Navigation – Plan du site
Varia

Chami, ville nouvelle et ville de l’or.
Une trajectoire urbaine insolite en Mauritanie

Chami, new town and city of gold. An unusual urban trajectory in Mauritania
Laurent Gagnol, Géraud Magrin et Raphaëlle Chevrillon-Guibert

Résumés

À partir du cas mauritanien, cet article traite des relations entre le développement spectaculaire du secteur minier, sous la forme d’une ruée vers l’or, et la dynamique de peuplement que tente d’encadrer une nouvelle politique nationale d’aménagement du territoire. À la suite de deux enquêtes exploratoires de terrain ayant permis d’interroger les différents types d’acteurs, cette analyse s’intéresse aux enjeux multiples liés à la coïncidence de deux expériences inédites pour la Mauritanie : d’une part, la création, en 2012, d’une ville nouvelle au Nord-Ouest désertique du pays, Chami, à la faveur de la reprise des politiques d’aménagement du territoire grâce à l’augmentation des rentes de l’État et, d’autre part, le développement spectaculaire de l’exploitation artisanale de l’or au Sahara et au Sahel qui s’est propagée en Mauritanie et qui a conduit à l’apparition, en 2016, d’une ruée vers l’or dans l’arrière-pays de Chami. Cette analyse montre que ces deux phénomènes se sont renforcés mutuellement, ce qui explique que les étapes du développement de Chami sont originales au regard des trajectoires urbaines minières. La ville créée par l’État est d’abord une ville presque fantôme, où les réseaux et les services précèdent les habitants avant que l’encadrement progressif de l’orpaillage et la centralisation de la transformation du minerai à Chami donnent consistance et énergie à cet organisme urbain devenu ville-champignon. Nous verrons que la ville reste néanmoins soumise à une forte incertitude qui tient à l’avenir de l’exploitation aurifère et aux choix qui seront faits par le gouvernement en matière de régulation de l’activité, notamment dans la répartition de la rente aurifère en fonction des acteurs (industriels ou artisanaux, étrangers ou nationaux) et dans la réduction de l’impact environnemental de cette ville minière située aux portes de la principale aire protégée du pays, le Parc national du banc d’Arguin.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 D’autres « regroupements » de hameaux et de villages ainsi que d’autres extensions urbaines ont été (...)

1Lors d’une visite à Rosso le 21 juin 2011, Mohamed Ould Abdel Aziz, ancien général et président de la Mauritanie entre 2009 et 2019, a annoncé la création de trois villes nouvelles (Chami, Termessa et Bouratt), lesquelles suivent de peu celle de N’Beiket Lahwach, fondée en 2010 près de la frontière malienne. Il s’agit des projets phares d’une politique nationale dite de « regroupement » de la population rurale qui vise à mettre fin ou du moins à réduire la « sédentarisation anarchique », selon l’expression utilisée dans les discours et documents officiels et dans la presse. Ces fondations urbaines ex nihilo et planifiées traduisent aussi la volonté gouvernementale de constituer un maillage plus fin de l’encadrement territorial et sécuritaire de l’État puisqu’elles s’accompagnent de la création de départements (moughataa) nouveaux dont elles ont vocation à être les chefs-lieux. Si la création de villes nouvelles au Maghreb (Ballout, 2014 ; Signoles, 2017) et au Sahara (Côte, 2002) est un phénomène relativement répandu et qui s’amplifie, il est plus rare et ancien en Mauritanie et, en cela, ces projets urbains récents paraissent novateurs1.

  • 2 En 2013, l’Inchiri est la région la moins peuplée de Mauritanie avec moins de 20 000 habitants pour (...)
  • 3 Création, au nord de Nouakchott, d’une université (ouverte en 2013/2014), d’un aéroport (ouvert en (...)

2Le projet urbain le plus ambitieux et emblématique a porté sur la fondation d’une ville près du puits pastoral de Chami, dans une partie désertique du nord-ouest du pays restée jusqu’alors isolée et très faiblement peuplée. Située aux confins des régions (wilaya) de l’Inchiri et du Dakhlet Nouadhibou2, elle était habitée par des populations pastorales et semi-nomades maures, ainsi que par des pêcheurs Imraguen vivant saisonnièrement dans des petits villages situés sur le littoral atlantique au sein du Parc National du Banc d’Arguin (PNBA) inscrit par l’UNESCO au patrimoine mondial de l’humanité (Boulay et Lecoquierre, 2011). Devant parachever une stratégie d’encadrement de la sédentarisation à l’échelle nationale, mais aussi d’aménagement intense de la façade atlantique3, ce projet de ville nouvelle saharienne a, par ailleurs, été précédé et impulsé par l’ouverture, en 2005, d’une route (Lepidi et Freund, 2005 ; Seneh et Steck, 2011 ; Steck, 2012) reliant la « capitale » économique du nord du pays, la ville portuaire de Nouadhibou, à la capitale Nouakchott et plus globalement le Maroc au Sénégal, constituant le premier axe routier transsaharien entièrement asphalté. Ainsi, Chami a-t-elle été construite stratégiquement à équidistance des deux villes distantes de 450 kilomètres.

3Chami est sorti progressivement de terre – ou plutôt du sable – à partir du 15 mars 2012, lors de la cérémonie de la pose de la première pierre effectuée par le président mauritanien. Un an plus tard, Chami est érigé en commune et en chef-lieu de département. Lors du dernier recensement qui a eu lieu au même moment en 2013, composé de 3 communes, le département de Chami possédait 2 657 habitants, dont 51 pour le chef-lieu (46 hommes et 5 femmes), ce qui en faisait la commune la plus jeune et la moins peuplée de Mauritanie.

4Quatre ans après la fondation de Chami, lors d’un discours à Néma le 3 mai 2016, le président Abdel Aziz a évoqué officiellement la ruée vers l’or qui venait de naître quelques semaines auparavant, accréditant notamment les rumeurs de découverte de pépites aux alentours de la ville nouvelle. Opportunément, il a déclaré, alors, que l’exploitation de cette manne aurifère était ouverte à tous les Mauritaniens, chacun pouvant tenter sa chance et profiter du pactole. À partir d’avril 2016, des dizaines de milliers d’orpailleurs ont anticipé ou répondu à l’appel, parcourant le désert pour faire fortune, notamment dans le couloir interdunaire du Tijirit et dans le Tasiast plus au nord, autour d’une mine d’or éponyme exploitée industriellement, depuis 2010, par une firme transnationale canadienne. Ces deux zones de prospection étant situées dans l’arrière-pays de la ville nouvelle, celle-ci devint d’abord le lieu de ravitaillement des orpailleurs puis, progressivement, du fait de choix gouvernementaux dirigistes en la matière, le seul centre de traitement du minerai aurifère autorisé. Chami est désormais connu de tous les Mauritaniens en tant que « capitale » de l’or.

  • 4 Cette analyse repose en particulier sur deux enquêtes de terrain exploratoires d’une semaine à Cham (...)

5Cette trajectoire urbaine singulière, liée au télescopage inédit de ces deux événements – la création d’une ville nouvelle et la ruée vers l’or – est précisément l’objet de cette étude4. Nous montrerons les enjeux et les effets de ces deux événements qui se sont renforcés mutuellement et qui constituent un cas à la fois singulier de l’urbanisation planifiée et exemplaire de l’urbanisation minière. Après avoir décrit la politique de sédentarisation et de régularisation urbaine en Mauritanie ainsi que la réponse apportée par la création ex-nihilo d’une ville nouvelle, la deuxième partie montre comment Chami est devenue une ville minière, « capitale » de l’or.

Chami : une trajectoire urbaine inédite en Mauritanie

  • 5 Depuis Toupet (1977) et Pitte (1977), Ould Sidi Mohamed (1985) et D’Hont (1985), en passant par Dia (...)
  • 6 Voir néanmoins D’Hont (1986), J. Bisson (1989), Gravier (1996), Retaillé (1995 et 2006), LEDRA-LERG (...)
  • 7 Selon les statistiques officielles, évalués à deux tiers peu de temps après l’indépendance en 1965, (...)
  • 8 Ne seront pas évoquées ici les mobilités des populations sédentaires du sud du pays, les migrations (...)

6Le peuplement de la Mauritanie a connu des évolutions très rapides. Il y a encore une soixantaine d’années, il s’agissait d’un espace peuplé essentiellement de nomades dépourvu de la moindre ville dépassant la dizaine de milliers d’habitants. Si, après l’indépendance, la croissance urbaine fulgurante de la capitale Nouakchott a été largement étudiée5, en comparaison, moins d’analyses se sont penchées sur la sédentarisation dans les villages et les petites villes6. Dans ce pays pourtant, ce phénomène a été d’une ampleur et d’une vitesse considérables : en une ou deux générations (de la fin des années 1960 à la première décennie des années 2000), de nomades, les Mauritaniens sont devenus majoritairement urbains7. Toujours dépassées par ces dynamiques intenses de recomposition du peuplement, les autorités mauritaniennes ont élaboré des politiques visant à encadrer cette migration massive vers les villes, liée notamment, mais pas uniquement8, à la sédentarisation des nomades.

Villages, villes et routes : le cycle « cadrage-débordement » de la sédentarisation

7La récurrence et l’ampleur des sécheresses qui ont frappé la Mauritanie de la fin des années 1960 au milieu des années 1980, a précipité un processus de sédentarisation des populations nomades conduisant à la création de nombreux quartiers informels en périphérie des villes et à l’apparition de nombreux villages en zone rurale et pastorale (LEDRA-LERG, 1999). D’autres phénomènes ont pu également favoriser la sédentarisation, comme la création de routes goudronnées. Le cas de la « route de l’espoir », de Nouakchott à Néma, traversant d’ouest en est la Mauritanie, a été bien documenté (Staszak, 1989, Lechartier, 2005). Comme le montrent les exemples d’installation au bord du « goudron », en dehors des périodes de sécheresses et de famines, la sédentarisation n’est pas réductible à une simple question de survie. Elle obéit aussi et surtout à des logiques complexes de diversification des ressources et des modes de résidence, de redéploiement des mobilités et d’appropriation des lieux, dans des stratégies à la fois individuelles et tribales, économiques et politiques/électoralistes (Retaillé 1995 ; Charbonneau et Gagnol, 2013).

8La forte augmentation du nombre de localités recensées officiellement par l’administration témoigne de cette sédentarisation spontanée. Il a été multiplié par plus de 4 en moins de 40 ans : en 1976, le pays comptait 1900 villages, 3 800 en 1988, 5 561 en 2000 et 8 138 en 2013. Le Dakhlet Nouadhibou et l’Inchiri, nos régions d’étude, connaissent aujourd’hui encore une dynamique de sédentarisation importante, la plus forte du pays. De 2000 à 2013, le nombre de localités a triplé dans l’Inchiri (passant de 22 à 67), doublé à Nouadhibou (38 à 96), tandis qu’il n’a augmenté « que » de 56 % à l’échelle nationale.

9Dans la mesure où ils ne la maîtrisent pas, les pouvoirs publics ont tendance à qualifier cette sédentarisation spontanée d’anarchique. Une déclaration publique d’un ancien président déchu, Ould Taya, énoncée le 16 janvier 2002 à Ould Yengé, résume bien le problème tel qu’il est appréhendé parmi les élites dirigeantes du pays :

« J’ai eu à remarquer qu’il y a des minuscules bourgades de moins de 10 ménages résultant de l’éclatement de villages. C’est là un comportement inacceptable et incompatible avec les impératifs de la vie moderne : on ne peut pas se permettre le luxe de créer une école, un dispensaire et une adduction d’eau potable pour chaque groupe de 10 ménages. La rentabilité des infrastructures desservies est proportionnelle au nombre des usagers. Il convient donc que ceux qui décident de se sédentariser, choisissent des zones déjà viables et pourvues en infrastructures et services de base » (citée dans Ould El Hacen, 2005).

10Incompatibilité du nomadisme à la « modernité », dispersion du peuplement, augmentation des coûts voire impossibilité de donner accès aux services de base à la population (eau, électricité, santé, éducation, transport et communication, etc.) et donc rationalisation nécessaire du peuplement autour des infrastructures, sont autant d’arguments avancés par les autorités pour justifier la nécessité de regrouper la population sur des lieux autorisés et lotis par l’État. Si les discours des dirigeants témoignent d’une attention ancienne portée aux enjeux de la sédentarisation en Mauritanie, jusqu’à récemment, il n’y a jamais eu de programme spécifique ni de politique suivie d’encadrement par l’État, malgré les déclarations officielles et les recommandations d’institutions internationales (Yero et al., 2009). Dans l’espace pastoral et rural notamment, il n’y a ainsi eu quasiment aucune mise en œuvre de cet objectif d’encadrement de la sédentarisation, sans doute par manque de moyens. Toutefois, dans les villes et en particulier à Nouakchott, l’État mauritanien a cherché à maîtriser et à réglementer la croissance urbaine exceptionnelle (Diagana, 1993). Cependant, toutes les tentatives de planification et de régularisation des quartiers informels ont été rapidement débordées ou déviées de leur objectif initial, en raison notamment du clientélisme mais aussi de l’espoir d’appropriation des terrains occupés par les populations pauvres, qui, une fois leur situation régularisée, revendent leurs parcelles, participant ainsi à la spéculation foncière (D’Hont, 1985, Choplin, 2009). Dans un « cycle infernal » (Frérot et Mahboubi, 1998) d’occupation/régularisation/spéculation, le développement des bidonvilles se déporte toujours vers l’extérieur de la ville puisque les populations pauvres déménagent là où le foncier est disponible, ce qui contribue à une extension urbaine continue et incontrôlée en périphérie.

11C’est précisément pour éviter ce cycle de « cadrage-débordement » de l’urbanisation qu’une politique plus volontaire et coordonnée a été élaborée par l’État mauritanien à partir de 2011. Cela a été rendu possible par l’augmentation des rentes, notamment extractives ou relevant de l’aide internationale, constatée depuis le milieu de la décennie 2000 (Magrin, 2013). Sont alors mis en place, en milieu urbain, des projets de régularisation et de recasement des quartiers informels (des « villes sans bidonvilles », Choplin et Dessie, 2017) et d’extension planifiée des plus grandes villes du pays érigées en pôle de compétitivité ; en milieu rural, l’action de l’État vise le regroupement de localités dites anarchiques dans des centres planifiés et la création de quatre villes nouvelles. Cette dynamique s’inscrit dans le contexte africain des décennies 2000-2010 de relance de la fabrique territoriale et urbaine étatique, en contexte néo-libéral (Magrin, 2013).

Une réponse inédite : accompagner la sédentarisation en créant une ville nouvelle

12À la suite de la réouverture, en 2002, de la frontière entre la Mauritanie et le Maroc, la décision a été prise par l’État mauritanien de bitumer la piste reliant Nouakchott et Nouadhibou. Elle a été motivée par des raisons stratégiques à l’échelle nationale et à celle de l’Union africaine (Antil et Choplin 2003, Steck, 2012), en tant qu’un des grands axes du Nepad (Nouveau partenariat pour le développement économique) et du PIDA (Programme de Développement des Infrastructures en Afrique). Les effets sur les mobilités et les échanges marchands se sont fait très vite sentir (Seneh, 2012) avec, par exemple depuis le nord, l’arrivée de camping-cars de touristes européens et de camions chargés de fruits et légumes marocains. Les activités de services induites telles que les chantiers de construction, le petit commerce, l’hébergement et la restauration, les garages, etc. ont été autant de possibilités d’obtenir un revenu qui ont attiré les populations locales ou plus lointaines, et ont encouragé leur installation dans des baraquements qui s’égrainent à intervalle plus ou moins régulier le long de la route. Ce peuplement soudain a été d’autant plus visible que la région traversée était enclavée et désertique, sans villages préexistants. Une partie des pasteurs semi-nomades maures s’est fixée dans des campements formant une suite de petits hameaux dispersés le long de la route, souvent situés près des infrastructures (forages, antennes téléphoniques) ou à des intersections. Répondant au principe selon lequel si la route ne va pas vers la population, c’est elle qui s’installe sur la route (Steck, 2012 : 5), puisque le tracé de la route fait un léger détour pour éviter d’empiéter sur le Parc National du Banc d’Arguin (PNBA), les pêcheurs Imraguen ont reproduit et projeté sur la route leurs villages côtiers (Seneh et Steck, 2011, Seneh, 2012). Comme ailleurs (Charbonneau et Gagnol, 2013), cette installation n’est pas synonyme de sédentarité et de fixation définitive puisqu’elle s’accompagne d’une multi-résidentialité et d’une scission du groupe domestique fondée sur des mobilités saisonnières entre villages côtiers, villages de bord de route et quartiers périphériques lotis ou surtout informels des villes (Nouakchott et Nouadhibou).

  • 9 Le souhait des nomades de créer un marché au bétail (Correra A., Lefeuvre J.-C. et Faye B., 2008) e (...)

13L’État mauritanien souhaitait éviter de reproduire ce qui s’était passé sur la « route de l’espoir » : une sédentarisation en ordre dispersé. Afin d’accompagner le processus, tout en évitant les « déguerpissements » et les régularisations aux coûts politiques et financiers trop importants, une politique inédite a donc été mise en œuvre avec la construction de la ville nouvelle de Chami. Les arguments avancés par le gouvernement dans les documents de planification stratégique et les discours diffusés par la presse pour la justifier, sont de plusieurs ordres. Le principal concerne celui de la sécurité, plus précisément d’un contrôle territorial avec un maillage administratif et militaire plus fin : ce nouveau centre doit permettre de surveiller une région désertique, très vaste, sans ville ni présence de l’État préexistantes. Chami constitue désormais la première ville-étape après le franchissement de la frontière marocaine de Guerguerat (Sahara occidental) en direction de la capitale. Le deuxième argument relève de la politique d’aménagement du territoire évoquée plus haut : il s’agit de stabiliser et de regrouper la population sur des parcelles viabilisées, en évitant la sédentarisation en ordre dispersé le long du nouvel axe routier. Un autre argument renvoie au besoin de favoriser l’accès des populations locales aux infrastructures et services de base (eau, santé, éducation, etc.) en leur permettant de bénéficier des retombées économiques de la route et de l’essor de ce nouveau pôle urbain. Des équipements ont été réalisés pour stimuler trois activités prioritaires (PDC de Chami, 2015) : les mines, la pêche et le tourisme, tandis que l’élevage pastoral a été ignoré9, implicitement appelé à s’effacer devant ces activités considérées comme plus urbaines, modernes et rentables.

  • 10 La Mauritanie abrite depuis 2013 le siège du secrétariat panafricain de la Grande Muraille Verte. I (...)

14Sur le plan de l’urbanisme, la ville nouvelle de Chami a été conçue à partir d’un plan de lotissement différenciant des zones à fonction résidentielle, commerciale et industrielle (figure 1). Anticipant les enjeux d’expansion incontrôlée de la ville, le plan a été conçu sur une surface extensible de 600 hectares qui comporte 5 680 lots à usage résidentiel et 805 à usage commercial, auquel il faut ajouter des équipements collectifs et des bâtiments administratifs. Se situant dans une plaine désertique balayée par les vents, l’ensemble du projet urbanistique est entouré d’une ceinture verte de 277 hectares (dont 125 ha reboisé avec 49 200 plants, essentiellement de Prosopis juliflora) pour lutter contre l’ensablement, inscrite dans le cadre du projet panafricain de la Grande Muraille Verte10.

Figure 1 : Chami (2018), ville nouvelle de l’État et de l’or

15La mise en place du projet a débuté avec la construction au cœur de la ville d’un quartier résidentiel qui se compose de 50 bâtiments, dont 22 logements haut standing. Plusieurs édifices publics ont aussi été créés dès 2013 : des locaux administratifs pour la brigade de gendarmerie, la police et les services techniques de l’agriculture, une caserne militaire et l’artillerie, une résidence pour le préfet (hakim) du département, un centre médical, une école primaire et une mosquée de 1 000 places inaugurée en mars 2015. En plus de la voirie et de l’imposant linéaire de 492 lampadaires solaires (photo 1), il a été réalisé un réseau d’adduction d’eau raccordé à un château d’eau d’une capacité de 200 m3. L’électricité est fournie initialement par une centrale hybride au diésel et à l’énergie éolienne (19 éoliennes) et par une centrale d’énergie solaire. En somme, construite en un temps record et avec des moyens financiers importants pour la sous-région, Chami réunit toutes les fonctions classiques d’encadrement étatique des petites villes africaines (Pourtier, 1993) : encadrement militaire et territorial d’abord, puis services de base (eau, santé, éducation, énergie).

Photo 1. Chami, ville lumière

16L’attribution des lots et la gestion foncière a été déléguée à ISKAN (Société de construction et de gestion immobilière de la Mauritanie), une structure publique créée en 2010 et héritière de la SOCOGIM (Choplin, op. cit. p. 241-242). Comme l’a décrit M. Taleb (2015), l’annonce publique à Nouakchott de la distribution des parcelles a créé une véritable « ruée ». Pour éviter les accaparements massifs de lots, ISKAN a limité l’attribution de titre à une parcelle par personne. Cependant, c’est surtout un public féminin qui s’est présenté, ce qui a été interprété comme témoignant du recours à des prête-noms couvrant la spéculation d’hommes d’affaires de la capitale. ISKAN a ensuite fermé le bureau d’enregistrement de Nouakchott pour le transférer à Chami. Selon la presse, la population locale (peu nombreuse et informée) n’en aurait pas vraiment profité vu le prix élevé des terrains (et encore plus des logements) et l’obligation de payer en liquide. Si l’opération peut être considérée comme un succès puisque la plupart des lots ont trouvé acquéreur, l’opacité et le clientélisme dénoncés dans la presse dessert le peuplement effectif de Chami et nuit à l’objectif affiché d’accompagner l’accès des nomades à la ville.

Chami, ville-fantôme : une décision du Prince vouée à l’échec ?

  • 11 Ces régions désertiques peuplées et représentées par des Bidân sont ainsi proportionnellement sur-r (...)

17Vitrine de la politique de modernisation, de développement urbain et d’encadrement du peuplement de l’État mauritanien, la ville nouvelle de Chami a été entièrement financée par le Trésor public. Le Président étant lui-même originaire de l’Inchiri, la charge symbolique et politique de la fondation de la ville est flagrante. Érigée en chef-lieu de département, un siège de député a été institué dans une circonscription très peu peuplée et acquise à la majorité présidentielle11. Sans évoquer les panneaux louant la geste présidentielle dans la ville même (photo 2), force est de constater que l’investissement de l’État depuis 2012 est massif et constant. Sous le haut patronage du Président, d’un ou du Premier ministre, les cérémonies médiatisées de pose de la première pierre se sont enchaînées au fur et à mesure de la construction des principaux équipements. Par exemple, chaque année depuis le 17 juin 2012, c’est à Chami que le ministère en charge de l’Environnement célèbre la journée mondiale de la lutte contre la désertification en Mauritanie. Une visite officielle d’un partenaire international a eu lieu dès janvier 2014, avec celle du président malien.

  • 12 Au début de la création de la ville nouvelle, des rumeurs couraient sur le possible transfert du st (...)

18L’engagement du gouvernement pour la réussite de la ville se déploie aussi au niveau économique. Transférée et inaugurée en décembre 2016, l’usine de confection de tenues militaires fournit quelques dizaines d’emplois. Des coopératives féminines et d’artisanat ont également été organisées par l’Office national du tourisme. De grandes entreprises nationales ont développé des activités à Chami. C’est notamment le cas pour la construction routière, la promotion immobilière touristique (hôtel Gouffa, 24 chambres) et même la métallurgie, avec le projet de fonderie pour la fabrication de fer à béton d’une filiale de la SNIM (Bonte, 2001) en partenariat avec une entreprise fondée pour l’occasion par un cousin du président (Chami Steel). Les investissements de l’État et de la SNIM, ainsi que l’engagement personnel présidentiel, semblent garantir le succès de la ville (Taleb, 2015). Si l’attribution des lots a soulevé l’engouement des acteurs politiques et économiques et a donné lieu à une telle spéculation, c’est grâce à la réputation de Chami d’être la « ville du président »12.

Photo 2 : Chami, ville du président Aziz

19Néanmoins, dès les premières années, les difficultés se sont multipliées. La première, qui concerne l’approvisionnement en eau, est liée au choix même du site. Il a été décidé d’établir la ville nouvelle à quelques kilomètres au nord de la station-service « Gare du nord », qui était pourtant tout indiquée pour l’accueillir : la station (hôtel, restaurant, épicerie, garage), se trouve à proximité de la nappe de Benichab, seul aquifère potable de la région. Son forage donne accès à l’eau gratuitement aux populations locales : les pasteurs, pêcheurs et voyageurs en escale y font le plein d’eau (Taleb, 2015). La station est aussi une des portes d’entrée du PNBA. Sa direction et un centre d’interprétation environnemental s’y trouvent. Il existait donc plusieurs arguments pour construire la ville nouvelle autour de la « Gare du Nord ». Ceux-ci n’ont pas pesé face à des considérations politiques qui relèvent aussi de rivalités personnelles. Le propriétaire de la station-service n’est autre que Mohammed ould Bouamatou, entrepreneur millionnaire et cousin éloigné du Président (la « Gare du nord » est aussi appelée « Station Bouamatou »). Se trouvant aujourd’hui en exil, il est considéré comme un rival et même un opposant au Président (Lesourd et Antil, 2014). C’est finalement à une dizaine de kilomètres plus au nord, dans un couloir exposé au vent et aux tourbillons de sable interprétés comme la marque des djinn (mauvais génies), que l’emplacement de Chami a été choisi, quitte à acheminer l’eau depuis les forages creusés près de la station-service.

  • 13 Le cheptel de chamelle laitière est amené au pâturage à la journée par des bergers. La vente de lai (...)

20La seconde difficulté rencontrée concerne l’accès au foncier des populations locales pour leur permettre de profiter des avantages de la vie urbaine. Si les populations nomades et semi-nomades des environs ont pu être attirées par l’eau, ainsi que par l’accès à des commerces et à des services de base, un faible nombre s’est pourtant installé. La faiblesse de leur revenu ne leur a pas permis d’acquérir des lots malgré les nouvelles opportunités économiques que la ville créée, comme la valorisation de l’activité pastorale par la vente de lait frais ou la boucherie13. Certains se sont installés dans les interstices de la ville, notamment au bord de la route goudronnée. Cette présence, marquée par le dressage de tentes, relève d’un acte d’appropriation précaire, illégal mais toléré, de même que la présence d’animaux en ville (Taleb, 2015). De la même manière, les pêcheurs Imraguen sont pour l’instant très peu présents en ville. Déjà établis dans d’autres hameaux en bord de route, ils n’ont pas, jusqu’à présent, développés une nouvelle filière de commercialisation du produit de leur pêche à Chami, préférant expédier le poisson frais à Nouakchott.

21Au cours des premières années qui font suite à sa fondation, la ville nouvelle ne s’est donc peuplée que lentement. La population de la commune a été estimée autour de 3 000 habitants (PDC de Chami, 2015). Ce sont surtout des hommes seuls d’autres régions du pays qui s’y sont établis comme fonctionnaires, pour faire du commerce ou travailler dans les chantiers de construction, tout en gardant leurs foyers dans leur région d’origine ou à Nouakchott. Chami semble alors ne pas remplir l’espoir mis en elle et le niveau d’investissement alloué parait extravagant. À peine née, la ville laisse poindre les premiers signes de dévitalisation : le sable recouvre la voirie tandis que la ceinture verte dépérit faute d’entretien. Surtout, bien qu’ayant trouvé acquéreurs, les logements résidentiels restent en partie vides. De même, les parcelles résidentielles, bien qu’attribuées, n’ont fait l’objet que d’une construction en dur a minima sans réelle occupation : une petite chambre en brique ou une baraque en planches de bois suffit.

22Des logements modernes en partie inoccupés et, autour, une sorte de bidonville inhabité formé de petites constructions disséminées : au début de l’année 2016, la ville nouvelle de Chami apparaissait comme le résultat d’une bulle spéculative créée par et pour les élites urbaines, plutôt que comme l’aboutissement d’une politique de sédentarisation. Cette figure urbaine paradoxale de ville-champignon vacante est qualifiée dans la presse d’opposition d’« éléphant blanc de la présidence Aziz » (B.C., 2016) et elle est dépeinte sous les traits d’une ville-fantôme. C’est à ce moment qu’une ruée vers l’or a changé le destin urbain de Chami.

Une ruée vers l’or urbanisante ?

23Malgré le volontarisme étatique, Chami végétait après quatre ans d’existence, faute de parvenir à polariser une population régionale maigre et clairsemée, écartée de la propriété foncière et immobilière. À partir d’avril 2016, alors que l’orpaillage était jusqu’alors inconnu dans le pays, la Mauritanie a été le théâtre d’une des ruées vers l’or qui affectent à ce moment-là de nombreuses régions d’Afrique saharo-sahélienne (Chevrillon-Guibert et al. 2019). Chami a alors attiré une population cosmopolite et des activités de services et de ravitaillement indispensables aux activités d’orpaillage, lui conférant l’animation qui lui faisait défaut. L’État a saisi l’opportunité de cette dynamique en organisant l’activité d’orpaillage, parvenant ainsi à capter une nouvelle rente tout en se légitimant par la promotion d’un modèle économique donnant accès à la ressource à de nombreux ressortissants nationaux.

Chami dans la dynamique minière régionale

24La transformation de Chami s’insère dans une dynamique africaine : depuis le début des années 2000, le haut niveau des cours mondiaux des matières premières a multiplié les projets d’exploitation minière industrielle, ainsi que l’exploitation artisanale dans des régions où celle-ci était ancienne comme dans d’autres où elle était inconnue (Grégoire et Gagnol, 2017 ; Chevrillon-Guibert et Magrin, 2018 ; Chevrillon-Guibert et al., 2019). Cette intensification de l’exploitation minière a eu des effets urbanisants, selon des configurations variées mues tantôt par l’investissement industriel, tantôt par des ruées vers l’or, tantôt par l’enchâssement de ces processus – une mine moderne s’établissant sur l’emplacement de vieux sites d’orpaillage, attirant une population flottante à la recherche d’emploi salarié, mais aussi une foule d’orpailleurs, et des activités de service induites par ces populations (Grégoire et Magrin, 2018).

25Le paysage minier mauritanien était organisé autour de trois mines donnant lieu à des configurations urbaines variées. La SNIM, qui exploite le fer de Zouerate, joue un rôle central dans l’histoire économique du pays. Elle emploie 4 000 salariés entre Zouerate et Nouadhibou. L’empreinte minière est particulièrement visible à Zouerate (43 000 habitants en 2013), archétype de ville minière où la Société se trouve planificateur et pourvoyeur des services aux habitants, et même au port de Nouadhibou, siège de la Société. La société canadienne MCM (Mines de cuivre de Mauritanie) exploite à Akjoujt un gisement de cuivre et d’or depuis 2004 – elle emploie 1 400 personnes en 2018, pour une population urbaine de 10 000 habitants environ. À une cinquantaine de kilomètres de Chami, la grande mine d’or de Tasiast est exploitée depuis 2008 par une transnationale canadienne, Kinross, qui souhaite quadrupler sa production entre 2015 et 2020 afin d’accroitre la rentabilité de l’exploitation. Tasiast emploie 3 000 personnes et fournit 14 % des recettes d’exportation de l’État. À la différence des précédentes, la mine de Tasiast n’a pas eu d’effets urbanisants : elle appartient en effet à une génération de mines emblématiques de l’ère néo-libérale, qui s’inscrivent sur le territoire sous la forme d’enclaves archipélagiques. L’entreprise interdit l’implantation d’établissements humains à proximité de son périmètre d’exploitation, grillagé sur un carré de 15 km sur 20. Les employés sont logés dans des bases vie et transportés vers Nouakchott ou Nouadhibou après leur cycle de travail. Jusqu’à récemment, les cadres de la direction étaient basés aux Canaries et effectuaient leurs allers retours vers Tasiast sans passer par Nouakchott, en toute extra-territorialité (suivant le système du fly in/fly out).

  • 14 Après une acquisition très controversée de la mine de Tasiast et de celle de Chirano au Ghana, une (...)
  • 15 Sur l’attribution des postes clés de l’administration des mines et de l’énergie à des proches du pr (...)
  • 16 Kinross s’est engagé à faire passer de 12% à 3% en 3 ans le nombre d’expatriés et de déplacer sa di (...)

26Tout change en 2016. La ruée vers l’or débute au moment où la mine d’or de Tasiast est fortement contestée (on lui reproche corruption14, clientélisme et népotisme15, évasion fiscale, insuffisance de l’emploi local). C’est dans un contexte de bras de fer entre Kinross et le gouvernement mauritanien – qui souhaite obtenir l’accélération de la « mauritanisation » des postes – qu’il faut resituer le discours présidentiel officialisant la ruée vers l’or et présentant l’or comme une ressource offerte à tous les Mauritaniens. Vis-à-vis de l’opinion publique, ce positionnement du président lui permet d’afficher sa lutte au profit du peuple, contre la logique extraterritoriale de Kinross afin, selon l’opposition, de détourner les revendications et critiques de la société civile (Tilouine et Monnier, 2015). Ayant plié face aux injonctions du gouvernement mauritanien, l’entreprise transnationale s’est engagée en juillet 2016 à « mauritaniser » l’emploi16 et à resserrer ses liens avec les populations et les acteurs politiques et économiques locaux. Les forces de l’ordre mauritaniennes ont de leur côté évacué en octobre 2016 les orpailleurs situés à l’intérieur du permis d’exploitation minière (BGR/GIZ, 2018).

La ruée extractive vers Chami

  • 17 Du nom d’un quartier résidentiel aisé du centre de Nouakchott, synonyme d’opulence.
  • 18 Du nom du marché en partie informel de téléphonie mobile et de matériel électronique de Nouakchott (...)

27Une fois les premières rumeurs de découverte de l’or propagées, les orpailleurs se sont dirigés vers deux vastes zones d’extraction, autour de Tasiast (Dakhlet Nouadhibou) et dans le couloir interdunaire de Tijirit (Inchiri) : 13 sites ont pu être répertoriés par la Brigade des mines autour de Tasiast au nord-est de Chami (Tevragh Zeina17, N’Daouas, N’Talva, Kneivissat, Legouessi...) et une vingtaine autour du site dit de « Point Chaud18 » et Ichikrane dans le Tijirit, à l’est de Chami, jusqu’à Ahmeyim non loin de la frontière du Sahara occidental (figure 2). Ils sont distants d’une cinquantaine de km de Chami pour les plus proches à 200 km pour les plus éloignés.

Figure 2. Chami et son arrière-pays. Entre extractivisme et conservation

  • 19 Selon le préfet (nos entretiens), début 2018, Chami ville abritait 10 000 personnes dont 1 000 « au (...)

28La ville va rapidement constituer la base arrière de ces sites, fournissant les services nécessaires (commerce, restauration, transport et réparation) et surtout permettant les activités de transformation du minerai, grâce à la présence d’eau et d’électricité. Le ministère des Mines évoque, en 2016, le chiffre – sous-estimé – de 8 000 travailleurs artisanaux de l’or en Mauritanie, soit autant que les employés du secteur industriel. La presse fait état de 48 000 personnes en 2018, mais les données précises font défaut19. D’après les estimations réalisées dans d’autres pays africains, on compte un emploi induit (transport, commerce, services divers) pour un emploi direct dans l’orpaillage. Parmi les emplois créés par l’activité artisanale, on trouve les équipes de mineurs sur les sites d’extraction mais aussi les kollab – terme hassaniya signifiant « les tenailles de forgerons » et désignant par extension les ferrailleurs et les voleurs de ferrailles. Concernant l’or, il s’agit de journaliers attendant d’être embauchés au carrefour du marché central de Chami pour compléter les équipes installées au niveau des puits. Les kollab sont souvent issus des communautés noires du sud de Mauritanie, ou anciennement serviles, et envoyés par un « patron » maure bidân dans un secteur minier interdit, notamment dans les zones de permis accordés à des sociétés minières. Travaillant parfois uniquement la nuit, ils sont pourchassés par les forces de l’ordre.

  • 20 Les autorités mauritaniennes cherchent à interdire la présence d’étrangers sur les sites d’extracti (...)
  • 21 Depuis nos enquêtes, la situation a évolué puisque l’État a décidé début janvier 2019 d’attribuer à (...)

29La population de Chami a donc rapidement gonflé et pris une composition originale de villes minières, majoritairement masculine, jeune, peu qualifiée et cosmopolite. Aux Mauritaniens venus de tout le pays, sont venus s’ajouter de nombreux étrangers venus du Mali et du Soudan, ainsi que plus marginalement du Maroc, du Niger et du Tchad. Les Soudanais sont plusieurs centaines : ils travaillent tantôt pour des entreprises soudanaises, tantôt pour des patrons mauritaniens qui valorisent leur expérience de l’orpaillage (Chevrillon-Guibert, 2016, 2018), notamment dans la transformation20. Les Maliens sont employés comme manœuvres et dans la réparation des matériels. S’y ajoutent quelques dizaines d’Indiens et de Turcs, employés d’entreprises titulaires de permis de petite mine, et quelques Chinois (une dizaine) travaillant aux moulins sur le site de transformation. À l’autre bout de la filière, on trouve des boutiques d’achat d’or mais aussi des acheteurs intermédiaires assis dans des voitures et des caravanes garées au bord de la route : ils travaillent pour les grands commerçants et/ou exportateurs d’or de Nouakchott21.

  • 22 Le revenu quotidien d’un ouvrier du bâtiment à Nouakchott est d’environ 12 euros par jour. D’après (...)

30La dynamique urbaine a connu deux phases. Dans un premier temps, les nouveaux habitants sont venus se loger dans des maisons proches du marché, de la gare routière et des stations-services longeant la route au centre de la ville. Les activités de transformation – concasseurs, broyeurs, rampes de lavage, moulins à mercure – se sont insérées dans les interstices du tissu urbain de manière désordonnée (à Chami mais aussi dans les quartiers périphériques de Nouakchott et près des sites d’extraction). En raison des désagréments occasionnés (bruit, poussière, encombrement, contamination de l’air et du sol, stockage des résidus chargés de mercure en ville, etc.), mais aussi afin de mieux contrôler l’activité, le ministère des Mines a annoncé dès octobre 2016 son intention d’organiser et de regrouper le traitement du minerai dans un centre dédié unique, selon un modèle déjà développé au Soudan (Chevrillon-Guibert 2018). Ainsi, le 29 janvier 2018, toutes les machines (950 selon le préfet) ont été déplacées dans cet espace loti, viabilisé et équipé entouré d’un grillage. Sur un terrain du ministère des mines, le Grillage forme ainsi un rectangle loti de 42 ha qui jouxte la route principale à 2 km au sud du centre-ville (figure 1 et figure 3). Un marché s’est développé de l’autre côté de la route. Les travailleurs du Grillage, évalués entre 3 000 et 4 000 à la mi-2018 (PRCM, 2018) dorment souvent sur le site même, dans des cabanes attenantes aux aires de transformation. Ceux qui en ont les moyens louent des logements en ville. Ils coûtent chers car ils sont rares : pour 20 000 ouguiyas par mois22 (environ 480 euros), on peut espérer à proximité du marché une chambre spartiate en tôle de 8-10 m2.

La transformation de l’or et les activités induites dans le tissu urbain

  • 23 L’enregistrement a débuté à Chami en décembre 2018 : 600 cartes de catégorie A ont été attribuées a (...)

31Le cœur économique de la ville est désormais ce centre de traitement organisé par l’État, appelé par métonymie le Grillage. Au-delà des impératifs environnementaux, sanitaires et de contrôle, les besoins en eau, en électricité et services divers justifient de concentrer les activités de transformation. Sa mise en place a été concomitante à l’effort de l’État pour organiser l’orpaillage national, concrétisé par l’adoption du décret n° 2017-134 du 20 novembre 2017 qui prévoit la petite exploitation minière sur des périmètres appelés couloirs d’orpaillage – avec attribution de droits d’extraction individuels en leur sein –, parallèlement à la poursuite de l’attribution de licences d’exploration et d’exploitation industrielles. Au côté de la création de comptoirs officiels, le ministère des Mines envisage la distribution de cartes d’identification des acteurs, différenciées selon leur activité23. Le Bureau du ministère des Mines présent au Grillage assure la taxation annuelle, à hauteur de 480 euros par petite machine de concassage et 1900 pour les grandes (moulins), 240 euros par unité de traitement chimique et par appareil détecteur de métaux, 12 euros pour la carte d’orpailleur. En mai 2018, la presse s’est fait l’écho de protestations contre ces taxes, d’autant que les services promis ne sont fournis que de manière intermittente (nombreuses coupures d’eau et d’électricité).

32Le périmètre du Grillage est découpé en grands secteurs, eux-mêmes subdivisés en blocs rectangulaires (lots de 10 sur 15 m environ). En décembre 2018, le site compte environ 800 lots attribués sur 1 400 (figure 3) avec près d’un millier de machines installées, de différentes tailles et de différents types – les grandes machines les plus représentées étant des moulins à mercure permettant broyage et amalgamation. Des zones particulières ont été réservées pour le stockage des résidus, les bureaux de l’administration, certaines activités comme la soudure ou la réparation de matériel ou encore le commerce de pièces détachées. Ceux qui possèdent des machines sont souvent ou ont été également propriétaires de puits d’extraction en brousse. Ils transforment le minerai qu’on leur apporte, quelle qu’en soit l’origine. Les opérateurs sont attributaires d’un ou plusieurs lots selon leur taille. À titre d’exemple, telle petite société soudanaise (Kafoot) possède 14 moulins à mercure, 2 bâtiments bas en planches et toit de tôle dont un est occupé par un bureau et une chambre pour le patron, l’autre par le restaurant, une aire de repos et le frigo (figure 4), formant des conditions de vie très spartiates pour des acteurs allochtones qui préfèrent être présents sur le site pour des raisons de coût et de surveillance. Les principales interdictions à l’intérieur du Grillage concernent le commerce, en particulier de produits alimentaires, et les activités politiques.

Figure 3. Le site du Grillage

Figure 4. Les installations d’un opérateur du Grillage

33L’aménagement du centre de traitement a été confié par l’État à la société turco-mauritanienne Kenz Mining, filiale de Calinos Holding (connue pour exporter des telenovelas turques dans le monde entier). La convention prévoit également que la société gère les lieux (gardiennage et assainissement) et que sa rétribution s’opère via un permis de petite exploitation minière et surtout du monopole pour l’achat et le traitement des karta, terme arabe qui désigne les haldes (résidus de minerai après le traitement au mercure), à hauteur de 35 euros par chargement d’une remorque de camion. Avant la création du grillage et l’instauration de ce monopole, le prix du marché pour ces derniers était 20 fois supérieur. L’activité de retraitement de ces résidus s’avère très lucrative puisque les techniques de transformation du minerai accessibles aux opérateurs artisanaux, à base de mercure, ne permettraient de récupérer qu’environ 40 % de l’or contenu. Kenz Mining construit, à 14 km de là, une usine de retraitement du minerai par cyanuration. En attendant, cette société stocke les résidus achetés aux orpailleurs dans un vaste terrain situé derrière le Grillage. L’obtention du marché des résidus se révèle être un enjeu économique majeur pour les opérateurs capables de financer ce type d’usine, mais aussi un objet de tension entre les acteurs de l’orpaillage. Début septembre 2019, à la suite de protestations locales, le ministère des Mines a ordonné la suspension sine die du projet. L’économie politique d’un secteur où les opérateurs étrangers sont tenus d’être en partenariat avec des acteurs nationaux, et où ceux-ci sont plus ou moins bien positionnés dans les jeux de pouvoir, déterminera les arbitrages à venir.

Les contradictions d’une ville minière

34La gouvernance urbaine présente bien des ambiguïtés. La ville est née de la volonté présidentielle, dans un contexte mauritanien marqué par un approfondissement de la décentralisation – avec retard par rapport aux voisins sénégalais et maliens. Mais la fiscalité locale, indigente, reflète la faiblesse du pouvoir municipal. Les taxes prévues sur les boutiques et autres activités économiques sont loin d’être collectées à hauteur du potentiel. Le Grillage relève de la gestion de l’État et, du point de vue de la commune, il n’est à l’origine que d’externalités négatives.

  • 24 Dès janvier 2017, l’armée a annoncé l’arrestation de plus de 600 orpailleurs dans la zone militaire (...)
  • 25 Début 2019, 9900 orpailleurs du périmètre ouvert à l’orpaillage autour de Gleib N’Dour disposent d’ (...)
  • 26 Les orpailleurs avaient manifesté avec véhémence dans Chami contre la lenteur de l’intervention des (...)

35La durabilité de la ville, au bout de quelques années d’existence, peut être questionnée. À la suite d’une ruée vers l’or qui a touché le nord du pays (Tiris Zemmour) à partir du 10 décembre 2018, le départ de plusieurs milliers d’orpailleurs a plongé momentanément Chami dans la torpeur, préfigurant l’avenir de la ville en cas d’arrêt de l’orpaillage. Considérée depuis juillet 2017 comme zone militaire interdite24, l’État a néanmoins décidé d’ouvrir un périmètre d’orpaillage autour du Gleib N’Dour dans la région frontalière du Nord du pays (proche de l’Algérie et non loin du Mali), ainsi qu’un centre de traitement à Zouérate25, à 600 km de là. La ruée a mobilisé en premier chef de nombreux artisans opérant jusque-là autour de Chami, d’autant plus que les puits de la zone de Tevragh Zeina (proche de Tasiast) avaient été interdits d’accès par le gouvernement en mai 2018, à la demande de la société Kinross, après un accident mortel (éboulement) ayant déclenché un mouvement social de protestation26. Si le début de la jeune histoire de Chami dessine une trajectoire originale, elle n’est évidemment pas, à plus long terme, à l’abri du sort des villes minières devenues villes fantômes.

  • 27 Les zones d’extraction étaient des pâturages exploités par les nomades qui y vivent à l’année et po (...)
  • 28 L’ancien directeur est Mohamed Baba, professeur de chimie à l’université de Clermont-Ferrand.

36Enfin, d’autres menaces sont autrement plus pressantes. En plus de l’accaparement et de la dégradation des pâturages dont dépendent les pasteurs nomades27, le traitement du minerai aurifère repose sur l’utilisation massive du mercure puis du cyanure, quand l’usine de retraitement sera opérationnelle. Le mercure est utilisé sans précaution : stocké dans les haldes ou brûlé à l’air libre, il est libéré dans l’atmosphère et emporté par les vents. Volatile, il se dépose une fois refroidi à des distances non négligeables puis se diffuse dans l’environnement en se concentrant dans la chaine alimentaire. Or Chami est située à une dizaine de kilomètres à l’Est du Parc National du Banc d’Arguin (figure 2), et tout laisse à penser que le vent dominant, l’harmattan, qui est un vent de Nord-Est, transporte du mercure jusque vers les écosystèmes d’herbiers littoraux (PRCM, 2018) tandis que ceux-ci font partie des hot spots de la biodiversité mondiale. Étape majeure pour l’avifaune migratoire eurafricaine, ces espaces protégés sont d’une extraordinaire productivité biologique – ils abritent les nurseries de poissons et de crustacés ensuite pêchés sur tout le littoral ouest-africain, du Maroc à la Guinée (Campredon, 2000) – mais aussi d’une très grande vulnérabilité. Leur contamination au mercure est susceptible d’avoir des impacts environnementaux et sanitaires à grande échelle. Au milieu des années 2000, les sociétés civiles mauritanienne et internationale avaient alerté sur les menaces que l’exploitation industrielle offshore des hydrocarbures en cours de développement par des firmes transnationales faiblement régulées par l’État faisaient courir au PNBA (Magrin et al., 2011). Dix ans après, c’est l’essor d’une autre activité extractive, artisanale et encadrée par l’État, qui représente un risque majeur. En mai 2018, une mission organisée par des membres du conseil scientifique du PNBA s’est rendue à Chami et a recommandé l’interdiction de l’utilisation du mercure dans le centre de traitement aux vues des risques avérés de contamination par voie éolienne du PNBA voisin. Quelques semaines plus tard, le conseil scientifique a été dissout et sa direction28 changée.

Conclusion

37Sans pouvoir développer les causalités et les mécanismes complexes à l’œuvre dans l’urbanisation en milieu nomade (Retaillé, 2006) et dans la sédentarisation, cette analyse a mis en exergue un cas inédit dans un pays saharo-sahélien d’accompagnement de la sédentarisation par une planification urbaine ex-nihilo. Faisant démentir l’échec annoncé de cette ville nouvelle qui peinait à se peupler et à se développer – et qualifiée de ce fait par la presse d’opposition de « ville fantôme » – Chami s’est transformée en ville minière « champignon » sous l’effet de la ruée vers l’or. S’inscrivant dans une trajectoire urbaine originale, Chami a ainsi inversé, sur un pas de temps très court, l’urbanisation minière classique des villes de ruée (de la ville champignon à la ville fantôme).

38La décision gouvernementale de faire de Chami la « capitale » de l’or l’a donc rendue incontournable et a contribué à son développement. En tolérant puis organisant la ruée vers l’or à partir du traitement du minerai aurifère dans un centre dédié, l’État mauritanien a renforcé sa légitimité : il a donné accès à des revenus à de nombreux acteurs, notamment nationaux, donné vie et consistance économique à sa ville nouvelle et capté une nouvelle rente par le contrôle d’une activité souvent insaisissable pour les pouvoirs publics. Pour autant, la ville porte la fragilité de ses origines : la logique essentiellement rentière et clientéliste de l’État (Magrin, 2013) pourrait remettre en cause les équilibres sur lesquels reposent le partage actuel des ressources entre activités industrielle et artisanale, et entre acteurs de celles-ci. L’impact environnemental de l’activité constitue aussi une contradiction manifeste de la régulation étatique. Le fondement aurifère de l’économie urbaine demeure fragile et incertain, d’autant plus qu’elle va à l’encontre du pastoralisme, de la préservation de l’environnement, voire du tourisme, lesquels constituent, tout autant que l’or, les richesses de ce territoire.

Haut de page

Bibliographie

ACLOQUE B., 1999, « Nouadhibou c’est déjà ailleurs ! Sur l’élaboration et la représentation sociale de l’espace urbain en milieu nomade », Annuaire de l’Afrique du Nord, tome XXXVIII, CNRS Éd., pp. 307-319.

ANTIL A., CHOPLIN A., 2003, « Le chaînon manquant. Notes sur la route Nouakchott – Nouadhibou, dernier tronçon de la transsaharienne Tanger-Dakar », Afrique contemporaine, 2003/4 (n° 208), pp. 115-126.

BALLOUT J.-M., 2014, Territorialisation par « ville nouvelle » au Maghreb. Regard croisé sur les projets d’Ali Mandjeli (Constantine) et de Tamansourt (Marrakech), thèse de l’univ. P. Valéry, Montpellier 3, 703 p.

B.C., 2016, « Les 10 éléphants blancs de la présidence Aziz », publié le 11/07/2016 http://mauriweb.info/node/2063

BGR/GIZ, 2018, Activités minières et risques pour les droits humains. Étude pays BGR/GIZ sur la Mauritanie, Coopération allemande, 58 p.

BISSON J. (dir.), 1989, Le nomade, l’oasis et la ville. Tours, URBAMA, Fascicule de Recherches, n. 20, 287 p.

BISSON V., 2005, « Dynamiques comparées de l’urbanisation en milieu tribal (Tunisie et Mauritanie) », thèse de géographie de l’université François Rabelais, Tours, 360 p.

BONTE P., 2001, La montagne de fer. La SNIM (Mauritanie) : une entreprise minière saharienne à l’heure de la mondialisation, Paris, Karthala 368 p.

BOULAY S., LECOQUIERRE B. (dir.), 2011, Le littoral mauritanien à l’aube du XXIe siècle. Peuplement, gouvernance de la nature, dynamiques sociales et culturelles, Paris, Karthala, 430 p.

CAMPREDON P., 2000, Entre le Sahara et l’Atlantique, le Parc national du Banc d’Arguin, PNBA, Fiba, WWF, 121 p.

CHARBONNEAU M. et GAGNOL L., 2013, « Par-delà le nomadisme et la sédentarisation. Analyse comparée des mobilités et des dynamiques résidentielles des espaces pastoraux : exemples de la puna péruvienne et des Touaregs de l’Aïr au Niger », in Charlery de la Masselière B., Thibaud B., Duvat-Magnan V. (dir.), Dynamiques rurales dans les pays du sud. L’enjeu territorial, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 99-120.

CHEIKH A. W. O., 2006, « Nouakchott, capitale nomade », Retaillé D. (dir.), La ville ou l’État ? Développement politique et urbanité dans les espaces nomades ou mobiles (Mauritanie – Sénégal – Inde, et retour), Pub. des universités de Rouen et du Havre, pp. 87-100.

CHEVRILLON-GUIBERT, R., 2016, « Le Boom de l’or au Soudan », International Development Policy | Revue internationale de politique de développement [Online], 7.1, http://poldev.revues.org/2231

CHEVRILLON-GUIBERT, R., 2018, « Le gouvernement des mines au Soudan : entre opportunisme et autoritarisme », Égypte/Monde arabe, 18, http://journals.openedition.org/ema/4176.

CHEVRILLON-GUIBERT R., MAGRIN G., 2018, « Ruées vers l’or au Soudan, au Tchad et au Sahel : logiques étatiques, mobilités et contrôle territorial », Bulletin de l’association des géographes français (BAGF), septembre-novembre, pp. 272-289.

CHEVRILLON-GUIBERT R., GAGNOL L., MAGRIN G., 2019, « Les ruées vers l’or au Sahara et au nord du Sahel. Ferment de crise ou stabilisateur ? », Hérodote n° 172, pp. 193-215.

CHOPLIN A., 2009, Nouakchott. Au carrefour de la Mauritanie et du monde, Paris, Karthala, 372 p.

CHOPLIN A., DESSIE E., 2017, « Titling the desert: Land formalization and tenure (in)security in Nouakchott (Mauritania) », Habitat International, 64, pp. 49-58.

CORRERA A., LEFEUVRE J.-C., FAYE B., 2008, « Organisation spatiale et stratégie d’adaptation des nomades du parc national du Banc d’Arguin à la sécheresse », Sécheresse, 19 (4), pp. 245-251.

COTE M., 2002, « De quelques villes nouvelles au Sahara (Note) », diterranée, t. 99, 3-4, pp. 71-76.

DESTREMAU B., TANGUY Ph., 2006, « Projets de régularisation et création d’un marché foncier à Nouakchott, Mauritanie : que sont les pauvres devenus ? », Maghreb-Machrek, Eska, pp. 111-124.

D’HONT O., 1985, Les kébé de Nouakchott. Contribution à l’étude de la sédentarisation en milieu urbain de populations nomades sinistrées, thèse de l’université Paris V, 346 p.

D’HONT O., 1986, « Les petites villes de Mauritanie confrontées à la sédentarisation des nomades », in URBAMA (collectif), Petites villes et villes moyennes dans le monde Arabe, Université de Tours.

DIAGANA I., 1993, Croissance urbaine et dynamique spatiale à Nouakchott, thèse de l’université Lyon II, 314 p.

FREROT A.-M., OULD MAHBOUBI S.A., 1998, « Du parcours à la ville : l’imprévu », Frérot A.-M. (coord.), Espaces et sociétés en Mauritanie, Urbama, fasc. de recherches no 33, pp. 33-45.

GRAVIER M., 1996, « Nomadisme et sédentarisation : au Tagant (Mauritanie) », Cahiers d’outre-mer, n° 195, juillet-septembre, pp. 227-246.

GRÉGOIRE, E., GAGNOL, L., 2017, « Ruées vers l’or au Sahara : l’orpaillage dans le désert du Ténéré et le massif de l’Aïr (Niger) », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 19 mai 2017.

GRÉGOIRE, E., MAGRIN G., 2018, « Des mines entre villes et campagnes : un autre regard sur le boom extractif ouest-africain (2000-2015) », Sanjuan T., Lesourd M., Tallet B. (dir.), Tropiques, développement et mondialisation. Hommages à Jean-Louis Chaléard, Paris, L’Harmattan.

KOITA T., 1996, « L’urbanisation des populations nomades en Mauritanie : changements sociaux et économiques », La citadinité en question, Fascicule de recherches d’urbama, 29, pp. 97-101.

LECHARTIER C., 2005, L’espace nomade du pouvoir politique en Mauritanie. Des lieux de la bediya de l’Est à la capitale, thèse de l’université de Rouen, 338 p.

LEDRA-LERG, 1999, Atlas de Mauritanie : migrations et gestion du territoire, Ministère de la Coopération, Université de Rouen, Université de Nouakchott.

LEPIDI P., FREUND P., 2005, Nouakchott-Nouadhibou : la Mauritanie trace sa route (préface de Mohamed-Saïd Ould Hamody), Ibis Press, Paris, 156 p.

LESOURD C., ANTIL A., 2014, « “Je dois tout contrôler. Changement d’un mode de gouverner », L’Année du Maghreb, 11, pp. 275-297.

MAGRIN G., VAN VLIET G., VAN DESSEL B., CHABASON L., 2011, « La Mauritanie et la mer : et si le pétrole aidait à mieux gérer l’insécurité écologique ? », Natures, Sciences et Sociétés, 19, pp. 245-255.

MAGRIN G., 2013. Voyage en Afrique rentière. Une lecture géographique des trajectoires du développement, Paris, Publications de la Sorbonne, coll. Territoires en mouvement, 424 p.

MUGELE R., 2018. La Grande muraille verte. Géographie d’une utopie environnementale, thèse de doctorat de géographie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

OULD EL HACEN, 2005, « Problématique de la gestion de l’eau et de l’encadrement de la sédentarisation », Académie de l’Eau, Conférence euro-africaine « Eau et Territoires », Unesco, Paris, Recueil des cas de terrain, pp. 155-158.

PDC (Plan de développement communal) de Chami, 2015, Ministère de l’intérieur et de la décentralisation, 76 p.

PITTE J.-R., 1977, Nouakchott, capitale de la Mauritanie, Paris, univ. Paris IV, 198 p.

POURTIER R., 1993, « Petites villes et villes moyennes : développement local et encadrement étatique », Afrique contemporaine n° 168, numéro spécial Villes d’Afrique, pp. 82-97.

PRCM, 2018, Le mercure à ciel ouvert, PRCM, ONG BiodiverCités et Sahel TV, vidéo 17:41, https://www.youtube.com/watch?v=EItVeyk2A90

RETAILLE D., 1995, « Sécheresse, migration, aménagement du territoire en Mauritanie », Revue de géographie de Lyon, vol. 70, n° 3-4, pp. 233-238.

RETAILLE D. (coord.), 2006, La ville ou l’État ? Développement politique et urbanité dans les espaces nomades ou mobiles (Mauritanie-Sénégal-Inde, et retour), Publications des universités de Rouen et du Havre, 320 p.

SENEH K., STECK B., 2011, « La route Nouakchott-Nouadhibou. Un enjeu décisif pour le Parc national du banc d’Arguin », Boulay S. et Lecoquierre B. (dir.), 2011, Le littoral mauritanien à l’aube du XXIe siècle. Peuplement, gouvernance de la nature, dynamiques sociales et culturelles, Paris, Karthala, pp. 173-196.

SENEH K., 2012, Système territorial et développement : Impact de la route Nouakchott-Nouadhibou sur le Parc National du Banc d’Arguin, thèse de Doctorat, Université du Havre, 315 p.

SIGNOLES P. (dir.), 2017, « Villes nouvelles au Maghreb. Discours et réalités », Les cahiers d’Emam, n° 29, mis en ligne le 2 mars 2017, URL : https://journals.openedition.org/emam/1315

STASZAK J.-F., 1989, Le goudron dans la brousse. La « route de l’espoir », Publications de l’université de Paris-Sorbonne, 148 p.

STECK B., 2012, « West Africa facing the lack of traffic lines », EchoGéo [Enligne], 20 | 2012, mis en ligne le 13 juillet 2012. URL : http://journals.openedition.org/echogeo/13101 

TALEB M., 2015, « Chami, nouvelle ville du désert : quels nouveaux apports à l’urbanisation en Mauritanie », Les mutations de la ville saharienne. Approches croisées sur le changement social et les pratiques urbaines, Actes du colloque de l’université d’Ouargla, Algérie, 13 p.

TILOUINE J., MONNIER X., 2015, « Kinross, en Mauritanie, la malédiction de la mine d’or de Tasiast », Le Monde, publié le 13 novembre 2015 à 19h05 https://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/11/13/kinross-en-mauritanie-la-malediction-de-la-mine-d-or-de-tasiast_4809432_3212.html

TOUPET C., 1977, La sédentarisation des nomades en Mauritanie centrale sahélienne, thèse de l’université de Lille 3, 490 p.

YERO N., OULD MAHBOUBI S.A., MAR M.D., 2009, Stratégie d’encadrement de la sédentarisation. Rapport provisoire, République islamique de Mauritanie, Direction de l’aménagement du territoire et de l’action régionale, 52 p.

Haut de page

Notes

1 D’autres « regroupements » de hameaux et de villages ainsi que d’autres extensions urbaines ont été planifiés sans qu’il s’agisse de villes nouvelles à proprement parler. Il existe néanmoins une longue expérience de création urbaine, ne serait-ce que l’exemple de Nouakchott, qui n’était, à partir de 1903, qu’un fortin militaire colonial auquel s’est ajouté un village (ksar), avant la construction entre 1957 et 1963 d’une ville nouvelle érigée en capitale (Pitte, 1977) ; il en est de même de Nouadhibou, autrefois Port-Etienne, fondé en 1906 (Acloque, 1999) ou des cités minières de Cansado et Zouerate bâties par la Société des Mines de Fer de la Mauritanie (MIFERMA) à la fin des années 1950 (Bonte, 2001). Chami est la première fondation urbaine d’envergure planifiée par l’État mauritanien depuis l’indépendance, les autres villes ayant été conçue par le pouvoir colonial.

2 En 2013, l’Inchiri est la région la moins peuplée de Mauritanie avec moins de 20 000 habitants pour une densité de 0,4 hab/km², tandis que celle du Dakhlet Nouadhibou comprend 124 000 habitants, vivant dans leur grande majorité dans la ville de Nouadhibou, la deuxième du pays.

3 Création, au nord de Nouakchott, d’une université (ouverte en 2013/2014), d’un aéroport (ouvert en 2016 pour le sommet de la Ligue des États Arabes), d’un palais des congrès (terminé pour le 31ème sommet de l’Union Africaine en 2018) et projet en 2010 de la station balnéaire de Ribat El Bahr prévue pour 50 000 personnes (l’investissement du promoteur immobilier saoudien prévoyait 675 ha de complexe touristique, commercial et quartier d’affaires, projet repris en 2016 par un promoteur qatari) ; aménagement en cours à Tanit d’un port de pêche artisanal par une société chinoise  (prévoyant station de dessalement de l'eau de mer, centrale électrique, marché pour la commercialisation du poisson) ; mise en place enfin d’une zone franche de 130 000 ha autour de Nouadhibou et de la baie du Lévrier.

4 Cette analyse repose en particulier sur deux enquêtes de terrain exploratoires d’une semaine à Chami en janvier puis en décembre 2018, en collaboration avec Ahmedou ould Mahfoudh, professeur de géologie à l’université Al Asria de Nouakchott. Ces missions ont été rendues possible grâce au financement de l’UMR Prodig et du GIS Institut des Frontières et Discontinuités. Alors que les recherches sur les activités minières, artisanales en particulier, s’effectuent souvent dans des conditions très difficiles du fait du caractère souvent informel, voire illégal, de l’activité, et de la tension et de l’insécurité qui règnent autour des sites, il est intéressant de souligner le caractère étonnamment « facile » de cette enquête : à de rares exceptions près, les acteurs étaient ouverts à la discussion, peu méfiants – parfois fiers de montrer leur réussite ou intéressés à évoquer leurs difficultés - dans un contexte sécurisé. Le fait que le gouvernement mauritanien ait choisi d’autoriser et même d’encourager les activités artisanales de ce secteur favorise cet environnement apaisé.

5 Depuis Toupet (1977) et Pitte (1977), Ould Sidi Mohamed (1985) et D’Hont (1985), en passant par Diagana (1993), Koita (1996), Frérot et ould Mahboubi (1998), Destremau et Tanguy (2006), ould Cheikh (2006), Choplin (2009), etc. Nouakchott représente plus du quart de la population du pays estimée autour de 4 millions d’habitants.

6 Voir néanmoins D’Hont (1986), J. Bisson (1989), Gravier (1996), Retaillé (1995 et 2006), LEDRA-LERG (1999) et V. Bisson (2005).

7 Selon les statistiques officielles, évalués à deux tiers peu de temps après l’indépendance en 1965, les nomades représentaient encore plus du tiers de la population en 1977, 12% en 1988, 5 % en 2000 et 2% en 2013 ; tandis que de 9% en 1965, les urbains seraient passés de 22,7 à 41% puis 48,3% entre 1977, 1988 et 2003.

8 Ne seront pas évoquées ici les mobilités des populations sédentaires du sud du pays, les migrations inter-urbaines et internationales.

9 Le souhait des nomades de créer un marché au bétail (Correra A., Lefeuvre J.-C. et Faye B., 2008) est resté lettre morte tandis que l’abattoir prévu n’a pas été construit pour l’instant.

10 La Mauritanie abrite depuis 2013 le siège du secrétariat panafricain de la Grande Muraille Verte. Inscrire la ceinture verte de Chami dans le cadre de la Muraille reflète la conception mauritanienne de ce projet (une ceinture en archipel, sans contiguïté – voir Mugelé, 2018), en même temps qu’elle affirme l’importance symbolique du lieu pour l’État mauritanien.

11 Ces régions désertiques peuplées et représentées par des Bidân sont ainsi proportionnellement sur-représentées à l’Assemblée nationale (Lesourd et Antil, 2014). Le premier député de Chami est devenu président du groupe parlementaire du parti présidentiel.

12 Au début de la création de la ville nouvelle, des rumeurs couraient sur le possible transfert du statut de capitale du pays de Nouakchott à Chami.

13 Le cheptel de chamelle laitière est amené au pâturage à la journée par des bergers. La vente de lait a lieu le soir avant la traite. Selon la mairie, 4 à 5 dromadaires et une centaine de moutons sont consommés chaque jour à Chami.

14 Après une acquisition très controversée de la mine de Tasiast et de celle de Chirano au Ghana, une enquête de la justice américaine (aujourd’hui suspendue) fut ouverte en 2014 par l’agence américaine de contrôle de la bourse pour présomption de corruption de Kinross envers les autorités mauritaniennes (sous-traitance et marchés publics attribués à des hommes d’affaires proches du régime au pouvoir, versements indus à des hauts placés dans la douane, la gendarmerie, l’armée, le gouvernement). Voir le rapport de l’ONG Sherpa (2013, republié en 2017) dénonçant le régime mauritanien alors au pouvoir : https://www.asso-sherpa.org/wp-content/uploads/2017/09/Sherpa-La-Corruption-en-Mauritanie_Un-gigantesque-syst%C3%A8me-d%C3%A9vaporation-2017.pdf.

15 Sur l’attribution des postes clés de l’administration des mines et de l’énergie à des proches du président, voir http://www.africaintelligence.fr/insiders/AMF/MAURITANIE/2013/02/04/mauritanie--les-oulad-bousbah-dans-les-mines/107941159-BE2

16 Kinross s’est engagé à faire passer de 12% à 3% en 3 ans le nombre d’expatriés et de déplacer sa direction des Canaries à Nouakchott.

17 Du nom d’un quartier résidentiel aisé du centre de Nouakchott, synonyme d’opulence.

18 Du nom du marché en partie informel de téléphonie mobile et de matériel électronique de Nouakchott qui est, de jour comme de nuit, très animé. Un « Point chaud » plus modeste s’est également créé à Chami.

19 Selon le préfet (nos entretiens), début 2018, Chami ville abritait 10 000 personnes dont 1 000 « autochtones » et 5 000 personnes travaillant au centre de traitement. 10 000 orpailleurs seraient par ailleurs éparpillés sur les sites d’extraction de l’arrière-pays.

20 Les autorités mauritaniennes cherchent à interdire la présence d’étrangers sur les sites d’extraction.

21 Depuis nos enquêtes, la situation a évolué puisque l’État a décidé début janvier 2019 d’attribuer à la Banque centrale mauritanienne le monopole de l’achat de l’or artisanal.

22 Le revenu quotidien d’un ouvrier du bâtiment à Nouakchott est d’environ 12 euros par jour. D’après nos estimations, un employé au Grillage peut espérer gagner entre 12 et 18 euros par jour, tandis que le revenu des orpailleurs sur les sites d’extraction est plus aléatoire.

23 L’enregistrement a débuté à Chami en décembre 2018 : 600 cartes de catégorie A ont été attribuées aux orpailleurs et aux employés des opérateurs de transformation ; la catégorie B concerne les détenteurs de détecteurs de métaux ; la catégorie C les propriétaires de puits d’orpaillage (non encore distribuées) ; la catégorie D les propriétaires de grandes machines (172 au moins avaient été accordées).

24 Dès janvier 2017, l’armée a annoncé l’arrestation de plus de 600 orpailleurs dans la zone militaire interdite, tandis que de nombreux orpailleurs mauritaniens ont été arrêtés et même tués par l’armée algérienne la même année, ce qui a provoqué des tensions entre les deux pays, évoquées par la presse.

25 Début 2019, 9900 orpailleurs du périmètre ouvert à l’orpaillage autour de Gleib N’Dour disposent d’une carte individuelle et d’un badge biométrique d’identification. Seules 12 véhicules dont 2 ambulances sont autorisées à rester sur site, tandis qu’un convoi sécurisé par les militaires le relie à la ville et au centre de traitement de Zouérate. À l’été 2019, la presse évoque 16 000 orpailleurs.

26 Les orpailleurs avaient manifesté avec véhémence dans Chami contre la lenteur de l’intervention des secours des autorités et de l’aide de Kinross. La manifestation avait été réprimée avec violence par la gendarmerie. Au-delà de cet incident, la société préférait sans doute voir les alentours de son périmètre d’exploitation débarrassés du voisinage incontrôlable des orpailleurs et notamment des kollab. Ces accidents ne sont pas isolés, car, selon le centre de santé de Chami, il y a eu 31 décès lié à l’activité minière en 2017. Des 4 à 5 personnes consultées quotidiennement avant la ruée, on est passé à près de 80 début 2018.

27 Les zones d’extraction étaient des pâturages exploités par les nomades qui y vivent à l’année et pour ceux du PNBA au cours de la saison sèche froide (Correra et al., 2008). Il est à déplorer des chutes fréquentes d’animaux dans les puits, les sites n’étant pas restaurés après leur épuisement, ainsi que des morts suspectes de bétail peut-être liées à des contaminations des ressources hydriques (BGR/GIZ, 2018).

28 L’ancien directeur est Mohamed Baba, professeur de chimie à l’université de Clermont-Ferrand.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Chami (2018), ville nouvelle de l’État et de l’or
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6562/img-1.png
Fichier image/png, 315k
Légende Photo 1. Chami, ville lumière
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6562/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Photo 2 : Chami, ville du président Aziz
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6562/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Figure 2. Chami et son arrière-pays. Entre extractivisme et conservation
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6562/img-4.png
Fichier image/png, 328k
Légende Figure 3. Le site du Grillage
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6562/img-5.png
Fichier image/png, 161k
Légende Figure 4. Les installations d’un opérateur du Grillage
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6562/img-6.png
Fichier image/png, 105k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gagnol, Géraud Magrin et Raphaëlle Chevrillon-Guibert, « Chami, ville nouvelle et ville de l’or.
Une trajectoire urbaine insolite en Mauritanie  », L’Espace Politique [En ligne], 38 | 2019-2, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6562

Haut de page

Auteurs

Laurent Gagnol

Maître de conférences à l’université d’Artois, EA 2468 Discontinuités, Maison de la recherche, 9 rue du Temple BP 10 665, F-62 030 Arras cedex ; laurent.gagnol@univ-artois.fr

Géraud Magrin

Professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR 8586 Prodig, CNRS, IRD, AgroParisTech, 5, cours des Humanités, F-93 300 Aubervilliers ; geraud.magrin@univ-paris1.fr

Raphaëlle Chevrillon-Guibert

Chargée de recherche à l’IRD, UMR 8586 Prodig, CNRS, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne AgroParisTech, 5, cours des Humanités, F-93 300 Aubervilliers ; raphaelle.chevrillon-guibert@ird.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals