Navigation – Plan du site
Découper l'espace politique

De la maille au lieu, les catégories territoriales des recensements brésiliens de 1872 à 2010 à l’aune de la géographie de la population

From the grid to the place. The territorial categories of the Brazilian censuses from 1872 to 2010 in the light of the population geography
Cathy Chatel

Résumés

Au Brésil, les statistiques de population ordonnées par leur localisation géographique révèlent les différentes catégories territoriales utilisées par l’IBGE, l’institut statistique brésilien, depuis le premier recensement de 1872 jusqu’au dernier en 2010. L’article met en évidence trois systèmes de découpages politico-administratifs : le maillage, les lieux de peuplement, la distinction urbain/rural. Ils questionnent les enjeux de l’évolution des modes de découper l’espace. Ces trois découpages sont exclusifs et se combinent difficilement. Cette disjonction illustre les différents modes d’appréhender l’espace par le pouvoir, ainsi que la difficulté des instituts statistiques nationaux et donc des Etats, à embrasser la complexité des formes de peuplement.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Hommes/femmes, actifs/inactifs, moins de 15 ans ou plus… la population est segmentée en autant de catégories qu’il existe d’informations statistiques recensées et produites. Découper, diviser, répartir, segmenter procèdent donc d’abord de la production de catégories. Mais à partir de quels critères ? Les renseignements contenus dans les questionnaires recueillis auprès de la population lors des recensements sont agrégés, mis en forme. Les données primaires deviennent information. Et c’est ainsi qu’elles sont publiées, sans que nous accédions aux sources, réalité complexe difficile à observer sans le filtre des catégories.

Charcutage territorial

2Si de nombreux auteurs se sont intéressés aux catégories statistiques sous leurs aspects philosophiques, idéologiques (Desrosières, 2010), sociologiques (Desrosières, Thévenot, 2002 ; Topalov, 1994, 2002), ou politiques (Pierson, 2000), plus rares sont ceux qui s’intéressent à un tout autre aspect de cette « dépendance au chemin » (path-dependence) : les catégories de territoires. La question des découpages n’intéresse véritablement le grand public que lorsque se profile ce qui a reçu le nom aux Etats-Unis de gerrymandering. Ce « charcutage territorial » consiste à déplacer astucieusement des limites de circonscriptions électorales afin de maximiser, à nombre de voix égale, le nombre de sièges d’un parti politique favorisé. Un exemple connu en France est le département de la Seine. Il a été divisé en 1968 pour créer 4 départements, notamment dans le but d’isoler les communes communistes concentrées dans les départements de la Seine-Saint-Denis et du Val de Marne et de prémunir les départements de Paris et des Hauts-de-Seine (Subra, 2016). Les enjeux financiers ne sont également pas absents. Déplacer des limites est une façon de créer un territoire « pauvre » en vue d’être éligible à des aides de l’Etat ou de la communauté internationale (Baron et al., 2010). Les méthodes ne manquent pas : il suffit pour cela de démembrer une entité territoriale, ou au contraire de fusionner entre elles différentes entités, ou encore de modifier judicieusement quelques limites. Le pouvoir a également la possibilité de changer le statut d’un territoire « rural » en « urbain », et vice versa.

Statistiques et territoire

3Pour aborder la problématique des catégories statistiques sous l’angle particulier de l’espace, l’analyse des chiffres et des schémas catégoriels ne suffit pas. L’utilisation des outils relatifs à la cartographie et aux systèmes d’information géographique est nécessaire pour vérifier sur le terrain les limites des catégories territoriales. Les données statistiques ordonnent en effet la population en fonction du lieu où les habitants résident, consomment, travaillent ou exploitent l’espace. Ces lieux sont enfermés dans des catégories spatiales appelées découpages, divisions, zonages ou encore « géographies » au Royaume-Uni (ONS, 2019, « UK geography »). Le découpage peut être déterminé par les critères administratif, censitaire, géographique, électoral, sanitaire, postal… Or, dans le cas d’un recensement national, l’Etat est nécessairement le chef d’orchestre. A la fois juge et partie, l’Etat panoptique de Foucault s’appuie sur la discipline ou « l’art des répartitions » (Foucault, 1975). Dès lors, les tableaux statistiques sont tout autant une description de la population qu’un langage par lequel l’Etat et ses administrations se mettent eux-mêmes en scène. Hervé Le Bras va jusqu’à penser que « la démographie a beaucoup plus servi à illustrer l’existence de la nation, la cohérence de l’État et l’égalité des catégories traitées comme autant de lignes et de colonnes dans les tableaux qu’à faciliter sa gestion : départements, classes d’âge, métiers, famille, tout paraît destiné à la parade quand on feuillette les recensements anciens. Il est difficile d’imaginer quel usage les pouvoirs publics ont pu faire de ces avalanches de chiffres. La seule donnée sûrement utilisée est le chiffre de population totale en chaque lieu, qui sert à des répartitions gouvernementales » (Le Bras, 2000).

4La relation entre catégorie territoriale, institut statistique et Etat est organique. La catégorie territoriale est ainsi un moyen pour appréhender l’Etat et le pouvoir, en particulier lorsqu’elle sert à découper l’univers « population ». Comment une institution prend-elle en charge la géographie, l’espace et sa population ? Comment découpe-t-elle l’espace et agrège-t-elle les données de population au moyen des catégories territoriales qu’elle a établies ? Comment se met-elle en scène et donne à voir son peuplement à travers ses publications ? Y a-t-il une volonté de faire coïncider la réalité matérielle de la répartition spatiale du peuplement avec la géographie abstraite ordonnée par l’Etat ?

Découpage et pouvoir

5Le questionnement que nous proposons a émergé dans le cadre du projet de recherche Brasipolis (Fapesp, 2014-2017, Unesp, 2017) dont l’objectif était de retracer les dynamiques de l’urbanisation du Brésil depuis le premier recensement réalisé en 1872 jusqu’à celui de 2010. Ce projet s’inscrivait délibérément dans une démarche exploratoire de reconstruction des données urbaines où le choix du découpage territorial est décisif. Tous les Etats et leurs instituts statistiques associés sont, peu ou prou, confrontés inévitablement à leur territoire (De Biaggi, 2000). « Le contrôle de l’espace est utilisé comme une forme alternative de contrôle social. La manière dont l’espace est approprié et géré, et la connaissance de ce processus constituent, dans le même temps, l’expression et la condition des relations de pouvoir » (Becker, 1986, p. 99). Par conséquent, la façon de découper l’espace révèle les interactions entre pouvoir, appropriation du territoire et géographie. Or, dans ce domaine, l’institut de statistique et de géographie brésilien (IBGE) se distingue, avec celui du Mexique (INEGI), de tous les autres instituts statistiques nationaux du monde par le fait qu’ils allient explicitement les deux disciplines, statistiques et géographie.

6Au Brésil, les catégories territoriales à partir desquelles sont répartis les chiffres de population dans les recensements depuis 1872 montrent une évolution notable depuis une division en mailles vers un découpage fin encadrant les lieux de concentration de la population. Les découpages évoluent avec l’histoire des gouvernements et de l’administration territoriale brésilienne, ainsi qu’avec la réalité du peuplement qu’ils doivent embrasser. Comme dans tous les pays, la stratégie fondamentale se heurte au même problème : faut-il diviser ou bien grouper pour gouverner ? Quelle stratégie doit être première : le territoire ou la population ? Ainsi, au niveau local, faut-il appliquer une maille territoriale sans s’occuper des discontinuités existantes du peuplement, ou au contraire doit-on partir des points de regroupement de la population pour élaborer le découpage du territoire ? Ce problème se pose différemment selon les pays, leur taille, selon les époques et selon la puissance des autorités en charge du territoire.

Peupler et découper le territoire brésilien

7Alors que le Brésil s’étend sur 8.5 millions de km², que son appropriation est relativement récente et a suscité des rivalités entre diverses puissances colonisatrices, peupler l’espace et établir des territoires administratifs ont constitué un enjeu majeur. Avec moins de 10 millions d’habitants et une densité de 1.2 habitants/km² au premier recensement de 1872, la population du Brésil, qui compte en 2010 plus de 190 millions d’habitants, a été multipliée par 19. Des vagues d’immigrants européens et d’esclaves africains ont produit une extraordinaire diversité dans tous les domaines de la société. On comprend que le problème des découpages a évolué avec l’occupation progressive du territoire, corrélativement à un souci permanent de définir une unité.

8A mesure que les territoires se peuplent, qu’un réseau d’agglomérations les charpentent, le maillage des unités administratives se démembre et ainsi se densifie, et ce à tous les niveaux de la hiérarchie administrative. Par exemple, avec l’appropriation progressive des terres, à partir de la maille initiale des Etats de la fédération, créés en 1889 (Brasil, 1891), auxquels est adjoint l’Acre assujetti en 1904, 6 Etats vont s’émanciper à la demande de leurs habitants : Amapá, Rondônia, Roraima en 1943, Distrito Federal de Brasilia en 1960, Mato Grosso do Sul en 1977, Tocantins en 1988. De même, au niveau local, un groupe d’habitants d’un village (povoado), pourra demander une reconnaissance administrative : le village devient alors le centre d’un district (vila) et le município est subdivisé en deux districts. Par la suite, la population du district peut demander son autonomie totale : le district se dissocie du município dont il dépendait et devient lui-même município.

9Ce processus de démembrement est le fondement de l’appropriation administrative du territoire au Brésil et démontre comment le maillage s’adapte à la réalité du peuplement. Ainsi, depuis l’origine du pays, la tradition veut que suivant certaines règles (population minimum, présence d’agglomérations notables identifiées et nommées, distance au chef-lieu, richesse, autonomie économique, identité sociale, culturelle etc.), une agglomération puisse constituer une unité administrative et s’émanciper de celle dont elle dépendait (Théry, 2001, p. 38). Ce processus original de « scissiparité » (Id., p. 41) implique des enjeux déterminants dans un pays qui a su, depuis la domination coloniale, reproduire ses élites locales et nationales représentées traditionnellement par des propriétaires fonciers. La création d'un territoire administratif est l'occasion de créer de nombreux postes. Rien que dans un município, on trouve le maire (prefeito), les conseillers municipaux (vereadores) et, en bout de chaine, les fonctionnaires publics municipaux. L’émancipation régulière d’unités administratives, sous des allures démocratiques insolentes, est un prodigieux moyen d’absorber le vivier inépuisable d’oligarques. Une fois au pouvoir, du niveau local au national, ceux-ci ont vite fait d’orienter la politique en faveur des intérêts de leur classe. Aussi, Théry et Aparecida de Mello (2004, p. 47-48) identifient des épisodes de création intense de municípios : lors de la proclamation de l’Indépendance (1822), de l’instauration de la République (1889), du rétablissement de la démocratie après la chute du régime autoritaire de l’Estado Novo (1945), puis après le régime militaire (1964-1985) alors que la Constitution de 1988 (Brasil, 1988) facilite encore l’émancipation des municípios dont le nombre croit alors de manière exponentielle.

10En retraçant l’histoire des divisions administratives et territoriales brésiliennes, nous proposerons des clefs de lecture pour appréhender la manière dont un pouvoir découpe un territoire et contrôle la distribution spatiale de la population. Les recensements brésiliens témoignent de la manière dont le pouvoir, par l’intermédiaire de son institut statistique, l’IBGE, prend en charge l’espace dans la production de statistiques de population. Douze recensements sont publiés entre 1872 et 2010 (1872, 1890, 1900, 1920, 1940, 1950, 1960, 1970, 1980, 1991, 2000, 2010). Le comptage de la population est à chaque reprise réalisé sur l’ensemble du territoire et les chiffres sont agrégés sur des unités territoriales plus ou moins vastes. Depuis 2000 (XI recenseamento, 2000 ; XII recenseamento, 2013), l’IBGE rationalise la production de statistiques territoriales en trois étapes : collecte, comptage, publication. Il distingue trois grands types de catégories territoriales : les unités territoriales de divulgation des données (áreas de divulgação), de comptage (áreas de apuração) et de collecte de l’information (unidades territoriais de coleta) (Chatel, Sposito, 2019). De la publication à la collecte, les données se désagrègent pour se faire plus précises, la maille laisse peu à peu la place au lieu. L’accès à des données locales de plus en plus détaillées montre l’intérêt croissant de l’IBGE pour mieux prendre en charge la diversité du peuplement et de l’occupation du sol, ainsi que le souci d’informer les usagers.

11En effet, depuis la fin du 19e siècle, l’institut statistique brésilien a régulièrement proposé de nouveaux découpages. Ils répondent à la fois aux changements reconnus dans les territoires, au renouvellement des modes de diviser le territoire, reconnus souvent ailleurs dans le monde, à la diffusion généralisée des données. Ainsi, le district (distrito) apparait au recensement de 1890, les micro et macro régions en 1990 (IBGE, 1990), les secteurs en 2000, les localités en 2010. De nombreuses régionalisations ont fait l’objet d’études réalisées notamment par des géographes à la demande de l’IBGE. Les régions homogènes de 1967 (Geiger, 1967, p. 59) ou encore fondées sur des critères géographiques et économiques (Lobato Corrêa, 1989), ont laissé la place à des régions définies par la ville (espaces polarisés de 1967, régions urbaines fonctionnelles en 1972, régions d’influence des villes en 1972, 1987, 1993, 2007 (REGIC, 2008)), pour revenir à une régionalisation « durable » (Egler, 2013), ou à des régions géographiques (IBGE, 2017). La première région métropolitaine quant à elle, est établie par le pouvoir central en 1968 (Freitas, 2009) puis par les Etats depuis 1988. On en compte 74 en 2019. Cette unité administrative est reprise par l’IBGE pour y agréger un certain nombre de données. C’est une unité de divulgation des données populaire au Brésil, au même titre que l’aire urbaine en France, les municipalités métropolitaines en Turquie, la metropolitan area aux USA ainsi que dans d’autres pays anglosaxons (R.U., Inde, Australie, Afrique du Sud etc.). La ville est ainsi inséparable du maillage, notamment au Brésil où l’on reconnait un intérêt extrême pour ce lieu de concentration de la population, des activités et du pouvoir ainsi qu’une adaptation constante des découpages et catégories aux réalités du terrain. Au contraire, le lieu compris comme localité est méprisé. Or, même si, au cours du temps, les sources officielles ne leur accordent pas la même importance, maille et lieu sont les deux faces d’une même médaille.

12Les statistiques locales de population sont marquées par trois tournants, en 1872, en 1940 et entre 1980 et 1991, correspondant aux trois découpages, maille, ville et lieu. Le découpage territorial officiel privilégie d’abord le maillage, puis introduit peu à peu le lieu. Les hésitations du pouvoir entre ces approches illustrent différentes stratégies territoriales. Cependant, les découpages politiques ont aussi des répercussions statistiques car ils servent de filtre pour agréger les chiffres : la confrontation entre politique et statistique est dès lors le germe d’enjeux innombrables lorsque l’on cherche à mesurer la distribution spatiale de la population.

Concepts de maille et de lieu

13Nous classons les unités territoriales au niveau desquelles sont publiés les chiffres de la population en deux modèles : la maille et le lieu (Figure 1). La maille suppose l’existence préalable d’un territoire unifié et délimité. Dans ce modèle, le territoire est conçu comme un tout exhaustivement divisé en parties à la manière d’un échiquier. La production du maillage suit un processus de découpage top-down, du haut vers le bas, du territoire unifié jusqu’aux mailles les plus fines. Ces dernières constituent nos « briques élémentaires » (Julien, 2000, p. 4), ou encore notre pixel. Cela signifie que, quels que soient nos efforts, nous ne pourrons pas accéder à un niveau de résolution de l’image inférieur. Au contraire, le lieu correspond à un groupement humain, à une singularité parmi les différentes formes d’établissement humain émergeant dans la continuité de l’espace, issu d’un processus bottom-up. Le lieu est donc idéalement un point sans dimension spatiale, tandis que la maille est une étendue de territoire délimitée, indépendamment de la présence de lieux.

Figure 1 - Maille et lieu : deux logiques de découpage de l’espace

Figure 1 - Maille et lieu : deux logiques de découpage de l’espace

14Chacun de ces modèles agit comme un filtre au travers duquel la distribution spatiale de la population, qui varie de la forme groupée à la forme dispersée, est appréhendée d’une manière plus ou moins fine. Un établissement, même inhabité, peut être sélectionné comme un lieu, ignoré, ou encore noyé avec un ensemble de lieux d’une même maille. Maille et lieu sont les deux modèles qui constitueront notre grille de lecture pour comprendre la logique des catégories territoriales de cet immense pays. La conquête de l’espace a toujours été d’actualité mais elle a évolué. Les découpages en témoignent partant de la maille, pour se resserrer sur les agglomérations de population. Au final, plusieurs logiques se superposent, faisant cohabiter maille et lieu.

Depuis 1872, la maille hégémonique. Une loupe rudimentaire pour observer la population

  • 1 Le mot « paroisse » se traduit en portugais par « paróquia ». Néanmoins, nous conservons ci l’ortho (...)

15L’indépendance de l’empire du Brésil est proclamée en 1822 sous Pedro I. Sous Pedro II, l’empire se renforce, comme en témoigne la guerre contre le Paraguay vaincu en 1870. Le premier recensement moderne est organisé en 1872. Le maillage local fondamental est le município. Au niveau supérieur, on retrouve directement les unités de la Fédération (Unidades da Federação), appelés aussi Etats (Estados). Au niveau inférieur au município, on trouve d’autres maillages. Les paroisses (parochias1) seront abandonnées après la proclamation de la République en 1889, alors que sont créés les districts (distritos). Enfin, vient une nomenclature de lieux (cidade, vila, povoado…) (IBGE et al., 1957-1964) utilisée dès la période coloniale, qui sera réemployée et apparaitra officiellement dans les recensements à la fin du 20e siècle. Les chiffres de population ordonnés par les maillages sont la seule manière de cartographier de manière exhaustive la distribution spatiale de la population. Pour une analyse fine du peuplement, la maille la plus petite possible est celle qui se rapproche le plus du terrain. Cependant, quel que soit son gabarit, la maille reste un niveau d’agrégation plus ou moins arbitraire et donc plus ou moins connecté à la distribution spatiale matérielle du peuplement.

Parochia : une catégorie abandonnée après 1890

16Les paroisses sont un maillage de la période coloniale et impériale, équivalent de celui des freguesias toujours fondamental aujourd’hui au Portugal. Comme la conquête du Brésil fut menée conjointement par le pouvoir laïque et ecclésiastique, les paroisses avaient une fonction à la fois administrative et religieuse. En 1872 et 1890, les recensements publient les chiffres de population des paroisses (parochias). Les recensements de cette époque montrent un rationalisme encore balbutiant. Les tableaux à double entrée ne donnent pas, comme dans un recensement moderne, la liste des paroisses avec la population correspondante. Chaque tableau concerne une seule paroisse et distingue en premier lieu les personnes libres des esclaves. A partir de cette catégorisation première, la population est comptée pour de multiples variables (Etat civil, race, religion, éducation, handicap…). Celles-ci démontrent les thèmes qui intéressent les pouvoirs de l’époque, bien éloignés de ceux du 20e siècle (Figure 2). Les paroisses sont au nombre de 1 468 en 1872, et de 1 881 en 1890 (Figure 3). Ce sont des subdivisions de municípios plus vastes que les distritos. Elles disparaissent après 1890.

Figure 2 - La population ordonnée par des critères sociaux, culturels et physiques au recensement de 1872

Figure 2 - La population ordonnée par des critères sociaux, culturels et physiques au recensement de 1872

Source: “Provincia das Alagoas. Quadro geral da população da parochia de N.S. dos Prazeres de Maceio” [traduction : “Proince des Alagoas. Tableau general de la population de la paroisse de N.S. dos Prazeres de Maceio” (Directoria Geral de Estatística do Império, 1874, Alagôas, p. 1).

Figure 3 - Evolution du nombre de municípios, distritos, parochias, Brésil, 1872-2010

Figure 3 - Evolution du nombre de municípios, distritos, parochias, Brésil, 1872-2010

Le município : la catégorie territoriale de référence depuis 1872

17Au Brésil, le município est la maille à partir de laquelle un grand nombre de données sont publiées dès le premier recensement de 1872. Il est significatif que le travail de reconstitution historique de la généalogie des mailles, qui permet de suivre à la fois l’évolution de la population locale et des découpages, n’a été réalisé que pour les municípios et non pour les distritos (IBGE, 2010) (Figure 4). Le maillage municipal interroge quant à sa capacité à donner à voir le peuplement. En 2010, le plus vaste município, Altamira (Pará) s’étend sur près de 160 000 km², soit l’équivalent de la Tunisie. 30 autres dépassent la superficie de la Belgique (30 000 km²). A l’opposé les deux plus petits, Santa Cruz de Minas (3,54 km² MG) et Águas de São Pedro (5.54 km² SP), figurent parmi les 8 municípios du pays qui ont moins de 20 km². Le município « moyen » du Brésil est un territoire de 1 581 km² et de 34 000 habitants. La médiane reste très élevée avec 10 934 habitants pour 416 km², soit l’équivalent d’un carré de 20 x 20 kilomètres. Passant de 640 unités en 1872 à 5565 en 2010 (Figure 3), le maillage a certes été resserré. Cependant, si le nombre de municípios a été multiplié par 9, la population l’a été par 19. Le resserrement de la maille n’a donc pas suivi l’évolution démographique et correspond à une maille trop lâche pour décrire les singularités du peuplement.

Figure 4 - Evolution du découpage des municípios, Brésil, 1872, 1940, 1980, 2010

Figure 4 - Evolution du découpage des municípios, Brésil, 1872, 1940, 1980, 2010

Le distrito : une maille peu valorisée depuis 1890

18Les distritos apparaissent dès le recensement de 1890, mais ce n’est qu’avec le recensement de 1920 (Directoria Geral de Estatística, 1926) que les données de population sont fournies à ce niveau (Figure 5). Le distrito offre un niveau de résolution spatiale plus précis que le município (Figure 6) mais encore trop lâche pour appréhender précisément le peuplement. En 1920, on compte 3873 distritos contre 1302 municípios. En 2010, les distritos sont au nombre de 10 283 (Figure 3). Leur nombre a été multiplié par 2.6 en 90 ans contre 1.4 pour les municípios. Ces derniers constituent donc bien la maille la plus stable, alors que le maillage des distritos, qui a progressé plus vite, répond aux besoins locaux des habitants, d’autant plus dans les zones rurales.

Figure 5 - Les statistiques de population par município et distrito au recensement du Brésil de 1920

Figure 5 - Les statistiques de population par município et distrito au recensement du Brésil de 1920

Source : “População dos municípios de cada um dos Estados do Brazil, segundo o sexo e o estado civil. Estado de Minas Geraes” [traduction : “population des municípios de chacun des Etats du Brésil, selon le sexe et l’Etat civil. Etat du Minas Gerais] (Directoria Geral de Estatística, 1926, v.4 pt.1, p. 152).

Figure 6 - Le maillage des municípios et distritos, Brésil, 2010

Figure 6 - Le maillage des municípios et distritos, Brésil, 2010

Le tournant de 1940 : la distinction urbain/rural, une catégorie intermédiaire entre maille et lieu

19Le recensement de 1940 se conforme aux normes de systématisation des recensements modernes (Raffestin, 1980). La fréquence devient décennale, tandis que la plupart des catégories et thématiques sont harmonisées et perdurent jusqu’à nos jours. L’ère de la statistique au Brésil comme dans de nombreux des pays, commence ainsi avec la consolidation de l’Etat central appuyée sur un mouvement nationaliste (Bermann, 2002), et avec elle la volonté de compter et de connaître le pays, ses hommes, sa capacité productive, en bref sa force (Lepetit et al., 1995, p. 7). Cela se traduit dans les recensements par la multiplication de catégories. Or, dans un pays vaste et encore relativement vide, la catégorie spatiale a une trajectoire particulière.

La naissance de l’IBGE : le souci du territoire

20La rationalisation statistique des catégories urbain/rural coïncide avec l’arrivée de Vargas au pouvoir après le coup d’Etat de 1930. Dans un premier temps, l’institut national de statistique (INE, Instituto Nacional de Estatística), est créé suite à la promulgation d’une nouvelle constitution en 1934. Après un nouveau coup d’Etat de Vargas en 1937 qui établit le régime de l’Estado Novo, on adjoint à l’INE un conseil national de géographie, le Conselho Brasileiro de Geografia. L’IBGE nait de la réunion de ces deux organes. Avec la Constitution de 1934 puis les décrets-lois énoncés par Vargas par la suite, la distinction entre espaces urbains et ruraux est légalisée. Elle est introduite dans les statistiques du recensement de 1940.

21Les années 1940 signent une attention toute particulière pour la conquête intérieure du territoire, afin d’asseoir systématiquement le pouvoir dans un contexte de construction nationale (Théry, 2014). Selon R. S. Almeida, l’IBGE est « la plus grande agence de planification territoriale du gouvernement brésilien" et, pour A. C. R. Moraes, sa création correspond à un moment où « les politiques territoriales sont considérées comme une priorité de l’Etat » (Betioli Contel, 2014, p. 2). Ce n’est pas sans motif que l’institut statistique du Brésil est aussi géographique : l’IBGE, organe d’Etat doit œuvrer pour la consolidation du territoire. La distinction urbain/rural dans les recensements répond aux besoins de développement de l’administration territoriale. L’autorité centrale établit par la loi les villes chefs-lieux en même temps qu’il maille le territoire. Elle distribue ainsi des points d’appui et de contrôle, assurant la représentation du pouvoir et la distribution des services étatiques pour les habitants dans l’ensemble du pays.

L’avènement de la catégorie urbaine dans le recensement de 1940

  • 2 Suivant les recensements, le périmètre urbain est désigné en portugais par perimetro urbano ou quad (...)

22Dans les tableaux, la distinction entre populations urbaine et rurale s’opère au niveau du município et du distrito (Figure 7). Sur le territoire, la population urbaine correspond à celle résidant dans le périmètre défini comme urbain (perimetro urbano2) et où se situe le chef-lieu, tandis que le reste de l’espace est légalement rural. Le chef-lieu de chaque distrito est appelé vila, et celui du município, cidade. Cette nomenclature reprend les catégories de l’organisation administrative et territoriale portugaise. Les toponymes des chefs-lieux, cidades et vilas, sont repris pour donner leurs noms aux mailles des municípios et des distritos. Cependant, les recensements n’identifient pas directement ces lieux, mais indirectement une catégorie de population urbaine à l’intérieur des mailles. La catégorie population urbaine/rurale informe le contenu, la maille, et non pas le contenant. Cidades et vilas ont pourtant une réalité géographique, physique, fonctionnelle et sociale. Ce choix va contribuer par la suite à escamoter la dispersion spatiale de la population urbaine.

Figure 7 - La distinction urbain/rural dans le recensement du Brésil de 1940

Figure 7 - La distinction urbain/rural dans le recensement du Brésil de 1940

Source : "População de fato, por sexo e situação do domicilio, segundo os municípios e os distritos" [traduction : “population de fait, par sexe et situation du domicile, selon les municípios et les distritos “], IBGE, 1940, parte VIII Paraíba, quadro 63, p. 154.

Le périmètre urbain : une catégorie d’agrégation insatisfaisante

23Depuis 1940 la distinction entre urbain et rural s’illustre dans une marqueterie binaire où tout espace entre de manière exclusive dans l’une ou l’autre catégorie. Au sein du territoire municipal, le périmètre urbain est matériellement signalé et les constructions y sont réglementées (Figure 8).

Figure 8 - Signalisation des limites du périmètre urbain dans le territoire municipal

Figure 8 - Signalisation des limites du périmètre urbain dans le territoire municipal

Source : Auteur. 22/11/2014, Município d’Álvares Machado (SP).

24La délimitation du périmètre urbain est restée aux mains du pouvoir central jusqu’en 1985, puis décentralisée au niveau de l’autorité municipale. Il correspond aujourd’hui à un schéma directeur d’occupation du sol. A l’origine réservé strictement aux aires comprenant les sièges du município et du distrito, le périmètre urbain va se déployer. La politique d’aménagement menée par les prefeituras des municípios, c’est-à-dire l’autorité municipale, est ici déterminante. A l’intérieur de chaque município, au gré des constructions, des espaces en discontinuité avec le chef-lieu sont définis dans le périmètre urbain : zones industrielles, commerciales, résidentielles… Le périmètre urbain légal peut être constitué de multiples enclaves parsemées sur le territoire (Figure 9). La catégorie « urbaine » d’un município perd ainsi son unité géographique. L’unité statistique ne correspond plus à l’unité géographique.

Figure 9 - Municípios, distritos, périmètre urbain, Ribeirão Preto (SP), 2010

Figure 9 - Municípios, distritos, périmètre urbain, Ribeirão Preto (SP), 2010

1980-1991 : l’émergence de nouvelles catégories de l’IBGE

25Au niveau statistique la catégorie « population urbaine » agrège des chiffres qui se rapportent, sur le terrain, à des établissements humains dispersés. Par conséquent, à partir du recensement de 1980, la distinction urbain/rural n’est plus satisfaisante. L’IBGE va créer des découpages plus fins dans le but de faciliter la réalisation du recensement. Par ailleurs, ceux-ci permettent de rendre compte de l’éparpillement effectif du peuplement. L’introduction du secteur censitaire est révélatrice de l’évolution des découpages et des besoins de l’institut statistique. Si aux 19e et 20e siècles l’administration est privilégiée, la fin du 20e siècle signe l’évolution des méthodes et la production de données de plus en plus nombreuses et précises. Comme la maille censitaire n’est pas politique ni administrative, elle va se saisir de la catégorie « lieu » et l’actualiser.

Le maillage censitaire : une lunette pour appréhender la géographie de la population

  • 3 “O Recenseamento Geral 1960, sétima operação censitária realizada no País, seguiu, também, as diret (...)

26Les secteurs censitaires sont utilisés par l’IBGE au moins depuis 19603. Cependant, l’accès aux données est récent. Les statistiques sont disponibles au niveau d’agrégats de secteurs (agregados por setores censitários) pour 1980 et 1991, et au niveau des secteurs (setores censitários) à partir de 2000. C’est un autre tournant des statistiques locales qui correspond au rétablissement de la démocratie (1985) et à l’arrivée de l’informatique. Les secteurs censitaires répondent à une nouvelle ingénierie de l’organisation des recensements. Ces unités de collecte (IBGE et al., 2013) sont d’autant plus petites que le peuplement est dense. En effet, l’agent recenseur doit collecter les informations pour un nombre limité de domiciles - entre 300 et 400- et sur une superficie restreinte. Les secteurs censitaires urbains et ruraux ayant été aussi distingués à partir des périmètres légaux, ils représentent donc un compromis entre des contraintes pratiques et la catégorie politique urbain-rural. En 2010, on compte 316 574 secteurs dont 240 382 urbains et 76 192 ruraux (Figure 10). Ce découpage est un outil d’une qualité exceptionnelle pour appréhender les subtilités de la répartition spatiale de la population du Brésil.

Figure 10 - Municípios, distritos, setores, Ribeirão Preto (SP), 2010

Figure 10 - Municípios, distritos, setores, Ribeirão Preto (SP), 2010

Les catégories de secteurs : un pont entre maille et lieu

  • 4 Le mot en portugais « aglomerado » est ici traduit littéralement en français par « agglomérat » afi (...)

27Les secteurs censitaires fondent des catégories territoriales (Figure 11) qui apparaissent dans les tableaux de recensement en 1980. D’un côté, dans l’espace urbain légal, l’IBGE redécouvre les cidades et vilas qui fondent désormais l’área urbanizada de cidade ou vila (l’aire urbanisée de cidade ou de vila). Il y ajoute l’área urbana isolada (l’aire urbaine isolée) puis, à partir de 1991, l’área não urbanizada de cidade ou vila (l’aire non urbanisée de cidade ou de vila) qui correspond à des espaces du périmètre urbain encore non construits. Dès 1991, on distingue 3 catégories dans le périmètre urbain légal. D’un autre côté, l’espace légalement rural n’est plus une étendue continue et homogène. L’agglomérat4 rural (aglomerado rural) émerge en 1980 de l’étendue rurale dite restante, qui n’abrite a priori aucun hameau ni village (área rural exclusive aglomerado). A partir de 1991, l’agglomérat rural se décline en quatre types : aglomerado rural do tipo " extensão urbana ", povoado, núcleo, outros (agglomérat rural de type extension urbaine, village, noyau, autres). On a donc au total huit catégories de secteurs censitaires depuis 1991. L’exemple d’Aracaju, la capitale de l’Etat du Sergipe, illustre la mosaïque de secteurs censitaires et, dans le même temps, la diversité des formes de peuplement (Figure 12).

Figure 11 - La population par município et distrito selon les catégories territoriales du recensement de 1980

Figure 11 - La population par município et distrito selon les catégories territoriales du recensement de 1980

Source : "População residente, por situação do domicilio, com discriminação da localização, segundo as mesorregioes, as microrregioes, os municípios e os distritos" [traduction : population residente, par situation du domicilie, discriminée par la localisation, pour les mésorégions, microrégions, municípios, distritos] (IBGE, 1980, Santa Caterina, quadro 7, p. 28).

Figure 12 - Les catégories de secteurs censitaires, Aracaju (SE), 2010

Figure 12 - Les catégories de secteurs censitaires, Aracaju (SE), 2010

28La plupart de ces types de secteurs ont par ailleurs permis d’établir une cartographie des localités (localidades) qui correspondent à une catégorisation nouvelle de nature géographique. Les localidades sont des lieux qui émergent à côté de la maille locale.

Les localités : une catégorie d’essence géographique

29Les localités (localidades) constituent un nouveau type de territoires au recensement de 2010. Elles reprennent, parmi les catégories de secteurs censitaires, celles qui correspondent à des agglomérations (cidade, vila, agglomérats urbains et ruraux…), auxquelles s’ajoutent d’autres établissements que les agents recenseurs traitent de manière spécifique (communautés indigènes, Aldeias indígenas ; projets d’appropriation de la terre, Projetos de assentamento) (IBGE, 2012) (Figure 13). L’émergence des localités s’explique par le fait que l’IBGE décide de formaliser davantage sa méthodologie. Rappelons que les mots localités et lieux ont la même origine étymologique latine : locus. La cartographie précise des localités est donc celle des lieux de regroupement de la population ou encore celle des lieux identifiés par un nom. Techniquement, les localités sont un moyen pour établir la carte des secteurs censitaires et constituent désormais la base de l’organisation des recensements. Les données censitaires sont ensuite agrégées pour informer notamment les unités de divulgation en remontant progressivement dans les niveaux de la hiérarchie (distritos, municípios..., Estados, Brasil). De manière inédite, ce n’est donc plus la maille ou encore la distinction légale urbain/rural qui fonde le découpage du territoire lors des recensements, mais le lieu. Comme l’entrée spatiale est cette fois privilégiée, les données par localidade sont publiées de manière distincte. Elles sont présentées sous format cartographique (IBGE, 2012) avec uniquement des attributs géographiques (coordonnées terrestres, altitude), toponymiques et administratifs (mailles de rattachement). En 2010, 21 886 « localités sélectionnées » par l’IBGE sont listées : elles donnent ainsi une image plus fidèle de la distribution spatiale des établissements humains du Brésil, mais encore incomplète. Les localités illustrent une nouvelle démarche de l’IBGE dans la réalisation des recensements : une démarche qui part du bas, des singularités reconnues dans la continuité de l’espace et qui sont qualifiées et quantifiées. L’espace s’illustre tel un archipel : des lieux en saillie émergent d’un espace uniforme (Figure 13).

30De la maille administrative au lieu, et du lieu à la maille censitaire, les découpages utilisés par l’IBGE démontrent, s’il le fallait, qu’il n’est pas aisé de diviser le territoire mais aussi et surtout que la distribution spatiale de la population demeure au cœur de ce processus de division du territoire. L’identification du lieu de regroupement suppose de choisir à quel moment une discontinuité dans le peuplement sera assez pertinente pour participer au réseau de lieux. Inversement, la délimitation des mailles impose de choisir au préalable des lieux qui pourront faire figure de centres, lesquels justifieront à leur tour la création de mailles.

Figure 13 - Chronologie des découpages administratifs et statistiques d’après les recensements de la population du Brésil, 1872-2010

Figure 13 - Chronologie des découpages administratifs et statistiques d’après les recensements de la population du Brésil, 1872-2010

Discussion. Les enjeux heuristiques des découpages

31Les trois temps reconnus dans l’évolution des découpages territoriaux depuis 1872 montrent différentes voies qu’a suivies l’IBGE pour décrire la distribution spatiale de la population. Cependant, si les statistiques brésiliennes permettent de discriminer avec de plus en plus de précision les données au fil des recensements, l’emploi des catégories de l’IBGE exige en préalable une analyse fine des définitions des catégories territoriales à partir des guides méthodologiques des recensements, des chiffres et d’une cartographie détaillée des territoires. Les types de secteurs proposés par l’IBGE ont permis d’améliorer la concordance entre les statistiques de population et des unités de peuplement identifiables : les localités. La précision de ces nouvelles catégories remet en cause les anciennes et nous invite à manipuler les statistiques avec précaution.

La maille ou le lissage des statistiques locales

32L’agrégation des statistiques issues des mailles ou de la catégorie urbain/rural a pour effet de noyer l’information géographique. Les tableaux des recensements présentant les données locales agrégées ne donnent pas seulement une image floue du peuplement, mais une image déformée, voire fausse.

33Cette déformation du terrain procède d’un lissage de l’information spatiale. Elle est peu significative au niveau national du fait des vastes dimensions du Brésil : à l’échelle nationale, les informations locales restent invisibles sur la carte. La Figure 14 montre en revanche l’ampleur des problèmes qui apparaissent à l’échelle micro-régionale. Deux riches régions agricoles sont comparées, l’une dans l’ouest de l’Etat de São Paulo (Presidente Prudente), l’autre en France (Reims en Champagne). Les cartes superposent les mailles aux agglomérations urbaines définies à partir de la continuité du bâti (Chatel, 2012 ; Unesp et al., 2017) qui nous fournissent un point de repère pour faciliter la comparaison. En privilégiant la même échelle, la première série de cartes met en jeu 25 unités administratives au Brésil contre environ 800 en France. La seconde série favorise le nombre d’unités administratives, mais l’échelle n’est plus comparable : la carte couvre un carré de 100 x 100 kilomètres au Brésil, mais 14 x 14 en France. Cela revient à lisser approximativement par 8 les données spatialisées, qui deviennent inutilisables à une échelle trop grande. Evidemment plusieurs facteurs expliquent ces différences entre les deux pays, notamment la situation du Brésil dans ce « Nouveau Monde » qu’est le continent américain, et ses dimensions gigantesques. Surtout, les données agrégées nous font passer à côté de la réalité du peuplement alors que le découpage fin en secteurs et localités est nécessairement plus proche de la réalité du terrain. En bref, la maille est un découpage qui tend à oblitérer les lieux et, par extension, la population. C’est un outil politique, mais en rien géographique ou social.

Figure 14 - Echelle et résolution de l’information spatialisée : comparaison entre la région de Presidente Prudente (Brésil) et de Reims (France)

Figure 14 - Echelle et résolution de l’information spatialisée : comparaison entre la région de Presidente Prudente (Brésil) et de Reims (France)

Sources : IBGE, 2010, INSEE, 2010, auteur, 2010. Cartes : Auteur : 2019.

Les catégories territoriales de l’IBGE encapsulées dans les catégories légales urbain/rural

34La distinction urbain/rural n’est pas plus précise que la maille. Au fur et à mesure de la dispersion du peuplement, elle est devenue elle-même une maille englobante et particulièrement contraignante. Surtout, elle pointe le hiatus entre statistique et territoire. Ceci entraine plusieurs conséquences sur la recherche. Tout d’abord, si la thématique de l’étalement urbain (dispersão urbana) apparaît en force dans les recherches académiques à partir des années 1990 (Castells, 1999 ; Reis Filho, 2007), cela ne signifie pas pour autant que le phénomène est nouveau à ce moment, mais seulement que les recensements précédents ne permettaient pas de le quantifier. On est ici typiquement face à un problème de « dépendance au chemin » (Pierson, 2000).

35Deuxièmement, il convient de distinguer d’une part, les découpages de l’espace (município, distrito, setor, área urbana, área rural…), et d’autre part, les découpages statistiques de la population (population, activité…), lorsqu’on croise ces deux ensembles pour informer par exemple des variables telles que la « population urbaine » et la « population rurale » (Figure 15). En effet, les catégories urbain/rural restent représentées de façon binaire dans les chiffres agrégés sur des mailles aux niveaux du pays, des unités de la fédération, des municípios, des distritos. Or, sur le terrain et sur la carte, les périmètres urbains correspondent à plusieurs lieux discontinus et le périmètre rural renferme des agglomérations (Figure 12). Ainsi, les catégories statistiques noient les lieux dans un système de classification binaire, urbain ou rural. La colonne « population urbaine » des municípios ne correspond pas à l’idée commune de « ville », mais à un total additionnant la population de différents lieux. La notion d’« urbain » agrège dans une catégorie unique, des archipels de lieux dispersés sur le territoire municipal, correspondant au périmètre légal urbain. De même, la « population rurale » renvoie à un espace troué par des morceaux de « périmètre urbain ». Cette contradiction est source de nombreux biais qui, entre autres, ont justifié la mise en place de la base de données Brasipolis (UNESP, et al.). Celle-ci tente de jeter un pont entre géographie et statistique puisqu’elle permet de réévaluer la population des agglomérations identifiées à partir de l’occupation du sol et sans se soucier de la catégorie urbaine légale. Pour se faire, le recours aux catégories spatiales plus récentes et les plus désagrégées était indispensable, tandis qu’il a été nécessaire d’examiner minutieusement les définitions, qui se révèlent dès lors extrêmement complexes.

Figure 15 - Ordonner la population, découper l’espace. Les catégories territoriales de l’IBGE

Figure 15 - Ordonner la population, découper l’espace. Les catégories territoriales de l’IBGE

La complexification des catégories territoriales de l’IBGE : la confrontation entre géographie, statistique et politique

  • 5 L’IBGE précise que la définition ne prévoit pas une taille minimum basée sur le nombre d’habitants (...)

36Chaque secteur censitaire doit répondre à un seuil minimum d’habitations et de population. Pour définir les catégories de secteurs, outre le critère démographique et d’occupation du sol, s’ajoutent l’ancien critère légal délimitant les périmètres urbains et ruraux, ainsi que d’autres critères géographiques, sociaux ou culturels. Par exemple, l’agglomérat rural de type extension urbaine témoigne d’un paradoxe né de la combinaison de critères dissonants. Ce type d’agglomérat doit être situé dans le périmètre légal rural mais il désigne une agglomération faite de bâtiments pérennes, contenant un minimum de 50 domiciles et une population supérieure à 250 habitants5 tandis que la distance entre les bâtiments ne dépasse pas 50 mètres. Ce type d’agglomérat doit en outre se situer en discontinuité par rapport au périmètre urbain légal mais à moins d’un kilomètre de la partie du périmètre abritant une cidade ou une vila ou encore d’un autre agglomérat rural de type extension urbaine (IBGE et al., 2013). En bref, c’est une unité de peuplement qui prend part à l’étalement urbain.

37Pour comprendre cette définition, et toutes les autres catégories de secteurs et de localités, il faut prendre en compte deux approches : l’une statistique, l’autre politique. Comme ces deux niveaux ne s’emboîtent pas parfaitement dans l’espace, la démultiplication des catégories est devenue inévitable. Dès la fin des années 1930 et sûrement bien avant, la désignation d’un chef-lieu administratif par le pouvoir, cidade ou vila, devait répondre à un seuil de population groupée. A cette condition, il pouvait prétendre à devenir le centre d’un nouveau distrito ou d’un nouveau município par démembrement de celui dans lequel il était situé. Le décret-loi n°311 du 2 mars 1938 cité dans le recensement de 1940 (IBGE, 1940) indique que la vila doit regrouper au moins 30 habitations et la cidade 200, ce qui correspond en gros respectivement à 150/200 et 1000 habitants. Avec l’avènement de la démocratie et la décentralisation, la population d’un établissement humain peut demander elle-même son émancipation : un référendum est organisé et y participent les habitants de l’ensemble du município. Suivant ce processus trois références sont sous-jacentes :

  • la rationalité statistique, avec la condition de seuil minimum de population,

  • la notion de lieu correspondant à un groupement d’habitations et un toponyme,

  • l’idée de communauté, avec la volonté du groupe d’être reconnu politiquement.

38Cependant, la loi ne s’est pas préoccupée si l’origine du lieu est un groupement spontané de population (bottom up), ou si au contraire il a été aménagé volontairement par le pouvoir central, l’unité fédérale ou le município … (top down). La nécessité statistique oblige l’IBGE à réaliser cette différenciation. Par exemple, parmi les agglomérats ruraux, le núcleo est un établissement dédié à une seule exploitation (agricole, industrielle…) ; il se situe dans un territoire appartenant à un seul propriétaire qui a conduit la genèse du village. Au contraire, le povoado est un village qui concentre un certain nombre d’équipements, tandis que les habitations appartiennent à différents propriétaires. La boîte de Pandore est dès lors ouverte et aboutit à une complexification toujours plus grande des catégories territoriales de l’IBGE issues du maillage censitaire et correspondant à des unités de peuplement. Ce mouvement de complexification des catégories territoriales est universel et corrélatif de la complexification des phénomènes géographiques observée dans le monde, ici le peuplement. Or, à force de vouloir adapter l’outil à l’objet, le risque est de perdre à la fois l’efficacité de l’outil et la compréhension de l’objet.

Conclusion

39L’histoire des catégories spatiales dessinées au travers des publications de l’IBGE au Brésil montre le passage d’une définition des territoires par l’Etat et la loi, dans un système administratif centralisé où prévaut un maillage exhaustif défini « par le haut », à de nouvelles catégories que l’IBGE insère parmi les anciennes. Dans un système politique plus décentralisé depuis le retour de la démocratie, l’IBGE, pour des raisons pratiques dans l’organisation des recensements, privilégie une logique locale, de type bottom-up, à partir de laquelle un découpage non-exhaustif fondé sur l’identification des établissements humains constitue le fondement de l’appréhension de l’organisation du territoire. Ce tour d’horizon des découpages politiques et censitaires pose ainsi à la fois la question du rapport de l’IBGE à l’Etat, et de la relation de l’Etat à la géographie et à la statistique.

Catégories de l’Etat et de l’IBGE : statistique versus géographie

40Le cas du Brésil est à la fois unique et exemplaire. D’un côté, l’évolution des catégories territoriales qui ordonnent les données de population est originale : la division entre population urbaine et rurale basée sur la délimitation légale d’un périmètre urbain a signé une transition décisive dans l’appréhension du peuplement en 1940. Le maillage rationnel communément établi par les Etats modernes depuis l’Europe, n’a que peu de pertinence s’il est réemployé par l’institut statistique pour compter et localiser la population dans un pays vaste au peuplement lâche comme le Brésil. Cependant, le développement par l’IBGE, à partir du recensement de 1980, de catégories territoriales identifiant des types d’agglomérations où se groupent les habitants, démontre la nécessité de fonder le travail de collecte des informations à partir de la densité du peuplement. D’un autre côté, le cas du Brésil révèle l’enjeu premier de tout découpage : entre maille et lieu, que choisir ? Dans tous les cas, l’un ne va pas sans l’autre, même si l’un, la maille, prend encore aujourd’hui le pas sur l’autre, du moins du point de vue des publications des instituts statistiques. Ainsi, au Brésil, le choix depuis 1980 a été de glisser les catégories territoriales nouvelles dans le cadre contraignant du maillage préexistant, notamment la division légale urbain/rural. Pourtant, ces catégories nouvelles des secteurs ont appuyé l’identification des localités qui fondent finalement le maillage censitaire de l’IBGE en 2010. Cette évolution de l’IBGE montre combien l’institut assume son rôle et se démarque de l’administration : il est le premier producteur de statistiques du Brésil. L’arsenal d’un institut statistique national est irremplaçable.

41Pour le chercheur, le recensement est une source primordiale mais qui est de plus en plus mise à mal par les Etats du fait de son coût. Il en va ainsi dans de nombreux pays, et il en sera ainsi probablement au Brésil pour le recensement de 2020. Il faut donc utiliser ces données publiques pour les préserver. Sauf que l’usage des statistiques au Brésil a des limites. Malgré les efforts de diffusion de l’IBGE, la maille municipale reste la catégorie d’agrégation la plus commode et la plus utilisée par les chercheurs et les acteurs. Les secteurs censitaires restent peu employés car ils nécessitent une certaine expertise technique et une connaissance approfondie de catégories complexes.

Maille versus lieu : privilégier le territoire ou la population

42Au Brésil, les deux approches top-down et bottom-up sont aux antipodes : les maillages politiques agrègent et lissent le peuplement, tandis que les localités et les catégories de secteurs sont presque trop précises et complexes pour qu’on les emploie dans une autre perspective que locale. Du point de vue scientifique, la contradiction entre maille et lieu pose la question : jusqu’où adapter l’outil à l’objet ? jusqu’à quel degré de précision descendre pour ne pas perdre les avantages de la généralisation, ni tomber dans le casuel ? Dans une perspective censitaire et statistique, le découpage est un outil pour compter, distribuer, classer, sous des modalités toujours critiquables. Suivant la découpe des catégories, que celles-ci soient spatiales ou non, les statistiques montrent ou au contraire escamotent. Les enjeux sont éminemment politiques.

43Dans une perspective politique, le découpage est un outil bien connu de contrôle du territoire et de la population. L’évolution de cet outil au Brésil a montré que maille et lieu sont à la fois opposés et inséparables. La maille a d’abord servi à exploiter le territoire et à y affecter une fonction, un statut légal… Le lieu encadre la population ou alors, un pouvoir essaime et s’appuie sur la population pour occuper l’espace, avancer ses pions. La maille rationalise le territoire et semble oblitérer le lieu, la communauté, le groupe. En réalité, une maille s’appuie sur un lieu, un lieu est centre d’une maille.

44Le balancement entre les catégories utilisées au cours des recensements depuis un siècle et demi, témoigne de différentes stratégies d’organisation de l’espace politique au Brésil. Le lieu est la catégorie par excellence des pays vastes et des phases de conquête. Il s’agit d’installer des points d’appui, de répartir des groupes de population. Cette phase de conquête n’a idéalement pas de fin : même si l’empire ne s’étend plus, il reste à conquérir l’intérieur du territoire. Au contraire, avec l’unification du pays à la fin du 19e siècle, le pouvoir a défini un corset. La maille manifeste l’appropriation complète et sans exception de ce territoire, sur le modèle du maillage rationnel de l’Etat moderne français. La conquête intérieure se poursuit : le maillage se subdivise à mesure que de nouveaux centres reconnus chefs-lieux administratifs voient le jour.

45Ce système est encore aujourd’hui en pleine évolution, hésitant entre maille et lieu, alors que du fait de ces héritages, il peine à se détacher du syllogisme : « un lieu est un siège de pouvoir », « un siège de pouvoir est urbain » donc « un lieu est urbain ». De fait, la catégorie légale urbain/rural des années 1930 asservit les catégories de lieux et empêche d’observer nettement le peuplement. A la fin du 20e siècle, si le découpage de l’espace politique, compris comme territoire politico-administratif, ne s’élargit plus à l’échelle locale au Brésil, il reste à découper les espaces fonctionnels en une infinité de catégories et de zonages : sociologiques, économiques, métropolitains, agricoles... C’est dans ce contexte qu’apparaissent les catégories de secteurs puis les localités. Si celles-ci émergent dans un contexte de finitude de l’espace à contrôler, elles montrent qu’au contraire l’espace à penser et à classer est infini.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

BARON, M., CUNNINGHAM-SABOT, E., GRASLAND C., RIVIERE, D., VAN HAMME, G., 2010, Villes et régions européennes en décroissance : maintenir la cohésion territoriale, Paris, Hermès-Sciences.

BECKER, B.K., 1988, “A geografia e o resgate da geopolítica”, Revista brasileira de geografia, numero especial, ano 50, t.2, pp. 99-126. [En ligne], https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/periodicos/115/rbg_1988_v50_n2_especial.pdf

BERMAN, H.J., 2002, Droit et révolution, Aix-en-Provence, Librairie de l’Université d’Aix-en-Provence, 684 p.

BETIOLI CONTEL, F., 2014, « As divisões regionais do IBGE no século XX (1942, 1970 e 1990) », Terra Brasilis (Nova Série), 3 | 2014. [En ligne], http://journals.openedition.org/terrabrasilis/990 - Date de consultation : 30 octobre 2019.

CASTELLS, M., 1999, A sociedade em rede, São Paulo, Paz e Terra.

CHATEL, C., 2012, Dynamiques de peuplement et transformations institutionnelles. Une mesure de l’urbanisation en Europe de 1800 à 2010, Université Paris VII, Thèse de doctorat.. [En ligne], http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00765004 - Date de consultation : 03/11/2019.

CHATEL, C., SPOSITO M.E.B., 2019, “Um caleidoscópio de categorias territoriais nas estatísticas geográficas brasileiras”, Revista brasileira de Geografia, vol. 64, n. 1, 2019, pp. 5-36. [En ligne], https://doi.org/10.21579/issn.2526-0375_2019_n1_5-36 - Date de consultation :03/11/2019.

DE BIAGGI, E.M., 2000, La cartographie et les représentations du territoire au Brésil, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris 3, Thèse de doctorat.

DESROSIERES, A., THEVENOT, L., 2002, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte.

DESROSIERES, A., 2010, La politique des grands nombres : histoire de la raison statistique, Paris, La découverte, Coll. La Découverte-poche, n° 99, 456 p.

EGLER, C.A.G., CARVALHO BESSA, V., FREITAS GONÇALVES, A., 2013, “Pensar o Território e a Região: por uma agenda de desenvolvimento regional”, Revista Mercator, 12(28), pp. 7–17. [En ligne], https://doi.org/10.4215/RM2013.1228.0001 - Date de consultation : 01/11/2019.

FOUCAULT, M., 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 360 p.

FREITAS, R., 2009, "Regiões Metropolitanas: uma abordagem conceitual", Humanae, v.1, n.3, p. 44-53. [En ligne], http://humanae.esuda.com.br/index.php/humanae/article/download/54/29 . Date de consultation :30/10/2019.

GEIGER, P.P., 1967, “Esbôço preliminar da divisão do Brasil nas chamadas regiões homogêneas”, Revista brasileira de Geografia, v. 29, n°2, pp. 59-64. [En ligne], https://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=7115, Date de consultation : 01/11/2019.

JULIEN, P., 2000, « Mesurer un univers urbain en expansion », Economie et Statistique, n°336, pp. 3-33.

LE BRAS, H., 2000, Naissance de la mortalité : l’origine politique de la statistique et de la démographie, Paris, Gallimard, Seuil, Coll. Hautes études. 371 p.

LEPETIT, B., SINARELLIS, M., 1995, « 8. Population » in Bonin S., Langlois C., Atlas de la Révolution française, Paris, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, Coll. Librairie du bicentenaire de la Révolution française, 93 p.

LOBATO CORRÊA, R., 1989, “A organização regional do espaço brasileiro”, Geosul, n°8, ano IV, pp. 7-16. [En ligne], https://periodicos.ufsc.br/index.php/geosul/article/view/12712 - Date de consultation : 03/11/2019.

REIS FILHO, N.G., 2007, Dispersão urbana: diálogo sobre pesquisas Brasil – Europa, São Paulo, LAP - Laboratório de Estudos sobre Urbanização, Arquitetura e Preservação da FAU/USP.

PIERSON, P., 2000, "Increasing Returns, Path Dependence, and the Study of Politics" American Political Science Review, 94(2), pp. 251-267.

RAFFESTIN, C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC, 246 p.

THÉRY, H., 2001, « La formation du maillage politique et administratif brésilien », in PREVOT Schapira M.-F., Rivière D’Arc H., Les territoires de l'Etat-nation en Amérique Latine, colloque tenu les 26 et 27 mai 1998, en hommage à Claude Bataillon à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine, IHEAL, Paris.

SUBRA, P., 2016, Géopolitique locale. Territoires, acteurs, conflits, Paris, Armand Colin, 336 p.

THÉRY, H., 2014, Le Brésil, pays émergé, Paris, A. Colin, 297 p.

THÉRY, H., APARECIDA DE MELLO, N., 2004, Atlas du Brésil, Montpellier, Paris, CNRS-GDR Libergéo.

TOPALOV, C., 1994, Naissance du chômeur 1880-1910, Paris, A. Michel, 626 p.

TOPALOV, C., 2002, Les divisions de la ville, Paris, Éd. UNESCO, Éd. de la Maison des sciences de l'homme, Coll. Les mots de la ville 2, 469 p.

Publications officielles, sites internet d’instituts statistiques, sources et données

BRASIL, 1891, Constituição da República dos Estados Unidos do Brasil, Presidência da República Casa Civil Subchefia para Assuntos Jurídicos.

[En ligne] http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/Constituicao91.htm, Date de consultation:11/07/2019.

BRASIL, 1988, Constituição da República Federativa do Brasil de 1988, Presidência da República Casa Civil. [En ligne], https://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm - Date de consultation : 11/07/2019

DIRECTORIA GERAL DE ESTATÍSTICA DO IMPÉRIO, 1874, Recenseamento do Brazil em 1872, Rio de Janeiro, Typ. G. Leuzinger, 12 v. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=225477 - Date de consultation :03/11/2019.

DIRECTORIA GERAL DE ESTATÍSTICA, 1926, Recenseamento do Brazil : realizado em 1 de setembro de 1920 : população, Rio de Janeiro, Typ. da Estatística, v.4 pt.1, 883 p. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=26461 - Date de consultation :03/11/2019.

FAPESP (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo), Auteur., SPOSITO M.E.B., 2014-2017, Brasipolis : Cidades, aglomerações urbanas e população (processo 14/07800-5), https://bv.fapesp.br/pt/bolsas/153317/brasipolis-cidades-aglomeracoes-urbanas-e-populacao/, Date de consultation: 03/11/2019.

IBGE, 1940, Recenseamento geral do Brasil 1940: censo demográfico : censos econômicos, Rio de Janeiro, IBGE. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=765 - Date de consultation :03/11/2019.

IBGE, 1980, Sinopse preliminar do censo demográfico : 1980, Rio de Janeiro, IBGE. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=7310 - Date de consultation :03/11/2019.

IBGE, 1990, Divisão do Brasil em mesorregiões e microrregiões geográficas, Rio de Janeiro, IBGE. [En ligne], https://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/livros/liv2269_1.pdf - Date de consultation: 01/11/2019.

IBGE, 2012, Cadastro de localidades selecionadas, Rio de Janeiro, IBGE. [En ligne], ftp://geoftp.ibge.gov.br/organizacao_do_territorio/estrutura_territorial/localidades/cadastro_localidades_selecionadas.pdf - Date de consultation : 03/11/2019.

IBGE, Conselho Nacional de Geografia, Conselho Nacional de Estatística, 1957-1964, Enciclopédia dos municípios brasileiros, Rio de Janeiro, IBGE, 36 vol. [En ligne], https://cidades.ibge.gov.br/, Date de consultation : 06/04/2019.

IBGE, 2010, Evolução da divisão territorial do Brasil, 1872-2010. Evolução da população, segundo os municípios - 1872/2010, Rio de Janeiro, IBGE, 103 p.

IBGE, 2017, Divisão regional do Brasil em regiões geográficas imediatas e regiões geográficas intermediárias : 2017, Rio de Janeiro, IBGE, 80 p. [En ligne], https://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=2100600 - Date de consultation : 03/11/2019

IBGE, Ministério do Planejamento, Orçamento e Gestão, 2013, Metodologia do Censo 2010, Série Relatórios Metodológicos volume 41, Rio de Janeiro, IBGE, 713 p. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=281634, Date de consultation : 03/11/2019

ONS (Office for National Statistic), « UK geographies », [En ligne] https://www.ons.gov.uk/methodology/geography/ukgeographies - Date de consultation: : 10/04/2019.

REGIC, 2008, Regiões de influência das cidades : 2007, Rio de Janeiro, IBGE, 201 p. [En ligne], https://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=240677 - Date de consultation : 3/11/2019.

UNESP (Universidade Estadual Paulista "Júlio de Mesquita” Filho), FAPESP (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo), Auteur, SPOSITO M.EB., 2017, Brasipolis, [En ligne], https://www.fct.unesp.br/#!/brasipolis. Date de consultation: 11/04/2019.

XI RECENSEAMENTO GERAL DO BRASIL, 2000, Manual de delimitação dos setores de 2000, Rio de Janeiro, IBGE, 46 p. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/instrumentos_de_coleta/doc0210.pdf

XII RECENSEAMENTO GERAL DO BRASIL, 2013, Metodologia do Censo 2010, Série Relatórios Metodológicos volume 41, Rio de Janeiro: IBGE, 713 p. [En ligne], http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=281634

Haut de page

Notes

1 Le mot « paroisse » se traduit en portugais par « paróquia ». Néanmoins, nous conservons ci l’orthographie obsolète du mot « parochia » pour être fidèle à la source, les recensements de 1872 et 1890.

2 Suivant les recensements, le périmètre urbain est désigné en portugais par perimetro urbano ou quadro urbano. De même, dans le tableau du recensement de 1940, le quadro urbano se distingue du suburbano, les périmètres urbain et suburbain désignent les périmètres des cidades et des vilas.

3 “O Recenseamento Geral 1960, sétima operação censitária realizada no País, seguiu, também, as diretrizes básicas estabelecidas por aqueles organismos internacionais, então incorporadas no Programa Mínimo do Censo das Américas [...]. Os trabalhos de campo tiveram como base geográfica os mapas municipais especialmente elaborados para fins censitários, anteriormente ampliados, revistos e enriquecidos, com a colaboração dos agentes municipais de estatística. Para efeito de coleta, os municípios foram divididos em setores censitários, de tamanho variável com o número de unidades a serem recenseadas, formados por área territorial contínua situada num só quadro urbano, suburbano ou rural do mesmo distrito administrativo”.

[Traduction : le recensement général 1960, septième opération censitaire réalisée dans le pays, a suivi, aussi, les directives de base établies par ces organisations internationales, puis incorporées dans le Programme minimum du recensement des Amériques [...]. Le travail de terrain était basé sur les cartes municipales spécialement conçues à des fins de recensement, préalablement étendues, révisées et enrichies avec la collaboration des agents municipaux de la statistique. Pour les objectifs de la collecte, les municipalités ont été divisées en secteurs de recensement, de taille variable avec le nombre d'unités à recenser, constitués d'une aire continue située exclusivement dans le cadre urbain, suburbain ou bien rural du même district administratif "] (IBGE et al., 2013, p.28).

4 Le mot en portugais « aglomerado » est ici traduit littéralement en français par « agglomérat » afin d’être tout à fait fidèle au mot choisi par l’IBGE. En effet, le mot « agglomération » existe aussi en portugais (« aglomeração ») et il désigne en portugais comme en français à la fois un objet et un processus. Ainsi, nous parlerons d’« agglomérat » pour faire référence aux catégories d’aglomerados instituées par l’IBGE, et d’« agglomération » lorsque nous parlerons, de manière plus générale, d’un groupement de bâtiments et d’habitants.

5 L’IBGE précise que la définition ne prévoit pas une taille minimum basée sur le nombre d’habitants car le critère est plus variable et a moins de correspondance avec le critère employé du nombre de domiciles qui rend davantage compte d’une approche par l’occupation du sol qui est valorisée ici (IBGE et al., 2013).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Maille et lieu : deux logiques de découpage de l’espace
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-1.png
Fichier image/png, 73k
Titre Figure 2 - La population ordonnée par des critères sociaux, culturels et physiques au recensement de 1872
Crédits Source: “Provincia das Alagoas. Quadro geral da população da parochia de N.S. dos Prazeres de Maceio” [traduction : “Proince des Alagoas. Tableau general de la population de la paroisse de N.S. dos Prazeres de Maceio” (Directoria Geral de Estatística do Império, 1874, Alagôas, p. 1).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-2.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 3 - Evolution du nombre de municípios, distritos, parochias, Brésil, 1872-2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-3.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 4 - Evolution du découpage des municípios, Brésil, 1872, 1940, 1980, 2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-4.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure 5 - Les statistiques de population par município et distrito au recensement du Brésil de 1920
Crédits Source : “População dos municípios de cada um dos Estados do Brazil, segundo o sexo e o estado civil. Estado de Minas Geraes” [traduction : “population des municípios de chacun des Etats du Brésil, selon le sexe et l’Etat civil. Etat du Minas Gerais] (Directoria Geral de Estatística, 1926, v.4 pt.1, p. 152).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-5.png
Fichier image/png, 167k
Titre Figure 6 - Le maillage des municípios et distritos, Brésil, 2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-6.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 7 - La distinction urbain/rural dans le recensement du Brésil de 1940
Crédits Source : "População de fato, por sexo e situação do domicilio, segundo os municípios e os distritos" [traduction : “population de fait, par sexe et situation du domicile, selon les municípios et les distritos “], IBGE, 1940, parte VIII Paraíba, quadro 63, p. 154.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-7.png
Fichier image/png, 164k
Titre Figure 8 - Signalisation des limites du périmètre urbain dans le territoire municipal
Crédits Source : Auteur. 22/11/2014, Município d’Álvares Machado (SP).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-8.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Figure 9 - Municípios, distritos, périmètre urbain, Ribeirão Preto (SP), 2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-9.png
Fichier image/png, 236k
Titre Figure 10 - Municípios, distritos, setores, Ribeirão Preto (SP), 2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-10.png
Fichier image/png, 346k
Titre Figure 11 - La population par município et distrito selon les catégories territoriales du recensement de 1980
Crédits Source : "População residente, por situação do domicilio, com discriminação da localização, segundo as mesorregioes, as microrregioes, os municípios e os distritos" [traduction : population residente, par situation du domicilie, discriminée par la localisation, pour les mésorégions, microrégions, municípios, distritos] (IBGE, 1980, Santa Caterina, quadro 7, p. 28).
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-11.png
Fichier image/png, 86k
Titre Figure 12 - Les catégories de secteurs censitaires, Aracaju (SE), 2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-12.png
Fichier image/png, 658k
Titre Figure 13 - Chronologie des découpages administratifs et statistiques d’après les recensements de la population du Brésil, 1872-2010
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-13.png
Fichier image/png, 95k
Titre Figure 14 - Echelle et résolution de l’information spatialisée : comparaison entre la région de Presidente Prudente (Brésil) et de Reims (France)
Crédits Sources : IBGE, 2010, INSEE, 2010, auteur, 2010. Cartes : Auteur : 2019.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-14.png
Fichier image/png, 401k
Titre Figure 15 - Ordonner la population, découper l’espace. Les catégories territoriales de l’IBGE
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7426/img-15.png
Fichier image/png, 93k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cathy Chatel, « De la maille au lieu, les catégories territoriales des recensements brésiliens de 1872 à 2010 à l’aune de la géographie de la population », L’Espace Politique [En ligne], 39 | 2019-3, mis en ligne le 17 juillet 2020, consulté le 10 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7426 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7426

Haut de page

Auteur

Cathy Chatel

Ingénieure de recherches
Université de Paris, UMR 245 CESSMA – Geoteca
chatelcathycat@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals