Navigation – Plan du site
Rapports à l'espace et formes d'engagement : ancrage, attachement, territorialisation

Rapports à l’espace et formes d’engagement.
Attachements, territorialisation, échelles d’action

Relationships to space and forms of involvement. Attachements, territorialization, scales of action
Patrice Melé et Catherine Neveu

Résumés

Introduction du numéro de la revue L’Espace politique, intitulé « Rapports à l'espace et formes d'engagement : ancrage, attachement, territorialisation »

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’objectif de ce numéro de L’Espace politique est d’analyser la place qu’occupe la question des rapports à l’espace des individus et des groupes au sein de mobilisations et engagements localisés. Il s’agit pour nous de poser à nouveau frais cette question toujours présente mais souvent de façon implicite dans les recherches qui s’intéressent à l’étude des actions collectives mises en œuvre dans le cadre de mobilisations locales, de conflits de proximité ou d’expériences de citoyenneté. Nous avons choisi dans l’appel à articles d’adopter la notion de formes d’engagement pour élargir le regard et prendre en compte des modalités d’actions collectives ou de participation à des collectifs qu’il n’est pas possible d’appréhender sous l’angle du conflit. Par ailleurs, nous ne souhaitons pas limiter la réflexion aux situations qui ont directement l’espace ou la proximité comme enjeux. Dans la littérature, les façons d’exprimer l’importance de la relation à l’espace sont nombreuses : les notions d’appartenance, d’enracinement, d’ancrage, d’attachement, d’identité locale, de capital d’autochtonie cherchent à rendre compte de l’intensité ou de la qualité de la relation des individus ou des groupes à des lieux et à des espaces.

2Les travaux réunis dans ce numéro s’intéressent donc à la question des relations entre rapports à l’espace et formes d’engagement au sens large avec la volonté de questionner les référents spatiaux implicites ou explicites présents chez les acteur.trices engagé.es mais aussi au sein des travaux des chercheur.es. Nous laisserons de côté les métaphores de l’enracinement, de l’amarrage ou de l’ancrage, et leurs usages différenciés qui évoquent « la dépendance (prétendument) organique, vitale, pour l’enracinement ; une contingence, physique, mécanique, pour l’ancrage et l’amarrage » (Debarbieux, 2014) pour, dans cette introduction, centrer le propos sur la critique des imaginaires politiques et spatiaux en traitant d’abord des notions d’attachement, puis de territorialisation et enfin des effets d’une conception scalaire du politique.

Comment penser les relations entre attachements et engagements collectifs ?

Situations d’engagement et relations à l’espace

3Il est possible d’identifier au sein des travaux de sciences sociales sur les formes d’engagement localisés une tension concernant la place accordée à la relation à l’espace des individus ou des groupes. D’une part, l’analyse des conflits, mobilisations ou engagements locaux peut être présentée comme un moyen de construire des connaissances sur la qualité des relations à l’espace exprimée en termes d’attachement ou d’identité territoriale. D’autre part, la qualité ou l’intensité de la relation à l’espace des individus peut être considérée comme un facteur de mobilisation et d’engagement. Les groupes se mobiliseraient pour défendre ce à quoi ils tiennent, les conflits seraient alors des « traductions protestataires de l’attachement aux lieux » (Dechezelles, Olive, 2012). D’autres travaux concluent, de la même façon, que l’intensité de l’attachement aux lieux peut être considérée comme un vecteur de conflictualité et de construction d’action collective sur le territoire ; ainsi pour Léa Sébastien « l’attachement au lieu combiné au capital social engendrerait des actions collectives sur le territoire » (Sébastien, 2016, p. 36).

  • 1 Nous écrivons en italiques les références aux articles publiés dans ce numéro.

4Le texte de Mathilde Caro dans ce numéro1 adopte cette position, lorsqu’elle propose de considérer la mobilisation locale « comme une pratique qui témoigne de l’attachement d’un individu à un lieu ». « En effet, l’investissement – qu’il soit social ou politique (investissement dans des associations, dans le conseil de quartier…) – dans un lieu apparaît comme l’expression concrète d’un attachement, dans la pratique ».

5À l’inverse, à partir de l’analyse de la constitution de trois Comités de quartier à Roubaix, C. Neveu constatait qu’un seul des territoires concernés s’inscrivait dans un « quartier historique » objet de formes fortes d’attachement et d’identification, sans d’ailleurs que cette « identité » ne soit mobilisée pour justifier ou fonder des revendications : « L’action de ces Comités de quartier a pu faire advenir des “quartiers” en tant que base territoriale d’action collective ; mais ce local-là ne semble pas entretenir de relations mécaniques avec des sentiments d’appartenance » (Neveu, 2003, p. 63). Cette analyse montre également que l’idée même, exprimée par les personnes engagées dans ces Comités, qu’il est nécessaire de « savoir d’où l’on est » peut ne pas être tant une recherche ou un besoin d’identification que relever du registre de l’engagement dans une structure collective capable le cas échéant de construire des « sens communs » (Id.).

6C’est aussi ce vers quoi tend l’analyse proposée par Simone Spera, pour qui « la profondeur historique de l’enracinement n’est pas une condition nécessaire à l’engagement », nombre de militant.es internationaux, mobiles, venant à Exarchia précisément à partir de l’attachement à une cause et s’y engageant à raison de celle-ci et non d’un enracinement local. Ce qui ne signifie pas que d’autres ressorts d’attachement ne puissent émerger à partir de cette relation au lieu, comme le montre également M. Caro.

7Par ailleurs, rappelons que la participation ou la proximité avec des mobilisations ou engagements locaux peuvent aussi être considérées comme des signes révélateurs des attachements. C’est le cas, par exemple, lorsque la répartition géographique des conflits environnementaux est expliquée par des densités différentielles d’ancrage territorial des populations et, que, dans le même mouvement, l’intensité de la valeur d’usage est définie sur la base des mobilisations pour la défense du territoire (Lecourt, 2003, p. 116). On peut identifier alors une explication tautologique : la conflictualité serait une qualité de configurations sociales localisées dotées d’une forte territorialité et l’intensité de la territorialité ne pourrait être repérée que par une plus grande propension au conflit ou à l’engagement dans des actions collectives. La même contradiction est perceptible dans les travaux qui font des conflits des signes de la résistance au changement de groupes sociaux dotés d’une forte cohésion ou d’une identité culturelle spécifique, dont un des attributs est justement la capacité à se définir en s’opposant à l’extérieur et aux changements perçus comme allogènes.

  • 2 Au sens du pragmatisme de John Dewey (2003).

8Dans une optique différente, une série de travaux portant sur la productivité sociale et territoriale des situations de conflits proposait de centrer le regard sur les effets pour les individus de la participation à des « enquêtes »2 sur les qualités du sous-ensemble spatial qu’ils cherchent à défendre (Melé, 2013). Cette position a pu être critiquée comme une volonté de « contourner la question des attaches affectives » qui rendrait impossible de saisir « l’attachement comme mobile et motif de l’action » (Déchezelles, Olive, 2016, p. 12). Or, il ne s’agissait pas de nier l’existence, avant les conflits, de rapports à l’espace diversifiés liés aux modes d’occupation, aux usages, aux représentations ou aux valeurs des personnes qui peuvent jouer un rôle dans les choix et motivations de l’engagement. Il faut bien sûr reconnaître que les lieux sont chargés de valeurs, de sens et sont le support de l’attachement des résident.es et usager.es. D’ailleurs, les conclusions de ces travaux (Melé et al., 2013) considéraient les conflits de proximité non seulement comme des moments de production mais aussi d’intensification et de (re)mobilisation de la relation à l’espace. En effet, les formes de production spatiales ou territoriales au moment des mobilisations peuvent être appréhendées comme une réactivation de connaissances, d’intérêts et de réseaux existants et de leur combinaison avec des éléments nouveaux liés aux expériences de participation aux actions collectives. De plus, alors que les différentes modalités de relations à l’espace sont le plus souvent peu explicitées en dehors des situations d’entretiens ou par certaines personnes déjà engagées dans des processus de connaissances dans le cadre d’associations de promotion des milieux, de l’histoire ou de la mémoire locale (Glevarec et Saez, 2002, p. 411) ou dans des activités artistiques, les mobilisations locales constituent des moments de ré-interrogation en public de la place des lieux pour les individus et de mise en forme et en débat de leurs qualités et de leurs devenirs. La position proposant de centrer la recherche sur les effets des conflits plutôt que sur l’identification de causes est avant tout une injonction méthodologique conduisant à focaliser le regard sur les situations d’action et à s’intéresser d’abord à la façon dont les acteurs rendent compte de leurs engagements.

La place des affects et des émotions

9La place attribuée par certains travaux à la relation affective à l’espace comme un domaine distinct constitué comme facteur préexistant et comme une variable expliquant l’engagement ou le retrait par rapport à une action collective de défense d’un territoire, nous semble devoir être discutée. Il s’agit d’une position répandue au sein de la psychologie environnementale. Dans un bilan de la littérature en langue anglaise sur cette question, L. Manzo et D. Perkins plaident pour une meilleure prise en compte par la recherche urbaine des liens entre les personnes et des lieux, des espaces, communautés ou voisinages et montrent que les travaux de psychologie environnementale sur les sens des lieux concluent en général à l’existence d’un lien entre les volontés de participation à des conflits ou à des processus de débats locaux et leurs « engagements émotionnels vis-à-vis de leur communauté » (Manzo et Perkins, 2006, p. 347). L’évocation des relations affectives à l’espace comme un champ spécifique de l’ordre de l’intime ou des représentations (Audas et Martouzet, 2008) qui s’exprime parfois dans le langage de l’amour pour un lieu ou un territoire (Martouzet, 2003) conduit vers des problématiques de géographie culturelle, de psychologie sociale ou d’urbanisme éloignées de notre positionnement. Par contre, laisser place dans l’analyse à la façon dont les personnes impliquées dans des processus d’engagement expriment des émotions d’ordres très différents semble pouvoir constituer un enrichissement des interprétations.

10J. Jasper, dans un bilan des travaux sur la prise en compte des émotions dans l’analyse des mouvements sociaux, a montré qu’il est nécessaire de reconnaître l’existence d’un faisceau d’émotions parfois liées parfois séparées au sein desquelles il distingue, en partant du ressenti des individus, des sensations qui sont de l’ordre de l’urgence liées aux besoins physiologiques ; des émotions réflexes, liées au contact avec l’environnement immédiat (peur, joie, surprise, chocs…) ; des humeurs (qui ne dépendent pas d’un objet précis) ; des loyautés affectives (amour, confiance, respect, admiration et leurs opposés, ainsi que le sentiment d’appartenance et de solidarité collective) ; mais aussi des émotions morales (liées aux valeurs, aux cadres cognitifs, aux formes de socialisation politique) (Jasper, 2011, p. 3). Ce type de conceptualisation ne sépare pas les dimensions axiologiques des justifications de l’action d’un domaine qui serait de l’ordre de l’affectif et permet de replacer l’expérience individuelle au sein de la relation au groupe. De plus, on peut suivre J. Jasper lorsqu’il propose de déplacer l’objectif de l’investigation de la recherche des causalités ou des motivations personnelles vers l’analyse des modalités de relations entre les diverses émotions dans le cadre des mobilisations (Jasper, 2011). Il identifie aussi des émotions collectives réciproques – vis-à-vis des autres participants – ou partagées – éprouvées au même moment – qui contribuent au plaisir de la mobilisation, au maintien de l’engagement et à la construction d’une « culture spécifique du mouvement » (movement’s culture) (Goodwin et al, 2001, p. 20). Dans cette optique, la place des attachements localisés dans chaque contexte d’engagement serait à conceptualiser comme une modalité spécifique de relations entre différentes formes d’émotions, participant à la construction d’une définition spécifique du groupe, de son ancrage et de son objectif. Les mobilisations ou formes d’engagement qui ont pour objet de préserver des lieux constituent des moments de reformulation de la place de l’espace au sein d’un faisceau d’émotions exprimant dans le même temps les attachements localisés et l’engagement dans l’action pour peser sur le devenir d’un sous-ensemble spatial.

11Souhaitant éloigner la prise en compte des émotions de la simple recherche des motivations personnelles pour considérer les dimensions émotionnelles de l’action collective, C. Traïni propose de considérer les dispositifs de sensibilisation comme une forme de coordination opposée aux dispositifs experts. Ces dispositifs sont conformés par « l’ensemble des supports matériels, des agencements d’objets, des mises en scène, que les acteurs étudiés déploient afin de susciter des réactions affectives qui prédisposent ceux qui les éprouvent à soutenir la cause défendue » (Traïni, 2015, p. 19). Dans les types de mobilisations qui nous occupent, régime de sensibilisation et régime expert semblent d’ailleurs souvent se combiner plutôt que s’exclure (ibid : 22). Dans le même ouvrage collectif, L. Centemeri (2015), à propos d’une recherche sur l’opposition à l’extension de l’aéroport de Malpensa, souligne l’intérêt de penser l’imbrication et les relations, au sein des dispositifs de sensibilisation, du registre de l’expertise et de celui de l’attachement de l’habitant.e identifiable dans différents processus de « valuation » de l’espace proche et de l’objet en conflit. S. Dechezelles, qui travaille sur les luttes contre les projets éoliens de grande taille qu’elle conceptualise sous le nom « d’autochtonie protestataire », identifie l’importance de la combinaison entre, d’une part, les trajectoires individuelles de l’attachement sur la base des histoires personnelles de relations aux espaces et, d’autre part, les enquêtes réalisées dans le cadre de la mobilisation, identifiant alors le poids des acteur.trices en mesure de « combiner registre expert et registre affectif, régime de généralité et régime de proximité » (Déchezelles, 2019, p. 261).

12Dans les articles publiés dans ce numéro, la question des émotions est présente sous diverses formes. Sans se référer directement à ce cadre d’interprétation, M. Caro propose des conclusions assez proches lorsqu’elle reconnaît dans les raisons, identifiables dans ses entretiens, de la participation aux manifestations contre l’implantation d’un « fast-food », l’expression d’un lien affectif relevant du champ sémantique de l’amour, « véhiculé par des sentiments oscillants entre sollicitude et admiration », mais aussi d’un attachement électif au lieu caractérisé par « l’agrégation affinitaire » de certain.es résident.es, et, pour des participant.es qui ne résident pas forcément dans le quartier, d’un « attachement civique au lieu » en tant que « lieu d’une mobilisation dans laquelle ils (se) sont engagés ». Elle définit ainsi, pour certaines personnes, la relation affective au lieu comme produit par la participation à l’action collective.

13Par ailleurs, il y a bien dans la géographie morale identifiée par Thomas Lacroix, dans ce numéro, « qui érige l’espace de départ en centralité et les espaces d’arrivée comme périphérie », une dimension émotionnelle sur la base de la diffusion de valeurs liées à une certaine façon de penser l’appartenance territoriale dans le cadre de la migration. Les émotions morales éprouvées par les individus, associées à des possibilités de sanctions collectives, permettent la construction des prises et des encadrements des mobilisations collectives comme des comportements individuels par les territorialités morales transnationales.

14A Port-au-Prince, le Champ de Mars étudié dans ce numéro par Nadège Mezié, comme d’autres lieux de débats dans l’espace public – en particulier les parlements de rue de certains pays africains – constituent des lieux agrégateurs de fortes émotions d’ordres différents. Participer aux débats dans cet espace revêt des dimensions routinières, affectives et politiques qui semblent mêlées dans des discours et réactions saturées d’émotions. Les modes de théâtralisation étudiés ici pourraient aussi être lus comme une mise en récit de différents registres émotionnels, dans lesquels les affects se lient aux valeurs et aux volontés de positionnement politiques à différentes échelles.

La prégnance du territoire comme référent spatial

15Il nous semble aussi nécessaire d’ouvrir un débat sur le poids des références implicites ou explicites à la territorialité comme forme dominante de relation à l’espace, et à la territorialisation comme cause ou effet des engagements localisés. Il est en effet possible de construire une double critique de la territorialité, d’une part, comme façon de penser les dimensions spatiales des relations à l’espace des individus et des groupes qui préexistent et pèsent sur les engagements localisés ; et, d’autre part, comme dimension des mobilisations et des effets des engagements localisés. De nombreuses études de cas montrent que c’est souvent face à une menace que des groupes se constituent sur une base locale pour protéger leur espace de vie et mettent en place des stratégies d’appropriation et de valorisation. Cependant, on peut faire le constat d’une relative faiblesse de travaux qui remettent en cause la croyance en l’existence d’un lien entre territorialisation des expériences spatiales et mobilisations. Malgré de nombreuses enquêtes sur les pratiques urbaines qui concluent à la construction d’une expérience urbaine en réseau, peu de travaux effectuent un lien entre ces pratiques et les formes d’engagement, en particulier pour les groupes populaires, à l’exception notable de recherches traitant de l’expérience des migrants dans les métropoles (Boudreau et al, 2009), de l’analyse des modalités d’engagement transnationales (Lardeux, 2018, Lacroix), ou qui tentent de saisir les formes d’engagements à partir d’une réflexion sur les échelles et les réseaux (cf. infra).

16Il ne s’agit pas de considérer que les processus de territorialisation n’existent pas, mais bien de souligner la prégnance, surtout dans la recherche francophone, d’une forme d’hyperterritorialisation des hypothèses d’interprétations concernant les relations à l’espace des populations. La critique de la territorialité que nous initions ici a pour objectif de souligner qu’il s’agit seulement d’une des configurations possibles des relations à l’espace. C’est pourquoi nous avons choisi de regrouper dans ce numéro des textes qui complexifient l’analyse et identifient d’autres configurations spatiales possibles.

Le territoire comme support d’engagement

17À un premier niveau d’analyse, il est possible d’identifier la prégnance des références à l’identité de groupes qui seraient caractérisés par leur appropriation de territoires – au sens d’espaces délimités – et mettant en place une certaine forme de territorialité. Les travaux des géographes notent pourtant la difficulté de définir l’existence d’une « conscience spatiale partagée » et insistent sur la diversité des expériences spatiales et sur le fait que plusieurs groupes peuvent « habiter » un même territoire et le charger de représentations différentes (Guérin-Pace et Guermond, 2006). Y. Sencébé dans sa recherche sur le Diois a souligné la diversité des configurations d’appartenance qui caractérisent des relations aux territoires différentes et pour certaines des formes d’engagement différenciés (Sencébé, 2004). Par ailleurs, des enquêtes disponibles au niveau national montrent que seulement certaines personnes mettent en avant le sentiment d’appartenance à un territoire parmi les référents identitaires potentiels (Guérin-Pace, 2006, p. 209). La question de la relation aux lieux apparaît indissociable d’autres dimensions de l’appartenance des personnes (sociale, familiale, religieuse, professionnelle) (Guérin-Pace, 2006, p. 308).

18Le caractère statique et essentialiste du vocable « identité » par rapport à des notions comme celle de sentiment d’appartenance ou de processus d’identification a souvent été souligné. Pour Bernard Debarbieux, les identités collectives ont bien une dimension active et de réflexivité caractérisée par « le sentiment et la volonté partagés par plusieurs individus d’appartenir à un même groupe » (Debarbieux, 2006, p. 342). Le même auteur souligne la prégnance d’un « paradigme territorial » dans des travaux d’anthropologie, de sociologie urbaine et rurale, ou de géographie qui conduit à penser « l’isomorphie entre un territoire singulier, des cultures et des identités collectives » (Debarbieux, Ibid.) et à réifier des entités géographiques. Les effets de ce paradigme territorial sont aussi perceptibles dans la « dimension narrative, symbolique, imaginaire de la territorialité » (Debarbieux, 2006, p. 345).

19La recherche urbaine est ainsi marquée par les références aux rôles du « quartier » (Authier et al, 2007) et par des débats sur le poids des communautés locales. Le quartier reste une mythologie spatiale puissante (Lussault, 2003 ; Martinet, 2019) marquée par l’idée de concentration des relations sociales à cette échelle, en particulier pour les groupes populaires. Pour la recherche historique, la focalisation sur les études des quartiers populaires – le passage de la « classe au territoire » – a contribué à la diffusion de l’idée de bastion dans lesquels « ouvriers et couches populaires, entre eux dans leurs quartiers, produisent une culture populaire originale, des formes de sociabilité et de résistance, qui prennent souvent la forme d’une identité politique » (Fourcaut, 2002, p. 172). M. Löw a retracé au sein de la sociologie urbaine, le poids de la conception selon laquelle le quartier populaire aurait la capacité de produire une identité collective qu’il est possible d’assimiler à une forme de déterminisme spatial qui considère que « l’espace aurait la capacité de structurer les relations sociales » (2015 : 58).

20L’étude fine de P. Cossart et J. Talpin sur la mobilisation de l’Alma Gare qui a été souvent présentée comme ayant fondé la réflexion sur le développement social des quartiers, met en évidence la pluralité des acteur.trices (leaders, militant.es, architectes, habitant.es) et des dispositifs de mobilisation et de construction d’une opinion publique qui ont conduit à la construction « d’une parole collective des habitants » (Cossart et Talpin, 2015, p. 17). La création d’une identité collective sur une base territoriale étant ici plus un « enjeu de la lutte » (id., p. 21) qu’un support à la mobilisation. Dans ces processus, la « mise en mot » du quartier, sa construction par l’Atelier Populaire d’Urbanisme comme archétype d’un quartier populaire en action jouèrent un rôle important (Miller, 2002, p. 82). Ce même auteur considère que la qualité de « quartier populaire », assignée à l’Alma Gare par les militant.es dans le cadre d’une alliance entre des habitant.es du quartier, des militant.es et intellectuel.les qui souhaitaient « spatialiser la lutte des classes » et certains secteurs de l’administration centrale, était une façon de s’opposer pratiquement et symboliquement à la définition « objective et technique de zone de logements insalubres » (id., p. 77). Alors que le quartier – constitué en acteur collectif – semble avoir accédé à une reconnaissance et une capacité d’action, le caractère peu stable du peuplement a conduit à un épuisement de la mobilisation et à la dégradation du quartier, malgré le moment de mobilisation réussie (Cossart, Talpin, 2015).

21On retrouve la diffusion d’une mythologie du quartier populaire, dans une forme d’envers ou de symétrique des usages disqualifiant des politiques sociales territorialisées qui construisent « l’idée de ghetto », de « quartiers sensibles » comme catégorie d’action publique (Tissot, Poupeau, 2005). Cette position symétrique voudrait voir dans le quartier populaire existant ou à construire un lieu d’interaction et de relations sociales privilégiées, une échelle pertinente pour la mise en œuvre d’une réforme urbaine et l’augmentation de la capacité d’action et de participation des habitant.es. (Tissot, Poupeau, 2005, p. 7).

22Loin d’être seulement un capital spatial ou territorial qui fonderait sur l’enracinement des ressources spécifiques de mobilisation reconnues à l’extérieur des espaces populaires, la notion de « capital d’autochtonie » forgée par J.-N. Retière cherche à caractériser les processus de hiérarchisation à l’œuvre à l’intérieur des quartiers populaires. Plus qu’une ressource vernaculaire, le « capital d’autochtonie » caractérise un « rapport social qui dessine les lignes de segmentation de la population résidente et, bien souvent, de clivage à l’intérieur même de catégories socialement proches ». Il s’agirait d’« un titre de dignité locale protégé » (Retière, 2013) caractérisé par la participation à des activités localement valorisées. Cette notion, qu’il interroge dans le contexte de son affaiblissement, lui permet aussi de caractériser les rapports différenciés aux sociabilités populaires au sein d’un même quartier ou entre deux espaces marqués par les mêmes caractéristiques sociales (Retière, 2003). William Berthomière et Christophe Imbert dans leur article consacré aux réseaux d’aide aux migrants en Ariège montrent par ailleurs la coexistence de plusieurs régimes d’autochtonie sur un même territoire et interrogent la question des échelles de l’autochtonie.

23Dans des contextes sociaux très différents, S. Vermeersch a repris (2006) le débat sur le rôle des associations de quartier dans la construction de liens sociaux territorialisés. Elle questionne, à partir de l’analyse des actions collectives d’une association de quartier parisienne, les effets d’ouverture ou de fermeture sur un entre-soi des membres des associations. Si l’entre-soi social et culturel semble dominer chez les personnes les plus engagées, elle met en évidence le rôle de production de lien social d’associations de protection du cadre de vie (organisation de fêtes et d’activités de promotion du quartier). Le travail associatif fait donc exister le quartier comme forme sociale à partir d’une vigilance sur ses formes spatiales (Vermeersch, 2004, p. 66). Dans ce contexte comme dans d’autres, le quartier et son évolution sont aussi des choses dont on parle, une façon d’évoquer en public les formes de relations entre société et espace. La recherche de S. Vermeersch montre aussi l’importance de l’attachement à une certaine idée de la territorialisation de la ville, à une certaine image du quartier à partir de laquelle les résidents définissent leur « identité ».

24Dans le contexte latino-américain, une interprétation dominante des conflits – souvent reprise par les groupes mobilisés – propose l’image d’une communauté locale qui résiste à une intrusion, à une imposition extérieure affectant son territoire et ses ressources. Cette interprétation est évidemment très présente dans le cas d’implantation de projets industriels, miniers ou de décharges dans des contextes ruraux ou marqués par le poids des populations indigènes (Martinez, Allier, 2016). Or, ce cadre d’analyse est insuffisant pour rendre compte de la complexité des situations de conflits y compris dans les contextes ruraux marqués par le poids des populations indigènes (Melé, 2011). Il est nécessaire de souligner l’intérêt de travailler sur les modalités de constitution de collectifs qui se mobilisent pour défendre certaines qualités d’un espace particulier. Pour cela, il faut retenir la remise en cause de l’idée de communauté fermée par certains travaux d’anthropologie, qui soulignent les usages symboliques des références à l’ancrage territorial de l’indianité (Lomnitz, 1999 ; Lopez Caballero 2007) et de ne pas considérer a priori que les groupes locaux sont structurés sur le modèle de la communauté. Il faudrait donc tenter de prendre au sérieux les analyses des modes d’organisation ou des oppositions internes, qui ne sont pas forcément décryptables à partir d’une distinction entre ceux qui revendiquent un attachement à la communauté, ceux qui possèdent une conscience écologique ou politique et ceux qui se sont alliés aux promoteurs du projet (Azuela, 2013).

25Il est donc possible, comme on le développera plus loin, de conceptualiser la communauté (y compris locale) autrement que comme signifiant d’une identité (culturelle) homogène, pour l’envisager sous l’angle « des choses que nous pouvons décrire comme communes et à partir desquelles nous pouvons fabriquer une communauté jamais donnée, jamais héritée », où la commune appartenance se construit par « l’expérience concrète de ce que nous avons en commun » (Bourdeau et Flipo, 2011, p. 90).

Le territoire produit par les mobilisations et comme horizon politique

26Les mobilisations locales peuvent être considérées comme des conduites territoriales au sein d’une prise de possession d’un espace et de sa défense contre d’autres usagers (Le Berre, 1992, p. 618), ou comme une manifestation de « territorialité », selon la tradition de l’école de Chicago (Lyman Stanford et Scott, 1967). Dans ce sens, la territorialité est une tentative de contrôle sur l’espace résultant d’actions explicites (Sack, 1986). Mais il est aussi possible d’identifier un processus de territorialisation dans une autre acception du terme, qui implique la confrontation des habitant.es aux modes de spatialisation de l’action publique basés sur le zonage. Les habitant.es organisé.es engagé.es dans des conflits ou des processus de participation se présentent comme porte-parole de l’espace en jeu, mais aussi comme acteur.trices de l’actualisation locale de règles territorialisées. Ils et elles construisent souvent un discours sur les limites des qualifications juridiques de l’espace et peuvent élaborer des revendications impliquant la mise en œuvre de prescriptions juridiques territorialisées. Dans cette acceptation, ce n’est donc pas seulement le conflit – comme action collective sur une base spatiale – qui constitue un processus de territorialisation ni même l’interaction entre le conflit et un aménagement présentant une certaine spatialité ; mais bien la double expérience de construction d’un acteur collectif dans le conflit et de confrontation de ce réseau d’habitant.es aux procédures territorialisées d’action publique (Azuela, Melé, Ugalde, 2015 ; Melé, 2008).

27On retrouve d’une façon différente la puissance d’une idée de communauté locale territorialisée dans l’engouement pour la ZAD de Notre-Dame-des-Landes comme horizon politique généralisé. L’imaginaire de la ZAD comme territoire libéré dans lequel s’inventent de nouvelles façons d’occuper l’espace est très présent dans la réception médiatique et au sein des productions écrites (essais ou scientifiques) produites sur cette occupation. La ZAD est devenue la preuve en acte de la capacité de politisation d’une forme de lutte mêlant résistances aux grands projets inutiles et imposés et recherche d’une nouvelle forme d’habiter : une « critique en acte de la vie quotidienne qui démontrerait in situ qu’un autre monde est possible » (Pruvost 2017, p. 36). Les références à la ZAD comme communauté territorialisée sont nombreuses. Or l’étude de G. Pruvost montre que les formes d’habitat construites sur la ZAD peuvent présenter des modalités différentes de séparation entre espaces ouverts et espaces réservés à l’usage des constructeurs, d’autres espaces pratiquant un accueil inconditionnel sans nécessité d’interconnaissance (Pruvost 2017, p. 49). Les mobilités et les relations entre les différentes zones occupées sont ici constitutives de l’habiter sur les ZAD, la participation aux assemblées, à certaines rencontres étant aussi nécessaire que la fréquentation des voisins (Pruvost, 2017, p. 49). Plus qu’un territoire, la ZAD analysée par G. Pruvost constitue un espace public, une forme de spatialisation particulière – sous la forme d’un habitat très dispersé – de mode de vies et d’action politique alternatifs (Id., p. 50).

28Dans ce numéro, deux textes traitent directement de la question de l’ancrage territorial d’une mobilisation au sein d’un quartier. M. Caro, on l’a vu, en identifiant différentes formes d’attachement aux lieux, s’éloigne de la forme du quartier village préservant certaines relations sociales spécifiques. Ce texte identifie dans l’argumentaire des personnes mobilisées l’essentialisation du quartier Montorgueil, une forme d’animisme dotant le quartier d’un esprit, d’une âme, d’une culture ancrée dans l’héritage culturel revendiqué des halles et d’un marché populaire. Le texte de S. Spera sur le quartier d’Exarchia à Athènes porte sur un lieu symbolique de la contestation, considéré comme « quartier anarchiste » ou « zone sans police ». Cette recherche analyse les effets sur le peuplement du quartier de cette réputation liée à la mémoire des luttes des années 1970 et à l’implantation de nombreux squats après la crise de 2008. La diversité des formes d’occupation du quartier, les oppositions dans le rapport à l’espace des ancien.nes habitant.es, des activistes anti-autoritaires et des migrant.es sont décrites ainsi que les modalités d’inscription dans l’espace des squats. L’auteur remet en question la position largement répandue qui fait des squats, et des quartiers où ils sont nombreux, des « espaces libérés » comme si « les idéaux politiques antiautoritaires semblent s’incarner directement, presque sans aucune friction, dans l’espace ». La cause antiautoritaire est ainsi « territorialisée et projetée » sur le quartier d’Exarcheia par les militant.es. Il analyse finement la façon dont un squat doit gérer des « indésirables », et dont des mécanismes d’enfermement et d’exclusion sont produits dans le quartier malgré l’idéologie antiautoritaire. En tentant d’exclure certains usager.es déviant.es – les trafiquants et revendeurs de drogues – des militant.es développent un comportement territorial et tentent de renforcer leur appropriation du quartier. Le lieu refuge est devenu « un territoire à défendre dont la tradition politique serait menacée – mais l’exercice autoritaire de la défense jette une ombre de plus sur la nature antiautoritaire de cette tradition ». La conclusion souligne la nécessité de prendre en compte, dans ce cas comme dans d’autres, le « jeu complexe entre la matérialité du territoire, les habitudes socioculturelles qui le règlent, l’entrée de nouveaux habitants et l’idéologie politique qui défend certains usages de l’espace ».

29La question patrimoniale travaillée dans ce numéro par Géraldine Djament dans le contexte spécifique des recompositions des modes d’action politique dans la « banlieue rouge » permet d’introduire une autre façon de penser les relations entre attachement à des lieux ou sous-ensembles spatiaux et institutionnalisation. Ce texte analyse les engagements pour la reconnaissance de nouvelles formes de patrimoine symboles d’un moment particulier de l’histoire de la banlieue. L’auteure montre que les résistances patrimoniales prennent appui sur les formes de « territorialisations locales » caractérisées par un mode de vie et d’institutionnalisation spécifique et par le refus de la mondialisation. La patrimonialisation pensée comme valorisation des formes spécifiques d’un espace souvent stigmatisé ou considéré sans qualité devient une modalité de « territorialisation réactive » face à la déstabilisation d’un système de pouvoir local. Ce texte analyse les effets de cette patrimonialisation par « appropriation territoriale » caractérisée ici par l’imbrication entre stratégies des élu.es locaux, mobilisations de résident.es et d’associations pour la demande de reconnaissance patrimoniale de certains espaces emblématiques, et volonté de rappel de « l’identité locale » par la mise en valeur de la mémoire ouvrière. Dans certaines situations étudiées, l’attachement au lieu de résidence peut être conceptualisé à la fois comme cause et conséquence de la mobilisation patrimoniale ; dans d’autres des actions patrimoniales institutionnelles tentent de produire des modalités de territorialisation par appropriation.

Échelles, réseaux et localisations

30On a évoqué plus haut la nécessité d’inclure, dans les analyses et les réflexions sur les compositions entre lieux, localisations, engagements et attachements, une contextualisation fine dans des imaginaires dominants qui structurent les manières de les penser, tant dans la littérature que dans les pratiques.

31Il s’agit alors bien sûr de problématiser, comme déjà mentionné, l’idée répandue d’un lien nécessaire et allant de soi entre identité, territoire et engagement, et à rebours d’une « naturalité » présumée de celui-ci, de s’attacher à saisir les processus de construction des relations entre ces différentes dimensions. Bref, de focaliser l’investigation sur l’intense travail politique nécessaire à la constitution des arrangements diversifiés entre ces notions, de la part d’une diversité d’acteur.trices situé.es. Mais il s’agit plus largement de « penser contextuellement », tant ces arrangements et compositions dépendent des contextes de leur élaboration et ce à différentes échelles, articulées entre elles. On peut alors adopter, en suivant D. Massey (2005) une « vision relationnelle du lieu » dans laquelle « les lieux sont produits par leur localisation dans des champs de relations (économiques, sociales, politiques, culturelles et autres). Les lieux sont un point de condensation des relations et des connexions (flux, mobilités) qu’elles contiennent et permettent. Ainsi donc, si les lieux sont singuliers, ils le sont du fait des combinaisons singulières des multiples relations et connexions qui les ont produits » (Clarke, 2013, p. 45).

Une vision relationnelle du lieu et des identités

32Plusieurs articles de ce numéro s’inscrivent en partie dans une telle « vision relationnelle », quand leurs auteur.es soulignent par exemple comment des expériences à l’international peuvent, dans un contexte comme celui de l’Ariège, jouer en faveur de formes d’engagement auprès des réfugiés (W. Berthomière et C. Imbert) ou quand, dans le travail de N. Mézié, les débats sur la place de Port au Prince convoquent un ensemble d’imaginaires qui sont loin de se limiter à « l’ici et maintenant », et constituent un « espace ardemment politique » fait d’une « combinaison spatiotemporelle », d’une imagination topographique du politique articulant plusieurs échelles. Cette vision relationnelle porte alors une critique de « la pensée scalaire qui sous-tend notre compréhension des entités politiques modernes (villes, régions, nations, états…) [et] suppose qu’il y a des relations exclusives, hiérarchiques et ahistoriques au sein et entre ces entités, et dissimule leurs formes d’existence multiples, fluides et superposées » (Isin, 2007, p. 214).

33À un niveau plus général, certaines des (ré)émergences dans la littérature de la notion de « citoyenneté urbaine » s’inscrivent elles aussi dans une telle pensée relationnelle et une remise en cause de la « pensée scalaire » (Isin 2007). Si certaines caractéristiques habituellement attachées à la ville sont mobilisées pour justifier ce qualificatif (densité physique et sociale, diversité, opportunités diverses), il y a, pour un auteur comme E. Isin, à proprement parler de l’« urbain » dans les formes contemporaines de la citoyenneté urbaine du fait des caractéristiques de la ville, et plus particulièrement des « villes globales », inscrites dans des réseaux de marchandises, de services, de travail ou d’idées. Dans ces espaces à la fois connectés à d’autres et où s’expriment une diversité d’identités, émergent de nouvelles revendications et demandes ; « la ville est donc un espace politique où la formulation et la revendication de nouveaux droits sont devenues possibles » (Isin et Siemiatycki, 1999, p. 8). Plus encore, on ne peut comprendre l’émergence de ces nouvelles revendications de citoyenneté sans prendre en compte les dimensions proprement spatiales par exemple des présences de certaines fractions de la population, comme les Turcs en Allemagne ou les Latinos aux Etats-Unis (id.). S’il ne l’évoque pas directement, on peut supposer que les « institutions sociales migratoires » analysées par T. Lacroix dans ce numéro dépendent elles aussi de telles inscriptions spatialisées, tant dans les sociétés de départ que dans les sociétés d’installation. Comme le souligne S. Sassen, « les dynamiques contemporaines déstabilisent ces arrangements (bundlings) particuliers [entre citoyenneté et état-nation] et mettent en lumière le fait même qu’il s’agit d’arrangements particuliers. De par leurs effets déstabilisants, ces dynamiques produisent des ouvertures opérationnelles et rhétoriques pour l’émergence de nouveaux genres de sujets politiques et de nouvelles spatialités du politique » (Sassen, 2002, p. 80). C’est entre autres ce que met en lumière l’analyse de J-A. Boudreau, quand elle souligne l’existence à Mexico de subjectivités « plus réticulaires que territoriales », la rue étant alors un « vecteur d’expression rendant visible un réseau de subjectivités engagées ». Cette analyse mobilise également la figure d’une « citoyenneté urbaine active » qui n’est pas ancrée dans un attachement au lieu, qui n’est pas enracinement ou ancrage, ni un groupe localisé constitué en acteur collectif (à la différence des néo-pyrénéen.nes analysé.es par W. Berthomière et C. Imbert par exemple). Cette « citoyenneté urbaine active » est une « réticularité récurrente qui produit une territorialité » et l’auteure insiste alors sur la nécessité, plus que de prioriser les dimensions spatiales des relations socio-historiques, de temporaliser l’espace.

Montée en généralité et/ou conformation des attachements

34Le mouvement consistant à penser l’espace de manière relationnelle ne peut toutefois être pleinement fructueux qu’à condition d’inscrire l’analyse au sein d’une série d’autres re-conceptualisations, et notamment celles des identités et des engagements. En effet, comme l’ont analysé depuis un certain temps les anthropologues, les premières sont elles aussi relationnelles, « elles ne sont pas ancrées ou statiques, mais des productions en constante mutation » (Massey, 2004, p. 5). Quant aux seconds, ils doivent également être saisis autrement, notamment en dépassant la figure de la montée en généralité comme seule figure légitime de la politisation et du passage à la citoyenneté, et en saisissant aussi comment les attachements au proche peuvent constituer des figures et ressorts de politisation (Carrel, 2017). Ainsi, S. Déchezelles et M. Olive (2019) plaident pour que les engagements en faveur du proche soient « reconnus comme une forme à part entière d’expression politique légitime » (2019, p. 9). Les situations d’engagement, de mobilisation, de conflits peuvent être saisies à partir d’une problématique proche de celle de la construction locale du politique (Bertheleu et Bourdarias, 2008).

35S’il apparaît fondamental ici de se dégager du cadre d’interprétation NIMBY, pour ne pas disqualifier a priori les mobilisations ou formes d’engagement de proximité, et donc de retenir l’interprétation en prenant au sérieux les discours des acteur.es, il est aussi nécessaire de souligner que les mobilisations locales peuvent avoir pour objectif de réaffirmer l’appropriation d’un groupe ou de certain.es habitant.es sur un espace, et pour effets d’en exclure d’autres. M. Caro, dans ce numéro, identifie ainsi des processus de maintien de frontières symboliques dans la ville et de contrôle de la fréquentation du quartier face à la possibilité de l’ouverture de celui-ci, par l’implantation d’un fast-food, à la fréquentation de « jeunes de banlieue ».

36La notion souvent mobilisée de montée en généralité caractériserait la capacité, dans les mobilisations sur des enjeux de proximité, à déplacer le discours de justification en mobilisant des valeurs permettant d’éviter une disqualification du type NIMBY (Trom, 1999). Élargir le concernement, rendre publique une question, la transformer en problème public implique à la fois de mobiliser un public – un groupe de personnes affectées, concernées ou potentiellement concernées –, d’adopter une définition du ou des biens communs et de mobiliser l’attention et l’action des pouvoirs publics.

37Bien souvent toutefois, l’ancrage dans de telles valeurs apparaît comme une posture stratégique pour réussir la mobilisation. La généralisation de ce cadre d’analyse implique une vision des mobilisations dans lequel l’intérêt particulier (du propriétaire, de l’habitant, de l’usager) fonderait la mobilisation, malgré le « vernis » d’un discours plus général. Dans le cadre de la confrontation à des épreuves, les riverain.es mobilisé.es construiraient des capacités d’argumentation de ce type, soumis qu’ils seraient à des impératifs de justification les obligeant à ancrer leurs revendications dans des grandeurs (Boltanski et Thévenot, 1991).

38Or, il est possible de construire une critique de cette vision en notant, d’une part que l’ancrage dans des valeurs est souvent présent dès le début de la mobilisation (Fourniau, 2007) et, d’autre part, que de nombreux travaux montrent que les mobilisations peuvent être analysées comme la construction de collectifs hybrides impliquant des riverain.es, des acteur.rices politiques et institutionnel.les, des amateur.trices, ou des militant.es. Il importe donc de penser aussi la diffusion, l’hybridation des positions entre différent.es acteur.trices au sein des mobilisations et de considérer la construction d’alliances comme constitutive de celles-ci. Les espaces de références, les modalités de l’ancrage au sein des espaces enjeux, les ressources et les capacités à agir à des échelles multiples peuvent être très différentes selon les acteur.trices qui entrent entre relation et construisent des alliances dès le début de la mobilisation.

39Dans ce numéro, M. Caro identifie une autre forme de « montée en généralité », qui impliquerait le passage d’une position NIMBY à une position relevant du « Niaby » (Not In Anyone’s Backyard) lorsque la cause du refus de l’implantation d’une enseigne de fast-food est portée devant les instances de la Ville de Paris, au nom de la santé publique et de la lutte contre l’obésité. Dans ce cas donc, on est confronté à une situation où protection d’un relatif « entre-soi » social et « généralisation » de la mobilisation locale s’articulent de manière complexe, sans qu’il soit possible de réduire le deuxième à un pur argument stratégique venant donner un vernis de légitimité à des égoïsmes locaux.

40Il est aussi possible de penser les mobilisations et formes de l’engagement comme des alliances ouvertes aux « non humains ». En effet, les groupes mobilisés n’agissent pas seuls et prennent appui, produisent des idées, références ou objets dont on ne peut négliger le rôle dans l’action. Dans le vocabulaire de M. Callon, J. Law (1997) ou B. Latour (1999), il s’agirait de la constitution d’alliances entre humains et non-humains débouchant sur la conformation d’un acteur-réseau. Dans cette optique, D. Boullier considère que le montage de l’intérêt général, à partir de ce qui est d’abord un intérêt collectif, passe par un travail amenant « à faire reconnaître dans la sphère politique des entités au départ fort éloignées, telle que des chevreuils, l’attachement à un paysage ou le coût des accidents de la route » (2000, p. 94). La rencontre, « l’attachement » entre humains et non humains, la construction de collectifs, est réputée produire quelque chose de neuf (Barbier et Trepos, 2007). Le langage des actants, l’intérêt pour les processus de co-construction, d’hybridation, de configurations des mondes, a irrigué les travaux sur certaines formes de conflits environnementaux.

41Un autre registre de critique de certains usages de la « montée en généralité » comme (seule) figure légitime des mobilisations localisées découle d’une remise en cause du « détachement » et de l’abstraction comme figures indispensables du passage à une véritable citoyenneté, et au politique. Y compris la qualification de « civique » utilisée par M. Caro pour qualifier un engagement « qui se défend d’intérêts particuliers tout en s’inscrivant dans une mobilisation localisée » pourrait être lue comme reproduisant cette conception d’une citoyenneté nécessairement dégagée des dits intérêts « particuliers ». On en revient alors ici à la nécessité de déployer dans le même mouvement un ensemble de re-conceptualisations, du territoire et du local, mais aussi des identités, des attachements et des citoyennetés. Ainsi, là aussi dans une logique attentive aux contextes, la démarche qui s’attache à saisir, dans le contexte français, comment « de la politique se loge dans les attachements de proximité, dans une prolifération d’usages qui lient pratiquement des habitants à une ville ou à un quartier » (GRAC, 2014) fait sens en tant que cette posture permet de discuter de manière critique les représentations dominantes, qui structurent tant les discours politiques que certaines analyses scientifiques, des liens entre engagement, identité et localité. Comme le soulignent les mêmes auteur.es, l’attention portée à des formes de « petite politique » (Overney, 2014) permet de dépasser les apories « d’une définition de la délégation politique à la française qui implique un détachement d’avec les communautés d’appartenance au profit d’une réinscription dans un cadre national étatique et d’un intérêt général préconstruit » (GRAC, 2014). Autrement dit, considérer comme des ressources potentielles des formes d’attachement, ne pas les réduire à des égoïsmes ou à des intérêts illégitimes parce que décrits comme « particuliers » nécessite de penser autrement le politique et la citoyenneté, comme également inscrits dans des formes d’attachement et de concernement (Carrel et Neveu, 2014 ; Carrel, 2017 ; Neveu, 2014). Dès lors, « Prendre en compte cet ordinaire de la politique, c’est tout à la fois considérer les ancrages corporels, affectifs et pratiques d’engagements toujours situés, en ce qu’ils prennent précisément appui sur une participation ordinaire au cours des choses, et regarder comment ce faisant, cette participation en vient à son tour à modifier le cours même des choses » (GRAC, 2014)

42Enfin, l’attention portée à des formes d’attachement et ces formes elles-mêmes s’inscrivent nécessairement dans une discussion critique située, où les ressources disponibles pour de tels attachements et leurs usages n’existent pas in abstracto ou « de manière générale ». Ainsi, E. Doidy montre que le recours à une rhétorique de l’enracinement soulève des problèmes complexes pour ces éleveurs jurassiens qui souhaitent affirmer leur engagement « dans le proche ». Il souligne alors l’importance de prêter attention à « quels biens du proche » sont visés dans les compositions entre le proche et le public. Tous ne mettent pas en avant les mêmes « biens » pour appuyer leurs engagements dans le proche, entre topiques de l’identité, du ressentiment et du soin, d’autant que dans le contexte local, et plus généralement dans le monde agricole, « toute réappropriation du lexique de l’enracinement […] paraît […] délicate » (Doidy, 2008, p. 158) tant elle est historiquement associée à des projets politiques réactionnaires. Il s’agit bien alors comme le suggère F. Chateauraynaud de « s’atteler à identifier, reconnaître, mettre en perspective et en discussion, les façons d’avoir et de donner prise – ce qui n’est possible qu’en associant une approche pragmatique par l’enquête et un regard critique par la discussion des catégories et des normes » (Chateauraynaud, 2019). Ce sont alors les notions mêmes de responsabilité et de soin (care) qui peuvent être pensées de manière relationnelle et incarnée, en les « libérant » de la contrainte de la localisation et de la territorialisation (Massey, 2004).

Des lieux locaux et globaux

43Comme on vient de l’évoquer, la figure de la montée en généralité reproduit et alimente une vision de la citoyenneté comme toute faite de capacité d’abstraction, opposant souvent ainsi le citoyen.ne à l’habitant.e, et inscrit dans des combinaisons figées entre échelles, rôles et catégories (Neveu, 2011).

44Si l’on reprend la question des « imaginaires dominants », articulée à celle d’une critique de la « pensée scalaire » (Isin, 2007) et à une prise en compte fine des contextes au sens de J. Clarke, on peut alors engager une analyse des « politiques des échelles », c’est-à-dire du travail politique déployé pour assigner certaines qualités, limites ou fonctions à certaines échelles (Neveu, 2013). Pour D. Massey, il existe ainsi dans les sociétés occidentales, pour de multiples raisons, une « géographie hégémonique » du soin (care) et de la responsabilité, qui prend la forme d’un « ensemble imbriqué comme des poupées russes », une géographie qui est complètement territoriale et prend comme point de départ le petit et le proche. Pour l’auteure, cette géographie : « est renforcée de manière cruciale par le refrain qui situe le local comme le siège des significations authentiques et en conséquence le global comme un extérieur abstrait, dépourvu de sens » (Massey, 2004, p. 9). Cette « cartographie de sens commun de l’espace politique et social » reposant principalement sur une « topographie verticale du pouvoir » (Ferguson, 1994) a en effet des conséquences réelles sur nos analyses, puisque cette verticalité est associée à des représentations sur le local (comme authentique, ancré, concret) d’une part et le global (et/ou l’État) comme artificiel et abstrait d’autre part.

45Deux des limites de cette disjonction entre local et global sont intéressantes dans le cadre de la réflexion proposée ici. La première limite, opposant la « véracité » du local à l’abstraction du global, nous oblige à revenir à nouveaux frais sur la disjonction courante entre lieu (place) et espace (space). Pour D. Massey, l’idée selon laquelle « le lieu est de l’espace auquel on assigne des significations (Carter et al., 1993 p. xii) […] est à la fois intenable intellectuellement et politiquement problématique » (Massey, 2004, p. 7), notamment en ce qu’elle situe le système économique capitaliste mondialisé dans un espace abstrait et désincarné, et reproduit ainsi un imaginaire de l’économie (ou du marché) comme une « machine », inaccessible à tout débat politique. Or, en tant que pratiques culturelles, ou du moins en tant qu’ils ont des dimensions culturelles, les processus économiques, politiques et sociaux de la mondialisation sont, comme les autres pratiques culturelles, situés et localisés. Dès lors, « L’“espace global” n’est ni plus ni moins que la somme des relations, des connexions, des incarnations et des pratiques. Ces choses sont profondément quotidiennes et ancrées en même temps qu’elles peuvent, quand elles sont liées, circuler autour du monde. L’espace n’est pas hors du lieu ; il n’est pas abstrait ; il n’est pas “là-haut” ou désincarné » (Massey, 2004, p. 8). Ou pour reprendre le terme de S. Löw : « le global est “localisé” (located) dans un espace incorporé (embodied), négocié et signifié à travers les relations sociales et les contextes culturels et politiques spécifiques » (Löw, 2009, p. 34).

46La deuxième limite pourrait être décrite, comme conséquence de ce qui précède, comme une « exonération » du local de toute contribution concrète aux processus de la globalisation. Celui-ci est fréquemment perçu et constitué comme « l’échelle » idéale d’un rapport concret au politique/aux enjeux politiques, une ressource d’identité (retrouvée) et de résistance aux effets délétères de la mondialisation néo-libérale ; l’espace privilégié d’une proximité qui fournirait « naturellement » les ressources nécessaires au redéploiement de la solidarité et de la citoyenneté (Neveu, 2013). C’est en partie dans cette logique que s’inscrit l’analyse de G. Djament, pour qui les formes de territorialisation du patrimoine sont une réponse à la déterritorialisation globalisée de l’industrie, permettant la « recréation d’un ancrage territorial compromis » et la réactivation d’« un modèle social territorialisé ». Mais à trop considérer « le local » comme espace de territorialisation des résistances à un ordre mondial global, il y a un risque d’oublier de prendre en compte des formes du « local » qui, loin de constituer de tels espaces de résistance, sont le cœur localisé de la globalisation, comme c’est le cas par exemple de la ville de Londres (Massey, 2004).

47Dans la même veine, F. Chateauraynaud nous invite à « penser les dynamiques locales en sortant d’une logique adaptative à partir de scénarios et de modèles élaborés à l’échelle globale […] » (Chateauraynaud, 2019). Les travaux sur les formes d’engagement sur des causes environnementales permettent de penser autrement la place de ce que cet auteur nomme milieux et la question des échelles. Par l’intermédiaire d’une mobilisation sur le devenir d’un espace, ce dont il est question, c’est bien de tenter, « d’infléchir, de retourner, de détourner la direction prise par tel ou tel développement » (2019, p. 10) et l’on pourrait dire les formes de localisation des futurs. On peut lire dans ces processus le poids des idéologies, les valeurs, ou l’adhésion des acteur.trices à des façons de voir ou de penser le futur mais aussi l’influence des formes d’encastrement dans des milieux, dans des environnements, des formes d’attachement pensées non comme un rapport affectif à l’espace mais comme une modalité d’être dans des milieux. La notion de balistique sociologique propose de focaliser l’attention sur la trajectoire des causes environnementales et permet de penser à la fois la diffusion et les effets des processus de localisation. La construction de causes, la genèse d’affaires nationales, peuvent être étudiées à partir d’alertes localisées et d’événements locaux et de la façon dont certains acteurs « interprètent les trajectoires et jonglent avec différentes échelles » (Chateauraynaud, 2011, p. 20).

Conclusion

  • 3 Au sens donné à ce terme par E. Dagnino, d’une « combinaison particulière de croyances, d’aspiratio (...)

48Nous plaidons donc ici pour une attention renouvelée au travail de constitution des collectifs et des référents spatiaux pertinents par les individus engagés et les groupes mobilisés. Les travaux rassemblés dans ce numéro de L’Espace politique proposent tous des éléments mettant en avant la nécessaire contextualisation des réflexions sur les relations entre engagements, territorialisation et échelles d’action. Sans doute conviendrait-il alors de mener un travail transversal plus poussé sur les différentes formes de contextualisation des arguments et des analyses, tant des chercheur.es que des autres acteur.trices sociaux. Autrement dit, cette contextualisation devrait également prendre en compte les « projets politiques »3 à l’œuvre et la « disponibilité » de certaines ressources, y compris les conditions mêmes d’une possibilité d’y avoir recours.

49Analyser la place de l’espace dans les actions collectives liées à des mobilisations ou des engagements localisés permet de centrer l’analyse sur des situations dans lesquelles les processus de constitution du sens des espaces, lieux et territoires se donnent à voir d’une manière particulièrement prégnante. La pensée relationnelle des lieux de D. Massey mobilisée ici est, pour notre propos, assez proche de la conception processuelle de l’espace de M. Löw (2015) : si l’espace n’est plus un contenant du social, ni seulement une ressource pour l’action, mais se voit intégré au contexte de l’action – sous la forme de la construction d’attachements, de stratégies de territorialisation ou de la composition pertinente des échelles d’action – il est alors possible de souligner l’importance de saisir les situations d’engagement à partir des politiques de l’espace mises en place par les individus ou les groupes engagés dans des actions collectives.

Haut de page

Bibliographie

AUDAS, N., MARTOUZET, D. 2008, « Saisir l’affectif urbain. Proposition originale par la cartographie de réactivation des discours », in Penser la ville - approches comparatives, Khenchela, Algérie.

AUTHIER, J.-Y., BACQUE, M.-H., GUÉRIN-PACE, F., 2007, Le quartier, Paris, La Découverte.

AZUELA, A, 2013, « “La terre ne se vend pas, elle s’aime et se défend”. La productivité sociale du conflit pour Atenco Mexico », in Melé P. (dir.), Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, PUR, p. 323-349.

AZUELA, A., MELÉ, P., UGALDE, V., 2015, « Conflits de proximité et rapport(s) au(x) droit(s) », Développement durable et territoires. Économie, géographie, politique, droit, sociologie, En ligne : https://developpementdurable.revues.org/10787.

BARBIER, R., TREPOS, J.-Y., 2007, « Humains et non-humains : un bilan d’étape de la sociologie des collectifs », Revue d’anthropologie des connaissances, p. 35-38.

BERTHELEU, H., BOURDARIAS, F., 2008, Les constructions locales du politique, Tours, PUFR.

BOLTANSKI, L., THÉVENOT, T., 1991, De la justification, les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

BOUDREAU, J-A., BOUCHER, N., LIGUORI, M., 2009, « Taking the bus daily and demonstrating on Sunday: Reflections on the formation of political subjectivity in an urban world », City, vol. 13, n° 2-3, p. 336-346.

BOULLIER, D., 2001, « Derrière chez moi...l’intérêt général, le bois de Soeuvres à Rennes », Le génie associatif, 10 portraits, Textuel.

BOURDEAU, V., FLIPO, F., 2011, « Du bon usage de la communauté », Mouvements, n° 68, p. 85-99.

CABALLERO LOPEZ, P., 2007, Récits des origines, variations identitaires et conflits pour la légitimité politique à Milpa Alta, Mexico DF (XVIIe-XXIe siècle) : ethnographier l’Etat et historiciser l’ethnicité, EHESS, Thèse de doctorat.

CALLON M., LAW J., 1996, « L’irruption des non-humains dans les sciences humaines : quelques leçons tirées de la sociologie des sciences et des techniques », in B. Reynaud, Les limites de la rationalité, tome 2, Les figures du collectif, Paris, Editions la découverte, 1997, p. 99-125.

CARREL M., 2017, Pouvoirs d’agir dans les quartiers populaires. Pour une sociologie de la citoyenneté au croisement de l’ordinaire, du mouvement social et des institutions, Mémoire original pour l’HDR, Saint-Denis, Université Paris 8.

CARREL, M. et NEVEU, C. (dir.), 2014, Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala.

CENTEMERI, L., 2015, « Entre expertises et émotions, les controverses relatives à l’extension de l’aéroport de Milan Malpensa », in Traïni C. (dir.), Emotions et expertises, les modes de coordination des actions collectives, Rennes, PUR, p. 127-146.

CHATEAURAYNAUD, F., 2011, Argumenter dans un champ de forces, essai de balistique sociologique, Paris, Petra.

CHATEAURAYNAUD, F., 2019. « De la criticité des causes environnementales », in Carlino V. et Stein M. (dir.), Les paroles militantes dans les controverses environnementales. Constructions, légitimations, limites, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

CLARKE, J., 2013. « Contexts : forms of agency and action », in C. Pollitt (dir.) Context in Public Policy and Management : the missing link ?, Cheltenham, E. Elgar, pp. 22-34.

COSSART, P., TALPIN, T., 2015, Lutte urbaine. Participation et démocratie d’interpellation à l’Alma-Gare, Paris, Ed. du Croquant.

DAGNINO, E., 2002. « Sociedad civil, Espacios públicos y construcción democrática en Brasil : Limites y Posibilidades », in Dagnino E. (dir.) Sociedad civil, Espacios públicos y democratización : Brasil, Mexico, Fondo de Cultura Económica.

DEBARBIEUX, B., 2006, « Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d’identité en géographie » L’Espace géographique, Vol. 35, n° 4, p. 340-354.

DEBARBIEUX, B., 2014, « Enracinement – Ancrage – Amarrage : raviver les métaphores », L’Espace géographique, vol. 43, n° 1, p. 68-80.

DECHEZELLES, S. et OLIVE, M., 2016, « Introduction Lieux familiers, lieux disputés Dynamiques des mobilisations localisées », Norois, vol. 238-239, n° 1-2, p. 7-21.

DECHEZELLES, S., 2019, « Être du coin, défendre des lieux, l’autochtonie protestataire dans l’engagement contre l’éolien de grande taille en France », in S. Dechézelles et M. Olive (dir.), Politisation du proche, les lieux familiers comme espaces de mobilisation, Rennes, PUR, p. 239-263.

DEWEY, J. 2003, Le public et ses problèmes, Pau, Publications de l’université de Pau, Farrago, Editions Léon Scheer, (première édition en anglais : 1927).

DOIDY, E., 2008. « Cultiver l’enracinement. Réappropriations militantes de l’attachement chez les éleveurs jurassiens », Politix, Vol. 21, n° 83, p. 155-177.

FERGUSON, J., 1994. « Power Topographies », in Nugent D. et Vincent J. (dir.), A Companion to the Anthropology of Politics, Londres, Routledge, p. 383-399.

FOURCAUT, A., 2002, « De la classe au territoire ou du social à l’urbain », Le Mouvement Social, n° 200, p. 170-176 [En ligne]] URL : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2002-3-page-170.htm

FOURNIAU, J.-M., 2007, « L’expérience démocratique des “citoyens en tant que riverains” dans les conflits d’aménagement », Revue européenne des sciences sociales, tome 45, p. 149-179.

GLEVAREC, H., SAEZ, G., 2002, Le patrimoine saisi par les associations, Ministère de la culture et de la communication, La documentation française.

GOODWIN, J., JASPER, J., POLLETA, F., 2019, « Why Emotions Matter », in J. Goodwin, J. Jasper, F. Polleta (Eds.), Passionate Politics, Emotions and Social Movements, Chicago, The University of Chicago Press, p. 1-24.

GRAC, 2014. « Pragmatique des contre-politiques de la ville. Alliances, équipements collectifs et milieux de vie », in Carrel M., Neveu C. (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala, p. 29-64.

GUÉRIN-PACE, F., 2006, « Sentiment d’appartenance et territoires identitaires », L’Espace géographique, Vol 4-35, p. 298-308

GUÉRIN-PACE, F., GUERMOND, Y. 2006, « Identité et rapport au territoire », L’Espace géographique, Vol 4-35, p. 289-290.

MARTINET, G., 2019, « Que reste-t-il du barrio dans une métropole contemporaine ? Habiter et s’approprier deux quartiers de Buenos Aires en mutation, Villa Urquiza et Villa del Parque », Information géographique, n° 2, p. 104-121.

ISIN, E., SIEMIATYCKI, M., 1999, « Fate and Faith : Claiming Urban Citizenship in Immigrant Toronto », Working Paper n° 8, Joint Centre of Excellence for Research on Immigration and Settlement, Toronto.

ISIN, E., 2007. « City.state : Critique of Scalar Thought », Citizenship Studies, Vol. 11, n° 2, p. 211-228.

JASPER, J., 2011, « Emotions and Social Movements: Twenty Years of Theory and Research », Annual Review of Sociology, 37:1, p. 285-303.

LARDEUX, L., 2018, « ‪Engagement transnational des descendants d’immigrés : carrières militantes et “rapport aux origines”‪ », Cultures & Conflits, n° 109, p. 61-82.‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

LATOUR, B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La découverte.

LE BERRE, M., 1992, « Territoires », in A. Bailly, R. Ferras, D. Pumain (dir.), Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, p. 617-633.

LECOURT, A., 2003, Les conflits d’aménagement, analyse théorique et pratique à partir du cas breton, Thèse de doctorat, Université de Rennes 2.

LUSSAULT, M., 2003, « Quartier », in J. Lévy, M. Lussault (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 758-760.

LOMNITZ, C., 1999, « Les centres et la dialectique de la distinction à Tepoztlán », Le mouvement social, n° 187, p. 33-61.

LÖW, M., 2015, Sociologie de l’espace, Paris, Editions de la MSH.

LÖW, S., 2009, « Towards an anthropological theory of space and place », Semiotica, vol. 175, n° 1-4, p. 21-37.

LYMAN STANFORD M.; SCOTT M., 1967, « Territoriality: a neglected sociological dimension », Social problems, vol. 15, n° 2, p. 236-249.

MANZO, L.; PERKINS D., 2016, « Finding Common Ground: The Importance of Place Attachment to Community Participation and Planning », Journal of Planning Literature, Vol. 20, No. 4., p. 335-350.

MARTINEZ ALLIER, J., 2014, L’écologisme des pauvres. Une étude des conflits environnementaux dans le monde, Paris, Les Petits matins/Inst. Veblen.

MARTOUZET, D., 2014, Ville aimable, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Villes et territoires ». 

MASSEY, D., 2004. « Geographies of Responsibility », Geographiska Annaler 86B, n° 1, p. 5-18.

MELÉ, P. (dir.), 2013, Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

MELÉ, P. ; AZUELA, A. ; GERMAIN, A. et al, 2013, « Analyser la productivité des conflits de proximité », in Melé P. (dir.) Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 389-428.

MELÉ, P., 2011, Transactions territoriales, Patrimoine, environnement et actions collectives au Mexique, Tours, PUFR.

MELÉ, P., 2008, « Territoires d’action et qualifications de l’espace », in Melé P., Larrue C. (dir.), Territoires d’action, Paris, L’Harmattan, p. 15-45.

MILLER, M. J., 2002, « Le “quartier” comme enjeu social et politique : Alma Gare dans les années 1970 », Genèses, n° 48, p. 77-99.

NEVEU, C., 2003. « Une “petite fabrique de territoire” : quartiers et citoyenneté à Roubaix », Ethnologie Française, Vol. XXXIV, n° 1, p. 59-66.

NEVEU, C., 2011, « Habitants, citoyens : interroger les catégories », in M.-H. Bacqué et Y. Sintomer (dir.), La démocratie participative. Histoire et généalogie, Paris, La Découverte.

NEVEU, C., 2013, « Sites of citizenship, politics of scale », in W. Maas (Ed.), Multilevel Citizenship, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, p. 203-212.

NEVEU, C., 2014, « Practising citizenship from the ordinary to the activist », in Isin E. et Nyers P. (dir.), Routledge Handbook of Global Citizenship Studies, Londres, Routledge.

OVERNEY, L., 2014. « Par-delà la “participation des habitants”. Pour une ethnographie de la petite politique », in Carrel M., Neveu C. (dir.), Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris, Karthala p. 131-166.

PRUVOST, G., 2017, « Critique en acte de la vie quotidienne à la ZAD de Notre-Dame des-Landes (2013-2014) », Politix, n° 117, p. 35-62.

RETIÈRE, J.-N., 2003, « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, vol. 63, n° 3, p. 121-143.

RETIÈRE, J.-N., 2013, « Capital d’autochtonie », in I. CASILLO et alii (dir.), Dictionnaire critique et interdisciplinaire de la participation, Paris, GIS Démocratie et Participation, URL : http://www.dicopart.fr/fr/dico/capital-dautochtonie.

SACK, R.D., 1986, Human Territoriality: its Theory and History, New-York, Cambridge University Press.

SASSEN, S., 2002. « The repositioning of Citizenship : Emergent Subjects and Spaces for Politics », Berkeley Journal of Sociology, vol. 46, p. 78-103.

SÉBASTIEN, L., 2016, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? Étude de cinq territoires ruraux », Norois, n° 238-239, p. 23-41 [En ligne] https://journals.openedition.org/norois/5846

SENCÉBÉ, Y., 2004, « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois », Ethnologie Française, Vol. 34, n° 1, p. 23-29.

TISSOT, S. ; POUPEAU, F., 2005, « La spatialisation des problèmes sociaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 159, p. 4-9 [En ligne] https://www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2005-4-page-4.htm

TRAÏNI, C., 2015, « Des dispositifs visant à la coordination de l’action collective », in C. Traïni (dir.), Emotions et expertises, les modes de coordination des actions collectives, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 15-29.

TROM, D., 1999, « De la réfutation de l’effet Nimby considérée comme une pratique militante », Revue Française de Science Politique, vol. 49, n° 1, p. 31-50.

VERMEERSCH, S., 2006, « Liens territoriaux, liens sociaux : le territoire, support ou prétexte ? », Espaces et sociétés, n° 126 p. 53-68.

Haut de page

Notes

1 Nous écrivons en italiques les références aux articles publiés dans ce numéro.

2 Au sens du pragmatisme de John Dewey (2003).

3 Au sens donné à ce terme par E. Dagnino, d’une « combinaison particulière de croyances, d’aspirations, de désirs, d’intérêts, de conceptions du monde et de représentations sur ce que la vie en société devrait être, qui guide l’action politique de différents sujets » (Dagnino, 2002).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrice Melé et Catherine Neveu, « Rapports à l’espace et formes d’engagement.
Attachements, territorialisation, échelles d’action », L’Espace Politique [En ligne], 38 | 2019-2, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6681 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6681

Haut de page

Auteurs

Patrice Melé

UMR CITERES, Université de Tours, CNRS,
patrice.mele@univ-tours.fr

Catherine Neveu

Institut Interdisciplinaire d'Anthropologie du Contemporain (IIAC), CNRS-EHESS,
catherine.neveu@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals