Navigation – Plan du site

AccueilNuméros40Pensées émergentes en géographie ...Mobilisations politiquesUne action politique pour des enj...

Pensées émergentes en géographie politique et géopolitique
Mobilisations politiques

Une action politique pour des enjeux distants : spatialités des mobilisations ukrainiennes en France depuis le Maïdan

How does long-distance political action work? Spatiality of homeland-oriented mobilization among Ukrainians in France
Hervé Amiot

Résumés

Cet article interroge les mécanismes par lesquels des individus ou des groupes deviennent acteurs de conflits dont l’enjeu n’est pas l’espace dans lequel ils vivent, mais un espace distant. Cette configuration, peu interrogée en géopolitique du fait de l’identification entre espaces pratiqués, espaces enjeux et espaces théâtres des rapports de pouvoir, se rencontre pourtant dans certains cas : des mobilisations diasporiques à celles autour de grands enjeux environnementaux. Prenant pour cas d’étude l’engagement des Ukrainiens de France dans les événements politiques de leur pays d’origine depuis 2014 – Révolution de Maïdan, annexion de la Crimée, conflit du Donbass – l’article interroge les conditions de possibilité d’une action politique pour des enjeux distants. Une méthodologie alliant observations participantes, entretiens biographiques, étude de rapports associatifs et observations non participantes des réseaux sociaux permet de descendre au plus près des individus pour étudier les spatialités de leurs pratiques. Je montre d’abord que l’action politique à distance passe par une nécessaire politisation, qui a lieu au cours de pratiques à la fois territoriales (fréquentation de lieux concrets) et réticulaires (communications à distance). Une deuxième partie montre qu’une fois les groupes constitués, l’action politique à distance est permise par l’investissement de lieux stratégiques dans le pays d’origine et le pays d’accueil. Cet investissement dépend du capital social et des positions socio-économiques qu’occupent les acteurs dans les différents espaces nationaux. L’article conclut sur l’intérêt que peut avoir la géopolitique à s’inspirer des méthodes et des approches de la géographie sociale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Mouvement protestataire qui s’est déroulé à Kiev du 21 novembre 2013 au 22 février 2014. Déclenché (...)
  • 2 L’arrivée au pouvoir de l’opposition pro-européenne provoque des réactions de rejet dans l’Est de l (...)
  • 3 En avril 2014, dans certaines villes du Donbass, des groupes séparatistes prennent le contrôle de b (...)
  • 4 Tatiana Zhurzhenko explique que le Maïdan, l’annexion de la Crimée et le conflit du Donbass ont eu (...)
  • 5 Pour plus de détail sur ces pratiques, je renvoie à ma thèse de doctorat en géographie, en cours de (...)

1Les événements de l’année 2014 en Ukraine – Révolution de Maïdan1, annexion de la Crimée2 et guerre du Donbass3 – ont entraîné la reconfiguration de clivages politiques anciens (Zhurzhenko, 2014)4, ainsi qu’un important phénomène d’engagement bénévole (Burlyuk, Shapovalova, dir., 2018 ; Mikheieva, 2018 ; Shukan, 2018) au sein de la société ukrainienne. La façon dont ces événements politiques ont mobilisé les migrants et descendants de migrants ukrainiens à travers le monde est en revanche moins connue. En France, par exemple, une partie d’entre eux s’est rassemblée autour du soutien au Maïdan, puis de la défense de l’intégrité territoriale de l’Ukraine face à l’« impérialisme russe ». Ce positionnement pro-ukrainien s’est traduit par des envois d’aide militaire à l’armée ukrainienne, l’approvisionnement des hôpitaux sur la ligne de front, ou encore l’organisation de manifestations et un travail d’information dans différentes villes françaises5.

  • 6 Par exemple, les travaux récents sur l’engagement des migrants originaires des pays du Maghreb et d (...)
  • 7 En plus des travaux généraux (Shain, 2002 ; Lyons, Mandaville, dir., 2012 ; Checkel, dir., 2013), c (...)

2Cet engagement des Ukrainiens de l’étranger renvoie au thème de la « homeland politics » – l’engagement politique des migrants et descendants de migrants en lien avec leur pays d’origine –, largement étudié en science politique depuis les années 1990, dans le sillage des littératures sur la politique en diaspora (Shain, 1994 ; Smith, 2000 ; Sheffer, 2003) ou le transnationalisme politique (Basch et al. 1994 ; Portes et al., 1999 ; Itzigsohn et al., 1999 ; Ostergaard-Nielsen, 2003). Le cas de l’engagement post-Maïdan des Ukrainiens de France renvoie plus particulièrement aux travaux portant sur l’implication des migrants et descendants de migrants dans les révolutions6 et les conflits7 du pays d’origine.

  • 8 Si l’introduction évoque le « rôle géopolitique » de cinq diasporas (Lacoste, 1989, p. 8), celui-ci (...)

3À de rares exceptions (Goreau-Ponceaud, 2009), les géographes se sont peu emparés de la question de l’engagement transnational des migrants, si ce n’est dans le cadre d’une géopolitique des diasporas présentant deux caractéristiques. D’abord, une approche souvent « essentialiste » (Adamson, 2012) de la diaspora, prenant celle-ci pour donnée – approche illustrée par le numéro de la revue Hérodote consacré à la « géopolitique des diasporas » (Lacoste, dir., 1989)8. Ensuite, une étude des espaces produits par les diasporas – réseaux (Prévélakis, dir. 1996), territoires identitaires (Bruneau, 2006) – plutôt que de la spatialité des acteurs. Or, passer d’une « géographie de l’espace » à une « géographie des spatialités » (Lussault, 2010), permet de montrer ce qui, dans les pratiques et les représentations des individus, explique la construction du lien au pays d’origine, l’émergence de groupes, la formulation d’enjeux politiques et la mobilisation. Est-ce, par exemple, la fréquentation de mêmes lieux de sociabilité dans le pays d’accueil qui a été une base pour l’engagement et la constitution d’un groupe mobilisé ? Est-ce plutôt le maintien de contacts à distance avec le pays d’origine, par des retours fréquents et des télécommunications ?

4Au-delà de cette approche par l’espace (plutôt que par les spatialités), un autre facteur explique le manque d’intérêt des géographes pour ces questions de politique à distance, et ce, malgré la diversification des thèmes d’études en géographie politique depuis cinquante ans (Sanguin, 2013) : l’identification qu’opèrent les principales approches entre l’espace où se situent les acteurs, l’espace sur lequel ils luttent et l’espace pour lequel ils luttent. Ainsi, l’acteur géopolitique est défini par Stéphane Rosière comme « toute entité qui élabore des représentations territoriales, qui exprime ces représentations (le cas échéant, des revendications), agit sur un territoire et entre en compétition avec d’autres acteurs pour la domination ou le contrôle de celui-ci » (Rosière, 2003, p. 216). Le territoire sur lequel l’acteur « agit » et le territoire pour le contrôle duquel l’acteur « entre en compétition » sont une même entité. Cette tendance est également une caractéristique des travaux étudiant les conflits locaux, qu’ils relèvent de la géopolitique locale (Subra, 2016), des conflits urbains (Cox, 1973) ou des conflits de proximité portant sur des aménagements ou des usages de l’espace (Melé, 2016). Dans ces travaux, la mobilisation est expliquée par la volonté de s’approprier un espace et d’en défendre un certain usage. Cet espace qui fait l’objet de la lutte, appelé « espace de dépendance » par Kevin Cox, est l’espace où les acteurs satisfont leurs conditions matérielles d’existence. Si les acteurs investissent d’autres lieux, situés hors de leur espace de dépendance et à d’autres échelles, c’est pour défendre et préserver le premier (Cox, 1998).

  • 9 Il ne s’agit pas d’une mobilisation translocale, où les acteurs s’engagent pour leur localité d’ori (...)

5Dans le cas des migrants et descendants de migrants ukrainiens en France, il y a bien une mobilisation pour une cause, mais cette cause n’est pas la défense de l’espace de dépendance et des conditions matérielles d’existence des acteurs. Les groupes et individus enquêtés se mobilisent pour des enjeux qui dépassent leur cadre de vie immédiat : la désoccupation de la Crimée, la libération des prisonniers politiques par la Russie, la réintégration des territoires occupés du Donbass, la démocratisation du pays. Certains de ces enjeux, mais pas tous, sont spatiaux – la défense de l’intégrité territoriale de l’Ukraine – ou révèlent des visions de la place de l’Ukraine dans le monde – inclusion dans l’Union Européenne et l’OTAN. Cependant, ce sont des enjeux qui sont, d’une part à distance des espaces de vie immédiats des enquêtés, et d’autre part, d’échelle totalement différente9. Comment des individus sont-ils alors amenés à devenir acteurs d’enjeux politiques distants, qui ne se déroulent pas dans l’espace de leurs pratiques ordinaires ?

6L’article se fonde sur une approche des spatialités individuelles et répond à cette interrogation en un double mouvement. Dans un premier temps, il montre comment un enjeu géopolitique est construit à distance, par des individus qui ne se situent pas sur le territoire du conflit. Les pratiques et représentations socio-spatiales des individus constituent des filtres par lesquels sont interprétés les événements politiques du pays d’origine. Une seconde partie explique comment, en retour, les acteurs ainsi constitués tentent d’agir sur l’espace du conflit par la construction d’un espace d’engagement. Construire cet espace suppose de mobiliser les ressources que confère la double position dans l’espace d’accueil (la France) et l’espace d’origine (l’Ukraine). Si l’article décompose ces deux mouvements, il faut garder à l’esprit qu’ils ne sont pas séquentiels : les enjeux géopolitiques sont sans cesse redéfinis au cours de l’action.

  • 10 Cette méthode a permis de consulter des photographies et vidéos des manifestations, de retrouver de (...)

7Le propos repose sur un travail de terrain mené auprès de migrants et descendants de migrants ukrainiens à Paris, Lyon, Lille et Strasbourg. Les observations participantes réalisées lors d’événements politiques (manifestations, conférences, projections de film) ou d’autres événements (commémorations, événements culturels, kermesses) permettent d’étudier les mécanismes de présentation de la cause et la socialisation politique diffuse. Une série d’entretiens semi-directifs réalisés avec des migrants et descendants de migrants ukrainiens en France (n=70) replace les trajectoires d’engagement et de désengagement sur le temps long, en lien avec les origines familiales, les trajectoires migratoires, les positions sociales en Ukraine et en France, la fréquence et l’intensité des liens interpersonnels en Ukraine. Des entretiens menés dans trois villes d’Ukraine (n=25) permettent cerner, d’une part, les possibles phénomènes de socialisation à distance par les pairs en Ukraine, et d’autre part la façon dont les réseaux d’aide militaire et humanitaire transnationaux se constituent. Enfin, l’étude qualitative des archives de trois groupes Facebook ukrainiens en France a été menée pour reconstituer de manière fine la genèse et le déroulement de la mobilisation de novembre 2013 à octobre 2017, date du début de la recherche10.

  • 11 J’ai été par exemple opposé, dans un article rédigé par une enquêtée journaliste, à des chercheurs (...)
  • 12 Certains groupes et associations au positionnement pro-russe et pro-autonomie du Donbass ont été in (...)

8La recherche a été conduite aux côtés de groupes et d’individus ukrainiens ayant un positionnement pro-ukrainien, c’est-à-dire défendant l’intégrité territoriale de l’Ukraine dans ses frontières de 1991, face à l’annexion de la Crimée et au séparatisme du Donbass (derrière lequel ils voient l’action directe de la Russie). Mon choix de l’immersion aux côtés de ces groupes, qui s’est traduit par la participation active aux manifestations ou encore la multiplication des relations d’amitié sur les réseaux sociaux, m’a rapidement catégorisé comme « ami de l’Ukraine », voire comme chercheur pro-ukrainien11 allant présenter la vérité de l’agression russe en Ukraine. Face au fort clivage des positions pro-ukrainiennes et pro-russes, où toute action vers le camp opposé risque d’être considérée comme une trahison, je n’ai pas souhaité compromettre ma place sur le terrain en enquêtant auprès d’acteurs en faveur de l’autonomie du Donbass et du rattachement de la Crimée, bien qu’il y ait aussi des Ukrainiens parmi eux12. Si j’en présente quelques profils, ils servent seulement à faire contrepoint aux parcours des Ukrainiens pro-ukrainiens, cœur de cet article.

La construction d’enjeux politiques distants, fruit de spatialités réticulaires et territoriales

  • 13 Comme le dit F. Shelley, dans son commentaire de l’ouvrage de John Agnew : « Une “salle de tchat” s (...)

9Les injustices ressenties dans la pratique quotidienne des espaces urbains (Miller, Nicholls, 2013) ou l’attachement aux lieux « familiers », fréquentés de façon plus ou moins régulière (Sébastien, 2016 ; Dechézelles, Olive, 2016) peuvent être le support d’une mobilisation pour la défense de ces derniers. Mais comment se construit un attachement à des espaces distants qui ne sont pas régulièrement, voire jamais, pratiqués ? Comment un événement distant en vient-il à être considéré comme un enjeu politique ? La sociologie et la science politique ont depuis longtemps étudié la question de la socialisation politique (Bargel, Darmon, 2017), mais une démarche géographique permet de mettre l’accent sur le lien entre socialisations et spatialités individuelles. Comment, au cours des pratiques plus ou moins quotidiennes, ces espaces absents sont rendus présents, et construits comme des enjeux politiques ? Deux hypothèses peuvent être avancées. Selon la première, c’est la pratique régulière de lieux dans le pays d’accueil qui permettrait une politisation autour d’enjeux distants. Le lieu, à la fois creuset d’interactions sociales et cristallisation de la mémoire d’un groupe (Agnew, 1987), serait à même d’établir cette mise en présence. Selon la deuxième hypothèse, cette socialisation se ferait davantage par une abolition de la distance, rendue possible par les moyens modernes de communication13. Le cas étudié montre que, si les spatialités réticulaires (suivi des médias, communications avec les pairs en Ukraine) ont été centrales dans la politisation autour des événements de Maïdan, ce sont des spatialités plus territoriales (interactions localisées et mise en présence du lointain dans certains lieux) qui ont été décisives dans la consolidation des groupes mobilisés.

Une socialisation en réseau : le suivi des événements géopolitiques par les médias et les communications à distance avec les pairs

10Les sociologues et historiens ont montré la manière dont de grands événements politiques – guerre d’Algérie (Percheron, 1993), Mai 68 (Pagis, 2014), Révolution de Maïdan (Shukan, 2016) – peuvent se muer en instances de socialisation politique à part entière. Les individus sont en effet confrontés à certaines situations – le contact direct avec la dynamique collective, l’exposition aux flux d’information, les relations interpersonnelles – qui charrient l’appréhension de ces événements (Ihl, 2002). Quels sont les filtres par lequel les enquêtés ont appréhendé les événements en Ukraine ?

11Amenés à raconter la manière dont ils ont vécu la révolution ukrainienne et le début des troubles dans l’Est de l’Ukraine, la majorité des Ukrainiens enquêtés présente un discours où les médias prennent une grande place. La plupart des individus explique avoir suivi le Maïdan, dès ses premières heures, sur les sites internet de journaux et de chaînes de télévision, parfois français, mais surtout ukrainiens. Certains dispositifs permettent de se sentir au cœur des événements, notamment les diffusions en direct (live stream) de la nouvelle chaîne indépendante Hromadske TV, très suivies par les enquêtés. Avec cette connexion en continu au Maïdan, la construction du problème géopolitique se fait derrière son écran d’ordinateur, au domicile ou au travail. Des événements marquants de la révolution – tabassage des étudiants la nuit du 30 novembre 2013, premiers morts le 22 janvier 2014, mort de cent manifestants fin février 2014 – sont remémorés avec émotion en entretien et ont parfois provoqué une sortie de la sphère privée à la recherche de compatriotes, d’abord pour partager son ressenti, ensuite pour tenter d’agir de quelque manière sur cette situation. Le type de médias consulté influence l’interprétation des événements. Par exemple, une enquêtée explique qu’elle a suivi les événements de Maïdan par les médias russes. Du fait d’attitudes politiques déjà établies au cours de sa trajectoire, elle souhaitait ne pas consulter les médias français ou ukrainiens où « l’information était bien tordue ». Le suivi des médias russes a contribué à façonner sa perception des événements, et on retrouve dans son discours des formules récurrentes employées par les médias russes pour désigner la Révolution de Maïdan, comme le qualificatif de « nazi » (Strovsky, 2015 ; Smoor, 2017).

12Ce suivi par le biais médiatique est renforcé par les communications à distance avec des connaissances situées en Ukraine, qui participent parfois aux événements, ou en tout cas, qui en sont proches. Olga, une enquêtée lilloise explique avoir été en contact très régulier, au cours de l’année 2014, avec sa famille vivant à Kharkiv. Elle explique que c’est la peur ressentie pour ses proches, vivant « à 40 kilomètres de la frontière russe », qui l’a poussée à s’engager dans la communauté ukrainienne de Lille, au moment où les troubles dans l’Est de l’Ukraine ont commencé. Elle explique que, de par leurs réseaux d’interconnaissances, les « gens de l’Est » de l’Ukraine, comme elle, ont une expérience directe de la guerre : « Moi j’ai une copine qui a perdu son mari, une autre copine qui a perdu son fils à la guerre. Et puis ma belle-sœur vient de la région de Louhansk, donc voilà… Les histoires que j’entends, c’est des vraies histoires. On a été blessés, on a été écorchés vifs. C’est notre guerre à nous, ça ». Cette socialisation aux événements par les pairs a pu être éclairée par des entretiens réalisés avec le père et le frère d’Olga, à Kharkiv. Le premier a participé à des rassemblements pro-Maïdan à Kharkiv, et revendique clairement son identité ukrainienne, expliquant descendre d’une famille de Cosaques. Le second a participé au déboulonnage de la statue de Lénine, sur la place centrale de Kharkiv, le 28 septembre 2014. Au printemps et à l’été 2014, il a également aidé des amis qui s’étaient engagés dans des bataillons volontaires de l’armée ukrainienne pour défendre le Donbass, en leur faisant parvenir des vêtements et des appareils radio. On comprend ainsi que les contacts d’Olga avec sa famille aient renforcé son interprétation pro-ukrainienne du conflit dans le Donbass.

Lieux diasporiques et parcours migratoires : la socialisation politique dans la longue durée

13Même si l’engagement des enquêtés fut en grande partie une réaction aux événements de l’année 2014, les positionnements face à ceux-ci ont été conditionnés par des socialisations passées. Revenir sur la trajectoire des individus permet de faire ressortir des moments importants dans l’adoption de certaines positions sur l’Ukraine. Ces moments sont à rattacher à la fréquentation de certains lieux, qui ont permis des interactions et une transmission mémorielle favorables à l’adoption de certains positionnements.

14Pour une partie des enquêtés, l’annexion de la Crimée et la guerre du Donbass sont d’emblée interprétées comme la manifestation d’une politique russe séculaire visant à asservir l’Ukraine et anéantir sa particularité nationale. Ces événements renvoient en effet à des schèmes d’interprétation intégrés tout au long de leur vie, par la fréquentation des structures historiques de l’immigration ukrainienne en France.

  • 14 Appelée couramment « Holodomor », cette famine est la conséquence directe de la politique de collec (...)
  • 15 Mouvement de protestation d’une partie de la population ukrainienne, considérant comme truqués les (...)
  • 16 Ivan a obtenu de la communauté arménienne de Lyon que le Holodomor soit célébré, une fois par an, a (...)

15La trajectoire d’Ivan illustre l’intégration de ces schèmes d’interprétation sur le temps long. Ivan est né à Lyon en 1969. Ses grands-parents maternels sont arrivés en France dans l’Entre-deux guerres pour des raisons économiques et politiques (persécutions du pouvoir polonais envers les Ukrainiens de Galicie). Le grand-père d’Ivan a été impliqué dans différentes activités religieuses, culturelles et syndicales au sein de la communauté ukrainienne de Lyon des années 1930 aux années 1960. Ivan a ainsi été baigné dans la culture et la langue ukrainiennes en entendant parler sa grand-mère et sa mère, ainsi que dans l’anticommunisme et l’antisoviétisme caractéristiques des communautés ukrainiennes en Occident de 1945 à 1991 (Satzewich, 2002 ; Dupont-Melnyczenko, 2006). A 13 ans, il intègre un groupe de danse folklorique, puis la chorale de l’église gréco-catholique. Les églises scandent les récits de vie des Français d’origine ukrainienne : lieux religieux, elles permettent la production et la transmission de la mémoire autour des pratiques (messe de rite byzantin, chants) et de la matérialité de l’environnement (iconostase) ; lieux de sociabilité, elles sont le théâtre d’échanges hebdomadaires et d’événements conviviaux lors des grandes fêtes. Ivan fréquente également la colonie de vacances ukrainienne qu’organise la communauté ukrainienne de Lyon en Ardèche depuis 1973 : y sont enseignées la langue et l’histoire de l’Ukraine, dans une tradition patriotique, par des formes d’inculcation actives (cours) et passives (portraits des grandes figures nationales affichés aux murs du réfectoire). À la fin des années 1980, Ivan est marqué par les travaux de recherche qu’entreprend sa mère sur la famine de 193314 et la rejoint rapidement à la tête de son association. En 2004, alors que la Révolution Orange15 éclate à Kiev, il fonde le Comité de Défense de la Démocratie en Ukraine qui va lui permettre d’y envoyer un contingent d’observateurs électoraux. Au moment du Maïdan puis de l’annexion de la Crimée, il organise des rassemblements et, jusqu’à aujourd’hui, c’est lui qui en est le principal animateur. Sa perception des événements actuels en Ukraine est liée à sa trajectoire familiale : lors des commémorations du 85e anniversaire de la grande famine, en 2018, le discours qu’il prononce au mémorial du génocide arménien16, présente le conflit du Donbass comme une guerre coloniale, prolongation de la politique russe de destruction du peuple ukrainien, entamée à l’époque du Holodomor. Ce lieu de mémoire, en plus de d’entretenir la mémoire traumatique du Holodomor, permet la politisation interne au groupe et la sensibilisation du public extérieur quant aux événements actuels en Ukraine.

16Pour d’autres, ce n’est pas la fréquentation des lieux diasporiques qui ont entrainé une réaction particulière aux événements de Maïdan, de Crimée et du Donbass, mais des expériences de socialisation au cours de la trajectoire en Ukraine, puis en migration. Ludmila est née à Zaporijia (Sud-Est de l’Ukraine), « de père russe et de mère russo-ukrainienne ». Elle explique ne pas se considérer comme ukrainienne mais comme « soviétique » et avoir été défavorable, en 1991, à l’indépendance de l’Ukraine. Arrivée en France en 1990, elle y a rejoint des associations œuvrant pour la coopération avec l’URSS puis la CEI. Très défavorable au Maïdan, elle interprète la guerre du Donbass comme une guerre civile, résultant de l’agression des autorités ukrainiennes sur la population du Donbass, et fonde une association visant à venir en aide aux populations du Donbass.

  • 17 Contre 17 % à l’échelle nationale.

17À l’inverse, Tetyana, elle aussi née dans l’Est de l’Ukraine (à Donetsk), s’est positionnée en faveur du Maïdan et contre l’annexion de la Crimée. Née en 1983, elle est d’une génération qui, contrairement à Ludmila, a été scolarisée en Ukraine indépendante. En 2005, elle migre en France pour réaliser un master puis une thèse en mathématiques appliquées, aboutissant sur un contrat dans un organisme de recherche public. Au cours de ces années, elle fréquente surtout des Français et des groupes chercheurs originaires de l’espace post-soviétique. C’est la fréquentation de ces cercles de sociabilité qui l’a poussée à réfléchir sur ce qu’être ukrainienne voulait dire. Née dans une région où 38 % de la population s’est déclarée russe au dernier recensement de 200117, elle explique ne s’être jamais vraiment questionnée sur son identification nationale avant de venir en France : « C’est vrai que l’idée d’identité est venue à ce moment-là. Je viens d’une région russophone et quand je suis venue ici je devais dire qui j’étais. Et ça voulait dire quoi “Ukrainienne qui parle russe” ? Est-ce que je suis Russe ? C’est une question qui m’est venue à ce moment-là, quand je suis venue ici (…) Et au fil des mois j’ai fini par me décider que j’étais Ukrainienne ». Entre le printemps 2014 et début 2015, elle se rend plusieurs fois à Donetsk pour rendre visite à son père et sa grand-mère et essayer de les convaincre de quitter la région, sans succès. À son retour, elle s’engage dans une association parisienne dédiée à l’information sur le conflit du Donbass. En entretien, elle présente le conflit comme alimenté par la Russie, en se basant sur son expérience de terrain : lors de son dernier séjour à Donetsk, elle entendait sans cesse l’accent russe dans les rues, preuve selon elle de l’intervention directe de la Russie. Plusieurs éléments de sa trajectoire expliquent ce positionnement pro-ukrainien et pro-européen : son appartenance à une génération qui a été scolarisée en Ukraine indépendante, avec la socialisation nationale qui y est associée ; la construction progressive d’une auto-identification ukrainienne à l’étranger par le regard d’autrui ; l’expérience d’une ascension sociale par la migration dans un pays occidental (et non en Russie). Néanmoins, contrairement à Ivan, son expérience des structures politiques de la région de Donetsk l’amène à considérer l’importance qu’ont eue les acteurs locaux dans la création d’un mouvement séparatiste.

Entre lieux virtuels, églises ukrainiennes et lieux de manifestation : politisation et dynamique de mobilisation

18Les contacts distants avec les proches en Ukraine ont été un filtre important pour l’appréhension des événements, en lien avec les socialisations politiques plus anciennes des individus. Reste néanmoins la question de la rencontre : comment des individus, possédant des interprétations plus ou moins proches des événements en Ukraine ont été amenés à se rassembler et à mener des actions communes ? Une littérature récente, tant en géographie (Miller, 2000 ; Ripoll, 2005) qu’en science politique (Hmed, 2008 ; Combes et al., 2016), a montré l’importance de certains lieux dans l’émergence et le déploiement de la mobilisation politique, pas parce qu’ils sont enjeux de l’action, mais parce qu’ils constituent des creusets d’interactions nécessaires à la rencontre d’individus et à la constitution de collectifs.

  • 18 Des prières y furent faites pour les manifestants de Maïdan, et pour les soldats morts au front du (...)
  • 19 Organisation créée en 1997, regroupant les associations historiques de l’immigration ukrainienne en (...)

19À Lyon, l’existence d’une section ukrainienne à l’agence de presse Euronews, composée de 15 employés, avait permis le développement de sociabilités ukrainiennes avant le Maïdan. L’organisatrice du premier rassemblement de soutien au Maïdan a ainsi pu réunir un nombre minimum de participants pour effectuer une action place Bellecour. Par contraste, les entretiens menés à Lille révèlent que la constitution d’un groupe ukrainien mobilisé a été plus laborieuse, en l’absence de tels lieux regroupant des Ukrainiens. À côté de ces lieux professionnels, ce sont les églises gréco-catholiques ukrainiennes, rassemblant des fidèles sur une base religieuse et nationale, qui constituent des lieux de mobilisation ponctuelle. L’église gréco-catholique du boulevard Saint-Germain à Paris, en plus d’être un lieu de politisation diffuse18, est utilisée par certains activistes comme point de rassemblement pour les manifestations : le 1er décembre 2019, le Comité représentatif de la communauté ukrainienne de France (CRCUF)19 en fait le point de départ d’un cortège se terminant place Saint-Michel par une manifestation contre l’agression russe dans le Donbass.

  • 20 Nom donné en Ukraine aux individus qui émigrent, de façon temporaire ou définitive, pour gagner un (...)

20Si les églises sont utilisées comme supports de la mobilisation par certains activistes, les entretiens révèlent que bon nombre d’entre eux ne les fréquentent pas, ou du moins, ne les fréquentaient pas quand le Maïdan a commencé. Avant 2014, certains ne connaissaient même aucune organisation ukrainienne, voire de compatriotes en France. En effet, certains Ukrainiens fortement engagés après le Maïdan sont arrivés en France dans les années 2000 ou au début des années 2010, pour finir leurs études supérieures, trouver un emploi de cadre et/ou se rapprocher d’un conjoint français. De par leur origine sociale et géographique (des grandes villes du Centre et de l’Est de l’Ukraine), ils étaient peu enclins à fréquenter les églises ukrainiennes en France, contrairement aux « zarobitchanny »20, souvent originaires de l’Ouest de l’Ukraine, où la pratique religieuse est plus importante (Krindatch, 2003). Quand le Maïdan a commencé, leur premier réflexe a été de rechercher sur internet la présence d’autres Ukrainiens à proximité de leur lieu de résidence. Une enquêtée parisienne explique : « Les réseaux sociaux ont joué un rôle hyper important ! Parce qu’autrement, l’appel qu’avait lancé la présidente du CRCUF n’aurait pas eu le retentissement qu’il a eu : il aurait juste été là pour des personnes soit qui vont à l’église, soit qui sont déjà bien dans la communauté ». A la différence des Tamouls de la Chapelle (Goreau-Ponceaud, 2009), l’absence d’« ethnoterritoire » ukrainien en France a renforcé le rôle des contacts virtuels dans l’émergence du mouvement. Les groupes Facebook furent ainsi d’importantes plateformes de rassemblement d’individus qui, fréquentant des cercles de sociabilité différents, ne pouvaient pas se rencontrer par ailleurs. Outre leur fonction de rassemblement, ils ont servi à organiser les premières actions : discussion de la date et du lieu des manifestations, rédaction collective de communiqués et de lettre ouvertes, partage d’articles sur les événements en Ukraine. Bien que virtuels, ceux-ci visaient à regrouper des individus sur une base territoriale, comme en témoignent leur noms : « Euromaïdan Paris », « Ukrainiens à Lille », « Euromaïdan Toulouse »…

  • 21 Comparaison d’archives photographiques et vidéos de manifestations ukrainiennes à Paris en 2014 et (...)
  • 22 Notamment celui de l’OUN, l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens, créée en 1929, et ayant pour (...)

21Malgré l’importance de ces lieux virtuels, les groupes pro-ukrainiens se sont consolidés par des contacts physiques, sur les lieux même de la mobilisation (manifestations, conférences…), puis dans les cafés et aux domiciles des participants. Pour des individus aux trajectoires diverses, et ne fréquentant pas les mêmes espaces de sociabilité, les lieux de la mobilisation sont un support à l’établissement de liens parfois durables. Les manifestations sont par exemple des moments d’effervescence collective qui permettent de souder le groupe par un ensemble de symboles diffusés et performés sur le lieu de l’événement : hymne, slogans, chants, drapeaux exhibés. Par exemple, au cours de l’année 2015, les manifestations prennent une tournure plus patriotique, sous l’action du principal « leader communautaire » (Feron, 2013), Vasyl Slipak. Chanteur d’opéra ukrainien passé par l’Opéra de Paris et poursuivant une carrière soliste en France depuis les années 1990, il s’est engagé en 2015 dans le Corps des Volontaires Ukrainiens, bataillon de volontaires du parti nationaliste Pravy Sektor (Secteur Droit), et effectue plusieurs séjours sur le front du Donbass, à partir de mai 2015. Sous sa direction, les manifestations parisiennes exhibent davantage21 de drapeaux rouges et noirs, couleurs du nationalisme ukrainien historique22 (et de Pravy Sektor). Se rendant parfois aux rassemblements en tenue militaire, il contribue également à populariser les slogans « Gloire à la Nation ! Morts aux ennemis » et « L’Ukraine, par-dessus tout ! », également issus du nationalisme historique et utilisés par certains combattants au front, mais ne faisant pas l’unanimité parmi les participants au mouvement « Euromaïdan Paris », du fait de leur connotation guerrière. La participation répétée à ces événements politiques, ainsi que les contacts répétés avec des leaders communautaires comme Vasyl Slipak, ont fait apparaître des positions plus radicalement pro-ukrainiennes chez certains enquêtés. Une Ukrainienne originaire de Kharkiv explique par exemple qu’elle parlait uniquement russe jusqu’en 2015, mais que les discussions répétées avec Vasyl Slipak l’ont poussée à utiliser exclusivement l’ukrainien dans la vie quotidienne, seule moyen selon elle, de « gagner la guerre » du Donbass et de détacher l’Ukraine de l’influence de la Russie.

Investir des lieux « ici » et « là-bas » pour construire un espace d’engagement

  • 23 Cox prend par exemple le cas d’une mobilisation contre un projet d’extraction de gravier dans un vi (...)

22Les individus interprètent ainsi les événements distants à travers les filtres de leurs socialisations primaires, de leurs réseaux d’interconnaissance dans le pays d’origine et des interactions localisées dans le pays d’accueil avant et pendant la mobilisation. Tout cela les amène à formuler les questions du Maïdan, de la Crimée, du Donbass, du rapprochement européen de l’Ukraine comme des enjeux géopolitiques, et à se rassembler pour tenter d’y répondre. Mais comment avoir une prise sur ces enjeux distants ? Il s’agit pour les Ukrainiens mobilisés de construire un « espace d’engagement » (Cox, 1998), qui ne vise pas, comme dans les exemples d’engagement locaux étudiés par Kevin Cox23, à défendre l’« espace de dépendance » (espace de reproduction des conditions matérielles d’existence) mais à défendre l’espace distant où se déroulent les enjeux politiques. Ainsi, quels lieux sont investis par les Ukrainiens de France pour tenter de construire cet espace d’engagement ? Comment les acteurs mobilisent-ils les ressources conférées par leur double position – dans le pays d’accueil (la France) et dans le pays d’origine (l’Ukraine) – pour atteindre ces lieux ?

Ancrages locaux et construction d’un réseau transnational 

  • 24 Le cas de Vasyl Slipak, chanteur d’opéra mentionné plus haut, est à ce titre exceptionnel : après a (...)

23Si les cas de participation ponctuelle au Maïdan furent courants, les cas d’engagement de plus longue durée dans des structures associatives ou militaires en Ukraine sont rares parmi les enquêtés24, car ils impliquent une importante rupture de trajectoire. La majorité concilie l’engagement avec la poursuite de ses activités professionnelles antérieures et de sa vie personnelle en France. L’engagement direct en Ukraine se fait alors par la construction d’un réseau, qui permet d’acheminer de l’aide financière ou matérielle depuis la France.

24La défaillance de l’appareil militaire a entraîné, en Ukraine, la constitution des bataillons de volontaires et la mise en place d’initiatives privées pour équiper ces derniers (Zarembo, 2017 ; Oleinik, 2018 ; Tkach, Tkach, 2019). Ces initiatives bénévoles se sont progressivement étendues à d’autres domaines que l’État a des difficultés à prendre en charge : l’aide aux populations civiles dans la zone de conflit, aux déplacés internes, aux hôpitaux militaires, aux orphelins et veuves de guerre. La majorité des bénévoles ukrainiens interrogés à Kiev, Dnipro et Kharkiv explique recevoir une partie de leurs ressources d’Ukrainiens vivant à l’étranger. Une bénévole rencontrée à Kiev, œuvrant dans le domaine de la médecine tactique sur le champ de bataille, explique que l’apport des Ukrainiens de l’étranger est double : quantitatif, car certains d’entre eux, possédant des positions socioprofessionnelles privilégiées dans des pays occidentaux, peuvent transférer des sommes bien supérieures à celles données par les résidents ukrainiens ; qualitatif, ensuite, car les Ukrainiens de l’étranger peuvent se procurer des produits difficiles à trouver en Ukraine (par exemple, certains produits médicaux entrant dans la composition des trousses de premier secours). Néanmoins, transférer de l’argent ou des biens matériels en Ukraine suppose de s’assurer de la fiabilité des récepteurs : certains enquêtés expliquent en effet avoir stoppé leurs donations personnelles car ils avaient été déçus, voire trompés, par des contacts en Ukraine, dont ils ne pouvaient s’assurer la fiabilité du fait de la distance.

25Un des moyens de surmonter cette asymétrie d’information liée à la distance est de faire reposer le réseau sur des ancrages locaux, qui sont souvent de nature informelle (famille, amis, connaissances établies par bouche à oreille). La connaissance des besoins de tel bataillon ou tel hôpital passe parfois par la pratique très concrète de lieux, en Ukraine, lors des mobilités de retour au pays. Oleksandr, journaliste à Lyon, explique avoir croisé un ami d’enfance dans son quartier, lors d’un voyage dans sa ville natale de Lviv (Ouest de l’Ukraine). Celui-ci a été mobilisé, a passé quelques mois au front, et lui raconte le mauvais état dans lequel se trouve son bataillon. Oleksandr lui propose son aide, et son ami lui fait alors l’inventaire des besoins avec les types et tailles des équipements requis. De retour à Lyon, Oleksandr organise une collecte d’argent à l’église ukrainienne et sur le groupe Facebook des Ukrainiens de Lyon. L’argent est ensuite transféré à une association parisienne, qui se charge d’acheter des uniformes et des chaussures et de les envoyer en Ukraine.

26Si les retours dans la ville d’origine permettent de prendre conscience des besoins, ils sont également l’occasion d’acheminer de l’aide à ses proches – amis, anciens collègues, et surtout membres de la famille. Les transactions économiques ont largement été étudiées au sein des familles transnationales (Landolt, 2001 ; Le Gall, 2005), mais le rôle de ces familles dans des situations de crise politique ou humanitaire est peu traité. C’est pourtant largement sur des échanges familiaux que reposent les réseaux humanitaires transnationaux établis par les Ukrainiens de France. Anna, résidant à Lille, apporte régulièrement, depuis 2014, des médicaments ou des vêtements dans ses valises lorsqu’elle rend visite à ses parents à Kiev ; sa mère les donne ensuite au centre de réhabilitation des blessés de guerre, qui a ouvert en 2015 dans l’institut médical où elle travaille. La mère d’Anna se sert elle-même des visites qu’elle rend à sa fille, en France, pour ramener « non pas des souvenirs, mais des valises de médicaments ».

  • 25 Dnipro, ville d’1 million d’habitants située à 200 km à l’Ouest de Donetsk, est, avec Kiev et Khark (...)

27Ce ne sont pas seulement par les mobilités de retour ou la mobilisation des contacts familiaux qui sont à l’origine des réseaux militaro-humanitaires transnationaux. Pour certains enquêtés, c’est le simple attachement à la localité d’origine qui les a poussés à y rechercher des contacts. Daria, présidente d’une association spécialisée dans l’envoi de matériel médical aux hôpitaux militaires et civils en Ukraine, explique que c’est le visionnage de reportages sur l’état de délabrement des hôpitaux de sa ville natale, Dnipro, à l’été 2014, et sur leur incapacité à prendre correctement en charge les blessés venant du Donbass25, qui l’a poussée à contacter des médecins et à rechercher des bénévoles locaux pour envoyer de l’aide médicale. Elle a ensuite tissé un partenariat avec l’administration régionale, qui dédouane, réceptionne et redistribue l’aide entre les hôpitaux de Dnipro et du Donbass. Cet ancrage local est consolidé par des mobilités de retour : Daria se rend au moins une fois par an à Dnipro pour échanger avec ses partenaires et contrôler la bonne utilisation de l’aide humanitaire.

  • 26 Une fois arrivé à sa destination finale – souvent une ville d’Ukraine de l’Ouest – le transporteur (...)

28Si les ancrages locaux sont nécessaires en Ukraine pour déployer les réseaux militaro-humanitaires, ceux-ci reposent également, en France, sur certains lieux. En dehors de quelques initiatives formalisées, comme celle de Daria, l’essentiel des réseaux humanitaires fonctionne sur les services informels de transporteurs ukrainiens. Ce sont des systèmes de navettes par minibus, transportant personnes et marchandises26 entre plusieurs villes de France et d’Ukraine, au rythme d’un trajet par semaine ou toutes les deux semaines. Services commerciaux, ils sont utilisés par des individus ou des groupes pour envoyer de l’aide humanitaire en Ukraine, sur une base exceptionnelle ou régulière, moyennant parfois des réductions, voire la gratuité du transport. La station de métro Chevaleret à Paris, point de stationnement d’une des compagnies de minibus, fut ainsi, en 2014 et 2015 un point de collecte d’aide militaire et humanitaire. Une association parisienne s’est constituée, à la fin 2014, par la rencontre d’individus qui avaient justement l’habitude d’envoyer des colis sur le front du Donbass, depuis Chevaleret. En 2014 et 2015, elle a tenu un stand tous les week-ends à la station de métro, composé d’une table, de drapeaux ukrainiens et de panneaux présentant les destinataires de l’aide. Ce stand, dont l’existence est relayée dans différents groupes ukrainiens sur les réseaux sociaux, lui a permis de récolter de l’argent, des uniformes et es médicaments pour les soldats, ainsi que des vêtements et des jouets pour les orphelins de guerre.

29Ce lieu de stationnement des minibus, parce qu’il agrège les usagers de ce service sur une base régulière, est utilisée par l’association pour augmenter ses ressources financières, par les donations. L’accès à ce lieu est permis, d’une part, par son caractère public (portion de la voie publique), et d’autre part, par les relations de confiance tissées entre les membres de l’association et le transporteur. L’accès à d’autres lieux clés dépend davantage de la position socioprofessionnelle de l’individu. Un enquêté travaillant dans une entreprise de transport international explique qu’il utilisait les camions de son entreprise pour transmettre des médicaments à sa mère, située dans l’Ouest de l’Ukraine, qui les envoyait ensuite à des soldats sur le front. C’est sa position dans l’entreprise qui lui permettait, d’une part de connaitre les conducteurs, qui passaient à son bureau pour des formalités administratives, et d’autre part de savoir où se trouvait le point de départ des camions, où il se rendait le soir pour transmettre les colis aux conducteurs.

Accéder aux espaces et « faire avec l’espace » pour rendre visible la cause dans le pays d’accueil 

30Les enjeux de pouvoir liés à la question géopolitique ukrainienne ont des ramifications sur le territoire européen, et particulièrement français. La France est partie prenante du processus de résolution du conflit (accords de Minsk) et, en tant que membre de l’Union européenne, applique des sanctions économiques envers la Russie. Les institutions politiques françaises sont donc un potentiel levier d’action sur la question géopolitique ukrainienne. Essayer de jouer sur ces leviers est un enjeu pour les Ukrainiens de France.

  • 27 Je préfère le terme d’investissement à celui d’appropriation, utilisé par Fabrice Ripoll dans l’étu (...)

31Cela passe par des tentatives d’investissement27 de certains espaces, pour rendre visible la cause, sous deux modalités. À un premier niveau, il s’agit pour un acteur de se donner ou d’obtenir l’accès à certains espaces considérés comme stratégiques. À un second niveau, relevant d’une échelle plus fine, il s’agit pour les acteurs de « faire avec l’espace » (Lussault, 2007), c’est-à-dire, d’utiliser des stratégies spatiales (de placement, de limitation, d’établissement de régimes de proximité) pour produire un effet. Qu’il s’agisse d’obtenir l’accès à certains espaces ou de « faire avec l’espace », cet investissement d’espaces stratégiques est intimement lié, d’une part aux compétences des acteurs (Lussault, 2010), elles-mêmes en partie liées à leur position sociale, et d’autre part aux possibilités qui leur sont offertes par le contexte (politique, juridique), ou plus exactement, à la façon dont ce contexte est perçu et anticipé par les acteurs (Siméant-Germanos, 2019).

32Dès le début du Maïdan, ce sont les espaces publics des principales villes françaises qui ont été investis avec l’organisation de manifestations. Lorsque les organisateurs sont amenés à expliquer le choix des lieux, plusieurs critères sont en jeu : le caractère passant (centralité), l’aspect symbolique, et le caractère esthétique. À Paris, la place du Trocadéro est choisie pour son aspect symbolique (parvis des Droits de l’Homme) et esthétique (panorama avec la Tour Eiffel). Cependant, elle n’est pas le lieu le plus fréquenté par les Parisiens. C’est pourquoi la fontaine Saint-Michel est parfois privilégiée : en plus d’être considérée comme un lieu très passant, elle est proche de l’église ukrainienne du boulevard Saint-Germain, où peut débuter le rassemblement. Si le choix du lieu relève en partie de stratégies issues des anticipations des acteurs quant à l’effet qui sera produit, celui-ci résulte aussi de contraintes : il est par exemple impossible de manifester devant l’entrée principale de l’ambassade de Russie à Paris ; les manifestations ont lieu sur le trottoir d’en face et à 200 mètres de l’entrée. Les choix relèvent également en grande partie de pratiques routinières : lors des mobilisations de l’été 2018 pour la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, emprisonné en Russie, les activistes parisiens choisissent systématiquement les trois lieux principaux de manifestations (Trocadéro, place Saint-Michel, place Stravinsky) qu’ils avaient l’habitude d’utiliser pendant le Maïdan.

33À une échelle plus fine, celle du lieu de la manifestation, des stratégies sont mises en place pour attirer une plus grande attention des passants. En plus des slogans et des textes lus au porte-voix, les manifestations sont souvent accompagnées de tractage, ou de mises en scène théâtrales (figure 1). Une des organisatrices actuelles des manifestations à Paris explique que cette modalité a été choisie face au manque d’intérêt perçu des passants et est devenue le mode d’expression privilégié : « J’ai vu que toutes les manifestations qu’on faisait depuis 2014, en fait, les Français, ils s’en foutent, ils n’écoutent pas. Donc on s’est dit “On va faire quelque chose sur la grève de la faim des prisonniers ukrainiens en Russie”. Et ça s’est bien passé, on a touché beaucoup de gens. Tous les gens se sont arrêtés, avec des enfants. Et on l’a fait une deuxième fois, une troisième fois, et on a dit que maintenant on allait toujours faire comme ça ».

Figure 1 : Mise en scène de la grève de la faim des prisonniers ukrainiens détenus en Russie, place Stravinsky (Beaubourg), Paris, 13 juillet 2018

Figure 1 : Mise en scène de la grève de la faim des prisonniers ukrainiens détenus en Russie, place Stravinsky (Beaubourg), Paris, 13 juillet 2018

Photographie personnelle

  • 28 Analyse développée à partir de notes de terrain rédigées après la participation à cette manifestati (...)

34Outre les mises en scène de questions géopolitiques dans l’espace public des villes françaises, nos enquêtés déploient d’autres « stratégies spatiales » (Lussault, 2007), visant à pallier une mobilisation déclinante depuis 2015. L’exemple de la manifestation du 11 décembre 2018 à Lyon est à ce titre éclairant28. Quelques jours avant la manifestation, l’organisateur diffuse un message vidéo sur sa page Facebook, pour annoncer que se tiendra un rassemblement le jour du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, pour protester contre l’intervention de la Russie dans le Donbass et l’arraisonnement de navires ukrainiens en mer d’Azov. La place Bellecour est choisie car c’est, selon l’organisateur, l’endroit le plus central et le plus passant de Lyon. Le jour de la manifestation, seulement six personnes sont présentes. L’organisateur a choisi l’heure du midi, car, même si elle est peu pratique pour les gens qui travaillent, la visibilité est meilleure pour les photographies et les vidéos. Il place les participants en ligne, au milieu de la place, de façon à créer un cadre esthétique, avec la statue de Louis XIV et la colline de Fourvière en toile de fond. La caméra est posée sur un trépied, face aux manifestants. La personne qui doit parler au porte-voix se fait attendre, ce qui dérange l’organisateur car il a « promis un Live Facebook ». Lorsque celle-ci arrive enfin et commence à réciter son texte, l’organisateur débute sa retransmission en direct de la manifestation sur les réseaux sociaux (figure 2). Alors que le porte-parole explique la situation en français aux rares passants qui traversent la place, l’organisateur traduit en ukrainien pour les spectateurs virtuels de la manifestation. À la fin, l’organisateur invite chaque participant à dire un petit mot à la caméra. Il réalisera ensuite un montage vidéo de la manifestation et de ces différentes interventions, qui sera lui aussi publié sur sa page Facebook et d’autres pages de militants ukrainiens sur les réseaux sociaux.

Figure 2 : Capture d’écran du live Facebook de la manifestation du 11 décembre 2018 à Lyon, depuis le profil de l’organisateur

Figure 2 : Capture d’écran du live Facebook de la manifestation du 11 décembre 2018 à Lyon, depuis le profil de l’organisateur

À gauche, l’organisateur prend des photographies destinées à être publiées sur les réseaux sociaux.

  • 29 Par exemple, remise annuelle d’un prix littéraire par le président du groupe d’amitié au Sénat.
  • 30 En entretien (janvier 2019), Rémi Pauvros ne peut mentionner de noms d’interlocuteurs ou d’associat (...)

35Les groupes ukrainiens en France ont également tenté de porter la cause auprès des institutions politiques du pays d’accueil. En plus des demandes de soutien lors des manifestations, des courriers ont été envoyés au Président de la République et au ministre des Affaires Étrangères. Mais au-delà de ces courriers, les relations avec l’exécutif sont inexistantes. La communauté ukrainienne a davantage de contacts avec les groupes d’amitié parlementaire France-Ukraine à l’Assemblée nationale et au Sénat, mais ces échanges sont routiniers29 et ne portent pas spécifiquement sur des questions politiques. Des rencontres supplémentaires ont été sollicitées au moment du Maïdan : en décembre 2013, une délégation ukrainienne a par exemple rencontré le président du groupe d’amitié à l’Assemblée nationale, Rémi Pauvros, pour lui remettre une pétition et l’informer sur les violations des Droits de l’Homme par le régime de Victor Ianoukovitch. Un mois plus tard, Rémi Pauvros adresse une question orale au gouvernement pour lui demander sa position face aux événements du Maïdan. Il y évoque sa rencontre avec Vitaly Klitchko, leader de l’opposition en Ukraine, mais pas avec les représentants associatifs ukrainiens en France30. Il est donc difficile d’établir l’effet direct des rencontres sur l’activité réelle d’un député, et encore plus sur le façonnement de la politique étrangère de la France, étant donné que l’Assemblée et le Sénat ont très peu de prise sur cette dernière.

36Néanmoins, les positions et relations socioprofessionnelles de certains Ukrainiens de France leur permettent d’accéder à des lieux stratégiques, où ils pourront étendre leurs actions de sensibilisation. Le contingent d’Ukrainiens travaillant au Conseil de l’Europe possède ainsi un accès privilégié aux bâtiments de cette institution (Palais de l’Europe et Agora). Plusieurs fois par an, ils organisent des ventes caritatives, qui sont l’occasion de récolter de l’argent pour mener des projets humanitaires dans le Donbass, tout en informant le personnel administratif et politique de la situation dans cette région. Ces actions de sensibilisation se poursuivent par d’autres moyens. Les Ukrainiens de Strasbourg ont par exemple organisé des manifestations devant le Palais de l’Europe les 27 et 30 janvier 2014, alors que des débats d’urgence sur la situation en Ukraine étaient à l’ordre du jour à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) et qu’une résolution était soumise au vote. Cette manifestation fut complétée par une action non-oppositionnelle : une Ukrainienne dont le mari travaille au Conseil de l’Europe a lancé la rédaction d’une lettre ouverte à l’APCE lui demandant de réclamer la fin des répressions des manifestants, d’instaurer un régime de sanctions envers des personnes clés du régime de Viktor Ianoukovitch et de créer une commission spéciale visant à enquêter sur les violences policières. Cette lettre fut transmise à une Parlementaire suisse, qui la lut pendant la séance dédiée au vote de la résolution mentionnée plus haut. Celle-ci est finalement adoptée à 114 voix contre 34. Bien que son initiatrice l’affirme, il est difficile d’évaluer si la lecture de la lettre ouverte en séance et les manifestations organisées devant le bâtiment ont influencé le vote des parlementaires.

Conclusion

37La mobilisation pro-ukrainienne de certains groupes et individus ukrainiens en France pose la question de la possibilité d’une lutte pour des espaces-enjeux qui ne correspondent pas aux espaces des pratiques des individus (figure 3). Les enjeux de la lutte se situent à Kiev (pendant la Révolution de Maïdan), puis en Crimée et dans le Donbass, où l’intégrité territoriale de l’Ukraine est mise en jeu. Les espaces pratiqués par les individus se situent, eux, à des distances et des échelles toutes autres : ce sont les espaces fréquentés quotidiennement ou plus occasionnellement en France et lors des retours en Ukraine. L’article montre que cette mobilisation pour des enjeux distants est d’abord rendue possible par une politisation des individus autour de ces enjeux. Celle-ci se fait au cours de communications à distance, de retours en Ukraine, de la fréquentation de lieux de culte ukrainiens en France ou des groupes ukrainiens sur les réseaux sociaux. Mais pour que les individus politisés aient une prise sur les enjeux distants, il faut qu’ils construisent un espace d’engagement, ce qui passe par l’investissement de lieux stratégiques, dans le pays d’origine et le pays d’accueil.

  • 31 C’est le terme le plus employé par les enquêtés. Le terme « diaspora » n’est utilisé que de façon s (...)

38Ce cas de la mobilisation transnationale des Ukrainiens de France semble fructueux sur deux points. Il permet d’abord de décloisonner l’étude de l’action politique des diasporas ou des communautés immigrés, pour la rapprocher de la littérature sur les mouvements sociaux. Certains auteurs placent en effet sur le même plan les diasporas et les autres mouvements transnationaux (mouvements écologistes, internationales de travailleurs, mouvances idéologiques…) en montrant qu’ils sont tous le fruit d’un processus de mobilisation d’individus et de groupes par certains acteurs autour d’une catégorie, ici l’origine nationale (Adamson, 2012). À rebours de l’approche essentialiste parfois employée en géopolitique, faisant de la diaspora un groupe formé à la suite de l’événement traumatique de l’exil et/ou partageant une origine commune (Lacoste, 1989, dir.) – j’ai montré que la constitution de groupes pro-ukrainiens en France provenait de l’agrégation d’individus aux trajectoires extrêmement diverses (et pas tous issus d’une même vague migratoire) et aux socialisations politiques différenciées, maintenus ensemble par la dynamique de la mobilisation et l’action de certains entrepreneurs politiques. Ce sont des activistes individuels, des associations comme le CRCUF, ou encore des églises gréco-catholiques qui contribuent à créer la « communauté ukrainienne » (ukrains’ka hromada31) en France en la nommant, en lui donnant des attributs (avoir une origine ukrainienne) et en préconisant des manières d’être et d’agir (parler ukrainien, s’engager pour la défense du pays d’origine face à l’« agression russe »). Considérer la diaspora ou la communauté comme un résultat, et non une donnée préexistante, permet de rapprocher le thème de l’engagement en migration de la littérature sur les mouvements sociaux, au sens où la communauté et la diaspora deviennent similaires à tout autre groupe mobilisé autour d’une cause.

39L’approche par les spatialités adoptée par l’article amène ensuite à considérer les apports potentiels de géographie sociale à la géopolitique. L’approche dimensionnelle de l’espace, au cœur de la géographie sociale (Séchet, Veschambre, dir., 2006), constitue le premier apport. La géopolitique trouve son unité dans l’étude des situations où l’espace est un enjeu des rapports de pouvoir, mais tout se passe comme si l’espace n’existait que comme enjeu (le « pourquoi » de la lutte). Les mécanismes par lesquels les individus s’engagent et déploient leurs actions (le « comment » de la lutte) ne font pas l’objet d’analyses spatialisées, comme s’ils se passaient hors-sol. L’action politique à distance des Ukrainiens de France offre un fructueux décentrement permettant de montrer que l’étude de l’espace comme enjeu ne peut être comprise sans une étude de la dimension spatiale des pratiques d’engagement. Comment des espaces – et d’ailleurs, pas seulement des espaces (Ripoll, 2006) – sont-ils constitués comme enjeux ? J’ai montré que les interactions localisées (sur les lieux de travail, de culte, et surtout de manifestation) s’ajoutent aux spatialités réticulaires (constituées des communications à distance avec l’Ukraine et du suivi des médias) pour expliquer la politisation et la constitution des collectifs engagés. Comment des individus mobilisés deviennent-ils acteurs de ces enjeux distants ? Par l’investissement de certains espaces, à la fois dans le pays d’origine (espace de la localité d’origine, où l’individu possède des contacts pour déployer un réseau d’aide) et dans le pays d’accueil (espaces publics où la cause est visibilisée, espaces de pouvoir, comme l’Assemblée nationale, où des conférences sont organisées…). Ce dernier aspect amène au deuxième apport de la géographie sociale à la géographie politique. J’ai montré que l’investissement des espaces dépendait, certes, de facteurs structurels (interdiction de manifester à tel endroit), mais aussi des ressources dont disposent les acteurs : contacts familiaux dans une ville proche du front (qui permet de transférer vêtements chauds pour un bataillon de volontaires) ; métier de cadre en France (qui permet de faire des donations régulières à une association en Ukraine) ; maitrise de la langue française et formation en journalisme (qui permet de rédiger des tribunes dans des médias français) – ressources qui sont fondamentalement liées à la position des acteurs. La géographie sociale invite ainsi la géopolitique à prendre en compte les positions sociale, économique et politique des acteurs, dans les multiples espaces (locaux, régionaux, nationaux) où ils évoluent.

Figure 3 : Articuler espaces-enjeux, espaces des pratiques et espaces d’engagement

Figure 3 : Articuler espaces-enjeux, espaces des pratiques et espaces d’engagement
Haut de page

Bibliographie

ADAMSON F., 2012, « Constructing the diaspora: Diaspora identity politics and transnational social movements », in T. Lyons, P. Mandaville, dir., Politics from afar. Transnational Diasporas and Networks, Londres, Hurst & Company, p. 25-42.

AGNEW J., 1987, Place and politics: the geographical mediation of state and society, Boston et Londres, Allen and Unwin.

BASCH L., GLICK-SCHILLER N., SZANTON-BLANC C., 1994, Nations unbound : transnational projects, postcolonial predicaments, and deterritorialized nation-states, Londres, Routledge.

BASER B., 2015, Diasporas and homeland conflicts : a comparative perspective, Burlington (Vt), Ashgate.

BARGEL L., DARMON M., 2017, « Socialisation politique : Moments, instances, processus et définitions du politique », Notice pour l’encyclopédie en ligne Politika, <hal-01576832>

BEAUGRAND C., « Activisim and Nationalism Among the Third Bahraini Wave of Exile », Mashriq & Mahjar, vol. 3, no. 2, p. 88-106.

BERNHEIM N., 1989, « Les juifs américains, Israël et l’Holocauste », Hérodote, vol. 53, no. 2, p. 26-37.

BOULÈGUE M., 2018, « La guerre dans le Donbass trois ans après les Accords de Minsk 2 », Revue Défense Nationale, vol. 809, no. 4, p. 107-112.

BRUNEAU M., 2006, « Les territoires de l’identité et la mémoire collective en diaspora », L’Espace géographique, vol. 35, no. 4, p. 328-333.

CHECKEL J., dir., 2013, Transnational dynamics of civil war, Cambridge, Cambridge University Press.

COMBES H., GARIBAY D., GOIRAND D., 2016, Les lieux de la colère : occuper l’espace pour contester, de Madrid à Sanaa, Paris, Éditions Karthala.

COX K., 1973, Conflict, power and politics in the city : a geographic view, New-York, McGraw-Hill.

COX K., 1998, « Spaces of dependence, spaces of engagement and the politics of scale, or: looking for local politics », Political Geography, vol17, no. 1, p. 1-23.

DECHÉZELLES S., OLIVE M., 2016, « Introduction. Lieux familiers, lieux disputés – dynamiques des mobilisations localisées », Norois, vol. 238-239, no. 1, p. 7-21.

DUPONT-MELNYCZENKO J.-B., 2006, Les Ukrainiens en France : mémoires éparpillées, Paris, Autrement.

FERON E., 2013, « Diaspora Politics : From long-distance nationalism to autonomization», in D. Halm, Z. Segin, dir., Migration and Organized Civil Society: Rethinking National Policy, New York, Routledge Publishers, p. 63-79.

GEISSER V., 2012, « Quelle révolution pour les binationaux ? Le rôle des Franco-Tunisiens dans la chute de la dictature et dans la transition politique », Migrations Société, vol. 143, no. 5, p. 155-178.

GERTHEISS S., 2016, Diasporic activism in the Israeli-Palestinian conflict, New York, Routledge.

GOREAU-PONCEAUD A., 2009, « La diaspora tamoule en France : entre visibilité et politisation », EchoGéo [En ligne], Sur le Vif, mis en ligne le 13 mai 2009, consulté le 24 avril 2018.

GOUJON A., SHUKAN I., 2015, « Sortir de l’anonymat en situation révolutionnaire. Maïdan et le citoyen ordinaire en Ukraine (hiver 2013-2014) », Politix, vol. 112, no. 4, p. 33-57.

GUARNIZO L.E., PORTES A., HALLER W., 2003, « Assimilation and Transnationalism: Determinants of Transnational Political Action among Contemporary Migrants », American Journal of Sociology, vol. 108, no. 6, p. 1211–1248.

GUIGNARD X., 2016, « The Emergence of Palestinian Mughtaribûn: Diaspora Politics and State-Building in Oslo Palestine », Mashriq and Mahjar: Journal of Middle East Migration Studies, vol. 3, no. 2, p. 130-156.

HMED C., 2008, « Des mouvements sociaux “sur une tête d’épingle” ? Le rôle de l’espace physique dans le processus contestataire à partir de l’exemple des mobilisations dans les foyers de travailleurs migrants », Politix, vol. 84, no. 4, p. 145-165.

IHL O., 2002, « Socialisation et événements politiques », Revue française de science politique, vol. 52, no. 2, p. 125-144.

ITZIGSOHN J., DORE C., HERNANDEZ E., and VASQUEZ O., 1999, « Mapping Dominican Transnationalism: Narrow and Broad Transnational Practices », Ethnic and Racial Studies, vol. 22, no. 2, p. 316–39.

JEANGÈNE VILMER J.-B., 2015, « Crimée : les contradictions du discours russe », Politique étrangère, vol. printemps, no. 1, 2015, p. 159-172.

KANDEL M., 2010, « Une diplomatie des diasporas ? La mobilisation des diasporas “yougoslaves” aux États-Unis et leur influence sur la politique étrangère américaine pendant les guerres balkaniques des années 1990 », Relations internationales, vol. 141, no. 1, p. 83-97.

KAPPELER A., 1997, Petite histoire de l’Ukraine, Paris, Institut d’études slaves.

KOINOVA M., 2018, « Diaspora mobilisation for conflict and post-conflict reconstruction: contextual and comparative dimensions », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 44, no. 8, p. 1251-1269.

KRINDATCH A., 2003, « Religion in postsoviet Ukraine as a factor in regional, ethno-cultural and political diversity », Religion, State & Society, vol. 31, no. 1, p. 37-73.

LACOSTE Y., dir., 1989, « Géopolitique des diasporas », Hérodote, vol. 53, no. 2

LACOSTE Y., 1989, « Editorial : géopolitique des diasporas, Hérodote, vol. 53, no. 2, p. 3-12.

LAMBLIN C., 2015, « Participation politique des Égyptiens résidant en France : vers la construction d’une citoyenneté en migration ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 31, no. 3, p. 171-185.

LANDOLT, P., 2001, « Salvadoran economic transnationalism: Embedded strategies for household maintenance, immigrant incorporation, and entrepreneurial expansion », Global Networks, vol. 1, no. 3, p. 217-41.

LARDEUX L., 2018, « Engagement transnational des descendants d’immigrés : carrières militantes et “rapport aux origines” », Cultures & Conflits, vol. 109, no. 1, p. 61-82.

LE GALL J., « Familles transnationales : bilan des recherches et nouvelles perspectives », Les Cahiers du Gres, vol. 5, no. 1, p. 29-42.

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial : la construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

LUSSAULT M., 2010, « Ce que la géographie fait au(x) monde(s) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 14 mai 2020.

LYON T., MANDAVILLE P., dir., 2012, Politics from afar. Transnational Diasporas and Networks, Londres, Hurst & Company.

MELÉ P., dir., 2013, Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

MIKHEIEVA O., 2018, « Engagés volontaires de la guerre du Donbass. Les motivations pour combattre des deux côtés de la ligne de front », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 2, no. 2, p. 21-64.

MILLER B., 2000, Geography and social movements : comparing antinuclear activism in the Boston area, Minneapolis, University of Minnesota Press.

MILLER B., NICHOLLS W., 2013, « Social movements in urban society: the city as a space of politicization », Urban Geography, vol . 34, no. 4, p. 452-473.

OLEINIK A., « Volunteers in Ukraine: From provision of services to state-and nation-building », Journal of Civil Society, vol. 14, no. 4, p. 364-385.

OSTERGAARD-NIELSEN E., 2003, Transnational Politics. Turks and Kurds in Germany, Londres, Routledge.

PAGIS J., 2014, Mai 68, un pavé dans leur histoire. Événements et socialisation politique, Paris, Presses de la FNSP.

PANDE A., 2017, « Role of diasporas in homeland conflicts, conflict resolution, and post-war reconstruction: the case of Tamil diaspora and Sri Lanka », South Asian Diaspora, vol. 9, no. 1, p. 51-66.

PERCHERON A., 1993, La Socialisation politique, Paris, Armand Colin.

PORTES A., GUARNIZO L., LANDOLT P., 1999, « The study of transnationalism: pitfalls and promise of an emergent research field », Ethnic and Racial Studies, vol. 22, no. 2, p. 217-237.

PRÉVÉLAKIS G., dir., 1996, Les réseaux des diasporas, Paris, L’Harmattan.

SIMÉANT-GERMANOS J., 2019, « Conceptualizing contexts or contextualizing concepts? On some issues of the modeling of relational spaces in the study of collective action », Social Movement Studies, p. 1-16.

RAGARU N., DYMI A., 2003, « Les Albanais des États-Unis face aux conflits balkaniques des années 1990 : recompositions identitaires et passage au politique », Balkanologie, vol. 7, no. 1, p. 87-109.

RIPOLL F., 2005, « S’approprier l’espace… ou contester son appropriation ? », Norois, vol. 195, no. 2, p. 29-42.

RIPOLL F., 2006, « Du ‘rôle de l’espace’ aux théories de ‘l’acteur’ (aller-retour). La géographie à l’épreuve des mouvements sociaux », in R. Séchet et V. Veschambre, dir., Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 193-210.

ROSIÈRE S, 2003, Géographie politique et géopolitique : une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses.

SANGUIN A.-L., 2013, « Résurgence institutionnelle et avenir de la géographie politique en France depuis les années 1970 », L’Espace Politique [En ligne], vol. 21, no. 3, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 14 avril 2018.

SATZEWICH V., 2002, The Ukrainian diaspora, Londres, Routledge.

SÉCHET R, VESCHAMBRE V., dir., 2006, Penser et faire la géographie sociale : contributions à une épistémologie de la géographie sociale, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

SHUKAN I., 2016, Génération Maïdan : vivre la crise ukrainienne, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

SHUKAN I., 2018, « Émotions, liens affectifs et pratiques de soin en contexte de conflit armé. Les ressorts de l’engagement des femmes bénévoles dans l’assistance aux blessés militaires du Donbass », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 2, no. 2, p. 131-170.

SCHÜTZE S., 2018, « The emergence of transnational political spaces », Etnográfica, vol. 22, no. 1, p. 131-148.

SÉBASTIEN L., 2016, « L’attachement au lieu, vecteur de mobilisation collective ? », Norois, vol. 238-239, no. 1, p. 23-41.

SHAIN Y. 1994, « Ethnic Diaspora and US Foreign Policy », Political Science Quarterly, vol. 109, no. 5, p. 811-841

SHAIN Y., 2002, « The role of diasporas in conflict perpetuation or resolution », Sais Review, vol. 22, no. 2, p. 115-144.

SHAPOVALOVA N., BURLYUK O., dir., 2018, Civil Society in Post-Euromaidan Ukraine. From Revolution to Consolidation, Stuttgart, ibidem Press.

SHEFFER G., 2003, Diaspora Politics: at home abroad, Cambridge, Cambridge University Press.

SHELLEY F., 2003, « Commentary 1: a different place, a different politics. Classics in human geography revisited : Agnew, J.A. 1987: Place and politics: the geographical mediation of state and society », Progress in Human Geography, vol. 27, no. 5, p. 605–606.

SMITH T., 2000, Foreign Attachments. The Power of Ethnic Groups in the Making of America Foreign Policy, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

SMOOR L., 2017, « Understanding the Narratives Explaining the Ukrainian Crisis: Identity Divisions and Complex Diversity in Ukraine », Acta Univ. Sapientiae, European and Regional Studies, vol. 11, p. 63–96.

STROVSKY D., 2015, « The Russian Media Coverage of the “Ukrainian Issue”: the Priorities of Informing », Studies in Media and Communication, vol. 3, no. 1, p. 98-108.

SUBRA P., 2016, Géopolitique locale : territoires, acteurs, conflits, Malakoff, Armand Colin.

TER MINASSIAN A., 1989, « La diaspora arménienne », Hérodote, vol. 53, no. 2, p. 123-157.

TKACH O., TKACH A., 2019, « Volunteer Movement in Ukraine in the Situation of External Aggression », Ukrainian Policymaker, vol. 4, p. 52-61.

WERTH N., 2014, « Retour sur la grande famine ukrainienne de 1932-1933 », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 121, no. 1, 2014, p. 77-93.

WERTH N., 2020, Les grandes famines soviétiques, Paris, Que sais-je ?

ZAREMBO K., 2017, « Substituting for the State: The Role of Volunteers in Defense Reform in Post-Euromaidan Ukraine », Kyiv-Mohyla Law and Politics Journal, vol. 3, p. 47-70.

ZHURZHENKO T., 2014, « A divided nation? Reconsidering the role of identity politics in the Ukraine crisis », Die Friedens-Warte, vol. 89, no 1-2, p. 249-267.

Haut de page

Notes

1 Mouvement protestataire qui s’est déroulé à Kiev du 21 novembre 2013 au 22 février 2014. Déclenché par le refus du président ukrainien Viktor Ianoukovitch de signer un accord d’association avec l’Union européenne, il est devenu, au fur et à mesure des répressions policières, une révolte massive de citoyens ordinaires, puis un mouvement insurrectionnel ayant abouti à la fuite du président (Goujon, Shukan, 2015).

2 L’arrivée au pouvoir de l’opposition pro-européenne provoque des réactions de rejet dans l’Est de l’Ukraine, et du côté des autorités russes, qui considèrent le Maïdan comme un coup d’État anticonstitutionnel. En mars, la Russie annexe de facto la Crimée, accédant ainsi à la requête du Parlement local, qui avait demandé le rattachement de la péninsule à la suite d’un référendum illégal selon le droit ukrainien, et non reconnu par l’Assemblée générale des Nations unies (Jeangène Vilmer, 2015).

3 En avril 2014, dans certaines villes du Donbass, des groupes séparatistes prennent le contrôle de bâtiments administratifs. Le président ukrainien par intérim lance une « opération antiterroriste », visant à récupérer ces territoires. Mais la résistance des séparatistes, soutenus par la Russie, transforme ces troubles en véritable guerre, qui a fait jusqu’à aujourd’hui 13 000 morts, 28 000 blessés et 1,8 million de déplacés (Rapport de l’ONU de février 2019, https://www.un.org/press/en/2019/ga12122.doc.htm). La Russie, bien qu’ayant une pleine responsabilité dans la continuation des hostilités et l’instrumentalisation des territoires séparatistes, se targue d’une « réfutabilité plausible » quant à la présence de ses troupes dans le Donbass (Boulègue, 2018).

4 Tatiana Zhurzhenko explique que le Maïdan, l’annexion de la Crimée et le conflit du Donbass ont eu comme effet paradoxal de radicaliser les sentiments anti-ukrainiens et pro-russes dans le Donbass et en Crimée, mais dans le même temps, de rassembler le reste de l’Ukraine – et notamment à les régions orientales – autour d’un positionnement pro-ukrainien et d’une nouvelle identité civique ukrainienne (Zhurzhenko, 2014).

5 Pour plus de détail sur ces pratiques, je renvoie à ma thèse de doctorat en géographie, en cours de réalisation à l’Université Bordeaux-Montaigne : Les Ukrainiens de France et l’Ukraine : rapports au pays d’origine et engagement transnational.

6 Par exemple, les travaux récents sur l’engagement des migrants originaires des pays du Maghreb et du Moyen Orient dans les Printemps arabes (Geisser, 2012 ; Lamblin, 2015 ; Beaugrand, 2016 ; Lardeux, 2018).

7 En plus des travaux généraux (Shain, 2002 ; Lyons, Mandaville, dir., 2012 ; Checkel, dir., 2013), ce corpus présente de nombreuses études de cas : conflit israélo-palestinien (Guignard, 2016 ; Gertheiss, 2016), guerres de Yougoslavie (Ragaru, Dymi, 2003 ; Kandel, 2010), conflits sécessionnistes d’Arménie, de Tchétchénie et d’Albanie (Koinova, 2018), guerre civile au Sri-Lanka (Goreau-Ponceaud, 2009 ; Pande, 2017), conflits au Kurdistan (Ostergaard-Nielsen, 2003 ; Baser, 2015),…

8 Si l’introduction évoque le « rôle géopolitique » de cinq diasporas (Lacoste, 1989, p. 8), celui-ci est rapidement subsumé sous la question de leur « origine géopolitique » (les bouleversements politiques sur la terre natale), comme si l’expérience de l’exil établissait la diaspora de façon stable et la prédisposait à avoir un « rôle géopolitique ». Les mécanismes de mobilisation des diasporas ne sont pas non plus détaillés par les autres contributions au numéro, qui parlent du « fameux lobby juif » aux États-Unis (Bernheim, 1989, p. 29) ou de l’« étonnante capacité de mobilisation de la diaspora » arménienne, au moment du séisme de 1988 (Ter Minassian, 1989, p. 157), sans vraiment décrire qui sont les individus qui agissent et quelles sont leurs motivations.

9 Il ne s’agit pas d’une mobilisation translocale, où les acteurs s’engagent pour leur localité d’origine (Schütze, 2018). Les Ukrainiens de Paris s’engagent pour la Crimée, le Donbass, l’Ukraine, l’Europe.

10 Cette méthode a permis de consulter des photographies et vidéos des manifestations, de retrouver des communiqués de presse et lettres ouvertes rédigés par les activistes et de relever des discussions sur les questions organisationnelles ou des débats idéologiques

11 J’ai été par exemple opposé, dans un article rédigé par une enquêtée journaliste, à des chercheurs « pro-russes ».

12 Certains groupes et associations au positionnement pro-russe et pro-autonomie du Donbass ont été initiés par des Ukrainiens (qui, contrairement à la majorité des Ukrainiens pro-ukrainiens, ne revendiquent pas appartenir à la « communauté ukrainienne » en France). Néanmoins, la majorité des associations pro-russes et pro-Donbass recensées en France sont présidées et animées par des Français.

13 Comme le dit F. Shelley, dans son commentaire de l’ouvrage de John Agnew : « Une “salle de tchat” sur internet, regroupant des personnes situées de part et d’autre du globe mais partageant un intérêt commun » serait « un lieu d’interactions sociales bien plus significatif pour beaucoup d’individus qu’une collection de personnes qui se retrouvent à vivre dans le même quartier, la même paroisse ou la même unité politique » (Shelley, 2003, p. 606).

14 Appelée couramment « Holodomor », cette famine est la conséquence directe de la politique de collectivisation forcée de l’agriculture, aggravée par la volonté de Staline de briser les résistances de la paysannerie. Elle aurait fait 3,5 millions de victimes en Ukraine et au Kouban (Werth, 2014, 2020).

15 Mouvement de protestation d’une partie de la population ukrainienne, considérant comme truqués les résultats du deuxième tour des élections présidentielles (donnant pour vainqueur Viktor Ianoukovitch). Les manifestations organisées sur la place Maïdan à Kiev, de novembre 2004 à janvier 2005 aboutissent à l’invalidation du second tour et à l’organisation d’un nouveau scrutin, remporté par Viktor Iouchtchenko, candidat de la coalition pro-européenne « Notre Ukraine ».

16 Ivan a obtenu de la communauté arménienne de Lyon que le Holodomor soit célébré, une fois par an, au mémorial situé place Antonin Poncet.

17 Contre 17 % à l’échelle nationale.

18 Des prières y furent faites pour les manifestants de Maïdan, et pour les soldats morts au front du Donbass. Un grand panneau, à côté de l’iconostase, présente les portraits de la « Centurie céleste », nom donné aux cent manifestants morts sous les balles de la police, sur le Maïdan, fin février 2014.

19 Organisation créée en 1997, regroupant les associations historiques de l’immigration ukrainienne en France (créées après 1945), et quelques associations récentes (créées après 2014).

20 Nom donné en Ukraine aux individus qui émigrent, de façon temporaire ou définitive, pour gagner un revenu (« zarobitok ») dans un domaine ne relevant pas de leur compétence initiale, souvent dans le secteur du bâtiment ou de l’agriculture pour les hommes et des services à la personne pour les femmes. Ils possèdent une situation juridique et économique plus ou moins précaire dans les pays d’accueil.

21 Comparaison d’archives photographiques et vidéos de manifestations ukrainiennes à Paris en 2014 et 2015.

22 Notamment celui de l’OUN, l’Organisation des Nationalistes Ukrainiens, créée en 1929, et ayant pour but de créer un Etat ukrainien indépendant. Elle fut active en Galicie orientale (partie occidentale de l’Ukraine actuelle, polonaise dans l’Entre-Deux guerres) et se scinda en 1938 en deux branches rivales, dirigées par Andriy Melnyk et Stepan Bandera. Pendant la Seconde Guerre mondiale, celles-ci collaborèrent d’abord avec les Allemands, puis s’y opposèrent, voyant que leur désir d’indépendance était vain. Certains membres de l’OUN fondèrent une « Armée insurrectionnelle ukrainienne » (UPA) qui, dans le Nord-Ouest de l’Ukraine, lutta contre les communistes et l’Armée rouge, contre la population polonaise des Confins (causant des dizaines de milliers de victimes parmi cette dernière) et dans un second temps, contre les Allemands (Kappeler, 1994).

23 Cox prend par exemple le cas d’une mobilisation contre un projet d’extraction de gravier dans un village anglais (Cox, 1998).

24 Le cas de Vasyl Slipak, chanteur d’opéra mentionné plus haut, est à ce titre exceptionnel : après avoir fondé un groupe informel dont le but est d’envoyer du matériel militaire, médical, et des vêtements aux bataillons de volontaires et à l’armée ukrainienne sur le front, il s’engage dans le Corps des Volontaires Ukrainiens en mai 2015 et effectue trois séjours sur le front. Il est tué au combat en juin 2016.

25 Dnipro, ville d’1 million d’habitants située à 200 km à l’Ouest de Donetsk, est, avec Kiev et Kharkiv, le principal point d’accueil des blessés du conflit du Donbass.

26 Une fois arrivé à sa destination finale – souvent une ville d’Ukraine de l’Ouest – le transporteur envoie les colis aux destinataires par un service postal.

27 Je préfère le terme d’investissement à celui d’appropriation, utilisé par Fabrice Ripoll dans l’étude de mobilisation aux enjeux non-territoriaux (Ripoll, 2005), car les pratiques observées sont plus larges que les quatre formes d’appropriation définies par ce dernier : occupation et contrôle exclusif de l’espace, détournement et usage autonome, sécurisation de lieux à soi, auto-attribution identitaire.

28 Analyse développée à partir de notes de terrain rédigées après la participation à cette manifestation.

29 Par exemple, remise annuelle d’un prix littéraire par le président du groupe d’amitié au Sénat.

30 En entretien (janvier 2019), Rémi Pauvros ne peut mentionner de noms d’interlocuteurs ou d’associations ukrainiennes en France qu’il a été amené à rencontrer au cours de son mandat à l’Assemblée nationale (2012-2017). Son intérêt pour l’Ukraine ne vient d’ailleurs pas d’une sensibilisation par les Ukrainiens de France, mais d’un engagement associatif ancien. Il a en effet participé à la création de l’association « Nord-Pas de Calais – Tchernobyl » (1991), qui fait venir des enfants touchés par la catastrophe pour des soins et/ou des vacances en France. Il explique d’ailleurs « s’intéresser à l’actualité de l’Ukraine » depuis les années 1990.

31 C’est le terme le plus employé par les enquêtés. Le terme « diaspora » n’est utilisé que de façon secondaire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Mise en scène de la grève de la faim des prisonniers ukrainiens détenus en Russie, place Stravinsky (Beaubourg), Paris, 13 juillet 2018
Crédits Photographie personnelle
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Figure 2 : Capture d’écran du live Facebook de la manifestation du 11 décembre 2018 à Lyon, depuis le profil de l’organisateur
Légende À gauche, l’organisateur prend des photographies destinées à être publiées sur les réseaux sociaux.
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Figure 3 : Articuler espaces-enjeux, espaces des pratiques et espaces d’engagement
URL http://journals.openedition.org/espacepolitique/docannexe/image/7768/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Amiot, « Une action politique pour des enjeux distants : spatialités des mobilisations ukrainiennes en France depuis le Maïdan », L’Espace Politique [En ligne], 40 | 2020-1, mis en ligne le 21 octobre 2020, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/espacepolitique/7768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/espacepolitique.7768

Haut de page

Auteur

Hervé Amiot

UMR Passages, Université Bordeaux-Montaigne
Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne
herve.amiot@etu.u-bordeaux-montaigne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search