel investissement » (Blanck, 2017, p. 217).

3 Contrairement à l’auteure, le terme de grand projet inutile et imposé (connu sous l’acronyme GPII) ne sera pas utilisé ici dans la mesure où la taille n’est pas un critère toujours pertinent (le barrage de Sivens n’était pas un grand projet), que le projet peut être soutenu par la majorité de la population locale (Sivens ou Roybon) et enfin parce que le caractère « inutile » prête à discussion : réaliser le projet Cigéo est jugé indispensable par la filière nucléaire française (Patineau, 2017, p. 40). Pour une discussion sur ce terme issu des milieux militants, voir notamment Pailloux, 2015 ; Grisoni et al., 2018.

4 Ces deux GIP versent chacun 30 millions d'euros par an aux acteurs (collectivités, entreprises, associations, particuliers) de ces deux départements. Voir les cartes et données du GIP Objectif-Meuse mises en forme par Beauguitte et Lambert (2019).

5 Matériel de construction, couvertures, portables et cartes téléphoniques pour donner l’alerte en cas d’intervention policière.

6 La population locale peut jouer un rôle important dans une occupation (ça a été le cas à Sivens par exemple, les agriculteurs locaux soutenant le projet et rebaptisant la zad « zone à dégager », voir Bès et al., 2015), elle semble avoir peu influencé celle de Bure (peu de liens entre la maison et les voisins, pas ou peu d'hostilité déclarée envers les occupant.e.s).

7 Tous les liens ont été contrôlés en mai 2019.

8 Deux amis parisiens m'ont indiqué avoir décidé d'aller voir ce qu'il se passait à Bure après avoir vu cette vidéo.

9 Respectivement lutte contre un projet minier et opposition à un projet de maxi-prison.

10 Éric évoque ce lien avec le mouvement contre la loi travail dans la brochure Kermesse, pique-nique & barricades, page 4, où il parle du concert punk organisé en juin 2016 en marge de la manifestation des 200 000 pas : « […] il y avait beaucoup de gens mobilisés contre la loi El Khomri, on était nourri par cette actualité. On s’était rencontré dans la rue. Entre deux chansons, le public criait « Tout le monde déteste la police ! », « Ni loi, ni travail ! ». Les slogans contre Cigéo se mêlaient à ceux des luttes sociales […] ». Lors de la manifestation du 18 février 2017, le texte lu indique « [ce qui se vit ici] c’est la suite de ce qui se trame dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes, dans la forêt de Roybon, de ce qui s’est passé dans les rues des métropoles pendant le mouvement contre la loi Travail [...] ».

11 Le cortège de tête désigne les personnes choisissant de manifester devant les syndicats. Ce phénomène est apparu dans plusieurs grandes villes et n’a cessé de prendre de l’ampleur lors de la mobilisation contre la loi travail.

12 Cette non-intervention reste inexpliquée à ce jour.

13 Pour plus de détails, voir le billet https://esprad.hypotheses.org/376.

14 Margot Verdier lors de ses séjours à NDDL indique « la question était alors pour moi de savoir ce que je ferai de mes carnets de terrain et de mes enregistrements d'entretiens si la police venait effectivement à intervenir sur la zone. Les options qui m'apparaissaient les meilleures étaient de les enterrer pour pouvoir revenir les chercher plus tard ou de les brûler. » (Verdier, 2018, p. 154).

15 Les barbelés sont par contre utilisés de façon non systématique en raison de la présence de chiens.

16 Des gendarmes spécialisés étant présents le 22 février 2018, la cabane du Grand chêne occupée par deux personnes a été évacuée le jour même.

17 Jeu de mot combinant drakkar (lié à la forme allongée de la cabane) et ACAB, acronyme courant dans les milieux radicaux de gauche et de droite signifiant All cops are bastards.

18 Passer régulièrement à la maison de résistance s'impose, ne serait-ce que pour prendre une douche ou faire une lessive.

19 Contrairement à ce qu'observe Margot Verdier à NDDL en 2013 où elle note « la sur-représentation de jeunes hommes blancs » (Verdier, 2018, p. 44).

20 Camille Lepetit note ce même refus à Roybon : « Aucune personne rencontrée n'a dit militer dans une structure formelle, que ce soit une structure politique de type parti politique classique, une organisation non gouvernementale (ONG) ou même une association. La plupart refusent de s'engager dans ce type de structures. » (Lepetit, 2018, p. 34).

21 Les comportements alimentaires sont moins homogènes et les tensions verbales ne sont pas rares entre omnivores, flexivores, freegan et vegan, pour ne citer qu'une partie des termes employés sur zone.

22 Les occupant.e.s de Roybon écrivent, après avoir souligné l'importance du volet judiciaire de la lutte, « ce n'est pas en constituant des dossiers administratifs qu'on génère de l'enthousiasme collectif » (De tout bois, n° 10, automne 2018, p. 3)

23 https://etudiant.lefigaro.fr/article/conferences-tri-selectif-et-soirees-techno-bienvenue-dans-la-zad-de-tolbiac-_49041760-3bcf-11e8-97f1-d49a00654525/.

24 https://www.leberry.fr/bourges-18000/actualites/les-gilets-jaunes-installes-sur-des-giratoires-comme-dans-des-zad_13066750/.

25 Voir par exemple le dossier d'Acrimed daté du 2 janvier 2018 signé Frédéric Lemaire qui montre à quel point les sources officielles (gendarmerie essentiellement) sont reprises sans questionnement par les principaux médias, du Figaro à Libération.

26 Brochure d’information sous-titrée Bulletin épisodique de discussion locale et conviviale (n° 1 et 2) puis Gazette de discussion de Bure et ses alentours (n°3 et 4), quatre numéros sont sortis entre août 2015 et octobre 2016.

27 https://www.2dh5.nl/event/the-struggle-in-de-zads-and-the-streets/

28 https://paris-luttes.info/concert-socialcrash-en-soutien-a-10267

29 https://www.bastamag.net/charbon-Allemagne-Zad-foret-Hambach-ecologie

30 Ce billet n'a pas été archivé sur le site web.archive.org.

31 On trouve la même problématique à la zad de Roybon, des occupant.e.s écrivant « il faut reconnaître que depuis quatre ans, c'est par la force du droit que nous sommes protégés » (De tout bois, n°10, automne 2018, p. 4).

32 Une tentative de réoccupation a eu lieu en juillet 2019, la gendarmerie a évacué l'ensemble des occupant.e.s en moins de 48 heures.

33 Ordonnance sur requête de la Cour d’appel de Nancy de mars 2018. À l’heure où l’auteur écrit ces lignes (mai 2019), et contrairement à ce qu’annonçait l’Andra en mars 2018, « l’accès et l'usage aux riverains, chasseurs, promeneurs » du bois Lejuc n’est toujours pas assuré.

34 Cet article est écrit entre février et mai 2019.

35 Voir le calendrier et la carte à l'adresse http://www.stopcigeo-bure.eu/cyclegrandest/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Lieux de vie dans le bois occupé en été 2017
Crédits Source : vmc.camp, site créé pour l'organisation du camp anticapitaliste de 2015 et qui relayait les informations sur l'occupation du bois. Une partie du site est accessible sur les archives du web à l'adresse https://web.archive.org/web/20170708221725/http://vmc.camp/​
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6393/img-1.png
Fichier image/png, 975k
Titre Figure 2 : La barricade : un symbole des zones à défendre – Vigie sud
Crédits Crédits : Laurent Beauguitte, octobre 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6393/img-2.png
Fichier image/png, 951k
Titre Figure 3 : La barricade : un symbole des zones à défendre – le labyrinthe
Légende Barricade secondaire située au niveau du labyrinthe, photo de l’auteur, 18 février 2018. La présence de drapeaux militants s’explique par la manifestation partant de la forêt vers le laboratoire ce jour-là.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6393/img-3.png
Fichier image/png, 939k
Titre Figure 4 : chantiers inachevés dans le bois Lejuc
Crédits Photographies de l’auteur, octobre 2017
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6393/img-4.png
Fichier image/png, 552k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Beauguitte, « Le Bois Lejuc occupé : éléments sur le fonctionnement d’une petite zad en Meuse (2016-2018) », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 04 octobre 2019, consulté le 15 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6393 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6393

Haut de page

Auteur

Laurent Beauguitte

Chargé de recherche
UMR Géographie-cités
laurent.beauguitte@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals