Navigation – Plan du site
Rapports à l'espace et formes d'engagement : ancrage, attachement, territorialisation

Transferts migratoires, institutions sociales migrantes et territorialité morale transnationale

Migrants’ remittances, migrant social institutions and transnational moral territoriality
Thomas Lacroix

Résumés

Comment ceux qui sont restés parviennent-ils à exercer une autorité sur les migrants (notamment pour les contraindre à leur envoyer de l’argent) malgré la distance ? En d’autres termes, comment l’autorité circule-t-elle par-delà les frontières ? Depuis vingt ans, le concept de territoire est au cœur de la réflexion sur les spatialités et la mobilité des migrants. Mais la dimension politique de la territorialité a jusqu’ici été négligée par les travaux existants. Cet article renverse la problématique habituelle en abordant l’espace migratoire comme vecteur de l’exercice d’une autorité. Il s’appuie sur une série d’enquêtes qualitatives auprès d’émigrants en provenance du Moyen Atlas marocains et de Kabylie. Après une revue de la littérature sur l’usage de la notion de territoire dans les études migratoires, cet article montre comment se construit une territorialité transnationale par la création d’institutions sociales en migrations (familles transnationales, associations villageoises…) qui servent de relais de pouvoir. Le maillage transnational de ces institutions constitue le creuset de reproduction d’une géographie morale qui maintient les émigrés dans un jeu d’obligation envers ceux qui sont restés. Enfin, à travers l’exemple des projets de développement pour les villages de départ, cet article examine la façon dont le territoire transnational devient un véritable enjeu de négociation des droits et obligations des acteurs en migration.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : la territorialité transnationale comme mode de diffusion du pouvoir

1Dans les recherches sur les migrations, comme dans le reste de la géographie française, la production et le lien au territoire ont suscité une abondante littérature. Les travaux ont porté à la fois sur l’empreinte territoriale des populations immigrées dans les espaces de transit ou d’accueil ou sur les engagements à distance que les migrants pouvaient avoir dans leur pays de provenance. Pour reprendre l’expression de Guy Di Meo (1998), les recherches se sont attachées à analyser, d’une part, la « spatialisation du social » sur des espaces pourtant discontinus et disséminés sur plusieurs États, et d’autre part « la socialisation de l’espace », même dans des zones de présence récente, voire temporaire. Pour autant, les études migratoires n’échappent pas à un travers répandu dans l’ensemble de la littérature géographique en appréhendant le territoire comme un objet passif, une cire malléable à même d’être façonnée par les engagements collectifs et les rapports sociaux. L’analyse de la territorialisation s’est essentiellement faite sous l’angle des pratiques d’appropriation par les groupes sociaux. La focale a donc été réglée du social vers le spatial, laissant peu de place à une analyse de la réciproque. Les effets performatifs matériels et immatériels du territoire sur les rapports sociaux, n’ont pas bénéficié de l’attention qu’ils méritent. Le lien entre appartenance territoriale et mobilisation collective est longtemps resté comme un point aveugle de la recherche sur les engagements sociaux, comme si ce lien allait de soi. Les effets de ce lien sur les pratiques collectives n’ont pas été suffisamment pris en compte. On peut se poser la question : en quoi et pourquoi une appartenance territoriale est-elle génératrice d’engagements sociaux ? Cette question en appelle immédiatement une autre : à qui profite cette performativité du territoire, cette capacité de l’espace de générer différentes formes de mobilisation ?

2Ces questions seront ici abordées à travers l’étude des transferts individuels et collectifs des migrants pour le bénéfice des populations d’origine. Ces transferts ont aujourd’hui atteint des montants sans précédent (près de 600 milliards de dollars en 2017 selon la Banque mondiale). En plus de ces flux monétaires, on observe une augmentation des transferts collectifs, c’est-à-dire des projets de développement mis en œuvre par des ONG de migrants depuis les années 1990 (Lacroix, 2016). Ils sont devenus une ressource stratégique non seulement pour les familles qui en bénéficient, mais aussi pour certains États de départ. Jusqu’ici la recherche sur les déterminants des transferts s’est quasi exclusivement intéressée aux motivations des migrants eux-mêmes. Le questionnement qui a guidé ce travail opère un renversement de perspective en faisant porter la charge de la preuve non pas sur ceux qui sont partis, mais sur ceux qui sont restés : comment les familles (et la communauté) dans les zones de départ s’assurent-elles que les expatriés continuent à honorer leurs obligations (et envoyer de l’argent) et ce, en dépit de la distance ? L’analyse a mis à jour un dispositif spatial transnational qui permet la diffusion par-delà les frontières de cette influence coercitive exercée par ceux qui sont restés. Il s’agit ici d’aborder le transnationalisme migratoire comme mode de production d’une territorialité transfrontalière et de considérer l’espace comme vecteur de normes et d’autorité qui, en retour, orientent les pratiques des acteurs. Ainsi, la territorialité transnationale permet-elle à ceux qui sont restés d’exercer un contrôle sur les émigrants par-delà les frontières.

  • 1 L’étude a été publiée in extenso en anglais, voir Lacroix 2016.

3Cet effort de conceptualisation de la territorialité transnationale repose sur une relecture a posteriori de recherches réalisées au cours de ces deux dernières décennies. Il se nourrit essentiellement de mes travaux sur le transnationalisme des Berbères chleuhs marocains et des Kabyles algériens résidant en France. Au total, plus d’une centaine d’entretiens ont été réalisés auprès de membres de différentes associations villageoises, politiques ou socioculturelles. Les conditions ne m’ont pas permis de réaliser d’enquêtes de terrain dans les villages de départ en Algérie, mais j’ai pu effectuer un terrain dans quatorze villages du sud du Maroc1. Cependant, tout en étant ancré dans cette expérience de terrain, l’article tente de tisser un cadre de réflexion général sur le transnationalisme migratoire et les transferts des migrants. Aussi fera-t-on appel à d’autres exemples issus de travaux divers (personnel ou empruntés à d’autres chercheurs) afin de faire valoir la pertinence de cette réflexion pour les différentes formes de transnationalisme.

4L’hypothèse défendue ici est que la territorialité transnationale repose sur une géographie morale qui érige l’espace de départ en centralité et les espaces d’arrivée comme périphérie. Ces représentations associées à l’espace de la migration nourrissent une économie morale entre les migrants et ceux qui sont restés. Les familles, les associations transnationales, voire les entreprises de migrants sont les institutions sociales où les acteurs subissent et répondent aux injonctions émanant des populations restées dans le pays d’origine. Les transferts migratoires individuels et collectifs ne sont pas seulement une forme d’engagement altruiste, mais aussi un effort de renégociation des obligations qui sont associées au statut de l’émigré. Dans ce contexte, le territoire des espaces de départ devient un support à partir duquel se négocie le statut des émigrés vis-à-vis de la communauté de départ : en transformant la région de départ, ils modifient le rapport de pouvoir entre migrants et non-migrants.

5Avant de présenter les tenants et aboutissant de la territorialité transnationale, j’aborderai brièvement l’itinéraire de la notion de territoire au sein des études migratoires. L’article abordera ensuite les composantes de la territorialité transnationale, à savoir 1) le maillage des institutions sociales migratoires qui assure la circulation de l’autorité par-delà les frontières ; 2) une géographie morale qui hiérarchise les espaces de la migration. Enfin, nous verrons comment celle-ci fonde une relation de pouvoir entre migrants et non-migrants qui permet à ces derniers de légitimer l’exercice de leur autorité. Au sein de cette économie morale qui régit les relations à distance, les migrants tentent de renégocier leur statut subordonné par une diversité de pratiques. Nous aborderons à titre d’exemple celles des projets de développement.

La notion de territoire dans les études migratoires

6La notion de territoire s’est diffusée dans les années 1980 dans les travaux de géographie et d’anthropologie urbaine des migrations (Battegay, 1992) pour qualifier l’empreinte des pratiques (commerçantes, de logement) et mobilités des migrants dans le tissu urbain. Une première catégorie de travaux s’est intéressée à cette présence immigrée dans l’espace public, notamment à travers l’étude des concentrations commerçantes comprises comme une forme de territorialisation ethnique intra-urbaine (Guillon, Taboada Leonetti, 1986). Une seconde catégorie de travaux émerge à la fin des années 1980 pour rendre compte des connexions qui peuvent exister entre ces espaces commerçants urbains et d’autres espaces, d’habitat, de production ou d’approvisionnement et situés aussi bien en périphérie des villes que dans des pays lointains. Ces recherches inscrivent ces quartiers immigrés dans un maillage international tissé par la circulation de personnes, de biens et d’argent (Tarrius, 1995). La notion de territoire s’impose dans la recherche française sur les migrations dans le courant des années 1990 et 2000. Ce succès est, somme toute, assez surprenant, dans la mesure où ces notions de « territoire ethnique », puis de « territoire circulatoire », s’inscrivent en faux par rapport aux acceptions communes du concept de territoire : les spécialistes des migrations mettent en évidence l’importance des réseaux, de la mobilité, mais aussi de la discontinuité spatiale pour circonscrire des territorialités multiscalaires et sans limites définies. On est ici bien loin du territoire administratif ou régional « classique ».

  • 2 Le concept de champ est depuis le début des années 1990 également utilisé par les sciences sociales (...)

7Les raisons de ce succès sont multiples. Il me semble que l’on peut retenir deux éléments explicatifs. En premier lieu, les recherches sur la territorialité migratoire se démarquent des travaux sur les populations immigrées, dominés par l’analyse des ségrégations urbaines et pour lesquels les immigrés sont appréhendés sous l’angle de leur condition prolétaire et subalterne. En second lieu, la notion de territoire est venue compléter une analyse des « champs migratoires2 ». Cette approche, développée à partir du début des années 1980 pour appréhender les configurations migratoires internationales, a permis de faire ressortir l’importance des dynamiques spatiales qui comprennent à la fois les espaces de départ et d’arrivée. Cette approche a livré une cartographie des entités spatiales produites par l’ensemble des circulations de biens de personnes ou d’argent induites par la migration (Charef, 1999). Elle s’intéresse aux points de départ et d’arrivée, aux lieux d’étape, aux routes principales et secondaires, aux points de branchements, etc. Les chercheurs ont en outre travaillé sur les rythmes et volumes de la circulation (Baby-Collin, Cortes, Faret, Sassone, 2009) faisant des champs migratoires un espace-temps complexe qui se déploie à de multiples échelles. Cette cartographie s’est peu à peu enrichie au gré de l’évolution des objets d’analyse et des méthodologies, elle reste l’instrument privilégié de la représentation spatiale de l’entre-deux. Et cependant, l’étude des champs reste une géo-graphie, une écriture de l’espace par des géographes qui tracent les contours d’une réalité spatiale mais laissent au second plan la façon dont les acteurs eux-mêmes perçoivent ce même espace.

8Que ce soit en contrepoint des études sur la ségrégation urbaine ou en complément des travaux sur les champs migratoires, la notion de territoire vient, au tournant des années 1990, combler un déficit analytique en mettant en avant l’agentivité et la subjectivité des acteurs migrants (Gonin, 1997). Le territoire apparaît comme le creuset d’une intersubjectivité collective, une conscience de partager un même espace qui peut s’étendre, par ses connexions multiples, par-delà les frontières. En d’autres termes, la diffusion de la notion de territoire dans les travaux est indissociable de l’analyse des migrants en tant qu’acteurs, et non simplement en tant qu’objets de forces sociales plus vastes (comme dans l’étude des ségrégations) ou comme auteurs d’une écriture de l’espace (comme les travaux sur les champs). Il faut souligner le rôle qu’ont joué, pour la mise au premier plan de ce concept, les travaux sur les entrepreneurs migrants (Guillon, Taboada Leonetti, 1986 ; Ma Mung et al., 1996 ; Peraldi, 2001 ; Tarrius, 1995). La figure de l’entrepreneur fournit en effet un matériau de choix pour produire une analyse de l’acteur circulant.

9Le territoire migratoire décrit par les chercheurs est un espace construit par les pratiques et les subjectivités migrantes. À la fois ouvert et multisitué, il se surajoute et s’oppose au territoire fermé et continu de l’État. Cette littérature reste très éloignée de l’approche développée par les politologues du territoire d’État. Pour ces derniers, le territoire est d’abord un instrument de contrôle des populations et des comportements. Il est à la fois principe de bornage d’un groupe et vecteur d’une autorité politique (Sack, 1986). Par opposition, les constructions territoriales des migrants apparaissent comme faites de réseaux où la continuité spatiale n’est pas forcément structurée par une contiguïté spatiale. Or, tandis que les chercheurs sur les migrations s’emparaient de la notion de territoire, à la même période, les politistes annonçaient, quant à eux, « la fin des territoires » (Badie, 1997), dans la mesure où ceux-ci apparaissaient comme déstructurés par les réseaux de la mondialisation. Autre différence : en science politique et relations internationales, le territoire est indissociable d’un projet politique. Les chercheurs sur les migrations ont, quant à eux, dépeint des territorialités pratiques dépourvues d’intention politique.

10C’est sur ce contraste que je me propose de revenir en mettant à jour les ressorts normatifs des territorialités transnationales. En partant de la question du contrôle à distance maintenu par les communautés d’origine sur les émigrés, il s’agit d’aborder cette territorialité comme dispositif de diffusion de l’autorité dans l’espace. L’analogie avec le territoire d’État est ici utile : de même que le territoire d’État est une aire d’application du droit, le territoire transnational doit être compris comme une aire d’expansion de pouvoir auquel les acteurs sont soumis et qui conditionne leurs comportements. Bien entendu, la territorialité juridique des États ne se manifeste pas de la même façon que la territorialité pratique des groupes sociaux. Elles empruntent deux modalités différentes de diffusion du pouvoir. La territorialité étatique « classique » a pour extension l’espace d’application de la norme juridique. Elle procède d’un empilement de niveaux institutionnels qui assurent la circulation verticale du pouvoir depuis le législateur jusqu’à l’usager. Par contraste, nous allons voir que la territorialité pratique des migrants s’appuie sur un espace moral qui s’articule à partir d’une centralité, le lieu d’origine, et se propage vers les périphéries migratoires où différentes institutions migratoires en constituent les relais. Mais avant d’en décrire le substrat moral, il convient d’en dégager la trame institutionnelle.

Les institutions sociales migrantes comme relais de transmission du pouvoir

11Quels sont les canaux de circulation de l’autorité au sein d’un espace transnational ? Cette première section répond à cette question en présentant les institutions sociales migratoires comme autant de relais par lesquels se diffusent les rapports d’autorité.

Moi ça m’est arrivé d’avoir du retard à payer mes trucs. Le chef il peut appeler le responsable de ma famille, mon grand frère par exemple. Pour dire, tu dis à Smail quand même… Ils me rappellent : Smail ne fait pas ça. C’est un rappel à l’ordre (…). Ou si le chef part en vacances, t’inquiètes pas, il rencontre le grand frère et puis il lui dit ? (Smaïl, Clichy, 2007)

12Membre actif d’une association villageoise kabyle, Smaïl réside en France depuis 25 ans. Il est aujourd’hui animateur social dans une association d’alphabétisation pour nouveaux arrivants. Ses revenus limités ne lui permettent pas toujours de régler ses cotisations pour la caisse commune ou encore d’envoyer de l’argent à sa famille. Cette vignette et le « rappel à l’ordre » qu’elle décrit renvoient au contexte institutionnel dans lequel la transmission du pouvoir et la régulation des comportements s’inscrivent. La migration kabyle s’est, sur plusieurs générations, structurée sur la base de filières qui ont produit en France des regroupements de personnes issues de la même localité (Direche-Slimani, 1997). Ces regroupements, lorsqu’ils sont suffisamment importants, transposent en France une forme organisationnelle traditionnelle répandue dans les villages Kabyle : la tajmaat. Les migrants choisissent entre eux un leader sur la base de la réputation et de l’âge, ainsi que des représentants des grandes familles. La première fonction de ces organisations est de maintenir une caisse commune qui sert à financer le rapatriement du corps en cas d’un décès au sein du groupe. Mais elle sert surtout de point de ralliement où se rencontrent les membres pour discuter des affaires qui animent le groupe aussi bien France que dans la région d’origine. Ce collectif se mobilise ponctuellement pour répondre à des besoins du village de départ. En l’espèce, la tajmaat de Smaïl a financé des panneaux solaires pour le centre de santé local. La reproduction formelle de la tajmaat coutumière lui confère une légitimité qui lui permet d’exercer une certaine autorité sur ses membres. L’extrait d’entretien ci-dessus montre que cette autorité s’exerce en circulant d’un espace à l’autre. En l’occurrence, le chef de l’association basée à Lille s’adresse au frère aîné de Smaïl (chef de la famille) qui réside en Kabylie pour faire pression sur Smaïl qui vit à Paris. Dans ce cas, la famille restée au pays sert de levier de pression pour l’association villageoise en migration. Inversement, nous avons recueilli des témoignages qui montrent que la famille restée dans le pays d’origine peut solliciter l’association pour faire pression sur l’émigré qui n’envoie pas suffisamment d’argent. Les associations villageoises servent donc de relais par lesquels transitent les jeux des pressions communautaires.

13La tajmaat kabyle encadre donc différentes formes de flux transnationaux : projets collectifs pour le village d’origine, rapatriement des corps, transferts individuels d’argent… Cette forme organisationnelle n’est pas spécifique aux Kabyles. La tajmaat kabyle n’est qu’une variante d’un modèle d’institution migrante extrêmement répandue parmi les migrations (internes aussi bien qu’internationales) issues du monde rural (Lacroix, 2016 ; Moya, 2005). De même, ces collectifs villageois ne sont qu’une forme parmi d’autres d’institutions sociales en migration. Je distingue trois catégories d’institutions sociales migrantes. Les collectifs villageois appartiennent à la catégorie des associations de migrants. Entrent également dans cette catégorie les regroupements opérés sur base ethnique ou les organisations religieuses, les associations créées par des exilés politiques. Ces dernières ont pour particularité de générer des flux transnationaux de nature plus politique : campagne d’information, soutien de groupes militants à l’étranger, accueil de réfugiés fuyant leur pays, etc. Un exemple est celui des réseaux des associations des Polonais exilés pendant la guerre froide. Ils ont créé un maillage associatif étendu sur l’ensemble des pays d’installation (Grande Bretagne, France, États-Unis, Argentine, Australie, Nouvelle Zélande, Canada) prenant en charge les différents aspects de la vie de ses membres (organisations scoutes et écoles polonaises pour les jeunes, associations d’anciens combattants et clubs communautaires pour les adultes, etc.). L’objectif de ce maillage associatif a été de préserver un ethos anticommuniste pendant la guerre froide et de soutenir la chute du régime en Pologne. Chacun de ces secteurs associatifs est organisé au sein d’une structure fédérative basée à Londres, siège du gouvernement en exil jusqu’en 1990. On y trouve la Fédération des organisations scoutes polonaise, la Fédération des associations d’anciens combattants ou encore le siège de l’Église Polonaise à l’étranger, etc. Londres fait ainsi figure de centralité politique à partir de laquelle se diffuse un programme d’action dans les différentes couches de la société polonaise en exil. La formation de la jeunesse a longtemps été un domaine stratégique sur lequel repose la poursuite à long terme du projet politique de lutte contre l’État polonais communiste. C’est dans ces institutions qu’étaient définis les programmes scolaires des écoles polonaises en exil ou encore les activités des différentes branches du scoutisme. Dans les années 1980 et 1990, ces associations ont joué un rôle important dans le soutien des groupes dissidents établis en Pologne (syndicat Solidarnosc, organisations scoutes dissidentes, etc.).

14Une seconde grande catégorie d’institution sociale migrante est celle des entreprises dites « ethniques ». Celles-ci se définissent comme un modèle d’entreprises qui se développent sur la base de liens sociaux pour assurer l’approvisionnement, le recrutement de la main-d’œuvre et les débouchés. Les entreprises ethniques permettent conjointement la reproduction de l’activité économique et la reproduction d’un corps social en insérant les acteurs dans un jeu d’obligations réciproques. Les diasporas chinoises ou encore libanaises sont des exemples couramment cités pour illustrer ce type de groupe migratoire construit sur des institutions entrepreneuriales (El Chab, 2016 ; Li, 2017). Par exemple, la thèse de Zhipeng Li sur les entrepreneurs Wenzhou en France montre comment un contrôle collectif s’exerce sur les transactions entrepreneuriales : les choix de la main-d’œuvre recrutée, des lieux et domaines d’investissement sont des exemples de pratiques inscrites dans un jeu d’obligations mutuelles qui relient les différents acteurs dans les pays d’installation, mais aussi dans les différents lieux d’implantation de la migration interne et dans la région de départ.

15Enfin, le dernier type d’institution sociale, et le plus répandu, est celui des familles transnationales. La famille est communément considérée comme l’unité de base au sein de laquelle la décision de migrer est prise. Les travaux mettent en évidence la façon dont les membres d’une famille sont dispersés afin de constituer des sources de revenus complémentaires. D’autres s’intéressent à la façon dont ces mêmes familles facilitent la migration, notamment par l’envoi d’argent aux émigrés qui doivent subvenir à leurs besoins en attendant que leur situation professionnelle et/ou légale soit stabilisée. À chaque étape du parcours migratoire les familles jouent donc un rôle structurant dans le comportement des migrants (Razy, Baby-Collin, 2011).

16Que ce soit pour assurer la continuité de transferts monétaires, encadrer les stratégies politiques, matrimoniales ou entrepreneuriales ou organiser des transactions économiques, les institutions sociales migrantes ont pour point commun d’encadrer les comportements des acteurs disséminés dans l’espace. Elles constituent un levier de pouvoir dans la mesure où elles organisent la distribution de rôles sociaux hiérarchiques entre les individus : chef de famille ou d’entreprise, leader communautaire, président d’association, etc. Elles abritent une élite spécifiquement formée pour être les relais de pouvoir à même d’agir sur les individus à distance. En cela, elles incarnent la composante institutionnelle d’une territorialité migratoire transnationale. Ces institutions ont pour fonction de diffuser les rapports d’autorité par-delà les frontières. Pour cela, elles fonctionnent à deux niveaux : un niveau local et un niveau international.

17Local d’abord. Si la solidarité (et le contrôle social) est fonction de la proximité (et c’est en particulier vrai dans les sociétés traditionnelles), tout le problème pour les groupes de départ est de garantir le respect des obligations sociales en dépit de la distance. Les institutions sociales migratoires jouent un rôle clé dans la mesure où elles participent à la reproduction d’une sphère de proximité et d’intimité collective en migration. Ces institutions sociales sont d’abord des lieux de rencontre, que celui soit le local d’une association, d’un commerce, où le logement d’une famille. Par exemple, les collectifs villageois se réunissent régulièrement dans un café ou encore chez un leader. Ces moments de réunions sont destinés à échanger sur la vie quotidienne des uns ou des autres ou encore sur les dernières nouvelles du village, le plus souvent dans la langue d’origine. C’est encore une fois Smaïl qui en parle le mieux :

S’il y a un deux bistros, là c’est un Français, là c’est un Kabyle, eh bien je vais là-bas. Parce que même si c’est des gens que je connais pas et bien au moins je parle ma langue. Parce qu’on parle le kabyle entre nous. (…) Donc on est à la recherche de quelque chose. Quand on arrive là-bas, on recrée l’atmosphère du pays. On parle du pays comme en ce moment, bien sûr qu’on parle des élections législatives. Donc on s’informe. Chaque jour y a des nouvelles. Comment il va le grand frère et on sait que quelqu’un est décédé avant-hier, dans tel village. On est très très en contact avec ce qui se passe là-bas. (Smaïl, Clichy, 2007)

18Ce dispositif spatial ne fonctionne que si les membres du collectif sont relativement proches les uns des autres, permettant des rencontres physiques régulières. Les filières migratoires sont donc des modalités de migration privilégiées qui permettent la reconstitution de ces collectifs dans les espaces d’installation. Pour préserver ce mécanisme de reconstitution, certains groupes condamnent les destinations alternatives. Leyla Sall montre par exemple que, parmi les migrants sénégalais, les espaces de destination où ne réside aucun compatriote sont qualifiés par le terme « alla ba », littéralement « la brousse », c’est-à-dire un espace non humanisé (Sall, 2008). Le sociologue relève le cas de personnes qui, parties seules en Grande Bretagne, furent amenées à revenir à Paris suite à des pressions de la famille.

19International ensuite. Parce qu’elles sont réparties dans les différents espaces d’installation et de départ, ces institutions sociales constituent un dispositif spatial qui maille le territoire transnational des migrants. Les configurations spatiales de ces institutions varient d’un groupe à l’autre : l’exemple kabyle mentionné ci-dessus est celui d’une configuration bi locale (France/Algérie), mais d’autres cas d’étude s’étendent à l’échelle de plusieurs continents, comme évoqué avec les exemples chinois ou polonais. Ces liens transfrontaliers assurent la communication entre les membres répartis entre différents États. Les liens à distance maintenus via le téléphone ou internet, souvent sur une base quotidienne, sont un substitut à l’absence. Mais dans le même temps, comme nous l’avons vu à travers l’exemple de Smaïl ci-dessus, cette régularité des contacts permet l’encadrement des comportements.

20Les institutions sociales migratoires, que ce soit les familles, les associations ou les entreprises constituent un dispositif spatial qui permet la circulation des rapports de pouvoir dans l’espace. Nous allons à présent aborder l’autre composante de la territorialité transnationale, qui est, quant à elle immatérielle : celle d’une géographie morale qui hiérarchise les espaces de la migration et donc les membres qui l’habitent.

La géographie morale du transnationalisme

21En tant que champ d’étude scientifique, la géographie morale est un domaine encore émergent. Elle tire ses origines intellectuelles des Lumières écossaises, dont l’éthique part du postulat que la solidarité humaine s’exprime d’abord dans une relation de proximité. Dès lors, la morale apparaît comme nécessairement située. Je retiendrai la définition qu’en donne le géographe du travail Noel Castree : « un ensemble de valeurs liées à des modes de conduite envers d’autres personnes, que celles-ci soient présentes ou absentes » (Castree, 2010, p. 468-469). Cette définition convient particulièrement bien au contexte transnational. La géographie morale étudie les marqueurs qui imprègnent les représentations spatiales d’une valeur morale et leur influence sur les comportements. Ces marqueurs, qu’ils soient physiques (plaques commémoratives, lieux de mémoires, lieux de cultes, aménagement des intérieurs domestiques, locaux associatifs ou commerciaux, etc.) ou immatériels (jeu de représentations sociales, esthétiques ou politiques associées aux objets et personnes sur un espace donné) forment un canevas qui donne sens à l’espace, lui associe des valeurs positives ou au contraire négatives, qui suscitent le rejet, la condamnation. J’appelle « territorialité morale » une combinaison entre un ensemble de valeurs morales et un dispositif spatial destiné à encadrer les comportements des membres d’une collectivité. Cette conception retient de la notion « classique » de territoire l’idée d’un dispositif politique, destiné à maintenir la cohérence d’un corps politique. Mais elle pointe également le fait que tout territoire n’est pas nécessairement un construit juridique d’un État. La territorialité morale est le produit et producteur de pratiques sociales quotidiennes. Cette approche est en quelque sorte le moyen terme entre une conception défendue par la science politique d’une territorialité politique construite « par le haut » de l’appareil d’État et une conception géographique de la territorialité construite « par le bas » des pratiques sociales.

22À ce dispositif spatial constitué par un maillage d’institutions sociales migratoires et de leur inscription matérielle dans l’espace vient s’adosser un jeu complexe de représentations symboliques. L’ambivalence morale de l’espace migratoire a depuis longtemps été révélée par les travaux d’Abdelmalek Sayad (Sayad, 1999). Celui-ci montre comment l’espace d’immigration est un espace survalorisé par les migrants, où la réalisation de soi et d’un projet de vie est rendue possible, par opposition à l’espace de départ qui est, quant à lui, perçu comme un lieu de contrainte et d’inhibition. Mais cette image « d’Eldorado » est contrebalancée par une autre conception, celle d’un espace aux valeurs étrangères à celle de la communauté de départ et qui corrompt l’émigré. C’est un espace de liberté avec toutes ses contradictions, qui permet l’enrichissement mais aussi la licence dans un univers qui est souvent profondément sexualisé (Mai, King, 2009). Il en va de même pour la migration politique. Romaine Farquet mentionne, dans ses travaux sur les exilés politiques du Kosovo en Suisse le fait que, après l’indépendance du pays en 2008, les militants en exil ont été exclus des grands récits des luttes pour l’indépendance. En dépit du rôle effectif des militants expatriés, l’exil est disqualifié parce que considéré comme une fuite, une trahison à la cause de l’indépendance (Farquet, 2019, p. 164 et s.). De même, on peut rappeler que la branche du Front de Libération Nationale basée en France a été dissoute par Ahmed Ben Bella après l’indépendance de l’Algérie (Scagnetti, 2014). Le gouvernement estimait en effet que le FFLN (Fédération de France du FLN), jugé trop libéral, devait être remanié. Ce type de réaction se retrouve dans nombre de pays décolonisés. En contrepoint, l’espace de départ apparaît comme un espace vertueux et sain. L’attachement témoigné par les acteurs à leur terre natale se traduit par différents comportements : l’envoi dans la région d’origine des enfants en bas âge pour qu’ils puissent recevoir une éducation morale (comportement relativement fréquent parmi les subsahariens ou les Indiens, plus rare parmi les Maghrébins), le choix d’un conjoint issu du pays d’origine perçu comme plus respectable, etc. Cette centralité morale, on la trouve également dans les nomenclatures associatives. Pour reprendre un exemple évoqué ci-dessus, les associations scoutes polonaises en exil désignent les secteurs et régions dans lesquels elles sont réparties dans le monde avec les noms de régions polonaises. Par exemple, Londres devient « Warszawa », les Midlands « Bielo Wierza », etc. Et par extension, la fédération qui regroupe ces différentes antennes au niveau mondial est appelée l’institution « nationale », car tous les scouts qu’elle regroupe appartiennent à la même nation (Lacroix, 2012, p. 184). Mais la pratique qui érige la région d’origine en centralité morale est, par excellence, le choix du lieu d’enterrement. En Afrique comme ailleurs, le véritable « chez soi » est celui où l’on veut se faire enterrer (Page, 2007). Le business des assurances de rapatriement des corps est le produit de cette géographie morale produite par les migrations. De même, la plupart des associations villageoises en migrations, à l’instar de l’exemple kabyle, ont pour objectif principal le maintien d’une caisse commune pour le rapatriement des corps (voir aussi Joly, 1987). La caisse pour le rapatriement des corps fait figure de « mère » des caisses de solidarité ; elle fonde un système de dons et de contre-dons à la base de la solidarité entre ses membres et avec le village. Les transferts collectifs de développement peuvent se comprendre comme une dérivation de ce rôle premier. La mort institue un cadre moral qui donne sens et organise les circulations des vivants (des biens, de l’argent, des personnes).

23La géographie morale de l’espace migratoire est donc une géographie profondément ambivalente, à même de susciter conjointement de la fascination et de la répulsion et, donc, de la régulation. Elle encourage les départs vers un « Eldorado », mais refrène les velléités d’une émancipation trop importante. Le groupe social et les individus insisteront sur l’un ou l’autre des aspects en fonction des circonstances. Cela permet la régulation des flux et la reproduction des filières migratoires. Le contexte des pays d’accueil est un facteur qui incite les migrants à rejoindre ceux qui sont déjà installés. La territorialité transnationale sous-tend le rapport des migrants à leur espace. Elle conditionne le lieu d’installation, les perceptions de l’espace (mythologies associées au lieu d’accueil et au lieu de départ, aux espaces intermédiaires de circulation), mais aussi les pratiques sociales et spatiales des migrants.

De la géographie à l’économie morale : quand le territoire devient enjeu de la relation entre migrants et non migrants

24Cette perception de l’espace transnational, qui fait du lieu d’origine une centralité morale et des espaces d’accueil une périphérie qui fascine, sous-tend les relations entre migrants et non-migrants. Les institutions sociales migrantes, en se posant comme garantes de ce cadre moral en migration, participent à sa reproduction collective. La géographie morale influe sur les pratiques et les relations effectives des acteurs parce qu’elle imprègne l’identité même des migrants. Leur socialisation dans le pays d’installation et leur contact avec une société étrangère constituent un double défi dans la mesure où ils représentent une menace pour le lien avec ceux qui sont restés, tout en étant également une nécessité dont les non-migrants ne peuvent se passer. L’ambivalence de la société d’accueil imprègne le statut de migrant aux yeux de la communauté de départ. C’est à partir de cette ambivalence que se construit une économie morale des relations entre migrants et non-migrants (Carling, 2008). Pour ceux qui sont restés, les migrants sont les vecteurs de cette manne corruptrice de l’ailleurs. C’est vrai à une échelle collective, comme nous l’avons vu à travers l’exemple des exilés politiques : leur installation à l’étranger rend suspicieux leur attachement à leur pays d’origine. Elle sous-tend également les politiques des États de départ envers leurs expatriés :

« La protection des Marocains résidant à l’étranger passe notamment par le lancement à partir du Maroc des émissions radio et de télévision ayant trait à la religion, la culture, l’éducation et l’enseignement. Ces programmes visent, entre autres, à prémunir les nouvelles générations dans les pays d’accueil contre toutes les idées étrangères aux valeurs de la culture marocaine » (Ahmed Toufiq, Ministre des Affaires Islamiques, 10 août 2003, Rabat, propos reproduits par l’agence Maghreb Arab Press).

25Mais c’est vrai aussi à l’échelle individuelle. L’économie morale organise les relations interpersonnelles, et joue sur cette négativité intrinsèque du statut d’émigré pour exiger un comportement spécifique, tel que le transfert de leurs gains acquis en migration. Si la personne visée venait à manquer à ces obligations, elle se verrait accusée d’être égoïste, d’avoir cédé aux appels de l’individualisme occidental au détriment de la solidarité collective. L’économie morale est une économie de la honte. À la question de savoir ce qui se passe si un membre refuse de verser une somme ou de se conformer aux injonctions du groupe, un Kabyle me répond : « On dénonce devant tous les villageois et là je peux te garantir qu’il recommence plus. Parce qu’on lui a foutu la honte » (entretien réalisé à Clichy, 2007). Chez les Kabyles, la sanction peut dans certains cas aller jusqu’au bannissement, c’est-à-dire l’impossibilité de participer aux événements collectifs (mariages, projets, etc.). Dans les cas où l’autorité qui s’exerce sur les individus est particulièrement forte, la contribution des migrants est perçue comme un dû par les non-migrants. L’économie des migrations est dès lors construite sur un don sans contre-don. Ainsi un migrant marocain me disait rester le moins longtemps possible dans son village, lors des retours estivaux, car chaque jour il voyait défiler à sa porte des amis, des parents, des voisins lui demandant un service, financier ou non et surtout une disponibilité qui ne pouvait avoir de limite. Tout un pan de la littérature sur les migrations adhère à l’idée que les transferts et les comportements dispendieux pendant les périodes de retours sont pour les migrants une compensation, une parenthèse pendant laquelle ils peuvent paraître notables, une parenthèse temporaire dans une vie de prolétaire international. Cette lecture est superficielle. Ce type de comportement apparaît en fait comme lui-même résultant d’une contrainte. Les retours ostentatoires font partie des attendus portés par les non-migrants. Ils participent de la reproduction de la fascination qu’exerce sur eux la migration. Mais cette interprétation passe à côté de la négativité profonde des représentations liées à la migration. Les transferts ne sont donc pas un don, mais un dû, ou plutôt la conjuration d’une malédiction, celle de vivre dans un espace de corruption. Le don, comme le rappelle Marcel Mauss, est un « Gift », qui signifie poison en allemand (Mauss, 2004, p. 145 et s.). Les transferts sont un poison qui libère et qui enferme à la fois. Ils suscitent la jouissance statutaire d’une réussite mais ils renforcent d’autant plus un jeu d’attentes insatiables. La territorialité transnationale maintient donc les acteurs dans un statut de fautifs, prisonniers d’une économie où leur contribution n’est en définitive rétribuée que d’une illusion de notabilité.

26Bien entendu, la relation migrant/non-migrant n’est pas celle d’un rapport de pouvoir unilatéral. Les transferts sont le théâtre de négociations par le truchement desquelles les migrants s’efforcent de renégocier leur statut et les devoirs qui lui sont associés. Mais cette transformation est lentement négociée, non sans difficulté. Les envois d’argent eux-mêmes disent assez peu de ces négociations, justement parce que l’argent est une forme de blanc-seing laissé aux récipiendaires quant à son usage. Les migrants tentent de peser sur l’utilisation que font les bénéficiaires de l’argent qu’ils reçoivent, afin que ce dernier ne soit pas gaspillé en dépenses vaines. Mais les enquêtes montrent que la consommation courante et/ou ostentatoire reste de loin le premier poste d’utilisation (Yang, 2011 ; Zarate-Hoyos, 2004). Les remises monétaires ne sont toutefois pas la seule forme de transfert migratoire. Les investissements immobiliers ou productifs, les transferts sociaux immatériels d’idée, de valeurs ou de savoir-faire, et enfin les transferts caritatifs (projets de développement, donations) sont d’autres formes courantes. Parmi celles-ci, deux formes retiennent mon attention : la construction d’une maison et les projets de développement. Ces deux modalités d’engagement ont en effet pour particularité d’être deux modalités de renégociation du statut de migrant par une transformation de l’espace d’émigration. La maison du migrant est la seconde forme de transfert la plus courante après celle de l’argent. Les projets caritatifs financés par des migrants ou des groupes de migrants sont des investissements très anciens. On en trouve trace dès le XIXe siècle dans l’est de la Chine, ou dès les années 1920 parmi les Indiens du Canada. Toutefois, on observe une forte croissance de la philanthropie migratoire à partir des années 1990, notamment en raison des mobilisations des organisations villageoises en matière de développement (Lacroix 2016). Par exemple, les régions du Haut et du Moyen Atlas ont été presque entièrement électrifiées grâce à l’aide des émigrés et de leurs collectifs villageois. Or, les maisons comme les projets d’amélioration d’infrastructure ont pour particularité d’afficher dans l’espace villageois non seulement les traces du succès de l’entreprise migratoire de ceux qui sont partis, mais surtout des éléments architecturaux ou techniques issus de l’espace d’arrivée. Les migrants introduisent dans l’espace de départ (ils sont d’autant plus visibles dans les villages d’émigration) des signes de leur environnement dans leur espace d’installation. Ils contribuent ainsi à brouiller la différence entre ici et là-bas et à rebattre les cartes de la géographie morale du transnationalisme migratoire. Les réalisations des projets de développement, parce qu’ils engagent la collectivité, sont des moments clés de ce processus. Leur mise en œuvre suscite une explicitation des finalités et donc un exposé du point de vue des migrants sur un mode positif. Ils désamorcent l’association cognitive entre le développement et l’idée de corruption. Cette négociation ne va pas de soi. On m’a par exemple rapporté que des familles étaient parties d’un village qui devait être électrifié par refus de perdre le mode de vie auquel elles étaient habituées. L’arrivée de l’électricité, ou encore d’une route, suscite de nombreux problèmes qui appellent des compromis. Dans un autre village, l’arrivée de l’électricité, et donc de la télévision dans les foyers, a vidé les rues le soir, autrefois pleines de passants venus partager les discussions nocturnes. Le chef du village, en réaction, a rendu obligatoire la présence des villageois aux mariages et autres manifestations collectives… Ces quelques exemples montrent que le développement est quelque chose qui ne va pas de soi et doit être approprié. Les émigrés, par leur expérience de vie, jouent un rôle clé dans ce processus d’appropriation. Par leurs échanges avec les villageois, ils peuvent désamorcer les craintes suscitées par les transformations du village. De ce fait, leur expérience de vie dans un pays « développé » devient une ressource utile et positive, et non un stigmate laissé par leur insertion dans un contexte corruptif. Aussi les projets collectifs permettent-ils aux émigrés de renégocier les termes de l’économie morale qui régit leurs relations avec les non-migrants.

Conclusion

27Cet article invite à repenser les rapports entre migrants et non-migrants dans leur inscription au sein d’une géographie morale de la migration. Cet angle d’analyse nourrit ainsi une réflexion générale sur le rapport entre territoire et mobilisation collective à deux niveaux.

28En premier lieu, cette approche met en évidence le rôle du territoire comme instrument de diffusion du pouvoir. La géographie politique a depuis longtemps mis en évidence le rôle du territoire comme instrument de délimitation d’une population et d’organisation du pouvoir. Or, il existe également un territoire transnational dénué de bornage mais circonscrit par un maillage institutionnel (familles, entreprises ou organisations collectives) réparti dans les différents espaces d’immigration et relié aux régions de départ. Ces relais spatiaux que sont les institutions sociales migrantes maintiennent les émigrants dans une position d’obligés que la fascination pour « l’Eldorado » migratoire ne saurait défaire. Ce maillage permet la circulation de l’information et des rapports d’autorité par-delà les frontières, notamment en recréant une logique de proximité dans des espaces distants. La seconde composante de ce territoire est quant à elle immatérielle : les territoires transnationaux sont informés par un jeu de représentations qui instaure la région de départ en centralité morale. Le territoire transnational permet ainsi l’encadrement des mobilisations collectives et des comportements individuels (et en particulier des transferts, qu’ils soient financiers, de développement, politiques, etc.).

29En second lieu, nous avons achevé cette analyse en pointant le fait que le territoire des espaces de départ devenait lui-même un enjeu dans les rapports entre migrants et non-migrants. C’est en transformant ces espaces, individuellement par la construction de leur maison ou collectivement par des projets de développement, que les émigrés trouvent les ressources pour renégocier les termes de leur statut d’émigré. L’économie morale de la migration est loin d’être figée et les expatriés tendent à renverser le rapport de force en s’appuyant sur leurs capacités financières et leur expérience de vie dans un pays « développé ». En inscrivant dans le paysage des régions de départ des éléments architecturaux ou techniques issus des régions d’immigration, ces constructions brouillent la hiérarchie spatiale et morale qui agence les rapports sociaux.

30En les inscrivant dans une problématique de géographie politique, cette analyse revient donc sur l’idée que les transferts migratoires sont le produit d’un attachement personnel aux espaces de départ. D’une façon générale, cette analyse permet d’ouvrir la boîte noire de « l’attachement » et des mobilisations qui en découlent. Elle met en évidence le double mouvement des rapports entre groupes sociaux et espace : l’espace et ses représentations structurent les statuts et rapports individuels et collectifs (mouvement ascendant allant de l’espace vers la société) et inversement, les rapports sociaux façonnent et donnent sens à l’espace qu’ils occupent (mouvement descendant de la société vers l’espace). En conséquence, derrière les mobilisations territoriales se cache un enjeu de redéfinition des rapports sociaux. Nous espérons ainsi jeter un pont entre deux approches de la territorialité : une approche qui aborde le territoire comme instrument de contrôle des populations et des comportements, vecteur de diffusion de l’autorité publique ; une approche se focalisant sur les pratiques sociales qui construisent les territoires.

Haut de page

Bibliographie

Baby-Collin, V., Cortes, G., Faret, L., Sassone, S., 2009, « Une approche comparée des circulations migratoires latino-américaines : les cas bolivien et mexicain », in Les circulations transnationales : lire les turbulences migratoires contemporaines, Collection U, Paris, Armand Colin, p. 91-108

Badie, B., 1997, La fin des territoires. Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Paris, Fayard.

Battegay, A., 1992, « L’actualité de l’immigration dans les villes françaises : la question des territoires ethniques », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 8, n° 2, p. 83-100.

Carling, J., 2008, « The human dynamics of migrant transnationalism », Ethnic and Racial studies, vol. 31, n° 8, p. 1452-1477.

Castree, N., 2010, « Workers, economies, geographies », in Handbook of Employment and Society: Working Space, Cheltenham, Edward Elgar, p. 457-476

Charef, M., 1999, La circulation migratoire marocaine un pont entre deux rives, Rabat, Edition Sud Contact.

Di Méo, G., 1998, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan.

Direche-Slimani, K., 1997, Histoire de l’émigration kabyle en France au XXe siècle, Paris, L’Harmattan.

El Chab, M., 2016, « La migration régionale et entrepreneuriale des Libanais de Dakar, Abidjan et Ouagadougou », Emulations-Revue de sciences sociales, n° 17, p. 81-95.

Faret, L., 1998, Les territoires de la mobilité. Champ migratoire et espaces transnationaux entre le Mexique et les Etats-Unis, Th. doct., Toulouse, Univ. Toulouse Le Mirail.

Farquet, R., 2019, Memories of the « liberation of Kosovo » among Albanian-speaking activists in Switzerland : narrating transnational belonging to the nation, Th. Doct., Neuchâtel, Université de Neuchâtel.

Gonin, P., 1997, D’entre deux territoires. Circulations migratoires et développement entre le bassin du fleuve Sénégal et la France, HDR, Lille, Université des sciences et techniques.

Guillon, M., Taboada Leonetti, I., 1986, Le triangle de Choisy : un quartier chinois à Paris, Paris, L’Harmattan CIEMI.

Joly, D., 1987, « Associations amongst the Pakistani population in Britain », in J. Rex, D. Joly, & C. Wilpert (Éd.), Immigrant associations in Europe, Studies in European Migration, Aldershot, Gower, p. 62-85

Lacroix, T., 2012, « Indian and Polish Migrant Organizations in the UK », in Cross Border Migrant Organizations in Comparative Perspective, Migration, Diasporas and Citizenship, Basingstoke, New York, Palgrave Macmillan, p. 151-209

Lacroix, T., 2016, Hometown Transnationalism. Long Distance Villageness among Indian Punjabis and North African Berbers, Basingstoke, New York, Palgrave MacMillan.

Li, Z., 2017, La diaspora Wenzhou en France et ses relations avec la Chine, thesis, Poitiers.

Ma Mung, E., Boubakri, H., Lazaar, M. hamed, Robin, N., Tapia, S. de, Bel Haj Zekri, A., et al., 1996, Mobilités et investissements des émigrés Maroc, Tunisie, Turquie, Sénégal, Paris, L’Harmattan.

Mai, N., King, R., 2009, « Love, Sexuality and Migration: Mapping the Issue(s) », Mobilities, vol. 4, n° 3, p. 295-307.

Mauss, M., 2004, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France.

Moya, J. C., 2005, « Immigrants and Associations: a Global and Historical Perspective », Journal of ethnic and migration studies, vol. 31, n° 5, p. 833-864.

Page, B., 2007, « Slow going: the mortuary and the hometown association in Bali-Nyonga, Cameroon », Africa, vol. 77, n° 3, p. 419-441.

Peraldi, M., 2001, Cabas et containers, activités marchandes informelles et réseaux migrants transfrontaliers, Paris, Aix en Provence, Maisonneuve et Larose, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme.

Razy, E., Baby-Collin, V., 2011, « La famille transnationale dans tous ses états », Autrepart, vol. 1, n° 57-58, p. 7-22.

Sack, R. D., 1986, Human territoriality : its theory and history, Cambridge, Cambridge University Press.

Sall, L., 2008, « Continuités et ruptures du modèle migratoire sénégalais d’avant 1970 l’insertion spatiale des migrants vendeurs de Ceedo et de Thiaaren dans l’Espace Schengen », Revue Asylon(s), En ligne : http://www.reseau-terra.eu/article715.html.

Sayad, A., 1999, La double absence, Paris, Seuil.

Scagnetti, J.-C., 2014, La wilaya hexagonale : l’Algérie et son émigration, une histoire d’identités (1962-1988), Th. Doct. Histoire, Nice, Université de Nice.

Tarrius, A., 1995, Arabes de France dans l’économie mondiale souterraine, Paris, L’aube.

Yang, D., 2011, « Migrant remittances », Journal of Economic perspectives, vol. 25, n° 3, p. 129-52.

Zarate-Hoyos, G. A., 2004, « Consumption and remittances in migrant households: toward a productive use of remittances », Contemporary Economic Policy, vol. 22, n° 4, p. 555-565.

Haut de page

Notes

1 L’étude a été publiée in extenso en anglais, voir Lacroix 2016.

2 Le concept de champ est depuis le début des années 1990 également utilisé par les sciences sociales étatsuniennes dans l’analyse des processus migratoires transnationaux. Mais l’acception du concept est différente, plutôt qu’une définition géographique du concept, les chercheurs convoquent, en s’appuyant sur Pierre Bourdieu, une définition sociologique des « champs sociaux transnationaux ». Le livre de Glick Schiller et al. (1994) est généralement cité comme l’ouvrage fondateur ayant posé les linéaments de cette approche. Les deux approches sont, au fond, assez semblables avec une centralité accordée à la circulation des acteurs, de réseaux, de la connexion à longue distance d’espaces locaux. Les différences sont essentiellement liées aux colorations disciplinaires des deux approches. Tandis que les socio-anthropologues étatsuniens mettaient en avant la description de communautés transnationales, la question spatiale était largement absente de la littérature anglo-saxonne (Faret, 1998).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Lacroix, « Transferts migratoires, institutions sociales migrantes et territorialité morale transnationale », L’Espace Politique [En ligne], 38 | 2019-2, mis en ligne le 28 février 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/6997 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.6997

Haut de page

Auteur

Thomas Lacroix

Maison Française d’Oxford, CNRS thomas.lacroix@cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals