Navigation – Plan du site
Varia

Appropriation de marges frontalières d’Afrique centrale : cas du Parc national de Minkébé au Gabon

Appropriation of territorial margins in Central Africa: Case of National park of Minkébé in Gabon
Stéphane Ondo Ze et Saturnin Ndong Ndong

Résumés

Cet article analyse les enjeux autour de la mise en place d’un espace protégé dans le massif forestier de Minkébé au Nord-est du Gabon. Il revient sur les différentes stratégies d’appropriation mises en œuvre par l’Etat gabonais afin de contrôler cette partie du territoire adossé aux dyades séparant le Gabon du Cameroun au Nord et du Congo à l’Est. Longtemps tenu à l’écart de la dynamique socio-économique, Minkébé est aujourd’hui la proie d’activités informelles et d’organisations illégales transétatiques. L’objectif de cette publication est de montrer le déploiement de l’autorité publique dans cette partie du pays par le biais d’un dispositif multifonctionnel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Lorsqu’ils émanent d’un Etat, les espaces protégés confortent son assise territoriale et accroissent son autorité sur des espaces convoités pour leurs richesses naturelles et leurs ressources biologiques (Héritier et al., 2008). Au Gabon, l’ensemble que forment les aires protégées du pays (25,13 % du territoire national) peine toutefois à s’inscrire pleinement dans le tissu socio-économique national. La multiplication des activités illicites dans les parcs nationaux notamment fait dresser un bilan mitigé de l’efficacité de ces territoires à satisfaire à leurs missions de conservation de la nature (Nanfah Donfack, 2013 ; Ngakama Mabaka, 2011).

Figure 1 : Localisation du parc de Minkébé et des principales aires protégées de la région

Source : OpenStreetMap – Protected planet – WDPA. 2016

  • 1 Ces 13 parcs émanent du décret n°615/PR/MEFEPEPN du 30 août 2002. Ce sont les premières aires proté (...)
  • 2 Une quarantaine d’écogardes et d’agents administratifs de l’Agence nationale des parcs nationaux du (...)

2Le Gabon compte 22 parcs nationaux dont 13 parcs terrestres créés en 2002 et couvrants 11 % des 267 667 km² de superficie du territoire national1. Dès 2004, la situation du plus grand de ces parcs terrestres, le parc national de Minkébé au Nord-est du pays (7 567 km²), comptant la plus importante population d’éléphants des forêts au monde (9 000 individus estimés en 2013) (Poulsen et al., 2017 ; Vande Weghe, 2013), refléta de manière exacerbée les difficultés que connait l’Etat à exercer pleinement son autorité dans les lieux de patrimonialisation environnementale gabonais (Obame Ondo, 2011). Avec un territoire bien plus grand que celui du département des Pyrénées-Atlantiques en France 7 645 km²2, les limites du parc national de Minkébé sont adossées à des segments de dyades que partage le Gabon avec le Cameroun au Nord et la République du Congo à l’Est. Ces caractéristiques profitent à diverses activités informelles et pratiques illicites transétatiques telles que la contrebande de l’ivoire et l’orpaillage industriel illégal qui s’opposent à l’autorité publique sur cette portion de son territoire (Obame Ondo, 2011 ; Ondo Ze, 2016 ; Roitman et Roso, 2001 ; Touatena Simanda, 2015). (Figure 1, ci-dessus).

Figure 2 : Carte des caractéristiques physique et hydrographique du bloc forestier de Minkébé

Source : Obame Ondo, 2011

3Les différentes tentatives d’appropriation des 32 260 km² de forêts tropicales humides que couvrent les monts de Minkébé (Figure 2) n’ont pas suffi à rétablir durablement l’autorité de l’Etat dans ce territoire. Que ce soit en encourageant le phagocytage du bloc forestier par les industries extractives comme ce fut le cas avec le projet d’exploitation du gisement de fer de Belinga (Ndjambou, 2008), ou à la faveur de l’encadrement de l’orpaillage artisanal et l’octroi de droit de police aux sociétés d’exploitation forestière aux abords du Parc (Obame Ondo, 2011). Dès lors, le classement de la réserve provisoire des monts Minkébé, en parc national apparaît comme une forme d’appropriation de cette partie du territoire national soutenue par des impératifs de durabilité écologique.

4La notion d’appropriation désigne en géographie le processus amenant à la prise de possession effective d’un espace (Ripoll et Veschambre, 2014). Rosière (2007) constate que c’est l’une des finalités d’un rapport de force ayant pour enjeu l’espace « convoité par des acteurs qui s’affrontent pour le contrôle (ou la domination sur) des territoires ». En effet, la notion de territoire est tout à fait indissociable de celle d’appropriation. Brunet et al. (1992) définit d’ailleurs le territoire comme « un espace approprié ». Aussi, dans une logique d’intégration des périphéries au centre, l’appropriation concourt au contrôle effectif et à la pratique du territoire, vu comme une composante de l’identité, une ressource ou un élément de sécurité (Ripoll et Veschambre, 2005 ; Rosière, 2007). De fait, l’action d’approprier n’est jamais indolore, mais elle contribue à l’accomplissement de l’assise d’un acteur sur le territoire (Chartier et Rodary, 2015).

5L’idée est donc pour l’Etat gabonais de profiter des moyens que lui offre la politique de conservation des écosystèmes pour renforcer son contrôle sur une de ces marges frontalières. Aussi faut-il sécuriser le massif forestier de Minkébé face à des usages considérés comme « ennemis » de la nature (Guyot, 2017) afin de tirer parti de la mise en valeur de forêts au Nord-est de son territoire. Dès lors, comment se manifeste cette stratégie d’appropriation par le biais de la conservation que mène l’Etat gabonais dans l’ensemble forestier de Minkébé ?

6D’abord, nous commencerons par analyser la position des forêts de Minkébé dans le système territorial gabonais afin de comprendre les difficultés que rencontre l’Etat à mieux les contrôler. Ensuite, nous aborderons les caractéristiques de la frontière gabonaise favorisant la pression des acteurs transétatiques illégaux et justifiant l’action de l’Etat dans cette partie du pays. Enfin nous nous attarderons sur les tenants de l’appropriation territoriale de Minkébé par l’Autorité publique. Cet article s’appuie sur une série d’entretiens réalisée entre mars et juin 2016 et avril et septembre 2019 à Libreville et Makokou au Gabon auprès d’agents des parcs nationaux et de services ministériels anciennement et actuellement en rapport avec l’action de l’Etat dans les forêts de Minkébé en général et le parc national de Minkébé en particulier. De même, nous analyserons des documents de gestion du parc et ceux explicitant le discours de politique environnementale de l’Etat gabonais.

Minkébé, une marge frontalière dans le système territorial gabonais

Caractéristiques de la marginalité de Minkébé

  • 3 De nombreuses références au potentiel écologique de Minkébé et des forêts du Nord-est sont faites d (...)

7Le concept de marge renvoie autant à l’étude de l’organisation spatiale qu’à la analyse sociale d’une portion d’espace ouvrant « à d’autres réalités territoriales » (Depraz, 2017). Reposant sur de la discontinuité, la marge se définit donc comme « un espace de rupture, où les caractères du territoire sont modifiés au point de n’avoir plus ni le même sens ni la même nature » que le reste du système territorial (Prost, 2004). Depraz (2017), mettant une distance avec l’aspect dépréciatif du terme, insiste sur le fait que les marges « sont d’abord des territoires différents », elles répondent à une norme « autre ». Néanmoins, les marges ne sont pas hors du territoire. Elles forment une partie des aspérités de ce dernier et contrastent avec les points névralgiques qui structurent le système (Pumain et Saint-Julien, 2010). La marginalisation permet d’évaluer, entre autres choses, l’intérêt porté à un espace pour ce qu’il est ou pour ce qu’il renferme. À Minkébé, cet intérêt est généralement synonyme de potentiel ou d’atout dans la littérature s’intéressant aux confins du Nord-est du Gabon. Nous y lisons ainsi que Minkébé et sa périphérie possèdent un potentiel minier (avec de l’or et du fer), en prenant soin d’y adjoindre des superlatifs pour bien mettre en évidence le bénéfice qu’il y aurait à l’exploiter (Ndjambou, 2008). S’ajoute à cela, un potentiel forestier certain hors du périmètre de l’aire protégée (Doumenge, et al., 2001). Il est aussi fait mention d’un potentiel écologique qui n’attend qu’à être valorisé (Kialo, Essabe, Ango, 2011 ; Vande Weghe, 2013)3. Analysons les caractéristiques qui ont entretenu la marginalisation de Minkébé dans le système territorial gabonais malgré le potentiel qui est le sien.

  • 4 Principale essence forestière exploitée au Gabon.
  • 5 Cette priorité est rendue publique en 1988, lors d'une conférence bilatérale tenue par l'UICN et la (...)

8L’ensemble forestier de Minkébé est resté, jusqu’à la fin des années 1990, en marge du système territorial gabonais (Leroy, 1995 ; Mbadinga, 2006 ; Wilks, 1990). En effet, l’exploitation forestière n’y a commencé qu’au début du XXIème siècle vraisemblablement à cause de la non-présence de bois d’Okoumé (Aucoumea klaineana)4 dans cette partie du territoire. De même, le difficile accès aux forêts du Nord-est, ainsi que la vacuité humaine ont contribué à l’isolement de Minkébé dans la trame économique, infrastructurelles et administrative du Gabon (Mbadinga, 2006). Si dès 1988, le gouvernement gabonais retient comme une priorité pour la conservation de ses écosystèmes le classement des forêts du Nord-est (Steel, 1992)5, l’évaluation de possibles risques environnementaux dans cette zone avec pour objectif d’encadrer voire d’inhiber la mise en place de projets industriels au Nord-est du Gabon a presque toujours été du ressort de la société civile et des organismes non gouvernementaux (Arnauld de Sartre et al., 2014 ; Paulin, 2010).

9Minkébé correspond aujourd’hui à une zone de très faible peuplement humain à l’échelle du Gabon. Trois facteurs expliquent cette situation. Le premier découle des paramètres sociodémographiques. En effet, l’espace gabonais constitue, avec celui de son voisin congolais, une aire de sous-peuplement à l’échelle de l’Afrique (Gourou, 1967 ; OCDE, 2003 ; Sautter, 1966). Le second facteur s’appuie sur des évènements d’ordre historique avec l’espace correspondant à l’actuelle province du Woleu-Ntem devenue, dès la fin de la Guerre de 1914-1918, le point de départ d’une émigration intense vers la Guinée espagnole, les circonscriptions côtières du Gabon ainsi que le Sud du Gabon et du Congo français. Ce prélèvement était effectué par le gouvernement colonial à destination des exploitations forestières ou des chantiers de construction tels du chemin de fer Congo-océan de 1921 (Robineau, 1967). Le départ de ces forces vives est d’ailleurs concomitant de la disette meurtrière qui sévit dans le Woleu Ntem dans les années 1920 (Sautter, 1966). Malgré un potentiel agricole incontestable, le poste administratif de Minkébé situé à près de 114 km au Sud de la ville de Minvoul, l’actuelle capitale départementale du Haut-Ntem, fut fermé dès 1927 (Steel, 1992). Vinrent enfin les regroupements de villages le long des voies de communication entre 1928 et 1953, pour des raisons de quadrillage des terres indigènes, de contrôle de la population, et de planification territoriale (Bouet, 1980 ; Didzambou, 2009). Au final, de nombreux villages ont été abandonnés au profit d’une occupation linéaire de l’espace le long des principaux axes de communication. La population de l’ancien poste administratif de Minkébé et celles des circonscriptions l’avoisinant rejoint la ville de Minvoul et des hameaux villageois à 30 km Sud de l’actuel parc national de Minkébé (Ondo Ze, 2016 ; Pourtier, 1979).

10À cette faiblesse démographique s’ajoute la carence en infrastructures de communication. Le parc national de Minkébé est éloignée sur plusieurs dizaines de kilomètres des principales voies de communication (axes routiers, chemin de fer...). Les seules voies de circulation à l’intérieur des forêts du Nord-est sont les pistes des exploitations forestières à la périphérie du parc et les rivières que drainent le massif forestier. De nombreux auteurs considèrent que cette situation découle du sous-peuplement et de l’emprise forestière, accentuant la marginalisation de Minkébé par rapport au reste du territoire gabonais (Ndjambou, 2008 ; Pourtier, 1989). Quoi qu’il en soit, nous serions tentés de croire que l’absence d’infrastructures de communication desservant Minkébé semble moins liée à un souci de conservation de l’équilibre écosystémique du Nord-est qu’à la grande difficulté que rencontre l’État à y aménager des infrastructures de communication praticables en toutes saisons. Le chemin de fer du Transgabonais, qui trouve son origine dans le projet d’exploitation du fer de Belinga au Sud-est du parc de Minkébé, dans le département de l’Ivindo, a longtemps laissé envisager la construction d’un tronçon desservant cette partie du bloc forestier de Minkébé. Evoqué en 1968, le projet a été abandonné en 1978.

11Enfin, retenons la difficulté que rencontre l’État et les opérateurs économiques à exploiter pleinement les ressources de Minkébé (Lotito, 1970 ; Ndjambou, 2008). Cela est en partie dû au fait que ce lieu, au fil des expériences, semble assez peu se prêter à des projets de types industriels malgré son potentiel minier par exemple (Vande Weghe, 2013). D’abord, l’exploitation industrielle de l’or à Minkébé, voulue depuis la fin du XIXème, a été freinée par l’absence de technologies permettant de collecter le précieux minerai présent essentiellement sous la forme de fines poussières. Puis, l’exploitation des mines de fer de Bélinga pâtit de la difficulté à mettre en place des infrastructures nécessaires au transport du minerai vers un nouveau port minier, lui aussi à construire (idem). Notons tout de même la présence de concessions forestières dans les abords immédiats du parc national. Leur implantation date de 2000 avec la mise en production de permis d’exploitations forestières de lot situés dans la périphérie Sud-ouest de Minkébé par la Société de la haute Mondah, filiale du groupe Leroy (Mbadinga, 2006). Aujourd’hui, certains segments de la zone tampon du parc d’une largeur de 5 km sont exploités par ces opérateurs selon le cadre légal et réglementaire en vigueur institué par loi n° 003/2007 du 27 août 2007 relative aux parcs nationaux et l’arrêté n° 118/PR/MEFEPEPN du 01/03/2004 portant sur la réglementation des activités forestières, minières, agricoles, aquacoles, cynégétique et touristique à l’intérieur d’une zone tampon (Figure 3).

12Toutes ces caractéristiques assimilent Minkébé à un front pionnier dans le paysage gabonais, dont une grande partie est spécialisée et tournée vers l’exploitation des matières premières depuis le XIX ème siècle (Mbadinga, 2006 ; Ndjambou, 2013) (Figure 3). D’ailleurs, le classement en parc national d’une partie de la forêt de Minkébé n’est pas plus issu de la nécessité pour l’Etat gabonais de protéger et valoriser son écosystème que de l’action de la communauté scientifique internationale visant à épargner le maximum d’espace relevant du patrimoine naturel mondial (Arnauld de Sartre et al., 2014 ; Delbecq, 2017). En outre, la conservation à Minkébé ne s’est pas faite au détriment d’éventuels intérêts économiques étatiques. Ainsi, nous constatons que le tracé du parc national de Minkébé prend soin de ne pas inclure le massif montagneux dont il tire son nom, du fait du potentiel minier qui s’y trouve (Figure 3 ; ci-après). Au demeurant, pendant longtemps, la question environnementale a été quasi exclusivement portée par des acteurs se réclamant de la société civile gabonaise et d’organisations non gouvernementales étrangères (Mouloungui, 2014 ; Neyroumande, 2007). Leur implication a contribué à contrebalancer la posture de l’Etat favorable à une exploitation tous azimuts des ressources premières gabonaises (Gersberg et al., 2014 ; Paulin, 2010).

Figure 3 : Concessions minières et permis forestiers dans la région de Minkébé

Source : Agence Nationale de Parcs Nationaux, 2012.

La frontière comme facteurs de déstabilisation du projet de conservation de l’Etat gabonais à Minkébé ?

13Le tronçon de frontière qui limite le parc national de Minkébé au Nord-est est fondé sur un élément topographique. En effet, ce tronçon correspond au lit de la rivière Ayina (aïna), longue d’à peu près 300 km (Figure 2). Le cours d’eau en forme de coude, sépare les territoires gabonais et camerounais dans son orientation Ouest-Est, tandis que l’orientation Nord-Sud de la rivière correspond à la limite entre le territoire gabonais et celui de la République du Congo. Malgré cette limite dite naturelle, le parc pâtit de la porosité de ce segment de frontière en particulier et du tronçon Nord de la forêt gabonaise en général (Loungou, 1999). Il faut dire que cette dernière ne connaît pas de démarcations et elle a longtemps été dépourvue de postes de frontière. Loungou (1999) justifie en partie cette situation par l’emprise du couvert végétal qui ne permettrait pas l’application de la règle d’intervisibilité. Cette anomalie favorise des flux de toutes sortes accentuant le caractère extraverti de la province au Nord du Gabon, le Woleu-Ntem, historiquement rattachée au Sud du Cameroun (Messe Mbega, 2015). Les carences dans le dispositif de contrôle observé jusqu’à il y a peu à la frontière Nord s’expliquent aussi par l’absence de disputes notables entre populations pratiquant cet espace transfrontalier (Loungou, 1999).

14De fait, l’homogénéité ethnique qui caractérise cet espace transfrontalier est un gage de sérénité à la frontière septentrionale du pays. En effet, le Nord du Gabon, le Sud du Cameroun et la partie continentale de la Guinée équatoriale correspondent à l’aire de peuplement du groupe socio-ethnique Fang. Même après la colonisation, des liens socio-culturels étroits qui cimentent l’ethnie pérennisent la dynamique des échanges de part et d’autre de ce segment frontalier (Messe Mbega 2015). Cette homogénéité favorise un véritable processus d’intégration économique qui profite aussi aux flux migratoires clandestins et à la contrebande de l’ivoire de Minkébé vers le Cameroun (Loungou 1999).

  • 6 Entretien réalisé au siège de l’Agence nationale des parcs nationaux (Libreville) en aout 2019.

15Soustrait à la présence effective de l’Etat et adossé à une frontière poreuse, le bloc forestier fut laissé à la merci d’acteurs aux pratiques illégales avides de son potentiel minier et écologique (Obame Ondo, 2011). Ainsi, du fait de la non-appropriation par l’Etat de ce pan du territoire, le Gouvernement gabonais se voit disputer la gestion des richesses, que renferme le bloc, par des acteurs des marchés transétatiques illégaux. Cette situation s’observe d’ailleurs aisément dans d’autres parties du territoire gabonais à forte valeur écologique mais jusque-là non-exploitées et non intégrées au reste du corps territorial comme le confirme l’actuel directeur technique de l’Agence nationale des parcs nationaux, Ella Ekogha6.

16Poulsen et al. (2017) (ANPN, WCS, WWF, 2013) relève que l’impact négatif de la dyade Gabon-Cameroun sur la population d’éléphants avec des braconniers provenant essentiellement du Cameroun où la route nationale passe à 6,1 km du parc national de Minkébé au Gabon. Cette proximité entre le parc au Gabon et cette infrastructure du réseau de transport Camerounais entretient la pression sur les éléphants en facilitant l’accès au parc et l’évacuation de l’ivoire vers le port autonome de Douala au Cameroun (Idem).

  • 7 Entretien réalisé avec le Directeur technique Ella Ekogha au siège de l’Agence nationale des parcs (...)

17Les points de traversée de l’Ayina empruntés par les transfrontaliers sont aussi mobilisés dans les routes de l’immigration clandestine telle que la « trans-mikébienne », à destination des camps d’orpaillage au Centre-est du plus grand parc gabonais. Dans les sites d’orpaillage de Minkébé étaient recensés plus de 15 000 personnes avant le démantèlement du principal site d’orpaillage (Minkébé chantier d’or) en 2011 par l’armée gabonaise sous la demande expresse du Président de la République gabonaise (Ondo Ze, 2016). A titre de comparaison, la ville de Makokou, au Sud du parc, capitale de la province de l’Ogooué Ivindo, ne comptait qu’un peu plus de 12 000 administrés (Idem). Ces camps d’orpaillage ont servi de point de relais et de postes de ravitaillement à divers groupes de contrebande de toutes sortes ; dont ceux exfiltrant l’ivoire issu du braconnage des éléphants de forêt de Minkébé vers les ports du golfe de Guinée (Obame Ondo, 2011, Ondo Ze, 2016). Au final, entre 2004 et 2013, 11 000 pachydermes aurait été tués dans le parc national de Minkébé (ANPN, al., 2013). Ce décompte macabre a eu pour effet d’amplifier l’acte d’appropriation de l’aire protégée par le biais du prisme environnemental7. La préservation et la valorisation de l’écosystème de Minkébé, au capital naturel exploitable, étant devenues, une potentielle source de rente pour l’Etat gabonais (Kialo et al., 2011). En effet, face à l’instabilité des cours des matières premières qui vont en s’épuisant, le pays est sommé de diversifier son économie depuis toujours adossée à la rente des industries extractives (Ndjambou, 2013). Voilà qui ouvre l’idée d’une plus grande appropriation par l’État des parties du territoire à forte valeur écologique, non intégrées au reste du territoire national et jusque-là relativement épargné de l’extractivisme, source de rente pour l’État.

La politique environnementale comme acte d’appropriation

18Les parcs nationaux au Gabon s’inscrivent dans une logique de diversification de l’économie nationale par la valorisation de la richesse écologique et des atouts esthétiques du territoire (Kialo et al., 2011). Poulsen et al. (2017) nous rappelle d’ailleurs que la forêt aux inselbergs « a été créé[e] principalement pour la réputation qu’elle a d’abriter une grande population d’éléphants. ». Aussi, face à la convoitise d’acteurs, telles que les braconniers, aux intérêts s’opposant de ceux de l’État, l’appropriation de ce territoire et des ressources qu’il renferme s’imposent à l’acteur public comme un préalable à tout projet à Minkébé.

19Fabrice Ripoll (2005) considère « qu’il y a processus/stratégie d’appropriation “symbolique” ou “identitaire” de l’espace par un individu ou un groupe quand ses pratiques sociales (marquage, discours, etc.) concourent/visent à la construction et la reconnaissance sociales d’une relation d’association durable, tendant à l’exclusivité et généralement valorisante avec une portion de la surface terrestre ». A Minkébé, cela revient pour l’Etat à parachever sa maîtrise du territoire pour des raisons de défense et d’aménagement de ce dernier. En effet, face aux réseaux de criminalité transétatique et à l’industrialisation anarchique que donnent à voir les chantiers d’orpaillages illégaux, la politique environnementale menée à Minkébé par l’État gabonais depuis près de deux décennies, sous le sceau de la préservation et de la valorisation de la nature, ne peut être considérée autrement que comme un acte d’appropriation ; le but étant d’asseoir l’autorité publique dans la marge frontalière au Nord-est dans le but d’en exploiter le potentiel par le biais de l’écotouristique, ou d’autres retombées financières telles que le prochain marché du carbone issues des mécanismes de réduction des émissions de gaz à effet de serre (Kialo et al., 2011).

20Guyot et Richard (2009) assimilerait cette démarche à une appropriation écologisante, c’est-à-dire « l’appropriation d’espaces, réels ou imaginaires, dont la valeur écologique et esthétique est très forte ». La stratégie de domination de la forêt d’inselbergs au moyen d’une politique environnementale volontariste justifie le qualificatif « écologisante » à l’appropriation initiée par l’Etat à travers la création d’un parc national, lui-même élément du maillage territorial (Héritier et al., 2008). Cette action fait référence au contrôle direct exercé sur un territoire par un Etat (Rosière, 2013). Ce contrôle vise à instaurer la sécurité sur un territoire par le moyen d’organes étatiques administratifs ou coercitifs (idem). La finalité pour l’Etat gabonais est d’astreindre ce territoire à ses besoins et de le remodeler en fonction de ses aspirations et/ou de l’image qu’il veut renvoyer auprès de ses partenaires internationaux (Brockington, 2009 ; Laslaz et al., 2014 ; Sohnle, 2016). Envisageons donc les modalités de cette appropriation à partir de l’analyse des dispositifs légaux, des acteurs de l’appropriation et de la stratégie diplomatique déployée par l’Etat à Minkébé.

Le dispositif légal

21A l’instar des 13 autres parcs nationaux terrestres, la création d’un parc national au Nord-est du Gabon ferait suite à travail de lobbying de l’écologiste américain Michael J. Fay, assisté du journaliste photographe Michael Nichols et du botaniste britannique Lee White zoologiste auprès d’Omar Bongo Ondimba, Président gabonais d’alors (Moumaneix et Nkombe, 2017).

  • 8 Mike Fay, a WCS explorer who helped convince the late Gabonese president Omar Bongo Ondimba create (...)
  • 9 Décret n°615/PR/MEFEPEPN du 30 aout 2002 portant classement du parc national de Minkébé

22Le mégatransect de 3 200 km, financé par le National geographic society, que réalisent les deux premiers entre le 20 septembre 1999 et le 18 décembre 2000, serait à l’origine de la décision du Président gabonais de patrimonialiser 11 % du territoire de son pays8 sous la forme d’un réseau de 13 parcs nationaux, le 30 aout 20029.

Catégories d’aires protégées

Définitions

Textes réglementaires

Réserve naturelle intégrale

Aire à l’intérieur de laquelle les activités de nature à perturber la faune ou la flore sont interdites ainsi que l’introduction d’espèces animales ou végétales indigènes ou exotiques, sauvages ou domestiques

Code Forestier - Loi n° 16-01 du 31/12/2001

Parc national

Portion du territoire où des écosystèmes terrestres ou marins, des sites géomorphologiques, historiques et autres formes de paysage, jouissent d’une protection particulière avec l’objectif de maintenir la diversité biologique et les processus de régulation écologique naturels en y autorisant des activités réglementées d’écotourisme, de recherche scientifique et d’éducation tout en contribuant au développement économique et social des communautés locales ;

Loi relative aux parcs nationaux -Loi n° 003/2007 du 27/08/2007

Jardin zoologique

Zone publique ou privée aménagée, d’exhibition d’animaux captifs à des fins récréatives, esthétiques, culturelles ou de repeuplement.

Code Forestier - Loi n° 16-01 du 31/12/2001

Sanctuaire d’espèces animales et végétales

Aire de protection de communautés animales ou végétales spécifiques ou menacées d’extinction, ainsi que leur habitat. Son accès est réglementé.

Code Forestier - Loi n° 16-01 du 31/12/2001

Réserve de faune

Aire protégée destinée à la conservation de la diversité biologique, à la propagation de la faune sauvage et à l’aménagement de son habitat.

Code Forestier - Loi n° 16-01 du 31/12/2001

Domaine de chasse

Zone où la chasse est soumise à une réglementation plus restrictive, notamment en ce qui concerne les latitudes d’abattage.

Code Forestier - Loi n° 16-01 du 31/12/2001

Figure 4 : Catégories d’aires protégées en vigueur au Gabon

Source : Loi n° 16-01 du 31 décembre 2001 relative au Code forestier en République Gabonaise ; Loi n° 003/2007 du 27 août 2007 relative aux parcs nationaux en République Gabonaise.

23Il existe au Gabon différents types d’aires protégées, comme définit dans l’article 70 du Code forestier en vigueur en République gabonaise (Figure 4, ci-dessus). Les parcs nationaux ne constituent pas le plus haut niveau de protection d’un espace à forte valeur écologique et esthétique au Gabon (Figure 4). Néanmoins, ils sont au centre de l’action de l’exécutif autour du Plan opérationnel « Gabon vert » et de la diversification de l’économie du pays. La double tutelle dont fait l’objet le réseau de ces aires protégées traduit, d’ailleurs, l’intérêt des plus hautes autorités de l’Etat envers ces aménagements.

  • 10 Organe antérieur à l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) chargé de concevoir le cadre génér (...)
  • 11 Ordonnance n°6/2002 du 22 aout 2002 portant modification de certaines dispositions de la loi n°16/2 (...)

24A son Origine, la tutelle du Conseil national des parcs nationaux10 a échappé à l’administration des Eaux et Forêts à qui la loi 16/2001 du 31 décembre 2001 portant Code forestier en République gabonaise destinait la gestion11. Aujourd’hui, l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) est placée sous la tutelle administrative de la Présidence de la République et sous la tutelle technique du Ministère de la forêt, de la mer, de l’environnement, chargé du Plan climat. L’Agence assure « à long terme la protection et la valorisation des parcs nationaux du Gabon, dans le but d’en faire un modèle de conservation reconnu dans le monde entier et une destination écotouristique de référence » (République gabonaise, 2012).

Figure 5 : Les parcs nationaux gabonais parmi les principals aires protégées du pays

Source : OpenStreetMap – Protected Planet – WDPA. 2016.

25Trouvant son cadre réglementaire dans la Loi n° 003/2007 du 27 août 2007 relative aux parcs nationaux en République Gabonaise, les objectifs globaux de l’organisme sont mentionnés dans le Plan opérationnel « Gabon vert » pilier du Plan stratégique gabon émergent découlant du projet de société du Président Ali Bongo Ondimba de 2009. Il institue une stratégie globale allant dans le sens d’une diversification économique pour une croissance économique et un développement humain durables. La Présidence de la République gabonaise est justement régulièrement présentée comme à l’initiative de la stratégie des parcs nationaux au Gabon bien que cette dernière ne puisse se soustraire du soutien des organisations de conservation internationales comme le World Wildlife Fund for nature (WWF) et le Wildlife Conservation Society (WCS). Au cœur du dispositif d’appropriation, le chef de l’Exécutif gabonais joue un rôle prépondérant dans la vitalité et surtout la pérennisation de l’action des parcs nationaux (Arnauld de Sartre et al., 2014). Cet encadrement est d’ailleurs acté par l’ordonnance n°6/2002 du 22 août 2002, portant modification de la loi 16/2001 du 31 décembre 2001 du Code forestier en République gabonaise. Elle traduit clairement l’enjeu que constituent les parcs nationaux au Gabon dorénavant. A titre de comparaison, le niveau de protection qu’offre une réserve naturelle intégrale, demeurée sous la tutelle du Ministère de la forêt, de la mer, de l’environnement, est bien plus strict sans pour autant que celle-ci ne bénéficie ni des moyens affectés aux parcs nationaux, ni d’un dispositif légal de même ampleur.

  • 12 Idem.

26Au Gabon, un parc national est défini comme « une aire protégée établie sur une portion du territoire où des écosystèmes terrestres ou marins, des sites géomorphologiques, historiques et autres formes de paysage, jouissent d’une protection particulière ». Toutefois, la protection particulière dont il est fait mention dans l’article sus-cité de la Loi n° 003/2007 du 27 août 2007, relative aux parcs nationaux en République gabonaise, n’est pas liée à un niveau de protection absolue des écosystèmes, à l’instar des réserves intégrales. Elle semble garantir « les activités d’exploitation à des fins touristiques, compatibles avec les objectifs de protection et de gestion des ressources naturelles »12. D’ailleurs, cette même Loi envisage, en son article 12, qu’« en cas de découverte minière ou pétrolière, il pourra être procédé à une exploitation, après déclassement de tout ou partie du parc ». Cette précaution pourrait indiquer que la valorisation de la biodiversité est avant tout un choix par défaut, une alternative à l’industrie extractive. Aussi, n’est-elle envisageable que tant que l’exploitation du sous-sol n’a pas lieu d’être. De ce fait, l’appropriation de Minkébé peut être considérée comme une nouvelle façon de mettre sous cloche un territoire marginalisé, où les marques de présences de l’Etat sont quasi inexistantes. Elle permet d’affecter ces marges à des activités génératrices de recettes, à un moindre niveau certes, mais participant tout de même à l’aura et au prestige de l’Etat.

27Le second dispositif mobilisé, dans l’appropriation écologisante de Minkébé, fait référence à l’occupation effective du site par des acteurs publics ou affiliés. Leurs actions coordonnées participent à la reprise en main par les pouvoirs publics de la région du Nord, définitivement difficile à contrôler. Ces derniers vont matérialiser la présence de l’Etat, en essayant de s’approprier ledit territoire, objet de la convoitise d’organisations criminelles transétatiques.

Les acteurs de l’appropriation et dispositif de contrôle à Minkébé

28La matérialisation de l’appropriation de Minkébé par l’Etat est portée par un large panel d’acteurs. Ces derniers agissent selon une sectorisation de l’ensemble forestier, dans laquelle se répartissent les périmètres d’action (Figure 6). Ainsi, l’Agence nationale des parcs nationaux est responsabilisée à l’intérieur du parc national selon un plan de gestion quinquennal, lorsqu’à la périphérie de ce dernier s’impose l’autorité des directions provinciales du Ministère des eaux et Forêts (Obame Ondo 2011). Dans la même veine, les compagnies forestières sont tenues de veiller à ce que la voirie de leurs concessions ne soit pas empruntée pour la chasse. Le tout selon un protocole d’entente réunissant le Gouvernorat de la province du Woleu Ntem, le Conseil départemental du département du Woleu, le Ministère des eaux et forêts, la population locale et les compagnies forestières. (Ondo Ze 2016).

29D’autre part, les acteurs matérialisant la présence de l’Etat se répartissent suivant leurs compétences réglementaires (Figure 6). Le conservateur, son adjoint et les 13 écogardes de l’ANPN ont une tâche préventive. Non armés, ils informent les riverains des nouveaux usages fixés par la loi en matière de conservation de l’écosystème du site. Les gendarmes de la brigade de la faune qui constituent un atout coercitif, assurent la police des lieux. Stationnés dans les villes de Makokou et d’Oyem, la dizaine de gendarmes participent avec les écogardes, à des contrôles le long des voies de communication afin de procéder à des fouilles et des interpellations d’individus suspectés d’enfreindre les dispositions légales de protection de la nature (Figure 6). La centaine de militaires de la Mission Minkébé a un rôle plutôt dissuasif. Elle veille à l’intégrité du territoire en proie à l’immigration clandestine et aux réseaux de contrebande qui œuvrent jusque dans tout le golfe de Guinée (Ondo Ze, 2016). Les militaires quadrillent le bloc forestier, en surveillant la frontière et les principaux accès au parc national. La Mission Minkébé vise à militariser l’aire protégée, afin de sécuriser les intérêts économiques du site tout en repoussant les menaces pouvant mettre en péril l’équilibre écologique du bloc forestier. Cogérée par l’Etat-Major général des forces armées et l’ANPN, la mission consiste à relever tous les 45 jours le contingent de soldats basé dans des postes de contrôle fixes à Minkébé (Figure 6). Cette mission établit la présence militaire de l’Etat dans un espace s’accommodant peu à un marquage matériel, notamment au moyen de clôtures.

30Enfin, les Organisations Non Gouvernementales (ONG) concourent à la logistique et apportent l’expertise scientifique et technique nécessaire à l’action de conservation de l’Etat (World Wildlife Fund et Widlife Conservation Society), à la défense des droits des peuples autochtones (Brainforest et l’Association Edzengui) et la lutte contre la contrebande de l’ivoire (Conservation Justice). Leur rôle est essentiel à l’appropriation écologisante de Minkébé. Parmi elles, le World Wildlife Fund demeure la plus investie, notamment dans la valorisation du capital biologique de Minkébé. Dans le passé, elle profitait de la proximité que lui conférait son antenne de Makokou pour participer aux côtés des forces de défense, de l’ANPN et de l’ONG Conservation Justice à la lutte contre la contrebande de l’ivoire et le braconnage de la faune (Figure 6, ci-après).

  • 13 Décret n° 00J11/PRIMEFPEPGE du 04 avril 2017 portant création et organisation de l 'Agence national (...)
  • 14 Propos du Secrétaire exécutif de l’ANPN Lee White tiré de l’article « ANPN : Le demi-bilan de Lee W (...)

31L’ANPN joue un rôle central parmi tous ces acteurs, car elle est l’organe du service public gabonais dédié à la gouvernance des parcs nationaux. Cette préséance a été d’ailleurs tenté d’être renforcée par le Gouvernement en 2017 avec la mise en place de l’Agence nationale pour la préservation de la nature, en remplacement de l’Agence nationale des parcs nationaux13. L’objectif était d’« élargir le champ d’action de l’agence […] Aujourd’hui, l’ANPN devient la gestionnaire de toutes les aires protégées du Gabon mais également la gestionnaire de la préservation de la connaissance et de la valorisation de la biodiversité sur tout le territoire national, et (celle) du conflit homme-faune »14. Si le projet tarde à prendre forme, ce renforcement des compétences de l’Agence au détriment du Ministère de la forêt, de la mer, de l’environnement est révélateur du nouvel enjeu que revêtent les parcs nationaux au Gabon. En effet, le Ministère voit un peu plus son champ d’action s’amoindrir au profit de la concentration des compétences par l’Agence, interlocutrice privilégiée de l’Exécutif gabonais. Il s’agit d’une entente dans laquelle chacun tire son intérêt. L’Agence et les ONG, qui la soutiennent, s’adossent volontiers sur la stabilité et la prééminence de la Présidence de la République gabonaise, pour mener à bien leurs missions à Minkébé. Quant à l’Etat, il tire profit de l’action de l’Agence et de ses partenaires pour asseoir son contrôle dans cette marge (Arnauld de Sartre et al., 2014).

Figure 6 : Dispositif de l’appropriation de Minkébé par l’Etat gabonais

Source : OpenStreetMap – Protected planet – WDPA – ANPN. 2016

Le dispositif diplomatique

  • 15 Extrait du projet de société « L’avenir en confiance » du Président gabonais Ali Bongo Ondimba : «  (...)

32La diplomatie environnementale est le dernier des dispositifs concourant à l’appropriation de Minkébé en particulier. Elle fait référence à un « ensemble des modes opératoires évolutifs d’une nouvelle forme de diplomatie multilatérale et à plusieurs niveaux, supposant la participation de sujets aussi bien étatiques que non étatiques, et dont les finalités dépassent largement la défense traditionnelle d’intérêts nationaux, pour revendiquer une gouvernance équitable et une gestion durable de l’environnement à l’échelle planétaire » (Sinou, 2018). La stratégie du Gabon dans le cadre de sa diplomatie environnementale s’articule autour d’un discours pro-environnemental, promouvant les impératifs du développement durable à l’attention de partenaires internationaux et d’une présence assidue aux rencontres discutant des enjeux écologiques globaux15. L’ambition clamée est de réduire la dépendance du pays face aux recettes pétrolières par la captation « tous azimuts d’investissements » dans le domaine de la conservation de la nature (Kialo et al., 2011).

33Cette ambition est portée par Projet « Gabon vert » et vise à mettre en vitrine les prises de positions, et les engagements pro-environnementaux du pays. Au final, le procédé contribue à redorer une image à l’international de l’Etat rentier, écornée par les accusations de mal gouvernance, de corruption et d’autoritarisme (Bernault et Tonda, 2009). La politique des parcs nationaux participe pleinement à cette stratégie. L’appropriation de Minkébé semble concourir autant à développer une image d’un Gabon environnementalement responsable et diplomatiquement fréquentable. Ce qui justifierait la gouvernance exclusive par une élite étatique de certaines parties du territoire national pour cause de respect d’engagements pris en faveur de la défense de la nature (Arnauld de Sartre et al., 2014). C’est la légitimation de l’acte d’appropriation des lieux à forte valeur écologique, dans un intérêt autant national que planétaire. L’appropriation du parc de Minkébé est d’ailleurs entérinée par l’octroi d’aides de diverses natures de la part de gouvernements ou d’organisations internationales étrangères, au nom de la préservation du patrimoine naturel mondial (Nanfah Donfack, 2013). Ces aides et partenariats encouragent l’allant, dont fait montre l’Etat gabonais par son discours et sa présence médiatique.

  • 16 L’ancien Secrétaire exécutif de l’Anpn, Lee White, confiait dans une article de presse Journal du C (...)

34D’abord le discours : il est de plus en plus volontairement alarmiste16. Il se base sur des chiffres et des analyses d’organisations de protection de la nature envisageant les pires scénarii. Puis, est mobilisée la hantise d’un financement d’entités insurrectionnelles et terroristes par la contrebande d’ivoire provenant de Minkébé. Néanmoins, ce dernier argument apparaît aussi comme un moyen de sensibilisation sur l’incidence régionale que pourrait avoir la contrebande de l’ivoire à partir de Minkébé. En effet, le réseau de négoce illégal de l’ivoire de Minkébé concerne plusieurs pays du Golfe de Guinée et d’Afrique centrale engagés dans des conflits contre des organisations insurrectionnelles, à l’instar du Cameroun et du Nigéria en guerre contre Boko Haram (Ondo Ze, 2016). La réponse à apporter au problème de la contrebande viendrait dès lors d’une meilleure coopération régionale, avec pour chef d’orchestre le Gabon.

35L’autre pan de cet allant est porté par une occupation de l’espace médiatique, avec notamment la présence des plus hautes autorités gabonaises à toutes les grandes conférences environnementales internationales. Cette présence est d’ailleurs bien souvent active avec des contributions de tous ordres. La présence de l’actuel Président de la République gabonaise, lors de la destruction des stocks d’ivoire du Kenya le 30 avril 2016 dans le parc national de Nairobi, démontre l’implication personnelle du Chef de l’Exécutif gabonais dans cette entreprise de communication. Sa présence avait déjà donné un cachet particulier à la cérémonie du 26 juin 2012, où près de cinq tonnes d’ivoire d’éléphants et de milliers d’objets en ivoire avaient été détruits en plein cœur de la capitale Libreville. Au final, le parc national de Minkébé semble être un avatar d’une dynamique territoriale au service d’intérêts environnementaux. Le tout dans l’optique de faire intégrer le Gabon dans le cercle des Etats vertueux, défenseurs l’environnement.

Conclusion

36Les logiques d’appropriation mobilisées dans les forêts de Minkébé témoignent des divers enjeux que rencontre l’État dans le domaine forestier gabonais aux potentiels écologique et minier importants. La nécessité d’un contrôle des ressources, tant pour matérialiser l’engagement écologique du Gabon que pour préserver un territoire à fort potentiel économique, permet de mieux cerner les termes de la gouvernance ayant cours actuellement dans cette marge. Face à l’influence qu’exerce le segment nord-est de la frontière gabonaise, l’appropriation qu’initie l’Etat gabonais mobilise divers acteurs concourant à la stratégie globale de l’autorité publique. Ce contrôle paraît indispensable sur un territoire en proie à des activités informelles et des pratiques illégales multiformes. Le parc national de Minkébé est un des éléments de ce dispositif de contrôle. Par lui, l’Etat tend à marquer son autorité et sa présence sur ce territoire parmi les nombreuses marges du pays.

Haut de page

Bibliographie

ANPN, WCS, WWF, 2013, Wildlife and poaching assessment in Northeast Gabon, Libreville.

Arnauld de Sartre, X., Dufour, S., Huet, O., Oszwald, J., Ovono Edzang, N., Sello, L., 2014, « Les services écosystémiques au Gabon. Le rendez-vous manqué du renouveau des politiques conservation », Political ecology des services écosystémiques, p. 14.

BCPSGE, 2015, « Plan Opérationnel Gabon Vert ; Donner à l’Emergence une trajectoire durable Horizon 2025 »

Bernault, F., Tonda, J., 2009, « Le Gabon : une dystopie tropicale », Politique africaine, vol. 115, n° 3, p. 7-26.

Bouet, C., 1980, « Pour une géographie de l’habitat rural du Gabon », Cahiers d’outre-mer, vol. 33, n° 130, p. 123-144.

Brockington, D., 2009, Celebrity and the environment: fame, wealth and power in conservation, London ; New York : New York, Zed ; Distributed in the USA by Palgrave Macmillan.

Brugière, D., 1998, « Aires protégées et biodiversité biologique au Gabon », Bois et forêts des tropiques, vol. 255, p. 45-57.

Brunet, R., Ferras, R., Théry, H., 1992, Les Mots de la géographie, Paris.

Chartier, D., Rodary, E. (Éd.), 2015, Manifeste pour une géographie environnementale : géographie, écologie, politique, Paris, Sciences Po Les Presses.

Delbecq, D., 2017, « Au Gabon, les éléphants de forêt n’échappent pas au massacre », Le Monde, En ligne : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/02/21/au-gabon-les-elephants-de-foret-n-echappent-pas-au-massacre_5082992_3212.html - zqUFOpOetlXSrM6C.99.

Depraz, S., 2017, « Penser les marges en France : l’exemple des territoires de “l’hyper-ruralité” », Bulletin de l’association de géographes français, vol. 94, n° 3, p. 385-399.

Didzambou, R., 2009, « La dynamique Fang dans la “mise en valeur” du Gabon pendant la période coloniale (1850-1960) », Outre-mers, vol. 96, n° 364, p. 259-275.

Doumenge, C., Garcia Yuste, J.-E., Gartlan, S., Langrand, O., Ndinga, A., 2001, « Conservation de la biodiversité forestière en afrique centrale atlantique : le réseau d’aires protégées est-il adéquat ? », Bois et forêts des tropiques, En ligne : http://agritrop.cirad.fr/478846/1/document_478846.pdf.

Gersberg, M., Quétier, F., Biotope, CIRAD, UICN, WWF, et al., 2014, La compensation écologique dans le bassin du CongoEtude prospective sur l’applicabilité des mécanismes de compensation écologique (biodiversity offsets) dans le bassin du Congo.

Gourou, P., 1967, « Une géographie, du sous-peuplement », L’Homme, p. 85-93.

Guyot, S., 2017, La nature, l’autre frontière : fronts écologiques au Sud (Afrique du Sud, Argentine, Chili), Bruxelles, P.I.E. Peter Lang.

Guyot, S., Richard, F., 2009, « Les fronts écologiques - Une clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux ? », L’Espace Politique, En ligne : http://journals.openedition.org/espacepolitique/1422.

Héritier, S., Lazlaz, L., Cole, R., 2008, Les Parcs nationaux dans le monde : protection, gestion et développement durable, Paris, Ellipses-Éditions MarketinG.

Kialo, P., Essabe, G. C., Ango, S., 2011, Parcs nationaux et diplomatie environnementale au Gabon, Paris, L’Harmattan.

Laslaz, L., Gauchon, C., Duval, M., Héritier, S. (Éd.), 2014, Les espaces protégés : entre conflits et acceptation, Paris, Belin.

Leroy, S., 1995, « Structures et dynamiques de l’espace gabonais », Mappemonde, vol. 2, p. PP. 42-45.

Lotito, G., 1970, « Le développement économique du Gabon », Cahiers d’outre-mer, vol. 23, n° 92, p. 425-439.

Loungou, S., 1999, « La frontière nord du Gabon : une brève étude de géographie politique », vol. 3, Mélanges, p. 439-449.

MacKinnon, J. R., MacKinnon, K., 1986, Review of the protected areas system in the Afrotropical realm, Gland, Switzerland, IUCN : Available from IUCN Publication Services.

Mbadinga, M., 2006, État, entreprises et développement au Gabon : contribution à une étude géographique, Géographie, Montpellier III -Paul Valéry, UMR 6012 Espace.

Messe Mbega, C.-Y., 2015, « Les régions transfrontalières : un exemple d’intégration sociospatiale de la population en Afrique centrale ? », Éthique publique, En ligne : http://journals.openedition.org/ethiquepublique/1724.

Mouloungui, A. G., 2014, Gouvernance des ressources forestières au Gabon : acteurs et enjeux, Géographie - Aménagement - Environnement, Orléans, Université d’Orléans.

Moumaneix, C., Nkombe, R., 2017, « Le “Gabon vert”, pilier de l’émergence ? Exemple du parc national de la Lopé : ressources, conflits et arrangements », Bulletin de l’Association de géographes français, vol. 94, n° 2, p. 330-352.

Nanfah Donfack, A. S., 2013, Analyse des instruments internationaux de lutte contre le trafic et le braconnage des especes menacees en Afrique centrale : le cas de l’éléphant et du gorille, Master 2 de droit international et compmaré de l’environnement, Limoges.

Ndjambou, L. E., 2008, « Les réseaux de transport terrestres au Gabon. Bilan et perspectives », Les Cahiers d’Outre Mer, vol. 241-242, n° 1-2, p. 209-231.

Ndjambou, P., 2013, Diversification économique territoriale : Enjeux, déterminants, stratégies, modalités, conditions et perpsectives, Doctorat en développement régional, Quebec, Université du Québec à Chicoutimi.

Neyroumande, E., 2007, « Le rôle de la société civile et des ONG pour les forêts », Revue Forestière Française, n° 5, p. 5.

Ngakama Mabaka, F. M., 2011, Suivi de l’application de la loi à l’aide la méthode MIST au Parc national des plateaux Bateke et dans sa périphérie (Gabon), Ingénieurie des techniques des eaux et forêts, Gabon, Ecole nationale des eaux et forêts.

Nicoll, M. E., Langrand, O., 1986, Conservation et utilisation rationnelle des écosystèmes forestiers du Gabon, UICN, WWF.

Obame Ondo, P., 2011, Etat des lieux actualisés du Parc National de Minkebe (PNM), de sa zone périphérique et des interactions avec les autres aires de conservation du paysage TRIDOM, UICN, ITTO, MEF.

OCDE, 2003, « La population : répartition, structure, dynamiques », Revue de l’OCDE sur le développement, vol. 4, n° 4, p. 79-90.

Ondo Ze, S., 2016, La contrebande d’ivoire au Nord-Est du Gabon (parc national de Minkébé) : cas pratique d’une zone grise liée à la criminalité environnementale, Géographie, Reims, URCA UFR LSH – URCA – UFR Lettres et Sciences humaines.

Paulin, P., 2010, Les Baka du Gabon dans une dynamique de transformations culturelles- Perspectives linguistiques et anthropologiques, Sciences du langage, Lyon Lumière 2.

Poulsen, J. R., Koerner, S. E., Moore, S., Medjibe, V. P., Blake, S., Clark, C. J., et al., 2017, « Poaching empties critical Central African wilderness of forest elephants », Current Biology, vol. 27, n° 4, p. R134-R135.

Pourtier, R., 1979, « Ville et espace en Afrique noire : l’exemple du Gabon », Espace géographique, vol. 8, n° 2, p. 119-130.

Pourtier, R., 1989, « Les États et le contrôle territorial en Afrique centrale : principes et pratiques », Annales de Géographie, vol. t.98, n° 547, p. 286-301.

Prost, B., 2004, « Marge et dynamique territoriale », Géocarrefour, vol. 79, n° 2, p. 175-182.

Pumain, D., Saint-Julien, T., 2010, L’analyse spatiale, Paris, A. Colin.

République gabonaise, 2012, Plan stratégique Gabon émergeant : vision 2025 et orientations stratégiques 2011-2016 - Déclinaison en Programmes et Actions du Projet de Société de son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République : « l’Avenir en confiance »

Ripoll, F., Veschambre, V., 2005, « Introduction, l’appropriation de l’espace comme problématique », Norois, vol. 195, n° 2005/2, p. 7-15.

Ripoll, F., Veschambre, V., 2014, « Appropriation (de l’espace) », Hypergéo, p. 3.

Robineau, C., 1967, « Contribution à l’histoire du Congo : la domination européenne et l’exemple de Souanké (1900-1960) », Cahiers d’études africaines, vol. 7, n° 26, p. 300-344.

Roitman, J., Roso, G., 2001, « Guinée-Équatoriale : être “off-shore” pour rester “national” » (B. Hibou, Trad.), Politique africaine, vol. 81, n° 1, p. 121-142.

Rosière, S., 2007, Géographie politique & géopolitique : une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses.

Sautter, G., 1966, De L’atlantique Au Fleuve Congo : Une Géographie Du Sous-peuplement. République Du Congo. République Gabonaise, Paris-La Haye, Walter De Gruyter Mouton.

Sinou, D., 2018, « Le droit répressif de l’environnement et l’alternative diplomatique ou hard law vs. soft law : le cas de l’Union européenne », Revue juridique de l’environnement, vol. 43, n° 1, p. 71-91.

Sohnle, J., 2016, « Démocratie et diplomatie environnementales – Acteurs et processus en droit international, Éric Canal-Forgues, éd Pedone, 2015 », Civitas Europa, vol. 36, n° 1, p. 241-246.

Steel, E., 1992, Une proposition au gouvernement gabonais sur l’aménagement et la conservation d’une zone protégée dans le Nord-est du Gabon, Libreville, W.W.F.-Gabon.

Touatena Simanda, M. J., 2015, Les États de la CEMAC face aux défis de la sécurité humaine, Master en Droit public international et communautaire, Cameroun, Université de Yaoundé.

Vande Weghe, J. P., 2013, Minkébé, Libreville.

Wilks, C., 1990, La conservation des ecosystèmes forestiers du Gabon, Gland, Suisse, UICN, l’Alliance mondiale pour la nature : Commission des Communautés européennes.

Haut de page

Notes

1 Ces 13 parcs émanent du décret n°615/PR/MEFEPEPN du 30 août 2002. Ce sont les premières aires protégées gabonaises correspondant à la catégorie II de l’UICN. Le 1er juin 2017, 9 autres parcs nationaux marins ont été créés par le décret n°00161/PR.

2 Une quarantaine d’écogardes et d’agents administratifs de l’Agence nationale des parcs nationaux du Gabon sont en charge du parc pour un rapport de 1 personne/250 km² ; soit une personne veillant sur une superficie plus importante que celles des Îles Cook (236 km²) (Ondo Ze, 2016).

3 De nombreuses références au potentiel écologique de Minkébé et des forêts du Nord-est sont faites dans la littérature scientifique évaluant la diversité biologique des forêts gabonaises. Pour le compte de l’UICN, John et Kathy MacKinnon (1986)soulignèrent eux la nécessité de protéger les forêts primaires de Minkébé. Chris Wilks ( 1990) décrit cet ensemble comme « une des zones [faunistiques] les plus riches et importantes au monde ». Elisabeth Steel (1992) dans la proposition d’aménagement d’une zone protégée à Minkébé qu’elle soumet pour le compte du W.W.F.-Gabon à l’attention du gouvernement gabonais, considère encore cette partie du territoire comme un « habitat intact » à même d’ « assurer un environnement riche pour la faune ». David Bruguière (1998) regrette dans son travail portant sur « Aires protégées et biodiversité biologique au Gabon » que 12 ans après le rapport de J. et K. MacKinnon de 1986, les forêts du nord soient« quasiment dépourvues de protection [pourtant] la partie nord de cette zone orientale (région de Minkébé) représente une richesse spécifique remarquable en raison de l’existence d’une mosaïque de milieux forestiers variés ». Il écrit enfin que sa protection « reste considéré[e] comme une priorité internationale » (idem).

4 Principale essence forestière exploitée au Gabon.

5 Cette priorité est rendue publique en 1988, lors d'une conférence bilatérale tenue par l'UICN et la Communauté économique européenne (CEE). Dès 1985, le gouvernement gabonais est à l’initiative d’une étude sur le statut des zones protégées du pays et l'amélioration de l'aménagement et de la couverture de ce système à l’échelle du territoire (Projet 3247) effectué par l'Alliance mondiale pour la nature (UICN) et le WWF (Nicoll et Langrand, 1986). Ce rapport recommanda d' « inclure les forêts situées au nord-est du Gabon (Minkébé) dans le système de zones protégées du pays » (Steel, 1992).

6 Entretien réalisé au siège de l’Agence nationale des parcs nationaux (Libreville) en aout 2019.

7 Entretien réalisé avec le Directeur technique Ella Ekogha au siège de l’Agence nationale des parcs nationaux (Libreville) en aout 2019. Un extrait de l’article de presse en ligne ibtimes.co.uk du 07/02/13 écrit par Hannah Osborne et intitulé « Gabon: Ivory Poachers Slaughter 11,000 Elephants in Minkebe National Park » permet aussi de mesurer la portée de cet évènement dans le processus d’appropriation par l’État du Nord-est du Gabon par le prisme écologique : « Ali Bongo Ondimba, Gabon's president, said the government would increase prison sentences on poachers. New sentencing guidelines suggest three years for poaching and 15 years for poaching and trafficking ivory. Ondimba called the survey results a national emergency and said a strong, coordinated and decisive response was required».

8 Mike Fay, a WCS explorer who helped convince the late Gabonese president Omar Bongo Ondimba create a network of 13 national parks in 2002, said: "Conservation efforts in the Minkebe region have failed to react to the growing pressure of ivory poaching with tragic results. "We need to rethink how we do business and to act decisively if we are to save the elephant." 

9 Décret n°615/PR/MEFEPEPN du 30 aout 2002 portant classement du parc national de Minkébé

10 Organe antérieur à l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) chargé de concevoir le cadre général de la gestion des parcs nationaux de 2002 à 2007,

11 Ordonnance n°6/2002 du 22 aout 2002 portant modification de certaines dispositions de la loi n°16/2001 du 31 décembre 2001 portant code forestier en République gabonaise

12 Idem.

13 Décret n° 00J11/PRIMEFPEPGE du 04 avril 2017 portant création et organisation de l 'Agence nationale de la préservation de la nature

14 Propos du Secrétaire exécutif de l’ANPN Lee White tiré de l’article « ANPN : Le demi-bilan de Lee White »de Gabonreview du lundi 27 mars 2017 (http://gabonreview.com/blog/anpn-demi-bilan-de-lee-white/)

15 Extrait du projet de société « L’avenir en confiance » du Président gabonais Ali Bongo Ondimba : « Appartenant au bassin du Congo, deuxième « poumon » de la planète, le Gabon a consacré 11% de son territoire aux parcs nationaux en vue de participer à l’effort mondial de préservation de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique. Cet effort sera maintenu tout en tenant compte des impératifs de développement et d’industrialisation de notre pays. L’économie verte s’annonce, en effet, comme un des vecteurs de l’économie mondiale du XXIème siècle et notre pays dispose des atouts pour y devenir un grand acteur. Pour cela, nous devons préserver notre forêt et nous assurer que sa contribution à la lutte mondiale contre le changement climatique est rémunérée à sa juste valeur. Nous devons transformer entièrement notre bois localement à travers un artisanat et une industrie dynamiques. Nous devons bâtir une agriculture, une pêche et une aquaculture modernes, garantissant notre sécurité alimentaire. Nous devons exploiter pleinement nos fortes potentialités dans l’écotourisme que nous confèrent nos immenses espaces forestiers. Au demeurant, la préservation de ce précieux écosystème se fera dans un souci profond de respect de l’environnement, qui doit transparaître aussi bien dans l’intégration de la dimension environnementale dans chacun de nos projets, que dans les actes au quotidien de chaque Gabonais » (BCPSGE, 2015)

16 L’ancien Secrétaire exécutif de l’Anpn, Lee White, confiait dans une article de presse Journal du Cameroun du 05/12/2013 « Au parc national de Minkébé́, c’est 50 éléphants par jour qui sont abattus par les braconniers». Soit 18 250 éléphants tués par an. Dans l’article dont il est le co-auteur dans la revue Current Biology et intitulé « Poaching empties critical Central African wilderness of forest elephants », la population d’éléphants du Gabon est estimé entre 6 542 et 7 370 individus en 2014 (Poulsen et al., 2017)

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Localisation du parc de Minkébé et des principales aires protégées de la région
Crédits Source : OpenStreetMap – Protected planet – WDPA. 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6517/img-1.png
Fichier image/png, 2,4M
Légende Figure 2 : Carte des caractéristiques physique et hydrographique du bloc forestier de Minkébé
Crédits Source : Obame Ondo, 2011
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6517/img-2.png
Fichier image/png, 968k
Légende Figure 3 : Concessions minières et permis forestiers dans la région de Minkébé
Crédits Source : Agence Nationale de Parcs Nationaux, 2012.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6517/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Légende Figure 5 : Les parcs nationaux gabonais parmi les principals aires protégées du pays
Crédits Source : OpenStreetMap – Protected Planet – WDPA. 2016.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6517/img-4.png
Fichier image/png, 3,5M
Légende Figure 6 : Dispositif de l’appropriation de Minkébé par l’Etat gabonais
Crédits Source : OpenStreetMap – Protected planet – WDPA – ANPN. 2016
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6517/img-5.png
Fichier image/png, 2,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Ondo Ze et Saturnin Ndong Ndong, « Appropriation de marges frontalières d’Afrique centrale : cas du Parc national de Minkébé au Gabon », L’Espace Politique [En ligne], 38 | 2019-2, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6517 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6517

Haut de page

Auteurs

Stéphane Ondo Ze

Doctorant, Laboratoire de géographique politique HABITER EA2076 - Université de Reims Champagne Ardenne ondozestephane13@gmail.com

Saturnin Ndong Ndong

Doctorant, Unité Mixte de Recherche 5319 PASSAGES - Université de Pau et des Pays de l’Adour satndong@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals