Navigation – Plan du site
Varia

Introduction à la géopolitique de Philippe Subra : Synthèse et critique

Introduction to the geopolitics of Philippe Subra : Synthesis and critique
Nicolas Paquet

Résumés

Cet article vise à faire le point sur les travaux théoriques et méthodologiques de Philippe Subra. Il vise à montrer comment ceux-ci viennent renouveler la théorie géopolitique, en mettant en leur centre la question des phénomènes dits locaux ; phénomènes qui n’ont pas, jusqu’à maintenant, reçu toute l’attention qu’ils méritent des géopoliticiens. À notre connaissance, les travaux de Philippe Subra – relativement récents – n’ont pas encore bénéficié d’un travail de synthèse conséquent, et surtout de la discussion critique si nécessaire à l’épanouissement des nouvelles idées et orientations académiques. Ces travaux sont pourtant susceptibles d’apporter une nouvelle impulsion à la théorie géopolitique et, plus particulièrement, à l’analyse des conflits dans le champ de l’aménagement et du développement. À l’instar des travaux menés par l’école géographique, ceux de Philippe Subra montrent que l’analyse des représentations est un outil indispensable d’une analyse géopolitique des projets d’aménagement et de développement. De fait, les représentations permettent d’appréhender les relations au territoire et surtout de comprendre la nature des rivalités rencontrées. En somme, en nous appuyant sur les principaux travaux théoriques et méthodologiques de Philippe Subra, c’est à cet effort de synthèse et de critique que nous souhaitons contribuer. Cet article d’introduction à la géopolitique de Philippe Subra aborde d’abord sa lecture de l’aménagement et du développement comme questions géopolitiques. Puis, l’article présente sa typologie des conflits. Il introduit ensuite à ses concepts clés. L’article permet finalement de revenir sur le travail accompli par l’auteur jusqu’à présent, et d’en offrir une appréciation critique, qui se veut méliorative.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les travaux théoriques et méthodologiques de Philippe Subra (2003, 2008, 2012, 2014, 2016), professeur à l’Institut français de géopolitique et membre du comité de rédaction de la revue Hérodote, viennent renouveler la théorie géopolitique. Ces travaux méritent une plus grande attention de la part des géopoliticiens. Jusqu’à maintenant, ceux-ci n’ont pas bénéficié d’un travail de synthèse conséquent et de la discussion critique si nécessaire à l’épanouissement des nouvelles idées et orientations académiques. Pourtant, ces travaux sont susceptibles de transformer la théorie géopolitique et les pratiques d’analyse des conflits dans le champ de l’aménagement et du développement. En effet, les travaux de Philippe Subra mettent en leur centre la question des phénomènes géopolitiques dits locaux, et viennent, par là, contribuer à combler un manque en géopolitique (Lorot, 1995 ; Thual, 1996). À l’instar des travaux menés par l’école géographique (Douzet, 2001 ; Giblin, 2010, 2013 ; Hollard, 2001 ; Lacoste, 2006, 2012 ; Lasserre, 2003 ; Lasserre et Gonon, 2012), ceux de Philippe Subra montrent que l’analyse des représentations est un outil indispensable d’une analyse géopolitique des projets d’aménagement et de développement. De fait, les représentations permettent d’appréhender les relations au territoire et surtout de comprendre la nature des rivalités rencontrées.

2Au regard de la littérature, quatre raisons justifient l’intérêt de ces travaux :

31. Premièrement, les travaux de l’auteur s’inscrivent dans la droite ligne de ceux d’Yves Lacoste (1986a, 1986b, 1986c, 1993, 1994, 2006, 2012), éminent géopoliticien et fondateur de l’école géographique et de la revue Hérodote. Yves Lacoste est connu pour avoir conceptualisé l’approche géopolitique, l’avoir popularisée en France, et surtout pour avoir montré l’importance des représentations dans l’analyse des conflits entre les acteurs. Subra dédicace d’ailleurs un de ses ouvrages à Yves Lacoste (2016, p. 3) et positionne ses travaux (2016, p. 10-11) dans la continuité de « ce grand géographe passionné d’histoire et préoccupé de politique qui a réinventé la géopolitique ».

42. Deuxièmement, les travaux de Subra (2003, 2008, 2012, 2014, 2016) sont indissociables de la démarche de l’équipe d’Hérodote, qui, depuis la fin des années 1980, a décidé d’élargir son programme de recherche en s’orientant vers la saisie des enjeux locaux. Sous cette impulsion, quelques ouvrages pionniers (Lacoste, 1986a, 1986b, 1986c ; Giblin, 1990) sont venus confirmer la fécondité de cette orientation. Depuis, Hérodote consacre des dossiers thématiques et des articles à des questions de géopolitique locale ; dossiers et articles souvent audacieux, sur des sujets chauds et d’actualité. De plus, d’autres chercheurs de l’Institut français de géopolitique, dans lequel enseignent des membres du comité de rédaction de la revue Hérodote, s’intéressent à cette thématique : Frédérick Douzet et Frédéric Encel. À cette liste, il faut évidemment ajouter Béatrice Giblin, ex-directrice de l’Institut. Depuis une dizaine d’années, une spécialité géopolitique locale est même offerte aux étudiants des cycles supérieurs ; spécialité unique en France et rarissime dans le monde. À ce jour, l’Institut français de géopolitique peut revendiquer plus d’une vingtaine de thèses sur des questions de géopolitique locale, sans parler des mémoires de maîtrise. C’est dire que les travaux de Subra (2003, 2008, 2012, 2014, 2016) s’ancrent dans une certaine tradition géopolitique – l’école géographique et la revue Hérodote – et dans un contexte universitaire particulier – celui de l’Institut français de géopolitique.

53. Troisièmement, le type de travail qu’effectue Philippe Subra (2003, 2008, 2012, 2014, 2016) – c’est-à-dire l’élaboration d’une géopolitique des conflits locaux – est sans équivalent dans la littérature anglo-saxonne et encore considéré comme innovant dans le contexte universitaire français, nous indiquent Douzet et Kaplan (2012). À la suite d’une comparaison des littératures géopolitiques anglophone et francophone, ces deux chercheurs nous renseignent sur le fait que, bien que la littérature anglo-saxonne donne lieu à d’importants développements sur des thèmes rapprochés, peu de chercheurs réclament ou mettent en œuvre une démarche véritablement géopolitique et locale, comme il est possible de le retrouver à Hérodote : c’est-à-dire multi-échelle, cartographique, faisant une large place aux acteurs, à leurs représentations, aux stratégies et aux moyens mis en œuvre. Ces chercheurs articulent plutôt leur travail à l’aide des approches et méthodes de la géographie urbaine ou électorale. Les autres travaux rencontrés ont la facture de synthèses géohistoriques ou géostratégiques, en parallèle du champ des relations internationales (Fukuyama, 1992 ; Huntington, 1996 ; Mearsheimer, 2001), et n’ont que peu à voir avec l’analyse des rivalités de pouvoir sur les territoires (Giblin, 2013 ; Hollard, 2001 ; Lasserre, 2003, 2006 ; Lasserre et Gonon, 2012 ; Lacoste, 2003, 2012).

64. Quatrièmement, par l’entremise de ses travaux (2008, 2014, 2016), Subra nous offre une lecture originale et féconde des différents types de conflits que nous pouvons rencontrer dans le champ de l’aménagement et du développement – les conflits d’aménagement et de développement menacés, convoités et rejetés – ; mais aussi une approche géopolitique locale, qui prend résolument en compte la spécificité des conflits à cette échelle (2012, 2014, 2016). Un conflit est local, selon Subra (2012), s’il combine les caractéristiques d’un territoire relativement circonscrit et des acteurs qui, sans nécessairement y être établis, ont des intérêts locaux. Les travaux de Subra ont donc la particularité d’associer aux acquis de l’école géographique et de la revue Hérodote une théorisation globale des phénomènes conflictuels dans le champ de l’aménagement et du développement.

7Au travers de plusieurs articles (2003, 2008, 2012) et deux livres récents (2014, 2016), Subra élabore une théorie géopolitique des enjeux dans le champ de l’aménagement et du développement. Il offre une typologie claire et systématique des différents conflits contemporains. De cette manière, pour Subra (2008, 2014), les conflits portent sur des aménagements ou des développements menacés, convoités ou rejetés. À partir de cette théorie et des concepts clés qui lui sont liés – territoire du conflit, territoire des acteurs, appropriation du territoire par l’usage, système d’acteurs, rapports de forces et représentations –, il devient possible de faire sens des antagonismes que nous connaissons. Au total, Subra est un des rares auteurs, inscrit dans une démarche géopolitique, à nous offrir les outils de pensée dont nous avons besoin pour comprendre les conflits dans le champ de l’aménagement et du développement.

8Dans cet article, notre intention est de préciser ce cadre théorique, encore en évolution, et de montrer sa pertinence eu égard à notre champ de recherche. Notre conviction est que l’étude de la pensée d’un auteur, comme celle de Philippe Subra, est d’autant plus pertinente qu’elle est susceptible de renouveler les contours théoriques et disciplinaires, notamment en dirigeant le regard des chercheurs vers de nouveaux objets d’étude empiriques. Dès lors, nous désirons contribuer, par cet essai de synthèse, à la discussion épistémologique en géopolitique et en aménagement et en développement. Notre souhait est de faire connaître la théorie de Philippe Subra, et les outils méthodologiques qui y sont liés, mais aussi d’en offrir une appréciation nuancée, susceptible de susciter de nouveaux questionnements.

9Dans cette introduction, nous présentons le contexte d’élaboration de la théorie de Philippe Subra. Ce faisant, nous explicitons en quoi l’aménagement et le développement constituent des questions géopolitiques (Subra, 2008). Puis, nous présentons la typologie de l’auteur et les types de conflits qu’elle contient. Cela fait, nous introduisons les concepts clés de sa géopolitique. Nous proposons enfin une lecture critique de celle-ci. Nous montrons, en conclusion, que cette théorie est utile pour comprendre les conflits dans le champ de l’aménagement et du développement.

1. L’aménagement et le développement, des questions géopolitiques ?

10Le point de départ de l’entreprise de théorisation de Philippe Subra (2003) est qu’il est plus difficile d’aménager et de développer que par le passé. En observant la société française, il constate que l’opposition est plus efficace qu’auparavant, mais qu’elle réussit aussi à obtenir des modifications et l’arrêt de certains projets. Les opposants ont en effet appris, au fil des ans, à maîtriser une palette de moyens, allant des manifestations familiales aux actions commandos. Ces moyens sont renforcés par l’apparition d’Internet et des médias sociaux. Au point où de nombreux maîtres d’ouvrage se demandent comment continuer à aménager et à développer malgré les oppositions de plus en plus nombreuses.

11Dans ce contexte, le débat public apparaît, pour plusieurs, comme une solution afin d’apaiser les tensions. Or, malgré ses effets bénéfiques sur le processus de prise de décision et sur la pratique des uns et des autres, il demeure le fait d’une contrainte initialement imposée. Subra explique (2003, p. 152) :

C’est, au départ, une réponse imposée, une tentative de reprendre la main, au prix éventuellement d’une prise en compte de certaines revendications des opposants, une concession aux contraintes politiques nouvelles qui se sont imposées aux aménageurs, élus, ingénieurs, du fait de l’activisme des riverains et des défenseurs de l’environnement, de leur révolte systématique. La plupart des maîtres d’ouvrage ne s’y engagent d’ailleurs qu’avec une certaine réticence […].

12Dès lors, les tentatives de gestion des conflits par le biais des mécanismes institutionnalisés doivent être comprises comme une réponse à la montée en puissance des citoyens et des groupes organisés, nous dit Subra (2003). Il s’agit de rendre acceptable l’asymétrie de pouvoir entre les acteurs, tout en gardant masqué le fait qu’ils n’ont pas les mêmes moyens, ni les mêmes capacités d’initiative. Ce qui s’exprime alors dans ces instances, selon l’auteur, ce sont des intérêts antagonistes ainsi que des projets concurrents.

13Quatre facteurs expliquent la multiplication des conflits, d’après Subra (2003, 2014), et la plus difficile acceptabilité des projets (Subra, 2016) : la prégnance du discours écologiste, la crise de légitimité de l’appareil étatique, la montée en puissance des nouvelles classes moyennes et la transformation du rapport au territoire. Ces facteurs correspondent à des évolutions profondes de la société française qu’il observe ; mais peuvent aisément s’appliquer à d’autres sociétés. Présentons-les brièvement :

141. Le discours écologiste crée d’abord une rupture avec la manière que nous avons de concevoir notre rapport à l’environnement. Il conduit à une remise en question de notre modèle de développement. Des projets antérieurement réalisés sans anicroche peuvent aujourd’hui se voir dénoncés, avec l’effet de choc que cela peut avoir sur certains acteurs.

152. Les crises sanitaires et environnementales renforcent par ailleurs le sentiment de doute dans la population quant à la volonté des autorités à juguler les risques et à opérer le passage à un développement plus durable. Dans ce contexte, afin de conserver une légitimité déjà ébranlée, les acteurs dominants opèrent le passage à une culture de la négociation de l’utilité publique.

163. Il faut aussi dire que l’augmentation du niveau de vie de la population ainsi que sa plus grande scolarisation ne laissent pas vraiment le choix. De plus en plus d’individus, issus des nouvelles classes moyennes, sont maintenant capables de mener des combats efficaces contre des projets jugés indésirables.

174. Plus mobiles et dispersés que par le passé, des individus situés à plusieurs kilomètres du site d’un projet peuvent en outre se sentir concernés et vouloir faire valoir leur point de vue. La généralisation de la voiture, la rurbanisation ainsi que le développement concomitant d’une identité néorurale sont largement responsables de cet état de fait.

Tableau synthèse 1. Quatre facteurs expliquant la multiplication des conflits, selon Subra

Facteurs

Points importants

Prégnance du discours écologiste

- Rupture dans la manière de concevoir le rapport à l’environnement

- Critique du modèle de développement

- Contestation des projets

Crise de légitimité de l’appareil étatique

- Crises sanitaires et environnementales

- Doute dans la population

- Risques semblent se multiplier

- Frilosité face au développement durable

- Négociation publique

Montée en puissance des nouvelles classes moyennes

- Augmentation du niveau de vie

- Plus grande scolarisation

- Capacité de contestation

Transformation du rapport au territoire

- Généralisation de la voiture

- Nouvelle mobilité

- Dispersion de l’habitat

- Rurbanisation

- Identité néorurale

- Appartenances territoriales multiples

18Ces quatre facteurs portent les citoyens à être plus attentifs aux transformations territoriales, aux justifications données pour les réaliser, de même qu’aux intérêts qu’elles servent en premier lieu. Incidemment, l’aménagement et le développement se politisent, note Subra (2003, 2014). Largement considérés comme des domaines de spécialistes, l’aménagement et le développement sont rarement considérés comme recelant des enjeux géopolitiques. Pourtant, comme nous le rappelle Subra (2008, p. 222), l’aménagement et le développement sont des « affaires de pouvoir », c’est-à-dire « de rapports de forces, de rivalités entre responsables et forces politiques, d’affrontement entre projets concurrents, entre groupes de pression, où s’expriment les intérêts divergents d’acteurs multiples ; enfin une affaire de citoyens, un objet de débats dans les médias comme sur la place publique. » Or une telle approche de l’aménagement et du développement, par l’entremise de la géopolitique, comme le fait Subra, ne va pas de soi. Elle est peu utilisée par les chercheurs, autant dans le monde académique francophone qu’anglophone, et relativement nouvelle. L’adopter suppose de se heurter aux conceptions dominantes de la géopolitique et de l’aménagement et du développement (Subra, 2012, p. 48) :

Pour la plupart de ceux qui l’utilisent, journalistes, diplomates ou responsables politiques, le terme géopolitique renvoie de manière évidente à deux types de conflits. D’abord les conflits, diplomatiques ou armés, qui opposent deux ou plusieurs États entre eux, souvent sur des questions de frontières, terrestres ou maritimes, et qui relèvent de ce qu’on appelle la géopolitique externe. « Externe » étant synonyme d’« international ». Ensuite un certain nombre de conflits, guerres civiles, guérillas, luttes politiques, ethniques ou religieuses, qui se déroulent à l’intérieur des frontières d’un État et qui pour cette raison relèvent de la géopolitique interne de cet État.

19Comme nous le voyons, dans cette conception de la géopolitique, les conflits d’aménagement et de développement n’occupent pas une place de premier plan. Subra observe (2012, p. 50) :

Les conflits auxquels s’intéresse la géopolitique locale, eux, ne font pas de morts, sans parler de massacres, pas de blessés ou alors sans gravité. Les parties prenantes n’usent pas d’armes, mais de leurs réseaux d’influence, de manifestations en général non-violentes ou de recours en justice. Ils s’affrontent dans des débats publics, des campagnes électorales ou des campagnes de presse, des négociations discrètes. Et en guise de couverture médiatique : pas d’envoyés spéciaux de CNN ou de grandes chaînes de télévision, mais des articles […].

20Or cette séparation entre géopolitique externe et interne tend à perdre de sa pertinence, puisque les conflits sont aujourd’hui de plus en plus imbriqués à plusieurs échelles, nous dit l’auteur – échelle internationale, nationale, régionale et locale. Cette interaction entre échelles justifie le dépassement du cadre étroit des relations internationales pour aborder les enjeux géopolitiques. À cet égard, la géopolitique devient une « discipline passerelle », une « science de synthèse » des observations politiques, soutient Subra (2012, p. 52). Dès lors, elle permet aux chercheurs non-géographes – historiens, politologues, urbanistes, etc. – de mieux percer la teneur des enjeux territoriaux qui les préoccupent ainsi que les images que les acteurs s’en construisent. Similairement, note Subra (2008, p. 229-230), l’aménagement :

[…] a longtemps été réduit à sa seule réalité technique, tandis que sa dimension politique et géopolitique était systématiquement occultée. C’est encore ainsi qu’il est enseigné dans la plupart des formations universitaires et c’est ainsi qu’il est défini dans la quasi-totalité des dictionnaires de géographie ou d’aménagement. L’aménagement y est présenté comme un ensemble de théories (savoirs ou savoirs-penser) et de techniques (savoirs-faire), au service d’objectifs éminemment consensuels : « l’amélioration des conditions et du cadre de vie des populations », le « développement économique » et « la mise en valeur du territoire », son « rééquilibrage », « l’agencement », « l’organisation de l’espace », « une meilleure distribution des activités et des populations ». Il est censé être mis en œuvre par un acteur général, global ou englobant, toujours défini de manière indifférenciée : « un groupe humain », « les sociétés qui produisent et occupent ces territoires », « une collectivité », « les pouvoirs publics ». Des contradictions d’intérêts, des conflits qui peuvent traverser cet acteur prétendument unifié, des désaccords qui peuvent l’opposer à d’autres acteurs (entreprises, populations, élus, associations) : pas un mot !

21Force est cependant d’admettre, avec Subra (2008), que ces définitions ne reflètent pas la réalité de la pratique dans le champ de l’aménagement et du développement. Dans les faits, les praticiens tiennent compte des oppositions, des acteurs et des stratégies. Ils font, quoi qu’on en dise, de la géopolitique inconsciemment. Politiques, l’aménagement et le développement ne sont pas spontanément analysés par l’entremise de la géopolitique. Cette approche peut pourtant nous permettre de mieux saisir les conflits auxquels nous sommes confrontés.

2. Unité et diversité des conflits d’aménagement et de développement

22Dans ses travaux, Subra avance (2008, 2014) que la prise en compte des conflits est devenue incontournable dans le champ de l’aménagement et du développement. Afin d’appuyer son argumentation, il utilise et détaille trois types de conflits que nous pouvons retrouver dans l’actualité : les conflits d’aménagement et de développement menacés (type 1), convoités (type 2) et rejetés (type 3). Chaque type de conflits renvoie à des situations bien concrètes : défense d’un territoire contre des décisions de restructuration industrielle ou organisationnelle prises à l’extérieur de celui-ci (type 1), concurrence entre territoires pour l’obtention d’événements, d’investissements ou de statuts particuliers (type 2), enfin protestation contre des nuisances ou des dangers associés à la présence d’équipements, d’aménagements ou de grands projets de développement (type 3). Ces situations peuvent se décliner de différentes manières, selon l’auteur. Elles forment néanmoins de grandes familles de conflits utiles pour démêler la pluralité des situations géopolitiques.

Schéma 1 - Trois figures de conflits, selon Philippe Subra

Schéma 1 - Trois figures de conflits, selon Philippe Subra

Schéma tiré et adapté de Subra (2014, p. 49).

23Ainsi, en faisant ressortir les similitudes entre les conflits qui ont marqué la société française, Subra construit une typologie compréhensive des conflits d’aménagement et de développement (2014, p. 45-46) :

Analyser les conflits territoriaux qui se multiplient depuis trente ans autour des questions d’aménagement, c’est d’abord être frappé par leur grande diversité. La lutte de riverains contre un projet d’aéroport ou d’incinérateur, la rivalité qui oppose deux villes pour l’accueil d’un grand équipement, la colère qui jette dans la rue des milliers de personnes contre un projet de fermeture d’entreprise ou d’hôpital relèvent certes d’une même problématique, celle du territoire, de son aménagement, de son usage et finalement de son appropriation. Mais elles diffèrent sur toute une série de points essentiels : les enjeux qui les expliquent et les structurent ; le rapport à l’aménagement et au territoire qu’elles traduisent ; le rapport à l’État qu’elles induisent ; les types d’acteurs qui en sont parties prenantes et le positionnement, les relations et les rapports de force qu’entretiennent entre eux ces acteurs, leur degré d’implication dans le conflit, les logiques qui sous-tendent et expliquent leur intervention ; les outils et les modes d’action qu’ils utilisent et en particulier les représentations auxquelles ils font appel ; enfin l’impact qu’ils ont, en retour, sur les territoires concernés et sur les systèmes locaux d’acteurs qui caractérisent ces territoires. Comprendre ces situations, les gérer ou les prévenir, implique donc en préalable d’élaborer une typologie des conflits […].

24Comme nous pouvons le constater, l’analyse typologique a pour fonction, chez Subra, l’identification des types de conflits auxquels nous sommes confrontés ainsi que la saisie de leurs grandes spécificités. Cette typologie présentée, nous allons maintenant nous employer à la détailler.

2.1 Type 1 – Les conflits d’aménagement et de développement menacés

25Le premier type de conflits identifié par Subra (2008, 2014) regroupe l’ensemble des conflits portant sur des aménagements ou des développements menacés. Il est caractérisé par le fait que les populations locales sont durement touchées. À chaque fermeture d’usine, de bureau de poste, de ligne de train, ce sont les repères symboliques des populations qui sont atteints, nous dit-il. Compte tenu des impacts associés aux décisions de restructuration industrielle ou organisationnelle, nombreuses en Europe et en Amérique depuis quelques années, le dilemme est de savoir s’il convient de reconvertir les territoires touchés, selon les principes de marché, ou s’il vaut mieux faire pression sur les autorités pour maintenir les activités en place. Dans la plupart des cas, l’émotion collective impose la coopération et la crise fédère les acteurs. N’empêche, les décisions des entreprises ou des organisations sont interprétées comme des formes de trahisons, cela alors même que les conséquences sont renvoyées dans le champ des responsabilités collectives. Le choc devient à gérer. À chaque fois, l’État est confronté, à travers le processus de prise de décision, à la nécessité de mettre en adéquation des intérêts multiples. Ce type de conflits active donc, chez les acteurs, deux représentations : le territoire désertifié et l’intérêt général.

2.2 Type 2 – Les conflits d’aménagement et de développement convoités

26Le deuxième type de conflits identifié par Subra (2008, 2014) regroupe, lui, l’ensemble des conflits portant sur des aménagements ou des développements convoités. Il montre à quel point, en cette ère de mondialisation et de concurrence internationale, l’accueil de grands événements, de sièges sociaux ou encore d’équipements scientifiques est devenu stratégique pour les villes et les régions, de par le monde. Chacune de ces cibles justifie d’ailleurs des dépenses importantes de la part des administrations locales et régionales ainsi que la formulation d’orientations en matière de planification du territoire et de développement économique. L’enjeu, nous dit Subra : le positionnement international. Afin d’obtenir les Jeux olympiques, attirer certaines PME ou encore batailler pour recevoir chez soi la construction d’une nouvelle université, par exemple, les gouvernants consentent régulièrement à moderniser des équipements, à entreprendre des projets de rénovation urbaine ou encore à augmenter l’offre en transport. Bien que les retombées économiques de ces efforts consacrés à l’attractivité soient débattues, leur impact en termes d’image ou de notoriété fait consensus. Toutefois, à la différence des deux autres types de conflits (type 1 et 3), celui-ci n’est à peu près jamais marqué par de fortes mobilisations. Au contraire, ce sont les acteurs institutionnels qui donnent vie à ces antagonismes, loin des yeux du public. Malgré des batailles entre camps, ce type de conflits doit être compris comme se déroulant sur fond d’accord général : maximiser les gains possibles pour les populations et les territoires. On comprend alors mieux pourquoi l’État tend à se faire arbitre de ces rivalités lorsqu’elles se déploient entre villes ou régions d’un même cadre national et assistant de ces rivalités lorsqu’elles se déploient au-delà. Ce type de conflits active, de son côté, une représentation bien précise : rester dans la course.

2.3 Type 3 – Les conflits d’aménagement et de développement rejetés

27Le troisième type de conflits identifié par Subra (2008, 2014) regroupe l’ensemble des conflits portant sur des aménagements ou des développements rejetés. En suivant la typologie de l’auteur, nous retrouvons dans cette catégorie les différents conflits entourant le développement de l’industrie des gaz de schiste, mais également tous les conflits associés au syndrome NIMBY ainsi qu’aux luttes environnementales : carrières, cimenteries, autoroutes, sites d’enfouissement, éoliennes, etc. En raison des nuisances et des risques qu’ils entraînent, les projets d’implantation, d’agrandissement, de prolongement se voient souvent contestés. Entrent en ligne de compte de nouveaux principes – la lutte contre les changements climatiques et le développement durable –, mais aussi des enjeux de localisation – la proximité des zones habitées ou cultivées, par exemple. Le résultat en est que ces conflits ont la particularité de polariser les acteurs et de susciter la mobilisation. En schématisant, nous retrouvons, d’un côté, les partisans du développement économique – maîtres d’ouvrage, organisations patronales et élus – et, de l’autre, les partisans d’un autre développement – écologistes et riverains. Ce type de conflits active deux représentations : celle d’un espace économique dans lequel le projet peut venir renforcer le territoire et créer des emplois – représentation opportunité – et celle d’un milieu où il est essentiel de rechercher l’authenticité, l’équilibre et la justice territoriale – représentation menace. Dans la prochaine section, nous allons préciser les étapes et les outils qu’il nous faut déployer pour faire de la géopolitique.

Tableau synthèse 2 - Typologie des conflits de Philippe Subra.

Types

Caractéristiques

Type 1. Les conflits d’aménagement et de développement menacés

- Populations locales touchées

- Fermetures diverses

- Repères symboliques atteints

- Reconversion territoriale ou maintien des activités en place ?

- L’émotion collective impose la coopération et la fédération des acteurs

- Considérations multiples

- Représentations : territoire désertifié et intérêt général

Type 2. Les conflits d’aménagement et de développement convoités

- Mondialisation

- Concurrence internationale

- Recherche du positionnement

- L’attractivité passe par les équipements, les programmes de rénovation, la bonification ou l’amélioration de l’offre en transport

- Tractations entre acteurs institutionnels

- Maximiser les gains pour les populations et les territoires

- État arbitre des rivalités internes et acteur des rivalités externes

- Représentation : rester dans la course

Type 3. Les conflits d’aménagement et de développement rejetés

- Gaz de schiste, NIMBY, luttes environnementales

- Nuisances et risques

- Nouveaux principes : lutte contre les changements climatiques et développement durable

- Enjeux de localisation 

- Contestations et polarisation des acteurs

- Représentations : opportunité et menace

3. Les concepts clés de la géopolitique, chez Philippe Subra

28La géopolitique est un discours structuré par des observations, issues du terrain, dont l’objectif est d’expliciter les enjeux de pouvoir qui se jouent sur le territoire (Giblin, 2013 ; Hollard, 2001 ; Lasserre et Gonon, 2012 ; Lacoste, 2003 ; Subra, 2012, 2014). Dans cette optique, plusieurs concepts sont développés par Philippe Subra (2008, 2012, 2014, 2016) pour rendre opératoire sa théorie. Ces concepts, permettant d’articuler sa méthode géopolitique, sont : le territoire du conflit, le territoire des acteurs et l’appropriation du territoire par l’usage. Ils correspondent à autant de moments de l’analyse géopolitique – bien que Subra n’utilise pas lui-même cette expression. Ils sont complémentés par un dernier concept : le système d’acteurs, dans lequel peuvent se développer des rapports de forces et se préciser des représentations. Pour notre part, la valeur de ces concepts réside dans leur capacité à rendre compte de la complexité des situations qui nous intéressent, c’est-à-dire les conflits entourant le champ de l’aménagement et du développement. Elle tient aussi à la séparation qu’ils établissent entre les étapes de présentation et d’analyse des données.

29Il est à noter que chacun des moments de l’analyse géopolitique correspond à la réalisation de gestes pratiques. Pour certains de ces moments, Subra utilise (2008, 2014, 2016) des outils de schématisation particuliers. Il s’agit de ce qu’il nomme sa boîte à outils géopolitiques. Ces gestes et ces outils accompagnent l’effort théorique de l’auteur – bien que leur ordonnancement manque quelquefois de systématicité. Il est entendu que Subra élabore présentement son appareillage géopolitique et que sa pensée est en évolution. Ils correspondent, au fond, à la proposition d’une démarche méthodologique pour aider à penser l’espace sous tension ; démarche que nous détaillons ici.

3.1 Moment 1 – Le territoire du conflit

30Dans un premier temps (moment 1), l’analyse géopolitique requiert de définir le territoire du conflit. Il s’agit, nous dit Subra (2008, p. 239), de « la traduction spatiale de ce phénomène social et politique qu’est le conflit […] ». En identifiant ce territoire, en le replaçant dans un contexte multiéchelles, en détaillant sa dimension concrète et ses caractéristiques spécifiques – sous-territoires, lignes de continuité/discontinuité, réseaux, pôles, maillage socioéconomique, dynamiques territoriales, enjeux, symboles –, il devient plus aisé d’établir un premier ordre de raisons qui font advenir le conflit. Car un conflit ne surgit pas n’importe où et n’importe quand. Il résulte, au contraire, des dynamiques d’échelles ainsi que de la rencontre entre un projet controversé et un territoire donné (2008, p. 239) : « Un même projet d’infrastructures ou un même équipement industriel produiront du conflit dans un certain espace et n’en produiront pas ailleurs ou d’intensité bien plus faible. » C’est pourquoi la compréhension de l’espace d’insertion est une habileté précieuse pour les porteurs de projet qui entendent effectuer des investissements stratégiques (2008, p. 239) : « Les maîtres d’ouvrage l’ont très bien compris qui font réaliser de plus en plus souvent des “études de contexte” territorial par des cabinets spécialisés pour essayer d’estimer le plus en amont possible le risque de conflit […] » C’est aussi ce que Subra appelle le risque-projet. Quoi qu’il en soit, l’issue du conflit dépend toujours, selon l’auteur, des caractéristiques du territoire, alors que chaque camp s’efforce d’étendre le conflit à l’échelle géographique qui l’avantage, l’aide à trouver des alliés ou à contenir le conflit. Dès lors, nous pouvons convenir que plus les acteurs sont habiles pour lire et utiliser le territoire à leur avantage – sa population, ses enjeux, son histoire, sa culture, etc. –, plus leurs chances sont élevées de sortir vainqueurs d’un conflit.

31Nous le voyons, la connaissance de l’espace-temps du conflit a une valeur géostratégique. Pour accéder à cette connaissance, Subra (2014, 2016), ainsi que d’autres géopoliticiens avant lui (Lacoste, 2006, 2012), propose des outils d’observation particuliers. Ces outils, présentés ci-bas, correspondent au moment 1 de l’analyse géopolitique et viennent appuyer le travail de terrain. Voyons-les un à un :

321. Le premier schéma utilisé par Subra est le diatope lacostien. Ce schéma, créé par Yves Lacoste (2012), date des années 1970, et est largement utilisé par ses successeurs. Il est considéré, à Hérodote, comme la pierre angulaire du raisonnement multiscalaire. Dès lors, il se retrouve lié à la plupart des études géopolitiques françaises. Son fonctionnement est simple : il s’agit de distinguer les différents ordres de grandeur impliqués par le cas étudié ainsi que les ensembles géographiques qu’ils recoupent afin de tenir compte des articulations en présence. À ce jour, cette manière d’articuler le local au planétaire reste inégalée pour penser l’espace géopolitique. Elle se retrouve aussi – explicitement ou implicitement – dans la plupart des grands travaux de l’auteur (Subra, 2014, 2016).

Schéma 2 - Diatope lacostien – Schéma d’analyse des ensembles spatiaux à différents niveaux

Schéma 2 - Diatope lacostien – Schéma d’analyse des ensembles spatiaux à différents niveaux

Schéma tiré et adapté de Lacoste (2012, p. 234-236).

332. Le deuxième schéma utilisé par Subra (2016) est une frise chronologique du conflit. Le géopoliticien est ici appelé à retracer ses grands événements.

Schéma 3 - Frise chronologique du conflit

Schéma 3 - Frise chronologique du conflit

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 94).

343. Le troisième schéma utilisé par Subra (2016) est le schéma du continuum du conflit. Ce schéma permet de relativiser la situation abordée et de considérer l’intensité du conflit.

Schéma 4 - Continuum – Des rivalités au conflit

Schéma 4 - Continuum – Des rivalités au conflit

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 33).

3.2 Moment 2 – Le territoire des acteurs

35Accéder aux points de vue des acteurs est également essentiel à l’analyse géopolitique (moment 2), selon Subra, puisqu’ils déterminent les modalités de leur participation au conflit. Par suite, il convient, selon l’auteur, de faire apparaître le territoire des acteurs, c’est-à-dire le territoire auquel ils se rapportent. Un acteur possède en effet toujours une logique d’action (Subra, 2008, 2016) particulière : économique, politique, résidentielle ou environnementale – la liste n’est pas exclusive – ; logique d’action qui teinte la manière dont il se réfère au territoire. Conséquemment, ces logiques d’action sont décisives pour comprendre un antagonisme. En fait, elles sont indissociables de la culture des acteurs et plus spécifiquement de leurs représentations. C’est donc à partir de ces logiques d’action, repérables dans les différentes prises de parole, qu’il est possible d’identifier le rapport au territoire des protagonistes, mais également, et de manière plus ciblée, leurs intérêts et leurs objectifs. Comprendre cela, c’est se placer dans une situation propice à la saisie des positions des uns et des autres, ou si l’on veut des différentes lectures d’enjeux. Au fond, si l’identification des différents territoires de référence (Subra, 2008, 2016) constitue une étape importante de l’analyse géopolitique, c’est puisqu’elle permet de saisir un deuxième ordre de raisons qui poussent les acteurs à entrer en conflit.

36Cela dit, parmi l’ensemble des acteurs pouvant être impliqués dans un conflit d’aménagement et de développement – riverains, groupes de base, syndicats, partis, élus, fonctionnaires, villes, ministères, entreprises, universitaires, consultants, etc. –, l’État occupe une place particulière, aux yeux de l’auteur (Subra, 2008, p. 241) :

Il est dans toute une série de cas en situation d’arbitrage, parce qu’il contrôle la définition des priorités […] ou une part importante des financements ou encore parce qu’il définit une grande partie du cadre juridique des politiques d’aménagement […]. Mais il intervient aussi comme un acteur parmi d’autres, porteur d’un projet précis, élaboré par ses services, face à d’autres acteurs porteurs de leur propre projet pour le territoire. Enfin il lui arrive d’être purement et simplement absent, ou en position de très net retrait, dans des conflits opposant d’autres acteurs. Autre différence capitale : bien souvent l’État n’intervient pas comme un acteur unique, unifié, cohérent. […] Car l’État est traversé par des logiques diverses […].

37Si l’État est important, c’est aussi et en dernière analyse puisqu’il incarne une conception de l’intérêt général (Subra, 2016).

38Nous le voyons, la connaissance des acteurs a aussi une valeur géostratégique. Pour produire cette connaissance, Subra (2016) suggère d’autres outils et gestes pratiques. Ceux-ci correspondent au moment 2 de l’analyse géopolitique, et visent une saisie des paramètres en présence, par-delà la somme de données à prendre en compte. Présentons-les :

391. Le premier outil présenté par Subra (2016) est le schéma des logiques concurrentes. Il s’agit d’identifier les logiques en présence ainsi que les acteurs qui les supportent.

40

Schéma 5 - Le local soumis à des logiques concurrentes

Schéma 5 - Le local soumis à des logiques concurrentes

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 19).

412. Le deuxième outil utilisé par Subra est le tableau des logiques d’acteurs et des rapports au territoire. Ce tableau reprend les quatre grandes logiques d’action préalablement identifiées (Subra, 2008, 2016) – économique, politique, résidentielle ou environnementale – et suppose l’association de celles-ci aux acteurs concernés ainsi qu’aux rapports au territoire développés.

Tableau synthèse 3 - Les logiques d’acteurs et les rapports au territoire

Logiques d’action

Acteurs concernés

Rapports au territoire

Économique

---

---

Politique

---

---

Résidentielle

---

---

Environnementale

---

---

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 20).

423. Le troisième outil suggéré par Subra (2016) est le schéma de l’histoire de l’acteur. Plus complexe que les deux précédents, ce schéma a pour but de faciliter la mise en relation des antécédents culturels de l’acteur, sa manière de concevoir les choses et sa capacité politique réelle. L’objectif de Subra est de montrer, dans un premier temps, que les représentations d’un acteur dépendent de sa culture et de son histoire ; mais surtout, dans un deuxième temps, qu’elles influencent sa lecture des enjeux et sa capacité à orienter l’opinion publique. Dès lors, le géopoliticien doit reconstruire l’histoire des acteurs, en faisant ressortir les éléments d’information importants. Au final, pour l’auteur, ce sont les choix stratégiques de l’acteur, sa capacité à influencer l’opinion publique et à rassembler les ressources et les appuis nécessaires qui influencent la teneur du rapport de force.

Schéma 6 - De l’acteur au rapport de forces

Schéma 6 - De l’acteur au rapport de forces

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 18).

434. Subra (2016) présente ensuite deux gestes pratiques. Le premier consiste en une double distinction, au niveau du matériel discursif, entre représentations banales et géopolitiques, d’une part, et entre représentations conscientes et inconscientes, d’autre part. Cette distinction est présentée, par l’auteur (Subra, 2016, p. 30-31), afin de discriminer, parmi l’ensemble des représentations en présence lors d’un conflit, uniquement celles qu’il s’agit d’analyser. Suivant ce qui vient d’être dit, le géopoliticien doit repérer, dans les prises de parole, les représentations significatives sur le plan géopolitique – cela suppose que certaines ne le sont pas – ; mais il doit aussi prendre pour repères celles qui pèsent lourd dans la balance, c’est-à-dire celles qui donnent lieu à l’articulation de stratégies – et ne pas avoir peur de laisser de côté celles qui sont sans poids géopolitiques.

445. Le deuxième geste pratique proposé par Subra (2016) est la distinction, chez les acteurs, entre représentations, discours, appareil argumentaire et raisons d’agir. Bien que ces réalités soient connectées – et qu’il puisse être difficile de les isoler a priori –, il ne fait aucun doute, pour l’auteur, qu’elles possèdent des caractéristiques distinctes qu’il s’agit de repérer. Ainsi, une représentation est une idée de la réalité donnée à voir ; un discours est une communication tactique ; un appareil argumentaire est une série de composantes émotionnelles et intellectuelles utilisées afin d’emporter l’adhésion ; et une raison d’agir, un prétexte pour défendre des intérêts (Subra, 2016, p. 30-32).

3.3 Moment 3 – L’appropriation du territoire par l’usage

45L’analyse géopolitique suppose, en dernier lieu (moment 3), nous dit Subra, de distinguer les velléités d’appropriation du territoire. Le territoire est en effet toujours un espace qui est approprié par les acteurs. Subra explique (2008, p. 242) : « […] il y a appropriation lorsqu’un acteur peut user de l’espace en fonction de ses besoins et de ses intérêts. Le contrôle permet l’usage de l’espace et l’usage permet en retour de déterminer qui exerce un contrôle sur l’espace. » L’idée est la suivante : « […] l’espace n’est pas seulement le cadre dans lequel se déroule la vie des sociétés humaines, et qui par ses caractéristiques (climat, relief, hydrographie, type de végétation, ressources du sous-sol) influence leurs modes de vie ; il est aussi (et pour ces mêmes raisons) une ressource, une richesse, et donc l’objet d’appétits, de convoitises […] » (Subra, 2012, p. 58). De fait, les acteurs sont à la recherche d’avantages, d’aménités, de ressources, et se disputent l’espace pour y arriver. Subra pose la question suivante (2012, p. 59) : « À partir du moment où les activités humaines ont besoin du territoire, de ses ressources (terres agricoles, forêts, eau, minerais, hydrocarbures, terrains) et où, circonstance aggravante, ces ressources deviennent rares ou sont désormais perçues comme limitées, comment pourrait-il ne pas y avoir concurrence pour leur contrôle ? » La question est pertinente. Conséquemment, identifier les différents projets d’appropriation (Subra, 2016) des acteurs, c’est nous permettre de cerner l’objet des rivalités de pouvoir qui se jouent sur le territoire. L’analyse géopolitique nécessite donc de découvrir les différents projets portés par les acteurs et les grandes lignes de leur incompatibilité.

46Nous le voyons, la connaissance des projets concurrents, pour un même espace, a également une valeur géostratégique. Pour discerner ces différents projets – la plupart du temps implicites –, Subra indique la nécessité d’effectuer deux gestes pratiques. Ceux-ci correspondent au moment 3 de l’analyse géopolitique. Détaillons-les :

471. Le premier consiste à repérer l’appropriation effective de l’espace. Qui use de l’espace ?

482. En deuxième lieu, le géopoliticien doit dynamiser son approche en considérant les intérêts et l’objet sur lequel convergent les convoitises. Que veulent les acteurs ? Quels sont leurs objectifs ?

3.4 Moment synthèse – Système d’acteurs, rapports de forces et représentations

49Ces trois concepts – territoire du conflit, territoire des acteurs et appropriation du territoire par l’usage – sont ensuite utilisés par Subra (2008) pour parfaire sa théorie géopolitique (moment synthèse). Non seulement ils permettent d’outiller le géopoliticien (moment 1, 2 et 3), mais aussi de faire entrevoir la dynamique du rapport de forces et les représentations qui le supportent. Une démarche de reconstruction et d’éclaircissement du conflit devient ensuite possible, par l’explicitation des stratégies et des ensembles formés par les acteurs (Subra, 2008).

50Toutefois, cerner l’influence des représentations est chose difficile, puisque les représentations sont à la fois (Subra, 2008), des visions du territoire et des figures de style, des réflexes de pensée et des effets calculés. Pour y arriver, il est impératif, nous dit l’auteur (Subra, 2008, p. 244-245), de les concevoir comme formes d’« expressions de la vérité » relevant de l’évidence – ce que devrait être le territoire –, mais aussi comme « instruments rhétoriques » mobilisés dans un certain cadre idéologique – une formule. Chose certaine (Subra, 2014, p. 185) : « Il faut souligner le rôle absolument essentiel des représentations dans les stratégies de chaque camp et dans le rapport de force […] ». Subra (2016) présente ici deux derniers outils pour compléter sa théorie. Ceux-ci correspondent au moment synthèse de l’analyse géopolitique. Voyons-les :

511. Le premier outil présenté par Subra (2016) est le schéma des composantes de la stratégie d’un acteur. Ce schéma nous permet de constater que les représentations, la logique de l’acteur ainsi que son territoire de référence agissent comme filtres de ses intérêts et influencent ses objectifs et ses moyens d’action.

Schéma 7 - Les composantes de la stratégie d’un acteur

Schéma 7 - Les composantes de la stratégie d’un acteur

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 24)

522. Le dernier outil présenté par Subra (2016) est le schéma d’acteurs. Il vise la création d’une image claire de la composition des camps en présence – les pour et les contre – ; mais aussi du classement des acteurs selon leur échelle d’intervention – internationale, nationale, régionale ou locale. Subséquemment, par la mise en relation des différents acteurs – reconnaissance de la présence d’un lien conflictuel, de soutien ou d’alliance –, ce schéma permet l’évaluation du rapport de force.

Schéma 8 - Le schéma d’acteurs

Schéma 8 - Le schéma d’acteurs

Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 25)

4. Appréciation critique de la théorie de Philippe Subra

53La théorie de Philippe Subra conduit à privilégier une approche de géopolitique de l’aménagement (Subra, 2014) ou encore de géopolitique dite locale (Subra, 2016). En retenant cette théorie, et l’appareillage méthodologique qui lui est lié, les chercheurs font le choix d’une approche innovante en aménagement et en développement. Comme nous l’avons indiqué, cette approche est sans équivalent dans la littérature anglo-saxonne et encore considérée comme innovante dans le contexte universitaire français. Il importe donc d’offrir, à ce stade-ci, une appréciation critique de la théorie de l’auteur.

54Bien que la théorie de Philippe Subra soit remarquable par son originalité et sa contemporanéité, il est possible d’émettre à son sujet certaines critiques internes et externes afin de stimuler la discussion critique si essentielle à l’épanouissement des nouvelles idées et orientations académiques. Ces critiques ne remettent pas en question son bien-fondé, mais invitent à l’interroger et à la bonifier. Ce sont, en somme, des critiques mélioratives.

551. Sur le plan interne, nous avançons que le schéma de l’histoire de l’acteur, proposé par Philippe Subra (voir schéma 6, 2016, p. 18), est trop linéaire. Dans les faits, le parcours des acteurs est plus proche d’un mouvement de va-et-vient, avec ses hésitations, ses apprentissages et ses transformations, et gagnerait à l’ajout de flèches de rétroaction. À l’heure actuelle, la schématisation proposée néglige l’existence d’un facteur temporel dans la lutte. Dans l’espace-temps d’un conflit, le cheminement des acteurs est non seulement progressif, comme l’expose Philippe Subra, c’est-à-dire allant de l’histoire de l’acteur jusqu’à l’adoption stratégique d’un positionnement dans le conflit ; mais il est aussi rétrospectif, c’est-à-dire mouvement contraire de ce même positionnement vers l’histoire de l’acteur et son interrogation critique. Il est certes tout à fait juste de penser que les acteurs développent d’abord des représentations, en concordance avec leur histoire et leur culture d’acteur, pour ensuite être conduits à faire le choix stratégique d’un positionnement dans la lutte, en regard de leur lecture d’enjeux et de leur interprétation de l’opinion publique ; mais il faut aussi tenir compte du fait que les acteurs sont également conduits, durant le conflit, à remettre en question leur positionnement en faisant le cheminement contraire : choix stratégique -> lecture des enjeux -> représentation. Pour notre part, il existe une influence mutuelle entre les représentations et les choix stratégiques, selon un procédé qui n’est pas linéaire et progressif.

562. Sur le plan externe, afin de refléter plus fidèlement l’inscription sociale des acteurs, certains liens postulés par Philippe Subra, résumés dans ce même schéma et appuyés sur les concepts d’histoire et de culture de l’acteur, devraient être resserrés, selon nous, en prenant en compte certains acquis de la sociologie. Il est en effet possible que l’auteur surestime l’importance du processus de formation des représentations, lors d’épisodes de tensions ou de conflits, et soit conduit à occulter l’existence de fonctions, de rôles et de positions structurelles dans le champ social et idéologique. De notre point de vue, il est difficile, pour les acteurs, d’adopter une autre manière de concevoir les choses et de faire des choix stratégiques ; leur rationalité d’acteur étant d’emblée limitée. En ce sens, il nous semble qu’une reproblématisation fonctionnaliste du cheminement des acteurs – notamment durkheimienne ou parsonnienne – pourrait montrer que ceux-ci occupent, avant le conflit, et par-delà leur histoire et leur culture, des fonctions, des rôles, dans un ensemble social plus vaste ; fonctions et rôles qui leur confèrent une certaine finalité objective, et qui limitent, par là, leur capacité d’action dans le conflit. Cette reproblématisation pourrait notamment éclairer le fait que l’existence de fonctions ou de rôles ne laisse pas beaucoup de place à la formation de représentations indépendantes ou encore à un positionnement libre des acteurs. De même, une reproblématisation structuraliste du cheminement des acteurs – notamment bourdieusienne – pourrait montrer que les représentations et les positionnements sont en fait largement construits au sein de la structure sociale plus vaste ou encore du champ social en question ; structure et champ qui induisent des habitus ainsi que des effets de lieu. Cette reproblématisation pourrait notamment éclairer le fait que les acteurs sont en réalité des agents, dont la capacité d’action est beaucoup plus réduite qu’il n’y paraît a priori. Ces deux formes de reproblématisation pourraientt aider à jeter un nouvel éclairage sur la relation représentation -> lecture des enjeux -> choix stratégiques. Ajoutons qu’il est étonnant que Subra ne fasse pas mention de certains travaux en sociologie des organisations, étant donnée que l’analyse stratégique des acteurs est très proche de certains aspects de sa théorie.

573. Enfin, toujours sur le plan externe, et peut-être en raison de son ambition ou de sa portée, la théorie de Subra tend à escamoter l’apport critique d’autres chercheurs, oeuvrant soit dans d’autres disciplines ou dans d’autres contextes universitaires et culturels (Dierwechter, 2015 ; Forester, 2013 ; Harvey, 2011 ; Hoch, 1994 ; Hulbert, 1989 ; Rist, 1996). Bien qu’il soit entendu que cette théorie doive son existence au terreau fertile formé, en France, par la combinaison de l’école géographique et de la revue Hérodote, elle doit aussi beaucoup à un contexte international marqué par la contestation des grands projets et la multiplication des publications et des colloques sur des sujets rapprochés. Alors qu’il existe un contexte favorable à l’émergence d’une géopolitique dite locale (Subra, 2012), il n’est pas nécessaire de l’isoler des tendances récentes en recherche. Dans le même ordre d’idée, s’il est marquant de dire, comme le fait Subra (2008, p. 229-230), que le champ de l’aménagement et du développement a longtemps été réduit à sa seule réalité technique, et est toujours enseigné de cette façon, il nous faut cependant indiquer que cette affirmation, si elle s’applique peut-être à une réalité française de l’enseignement et de la recherche, ne rejoint pas notre expérience outre-Atlantique. Elle semble aussi peu compatible avec la littérature scientifique publiée en langue anglaise, où la question du pouvoir, dans son rapport au territoire, est omniprésente. Dès lors, si la géopolitique est appelée à devenir une « discipline passerelle », une « science de synthèse » des observations politiques, ouvertes aux chercheurs d’autres disciplines, comme le veut Subra (2012, p. 52), il est souhaitable que ces principaux théoriciens prennent en compte l’apport critique d’autres chercheurs, oeuvrant dans d’autres disciplines, contextes universitaires et culturels. En s’ouvrant à leurs débats, propositions et réalités, il serait possible de bâtir un échafaudage théorique d’une plus grande généralité encore.

Tableau synthèse 4 - Faire de la géopolitique – Concepts et démarche de Philippe Subra

Concepts et références

Éléments de définition

Gestes et outils associés

Moment 1 – Le territoire du conflit

Territoire du conflit (2008, 2014, 2016)

- Traduction spatiale

- Dimension concrète et caractéristiques spécifiques

- Par l’observation

- Dynamiques d’échelles, rencontre entre un projet controversé et un territoire

- Risque-projet

- Diatope lacostien

- Schéma du continuum du conflit

- Frise chronologique du conflit

Moment 2 – Le territoire des acteurs

Territoire des acteurs (2008, 2016)

- Territoire auquel se rapportent les acteurs, selon leur logique

- Culture et représentations

- Par les entretiens

- Intérêts, objectifs, lectures d’enjeux

- Résulte de l’existence de références distinctes pour un même espace

- Schéma des logiques concurrentes

- Tableau des logiques d’acteurs et des rapports au territoire

- Schéma de l’histoire de l’acteur

- Représentations banales et géopolitiques, conscientes et inconscientes

- Distinction représentations, discours, appareils argumentaires, raisons d’agir

Moment 3 – L’appropriation du territoire par l’usage

Appropriation du territoire par l’usage (2008, 2012, 2016)

- Un acteur use de l’espace selon ses besoins et intérêts

- Recherche d’avantages, de ressources et dispute pour y arriver

- Repérable par l’analyse des cartes

- Incompatibilité des projets portés par les acteurs

- Repérage de l’appropriation effective du territoire

- Identification des intérêts et de l’objet des convoitises

Moment synthèse – Système d’acteurs, rapports de forces et représentations

Système d’acteurs (2008, 2016)

- Formé par les acteurs

- Les camps

- Sur plusieurs échelles

- Conflit, soutien, alliance

- Schéma d’acteurs

Rapport de forces (2008, 2012, 2014, 2016)

- Résulte des rivalités de pouvoir sur le territoire

- Se configure selon stratégies et moyens

- Les réactions le modifient

- Schéma des composantes de la stratégie d’un acteur

Représentations (2008, 2014, 2016)

- Visions du territoire

- Figures de style

- Expressions de la vérité

- Instruments rhétoriques

- Schéma de l’histoire de l’acteur

- Représentations banales, géopolitiques, conscientes, inconscientes

- Représentations, discours, appareils argumentaires et raisons d’agir

- Schéma des composantes de la stratégie d’un acteur

Conclusion

58En suivant Philippe Subra, il apparaît que sa théorie peut nous aider à éclairer les conflits dans le champ de l’aménagement et du développement. En effet, elle permet d’identifier les types de conflits auxquels nous sommes confrontés, mais elle nous procure aussi les outils conceptuels afin de nous aider à mieux les analyser. Avec ses suggestions d’outils et de gestes pratiques, nous pouvons dire que cette théorie est heuristique, et qu’elle doit davantage retenir l’attention des chercheurs. Selon nous, sa portée compréhensive est puissante ; le pari de Subra étant ici que la prise en compte des représentations peut permettre une clarification des enjeux et un renouvellement des bases sur lesquelles s’effectue le débat public.

59Au terme de cet essai de synthèse, dont le but était de préciser le travail de Philippe Subra, d’en montrer la pertinence et d’en offrir une discussion nuancée, il nous apparaît que celui-ci est susceptible de renouveler la théorie géopolitique, en mettant en son centre la question des phénomènes dits locaux ; phénomènes qui n’ont pas encore reçu toute l’attention qu’ils méritent des géopoliticiens. Pourtant, il semble clair que l’analyse micro-géopolitique (Thual, 1996) peut contribuer à éclairer les situations de rivalités de pouvoir qui se jouent sur les territoires, en offrant aux chercheurs la possibilité de créer des lectures des controverses qui soient empiriquement fondées.

Haut de page

Bibliographie

DIERWECHTER, Y., 2015, Urban Growth Management and Its Discontents : Promises, Practices, and Geopolitics in the U.S. City-Régions, New York, Palgrave Mcmillan.

DOUZET, F., 2001, « Pour une démarche nouvelle de géopolitique urbaine à partir du cas d’Oakland (Californie) », Hérodote, vol. 2, no 101, p. 57-75.

DOUZET, F. et KAPLAN, D. H., 2012, « Geopolitics : La géopolitique dans le monde anglo-américain », Hérodote, vol. 3, no 146-147, p. 237-252.

FORESTER, J., 2013, Planning in the Face of Conflict: The Surprising Possibilities of Facilitative Leadership, London, Routledge.

FUKUYAMA, F., 1992, The End of History and the Last Man, New York, Free Press.

GIBLIN, B., 1985, « Hérodote, une géographie géopolitique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 29, no 77, p. 283-294.

GIBLIN, B., 1990, La région territoire politique : Le Nord-Pas-de-Calais, Paris, Fayard.

GIBLIN, B., 2010, 2. « La géopolitique aujourd’hui », in Delphine, P. (dir.) 50 fiches pour comprendre la géopolitique, Paris, Bréal, p. 10-13.

GIBLIN, B., 2013, « Économie et géopolitique : Des relations utiles à (re)penser », Hérodote, vol. 4, no 151, p. 3-11.

HARVEY, D., 2011, Spaces of Capital: Towards a Critical Geography, London, Routledge.

HOCH, C., 1994, What Planners Do: Power, Politics, and Persuasion, London, Routledge.

HOLLARD, O., 2001, « Écologie, grands projets, industrie lourde : Rivalités de pouvoir et géopolitique locale », Hérodote, vol. 1, no 100, p. 180-203.

HULBERT, F., 1989, Essai de géopolitique urbaine et régionale : La comédie urbaine de Québec, Cap-Saint-Ignace, Méridien.

HUNTINGTON, S., 1996, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York, Simon & Schuster.

LACOSTE, Y. (dir.), 1986a, Géopolitique des régions françaises : La France septentrionale (tome 1), Paris, Fayard.

LACOSTE, Y. (dir.), 1986b, Géopolitique des régions françaises : La façade occidentale (tome 2), Paris, Fayard.

LACOSTE, Y. (dir.), 1986c, Géopolitique des régions françaises : La façade du Sud-Est (tome 3), Paris, Fayard.

LACOSTE, Y., 1993, « Préambule », in Lacoste, Y. (dir.) Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, p. 1-35.

LACOSTE, Y. (dir.), 1994, Dictionnaire géopolitique des États, Paris, Flammarion.

LACOSTE, Y., 2003, « Mondialisation et géopolitique », Hérodote, vol. 1, no 108, p. 3-6

LACOSTE, Y., 2006, Géopolitique : La longue histoire d’aujourd’hui, Paris, Larousse.

LACOSTE, Y., 2012, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, La Découverte.

LASSERRE, F., 2003, « Introduction : La trame du monde est géographique », in Lasserre, F. et Lechaume, A. (dir.) Le territoire pensé : Géographie des représentations territoriales, Québec, PUQ, p. 1-10.

LASSERRE, F., 2006, « Des rivalités de pouvoir sur des territoires : De la pertinence de la géopolitique », Cahiers de géographie du Québec, vol. 50, no 141, p. 371-377.

LASSERRE, F. et GONON, E., 2012, Manuel de géopolitique : Enjeux de pouvoir sur les territoires, Paris, Armand Colin.

LOROT, P., 1995, Histoire de la géopolitique, Paris, Economica.

MEARSHEIMER, J. J., 2001, The Tragedy of Great Powers, New York, Norton & Company.

RIST, G., 1996, Le développement : Histoire d'une croyance occidentale, Paris, Presses de Science Po.

SUBRA, P., 2003, « À quoi sert le débat public ? », Hérodote, vol. 3, no 110, p. 149-170.

SUBRA, P., 2008, « L’aménagement, une question géopolitique ! », Hérodote, vol. 3, no 130, p. 222-250.

SUBRA, P., 2012, « La géopolitique, une ou plurielle ? Place, enjeux et outils d’une géopolitique locale », Hérodote, 3(146-147), p. 45-70.

SUBRA, P., 2014, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin.

SUBRA, P., 2016, Géopolitique locale : Territoires, acteurs, conflits, Paris, Armand Colin.

THUAL, F., 1996, Méthodes de la géopolitique : Apprendre à déchiffrer l’actualité, Paris, Ellipses.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma 1 - Trois figures de conflits, selon Philippe Subra
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2014, p. 49).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-1.png
Fichier image/png, 142k
Titre Schéma 2 - Diatope lacostien – Schéma d’analyse des ensembles spatiaux à différents niveaux
Crédits Schéma tiré et adapté de Lacoste (2012, p. 234-236).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Schéma 3 - Frise chronologique du conflit
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 94).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-3.png
Fichier image/png, 16k
Titre Schéma 4 - Continuum – Des rivalités au conflit
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 33).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-4.png
Fichier image/png, 12k
Titre Schéma 5 - Le local soumis à des logiques concurrentes
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 19).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Titre Schéma 6 - De l’acteur au rapport de forces
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 18).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-6.png
Fichier image/png, 13k
Titre Schéma 7 - Les composantes de la stratégie d’un acteur
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 24)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-7.png
Fichier image/png, 20k
Titre Schéma 8 - Le schéma d’acteurs
Crédits Schéma tiré et adapté de Subra (2016, p. 25)
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6440/img-8.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Paquet, « Introduction à la géopolitique de Philippe Subra : Synthèse et critique », L’Espace Politique [En ligne], 37 | 2019-1, mis en ligne le 15 octobre 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6440 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.6440

Haut de page

Auteur

Nicolas Paquet

Doctorant en aménagement du territoire et développement régional (ATDR)
Université Laval (Québec, Canada), École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional (ÉSAD), Membre étudiant du Centre de recherche en aménagement et développement (CRAD), Membre étudiant du Conseil québécois d’études géopolitiques (CQEG)
nicolas.paquet.1@ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals