Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus d'ouvragesAtlas Militaire et Stratégique

Atlas Militaire et Stratégique

Compte rendu de l’ouvrage dirigé par Bruno Tertrais « Atlas militaire et stratégique »
Daniel Dory
Référence(s) :

Bruno Tertrais (dir.), Atlas militaire et stratégique, Paris, Autrement, 2019, 95 p.

Texte intégral

1Cet atlas, qui prend la suite d’un volume antérieur paru en 2008 avec le même titre est, en fait, un ouvrage original, sinon dans son orientation, tout au moins dans sa thématique et ses développements qui prennent en compte les transformations survenues sur la scène géostratégique au cours de la dernière décennie. Dirigé par Bruno Tertrais, directeur adjoint de la Fondation pour la Recherche Stratégique, l’ouvrage contient un ensemble de chapitres rédigés par une vingtaine de chercheurs rattachés totalement ou partiellement à cette institution.

2Un rapide tour d’horizon de son contenu permet d’entrée de jeu d’en apprécier l’intérêt et les limites. En effet, cet atlas divisé en quatre grandes parties de dimensions inégales, aborde successivement (après une introduction consacrée à une réflexion générale et descriptive de la guerre et de la conflictualité contemporaine) : a) la stratégie, principes et moyens ; b) les grands acteurs ; c) les crises et les tensions ; d) l’avenir de la guerre, (interrogation synthétisée en conclusion). Sur ces différents thèmes des éclairages utiles sont fournis sur un certain nombre de notions et données factuelles, qui serviront de points d’entrée pour des étudiants et chercheurs débutants s’engageant dans cette problématique qui requiert la mobilisation de connaissances plus solides qui ne trouvent pas leur place dans un atlas de vulgarisation de ce genre.

3Ainsi, concernant la stratégie, après un rapide survol des transformations contemporaines, envisagées surtout en fonction de l’introduction de nouvelles technologies (intelligence artificielle, drones, robotique, etc.), concomitante à un « net glissement » (sic p. 13) vers des formes plus indirectes de stratégie et à une urbanisation des théâtres d’opérations, des éléments de connaissances de base sont exposés concernant le renseignement et les milieux dans lesquels se déroulent les affrontements de nature guerrière : la terre, la mer, l’air, l’espace extra-atmosphérique et le cyberespace. La privatisation croissante des forces combattantes et de soutien aux opérations est opportunément soulignée, avant de revenir aux questions techniques à propos des missiles, l’enjeu nucléaire, la dissuasion et le contrôle des armements. En complément à cette partie figurent des aperçus éclairants sur les industries de l’armement et les impacts des (éventuels) changements climatiques sur les données géostratégiques mondiales. En somme, cette première partie offre des informations de base sur des faits et des concepts dont la connaissance est indispensable à quiconque s’engage dans une réflexion sérieuse sur les questions stratégiques, militaires et, bien évidemment, géopolitiques.

4S’agissant des grands acteurs (objet de la seconde partie de l’atlas), on trouve une (bonne) synthèse sur le rôle des armées étatiques/nationales et leurs reformatages actuels, suivi d’un bref aperçu sur les acteurs armés non étatiques (pirates, criminels organisés, terroristes et mercenaires divers qui agissent seuls ou en combinaisons hybrides et mouvantes). Ces considérations théoriques sont suivies par de rapides synthèses sur l’appareil militaire des Etats Unis, l’état du « théâtre européen » et un zoom sur le cas français, dont les capacités et les déploiements extérieurs sont rapidement évoqués. Ensuite les puissances militaires russes et chinoises sont présentées, mais seulement sous l’angle capacitaire, c’est-à-dire sans mention significative des aspects doctrinaux qui expliquent le formatage et les missions des forces armées respectives, en regard de cultures stratégiques particulières dont il aurait été judicieux de faire (au moins) état.

5La troisième partie dédiée aux « crises et tensions » s’ouvre sur un chapitre assez faible sur le « terrorisme djihadiste » (pp. 62-3), plus conjoncturel que théoriquement informé, et illustré par deux cartes à l’interprétation problématique, soit parce qu’il est difficile de savoir à quoi correspond exactement le titre concernant « les pays d’origine des djihadistes » (p. 62), alors que l’on nous montre surtout la distribution des attaques réalisées par différentes organisations durant une période non précisée dans la légende. De même la carte (p. 63) sur « les attaques djihadistes en Europe » manque de dates précises avant 2014.i

6L’ouvrage présente ensuite une série de brèves monographies géostratégiques renvoyant aux situations géopolitiques de l’Asie, à la crise nucléaire nord-coréenne, aux tensions dans le golfe Persique. Ce passage est suivi d’un chapitre sur la Syrie qui reprend l’essentiel de la version « occidentale » des évènements, en omettant notamment de mentionner l’interaction complexe des services secrets et des forces spéciales des pays sunnites du Golfe, d’Israël, des Etats Unis et de leurs alliés de l’Otan pour soutenir et armer, au moins jusqu’en 2017, une nébuleuse djihadiste (structurée autour de l’Etat Islamique et d’al Qaida) dans l’intention de changer le « régime » syrien et de contrer la présence iranienne dans la région.ii

7Concernant le conflit au Proche Orient, on retiendra surtout les deux cartes qui représentent, pour la première (p.72) la portée des missiles du Hezbollah qui menacent Israël ; et pour la seconde (p. 73) celle des missiles que le Hamas peut lancer depuis la bande de Gaza. Par contre la portée des armes nucléaires israéliennes n’a malheureusement pas fait l’objet d’un traitement similaire, qui aurait pourtant éclairé le lecteur sur la réalité des relations géostratégiques dans la région.

8L’Afrique fait l’objet de deux chapitres ; le premier sur le Sahel, dont la complexité des acteurs et des enjeux est évoquée factuellement dans le texte et à l’aide de trois cartes, dont la dernière, intitulée : « La stratégie au Sahel » (p. 75), outre qu’elle omet de représenter le dispositif français basé au Burkina Faso, contient une mystérieuse flèche renvoyant aux « flux d’armes et combattants » qui suggère une énigmatique provenance égyptienne… Un rapide tableau sur la situation générale de l’Afrique fait l’objet du chapitre suivant (illustré par une carte de synthèse utile), où l’impact du fait colonial est justement souligné (mais pas celui des héritages précoloniaux !). En particulier la nature hybride des guerres africaines est bien mise en évidence, avec toutefois le recours à la novlangue habituelle qui désigne les affrontements ethniques en termes de « violence intercommunautaire ». Enfin, un chapitre sur l’Arctique, riche en informations, clôt cette partie dans laquelle, fait remarquable, on ne trouve absolument rien sur l’Amérique latine. Il est difficile de savoir si cette étrange omission correspond à l’opinion de Bruno Tertrais sur l’insignifiance totale de cette région, ou simplement résulte de l’inexistence au sein de la Fondation pour la Recherche Stratégique d’un collaborateur capable d’écrire un bref texte moyennement documenté sur le sujet.

9La dernière partie, intitulée « l’avenir de la guerre », contient un chapitre où l’hypothèse des guerres climatiques est traitée avec un certain bon sens très éloigné de l’alarmisme subventionné ambiant actueliii ; et les technologies du futur font l’objet d’un survol bienvenu pour le lecteur non spécialisé. Enfin, la conclusion de l’ouvrage offre une perspective assez prudente sur la question de l’avenir de la guerre, mais à partir de positions exclusivement « occidentales » et non pas en se fondant sur une démarche scientifique qui adopte une neutralité méthodologique par rapport aux antagonismes qui font la matière de la recherche stratégique. Ainsi, par exemple, on y retrouve les positions résolument hostiles à la Russie de Bruno Tertrais (et d’une grande partie de son équipe), ainsi que l’écho du droit-de-l’hommisme en version otanienne qui sous-tend bon nombre d’aventures guerrières des dernières décennies.iv

10En somme, cet atlas qui aborde un ensemble de questions sur lesquelles des connaissances élémentaires sont indispensables, surtout pour construire un raisonnement géopolitique solide, est incontestablement bienvenu. Lu critiquement, en tenant compte de ses « biais systémiques », il peut aider le chercheur débutant à identifier des problèmes et à combler des lacunes factuelles.v

11La forme et le format (imposé) de cet atlas explique sans doute en partie sa principale déficience. A savoir que la juxtaposition de brefs chapitres rend malaisée, voire impossible, la formulation même hypothétique d’une théorie de la guerre actuelle. Comme dans toute œuvre collective la qualité des différentes contributions est inégale, et de nombreuses lacunes rendent tout effort de synthèse malaisé. Mais si, malgré ces limites, cet atlas réussit à provoquer des interrogations et des réflexions argumentées sur les thèmes vitaux qu’il aborde, on pourrait difficilement contester son utilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Dory, « Atlas Militaire et Stratégique », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 25 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7026

Haut de page

Auteur

Daniel Dory

Maître de Conférences, HDR
Université de La Rochelle
daniel.dory@univ-lr.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search