Navigation – Plan du site
Rapports à l'espace et formes d'engagement : ancrage, attachement, territorialisation

Exarcheia : lieu de refuge ou territoire à défendre ? Controverses autour de la gestion des indésirables

Exarcheia: a place of refuge or a territory to be defended? Controversies around managing the undesirables
Simone Spera

Résumés

Cet article s’intéresse à la relation entre espace et action politique dans le quartier athénien d’Exarcheia, base territoriale du mouvement antiautoritaire grec. Depuis 2015, le quartier a vu l’essor de plusieurs squats de migrants. L’analyse des controverses suscitées par cette ouverture constitue le cœur de l’enquête, menée en combinant l’observation participante à l’intérieur d’un squat et l’analyse du discours de 35 publications de militants sur Indymedia, une plateforme en ligne du mouvement. L’étude des débats montre tout d’abord que l’état de transition et la précarité socio-économique des migrants entravent la construction d’un lien d’engagement avec le quartier. En second lieu, la participation de certains migrants au narcotrafic les rend des indésirables aux yeux des militants, qui dressent des frontières à leur encontre avec l’intention de défendre un territoire de lutte. Cette opération introduit cependant une forme d’autorité contredisant la construction d’Exarcheia comme lieu de refuge antiautoritaire. La recherche interroge finalement, à partir des réflexions des militants, la continuité entre le gouvernement étatique des indésirables et certaines actions punitives du mouvement. Cette étude enrichit par ce biais les conceptions du rôle de l’espace, considéré ici à la fois opportunité et contrainte pour l’action collective. Cet article propose donc une analyse pragmatique qui illustre la façon dont l’espace peut mettre à l’épreuve la cohérence idéologique d’un projet antiautoritaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le nombre des squats de migrants est approximatif : certaines occupations ont eu une existence très (...)

1Depuis septembre 2015, plus de quinze squats1 de migrants ont surgi dans la ville d’Athènes, en particulier dans le quartier d’Exarcheia, centre du militantisme gauchiste et anarchiste. En 2017, The New Tork Times indiquait un chiffre de 3 000 migrants hébergés dans des squats à Athènes (Kitsantonis, 2017). L’augmentation des occupations a répondu à l’insuffisance de l’accueil de la part de l’État pendant le « long été des migrations » en 2015, quand le nombre d’arrivants en Grèce a cru de manière exponentielle (Maniatis, 2018). Par ailleurs, avec la fermeture de la route balkanique et les accords entre l’Union européenne et la Turquie de 2016, les migrants qui tentaient la traversée vers l’Europe du nord se sont retrouvés bloqués en Grèce.

2La présence accrue des migrants dans un quartier devenu au cours de son histoire un « lieu symbolique » de la contestation (Auyero, 2005, p. 130), a posé de nouveaux défis aux militants antiautoritaires. L’ouverture d’Exarcheia aux migrants rentre d’une part dans une tradition de solidarité avec des groupes sociaux marginalisés : cette zone antiautoritaire a été pour beaucoup d’entre eux un lieu de refuge vis-à-vis des instances répressives. D’autre part les migrants, étant de passage en Grèce, où ils vivent dans des conditions de forte vulnérabilité, ne développent pas le même rapport avec le quartier que les militants, pour lesquels il représente un espace de libération politique. Ces différents rapports à l’espace vont de pair avec des degrés inégaux d’engagement pour les uns et les autres : l’intégration limitée des migrants dans le quartier débouche, dans les cas les plus extrêmes, sur de vraies formes d’exclusion des « indésirables » (Agier, 2018), perçus comme une menace pour l’identité politique d’Exarcheia. Un espace pensé comme un lieu de libération se convertit alors, par des pratiques d’exclusion, dans un territoire marqué par des frontières physiques et symboliques (Combes, Garibay, Goirand, 2016, p. 17).

3Or, bien que la littérature sur les squats des migrants aborde la question de l’espace, la relation entre l’espace et la cause politique antiautoritaire n’a pas été entièrement interrogée. Les squats de migrants ont été qualifiés de « biens communs » (Maniatis, 2018, p. 911), d’ « espace commun » (Tsavdaroglou, 2018), voire d’ « hétérotopie », lieu marginal au potentiel transformateur, susceptible de propager de nouveaux modes de vie (Kotronaki, 2018). Dans ces définitions, les idéaux politiques antiautoritaires semblent s’incarner directement, presque sans aucune friction, dans l’espace. De tels concepts holistes ne permettent pas de saisir le jeu complexe entre la matérialité du territoire, les habitudes socioculturelles qui le règlent, l’entrée de nouveaux habitants et l’idéologie politique qui défend certains usages de l’espace.

4Le rôle de l’espace dans les mouvements sociaux, gagnant l’intérêt des chercheurs au tournant du XXIe siècle (Hmed, p. 147), a généralement été conçu en termes soit de déclencheur d’un engagement, soit de produit d’un conflit politique. Dans la deuxième perspective, l’émergence d’un conflit entraîne la valorisation d’un espace, la réactivation d’appartenances et la définition de nouvelles territorialités (Melé, 2013). Cette approche processuelle peut dans une certaine mesure expliquer les reconfigurations du quartier d’Exarcheia face à la montée des squats de migrants. Néanmoins, elle fait l’impasse sur d’autres effets de l’espace, liés à sa double nature de contrainte et de ressource de l’action collective (Combes, Garibay, Goirand, 2016, p. 19). À Exarcheia, l’espace a souvent été le site de l’inertie sociale au changement. Face à des idéologies antiautoritaires, qui refusent toute forme d’appropriation et de contrôle centralisé du territoire, l’espace apparaît comme une contrainte, mettant à l’épreuve la cohérence de cette vision politique. Tout en donnant une possibilité d’existence aux idéologies antiautoritaires, l’espace les remet également en cause en leur imposant des frontières : il sert donc de facteur contraignant dans des situations d’épreuve, où les fondements de l’organisation des squats et les positions occupées par les acteurs sont remis en question (Lemieux, 2007, p. 193). Cet article tente de comprendre pourquoi, même à partir d’idéologies antiautoritaires qui se tiennent à l’écart de tout discours identitaire, Exarcheia produit des mécanismes d’enfermement et d’exclusion. La notion de « lieu » sera utilisée pour saisir l’espace en tant qu’investi de représentations politiques et de valeurs morales (Déchezelles, Olive, 2016, p. 11), alors que celle de « territoire » indiquera sa dimension matérielle, délimitée par des frontières physiques et sociales (Combes, Garibay, Goirand, 2016, p. 17).

5L’étude se fonde sur deux mois d’observation participante dans le squat de migrants Clandestina, entre août et octobre 2018. Clandestina héberge environ 90 migrants, majoritairement iraniens et afghans, dont des enfants, des familles, des jeunes célibataires, et des personnes âgées. Ouvert en juin 2018 aux limites du quartier d’Exarcheia, il a été évacué par la police en avril 2019. Je me suis intégré dans ce squat en tant que « solidaire » des migrants qui y habitaient. Quoique je n’ai auparavant appartenu à aucun collectif politique, l’engagement auprès des migrants a élargi la participation à de nouveaux acteurs, qui ont rejoint le milieu antiautoritaire en solidarité avec les migrants ; j’ai été l’un d’entre eux. J’ai contribué comme traducteur et médiateur dans des conflits internes, comme enseignant pour les enfants, et aidé dans la coordination des activités et dans l’entretien de relations externes. La tâche de solidaire était prenante, parfois épuisante. Avec le recul seulement, j’ai pu dégager de mes notes de terrain des réflexions abouties. De plus, mon intense participation à l’espace de Clandestina a fortement limité, en raisons des relations d’alliance et d’hostilité parmi les collectifs politiques, mes interactions avec d’autres squats de migrants.

6J’ai donc enrichi ma compréhension de ce phénomène à travers l’analyse de publications en ligne. Le site web en question, Athens Indymedia, est une plateforme d’information autogérée par le mouvement antiautoritaire local. Née pendant les manifestations contre le sommet de Seattle en 1999, Indymedia s’installe à Athènes en 2001 avec une version locale. J’ai sélectionné 35 textes, publiés entre 2015 et 2019, ayant pour sujet les squats de migrants et la gestion de la délinquance dans le quartier. Par ma présence à Clandestina, j’ai pu appréhender en profondeur les enjeux liés à l’organisation des squats de migrants. Le recours à Indymedia m’a en revanche permis d’accéder à une multiplicité de cas et de points de vue, de reconstruire les étapes précédentes et d’analyser des discours idéologiques élaborés de façon plus structurée et argumentée.

7Après avoir réinséré les squats de migrants dans le contexte géo-historique du quartier, je restituerai les différents rapports à l’espace vécus par des migrants et par des militants antiautoritaires, en présentant quelques trajectoires de protagonistes issus de mon terrain. Cela me permettra d’élucider un aspect central de mon enquête, concernant les attitudes contrastantes des uns et des autres face à la nécessité d’expulser quatre trafiquants du squat Clandestina. À travers une analyse des discours sur Indymedia, cet épisode d’expulsion sera mis en rapport avec d’autres similaires. Ces discours révéleront comment l’espace se fait porteur des contradictions des relations sociales dans le quartier (Martin, Miller, 1991, p. 146), liées au rapport ambigu des militants avec ceux que leurs textes désignent comme « marginaux » : alliés politiques et simultanément indésirables.

Le « quartier anarchiste » et ses nouveaux habitants

Une tradition antiautoritaire à l’épreuve des squats de migrants

8Le quartier d’Exarcheia se développe en amont et en aval de sa place centrale, qui a une forme triangulaire. Il est délimité à ses extrémités par l’avenue 28 Octobre donnant sur le Musée Archéologique National, par le grand parc du Pedion tou Areos, et par les deux rues d’Hippocrate et de Solon, à proximité respectivement du mont Lycabette et de la place d’Omonia (figure 1). Sa superficie ne compte que pour 0.21% de l’agglomération d’Athènes, mais il est très densément peuplé (24 500 hab./km2), avec un fort pourcentage de jeunes, d’étudiants et d’étrangers (Cappuccini, 2018, p. 13-14). Significatif est également le niveau d’emploi dans des postes qualifiés, ainsi que la présence de la classe moyenne (ibid.). Ces données s’imposent comme une évidence en comparant la composition sociale d’Exarcheia à celle d’Aghios Panteleimonas, un quartier voisin plus populaire qui abrite également plusieurs squats de migrants depuis 2016. Aghios Panteleimonas se caractérise en comparaison par une forte présence migratoire, et par l’activité d’organisations d’extrême droite comme Aube Dorée dans les années 2000 (ibid., p. 82-85).

Figure 1 – Carte des squats de migrants actifs entre 2015 et 2019. En vert, le quartier d’Exarcheia.

Réalisation : S. Spera

9Exarcheia est un lieu symbolique en tant que « quartier anarchiste » ou « zone sans police » : cette image, revendiquée par les collectifs politiques locaux et diffusée par les médias, alimente le tourisme alternatif et attire de nombreux militants internationaux, qui s’installent dans le quartier en quête d’opportunités d’activisme. On peut situer les origines de cette réputation militante dans les événements d’octobre 1973, quand l’École polytechnique nationale située à Exarcheia a été occupée pour protester contre la dictature des colonels. Des chars d’assaut sont entrés en réprimant la révolte des étudiants dans le sang, mais cette crise a mené le régime à sa fin. Dans les années de la transition démocratique, les premiers collectifs anarchistes et libertaires se sont organisés dans le quartier, en s’affirmant à travers des vagues de squattages, d’occupations d’écoles, et d’actions contestataires (Apoifis, 2016, p. 87-88). En 2008, Exarcheia s’impose sur la scène internationale : le meurtre d’un adolescent du quartier par un policier suscite des émeutes qui se répandent très vite dans tout le territoire national (ibid., p. 99-101).

10En raison de cette histoire, Exarcheia est considérée comme une base territoriale par ce que j’appellerai, en suivant la définition donnée par un collectif de militants et de chercheurs (Schwartz, Tasos et Void Network, 2010, p. 368), le « mouvement antiautoritaire ». Les termes « mouvement » (kinima en grec) et « milieu » (choros) indiquent un terrain politique que différents groupes et idéologies se partagent tout en gardant leur distance : anarchistes, autonomes de tradition plutôt matérialiste, libertaires, situationnistes, anarcho-féministes (ibid.). « Antiautoritaire » a été proposé comme définition englobante pour la totalité du mouvement, mais dans d’autres cas les anarchistes définissent les antiautoritaires en opposition à eux-mêmes (ibid.). Je garderai ici l’usage d’ « antiautoritaire » comme catégorie générale, tout d’abord parce que les oppositions entre les groupes à Exarcheia ne se jouent pas principalement sur le terrain des différences idéologiques, mais sur celui des pratiques et de la crédibilité morale. En second lieu, l’opposition à toute sorte d’autorité est le dénominateur commun des discours idéologiques des différentes factions du mouvement.

11Si la solidarité avec les migrants n’est pas une nouveauté pour les militants antiautoritaires, à partir de 2015 cet engagement prend une place centrale, avec l’ouverture de dix squats de migrants entre cette année et 2019. L’expérience des squats a comporté d’un côté la diffusion des pratiques militantes antiautoritaires : les nouveaux arrivants organisent ces espaces en autogestion, délibèrent et discutent leurs problèmes dans des assemblées, et se partagent leurs tâches assez équitablement entre hommes et femmes. De l’autre côté, le caractère antiautoritaire des squats s’est dilué dans le même processus de dilatation du mouvement dans son interaction avec les migrants. Les configurations assumées par les squats de migrants peuvent ainsi s’éloigner considérablement d’un modèle purement antiautoritaire. Des squats comme Hotel Oneiro, 5th school ou Arachovis 44 nomment par exemple un responsable général parmi les migrants, appelé « boss », « manager » ou bien « coordinateur », alors que les collectifs antiautoritaires refusent toute figure directrice. Ce type de squats sont soutenus par des bénévoles, souvent occasionnels et internationaux, qui se vouent à des activités spécifiques (enseignement, entretien de l’immeuble) et ne s’ingèrent pas dans l’organisation de la vie communautaire. D’autres squats de migrants sont en revanche soutenus par des militants rattachés en grande partie à des collectifs politiques locaux : se définissant comme « solidaires », ces personnes inscrivent leur activité de soutien dans un discours de solidarité politique, se distinguant des simples bénévoles aussi bien que d’un groupe politique homogène (Papataxiarchis, 2018, p. 235-236). Si aucun chef formel n’est désigné dans ce cas, les solidaires, en participant aux assemblées collectives et en intervenant dans tous les aspects de l’organisation, occupent de fait une position inégale par rapport aux migrants et disposent d’une influence considérable.

  • 2 La nécessité d’Exarcheia comme territoire pour l’accueil des migrants peut du moins être questionné (...)

12Dans les deux configurations, les squats tendent donc à sortir du paradigme antiautoritaire en développant une différenciation entre un groupe gouvernant et une population gouvernée. L’inégalité en termes de participation et de prise de responsabilité parmi les habitants de ces squats est due au fait que la plupart des migrants ont un « statut d’occupation de type hôtelier » (Hmed, 2008, p. 161), parce qu’ils voient leur séjour dans les squats comme une phase de passage non désirée, et leur engagement communautaire comme une contrainte. Le souhait de la plupart des habitants est d’occuper l’espace temporairement sans prendre de responsabilités. Dans le discours des militants, la présence des migrants dans des bâtiments abandonnés n’est par contre possible que grâce à la lutte menée à Exarcheia contre les institutions étatiques2. Deux rapports opposés à l’espace en découlent, l’un où Exarcheia n’est qu’une zone de transit vers une vie meilleure, et l’autre où la défense du territoire du quartier est la condition préalable à tout projet d’accueil. Nous comprendrons à travers l’exemple de quelques trajectoires comment cette relation différente à l’espace est construite, et comment l’indifférence ou l’implication de certains migrants dans des entreprises nuisibles à la relative autonomie politique d’Exarcheia, peut les transformer en des indésirables aux yeux des militants.

Les conditions sociales de l’engagement pour Exarcheia

13Comme plusieurs textes militants et plusieurs acteurs sur le terrain le dénoncent, Exarcheia est en train de vivre un processus de dégradation et de gentrification simultanée. En tant que quartier où la présence policière est relativement mineure et contestée – bien qu’un poste de police existe à Exarcheia, et que les policiers aient mené des opérations dans le quartier à plusieurs reprises – le trafic de drogues y est facilité. Souvent dans un état de clandestinité qui les exclut d’une large portion du marché du travail, et en besoin d’argent pour migrer vers le nord, les migrants sont facilement embauchés par la mafia du narcotrafic (Le Blanc, 2017, p. 152). Même si la police est accusée d’être complice de cette mafia, le narcotrafic attire la répression policière sur le quartier et il est pour cette raison combattu par les militants antiautoritaires. Le marché des psychotropes est d’autre part alimenté par le tourisme alternatif qui cause dans une large mesure la gentrification d’Exarcheia : l’afflux de locataires internationaux favorise la hausse des prix des loyers et la multiplication de restaurants et d’entreprises marchandes. La dégradation, par l’exploitation des migrants appauvris par une mafia violente, et la gentrification, par le développement d’un marché du tourisme alternatif, apparaissent donc aux militants comme les deux facettes d’un même projet d’éradication de la tradition politique d’Exarcheia.

14Dans cette situation, beaucoup de migrants jouent en saisissant les opportunités de survie disponibles, alors que les militants s’attachent à défendre l’identité politique qu’ils attribuent au quartier. Dans l’imaginaire militant, les migrants qui s’impliquent dans le narcotrafic peuvent représenter une menace et une présence indésirable dans le quartier. Il serait cependant trompeur de concevoir le rapport différent à Exarcheia des migrants et des militants comme le résultat d’une opposition entre l’attachement des « riverains » et la supposée apathie politique des « nouveaux arrivants ». Beaucoup d’études considèrent l’attachement au lieu et l’appartenance locale comme des motivations d’engagement (Déchezelle, Olive 2016, p. 8). Dans le cas d’Exarcheia, l’imaginaire du « quartier anarchiste » n’est pas partagé par tous les riverains, vu qu’une partie d’entre eux a adressé une lettre au bureau du procureur général en demandant de « ramener l’ordre » et l’ « État » (politeia) dans le quartier – fait instamment brandi par les médias classés à droite (Georgiopoulou, 2018). Ceux qui défendent énergiquement l’identité antiautoritaire du quartier ne sont pas que des habitants historiques, mais aussi de nouveaux migrants anarchistes ou des militants internationaux attirés sur place par une conviction idéologique. Pour expliquer les différents rapports à l’espace, il ne faut pas s’arrêter à l’historicité de la présence : il faut interroger plus globalement les conditions sociales de la permanence dans le quartier.

  • 3 Tous les prénoms utilisés dans cet article sont des pseudonymes.

15Cette question s’est posée clairement à Clandestina, le squat de migrants à majorité iranienne où j’étais quotidiennement présent en tant que solidaire. Dans notre groupe de solidaires, il n’y avait qu’une seule femme grecque. Pour le reste, en soutien des migrants étaient venus : Niels et Birgit3, deux Danois qui se définissent explicitement comme anarchistes et circulent entre la Grèce, le Liban et la Palestine pour leurs activités militantes. Tous deux se sont engagés auprès des migrants en Grèce à partir de 2016. La même année est arrivé Louis, un Français qui a essayé de mettre en place un réseau d’éducation informelle dans les squats. Le groupe comprenait aussi un Anglais, Josh, et Maria, une Germano-grecque venue à Athènes pour un stage. Nous étions tous âgés entre vingt et trente ans. Le seul migrant parmi les solidaires était Ahsan, un jeune Afghan arrivé dans le camp de l’île grecque de Samos en 2016. Il vivait dans un autre squat de migrants, le Hotel City Plaza, mais venait à Clandestina en tant que traducteur et solidaire. Il a pris la décision de s’installer en Grèce même s’il avait l’opportunité de se déplacer dans un autre pays européen, pour travailler à l’amélioration des conditions de vie des réfugiés. Son engagement dans le quartier et pour les réfugiés a été facilité par sa trajectoire d’activiste et par l’ample réseau de relations, tant avec des migrants qu’avec des solidaires européens, qu’il a su tisser autour de lui. Tout en refusant de se considérer comme un militant politique, Ahsan a contribué à des projets sociaux (rédaction d’un journal, production de vidéo-reportages) déjà en Afghanistan et y a interagi avec des acteurs politiques.

16Puisque comme solidaires nous étions tous plutôt nouveaux dans le quartier, Clandestina s’appuyait sur d’autres collectifs, comme le squat anarchiste Gare, engagé en particulier dans la lutte contre l’institution policière. À Gare militait un couple d’anarchistes de vieille date à côté de deux nouvelles entrées. Or, pendant trois mois, Clandestina a abrité un groupe de quatre trafiquants de drogue qui entretenaient des relations de solidarité avec certains habitants du bâtiment. Un jour, un militant de Gare a été attaqué au poignard par un trafiquant, qui faisait partie d’un gang avec les quatre trafiquants de Clandestina. Le lendemain, les militants de Gare se sont rendus à l’assemblée de Clandestina pour formuler un ultimatum : soit le squat expulsait ses trafiquants, soit le projet perdait la solidarité politique des autres squats. Face à cette injonction, les migrants n’arrivaient pas à prendre de décision définitive : tout en ressentant la pression de la menace de perdre le soutien des solidaires, ils ne percevaient pas la présence des trafiquants comme un problème prioritaire. Certains migrants me confiaient avoir vécu des violences bien pires dans leurs vies que celle des trafiquants. Les relations de dépendance, la peur des rétorsions et la volonté de ne pas remettre en question l’ordre des choses primaient, dans un moment où la priorité était celle de quitter le quartier et de migrer. Dans les assemblées des habitants sans les autres solidaires, auxquelles j’ai eu l’occasion de participer, les migrants questionnaient même l’utilité du soutien du mouvement.

17À la fin de cet épisode, qui s’est conclu par l’expulsion des trafiquants, un des militants de Gare, un jeune anarchiste étatsunien arrivé à Athènes quelques semaines auparavant, a pensé qu’une solution à l’échec de l’autogestion à Clandestina serait de donner des cours aux migrants sur l’anarchisme. Il a partagé cette idée avec Suleyman, un occupant kurde emprisonné pendant cinq ans en Iran à cause de son activisme religieux et politique. Après la prison, Suleyman a connu la vie dans un camp de réfugiés pendant un an, dans l’île de Leros. Il a dû renoncer à une bourse d’étude de l’Université américaine d’Athènes parce que son statut juridique ne lui permettait pas de quitter l’île. Désespérant de son avenir en Grèce, il attendait à Athènes dans le squat la bonne occasion pour partir à l’étranger. Et quand le militant américain de Gare lui a parlé de ses « cours sur l’anarchisme », Suleyman a trouvé cette proposition inconcevable.

« Les gens ici veulent juste avoir un peu de nourriture, faire de l’argent et quitter ce pays », commentait-il en ma présence, « Même moi, qui lis et écris chaque jour sur la politique, je ne peux pas m’engager politiquement ici, je ne connais rien du contexte grec, et je n’ai pas envie d’en savoir plus en ce moment ».

18La confrontation entre Suleyman et le militant étatsunien offre un exemple intéressant parce que leurs trajectoires sont comparables sous deux aspects : les deux sont des arrivés à Athènes dans le même mois et ont milité dans le passé. Leur rapport à Exarcheia est toutefois radicalement différent : destination militante pour l’un, territoire de rétention pour l’autre. Ces différents rapports à l’espace relèvent de deux temporalités contrastantes : Tahir Zaman (2019, p. 130) a bien identifié l’ « état de transition » (transience) des migrants comme un des obstacles majeurs à un engagement politique antiautoritaire. Toutefois, il ne faut pas réduire l’état de transition à une durée temporelle objectivement limitée. Les migrants peuvent rester en Grèce pendant des années, en essayant en vain de traverser la frontière, tout en se considérant toujours comme « de passage ». On doit plutôt interpréter l’état de transition comme un rapport à la temporalité inscrit dans un horizon d’attente constamment différé, jalonné par des tentatives de fuite frustrées. La différence d’expériences du lieu des militants et des migrants dépend donc en dernière analyse du statut social et de la mobilité différentielle accordée par le régime frontalier : des militants dont la mobilité est beaucoup moins contrainte arrivent à s’attacher davantage au quartier. L’idée que la profondeur historique de l’enracinement spatial soit une condition nécessaire à l’engagement serait par conséquent fausse.

19En résumant, l’arrivée d’une multitude d’individus marginalisés introduit des contraintes organisationnelles dans la gestion antiautoritaire des squats à Exarcheia. L’entrée des migrants dans le quartier s’inscrit en plus dans un contexte de crise économique, de gentrification et d’expansion du narcotrafic, qui fait qu’une partie d’entre eux sont embauchés par la mafia. Si la prise de responsabilité et l’autogestion des problèmes du quartier sont la modalité d’engagement requise par une organisation antiautoritaire, la plupart des migrants, n’ayant pas les conditions sociales pour entretenir le même rapport à l’espace que les militants, reculent face à un tel engagement. Ce décalage s’est manifesté dans la vicissitude de l’expulsion des quatre trafiquants du squat Clandestina, perçue comme une urgence par les militants et comme un conflit de plus à esquiver par les migrants. Les débats surgis autour de cette question montrent les contradictions d’un quartier qui se veut à la fois un lieu de refuge et un territoire de lutte à défendre, et l’émergence d’une réflexivité autour des conditions sociales de l’engagement dans cet espace.

La production des frontières dans l’histoire d’une expulsion

Cause antiautoritaire et cause des migrants en tension

20Un soir de septembre, nous, les solidaires de Clandestina, sommes assis les jambes croisées sur la rue Dervenion, en haut de la place d’Exarcheia. Niels, l’anarchiste danois, nous a convoqués pour nous prévenir que le lendemain des militants de Gare doivent se rendre à l’assemblée de Clandestina pour demander l’expulsion des quatre trafiquants. Nous nous interrogeons tous sur le futur de Clandestina dans le cas où il perdrait la solidarité politique de Gare. Louis, le solidaire français, doute que cela changerait quelque chose : les bénévoles internationaux ne sont pas au courant des dynamiques politiques entre les squats, et continueraient à apporter leur aide. À l’inverse, Birgit, l’autre anarchiste danoise, et Maria, la femme gréco-allemande, croient que Clandestina se trouvera de plus en plus isolé : les donations remises aux solidaires n’existeront plus, et la rumeur ne tardera pas à circuler parmi les centres sociaux et les bénévoles sur place. Niels souligne quant à lui que, de toute façon, Clandestina aura l’opportunité de choisir si elle veut couvrir l’action des mafieux ou les expulser. Louis remarque pourtant que les migrants pourraient ne pas vouloir les chasser par peur et/ou par amitié.

21Louis sollicite alors l’opinion d’Ahsan, qui s’est tu pendant la première partie de la conversation. Avec un visage sombre, Ahsan nous demande si nous avons vraiment l’intention d’abandonner un projet qui a réussi à héberger plus de 90 personnes. Il nous questionne sur les opportunités que nous avons données aux migrants, pour qu’ils ne tombent pas dans la vente de drogues : « Vous leur avez donné un logement, de la nourriture, des vêtements gratuits... Mais qu’est-ce que vous avez fait pour les régulariser ? Qu’est-ce que vous avez fait pour les aider à trouver un travail ? Qu’est-ce que vous avez fait pour leur restituer leur dignité ? ».

22Pour Maria, les justifications d’Ahsan ne tiennent pas. Les habitants de Clandestina ont un logement et de la nourriture, et seulement quatre personnes sur 90 vendent des drogues : on ne peut pas justifier l’action par la nécessité. En plus, le trafic de drogues n’est jamais pratiqué par des femmes ou par des familles, mais par des jeunes hommes célibataires. Devant ces mots, Ahsan s’irrite : une femme n’aurait jamais le permis de vendre des drogues dans la « culture asiatique » ! On ne peut pas la juger avec les critères de la « culture européenne » ... Mais pour Maria il faut arrêter de se cacher derrière la culture, car cette excuse joue au détriment des migrants eux-mêmes. Elle peut comprendre que certains trafiquants ne souhaitent qu’acheter des vêtements ou des biscuits pour leurs enfants : « mais en même temps, ils agissent d’une façon égoïste, parce qu’ils sont en train de détruire la communauté où ils vivent », se désole-t-elle. Niels rajoute que le comportement des trafiquants de Clandestina n’est pas pardonnable pour beaucoup d’autres raisons : un d’entre eux, par exemple, sort dans des soirées coûteuses et achète des vêtements onéreux. Quand des téléphones ont été volés dans le squat, il en a offert trois ou quatre de remplacement à la victime du vol.

Ahsan est particulièrement frustré par ces mots et les commente avec une aigre politesse : « Je comprends votre point de vue, et j’apprécie ce que vous faites. C’est adorable. Mais je veux vous demander quelque chose : les connaissez-vous personnellement ? ».

« Pas du tout », admettent sans gêne Birgit et Maria. « Ce sont peut-être des gens bien, mais nous devons considérer les conséquences de leurs actions ».

« Est-ce qu’ils ont déjà créé des problèmes dans le squat ? », rétorque Ahsan.

23Birgit raconte que le bâtiment sent souvent la marijuana et que des enfants ont vomi à cause de l’odeur. Les trafiquants ont été violents pendant des échauffourées. Elle reconnaît que les solidaires doivent faire l’effort de les comprendre. Mais les trafiquants ne font aucun effort de leur côté pour comprendre le quartier où ils vivent : le trafic de drogues provoque la répression policière et empêche le maintien d’une zone autogérée.

« Je ne m’attends pas à ce que tous les habitants de ce quartier soient politisés », explique Birgit, « mais du moins ils ne devraient pas faire des choses qui vont à l’encontre de ses principes politiques. Ils devraient comprendre l’histoire du quartier, parce que sans l’effort de le maintenir en tant qu’espace anarchiste, sans la lutte contre la police, tous ces migrants n’auraient pas de logement ».

24Puisque les trafiquants sont en train de « détruire Exarcheia en tant qu’espace politique », elle ne peut pas être en solidarité avec eux. « Nous ne devons pas soutenir les migrants quoiqu’ils fassent, juste parce qu’ils sont des migrants. Tout comme j’ai certaines attentes envers toi en tant que camarade », affirme Birgit en me pointant du doigt, « de la même façon, j’ai des attentes envers eux. Nous respectons beaucoup de choses des migrants, par exemple la religion, même si la religion va à l’encontre des principes anarchistes. Mais ils devraient nous respecter en retour », poursuit-elle.

25Ahsan est offusqué. Il cite ce qu’il appelle un proverbe : « si tu veux changer, commence par toi-même ». Avant de songer à l’expulsion des trafiquants, ou d’exiger des prises de position de la part des migrants, les anarchistes devraient changer eux-mêmes, parce qu’ils sont, à son avis, « tellement extrémistes et violents ».

26Louis essaie de trouver un équilibre entre les positions de Ahsan et des autres solidaires. Il craint que le mouvement ne résolve jamais la question du trafic de drogues en expulsant tous les trafiquants du quartier. Les actions anti-mafia du mouvement touchent en plus les derniers maillons de la chaîne mafieuse, sans s’attaquer aux responsables au sommet de la pyramide. De surcroît, comme d’autres expériences le démontrent, avec le départ des solidaires, les mafieux n’ont plus aucun frein dans le contrôle d’un squat. De cette façon, si nous nous retirons à cause de la présence des trafiquants, la situation risque d’aller en empirant à Clandestina.

27La scène décrite atteste que le quartier d’Exarcheia n’est pas ouvert pour tous et en toutes circonstances. Pour se préserver en tant que lieu d’idéaux universalistes, lieu où les migrants sont à l’abri de la répression étatique, Exarcheia dresse des frontières et maintient dehors certains individus. Se fondant sur plusieurs ordres de justifications, ces frontières spatiales se calquent sur :

  • Des frontières de genre, parce que le trafic est pratiqué surtout par des jeunes hommes célibataires. Donner la priorité aux femmes et aux enfants signifie pour les militants renverser l’ordre de la domination masculine. Ce choix reproduit dans les faits le discours étatique qui privilégie femmes et enfants comme catégories dignes de compassion, dans la concession du droit à l’asile politique. Ahsan met en lumière que les femmes s’abstiennent du narcotrafic à cause des contraintes culturelles, en l’absence desquelles elles seraient beaucoup plus facilement poussées à l’exercer pour survivre à la misère ;

  • Des frontières économiques et ethniques, parce que l’incertitude du statut juridique des migrants et leur position désavantageuse dans le marché du travail qui en découle encouragent l’entrée dans le trafic illégal des drogues ;

  • Des frontières morales, parce qu’à première vue dans les mêmes conditions socio-économiques, les acteurs recourent à des stratégies de survie différentes. Seulement quatre des 90 migrants de Clandestina pratiquent le narcotrafic, et dépensent leurs gains pour des biens jugés comme superflus.

28Le débat des solidaires semble en outre faire ressortir une tension entre la « cause des réfugiés » et la « cause du quartier », qui a caractérisé plusieurs expériences d’occupations de migrants (Coutant, 2018, p. 21-34). Si Ahsan met en avant l’absence des conditions pour une vie digne pour les migrants, Birgit et Niels défendent la priorité du respect de la tradition politique d’Exarcheia. Cette opposition discursive cache toutefois une réalité sociale plus complexe. La vision du quartier défendue n’appartient pas en effet à tous les riverains : il s’agit plutôt d’une « cause antiautoritaire » qui est épousée par des militants locaux aussi bien qu’étrangers, et qui est territorialisée et projetée sur le quartier d’Exarcheia. La cause militante ne peut pourtant pas être dissociée de celle des migrants, au risque de l’invalider : l’ouverture aux réfugiés et le refus d’une discrimination basée sur le statut légal sont partie intégrante du projet politique antiautoritaire. Mais pour les militants l’envers est tout aussi vrai : le maintien de l’organisation antiautoritaire du quartier, à l’abri de la présence policière et des mafias, est conçu, dans le discours de Birgit, comme condition de l’accueil des migrants.

29L’espace se présente ainsi comme une contrainte pour l’action politique, parce que l’aspiration universaliste à être un lieu de refuge pour tous n’est pas concevable en dehors de la reproduction de frontières. Les idéologies antiautoritaires donnent en même temps les moyens pour contester la légitimité des frontières ainsi dressées. Ahsan peut pour cela s’attaquer à la décision d’exclure les trafiquants d’Exarcheia : les militants opèrent à l’encontre des valeurs de solidarité et d’égalité qu’ils revendiquent, en réprimant des migrants qui auraient échoué dans leur intégration sociale. Les mesures prises pour sauvegarder la liberté d’Exarcheia sont donc souvent critiquées en tant que productrices de formes de renfermement ultérieures. La suite de l’expulsion des quatre trafiquants révèle pleinement le développement de ces contradictions.

De la libération des « esclaves » à l’enfermement des libérateurs

30Après la réunion des solidaires, deux semaines d’hésitation et d’assemblées épuisantes se sont écoulées, sans qu’aucune décision finale ne soit prise. Deux solidaires se sont retirés du squat jusqu’à ce que les trafiquants en partent, et petit à petit, d’autres solidaires ont également commencé à s’éloigner. Une partie des migrants auraient voulu garder les trafiquants dans le squat, d’autres insistaient pour les expulser. Entre les deux, ceux qui n’ont pas pris parti ou réfléchissaient à un compromis, probablement la majorité. Une délégation de familles de Clandestina s’est finalement rendue à une assemblée secrète du squat Gare pour demander d’organiser une action conjointe et de déloger les trafiquants avec le moins de violence possible. Le lendemain, après l’action d’expulsion, les trafiquants sont revenus deux fois en colère pour attaquer le squat : ils ont cassé la porte en verre de l’entrée, lancé des pierres contre les fenêtres, hurlé des menaces. Toute une organisation a été vite mise en place pour protéger le bâtiment : le rideau de fer de l’entrée a été baissé, les militants ont bricolé une barricade avec des vases, des armoires, des planches de bois, et des veilleurs se sont placés jour et nuit aux deux premiers étages, sur la toiture-terrasse et aux coins de la rue. Des extincteurs, des barres de fer et des boîtes contenant des substances répulsives ont été mis à disposition en cas d’attaque. Mais ce qui empêchait les trafiquants d’entrer dans le squat, rendait aussi difficile la sortie aux habitants, soit pour s’enfuir en situation de danger, soit pour s’occuper des nombreuses besognes quotidiennes, comme par exemple les rendez-vous administratifs des demandes d’asile. Pour pouvoir sortir, il fallait à chaque fois laisser les veilleurs vérifier que la rue était libre, descendre une échelle de la fenêtre jusqu’au trottoir, et aider les habitants à la monter, opération d’autant plus compliquée pour les plus âgés, qu’une tempête faisait rage à ce moment-là.

31Deux jours après l’expulsion, je déjeune avec Suleyman, l’ex-prisonnier politique iranien. Non seulement il a vécu l’enfermement en Iran, mais pour lui le camp de Leros « a aussi été comme une prison », car des restrictions horaires réglaient l’accès et la sortie de la structure. Une fois arrivé à Clandestina, il a apprécié de retrouver une certaine liberté de mouvement et d’organisation. Deux jours après l’expulsion des trafiquants, son estime de cette liberté est beaucoup plus sombre. Les militants intervenus dans l’action ont pressé les migrants à interrompre toute relation avec les trafiquants. Suleyman me raconte comment pendant l’assemblée qui a suivi l’expulsion, un militant du squat Gare a déclaré : « J’ai une question fondamentale pour vous : vous devez choisir si vous voulez être les esclaves des trafiquants, ou si vous préférez être libres ». « Mais regarde-nous », ironise Suleyman, « est-ce que nous sommes libres maintenant ? ». Ils sont obligés de guetter l’entrée à plusieurs, la porte a été cassée et ils ne peuvent plus sortir par le bas, mais en descendant de la fenêtre... Cette situation lui rappelle une citation qu’il a lu quelque part : « La liberté consiste à choisir soi-même ses chaînes ».

32Non seulement les migrants de Clandestina expérimentent cet effet de contrainte, mais aussi les militants qui sont allés au front de l’action. Ils commencent à entendre des rumeurs et des menaces de rétorsion, à éviter la place d’Exarcheia où les trafiquants continuent à s’attarder et à exercer leur métier. L’action a été menée avec l’intention d’éloigner définitivement les trafiquants du squat et du quartier tout entier. Le résultat a été au contraire que certains des solidaires ont ressenti des contraintes sur leur propre mobilité. Ces militants ne se promènent plus seuls dans les rues d’Exarcheia, s’arment de spray anti-agression ou s’organisent pour prendre des cours de combat. Le lendemain de l’expulsion, les trafiquants circulent librement sur la place d’Exarcheia tandis que les migrants et leurs solidaires sont barricadés dans le squat.

33Cette conclusion montre comment la tentative de territorialisation d’un ordre antiautoritaire se heurte à l’espace comme à une contrainte : les opérations qui visent à libérer le quartier de ses prétendus ennemis dévoilent toutes les frontières sociales qui traversent le territoire défendu. Puisqu’aucun appareil de contrôle centralisé sur le quartier n’est consenti, la violence exercée contre les éléments perturbateurs peut se retourner contre ses exécuteurs et diffuser un sentiment de menace et de renfermement généralisé. Nous analyserons par la suite la façon dont ces contradictions ont émergé et ont été prises en compte d’une façon réflexive à l’intérieur du mouvement antiautoritaire. Il s’agira de comprendre la dynamique par laquelle l’espace se transforme d’un lieu incarnant un imaginaire politique de libération, en une structure socio-matérielle contraignante.

La défense du territoire à la source de l’autorité

Les affinités entre mouvement et État dans le gouvernement des marginaux

34L’épisode de l’expulsion des quatre trafiquants de Clandestina se déroule selon un schéma assez commun dans les cas et les débats concernant la gestion des indésirables à Exarcheia. La particularité de la cause de ce quartier, telle qu’elle est conçue par les militants, est de se fonder sur des arguments universalistes qui font sortir l’espace de son ancrage local et des intérêts de groupes spécifiques, et exposent les militants à des critiques et à des contradictions. En d’autres termes, les valeurs qui sont associées à Exarcheia – liberté, solidarité, autogestion – ne peuvent pas se réduire pour les militants à des traits identitaires locaux, mais elles permettraient l’émancipation générale des êtres humains. Aucune forme d’exclusion, même lorsqu’elle est perçue comme nécessaire pour préserver l’identité politique du quartier, n’est donc anodine, car elle souligne l’échec d’une tâche d’émancipation, étant donné que les refoulés sont souvent des marginaux. Par rapport aux idéaux antiautoritaires, l’espace se révèle comme une ressource incontournable pour leur réalisation, et à la fois comme une contrainte. La réflexion sur la dimension territoriale de la lutte, autant habilitante que contraignante (Hmed, 2008, p. 164), occupe une place importante dans les tracts et les analyses militantes publiées à travers la plateforme Indymedia.

  • 4 Les mots parakratikoi et tramboukoi se réfèrent plus précisément aux membres d’organisations qui, t (...)

35Dans un texte produit en réaction au vol d’une motocyclette pendant une assemblée, des anarchistes affirment qu’il appartient au « monde de la résistance, de l’autogestion et de la solidarité » de tracer la frontière entre l’admissible et l’inadmissible à Exarcheia (Anarchikes, 2018). Comme le démontrent les incessantes controverses, il n’est pourtant pas évident de cerner qui fait partie de ce monde. La logique d’exclusion antiautoritaire repose sur des clivages politiques et moraux, plutôt que territoriaux : « à Exarcheia les mouchards, les fascistes, les agents paraétatiques (parakratikoi), les violeurs, les criminels mafieux (tramboukoi) n’ont pas leur place ici »4 (ibid.). Cette logique ouvre pourtant la voie à une tension à l’intérieur des idéologies antiautoritaires. D’un côté, les délinquants proviennent souvent de la même classe sociale urbaine racisée et marginalisée que les militants se proposent de défendre ; de l’autre côté, les actions de répression envers ces délinquants ressemblent, et dans certains cas correspondent tout à fait, aux modes d’action de la mafia paraétatique. Tant la tolérance que la répression de la délinquance suscitent donc facilement des polémiques.

36Les marges d’Exarcheia révèlent une ambiguïté au cœur de l’espace social du quartier, parce que les « marginaux » (perithoriakoi) (ibid.) sont vus à la fois comme les victimes d’un système socio‑économique oppressif, et comme des indésirables, en tant qu’entrave à la création d’une alternative à ce système. Les marginaux incarnent la contradiction fondamentale qui selon Agamben  caractérise la pensée politique contemporaine : le « peuple » est considéré comme le sujet politique central, mais aussi comme la partie de la société la plus appauvrie et exclue, dont la réalisation consiste en sa propre abolition, car le peuple ne pourrait se libérer qu’en cessant d’être peuple (Agamben, 2005, 3.2). Cette ambiguïté se retrouve dans plusieurs textes produits par des collectifs anarchistes d’Exarcheia, par exemple :

« Auparavant nous avons dit qu’il n’y a plus de place pour nous tous dans ce quartier. Et avec cela, nous ne nous référons pas seulement à la mafia, mais aussi au hooliganisme dans toutes ses expressions [...] Il est de fait que quand un problème n’est pas limité, il se répandra à tel point qu’il nous écrasera à la fin. Il se répandra comme un cancer. Ainsi en est-il d’Exarcheia, où le caractère sinon romantique du quartier, qui a toujours accueilli (embraced) les exclus, les réfractaires, et les déshérités, est aujourd’hui démenti. Non pas parce que ces gens ne doivent pas être accueillis, mais parce qu’ils devraient être intégrés dans les règles fondamentales de la solidarité sociale. » (Analipsi efthinis..., 2016)

37Il faut éloigner ceux qui empêchent aux principes antiautoritaires de survivre dans l’espace conquis. Le succès de ces mesures de refoulement ne peut cependant pas être pris pour une victoire du mouvement. Comme l’a suggéré Louis dans la scène mentionnée auparavant, et comme l’affirme Nasim, réfugié afghan en Grèce depuis 2003 et militant dans le squat de migrants Hotel City Plaza, « même si les toxicomanes étaient repoussés aux frontières du quartier, comme ça a déjà été le cas, le problème ne serait pas résolu » (Cappuccini, 2018, p. 65).

38L’expulsion du quartier comme forme de régulation de l’espace implique en ce sens un refoulement idéologique de la continuité entre les stratégies de gouvernement de l’État et la gestion de l’espace dans le mouvement. Il est en effet frappant de remarquer les ressemblances entre le discours sécuritaire sur les migrations et certains arguments utilisés dans les textes du mouvement antiautoritaire. À la fin avril 2018, des acteurs se réclamant du mouvement effectuent par exemple une opération de raid contre sept trafiquants à Exarcheia. Ils brûlent les étals de cigarettes des revendeurs du marché noir dans la rue Themistokleous. L’action provoque un débat houleux sur le site d’Indymedia : une riveraine appelle à ne concéder « aucun respect à ceux qui n’ont pas respecté ce quartier, sa lutte de résistance et son hospitalité » (Anisichi Exarcheiotissa, 2018). Dans le contexte grec, le mot d’hospitalité (philoxenia) renvoie à une rhétorique répandue, qui présente l’hospitalité comme une vertu nationale et divise les migrants en invités dignes et indignes (Rozakou, 2012). Le mouvement antiautoritaire glisse ainsi dans la même logique territoriale qu’il critique au niveau étatique.

39L’affinité avec la logique territoriale de l’État a d’ailleurs été reconnue et critiquée à l’intérieur du mouvement. En juin 2018, un groupe de professionnels de la violence se réclamant du mouvement a essayé d’évacuer le squat Arachovis 44, en l’accusant d’abriter des violeurs, des trafiquants et des criminels mafieux (Allilengioi-es se prosfyges-isses apo empolemes zones, 2018). D’autres collectifs anarchistes ont aidé les migrants expulsés à réoccuper le bâtiment en reprochant aux mandataires de l’éviction de reproduire une logique policière : ces derniers ont répondu aux crimes de certains occupants avec la criminalisation généralisée d’un squat. En plus, ils auraient procédé à un tri des migrants comparable à celui mis en place par les instances étatiques : les migrants sont acceptés jusqu’à ce qu’ils restent des récipiendaires dociles de l’aide, et ils sont écartés lorsqu’ils présentent des comportements violents, dérivés de l’oppression dont ils souffrent (Afelis, 2018 ; Katalipsi Gare, 2018 ; Koinotita Katalipseon Koukakiou, 2018).

40Deux autres figures classiques du discours étatique reviennent dans les textes militants : l’histoire locale et l’état d’urgence. Selon les anarchistes qui écrivent à propos du vol de la motocyclette (Anarchikes, 2018), le passé du quartier démontrerait qu’un espace antiautoritaire n’est pas qu’un mythe et a effectivement existé. On ne peut faire partie d’Exarcheia, pour ces anarchistes, qu’en tenant compte de son histoire : les mouvements migratoires sont perçus comme une nouveauté potentiellement porteuse de menaces pour la tradition du quartier. Les anarchistes entrent aussi dans la logique de l’état d’urgence : quoique la répression ne résolve pas à la racine le problème du narcotrafic, Exarcheia ne peut pas attendre la solution de cette question au niveau mondial pour passer à l’action, parce que le mouvement risque de perdre son territoire d’existence. Le souci de justification et les nuances de définition s’effacent devant l’urgence de défendre le territoire nécessaire pour l’action militante, comme en témoignent les lignes de ces anarchistes :

« Ce texte touche très brièvement des questions telles que : qu’est-ce que la violence du plus fort et qu’est-ce que la contre-violence, qu’est-ce que sont les drogues, qu’est-ce que la métropole et qu’est‑ce qui fait les marges, qu’est-ce que la défense et qu’est-ce que signifie organisation (...) [mais] bientôt nous n’aurons ni l’espace géographique, ni la force politique pour nous retrouver, pour discuter, et pour être d’accord ou en désaccord » (ibid.)

41Comme dans les politiques migratoires de l’État, l’appel à l’état d’urgence semble donc suspendre le raisonnement circonspect et le fonctionnement ordinaire du quartier. Il suffit pourtant de regarder le nombre de conflits commentés sur Indymedia ces dernières années pour s’apercevoir que cette suspension n’est pas extraordinaire et qu’elle est plutôt devenue une dynamique constitutive des relations sociopolitiques à Exarcheia. La défense à tout prix d’un territoire pour la lutte politique se constitue comme la limite infranchissable de toute remise en question du mouvement. L’espace s’érige ainsi en source d’autorité. Il nous reste à analyser comment le mouvement fait face à cette émergence de l’autorité en son sein, et par quels critères de justification il prétend continuer à se démarquer de l’État dans sa propre gestion du territoire.

La responsabilité des indésirables comme argument de justification

42Comment les acteurs vont-ils donner sens à la violence de l’exclusion et à la production des frontières pour sauvegarder un quartier qui se bat contre le régime frontalier européen ? Comment justifient-ils le mérite d’une entreprise contre l’État qui se voit en permanence glisser dans les techniques de gouvernement de l’État ? Les militants tendent à justifier ou à contester le bien-fondé de ces formes d’exclusion selon le degré de responsabilité qu’ils attribuent aux exclus dans la production des injustices sociales. Il faut concevoir la responsabilité comme un lien entre un individu et des actes dont l’étendue est socialement construite : ce lien produit des frontières entre les êtres et les rend capables à différents degrés de répondre de certaines actions (Puccio-Den, 2017). Le mouvement antiautoritaire prétend se démarquer des logiques de l’État en adoptant des critères différents pour classifier les individus et les responsabiliser : le squat Hotel City Plaza, par exemple, revendique que, même s’il a été obligé de sélectionner ses occupants, il n’a jamais adopté le statut légal ou la nationalité comme critères de sélection (Lafazani, 2018, p. 898).

43Quand il s’agit pourtant de transgressions des normes plus ou moins implicites du quartier de la part des migrants, l’attribution de responsabilité devient encore plus complexe et fait l’objet de plusieurs contestations. Ceux qui s’opposent à une mesure de justice directe contre des délinquants déresponsabilisent, voire naturalisent les comportements des accusés : leurs actions sont conçues comme le fruit de leur position sociale ou des fautes d’autres groupes. Un utilisateur d’Indymedia critiquant la chasse aux trafiquants et aux revendeurs de cigarettes par des militants rue Themistokleous affirme que :

« Le nombre de migrants qui vivent avec nous, ou qui plus généralement fréquentent le quartier d’Exarcheia, a cru, particulièrement après 2015. Il était simple d’être de leur côté au début, quand ils avaient besoin de notre aide charitable comme masse désarmée [...] Le marché noir de toute sorte, l’implication dans des activités illégales, l’usage d’alcool et d’autres substances, le sexisme et les rixes sont des conséquences naturelles de leur appauvrissement. Conséquences naturelles de la barbarie capitaliste. » (Dilek, 2018)

44Quand une mesure de justice directe est au contraire sollicitée ou approuvée, les militants mobilisent un discours de responsabilisation, qui ne néglige pas, dans la plupart des cas, les conditionnements sociaux, mais considère la prise de responsabilité comme la seule voie de sortie de la reproduction des injustices. Puisque « l’être humain doit et peut s’émanciper » (Anarchikes, 2018), les marginaux sont considérés comme responsables dans la mesure où ils agissent ou non en direction de la libération de leur oppression. Poussé à l’extrême, ce raisonnement fait des actions répressives le moyen d’affirmer la liberté humaine : refouler des sujets réticents à se réformer signifierait responsabiliser les migrants et les catégories sociales marginalisées et leur restituer un statut de sujet politique. Les responsables de l’éviction du squat Arachovis 44 justifient ainsi leur action en ces termes :

« Le squat d’hébergement de migrants au milieu du tissu urbain était et est encore un choix politique qui transforme le réfugié d’un être démuni face au pouvoir meurtrier de la nature et de l’État, en un homme qui a une vie digne d’être vécue à côté de nous et avec nous. La base des squats était pour cette raison l’égalité, la démocratie directe et l’autorégulation. Le squat de la rue Arachovis avait perdu depuis longtemps ces caractéristiques » (Allilengioi se prosfyges-isses apo empolemes zones, 2018)

45Un nœud complexe se dessine donc entre pratiques d’exclusion, idéaux antiautoritaires de libération sociale, et formes de gouvernement de l’espace. Les visions du quartier qui se dessinent dans ces controverses proposent parfois un espace de libération et d’accueil, ouvert à tous les migrants et les marginaux, soit un territoire à défendre par l’exclusion des indésirables. Les marginaux sont considérés, selon le degré de responsabilité qui leur est attribué, comme des opprimés dont il faut épouser la cause, ou bien comme des indésirables mettant en danger la survie d’Exarcheia. Ces oscillations ont à voir avec la double nature de l’espace, qui a tant une dimension objective de territoire qu’une dimension subjective de représentation et d’expérience d’un lieu (Combes, Garibay, Goirand, 2016, p. 24). Les représentations militantes façonnent l’espace en essayant de renverser le modèle dominant des relations sociales : les militants et les migrants contestent l’institution de la propriété privée à travers les squats et font de la place aux indésirables refoulés par l’État-nation. La libération des idéaux politiques dans l’espace trouve pourtant sa limite dans la dimension objective du territoire, dont la matérialité incarne les frontières sociales et oblige les militants à recourir à l’autorité pour marquer spatialement l’identité antiautoritaire du quartier.

Conclusion

46Cette étude s’est proposé de repenser le rapport entre l’espace et l’engagement politique dans le contexte de l’expansion des squats de migrants à Exarcheia. La littérature sur le sujet a souvent présenté les squats en opposition aux camps, comme des lieux de contestation des techniques de gouvernement sur les migrants. Peu d’attention avait toutefois été portée à la façon dont le rapport à l’espace conditionne l’application d’une organisation antiautoritaire. Après avoir compris les conditions sociales derrière le lien différent des migrants et des militants avec Exarcheia, l’enjeu a été d’analyser l’espace en tant que contrainte de l’action politique, dans la mesure où il met à l’épreuve les idéologies antiautoritaires traditionnellement associées à ce quartier.

47Puisque l’autogestion, la liberté et l’égalité sont conçues par les militants dans le quartier comme des aspirations universelles, l’espace d’Exarcheia est potentiellement ouvert à tous et n’admet en principe aucune instance de contrôle centralisé. La territorialisation des idéaux antiautoritaires dans un champ social où la domination est omniprésente impose d’autre part inévitablement des contraintes : leur pratique dans un espace déterminé ne peut reposer que sur l’exclusion, souvent violente, de certains acteurs identifiés comme problématiques. L’exclusion se manifeste généralement dans l’expulsion d’habitants d’un squat, ou dans des actions violentes qualifiées de « justice directe » contre des trafiquants ou des agresseurs. Les frontières du quartier sont ainsi dressées sur des fondements moraux, évoquant la responsabilité des individus dans le mal qu’ils causent aux autres, et des fondements de genre, car les individus ciblés sont généralement des hommes jeunes et célibataires, accusés souvent de perpétrer de la violence sexiste. Finalement, les frontières reposent aussi sur des fondements économiques et ethniques, parce que les indésirables sont le plus souvent des migrants et appartiennent à des groupes sociaux marginalisés.

48La production des frontières dans le quartier déclenche des controverses, où la ligne adoptée vers les actions répressives est toujours susceptible d’être remise en question. La tolérance des délits exposerait le quartier à des comportements violents et destructifs. Une action répressive vis-à-vis des indésirables responsabilisés pour leurs actes ne pourrait cependant se faire sans avoir recours à une forme d’autorité et de coercition. Dans les deux cas l’application des principes antiautoritaires en résulterait fragilisée. De plus, en absence d’un contrôle centralisé sur l’espace du quartier, les actions de justice directe ne rétablissent pas généralement la liberté désirée, mais engendrent plutôt une conflictualité diffuse, qui peut contraindre les exécuteurs mêmes des actions à une condition de renfermement et de vulnérabilité. La représentation idéologique du lieu finit donc par se heurter au conditionnement de sa territorialité, en mesure de mettre en crise la légitimité de la représentation. Un lieu de refuge devient ainsi un territoire à défendre dont la tradition politique serait menacée – mais l’exercice autoritaire de la défense jette une ombre de plus sur la nature antiautoritaire de cette tradition.

Haut de page

Bibliographie

AGAMBEN, G., 2005, Homo Sacer. Il potere sovrano e la vita nuda, Turin, Einaudi.

AGIER, M., 2008, Gérer les indésirables. Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris, Flammarion.

APOIFIS, N., 2016, Anarchy in Athens. An ethnography of militancy, emotions and violence, Manchester, Manchester University Press.

AUYERO, J., 2005, « L’espace des luttes », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 160, n° 5, p. 122-132.

CAPPUCCINI, M., 2018, Austerity and Democracy in Athens. Crisis and Community in Exarchia, Cham, Palgrave Macmillan.

COMBES, H., GARIBAY, D., GOIRAND, C. (Éds.), 2016, Les lieux de la colère. Occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Karthala.

COUTANT, I., 2018, Les migrants en bas de chez soi, Paris, Seuil.

DÉCHEZELLE, S., OLIVE, M., 2016, « Lieux familiers, lieux disputés – dynamiques des mobilisations localisées », Norois, vol. 238-239, n° 1-2, p. 7-21.

HMED, C., 2008, « Des mouvements sociaux sur une tête d’épingle ? Le rôle de l'espace physique dans le processus contestataire à partir de l'exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, vol. 84, n° 4, p. 145-165.

KOTRONAKI, L., 2018, « Outside the Doors. Refugee Accommodation Squats and Heterotopy Politics », The South Atlantic Quarterly, vol. 117, n° 3, p. 914-924.

LAFAZANI, O., 2018, « Homeplace Plaza : Challenging the Border between Host and Hosted », The South Atlantic Quarterly, vol. 117, n° 3, p. 896-904.

LE BLANC, N., 2017, « ‘Santé ! Et que la police se tienne loin de nous !’. Entretien sur le quartier d’Exarcheia à Athènes », Mouvements, vol. 92, n° 4, p. 145-156.

LEMIEUX, C., 2007, « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle, vol. 25, n° 1, p. 191-212.

MANIATIS, G., 2018, « From a Crisis of Management to Humanitarian Crisis Management », The South Atlantic Quarterly, vol. 117, n° 3, p. 905-913.

MELÉ, P. (Éd.), 2013, Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, PUR.

PAPATAXIARCHIS, E., 2018, « Pragmatism Against Austerity : Greek Society, Politics, and Ethnography in Times of Trouble », in Dalakoglou, D., Agelopoulos, G. (Éds.), Critical Times in Greece : Anthropological Engagements with the Crisis, New York, Routledge, p. 227-247.

PUCCIO-DEN, D., 2017, « De la responsabilité », L’Homme, vol. 223-224, n° 3, p. 5-32.

ROZAKOU, E., 2012, « The Biopolitics of Hospitality in Greece : Humanitarianism and the Management of Refugees », American Ethnologist, vol. 39, n° 3, p. 562-577.

SCHWARZ, A. G., TASOS, S., VOID NETWORK (Éds.), 2010, We are an Image from the Future : The Greek Revolt of December 2008, Oakland, AK Press.

TSAVDAROGLOU, C., 2018, « The Newcomers’ Right to the Common Space. The case of Athens during the refugee crisis », ACME. An International Journal for Critical Geographies, vol. 17, n° 2, p. 376-401.

ZAMAN, T., 2019, « What’s So Radical About Refugee Squats ? An exploration of urban community-based responses to mass displacement », in Birey, T., Cantat, C., Mączyńska, E., Sevinin, E. (Éds.), Challenging the Political Across Borders : Migrants’ and Solidarity Struggles, Budapest, Center for Policy Studies, Central European University, p. 129-162.

SITOGRAPHIE

AFELIS, 2018, « Scholiasmos tis anakoinosis : Schetika me tin paremvasi kai tis diadodiches ‘anakatalipseis’ stin Arachovis 44», Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1589086/> 26 juin. Consulté le 01 octobre 2019.

ALLILENGIOI-ES SE PROSFYGES-ISSES APO EMPOLEMES ZONES, 2018, « Katalipsi Arachovis : enantia stis Manolades ton Exarcheion », Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1588982/>, 14 juin. Consulté 01 octobre 2019.

« Analipsi etfthinis gia tin ektelesi tou mafiozou Habibi », 2016, Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1561069/ >, 09 juillet. Consulté le 01 octobre 2019.

ANARCHIKES, 2018, « Zise ton mytho sou sta Exarcheia », Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1592840/ >, 07 novembre. Consulté le 01 octobre 2019.

ANISICHI EXARCHEIOTISSA, 2018, « Malista … », Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1587418/ - 1622179 > , 17 juin. Consulté le 01 octobre 2019.

DILEK, 2018, « Apo tin prostasia tis geitonias sta pogrom : ena tsigaro dromos », Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1587418/ >, 04 mai. Consulté le 01 octobre 2019.

GEORGIOPOULOU, T., 2018, « Omeroi tis anomias oi katoikoi ton Exarcheion », I kathimerini, [en ligne] < https://www.kathimerini.gr/962132/article/epikairothta/ellada/omhroi-ths-anomias-oi-katoikoi-twn-e3arxeiwn >, 03 mai. Consulté le 01 octobre 2019.

KATALIPSI GARE, 2018, « Na apotinaxoume tin parakratiki dynasteia. Poreia gitoneias Paraskevi 22/6, 21:00, Pl. Exarcheion », Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1589287 >, 22 juin. Consulté le 01 octobre 2019.

KITSANTONIS, N., 2017, « Anarchists Fill Services Void Left by Faltering Greek Governance », The New York Times, [en ligne] < https://www.nytimes.com/2017/05/22/world/europe/greece-athens-anarchy-austerity.html>, 22 mai. Consulté le 01 octobre 2019.

KOINOTITA KATALIPSEON KOUKAKIOU, 2018, « Enantia stis parakratikes omades diachirisis ton metanaston : Poreia geitonias tin paraskevi 22/6, 21 :00 stin plateia Exarcheion », Athens Indymedia, [en ligne] < https://athens.indymedia.org/post/1589261/ >, 21 juin. Consulté le 01 octobre 2019.

Haut de page

Notes

1 Le nombre des squats de migrants est approximatif : certaines occupations ont eu une existence très courte, et d’autres squats ne sont pas réservés exclusivement aux migrants.

2 La nécessité d’Exarcheia comme territoire pour l’accueil des migrants peut du moins être questionnée. Plusieurs squats de migrants se trouvent par exemple dans le quartier voisin d’Aghios Panteleimonas, et dans les moments de répression les squats d’Exarcheia ont été attaqués au même degré que ceux des autres quartiers.

3 Tous les prénoms utilisés dans cet article sont des pseudonymes.

4 Les mots parakratikoi et tramboukoi se réfèrent plus précisément aux membres d’organisations qui, tout en étant secrètement liées avec les institutions étatiques, agissent en dehors de la loi et enfreignent de façon impunie le monopole de la violence légitime.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Carte des squats de migrants actifs entre 2015 et 2019. En vert, le quartier d’Exarcheia.
Crédits Réalisation : S. Spera
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/6784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simone Spera, « Exarcheia : lieu de refuge ou territoire à défendre ? Controverses autour de la gestion des indésirables », L’Espace Politique [En ligne], 38 | 2019-2, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6784

Haut de page

Auteur

Simone Spera

École des Hautes Études en Sciences Sociales simone.spera@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals