Navigation – Plan du site
Rapports à l'espace et formes d'engagement : ancrage, attachement, territorialisation

Éprouver l’attachement au lieu : l’épreuve d’un conflit de proximité

Experiencing place attachment: the test of a local conflict
Mathilde Caro

Résumés

A partir d’une monographie menée à Montorgueil, quartier gentrifié du centre historique de Paris, cet article propose d’étudier les modalités d’attachement au lieu comme support et vecteur d’engagement dans le cadre d’un conflit de proximité – la mobilisation de riverains contre l’implantation d’un fast-food – envisagé comme une expérience par laquelle s’éprouve l’attachement. La question suivante a, en filigrane, guidé notre recherche : comment ce lien au lieu, par définition pluriel car il relève de l’individuel et de l’affectif, peut-il conduire à une mobilisation collective ? Nous soumettons l’hypothèse de la coexistence d’une pluralité d’attachements, pouvant s’étendre au-delà d’une échelle locale et conduisant à une coopération pour la défense d’un lieu. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au contexte socio-spatial du conflit de proximité étudié. Nous présenterons une grille de lecture – issue de la littérature ainsi que des observations ethnographiques et entretiens qualitatifs réalisés dans le cadre de cette lutte – permettant d’observer empiriquement l’attachement au lieu. Dans un second temps, nous présenterons trois formes d’attachement au lieu, à travers l’étude des registres de justification mobilisés par les acteurs à l’épreuve de ce conflit : l’attachement au lieu symbolique, électif et civique. A travers le concept d’attachement au lieu, cet article souligne qu’une expérience spatiale de mobilisation ne relève pas nécessairement de la préexistence d’un groupe localisé : la diversité des liens affectifs que les individus entretiennent avec un lieu peuvent coexister et conduire à une forme de coopération, recouvrant diverses formes et modalités d’engagement. Ce travail propose notamment de contribuer à l’approche de l’attachement au lieu, concept encore méconnu permettant de saisir la dimension spatiale de liens sociaux.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Si l’attachement au lieu se définit au sens large comme le lien affectif qui s’instaure entre un individu et un lieu (Low et Altman, 1992), les contours de ce concept sont encore peu spécifiés. Utilisé en sociologie urbaine dans l’analyse des relations de voisinage (Young et Willmott, 1957 ; Coing 1966 ; Fried, 1973), il renvoie au fait que les individus sont attachés à leur lieu de résidence par les liens et réseaux sociaux qui s’y déploient (qu’ils soient familiaux, professionnels ou associatifs). L’attachement au quartier est alors invoqué pour expliquer l’attachement à la communauté, principalement dans le cadre d’études réalisées entre les années 1950 et 1980 sur des quartiers ouvriers marqués par une faible mobilité. Avant tout présenté comme un facteur d’intégration et de cohésion (Coing 1966), l’attachement peut aussi être une source de souffrance lors du changement de résidence des individus (Fried, 1973). Dans des travaux plus récents prenant en compte les enjeux liés à la mobilité contemporaine, l’usage du concept est principalement envisagé comme un degré élevé d’appréciation de l’espace, alors utilisé pour décrire les rapports positifs que peuvent avoir des individus avec leur quartier (Allen, 2007 ; Guérin-Pace, 2007).

2Bien qu’encore peu appréhendé dans des situations de tensions sociales, une relation de réciprocité entre conflit et attachement au lieu a été mise en évidence par l’étude de dynamiques de mobilisations localisées : les conflits cristallisent l’attachement (Dechezelles et Olive, 2016) et l’attachement produit du conflit (Sébastien, 2016). D’une part, les acteurs (re)découvrent dans ces situations les vertus des lieux, qu’ils apprennent ou réapprennent à aimer (Dechezelles et Olive, 2016). En cela, les conflits participent au développement de l’attachement à un lieu tant ses qualités (comme sa beauté ou son utilité) se retrouvent en débat et se formalisent lorsqu’il s’agit de le défendre (par exemple, face à des projets de rénovation urbaine (Céfaï et Lafaye, 2001)). D’autre part, l’attachement se mue en cause d’engagement et devient un vecteur de mobilisation parce qu’il permet « le développement d’une identité spatiale collective et un engagement politique en faveur du lieu aimé » (Sébastien, 2016, p. 23). En tant que facteur d’engagement, il peut ainsi être une source de tension et de conflits possibles, notamment dans des contextes de crise (Micha et Vaiou, 2015). Il s’agit à ce titre de souligner que l’attachement est la plupart du temps étudié dans des contextes de changement urbain (Botea et Rojon, 2015), qui concrétisent ce lien tant la perte de repères fait émerger ce à quoi l’on est attaché.

3Cet article propose d’étudier les modalités d’attachement au lieu comme support et vecteur d’engagement dans le cadre d’un conflit de proximité – envisagé comme une expérience par laquelle s’éprouve l’attachement – en portant une attention particulière à ses formes plurielles. L’hypothèse générale est qu’il existe une pluralité d’attachements au lieu pouvant conduire à une coopération qui s’étend au-delà d’une échelle locale. Il ne s’agira pas de rendre compte de l’évolution de l’attachement au lieu au fil d’une mobilisation qui s’étend sur la longue durée, mais bien de restituer la diversité et la plasticité des motifs d’action que recouvre l’attachement lors d’un conflit de proximité, qui prend forme au prisme d’une unité de lieu. La question suivante a, en filigrane, guidé notre travail : comment ce lien au lieu, par définition pluriel car il relève de l’individuel et de l’affectif, peut-il conduire à une mobilisation collective ? Nous nous intéresserons dans un premier temps au contexte socio-spatial du conflit de proximité étudié et à la manière dont s’observe empiriquement l’attachement au lieu en présentant une grille de lecture, issue de la littérature et de nos observations. Dans un second temps, nous présenterons trois formes d’attachement au lieu qui ont émergé du matériel empirique recueilli, à travers l’étude des registres de justification mobilisés par les acteurs à l’épreuve de ce conflit de proximité : l’attachement au lieu symbolique, électif et civique. Au regard de ces éléments, il s’agira finalement de décrire un processus d’attachement, diversement éprouvé par l’expérience d’engagement d’acteurs pour un lieu, qui recouvre une pluralité de sens et d’enjeux.

Conflit de proximité en quartier gentrifié

  • 1 Qui n’existe pas en tant qu’association.

4Dans cette perspective, la mobilisation de riverains face à l’implantation d’une chaîne de fast-food internationale (Mac Donald) dans le quartier Montorgueil situé dans le centre historique de Paris est apparue comme un terrain pertinent non seulement pour étudier l’attachement au lieu dans un contexte de tension mais aussi pour saisir les modalités d’engagement qu’il recouvre. Nous utiliserons la notion de « conflit de proximité » pour décrire la situation observée, où des résidents se mobilisent pour le contrôle de leur espace proche et dans lequel ils affirment qu’un projet menace d’affecter leur environnement (Melé, 2013, p. 7). Cet engagement envers un lieu apparaît comme une action collective au sens d’une « action concertée » qui « implique une intention consciente de la part des acteurs qui y participent » (Céfaï, 2007, p. 8). En effet, l’action a donné naissance à un collectif qui bien que minimaliste apparaît organisé, rassemblant plus largement lors des manifestations organisées une multiplicité d’acteurs aux profils sociaux différenciés (habitants du quartier et d’autres arrondissements, commerçants, élus, militants), aux motivations et modalités d’engagement plurielles (reposant aussi bien sur des enjeux locaux patrimoniaux que des questions de santé publique ; à travers des pétitions, des manifestations…). Trois résidents sont à l’initiative du « collectif »1 qui structure la mobilisation. Ils se caractérisent par une homologie socio-professionnelle, combinant un fort capital social, économique et culturel. Propriétaires d’un appartement dans le quartier depuis une vingtaine d’années, ils ont un niveau de diplôme élevé (et notamment une connaissance du monde des médias et des pratiques de la communication, envisagés comme des capitaux professionnels convertis dans le cadre de la mobilisation). Ils ont développé un important réseau de sociabilité dans le quartier et disposent d’une légitimité auto proclamée, présentant médiatiquement leur action comme « un combat de quartier », soutenu par la mairie d’arrondissement qui se déplace lors des manifestations organisées.

  • 2 Au total, cinq manifestations ont eu lieu : en 2013 (suite à l’annonce du projet d’implantation), e (...)

5Aisément identifiable dans un contexte temporel et spatial existant, le conflit commence au moment où la « menace » d’installation émerge en 2013 et s’arrête lorsque le projet finit par aboutir en 2018. Quatre manifestations2 ont fait l’objet d’observations directes, lors desquelles nous nous sommes entretenue (entretiens ethnographiques) avec les acteurs mobilisés. Des entretiens longs semi-directifs ont été réalisés avec les membres du collectif, durant lesquels nous avons cherché à comprendre leur trajectoire personnelle et résidentielle, les motivations de leur engagement (motivations individuelles et collectives mais aussi affectives, territoriales). Il s’agissait de comprendre les ressorts et la dimension affective de leur mobilisation, au-delà d’un discours public présenté (non seulement à l’enquêtrice dans les premiers temps de l’entretien mais aussi aux médias). L’enjeu était donc de partir de formats d’expression disciplinés et acceptables publiquement pour ensuite examiner l’ancrage de la mobilisation dans le monde vécu de l’acteur (Céfaï et Lafaye, 2001). Ces données ont pu être complétées et mises en perspective avec l’analyse d’un corpus de textes rédigés et publiés par le collectif sur les réseaux sociaux. Enfin, dans le cadre plus large de la réalisation d’une monographie du quartier Montorgueil, nous avons intégré à notre grille d’entretien des questions à propos de cette mobilisation devenue une « affaire de quartier » – tant elle faisait l’objet de débats et discussions informelles – afin de recueillir les expériences d’autres acteurs en présence (notamment ceux opposés aux manifestations). Différents types de matériaux empiriques complémentaires ont donc été utilisés, considérant des degrés de participation variés, des discours publics et médiatiques d’acteurs mobilisés à ceux de riverains moins visibles sur la scène publique.

6Si le conflit est localisé dans un quartier identifié non seulement comme une échelle d’intervention pour les politiques mais aussi comme un cadre de référence investi pour ceux qui y habitent et le pratiquent (Authier, 2007), nous nous référerons à la notion de « lieu » pour désigner l’espace étudié, car elle permet « de prendre en compte la pluralité des attaches sensibles à des espaces que certains acteurs ou groupes sociaux investissent d’usages, de valeurs et de significations – des significations qui sont loin d’être homogènes et partagées » (Dechezelles et Olive, 2016, p. 12).

Figure 1 : Lieu du conflit de proximité, IIe arrondissement de Paris

Figure 1 : Lieu du conflit de proximité, IIe arrondissement de Paris
  • 3 Les informations relatives au quartier et à l’implantation du fast-food ont été ajoutées par l’aute (...)

Source : Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) (2001)3

7Une attention particulière a été portée à ce conflit dans le cadre d’une monographie du quartier Montorgueil (IIe arrondissement), situé sur un « front de gentrification » (Clerval, 2010), autrement dit un contexte de changement urbain marqué par des tensions sociales (Chabrol et al., 2016). Le processus de gentrification apparaît non seulement comme une transformation de la composition sociale d’un quartier accompagnée de transformations du tissu urbain et commercial, mais aussi comme « un processus de (re)-valorisation économique et symbolique d’un espace » (idem, p. 68), socialement orienté vers l’installation des classes supérieures dans des quartiers initialement populaires.

8A partir du début des années 1970, les quartiers centraux parisiens connaissent une succession d’aménagements urbains dont la vocation est de renforcer la centralité et de moderniser le cœur de la capitale, renouvelant son attractivité pour les acteurs politiques, économiques ; ces aménagements « appuient le processus de revalorisation des quartiers populaires au profit des classes moyennes et supérieures » (Clerval et Fleury, 2009). Dans la continuité de Beaubourg et des Halles, le secteur Montorgueil fait l’objet d’un réaménagement par la Ville de Paris en 1990 avec sa piétonisation. Accompagné de la mise en place d’un Plan d’Occupation des Sols dit particulier, qui vise à préserver le patrimoine architectural et historique du quartier, la piétonisation est un « aménagement de prestige » (Fleury, 2007, p. 166) qui, dès 1991, marque le début d’une forte augmentation du prix des appartements anciens dans le secteur Montorgueil (Guérois et Le Goix, 2009) ainsi que la revalorisation de l’habitat privé (travaux, réhabilitation des immeubles) (APUR, 1999). Répertorié entre 1975 et 1990 comme un « quartier ouvrier », au même titre que Belleville ou la Goutte d’Or, le quartier est marqué jusqu’à la fin des années 1980 par une dominante d’employés et d’ouvriers, dont les taux sont supérieurs à la moyenne parisienne (Simon, 1995). La transformation de la morphologie urbaine du quartier s’accompagne de l’arrivée de nouvelles catégories sociales dans ses logements : au début des années 1990, la part de la population d’employés et d’ouvriers chute de manière significative au profit de la croissance de catégories socioprofessionnelles supérieures (APUR, 1999 ; Préteceille, 2003). Si l’ensemble du centre de Paris voit sa part de catégories socioprofessionnelles supérieures augmenter depuis la fin des années 1980, le IIe arrondissement est celui où la progression de la population de cadre est la plus élevée de la capitale entre 1999 et 2008 (+54,5 %) (INSEE, 2008).

  • 4 Annexe : Typologie des commerces à proximité du local d’implantation du fast-food en 2011-2013.

9La rue Montorgueil officie historiquement comme une rue marché, dense pôle alimentaire organisé autour de commerces de bouche réputés, de petits cafés et restaurants. Dans la géographie symbolique de la capitale, elle est qualifiée de « village » qui « connaît un vif succès » du fait de sa « convivialité » (APUR, 2001, p64 ; Chevalier et Lallement, 2014), encensée dans les guides touristiques. Les commerces adjacents au site du projet d’implantation de fast-food – situé en face d’une arche végétale indiquant « marché Montorgueil » – sont principalement des commerces de bouche (épicerie fine, boulangerie, fromagerie), entre quelques grandes enseignes de service et de consommation (banque, Starbucks, café Pouchkine)4. Si la rue Montorgueil compte depuis les années 1990 de plus en plus de franchises (APUR, 2013), l’ouverture du Mac Donald est la seule à avoir suscité une opposition – du moins visible dans l’espace public et médiatique – de la part des riverains. Nous pouvons dès lors nous interroger sur cette exception. Une hypothèse serait que l’ouverture de ce commerce susciterait un hiatus en termes de représentations et de pratiques de consommation entre celles véhiculées par l’enseigne de fast-food et celles qui cimenteraient un certain habitus (Bourdieu, 1979) des résidents du quartier, mettant à l’épreuve leur attachement au lieu.

Saisir l’attachement au lieu

  • 5 Champ principalement développé en psychosociologie environnementale, mais aussi en géographie socia (...)

10Nous présenterons préalablement les éléments permettant de saisir empiriquement l’attachement au lieu. L’identification de facteurs de convergence émergeant de la littérature – caractérisée par la pluralité et l’interdisciplinarité des approches5 – permet de constituer une grille de lecture afin d’étudier cette modalité singulière de rapport à l’espace qu’est l’attachement. Premièrement, nous pouvons constater de manière transversale que l’attachement au lieu est envisagé dans une perspective phénoménologique, c’est-à-dire qu’il est relatif à l’expérience vécue des individus. En effet, l’attachement au lieu se développe lorsque l’environnement est considéré par l’individu comme un espace qui a du sens, avec lequel il se familiarise par son expérience (Tuan, 1977). Dans cette perspective, de nombreux auteurs soulignent que le sentiment de bien-être et de sécurité relève d’expériences vécues qui créent de l’attachement (Breviglieri, 2001 ; Giulliani, 2006 ; Lehman-Frisch et Capron, 2007). Il s’agit donc d’un processus flexible et mouvant qui évolue dans le temps et qui peut varier en intensité, au gré de transformations environnementales, sociales ou politiques, aussi bien liées au lieu qu’à la trajectoire de l’individu. Deuxièmement, nous pouvons noter que l’attachement recouvre une pluralité de rapports au lieu. Un rapport social (pensé en termes de lien social, relatif aux fréquentations du lieu), identitaire (à l’échelle aussi bien individuelle que collective, le lieu pouvant être envisagé comme le reflet de soi, de son groupe d’appartenance), fonctionnel (pour les qualités et usages du lieu, son aménagement) et symbolique (les représentations associées lieu) (Scannel et Gifford, 2010). Ces différents rapports au lieu ne s’excluent pas les uns des autres et peuvent être complémentaires, participant respectivement au processus d’attachement qui permettrait alors d’appréhender le vécu des individus dans sa multi dimensionnalité (Giulliani, 2003 ; Manzo et Devine Wright, 2014).

11Ces éléments permettent d’établir une distinction analytique entre la notion d’attachement et d’appartenance. Bien que pensée dans sa multiplicité (Sencébé, 2004), l’appartenance renvoie à une catégorie d’analyse plus statique, c’est-à-dire figée dans le temps et ne relevant pas de l’expérience vécue des acteurs mais plutôt d’une catégorie savante instituée par les chercheurs. L’attachement renvoie en revanche à une possibilité de maîtrise – un pouvoir d’agir – des individus sur leur environnement. En effet, en se familiarisant à son environnement, l’individu peut chercher à le transformer. Le concept permet ainsi de considérer et de faire dialoguer la réciprocité qui opère entre l’espace et le groupe qui l’investit : si l’individu est façonné par l’espace dans lequel il s’inscrit (par exemple, par des effets de lieu (Bourdieu, 1993)), l’espace est aussi marqué et construit par les individus, par leurs pratiques sociales, leurs engagements, leurs intérêts ou encore leurs représentations (Halbwachs, 1950 ; Joseph, 2002 ; Lussault, 2007). Cette dimension de l’attachement s’avère éclairante dans l’étude des modalités de relation à l’espace dans le cadre de conflit de proximité, tant l’enjeu est d’avoir un impact sur le lieu (que ce soit pour sa protection ou sa transformation). Précisons néanmoins que si les notions d’attachement et d’appartenance présentent des différences significatives, elles peuvent être appréhendées dans leur complémentarité. Dans sa dimension collective, l’attachement peut en effet contribuer au regroupement d’individus selon un « groupe d’appartenance ». Dans sa dimension affective, il peut relever d’un « sentiment d’appartenance », renvoyant au fait de se sentir appartenir à un espace social incarné par un lieu, soulignant le lien de réciprocité entre habitat et habitus (Bourdieu, 1993). L’approche de l’attachement nous semble d’autant plus intéressante à privilégier non seulement dans un contexte d’injonction à la mobilité – où l’on peut être attaché à un lieu où l’on ne réside pas – mais aussi d’individualisation des modalités d’engagement (Ion, 2012). C’est ainsi la dimension sociale du rapport à une entité spatiale, que nous chercherons à explorer à travers l’étude de l’attachement au lieu éprouvé et mis à l’épreuve dans un conflit de proximité.

12Deux indicateurs sont venus compléter cette grille de lecture par l’analyse des matériaux empiriques. Il s’agit d’une part de considérer la mobilisation locale comme une pratique qui témoigne de l’attachement d’un individu à un lieu. En effet, l’investissement – qu’il soit social ou politique (investissement dans des associations, en conseil de quartier…) – dans un lieu apparaît comme l’expression concrète d’un attachement, dans la pratique. D’autre part, les mobilisations donnent à voir des discours chargés d’affects, où se lisent d’un contexte à l’autre un panel d’émotions allant de l’indignation à la colère, en passant par la tristesse, la nostalgie ou encore l’amour. De fait, les discours d’argumentation employés lors de situations de conflit impliquent pour les acteurs mobilisés de justifier leur engagement (Céfaï et Lafaye, 2001), et c’est alors « en qualifiant une chose [que] les individus manifestent un attachement » (Botea, 2015, p. 85), qui devient empiriquement perceptible et saisissable. C’est pourquoi les données de terrain seront davantage traitées en terme sociolinguistique qu’ethnographique. Considérant qu’« à chaque émotion correspond une valeur particulière, une manière d’évaluer un objet, de porter une appréciation » (Dechaux, 2015), la nature des émotions à l’œuvre se présente ainsi comme un élément permettant de mieux saisir le lien affectif entretenu avec le lieu.

L’attachement symbolique au lieu

13Premièrement, nous avons identifié un attachement symbolique au lieu : le discours des riverains mobilisés met en évidence un lien affectif au lieu de l’ordre des représentations. Décrit comme un marché à ciel ouvert aux allures de village, le lieu au cœur du conflit est caractérisé par son patrimoine architectural et historique, où le bâti ancien est valorisé par des devantures traditionnelles rénovées ; des modes de consommation centrés autour de terrasses et des commerces de proximité (boulangeries, boucheries, poissonneries ou cavistes) considérés de qualité y sont privilégiés. En outre, des institutions emblématiques qui auraient abrités des auteurs comme Balzac et Stendhal sont présentées comme les preuves et emblèmes d’une mémoire collective à préserver. Le sens donné au lieu par ceux qui le défendent relève ainsi d’un processus collectif et culturel marqué par un héritage historique et littéraire à laquelle les riverains disent être attachés. L’esthétique discursive de l’attachement au lieu est alors fondée sur la mise en valeur d’un patrimoine aussi bien matériel qu’immatériel, produit de représentations associées à un décor et une ambiance urbaine que viendrait altérer la présence d’une grande enseigne de fast-food.

14Déclaré et assumé, cet attachement symbolique est revendiqué dans les discours publics tenus pendant les manifestations, lors d’entretiens ethnographiques réalisés aussi bien auprès de nouveaux que d’anciens résidents (toutes catégories socio-professionnelles confondues), et largement diffusé sur les réseaux sociaux animés par le collectif. On observe que l’expression de ce lien affectif entretenu avec le lieu relève principalement du champ sémantique de l’amour, véhiculé par des sentiments oscillants entre sollicitude et admiration. D’une part, les acteurs manifestent un souci de protection du paysage urbain face à une entité considérée comme néfaste parce qu’elle conduirait à une dépréciation esthétique de l’espace public, ce qui nécessiterait un soin attentif et bienveillant :

« Je suis vraiment tombé sous le charme de ce quartier quand j’ai emménagé (…) si je suis ici c’est parce que ça me fait trop mal au cœur d’accepter qu’un fast-food pourrait défigurer cette rue. » (Résident propriétaire depuis 2001, cadre dans le privé, deuxième manifestation)

  • 6 Par souci d’anonymisation, la plupart des variables qualificatives des locuteurs ont été modifiées (...)

« Même s’il change, j’aime trop ce quartier pour ne pas descendre dans la rue quand je vois qu’ils veulent ouvrir ça… Parce que ça ne peut que l’abîmer, ces logos, ces lumières. » (Commerçant et résident du quartier propriétaire depuis les années 1990, deuxième manifestation6)

15D’autre part, ils valorisent un plaisir relatif à l’expérience de l’ambiance urbaine attribuée au quartier, au-delà du cadre bâti : « Si l’on aime venir ici, c’est pour ressentir l’esprit d’un quartier si riche d’histoire, pour flâner dans ces rues piétonnes, pour des odeurs et des couleurs qui ne sont pas celles des hamburgers ! » (Résidente locataire depuis 2014, chargée de communication dans l’industrie culturelle, troisième manifestation). « C’est un quartier où souffle encore l’âme du vieux Paris, c’est ce qu’on apprécie et ça on veut le protéger. (…) On veut continuer à voir des étals de fruits et de poissons, des gens prendre un verre en terrasse. » (Résident propriétaire depuis 2000, chargé de communication dans le privé, quatrième manifestation)

16On constate une forme d’animisme dans la logique argumentative, soulignant la dimension affective du rapport au lieu : associé à un « esprit », doté d’une « âme », le danger serait de le voir « défiguré ». Cet « esprit » est dans le discours des manifestants intimement lié à et caractérisé par la mémoire collective des lieux, associé à l’imaginaire des Halles (situées au sud de la rue Montorgueil). Des articles de presse décrivant « un quartier où souffle encore l’âme des Halles » aux pancartes brandies en manifestation indiquant « Le ventre de Paris se rebiffe ! », l’œuvre zolienne décrivant un quartier populaire et commerçant de travailleurs de la matière alimentaire (Scarpa, 2000, p. 64) s’impose comme l’univers de référence mobilisé. Le collectif se présente à ce titre comme le garant de cet héritage culturel :

« Nous sommes porteurs d’une culture, d’une tradition forte de marché populaire proposant au quotidien tous les produits frais (dont Le ventre de Paris d’Émile Zola célébrait déjà le caractère) » (post sur le réseau social du collectif).

17Considérant que « les mémoires locales se réinventent et se consolident lors des conflits » (Dechezelles et Olive, 2016, p. 9), les discours portés ne font en effet que renforcer les représentations au fondement de cet attachement au lieu qui pousse les acteurs à se mobiliser, tant ils participent par leur formalisation et leur diffusion à la fabrique d’un patrimoine symbolique, revendiquant et réaffirmant des symboles auxquels le lieu est associé. La production et la promotion d’une image du quartier viennent alors renforcer la territorialité spécifique produite par l’action collective (Melé, 2013, p. 15). L’image du lieu sur laquelle se fonde l’attachement devient aussi un ressort de mobilisation, comme moyen de pression pour ternir la réputation d’une marque privée et s’opposer à l’implantation de l’enseigne décriée.

18Dans le cadre de cette mobilisation, l’attachement symbolique au lieu apparaît intimement lié à sa scène commerçante, tant l’espace marchand confère au quartier sa singularité (Lallement, 2010). Par conséquent, la protection du lieu dépend de la défense des commerces de proximité qui deviennent objets d’engagement et le matérialisent, en tant que symboles « de l’identité commerçante et artisanale de ce quartier de Paris, lieu historique et touristique, emblématique d’un savoir-faire et d’un art de vivre » (post sur le réseau social du collectif) et de l’ambiance urbaine attribuée à la figure du « quartier village » défendue et promue par les riverains :

« Si ça ouvre, ça va vraiment signer la fin du quartier… On n’aura vraiment plus cette impression d’être dans un village au cœur de Paris, parce qu’en voyant cette enseigne, c’est comme si on n’était n’importe où » (résident propriétaire depuis 2014, musicien).

19Bien que le quartier soit un axe de passage au centre de la capitale déjà marqué par la présence de commerces franchisés, l’image du « quartier village » est convoquée par les plus récentes générations y ayant emménagé et par les anciens commerçants mobilisés (dont la plupart résident dans le quartier) qui s’en portent garants. L’usage de cette allégorie, classique dans les travaux portant sur la gentrification (Lehman-Frisch et Capron, 2007), se présente ici non seulement comme un marqueur d’attachement au quartier qui passe par la scène commerçante, mais aussi par une logique de distinction de classe (Tissot, 2011). D’une part, les commerces de proximité, cafés et bistrots du quartier apparaissent comme des pôles de sociabilité structurant cet imaginaire du village fondé sur la convivialité, la reconnaissance et la familiarité (Lehman-Frisch, 2002). D’autre part, ils cristallisent la dimension spatiale de frontières symboliques, au sens donné par Michèle Lamont, entendues comme « distinctions conceptuelles que nous effectuons pour catégoriser des objets, des gens, des pratiques » (Lamont, 1995, p. 31). En opposition à l’enseigne décriée se reconstruit en négatif une forme d’authenticité mythifiée, présentée comme l’identité du quartier, qui est nourrie d’un sentiment de distinction socioculturelle relative à une situation spatiale (Bourdieu, 1993 ; 1979). Autrement dit, il s’agit de préserver le sentiment de singularité de ne pas vivre « n’importe où ». La présence d’un fast-food dans l’espace urbain mettrait à mal cette représentation du quartier, tant il renvoie à un commerce impersonnel et anonyme, que l’on pourrait, dans cette perspective, qualifier de « non-lieu » (Augé, 1992).

  • 7 Pour reprendre les termes de Loretta Lees énoncés par Anne Clerval : « Par super-gentrification, j’ (...)

20Si les riverains mobilisés soulignent que l’enjeu n’est pas de s’opposer à la liberté de commerce, ils critiquent à travers ce conflit de proximité les mutations du centre historique de Paris qui se transformerait « en centre commercial géant », pour reprendre une expression employée de manière redondante lors des manifestations. L’attachement symbolique au lieu s’inscrit dans un jeu d’échelle ayant pour effet d’élever le quartier au rang de symbole, dépassant sa dimension locale : « c’est en raison de sa beauté et de sa singularité qu’un paysage vaut la peine d’être défendu : sa dimension d’universalité réside dans son unicité la plus absolue » (Céfaï et Lafaye, 2001, p. 219). L’enjeu de la lutte engagée n’est plus seulement l’ouverture d’une chaîne de fast-food mais aussi la standarisation à l’échelle globale, qui, comme conséquence de la mondialisation, conduirait Paris à s’aligner sur un « standard de capitale européenne, voire mondiale, constitué d’une succession de lieux sans âme » (post sur le réseau social du collectif). L’attachement au lieu conduit à vouloir préserver une identité urbaine singulière dans la géographie symbolique de la ville, qui demeure distinctive dès lors que les repères et éléments différenciants ne sont pas effacés ou brouillés. La standarisation est alors présentée par les acteurs mobilisés comme une menace altérant l’attachement à une identité locale symbolisée par les « cafés du coin » (Zukin et Hassoun, 2006), déplorant que « seules les chaines et franchises ont les moyens de payer des baux commerciaux littéralement prohibitifs » (post sur le réseau social du collectif). En considérant la gentrification comme une affaire d’image et de représentations (Chabrol et al., 2016), c’est en filigrane l’expérience de la « super-gentrification »7 (Clerval, 2008, p. 48) à l’œuvre qui entacherait ici l’attachement symbolique entre des riverains et un quartier gentrifié, en en modifiant les représentations.

L’attachement électif au lieu

  • 8 Cette approche renvoie à la théorie du lien social développée par Serge Paugam, identifiant le lien (...)

21Deuxièmement, nous avons identifié un attachement électif8 au lieu : le discours d’un groupe plus restreint de riverains mobilisés au sein de ce conflit de proximité met en évidence un lien affectif au lieu de l’ordre des fréquentations, caractérisées par l’agrégation affinitaire. Il est essentiellement porté par des résidents propriétaires ayant emménagé dans le quartier après les années 2000 alors que le processus de gentrification était avancé. Marqué par une forte homogamie professionnelle (occupant pour la plupart des postes de cadres et de professions intellectuelles supérieures), ces résidents ont décidé de vivre dans le quartier au regard de leurs préférences individuelles, relevant d’un choix sélectif lié aux caractéristiques physiques du lieu (séduits par sa centralité, son historique et ses aménités urbaines) sans éluder l’investissement immobilier qu’il représente.

  • 9 La notion d’ethos vient du grec qui, dans un sens premier, désigne « coutume, usage », « manière d’ (...)

22Une entrée par le concept d’ethos9 – c’est-à-dire l’image qui se dessine de l’énonciateur à travers son discours, la manière qu’il a de se mettre en scène comme élément de persuasion – pour décrypter l’attachement électif à l’œuvre dans ces discours permet de saisir l’articulation entre le social, le culturel et l’affectif (Remy et al., 1980). En effet, les représentations de soi des résidents et de leurs modes de vie sont aussi en débat à travers l’espace urbain qu’ils investissent et défendent dans cette mobilisation, l’attachement relevant ici d’un rapport au lieu comme reflet de soi et de son groupe d’appartenance. En même temps qu’ils énoncent des arguments, « les orateurs disent : je suis ceci, je suis cela » (Barthes, 1970, p. 315) et expriment ce à quoi ils aspirent, ce avec quoi ils sont familiers et cherchent à protéger pour que l’attachement au lieu qu’ils ont pu développer perdure. Au fil des discours recueillis s’établissent ainsi une catégorisation et une délimitation du lieu auquel certains riverains sont attachés et dans lequel l’ethos joue un rôle non négligeable, tant ce type d’attachement relève d’un rapport au lieu comme reflet de soi, marqué dans ce type de quartier de classes supérieures (espaces gentrifiés et beaux quartiers traditionnels) par une intégration locale pensée en termes d’agrégation affinitaire et de ségrégation discriminante (Paugam et Cousin, 2014).

23D’une part, les acteurs mobilisés se distinguent dans leur présentation de soi par un style de vie qu’ils attribuent au fait de résider au cœur de Paris, signe de distinction sociale. Présenté comme l’expérience vécue de la « parisianité », le « Paris à pied », la flânerie et la pratique des marchés et petits commerçants (Chevalier et Lallement, 2014) sont énoncés comme un style de vie qui s’exprime par un lien entre habitat et habitus, autour duquel le groupe se constitue (Bourdieu, 1979 ; 1993). Il s’établit ici par la délimitation d’une frontière entre le centre et la banlieue parisienne :

« Les gens qui vivent en banlieue ils ne vont pas au café le matin ! Parce qu’ils déposent leurs gamins en courant, ils vont prendre le RER euh... Et le soir pareil ! Vivre en plein centre (…), on arrive à se faire une vie à dimension humaine. Et pour ça il faut vivre en plein centre. On a en loisir le temps que les autres perdent en trajet tous les jours. Les deux heures qu’ils perdent en trajet nous on les a pour prendre un café le matin tranquille... » (Entretien avec un résident propriétaire depuis 2008, publicitaire).

« Vivre ici, c’était vraiment le choix qualité de vie, pas de voiture… Tout faire à pied, quartier historique, qualité de vie… Commerces… Il y avait vraiment le choix : je vais en banlieue pour avoir une pièce en plus, une terrasse, voire un jardin ? Ou je suis Paris Centre. » (Entretien avec une résidente propriétaire depuis 1995, cadre dans le privé).

24D’autre part, les acteurs mobilisés se distinguent dans leur présentation de soi par une éthique alimentaire singulière qu’ils cherchent à promouvoir : « Enquêtrice : Qu’est-ce que vous aimeriez voir vous, à cette place ? Riverain : Nous ce qu’on aurait souhaité, on a essayé de convaincre Biocoop, parce qu’il n’y a plus de Biocoop dans le centre de Paris. (…) Peut-être faire un Biocoop différent, spécialisé dans le vrac pour essayer de faire un truc un peu économie circulaire et solidaire... » (Résidente propriétaire depuis 1996, cadre dans le privé).

25Par une opération de classification opposant la nourriture « bio » – qualifiée comme le « bon », le « sain », le « naturel » – et la malbouffe du fast-food – alors désignée comme le « mauvais », le « pathogène », l’« artificiel », les discours soulignent l’aura symbolique et la valeur de distinction statutaire dont sont porteurs les aliments (Cefaï, 2007, p. 174). Par ce travail de hiérarchisation et de légitimation du bien-fondé de leur propos, les locuteurs recourent à une opération de stigmatisation de certaines pratiques alimentaires et de leur espace de vente. Les frontières du lieu défendu sont en grande partie signifiées par son type de commerce, un marqueur social puissant (Tissot, 2011, p. 251). Ces deux éléments sont relatifs à la promotion d’un « “bon” style culturel » (Lamont, 1995, p. 23), défini par un lieu de résidence de réputation et par des pratiques alimentaires singulières. Constitutifs de l’ethos du « bon voisin » du quartier, ils se conjuguent dans le discours des locuteurs et alimentent respectivement le sentiment d’appartenance à un groupe qui s’institue par la définition de frontières symboliques, sociales et spatiales.

  • 10 S’il ne s’agit pas ici de retracer la genèse de ce stéréotype, il faut préciser que certains lieux (...)

26Le fast-food apparaît dès lors comme un élément venant brouiller ces frontières a priori instituées. On constate que les sentiments invoqués relèvent du champ sémantique de la peur, exprimant la crainte de les voir reconfigurées par la présence d’un établissement qui attirerait une fréquentation nouvelle, qui ne correspondrait pas à l’ethos du « bon voisin » du centre mais à un autre « style culturel » dont ils se distinguent et qu’ils tiennent à distance. Fondée sur des stéréotypes selon lesquels les enseignes de fast-food seraient principalement fréquentées par – et à destination – des publics de classe populaire vivant en banlieue parisienne10, cette motivation apparaît comme un levier de mobilisation : « Riverain : L’une des craintes des gars qui descendent (…) à la manif, faut pas aller bien loin pour les entendre dire “on ne veut pas de ces gens-là” ».

Enquêtrice : « Ces gens-là, c’est à dire ? » Riverain : « Vous voyez, c’est voilà, c’est “les mecs à casquettes, ils restent là-bas”. Les mecs de banlieue. Et on peut penser ce qu’on veut, mais c’est vrai, il faut regarder et on voit bien qui c’est au fast-food… » (Entretien avec un résident propriétaire depuis 2000, cadre dans le privé)

« Ce qui me fait peur c’est que c’est ouvert tard ces établissements. On va avoir la banlieue qui remonte pour venir, donc ça va changer la fréquentation et le calme qu’il y a ici. Parce qu’il n’y a jamais de rixe ou de bagarre ici, même si c’est animé et qu’il y a pas mal de monde... » (résident propriétaire depuis 2008, publicitaire).

27Cette logique argumentative souligne le poids des stéréotypes dans l’établissement des frontières du lieu auquel est attaché un groupe de résidents et qu’ils sentent menacées. Si l’ethos se dessine à travers la promotion d’une éthique alimentaire et d’un mode de consommation singulier, il pose aussi la question de l’exclusion de ceux qui s’en distinguent. En opérant un travail de classification et de hiérarchisation, ce ne sont plus seulement les produits qui sont proposés par le fast-food ou sa devanture qui sont stigmatisés au regard d’un ethos partagé par les acteurs mobilisés, ce sont aussi ceux qui les consomment. Force est de constater que ce jeu de frontières a aussi pour enjeu l’appropriation de l’espace : « Riverain 1 : “Ce serait une grosse connerie de se couper de la banlieue et de faire de Paris un village merveilleux…” Riverain 2 : J’aurais préféré… Je préférerais que le côté Paris reste, avec tout ce que ça a de positif. Je préfère boboiser la banlieue, que de banlieusardiser Châtelet et le quartier. » (Discussion informelle entre deux résidents à propos de l’implantation du fast-food, après la troisième manifestation).

28Cet échange montre qu’au-delà de la transformation du quartier, la mise à l’épreuve du sentiment d’appartenance (soit le fait de se sentir appartenir à un espace social incarné par un lieu) se traduit par une forme de concurrence pour l’appropriation de l’espace physique, érigé en propriété sociale.

29C’est ainsi, par la fréquentation de tel ou tel type d’espaces, que se dessine la frontière entre « nous » et « eux » et que s’institue l’attachement électif au lieu, reposant sur l’institution de frontières sociales dans l’espace urbain, entendues comme des « frontières socio-économiques marquées sur la base de jugements relatifs à la position sociale des gens » (Lamont, 1995, p. 27). Le processus trouve ici pour support la distribution d’identités collectives, plus ou moins valorisées ou condamnées dans une hiérarchie de valeurs (Céfaï, 2007, p. 174), liées à des critères spatiaux comme le lieu de résidence et les modes de vie qui leur sont attribués, où s’activent certains stéréotypes. Cet attachement électif se développe à travers la préservation d’un entre-soi local, où le lieu familier est celui qui regroupe un ensemble de personnes aux caractéristiques communes, sous-entendant l’exclusion active et consciente des autres (Tissot, 2014). Dans cette perspective, il s’agit d’une part de faire remarquer que le processus de familiarisation par lequel opère l’attachement se conjugue à des considérations sociales (ici, la peur du déclassement, soit d’être associé à un lieu envisagé comme reflet de soi et que l’on n’estime pas). D’autre part, ce processus peut prendre place à une échelle très localisée, où l’engagement des individus relève d’une volonté d’agir, de maîtrise de leur environnement quotidien et de contrôle de leur espace proche, pour se le rendre familier et se l’approprier. Cette approche de l’attachement électif au lieu valide ainsi l’hypothèse que l’entre-soi est l’objet de mobilisations, et n’est jamais un état de fait (Tissot, 2014, p. 9).

L’attachement civique au lieu

  • 11 Mouvement international de sensibilisation des citoyens à la consommation de produits fabriqués dan (...)
  • 12 Sur le Nimby, voir l’article de Sébastien Bourdin, dans le varia de ce numéro de L’Espace politique(...)
  • 13 Les mouvements auxquels Vincent Mandinaud et Pascal Viot font référence s’inscrivent principalement (...)

30Troisièmement, nous avons identifié un attachement civique au lieu : le discours de certains manifestants met en évidence qu’un lien affectif se tisse avec le lieu parce qu’il est devenu celui d’une mobilisation dans laquelle ils (se) sont engagés, à une échelle qui dépasse la défense d’un espace proche. Ces discours sont principalement portés par des élus, des militants (écologiques et affiliés au mouvement slow food11), des résidents qui habitent dans d’autres arrondissements parisiens, et dans une moindre mesure par quelques habitants du quartier ayant récemment emménagé. Cette approche ne renvoie pas à une conception traditionnelle de l’attachement au lieu, tant elle concerne des personnes plus mobiles (que ce soit d’un point de vue résidentiel ou de leur engagement dans ce conflit de proximité) et des attachements qui peuvent être plus éphémères, les individus pouvant être attachés à un lieu où ils ne résident pas. Le sens donné au lieu par l’expérience vécue du locuteur s’inscrit alors dans l’expression d’une trajectoire militante ou une « volonté d’intervention politique » sur une base locale (Jobert, 1998). Si la protestation étudiée peut renvoyer par certains aspects à un mouvement « Nimby » (Not In My Backyard)12, cette approche civique de l’attachement au lieu permet de prendre de la distance par rapport à cette notion, qui opère non seulement une disqualification de la mobilisation (Mandinaud et Viot, 2006 ; Céfai, 2007) car elle a pour effet de délégitimer les attachements de proximité lorsqu’elle est utilisée par les pouvoirs publics ou les porteurs du projet (Melé, 2013, p. 34), mais aussi de masquer « des formes de contestation locale comme les “Banana” (Build Absolutely Nothing Anywhere Near Anyone), ou les “Niaby” (Not In Anyone Backyard) » (Mandinaud et Viot, 2006). Bien qu’opérant dans des contextes socio-culturels différents13, ces formes de contestations permettent d’éclairer le rapport de certains manifestants au quartier Montorgueil.

31Un sentiment d’indignation traverse les discours recueillis relevant de l’attachement civique au lieu, qui se défendent d’intérêts particuliers tout en s’inscrivant dans une mobilisation localisée : « Ce qui se joue ici… C’est bien plus que de voir le quartier estampillé de ce fast-food. C’est que depuis plusieurs années maintenant, il y a eu opposition des habitants, de la ville… Et qu’ils insistent ! Encore et encore ! On ne peut pas laisser les grandes enseignes mondialisées décider de la ville de demain. » (Résident dans un autre arrondissement de l’Est parisien, chargé de projet dans une institution publique, troisième manifestation)

« Ce qu’ils doivent comprendre c’est que quand c’est non, c’est non. C’est quand même révoltant de voir à quel point les Parisiens ne sont pas écoutés. (…) La manifestation de ce soir c’est évidemment pour ce quartier parce qu’il y a urgence, mais c’est un message plus général qu’on veut faire passer » (Militante Jeunesse écologiste, résidente d’un autre arrondissement de l’Est parisien, troisième manifestation).

32Ces extraits font référence aux deux refus de permis de construire par la Ville de Paris (sollicités par les manifestations locales, et appuyés sur le dispositif de protection de l’artisanat et du commerce de proximité prévu par le Plan local d’urbanisme) contre lesquels l’enseigne de fast-food a fait appel. L’indignation peut alors se conjuguer à un sentiment de mépris qui pointe « un ensemble d’infractions à la grammaire de la vie démocratique » comme « manquement à la civilité ordinaire » (Céfaï et Lafaye, 2001, p. 210), et qui pousse les individus à se mobiliser (face à une institution privée qui ne prendrait pas en considération les demandes citoyennes).

33La manifestation la plus importante a eu lieu après le second appel, rassemblant plus de deux cents personnes un soir d’hiver (contre une jauge d’une vingtaine à une centaine de personnes pour les autres manifestations observées). Lors de cet événement, nombre d’acteurs rencontrés ont acté leur présence par soutien aux riverains mobilisés face à l’installation de cette enseigne, et plusieurs d’entre eux se sont rendus à la manifestation suivante. L’attachement au lieu est aussi celui de l’espace public en tant qu’espace de décision pour la ville, où les individus peuvent exercer leur citoyenneté dans une pratique active (Arendt, 1983). Il se fonde alors sur un rapport fonctionnel, où les acteurs mobilisés s’attachent au lieu parce qu’il devient un espace légitime d’expression, support et porteur d’un message (à titre d’exemple des banderoles traduites en plusieurs langues sont déployées), où s’organisent des manifestations.

« Au début je suis venue pour faire les manifestations, pour apporter mon soutien parce que ça commence à bien faire de voir ça partout à Paris ! (…) Et en venant… Je finis par l’apprécier ce quartier et j’y viens plus souvent maintenant, même quand il n’y a pas de manif. » (Résidente dans un autre arrondissement de l’Est parisien, chargée de communication, troisième manifestation)

« Avec cette histoire, le quartier rejoint le réseau européen de ceux qui protestent contre l’industrie agroalimentaire… Et c’est vrai que quand on vient ici, qu’on voit qu’il reste des petits commerces qui se fournissent chez les producteurs et qui proposent des produits de qualité… On comprend et on apprécie. Et on se dit qu’il ne faut vraiment pas que cela disparaisse au profit des grandes enseignes. » (Résidente dans un autre arrondissement parisien, militante du mouvement slow food, troisième manifestation)

34C’est aussi l’engagement dans la mobilisation en tant qu’habitant citoyen – dans une perspective de solidarité élargie ou en tant que militant – qui a finalement conduit certains manifestants à développer un lien affectif avec le lieu, où se matérialise une cause. Le conflit pensé en tant qu’expérience de socialisation (Simmel, 1908) se présente aussi comme une expérience d’attachement, au sens où l’individu se familiarise avec un environnement par sa pratique de l’espace, et son engagement dans l’espace.

35Une tendance observée permet d’illustrer ce propos. Une partie des acteurs mobilisés – parmi les plus investis (appartenant au collectif ou présents à toutes les manifestations) – ont porté cette cause localisée à l’échelle nationale en proposant une loi visant à interdire la présence de fast-food à proximité des établissements scolaires. Nous préciserons que ces acteurs ont été socialisés à cette cause par ce conflit de proximité, cette ambition législative ne constituant pas un préalable à leur engagement. Des arguments dits d’autorité ont alors été convoqués pour légitimer leur propos (fondés sur les compétences d’institutions spécialisées, et dans ce contexte d’ordre sanitaire) :

« L’obésité est une question de santé publique. (…) Une étude menée aux États-Unis pendant 10 ans auprès de millions d’écoliers a montré que la présence d’un fast-food dans un rayon de 150 mètres d’un établissement scolaire augmentait de 5 % le taux d’obésité parmi les élèves. (Source : Université de Californie et université de Columbia) » (post sur le réseau social du collectif).

36Si ce type d’argument s’inscrit dans la duplication de la stratégie d’action, il appuie aussi une logique de « montée en généralité », instituant le quartier comme un périmètre d’action pour défendre une cause plus large relevant du « Niaby » (Not In Anyone Backyard). Les revendications portées localement trouvent un écho à l’échelle de la ville : le Conseil de Paris se prononce au cours du conflit de proximité pour l’interdiction de l’implantation de nouveaux fast-food à proximité des écoles, collèges et lycées de la capitale « considérant la mobilisation des riverains ». Le sentiment de victoire renforce alors l’attachement au lieu qui a été le support de l’expérimentation citoyenne :

« Ce que j’aime avec ce quartier, c’est que je trouve intéressant de voir comment on peut agir au niveau local pour transformer la vie des habitants, de façon modeste mais réelle. Il faut bien que ça parte de quelque part. C’est vrai qu’au début c’était de l’opposition, mais après, il y a comme un effet loupe… Et on a envie de se dire, qu’il faut profiter de cela pour que ça ne se reproduise pas ailleurs, qu’on participe un peu à améliorer la situation. » (Résident propriétaire depuis 1996, médecin)

C’est alors par une expérience d’engagement que peut se développer l’attachement au lieu, auquel se familiarisent les acteurs en présence par leur mobilisation, notamment lorsque le sentiment d’être pris en considération crée et renforce l’attachement.

Conclusion

37La diversité des engagements en présence dans le conflit de proximité observé met en évidence une pluralité d’attachements au lieu, supports et vecteurs de mobilisation dans un contexte de tension relatif à la défense d’un espace urbain, mêlant des enjeux spatiaux, symboliques et sociaux. Cette approche souligne qu’une expérience spatiale de mobilisation ne relève pas nécessairement de la préexistence d’un groupe localisé, mais qu’une pluralité d’attachements au lieu – relatifs aux rapports à l’espace et aux affects des individus investis – peuvent coexister et conduire à une forme de coopération, qui recouvre diverses formes et modalités d’engagement. Plus largement, nous avons souhaité interroger à travers ce concept un rapport à l’espace éprouvé par les individus dans une situation de conflit. Restituant la diversité et la plasticité des motifs d’action, l’attachement au lieu contribue à penser la place de l’espace dans le cadre de mobilisations multi-échelles, non seulement ancrées localement, mais aussi dans un réseau plus large de villes, relatif aux enjeux de globalisation. Par ailleurs, cette recherche invite à s’interroger sur les manières dont un conflit de proximité soldé par un échec pour les riverains mobilisés (dans ce contexte, l’ouverture effective de l’enseigne décriée) pouvait altérer l’attachement au lieu.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN, B., 2007, « Le quartier à l’articulation d’enjeux spatiaux temporels », in Authier J-Y, Le quartier, Paris, La Découverte, p.139-150.

APUR (Atelier Parisien d’Urbanisme), 1999, Le Parc locatif privé et l’action de l’ANAH à Paris 1992 – 1998. Paris.

APUR (Atelier Parisien d’Urbanisme), 2001, « Paris et ses quartiers, le 2e arrondissement. État des lieux, élément pour un diagnostic urbain », Paris.

APUR (Atelier Parisien d’Urbanisme), 2013, Les commerces en réseaux tissent leur toile à Paris : Répartition par secteurs d’activités, typologie d’implantation et évolutions, Paris.

ARENDT, H., 1983, Condition de l’homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

AUGE, M., 1992, Non lieux, introduction à une anthropologie de la sur modernité, Paris, Seuil.

AUTHIER, J-Y. (dir.), 2007, Le quartier, Paris, La Découverte.

BAILLY, A., 1950, Dictionnaire grec-français, Paris, Hachette.

BARTHES, R., 1970, « L’ancienne rhétorique, aide-mémoire », Communications, vol. n° 16, p.172-223.

BOTEA, B. et ROJON, S., 2015, « Ethnographies du changement et de l’attachement. Terrains urbains », Parcours anthropologique, https://journals.openedition.org/pa/371 [mis en ligne le 13 octobre 2015]

BOURDIEU, P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement. Paris, Minuit.

BOURDIEU, P., 1993, « Effets de lieu », La misère du monde, Paris, Le Seuil.

BREVIGLIERI, M., 2001, « L’étreinte de l’origine. Attachement, mémoire et nostalgie chez les enfants d’immigrés maghrébins », Confluences Méditerranée, vol. n° 39, p.37-47.

CEFAÏ, D., 2007, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

CEFAÏ, D. et LAFAYE, C., 2001, « Lieux et moments d’une mobilisation collective. Le cas d’une association de quartier », in D. Cefaï et D. Trom, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, éd. EHESS, p.195-228.

CHABROL, M. ; COLLET, A. ; GIROUD, M. ; LAUNAY, L. ; ROUSSEAU, M. ; TER MINASSIAN, H., 2016, Gentrifications, Paris, Éditions Amsterdam.

CHEVALIER, S. ; LALLEMENT, E., 2014, « La “parisianité” comme patrimoine partagé. La ville, ses résidents secondaires et son mythe. » in C. de Saint Pierre (dir.), La ville patrimoine. Formes, logiques, enjeux et stratégies. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

CLERVAL, A., 2008, La gentrification à Paris intra-muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, Thèse de doctorat de géographie, d’aménagement et d’urbanisme sous la direction de P. Petsimeris et de C. Rhein, Paris, Université de Paris 1 – Panthéon Sorbonne.

CLERVAL, A. ; FLEURY, A., 2009, « Politiques urbaines et gentrification, une analyse critique à partir du cas de Paris », L’Espace Politique, https://journals.openedition.org/espacepolitique/1314 [mis en ligne le 15 novembre 2009]

CLERVAL, A., 2010, « Les dynamiques spatiales de la gentrification à Paris », Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, https://journals.openedition.org/cybergeo/23231 [mis en ligne le 20 juillet 2010]

CLERVAL, A. ; DELAGE, M., 2019, Vivre à l’Est de Paris, Inégalités, mobilités et recompositions sociales, Paris, Les éditions L’œil d’Or.

COING, H., 1976, Rénovation urbaine et changement social. L’ilot n° 4 (Paris 13e), Paris Éditions ouvrières.

COUSIN, B. ; PAUGAM, S., 2014, « Liens locaux et déclinaisons de l’entre soi dans les quartiers de classes supérieures » Paugam, S., L’intégration inégale, force, fragilité et rupture des liens sociaux, Paris, Presses Universitaires de France.

DECHAUX, J.H., 2015, « Intégrer l’émotion à l’analyse sociologique de l’action », in Terrains/Théories, https://journals.openedition.org/teth/208 [mis en ligne le 23 octobre 2014]

DECHEZELLES, S. ; OLIVE, M., 2016, « Introduction. Lieux familiers, lieux disputés – dynamiques des mobilisations localisées », Norois, n° 238-239, p. 7-21.

DELEAGE, E., 2014, « Le mouvement Slow Food : contretemps de l’accélération temporelle ? », Écologie & politique, n° 48, p. 49-59.

FLEURY, A., 2007, Les espaces publics dans les politiques métropolitaines. Réflexions au croisement de trois expériences : de Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul. Thèse de Géographie. Université Panthéon-Sorbonne - Paris I.

FRIED, M., 1973, « Grieving for a lost home. Psychological cost of relocation », in L.J. Duhl (Ed.), The Urban Condition, New York (NY), Basic Books, p. 151-171.

GIULIANI, M. V., 2003, « Theory of attachment and place attachment », In Bonnes M., Lee T., and Bonaiuto M., Psychological theories for environmental issues, Aldershot, Ashgate, pp. 137-170.

GIULIANI, M. V., 2006, « Quitter sa maison. Les enjeux du déplacement », in Serfaty-Garzon, P., Un chez-soi chez les autres, Montréal, Bayard Canada, p. 165-197.

GUERIN-PACE, F., 2007, « Le quartier entre appartenance et attachement : une échelle identitaire ? », in Authier J-Y, Le quartier, Paris, La Découverte, p. 151-162.

GUEROIS, M. et LE GOIX, R., 2009, « La dynamique spatio-temporelle des prix immobiliers à différentes échelles : le cas des appartements anciens à Paris (1990-2003) », Cybergeo : European Journal of Geography, https://journals.openedition.org/cybergeo/22644 [mis en ligne le 5 octobre 2009]

HALBWACHS, M., 1997, [1950], La mémoire collective, Paris, Albin Michel.

ION, J., 2012, S’engager dans une société d’individus, Paris, Armand Colin.

JOBERT, A., 1998, « L’aménagement en politique. Ou ce que le syndrôme NYMBY nous dit de l’intérêt général », Politix, vol.11, n° 42, p. 67-91.

JOSEPH, I., 2002, « Le nomade, la gare et la maison vue de toutes parts », Communications, 73/1, p.149-162.

LALLEMENT, E., 2010, « ‪Paris métropole marchande, entre singularité et uniformisation urbaine ? ‪ », Quaderni, n° 73, p. 65-73. ‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬‬

LAMONT, M., 1995, La morale et l’argent, les valeurs des cadres en France et aux États Unis, Paris, Éditions Métailié.

LEHMAN-FRISCH, S., 2002, « “Like a village” : Les habitants et leur rue commerçante dans Noe Valley, un quartier de San Francisco », in Espaces et sociétés, n° 108, p.47-70.

LEHMAN-FRISCH, S. et CAPRON, G., 2007, « Le sentiment de quartier en milieu gentrifié : de San Francisco à Bogota », in Authier J-Y, Le quartier, Paris, La Découverte, p116-126.

LOW, S. et ALTMAN, I., 1992, Place Attachment, New York, Plenum Press.

LUSSAULT, M., 2007, L’Homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Le Seuil.

MANDINAUD, V. et VIOT, P., 2006, « “Nimby” : des bouts de jardins aux bords du politique ? Petite réflexion sur une journée de débats », ethnographiques.org, numéro 9.

MANZO, L. C. et DEVINE-WRIGHT, P., 2014, Place Attachment, London & New York, Routledge.

MICHA, I. et VAIOU, D., 2015, in Botea B., Rojon, S. « Entre attachements ordinaires et constructions médiatiques dans les quartiers du centre d’Athènes durant la crise », « Ethnographies du changement et de l’attachement. Terrains urbains », Parcours anthropologique, n°10, p.166-185.

MELE, P., 2013, Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Presses universitaires de Rennes.

PAUGAM, S., 2008, Le lien social, Presses universitaires de France, Paris.

PRETECEILLE, E., 2003, Typologie socioprofessionnelle 1999 et transformations de l’espace résidentiel 1990-1999, Observatoire Sociologique du Changement - Sciences Po et CNRS

REMY, J. ; VOYE, L. ; SERVAIS, E., 1978, Produire ou reproduire ? Tome 1, Bruxelles, Vie Ouvrière.

SCANNEL, L. et GIFFORD, R., 2010, « Defining place attachment: A tripartite organizing framework », in Journal of Environmental Psychology, vol. 30, p.1-10.

SCARPA, M., 2000, Le Carnaval des Halles, une ethnocritique du Ventre de Paris de Zola, CNRS Littérature, Paris.

SIMMEL, G., 1995 [1908], Le conflit, Paris, Circé.

SIMON, P., 1995, « Le renouvellement de la population parisienne entre 1975 et 1990 », Population, n° 4-5, p. 1235-1245.

SEBASTIEN, L., 2016, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? Étude de cinq territoires ruraux », in Norois, n° 238-239, p23-41.

SENCEBE, Y., 2004, « Être ici, être d’ici. Formes d’appartenance dans le Diois », Ethnologie Française, Vol. 34, n° 1, p.23-29.

TISSOT, S., 2011, De bons voisins, Enquête dans un quartier de la bourgeoisie progressiste, Paris, Raison d’agir.

TISSOT, S., 2014, Les espaces de l’entre soi, Paris, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 204.

TUAN, Y.F., 2006, Espace et lieu. La perspective de l’expérience, Lausanne, In Folio [1e éd. 1977].

YOUNG, M. ; WILLMOTT, P., 2010, Le village dans la ville, famille et parenté dans l’Est londonien, Paris, Presses Universitaires de France.

ZUKIN, S. et HASSOUN, J-P., 2006, « Où sont passés les cafés du coin ? », Ethnologie française, vol. 36, p. 749-752.

Haut de page

Annexe

Typologie des commerces à proximité du local d’implantation du fast-food en 2011-2013.

Brasserie

Blanchisserie - Pressing

Restauration rapide assise

Restaurant européen

Brasserie

Traiteur - Épicerie fine

Boulangerie - Boulangerie Pâtisserie

Chocolaterie - Confiserie

Vente de journaux

Boulangerie - Boulangerie Pâtisserie

Vente de fruits et légumes

Crèmerie - Fromagerie

Développement rapide - Vente pellicule photo

Fleuriste

Pharmacie

Locaux Vacants

Supermarché classique

Brasserie

Banque

Bar Café

Supermarché classique

Parfumerie

Restauration rapide assise

Restauration rapide assise

Opticien

Charcuterie - Traiteur - Épicerie fine

Parfumerie - Produits de beauté

Restauration rapide assise

Source : Observatoire du Commerce à Paris (BDCOM)

Haut de page

Notes

1 Qui n’existe pas en tant qu’association.

2 Au total, cinq manifestations ont eu lieu : en 2013 (suite à l’annonce du projet d’implantation), en 2015 (suite à la contestation par le fast-food du refus du permis de construire par la Ville de Paris), en 2016 (suite à la nouvelle contestation par le fast-food du second refus de permis de construire de la ville), en 2017 (au début des travaux) et en 2018 (à l’ouverture). La manifestation de 2016 est la plus importante et compte plus de 200 personnes, tandis que les manifestations suivantes rassemblent d’une vingtaine à une soixantaine de personnes. Les manifestants se rassemblent devant le site d’implantation du fast-food, et peuvent remonter et descendre la rue en brandissant des pancartes. Des affiches témoignant de la contestation sont accrochées à l’arche végétale située à l’entrée de la rue.

3 Les informations relatives au quartier et à l’implantation du fast-food ont été ajoutées par l’auteure au fond de carte de l’APUR.

4 Annexe : Typologie des commerces à proximité du local d’implantation du fast-food en 2011-2013.

5 Champ principalement développé en psychosociologie environnementale, mais aussi en géographie sociale, anthropologie sociale, et dans une moindre mesure en sociologie urbaine.

6 Par souci d’anonymisation, la plupart des variables qualificatives des locuteurs ont été modifiées (sexe, emploi, date d’emménagement) sans en dénaturer la catégorie socioprofessionnelle et la trajectoire résidentielle.

7 Pour reprendre les termes de Loretta Lees énoncés par Anne Clerval : « Par super-gentrification, j’entends la transformation de quartiers déjà gentrifiés, dans lesquels la classe moyenne supérieure est prospère et solidement implantée, en des enclaves encore plus chères et exclusives » (Clerval, 2008, p. 48). Ici, nous parlons de super gentrification au regard des loyers, qui apparaissent parmi les plus chers de Paris, les commerces, bars et restaurants ne cessent de s’agrandir, si bien que les plus petits commerces doivent de plus en plus régulièrement renoncer à leur bail, alors rachetés par des franchises.

8 Cette approche renvoie à la théorie du lien social développée par Serge Paugam, identifiant le lien de participation élective (la socialisation extrafamiliale comme les amis, les associations, le voisinage…) (Paugam, 2008).

9 La notion d’ethos vient du grec qui, dans un sens premier, désigne « coutume, usage », « manière d’être ou habitude d’une personne, caractère », et par extension les « mœurs » (Bailly, 1950, p. 894). Nous envisageons ce concept par l’approche de la transaction sociale (Remy et al., 1980), qui s’intéresse davantage à la logique productive de l’ethos – ce qu’il contribue à produire – plutôt qu’aux logiques de production de l’ethos – c’est-à-dire les conditions d’expérience qui génèrent un ensemble de dispositions durables chez les personnes.

10 S’il ne s’agit pas ici de retracer la genèse de ce stéréotype, il faut préciser que certains lieux de consommation associés à la jeunesse des quartiers populaires de banlieue parisienne par un processus de stigmatisation suscitent aussi, dans d’autres contextes, de fortes oppositions et sont sources d’exclusion ; voir l’article d’A. Ouamrane-Saboukoulou in Clerval et Delage, 2019.

11 Mouvement international de sensibilisation des citoyens à la consommation de produits fabriqués dans des conditions de respect de l’environnement et des travailleurs ; voir Deléage (2014) sur l’histoire et les enjeux du mouvement.

12 Sur le Nimby, voir l’article de Sébastien Bourdin, dans le varia de ce numéro de L’Espace politique.

13 Les mouvements auxquels Vincent Mandinaud et Pascal Viot font référence s’inscrivent principalement dans le cadre de luttes pour la protection de l’environnement, de conflits d’aménagements, de résistances face à des projets d’implantation d’infrastructure (comme un aéroport), notamment en région Auvergne Rhône-Alpes (Mandinaud et Viot, 2006).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Lieu du conflit de proximité, IIe arrondissement de Paris
Crédits Source : Atelier Parisien d’Urbanisme (APUR) (2001)3
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6696/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Caro, « Éprouver l’attachement au lieu : l’épreuve d’un conflit de proximité », L’Espace Politique [En ligne], 38 | 2019-2, mis en ligne le 26 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6696 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6696

Haut de page

Auteur

Mathilde Caro

Centre Maurice Halbwachs, EHESS mathilde.caro@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals