Navigation – Plan du site

AccueilComplémentsComptes rendus d'ouvragesÀ l’est, la guerre sans fin 1918-...

À l’est, la guerre sans fin 1918-1923

Compte rendu de l’ouvrage dirigé par François Lagrange, Christophe Bertrand, Carine Lachèvre et Emmanuel Ranvoisy « À l’est, la guerre sans fin 1918-1923 »
Christophe Gauchon
Référence(s) :

François Lagrange, Christophe Bertrand, Carine Lachèvre et Emmanuel Ranvoisy (dir.), À l’est, la guerre sans fin 1918-1923, Paris, Gallimard, 2018, 336 p.

Texte intégral

1Sur de nombreux monuments aux morts de la guerre 1914-1918 érigés dans les communes françaises, lorsque les noms sont rangés en ordre chronologique, on relève la mention d’un ou plusieurs décès tardifs, datés de 1919 ou 1920, parfois au-delà ; c’est que les armistices de septembre à novembre 1918 n’ont pas signé partout la fin des combats. Dans une grande partie de l’Europe centrale et orientale, au Caucase et au Proche-Orient, les armées ont continué à s’affronter pendant la Conférence de la Paix, mais aussi bien après la signature des Traités censés mettre fin à la Première Guerre mondiale.

2En effet, pendant que la Conférence de la Paix se déroulait à Paris, des combats se poursuivaient dans l’idée de prendre des gages sur les négociations en cours ; ainsi, l’armée roumaine entre-t-elle dans Budapest en août 1919 et l’occupe pendant trois mois, ce qui explique que le traité de Trianon, réglant le sort territorial de la Hongrie, ne sera signé qu’en juin1920. Mais entre la Grèce et la Turquie, ou entre l’Italie et la Yougoslavie, ce sont les traités eux-mêmes qui ravivent les conflits : ainsi l’aventure de d’Annunzio à Fiume commence-t-elle le 12 septembre 1919, soit deux jours à peine après la signature du traité de Saint-Germain. Quant à la Grèce, elle ne peut s’assurer des territoires qui lui ont été accordés par le traité de Sèvres, et la Turquie va les reconquérir dans une guerre terrible qui se poursuivra jusqu’en 1923.

3Que ce soit en Grèce, en Pologne ou autour de Fiume, la plupart de ces conflits sont bien connus, jusqu’à la série de traités secondaires qui s’échelonnent jusqu’en 1924 (traité de Rome sur Fiume, ou accord sur le statut de Memel par exemple) ; mais l’intérêt de l’ouvrage est d’en donner une vision d’ensemble. Certes, beaucoup de militaria ont été présentés dans l’exposition qui s’est tenue au musée de l’Armée à l’automne 2018, uniformes, médailles, portraits de généraux, fanions et drapeaux d’unités, mais aussi et surtout des documents de propagande de provenances diverses qui utilisent abondamment les supports cartographiques, beaucoup de documents qui devraient réjouir aussi ceux qui ont du goût pour la cartographie des territoires éphémères.

4Certaines cartes sont très conventionnelles, comme les quatre cartes ethnolinguistiques (de la Hongrie, de la Roumanie, de la région de Dantzig et du littoral de la Mer Noire) qui avaient déjà cours avant 1914 et qui vont se multiplier pour faire prévaloir les prétentions des uns et des autres. Le plus souvent, elles n’aident guère à la fixation des frontières qui garantiraient la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, tant l’image du peuplement qu’elles donnent est embrouillée. Mais d’autres représentations cartographiques sont beaucoup plus originales, comme cette étrange carte de la France, si elle devait subir des amputations territoriales analogues à celles imposées à la Hongrie par le traité de Trianon (carte p. 36), ou les cartes postales éditées en plusieurs langues pour dénoncer le dépeçage de l’ancien royaume de Hongrie (p. 264). Plusieurs documents relèvent de la délicate discussion de l’accès de la Pologne à la mer soit par le corridor de Dantzig, soit en empiétant sur la rive droite du Niémen au détriment de la Lituanie (document original p. 194), mais la carte qui présente les revendications polonaises propose tout simplement le rattachement en bloc de la Prusse orientale à la Pologne pour assurer le « futur équilibre européen » (carte très parlante p. 186).

5Dans ce contexte, dans les années qui suivent 1918, les armées françaises restent donc engagées dans des combats en Pologne, en Russie, à Memel (en 1923, aux côtés des Allemands contre les Lituaniens !) dans les Balkans, en Mer Noire, au Proche-Orient (chapitre de Frédéric Guelton). Le 1er mars 1919, fut créée une armée française de Hongrie dont les effectifs s’établissaient à 22.000 hommes ! La démobilisation ne fut promulguée en France qu’en janvier 1920, mais des missions militaires restent présentes en Pologne ou en Silésie. Et la cessation des combats en Syrie après la victoire de Khan Meyssaloun (24 juillet 1920) ne doit pas faire oublier que les combats reprendront en 1925-26 (chapitre de Julie d’Andurain). Sans compter, hors-champ de cet ouvrage, la guerre du Rif…

6Au centre de l’ouvrage, on trouve un atlas de 25 cartes accompagnées de courtes notes, qui propose une courte synthèse pays par pays ; une lecture croisée de ces cartes montre l’imbrication des revendications territoriales et la situation qui prévaut pendant ces années. La république d’Azerbaïdjan par exemple est proclamée à Tbilissi et, appuyée par les Turcs, entend bien s’étendre de la Caspienne à la Mer Noire. La guerre oppose alors Azéris, Arméniens, Turcs, Britanniques basés en Perse, Blancs, Rouges et révolutionnaires iraniens… Et le Caucase n’a pas le monopole de ces conflits inextricables aux multiples antagonistes. Les Pays baltes présentent des situations d’une complexité équivalente.

7L’ouvrage est encadré par trois cartes très utiles : en ouverture, une carte classique de l’Europe en 1914 et une carte des frontières en suspension à la fin 1918 qui montre bien tout le travail qui incombe à la Conférence de la Paix (et encore cette carte n’envisage-t-elle pas le cas des Pays baltes, de la Finlande ou du Caucase, la Russie post-révolutionnaire étant plongée dans la guerre civile) ; et en clôture, une carte des frontières en 1923, lorsque la plupart des litiges directement issus de la guerre sont en passe d’être réglés. Cette situation territoriale prévaudra alors jusqu’en 1938.

8La carte de l’entre-deux-guerres n’est donc pas celle issue des traités de 1919-20, mais plutôt de la conjonction des traités, de leur réception et des conflits qui en ont découlé, et des traités postérieurs qui, jusqu’en 1924, ont modifié les résultats de la Conférence de la Paix. De ce point de vue, le cas de l’Alsace-Moselle fait plutôt figure d’exception. La période des réajustements post-1918 a donc été, dans certains cas, aussi longue que la guerre de 1914-1918 elle-même, et de nombreuses populations d’Europe centrale et orientale vivent en réalité un conflit de presque 10 ans, marqué par de nombreuses violences (chapitrer d’Annette Becker)

9Certes, l’ouvrage revient sur le rôle des experts, et en particulier des géographes dans la « fabrique de la paix » (chapitre d’Isabelle Davion et de Jean-Paul Amat), mais ces considérations savantes seront presque partout balayées par le déchaînement de violence mettant aux prises des armées régulières, des corps francs, des mouvements nationaux, des unités révolutionnaires et contre-révolutionnaires.

10Il ressort de cet ouvrage une tonalité générale de la première moitié des années 1920 bien différente de celle des « années folles » qui caractériseraient l’après-11 novembre… Après les crises de 1924 en Alsace et dans la Ruhr, une période de stabilisation s’impose, jusqu’à la montée des périls qui s’affirmera dès le milieu des années 1930. Cet ouvrage nourrit une réflexion féconde sur les équilibres et les ruptures, et la difficulté à poser des termes chronologique fermes. « Sortir, ne pas sortir de la guerre », John Horne dixit, tel est le défi auquel est confrontée l’Europe d’après 1918. Cette interminable queue de comète de la première Guerre mondiale se prolonge ainsi dans une ambiance insurrectionnelle où s’affrontent révolutionnaires et contre-révolutionnaires, ajoutant encore aux souffrances des peuples les affres des guerres civiles. Tout cela aussi doit être compté au bilan de la guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Gauchon, « À l’est, la guerre sans fin 1918-1923 », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 13 mars 2019, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7041

Haut de page

Auteur

Christophe Gauchon

Professeur
Université Savoie Mont Blanc
christophe.gauchon@univ-smb.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search